Politique en matière de VIH/SIDA

Politique en matière de VIH/SIDA
Politique en matière de VIH/SIDA                           Politique en matière de VIH/SIDA




                                   La Chancellerie des Universités du Togo remercie l’Association pour le
                                   Développement de l’Education en Afrique (ADEA) et le Groupe de Travail de
                                   l’Enseignement Supérieur (GTES) de l’Association des Universités Africaines
                                   (AUA) pour l’important appui financier qui a permis d’élaborer la présente
                                   politique en matière de VIH/SIDA pour les Universités du Togo. Elle remercie
                                   en outre le Projet d’Appui Décentralisé au Secteur de la Santé du Service de
                                   Coopération Technique Allemande (GTZ - PADESS), et le projet Appui
                                   Décentralisé au Secteur de la Santé de l’Union Européenne (UE-ADSS), qui
                                   ont prêté une oreille attentive aux sollicitations financières de l’Unité
                                   d’Enseignement et de Recherche en Population et Développement (UEREP) de
                                   la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG), Unité
                                   conceptrice du projet et réalisatrice du présent document, qui a été adopté le 05
                                   août 2004 lors d’un atelier à l’Université de Lomé. Ont été conviés à cet atelier
                                   les Représentants de la Chancellerie des Universités du Togo, des Universités
                                   de Lomé et Kara, les Doyens de Facultés, les Directeurs d’Ecoles, d’Instituts et
                                   de Services Centraux, les Enseignants Points Focaux en VIH/SIDA, les
                                   Représentants Religieux, d’Associations d’Etudiants, d’ONG et de la Société
                                   Civile.
Politique en matière de VIH/SIDA                            Politique en matière de VIH/SIDA
                                       REMERCIEMENTS
                                                Le présent document de Politique Institutionnelle en matière de
                                       VIH/SIDA dans les Universités du Togo a été réalisé par l’Unité d’Enseignement et
                                       de Recherche en Population et Développement (UEREP), grâce à l’appui financier
                                       de l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique (ADEA) et du
                                       Groupe de Travail de l’Enseignement Supérieur (GTES) de l’Association des
                                       Universités Africaines (AUA), du projet PADESS-GTZ (mission de coopération
                                       allemande) et de l’UE (Union Européenne). Ledit document a bénéficié également
                                       du soutien sans faille des autorités universitaires du Togo, particulièrement la
                                       Chancellerie des Universités du Togo.

                                                Aussi tenons-nous à remercier vivement le Recteur, Chancelier des
                                       Universités du Togo, les Présidents et Vice-Présidents des Universités de Lomé et
                                       de Kara, les Doyens et Vice-Doyens des Facultés, les Directeurs et Directeurs
                                       Adjoints des Ecoles et Instituts, les Enseignants Points Focaux en VIH/SIDA des
                                       Facultés, Ecoles et Instituts, les Etudiants et le Personnel Administratif et
                                       Technique des deux Universités.

 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE                      Nous tenons également à rendre hommage aux organismes et instituts
                                       travaillant dans le domaine du VIH/SIDA et qui ont apporté leur contribution à
   EN MATIERE DE VIH/SIDA              l’élaboration de ce document. Il s’agit du CACIEJ, du PNLS, de Ras+ Togo, de
                                       l’AEEMT, de l’AIESEC, de l’AEMP, du CNOU, de l’Aumônerie catholique de
DANS LES UNIVERSITES DU TOGO           l’UL, du groupe SIDA-UEREP et des personnes -ressources. Nos remerciements
                                       vont enfin à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué aux travaux de collecte
                                       des données et à la production de ce document.
                                                                             Prof. KODJO Kofi-Lumo Samuel †
                                                                             Président du COMULSIDA,
                                                                             Chef de Projet

                                       EQUIPE DU PROJET : une équipe pluridisciplinaire
                                       Comité de pilotage du projet : COMULSIDA (Prof. KODJO Kofi-Lumo Samuel†,
                                       Prof. TCHANGAÏ-WALLA Kissem, Prof. BOLOUVI Lébénè, M. GBENYON Kuakuvi,
                                       M. DJONDO Patrice).
                                       Directeur Technique du Projet : M. GBENYON Kuakuvi, Statisticien-Démographe (UEREP /
                                       FASEG / UL).
                                       Assistants de Recherche UEREP : M. OURO GBELEOU Tchatikpi, Mme ISSIFOU
                                       Kloussomou, Mlle ABIASSI Louise
              Lomé, août 2004          Analystes : M. AGBODO Videnyi (Statisticien), Mme d’ALMEIDA Silivi (Spécialiste en
                                       Education en Matière de Population), Dr d’ALMEIDA yves (Médecin),
                                       Dr AMOUZOU-GABA Kokoè (Médecin-Chef du Service National de Santé des Jeunes et des
                                       Adolescents), Dr ATATSI Ayawo (Médecin -Chef du Service de Santé des Etudiants / Centre
                                       National des Œuvres Universitaires),
                                       M. AMOUSSOU Kégnidé (Sociologue), M. AMAVI Thomas (Statisticien-Démographe) M.
                                       AVOULETEY Antoine (Informaticien).
                                       Secrétariat : Mlle AKAKPO-AHIANYO Sandrine, Mme da SILVEIRA Anyélé



                                                                                 2
Politique en matière de VIH/SIDA                                      Politique en matière de VIH/SIDA

                          SOMMAIRE                                                  SIGLES ET ABREV IATIONS
                                             Pages
Remerciements…………………………………………..                 2               ADEA            :      Association pour le Développement de l’Education en
                                                                                       Afrique
Liste des sigles et abréviations…………………………..    4               AEEMT           :      Association des Elèves et Etudiants Musulmans
Avant-Propos…………………………………………….                  5                                      du Togo
                                                                AEMP            :      Association des Etudiants en Médecine et
                                                                                       Pharmacie
1- Préambule……………………………………………..                             6   AIESEC          :      Association Internationale des Etudiants en
2- Contexte du VIH/SIDA au Togo……………………...                  7                          Sciences Economiques et Commerciales
3- Objectif général de la politique en VIH/SIDA………..       11   AUA             :      Association des Universités Africaines
                                                                CACIEJ          :      Comité d’Action pour la Coopération Internationale et
                                                                                       l’Epanouissement de la Jeunesse
4- Objectifs spécifiques et stratégies………………….....         11   CAFMICRO    :          Centre Africain de Formation à la Maintenance en
   4.1 – Information et sensibilisation du personnel des                               Micro-informatique
                                                                CCD          :         Centre de Conseil et de Dépistage
         Universités du Togo……………………………..                  12   CHR          :         Centre Hospitalier Régional
   4.2 – Dépistage et confidentialité…………...………...         14   CHU          :         Centre Hospitalier Universitaire
   4.3 – Prise en charge………………………..…………                    15   CIC          :         Centre d’Informatique et de Calcul
                                                                CNOU         :         Centre National des Œuvres Universitaires
   4.4 – Droits et devoirs………………...……………….                 16   COMULSIDA   :          Comité Universitaire de Lutte contre le VIH/SIDA
   4.5 – Recherche……………...………………………..                      17   EAM          :         Ecole des Assistants Médicaux
   4.6 – Implication des Universités du Togo dans la            ENFS         :         Ecole Nationale de Formation Sociale
                                                                ENSI         :         Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs
         lutte contre le VIH/SIDA………………...……...            18   ESA          :         Ecole Supérieure d’Agronomie
   4.7 – Genre et VIH/SIDA……...……………………...                 20   ESSD         :         Ecole Supérieure de Secrétariat de Direction
   4.8 – Cadre institutionnel de mise en oeuvre et de           ESTBA        :         Ecole Supérieure des Techniques Biologiques et
                                                                                       Alimentaires
         coordination de la politique en VIH/SIDA……...     21   FASEG           :      Faculté des Sciences Economiques et de
   4.9 – Financement……………………………………..                       22                          Gestion
                                                                FDD             :      Faculté de Droit
                                                                FDS             :      Faculté des Sciences
Conclusion……………………………………………….                              23   FLESH           :      Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Bibliographie…………………………………………….                            25   FMMP            :      Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie
Annexes…………………………………………………                                 27   GTES            :      Groupe de Travail de l’Enseignement Supérieur
                                                                GTZ             :      Service Technique de Coopération Allemande
  Annexe 1 : Déclaration de consensus national                  IST             :      Infection Sexuellement Transmissible
              tripartite concernant le VIH/SIDA sur le          IUT.G.          :      Institut Universitaire de Technologie et de Gestion
              lieu de travail……………………………..                 28   OMD             :      Objectifs du Millénaire pour le Développement
                                                                PAT             :      Personnel Administratif, Technique et de Service
  Annexe 2 : Extraits des principaux résultats de               PNLS            :      Programme National de Lutte contre le Sida
              l’enquête en IST/VIH/SIDA dans les                PVVIH           :      Personne Vivant avec le VIH
             Universités du Togo……………………….                 31   RAS+Togo        :      Réseau des Associations de PVVIH
                                                                SIDA            :      Syndrome de l’Immuno Déficience Acquise
  Annexe 3 : Guide de l’OMS pour le conseil dans                UE-ADESS        :      Union Européenne – Appui Décentralisé au
              l’infection à VIH et le SIDA..…………….         46                         Secteur de la Santé
                                                                UEREP           :      Unité d’Enseignement et de Recherche en
                                                                                       Population et Développement
                                                                UK              :      Université de Kara
                                                                UL              :      Université de Lomé
                                                                VB              :      Village du Bénin
                                                                VIH             :      Virus d’Immunodéficience Humaine.
                                  3                                                                 4
Politique en matière de VIH/SIDA                                             Politique en matière de VIH/SIDA


                          Avant-Propos                                   1. PREAMBULE
        L’avenir des pays africains semble hypothéqué par                      La mortalité grandissante liée au VIH/SIDA hypothèque
l’avancée destructrice de la pandémie du VIH/SIDA. Pour parer à          gravement l’avenir des populations africaines, y compris les
cette situation et contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire   communautés universitaires
pour le Développement (OMD) dont l’objectif 6, entre autres,
stipule qu’il faut combattre le VIH/SIDA, la Chancellerie des                Afin d’assurer à tous un avenir meilleur et prospère, il revient
Universités du Togo, avec l’appui financier du GTES / AUA, s’est         aux autorités universitaires, chacune dans son domaine, de
proposée d’appuyer les Universités du Togo en les amenant à              prendre les mesures appropriées pour garantir un développement
élaborer une politique institutionnelle en matière de VIH/SIDA           humain durable. C’est pourquoi, la Chancellerie des Universités
dans les Universités du Togo.                                            du Togo, l’Université de Lomé et l’Université de Kara ;
         Cette politique prend en compte le point de vue des                1) conscientes que le développement du pays passe par une
différentes catégories socio-professionnelles de la communauté                 formation solide et soutenue de la relève de demain ;
universitaire (étudiants, enseignants, personnel administratif et           2) convaincues que cette relève ne peut être bien formée
technique), grâce à une enquête réalisée du 22 au 26 mars 2004 à               qu’en ayant avant tout une bonne santé ;
l’Université de Lomé, et les 18 et 19 avril 2004 à l’Université de          3) conscientes que les formateurs sont concernés autant que
Kara. Cette politique a bénéficié du concours des ONG et de la                 les apprenants ;
Société Civile. Le SIDA s’étant révélé une pandémie, le présent             4) convaincues que les actions menées jusqu’alors n’ont pas
document de politique s’est appuyé sur le cadre stratégique                    été vigoureuses ;
national de lutte contre le VIH/SIDA du Togo (2001-2005) adopté             5) conscientes du manque de structures sanitaires adéquates
en mars 2001. Ce document trace les grandes lignes des mesures à               de lutte contre les IST/VIH/SIDA sur les campus
prendre par la communauté universitaire quant à la sensibilisation             universitaires ;
et à l’information de ses membres, au dépistage de la maladie et à          6) conscientes du rôle que peuvent jouer les diverses
sa prise en charge, à l’implication des Universités dans la lutte, et          communautés religieuses dans cette lutte ;
à l’intégration de modules de formation en VIH/SIDA dans les                7) conscientes de la faible implication des communautés
curricula des différentes Facultés, Ecoles et Instituts non                    universitaires dans cette lutte ;
médicaux.                                                                   8) conscientes que tout homme a droit à l’éducation et à
                                                                               l’emploi;
          Nous espérons que la mise en œuvre de cette politique
permettra aux Universités togolaises d’atteindre les objectifs fixés     adoptent la présente politique dont la mise en œuvre permettra aux
et que le présent document servira de modèle pour les autres             communautés universitaires de vivre et de travailler dans un
institutions d’Enseignement Supérieur.                                   environnement sain et ainsi, d’éviter la discrimination et la
                                                                         stigmatisation en matière de VIH/SIDA.
                               Prof. KODJO Kofi-Lumo Samuel †
                               Chargé de Mission auprès de la
                               Chancellerie des Universités du Togo,
                               Président du COMULSIDA

                                   5                                                                       6
Politique en matière de VIH/SIDA                                           Politique en matière de VIH/SIDA


2. CONTEXTE DU VIH/SIDA AU TOGO                                               Le cadre stratégique national de lutte contre le VIH/SIDA
                                                                       du Togo, adopté en mars 2001 pour la période 2001/2005, s’est
       Situé en Afrique de l’Ouest, le Togo couvre une superficie      appuyé sur l’analyse de la situation et l’analyse de la réponse.
de 56 600km2 . Sa population à prédominance jeune est estimée à
5,6 millions d’habitants en 2003. En raison du Port Autonome de        « L’analyse de la situation a permis de montrer que les
Lomé situé sur la côte, il est sollicité pour le transit des           principaux déterminants qui entretiennent l’épidémie sont, entre
marchandises par les pays du sahel (Burkina Faso, Mali, Niger) ;       autres :
ce qui entraîne un flux migratoire considérable favorisant la              ?? l’activité sexuelle élevée au sein de la population des
propagation du VIH/SIDA. Sur le plan sanitaire, le Togo dispose                jeunes, et la multiplicité des partenaires sexuels ;
de :                                                                       ?? la non-perception du risque et le déni de la maladie ;
     - trois (3) centres hospitaliers universitaires ;                     ?? la subordination socio-économique des femmes ;
     - six (6) centres hospitaliers régionaux ;                            ?? la pauvreté ;
     - trente cinq (35) districts sanitaires ;                             ?? la prostitution importante et très mobile dans les pays de
                                                                               la sous-région ;
Ces formations sanitaires sont impliquées, à des degrés divers,            ?? l’existence de groupes vulnérables de femmes : portefaix,
dans les activités de lutte contre le SIDA.                                    domestiques et apprenties ;
                                                                           ?? l’analphabétisme élevé chez les femmes.
        Le Syndrome d’Immuno Déficience Acquise (SIDA) est
causé par le Virus d’Immuno déficience Humaine (VIH) qui               L’analyse de la réponse pour faire face à cette situation s’est
attaque l’organisme et détruit le système immunitaire de l’homme.      appuyée sur quatorze (14) objectifs qui sont de :
Le corps perd tous ses moyens naturels de défense et ne résiste
plus aux infections opportunistes.. Les voies de transmission sont        1. réorganiser le cadre institutionnel de coordination
les suivantes : la voie sexuelle, la voie sanguine et celle de la            intersectorielle de la réponse nationale en vue de répondre
mère à l’enfant.                                                             plus efficacement à la problématique actuelle et future de
                                                                             la pandémie du VIH/SIDA et les IST au Togo ;
        La séroprévalence dans la population active (15-49 ans)           2. renforcer la sensibilisation et la conscientisation de la
était estimée à 6% en 2001. Il est donc démontré que toutes les              population par la mise à disposition d’informations
couches socio-professionnelles et tous les secteurs sont concernés.          correctes sur les IST/VIH/SIDA et sur les moyens de
                                                                             prévention ;
        Face à cette situation, le Togo a adhéré, sans conditions, à      3. contribuer à la réduction de la transmission des
l’approche d’une riposte élargie prônée par le programme                     IST/VIH/SIDA au Togo par le marketing social des
commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA), en                       préservatifs ;
élaborant un plan d’action plus efficace.




                                  7                                                                     8
Politique en matière de VIH/SIDA                                           Politique en matière de VIH/SIDA


   4. améliorer la prise en charge des IST ;                             2. l’Université de Kara, située dans la région de la Kara, à
   5. améliorer la prise en charge médicale et psychosociale             400 kilomètres environ au Nord de Lomé, est créée en janvier
       des PV VIH/SIDA ;                                                 2004 et compte trois (3) Facultés et des services administratifs
   6. assurer la sécurité transfusionnelle à 100% sur toute              et techniques. La communauté universitaire de Kara est
       l’ étendue du territoire national ;                               composée de :
   7. prévenir la transmission du VIH/SIDA en milieu de soins
       et au cours des pratiques traditionnelles ;                               -   34 Enseignants ;
   8. améliorer la surveillance du VIH/SIDA de deuxième                          -   300 Membres du PAT ;
       génération,      couplée       avec      la     surveillance              -   1500 Etudiants.
       comportementale ;
   9. promouvoir la recherche opérationnelle et fondamentale                  Les données de l’enquête sur les Connaissances, les
       en matière de l’infection des IST/VIH/SIDA au Togo ;           Attitudes, les Perceptions et les Pratiques, en matière de
   10. réduire la transmission sexuelle des IST/VIH/SIDA de           VIH/SIDA, réalisée par l’UEREP en mars et avril 2004 dans les
       25% chez les jeunes de 10 à 24 ans d’ici 2005 ;                Universités du Togo, indiquent qu’à 15 ans, 60,4% des étudiants
   11. réduire de façon significative la prévalence des               de l’UL, 54% du PAT, 61% des enseignants et 54% du personnel
       IST/VIH/SIDA chez les femmes, d’ici 2005 ;                     de l’UK avaient eu leur premier rapport sexuel.
   12. réduire la transmission verticale du VIH/SIDA, de la mère
       à l’enfant, de 35% à 15% au moins ;                                     Outre la sexualité des célibataires, on note également
   13. réduire la propagation des IST/VIH/SIDA au sein des            l’existence d’une sexualité extra-conjugale aussi bien chez les
       populations de migrants saisonniers et sédentaires, des        enseignants et les PAT que chez les étudiants. Cet état de faits
       militaires, des gardiens de la paix, des routiers et leurs     rend effectifs les risques de contamination des maladies
       partenaires ;                                                  sexuellement transmissibles.
   14. minimiser la propagation des IST/VIH/SIDA dans le
       groupe des travailleuses du sexe et leurs partenaires.»                En l’absence de structure de dépistage du VIH/SIDA à
                                                                      l’UL, certains signes cliniques concomitants observés chez les
En ce qui concerne le secteur de l’Enseignement Supérieur, le         étudiants (amaigrissement de plus de 10%, diarrhées de plus d’un
Togo dispose de deux Universités :                                    mois, cas de tuberculose, toux persistante, zona récidivante, cas
                                                                      d’IST), font suspecter la présence de la maladie.
   1. l’Université de Lomé , - ex Université du Bénin - située à              En outre, il est noté que toute personne qui ne réagit pas à
      Lomé, a été créée en 1970 et compte aujourd’hui :               l’IDR à la Tuberculine est suspecte. Enfin, des données sur le
          a. 5 Facultés, 9 Ecoles et Instituts ;                      VIH/SIDA à l’UL manquent, du fait que les étudiants, une fois
          b. et des services administratifs et techniques.            malades, se dirigent plutôt vers d’autres centres de santé ou
      La communauté universitaire de Lomé est composée en             hôpitaux.
      2004 de :
          c. 365 Enseignants ;                                            En résumé, les Universités du Togo vivent une situation
          d. 965 Membres du PAT ;                                     inquiétante qui mérite d’être prise très au sérieux. Le SIDA existe
          e. 15 000 Etudiants.                                        bel et bien dans les Universités du Togo et continue à agir dans
                                                                      l’ombre.

                                 9                                                                     10
Politique en matière de VIH/SIDA                                             Politique en matière de VIH/SIDA


    Si rien n’est fait pour endiguer ce fléau, on risque d’assister à             b.   dépistage, conseils et confidentialité ;
une vraie catastrophe au sein de la communauté universitaire. Il                  c.   prise en charge ;
est donc urgent que les Universités du Togo prennent en main les                  d.   droits et devoirs du personnel ;
activités de lutte contre le VIH/SIDA en instituant la présente                   e.   recherche ;
politique.                                                                        f.   implication des Universités dans la lutte ;
                                                                                  g.   approche genre.
   1. OBJECTIF GENERAL DE LA POLITIQUE
      EN VIH/SIDA                                                       4.1- Information et sensibilisation du personnel des
                                                                             Universités du Togo
    L’objectif général de cette politique est de contribuer à la
réduction de la transmission du VIH/SIDA au sein de la                         4.1.1. Problématique
communauté universitaire, conformément au cadre stratégique
national.                                                                       Les données de l’enquête CAP montrent que, pour 98%
                                                                        des membres de la communauté universitaire, le SIDA est une
    De nombreux obstacles persistent, malgré les efforts fournis        réalité et non un mythe, et que les rapports sexuels avec des
par l’Etat et les organisations non gouvernementales en vue             partenaires multiples constituent un comportement à haut risque
d’atteindre cet objectif.                                               de propagation de la maladie.
    Ces obstacles sont, entre autres :
                                                                               Par contre, la fréquentation des travailleuses du sexe ne
   -   l’inexistence d’études appropriées et périodiques pour           semble pas représenter un risque majeur pour les étudiants
       apprécier l’ampleur du phénomène ;                               (70,8%), les enseignants (65%) et les PAT (86%) de l’UL.
   -   la non coordination des activités de lutte menées par les
       diverses associations ;                                                 L’autre fait alarmant est que les PAT (86%) n’accordent
   -   l’inefficacité de la politique de lutte contre la pauvreté ;     aucune fiabilité aux préservatifs et plus de 33% du personnel
   -   la prédominance de faits sociaux et religieux.                   enseignant ne pensent plus que le préservatif est une barrière.

Il s’avère donc nécessaire de trouver des stratégies appropriées et             Par ailleurs, d’autres voies de transmission sont presque
adaptées pour une lutte efficace contre les IST/VIH/SIDA.               ignorées, telles que les relations homosexuelles (seulement 5 %
                                                                        des étudiants et 26,5% des enseignants pensent que cela
   2. OBJECTIFS SPECIFIQUES ET                                          représente un risque majeur).
      STRATEGIES
Les objectifs spécifiques à atteindre couvrent sept grands
domaines, à savoir :

           a. information et sensibilisation du personnel des
              Universités du Togo ;


                                 11                                                                       12
Politique en matière de VIH/SIDA                                           Politique en matière de VIH/SIDA


Les causes de cette sous-information pourraient être :                    -   l’organisation d’ateliers, de conférences-débats et de
                                                                              colloques intégrant divers responsables religieux en vue
    -   le déni de la maladie (appartenant à une classe d’âge                 d’une meilleure conscientisation ;
        jeune, la représentation de la maladie et de la mort est          -   des témoignages de personnes infectées ;
        lointaine pour les étudiants) ;                                   -   l’affichage de panneaux et/ou d’affiches publicitaires ;
    -   la prise de position des religieux (non acceptation de            -   l’installation de distributeurs automatiques de préservatifs
        l’utilisation de préservatifs, confiance totale à Dieu) ;             sur les Campus.
    -   la peur (stigmatisation, exclusion et insouciance (« le
        SIDA, c’est pour les autres.»)).                               4.2 - Dépistage et confidentialité
Il est à noter que les messages de sensibilisation jusqu’alors ont            4.2.1. Problématique
mis plus l’accent sur ce qui ne transmet pas, plus que sur les
facteurs indirects de la contamination.                                          Le dépistage constitue un déterminant essentiel de la prise
                                                                       de conscience, du désir de se connaître et de se préserver. La
        4.1.2. Objectifs                                               situation dans les Universités est inquiétante, puisque les résultats
                                                                       indiquent qu’à Lomé, 79% des étudiants affirment n’avoir jamais
Il s’agit :                                                            fait le test, le PAT à 84% et les enseignants à 54,4%.
     - de renforcer l’information au niveau du personnel des
          Universités par la mise à disposition des données exactes;            A Kara, le taux de ceux qui déclarent n’avoir jamais fait le
     - d’impliquer davantage les responsables religieux dans les       test est de 79,8% .
          activités de lutte ;
     - de vulgariser la pratique et l’utilisation correcte des                 Il faut noter aussi que 10,5% à 26% des enquêtés ne sont
          préservatifs chez au moins 60% des membres de la             pas prêts à faire le test, même si on le leur proposait. L’une des
          communauté universitaire ;                                   raisons principales de ce refus est liée à la peur (20 à 53%) d’être
     - d’assurer la disponibilité constante des préservatifs sur les   stigmatisé, discriminé ou de ne pas bénéficier de la prise en
          Campus Universitaires                                        charge, si le test se révélait positif. En outre, 68,3 à 82,4% des
                                                                       enquêtés sont contre l’exigence du test avant tout recrutement à
        4.1.3. Stratégies                                              l’Université. En outre, 51,8 à 58,1% des enquêtés estiment que le
                                                                       test ne doit pas faire partie du bilan de santé de l’étudiant, pour
Les stratégies requises pour la réalisation de ces objectifs           éviter la marginalisation (54,2 à 80%) et respecter la liberté de
consistent en :                                                        choix (13,1 à 30,5%).

    -   la formation des pairs conseillers enseignants, étudiants et          4.2.2 Objectif
        PAT, dont la mission sera d’organiser et d’exécuter des
        activités d’information et de sensibilisation de proximité ;           Amener au moins 50% des membres de la communauté
    -   la création d’un centre de documentation sur le                universitaire à faire le dépistage volontaire.
        VIH/SIDA, accessible à tous;


                                  13                                                                     14
Politique en matière de VIH/SIDA                                           Politique en matière de VIH/SIDA


        4.2.3 Stratégies                                                4.4 - Droits et Devoirs
Les actions à mener pour atteindre cet objectif se focaliseront sur :          4.4.1 Problématique

    -   la sensibilisation en vue d’amener le personnel à accepter              La communauté universitaire reconnaît, dans sa majorité,
        l’avantage de connaître son statut sérologique;                 que tout le monde doit bénéficier des mêmes droits selon la loi qui
                                                                        stipule que tous les êtres humains sont égaux en dignité et en droit
    -   le renforcement des capacités institutionnelles de conseil      (Article 11 du titre 2 de la Constitution de la IVè République du
        et de dépistage volontaire;                                     Togo ; cf. Recueil de directives pratiques du BIT 2003).
    -   la garantie d’une confidentialité totale.
                                                                                Fort de ce principe, la communauté universitaire est contre
4.3 - Prise en charge                                                   l’exigence du test de VIH avant tout recrutement à l’Université.
                                                                        Toutefois, elle est favorable à l’acceptation des personnes malades
        4.3.1 Problématique                                             ou séropositives dans leur environnement immédiat (72 à 95,6%)
                                                                        et sous le même toit (72 à 92,6%).
         La prise en charge est une question importante dans la lutte
contre le VIH/SIDA. L’absence de prise en charge sur les campus                 Cependant, une proportion non négligeable refuse
constitue un blocage au dépistage volontaire. Il apparaît donc          l’acceptation des personnes infectées dans leur environnement
important de renforcer les capacités institutionnelles sanitaires       immédiat (4,4 à 28%) et sous le même toit (7,4 à 28%). Parmi
existantes pour la prise en charge dans les communautés                 ceux-ci, à l’UL, 76,3% des étudiants et 71,4% des PAT pensent
universitaires comme l’indiquent les résultats de l’enquête :           qu’accepter un séropositif au service, c’est s’exposer
63,2% à 93,8% de la communauté universitaire sont favorables à          volontairement aux risques de contamination ; par ailleurs, 92,9%
cette initiative.                                                       des PAT, 85,2% des étudiants et 80% des enseignants de l’UL
                                                                        d’une part, 70,6% du personnel de l’UK d’autre part, refusent de
     4.3.2 Objectif                                                     vivre sous le même toit que les séropositifs ou les malades, par
     Favoriser la prise en charge de tout membre de la                  crainte de contracter la maladie. Une telle situation conduit à la
communauté infecté ou malade du VIH/SIDA.                               stigmatisation, à la discrimination, à l’isolement, et donc bafoue le
                                                                        droit de l’individu et son désir de se faire dépister. Ceci démontre
        4.3.3 Stratégies                                                l’ignorance des voies de transmission du VIH.

Les stratégies envisagées pour la réalisation de cet objectif sont :
    - le renforcement des capacités institutionnelles sanitaires
        pour la prise en charge dans les communautés
        universitaires;
    - l’appui financier et/ou matériel aux personnes infectées ou
        malades ;
    - le suivi médical, psychologique et juridique des malades et
        la gratuité des soins aux PVVIH/SIDA.

                                   15                                                                     16
Politique en matière de VIH/SIDA                                              Politique en matière de VIH/SIDA


       4.4.2 Objectifs                                                           4.5.2 Objectif

Il s’agit :                                                              Il s’agit :
     - d’amener toute la communauté universitaire à la                        - de doter les Universités du Togo de structures adéquates
          connaissance et au respect des droits et devoirs                         de recherche qui constitueront des centres de référence, de
          individuels ;                                                            consultation, de coopération et d’échange dans le domaine.
     - de créer un cadre juridique pour la protection des
          personnes vivant avec le VIH/SIDA ;                                    4.5.3 Stratégies
     - d’encourager les membres de la communauté universitaire
          à avoir des comportements responsables pour éviter             Dans cette optique, les stratégies suivantes seront développées :
          d’exposer les uns et les autres à la contamination ;
     - d’inciter toute la communauté universitaire à s’engager               -   la création d’un centre de recherche pluridisciplinaire ;
          dans la lutte contre la discrimination des PVVIH.                  -   le renforcement des structures de recherche existantes;
                                                                             -   la formation des chercheurs ;
       4.4.3 Stratégies                                                      -   l’initiation des recherches dans les différents domaines des
                                                                                 IST/VIH/SIDA ;
Pour atteindre ces objectifs, les stratégies à développer sont :             -   la motivation des chercheurs à répondre aux appels à
   - la publication d’articles et brochures ;                                    proposition des organismes nationaux, régionaux et
   - l’organisation       de      meetings      d’information    et de           internationaux;
        sensibilisation ;                                                    -   l’appui financier aux chercheurs ;
   - la soumission d’un plaidoyer aux autorités compétentes                  -   l’organisation de rencontres de travail et d’échanges avec
        pour la création d’un cadre juridique pour la protection des             les chercheurs externes.
        victimes de discrimination et de stigmatisation ;
   - la création de clubs anti-SIDA ;                                    4.6 - Implication des Universités du Togo dans la
   - l’organisation de rencontres avec les victimes de                          lutte contre le VIH/SIDA
        stigmatisation et de discrimination, pour une meilleure
        prise de conscience.                                                     4.6.1 Problématique

4.5 - Recherche                                                                   Depuis l’enregistrement des premiers cas de SIDA au
                                                                         Togo en 1987 et malgré l’ampleur du phénomène VIH/SIDA, les
       4.5.1 Problématique                                               Universités n’ont entrepris aucune politique ni programme en vue
       L’Université, qui est le lieu par excellence de la                de limiter la propagation de la maladie en leur sein. Les quelques
connaissance, manque cruellement des données relatives aux               activités menées çà et là par les associations estudiantines, n’ont
IST/VIH/SIDA et à son impact sur la communauté universitaire.            pas encore donné de résultats probants, à cause de leur non
Ce fait s’explique par le manque de structures adéquates de              coordination et de leur caractère isolé.
recherches médicales, scientifiques et documentaires en
VIH/SIDA. L’importance de la création de telles structures est
exprimée par 93 à 100% des enquêtés.

                                  17                                                                        18
Politique en matière de VIH/SIDA                                              Politique en matière de VIH/SIDA


       4.6.2 Objectifs                                                   4.7 - Genre et VIH/SIDA
Il s’agit :                                                                     4.7.1 Problématique
     - de convaincre les autorités universitaires de prendre le
          devant des activités de lutte contre les IST/VIH/SIDA;                La structure par sexe de la communauté universitaire
     - d’encourager toute la communauté universitaire à se sentir        enquêtée se caractérise par une prédominance du sexe masculin :
          concernée par le problème des IST/VIH/SIDA et à                       - 75% d’étudiants contre 25% d’étudiantes ;
          s’investir dans la lutte.                                             - 90% d’enseignants contre 10% d’enseignantes;
                                                                                - 58% d’hommes contre 42% de femmes pour le PAT.
       4.6.3 Stratégies
Pour y parvenir, les stratégies ci-après seront développées :            Ce déséquilibre existant entre les deux sexes n’est que le reflet des
   - la présentation des résultats d’enquêtes aux autorités pour         caractéristiques     sexo-professionnelles    et    socio-culturelles :
        montrer la nécessité de leur réaction ;                          inégalité de pouvoir décisionnel, dépendance économique, etc.
   - l’intégration dans les curricula de formation des modules
        sur le VIH/SIDA ;                                                       Le pouvoir inégal qui caractérise les relations entre les
   - l’organisation de conférences sous le patronage des                 genres et qui s’exerce à l’avantage des hommes, se traduit par la
        autorités ministérielles et universitaires sur le campus ;       même inégalité dans les rapports hétérosexuels. Dans ce contexte,
   - l’organisation de groupes de discussion regroupant les              non seulement le plaisir de l’homme s’avère plus important que
        différentes catégories professionnelles et religieuses ;         celui de la femme, mais encore les hommes disposent d’un plus
   - la création et l’animation de clubs anti SIDA ;                     grand contrôle sur le moment, le lieu et le mode de rapport sexuel.
   - la création et l’animation d’une radio communautaire au
        sein des campus ;                                                         La dépendance économique des femmes augmente leur
   - la création de centres de jeunes sur les campus ;                   vulnérabilité au VIH. Leur faible pouvoir économique fait
   - l’instauration d’une semaine spéciale dénommée « STOP               qu’elles ont tendance à monnayer leur valeur sexuelle. Par
        SIDA » ;                                                         ailleurs, les valeurs socio-culturelles à prédominance masculine
   - la sensibilisation du personnel à participer aux activités de       voudraient que les hommes soient mieux renseignés sur la
        lutte contre la maladie en dehors des campus et à devenir        sexualité et qu’ils aient plus d’expériences dans ce domaine.
        des persuadeurs dans leur milieu de vie ;
   - l’installation        de      distributeurs       automatiques de           Or, ces hommes, et tout particulièrement les jeunes gens,
        préservatifs ;                                                   se retrouvent ainsi exposés à des risques d’infection ; puisque de
   - la création d’un conseil comprenant des enseignants, des            telles valeurs socio-culturelles les empêchent d’aller chercher des
        étudiants, des PAT et le médecin-chef du CNOU.                   informations, voire d’admettre leur manque de connaissances sur
                                                                         la sexualité et la manière de se protéger. De plus, ils se voient
                                                                         obligés de vivre leur première expérience sexuelle sans protection,
                                                                         et à un jeune âge, afin de prouver leur masculinité. Dans les
                                                                         Universités du Togo, l’âge médian au premier rapport sexuel est
                                                                         de 18 ans pour le sexe masculin et de 19 ans pour le sexe féminin.


                                  19                                                                        20
Politique en matière de VIH/SIDA                                           Politique en matière de VIH/SIDA


       4.7.2 Objectifs                                               Par conséquent, il est nécessaire que toutes les couches socio-
                                                                     professionnelles y participent pleinement. A cet effet, trois (3)
Il s’agit :                                                          structures sont chargées de cette mise en œuvre.
     - de changer el s mentalités qui exposent l’homme aux IST/
          VIH/SIDA ;                                                        4.8.1 L’organe de coordination
     - de réduire la dépendance économique des femmes ;
     - de réduire l’écart existant entre les deux sexes dans la             Le Comité Universitaire de Lutte contre le VIH/SIDA
          communauté universitaire ;                                 (COMULSIDA), est l’organe de coordination. Il se chargera de la
     - de renforcer le pouvoir d’action et de décision des           coordination de la mise en œuvre de la politique en matière de
          femmes.                                                    VIH/SIDA.

       4.7.3 Stratégies                                                     4.8.2 L’organe de programmation, de suivi et
Pour ce faire, la politique visera :                                              d’évaluation
   - la sensibilisation et la mobilisation des hommes à se
        défaire des présomptions existantes ;                                Formé de trois (3) représentants des Enseignants points
   - la formation et le suivi des femmes de la communauté            focaux en VIH/SIDA, de trois (3) représentants des Etudiants
        universitaire dans leur promotion socio-professionnelle ;    Pairs-Conseillers, de trois (3) représentants du PAT et du
   - la création d’activités génératrices de revenus (AGR) pour      Médecin-chef du service médico social du CNOU, il est chargé de
        les étudiantes nécessiteuses;                                l’élaboration des programmes, du suivi-évaluation et du contrôle
   - la facilitation de l’accès des femmes au crédit;                des activités en matière de VIH/SIDA.
   - le respect de la parité genre au cours des recrutements ;
   - la promotion de l’accès des filles à l’Université, en leur             4.8.3 Les organes d’exécution
        octroyant, par exemple, des bourses d’études après le
        baccalauréat ;                                                        Ils sont constitués, d’une part, des Etudiants Pairs–
   - la vulgarisation et l’utilisation du Femidom ;                  Conseillers, des Enseignants points focaux en VIH/SIDA, et des
   - l’organisation de tables rondes pour les femmes, en vue de      représentants du PAT dans leurs Facultés, Ecoles, Instituts et
        leur faire connaître leurs droits.                           services, et d’autres part, des clubs socio-culturels, des groupes
                                                                     religieux et des associations. Ils sont chargés de réaliser les
4.8 - Cadre institutionnel de mise en œuvre et de                    activités qui sont en accord avec les objectifs de la politique. Il est
      coordination de la politique en matière de                     à noter que chaque université ou établissement d’enseignement
      VIH/SIDA                                                       supérieur aura son organe de programmation et d’exécution.

        La mise en œuvre d’une politique institutionnelle en         4.9 - Financement
matière de VIH/SIDA dans les Universités du Togo nécessite des
efforts concertés des autorités universitaires, des collectivités            La mise en œuvre de la politique institutionnelle en
locales, des organisations non gouvernementales et des partenaires   matière de VIH/SIDA dans les Universités du Togo nécessitera la
au développement. Les activités que recouvre cette politique sont    mobilisation d’importants moyens humains et financiers.
complexes et multi-sectorielles.

                                 21                                                                     22
Politique en matière de VIH/SIDA                                        Politique en matière de VIH/SIDA


   La Chancellerie des Universités du Togo est donc chargée de             C’est pourquoi, chaque membre de la communauté doit se
   prendre des mesures requises en vue de faciliter l’exécution    sentir concerné et être actif pour permettre d’atteindre les divers
   des programmes notamment :                                      objectifs consignés dans le présent document.

   -   l’identification et l’évaluation correcte des besoins ;             L’apport et le soutien des autorités universitaires
   -   la sensibilisation des autorités des universités sur la     deviennent, dès lors, incontournables pour l’exécution efficace de
       nécessité de consacrer à ladite politique un soutien        cette politique.
       matériel et financier conséquents ;
   -   la mobilisation et la sensibilisation des partenaires au                                  *****
       développement pour leur soutien aux programmes en
       matière des IST/VIH/SIDA.

Conclusion
        Phénomène inquiétant et dévastateur, le SIDA est un
facteur réducteur de l’espérance de vie et par là compromet
l’avenir des hommes et des femmes.

        Les résultats de l’enquête sur les Connaissances, les
Attitudes, les Perceptions et les Pratiques ont révélé que la
communauté universitaire, en majorité instruite, manque
d’informations suffisantes relatives au VIH/SIDA, à son
évolution, à ses voies de transmission, aux comportements, aux
traitements qui s’imposent et aux recherches en cours.

       Ces faits inhibent chez les membres de cette communauté
la volonté de connaître leurs états sérologiques pour mieux se
protéger.

         La présente politique est élaborée en vue de relever le
niveau d’information, d’accès aux soins et à la prise en charge
pour une meilleure lutte contre la pandémie du VIH/SIDA. Elle
met essentiellement l’accent sur les moyens efficaces de
sensibilisation et d’informations fiables à l’endroit de la
communauté universitaire, les attitudes à adopter face à la
maladie, et aux personnes infectées, le respect du genre, etc.



                                23                                                                  24
Politique en matière de VIH/SIDA                                                                    Politique en matière de VIH/SIDA


                           BIBLIOGRAPHIE                                                     PNLS (2001a), Bref aperçu du VIH/SIDA au Togo, Ministère de la Santé Publique /Direction
                                                                                             Générale de la Santé, Programme National de Lutte contre le SIDA et les IST, juillet 2001,
BIT (2003), Recueil de directives pratiques du BIT sur le VIH/SIDA et le monde du travail,   6p.
2 e éd., Bureau International du Travail, Genève, 47p.
                                                                                             PNLS (2001b), Cadre Stratégique National de Lutte contre le VIH/SIDA/IST 2001-2005,
Direction Générale du Plan et du Développement (1998) Ministère de la Planification et du    Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA, 65p. multigr.
Développement : « Politique Nationale de Population du Togo.» , 14 Octobre 1998.
                                                                                             PNLS (2002), Protocole pour la surveillance de seconde génération de l’infection par le VIH,
Division de la Santé Familiale (2001), Politique et Normes en Santé de la Reproduction au    Direction Générale de la Santé, Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA, 30p.
Togo, Direction Générale de la Santé ; DSF, 194p                                             multigr.

Gouna Yawo (2002), « Sexualité et VIH/SIDA : Facteurs de vulnérabilité » , Document de la    Réseau Africain sur l’Ethique (1994), le Droit et le VIH « Déclaration de Dakar » ; Dakar et
formation des journalistes en Droits des femmes. 26 – 28 Août 2002.                          New York du 27 Juin au 1er Juillet 1994.

Highridge Teachers College (2003), HIV and AIDS Policy, Highridge Teachers College,          Sallah E.D., Grunitzky-Bekele M.(1999), Comportements sexuels, connaissance et attitudes
Nairobi, 18p.                                                                                des étudiants de l’Université du Bénin (Togo) face au Sida et aux maladies sexuellement
                                                                                             transmissible, Cahiers Santé, 9 : 101 – 109
Madhu Bala Nath (s.d.) « Genre, VIH et Droits humains » Manuel de Formation, 202p.
                                                                                             The Mombasa Polytechnic (2003), The Mombasa Polytechnic HIV/AIDS Policy, the
Margaret Achieng Ojuando (2003), « Développement d’une politique institutionnelle sur le     Mombasa University, 43p.
VIH/SIDA : expérience du centre de formation pédagogique de Highridge ». Accra 23-25
Septembre 2003, 11p.                                                                         UEREP (2004), Enquête en matière de VIH/SIDA dans les Universités du Togo : Principaux
                                                                                             résultats, Unité d’Enseignement et de Recherche en Population et Développement, Faculté
Ministère de la Santé du Togo (2004) Directives pour une prise en charge avec les            des Sciences Economiques et de Gestion, Université de Lomé, Lomé, 52p. multigr.
médicaments antiretroviraux (ARV) au Togo : version provisoire, Ministère de la Santé au
Togo, 22p. multigr.                                                                          Université de Namibie (2001), UNAM HIV/AIDS Policy, University of Namibie, 57p.

OMS (1992), Guide pour le conseil dans l’infection à VIH et le SIDA, Série OMS n°8           Université de Nkumba (2002), Nkumba University HIV/AIDS Policy, Nkumba University,
Organisation Mondiale de la Santé, Genève, pp..23-35.                                        Entebbe, Uganda , 51p.

OMS (1995), Programme Mondial de Lutte contre le SIDA : « Relever les défis du VIH, du
SIDA, et des MST: une réponse en fonction du genre » SSN Pays-Bas 1995

Otaala B. (2003), Politiques Institutionnelles pour le Contrôle du VIH/SIDA en Afrique,
Université de Namibie, Document de la Conférence Régionale de Formation sur
l’Amélioration de l’Enseignement Supérieur en Afrique au Sud du Sahara : ce qui marche,
Accra, 18p.



                                        25                                                                                            26
Politique en matière de VIH/SIDA                      Politique en matière de VIH/SIDA


                                                                                           ANNEXE 1

                                         DECLARATION DE CONSENSUS NATIONAL
                                    TRIPARTITE CONCERNANT LE VIH/SIDA SUR LE LIEU
                                                          DE TRAVAIL :
                                     Conseil National du Patronat, Organisations Syndicales des
                                                   Travailleurs et Gouvernement

                                                      Adoptée le 28 juillet 2004

                                             (Extraits du quotidien national Togo-Presse
                                                   n° 6840 du 12 août 2004, p. 15)

                                   Nous, acteurs du monde du travail du Togo, Réunis en conférence
                                   nationale tripartite ce 28 juillet 2004 à Lomé,
                                       ?? Après analyse de la situation du VIH/SIDA et de ses
                                            conséquences sur le monde du travail,
                                       ?? Conscients des effets néfastes du VIH/SIDA sur les
                                            travailleurs, les entreprises et l’économie nationale,
          ANNEXES                      ?? Ayant réalisé que le SIDA atteint essentiellement le
                                            travailleurs de 15 à 49 ans,
                                   Adhérons sans réserve aux principes énoncés par le Recueil de
                                   directives pratiques du BIT sur le VIH/SIDA et le monde du
                                   travail,
                                   Prenons solennellement l’engagement de lutter contre le
                                   VIH/SIDA sur le lieu de travail par la protection et la promotion
                                   des principes fondamentaux suivants :

                                      1. Reconnaissance du VIH/SIDA en tant que question
                                          liée au lieu de travail
                                       Le VIH/SIDA doit être abordé comme toute autre
                                       maladie grave sur le lieu de travail.

                                      2. Non-discrimination liée au statut VIH/SIDA
                                      L’Entreprise s’engage à ne pratiquer à l’égard des
                                      travailleurs aucune discrimination fondée sur leur
                                      séropositivité réelle ou supposée vis-à-vis du
                                      VIH/SIDA.

                  27                                                28
Politique en matière de VIH/SIDA                                         Politique en matière de VIH/SIDA


3. Egalité entre hommes et femmes Une plus grande égalité          10. Prises en charge et soutien
dans la relation homme/femme et l’amélioration des                     La solidarité, la prise en charge et le soutien sont les
conditions des femmes sont essentielles pour prévenir la               maîtres mots de la réponse d’une entreprise aux
propagation de l’infection par le VIH.                                 problèmes du VIH/SIDA.

4. Milieu de travail sain Pour prévenir la transmission du         11. Dépistage volontaire anonyme
VIH/SIDA, il faut que le milieu de travail soit sain et sûr pour       Encourager, par des conseils, le dépistage volontaire
l’employeur et le travailleur.                                         anonyme pour une meilleure prise en charge précoce et
                                                                       efficace.
5. Dialogue social                                                     Décidons dans le cadre de la protection et de la
La coopération et la confiance entre l’employeur et le                 promotion desdits principes, de mettre en place dans
travailleur sont nécessaires pour la mise en œuvre des                 les entreprises des politiques et des programmes :
programmes VIH/SIDA sur le lieu de travail.
                                                                   ?? de prévention du VIH/SIDA par l’éducation et l’appui
6. Non dépistage en vue de l’exclusion de l’emploi et du              pratique au changement de comportement,
travail                                                            ?? de lutte contre la stigmatisation et la discrimination du
Le dépistage du VIH/SIDA ne doit pas être exigé des                   travailleur vivant avec le VIH/SIDA sur le lieu de travail,
demandeurs d’emploi ou lors des visites médicales des              ?? de soins et soutien au travailleur vivant avec le VIH/SIDA
travailleurs occupant un emploi.                                      y compris conseil et test volontaire ainsi que les
                                                                      traitements des infections opportunistes et l’accès au ARV
7. Confidentialité                                                    (Anti Rétroviraux).
Rien ne justifie d’exiger des demandeurs d’emploi ou
des travailleurs des informations personnelles liées au
VIH.                                                                                             *****

8. Maintien de la relation d’emploi
L’infection par le VIH ne doit pas être un motif de
licenciement.

9. Prévention
Des actions de prévention et de lutte contre le
VIH/SIDA doivent être menées sur le lieu de travail.




                               29                                                                  30
Politique en matière de VIH/SIDA                                           Politique en matière de VIH/SIDA


                                                                          4. déterminer les perceptions des populations universitaires
                                                         ANNEXE 2            relativement aux IST/VIH/SIDA ;

     EXTRAITS DES PRINCIPAUX RESULTATS DE                                 5. identifier les besoins et les attentes des membres des
 L’ENQUETE EN IST/VIH/SIDA DANS LES UNIVERSITES                              communautés       universitaires   par    rapport  aux
          DU TOGO (MARS – AVRIL 2004)                                        IST/VIH/SIDA.

        Les présents résultats sont extraits de l’enquête réalisée du   2- Plan de sondage
22 au 26 mars 2004 à l’Université de Lomé (UL), et les 18 et 19
avril 2004 à l’Université de Kara (UK) auprès des membres de la              Trois strates ont été constituées dans chaque université :
communauté des deux universités (étudiants, enseignants,
personnel administratif, technique et de service).                           -   la strate des étudiants (critères de sélection : la
                                                                                 Faculté, le sexe et l’année d’études);

   1. Objectifs de l’enquête                                                 -   la strate des enseignants (critères de sélection : la
                                                                                 Faculté, le sexe et le grade académique (Assistant,
    L’objectif général de l’enquête est de contribuer à la mise à                Maître-Assistant, Professeur);
disposition de données fiables et récentes pour aider à la réduction
de la transmission du VIH/SIDA au sein des communautés                       -   et la strate du personnel administratif, technique et
universitaires, conformément au cadre stratégique national du                    de service (critères de sélection : le sexe et le type
Togo.                                                                            d’emploi (secrétaire, dactylographe, employé de
                                                                                 bureau, comptable ou aide comptable, femme de
Les objectifs spécifiques de l’enquête couvrent cinq domaines, à                 ménage, cuisinier ou serveur, chauffeur, agent de
savoir :                                                                         sécurité ou gardien, …)).

   1. fournir des données récentes sur le VIH/SIDA dans les
      communautés universitaires de Lomé et de Kara pour
      aider à l’élaboration d’une politique institutionnelle en
      matière de VIH/SIDA dans les universités du Togo ;

   2. évaluer le niveau de connaissance des membres des
      communautés universitaires relativement
      aux IST/VIH/SIDA ;

   3. évaluer les attitudes des membres des communautés
      universitaires relativement aux IST/VIH/SIDA ;



                                 31                                                                     32
Vous pouvez aussi lire
Partie suivante ... Annuler