Indigo Books & Music Inc. Rapport du deuxième trimestre

Indigo Books & Music Inc. Rapport du deuxième trimestre

1 Indigo Books & Music Inc. Rapport du deuxième trimestre Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010

2 Rapport de gestion Le rapport de gestion présenté ci-après a été préparé au 9 novembre 2010 et se fonde principalement sur les états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés d’Indigo Books & Music Inc. (la «société» ou «Indigo») pour les périodes de 13 et 26 semaines terminées les 2 octobre 2010 et 26 septembre 2009. Il doit être lu avec les états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés et les notes comprises dans le présent rapport trimestriel, les états financiers consolidés annuels vérifiés et les notes y afférentes pour l’exercice terminé le 3 avril 2010 et le rapport de gestion compris dans le rapport annuel de 2010 de la société.

Le rapport annuel et des renseignements additionnels sur la société, y compris la notice annuelle, peuvent être consultés sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com.

Aperçu Indigo, le plus important détaillant de livres au Canada, exploite des librairies dans les dix provinces et dans l’un des territoires du Canada et offre des services de vente en ligne sur son site Web à l’adresse www.chapters.indigo.ca. Au 2 octobre 2010, la société exploitait 96 librairies à grande surface sous les bannières Chapters, Indigo et World’s Biggest Bookstore, 149 librairies à petite surface sous les bannières Coles, Indigo, Indigospirit, SmithBooks et The Book Company et un magasin correspondant à un nouveau concept sous la bannière Pistachio. Au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011, la société n’a ouvert ni fermé aucune librairie à grande surface ou à petite surface.

La société possède une participation de 50 % dans la société en commandite Calendar Club du Canada («Calendar Club»), qui exploite des kiosques saisonniers et des magasins ouverts toute l’année dans des centres commerciaux partout au Canada.

En février 2009, Indigo a lancé Shortcovers (www.shortcovers.com), une nouvelle destination numérique offrant des services en ligne et mobiles donnant un accès instantané à des livres, des articles et des blogues. En décembre 2009, Indigo a transféré l’actif net de Shortcovers dans la nouvelle société Kobo Inc. («Kobo») et a donné le nom de www.kobobooks.com au site Web de Shortcovers. Le 8 septembre 2010, Kobo a conclu une entente avec certains de ses actionnaires existants (les «investisseurs») afin de fournir des fonds additionnels à Kobo à la survenue d’événements de financement précis.

Selon l’entente, les investisseurs ont le droit de souscrire un maximum de 5 714 285 actions ordinaires à 1,75 $ l’action. Les investisseurs ont aussi le droit, à leur gré, de souscrire une attribution excédentaire allant jusqu’à 1 714 285 actions ordinaires à 1,75 $ l’action.

Le premier événement de financement en vertu de cette entente a eu lieu le 8 septembre 2010, et Indigo a acheté 2 040 816 actions pour 3,6 millions de dollars. Le reste des investisseurs a acquis 680 272 actions pour 1,2 million de dollars. Par suite de cette opération, la participation d’Indigo dans Kobo est passée de 57,7 % à 59,3 % des actions ordinaires en circulation de Kobo. Indigo exploite un organisme de bienfaisance enregistré sous le nom de Fondation Indigo pour l’amour de la lecture (la «Fondation»). La Fondation procure des livres et du matériel d’apprentissage neufs à des écoles primaires dont les besoins sont pressants partout au pays au moyen de dons offerts par Indigo, ses clients, ses fournisseurs et ses employés.

Le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation pour le deuxième trimestre de l’exercice 2011 s’est établi à 24 775 067, comparativement à 24 538 929 il y a un an. Au 9 novembre 2010, 24 869 540 actions ordinaires d’une valeur comptable de 199,9 millions de dollars étaient en circulation; le nombre d’actions ordinaires réservées à des fins d’émission aux termes du régime d’options sur actions à l’intention des employés était de 2 236 444. Au 2 octobre 2010, 1 645 100 options sur actions étaient en cours, dont 800 100 pouvaient être exercées.

3 Résultats d’exploitation Le tableau ci-après présente un sommaire des états des résultats consolidés pour les périodes indiquées.

Le classement de l’information financière présentée ci-après est propre à Indigo et peut ne pas être comparable à celui qu’utilisent d’autres détaillants. Croissance des produits induite par l’ouverture de nouvelles librairies et les ventes de lecteurs eReader Le total des produits consolidés est passé de 207,0 millions de dollars pour la période terminée le 26 septembre 2009 à 214,8 millions de dollars pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, soit une augmentation de 7,8 millions de dollars ou 3,8 %. Cette augmentation a été induite par les nouvelles librairies à grande surface qui n’étaient pas ouvertes au deuxième trimestre de l’exercice précédent, la croissance des ventes d’articles-cadeaux, de jouets et de produits de papier et la vente de lecteurs eReader de Kobo.

Les ventes des librairies comparables pour le trimestre ont baissé de 0,7 % pour les librairies à grande surface, principalement en raison de la diminution des ventes de livres de littérature générale qui a été compensée par une croissance des ventes d’articles-cadeaux, de jouets, de produits de papier et de lecteurs eReader. Les ventes des librairies comparables ont diminué également de 4,8 % pour les librairies à petite surface, surtout à cause d’un recul des ventes de livres de littérature générale. Les ventes des librairies comparables correspondent aux ventes générées par les librairies qui sont en exploitation depuis plus de 12 mois sur une base de 52 semaines.

Elles constituent une mesure du rendement importante pour la société, puisqu’en sont exclues les fluctuations des ventes attribuables aux fermetures de librairies, aux déménagements permanents et à l’expansion de la chaîne. Pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, les ventes en ligne ont régressé de 1,4 million de dollars ou 7,0 % et atteint 18,6 millions de dollars en regard de 20,0 millions de dollars pour la période terminée le 26 septembre 2009, étant donné que davantage de clients choisissent eBook. Les produits provenant d’autres sources, soit les produits tirés des ventes de cartes de fidélité, les produits relatifs aux cartes-cadeaux jamais échangées, les produits générés par le Calendar Club, les produits tirés des ventes en gros et les produits attribuables à Kobo, ont augmenté de 9,2 millions de dollars par rapport à il y a un an pour un total de 16,9 millions de dollars, principalement en raison des ventes liées à eBook et eReader de Kobo.

Depuis le début de l’exercice, le total des produits consolidés s’est accru de 18,6 millions de dollars, ou 4,6 %, par rapport à 400,5 millions de dollars pour la même période de l’exercice précédent pour atteindre 419,1 millions de dollars. Les ventes à ce jour des librairies comparables ont été supérieures de 0,4 % à pour les librairies à grande surface et inférieures de 2,8 % pour les librairies à petite surface.

(en millions de dollars) Produits 214,8 100,0 207,0 100,0 419,1 100,0 400,5 100,0 Coût des ventes 124,4 57,9 114,7 55,4 242,1 57,8 222,5 55,6 Charges d'exploitation 65,3 30,4 63,2 30,5 129,9 31,0 126,2 31,5 Frais de vente et d'administration 22,4 10,4 19,2 9,3 45,1 10,8 37,9 9,5 BAIIA 1 2,7 1,3 9,9 4,8 2,0 0,5 13,9 3,5 En pourcentage des produits 1 Bénéfice avant intérêts, impôts, amortissement, participation ne donnant pas le contrôle et éléments non récurrents. Voir aussi la rubrique «Mesures non conformes aux PCGR». Périodes de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 En pourcentage des produits Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 En pourcentage des produits Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009 En pourcentage des produits

4 Les produits selon les circuits sont présentés ci-après : (en millions de dollars) Librairies à grande surface 147,5 145,6 1,3 (0,7) Librairies à petite surface 31,8 33,7 (5,6) (4,8) En ligne (y compris les librairies-kiosques) 18,6 20,0 (7,0) s.o. Divers 16,9 7,7 119,5 s.o. 214,8 207,0 3,8 (1,5) Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Augmentation en pourcentage Augmentation en pourcentage des ventes des librairies comparables Un rapprochement du total des produits et des ventes des librairies comparables est fourni ci-après : Augmentation du coût des ventes (en pourcentage des produits) par rapport à l’exercice précédent Le coût des ventes englobe le coût en magasin des produits vendus, les frais d’expédition des produits vendus en ligne et la provision pour articles manquants ou endommagés, moins tous les montants liés aux programmes d’appui des fournisseurs.

En dollars, le coût des ventes a grimpé de 9,7 millions de dollars pour s’établir à 124,4 millions de dollars pour le trimestre. Cette augmentation est principalement attribuable au coût des produits vendus lié aux ventes de lecteurs eReader de Kobo et aux ventes des nouvelles librairies. Exprimé en pourcentage du total des produits, le coût des ventes au deuxième trimestre de l’exercice 2011 a augmenté de 2,5 %, passant de 55,4 % à 57,9 %. Cette progression est imputable aux lecteurs eReader de Kobo, qui sont assortis d’une marge minime en raison des prix concurrentiels des autres appareils de lecture électronique ainsi qu’à la diminution du soutien promotionnel par les maisons d’édition par rapport à il y a un an.

Depuis le début de l’exercice, le coût des ventes en pourcentage du total des produits a grimpé de 2,2 %, passant de 55,6 % à 57,8 %, pour les mêmes raisons décrites ci-dessus.

Augmentation des charges d’exploitation (en pourcentage des produits) par rapport à l’exercice précédent Les charges d’exploitation comprennent tous les frais liés aux librairies, à la vente en ligne, au centre de distribution et au Calendar Club. Exprimées en pourcentage du total des produits, les charges d’exploitation ont diminué de 0,1 % au deuxième trimestre par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Cette baisse du pourcentage résulte d’une augmentation des produits provenant des ventes de lecteurs eReader de Kobo (en millions de dollars) Total des produits 147,5 145,6 31,8 33,7 Ajustements au titre des librairies non comptabilisés au cours des deuxpériodes (6,4) (3,5) (1,5) (1,9) Ventes des librairies comparables 141,1 142,1 30,3 31,8 Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Grandes surfaces Petites surfaces

5 à la librairie, qui comportent des charges d’exploitation additionnelles minimales. En dollars, les charges d’exploitation se sont accrues de 2,1 millions de dollars surtout à cause d’une hausse des frais d’occupation, des coûts de main-d’œuvre et des coûts du centre de distribution. Les frais d’occupation ont grimpé de 0,6 million de dollars principalement en raison de l’exploitation de librairies à grande surface additionnelles par rapport à il y a un an. Quant aux coûts de main-d’œuvre, ils ont fait un bond de 0,9 million de dollars par suite d’une hausse des taux du salaire minimum dans la plupart des provinces et de l’ouverture de nouveaux magasins à grande surface, comme il a été mentionné précédemment.

Les coûts du centre de distribution ont augmenté de 0,8 million de dollars, parce que l’accroissement du volume d’unités a entraîné une montée des coûts de main-d’œuvre et des frais de transport. Ces augmentations ont été en partie compensées par une baisse de 0,2 million de dollars des charges au titre de Pistachio en raison de l’exploitation d’un magasin de moins par rapport à il y a un an. Depuis le début de l’exercice, les charges d’exploitation ont reculé de 0,5 % pour représenter 31,0 % du total des produits en regard de 31,5 % pour la même période de l’exercice précédent.

Augmentation des frais de vente et d’administration en raison des charges relatives à Kobo Les frais de vente et d’administration renferment toutes les charges relatives à la commercialisation et au siège social et les frais d’administration de Kobo. En dollars, ces frais ont augmenté de 3,2 millions de dollars en regard de la même période de l’exercice précédent. Exprimés en pourcentage du total des produits, les frais de vente et d’administration ont grimpé de 1,1 % au deuxième trimestre par rapport à la période correspondante du dernier l’exercice.

La société a comptabilisé une hausse des charges d’exploitation de 4,8 millions de dollars imputable à Kobo par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Au deuxième trimestre, les charges liées à l’exploitation de Kobo ont totalisé 5,9 millions de dollars, en regard du montant de 1,1 million de dollars affecté par Indigo à des projets numériques il y a un an. Les frais relatifs au siège social ont fait un bond de 1,3 million de dollars en raison de l’accroissement des charges relatives à la commercialisation découlant d’un plus grand nombre de campagnes publicitaires et de l’établissement d’une équipe de développement de produits à l’interne en vue de soutenir le produit portant la marque Indigo. Ces augmentations ont été compensées par une réduction de 2,0 millions de dollars de la prime à payer par la société, les sorties de fonds ayant été moins élevées que prévu comparativement à il y a un an.

Depuis le début de l’exercice, les frais de vente et d’administration se sont accrus de 7,1 millions de dollars en raison des mêmes facteurs mentionnés ci-dessus. Exprimés en pourcentage du total des produits, les frais de vente et d’administration ont augmenté, passant de 9,5 % à 10,7 %. Baisse du BAIIA en pourcentage des produits Le BAIIA, défini comme étant le bénéfice avant intérêts, impôts sur les bénéfices, amortissement, participation ne donnant pas le contrôle et éléments non récurrents, a diminué de 7,2 millions de dollars pour s’établir à 2,7 millions de dollars pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, par rapport à 9,9 millions de dollars pour la période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009.

Comme indiqué précédemment, la baisse du BAIIA est principalement imputable à l’augmentation du coût des ventes, des charges d’exploitation et des frais de vente et d’administration, compensée par la hausse du total des produits. Le BAIIA en pourcentage des produits a reculé pour s’établir à 1,3 % pour le trimestre considéré par rapport à 4,8 % au trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Depuis le début de l’exercice, le BAIIA a diminué de 11,9 millions de dollars pour s’établir à 2,0 millions de dollars par rapport à 13,9 millions de dollars il y a un an en raison des mêmes facteurs mentionnés ci-dessus. En pourcentage des produits, le BAIIA a régressé pour s’établir à 0,5 % depuis le début de l’exercice comparativement à 3,5 % pour la même période de l’exercice précédent.

6 Stabilité de la dotation aux amortissements par rapport à l’exercice précédent La dotation aux amortissements pour la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 s’est maintenue à 7,0 millions de dollars par rapport à il y a un an.

Les dépenses en immobilisations pour le trimestre considéré ont totalisé 17,0 millions de dollars, dont 9,4 millions de dollars se rapportaient à la construction, à la rénovation et à l’équipement de librairies, 4,4 millions de dollars, aux actifs incorporels (principalement les frais liés au logiciel d’application et au développement interne), et 3,2 millions de dollars, au matériel technologique. Une tranche de 2,0 millions de dollars des frais relatifs au matériel technologique de 3,2 millions de dollars a été financée par des contrats de location-acquisition.

Depuis le début de l’exercice, la société a affecté 25,1 millions de dollars aux dépenses en immobilisations, dont 13,2 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 7,9 millions de dollars, pour les actifs incorporels (principalement les frais liés au logiciel d’application et au développement interne), et 4,0 millions de dollars, pour le matériel technologique. Une tranche de 2,3 millions de dollars des frais relatifs au matériel technologique de 4,0 millions de dollars a été financée par des contrats de location-acquisition. Intérêts créditeurs nets constatés La société a constaté des intérêts créditeurs nets de 0,1 million de dollars pour le deuxième trimestre de l’exercice 2010 comparativement à des intérêts créditeurs nets de 0,1 million de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Depuis le début de l’exercice, la société a constaté des intérêts créditeurs nets de 0,1 million de dollars comparativement à néant il y a un an. Les intérêts créditeurs nets de la société sont déduits des intérêts débiteurs au titre des contrats de location-acquisition. Les intérêts créditeurs reçus ont été plus élevés au cours de l’exercice considéré en raison d’une hausse des taux d’intérêt sur le marché. Réduction de la charge d’impôts par rapport à l’exercice précédent La société a constaté une charge d’impôts sur les bénéfices de 0,5 million de dollars pour le deuxième trimestre comparativement à 0,7 million de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent.

La réduction de la charge d’impôts découle de la diminution du bénéfice avant impôts de la société au cours du trimestre considéré comparativement au deuxième trimestre de l’exercice précédent. En outre, le taux d’imposition effectif annuel estimatif de l’exercice a baissé par rapport à il y a un an. Le taux d’imposition effectif annuel estimatif est moins élevé étant donné que la société dispose d’un crédit reporté de 13,0 millions de dollars qui sera porté en diminution de la charge d’impôts sur les bénéfices de l’exercice considéré par rapport à un crédit reporté de 4,4 millions de dollars à l’exercice précédent.

Le crédit reporté représente l’écart entre la contrepartie nette en espèces versée et la valeur de l’actif d’impôts futurs comptabilisé à l’achat de pertes fiscales auprès d’une société liée.

La société n’a pas constaté de recouvrement d’impôts sur les bénéfices sur la tranche des pertes d’exploitation subies par Kobo, cette dernière étant maintenant une société distincte qui n’a pas démontré qu’il était plus probable qu’improbable qu’elle utilisera ses reports prospectifs de pertes fiscales en fonction de son bénéfice futur prévu. Participation ne donnant pas le contrôle En tant qu’actionnaire majoritaire de Kobo, la société consolide entièrement ses résultats dans ses états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés. La société comptabilise une participation ne donnant pas le contrôle dans ses états des résultats et du résultat étendu consolidés pour refléter la tranche des produits ou des pertes de Kobo attribuable ou imputable aux actionnaires sans contrôle de Kobo.

Pour le trimestre terminé le 2 octobre 2010, la société a comptabilisé une participation ne donnant pas le contrôle de 2,8 millions de dollars relative à la tranche des pertes de Kobo imputable aux actionnaires sans contrôle.

7 Comptabilisation d’une perte nette pour le trimestre considéré La société a constaté une perte nette de 1,8 million de dollars pour le trimestre (une perte nette par action ordinaire de 0,07 $) en regard d’un bénéfice net de 2,2 millions de dollars (un bénéfice net par action ordinaire de 0,09 $) il y a un an. Depuis le début de l’exercice, la société a constaté une perte nette de 7,1 millions de dollars (une perte nette par action ordinaire de 0,29 $) comparativement à une perte nette de 0,1 million de dollars (une perte nette par action ordinaire de 0,00 $) à la période correspondante de l’exercice précédent.

La baisse du bénéfice net tient principalement à la diminution du BAIIA, comme indiqué précédemment. Caractère saisonnier et résultats du deuxième trimestre Les activités d’Indigo sont de nature très saisonnière et suivent des cycles de variation des ventes et des résultats trimestriels semblables à ceux d’autres détaillants qui comptent particulièrement sur les ventes de la saison des Fêtes, en décembre. Une partie considérable des produits et du bénéfice est touchée pendant le troisième trimestre. Par conséquent, le rendement trimestriel n’est pas nécessairement représentatif du rendement de la société pour le reste de l’exercice.

Le tableau suivant présente les produits, le bénéfice net (la perte nette) et le résultat de base et dilué par action pour les huit derniers trimestres.

Aperçu des bilans consolidés Total de l’actif Au 2 octobre 2010, le total de l’actif avait progressé de 52,1 millions de dollars par rapport au total de l’actif au 26 septembre 2009. Cette progression de l’actif est surtout attribuable à un accroissement des stocks, des charges payées d’avance, des actifs incorporels, des immobilisations corporelles et des actifs d’impôts futurs, contrebalancé par une diminution de la trésorerie et des équivalents de trésorerie de la société (y compris les liquidités soumises à restrictions). La position des stocks de la société s’est élevée de 33,1 millions de dollars, surtout à cause des achats anticipés effectués en vue de la saison des Fêtes.

Les charges payées d’avance se sont accrues de 15,6 millions de dollars en raison de la date de fin du trimestre cette année, la société payant d’avance divers coûts, comme le loyer pour le mois d’octobre. Les actifs incorporels ont grimpé de 8,4 millions de dollars, principalement en raison des dépenses relatives aux projets liés à la technologie. Les immobilisations corporelles ont fait un bond de 5,9 millions de dollars du fait notamment des dépenses relatives à la construction, à la rénovation et à l’équipement des librairies. Les actifs d’impôts futurs ont progressé de 5,2 millions de dollars par rapport à il y a un an en raison de l’acquisition de reports prospectifs de pertes fiscales auprès d’une société liée.

La trésorerie et les équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions) ont diminué de 17,2 millions de dollars en raison des achats accrus de stocks et des charges payées d’avance.

Depuis le début de l’exercice, le total de l’actif a augmenté de 29,3 millions de dollars par rapport au 3 avril 2010. L’augmentation du total de l’actif est surtout attribuable à un accroissement des stocks, des charges payées d’avance et des immobilisations corporelles, contrebalancé par une diminution de la trésorerie et des équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions). Les stocks ont progressé de 42,9 millions de dollars, les charges payées d’avance, de 15,4 millions de dollars, et les immobilisations corporelles, de 8,1 millions de dollars, alors que la trésorerie et les équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions) ont reculé de 42,1 millions de dollars par rapport au 3 avril 2010.

La baisse de la trésorerie et des T2 T1 T4 T3 T2 T1 T4 T3 (en milliers de dollars, sauf les Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice Exercice données par action) 2011 2011 2010 2010 2010 2010 2009 2009 Produits 214 764 204 286 228 191 340 195 206 990 193 551 214 522 330 014 Bénéfice net (perte nette) (1 809) (5 308) 497 34 530 2 200 (2 304) 1 917 26 770 Résultat de base par action (0,07) $ (0,21) $ 0,02 $ 1,41 $ 0,09 $ (0,09) $ 0,08 $ 1,09 $ Résultat dilué par action (0,07) $ (0,21) $ 0,02 $ 1,38 $ 0,09 $ (0,09) $ 0,08 $ 1,07 $ Trimestres

8 équivalents de trésorerie (y compris les liquidités soumises à restrictions) et la hausse des stocks et des charges payées d’avance sont représentatives du caractère saisonnier des activités d’Indigo et des achats anticipés de stocks décrits auparavant. Total du passif Au 2 octobre 2010, le total du passif avait grimpé de 27,3 millions de dollars en regard du 26 septembre 2009. L’accroissement du passif est surtout imputable à une augmentation de 16,7 millions de dollars des créditeurs et des charges à payer à court et à long terme et à un accroissement de 11,1 millions de dollars des produits constatés d’avance.

L’augmentation des créditeurs s’explique par la hausse des stocks de la société, comme il a été mentionné ci-dessus. Le crédit reporté, qui découle de l’achat par la société de pertes fiscales et qui est comptabilisé dans les créditeurs et charges à payer à court terme, a progressé de 8,6 millions de dollars par rapport à il y a un an. Au cours de la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, Kobo a commencé à accepter les dépôts sur les commandes anticipées pour son lecteur eReader sans fil d’autres détaillants, ce qui a entraîné une hausse des produits constatés d’avance consolidés d’Indigo.

Ces hausses ont été en partie compensées par un recul de 0,5 million de dollars du total de la dette à long terme, la société ayant effectué des paiements sur ses obligations découlant des contrats de location-acquisition.

Depuis le début de l’exercice, le total du passif a augmenté de 43,6 millions de dollars en regard du 3 avril 2010. Cette augmentation du total du passif est surtout imputable à un accroissement des créditeurs et des charges à payer à court et à long terme de 32,2 millions de dollars et à une hausse de 10,7 millions de dollars des produits constatés d’avance. Participation ne donnant pas le contrôle En tant qu’actionnaire majoritaire de Kobo, la société consolide entièrement ses résultats dans ses états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés. La société comptabilise une participation ne donnant pas le contrôle dans ses bilans consolidés pour refléter la tranche des capitaux propres de Kobo attribuable aux actionnaires sans contrôle de Kobo.

Pour le trimestre terminé le 2 octobre 2010, la société a comptabilisé une participation ne donnant pas le contrôle de 3,7 millions de dollars. Depuis le début de l’exercice, la valeur de la participation ne donnant pas le contrôle a diminué de 3,1 millions de dollars par rapport au 3 avril 2010 en raison de la perte nette de Kobo à ce jour et de l’émission de titres de capitaux propres aux investisseurs. Capitaux propres Au 2 octobre 2010, les capitaux propres s’étaient accrus de 21,1 millions de dollars par rapport au 26 septembre 2009. Cette amélioration est essentiellement attribuable au bénéfice net de 27,9 millions de dollars des quatre derniers trimestres, contrebalancé par des versements de dividendes de 10,4 millions de dollars pour l’exercice précédent.

Le capital social a progressé de 3,3 millions de dollars surtout en raison de l’exercice par les employés de leurs options sur actions, et le surplus d’apport a grimpé de 0,6 million de dollars par suite de la passation en charges des options sur actions attribuées aux employés et des unités d’actions différées à l’intention des administrateurs.

Fonds de roulement et levier financier Le fonds de roulement de la société baisse habituellement de la fin de son exercice jusqu’au troisième trimestre à cause du caractère saisonnier de l’entreprise. La société s’appuie sur l’encaisse et les créditeurs qui constituent les principaux instruments de financement des affaires en attendant de dégager un maximum de liquidités au cours de la saison des Fêtes, en décembre. La société avait un fonds de roulement de 81,0 millions de dollars au 2 octobre 2010 contre 72,8 millions de dollars au 26 septembre 2009 et 106,4 millions de dollars à la fin de l’exercice 2010.

9 Le ratio de levier financier de la société (soit le total du passif par rapport au total des capitaux propres) est demeuré à 1,2:1 à la fin du trimestre en regard de la même période de l’exercice précédent et a légèrement augmenté par rapport au 3 avril 2010. Aperçu des états des flux de trésorerie consolidés La trésorerie et les équivalents de trésorerie ont diminué de 25,0 millions de dollars au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011, comparativement à une augmentation de 9,4 millions de dollars il y a un an. La diminution de 25,0 millions de dollars est imputable aux flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation de 6,0 millions de dollars, aux flux de trésorerie affectés aux activités d’investissement de 16,2 millions de dollars, aux flux de trésorerie affectés aux activités de financement de 1,5 million de dollars et à l’incidence des variations des taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie de 1,2 million de dollars.

Depuis le début de l’exercice, la trésorerie et les équivalents de trésorerie ont enregistré une chute de 44,1 millions de dollars en regard d’une baisse de 13,2 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Flux de trésorerie d’exploitation Les flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation se sont établis à 6,0 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2011, soit une baisse de 37,5 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, où les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont atteint 31,5 millions de dollars.

Les flux de trésorerie du trimestre considéré ont principalement servi à acquérir des stocks d’une valeur de 43,5 millions de dollars et à accroître les charges payées d’avance de 16,2 millions de dollars. Depuis le début de l’exercice, les flux de trésorerie affectés aux activités d’exploitation ont atteint 14,1 millions de dollars en regard de flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation de 16,1 millions de dollars à la même période de l’exercice précédent.

Flux de trésorerie d’investissement Au cours du deuxième trimestre, les flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement se sont établis à 16,2 millions de dollars en regard de 16,6 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent. La variation des liquidités soumises à restrictions pour le deuxième trimestre de l’exercice considéré s’est élevée à 1,2 million de dollars et représente principalement un montant donné en garantie d’obligations en vertu de lettres de crédit émises pour appuyer les achats de marchandises à l’étranger de la société. Au cours du trimestre considéré, la société a dépensé 9,4 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 4,4 millions de dollars pour les actifs incorporels et 1,2 million de dollars pour les produits liés à la technologie.

Au cours du deuxième trimestre de l’exercice précédent, la société a affecté 12,1 millions de dollars à la construction, à la rénovation et à l’équipement de librairies, 2,9 millions de dollars à des actifs incorporels et 1,5 million de dollars à des produits liés à la technologie.

Depuis le début de l’exercice, les flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement se sont établis à 24,8 millions de dollars en regard de 23,0 millions de dollars pour la même période de l’exercice précédent. La variation des liquidités soumises à restrictions depuis le début de l’exercice s’est élevée à 2,1 millions de dollars. Les dépenses en immobilisations du présent exercice comprennent 13,2 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 7,9 millions de dollars pour les actifs incorporels (y compris les frais liés au logiciel d’application et au développement interne) et 1,7 million de dollars pour le matériel technologique.

Les dépenses en immobilisations pour la période correspondante de l’exercice précédent incluaient 14,7 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l’équipement de librairies, 6,1 millions de dollars pour les actifs incorporels et 2,1 millions de dollars pour les projets liés à la technologie.

10 Flux de trésorerie de financement Les flux de trésorerie nets affectés aux activités de financement se sont établis à 1,5 million de dollars au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2010 contre 5,6 millions de dollars pour la période correspondante de 2009. Cette diminution est attribuable à une baisse de 2,2 millions de dollars des dividendes versés en raison du calendrier de versement des dividendes, à une augmentation de 1,0 million de dollars du produit des émissions d’actions et à des rentrées de fonds de 1,2 million de dollars découlant de l’émission de titres de capitaux propres par Kobo aux investisseurs au cours du deuxième trimestre.

Depuis le début de l’exercice, les flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement ont atteint 5,1 millions de dollars comparativement à 6,3 millions de dollars à l’exercice précédent. Cette diminution est surtout attribuable aux mêmes facteurs qui ont entraîné la variation des flux de trésorerie affectés aux activités de financement, comme il a été mentionné précédemment.

Situation de trésorerie et sources de financement Les activités de la société sont de nature très saisonnière, puisqu’elles génèrent la quasi-totalité des produits et des flux de trésorerie pendant la saison des Fêtes, en décembre.

Indigo compte peu de débiteurs, ses clients réglant principalement leurs achats au comptant ou par carte de crédit, et elle achète ses produits selon des conditions de commerce aux termes desquelles elle a le droit de retourner une partie importante de ses produits. Les flux de trésorerie d’exploitation et la dette à long terme constituent les principales sources de financement d’Indigo. Indigo investit sa trésorerie dans des actifs très liquides. La société n’investit pas dans du papier commercial adossé à des actifs.

En se fondant sur la situation de trésorerie de la société et ses prévisions à l’égard des flux de trésorerie, le conseil d’administration a approuvé une hausse de 10 % du dividende en espèces trimestriel de la société, le faisant passer à 0,11 $ par action ordinaire, ou 0,44 $ par action ordinaire annuellement, à compter du premier trimestre de l’exercice considéré. Selon le niveau actuel des activités d’exploitation, la direction prévoit que les flux de trésorerie d’exploitation suffiront à combler ses besoins de fonds de roulement et à assurer le service de la dette et le versement des dividendes pour l’exercice 2011.

Indigo peut également, s’il le faut, réduire ses dépenses en immobilisations pour assurer le service de sa dette, bien qu’une baisse à long terme des dépenses en immobilisations puisse avoir une incidence défavorable sur la croissance des produits et des bénéfices. Les déclarations futures de dividendes trimestriels et l’établissement des dates de clôture des registres et de versement des dividendes dépendent de la décision finale du conseil d’administration de la société. Les dividendes peuvent être réduits ou éliminés au besoin aux fins du maintien de ressources financières suffisantes. Rien ne garantit que les activités d’exploitation n’accuseront pas une baisse au cours de l’exercice qui vient, ce qui empêcherait la société de combler ses besoins de fonds de roulement à court terme et de remplir les exigences du service des contrats de location-acquisition.

En outre, d’autres facteurs encore inconnus de la direction pourraient avoir une incidence considérable et néfaste sur les flux de trésorerie futurs d’Indigo. Le cas échéant, la société devrait obtenir auprès d’autres sources les capitaux additionnels nécessaires pour satisfaire à ses besoins de fonds de roulement et aux exigences du service de la dette. Le recours à d’autres sources de financement pourrait accroître la dilution pour les actionnaires et se réaliser selon des modalités qui pourraient ne pas être favorables pour la société.

Conventions comptables Estimations comptables critiques Le rapport de gestion d’Indigo est fondé sur les états financiers consolidés, lesquels ont été dressés selon les principes comptables généralement reconnus («PCGR») du Canada. La préparation de ces états financiers consolidés exige de la société qu’elle fasse des estimations à l’égard de plusieurs variables qui sont, par nature,

11 incertaines. Ces estimations et hypothèses peuvent influer sur les montants constatés des actifs, des passifs, des produits et des charges. Indigo fonde ses estimations sur les résultats passés et sur d’autres hypothèses qui, selon l’avis de la société, sont raisonnables dans les circonstances.

La société évalue également ses estimations de façon continue. Les méthodes qui ont servi au calcul des estimations comptables critiques sont conformes à celles utilisées au cours des périodes précédentes. Les conventions comptables importantes de la société sont décrites à la note 2 afférente aux états financiers consolidés du rapport annuel de l’exercice 2010, et les estimations comptables critiques sont présentées dans le rapport de gestion du rapport annuel de 2010. Au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011, aucune modification importante n’a été apportée aux provisions pour produits à rotation lente ou pour produits endommagés ni pour la papeterie et les articles-cadeaux qui ont été soldés.

De plus, aucune modification importante n’a été apportée aux actifs d’impôts futurs ou à l’évaluation par la direction de la dépréciation des actifs à long terme, des actifs incorporels et de l’écart d’acquisition. Par ailleurs, la méthode de calcul des produits relatifs aux cartes-cadeaux jamais échangées est conforme à celle qui a été utilisée au cours des périodes antérieures. Nouvelles prises de position comptables La société adoptera les normes comptables suivantes dans l’avenir. Instruments financiers – comptabilisation et évaluation En avril 2009, l’ICCA a modifié le chapitre 3855, «Instruments financiers – comptabilisation et évaluation», afin de clarifier quand une option de remboursement anticipé incorporée est séparée de son instrument d’emprunt hôte.

La modification prendra effet pour les états financiers intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011, et l’adoption anticipée est permise. La modification n’a pas d’incidence sur les résultats d’exploitation, la situation financière ou les informations à fournir d’Indigo. La société prévoit adopter les nouvelles dispositions à compter de l’exercice 2012.

Regroupements d’entreprises Le chapitre 1582 du Manuel de l’ICCA, «Regroupements d’entreprises», remplace le chapitre 1581 existant, «Regroupements d’entreprises». L’ICCA a aussi publié le chapitre 1601, «États financiers consolidés», et le chapitre 1602, «Participations ne donnant pas le contrôle», qui remplacent le chapitre 1600, «États financiers consolidés». Ces nouvelles normes sont basées sur la Norme internationale d’information financière 3, Regroupements d’entreprises, de l’International Accounting Standards Board («IASB») et remplaceront les normes existantes portant sur les regroupements d’entreprises et les états financiers consolidés.

L’objectif visé par ces nouvelles normes consiste à harmoniser les conventions comptables du Canada utilisées à l’égard des regroupements d’entreprises avec les conventions comptables internationales et américaines. Les trois nouvelles normes doivent être adoptées en même temps et s’appliqueront aux états financiers consolidés intermédiaires et annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Les actifs et les passifs qui découleront des regroupements d’entreprises dont les dates d’acquisition précèdent l’application des nouvelles normes ne seront pas rajustés au moment de l’application de ces nouvelles normes.

Le chapitre 1602 doit être appliqué rétrospectivement, sauf pour ce qui est de certains éléments. La société prévoit adopter les nouvelles normes comptables à compter de l’exercice 2012. L’adoption de ces nouvelles normes n’aura aucune incidence rétrospective sur les résultats d’exploitation, la situation financière ou les informations à fournir d’Indigo. Normes internationales d’information financière («IFRS») En février 2008, le Conseil des normes comptables du Canada a confirmé son plan de convergence avec les IFRS. Un bilan d’ouverture selon les IFRS a été préparé en date du 4 avril 2010 («date de transition»), afin de faciliter le basculement aux IFRS.

Toutefois, la société continuera de présenter ses résultats de l’exercice 2011 et ses

12 résultats comparatifs de l’exercice 2010 selon les PCGR du Canada. La société préparera et présentera ses états financiers consolidés annuels et intermédiaires selon les IFRS à compter de l’exercice 2012, avec les résultats comparatifs de l’exercice 2011 aussi selon les IFRS, après la date de basculement du 3 avril 2011. Une description détaillée de la structure et de l’état du projet de conversion aux IFRS de la société a été incluse à la section «Nouvelles prises de position comptables» du rapport de gestion faisant partie du rapport annuel de 2010 de la société. Le projet de conversion aux IFRS avance comme prévu, et aucune modification importante n’a été apportée à sa structure ni à son calendrier.

La société a fait appel à ses vérificateurs pour exécuter les procédures de vérification à l’égard des ajustements de transition enregistrés dans le bilan d’ouverture selon les IFRS. Une première ébauche du bilan d’ouverture selon les IFRS a été préparée, et nos vérificateurs ont terminé leurs procédures. Les résultats de ces procédures font présentement l’objet d’un examen. La société procède également à l’établissement des chiffres comparatifs trimestriels selon les IFRS, y compris la présentation par voie de notes.

Dans le cadre de la conversion aux IFRS de la société, la documentation du processus a été mise à jour afin de refléter les nouvelles procédures requises pour la présentation de l’information financière selon les IFRS.

La société évalue ces procédures afin de déterminer si elles entraîneront une modification importante des contrôles internes. La société continue également d’effectuer des tests sur la capacité de son système informatique existant à saisir les données nécessaires à la communication d’informations selon les IFRS. À ce jour, aucun problème important n’a été relevé. Les essais se poursuivront tout au long du processus de conversion aux IFRS si de nouvelles incidences sont relevées.

L’information présentée ci-dessus est fournie de façon à permettre aux investisseurs et à d’autres intéressés d’acquérir une meilleure compréhension de notre plan de conversion aux IFRS et des effets possibles sur, par exemple, nos états financiers consolidés et nos mesures de rendement d’exploitation. Les lecteurs sont avertis, cependant, qu’il peut ne pas être approprié d’utiliser cette information à d’autres fins. Celle-ci reflète également nos plus récentes hypothèses et attentes; des événements, comme des changements aux IFRS, aux règlements ou à la conjoncture économique, pourraient survenir et modifier ces hypothèses ou attentes.

Risques et incertitudes Les risques et les incertitudes auxquels fait face la société sont essentiellement les mêmes que ceux décrits dans le rapport de gestion du rapport annuel de l’exercice 2010. Contrôles et procédures de communication de l’information La direction est responsable de l’élaboration et du maintien des contrôles et procédures de communication de l’information pour fournir une assurance raisonnable que toute l’information importante sur la société est saisie et communiquée en temps opportun à la haute direction, y compris au chef de la direction et au chef des services financiers, de façon à ce que des décisions appropriées puissent être prises au sujet de la publication de l’information.

Contrôle interne à l’égard de l’information financière La direction est aussi responsable de la conception et du maintien d’un contrôle interne approprié à l’égard de l’information financière pour fournir une assurance raisonnable que l’information financière est fiable et que les états financiers consolidés ont été établis, aux fins de la publication de l’information financière, conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada.

13 Tous les contrôles internes, peu importe la qualité de leur conception, ont des limites inhérentes. Ainsi, même les systèmes reconnus comme efficaces ne peuvent fournir qu’une assurance raisonnable à l’égard de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés.

En outre, la direction est nécessairement tenue de faire preuve de jugement dans l’évaluation de ces contrôles et procédures.

Changements au titre du contrôle interne à l’égard de l’information financière La direction a également évalué si des changements avaient été apportés au titre du contrôle interne de la société à l’égard de l’information financière au cours de la période commençant le 4 juillet 2010 et se terminant le 2 octobre 2010 qui influent de façon importante, ou qui risquent d’influer de façon importante, sur le contrôle interne à l’égard de l’information financière de la société. La société a déterminé qu’aucun changement important n’avait été apporté au contrôle interne au cours de cette période.

Au cours de cette période, la société a ouvert un nouveau centre de distribution qui sert surtout à gérer les stocks liés à l’entreprise en ligne.

Une nouvelle application logicielle de gestion d’entrepôt en vue de traiter les opérations au nouveau centre de distribution a également été lancée. La direction a conçu des contrôles pour traiter les changements importants qui sont survenus par suite de l’ouverture de ce centre de distribution. La société continue d’exploiter son centre de distribution actuel, qui est maintenant orienté vers la gestion des stocks liés à l’entreprise de détail. Aucun changement n’a été apporté à l’application logicielle de gestion d’entrepôt utilisée au centre de distribution au détail.

Avertissement concernant les énoncés prospectifs Le présent rapport contient des énoncés prospectifs. Tous les énoncés, autres que les énoncés sur des faits historiques, compris dans le présent rapport qui traitent des activités, des événements ou de l’évolution des affaires qui, selon la société, se produiront ou pourraient se produire dans l’avenir sont des énoncés prospectifs. Ces énoncés sont fondés sur certaines hypothèses et analyses formulées par la société selon ses résultats, son analyse et sa perception des tendances passées, de la conjoncture actuelle et de l’évolution future prévue des affaires ainsi que sur d’autres facteurs qu’elle croit pertinents dans les circonstances.

Toutefois, la conformité des résultats réels et de l’évolution des affaires aux prévisions et aux prédictions de la société est assujettie à un certain nombre de risques et d’incertitudes, notamment les conditions économiques générales et la conjoncture du marché ou du secteur, les mesures concurrentielles prises par d’autres sociétés, les modifications aux lois et aux règlements, et d’autres facteurs dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la société. Par conséquent, tous les énoncés prospectifs figurant dans le présent rapport sont donnés sous réserve de ces avertissements, et rien ne garantit que les résultats ou l’évolution des affaires anticipés par la société se matérialiseront ou, s’ils se matérialisent en grande partie, qu’ils auront les répercussions prévues sur la société.

Mesures financières non conformes aux PCGR La société prépare ses états financiers consolidés selon les principes comptables généralement reconnus du Canada. De façon à donner un éclairage additionnel sur l’entreprise, la société a également fourni des données non conformes aux PCGR, notamment les ventes des librairies comparables et le BAIIA, dans le présent rapport de gestion. Aucune de ces mesures n’a de signification normalisée prescrite par les PCGR. Elles sont donc propres à Indigo et peuvent ne pas être comparables à des mesures semblables présentées par d’autres sociétés. Les ventes des librairies comparables et le BAIIA sont des indicateurs clés utilisés par la société pour mesurer le rendement par rapport aux cibles internes et aux résultats des périodes antérieures.

Ces deux mesures sont souvent utilisées par des analystes financiers et des investisseurs pour comparer Indigo aux autres détaillants. Les ventes des librairies comparables correspondent aux ventes générées par les librairies qui ont été en exploitation pendant

14 plus de 12 mois sur une base de 52 semaines. Elles constituent une mesure du rendement importante pour la société puisqu’en sont exclues les fluctuations des ventes attribuables aux fermetures de librairies, aux déménagements permanents et à l’expansion de la chaîne. Le BAIIA est défini comme étant le bénéfice avant intérêts, impôts, amortissement et participation ne donnant pas le contrôle. La méthode de calcul du BAIIA est conforme à celle qui a été utilisée au cours des périodes antérieures. Un rapprochement des ventes et des produits des librairies comparables (la mesure la plus comparable aux PCGR) a déjà été présenté dans le présent rapport.

Un rapprochement du BAIIA et du bénéfice avant impôts sur les bénéfices et participation ne donnant pas le contrôle (la mesure la plus comparable aux PCGR) est présenté ci-après : (en millions de dollars) BAIIA 2,7 9,9 2,0 13,9 Amortissement des immobilisations 4,5 4,9 9,0 9,8 Amortissement des actifs incorporels 2,5 2,1 4,9 4,0 Intérêts sur la dette à long terme et sur les frais de financement 0,0 0,1 0,0 0,1 Intérêts créditeurs sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie (0,1) (0,1) (0,2) (0,1) Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices et participation ne donnant pas le contrôle (4,2) 2,9 (11,7) 0,1 Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009

15 Indigo Books & Music Inc. 468 King Street West, Suite 500 Toronto (Ontario) M5V 1L8 Téléphone : 416-364-4499 Télécopieur : 416-364-0355 AVIS DE DIVULGATION DE NON-EXAMEN DES ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES PAR LES VÉRIFICATEURS En vertu de l’article 4.3(3)(a) de la partie 4 du Règlement 51-102, si un vérificateur n’a pas effectué l’examen des états financiers intermédiaires, ces états financiers doivent être accompagnés d’un avis indiquant ce fait.

Les états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés ci-joints de la société sont la responsabilité de la direction et ont été préparés par celle-ci.

Les vérificateurs indépendants de la société n’ont pas effectué un examen des présents états financiers intermédiaires. Heather Reisman Jim McGill Présidente du conseil et chef de la direction Chef de l’exploitation et chef des services financiers En ce 9e jour de novembre 2010.

16 Au nom du conseil d’administration, Heather M. Reisman, administratrice Michael Kirby, administrateur (en milliers de dollars) ACTIF Actif à court terme Trésorerie et équivalents de trésorerie 59 350 78 589 103 489 Liquidités soumises à restrictions [note 9] 2 472 466 409 Débiteurs 10 535 8 470 8 455 Stocks [note 7] 267 316 234 190 224 406 Impôts sur les bénéfices recouvrables 899 866 899 Charges payées d'avance 22 152 6 577 6 771 Actifs d'impôts futurs 6 578 5 885 6 615 Total de l'actif à court terme 369 302 335 043 351 044 Immobilisations corporelles 85 580 79 672 77 478 Actifs incorporels 26 781 18 393 23 794 Actifs d'impôts futurs 40 894 36 422 40 894 Écart d'acquisition 26 632 27 523 26 632 Total de l'actif 549 189 497 053 519 842 PASSIF ET CAPITAUX PROPRES Passif à court terme Créditeurs et charges à payer [notes 8 et 10] 263 314 247 273 229 920 Produits constatés d'avance 23 619 12 537 12 882 Tranche à moins d'un an de la dette à long terme [notes 8 et 9] 1 392 2 408 1 863 Total du passif à court terme 288 325 262 218 244 665 Charges à payer à long terme [note 8] 6 962 6 296 8 203 Dette à long terme [notes 8 et 9] 2 347 1 827 1 174 Total du passif 297 634 270 341 254 042 Participation ne donnant pas le contrôle [note 12] 3 738 - 6 831 Capitaux propres Capital social [note 5] 199 906 196 638 198 635 Surplus d'apport [note 6] 4 992 4 351 4 670 Bénéfices non répartis 42 919 25 723 55 664 Total des capitaux propres 247 817 226 712 258 969 Total du passif et des capitaux propres 549 189 497 053 519 842 Voir les notes afférentes aux états financiers consolidés.

Bilans consolidés (non vérifié) Au 2 octobre 2010 Au 26 septembre 2009 Au 3 avril 2010

17 (en milliers de dollars, sauf les données par action) Produits 214 764 206 990 419 050 400 541 Coût des ventes, charges d'exploitation et frais de vente et d'administration [notes 7 et 12] 212 040 197 075 417 054 386 667 2 724 9 915 1 996 13 874 Amortissement des immobilisations 4 465 4 918 8 970 9 830 Amortissement des actifs incorporels 2 518 2 124 4 930 3 965 6 983 7 042 13 900 13 795 Bénéfice (perte) avant ce qui suit (4 259) 2 873 (11 904) 79 Intérêts sur la dette à long terme et frais de financement 10 61 43 118 Intérêts créditeurs sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie (104) (125) (184) (136) Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices et participation ne donnant pas le contrôle (4 165) 2 937 (11 763) 97 Charge d'impôts 458 737 37 201 Bénéfice (perte) avant participation ne donnant pas le contrôle (4 623) 2 200 (11 800) (104) Participation ne donnant pas le contrôle (2 814) - (4 683) - Résultat net et résultat étendu pour la période (1 809) 2 200 (7 117) (104) Résultat par action ordinaire [note 4] De base (0,07) $ 0,09 $ (0,29) $ (0,00) $ Dilué (0,07) $ 0,09 $ (0,29) $ (0,00) $ Vor les notes afférentes aux états financiers consolidés.

États des résultats et du résultat étendu consolidés (non vérifié) Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009

18 (en milliers de dollars) Bénéfices non répartis au début de la période 55 664 30 734 Perte nette de la période (7 117) (104) Prime au rachat d'actions [note 5] (177) - Dividendes versés (5 451) (4 907) Bénéfices non répartis à la fin de la période 42 919 25 723 Voir les notes afférentes aux états financiers consolidés. États des bénéfices non répartis consolidés (non vérifié) Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009

19 (en milliers de dollars) FLUX DETRÉSORERIED'EXPLOITATION Bénéfice net (perte nette) (1 809) 2 200 (7 117) (104) Ajouter (déduire) les éléments n'influant pas sur la trésorerie Amortissement des immobilisations 4 465 4 918 8 970 9 830 Amortissement des actifs incorporels 2 518 2 124 4 930 3 965 Rémunération à base d'actions [note 6] 131 268 306 511 Rémunération à base d'actions des administrateurs [note 6] 204 68 316 193 Actifs d'impôts futurs 458 832 37 296 Perte à la cession d'immobilisations 2 165 69 173 Participation ne donnant pas le contrôle (2 814) - (4 683) - Divers 1 449 (70) 523 35 Variation nette des soldes du fonds de roulement hors caisse liés à l'exploitation Débiteurs 292 (560) (2 080) 1 420 Stocks (43 480) (25 982) (42 910) (12 423) Charges payées d'avance (16 204) (946) (15 381) (1 459) Impôts sur les bénéfices recouvrables - (1 210) - (1 210) Produits constatés d'avance 8 770 103 10 737 925 Créditeurs et charges à payer 40 017 49 587 32 153 13 915 Flux de trésorerie d'exploitation (6 001) 31 497 (14 130) 16 067 FLUX DETRÉSORERIED'INVESTISSEMENT Variation des liquidités soumises à restrictions (1 276) (103) (2 063) (98) Acquisition d'immobilisations (10 535) (13 567) (14 812) (16 805) Ajout d'actifs incorporels (4 438) (2 905) (7 917) (6 059) Flux de trésorerie d'investissement (16 249) (16 575) (24 792) (22 962) FLUX DETRÉSORERIEDEFINANCEMENT Remboursement de la dette à long terme (961) (762) (1 627) (1 504) Produit de l'émission d'actions [note 5] 1 107 101 1 181 129 Rachat d'actions ordinaires [note 5] (74) - (387) - Émission de titres de capitauxpropres par une filiale à un détenteur d'une participation ne donnant pas le contrôle [note 12] 1 190 - 1 190 - Dividendes versés (2 729) (4 907) (5 451) (4 907) Flux de trésorerie de financement (1 467) (5 568) (5 094) (6 282) Incidence des variations de tauxde change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie (1 247) 70 (123) (35) Augmentation (diminution) nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie au cours de la période (24 964) 9 424 (44 139) (13 212) Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période 84 314 69 165 103 489 91 801 Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période 59 350 78 589 59 350 78 589 Voir les notes afférentes aux états financiers consolidés.

États des flux de trésorerie consolidés (non vérifié) Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009

20 1. PRÉSENTATION DE L’INFORMATION FINANCIÈRE Les présents états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés ne renferment pas toutes les informations requises selon les principes comptables généralement reconnus du Canada pour les états financiers consolidés annuels vérifiés et, par conséquent, ils doivent être lus avec les états financiers consolidés annuels vérifiés les plus récents préparés pour la période de 53 semaines terminée le 3 avril 2010.

Les résultats d’exploitation pour les périodes de 13 et 26 semaines terminées les 2 octobre 2010 et 26 septembre 2009 et les soldes à ces dates sont non vérifiés.

2. CARACTÈRE SAISONNIER DE L’EXPLOITATION Les activités d’Indigo Books & Music Inc. (la «société» ou «Indigo») suivent un modèle saisonnier, les ventes étant supérieures au cours du troisième trimestre de l’exercice, compte tenu des habitudes d’achat des consommateurs pendant la saison des Fêtes. Par conséquent, une partie très considérable des produits d’exploitation annuels est habituellement touchée pendant le troisième trimestre. Ainsi, les résultats d’exploitation pour les périodes de 13 et 26 semaines terminées les 2 octobre 2010 et 26 septembre 2009 ne sont pas représentatifs des résultats des autres périodes.

3. CONVENTIONS COMPTABLES À l’exception de ce qui suit, les présents états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés ont été dressés selon les mêmes conventions et méthodes comptables que celles qui ont été appliquées à la préparation des plus récents états financiers consolidés annuels vérifiés pour la période de 53 semaines terminée le 3 avril 2010.

Liquidités soumises à restrictions Les liquidités sont considérées comme soumises à des restrictions lorsqu’elles sont assujetties aux droits éventuels d’un tiers, qu’il s’agisse d’un client, d’un fournisseur ou d’un organisme public. Nouvelles prises de position comptables Instruments financiers – comptabilisation et évaluation En avril 2009, l’ICCA a modifié le chapitre 3855, «Instruments financiers – comptabilisation et évaluation», afin de clarifier quand une option de remboursement anticipé incorporée est séparée de son instrument d’emprunt hôte. La modification prendra effet pour les états financiers intermédiaires et annuels se rapportant aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011, et l’adoption anticipée est permise.

La modification n’a pas d’incidence sur les résultats d’exploitation, la situation financière ou les informations à fournir d’Indigo. La société prévoit adopter les nouvelles dispositions à compter de l’exercice 2012.

Regroupements d’entreprises Le chapitre 1582 du Manuel de l’ICCA, «Regroupements d’entreprises», remplace le chapitre 1581 existant, «Regroupements d’entreprises». L’ICCA a aussi publié le chapitre 1601, «États financiers consolidés», et le chapitre 1602, «Participations ne donnant pas le contrôle», qui remplacent le chapitre 1600, «États financiers consolidés». Ces nouvelles normes sont basées sur la Norme internationale d’information financière 3, Regroupements d’entreprises, de l’International Accounting Standards Board («IASB») et remplaceront les normes existantes portant sur les regroupements d’entreprises et les états financiers consolidés.

L’objectif visé par ces nouvelles normes consiste à harmoniser les conventions comptables du Canada utilisées à l’égard des regroupements d’entreprises avec les conventions comptables internationales et américaines. Les trois nouvelles normes doivent être adoptées en même temps et s’appliqueront aux états financiers consolidés intermédiaires et annuels pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Les actifs et les passifs qui découleront des regroupements d’entreprises dont les dates d’acquisition précèdent l’application des nouvelles normes ne seront pas rajustés au moment de l’application de ces

21 nouvelles normes. Le chapitre 1602 doit être appliqué rétrospectivement, sauf pour ce qui est de certains éléments. La société prévoit adopter les nouvelles normes comptables à compter de l’exercice 2012. L’adoption de ces nouvelles normes n’aura aucune incidence rétrospective sur les résultats d’exploitation, la situation financière ou les informations à fournir d’Indigo. Normes internationales d’information financière («IFRS») En février 2008, le Conseil des normes comptables du Canada a confirmé son plan de convergence avec les IFRS. La société doit préparer ses états financiers intermédiaires et annuels conformément aux IFRS pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011.

La société a entrepris son projet de conversion aux IFRS en 2008, année où elle a formé une équipe de projet interne et retenu les services d’un conseiller externe pour établir un diagnostic préliminaire et l’étendue des travaux. Jusqu’à maintenant, l’équipe chargée du projet a réalisé un examen détaillé de chaque norme, y compris l’identification des différences entre les conventions actuelles de la société et celles des IFRS, et établi les incidences financières de l’adoption de ces nouvelles normes. L’équipe, avec l’assistance du conseiller externe, a dressé un échantillon d’états financiers historiques de la société selon les IFRS.

Des plans de mise en œuvre du projet sont en cours d’élaboration pour traiter des incidences sur les systèmes informatiques et bases de données, les contrôles et procédures de communication de l’information et les contrôles internes à l’égard de l’information financière. La société suit de près l’incidence de l’évolution des différences entre les PCGR du Canada et les IFRS, puisqu’il est prévu que l’IASB continuera à émettre de nouvelles normes comptables au cours de la période de transition. Par conséquent, l’incidence finale des normes IFRS sur les états financiers consolidés de la société pourra être évaluée seulement lorsque toutes les normes IFRS applicables à la date de conversion seront connues.

4. RÉSULTAT PAR ACTION Le résultat par action est calculé en se fondant sur le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation au cours de la période. Dans le calcul du montant du résultat dilué par action au moyen de la méthode du rachat d’actions, le numérateur correspond à celui utilisé dans le calcul du résultat de base par action, puisque l’exercice présumé des options sur actions de la société et des unités d’actions différées à l’intention des administrateurs ne donne pas lieu à un rajustement du bénéfice net. Les options sur actions de la société et les unités d’actions différées à l’intention des administrateurs étaient antidilutives, si bien qu’elles n’ont pas été incluses dans les calculs du résultat dilué par action du 2 octobre 2010.

Le rapprochement du dénominateur utilisé dans le calcul du résultat dilué par action pour les périodes de 13 et 26 semaines terminées le 26 septembre 2009 se présente comme suit : (en milliers) 24 539 24 533 Incidence des titres dilutifs – Options sur actions 332 332 – Unités d'actions différées 184 184 Nombre moyen pondéré d'actions ordinaires en circulation aux fins du calcul du résultat dilué par action 25 055 25 049 Nombre moyen pondéré d'actions ordinaires en circulation auxfins du calcul du résultat de base par action Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009

22 5. CAPITAL SOCIAL Le capital social se compose de ce qui suit : Le 27 octobre 2009, la société a annoncé son intention de procéder à une offre publique de rachat dans le cours normal des affaires, sous réserve de l’acceptation finale de son avis d’intention par la Bourse de Toronto. Le 27 octobre 2009, la Bourse de Toronto a approuvé l’offre publique de rachat dans le cours normal des affaires. En vertu de cette offre, Indigo peut racheter jusqu’à 1 227 229 de ses actions ordinaires, soit environ 5 % de la totalité des actions ordinaires en circulation. La société sera autorisée à racheter jusqu’à 2 571 actions ordinaires par jour, autres que les actions visées par la dispense relative à la cession de blocs d’actions.

Au cours de la période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010, la société a racheté 26 100 actions ordinaires (néant en 2009) à un prix moyen de 14,79 $ par action pour une contrepartie en espèces totale de 0,4 million de dollars en vertu de cette offre. Les actions rachetées ont été annulées et retournées au capital autorisé. La contrepartie en espèces a dépassé la valeur comptable des actions rachetées de 0,2 million de dollars (néant en 2009), et le montant a été imputé aux bénéfices non répartis.

6. RÉMUNÉRATION À BASE D’ACTIONS Au 2 octobre 2010, 1 645 100 options sur actions étaient en cours à des prix d’exercice variant de 4,45 $ à 16,75 $. De ce nombre, 800 100 options sur actions pouvaient être exercées. Au 26 septembre 2009, 2 020 719 options sur actions étaient en cours, dont 673 864 pouvaient être exercées. La société utilise la méthode de la juste valeur pour comptabiliser les options sur actions, laquelle évalue la juste valeur des options sur actions attribuées à la date de l’attribution et passe en charges cette valeur sur la période d’acquisition des droits. Au cours de la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010, la société a émis des options sur actions, et un montant de 0,1 million de dollars (0,3 million de dollars en 2009) a été constaté comme une charge, le montant compensatoire étant comptabilisé dans le surplus d’apport.

La juste valeur des options sur actions à l’intention des employés est estimée à la date de l’attribution au moyen du modèle de Black et Scholes selon les hypothèses moyennes pondérées suivantes pour les périodes indiquées : Tauxd'intérêt sans risque 2,2 % 2,1 % Volatilité prévue 26,8 % 42,6 % Durée prévue jusqu'à l'exercice 5,9 ans 5,9 ans Tauxde rendement prévu des actions 3,0 % 3,2 % Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Solde au début de la période 24 742 915 198 635 24 526 272 196 471 24 526 272 196 471 Émis au cours de la période Unités d'actions différées à l'intention des administrateurs converties 4 283 60 - - 5 000 70 Options exercées 148 442 1 421 18 300 167 245 156 2 362 Rachat d'actions ordinaires (26 100) (210 ( 33 513) (268) Solde à la fin de la période 24 869 540 199 906 24 544 572 196 638 24 742 915 198 635 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 53 semaines terminée le 3 avril 2010 Nombre d'actions Montant (en milliers) Nombre d'actions Nombre d'actions Montant (en milliers) Montant (en milliers)

23 Le 31 octobre 2002, la société a établi un régime d’unités d’actions différées à l’intention des administrateurs («régime d’unités d’actions différées»). Aux termes de ce régime, les administrateurs reçoivent leurs honoraires annuels et une autre forme de rémunération du conseil d’administration, soit des unités d’actions différées. Le nombre d’actions réservées à des fins d’émission aux termes de ce régime est de 250 000. La société a émis 7 383 unités d’actions différées d’une valeur de 0,1 million de dollars au cours de la période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 (0,1 million de dollars en 2009).

La juste valeur des unités d’actions différées en cours au 2 octobre 2010 était de 2,1 millions de dollars (2,0 millions de dollars en 2009) et a été comptabilisée dans le surplus d’apport.

Dans le cadre de l’opération relative à Kobo conclue à l’exercice 2010, la société a conclu des ententes visant à permettre à un administrateur d’Indigo et à un administrateur de Kobo d’acheter des actions de Kobo. Ces ententes permettent l’achat d’un maximum de 200 000 actions de Kobo directement auprès d’Indigo, et peuvent être exercées uniquement sous réserve de la satisfaction de conditions de performance précises. Au 2 octobre 2010, ces conditions n’étaient pas respectées et, par conséquent, aucun montant n’a été constaté à l’égard de ces ententes. L’incidence des opérations de rémunération à base d’actions sur le surplus d’apport est présentée ci-dessous : (en milliers de dollars) Solde au début de la période 4 670 3 685 Options passées en charges 306 511 Unités d'actions différées passées en charges 316 193 Options exercées (240) (38) Unités d'actions différées exercées (60) - Solde à la fin de la période 4 992 4 351 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009 7.

STOCKS Le coût des stocks constaté comme charge pour les périodes de 13 et 26 semaines terminées le 2 octobre 2010 s’est établi respectivement à 120,6 millions de dollars et 236,9 millions de dollars (114,6 millions de dollars pour la période de 13 semaines en 2009 et 222,6 millions de dollars pour la période de 26 semaines en 2009). Le montant des réductions de valeur des stocks, découlant du fait que la valeur de réalisation nette est inférieure au coût, a été de 1,1 million de dollars pour le deuxième trimestre de 2010 (0,5 million de dollars en 2009). Il n’y a eu aucune reprise des réductions de valeur des stocks au cours des périodes antérieures.

Le montant des stocks ayant une valeur de réalisation nette égale au coût s’élevait à 1,1 million de dollars au 2 octobre 2010 (1,5 million de dollars en 2009).

8. GESTION DES RISQUES FINANCIERS Les activités de la société l’exposent à divers risques financiers, notamment le risque de change, le risque de taux d’intérêt, le risque de crédit et le risque d’illiquidité. Risque de change Le risque de change de la société se limite principalement aux fluctuations du dollar canadien par rapport au dollar américain. Les baisses de valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain touchent moins de 10 % du coût total des achats de la société et pourraient nuire au bénéfice net de cette dernière. En outre, l’exposition globale de la société au dollar américain n’est pas importante.

La société n’a pas recours à des contrats de dérivés de devises pour couvrir le risque de change.

24 Les partenariats stratégiques conclus par Kobo devraient résulter en des ventes à des clients américains, européens, asiatiques et australiens. Par conséquent, le risque de change devrait s’accroître à mesure que Kobo étendra ses activités. Les activités de Kobo sont en phase de démarrage, et l’incidence actuelle sur le risque de change est négligeable. Risque de taux d’intérêt Le risque de taux d’intérêt auquel la société est confrontée se limite aux fluctuations des taux variables sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie. La société n’utilise pas de swaps de taux d’intérêt pour établir le taux d’intérêt sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie.

Risque de crédit Le risque de crédit de la société est considéré comme négligeable, puisque la société ne traite qu’avec des institutions financières dont la cote de crédit est très élevée. En outre, la société a des débiteurs minimaux étant donné que ses clients paient surtout comptant ou par carte de crédit. L’exposition maximale au risque de crédit à la date du bilan est égale à la valeur comptable des débiteurs.

Risque d’illiquidité La société gère son risque d’illiquidité en s’assurant que ses actifs financiers sont supérieurs aux obligations financières exigibles à tout moment.

Passif à court et à long terme Les échéances contractuelles des passifs à court et à long terme de la société au 2 octobre 2010 se présentaient comme suit : (en milliers de dollars) Total Créditeurs et charges à payer 186 621 73 081 3 612 263 314 Tranche à moins d'un an de la dette à long terme - 1 392 - 1 392 Dette à long terme - - 2 347 2 347 Charges à payer à long terme - - 6 962 6 962 Total 186 621 74 473 12 921 274 015 Paiements à verser dans les 90 jours suivants Paiements à verser entre 90 jours et moins de 1 an Paiements à verser après 1 an 9. INFORMATIONS À FOURNIR CONCERNANT LE CAPITAL Les objectifs de la société en matière de gestion du capital sont de préserver la capacité de l’entité à poursuivre son exploitation, tout en maintenant une flexibilité financière adéquate pour investir dans de nouvelles occasions d’affaires qui offrent des rendements intéressants aux actionnaires.

Les activités principales menées par la société afin de générer des rendements attrayants incluent la construction et les améliorations locatives connexes de nouveaux magasins et de magasins relocalisés, l’élaboration de nouveaux concepts commerciaux, l’investissement en technologie de l’information et la capacité de distribution afin de soutenir l’expansion des librairies et du réseau en ligne. Les flux de trésorerie d’exploitation de la société et la dette à long terme constituent les principales sources de financement d’Indigo. Ces flux de trésorerie servent à financer ses dépenses en immobilisations et ses besoins de fonds de roulement, et à assurer le service de ses contrats de location-acquisition et le versement de dividendes aux actionnaires.

Aucun changement n’a été apporté à ces objectifs au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2011.

25 Au 2 octobre 2010, la société a comptabilisé des liquidités soumises à restrictions totalisant 2,5 millions de dollars (0,5 million de dollars en 2009). Ce solde représente principalement un montant donné en garantie d’obligations en vertu de lettres de crédit émises pour appuyer les achats de marchandises à l’étranger de la société. La société surveille sa structure du capital surtout en mesurant son ratio de la dette totale sur les capitaux propres et s’assure de sa capacité à effectuer le service de sa dette en suivant de près ses ratios de couverture des frais d’intérêt et autres charges fixes.

La dette totale s’entend du total de la dette à long terme (y compris la tranche à moins d’un an). Le tableau suivant présente un résumé des principales informations sur la structure du capital de la société : (en milliers de dollars) Tranche à moins d'un an de la dette à long terme 1 392 2 408 Dette à long terme 2 347 1 827 Total de la dette 3 739 4 235 Capitauxpropres 247 817 226 712 Total de la dette : capitauxpropres 0,02:1 0,02:1 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009 10. CRÉDITEURS ET CHARGES À PAYER (en milliers de dollars) 2 octobre 2010 26 septembre 2009 3 avril 2010 Créditeurs et charges à payer 217 531 212 987 179 159 Provision pour cartes-cadeauxnon rachetées 32 838 29 898 37 816 Crédit reporté 12 945 4 388 12 945 Total 263 314 247 273 229 920 11.

ÉTATS DES FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS Information supplémentaire sur les flux de trésorerie : (en milliers de dollars) Intérêts payés (reçus) (84) (34) (134) 28 Impôts payés - 1 210 - 1 210 Actifs acquis auxtermes de contrats de location-acquisition 2 042 591 2 329 733 Période de 13 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 13 semaines terminée le 26 septembre 2009 Période de 26 semaines terminée le 2 octobre 2010 Période de 26 semaines terminée le 26 septembre 2009

26 12. OPÉRATIONS ENTRE APPARENTÉS Le 8 septembre 2010, Kobo a conclu une entente avec certains de ses actionnaires existants (les «investisseurs») afin d’obtenir des fonds additionnels à la survenue d’événements de financement précis. Selon l’entente, les investisseurs ont le droit de souscrire un maximum de 5 714 285 actions ordinaires à 1,75 $ l’action. Les investisseurs ont aussi le droit, à leur gré, de souscrire une attribution excédentaire allant jusqu’à 1 714 285 actions ordinaires à 1,75 $ l’action. Le premier événement de financement en vertu de cette entente s’est produit le 8 septembre 2010, et Indigo a acheté 2 040 816 actions pour un montant de 3,6 millions de dollars.

Le reste des investisseurs a acquis 680 272 actions pour un montant de 1,2 million de dollars. Par suite de cette opération, la participation d’Indigo dans Kobo est passée de 57,7 % à 59,3 % des actions ordinaires en circulation de celle-ci.

Au 2 octobre 2010, la société était toujours l’actionnaire détenant le contrôle de Kobo. Au cours du trimestre, Kobo a versé des commissions à la société pour avoir incité ses clients à consulter le site www.kobobooks.com, fourni des services de gestion d’arrière-guichet et acheté des stocks. Toutes les opérations entre apparentés ont été comptabilisées à la valeur d’échange et portées au poste «Coût des ventes, charges d’exploitation et frais de vente et d’administration» dans les états des résultats et du résultat étendu consolidés. Au deuxième trimestre, le montant net de ces opérations s’est élevé à 4,4 millions de dollars (néant en 2009), montant qui a été payé par Indigo.

27 Information à l’intention des investisseurs Bureau d’information 468 King Street West Suite 500 Toronto, Ontario Canada M5V 1L8 Téléphone 416-364-4499 Télécopieur 416-364-0355 www.chapters.indigo.ca/ir Relations avec les investisseurs Jim McGill Chef de l’exploitation et chef des services financiers Téléphone 416-640-4856 Relations avec les médias Janet Eger Directrice des relations publiques Téléphone 416-342-8561 Inscription en Bourse Bourse de Toronto Symbole IDG Agent des transferts et agent comptable des registres Compagnie Trust CIBC Mellon P.O. Box 7010 Adelaide Street Postal Station Toronto, Ontario Canada M5C 2W9 Téléphone (sans frais) 1-800-387-0825 (Toronto) 416-643-5500 Vérificateurs Ernst & Young s.r.l./S.E.N.C.R.L.

Ernst & Young Tower Toronto-Dominion Centre Toronto, Ontario Canada M5K 1J7

Vous pouvez aussi lire