Dossier de diffusion - Adoc Compagnie

 
 
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
LES PORTEURS DE PROJET

Alexis Garcia (Mise en scène, écriture et interprétation)
Né à la Rochelle en 1982. A sa sortie de l’Esact à Liège en 2009, il
continue de renforcer ses compétences de mise en scène et de direction
d’acteurs auprès de nombreux artistes de la scène Belge et Française
(Patrick Bebi, Sylvain Creuzevault, Jean-Pierre Dupuis, Jos Verbist..).
Trois ans plus tard, pour mettre en accord ses valeurs et sa pratique du
théâtre, il fonde la compagnie Art&tça avec trois nouveaux lauréats
du conservatoire. Pendant 9 ans, il plonge dans cette aventure et
s’investit pleinement dans l’écriture, la mise en scène et la création
lumière des trois premiers spectacles de la compagnie ainsi que dans
la production et la diffusion de ces pièces. En 2017, croyant fortement
à la convergence entre les milieux culturels et associatifs, il imagine
la réunion de plus d’une centaine de partenaires autour de la pièce
« Nourrir l’Humanité c’est un métier » créant ainsi la première édition
du Festival sur la transition alimentaire « Nourrir Liège », festival qui
fête aujourd’hui sa quatrième année d’existence. De 2016 à 2020, il
développe également son art du jeu dans la dernière création collective
d’Art & tça : « Combat de pauvres ».


Charles Culot (Ecriture et interprétation)
Né à Marche-en-Famenne en 1990. En 2011, lors de sa dernière année
de formation à l’ESACT, il crée le spectacle « Nourrir l’Humanité c’est un
métier ». En février 2012, pour porter son projet et deux autres spectacles
issus du conservatoire (« Grève 60 » et « Entre rêve et poussière ») il fonde
avec trois de ses camarades de l’Esact, la Cie Art & tça. Avec « Nourrir
l’Humanité », il va porter la porter la parole des agriculteurs pendant
plus de 9 ans (Plus de 400 représentations en Belgique, Suisse, France
et Luxembourg). Fort de cette expérience, il s’investit pleinement dès
2016 dans la création collective et dans la production de « Combat de
pauvres » mettant en scène la parole des précarisés. Depuis 2016, il
multiplie les expériences cinématographiques sur des courts et longs
métrages. En 2017, avec son collègue Alexis Garcia, il crée le Festival
sur la transition alimentaire « Nourrir Liège ». Autodidacte, il développe
également une passion pour le chant et la musique, passion qu’il met
en pratique dans chacune de ses créations. Lorsqu’il n’est pas occupé
par ses activités théâtrales et musicales, il ne cesse de soutenir les
différentes luttes syndicales et associatives en Belgique.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                   2
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
LA COMPAGNIE ADOC

La Cie Adoc est une nouvelle compagnie créée en 2020 par Charles Culot
et Alexis Garcia, deux anciens lauréats de l’Ecole Supérieur Acteur Cinéma Théâtre
de Liège.


Notre envie est de donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais, porter
sur scène les invisibles, analyser, critiquer, questionner notre temps et
communiquer nos réflexions de manière poétique et engagée dans des créations
théâtrale, raconter des histoires à partir de l’Histoire.


Depuis notre sortie du conservatoire de Liège, il y a une dizaine d’années, nous n’avons
cessé de développer notre expérience d’artistes créateurs. Notre spécificité : le
théâtre documentaire. En neuf ans, au sein de la Cie Art & tça (notre première
compagnie), nous avons créé et porté en production quatre pièces documentaires
qui ont toutes résonné dans le paysage artistique francophone (voir ci-dessous).

Ces neuf ans nous ont permis de construire une amitié forte et d’être convaincus du
théâtre que nous aimons et que nous souhaitons défendre. Un théâtre engagé et
engageant, travaillant à la convergence entre les milieux culturels et
associatifs, faisant le lien entre les questions de société et la place de
l’artiste, un théâtre populaire, humain et pédagogique au service de
l’art et du citoyen.


Nos désirs de théâtre, de culture, de société s’inscrivent dans tous ces mouvements
que nous voyons apparaître partout dans le monde en résistance à l’absurdité
des excès du capitalisme, ces mouvements représentatifs de notre jeunesse, des
mouvements de réappropriation citoyenne des espaces de paroles et de décision.
Nous souhaitons, par notre art, inviter les spectateurs à imaginer avec
nous un autre monde.



                                     « Vous êtes venus faire du théâtre ? Très bien.
                                                Et maintenant : Pour quoi faire ? »
                                                                     Berthold Brecht




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                           3
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
PRÉSENTATION DES ANCIENNES
PIÈCES

En moins de 9 ans au sein de la cie Art & tça,, nous avons (co)créé et
porté en (co)production quatre spectacles qui, à eux quatre, ont tourné
plus de 500 fois ; nous avons organisé autour de ces représentations
presque autant de débats, de conférences, d’expositions et nous avons
atteint près de 40 000 spectateurs aux profils extrêmement divers.


2012 – « GRÈVE 60 » - « Ce n’est pas parce qu’on n’a
plus de beurre qu’on en a oublié le goût »                                         GRÈVE 60
Création collective - Mise en scène Patrick Bebi et Alexis
Garcia – Interprétation 11 comédiens, 7 silhouettes et
un chœur populaire d’une soixantaine de personnes /
Coproduction avec Arsenic2

Une véritable fresque historique sur la grande grève de 1960 en
Belgique, oubliée des livres d’histoires.




2012-20 « NOURRIR L’HUMANITÉ C’EST UN MÉTIER »


Prix PAC Award 2014 « Communication Innovante »; Sélection Prix de la
critique 2014 « Meilleur découverte » ; Partenariat avec la campagne « Droit
à l’alimentation » du CNCD 11.11.11 en 2014 et en 2015 - Prix Tournesol «
spécial Climat » au Festival d’Avignon 2015 ; Reconnaissance d’utilité publique
Bruxelles Capitale 2016.

Création collective – Conception écriture et interprétation
Charles Culot, Ecriture et mise en scène Alexis Garcia
/ Coproduction avec le Théâtre National - Un voyage
documentaire et humain au cœur de notre agriculture. Une réalité
méconnue, urgente et primordiale à transmettre aujourd’hui.


400 représentations entre 2012 et 2020 en Belgique, France,
Suisse et Luxembourg. Depuis le 1er janvier 2020, une
recréation du spectacle est en cours, faisant le lien entre
l’agriculture d’il y a 9 ans et celle d’aujourd’hui.
(www.adoc-compagnie.be)


Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                              4
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
2014 – 2016 « ENTRE RÊVE ET POUSSIÈRE »
                                                                                        ENTRE RÊVE
Conception, écriture, interprétation et mise en scène David                             ET POUSSIÈRE
Daubresse, Mise en scène et aide à l’écriture Alexis Garcia
/ Coproduction avec le Théâtre de Liège Une immersion poétique
dans la réalité d’une petite fille de neuf ans. Un compte rendu d’un système éducatif
qui met l’enfant sous pression.


40 représentations dont 17 organisées pour 3000 enseignants dans le
cadre de leur formation.




2018 – 2020 « COMBAT DE PAUVRES »


Partenariat avec la campagne « Justice fiscale » du CNCD 11.11.11 -
Prix Tournesol « Spécial Social » Avignon 2019.


Création collective - Conception, écriture, mise en scène
et interprétation Charles Culot, David Daubresse, Alexis
Garcia et Camille Grange / Coproduction avec l’Atelier 210


Une pièce qui analyse avec humour et passion l’impact des choix
politiques, sociaux et économiques pris par notre société et qui tente
de rendre un visage humain à tous ceux qui vivent dans la pauvreté.


80 représentations entre novembre 2018 et février 2020.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                                       5
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
NOTE D’INTENTION

Depuis des dizaines d’années maintenant, en Belgique, en France
et ailleurs en Europe, nos services publics et notre système de santé
en particulier ne cessent de voir leur budget se réduire à cause d’une
austérité budgétaire croissante.


Ces derniers mois, les travailleurs de la santé n’ont cessé de se mobiliser et d’alerter
sur leur situation et le manque de moyen des services de santé. C’est un des métiers
qui connaît le plus de personnes en burn out et le nombre de suicides à l’intérieur de
la profession ne cesse d’augmenter... Comment est-ce possible ?


A l’automne dernier, nombre de personnels soignants en détresse sont descendus
dans les rues pour exprimer leur impuissance face à leurs conditions de travail. Sans
réaction conséquente des gouvernements européens... Pourtant aujourd’hui
nous subissons de plein fouet les conséquences du silence des politiques
face à leurs revendications.


La pandémie de coronavirus que nous vivons actuellement nous rappelle combien
nos personnels soignants, médecins, infirmiers, pharmaciens sont indispensables à
notre société. L’hôpital public est l’un des derniers remparts au chaos actuel. Les
soignants qui se sont hier battus pour sauver l’hôpital et notre médecine sont ceux
qui se battent aujourd’hui pour sauver des vies, au péril de la leur.


En 2019, lorsque nous avions décidé de mener ce projet, nous ne nous
attendions pas à ce que la réalité mondiale soit aussi révélatrice de
l’urgence de la situation. La pandémie nous rappelle à quel point il est vital
pour nos sociétés de préserver un service public fort et accessible à tous. Car un
système de santé malade ne peut s’occuper de la santé des gens et la maladie, elle,
ne connaît pas de frontière.

Avec « Urgence », nous souhaitons rendre hommage à tous ces héros
du quotidien, ce personnel soignant qui se dévoue tous les jours pour que nous
soyons en bonne santé et pour que la maladie ne nous emporte pas.


Qui sont ces personnes qui prennent soin de nous ? Qu’ont-ils à dire ? Et
quelles sont leurs conditions de travail ?


Ces dernières années ont vu nos gouvernements contribuer à l’émiettement total
de nos systèmes de soin, ne cessant de réduire les moyens alloués aux hôpitaux
publics dans une vision libérale de privatisation maximale de notre système de
santé. Pourtant ce sont ces mêmes gouvernements qui, aujourd’hui, en appellent à la

Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                           6
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
solidarité, et portent nos soignants en première ligne de cette catastrophe en héros.


Si après la crise, nous ne remettons pas sur pied notre système de santé
publique, alors bientôt seuls ceux qui en auront les moyens pourront se
soigner, laissant sur le carreau des milliers de personnes. Comment faire
en sorte que tout le monde puisse recevoir des soins de qualité en fonction de ses
besoins et non pas de ses moyens et que plus personne n’ait à choisir entre survivre
et se soigner ? Beaucoup de discours jusqu’à aujourd’hui affirmaient à longueur de
journée que notre sécurité sociale coûte cher, que nous n’avons plus les moyens de la
payer collectivement et que le système de santé privé serait le meilleur, est-ce vrai ?
Et quelles conséquences cela aurait sur notre société si tout le système, à l’image des
Etats-Unis d’Amérique, était privatisé ? Que seraient nos pays sans sécurité sociale ?


Avec notre création, nous souhaitons également transmettre à nos publics, l’histoire
de notre sécurité sociale, son utilité et le danger que pourrait entraîner sa destruction.
Nous souhaitons, à travers cette pièce de théâtre documentaire, rêver à un monde
où ce ne serait plus l’humain qui serait au service de l’économie mais bien l’économie
au service de l’Homme et du social pour un futur plus humain et solidaire.


La nécessité de prendre la parole est urgente.




                                                      « La santé de l’homme est le reflet
                                                                de la santé de la terre. »
                                                                                 Héraclite




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                             7
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
PROCESSUS DE CRÉATION

De par notre expérience et de ce que nous voyons dans le paysage
théâtral autour de nous, il est indéniable que la recherche documentaire
autour du réel est un outil théâtral puissant.
C’est pourquoi, pour créer « Urgence », nous utiliserons la même démarche de
travail que celle utilisée pour créer « Nourrir l’Humanité c’est un métier » en 2012,
« Combat de pauvres » en 2018 et « Nourrir l’Humanité » en 2020.


Voici une présentation de notre processus de création singulier :
Il se divise en trois phases de travail bien distinctes:


1/ LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE


Pour pouvoir aborder la question dans sa complexité, nous effectuons
avant toute chose un énorme travail collectif d’investigation sur le
sujet étudié : ici la question de la santé.


Lors de notre recherche, en plus de la lecture et de la découverte de ce qui a
déjà été fait sur le sujet (études, comptes-rendus, articles de presse, émissions tv,
documentaires, reportages), nous réalisons, et c’est là notre plus grande spécificité,
nous réalisons donc toute une série d’interviews vidéo. Ce sera à partir
de ces interviews que nous constituerons la dramaturgie principale de notre projet.


Deux profils de recherche :


1. Les sources expertes : experts associatifs, syndicaux, politiques,
   universitaires, les mutualités…
2. Les sources que nous appelons aujourd’hui « les témoins du vécu »,
   les « experts du vivant » qui se trouvent au cœur du sujet traité. C’est avec
   leurs paroles que nous abordons le côté humain et sensible de nos spectacles.


Pour ce projet, nous comptons rencontrer des infirmier(e)s, urgentistes, aides
soignant(e)s, médecins, pharmaciens et également quelques patient(e)s.


De plus, réaliser nous-même ces interviews nous est indispensable/bénéfique pour
diverses raisons :


•   Rencontrer directement les personnes dont nous transmettrons la parole ou le
    savoir, discuter avec eux, écouter leur histoire, la vivre par empathie, l’intégrer,
    renforce notre légitimité sur le plateau et notre connexion aux propos.


Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                           8
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
•   À la fin du processus de création, nous devons assumer de manière savante
    les rencontres d’après spectacle indissociables de nos représentations. C’est
    pourquoi il est important dans notre démarche de devenir nous-mêmes des
    apprentis experts du sujet.


Lors de l’année 2020 et au début de l’année 2021, nous avons prévu plusieurs
périodes de recherche et d’interviews sur la question de la santé et du monde médical
en Belgique, en France et en Suisse (qui a un système particulier de protection de
santé). Nous souhaitons également pour ce projet demander l’autorisation de filmer
à l’intérieur du service des urgences.


Nos rencontres cherchent à répondre à 4 grands questionnements :


•   Qui sont nos travailleurs de la santé ?
    Et quelles sont leurs conditions de travail ?
•   Quels sont les choix politiques, sociaux et économiques pris en Occident sur
    notre système de santé et quelles en sont les conséquences ?
•   Qui signifierait la privatisation total de notre système de santé ?
•   Comment s’est-construite notre sécurité sociale ? Et pourquoi ?



2/ LA CONSTRUCTION ARTISTIQUE


Après chaque période d’investigation, nous visionnons les interviews
réalisées, sélectionnons les personnes emblématiques, retranscrivons
les paroles importantes. Nous réfléchissons ensemble à ce que nous voulons
transmettre dans ce projet, à ce qui nous a touché et à ce qui pourrait faire
« Théâtre ». C’est la naissance des premières scènes du spectacle.
La théâtralisation des témoignages constitue la charpente de notre spectacle.
C’est la base de notre théâtre documentaire et c’est par cette technique que nous
réussissons à convoquer les agriculteurs sur scènes dans « Nourrir l’Humanité c’est un
métier », nous l’appelons « l’imitation du réel » : par l’appropriation du corps,
du geste, de la voix, nous interprétons les personnes interviewées le
plus fidèlement possible et afin d’augmenter la théâtralité de ces témoignages,
nous mettons l’accent sur un mot, un regard, un silence.
L’objectif, grâce à cette mise en situation, est que le public soit
transporté dans une réalité peu connue, celle des hôpitaux et de son
personnel, et se retrouve comme convié à partager leurs histoires. Le vécu,
l’émotion, l’urgence vitale, l’intime des acteurs et du public entrent alors en résonance.
Mais ce n’est pas la seule théâtralité explorée et mise au plateau.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                             9
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Dossier de diffusion - Adoc Compagnie
Depuis 9 ans, nous avons exercé, construit, inventé et exploré de
nombreux outils théâtraux au service du théâtre documentaire. C’est
bien par un mélange de ces formes au service de l’Histoire et de l’œuvre que nous
créons nos pièces. (Les formes présentées ici sont des pistes actuelles de travail, mais elles sont
là pour être explorées, développées et explosées. Chaque scène aura le traitement théâtral qui nous
semblera le plus cohérent et le plus pertinent pour mettre en lumière notre propos.)


•   La vidéo. Le recours à la vidéo et sa dimension documentaire présente
    l’avantage de briser le fantasme du spectateur en lui présentant la « réalité »
    à laquelle l’équipe a pu être exposée durant son investigation. Elle se veut un
    témoin passif, offrant ainsi la possibilité au public de se projeter au sein du
    quotidien des personnes rencontrées. Les sources externes, telles que les extraits
    télévisés, les discours ou le montage photo, se poseront quant à elle en contre-
    point afin d’élargir notre champ de vision, mais également de questionner celui-
    ci dans ses contradictions ... tout comme dans ses confirmations.

•   La construction de scènes plus oniriques et poétiques créant des
    respirations dans notre récit et convoquant l’inconscient du spectateur (et le sujet
    est riche en imaginaire : la maladie, la mort, la solidarité, l’abandon...)


•   L’humour. Nos sujets sont souvent des sujets difficiles et être attentif à alléger
    nos propos par l’humour est indispensable. A partir de l’absurde et de la
    caricature nous pouvons faire passer certaines émotions, certains ressentis ou
    certains éclaircissements sur une situation bien précise.


•   Le mouvement. La non-conformité des corps nous intéresse. Le corps
    médical. Le corps malade. Le corps mourant. La danse pourrait être une
    nouvelle discipline à explorer dans cette création.


•   La diffusion audio de bandes sonores ou d’extraits de nos interviews.


•   La Création d’un chant individuel et/ou collectif. Pour nous, il est
    important d’intégrer de la musique live et d’écrire et composer un ou plusieurs
    morceaux dans nos créations.


•   Des scènes fictionnelles inspirées du réel. À côté de la matière interview,
    nous réunissons également toutes les informations recueillies, les trions par
    thématique et par information. À partir de ce que nous voulons dire, nous
    inventons certaines histoires, certaines mises en situations pour montrer l’envers
    du décor ou refléter une situation, un lieu plutôt qu’un propos : Opération
    chirurgicale, scène gouvernementale (« Notre terreur » de Sylvain Creuzevault),
    débats d’idées (Raoul Collectif « Rumeur et petits jours »).

Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                                      10
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
•   Enfin, et c’est là notre deuxième spécificité, nous théâtralisons
    également le parcours initiatique et pédagogique que nous avons
    vécu, car notre travail d’investigation, nos immersions, nous transforment à
    chaque fois. Nous appelons cela le « théâtre de la démarche ». Cette mise en
    abîme de nos propres parcours d’artistes prend la forme de prises de parole
    personnelles où l’être humain repasse devant l’artiste, nous permettant de
    partager avec nos publics nos questionnements, nos peurs, nos sentiments
    d’injustice, nos espoirs.


Nous jonglons entre les différentes phases du processus de création dans un véritable
souci d’exigence scientifique et artistique. Nous avons pris l’habitude de fonctionner
par étapes de travail et de construire notre projet au fur et à mesure des rencontres
et des résidences. Notre processus de création prend du temps et à chaque étape de
travail, nous identifions nos manques et retournons régulièrement en interview.



3/ L’ECRITURE ET LA DRAMATURGIE


Une fois la matière réunie, nous nous attelons alors à un travail dramaturgique
d’écriture et de montage.
Le désir que nous avons est d’être extrêmement exigeant sur la justesse de notre
propos. Comment donner du sens à notre projet, transmettre au plus juste les paroles
recueillies, rendre hommage aux personnes rencontrées, créer une véritable
œuvre théâtrale sensible, humaine et pédagogique transformant
le regard que porte notre société sur le monde médical et permettant
d’ouvrir un espace de discussion sur un sujet aujourd’hui beaucoup plus méconnu
qu’on ne le pense ?




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                         11
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
NOTE SUR LA SCENOGRAPHIE

Notre théâtre est un théâtre dénué d’artifices, un théâtre brut où ce qui est le plus
important est la parole de ceux que nous avons rencontrés. Nous développons un
théâtre « pauvre » et sommes convaincus qu’un objet, un corps, une lumière, un son
peut nous permettre de voyager à travers le temps et l’espace. Et nous partirons
d’abord d’un espace vide, d’un espace à remplir. Après une première période de
recherche dramaturgique, l’esthétique générale sera ensuite discutée avec un
scénographe.


Divers lieux et ambiances sont d’ores et déjà envisagés : Une salle d’attente aux
urgences ; un living d’une infirmière à domicile, la cafétéria du personnel soignant,
une chambre d’hôpital, une chambre de soin intensif ...
Un espace de projection sera également nécessaire et pourra prendre des formes
diverses : écran, tulle ...



NOTE SUR LA LUMIERE

La lumière se construira au fur et à mesure du processus de création.


Deux axes :


•   Nous nous inspirerons d’abord de l’ambiance des interviews et des lieux que
    nous avons fréquentés. Une lumière sans fioriture, en référence à la lumière pâle
    et froide des hôpitaux et des salles d’attente. Ce n’est pas une lumière joyeuse et
    pétillante mais une lumière efficace et technique comme un scalpel sur la peau.


•   Nous souhaitons également explorer dans « Urgence » des lumières plus lumineuses
    et agréables pour les parties plus oniriques et plus fictionnelles, une lumière plus
    chaude, plus magique, notamment pour incarner des moments du bien être et
    de bonne santé.


Bien sûr, ce ne sont actuellement que des pistes de travail.



NOTE SUR LE SON

La recherche musicale aura pour objectif de transmettre autrement des pensées,
des ressentis, des histoires aux spectateurs. Elle pourra être utilisée de différentes
façons et compléter le propos, car l’imaginaire des sons d’hôpitaux est grand et nous
donne envie d’une réelle exploration. L’objectif, tout comme pour la lumière est

Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                           12
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
d’immerger le spectateur dans le cœur du sujet. Des instruments live permettront
aussi d’appuyer des chants écrits en référence aux diverses actions et mouvements
menés par les travailleurs de la santé ces dernières années en Belgique et en France.
Autres exemples de développement sonore : nous pensons aux sons d’une salle
d’opération, entre les « bip! bip! » des respirateurs, des cardiogrammes et les
interventions du chirurgien comme « Scalpel! », cela nous fait imaginer partir d’un
son réaliste de la salle d’opération et le transformer doucement en une musique
fantastique un peu Techno sur laquelle les corps malades et mourants pourraient
se mouvoir. Une musique classique permettrait de poétiser les corps des personnes
âgées ou souffrantes se transformant en une danse, mais également des musiques
vives pour exprimer la notion d’un corps en bonne santé.




INTERVIEWS, RECHERCHES ET
DOCUMENTATION

Profils à interviewer : Infirmièr·e·s, Médecins, scientifiques, sages-femmes,
brancardièr·e·s, aides soignant·e·s secrétaires,, ambulancièr·e·s, patient·e·s,
pharmacien.ne.s ... ( Nous avons déjà pris contact avec bon nombre de personnes
afin de programmer des interviews et des rencontres.)


Films/ Documentaires / Reportages :
Mourad Laffitte, Urgence soigne et tais-toi
Natalia Gómez-Carvajal, Compter sur vous
Anne-Sophie Bailly, En travail
Gérard Miller, , Anaïs Feuillette, La Folie à l’abandon
Liza Le Tonquer, Les Corps soignants


Livres :
Stephan Velut, L’Hôpital, une nouvelle industrie.
Peter Gotzsche, Remèdes mortels et crime organisé
Charline, On ne naît pas infirmière !
Claire Marin, La maladie, catastrophe intime


Articles de presse et magazines spécialisés :
Hospital partenaire, le magazine des acteurs de la santé
Revue hospitalière de France
L’infirmière magazine




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                        13
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
EXTRAITS

« Que ce soit dans leur cabinet ou au sein d’un service hospitalier, la qualité de vie au travail
des professionnels de santé s’est considérablement dégradée. Agressivité, harcèlement, concurrence
malsaine… En réalité, les soignants ne soignent plus, ils remplissent des rapports, suivent des
procédures toujours plus contraignantes et respectent des cahiers des charges déconnectés du terrain. »
Docteur Éric Henry, Hôpital Robert–Debré


« Aujourd’hui, c’est l’ensemble du personnel qui est fatigué et stressé. Un soignant sur deux est
ou a été concerné par le burn-out au cours de sa carrière. Nous avons peur de la suite. Ne nous
étonnons pas qu’ils soient parmi les populations les plus touchées par les troubles du sommeil,
l’épuisement émotionnel et les conduites addictives… et le nombre de suicide dans le corps hospitalier
ne cesse d’augmenter. » Un représentant Sud Santé Sociaux


« Ne plus avoir de temps pour parler à mes patients. Courir comme une poule sans tête pour en
même temps chercher le médicaments manquant, compléter l’ordinateur et répondre au téléphone
portable tout en faisant chauffer un repas pour me rendre compte en quittant le boulot que j’ai oublié
d’aller aux toilettes. Seul avantage : on garde la ligne mais on a mal au pieds. » Veronique
Lorge, infirmière en Belgique


« Avant, l’hiver les lits étaient pleins mais ça tournait. Là, on passe notre temps à calculer les
entrées, le nombre de lit ouverts, décaler les entrées, parfois de plus d’une semaine, même l’été.
On tourne avec des effectifs réduits d’infirmières non-stop, beaucoup plus d’intérimaires qui ne
connaissent pas le service donc pour trouver le matériel ou effectuer les gestes c’est plus compliqué,
ça leur prend plus de temps. On va garder les lits pour les patients plus graves donc on laisse plus de
responsabilité de surveillance à la famille en renvoyant les patients chez eux. » Laurye-Anne,
médecin interne à l’hôpital universitaire Robert-Debré


« Je suis sage femme, j ai 29 ans et j ai déjà quitté le monde hospitalier pour burn out... mon utopie
à moi était d’avoir le temps de prendre en charge convenablement mes patientes et leur famille. Ma
réalité, enchaîner des soins et rentrer insatisfaite de mon travail… » Charlotte Rouaud,
sage femme à Bruxelles


« On pleure tellement, on ne peux plus travailler et en face on nous parle budget. »
Une infirmière


« Nos patients et nous, infirmières, sommes des être humains qui avons besoin de soins de
qualité et d’écoute, ce qui fait partie de la guérison ! Nous ne sommes pas une usine mais bien
des personnes qui soignent des humains ! Le sous-effectif et le non remplacement des personnes
pensionnées ça suffit ! » Mauricette Sabaut, infirmière en Belgique




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                                          14
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
« Si nous voulons que ce métier qui est un des plus beau du monde soit attractif pour les jeunes
générations et ceux qui sont déjà sur le terrain maintenant, il est grand temps de remettre
L’HUMAIN au centre de tout et plus le FRIC ! L’Homme n’est pas une machine. Pourquoi ?
Parce qu’il est capable d’empathie. » Brigitte plumes, infirmière à la retraite


« Le soin pour l’autre ne se fait pas qu’à l’hôpital, il s’est fait partout depuis le crépuscule des temps
par chaque vivant. Nous vivons maintenant ici dans une société super équipée, et soudain il n’y a
plus de place ni de moyens pour nous soigner, nous entraider ? » Myriam Vandelanotte,
urgentiste


« On veut aussi montrer qu’on aime notre travail et qu’on croit aux valeurs de l’hôpital public.
Il faut avoir une vision globale du problème. On sait ce qu’il faut faire pour apporter le bon soin
aux patients. On a une médecine qui est extrêmement performante et il faut en prendre soin : on
est gardiens de ce trésor et de cette richesse. On se sent responsable et sans moyens on risque de
mettre en danger des patients. Nous sommes à un carrefour et si jamais on ne fait pas ce qu’il
faut pour renverser la machine, on va atteindre un point de non-retour pour l’hôpital public et
la qualité de la prise en charge des patients, ce n’est plus possible de faire des économies. Et là
c’est une situation critique et ça va mal se passer, ça c’est sûr. » Isabelle Melki, médecin
au Service de Pédiatrie Générale, Maladies Infectieuses et Médecine
Interne Pédiatrique de l’Hôpital Robert–Debré




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                                             15
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
ÉQUIPE

Le processus de création sera collectif. L’équipe des deux porteurs de projets,
Charles Culot et Alexis Garcia, se renforcera de deux comédiennes professionnelles
dont une encore manquante sera intégrée très prochainement dans l’aventure. Voici
le reste de l’équipe :


Sophie Jaskulski (Comédienne)
Artiste bruxelloise diplômée de l’INSAS en interprétation dramatique en 2007.
Elle travaille en tant que comédienne entre autres avec Rafael Spregelburd (La fin
de l’Europe), Emmanuel Texeraud (Boccaperta !) Sarah Siré (Villa), Christophe
Sermet (Hamelin de Juan Mayorga), Denis Laujol (Griselidis, Mars, Le Playboy
des terres de l’Ouest), Michaël Delaunoy (Loin de Corpus Christi), Charlie
Degotte (L’Affaire Lambert), Claire Gatineau (L’illusion), Marie Hossenloop (La
femme comme champ de bataille), Remi Pons (Modeste proposition pour une
contribution des pauvres à l’écologie moderne, (dé)bris) etc… Au cinéma, dans La
Cavale Blanche (Renaud De Putter et Guy Bordin), Capote Percée et La ressource
humaine (Adriana Da Fonseca), Le Miracle de Meux (Baptiste Janon). En parallèle,
elle s’aventure sur les sentiers de la performance chez Boris Dambly, pour Anne
Cécile Vandalem, Laëtitia Dosh et Jean-François Mariotti en Suisse, ondule dans
les danses traditionnelles de mariage et de communion mêlées aux danses érotiques
d’Amélie Poirier et s’attèle à la réinterprétation des 12 travaux d’Hercule avec Pierre
Megos. Elle chante également dans le groupe Fritüür.


Léa Le Fell (Comédienne)
Léa sort diplômée de l’IAD en 2015. Elle fait ses débuts dans la compagnie Point Zéro
– Jean-Michel D’Hoop pour les spectacles Gunfactory et L’Herbe de l’Oubli, où elle
a été formée à la marionnette. Elle travaille aux côtés d’Elodie Chanut (compagnie
L’œil des cariatides), Dominique Serron (Les baladins du Miroir), Laetitia Salsano
(Théâtre Loyal du Trac), Claudio Bernardo (Compagnie As Palavras), Ilyas
Mettioui (Le Boréal), Jorge Arturo Vargas (Teatro Linea de Sombra), Le collectif
Hold up dont elle est membre. Elle est co-autrice et comédienne pour Le paradoxe
du tas. Actuellement, elle met en scène Ma vie de basket, spectacle jeune public
marionnettes et musique, de ce même collectif. Chanteuse, musicienne et passionnée
par la danse et le documentaire, elle voyage dans les quatre coins du monde pour
continuer à se former auprès d’Agnès Limbos, Salia Sanou, Michel Massot, Serge
Aimé Coulibaly, Hildegard De Vuyst, compagnie Teatro de Los Sentidos…


Eugène Egle (Assistanat mise en scène)
Il sort de l’ESACT en 2006 et suit cette même année des formations complémentaires
notamment sur la « production et la diffusion de spectacles théâtraux professionnels pour
adultes ». Il est engagé en tant que comédien dans différents spectacles professionnels

Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                            16
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
en Belgique et dans le même temps, se lance dans la mise en scène. En 2010, il
fait sa première adaptation et mise en scène sur le Grand Guignol, projet qui va
aboutir à la création de la compagnie Hop Ar Noz. Par la suite, il commence à
faire ses propositions de spectacles engagés et originaux traitant de sujets de société
(Houppeland, Invasion, Cannibales…). Depuis quelques années, la Province de Liège
le contacte régulièrement pour mettre en scène des pièces de compagnies amateurs
et lui a offert un poste de professeur de théâtre pour l’enseignement permanent pour
adultes. Grâce à ce parcours il a fait ses armes dans le monde amateur, qui lui a
donné l’occasion d’expérimenter et de laisser libre cours à son imagination. Il est
aujourd’hui prêt à s’affirmer en tant que metteur en scène professionnel. Avec sa
compagnie, il lance plusieurs projets sur différents thèmes de société qui lui tiennent
à coeur, dont un futur en collaboration avec la compagnie Adoc : Politiques - médias


Olivier Laval (Réalisateur et monteur vidéo)
Autodidacte dans l’âme, il se lance très jeune dans la réalisation cinématographique,
créant pour l’occasion un collectif composé d’amis aux talents complémentaires.
Diplômé en Art Graphique à l’École Supérieur des Arts de Saint-Luc à Liège,
puis en tant que Web designer quelques années plus tard, il poursuit en parallèle
la réalisation d’œuvres personnelles (courts et longs métrages, documentaires)
ainsi que des commandes telles que des clips musicaux ou des publicités. Par
extension, il se professionnalise rapidement dans la photographie et devient le
photographe attitré de différents artistes de la scène (Super Ska, Guillaume Vierset,
Art & Tça, etc.).


Jean-Louis Bonmariage (Régie générale et création lumière)
Emerveillé depuis son plus jeune âge par l’expression, que ce soient les crayons qu’il
a tenus, les pas de danses inventés, les récitations ou les endroits où son imagination
le conduisait. A son adolescence, il a peint, chorégraphié, fait du sport et monté
des groupes de musique. A 30 ans il s’est retrouvé dans un centre culturel en pleine
expansion avec une grande salle de spectacle. Il est devenu le seul référent à bord.
Là, il a beaucoup écouté les gens qu’il a accueillis, pour apprendre, comprendre
comment se passe l’exercice de la création et le travail de régie. Il a pu profiter des
opportunités proposées par les compagnies locales, les différents ateliers ou encore
les écoles pour développer sa manière de travailler et son savoir-faire qui rencontrait
à l’époque, une reconnaissance locale. Il a eu la chance de croiser des artistes de
renommée internationale qui lui ont fait confiance et ça lui a permis de tourner
en dehors de son centre culturel et même de sortir de ses frontières. Il a toujours
eu cette envie de tirer le meilleur de ce que les artistes ont proposé, il a toujours
tenté d’apporter dans la mesure de ses compétences, une plus-value à ce qui lui
est proposé. Maintenant, il peut prendre tenir différents rôles dans l’élaboration de
projets artistiques, mais c’est dans l’éclairage qu’il a bâti ses meilleures armes.


Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                          17
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Amélie Dubois (Régie son et vidéo)
Je suis régisseuse Lumière - Son - Vidéo depuis 2013. J’ai travaillé avec plusieurs
compagnies tant pour jeune public que tout public. Mon expérience m’a amené à
collaborer et participer à la mise en place de spectacle de danse, de théâtre, de création
musicale, à travailler dans de petits et grands théâtres ainsi qu’à accompagner des
troupes itinérantes. J’ai principalement accompagné des spectacles durant leurs
tournées et participé à leur création technique. Je gère différents programmes
comme Qlab, Isadora, Ableton Live, D-light, Illustrator. Mais aussi plusieurs
consoles présentes dans les salles ( Congo - Liberty - Samsys / M32 - 01V - LS9).


Claudine Maus (Scénographe)
Scénographe attitrée du Collectif Mensuel (l’Homme qui, Blockbuster, Sabordage).
Diplômée de l’INSAS (section mise en scène) depuis 1985, elle est scénographe,
costumière, accessoiriste et/ou régisseur de plateau de nombreux spectacles (tant
à la création que dans leur tournée) avec différentes compagnies : le Théâtre du
Ciel noir puis Océan Nord, la Chapelle Royale, le Groupe Evora, la Mezza Luna,
la compagnie Arsenic… Par ailleurs, elle conçoit et réalise des scénographies
d’expositions temporaires ou de musées permanents (« J’avais Vingt Ans en 45 » au
Cinquantenaire, « C’est notre Terre » à Tour et Taxis ou « Chienne de Guerre » au Musée
Royal de l’Armée à Bruxelles).




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                             18
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
PUBLICS ET PISTES
D’ACTIONS CULTURELLES

Nos pièces sont autant des œuvres artistiques que des outils
pédagogiques, des tremplins à la réflexion collective. Une partie de notre
travail est de créer des liens avec les milieux associatifs et citoyens pour proposer aux
publics divers événements en parallèle aux représentations. C’est pourquoi, comme
dans toutes nos autres créations, nous comptons mettre sur pied des conférences
avec divers spécialistes, des échanges, des expositions, des animations scolaires et
citoyennes, des stands d’informations autour du sujet. Ces événements annexes aux
représentations nous permettront d’approfondir les sujets traités et de créer du lien
entre les gens. Pour nos pièces, nous avons déjà reçu des élus locaux, régionaux,
nationaux, européens, des représentants de la Commission européenne et de l’ONU.


Grâce aux différents partenariats que nous avons noués avec les mondes associatifs,
syndicaux et théâtraux, nous avons organisé :

•   Les « Grand Théma » au Théâtre National : deux semaines de débats,
    d’exposition, de stand associatifs, de rencontres sur la question de l’alimentation
    autour de la pièce « Nourrir l’Humanité c’est un métier » en 2014 et 2015.


•   Le « Théma » autour de l’éducation en 2015 au théâtre Le Public à Bruxelles et
    en 2016 au Théâtre de Liège au service des enseignants de la Province de Liège.


•   Le « Festival Nourrir Liège » ur la transition alimentaire créé en 2017
    et qui devait fêter cette année sa 4ème édition (Annulé en raison d’urgence
    sanitaire face au Covid-19). Un regroupement de 150 associations, 100 activités,
    11 jours de festival et 15 000 spectateurs annuel. www.nourrirliege.be.


•   Le « Théma » de deux semaines autour de la pauvreté au Atelier 210 en 2018.

Notre art s’inscrit dans un mouvement plus large qui cherche à questionner le bien-
fondé de notre société. Nos œuvres théâtrales sont considérées comme des outils
pédagogiques et de sensibilisation. Tout en s’adressant à un large public, elles
s’orientent également vers des publics désireux d’approfondir leurs connaissances
sur les thématiques que nous traitons. Cette recherche d’une diversité des publics est
d’autant plus importante que nous voulons rendre au théâtre une vocation
populaire et aller à la rencontre des publics qui n’ont pas l’habitude
d’aller au théâtre.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                            19
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
« Urgence » est donc imaginé pour s’inscrire dans plusieurs réseaux de diffusion :


•   Un réseau artistique professionnel classique constitué de théâtres, de
    centres culturels...


•   Un réseau politique et citoyen constitué d’associations diverses avec
    lesquelles nous ne cessons de renforcer nos liens.


•   Un réseau pédagogique pour des représentations scolaires, des formations,
    des séminaires, avec régulièrement un travail de préparation en amont avec les
    écoles (à partir de 12 ans).


Pour pouvoir répondre aux exigences des différents réseaux, nous sommes
vigilants à ce que nos créations puissent se décliner sous diverses
formes afin de s’adapter aussi bien aux exigences artistiques des
grandes structures qu’aux problèmes économiques et techniques des
associations qui souhaitent nous faire tourner. C’est pourquoi nous souhaitons
créer deux formes distinctes du spectacle, à l’image de « Nourrir l’Humanité » :


1. Une forme appelée « tout terrain » complètement autonome techniquement
   pour une jauge comprise entre 1 à 150 personnes. Cette forme brute tient sa force
   du rapport intime avec le public et rend le spectacle accessible à de nombreux
   lieux non faits pour la représentation.
2. Une « grande forme » augmentant la théâtralité du spectacle. Le propos
   reste le même, seules les lumières et la scénographie s’intensifient. Cette forme
   est adaptée aux théâtres et à de nombreux centres culturels et peut accueillir une
   jauge beaucoup plus importante.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                        20
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
PLANNING PASSÉ ET FUTUR

Décembre 2019 à avril 2020 :
Période de recherche et de pré-production du spectacle.


Avril à juin 2020 :
Première période de recherche et d’interviews en Belgique (Si les mesures sanitaires
liées au coronavirus nous le permettent).
Rencontre avec des travailleurs de la santé (aides soignant(e)s, infirmier(e)s,
médecins... ), des experts syndicaux et associatifs tel le groupe « la santé en lutte »,
des universitaires sur l’histoire de la sécurité sociale, un directeur d’hôpital, des
maisons médicales, …Suite à cette première salve d’interviews, nous élaborerons
une première dramaturgie.


Septembre- octobre - novembre 2020 :
Deuxième salve d’interviews, une résidence en Suisse et une recherche sur la
particularité de leur système de santé est prévue, recherche de résidence en France.


Novembre - décembre 2020 :
Construction et répétition d’une première étape de travail.


Mi-décembre 2020 :
Représentation de l’étape pour la conférence annuelle de la MWB-FGTB Charleroi.


2021 :
Troisième et quatrième salve d’interviews, développement des formes et du propos
et finalisation du spectacle.


Saison 21-22 :
Première envisagée pour septembre 2021 et diffusion du spectacle sur 2 à 5 ans. Le
calendrier de tournée n’est pas encore construit.


Juillet 2022 :
Festival d’Avignon.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                           21
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
PARTENAIRES FINANCIERS

Partenaires en cours : Arsenic2, la FGTB-MWB Charleroi, Théâtre du
Pommier (Suisse), et nous sommes également dans l’écriture d’un dossier CAPT.
Partenaires envisagés : Le GR20 (Ile de France), la Maison de la culture de
Tournai, la Province de Liège… Recherche de coproducteurs en cours…




PARTENAIRES ASSOCIATIFS

Le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège, Entraide et fraternité, La santé
en lutte, Les mutualités, Zin TV, CGSP, Collectif Hôpital en résistance, Fédération
des Maisons Médicales, Attac, Culture et santé…




ANNEXE 1 – TEXTE DE LA PETITION DU
COLLECTIF BELGE LA SANTE EN LUTTE




Grève du personnel du réseau IRIS de Bruxelles, 3 juin 2019/ Jérôme Peraya


« Depuis plusieurs mois maintenant, le personnel de différentes institutions de soins
est mobilisé pour réagir à la dégradation constante de leurs conditions de travail.


En effet, la Ministre de la santé et le Gouvernement ont appliqué des économies
budgétaires de plusieurs centaines de millions d’euros dans les soins de santé ces
dernières années. Ces mesures rentrent dans une nouvelle politique de gestion de
la santé au niveau fédéral, celle de la rentabilité. Dans cette même perspective,

Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                        22
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
les directions managériales ont changé, contribuant ainsi à l’application de ces
nouvelles politiques de rendement. La gestion de nos hôpitaux s’apparente dès lors
de plus en plus à celle d’une industrie où le profit est de rigueur. En lieu et place de
l’humain, les gestionnaires politiques et managériaux ne voient plus que des chiffres
et des tableaux comptables. Ainsi, pour eux, rentabilité et flexibilité sont devenues
les valeurs centrales de la gestion de nos soins de santé.


Nous fonctionnons donc de plus en plus en sous-effectif, avec des cadences
augmentées, nos contrats sont de plus en plus précaires et nos salaires stagnent.
Les soins rendus se dégradent, l’attention portée aux patient·e·s diminue, les files
s’allongent et les urgences se remplissent.


…. Nous sommes conscient·e·s qu’on ne tiendra pas à cette cadence et dans ces
conditions longtemps.


Nous, travailleurs et travailleuses, sortons régulièrement de notre boulot épuisé·e·s
physiquement et psychiquement. Nous n’avons même plus la satisfaction du travail
bien fait. Nous sommes mis·e·s sous pression constamment, pour toujours devoir en
faire plus avec toujours moins. Ainsi, trop souvent, nous avons le goût amer de ne
pas avoir pu faire mieux pour nos patient·e·s. Nous sommes poussés par le corps
managérial à devenir des robots ! Du personnel de la lingerie aux brancardièr·e·s en
passant par les infirmièr·e·s, nous sommes toutes et tous sous cette pression constante
de devoir faire plus vite et plus rentable ! Sauf que nous ne sommes pas dans une
usine, et qu’en bout de course, il s’agit d’êtres humains !


Ces êtres humains sont les patient·e·s, vous, nous, la population en Belgique. Cette
dernière a le droit d’être soignée correctement, peu importe l’origine sociale ou
culturelle, peu importe le niveau de revenu ! Aujourd’hui, nous savons que ce n’est
pas le cas. Dans un système de santé qui se transforme en système marchand, c’est
celui qui aura le plus de moyen qui sera le mieux soigné ! Entre le chirurgien qui
n’opère que si nous sommes en chambre privée et l’hôpital qui surfacture, entre les
entreprises pharmaceutiques qui font payer leurs médicaments une fortune et le
gouvernement qui supprime les remboursements : nous avons un système qui exclut
une partie de plus en plus importante de la population.


Ainsi, nos gouvernants, managériaux et politiques, font rentrer la dynamique
marchande dans les soins de santé. Rentabilité, pression financière, taux
d’occupation des lits, rationalisation des soins, différenciation de qualité en fonction
du payement, conditionnement du financement à la quantification des actes, etc.
etc. Le gouvernement calcule pour économiser le moindre centime sur notre santé.




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                           23
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Alors, à vous qui réalisez des économies sur notre dos, nous tenons à vous exprimer
par cette pétition que votre politique est inhumaine et que les patient·e·s comme les
soignant·e·s sont les premières victimes de vos décisions. Car, oui, aujourd’hui, nous
sommes en danger et, surtout, les patient·e·s sont en danger !


Enfin, sachez que la santé nous tient à cœur et qu’il y a une vraie volonté chez
nous toutes et tous de travailler dans ce secteur mais plus à n’importe quel prix. Il
est urgent de remettre la valeur humaine au centre des préoccupations ! L’humain
ce n’est pas des chiffres ! Et pour soigner l’humain nous avons besoin de temps !
La qualité des soins passe tout d’abord par du temps, un bon accueil et une bonne
évaluation clinique. La prise en charge d’un patient doit rester un moment privilégié,
un moment d’écoute. Nous voulons avoir le temps de prendre soin des patient·e·s
humainement et de sortir de la logique d’actes à la chaîne. Nous pensons qu’il est
temps de refinancer nos soins de santé et de rendre à nouveau nos métiers attractifs
par des conditions de travail saines, des contrats stables et une revalorisation
salariale. »


Le collectif la santé en lutte


« Nous sommes infirmièr·e·s, sages-femmes, brancardièr·e·s, aides soignant·e·s, personnel de la
lingerie, de la restauration, de l’entretien ménager, technicien·ne·s, secrétaires, laborantin·e·s,
ambulancièr·e·s, patient·e·s, etc. Nous sommes également citoyen·ne·s et désireux·ses d’un système de
santé basé sur l’humain plutôt que la rentabilité financière. Notre structure fonctionne en assemblée,
de manière démocratique et collective. Un·e membre, une voix. Elle est ouverte à toutes les personnes
et organisations qui souhaitent se mobiliser. »




Cie Adoc Asbl | Alexis Garcia : + 32 495 853419 - Charles Culot : +32 472 489214
                                                                                                         24
adoc.compagnie@gmail.com | www.adoc-compagnie.com
Partie suivante ... Annuler