LA PERFORMANCE DES EXPORTATIONS ET L'INSTABILITE DES TAUX DE CHANGE : L'EXPERIENCE DE LA ZMAO

 
 
LA PERFORMANCE DES EXPORTATIONS ET L'INSTABILITE DES TAUX DE CHANGE : L'EXPERIENCE DE LA ZMAO
WEST AFRICAN                    INSTITUT MONETAIRE DE
MONETARY INSTITUTE (WAMI)       L’AFRIQUE DE L’OUEST (IMAO)




        SERIES DE DOCUMENTS D’ACTUALITE DE L’IMAO
                        VOL.1 No.5




      LA PERFORMANCE DES EXPORTATIONS
     ET L’INSTABILITE DES TAUX DE CHANGE :
            L’EXPERIENCE DE LA ZMAO




                      ACCRA, GHANA
                      DÉCEMBRE, 2013




                            i
TABLE DES MATIÈRES

1.0 INTRODUCTION ................................................................................................................................... 2
2.0 EXAMEN DES PUBLICATIONS ......................................................................................................... 4
    2.1       Instabilité des Taux de Change Réels et Exportations: Une Perspective Théorique ................ 4
    2.2       Instabilité des Taux de Change Réels et les Exportations: Preuves Empiriques ....................... 5
3.0 INSTABILITE DES TAUX DE CHANGE REELS ET LA PERFORMANCE DES
    EXPORTATIONS DANS LA ZMAO ................................................................................................... 7
    3.1       Gambie ...................................................................................................................................... 7
    3.2       Ghana ........................................................................................................................................ 8
    3.3       Guinée ....................................................................................................................................... 9
    3.4       Liberia ..................................................................................................................................... 10
    3.5       Nigeria ..................................................................................................................................... 11
    3.6       Sierra Leone ............................................................................................................................ 13
4.0 CADRE THÉORIQUE ET MÉTHODOLOGIE .............................................................................. 14
    4.1       Fonction des exportations ........................................................................................................ 14
    4.2       Un Modèle GARCH d'instabilité de taux de change ............................................................... 14
    4.3        Techniques d'évaluation ......................................................................................................... 15
    4.4       Type et Sources des Données .................................................................................................. 15
5.0 PRESENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS ...................................................................... 16
    5.1       Résultats de l'évaluation pour la Gambie ................................................................................ 16
        5.1.1       Résultats du test de racine unitaire ................................................................................ 16
        5.1.2       Résultats de test de cointégration ................................................................................... 16
        5.1.3      Résultats du modèle dynamique à court terme ................................................................ 18
    5.2        Résultats des estimations pour le Ghana ................................................................................ 19
        5.2.1       Résultats de tests de racine unitaire ............................................................................... 19
        5.2.2       Résultats de tests de Cointégration ................................................................................ 19
        5.5.3      Modèle à court terme ...................................................................................................... 20
    5.3       Résultats des estimations pour la Guinée ................................................................................ 21
        5.3.1      Résultats de tests de racine unitaire ................................................................................ 21
        5.3.2       Résultats de tests de cointégration ................................................................................. 21
        5.3.3       Modèle dynamique à court terme ................................................................................... 22
    5.4        Résultats des estimations pour le Libéria ............................................................................... 22
        5.4.1       Résultats de tests de racine unitaire ............................................................................... 22
        5.4.2      Modèle dynamique à long terme ..................................................................................... 23
    5.5        Résultats des estimations pour le Nigéria .............................................................................. 24
        5.5.1       Résultats de tests de racine unitaire ............................................................................... 24
        5.5.2       Résultats de tests de cointégration ................................................................................. 25
        5.5.3       Modèle à long terme....................................................................................................... 25
    5.6        Résultats des estimations pour la Sierra Leone ...................................................................... 26
        5.6.1       Résultats de tests de racine unitaire ............................................................................... 26
        5.6.2       Résultats de tests de cointégration ................................................................................. 27
        5.6.3       Modèle dynamique à court terme ................................................................................... 28
6.0 CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE POLITIQUES ......................... 29
REFERENCES .............................................................................................................................................. 31

                                                                               ii
LA PERFORMANCE DES EXPORTATIONS ET L’INSTABILITE DES TAUX
            DE CHANGE : L’EXPERIENCE DE LA ZMAO

                                         Document rédigé par:
                                 Abu Bakarr Tarawalie, Momodu Sissoho,
                                 Mohamed Conte and Christian R. Ahortor1

                                                      Résumé
Ce document examiner la relation entre l’instabilité du taux de change et la performance des
exportations dans les pays membres de la ZMAO, en utilisant des données trimestrielles pour la
période 1990-2010. Le document utilise la technique d'évaluation dynamique OLS d'Engel-
Granger ainsi que la méthode de l'hétéroscédasticité conditionnelle auto régressive généralisée
(GARCH) pour modéliser l'instabilité des taux de change réels. Conformément aux
considérations théoriques, les résultats indiquent que l'augmentation de l'instabilité des taux de
change aboutit à des conséquences néfastes importants sur les exportations du Libéria, du
Nigéria et de la Sierra Leone, alors qu'une relation positive a été établie dans le cas de la
Gambie. Toutefois, son impact sur le Ghana et la Guinée a été insignifiant durant la période sous
examen. Les résultats ont également révélé une relation positive entre les termes de l'échange et
la performance des exportations pour tous les pays, indiquant que l'amélioration des termes de
l'échange a entraîné des améliorations de la performance des exportations dans les pays
membres de la ZMAO. Le revenu provenant du reste du monde, indiqué par le PIB de l'OCDE, a
montré des conséquences positives sur la performance des exportations des pays membres de la
ZMAO. L'étude a également constaté que les taux de change réels effectifs avaient un impact
négatif sur la performance des exportations dans le cas de la Gambie, du Ghana et du Nigéria,
alors qu'une relation positive a été établie dans le cas de la Guinée et du Libéria. Toutefois, alors
qu'une relation positive a été constatée pour la Sierra Leone dans le long terme, son impact à
court terme était négatif. Un enseignement clé résultant de cette étude est que les actions des
politiques commerciales visant à stabiliser le marché des exportations sont susceptibles d'aboutir
à des résultats incertains, au mieux si les décideurs politiques des pays membres de la ZMAO
ignorent la stabilité ainsi que le niveau des taux de change réels. Ainsi, si les décideurs politiques
souhaitent cibler les exportations, les politiques destinées à assurer la stabilité des taux de
change devrait être de la plus grande importance.




1 The authors are staff of the Research and Statistics Department of the West African Monetary Institute. The authors

are grateful to the Technical Committee of the WAMZ, and staff of WAMI for their valuable comments. They also
appreciate the comments of external reviewers. Finally, on behalf of WAMI, the authors are grateful to the African
Capacity Building Foundation (ACBF) for the financial support in processing this report. The views expressed in the
occasional paper are those of the authors and do not necessarily represent the views of WAMI. The occasional papers
describe final reports of research studies prepared by the authors and presented to the Technical Committee during the
WAMZ Convergence Council meetings


                                                          1
1.0      INTRODUCTION

Une préoccupation assez répandue a été constatée             de change et les flux commerciaux a été un sujet de
parmi les économistes et décideurs politiques sur le         grande préoccupation pour les économistes.
commerce pour le haut degré d'instabilité des taux           Comme beaucoup de pays en développement, les
de change et pour son impact sur la performance              pays membres de la ZMAO dépendaient du reste
des exportations. Cette instabilité en question est          du monde et le niveau d'interdépendance a
une mesure statistique de la tendance des taux de            augmenté au cours de la dernière décennie. Ces
change à monter ou à baisser en flèche dans                  pays sont vulnérables à tout changement néfaste
l'intervalle d'une courte période et elle est                des autres économies et de variations, pour lequel
importante      pour     la    compréhension        du       ils n'ont aucun contrôle. Ils ont progressivement
comportement des marchés de change. L'instabilité            libéralisé    leurs     frontières    commerciales,
des taux de change crée une incertitude en matière           aboutissant à des obstacles plus faibles au
d'élaboration de politiques macro-économiques, de            commerce, pour aussi bien les biens que les
décisions sur les investissements et de flux                 services. Cette situation a contribué à accroître les
commerciaux internationaux. Cela s'explique par              échanges commerciaux et à intensifier la
le fait qu'une augmentation des risques liés au taux         concurrence internationale.
de change entraîne des conséquences de
substitution et de revenu. D'une part, la                    Les pays membres de la ZMAO considèrent le taux
conséquence de substitution entraîne les                     de change comme un instrument clé des politiques
commerçants à se tourner du commerce extérieur               macro-économiques susceptibles de renforcer la
vers le commerce intérieur. On peut avancer                  compétitivité des pays et de promouvoir les
l'argument qu'une augmentation de l'instabilité des          exportations et la croissance économique. Les
taux de change contribue à augmenter l'incertitude           politiques des banques centrales des pays membres
des bénéfices sur les contrats libellés en devises, en       de la ZMAO en matière de taux de change visent à
raison du fait que ce risque entraîne les agents, à la       offrir un environnement susceptible de promouvoir
fois opposés et neutres à l'égard des risques, à             la stabilité des taux de change et à aider l'État dans
réorienter leurs activités des marchés étrangers à           son objectif visant à promouvoir la croissance
plus hauts risques vers les marchés nationaux à              basée sur les exportations. Conformément à cet
plus faibles risques. D'autre part, les conséquences         objectif, l'adoption de politiques orientées vers
liées au revenu entraînent une augmentation des              l'extérieur a contribué à assurer la croissance des
activités commerciales, étant donné que l'instabilité        exportations, en vue d'aboutir à une croissance
plus élevée des taux de change et, par voie de               économique à long terme. La libéralisation accrue
conséquence, des risques plus élevés donne des               du commerce et le contrôle du marché de change,
plus grandes opportunités d'encaisser des bénéfices          les politiques de promotion des exportations et les
et d'augmenter les échanges commerciaux.                     accords commerciaux multilatéraux ont abouti à
                                                             une plus grande pénétration des marchés
Après l'effondrement du système de taux de change            internationaux par les exportateurs des pays
fixes de Bretton Woods en 1973, les pays membres             membres de la ZMAO.
de la ZMAO, parmi plusieurs pays, ont adopté le
système de taux de change flottants, en vue de               Les publications empiriques ne sont pas
réduire les tendances protectionnistes et                    concluantes en ce qui concerne les conséquences
promouvoir les échanges commerciaux, pour en                 de l'instabilité des taux de change sur la croissance
tirer une indépendance macro-économique globale,             des exportations. D'une part, l'instabilité croissante
en supportant le fardeau de l'ajustement vis-à-vis           des taux de change, qui constitue une source
des déséquilibres des comptes courants et en                 majeure de risques liés au change, a des
capital de la balance de paiements. La transition            implications importantes et néfastes sur le volume
vers les taux de change flottants et la nature et            des flux commerciaux et la balance de paiements
envergure de la relation entre l'instabilité des taux        d'un pays (Walters et De Beer, 1999; Bah et

                                                         2
Amusa, 2003; Vergil, 2002). D'autre part, certaines         questions pertinentes. Existe-t-il une relation entre
études fournissent des preuves appuyant une                 l'instabilité des taux de change et la performance
relation positive entre l'instabilité des taux de           des exportations ? Si oui, quelles sont les
change et les flux commerciaux (voir par exemple,           conséquences de l'instabilité des taux de change sur
De Grauwe, 1988; Asseery et Peel, 1991;                     les exportations des pays membres de la ZMAO et
Chowdhury, 1993; entre autres). De Grauwe                   quelle est l'envergure des ces conséquences ?
(1988) par exemple avance l'argument que si les
exportateurs sont suffisamment réticents aux                Le but de ce document est d'étudier empiriquement
risques, alors une augmentation de l'instabilité des        les conséquences de l'instabilité des taux de change
taux de change aboutit à une augmentation de                réels sur la performance des exportations dans les
l'utilisation marginale anticipée des revenus sur les       pays membres de la ZMAO. La connaissance du
exportations, ce qui sert d'incitation aux                  degré d'instabilité des taux de change et dans quelle
exportateurs pour augmenter leurs exportations, en          mesure elle affecte les exportations est importante
vue de maximiser leurs recettes. Ce manque de               pour la conception, à la fois des taux de change et
consensus parmi les décideurs politiques se reflète         des politiques commerciales. Par exemple, si
dans les différents régimes de taux de change que           l'instabilité des taux de change aboutit à une
les pays ont entretenu au fil du temps.                     réduction des exportations, les programmes
                                                            d'ajustement sur le commerce qui mettaient l'accent
 Une préoccupation importante des décideurs                 sur l'expansion des exportations ne pourraient pas
politiques, après l'effondrement du système de              réussir, si les taux de change sont instables. Pour
Bretton Woods a été la conséquence de l'instabilité         atteindre cet objectif, le document utilise la
des taux de change qui constitue une                        technique d'évaluation dynamique OLS d’Engel-
caractéristique prépondérante du taux de change             Granger. En outre, pour mesurer l'instabilité des
flottant. L'instabilité des taux de change pousse les       taux     de     change     réels,   on    a    utilisé
société à ajouter des primes de risque au coût des          l'hétéroscédasticité conditionnelle auto régressive
produits échangés, conduisant à des prix plus               généralisée (GARCH).
élevés et à un commerce extérieur plus faible. Cela
a des implications importantes pour les échanges            Le reste du document est organisé comme suit :
commerciaux et les perspectives de croissance des           après l'introduction, la Section II présente un
pays. La plupart des pays africains ont adopté des          aperçu général de la relation entre l'instabilité des
programmes de réformes économiques dans les                 taux de change réels et les exportations, dans la
années 1980, avec une libéralisation des taux de            perspective des aspects théoriques et des preuves
change, comme principale composante. Les taux de            empiriques. La Section III présente également un
change dans la ZMAO ont été instables depuis                aperçu général sur l'instabilité des taux de change
l'adoption des taux de change flexibles. Par                réels et la performance des exportations dans la
exemple, l’instabilité des taux de change réels a           ZMAO. Dans la Section IV, le cadre théorique est
baissé de 53,0 % en 1991 à 45,6 % en 2008.                  présenté est le modèle économétrique est précisé.
Parallèlement, la croissance des exportations a             La Section V porte sur les techniques d'évaluation
augmenté de 4,4 % à 9,7 % durant la même                    et examine les résultats empiriques, alors que la
période. La correspondance perçue entre                     Section VI en tire la conclusion et les implications
l'instabilité des taux de change et la performance          en matière de politiques.
des exportations dans la ZMAO soulève des




                                                        3
2.0       EXAMEN DES PUBLICATIONS

2.1    Instabilité des Taux de Change                        une augmentation des risques dans un contexte
                                                             d'instabilité plus élevée des taux de change fait
Réels et Exportations: Une Perspective                       monter l'utilité anticipée des recettes sur les
Théorique                                                    exportations et pousse les exportateurs à exporter
                                                             davantage, pour éviter l'éventualité d'une réduction
L'effondrement du régime de taux de change de                de leurs recettes. Au cas où les conséquences sur
Bretton-Woods en 1973 et l'émergence ultérieure              les recettes contrebalancent les conséquences de
de fixations de taux de change plus flexibles ont            substitution, on aboutira à une relation positive
provoqué une grande préoccupation pour                       entre l'instabilité des taux de change et le
l'augmentation des risques de change et l'impact             commerce. Dans l'alternative, une augmentation
sur les exportations. La plupart des études ont              des risques aura un impact négatif sur le
constaté des preuves assez systématiques sur                 commerce. Les premiers modèles ont été basés sur
l'instabilité accrue des taux de change réels, dans          le cas d'un exportateur qui prend des décisions de
aussi bien les pays               développés qu'en           produire avant de savoir la réalisation des taux de
développement. Les conséquences de l'instabilité             change et, ne pouvant pas se prémunir de cette
des taux de change sur les flux commerciaux sont             source de risques, il ressort qu'une augmentation de
analysées du point de vue des risques ou de                  l'instabilité affecte de manière néfaste un
l'incertitude. Les exportateurs sont soient très             exportateur réticent à l'égard des risques (Clark
réticents ou moins réticents vis-à-vis des risques et,       (1973). Selon ces hypothèses, les exportations
par conséquent, ils réagiraient de manière                   devraient augmenter avec l'instabilité des taux de
différente face aux changements des taux de                  change, avec l'accroissement des conséquences sur
change réels. Hooper et Kohlhagen (1978) et le               les recettes et elles devraient diminuer au cas où les
FMI (1984) postulent que si les agents sont                  conséquences de substitution dépassent les
réticents à l'égard des risques, une augmentation de         conséquences sur les revenus. Enfin de compte de
l'instabilité des taux de change les pousse à réduire        compte, les conséquences de l'instabilité des taux
le volume du commerce et à réorienter la                     de change réels sur les exportations sont ambiguës
production vers les marchés intérieurs.                      (Fountas et Aristotelous, 1999a/b; Cote, 1994).
De Grauwe (1988) soutient qu'une montée des                  Franke (1991), Sercu et Vanhulle, (1992) ont
fluctuations des taux de change réels pourrait avoir         montré que l'instabilité des taux de change peut
des conséquences, soit positives, soit négatives sur         affecter positivement le volume du commerce. Des
le volume du commerce, étant donné que cela                  risques plus élevés présentent de plus grandes
dépend des conséquences de substitution et de                opportunités pour les bénéfices et, dans la mesure
revenu. Les conséquences de substitution poussent            où elle fait augmenter les risques, l'instabilité des
les agents réticents à l'égard des risques à réduire         taux de change contribuera à augmenter le
les activités d'exportation, en raison de la                 commerce. Ainsi, une augmentation de l'instabilité
diminution de l'utilisation marginale anticipée des          des taux de change contribuera à améliorer la
recettes sur les exportations. Le groupe d'agents            performance des exportations, étant donné que les
moins réticents à l'égard des risques considère              sociétés prendront l’option d'exporter et augmenter
l'augmentation de l'instabilité des taux de change           ainsi le volume du commerce. Pindyck (1982) a
du point de vue des risques accrus. Une plus                 également montré que, dans certaines conditions,
grande instabilité des taux de change pousserait             l'instabilité accrue des prix peut aboutir à une
cette catégorie d'exportateurs à réduire les                 production et des investissements moyens accrus,
exportations et à réorienter les ressources vers             étant donné que les sociétés s'adaptent, pour tirer
d'autres secteurs. D'autre part, les conséquences sur        profit des prix élevés et réduire au minimum les
les revenus poussent les agents réticents à l'égard          impacts des prix faibles. Dans une perspective
des risques à accroître les exportations en vue              d'économie politique, Brada et Mendez (1988)
d'éviter des chutes graves des revenus. Au cas où            estiment que le mouvement des taux de change
les agents sont très réticents à l'égard des risques,        peut isoler la balance des paiements des chocs

                                                         4
extérieurs, réduisant ainsi le recours aux                    Chowdhury (1993) a étudié l'impact des flux
restrictions sur le commerce et le contrôle des              commerciaux des pays du G-7, dans le contexte
capitaux pour parvenir à l'équilibre. Cela aboutit à         d'un modèle de correction d'erreurs multiple. Il a
encourager le commerce international, même dans              constaté que l'instabilité des taux de change avait
le contexte d'instabilité croissante des taux de             un impact négatif sur le volume des exportations
change.                                                      dans chacun des pays du G-7. Dans une étude
                                                             connexe, Mahmood et Vixathep (2002) ont
D'autre part, Cote (1994) soutient que l'instabilité         également examiné l'impact de l'instabilité des taux
des taux de change contribue à déprimer le volume            de change sur les exportations dans quatre pays de
du commerce. Cela se manifeste lorsque les                   l'Asie de l'Est (Hong Kong, Corée du Sud,
marchés peuvent être imparfaits, particulièrement            Singapour et Thaïlande). Les résultats ont indiqué
dans les pays les moins avancées et également en             que l'instabilité des taux de change avait des
raison du fait que la couverture peut être imparfaite        impacts négatifs sur les exportations, dans le court
mais également très coûteuse, en tant que moyen              et long termes. En se servant de la méthode de
de base pour prévenir les risques de change. Ainsi,          correction d'erreurs, Callabero et Corbo (1989) ont
selon l'hypothèse de la réticence à l'égard des              aussi étudié les conséquences de l'incertitude des
risques, il peut y avoir une corrélation négative            taux de change réels sur les exportations de six
entre les exportations et l'instabilité des taux de          pays en développement (Chili, Colombie, Pérou,
change. Arize et al (2000), Hooper et Kohlhagen              Philippines, Thaïlande et Turquie). Cette étude a
(1978) soutiennent que l'instabilité plus élevée des         constaté que l'incertitude des taux de change réels a
taux de change contribuera à déprimer le volume              contribué à réduire les exportations dans le court
du commerce, en raison de la montée des coûts                terme et les résultats étaient substantiellement
d'ajustement, tels que les investissements                   grossis dans le long terme. De même, dans une
irréversibles en raison des incertitudes et risques          étude connexe, Samanta (1998) a adopté la
plus élevés. Chit (2008) a avancé l'argument que             technique de cointegration pour examiner les
dans le cas où les opportunités de couverture                implications de l'instabilité des taux de change
n'existent pas, ou sont extrêmement coûteuses, les           pour les exportations de l'Inde. Les résultats ont
sociétés réticentes à l'égard des risques qui doivent        montré qu’au cours de la période 1953-1989, les
d'abord décider sur le volume de leurs exportations          risques liés aux taux de change avaient un impact
avant de résoudre toute incertitude sur les taux de          néfaste important sur les exportations. Ces résultats
change, aboutissent presque toujours à une relation          sont similaires à ceux obtenus par Hassan et Tufte
négative entre l'instabilité des taux de change et les       (1998) pour les exportations globales du
exportations.                                                Bangladesh au cours de la période 1977-1992.

                                                             Qian et Virangis (1994) ont également examiné
2.2    Instabilité des Taux de Change                        l'impact de l'instabilité des taux de change sur le
Réels et les Exportations: Preuves                           commerce de six pays développés, en utilisant la
                                                             méthode ARCH pour saisir approximativement
Empiriques                                                   l'instabilité et les données mensuelles de 1973 à
                                                             1990. Les résultats ont montré une relation
 Au fil du temps, le manque de consensus du point
                                                             négative entre l'instabilité des taux de change et le
de vue théorique a poussé plusieurs chercheurs à
                                                             volume des exportations de l'Australie, du Canada
entreprendre des études empiriques sur cette
                                                             et du Japon, alors qu'il existe une relation positive
question. Toutefois, les différences dans les
                                                             dans le cas du Royaume-Uni, de la Suède et des
domaines de la couverture des pays, des périodes
                                                             Pays-Bas. De même, De Vitta et Abbott (2004) ont
d'échantillonnage, des modèles et techniques
                                                             constaté que l'instabilité à court terme des taux de
d'évaluation, qui ont évolué au fil du temps avec
                                                             change n'a pas affecté les exportations du
les progrès réalisés en économétrie, l'ont rendu
                                                             Royaume-Uni vers l'Union Européenne, aux
impossible de parvenir à un consensus et d'établir
                                                             niveaux, à la fois, général et sectoriel. Toutefois, il
une relation réellement systématique entre
                                                             existe des conséquences néfastes importantes d'une
l'instabilité des taux de change et les exportations.
                                                             instabilité à long terme sur les exportations du

                                                         5
Royaume-Uni vers l'UE. La relation négative                  pour la période 1984-2004 pour examiner l'impact
s'explique par les difficultés de couverture contre          de l'instabilité des taux de change sur les
les fluctuations à long terme. Une étude par Alam            exportations globales de l'Afrique du Sud vers le
(2011), utilisant la technique ARDL a montré que             reste du monde et sur les biens et services et
les exportations réelles sont cointégrées avec les           exportations d'or. Ils ont utilisé la méthode d'écart
activités économiques étrangères, les taux de                type et GARCH (1 ,1), comme mesures de
change effectifs réels et l'instabilité des taux de          variabilité. Les résultats ont indiqué l'existence
change réels au Pakistan. On a constaté que les              d'une relation positive importante. En adoptant la
taux de change réels et leur instabilité ont des             méthode de cointegration de Johansen sur une
coefficients séparés négatifs et importants,                 période de 30 ans, entre 1970 et 2003, Yusuf et
impliquant ainsi que l'instabilité a affecté de              Edom (2007) ont montré que la dépréciation du
manière néfaste les exportations globales du                 taux de change officiel a abouti à une augmentation
Pakistan de 1979 à 2005.                                     des exportations de bois rond et de bois scié au
                                                             Nigéria. En utilisant des données annuelles de
Ghura et Greenes (1993) ont utilisé la technique             1970-1997, avec un échantillon de 104 pays
d'un ensemble de données pour explorer les                   (développés et en développement) et en se servant
conséquences de l'instabilité des taux de change sur         du modèle de gravité qui tient compte de
les flux commerciaux des pays de l'Afrique                   l'endogéneité, Rose (2000) a constaté que
subsaharienne. En mesurant l'instabilité des taux de         l'instabilité avait des conséquences importantes sur
change avec le coefficient de variation et en                le commerce. Toutefois, Tenreyro (2004) a émis
utilisant des données couvrant la période 1972-              des doutes sur la solidité des résultats de Rose.
1987, l'étude a constaté que l'instabilité des taux de
change avait un impact négatif important et solide           Les études indiquées ci-dessus ont conclu que, du
sur les flux commerciaux. En utilisant des                   point de vue théorique, il n'y a pas de réaction sans
observations trimestrielles sur une période de 20            ambiguïté sur le volume du commerce par rapport
ans dans un modèle de coiintegration vectoriel,              à l'augmentation de l'instabilité des taux de change,
Aliyu (2008) a donné la preuve d'une relation                en raison du fait que des résultats différents
contraire entre ces variables. Plus précisément,             peuvent être obtenus à partir d'hypothèses
l'étude a révélé que l'instabilité du taux de change         plausibles et de stratégies de modélisation. La
du naira a abouti à une diminution de 3,65 % des             même ambiguïté est présente dans plusieurs des
exportations non pétrolières du Nigéria. Bah et              publications empiriques, ce qui peut refléter le
Amusi (2003) ont utilisé les modèle ARCH et                  manque de résultats théoriques bien précis ainsi
GARCH pour examiner les conséquences de                      que les difficultés pour parvenir à un témoignage
l'instabilité des taux de change réels sur les               approprié pour les risques liés aux taux de change.
exportations de l'Afrique du Sud vers les États-             Les bases théoriques se fondent sur l'attitude des
Unis pour la période 1990 :1-2000 :4. Les résultats          exportateurs à l'égard des risques, des opportunités
ont montré que l'instabilité du taux de change du            de couverture des risques liés au taux de change, la
Rand a exercé un impact négatif important sur les            structure des marchés et les coûts d'ajustement. Par
exportations, à la fois dans le court et long terme.         conséquent, nous pensons que la relation entre
                                                             l'instabilité des changes et les exportations est
D'autres études ont observé une relation positive            indéterminée, du point de vue analytique. Pour
entre l'instabilité des taux de change réels et la           cette raison, l'orientation et la portée de l'impact de
performance des exportations. Les études par                 l'incertitude liée aux taux de change sur les
Cushman (1986), De Grauwe (1988), et Bini-                   exportations dans la ZMAO doivent être
Smaghi (1991), en utilisant des données                      empiriquement étudiées avant de pouvoir tirer des
séquentielles pour un groupe d'économies                     conclusions valables. La compréhension de
développées, ont constaté des preuves importantes            l'orientation et de l'envergure de l'impact de
appuyant une relation positive. . Todani et                  l'instabilité des taux de change sur le commerce de
Munyama (2005) ont utilisé la procédure de test de           la ZMAO est sans doute une question importante
variables ARDL, avec des données trimestrielles              du processus d'intégration.



                                                         6
3.0  INSTABILITE DES TAUX DE CHANGE REELS ET LA
              PERFORMANCE DES EXPORTATIONS DANS LA ZMAO

Cette Section examine l'évolution conjointe de              sous-région - des marchandises importées en
l'instabilité des taux de change réels et de la             Gambie et transportées officieusement vers le
performance sur les exportations dans la ZMAO.              Sénégal et ailleurs (Diagnostic Trade Integration
Plus précisément, nous examinons les épisodes de            Study, 2007). Les arachides demeurent le principal
l'instabilité des taux de change réels, avec leur           produit d'exportation, employant directement ou
influence sur la performance des exportations des           indirectement plus de 80 % de la population active.
économies de la ZMAO
                                                            Le Graphique 1 montre que le taux de change réel
3.1      Gambie                                             a été instable durant la période 1990-2010. De là, il
                                                            est évident que l'instabilité était caractérisée par
En tant qu’économie ouverte, la Gambie considère            une tendance linéaire à la hausse durant la période
le taux de change comme un important instrument             sous examen, alors que le ratio exportations/PIB
de politique pour la promotion des exportations et          avait affiché une tendance à la baisse. Entre 1990
la croissance économique. Les politiques actuelles          et 1994, l'instabilité du taux de change réel a
du taux de change de la CBG visent à créer un               affiché une tendance à la hausse, montrant une
environnement favorable à la stabilité du taux de           période de dépréciation du taux de change réel.
change et à aider le gouvernement à atteindre son           Durant cette période, le ratio exportations/PIB a
objectif de croissance fondée sur les exportations.         augmenté, indiquant que l'instabilité élevée
L'économie gambienne a utilisé un taux de change            (dépréciation du taux de change réel) a
fixe entre 1965 et 1985, période durant laquelle le         probablement contribué à améliorer la performance
dalasi était indexé sur la livre sterling. Toutefois,       des exportations en Gambie. Toutefois, entre 1995
suite aux vagues du Programme d'Adjustment                  et 2001, le pays a connu des périodes de faible
Structurel, le pays a adopté le taux de change              instabilité, reflétant une appréciation du taux de
flexible (déterminé par les lois du marché) en 1986,        change réel. Cette période a également coïncidé
ce qui a abouti à une chute de 28 % du taux de              avec la chute du ratio exportations/PIB, impliquant
change réel effectif. Après le passage au taux de           que la faible instabilité a probablement provoqué
change flexible, le taux de change réel effectif est        une chute de la performance des exportations. Le
demeuré dans les limites de la bande de  10% de            Graphique a également révélé qu’entre 2002 et
sa période moyenne de 1986-2000, au cours de                2006, on a connu une forte instabilité du taux de
laquelle une appréciation nominale modérée du               change, le taux de change s'étant déprécié durant
dalasi a été contrebalancée par un différentiel             cette période, laquelle période a coïncidé avec une
d'inflation négatif avec les pays partenaires au            rapide dépréciation du dalasi. Toutefois, depuis
développement.                                              2007, l’instabilité a diminué, le taux de change réel
                                                            affichant une faible appréciation. En dépit de
La Gambie a été pendant longtemps une plate-                l'instabilité accrue du taux de change réel depuis
forme commerciale et un centre de réexportation             2002, la performance des exportations est
pour la sous région, en raison du faible taux               demeurée relativement stable. Toutefois, le ratio
d’impôts sur les importations, de son port et de ses        exportations/PIB était supérieur à sa tendance entre
services douaniers en bon fonctionnement et des             2003 et 2010. En résumé, une plus grande
obstacles administratifs limités. Par ailleurs, la          observation indique que les périodes durant
libéralisation accrue du commerce et des contrôles          lesquelles l'instabilité était supérieure à sa tendance
en devises, suite à la mise en oeuvre du Programme          à long terme coincidaient avec celles où le ratio
de Reprise Économique en 1985 a contribué à                 exportations/PIB était supérieur à sa tendance à
propulser le secteur des exportations du pays.              long terme et vice versa.
Environ 80 % des exportations de marchandises
gambiennes portent sur des réexportations vers la


                                                        7
Graphique1: Tendances de l’Instabilité et Ratio Exportations/PIB en Gambie, 1990:T1-2010:T4

                   90.0                                                                                                                                                                             1.2
                   80.0                                                                                                                                                                             1
                   70.0
                                                                                                                                                                                                    0.8




                                                                                                                                                                                                           Exports/ GDP
                   60.0
      Volatility




                   50.0                                                                                                                                                                             0.6
                   40.0                                                                                                                                                                             0.4
                   30.0
                                                                                                                                                                                                    0.2
                   20.0
                   10.0                                                                                                                                                                             0
                    0.0                                                                                                                                                                             -0.2
                          1990:Q1


                                              1992:Q3
                                                        1993:Q4
                                                                  1995:Q1
                                                                            1996:Q2


                                                                                                1998:Q4
                                                                                                          2000:Q1
                                                                                                                    2001:Q2
                                                                                                                              2002:Q3


                                                                                                                                                  2005:Q1
                                                                                                                                                            2006:Q2


                                                                                                                                                                                2008:Q4
                                                                                                                                                                                          2010:Q1
                                    1991:Q2




                                                                                      1997:Q3




                                                                                                                                        2003:Q4



                                                                                                                                                                      2007:Q3
                                                        VOLATILITY                                                                  GAMEGDP
                                                        Linear (VOLATILITY)                                                         Linear (GAMEGDP)
 Source: Compilation des auteurs



3.2                Ghana                                                                                                Un examen du Graphique 2 indique que le taux
                                                                                                                       de change réel a connu des périodes d'instabilité
L'économie ghanéenne a adopté le régime de                                                                             durant la période d'étude. Ainsi, entre 1990 et
taux de change fixe pour gérer son taux de                                                                             1992, le taux de change réel du pays a été
change entre 1970 et 1982. Au cours de cette                                                                           marqué par une période de forte instabilité. Cette
période, le cedi ghanéen était indexé aux                                                                              période a été également caractérisée par une
principales monnaies convertibles, surtout la                                                                          chute du ratio exportations/PIB, indiquant qu’une
livre sterling et le dollar US. Toutefois, le pays a                                                                   dépréciation réelle a provoqué une diminution de
lancé le Programme de Reprise Économique                                                                               la performance sur les exportations. Par ailleurs,
(PRE), destiné à rationaliser le taux de change en                                                                     entre 1993 et 1997, l'instabilité du taux de
vue de stimuler les exportations et « obtenir les                                                                      change réel était inférieure à sa courbe
prix appropriés », afin d'orienter les ressources                                                                      tendancielle, ce qui représente une période
vers des secteurs productifs de l'économie.                                                                            d'appréciation du taux de change réel. Au cours
Durant cette période, le gouvernement a procédé                                                                        de cette période, le ratio exportations/PIB du
à plusieurs dévaluations du cedi entre 1983 et                                                                         Ghana a augmenté, se situant au-dessus de sa
1986. En 1986, le pays a adopté un taux de                                                                             tendance. Toutefois, depuis 2001, la stabilité du
change flexible mais géré, et en septembre de la                                                                       taux de change réel a affiché une tendance à la
même année, le gouvernement a adopté la                                                                                baisse, alors que le ratio exportations/PIB a
méthode de vente aux enchères pour accélérer                                                                           augmenté entre 2000 et 2005 et, par la suite, il a
l'ajustement du taux de change et pour atteindre                                                                       diminué progressivement. Cela a révélé qu’alors
l'objectif de libéralisation du commerce, laissant                                                                     que le taux de change réel a affiché une
jouer partiellement les lois du marché (lois de                                                                        appréciation, le ratio exportations/PIB a
l'offre de la demande), pour déterminer le taux                                                                        augmenté au début, pour diminuer au-delà de
cedi-dollar.                                                                                                           2005.

                                                                                                           8
Graphique 2: Tendances de l’Instabilité et Ratio Exportations/PIB au long de Ghana, 1990:T1-2010:T4

                   60.0                                                                                                                                                                              0.35
                   50.0                                                                                                                                                                              0.3
                                                                                                                                                                                                     0.25




                                                                                                                                                                                                            Exports/GDP
                   40.0
      Volatility




                                                                                                                                                                                                     0.2
                   30.0
                                                                                                                                                                                                     0.15
                   20.0
                                                                                                                                                                                                     0.1
                   10.0                                                                                                                                                                              0.05
                    0.0                                                                                                                                                                              0
                          1990:Q1
                                    1991:Q2
                                              1992:Q3
                                                        1993:Q4
                                                                  1995:Q1


                                                                                      1997:Q3
                                                                                                1998:Q4
                                                                                                          2000:Q1
                                                                                                                    2001:Q2


                                                                                                                                         2003:Q4
                                                                                                                                                   2005:Q1
                                                                                                                                                             2006:Q2
                                                                                                                                                                       2007:Q3
                                                                                                                                                                                 2008:Q4
                                                                            1996:Q2




                                                                                                                              2002:Q3




                                                                                                                                                                                           2010:Q1
                                                         VOLATILITY                                                                     GHAEGDP
                                                         Linear (VOLATILITY)                                                            Linear (GHAEGDP)
Source: Compilation des auteurs

3.3                Guinée                                                                                           1994, les autorités ont adopté un régime de taux
                                                                                                                    de change flexible et ont introduit un marché
                                                                                                                    interbancaire de devises durant la période 2000-
Dans le cadre de l'évolution du taux de change                                                                      2002, la pénurie de devises au niveau du marché
réel en Guinée, on peut distinguer trois phases                                                                     officiel ayant poussé la BCRG à passer de la
de la gestion de ce taux de change. Après son                                                                       vente aux enchères hebdomadaire à la vente aux
indépendance, la Guinée a créé sa propre                                                                            enchères mensuelle, afin d'augmenter le volume
monnaie (le franc Guinéen d'abord). Lorsque le                                                                      offert à chaque vente aux enchères. Entre la fin
Syli Guinéen (GS) est créé, il était indexé au                                                                      de 2002 et la mi-juillet 2004, les autorités ont
DTS le 11 juin 1975, au taux de GS24,68 par                                                                         indexé le taux de change officiel au dollar US et
DTS. La monnaie fut progressivement                                                                                 ont utilisé progressivement le mécanisme de
surévaluée et vers la mi 1985, son taux dépassait                                                                   vente aux enchères comme outil administratif
GS 280 sur le marché parallèle. Pour attirer des                                                                    pour allouer les devises. Depuis 2005, la BCRG
devises à travers les créneaux officiels, le                                                                        a abandonné le mécanisme officiel de vente aux
gouvernement a créé un marché secondaire de                                                                         enchères de devises et a libéralisé le marché de
devises en octobre 1985. En 1986, le Syli fut                                                                       change. Depuis lors, le taux de change a été
remplacé par le GNF à raison de GNF 300 pour                                                                        déterminé hebdomadairement, grâce à un taux de
un dollar sur le marché officiel et GNF 340 pour                                                                    référence calculé comme moyenne arithmétique
un dollar sur le marché secondaire. Il y avait une                                                                  des taux cotés par les banques de dépôts et les
vente aux enchères hebdomadaire de devises                                                                          bureaux de change autorisés non bancaires.
organisée par la Banque Centrale. En octobre




                                                                                                          9
Graphique 3: Tendances de l’Instabilité et Ratio Exportations/PIB en Guinée 1990:T1-2010:T4
                  1400.0                                                                         0.8
                  1200.0                                                                         0.7
                  1000.0                                                                         0.6




                                                                                                       Exports/GDP
                                                                                                 0.5
     Volatility




                   800.0
                                                                                                 0.4
                   600.0
                                                                                                 0.3
                   400.0                                                                         0.2
                   200.0                                                                         0.1
                     0.0                                                                         0
                                     1991:Q2
                                     1992:Q3
                                     1993:Q4

                                     1996:Q2
                                     1997:Q3
                                     1998:Q4
                                     2000:Q1
                                     2001:Q2
                                     2002:Q3

                                     2005:Q1
                                     2006:Q2
                                     2007:Q3

                                     2010:Q1
                           1990:Q1




                                     1995:Q1




                                     2003:Q4




                                     2008:Q4
                                     VOLATILITY                   GUIEGDP
                                     Linear (VOLATILITY)          Linear (GUIEGDP)

Source: Compilation des auteurs

Compte tenu de ces évolutions, la monnaie du
pays a connu plusieurs séries d'instabilité de son          3.4      Liberia
taux de change réel effectif (Graphique 3). Entre
1990 et 2000, l'instabilité du taux de change réel          Le Libéria a une économie basée sur les
était inférieure à sa courbe tendancielle,                  numéraires avec deux monnaies ayant cours
indiquant une réelle appréciation. S'agissant de la         légal, le dollar libérien (monnaie nationale) et le
performance des exportations, le ratio                      dollar US, les deux monnaies étant maintenues
exportations/PIB a augmenté ( ?) pour dépasser              pour des objectifs différents. Alors que le dollar
sa courbe tendancielle entre 1990 et 1992, mais il          libérien est utilisé pour les petits achats et en
a augmenté ( ?) entre 1993 et 1998. Toutefois, le           grande partie par le gouvernement pour payer les
pays a connu des périodes de dépréciation réelle            salaires des fonctionnaires, le dollar US est
entre 2000 et 2007, avec une instabilité de loin            utilisé dans les transactions commerciales et
supérieure à la courbe tendancielle. Durant cette           financières. Le niveau de dollarisation demeure
période, le ratio exportations/PIB a affiché une            élevé et le pays opère un taux de change flexible,
augmentation progressive. Il ressort également              où il n’existe pas d'orientation prédéterminée et
du Graphique 3 qu’alors que l'instabilité a                 les autorités n'interviennent que pour niveler les
diminué en flèche en 2007 et par la suite, elle est         grandes fluctuations de la monnaie. Le dollar
demeurée en dessous de la courbe tendancielle,              libérien s'est déprécié progressivement en 2009,
le ratio exportations/PIB est demeuré élevé,                reflétant des tentatives de la CBL d'équilibrer les
indiquant qu'une appréciation réelle aboutit                devises disponibles dans un contexte de déficit
probablement à une amélioration de la                       soutenu du compte courant.
performance des exportations durant la période
de l'étude.


                                                       10
Graphique 4: Tendances de l’Instabilité et Ratio Exportations/PIB au Liberia, 2002:T2-2010:T4

                                 9.0
                                 8.0
     Volatility & Exports/GDP




                                 7.0
                                 6.0
                                 5.0
                                 4.0
                                 3.0
                                 2.0
                                 1.0
                                 0.0
                                       2002:Q2
                                                 2002:Q4
                                                           2003:Q2


                                                                                2004:Q2
                                                                                          2004:Q4


                                                                                                              2005:Q4
                                                                                                                        2006:Q2


                                                                                                                                            2007:Q2
                                                                                                                                                      2007:Q4
                                                                                                                                                                2008:Q2
                                                                                                                                                                          2008:Q4


                                                                                                                                                                                              2009:Q4
                                                                                                                                                                                                        2010:Q2
                                                                      2003:Q4




                                                                                                    2005:Q2




                                                                                                                                  2006:Q4




                                                                                                                                                                                    2009:Q2




                                                                                                                                                                                                                  2010:Q4
                                -1.0



                                                                     VOLATILITY                                                       LIBEGDP
                                                                     Linear (VOLATILITY)                                              Linear (LIBEGDP)

Source: Compilation des auteurs

Une analyse critique du Graphique 4 a révélé que
le taux de change réel du Libéria a affiché une                                                                              3.5              Nigeria
tendance à la baisse durant la période de l'étude.
Entre 2002 et 2003, l'instabilité du taux de                                                                                 Avant les réformes politiques de 1986 et surtout
change réel était au-dessus de sa courbe                                                                                     durant les années 1960, le Nigéria était connu
tendancielle et durant cette période, le ratio                                                                               surtout comme exportateur de produits agricoles
exportations/PIB a connu des fluctuations autour                                                                             primaires et dans une moindre mesure, comme
de cette courbe tendancielle. Toutefois, entre                                                                               exportateur d'un ou deux minerais solides. Le
2004 et 2008, l'instabilité du taux de change était                                                                          taux de change du pays était assez stable de 1980
en dessous de sa courbe tendancielle, ce qui                                                                                 à 1985. En 1986, le gouvernement a adopté le
représente une réelle appréciation, alors que la                                                                             Programme d'Ajustement Structurel (PAS),
croissance du ratio exportations/PIB était au-                                                                               comme stratégie de croissance durable, grâce à
dessus de sa courbe tendancielle pour la plus                                                                                des réformes politiques structurelles et
grande partie de la période. Intuitivement, alors                                                                            sectorielles. L'un des points cardinaux de ces
qu'il y avait une réelle appréciation du taux de                                                                             politiques a été la politique de taux de change
change, le ratio exportations/PIB a augmenté en                                                                              nominal flexible. Le pays ayant décidé de laisser
moyenne durant la période. Entre 2009 et 2010,                                                                               flotter le naira, le mouvement du taux de change
le taux de change s'est stabilisé, se situant au-                                                                            nominal a été plus prononcé, contribuant à des
dessus de sa courbe tendancielle. Au cours de                                                                                mouvements plus forts du taux de change durant
cette période, le ratio exportations/PIB a                                                                                   cette période. L'introduction du PAS en 1986 a
également diminué, se situant au-dessous de sa                                                                               contribué à la dépréciation du naira. De 1986 à
courbe tendancielle, à l'exception du dernier                                                                                cette date, la gestion du taux de change du
trimestre de 2009 qui a affiché une augmentation                                                                             Nigéria a traversé plusieurs étapes d'options
en flèche du ratio exportations/PIB, au-dessus de                                                                            politiques. La première étape a commencé avec
sa courbe tendancielle.                                                                                                      l'introduction du Second-Tier Foreign Exchange

                                                                                                                 11
Market (SPEM), qui a été lancé le 26 septembre                                                                       davantage le marché et réduire les primes du
1986. Au début, les autorités ont adopté un                                                                          marché.
système de double taux de change pour
l'allocation de devises. En 1994, il y a eu ce                                                                       En dépit de la réussite de la mise en oeuvre de
changement de politiques lorsque le taux de                                                                          ces différents régimes de taux de change, un
change du naira a été indexé une fois de plus.                                                                       examen rapide du Graphique 5 a révélé que le
                                                                                                                     taux de change réel a fluctué durant la période
 Une autre ère de libéralisation du marché de                                                                        sous examen. Le taux de change réel a affiché
change a commencé en 1995 lorsque                                                                                    une grande instabilité entre 1990 et 1999, avec la
l’Autonomous Foreign Exchange Market                                                                                 dépréciation du taux de change réel durant cette
(AFEM) a été introduit. Durant cette période, la                                                                     période. En moyenne, le ratio exportations/PIB a
CBN a vendu des devises aux utilisateurs, par le                                                                     augmenté durant la même période. Toutefois,
biais de négociants autorisés, à un taux de                                                                          depuis 2000, le taux de change réel a été
change déterminé par les lois du marché. Le pays                                                                     relativement stable, avec une fluctuation
a également introduit le Marché de Change                                                                            marginale. En dépit de la stabilité relative du
Interbancaire (IFEM) le 25 octobre 1999, mais                                                                        taux de change réel, le ratio exportations/PIB a
celui-ci a été remplacé par le système de vente                                                                      été en dessous de sa courbe tendancielle durant
aux enchères en 2002. Ce succès a été couronné                                                                       ces dernières années, ce qui suggère que le
par une autre libéralisation du marché de change                                                                     secteur des exportations non pétrolières du
en 2006 avec l'introduction du système de vente                                                                      Nigéria a eu une performance inférieure à la
aux enchères en gros (WDAS) pour approfondir                                                                         moyenne durant ces derniers temps.

Graphique 5:Tendances de l’Instabilité et Ratio Exportations/PIB au Nigeria, 1990:T1-
2010:T4

                 70.00                                                                                                                                                                             0.7
                 60.00                                                                                                                                                                             0.6
                 50.00                                                                                                                                                                             0.5



                                                                                                                                                                                                         Exports/GDP
    Volatility




                 40.00                                                                                                                                                                             0.4
                 30.00                                                                                                                                                                             0.3
                 20.00                                                                                                                                                                             0.2
                 10.00                                                                                                                                                                             0.1
                  0.00                                                                                                                                                                             0
                                             1992:Q3
                                                       1993:Q4
                                                                 1995:Q1
                                                                           1996:Q2


                                                                                               1998:Q4
                                                                                                         2000:Q1
                                                                                                                   2001:Q2
                                                                                                                             2002:Q3



                                                                                                                                                           2006:Q2
                                                                                                                                                                     2007:Q3
                                                                                                                                                                               2008:Q4
                                                                                                                                                                                         2010:Q1
                         1990:Q1
                                   1991:Q2




                                                                                     1997:Q3




                                                                                                                                       2003:Q4
                                                                                                                                                 2005:Q1




                                                       VOLATILITY                                                               NIGEGDP
                                                       Linear (VOLATILITY)                                                      Linear (NIGEGDP)
Source: Compilation des auteurs




                                                                                                         12
Vous pouvez aussi lire
Partie suivante ... Annuler