L'intégration des étudiants étrangers de l'Université de Nice-Sophia Antipolis

L'intégration des étudiants étrangers de l'Université de Nice-Sophia Antipolis

Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély – 24, av. des Diables Bleus – 06357 Nice cedex 4 Tél. : 04 92 00 11 78/80 – Fax : 04 92 00 13 94 – E-mail : ove@unice.frhttp://www.unice.fr/ove UNIVERSITE DE NICE-SOPHIA ANTIPOLIS OBSERVATOIRE DE LA VIE ETUDIANTE L’intégration des étudiants étrangers de l’Université de Nice-Sophia Antipolis Exploitation du fichier des étudiants niçois issu de l’enquête par questionnaires : « Conditions de vie et d’études des étudiants étrangers en France - 2004-2005 » Observatoire National de la Vie Etudiante (OVE) – CRES (Centre de Recherche sur l’Enseignement Supérieur) Dossier réalisé par Perrine Pawlicki Sous la Direction scientifique de Valérie Erlich Etudes et Documents n° 26 Octobre 2007

Sommaire Avant-propos 1 1. Profil des personnes interrogées 3 1.1. Répartition par sexe et origine géographique 3 1.2. Répartition par âge 3 1.3. Niveau d’étude des parents 3 1.4. Habitation des parents en France 4 2. Avant l’arrivée en France 6 2.1. Choix des étudiants étrangers avant leur arrivée en France 6 2.2. Etudes supérieures antérieures à l’étranger 6 2.3. Projet initial et attentes des étudiants étrangers 7 2.4. Informations sur le fonctionnement et le déroulement des études en France 8 2.5. Scolarité supérieure dans le pays d’origine 8 3. L’arrivée en France 10 3.1. Situation à l’arrivée en France 10 3.2.

Inscription à l’université et parcours 10 4. Le rapport à la langue française 13 4.1. Connaissance du français 13 4.2. La scolarisation en langue française 14 5. Appréciation du parcours d’apprentissage en France 16 5.1. Compréhension des cours 16 5.2. Rapport aux apprentissages 17 5.3. Les aides dans les études 18 5.4. Emplois du temps et travail personnel 19 6. L’intégration à la vie étudiante et universitaire 22 6.1. Evaluation des difficultés rencontrées et incidences sur les études 22 6.2. Evaluation de l’établissement 23 6.3. Evaluation des enseignements et des études à l’université 24 7.

Sociabilités et activités extra-scolaires 26 7.1. Les relations amicales 26 7.2. Participation à des activités extrascolaires 27 7.3 : Loisirs et sorties 27 8. Intégration au pays d’accueil et conditions de vie 30 8.1. Isolement et accueil 30 8.2. Rapport au logement 30 8.3. Exercice d’un travail rémunéré 33 8.4. La vie quotidienne 33 9. Bilan des études en France et perspectives 35 9.1. Bilan 35 9.2. Objectifs et perspectives 35 Conclusions : synthèse des résultats 38 Annexe : Le questionnaire d’enquête 47

Etudes et documents n° 26 - p. 1 L’intégration des étudiants étrangers de l’Université de Nice Sophia Antipolis Avant-propos En 2004-2005, l’Observatoire National de la Vie Etudiante (OVE) a entrepris une enquête sur les conditions de vie et d’études des étudiants étrangers en France. Le CRES (Centre de Recherche sur l’Enseignement Supérieur) a été chargé de la réalisation de cette enquête1 . Dix universités, dont celle de Nice, ont été choisies. L’enquête à Nice a été effectuée grâce au soutien logistique de l’Observatoire de la Vie étudiante de l’Université de Nice-Sophia Antipolis2 . A ce titre, l’OVE de Nice a pu obtenir la base niçoise.

Son exploitation consiste en un travail exploratoire présenté dans ce rapport qui comporte les résultats du traitement statistique de 201 questionnaires passés auprès d’étudiants étrangers inscrits à l’UNSA. Le questionnaire (annexe 1) soumis à ces étudiants devait permettre de mieux connaître la population des étudiants étrangers venus étudier en France (à Nice dans l’échantillon concerné dans ce rapport), de mieux cerner leurs difficultés et de mieux identifier leurs parcours intellectuels et leurs pratiques sociales. L’objectif final de cette enquête était de permettre de contribuer à une meilleure connaissance du monde des étudiants étrangers, au service d’une amélioration de leurs conditions de séjour en France.

L’enquête s’est intéressée aux problématiques des étudiants étrangers en mobilité, c’est-à-dire les étudiants étrangers qui sont venus en France pour faire leurs études supérieures. Ont donc été écartés les étudiants qui résidaient en France tout en ayant une nationalité étrangère (les réfugiés politiques, les enfants des familles immigrées qui gardent leur nationalité d’origine tout en résidant en France). Ont été également écartés les étudiants étrangers ayant fait leur scolarité primaire et secondaire en France. Les étudiants interrogés ne devaient pas être arrivés en France plus de trois ans avant le début de leurs études supérieures (université, Classes préparatoires, diverses écoles supérieures).

Ils ne devaient pas non plus être domiciliés à l’étranger.

Les étudiants interrogés ont été tirés au sort à partir des fichiers d’inscription fournis par l’université de Nice. Ont été retenus deux variables de contrôle : le niveau d’étude - (DEUG ou L1+L2 ; Licence, Maîtrise ou L3, M1 et les autres diplômes du deuxième cycle ; DEA, DESS, M2, Doctorat) – et les disciplines SISE (soit 13 grandes disciplines). Sur les 4313 étudiants de nationalité étrangère inscrits à l’UNSA en 2004-2005 (dont ceux résidents en France depuis plus de trois ans), 201 ont finalement été interrogés, représentant 4,7% des inscrits de nationalité étrangère à Nice.

1 L’enquête nationale a donné lieu à la publication d’un rapport 2 Le terrain d’enquête a eu lieu au printemps 2004-2005.

Les questionnaires ont été collectés par une dizaine d’enquêteurs encadrés à l’Observatoire niçois par Melle Gaëlle Labarrade (sous la direction scientifique de Valérie Erlich). L’enquête a été administrée en « face à face » par les enquêteurs qui avaient préalablement contacté les étudiants étrangers par e-mail, téléphone (ou par courrier en dernier recours). Elle a eu lieu soit directement sur les campus, soit le plus souvent à l’OVE. Dans ce dernier cas, les questionnaires pouvaient être remplis directement sur formulaire électronique mis en ligne sur site web. Dans les autres cas, ils étaient remplis sur formulaires papier puis ensuite enregistrés sur support électronique.

En raison des difficultés langagières, les enquêteurs pouvaient aider les étudiants interrogés afin de répondre aux questions (la plupart des enquêteurs étaient eux-mêmes choisis en raison de leur nationalité étrangère).

Etudes et documents n° 26 - p. 2 Le tableau suivant présente la répartition de la population réelle des étudiants étrangers à l’Université de Nice-Sophia Antipolis en 2004-2005 et de celle de l’échantillon. La structure de l’échantillon est assez proche de la structure globale. Ce qui explique que les données ont été exploitées telles quelles sans affecter de coefficient de pondération. Répartition des étudiants étrangers à l’Université de Nice-Sophia Antipolis (Population mère) et échantillon) Population mère Echantillon Répartition selon l’origine % Total étrangers N Part des femmes % Répartition selon l’origine % Total étrangers N Part des femmes % Europe dont : UE Hors UE 33 19 14 1431 812 619 72 69 76 26 14 12 54 29 25 68 72 64 Afrique dont : Maghreb Reste Afrique 48 29 19 2049 1245 804 36 34 38 55 33 22 111 67 44 35 37 32 Asie dont : Asie du sud-est Moyen-Orient Reste Asie 15 1 5 9 657 49 226 382 45 41 46 46 14 29 55 Amériques 4 171 57 4 7 57 Autres 0 5 60 0 0 0 Total 100 4313 50 100 201 100 Source Population mère : Tableau de bord 2004-2005, OVE UNSA.

Les tableaux qui suivent sont présentés afin de distinguer systématiquement les nationalités d’origine des étudiants étrangers. Six catégories ont finalement été adoptées (regroupant les diverses nationalités) : Afrique subsaharienne, Asie, Amérique, Autre Europe (hors UE), Maghreb, Union européenne.

Les autres variables du questionnaire (sexe, âge...) n’ont pas été prises en compte dans les tableaux en raison des trop faibles effectifs.

Etudes et documents n° 26 - p. 3 1. Profil des personnes interrogées 1.1. Répartition par sexe et origine géographique Sur les 201 étudiants étrangers interrogés à Nice, la majorité (55%) provient d’Afrique (dont 22% d’Afrique Subsaharienne et 33% du Maghreb), 27% d’Europe (dont 14% de l’Union européenne et 12% d’autres pays européens). Enfin, 14% proviennent d’Asie et 4% d’Amérique.

L’échantillon comporte plus d’hommes (52%) que de femmes (48%).

Les étudiants européens sont majoritairement des femmes (72% d’union européenne et 64% de pays hors UE) tandis que les étudiants du Maghreb ou de l’Afrique Subsaharienne sont majoritairement des hommes (68% d’Afrique subsaharienne et 63% du Maghreb), reflétant en cela la statistique observée au niveau local ou national. Tableau 1: Répartition des étudiants interrogés par sexe et origine géographique Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Femme 32 57 55 64 37 72 48 Homme 68 43 45 36 63 28 52 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Poids des origines (en %) 22 4 14 12 33 14 100 1.2.

Répartition par âge 65% des étudiants étrangers interrogés ont entre 21 et 29 ans. L’échantillon enquêté révèle cependant des écarts d’âge selon la nationalité. Ce sont les asiatiques qui sont les plus âgés (10% ont plus de 35 ans pour une moyenne de 4%) tandis que les européens (hors UE) sont les plus jeunes (80% d’entre eux ont moins de 25 ans) ainsi que les américains (29% ont moins de 20 ans). Les étudiants maghrébins se situent quant à eux dans les âges intermédiaires (37% ont 25 et 29 ans pour une moyenne de 28%).

Tableau 2: Répartition par âge et année de naissance Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble 1963 à 1966 (+ de 40 ans) 1967 à 1970 (35 à 40 ans) 1971 à 1974 (30 à 34 ans) 5 14 1975 à 1978 (25 à 29 ans) 26 29 21 16 37 19 28 1979 à 1982 (21 à 24 ans) 23 29 48 72 31 31 37 1983 à 1986 (18 à 20 ans) 32 29 14 8 30 31 14 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 1.3. Niveau d’étude des parents Sur la totalité des pères des étudiants étrangers interrogés à Nice, 29% ont poursuivi cinq années d’études supérieures et plus. 57% des américains et 59% des pays européens (hors Union) ont suivi des études supérieures à 5 années.

Certains pères n’ont pas suivi d’études formelles : 15% des Maghrébins et 23% des africains subsahariens.

Etudes et documents n° 26 - p. 4 Tableau 3: Le niveau d'étude des parents a) le niveau d'étude du père Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble 2 années d'études supérieures 14 8 3 à 4 années d'études supérieures 18 29 41 18 11 10 18 5 années d'études sup et + 21 57 17 59 22 41 29 Ecole primaire 4 0 0 0 15 3 7 Etudes secondaires 16 14 14 0 14 7 12 Niveau bac 9 0 24 14 15 14 14 Pas d’études formelles 23 0 0 5 15 10 12 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 22 65 29 196 Sur la totalité des mères des étudiants étrangers interrogés à Nice, 19% ont poursuivi cinq années d’études supérieures et plus.

Parmi elles, on remarque, comme pour les hommes, un pourcentage plus important pour l’Amérique et les pays européens (hors Union) : 43% pour l’Amérique et 50% pour les pays européens hors union. Aussi, on peut constater une nouvelle fois que les femmes du Maghreb (27%) et celles de l’Afrique Subsaharienne (38%) sont celles qui n’ont pas le plus souvent suivi d’études formelles. b/ le niveau d'étude de la mère Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble 2 années d'études supérieures 9 0 7 0 12 17 10 3 à 4 années d'études supérieures 16 43 17 33 6 14 16 5 années d'études sup et plus 5 43 14 50 14 28 19 Ecole primaire 9 0 7 0 15 7 9 Etudes secondaires 9 14 24 0 14 3 11 Niveau bac 14 0 31 17 12 21 17 Pas d’études formelles 39 0 0 0 27 10 19 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 24 66 29 199 1.4.

Habitation des parents en France Sur l’ensemble des parents des interviewés, 72% ne résident pas ou n’ont jamais résidé en France. Les parents dont les étudiants proviennent du Maghreb sont ceux qui ont le plus souvent déjà résidé ou qui résident en France (39% pour une moyenne de 28%). En revanche, les étudiants européens (hors UE) et asiatiques ont majoritairement déclaré que leurs parents ne résidaient pas en France ou n’y avaient jamais résidé (respectivement 88 et 83%). Les étudiants américains sont ceux qui ont des parents qui ont le plus souvent déjà résidé en France antérieurement (29%) mais qui n’y habitent plus.

Etudes et documents n° 26 - p. 5 Tableau 4 : Résidence des parents Vos parents (mère et/ou père) résident-ils en France aujourd’hui ou y ont-ils résidé antérieurement ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 75 71 83 88 61 65 72 Oui, ils ont déjà résidé en France 18 29 0 4 15 14 12 Oui, ils résident en France 7 0 17 8 24 21 16 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201

Etudes et documents n° 26 - p. 6 2. Avant l’arrivée en France 2.1. Choix des étudiants étrangers avant leur arrivée en France Un peu plus des deux tiers des étudiants interrogés dans l’enquête avaient choisi la France comme première destination pour étudier à l’étranger.

Les étudiants maghrébins sont les plus nombreux à avoir fait ce choix (84%) contrairement à ceux d’Amérique (57%) et à ceux de l’Union européenne (55%).

Tableau 5 : Choix du lieu d’étude La France était-elle le premier choix dans votre décision d’aller faire des études supérieures ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 30 43 35 24 16 45 28 Oui 70 57 65 76 84 55 72 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Tableau 6. Autres choix Sinon, quel était votre premier choix ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Allemagne 10 4 Angleterre 0 0 0 20 22 20 11 Australie 0 0 14 0 0 0 2 Belgique 0 0 0 0 11 0 2 Canada 46 0 0 20 11 0 16 Colombie 0 50 Danemark 10 2 Espagne 10 2 Italie 0 0 0 0 11 20 7 Japon 0 0 29 0 0 0 5 Lituanie 10 2 Pologne 10 2 Russie 0 0 0 20 0 0 2 Sénégal Suède 10 2 Suisse 9 0 0 20 0 0 4 Tunisie 0 0 0 0 11 0 2 Ukraine 0 0 0 0 11 0 2 USA 27 50 57 20 22 0 25 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 11 2 7 5 9 10 44 Parmi ceux qui avaient choisi en premier lieu de poursuivre leurs études supérieures ailleurs qu’en France, 1 étudiant interrogé sur 4 avait choisi les USA comme premier choix : 50% viennent eux-mêmes des pays d’Amérique et 57% d’Asie.

Le Canada, avec 16%, est une destination de premier choix pour 45% des étudiants d’Afrique subsaharienne, 20% des Européens hors Union et 11% des Maghrébins. L’Angleterre avait également été choisie en premier par 11% des étudiants étrangers interrogés, en particulier les étudiants de toute l’Europe et ceux du Maghreb (22%).

2.2. Etudes supérieures antérieures à l’étranger L’enquête réalisée auprès des étudiants étrangers interviewés sur Nice révèle que 92% d’entre eux ne sont pas allés avant de venir en France dans un autre pays pour faire des études supérieures. 94% des maghrébins sont dans cette situation et 96% des étudiants des pays

Etudes et documents n° 26 - p. 7 européens (hors union). 14% des américains et des européens de l’Union ont en revanche déjà connu des expériences antérieures à la France (pour une moyenne de 8%). Tableau 7 : Etudes supérieures antérieures à l’étranger Concrètement, êtes-vous allé dans un autre pays, avant la France, pour faire des études supérieures ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 91 86 93 96 94 86 92 Oui 9 14 6 4 6 13 8 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 2.3.

Projet initial et attentes des étudiants étrangers Avant leur arrivée, 48% des étudiants étrangers interrogés à Nice avaient pour projet de compléter des études supérieures en France. Ce qui était le cas de 58% des étudiants originaires du Maghreb et de 57% de ceux d’Amérique. 32% espéraient commencer une formation universitaire, tout particulièrement 43% des subsahariens et 45% des européens de l’Union.

Tableau 8: Projet initial au moment de partir pour la France Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Changer de filière et se réorienter 11 Commencer une formation universitaire 43 14 21 20 30 45 32 Compléter des études supérieures 43 57 52 52 58 21 48 Compléter des études supérieures, changer de filière et se réorienter Autre 2 29 21 20 6 28 13 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 56% des étrangers interrogés à Nice avaient pour principal objectif en venant étudier en France de recevoir une formation de qualité (66% des subsahariens) et 19% souhaitaient connaître un autre pays, avoir une expérience étrangère (29% des américains).

10% y sont venus pour faire de la recherche (16% des maghrébins).

Etudes et documents n° 26 - p. 8 Tableau 9 : Les attentes face aux études universitaires en France Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Connaître un autre pays, avoir une expérience étrangère 9 29 24 28 16 23 19 Faire de la Recherche 2 14 10 8 16 12 10 Recevoir une formation de qualité 66 43 48 52 55 58 56 Connaître un autre pays, avoir une expérience étrangère/Faire de la Recherche Connaître un autre pays, avoir une expérience étrangère et recevoir une formation de qualité Recevoir une formation de qualité et faire de la Recherche 7 14 Connaître un autre pays, avoir une expérience étrangère, recevoir une formation de qualité et faire de la Recherche 7 0 14 4 0 8 5 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 2.4.

Informations sur le fonctionnement et le déroulement des études en France Sur le total d’étudiants étrangers interrogés à Nice, 27% estiment avoir été mal ou très mal informés. Ce sont surtout les étudiants américains (72% d’entre eux) qui témoignent de cette insatisfaction ainsi que les européens de l’Union (17% ont été très mal informés) contrairement aux étudiants venus d’Afrique ou d’autres pays d’Europe (hors UE). Tableau 10 : L’information sur le fonctionnement et le déroulement des études en France Aujourd’hui, pensez-vous avoir été bien informé (sur le fonctionnement et le déroulement des études en France) ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Informé de façon satisfaisante 66 29 48 36 57 55 54 Mal informé 18 43 31 28 18 10 21 Très bien informé 11 0 21 32 21 17 19 Très mal informé 5 29 0 4 5 17 7 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 2.5.

Scolarité supérieure dans le pays d’origine 45% des étudiants étrangers interrogés ont déjà effectué des études supérieures et ont obtenu un diplôme dans leur pays d’origine avant leur arrivée en France, 13% n’ont pas obtenu de diplôme et 43% n’avaient encore entrepris aucune étude. Les étudiants originaires d’Asie et d’Amérique sont ceux qui ont déjà effectué le plus souvent des études supérieures antérieures dans leur pays d’origine contrairement à ceux d’Afrique subsaharienne et de l’Union européenne. Notons que 24% des européens (hors UE) avaient déjà effectué des études supérieures dans leur pays mais sans l’obtention d’un diplôme (la moyenne est de 13%).

Etudes et documents n° 26 - p. 9 Tableau 11 : Etudes supérieures dans le pays d’origine Avez-vous fait des études supérieures dans votre pays ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 50 29 17 44 43 55 42 Oui avec l'obtention d'un diplôme 39 57 66 32 48 35 45 Oui sans diplôme 11 14 17 24 9 10 13 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Parmi les étudiants ayant obtenu un diplôme supérieur dans leur pays d’origine, 69% avaient déjà passé plus de quatre année à étudier après l’enseignement secondaire et 18% quatre années.

Ce sont les européens et les américains qui totalisent le plus d’années d’enseignement supérieur dans leurs pays respectifs

Etudes et documents n° 26 - p. 10 3. L’arrivée en France 3.1. Situation à l’arrivée en France 81% des étudiants étrangers poursuivant des études supérieures en 2004-2005 sont arrivés en France entre 2001 et 2004. Parmi eux, 29% sont arrivés la dernière année en 2004 (essentiellement des étudiants originaires d’Amérique et d’Asie). Ces pourcentages sont étroitement corrélés à l’année de première inscription dans une université française puisqu’ils sont sensiblement les mêmes.

86% des étudiants étrangers interrogés n’avaient aucune bourse à leur arrivée en France et sont venus de leur propre initiative.

Les étudiants subsahariens (91%) et asiatiques (90%) sont majoritairement dans cette situation. Les américains sont en revanche plus fréquemment boursiers de leur gouvernement ou du gouvernement français tandis que les européens de l’Union bénéficient de programmes d’échanges (Erasmus) et d’accords de coopération bilatérale (10% pour une moyenne de 3%).

Tableau 12 : Situation lors de l'arrivée en France Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Aucune bourse et de votre propre initiative 91 71 90 88 85 76 86 Boursier de votre gouvernement ou d’une organisation internationale, ou d’une fondation 7 14 3 8 5 10 7 Boursier du gouvernement français 0 14 Erasmus-échanges interuniversitairesaccords de coopération bilatérale 10 3 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Seulement 10% des étudiants interrogés ont été accueillis par un organisme à leur arrivée, essentiellement des étudiants américains, asiatiques et européens, contrairement aux étudiants africains.

Tableau 13 : L'accueil d'un organisme lors de l'arrivée en France A votre arrivée en France, avez-vous été accueilli par un organisme ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 96 71 83 84 96 83 90 Oui 4 29 17 16 4 17 10 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 3.2. Inscription à l’université et parcours A leur arrivée en France, 39% des étudiants interrogés se sont inscrits en Droit, Economie, Gestion et 33% en Lettres, Langues ou Sciences humaines, 20% en Sciences (essentiellement en Mathématiques, informatique, ingénierie ou électronique).

Tandis que les étudiants d’Afrique subsaharienne privilégient les disciplines de gestion (19% en AES), les étudiants asiatiques s’orientent majoritairement en Economie (21%) et les européens (hors UE) en Droit

Etudes et documents n° 26 - p. 11 et sciences politiques (22%). Les américains et les européens de l’Union interrogés sont quant à eux inscrits majoritairement en faculté des Lettres (les premiers essentiellement dans les disciplines littéraires et en langues), les seconds en langues et en sciences humaines. Les étudiants maghrébins ont choisi majoritairement les disciplines scientifiques et la Médecine. Tableau 14 : Discipline choisie à l’arrivée en France Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Droit, Economie, gestion 50 14 49 48 32 23 39 Droit, Sciences politiques 17 0 10 22 10 20 14 Economie 14 0 21 17 19 0 15 Finances, marketing AES (administration éco et sociale) 19 14 10 4 3 0 8 Lettres, Langues, Sciences humaines 31 57 27 35 24 54 33 Lettres 2 14 10 0 2 0 3 Langues 7 43 10 13 6 23 12 Sciences humaines 10 0 3 4 8 19 9 Arts, communication, langage 12 0 3 18 8 12 10 Sciences et techniques 19 14 24 13 27 12 20 Maths, Informatique, Ingénierie, Electronique 17 14 20 13 21 12 17 Physique, Chimie Sciences de la vie Médecine Sport Autres 0 14 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 42 7 29 23 62 26 189 Tableau 15 : Cycle d’études à la première inscription Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Deug ou L1, L2 61 57 41 64 57 66 58 Licence ou L3 14 0 17 8 15 7 12 Total 1er cycle 75 57 59 72 72 72 70 Maîtrise, Master1 11 14 14 4 6 14 10 Master 2, DEA, DESS 14 14 24 24 19 10 18 Total 2ème cycle 25 29 38 28 25 24 27 Doctorat 0 14 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 A la première inscription en France, 70% de l’ensemble des étudiants interrogés étaient inscrits dans un niveau d’étude inférieur ou égal à la licence et 30% à un niveau supérieur à la licence.

Les étudiants d’Afrique subsaharienne étaient majoritairement inscrits en 1er cycle, les asiatiques en second cycle et les américains en troisième cycle. On note également la prédominance des étudiants européens (tous confondus) en première et deuxième année. 41% des étudiants interviewés n’ont rencontré aucune difficulté à leur inscription à l’université, tout particulièrement les étudiants originaires d’Afrique (50% des subsahariens et 48% des maghrébins). Les étudiants américains et européens de l’union sont ceux qui déclarent avoir rencontré le plus de difficultés.

Etudes et documents n° 26 - p. 12 Tableau 14 : Pour vous inscrire à l’université, avez-vous rencontré des difficultés ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Pas du tout 50 14 28 44 48 31 41 Rarement 11 29 21 16 15 10 15 Parfois 23 29 31 24 15 35 23 Souvent 11 14 14 12 16 7 13 Très souvent 5 14 7 4 6 17 8 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Depuis l’arrivée en France, la moitié des étudiants étrangers (101) a obtenu au moins un diplôme dont : 8% de niveau baccalauréat, 18% de niveau DEUG, 16% de niveau licence (L3), 20% de niveau maîtrise ou master 1, 19% de niveau DEA ou master 2.

Parmi ceux qui ont obtenu les diplômes les plus élevés, les étudiants maghrébins (28% ont obtenu un DEA ou master 2).

Etudes et documents n° 26 - p. 13 4. Le rapport à la langue française 4.1. Connaissance du français 61% des étudiants interrogés estimaient avoir un bon ou très bon niveau de la langue française avant de venir en France. Les étudiants d’Afrique Subsaharienne, du Maghreb ou encore ceux de l’Union européenne sont les plus nombreux dans ce cas. En revanche, les asiatiques estiment avoir un niveau faible à moyen, les européens (hors UE) un niveau moyen, tandis que les américains sont ceux qui déclarent le plus n’avoir aucune connaissance de la langue française avant leur arrivée (43%).

Tableau 15 : Connaissance du français avant de venir en France Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Aucune connaissance 0 43 17 12 5 14 9 Bon 39 0 17 24 34 35 30 Faible 0 29 35 12 2 34 12 Moyen 5 29 31 28 22 0 17 Très bon 57 0 0 24 37 17 31 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 88% des étudiants étrangers interrogés à Nice n'ont pas eu le français comme langue maternelle.

Cependant, pour certains étudiants de l'Afrique Subsaharienne (23%), du Maghreb (15%) et de l'Union européenne (14%), le français a été leur langue initiale. A noter aussi, le fait qu'aucun des élèves venant d'Amérique, d'Asie ou hors Union européenne n'a eu le français comme langue maternelle.

Tableau 16 : Le français comme langue maternelle des étudiants étrangers Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 77 100 100 100 85 86 88 OuiI 23 0 0 0 15 14 12 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Sur l'ensemble des familles des étudiants étrangers interrogés, 60% ne pratiquaient pas le français dans leur famille. Les étudiants venant d'Amérique (86%) et les étudiants d'Asie (83%) sont ceux qui ont le moins utilisé le français au sein de leur famille contrairement aux étudiants africains qui pratiquaient quotidiennement le français dans leur famille (55% pour une moyenne de 40%).

Etudes et documents n° 26 - p. 14 Tableau 17 : La pratique quotidienne du français dans la famille Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 45 86 83 72 45 76 60 Oui 55 14 17 28 55 24 40 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 63% des étudiants interrogés déclarent avoir au moins un de leurs deux parents qui parle le français (82% sont originaires d’Afrique subsaharienne et 88% du Maghreb). Tableau 18 : L'un des parents parle français Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 18 71 79 64 12 52 37 Oui 82 29 21 36 88 48 63 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 4.2.

La scolarisation en langue française 25% des étudiants étrangers interviewés n’ont jamais été scolarisés en langue française, 18% l’ont été en revanche à tous les niveaux de leur scolarisation. Les autres l’ont été à divers niveaux, soit à l’école primaire (28%), soit à l’école secondaire ou dans le supérieur. Au total, 50% des étudiants interviewés ont déclaré par ailleurs avoir appris le français grâce à leur scolarité (seulement 20% l’ont fait par auto-apprentissage et 13% lors d’un voyage ou d’un séjour en France). Tous les étudiants d’Afrique subsaharienne ont au moins reçu un apprentissage en langue française à un moment de leur cursus (46% en primaire et 46% à tous les niveaux).

Les étudiants du Maghreb ont essentiellement été scolarisés en langue française à l’école primaire tandis que les américains et les européens ont reçu cet apprentissage essentiellement dans le secondaire.

Tableau 19 : La scolarisation en langue française Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 0 71 48 44 12 41 25 Oui, école primaire 46 0 10 0 43 14 28 Oui, école secondaire 2 29 7 36 9 28 13 Oui, école supérieure 0 0 28 12 6 3 8 Oui, école primaire et secondaire 7 0 3 4 10 7 7 Oui à l’école primaire, secondaire et supérieur 46 0 3 4 19 7 18 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 53% des étudiants étrangers interrogés ont acquis le français dans le cadre d’un enseignement de langue étrangère dont 44% plus de trois années.

Parmi ces derniers, les étudiants maghrébins et européens (hors UE)(respectivement 61% et 64%).

Etudes et documents n° 26 - p. 15 Tableau 20 : Au cours de votre scolarité, l'apprentissage du français en tant que langue étrangère Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 75 71 41 24 36 48 47 Oui, 1an à 3ans 0 29 24 12 3 17 10 Oui, plus de 3ans 25 0 35 64 61 35 43 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Sur l’ensemble des étudiants étrangers interrogés à Nice, seulement 24% ont eu recours à une école spécialisée pour apprendre le français. Ce sont essentiellement ceux originaires d'Asie (62%) qui ont utilisé ce procédé et le plus souvent une seule année obtenant ainsi des diplômes spécialisés (dont le DELF le plus convoité notamment par les étudiants américains).

Sur la totalité des interviewés étrangers, 65% n’ont pas obtenu un bac français dont 83% des étudiants d’Asie. Mais un élève sur deux d’Afrique Subsaharienne a obtenu un bac français dans son pays. 24% des étrangers originaires d’Union européenne et 18% du Maghreb l’ont obtenu en France.

Tableau 21 : Obtention d’un bac français Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Non 50 71 83 76 60 69 65 Oui, pays d’origine 50 14 7 20 21 7 23 Oui, autres pays Oui en France 0 14 10 4 18 24 12 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 72% des étudiants étrangers interrogés n’ont pas obtenu de diplôme universitaire dans leur pays d’origine en rapport avec la langue française. Une fois encore, ce sont les étudiants africains qui ont bénéficié plus que les autres de cette préparation dans leur pays (48% pour une moyenne de 28%).

Etudes et documents n° 26 - p. 16 5. Appréciation du parcours d’apprentissage en France 5.1. Compréhension des cours Sur l’ensemble des personnes étrangères interrogées sur l’université de Nice, 60% estimaient comprendre facilement les cours qu’elles suivaient, en particulier les africains et les américains. Ce sont les européens de l’union qui déclarent avoir eu des difficultés de compréhension mais aussi surtout les asiatiques (45% comprenaient difficilement ou pas du tout le français pour une moyenne de 17%).

Tableau 22 : Compréhension des cours au début des études universitaires en France Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Très facilement 32 0 7 16 33 31 25 Facilement 30 71 28 48 39 21 35 Moyennement 25 29 21 20 22 24 23 Difficilement 14 0 35 16 6 21 15 Pas du tout 0 0 10 0 0 3 2 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 La compréhension des cours s’est nettement améliorée puisque au jour de l’enquête, les étudiants interrogés étaient 88,5% à ne plus rencontrer de difficultés réelles.

Les européens sont ceux qui ont le plus progressé et les asiatiques restent ceux qui continuent encore à trouver que leur compréhension des enseignements reste moyenne à difficile. Tableau 23 : Compréhension des cours aujourd’hui Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Très facilement 57 43 21 64 48 69 51 Facilement 39 43 41 32 42 28 38 Moyennement 4 14 35 0 9 3 10 Difficilement Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201

Etudes et documents n° 26 - p. 17 5.2. Rapport aux apprentissages Seulement 15% des étudiants interrogés estiment n’avoir jamais eu de difficultés dans leurs études à leur université. 25% en ont eu souvent (en particulier les asiatiques) ou très souvent (les américains). Tableau 24 : Difficultés dans les études à l’université Avez-vous rencontré des difficultés dans vos études à l’université ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 11 14 7 16 13 31 15 Parfois 32 43 41 48 30 41 36 Rarement 27 14 14 20 28 21 23 Souvent 23 14 35 16 21 7 20 Très souvent 7 14 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 79% des étudiants interrogés prennent facilement ou très facilement des notes en français (tout particulièrement les étudiants d’Afrique subsaharienne).

Tableau 25 : La prise de note en français Prenez-vous des notes en français ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Pas du tout Difficilement 2 29 14 8 3 3 Moyennement 5 14 38 20 9 10 14 Facilement 23 43 24 20 37 38 30 Très facilement 71 14 21 52 49 48 49 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 71% des étudiants étrangers ne rencontrent pas ou rarement de difficultés dans la communication orale en français. 68% sont également dans ce cas lors de consultation de documents écrits en français et 64% dans la réalisation de devoirs écrits en français.

Sur tous ces plans, les étudiants africains sont ceux qui rencontrent le moins de difficultés contrairement aux asiatiques et dans une moindre mesure aux américains. Les européens sont sous ces rapports dans des situations intermédiaires rencontrant des difficultés parfois ou rarement.

Etudes et documents n° 26 - p. 18 Tableau 26 : Difficultés relatives à la langue française Lors de consultation de documents écrits en français Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 36 14 10 28 37 31 30 Rarement 46 43 28 28 36 45 37 Parfois 16 43 28 36 18 17 22 Souvent 2 0 34 0 7 3 9 Très souvent Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Dans la réalisation de devoirs écrits en français Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 46 14 10 40 52 24 38 Rarement 39 0 28 1 24 31 26 Parfois 11 29 28 36 16 31 22 Souvent 4 43 35 12 6 10 12 Très souvent 0 14 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Dans la communication orale en français Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 57 29 7 44 61 48 47 Rarement 25 14 28 32 13 34 23 Parfois 14 43 45 20 15 3 19 Souvent 5 14 21 4 9 7 9 Très souvent Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 5.3.

Les aides dans les études Pour faire leurs devoirs en langue française, 28% des étudiants trouvent judicieux de faire appel à un(e) ami(e) français(e). Parmi eux, 66% des étudiants d’Asie utilisent ce procédé. D’autres solutions sont parfois envisagées en cas de non compréhension d’un cours par exemple. Lorsque les étudiants interrogés ne comprennent pas quelque chose pendant un cours, ils notent et cherchent ensuite le sens en priorité (32%) puis ils font appel à des amis français (25%). 18% utilisent un dictionnaire (surtout les étudiants originaires d’Amérique). Des cours de soutien dans un département de FLE (Français Langue étrangère) ont été également suivis par 17% des étudiants interrogés (dont 38% asiatiques et 28% européens hors UE).

Tableau 26 : Solutions utilisées en cas de non compréhension pendant un cours Pendant un cours, lorsque vous ne comprenez pas quelque chose, faites-vous appel à ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Je note et je cherche ensuite le sens 41 29 21 28 34 28 32 Un dictionnaire 16 29 14 16 19 21 18 Un(e) ami(e) étranger(e) Un(e) ami(e) français(e) 9 29 55 24 24 24 25 Autre 30 14 10 28 19 28 22 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201

Etudes et documents n° 26 - p. 19 Les enseignants sont peu mobilisés dans l’aide aux études puisque les relations avec eux sont surtout occasionnelles (66%).

24% des asiatiques déclarent même qu’elles sont inexistantes ainsi que 20% des européens (hors UE). Les américains et les originaires de l’union européenne ont par contre des relations plus fréquentes avec eux. Tableau 27 : Type de relations avec les enseignants Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Inexistantes 18 0 24 20 15 7 16 Occasionnelles 66 71 62 68 64 69 66 Fréquentes 16 29 14 12 21 24 18 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 5.4. Emplois du temps et travail personnel 30% des étudiants interrogés assistent à moins de 10 heures de cours par semaine et 34% à plus de 25 heures.

Les plus occupés par leurs cours sont les asiatiques avec 48% d’entre eux qui y consacrent plus de 25 heures par semaine. Inversement les étudiants américains, européens (hors UE) et maghrébins sont ceux qui y consacrent le moins de temps. Ces différences sont dues bien entendu aux cursus suivis très variables. Tableau 28 : Nombre d’heures de cours suivies en moyenne hebdomadairement Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble 5 à 10 heures 23 57 21 40 36 21 30 10 à 15 heures 18 14 10 16 13 7 13 15 à 25 heures 25 29 21 8 9 35 18 25 heures et + 32 0 48 28 36 34 34 Ne sait pas Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 La majorité des étudiants déclare travailler moins de 10 heures par semaine (57%) en dehors des cours.

Ceux qui passent le moins de temps sont les américains et les européens. Une fois encore, les asiatiques sont ceux qui passent le plus de temps à travailler en dehors des cours.

Etudes et documents n° 26 - p. 20 Tableau 29 : Nombre d’heures consacrées au travail personnel par semaine Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Moins de 5 heures 18 43 14 48 29 35 28 5 à 10 heures 39 14 14 28 32 21 28 10 à 15 heures 18 0 11 4 5 10 9 15 à 20 heures 18 29 11 0 11 10 12 Plus de 20 heures 7 0 46 16 22 21 20 Ne sait pas 0 14 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Tableau 30 : Absentéisme Durant ce semestre, vous êtes-vous absenté à vos cours ? Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 16 14 38 28 15 52 25 Rarement 55 71 52 40 48 28 47 Souvent 29 14 10 32 37 21 28 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 47% de l’ensemble des interviewés estiment qu’ils ne manquent les cours que rarement (71% des originaires d’Amérique sont dans ce cas).

28% de l’ensemble déclarent manquer souvent des cours. 37% des étudiants du Maghreb sont concernés par cette situation. Les asiatiques sont les plus assidus (38% d’entre eux ne ratent jamais un cours pour une moyenne de 25%). Les étudiants étrangers interrogés estiment pour 41% d’entre eux qu’ils interviennent souvent ou très souvent en cours. Les étudiants d’Afrique subsaharienne et asiatiques interviennent plus souvent.

Tableau 31 : Fréquence d’intervention pendant un cours Afrique Subsaharienne Amérique Asie Autre Europe Maghreb Union Européenne Ensemble Jamais 2 0 3 8 10 7 7 Parfois 30 29 38 36 39 48 37 Rarement 14 43 21 8 12 17 15 Souvent 36 29 17 40 31 21 30 Très souvent 18 0 21 8 8 7 11 Total % 100 100 100 100 100 100 100 Total Effectifs 44 7 29 25 67 29 201 Les réponses fournies par les étudiants étrangers de Nice révèlent un travail régulier pour préparer les partiels et les examens tout au long du semestre pour 39% d’entre eux. 38% travaillent surtout au moment des examens et des partiels et 23% seulement de temps en temps pendant le semestre.

Les Asiatiques sont les plus réguliers (48%). Les européens de l’Union travaillent surtout à l’approche des épreuves tandis que les américains semblent assez irréguliers.

Vous pouvez aussi lire
Aller aux pages suivantes ... Annuler