Mimos a conquis 80 000 personnes

Mimos a conquis 80 000 personnes

L’implication des citoyens contre l’insécurité gagne du terrain AGGLO. Page 9 RUE DES PRÉS Lamairies’attaqueaux incivilitéssurl’airedejeux Page 3 CHAMPCEVINEL L’institut debeautése lancedansl’hébergement Page 6 C’EST LES VACANCES Unfestivaldemusiques àdécouvrircettesemaine Pages 18 et 19 FOOTBALL FaceauxGirondins, le TFC restesolide(0-0) Page 11 Mimos a conquis 80 000 personnes Avec près de 80 000 spectateurs, dont 8 000 pour les représentations payantes, la 36e édition du festival a encore été un succès populaire. Avec des spectacles de grande qualité, y compris dans le Off, les objectifs sont atteints.

Pages 4 et 5 BILAN P HOTO R ÉMI P HILIPPON n. 22149 - Lundi 30 juillet 2018 0,95 €

Mimos a conquis 80 000 personnes

LE BONJOUR DE DL Lundi 30 juillet 2018 2 DL MONSIEUR ÉCHO ... A APPRIS que l’installation du city-parc de SaintGeorges était pour bientôt. Annoncé aux Mondoux dans un premier temps, le projet a dû être déplacé, « faute de foncier disponible », a indiqué ce week-end Laurent Mossion. Il sera installé sur le parking situé devant le gymnase du quartier. Le city parc « devrait ne pas tarder », annonce l’élu, qui espère sans doute avoir moins de soucis avec cet équipement qu’avec l’aire de jeux de la rue des Prés (lire en page 3)... .. A REMARQUÉ que les terrasses périgourdines étaient remplies de touristes, samedi midi.

Un effet marché, un effet Mimos, un effet vacances ? Peu importe, ils sont là et consomment malgré l’averse de pluie qui a suivi. M. Écho a tout de même entendu que certains commerçants ne seraient pas contents (surprise). Les touristes auraient peu consommé dans les rues de la vieille ville... Pourtant, les retombées de la consommation des festivaliers sont estimées à 100 € par jour et par personne sur la ville, par les organisateurs de Mimos. Multiplié par environ 80 000 spectateurs (lire en page 5), la somme est colossale, l’argent est donc bien quelque part... ... EST déjà impatient de retrouver Mimos en 2019.

Ses fans vont en tout cas pouvoir d’ores et déjà cocher les dates sur leurs agendas, puisque Chantal Achilli a indiqué hier que la 37e édition se déroulerait du 22 au 27 juillet 2019. « Ça permet aux spectateurs comme aux compagnies de pouvoir réserver à l’avance la période et de s’arranger », explique la directrice de l’Odyssée. Surtout que comme chaque année, il se déroule en parallèle du Festival d’Avignon. « Nous n’avons pas encore désigné de thématique, on doit encore faire le tour des festivals en août. On a déjà eu des demandes de résidences de certaines compagnies, pour qu’elles puissent réaliser des créations.

En tout cas, la directrice souhaite un festival diversifié avec du théâtre masqué, physique, du cirque... Mais, le petit doigt de M. Écho lui dit qu’il y aura peut-être un focus sur la Catalogne... ... A ENTENDU que les quatre sculptures géantes en osier, réalisées par des migrants dans leur cadre d’un atelier organisé par la compagnie L’Homme Debout, juste avant le festival, et installées sur la place André-Maurois, pourraient être rachetées par la Ville de Périgueux. Se fondant bien dans le décor, et beaucoup admirés par les passants (même si certains croyaient qu’il s’agissait d’un hommage à la Coupe du monde...), leur rachat serait en pleine négociation avec la compagnie.

Des œuvres qui changeraient des sculptures de Jean-Pierre Rives, tant décriées... ... CONSTATE que le rayonnement de Mimos (lire en page 5) est réellement européen, voire mondial. L’événement a été couvert par toute la presse, locale, régionale, nationale mais aussi internationale dont un média de la presse coréenne ! Un succès qui ne se dément pas puisque la directrice reçoit « près de 40 mails par jour pour pouvoir être programmés dans Mimos ». Elle avoue forcément « être passée à côté de perles ». Pour ceux qui sont programmés, les retombées sont importantes au niveau notoriété. Comme le spectacle Dévaste-moi de l’International visual theatre, qui a été racheté pour plusieurs représentations dans plusieurs théâtres, la saison prochaine.

Quand on vous dit que Mimos est un tremplin !

SAIT que la sécurité pèse sur le festival Mimos. Ainsi, des spectacles du Off se sont déroulés dans des établissements scolaires, justement pour permettre de limiter le nombre de personnes ou d’autres « parce que les artistes demandent à ne pas dépasser un certain nombre de spectateurs, sinon ces derniers ne voient plus rien », affirme Chantal Achilli. Autre technique utilisée, le fait de programmer plusieurs spectacles à la même heure. « Le public est ainsi éparpillé et il y a moins de masse ». Tout cela pour des contraintes de sécurité, un domaine où le budget ne cesse d’augmenter : 25 000 € sur les 450 000 € de budget actif.

Mais M. Écho s’interroge tout de même de la logique de fouiller le public à l’entrée d’une école mais pas pour un spectacle sur une place... Voilà qui n’a pas vraiment de sens. Le carnet est en pages 14 et 15 Chaque jour, DL met en avant une personnalité dont c’est l’anniversaire et qui fait le point sur son activité personnelle, son association, son entreprise ou son club sportif.

Aujourd’hui, DL souhaite un bon anniversaire à Jean-François Jimenez, pilote à l’aéroclub de Bassillac. Il soufflait hier ses 51 bougies. Dordogne Libre : Un mois après la fermeture de la ligne commerciale Paris-Périgueux, comment voyez-vous l’avenir de l’aérodrome ? Jean-François Jimenez : « Au niveau de l’aéroclub, nous ne sommes pas impactés par la fermeture. Le terrain existe et c’est la même structure. Cela peut peut-être permettre de dynamiser l’aviation légère car il y a déjà plein de petits avions. » DL : Combien de vols se font chaque année ? J-F. J « Environ 4 000 à 5 000 par an.

C’est l’aéroclub qui permet de maintenir l’activité. Bien sûr, il y en a plus souvent l’été, puisque les vols sont liés à la météo. La formation se fait pour tous les âges, de 7 à 77 ans (rires) ou plutôt de 13 à 80 ans. » DL : Après le drame de Belvès, est-ce que les risques en vol sont plus importants ? J-F. J « Si vous pratiquez correctement, il y a même moins de risque qu’en voiture. Il faut juste mettre en place les mesures qui s’imposent et ne pas piloter s’il fait trop chaud, si on est fatigué ou s’il y a trop de vents, notamment. » DL : Quelles sont les plus belles vues, d’en haut, sur la Dordogne ?

J-F. J « La vallée de la Dordogne avec Domme, Sarlat, le château des Milandes, Beynac. Il y a aussi de très beaux coins près de Périgueux, avec Brantôme et Hautefort. » DL : Que peut-on vous offrir pour votre anniversaire ? J-F. J « Rien du tout, rien de spécial. » BON ANNIVERSAIRE À Jean-François Jimenez, pilote à l’aéroclub de Bassillac L’IMAGE DU JOUR Ils ont déballé au profit des enfants malades Les chineurs étaient une nouvelle fois au rendez-vous du vide-greniers de l’association Croq’vacances, organisé hier, au jardin des Arènes de Périgueux. Une centaine de vendeurs se sont précipités tôt le matin pour s’installer, idéalement, à l’ombre d’un arbre.

La totalité de la somme des emplacements permet de financer dix interventions chirurgicales pour les enfants de l’hôpital de Périgueux, pendant une année entière. Photo Aude Salvetat ALMANACH Il y a 25 ans La Coquille. Un conducteur passait en comparution immédiate pour avoir été contrôlé à La Coquille avec 3,31 mg d’alcool dans le sang. Il était condamné à un mois de prison ferme.

Marsac-sur-l’Isle. La Mission évangéliste tsigane s’installait quelques jours sur le parking du parc des expositions de Marsac. Si les Périgourdins ne voyaient pas cette venue d’un bon œil, les non sédentaires, eux, demandaient juste un peu de tolérance. Italie. Le pays était sous le choc, au lendemain de trois attentats à la voiture piégée. Il y a 50 ans Paris. Le général de Gaulle était saisi du dossier de l’ORTF. Il annonçait que des « vedettes » disparaîtraient du petit écran. New-York. Alors qu’Edward Kennedy refusait d’être candidat à la vice-présidence des ÉtatsUnis, la tension montait dans le pays.

Bassillac. Un camp aéronautique national se tenait à Bassillac, regroupant des étudiants de toute la France.

Mimos a conquis 80 000 personnes

GRAND PÉRIGUEUX DL 30 juillet 2018 Lundi Aude SALVETAT a.salvetat@dordogne.com L es choses bougent du côté de la rue des Prés. La mairie a pris la semaine dernière un arrêté municipal afin de réglementer l’aire de jeux de la rue en rappelant les règles de respect, de propreté et d’utilisation. Une décision peu ordinaire pour un espace ludique. Les riverains de l’aire de jeux, eux, ne sont pas vraiment étonnés, comme Pascale, qui habite le quartier depuis dix-sept ans : « C’est la foire, y a des jeunes avec des cannettes, des ados, des gamins livrés à eux-mêmes « Il y a des restes de nourritures, certains ont plus de 12 ans, l’âge maximum d’utilisation des jeux », complète Christine dont la maison jouxte l’espace.

Parfois, lorsque les habitants tentent des explications, cela en vient aux insultes et même jusqu’aux mains. Des casques pour regarder la télé « Je me retiens de descendre, mais ça me porte sur le système. Avec la chaleur, quand on mange ou quand on dort, on est obligé de fermer les fenêtres pour être en paix », avertit Lydie, locataire d’un appartement de l’immeuble donnant directement sur l’aire de jeux. Le pire pour eux, ce n’est pas la journée, « c’est pas à 11 heures ou à 14 heures où c’est calme mais le soir. Les sons résonnent d’autant plus avec les bruits de la journée qui s’atténuent.

On dirait que c’est à celui qui cri le plus fort. Des enfants jouent encore jusqu’à 21 heures, alors qu’il y a école. Que font les parents , interroge-t-elle.

D’après Lydie et Christine, certains voisins ont même « acheté des casques pour pouvoir entendre la télé ». Elles dénoncent surtout un va-et-vient constant sur cet espace, de jeunes venus des immeubles voisins. « On n’est pas contre le bruit, c’est normal, c’est une aire de jeux pour enfants, mais là c’est trop ! » Une situation que certains riverains ont rapportée à la mairie l’an passé. « C’était le summum, on a eu une réunion en 2017 mais sans réelles solutions. Juste le rehaussement du grillage ». Chose faite, depuis environ 15 jours. Et depuis vendredi et la mise en place de l’arrêté, un agent municipal vient désormais ouvrir et fermer l’aire.

Aucuns problèmes avec les camping-caristes Lydie raconte : « Le premier soir, il a fait sortir les enfants qui étaient là. D’autres sont arrivés par la suite et ont vu l’espace fermé, en forçant sur la porte ». Qu’à cela ne tienne « il y en a un qui est passé par-dessus », ditelle, exaspérée.

L’aire de jeux est censée ouvrir dès 7 h 30 mais, samedi, elle est restée fermée toute la matinée, au détriment des enfants des camping-caristes, dont l’aire se trouve juste à côté. Pour les riverains, les touristes ne posent aucuns problèmes. Au contraire, « ils sont polis et respectueux », constate Christine, tout en revenant aux problèmes des jeunes. Car pour rejoindre l’aire de jeux d’un côté, certains doivent passer par l’espace des camping-cars. Ils jouent avec la trottinette et les vélos, sur cet espace réservé, d’après les habitants. « Une fois, un touriste a dû enfermer son chien dans son camping-car, car il aboyait constamment au passage des jeunes », indiquent-elles.

On m’en a parlé, mais je n’ai rien vu de particulier », note Maurice, venu avec sa femme de LoireAtlantique pour quelques jours. Un couple de Brestois n’a jamais eu de soucis non plus, « alors que ce n’est pas la première fois que l’on vient ».

Sur internet, certains sites référencent les avis des touristes sur les aires de camping-car. Mais puisqu’il n’y a pas de noms, juste des pseudos, ces avis sont à prendre avec des pincettes. « Méfiez-vous des jeunes » À Périgueux, Herman1954, d’origine néerlandaise évoque « un endroit peu sûr, ils ont laissé les enfants faire leurs besoins dans les buissons », Drine de France parle d’un endroit « où l’insécurité est maximale » et Kaber, néerlandais averti : « Méfiez-vous des jeunes enfants à l’aire de jeux. Nous pourrions simplement éviter les zones de vandalisme. » Quelques avis négatifs qui ne reflètent pas la majorité des propos notés et entendus auprès des campingcaristes, soulignant « un endroit fantastique « un bon endroit » et « excellent ».

Tout comme Pascale, riveraine, qui avoue : « L’aire de jeux est bien aménagée, le sol est très bien pour atténuer les chutes ». Tout de même, elle ne vient qu’à certains moments, avec ses deux petits-enfants de 4 et 5 ans. Lydie aussi : « S’il n’y a personne ou juste peu de monde ». Les habitants espèrent qu’avec cet arrêté, « ça fera peut-être réagir... » Nuisances à l’aire de jeux : la mairie sévit  Nuisances sonores et incivilités sont légion à l’aire de jeux de la rue des Prés, aux Mondoux.

Elles sont le fait de jeunes du quartier, au grand désarroi des riverains.  La mairie a pris un arrêté pour en réglementer l’usage.

Une première. RUE DES PRÉS L’aire de jeux de la rue des Prés se situe entre l’aire d’accueil des camping-caristes et un immeuble. Que ce soit les riverains ou les touristes de passage, beaucoup ont remarqué les incivilités. PHOTO RÉMI PHILIPPON Que dit l’arrêté pris par la Ville ?

D’abord qu’il est « interdit de pénétrer dans l’aire de jeux . ) en dehors des heures d’ouverture au public », qui n’existaient pas auparavant. L’aire n’est désormais accessible que de 7 h 30 à 21 h 30 l’été (du 2 avril au 30 septembre) et jusqu’à 18 h 30 le reste de l’année. « Une tenue et une attitude correcte sont de rigueur dans l’aire de jeux », ajoute la mairie, pour qui « il est défendu de franchir les clôtures ou grilles, de détériorer les structures de jeux, bancs, corbeilles, de dégrader et souiller les massifs, les pelouses ou allées, de cueillir les fleurs ou des fruits, de briser ou scier des branches, de couper, arracher, graver les arbres et arbustes, l’herbe ou le feuillage ».

Interdit évidemment de jeter par terre des détritus (une corbeille est à disposition). Et il faudra respecter les règles d’utilisation des jeux (réservés aux enfants de 2 à 12 ans). La mairie a même dû préciser qu’il était interdit de circuler à vélo ou en véhicule motorisé (!) et de tenir les chiens de 1re et 2e catégories en laisse. Il est enfin interdit d’y boire de l’alcool. « Ca fait longtemps que cet arrêté était prévu, depuis la réunion avec les habitants, mais c’est resté coincé dans les tuyaux », avoue Laurent Mossion, le premier adjoint. « On s’était engagé à le faire et, maintenant, c’est opérationnel ».

Il reconnaît qu’à plusieurs reprises, les habitants et riverains ont prévenu des incivilités et des nuisances régulières. Et déplore le fait de prendre un arrêté « à cause des comportements de ces jeunes ». Des jeunes connus et repérés.

Maintenir la pression Sur l’arrêté, aucune date n’est inscrite car « si on relâche, ça va repartir ». Les agents de la brigade verte sont en charge de procéder à son ouverture et à sa fermeture, comme tous les autres parcs fermés quotidiennement. Pourquoi était-il fermé une matinée entière ? « Il y a encore deux ou trois ajustements à faire ». A.S. Laurent Mossion : « On s’était engagé à le faire » 3 CONCERTS LE TEMPS Aujourd’hui Demain PAGE 22 De la musique classique dès demain PAGES 18 ET 19 Les nouveaux horaires d’accès ont été inscrits sur la grille de l’aire de jeux, réservée aux enfants de 2 à 12 ans.

PHOTO R.P.

Mimos a conquis 80 000 personnes

GRAND PÉRIGUEUX Lundi 30 juillet 2018 4 DL Une folle semaine de spectacles  Malgré une ouverture en demiteinte, la 36e édition de Mimos restera dans les annales pour sa qualité.  In et Off confondus, le public s’est régalé et a répondu présent.  DL vous replonge en images dans cette belle semaine où les coups de cœur ont été, cette année encore, très nombreux... EN IMAGES Allegro a conclu cette belle semaine dans la joie et l’allégresse, samedi soir au théâtre, devant 800 personnes. Le spectacle d’ouverture, un mapping sur les grands moments de l’histoire du festival, a laissé sur sa faim une (grande) partie du public.

Superbe, sensuel et prenant, Fille d’Hestia a été vu par 1 500 personnes vendredi soir. PHOTO DR - JOHANN CHANSEAUD D’ici d’ailleurs. Samedi, la représentation de Carillò avait été écourtée par la pluie. Il a pu être rejoué dans son entier dans la soirée. Un succès populaire. Spectacle surprenant, Ma Bête noire, n’a pas fait l’unanimité au Gour de l’Arche. Dr Nest, de la compagnie allemande Familie Flöz, l’un des coups de cœur du public. Photos Rémi Philippon Incognito.

Welcome ! (Or not...). L’étranger-e. Traverser la rivière sous la pluie. Hoopelai. Rojo. Capulettos. Un Off débridé

Mimos a conquis 80 000 personnes

GRAND PÉRIGUEUX Lundi 30 juillet 2018 DL 5 CIRCULATION Rue Wilson.

En raison d’un déménagement, au droit du n°11, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, vendredi de 9 heures à 16 heures. Rue Victor-Hugo. En raison d’une livraison, au droit du n°122, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, aujourd’hui de 9 heures à 18 heures. Avenue Georges-Pompidou. En raison de travaux, au droit du n°41, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, la vitesse sera limitée à 30 km/h, le stationnement sera interdit, d’aujourd’hui à 8 heures jusqu’à vendredi à 18 heures.

Rue Victor-Hugo. En raison de travaux au droit du n°149, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, la vitesse sera limitée à 30 km/h, le stationnement sera interdit, d’aujourd’hui à 8 heures jusqu’à vendredi à 18 heures. Rue Pierre-Semard. En raison de travaux, au droit du n°1, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, alternativement dans un sens puis dans l’autre, le stationnement sera interdit, d’aujourd’hui à 8 heures jusqu’à vendredi à 18 heures. Rue de Strasbourg. En raison de travaux, au droit du n°32, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, d’aujourd’hui à 8 heures jusqu’au vendredi 17 août à 18 heures.

Rue Talleyrand-Périgord. En raison de travaux, au droit du n°55, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, de jeudi à 8 heures jusqu’au samedi 11 août à 18 heures. Rue Lagrange-Chancel. En raison de travaux, au droit du n°109, la circulation s’effectuera en chaussée rétrécie, de jeudi à 8 heures jusqu’au samedi 11 août à 18 heures. EN BREF  Festival Sinfonia. Le festival Sinfonia poursuit sa préparation et lance un appel à toutes les personnes disponibles en amont et pendant la durée du festival, du 25 août au 1er septembre, et qui souhaiteraient participer à l’aventure. Renseignements : association Clap, 11 place du Coderc, 05 53 08 69 81.

Aude SALVETAT a.salvetat@dordogne.com « H eureuse et satisfaite », mais surtout soulagée, après une semaine chargée en festivités. Chantal Achilli, la directrice de l’Odyssée a présenté hier matin le bilan de la 36e édition du festival Mimos. Il est une nouvelle fois très positif, d’après les organisateurs. Plus de 7 670 billets ont été vendus pour les spectacles payants du In se déroulant en salles (7 560 en 2017). « Et ce n’est qu’une estimation, car toutes les salles étaient quasi pleines, se réjouit-elle. Il y a juste eu un petit déficit sur Gamenson ». Soit un taux de remplissage de 75 %, qui va sans doute être revu à la hausse.

Quant au Off, les chiffres sont tout aussi élevés avec près de « 70 000 personnes, soit un chiffre global de 80 000 personnes sur les six jours ». Des objectifs atteints malgré les aléas climatiques. Un seul spectacle a été annulé pour cause de pluie tandis que la chaleur n’a pas non plus rebuté les festivaliers venus en masse sur le Off. « Un public incroyable, à l’écoute et enthousiaste » « C’était notre crainte de perdre du public, avoue Chantal Achilli.

Et ce n’est pas le cas, à notre grand étonnement. Les spectateurs sont venus équipés de sièges, d’eau et de chapeaux. » Un public « incroyable » d’après ses dires et les avis des artistes.

Il se passe quelque chose de spécial à Périgueux. Le public est à l’écoute, retient son souffle, est enthousiaste... ». Même, le chapeau à la fin du spectacle fonctionne. Et nombreux sont les spectacles plébiscités cette année dans le In comme Dévaste-moi de l’International visual théâtre, Dr Nest de Familie Flöz, Allegro de Cor de Theatre, Ma bête noire de Thomas Chaussebourg, Le Rêve d’Érica de Bivouac Cie, Click, le bruit de l’âme de Circolabile ou encore Fille d’Hestia de Mystica Salvage, vu par plus de 1 500 personnes à Bertran-de-Born, vendredi, alors qu’il était programmé à 23 h 30.

Et encore là, il ne s’agit que du In. Hormis ceux qui ont reçu les prix du Off (lire ci-dessous), d’autres spectacles n’ont pas non plus laissé insensibles les festivaliers comme Hoopelaï, Open Door ou Rojo. « De toute façon, les artistes sont aussi là pour modifier, quand c’est le cas, ce qui ne va pas. Ils sont attachés à avoir des retours des spectateurs positifs comme négatifs. C’est vraiment important pour eux ! », avertit Chantal Achilli.

Une vitrine pour le mime en Europe Surtout sur un festival qui pèse sur la scène française et européenne. Il est le seul conventionné en France et permet ainsi de servir de tremplin à de nombreuses compagnies. « C’est un combat quotidien pour que le genre du mime soit reconnu. On est le seul festival, et on ne veut pas garder l’exclusivité, au contraire, il faut créer un réseau pour mieux soutenir les artistes », assure la directrice. La difficulté, c’est qu’il est en parallèle du festival d’Avignon. Les organisateurs sont donc « obligés de se priver de certains spectacles ». Car, le défi est également de proposer un éventail (du visuel, du gestuel...) à un public varié et souvent dans des lieux réduits.

Mimos reste tout de même un lieu de fidélisation des publics et de notoriété. Grâce à ses retombées, il permet à l’Odyssée de financer d’autres projets comme So Mim (lire DL du 27 juillet), la future plateforme vidéos des spectacles de Mimos, un centre de ressources en ligne mondial, qui devrait voir le jour « au cours ou fin 2019 ». 80 000 spectateurs au rendez-vous du mime  Mimos a tiré sa révérence samedi soir, avec des chiffres de fréquentation encore meilleurs que l’an passé.  80 000 personnes ont assisté aux 160 représentation, dont près de 8 000 pour les spectacles payants.  Il reste un festival essentiel en Europe pour le mime.

BILAN MIMOS Malgré la chaleur, le public est venu en nombre sur tous les spectacles du Off. Les spectacles en salle ont aussi connu le succès, avec plus de 7 670 entrées payantes enregistrées. Une augmentation, par rapport à l’année 2017, qui satisfait les organisateurs. PHOTO RÉMI PHILIPPON Version clownée et pleine d’humour de Roméo et Juliette, le spectacle Capulettos de la compagnie espagnole Un par de Narices, a reçu le prix du jury du Off, décerné par la ville de Périgueux. Une place qui leur permet de recevoir 1 500 €. Le premier prix du public Off, décerné par le Grand Périgueux (1 000 €) a été attribué au Collectif 2222 pour Traverser la rivière sous la pluie avec 349 voix.

Le second prix du public Off, décerné pour la première fois par le Crédit agricole, revient au duo Beloraj, de la compagnie Comme si pour Et pourtant... avec 318 voix. Une belle performance pour ces Périgourdins. Capulettos, grand gagnant du Off Ce sont les Espagnols de la compagnie Un par de Narices qui ont reçu le prix du jury du Off. Le public, lui, a plébiscité le Collectif 2222 pour son spectacle Traverser la rivière sous la pluie. PHOTO A. S.

Mimos a conquis 80 000 personnes

GRAND PÉRIGUEUX Lundi 30 juillet 2018 6 DL CHANCELADE Le centre de loisirs a accueilli les parents pour fêter la fin du mois de juillet Pour la fin du séjour de juillet, les jeunes du centre de loisirs et les animateurs ont invité les parents à partager un moment convivial. La quarantaine d’enfants fréquentant régulièrement le centre a présenté les activités réalisées pendant le séjour : apprendre les gestes qui sauvent, alerter les secours, visite de l’école de Police, confection de sculptures en osier, participation à Mimos, journées sportives, tout y est passé. Les parents, nombreux, ont partagé un petit buffet avec les enfants avant d’assister à un concours où les jeunes ont fait preuve de dextérité et de volonté pour maîtriser les obstacles imaginés par les animateurs.

Les deux finalistes se sont départagés sur les poteaux. Tout ce beau monde s’est séparé ravi malgré l’heure tardive en se donnant rendez-vous fin août. PHOTO JEAN-LOUIS MAGNAUDEIX ANNESSE-ET-BEAULIEU La commune dénonce les incivilités Régulièrement depuis quelques semaines, des dégradations de mobilier urbain sont constatées sur la commune, en particulier le long de la voie verte. Les élus dénoncent ces incivilités qui pénalisent habitants comme visiteurs et mettent en garde les auteurs que des poursuites judiciaires sont envisagées. En outre, les bornes situées route des Clèdes sont rapidement saturées.

En attendant de résoudre le problème il est demandé aux habitants du secteur de bien vouloir déposer leurs déchets sur d’autres sites de la commune. PHOTO JEAN-LOUIS MAGNAUDEIX À la lueur des torches, une nouvelle balade aux flambeaux est proposée ce soir à 21 h 30. Cette promenade estivale emmènera les curieux de la Cité à Vesunna, où la ville gallo-romaine devient mystérieuse et révèle des pans d’histoire méconnus.

Un final de toute beauté avec un spectacle musical Elle s’achèvera par un spectacle inédit au clair de lune avec la Boîte à musique enchantée, qui fera rêver le public avec ses artistes. Un spectacle musical tout en finesse et délicatesse où des chansons se succéderont sur un manège de kiosque ambulant. Clotilde Moulin à la harpe et au chant, Théo Lanatrix, tout en jeux d’ombres et de lumières, est aussi maître de cérémonie dans une ambiance intimiste. Les spectateurs feront un voyage dans le temps sans bouger de Périgueux. À mi-chemin entre théâtre, chanson, divertissement et émotion, un spectacle drôle et magique qui s’achèvera avec un moment d’échanges autour de verres de Bergerac, dans le décor naturel de la vielle antique.

Rendez-vous à 21 h 30, ce soir, devant le château Barrière. Tarif : 12 €, réduit 7 €. Informations et réservations : 06 75 87 02 48.

Balade dans la cité antique à la lueur des torches PÉRIGUEUX Le départ de la balade aux flambeaux se fera ce soir, à 21 h 30, devant le château Barrière. PHOTO DR « Oublions la tempête et passons à autre chose ! » Patrice Léger, le président et 35 bénévoles ont donné il y a quelques jours les derniers coups de tronçonneuses et de râteaux. Après les troncs et les têtes d’arbres laissés à la responsabilité des employés, les bénévoles ont terminé le boulot. Le rythme des compétitions a pu reprendre dès le lendemain avec la compétition de la Ligue contre le cancer. Une dizaine de bennes remplies de branchages et les 18 trous du golf de la plaine de Saltgourde ont retrouvé leur état.

On n’avait jamais connu ça depuis 40 ans que le golf existe », racontait Roger qui, en janvier 1987, avait vu des skieurs sur le fairway du trou n° 12 d’aujourd’hui... Le golf est propre comme un sou neuf MARSAC-SUR-L’ISLE Après le gros œuvre des employés, les bénévoles ont fini d’effacer les traces de la tempête sur le golf. PHOTO DR Jonathan ROGER j.roger@dordogne.com D e petits havres de paix entre le sauna et le hammam, c’est en substance ce qu’ont créé Marie et Daniel Berney-Granger, les gérants du centre Bella Forme, en lieu et place des espaces de musculation auparavant présents dans les locaux.

On avait une demande de plus en plus fréquente des gens qui venaient et qui souhaitaient rester deux ou trois jours, plutôt que de repartir le soir même, explique Daniel. On s’est dit pourquoi pas. » Inaugurées vendredi dernier, les trois nouvelles suites ont une superficie de 35, 53 et 63 mètres carrés. La première, décorée dans une ambiance cubaine, est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite. La suite de 53 m², elle, est richement décorée aux couleurs de l’Île Maurice, dont est originaire la créatrice du centre, Marie Berney-Granger.

Une clientèle qui n’a pas froid aux yeux Enfin, la luxueuse troisième suite, la plus grande, évoque immédiatement le cinéma des années rétro.

Un véritable projecteur du siècle dernier trône d’ailleurs dans le salon. « C’est un vieux copain qui me l’a donné, son père était projectionniste dans les années 1950 », justifie Daniel, qui espère ne pas voir les enfants des clients trop s’amuser avec sa relique. L’ouverture de ces trois suites haut de gamme va de pair avec un nouvel élan du côté des soins proposés par Bella Forme. « Le centre se réoriente vers la cryolipolyse, qui permet de mincir par le froid, explique Daniel. On développe également la cryodermie, qui permet de rajeunir le visage sans utiliser des substances invasives comme le botox.

Pour accompagner sa nouvelle activité d’hébergement, Bella Forme aura une employée qui assurera douze heures de présence par jour, de 8 heures à 20 heures, pour accueillir les clients.

L’activité, elle, devrait pouvoir se développer et attirer au-delà des frontières du Périgord. Mieux, on peut toujours espérer que les personnes restant plusieurs jours pour des soins en profitent pour visiter l’agglo. Le centre Bella Forme monte en gamme Le centre Bella Forme a inauguré vendredi dernier trois suites haut de gamme, changeant le concept même de l’établissement. À chaque chambre son ambiance, de l’Île Maurice à Cuba en passant par un studio de cinéma. CHAMPCEVINEL Marie et Daniel Berney-Granger ont longuement travaillé sur cette refonte de l’établissement. Les suites se veulent résolument luxueuses.

PHOTOS RÉMI PHILIPPON

Mimos a conquis 80 000 personnes

CINÉMA Lundi 30 juillet 2018 DL 7 DU MERCREDI 25 AU MARDI 31 JUILLET LES SORTIES DE LA SEMAINE HÔTEL TRANSYLVANIE 3 (1H38) - ANIMATION DE GENNDY TARTAKOVSKY. Notre famille de monstres préférée embarque pour une croisière de rêve afin que Drac puisse enfin souffler un peu et savourer des vacances au lieu de s’occuper de tout le monde à l’hôtel. Tout s’annonce à merveille pour la petite famille, entre matchs de volley monstres, excursions exotiques et séances de bronzette au clair de lune...  Tous les jours 11h 13h30 16h 18h 20h.

MAMMA MIA ! HERE WE GO AGAIN (1H54) - COMÉDIE MUSICALE DE OL PARKER AVEC LILY JAMES, AMANDA SEYFRIED.

Sur l’île paradisiaque de Kalokairi, Sophie, qui rencontre divers soucis dans l’ouverture de son hôtel, va trouver du réconfort auprès des amies de sa mère Donna qui vont lui conseiller de prendre exemple sur le parcours de cette dernière.  Tous les jours 11h 13h30 15h50 20h 22h15. ROULEZ JEUNESSE (1H24) - COMÉDIE DE JULIEN GUETTA AVEC ERIC JUDOR, LAURE CALAMY.

Alex, 43 ans, est dépanneur automobile dans le garage que dirige d’une main de fer sa mère. Un jour, il dépanne une jeune femme et passe la nuit chez elle, mais au petit matin elle a disparu lui laissant sur les bras trois enfants.  Mercredi, jeudi 11h 13h30 18h 20h15 ; vendredi 11h 13h45 18h10 20h15 ; samedi, dimanche, lundi, mardi 11h 13h45 18h10 20h10. ASSOCIATION CINÉ CINÉMA Cinéma CGR place Francheville à Périgueux 05 53 03 92 91 ou 08 92 68 01 21. ANT-MAN ET LA GUÊPE (1H58) - ACTION DE PEYTON REED AVEC PAUL RUDD, EVANGELINE LILLY. Après les événements survenus dans Captain America : Civil War, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père.

Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente...  2D : mer., jeu., sam. 11h 15h50 19h50 ; ven. 11h 15h50 20h ; dim. 11h 13h30 15h50 19h50 22h15 ; lun. 11h 19h50 ; mar. 11h 13h30 15h50 20h 22h20.  3D : mercredi, vendredi 13h25 ; jeudi, samedi 13h30 22h15 ; lundi 13h30 15h50 22h15.

  • MAYA L’ABEILLE 2 (1H23) - ANIMATION DE NOEL CLEARY, SERGIO DELFINO. Maya va enfin participer aux Grands Jeux du Miel ! L’enjeu est de taille : Maya doit absolument gagner, sinon elle devra livrer tout le miel de sa ruche à l’Impératrice des abeilles ! Maya, Willy et leurs amis vont devoir se surpasser pour battre l’équipe de Violette, une adversaire rusée !  Mercredi 15h50 18h15 ; jeudi 13h45 18h15 ; vendredi 11h 13h30 18h ; samedi 11h 13h45 18h15 ; dimanche, lundi 11h 13h45 18h10 ; mardi 11h 13h45.
  • LES INDESTRUCTIBLES 2 (1H58) - ANIMATION DE BRAD BIRD. Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les missions de la vie quotidienne.  Tous les jours 11h 13h30 15h40 20h 22h20. 1ƒ
  • MA REUM (1H25) - COMÉDIE DE FRÉDÉRIC QUIRING AVEC AUDREY LAMY, CHARLIE LANGENDRIES. Tout va pour le mieux dans la vie sans histoires de Fanny... jusqu’au jour où elle découvre que son fils chéri, Arthur, 9 ans, est le bouc émissaire de trois garçons de son école. Fanny ne laissera pas seul son fils face à ses petits bourreaux : elle va rendre à ces sales gosses la monnaie de leur pièce.  Mercredi, jeudi 11h 13h45 15h40 18h 20h10 ; vendredi, samedi 11h 13h45 15h50 18h15 20h10 ; dimanche, lundi 11h 13h30 15h50 18h 20h10 ; mardi 11h 13h45 16h 18h 20h10.
  • SKYSCRAPER (1H43) - ACTION DE RAWSON MARSHALL THURBER AVEC DWAYNE JOHNSON. Will Ford, ancien leader de l’équipe de libération d’otages du FBI, ancien vétéran de guerre, et maintenant responsable de la sécurité des gratte-ciels est affecté en Chine.  Mercredi 17h50 20h 22h15 ; jeudi 17h50 22h15 ; vendredi 16h 18h10 22h15 ; samedi 13h30 20h 22h15 ; dimanche 13h30 17h50 20h 22h15 ; lundi 18h 22h15 ; mardi 18h. 1ƒ
  • PARANOÏA (1H38) - THRILLER DE STEVEN SODERBERGH AVEC CLAIRE FOY. Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination.  Tous les jours 22h15.

JURASSIC WORLD (2H09) - AVENTURE DE J. A. BAYONA AVEC CHRIS PRATT. Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World.  Merc. 15h45 22h15 ; jeudi 17h45 22h15 ; vend., sam., dim. 15h40 22h15 ; lundi, mardi 22h15. JOUEURS (1H45) - THRILLER DE MARIE MONGE AVEC TAHAR RAHIM. Lorsqu’Ella rencontre Abel, sa vie bascule. Dans le sillage de cet amant insaisissable, la jeune fille va découvrir le Paris cosmopolite et souterrain des cercles de jeux, où adrénaline et argent règnent.  Mercredi, lundi 18h ; jeudi, dimanche 20h ; vendredi 14h ; samedi, mardi 14h 18h.

WOMAN AT WAR (1H40) - COMÉDIE DE BENEDIKT ERLINGSSON AVEC HALLDORA GEIRHARDSDOTTIR.

Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays.  Vo : mercredi 20h ; jeudi 14h ; vendredi 18h ; samedi 18h 20h ; dim., lundi 16h ; mardi 16h 20h. LE DOSSIER MONA LINA (1H33) - DRAME DE E. RIKLIS AVEC G. FARAHANI. Mona, libanaise, est soupçonnée par le Hezbollah d’être une informatrice des services secrets israéliens. Craignant qu’elle soit démasquée, le Mossad l’exfiltre vers l’Allemagne et lui fait changer de visage.

Merc. 14h ; jeudi, samedi 16h ; vendredi 20h15 ; dim. 14h 18h15 ; lundi 14h 20h15 ; mardi 18h15. AVANT-PREMIÈRE MISSION IMPOSSIBLE : FALLOUT (2H28) - ACTION DE CHRISTOPHER MCQUARRIE AVEC TOM CRUISE, HENRY CAVILL.

Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous... Dans Mission : impossible – Fallout, Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF – Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées, sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

Vendredi 19h30 22h20 (3D) ; mardi 19h30 (2D) 22h20 (3D). SANS UN BRUIT (1H30) - HORREUR DE JOHN KRASINSKI AVEC EMILY BLUNT. Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. S’ils vous entendent, il est déjà trop tard.  Merc. 18h15 ; jeu. 18h10 ; vend., mardi 18h ; samedi, dim. 11h 18h 22h15 ; lundi 11h 18h. TAMARA 2 (1H42) - COMÉDIE D’ALEXANDRE CASTAGNETTI AVEC HÉLOÏSE MARTIN. Tamara est séparée de Diego depuis deux ans. Elle quitte enfin le nid pour vivre l’aventure étudiante à Paris avec sa copine Sam. En galère d’appartement, elles acceptent une coloc avec Wagner.

Mercredi, mardi 15h40 ; jeudi 15h40 20h ; vendredi 13h30 15h40 ; samedi 15h40 17h50 20h ; dimanche 15h40 17h50 ; lundi 15h40 20h10.

AMERICAN NIGTHMARE 4 (1H42) - HORREUR DE GERARD MCMURRAY AVEC Y’LAN NOEL. Pour faire passer le taux de criminalité en-dessous de 1% le reste de l’année, les « Nouveaux Pères Fondateurs » testent une théorie sociale qui permettrait d’évacuer la violence durant une nuit dans une ville isolée.  Mercredi, jeudi, samedi, lundi, mardi 22h15 ; vendredi, dimanche 20h 22h15. FLEUVE NOIR (1H45) - THRILLER D’ERICK ZONCA AVEC VINCENT CASSEL, ROMAIN DURIS. Au sein de la famille Arnault, Dany, le fils aîné, disparaît. François Visconti, commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, qui semble mêlé à un trafic de drogue.

Tous les jours (sauf mardi) 17h40 22h15 ; mardi 11h 22h15.

L’ENVOL DE PLOÉ (1H23) - ANIMATION DE ARNI ASGEIRSSON. L’hiver islandais approche. Pour les pluviers, le temps de la migration vers le sud a sonné. Mais Ploé ne sait toujours pas voler et se retrouve seul. Il décide alors de traverser « la terre de glace », espérant pouvoir atteindre une vallée préservée des affres du froid : Paradise Valley.  Mercredi 11h ; jeudi, vendredi, samedi, dimanche 11h 15h50 ; lundi, mardi 15h50. CINÉMA STUDIO 53 À BOULAZAC LE DOUDOU (1H22) - COMÉDIE DE PHILIPPE MECHELEN, JULIEN HERVÉ AVEC KAD MERAD, MALIK BENTALHA.

Michel a perdu le doudou de sa fille à l’aéroport.

Mercredi, samedi, dimanche 18h. OCEAN’S 8 (1H50) - COMÉDIE DE GARY ROSS AVEC SANDRA BULLOCK. La sœur de Danny Ocean, Debbie, rassemble les talents d’une équipe de pros de l’arnaque pour voler un collier.  Mercredi 21h ; samedi 20h. Médiathèque Louis-Aragon - 05 53 02 64 97 - cinepassion-dordogne.com/boulazac LES ESPIÈGLES (0H45) - ANIMATION DE JANIS CIMERMANIS. Au rythme des saisons, les aventures des Espiègles, inspirées des bandes dessinées du célèbre caricaturiste allemand, Wilhelm Busch.

Dimanche 11h. LE VOYAGE DE LILA (1H16) - ANIMATION DE MARCELA RINCÓN GONZÁLEZ. Lila vit dans le monde merveilleux d’un livre pour enfants.  Dimanche 16h. CHAMPIONS (1H58) - DRAME DE JAVIER FESSER AVEC JAVIER GUTIÉRREZ. Marco occupe le prestigieux poste d’entraîneuradjoint de l’équipe d’Espagne de basket.  Mardi 20h.

Mimos a conquis 80 000 personnes

PUBLICITÉ Lundi 30 juillet 2018 8 DL

Mimos a conquis 80 000 personnes

PÉRIGORD FAITS-DIVERS ET SOCIÉTÉ DL 30 juillet 2018 Lundi MARSAC-SUR-L’ISLE Un mineur tente de s’enfuir au volant d’une voiture Vers 16 heures, vendredi, les policiers sont intrigués à la vue d’un jeune au volant d’une voiture.

Ils tentent de l’arrêter mais celui-ci s’enfuit à la vue des policiers. Le conducteur, qui s’avérera être un mineur âgé de 17 ans, commet plusieurs infractions, dont la prise d’un rond-point à contresens. Il heurte alors un trottoir et se fait rattraper. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits et son refus d’obtempérer. Déjà connu, il a été déféré devant le parquet avant un placement au centre de détention pour mineur de Gradignan (Gironde).

PÉRIGUEUX Il stationne en contresens et sans permis Sur le boulevard GeorgesSaumande, vendredi, vers 23 heures, les policiers remarquent un homme qui essaye de se stationner à contresens. Il avoue clairement aux forces de l’ordre qu’il n’a pas le permis. Placé en garde à vue, cet habitant de Vergt, âgé de 34 ans, était en récidive. Il est convoqué en 2019, pour une audience. BERGERAC Deux voitures se percutent au feu vert Un accident s’est produit entre deux voitures, vendredi soir vers 20 h 20, rue Savorgnande-Brazza. À l’intersection de cette rue, contrôlée par des feux, les deux automobilistes se sont engagées chacun de leur côté, assurant que le feu était vert.

Un premier véhicule, conduit par un homme de 19 ans de Monbazillac, a percuté le second où se trouvaient deux femmes, une de 43 ans de Périgueux, l’autre de 43 ans de Toulouse, et une fille de 8 ans également de Toulouse. Blessées légèrement, elles ont été toutes les trois transportées au centre hospitalier de Bergerac. EN BREF  Anciens combattants. Les militaires français présents en Algérie après la fin de la guerre, entre les mois de juillet 1962 et de juillet 1964, n’ont jamais pu bénéficier de la carte du combattant et des avantages qui s’y attachent. Désormais, c’est possible. Afin de préparer les dossiers de demande de carte du combattant, vous pouvez venir rencontrer l’ACPG-CATM (au 15 rue Thiers) du lundi au vendredi, de 14 heures à 18 heures ou prendre contact par téléphone au 05 53 53 12 42.

Aude SALVETAT a.salvetat@dordogne.com E t de vingt ! Chancelade est devenue la 20e commune du département à signer la convention de « Participation citoyenne », début juillet et la première en zone police. « On s’est interrogé fortement à la mise en place du dispositif, à la suite de l’augmentation du nombre de vols », explique son maire Michel Testut. Un dispositif de « solidarité citoyenne » comme aime le rappeler Lætitia Philippon, la directrice départementale de la sécurité publique, qui permet « un lien social pour se rapprocher des préoccupations des citoyens ».

Ainsi, la Participation citoyenne associe les élus et la population, grâce à des référents par zone, aux forces de l’ordre, police ou gendarmerie selon l’emplacement de la commune .

Un moyen de faire face aux incivilités et de dissuader les éventuels auteurs. « Pas pour s’occuper de la vie des gens » Le Pizou est la première commune à avoir adhéré en octobre 2015, suivie de Neuvic-surl’Isle et de Coursac, première du Grand Périgueux en 2017. « Les cambriolages et les actes d’incivilités, avec des dégradations, pourrissaient la vie des habitants. C’était la façon idéale d’y remédier, même si on n’empêchera pas le voleur de voler », souligne Pascal Protano, le maire de Coursac.

Dans ce protocole, des référents sont ainsi nommés pour chaque quartier. À Coursac, ils sont dix, désignés par le biais du volontariat et sélectionnés par la municipalité. « Il fallait qu’ils soient fiables », précise l’édile. Comme Gérard Coupez, référent dans le lieu-dit Coupe-Gorge (ça ne s’invente pas !), ancien fonctionnaire de police désormais retraité. « Par mon ancienne fonction, j’ai l’œil, on surveille toujours, relate le référent. Ce n’est pas pour s’occuper de la vie des gens, le côté malsain. Je ne suis pas derrière ma fenêtre toute la journée », rassure-t-il. « Pas créer de psychose » Son rôle est de faire remonter l’information transmise par la population.

Rendre compte sans intervenir. « Et faut pas m’appeler pour tout et rien , lance Gérard Coupez, qui tente de faire de la prévention. « J’en ai parlé à mes voisins les plus proches mais je n’ai pas fait de porte à porte. Il ne faut pas non plus créer de psychose. » Le référent est là pour donner des conseils face aux habitudes (fortement) ancrées de la population. « Chez certains, les portes, les garages sont ouverts... tout peut aller très vite lors d’un vol. » Fort heureusement, le quartier n’est pas une véritable cible, pour l’instant, et reste relativement calme.

Par habitude, il connaît les horaires de travail de ses voisins et peut vite déterminer tous signes suspects. Si c’est le cas, il prévient soit les autres référents ou la police via le 17. « Ce que tous les voisins ne font pas. Certains ont peur de déranger, alors que c’est un service public », note le retraité. Chamiers et Marsac, les prochains dans l’agglo ? Ensemble, élus et référents sont tous reliés grâce à un système d’alerte commun par SMS. Il permet ainsi à la police ou à la gendarmerie de prévenir un fait dans tel quartier ou telle commune. Plusieurs réunions de retour d’expérience doivent avoir lieu sur Coursac.

Voir ce qui ne fonctionne pas, les choses à améliorer... » durant ces premiers mois du dispositif. Selon le maire, Pascal Protano, il y a déjà des retombées positives « avec une baisse des incivilités ».

Difficile pour la direction départementale de la sécurité publique et la préfecture, de donner encore des chiffres sur son efficacité, malgré la baisse des délits constatée début 2018 sur le département. Les communes à vouloir adhérer au dispositif se font pourtant de plus en plus nombreuses, comme CoulounieixChamiers. « C’est une démarche volontaire, à la suite d’une réunion avec les présidents de comités de quartiers, signale le maire Jean-Pierre Roussarie. La Participation citoyenne permet de compléter le dispositif de prévention de la délinquance. On attend de bons résultats. » À Marsac-sur-l’Isle c’est en projet, Bergerac y réfléchit tout comme Périgueux (lire encadré).

En tout cas, l’objectif affiché par la préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, reste toujours de cinquante communes conventionnées d’ici la fin de l’année. Les habitants deviennent les relais des policiers  Chancelade est la 20e commune à signer la convention « Participation citoyenne ».  Ce dispositif vise à lutter contre les cambriolages et les incivilités grâce à des citoyens référents.  Un moyen pour tenter de rassurer les populations. Exemple à Coursac. SÉCURITÉ Gérard Coupez est le référent de son quartier, à Coupe-Gorge, à Coursac. Il essaye de sensibiliser son voisinage aux gestes à adopter pour faire face aux incivilités du quotidien.

PHOTO RÉMI PHILIPPON De nombreuses communes réfléchissent à l’installation de ce dispositif et Périgueux n’est pas épargnée par la question. « La Participation citoyenne convient mieux à Périgueux que les Voisins vigilants, qui est une marque privée et pour laquelle il faut payer », indique Laurent Mossion, le premier adjoint au maire.

La Participation citoyenne, elle, est gratuite et en partenariat avec les gendarmes et la police, selon l’emplacement de chaque commune. « La Ville a déjà prévu une réunion pour faire le point au mois de septembre. » La difficulté c’est que le dispositif ne pourra pas être appliqué à toutes les situations de quartiers de Périgueux, et notamment la gare. « Le projet de réaménagement du quartier est beaucoup plus important.

C’est pourquoi nous devons mettre en place une série d’outils afin de bien fonctionner et d’adapter au mieux cet éventuel dispositif sur la ville », indique Laurent Mossion, qui possède d’autres outils pour lutter contre la délinquance : « la vidéo protection, la rénovation urbaine...

Et il faut être attentif aux choses anormales. » A.S. Périgueux y réfléchit Chancelade a rejoint à son tour la liste des communes conventionnées pour la Participation citoyenne. Il s’agit de la 20e dans le département et de la première en zone police. PHOTO RÉMI PHILIPPON

Mimos a conquis 80 000 personnes
Vous pouvez aussi lire
Partie suivante ... Annuler