La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective La mobilisation effective des communautés: des communautés: Un manuel pour les Un manuel pour les é éco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 3 Pour tout commentaire ou suggestion, bien vouloir contacter: Living Earth Cameroon Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante B.P :12763 Yaoundé Téléphone-Fax : (00 237) 22 20 98 81 ou (00 237) 75 14 17 50 Email: livingearthcameroon@yahoo.com or info@livingearth.org.uk Site internet: www.livingearth.org.uk , www.fondationcamerounterrevivante.org Ce manuel peut être partiellement ou totalement reproduit pour besoin d’éducation à but non lucratif, tout en remerciant « Living Earth Foundation » et La Fondation Camerounaise de la Terre Vivante (FCTV).

© Living Earth Foundation et La Fondation Camerounaise de la Terre Vivante (FCTV) (2009)

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 4 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens TABLE DE MATIERE Préface 5 Remerciements 6 Credits 7 Liste des abréviations 8 GRASP 9 Introduction 10 Note sur le manuel 11 Module 1: Communication Efficace Concepts et techniques de la communication A. 13 Barrières à la communication B. 21 Améliorer les capacités de réception C. 28 Techniques de questionnement D.

33 Faire passer le message E. 38 Présentation efficace F. 41 Autoévaluation par les apprenants G. 47 Module 2: Gestion des conflits et la consultation effective de la communauté A. Concept de la résolution des conflits 52 B. Causes des conflits 54 C. Méthodes de résolution des conflits: 58 C1. Négociation 61 C2. Participation de la communauté 76 D. Le processus participatif des communautés dans la gestion des ressources naturelles 78 E. Autoévaluation par les participants 88 Information supplémentaires Références 93 Living Earth Foundation 94 Bristol Zoo Gardens 95

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 5 PREFACE Ce manuel de formation est un outil didactique utile pour le personnel enseignant de l’Ecole des faunes de Garoua et de l’Ecole des Eaux et Forêts de Mbalmayo. Il enrichira les bibliothèques des deux écoles, rehaussera les aptitudes des enseignants et contribuera de manière importante à améliorer la formation professionnelle dans les deux écoles. Les futures promotions des stagiaires issues des deux écoles seront bien équipées pour bien interagir avec les communautés environnantes des aires protégées.

Le Ministre des Forêt et de la Faune (MINFOF) sera ravi de voir les communautés autour des aires protégées collaborer efficacement avec les éco-gardes pour venir à bout de plusieurs défis de conservation. Ceci inclus le manque de communication effective entre les partenaires clés, le braconnage, l’exploitation illégale du bois et la pauvreté continuelle parmi les populations en bordure des Aires Protégées.

Après l’évaluation des besoins de formation effectuée en 2006, il ressortait que les éco- gardes et les services de conservation utilisent exclusivement les méthodes répressives pour appliquer les lois forestières et fauniques, raison pour laquelle il y a eu des succès limités. Cette approche a plutôt crée une situation de conflit entre les autorités de conservation et les populations locales conduisant à un climat de méfiance minimisant ainsi les bénéfices qui peuvent être apportés à la population comme un résultat de la conservation. En prenant en considération cette observation, nos partenaires « Living Earth Foundation et Bristol Zoo » ont conçu cette approche de renforcement des capacités pour fournir aux services de conservation et aux éco-gardes des connaissances de base en communication, gestion des conflits et consultation des communautés, nécessaire pour l’engagement effectif des populations locales dans la gestion participative et la conservation des ressources naturelles.

Nous saisissons cette opportunité pour remercier nos partenaires pour leur contribution à la réalisation de la politique gouvernementale d’adoption de l’approche participative dans la gestion de nos ressources forestières et fauniques. Tous les concernés devraient prendre l’opportunité de bénéficier de tous les avantages que cette initiative présente. Je recommande ce manuel à nos écoles de formation et j’appelle les autorités des deux écoles d’en faire bon usage de manière à produire dans le futur des meilleurs éco-gardes. Je recommande aussi aux services de conservation à travers le pays de l’utiliser de temps en temps pour fournir la formation professionnelle aux agents chargés de l’application de la loi à travers nos points chauds de conservation.

Le Ministre des Forêts et de la Faune Prof. NGOLLE NGOLLE Elvis

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 6 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens REMERCIEMENTS Ce manuel est produit par «Living Earth Foundation» encore appelé «La Fondation Camerounaise de la Terre Vivante (FCTV)». C’est dans le cadre du Projet De Mobilisation Des Communaués Autour Du Dja Pour Une Gestion Durable Des Ressources Naturelles (DPCEP - Dja Periphery Community Engagement Project) mis en œuvre depuis 2006 en partenariat avec Bristol Zoo et le Ministère des Forêts et de la Faune.

Les activités de DPCEP ont été financées par une subvention EC du PNUE (sous projet CP/3000-05-75 sur les Grands singes) et le co-financement du fond Britannique appelé «Foreign and Commonweath Office Global Opportunities Fund».

La version finale de ce manuel est le résultat de la combinaison de plusieurs données du draft initial suivi d’un test d’application lors de la formation de 56 éco-gardes du Service de Conservation de la Réserve du Dja. Ainsi, sommes-nous particulièrement reconnaissants envers les institutions et personnes suivantes pour leurs inestimables contributions : Le Ministre des Forêts et de la Faune, • Le Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, • Dr. Talla, Francis Nchembi, directeur de l’Ecole des faunes de Garoua, • Dr. Linjouom, Ibrahim, Directeur de l’Ecole des Eaux et Forets de Mbalmayo, • Dr.

Beti, Jean Lagarde, ex-conservateur de la Réserve de Biosphère du Dja, • Les chefs des Antennes Nord, Ouest, Sud et Est de la Réserve de Biosphère du Dja. • Nous remercions les éco-gardes pour leur participation active et feedback utiles durant le test d’application et les sessions de formation.

Tous ceux qui ont contribué à ce travail et ne sont pas cités dans ce travail sont également remerciés. Enfin, nous souhaitons remercier le personnel de «Living Earth Foundation» et «La Fondation Camerounaise de la Terre Vivante (FCTV)» ainsi que nos collaborateurs qui, dans leurs différents rôles ont contribués par leur travail à la réalisation de ce projet.

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 7 CREDITS Co-ordonnateur des Programmes: Dr Nouhou Ndam Gestionnaire des projets, DPCEP: Christian Azenui Asanga Responsable du volet Bien être: Isabella Ade Akwa Responsable Financier: Youmbi Maurice Responsable Administratif: Khinjem Awah Nchoutbumo Facilitateurs Communautaires: Sylvie Bekah, Simeon Akono Personnel d’appui: Victor Lyonga, Daouda Njoya, Vetna Tchamou, John Agwor, Atud Ruben Tebid, Tenjoh Jean Assistants techniques: Neil Maddison, Chris Callaghan, Ed Craven Consultants principaux: Georges Nditafon, Kolokosso à Bediang Traduction: Mekou Youssouf Bele Lecture et édition: Christian Asanga, Nouhou Ndam, Khinjem Awah Nchoutbumo, Mama Mouamfon Illustrations: Wiysenyuy Abdul Azizu Veranso Dessins: Fondation Camerounaise de la Terre Vivante, Living Earth Foundation Impression: Living Earth Foundation

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 8 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens ABREVIATIONS PBC Précision, Brièveté, clarté ABC Accuracy, Brevity, Clarity AGR Activités Génératrice de Revenus HCGB Haut Commissariat de Grande Bretagne RBD Réserve de Biosphère du Dja DPCEP Projet de Mobilisation des Communautés autour du Dja pour une Gestion Durable des Ressources Naturelles CE Commission Européenne UE Union Européenne UICN Union Internationale pour la Conservation et Nature CAP Connaissance, Attitude et Pratique GLCS Gardez-Le Court et Simple KISS Keep it Short and Simple LEFCP Living Earth Foundation Cameroon Programme M&E Monitoring et Evaluation MINEP Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature MINFOF Ministère des Forêts et de la Faune ISS Interview Semi Structurée PNUE Programme des Nations Unies pour l’Environnement RU Royaume-Uni

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 9 Le projet pour la survie des grands singes (GRASP) Le Projet pour la survie des grands singes (GRASP) a été institué par le Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) en septembre 2001, en réponse aux graves menaces qui pèsent sur les grands singes et les écosystèmes essentiellement forestiers dont ils dépendent pour survivre. Lors de son lancement, le GRASP comptait une douzaine de partenaires, dont trois conventions relatives à la diversité biologique et neuf organisations non gouvernementales.

A son lancement en tant que partenariat pour le développement durable, en septembre 2002, lors du Sommet mondial pour le développement durable de Johannesburg (Afrique du Sud), ce nombre était passé à 21, dont l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et pratiquement toutes les organisations non gouvernementales qui mènent de grands programmes de conservation des singes en Afrique ou en Asie. Le nombre de ses partenaires continue à augmenter. L’objectif global de la stratégie est, en tant que défi immédiat, d’écarter la menace d’extinction imminente à laquelle doivent faire face la plupart des populations de grands singes, à savoir les gorilles, les chimpanzés, les bonobos (chimpanzés pygmées) et les orangs-outangs.

Par la suite, conserver dans leurs habitats naturels les populations sauvages viables de toutes les espèces et sous-espèces de grands singes, et veiller à ce que, lorsqu’il y a des interactions entre elles et des populations humaines, ces interactions soient positives de part et d’autre et durables. (Information tiré de http://www.unep.org/grasp)

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 10 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens INTRODUCTION Le manuel est constitué de deux modules: La communication efficace 1. , et La gestion des conflits et consultation effective des communautés. 2. La consultation effective des communautés est traitée comme un moyen d’atténuer les conflits dans la gestion des ressources naturelles.

Les éco-gardes et les conservateurs sont appelés à travailler avec les populations locales pour élaborer et suivre un plan d’application effective des lois forestières et de gestion des ressources naturelles à l’intérieur et autour de la réserve de la Biosphère du Dja (RBD) ainsi que dans toutes les autres aires protégées.

Les communautés locales dépendent presque entièrement de ces ressources naturelles qu’elles considèrent comme faisant partie de leur culture et une manne tombée du ciel. En conséquence, le phénomène de la surexploitation des ressources naturelles est très présent autour de la RBD. Parfois ceci est dû au besoins de satisfaire les moyens d’existence (nourriture, revenues, etc.) ou simplement à l’ignorance.

Les ressources très souvent surexploitées comprennent entre autres : Les animaux protégés de la classe A, tels que les chimpanzés, gorilles, éléphants. 1. Le bois d’œuvre 2. L’approche répressive utilisée par les éco gardes pour dissuader les populations dans cette pratique abusive reste très limitée pour plusieurs raisons. En conséquence, une approche participative à la conservation est considérée comme une alternative fiable dans laquelle les communautés locales et les autres parties prenantes sont impliquées dans le processus. Ceci constitue la raison principale de cette formation.

Une étude initialement menée sur les besoins en formation a révélé que les écogardes et les conservateurs autour de la RBD utilisent exclusivement les méthodes répressives dans l’application des lois forestières.

Cette approche a plutôt crée une situation de conflits entre ceux qui prônent la conservation et les communautés locales qui utilisent les ressources. Pourtant, la conservation peut générer aux communautés beaucoup de bénéfices.

Ce manuel est conçu pour fournir aux conservateurs et aux éco gardes des aptitudes élémentaires en communication, gestion de conflits et consultation effective des communautés, nécessaires pour l’engagement effectif les communautés locales dans la gestion participative des ressources naturelles. Il est donc, destiné aux écogardes comme un guide pragmatique.

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les ééco-gardes co-gardes

©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 11 Une note sur le manuel George Nditafon Ce manuel peut être exploité de plusieurs façons.

Tout dépend du temps disponible pour la formation et des besoins spécifiques de ceux qui doivent être formés. Le nombre de participants et le contexte d’apprentissage définiront la durée de la formation. Formation modulaire Ce manuel de formation est conçu pour environ 30 heures (24 heures d’apprentissage inter actif composé des cours magistraux et 6 heures des travaux pratiques sur le terrain) reparties sur 15 semaines.

Formation lors de l’atelier Ce guide contient le matériel nécessaire pour quatre jours de formation. Pour l’exploiter en temps plus réduit, il est possible de concevoir des modules plus courts ayant des activités spécifiques selon les objectifs à atteindre. Dans ce cas, il serait mieux de commencer en expliquant aux participants les bénéfices de la conservation à long terme et le besoin d’une participation totale des communautés dans les processus de prise des décisions qui affectent leurs moyens d’existence.

Pourquoi ce manuel ? Le but de la formation consiste à renforcer les capacités des éco gardes à acquérir les compétences qui leur sont nécessaires en : ‘adoptant une approche participative donc l’engagement des communautés locales et les autres parties prenantes dans l’application des lois forestières et de la conservation des ressources naturelles à l’intérieur et autour de la RBD’.

L’objectif principal de ce manuel est donc de permettre aux éco gardes de faire usage des compétences acquises au cours de cette formation. Donc, le temps est beaucoup plus alloué à la pratique (travaux en groupes et discussions). Les travaux de terrain conçus dans ce manuel visent à renforcer les compétences acquises au cours de la formation et d’exposer la réalité pratique que les éco gardes rencontrent presque chaque jour dans l’exercice de leur mission.

Cependant, il faut noter que ce manuel est loin d’être un cours de gestion participative au sens strict du terme, mais plutôt un outil pour aider les écogardes à mieux collaborer avec toutes les autres parties prenantes impliquées dans la gestion des ressources naturelles autour de la RBD. En conséquence, l’accent est porté ici sur la Communication Efficace et la Négociation comme moyens de ressortir les bénéfices de la conservation et de la consultation des populations locales pour une participation effective dans la conservation des ressources naturelles. Les aspects de la communication et gestion des conflits ont été donc taillés pour répondre aux besoins immédiats des écogardes nécessaires à l’exercice de leur mission.

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 12 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens Structure du manuel Pour atteindre les buts de cette formation, ce manuel a été structuré comme suit : Les objectifs spécifiques pour chaque module 1. Un guide du facilitateur accompagné des notes explicatives quand nécessaires. 2. Les notes pour participants comprenant les sections pouvant être photocopiées. 3.

Les activités d’apprentissage permettant aux participants de contribuer au 4. renforcement de leur propre connaissance ainsi que la pratique des compétences acquises lors de la formation.

Une section d’autoévaluation permettant aux participants de planifier comment 5. ils développeront leurs compétences pour faire le meilleur usage du guide. Les éléments abordés dans cette partie rappellent aux participants des concepts clés à retenir chaque fois qu’ils travaillent avec les communautés locales. A propos de la formation Le facilitateur doit indiquer que les participants ne devraient pas compter être des experts à la fin de la formation. Mais que l’on espère qu’ils seront capables d’analyser les facteurs clés de la communication efficace, de la résolution des conflits et de la consultation effective des communautés locales de manière à les utiliser plus efficacement sur le terrain.

La formation sera un mélange des exposés sur les concepts présentés par le facilitateur d’une part et des activités d’analyse et de discussion avec les participants d’autre part. L’objectif ici est de permettre aux participants de pratiquer et d’avoir des échanges d’idées entre eux. Ces activités devront aider les participants à approfondir et à accroître leur compréhension des concepts. Elles ne constituent en aucun cas ni les tests ni les examens qu’on doit absolument passer.

Le facilitateur doit attirer l’attention des participants sur des pages portant sur l’autoévaluation, expliquant brièvement ce qu’elles représentent.

Il faut rappeler aux participants de feuilleter ces pages afin d’inscrire leurs idées au fur et à mesure que la formation progresse. Les attentes des participants citées au début de la formation devront servir de référence afin d’évaluer à la fin de la formation si les participants sont satisfaits ou non.

©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 13 Module 1: Communication Efficace Objectifs du Module A la fin de ce module, le participant devra être à mesure de : Définir les buts, concepts, processus ainsi que les facteurs et barrières à i. la communication comme outils d’une gestion participative des ressources naturelles ; Identifier les barrières à la communication dans la vie quotidienne et apprendre ii.

comment les surmonter ; Communiquer d’une manière claire et concise ; iii.

Acquérir et utiliser les compétences pour une écoute active iv. Acquérir les habiletés dans le questionnement comme moyens d’approfondir la v. compréhension et améliorer les capacités de réception Acquérir et utiliser les techniques de sensibilisation et la présentation efficace vi. comme moyens de faire passer le message. Faire une bonne présentation vii.

A. Concepts et Techniques de Communication Figure 1: Feedback: un élément clé de la communication efficace  b) communication à deux sens avec une approche amicale (le feedback est présent) a) communication à sens unique avec crainte (Pas de feedback) Sais tu que tu es presque prisonnier… ? Allons… Peux tu m’instruire sur la loi forestière …? You don’t seem to understand that… Tu ne sembles pas comprendre...

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 14 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens Activité 1 : Fermer la porte du magasin (Communication Écrite - environ 10 minutes) Le facilitateur commence avec l’ activité 1 comme un exemple de communication écrite à sens unique.

Les participants font l’exercice en 10 minutes maximum et gardent leurs résultats. Ils y reviendront plus tard.

Lissez le texte qui suit et dans dix minutes, répondez aux questions. Le texte est constitué de quatre phrases. Répondez par: V : si la proposition est vraie F : si la proposition est fausse PDE : si on ne peut pas dire avec exactitude N.B. Gardez votre réponse à côté car on y reviendra. Texte «Un écogarde vient de fermer la porte du magasin lorsqu’une personne apparaît et lui demande la viande de brousse confisquée. On a ouvert la porte. Le magasin a été complètement vidé de son contenu et alors la personne prend rapidement fuite. La brigade de la Gendarmerie de Djoum est immédiatement alertée».

Les propositions relatives au passage: Une personne est apparue après la fermeture de la porte du magasin par le 1.

propriétaire. Le braconnier était un homme. 2. La personne qui est apparu n’avait pas demandé la viande de brousse confisquée. 3. Celui qui a ouvert la porte était le propriétaire. 4. Le propriétaire a vidé le magasin de son contenu et a pris fuite 5. Le braconnier a demandé au propriétaire de lui remettre la viande de brousse 6. confisquée. Après que la personne qui a demandé la viande de brousse confisquée ait vidé le 7.

magasin de son contenu, il a pris rapidement fuite. Après avoir fermé la porte du magasin, une personne approche. 8. Ce problème concerne trois personnes: le propriétaire du magasin, la personne 9.

qui à demandé la viande de brousse confisquée et un élément de la gendarmerie de Djoum. Le facilitateur continue avec la définition, les buts, les processus et le concept de communication. Il est important de relever que toute communication sans feedback ne saurait jamais être efficace.

Passer à l’activité 2 sur la communication verbale à sens unique.

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 15 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens PLANCHE 1 a) Qu’est ce que la communication? Définition: La communication peut se définir comme un processus de transfert d’un messageparl’utilisationd’unmoyendecommunicationavecl’implicationdudialogue et du feedback. La communication a pour but d’informer et d’instruire à travers le dialogue. Il vise aussi à aider les individus à prendre des bonnes décisions.

b) Le processus de communication Le processus de communication comprend trois étapes. Emettre un message: Le communicateur (émetteur) a une idée ou un message à transmettre à un • récepteur. Le message est codé et transmis sur une forme verbale, gestuelle ou écrite. • Ces formes sont les media. Recevoir un message: Le message est reçu à travers les sens du récepteur et est décodé. • Feedback C’est la confirmation de la réception et compréhension du message. Ceci se • fait à travers un hochement de la tête, une expression faciale, une question ou toute autre action. Le feedback est un signe indiquant que la communication a été effectivement réalisée.

Selon la circonstance, le feedback peut être immédiat ou différée. Par exemple, dans le cas d’une communication face-à- face, le feedback est immédiat puisque l’émetteur peut aisément interpréter les réactions et gestes du récepteur du message.

Figure 2: Le concept de la communication efficace Récepteur Communicateur (Emmetteur)  Feedback Feedback Message décodé Message codé

La mobilisation effective des communautés: Un manuel pour les éco-gardes 16 ©Living Earth Foundation / Fondation Camerounaise de la Terre Vivante/ Bristol Zoo Gardens Activité 2: Dessin (Communication verbale – environ 20 minutes) Choisir un volontaire parmi les participants en les rassurant que l’exercice ne sera pas embarrassant. Tout autre diagramme pourrait être utilisé à la place de celui de la Planche 2. Le dessin est confié à un volontaire à qui on demande de s’asseoir de manière à ce que les autres participants ne puissent voir le dessin.

Le volontaire doit décrire le dessin verbalement sans toutefois donner l’idée de la nature de dessin avec les moindres gestes que ce soit. Il ne devra également répondre à aucune question. Les participants doivent observer un silence total en dessinant tout en évitant de poser les questions. La discussion est basée sur les difficultés rencontrées dans la communication à sens unique. L’accent est mis sur les difficultés de communication verbale par rapport aux combinaisons de la communication verbale, écrite, visuelle et gestuelle. Il est nécessaire de faire ressortir le rôle du feedback ici.

Les questions suivantes pourront être utiles: Pourquoi est-il si difficile de reproduire le dessin ?

1. Que pouvons-nous faire pour le rendre plus facile à reproduire ? 2. Que peuvent être les autres objectifs de cet exercice? 3. Les réponses à ces questions sont consignées sur des papiers conférence/tableau. Pour la question 1, les réponses devraient clairement inclure entre autres : pas d’ opportunités de poser des question,s • pas d’instructions claires, • pas de feedback, • pas de rétroaction , • pas de description de l’esquisse général avant les détails, • Le communicateur pourrait aussi se plaindre du manque de temps pour • suffisamment préparer le dessin. Pour la question 2, les réponses devraient aussi comprendre entre autres : On peut rendre l’exercice plus facile en: encourageant le feedback, • encourageant les questions des participants, • prêtant l’attention aux gestes des participants et réagissant en conséquence, • utilisant la comparaison pour décrire l’objet.

• Les éléments de réponse de la question 3 comprennent: Comme objectifs de cette activité, nous pouvons citer : la démonstration de l’importance du feedback, • l’illustration de l’importance des questions des participants, • la démonstration de l’inefficacité de la communication à sens unique, • l’illustration de la valeur d’écoute active, • la démonstration du degré de supposition. •

Vous pouvez aussi lire