Indigo Books & Music Inc. Rapport du deuxième trimestre

Indigo Books & Music Inc. Rapport du deuxième trimestre

1 Indigo Books & Music Inc. Rapport du deuxième trimestre Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010

2 Rapport de gestion Le rapport de gestion présenté ci-après a été préparé au 9 novembre 2010 et se fonde principalement sur les états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés d’Indigo Books & Music Inc. (la «société» ou «Indigo») pour les périodes de 13 et 26 semaines terminées les 2 octobre 2010 et 26 septembre 2009. Il doit être lu avec les états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés et les notes comprises dans le présent rapport trimestriel, les états financiers consolidés annuels vérifiés et les notes y afférentes pour l’exercice terminé le 3 avril 2010 et le rapport de gestion compris dans le rapport annuel de 2010 de la société.

Le rapport annuel et des renseignements additionnels sur la société, y compris la notice annuelle, peuvent être consultés sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com.

Aperçu Indigo, le plus important détaillant de livres au Canada, exploite des librairies dans les dix provinces et dans l’un des territoires du Canada et offre des services de vente en ligne sur son site Web à l’adresse www.chapters.indigo.ca. Au 2 octobre 2010, la société exploitait 96 librairies à grande surface sous les bannières Chapters, Indigo et World’s Biggest Bookstore, 149 librairies à petite surface sous les bannières Coles, Indigo, Indigospirit, SmithBooks et The Book Company et un magasin correspondant à un nouveau concept sous la bannière Pistachio. Au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011, la société n’a ouvert ni fermé aucune librairie à grande surface ou à petite surface.

La société possède une participation de 50 % dans la société en commandite Calendar Club du Canada («Calendar Club»), qui exploite des kiosques saisonniers et des magasins ouverts toute l’année dans des centres commerciaux partout au Canada.

En février 2009, Indigo a lancé Shortcovers (www.shortcovers.com), une nouvelle destination numérique offrant des services en ligne et mobiles donnant un accès instantané à des livres, des articles et des blogues. En décembre 2009, Indigo a transféré l’actif net de Shortcovers dans la nouvelle société Kobo Inc. («Kobo») et a donné le nom de www.kobobooks.com au site Web de Shortcovers. Le 8 septembre 2010, Kobo a conclu une entente avec certains de ses actionnaires existants (les «investisseurs») afin de fournir des fonds additionnels à Kobo à la survenue d’événements de financement précis.

Selon l’entente, les investisseurs ont le droit de souscrire un maximum de 5 714 285 actions ordinaires à 1,75 $ l’action. Les investisseurs ont aussi le droit, à leur gré, de souscrire une attribution excédentaire allant jusqu’à 1 714 285 actions ordinaires à 1,75 $ l’action.

Le premier événement de financement en vertu de cette entente a eu lieu le 8 septembre 2010, et Indigo a acheté 2 040 816 actions pour 3,6 millions de dollars. Le reste des investisseurs a acquis 680 272 actions pour 1,2 million de dollars. Par suite de cette opération, la participation d’Indigo dans Kobo est passée de 57,7 % à 59,3 % des actions ordinaires en circulation de Kobo. Indigo exploite un organisme de bienfaisance enregistré sous le nom de Fondation Indigo pour l’amour de la lecture (la «Fondation»). La Fondation procure des livres et du matériel d’apprentissage neufs à des écoles primaires dont les besoins sont pressants partout au pays au moyen de dons offerts par Indigo, ses clients, ses fournisseurs et ses employés.

Le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation pour le deuxième trimestre de l’exercice 2011 s’est établi à 24 775 067, comparativement à 24 538 929 il y a un an. Au 9 novembre 2010, 24 869 540 actions ordinaires d’une valeur comptable de 199,9 millions de dollars étaient en circulation; le nombre d’actions ordinaires réservées à des fins d’émission aux termes du régime d’options sur actions à l’intention des employés était de 2 236 444. Au 2 octobre 2010, 1 645 100 options sur actions étaient en cours, dont 800 100 pouvaient être exercées.

3 Résultats d’exploitation Le tableau ci-après présente un sommaire des états des résultats consolidés pour les périodes indiquées.

Le classement de l’information financière présentée ci-après est propre à Indigo et peut ne pas être comparable à celui qu’utilisent d’autres détaillants. Croissance des produits induite par l’ouverture de nouvelles librairies et les ventes de lecteurs eReader Le total des produits consolidés est passé de 207,0 millions de dollars pour la période terminée le 26 septembre 2009 à 214,8 millions de dollars pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, soit une augmentation de 7,8 millions de dollars ou 3,8 %. Cette augmentation a été induite par les nouvelles librairies à grande surface qui n’étaient pas ouvertes au deuxième trimestre de l’exercice précédent, la croissance des ventes d’articles-cadeaux, de jouets et de produits de papier et la vente de lecteurs eReader de Kobo.

Les ventes des librairies comparables pour le trimestre ont baissé de 0,7 % pour les librairies à grande surface, principalement en raison de la diminution des ventes de livres de littérature générale qui a été compensée par une croissance des ventes d’articles-cadeaux, de jouets, de produits de papier et de lecteurs eReader. Les ventes des librairies comparables ont diminué également de 4,8 % pour les librairies à petite surface, surtout à cause d’un recul des ventes de livres de littérature générale. Les ventes des librairies comparables correspondent aux ventes générées par les librairies qui sont en exploitation depuis plus de 12 mois sur une base de 52 semaines.

Elles constituent une mesure du rendement importante pour la société, puisqu’en sont exclues les fluctuations des ventes attribuables aux fermetures de librairies, aux déménagements permanents et à l’expansion de la chaîne. Pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, les ventes en ligne ont régressé de 1,4 million de dollars ou 7,0 % et atteint 18,6 millions de dollars en regard de 20,0 millions de dollars pour la période terminée le 26 septembre 2009, étant donné que davantage de clients choisissent eBook. Les produits provenant d’autres sources, soit les produits tirés des ventes de cartes de fidélité, les produits relatifs aux cartes-cadeaux jamais échangées, les produits générés par le Calendar Club, les produits tirés des ventes en gros et les produits attribuables à Kobo, ont augmenté de 9,2 millions de dollars par rapport à il y a un an pour un total de 16,9 millions de dollars, principalement en raison des ventes liées à eBook et eReader de Kobo.

Depuis le début de l’exercice, le total des produits consolidés s’est accru de 18,6 millions de dollars, ou 4,6 %, par rapport à 400,5 millions de dollars pour la même période de l’exercice précédent pour atteindre 419,1 millions de dollars. Les ventes à ce jour des librairies comparables ont été supérieures de 0,4 % à pour les librairies à grande surface et inférieures de 2,8 % pour les librairies à petite surface.

(en millions de dollars) Produits 214,8 100,0 207,0 100,0 419,1 100,0 400,5 100,0 Coût des ventes 124,4 57,9 114,7 55,4 242,1 57,8 222,5 55,6 Charges d'exploitation 65,3 30,4 63,2 30,5 129,9 31,0 126,2 31,5 Frais de vente et d'administration 22,4 10,4 19,2 9,3 45,1 10,8 37,9 9,5 BAIIA 1 2,7 1,3 9,9 4,8 2,0 0,5 13,9 3,5 En pourcentage des produits 1 Bénéfice avant intérêts, impôts, amortissement, participation ne donnant pas le contrôle et éléments non récurrents. Voir aussi la rubrique «Mesures non conformes aux PCGR». Périodes de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 En pourcentage des produits Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 En pourcentage des produits Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009 En pourcentage des produits

4 Les produits selon les circuits sont présentés ci-après : (en millions de dollars) Librairies à grande surface 147,5 145,6 1,3 (0,7) Librairies à petite surface 31,8 33,7 (5,6) (4,8) En ligne (y compris les librairies-kiosques) 18,6 20,0 (7,0) s.o. Divers 16,9 7,7 119,5 s.o. 214,8 207,0 3,8 (1,5) Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Augmentation en pourcentage Augmentation en pourcentage des ventes des librairies comparables Un rapprochement du total des produits et des ventes des librairies comparables est fourni ci-après : Augmentation du coût des ventes (en pourcentage des produits) par rapport à l’exercice précédent Le coût des ventes englobe le coût en magasin des produits vendus, les frais d’expédition des produits vendus en ligne et la provision pour articles manquants ou endommagés, moins tous les montants liés aux programmes d’appui des fournisseurs.

En dollars, le coût des ventes a grimpé de 9,7 millions de dollars pour s’établir à 124,4 millions de dollars pour le trimestre. Cette augmentation est principalement attribuable au coût des produits vendus lié aux ventes de lecteurs eReader de Kobo et aux ventes des nouvelles librairies. Exprimé en pourcentage du total des produits, le coût des ventes au deuxième trimestre de l’exercice 2011 a augmenté de 2,5 %, passant de 55,4 % à 57,9 %. Cette progression est imputable aux lecteurs eReader de Kobo, qui sont assortis d’une marge minime en raison des prix concurrentiels des autres appareils de lecture électronique ainsi qu’à la diminution du soutien promotionnel par les maisons d’édition par rapport à il y a un an.

Depuis le début de l’exercice, le coût des ventes en pourcentage du total des produits a grimpé de 2,2 %, passant de 55,6 % à 57,8 %, pour les mêmes raisons décrites ci-dessus.

Augmentation des charges d’exploitation (en pourcentage des produits) par rapport à l’exercice précédent Les charges d’exploitation comprennent tous les frais liés aux librairies, à la vente en ligne, au centre de distribution et au Calendar Club. Exprimées en pourcentage du total des produits, les charges d’exploitation ont diminué de 0,1 % au deuxième trimestre par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Cette baisse du pourcentage résulte d’une augmentation des produits provenant des ventes de lecteurs eReader de Kobo (en millions de dollars) Total des produits 147,5 145,6 31,8 33,7 Ajustements au titre des librairies non comptabilisés au cours des deuxpériodes (6,4) (3,5) (1,5) (1,9) Ventes des librairies comparables 141,1 142,1 30,3 31,8 Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Grandes surfaces Petites surfaces

5 à la librairie, qui comportent des charges d’exploitation additionnelles minimales. En dollars, les charges d’exploitation se sont accrues de 2,1 millions de dollars surtout à cause d’une hausse des frais d’occupation, des coûts de main-d’œuvre et des coûts du centre de distribution. Les frais d’occupation ont grimpé de 0,6 million de dollars principalement en raison de l’exploitation de librairies à grande surface additionnelles par rapport à il y a un an. Quant aux coûts de main-d’œuvre, ils ont fait un bond de 0,9 million de dollars par suite d’une hausse des taux du salaire minimum dans la plupart des provinces et de l’ouverture de nouveaux magasins à grande surface, comme il a été mentionné précédemment.

Les coûts du centre de distribution ont augmenté de 0,8 million de dollars, parce que l’accroissement du volume d’unités a entraîné une montée des coûts de main-d’œuvre et des frais de transport. Ces augmentations ont été en partie compensées par une baisse de 0,2 million de dollars des charges au titre de Pistachio en raison de l’exploitation d’un magasin de moins par rapport à il y a un an. Depuis le début de l’exercice, les charges d’exploitation ont reculé de 0,5 % pour représenter 31,0 % du total des produits en regard de 31,5 % pour la même période de l’exercice précédent.

Augmentation des frais de vente et d’administration en raison des charges relatives à Kobo Les frais de vente et d’administration renferment toutes les charges relatives à la commercialisation et au siège social et les frais d’administration de Kobo. En dollars, ces frais ont augmenté de 3,2 millions de dollars en regard de la même période de l’exercice précédent. Exprimés en pourcentage du total des produits, les frais de vente et d’administration ont grimpé de 1,1 % au deuxième trimestre par rapport à la période correspondante du dernier l’exercice.

La société a comptabilisé une hausse des charges d’exploitation de 4,8 millions de dollars imputable à Kobo par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Au deuxième trimestre, les charges liées à l’exploitation de Kobo ont totalisé 5,9 millions de dollars, en regard du montant de 1,1 million de dollars affecté par Indigo à des projets numériques il y a un an. Les frais relatifs au siège social ont fait un bond de 1,3 million de dollars en raison de l’accroissement des charges relatives à la commercialisation découlant d’un plus grand nombre de campagnes publicitaires et de l’établissement d’une équipe de développement de produits à l’interne en vue de soutenir le produit portant la marque Indigo. Ces augmentations ont été compensées par une réduction de 2,0 millions de dollars de la prime à payer par la société, les sorties de fonds ayant été moins élevées que prévu comparativement à il y a un an.

Depuis le début de l’exercice, les frais de vente et d’administration se sont accrus de 7,1 millions de dollars en raison des mêmes facteurs mentionnés ci-dessus. Exprimés en pourcentage du total des produits, les frais de vente et d’administration ont augmenté, passant de 9,5 % à 10,7 %. Baisse du BAIIA en pourcentage des produits Le BAIIA, défini comme étant le bénéfice avant intérêts, impôts sur les bénéfices, amortissement, participation ne donnant pas le contrôle et éléments non récurrents, a diminué de 7,2 millions de dollars pour s’établir à 2,7 millions de dollars pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, par rapport à 9,9 millions de dollars pour la période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009.

Comme indiqué précédemment, la baisse du BAIIA est principalement imputable à l’augmentation du coût des ventes, des charges d’exploitation et des frais de vente et d’administration, compensée par la hausse du total des produits. Le BAIIA en pourcentage des produits a reculé pour s’établir à 1,3 % pour le trimestre considéré par rapport à 4,8 % au trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Depuis le début de l’exercice, le BAIIA a diminué de 11,9 millions de dollars pour s’établir à 2,0 millions de dollars par rapport à 13,9 millions de dollars il y a un an en raison des mêmes facteurs mentionnés ci-dessus. En pourcentage des produits, le BAIIA a régressé pour s’établir à 0,5 % depuis le début de l’exercice comparativement à 3,5 % pour la même période de l’exercice précédent.

6 Stabilité de la dotation aux amortissements par rapport à l’exercice précédent La dotation aux amortissements pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 s’est maintenue à 7,0 millions de dollars par rapport à il y a un an.

Les dépenses en immobilisations pour le trimestre considéré ont totalisé 17,0 millions de dollars, dont 9,4 millions de dollars se rapportaient à la construction, à la rénovation et à l’équipement de librairies, 4,4 millions de dollars, aux actifs incorporels (principalement les frais liés au logiciel d’application et au développement interne), et 3,2 millions de dollars, au matériel technologique. Une tranche de 2,0 millions de dollars des frais relatifs au matériel technologique de 3,2 millions de dollars a été financée par des contrats de location-acquisition.

Depuis le début de l’exercice, la société a affecté 25,1 millions de dollars aux dépenses en immobilisations, dont 13,2 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 7,9 millions de dollars, pour les actifs incorporels (principalement les frais liés au logiciel d’application et au développement interne), et 4,0 millions de dollars, pour le matériel technologique. Une tranche de 2,3 millions de dollars des frais relatifs au matériel technologique de 4,0 millions de dollars a été financée par des contrats de location-acquisition. Intérêts créditeurs nets constatés La société a constaté des intérêts créditeurs nets de 0,1 million de dollars pour le deuxième trimestre de l’exercice 2010 comparativement à des intérêts créditeurs nets de 0,1 million de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Depuis le début de l’exercice, la société a constaté des intérêts créditeurs nets de 0,1 million de dollars comparativement à néant il y a un an. Les intérêts créditeurs nets de la société sont déduits des intérêts débiteurs au titre des contrats de location-acquisition. Les intérêts créditeurs reçus ont été plus élevés au cours de l’exercice considéré en raison d’une hausse des taux d’intérêt sur le marché. Réduction de la charge d’impôts par rapport à l’exercice précédent La société a constaté une charge d’impôts sur les bénéfices de 0,5 million de dollars pour le deuxième trimestre comparativement à 0,7 million de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent.

La réduction de la charge d’impôts découle de la diminution du bénéfice avant impôts de la société au cours du trimestre considéré comparativement au deuxième trimestre de l’exercice précédent. En outre, le taux d’imposition effectif annuel estimatif de l’exercice a baissé par rapport à il y a un an. Le taux d’imposition effectif annuel estimatif est moins élevé étant donné que la société dispose d’un crédit reporté de 13,0 millions de dollars qui sera porté en diminution de la charge d’impôts sur les bénéfices de l’exercice considéré par rapport à un crédit reporté de 4,4 millions de dollars à l’exercice précédent.

Le crédit reporté représente l’écart entre la contrepartie nette en espèces versée et la valeur de l’actif d’impôts futurs comptabilisé à l’achat de pertes fiscales auprès d’une société liée.

La société n’a pas constaté de recouvrement d’impôts sur les bénéfices sur la tranche des pertes d’exploitation subies par Kobo, cette dernière étant maintenant une société distincte qui n’a pas démontré qu’il était plus probable qu’improbable qu’elle utilisera ses reports prospectifs de pertes fiscales en fonction de son bénéfice futur prévu. Participation ne donnant pas le contrôle En tant qu’actionnaire majoritaire de Kobo, la société consolide entièrement ses résultats dans ses états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés. La société comptabilise une participation ne donnant pas le contrôle dans ses états des résultats et du résultat étendu consolidés pour refléter la tranche des produits ou des pertes de Kobo attribuable ou imputable aux actionnaires sans contrôle de Kobo.

Pour le trimestre terminé le 2 octobre 2010, la société a comptabilisé une participation ne donnant pas le contrôle de 2,8 millions de dollars relative à la tranche des pertes de Kobo imputable aux actionnaires sans contrôle.

7 Comptabilisation d’une perte nette pour le trimestre considéré La société a constaté une perte nette de 1,8 million de dollars pour le trimestre (une perte nette par action ordinaire de 0,07 $) en regard d’un bénéfice net de 2,2 millions de dollars (un bénéfice net par action ordinaire de 0,09 $) il y a un an. Depuis le début de l’exercice, la société a constaté une perte nette de 7,1 millions de dollars (une perte nette par action ordinaire de 0,29 $) comparativement à une perte nette de 0,1 million de dollars (une perte nette par action ordinaire de 0,00 $) à la période correspondante de l’exercice précédent.

La baisse du bénéfice net tient principalement à la diminution du BAIIA, comme indiqué précédemment. Caractère saisonnier et résultats du deuxième trimestre Les activités d’Indigo sont de nature très saisonnière et suivent des cycles de variation des ventes et des résultats trimestriels semblables à ceux d’autres détaillants qui comptent particulièrement sur les ventes de la saison des Fêtes, en décembre. Une partie considérable des produits et du bénéfice est touchée pendant le troisième trimestre. Par conséquent, le rendement trimestriel n’est pas nécessairement représentatif du rendement de la société pour le reste de l’exercice.

Le tableau suivant présente les produits, le bénéfice net (la perte nette) et le résultat de base et dilué par action pour les huit derniers trimestres.

Aperçu des bilans consolidés Total de l’actif Au 2 octobre 2010, le total de l’actif avait progressé de 52,1 millions de dollars par rapport au total de l’actif au 26 septembre 2009. Cette progression de l’actif est surtout attribuable à un accroissement des stocks, des charges payées d’avance, des actifs incorporels, des immobilisations corporelles et des actifs d’impôts futurs, contrebalancé par une diminution de la trésorerie et des équivalents de trésorerie de la société (y compris les liquidités soumises à restrictions). La position des stocks de la société s’est élevée de 33,1 millions de dollars, surtout à cause des achats anticipés effectués en vue de la saison des Fêtes.

Les charges payées d’avance se sont accrues de 15,6 millions de dollars en raison de la date de fin du trimestre cette année, la société payant d’avance divers coûts, comme le loyer pour le mois d’octobre. Les actifs incorporels ont grimpé de 8,4 millions de dollars, principalement en raison des dépenses relatives aux projets liés à la technologie. Les immobilisations corporelles ont fait un bond de 5,9 millions de dollars du fait notamment des dépenses relatives à la construction, à la rénovation et à l’équipement des librairies. Les actifs d’impôts futurs ont progressé de 5,2 millions de dollars par rapport à il y a un an en raison de l’acquisition de reports prospectifs de pertes fiscales auprès d’une société liée.

La trésorerie et les équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions) ont diminué de 17,2 millions de dollars en raison des achats accrus de stocks et des charges payées d’avance.

Depuis le début de l’exercice, le total de l’actif a augmenté de 29,3 millions de dollars par rapport au 3 avril 2010. L’augmentation du total de l’actif est surtout attribuable à un accroissement des stocks, des charges payées d’avance et des immobilisations corporelles, contrebalancé par une diminution de la trésorerie et des équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions). Les stocks ont progressé de 42,9 millions de dollars, les charges payées d’avance, de 15,4 millions de dollars, et les immobilisations corporelles, de 8,1 millions de dollars, alors que la trésorerie et les équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions) ont reculé de 42,1 millions de dollars par rapport au 3 avril 2010.

La baisse de la trésorerie et des T2 T1 T4 T3 T2 T1 T4 T3 (en milliers de dollars, sauf les Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice données par action) 2011 2011 2010 2010 2010 2010 2009 2009 Produits 214 764 204 286 228 191 340 195 206 990 193 551 214 522 330 014 Bénéfice net (perte nette) (1 809) (5 308) 497 34 530 2 200 (2 304) 1 917 26 770 Résultat de base par action (0,07) $ (0,21) $ 0,02 $ 1,41 $ 0,09 $ (0,09) $ 0,08 $ 1,09 $ Résultat dilué par action (0,07) $ (0,21) $ 0,02 $ 1,38 $ 0,09 $ (0,09) $ 0,08 $ 1,07 $ Trimestres

8 équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions) et la hausse des stocks et des charges payées d’avance sont représentatives du caractère saisonnier des activités d’Indigo et des achats anticipés de stocks décrits auparavant. Total du passif Au 2 octobre 2010, le total du passif avait grimpé de 27,3 millions de dollars en regard du 26 septembre 2009. L’accroissement du passif est surtout imputable à une augmentation de 16,7 millions de dollars des créditeurs et des charges à payer à court et à long terme et à un accroissement de 11,1 millions de dollars des produits constatés d’avance.

L’augmentation des créditeurs s’explique par la hausse des stocks de la société, comme il a été mentionné ci-dessus. Le crédit reporté, qui découle de l’achat par la société de pertes fiscales et qui est comptabilisé dans les créditeurs et charges à payer à court terme, a progressé de 8,6 millions de dollars par rapport à il y a un an. Au cours de la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, Kobo a commencé à accepter les dépôts sur les commandes anticipées pour son lecteur eReader sans fil d’autres détaillants, ce qui a entraîné une hausse des produits constatés d’avance consolidés d’Indigo.

Ces hausses ont été en partie compensées par un recul de 0,5 million de dollars du total de la dette à long terme, la société ayant effectué des paiements sur ses obligations découlant des contrats de location-acquisition.

Depuis le début de l’exercice, le total du passif a augmenté de 43,6 millions de dollars en regard du 3 avril 2010. Cette augmentation du total du passif est surtout imputable à un accroissement des créditeurs et des charges à payer à court et à long terme de 32,2 millions de dollars et à une hausse de 10,7 millions de dollars des produits constatés d’avance. Participation ne donnant pas le contrôle En tant qu’actionnaire majoritaire de Kobo, la société consolide entièrement ses résultats dans ses états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés. La société comptabilise une participation ne donnant pas le contrôle dans ses bilans consolidés pour refléter la tranche des capitaux propres de Kobo attribuable aux actionnaires sans contrôle de Kobo.

Pour le trimestre terminé le 2 octobre 2010, la société a comptabilisé une participation ne donnant pas le contrôle de 3,7 millions de dollars. Depuis le début de l’exercice, la valeur de la participation ne donnant pas le contrôle a diminué de 3,1 millions de dollars par rapport au 3 avril 2010 en raison de la perte nette de Kobo à ce jour et de l’émission de titres de capitaux propres aux investisseurs. Capitaux propres Au 2 octobre 2010, les capitaux propres s’étaient accrus de 21,1 millions de dollars par rapport au 26 septembre 2009. Cette amélioration est essentiellement attribuable au bénéfice net de 27,9 millions de dollars des quatre derniers trimestres, contrebalancé par des versements de dividendes de 10,4 millions de dollars pour l’exercice précédent.

Le capital social a progressé de 3,3 millions de dollars surtout en raison de l’exercice par les employés de leurs options sur actions, et le surplus d’apport a grimpé de 0,6 million de dollars par suite de la passation en charges des options sur actions attribuées aux employés et des unités d’actions différées à l’intention des administrateurs.

Fonds de roulement et levier financier Le fonds de roulement de la société baisse habituellement de la fin de son exercice jusqu’au troisième trimestre à cause du caractère saisonnier de l’entreprise. La société s’appuie sur l’encaisse et les créditeurs qui constituent les principaux instruments de financement des affaires en attendant de dégager un maximum de liquidités au cours de la saison des Fêtes, en décembre. La société avait un fonds de roulement de 81,0 millions de dollars au 2 octobre 2010 contre 72,8 millions de dollars au 26 septembre 2009 et 106,4 millions de dollars à la fin de l’exercice 2010.

9 Le ratio de levier financier de la société (soit le total du passif par rapport au total des capitaux propres) est demeuré à 1,2:1 à la fin du trimestre en regard de la même période de l’exercice précédent et a légèrement augmenté par rapport au 3 avril 2010. Aperçu des états des flux de trésorerie consolidés La trésorerie et les équivalents de trésorerie ont diminué de 25,0 millions de dollars au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011, comparativement à une augmentation de 9,4 millions de dollars il y a un an. La diminution de 25,0 millions de dollars est imputable aux flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation de 6,0 millions de dollars, aux flux de trésorerie affectés aux activités d’investissement de 16,2 millions de dollars, aux flux de trésorerie affectés aux activités de financement de 1,5 million de dollars et à l’incidence des variations des taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie de 1,2 million de dollars.

Depuis le début de l’exercice, la trésorerie et les équivalents de trésorerie ont enregistré une chute de 44,1 millions de dollars en regard d’une baisse de 13,2 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Flux de trésorerie d’exploitation Les flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation se sont établis à 6,0 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2011, soit une baisse de 37,5 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, où les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont atteint 31,5 millions de dollars.

Les flux de trésorerie du trimestre considéré ont principalement servi à acquérir des stocks d’une valeur de 43,5 millions de dollars et à accroître les charges payées d’avance de 16,2 millions de dollars. Depuis le début de l’exercice, les flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation ont atteint 14,1 millions de dollars en regard de flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation de 16,1 millions de dollars à la même période de l’exercice précédent.

Flux de trésorerie d’investissement Au cours du deuxième trimestre, les flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement se sont établis à 16,2 millions de dollars en regard de 16,6 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent. La variation des liquidités soumises à restrictions pour le deuxième trimestre de l’exercice considéré s’est élevée à 1,2 million de dollars et représente principalement un montant donné en garantie d’obligations en vertu de lettres de crédit émises pour appuyer les achats de marchandises à l’étranger de la société. Au cours du trimestre considéré, la société a dépensé 9,4 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 4,4 millions de dollars pour les actifs incorporels et 1,2 million de dollars pour les produits liés à la technologie.

Au cours du deuxième trimestre de l’exercice précédent, la société a affecté 12,1 millions de dollars à la construction, à la rénovation et à l’équipement de librairies, 2,9 millions de dollars à des actifs incorporels et 1,5 million de dollars à des produits liés à la technologie.

Depuis le début de l’exercice, les flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement se sont établis à 24,8 millions de dollars en regard de 23,0 millions de dollars pour la même période de l’exercice précédent. La variation des liquidités soumises à restrictions depuis le début de l’exercice s’est élevée à 2,1 millions de dollars. Les dépenses en immobilisations du présent exercice comprennent 13,2 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 7,9 millions de dollars pour les actifs incorporels (y compris les frais liés au logiciel d’application et au développement interne) et 1,7 million de dollars pour le matériel technologique.

Les dépenses en immobilisations pour la période correspondante de l’exercice précédent incluaient 14,7 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 6,1 millions de dollars pour les actifs incorporels et 2,1 millions de dollars pour les projets liés à la technologie.

10 Flux de trésorerie de financement Les flux de trésorerie nets affectés aux activités de financement se sont établis à 1,5 million de dollars au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2010 contre 5,6 millions de dollars pour la période correspondante de 2009. Cette diminution est attribuable à une baisse de 2,2 millions de dollars des dividendes versés en raison du calendrier de versement des dividendes, à une augmentation de 1,0 million de dollars du produit des émissions d’actions et à des rentrées de fonds de 1,2 million de dollars découlant de l’émission de titres de capitaux propres par Kobo aux investisseurs au cours du deuxième trimestre.

Depuis le début de l’exercice, les flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement ont atteint 5,1 millions de dollars comparativement à 6,3 millions de dollars à l’exercice précédent. Cette diminution est surtout attribuable aux mêmes facteurs qui ont entraîné la variation des flux de trésorerie affectés aux activités de financement, comme il a été mentionné précédemment.

Situation de trésorerie et sources de financement Les activités de la société sont de nature très saisonnière, puisqu’elles génèrent la quasi-totalité des produits et des flux de trésorerie pendant la saison des Fêtes, en décembre.

Indigo compte peu de débiteurs, ses clients réglant principalement leurs achats au comptant ou par carte de crédit, et elle achète ses produits selon des conditions de commerce aux termes desquelles elle a le droit de retourner une partie importante de ses produits. Les flux de trésorerie d’exploitation et la dette à long terme constituent les principales sources de financement d’Indigo. Indigo investit sa trésorerie dans des actifs très liquides. La société n’investit pas dans du papier commercial adossé à des actifs.

En se fondant sur la situation de trésorerie de la société et ses prévisions à l’égard des flux de trésorerie, le conseil d’administration a approuvé une hausse de 10 % du dividende en espèces trimestriel de la société, le faisant passer à 0,11 $ par action ordinaire, ou 0,44 $ par action ordinaire annuellement, à compter du premier trimestre de l’exercice considéré. Selon le niveau actuel des activités d’exploitation, la direction prévoit que les flux de trésorerie d’exploitation suffiront à combler ses besoins de fonds de roulement et à assurer le service de la dette et le versement des dividendes pour l’exercice 2011.

Indigo peut également, s’il le faut, réduire ses dépenses en immobilisations pour assurer le service de sa dette, bien qu’une baisse à long terme des dépenses en immobilisations puisse avoir une incidence défavorable sur la croissance des produits et des bénéfices. Les déclarations futures de dividendes trimestriels et l’établissement des dates de clôture des registres et de versement des dividendes dépendent de la décision finale du conseil d’administration de la société. Les dividendes peuvent être réduits ou éliminés au besoin aux fins du maintien de ressources financières suffisantes. Rien ne garantit que les activités d’exploitation n’accuseront pas une baisse au cours de l’exercice qui vient, ce qui empêcherait la société de combler ses besoins de fonds de roulement à court terme et de remplir les exigences du service des contrats de location-acquisition.

En outre, d’autres facteurs encore inconnus de la direction pourraient avoir une incidence considérable et néfaste sur les flux de trésorerie futurs d’Indigo. Le cas échéant, la société devrait obtenir auprès d’autres sources les capitaux additionnels nécessaires pour satisfaire à ses besoins de fonds de roulement et aux exigences du service de la dette. Le recours à d’autres sources de financement pourrait accroître la dilution pour les actionnaires et se réaliser selon des modalités qui pourraient ne pas être favorables pour la société.

Conventions comptables Estimations comptables critiques Le rapport de gestion d’Indigo est fondé sur les états financiers consolidés, lesquels ont été dressés selon les principes comptables généralement reconnus («PCGR») du Canada. La préparation de ces états financiers consolidés exige de la société qu’elle fasse des estimations à l’égard de plusieurs variables qui sont, par nature,

11 incertaines. Ces estimations et hypothèses peuvent influer sur les montants constatés des actifs, des passifs, des produits et des charges. Indigo fonde ses estimations sur les résultats passés et sur d’autres hypothèses qui, selon l’avis de la société, sont raisonnables dans les circonstances.

La société évalue également ses estimations de façon continue. Les méthodes qui ont servi au calcul des estimations comptables critiques sont conformes à celles utilisées au cours des périodes précédentes. Les conventions comptables importantes de la société sont décrites à la note 2 afférente aux états financiers consolidés du rapport annuel de l’exercice 2010, et les estimations comptables critiques sont présentées dans le rapport de gestion du rapport annuel de 2010. Au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011, aucune modification importante n’a été apportée aux provisions pour produits à rotation lente ou pour produits endommagés ni pour la papeterie et les articles-cadeaux qui ont été soldés.

De plus, aucune modification importante n’a été apportée aux actifs d’impôts futurs ou à l’évaluation par la direction de la dépréciation des actifs à long terme, des actifs incorporels et de l’écart d’acquisition. Par ailleurs, la méthode de calcul des produits relatifs aux cartes-cadeaux jamais échangées est conforme à celle qui a été utilisée au cours des périodes antérieures. Nouvelles prises de position comptables La société adoptera les normes comptables suivantes dans l’avenir. Instruments financiers – comptabilisation et évaluation En avril 2009, l’ICCA a modifié le chapitre 3855, «Instruments financiers – comptabilisation et évaluation», afin de clarifier quand une option de remboursement anticipé incorporée est séparée de son instrument d’emprunt hôte.

La modification prendra effet pour les états financiers intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011, et l’adoption anticipée est permise. La modification n’a pas d’incidence sur les résultats d’exploitation, la situation financière ou les informations à fournir d’Indigo. La société prévoit adopter les nouvelles dispositions à compter de l’exercice 2012.

Regroupements d’entreprises Le chapitre 1582 du Manuel de l’ICCA, «Regroupements d’entreprises», remplace le chapitre 1581 existant, «Regroupements d’entreprises». L’ICCA a aussi publié le chapitre 1601, «États financiers consolidés», et le chapitre 1602, «Participations ne donnant pas le contrôle», qui remplacent le chapitre 1600, «États financiers consolidés». Ces nouvelles normes sont basées sur la Norme internationale d’information financière 3, Regroupements d’entreprises, de l’International Accounting Standards Board («IASB») et remplaceront les normes existantes portant sur les regroupements d’entreprises et les états financiers consolidés.

L’objectif visé par ces nouvelles normes consiste à harmoniser les conventions comptables du Canada utilisées à l’égard des regroupements d’entreprises avec les conventions comptables internationales et américaines. Les trois nouvelles normes doivent être adoptées en même temps et s’appliqueront aux états financiers consolidés intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Les actifs et les passifs qui découleront des regroupements d’entreprises dont les dates d’acquisition précèdent l’application des nouvelles normes ne seront pas rajustés au moment de l’application de ces nouvelles normes.

Le chapitre 1602 doit être appliqué rétrospectivement, sauf pour ce qui est de certains éléments. La société prévoit adopter les nouvelles normes comptables à compter de l’exercice 2012. L’adoption de ces nouvelles normes n’aura aucune incidence rétrospective sur les résultats d’exploitation, la situation financière ou les informations à fournir d’Indigo. Normes internationales d’information financière («IFRS») En février 2008, le Conseil des normes comptables du Canada a confirmé son plan de convergence avec les IFRS. Un bilan d’ouverture selon les IFRS a été préparé en date du 4 avril 2010 («date de transition»), afin de faciliter le basculement aux IFRS.

Toutefois, la société continuera de présenter ses résultats de l’exercice 2011 et ses

Vous pouvez aussi lire