Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

DIRECTION GÉNÉRALE DU DÉVELOPPEMENT DE LA MAIN-D’ŒUVRE DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES ET DE L’INTERVENTION SECTORIELLE SOMMAIRE DES RÉALISATIONS DE 2016-2017 ET DES PERSPECTIVES DE 2017-2018 OCTOBRE 2017 des comités sectoriels de main-d’œuvre des comités consultatifs

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Production : Direction du développement des compétences et de l’intervention sectorielle (DDCIS) Commission des partenaires du marché du travail Direction: Éric Thivierge Coordination et édition : Anne-Marie Gervais Adresse : 800, rue du Square-Victoria, 27e étage Montréal (Québec) H4Z 1B7 Téléphone : 514 873-0800 Télécopieur : 514 864-9436 Toute l’information touchant l’intervention sectorielle se trouve sur le site d’Emploi-Québec à l’adresse suivante : http://emploiquebec.gouv.qc.ca/ Pour obtenir plus d’information, vous pouvez visiter les sites Web des comités ou communiquer avec une conseillère ou un conseiller en intervention sectorielle de la Direction du développement des compétences et de l’intervention sectorielle ou directement avec le comité visé.

Octobre 2017 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2017 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2017 ISBN : 978-2-550-79752-4

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

TABLE DES MATIÈRES Introduction . 4 Les comités sectoriels de main-d’œuvre . 5 Aérospatiale (CAMAQ . 7 Aménagement forestier . 9 Bois (Formabois . 12 Caoutchouc . 14 Chimie, pétrochimie, raffinage et gaz (CoeffiScience . 16 Commerce de détail (Détail Québec . 18 Commerce de l'alimentation . 20 Communications graphiques . 22 Culture (Compétence Culture . 24 Économie sociale et action communautaire . 27 Environnement (EnviroCompétences .

29 Fabrication métallique industrielle (Perform . 31 Horticulture ornementale - commercialisation et services (HortiCompétences . 34 Industrie électrique et électronique (Élexpertise . 36 Industrie maritime . 38 Industrie des mines . 40 Industrie textile . 42 Métallurgie . 44 Pêches maritimes . 46 Plastiques et composites (PlastiCompétences . 48 Portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine . 50 Production agricole (AGRIcarrières . 52 Produits pharmaceutiques et biotechnologiques (Pharmabio Développement . 54 Services automobiles . 56 Services des soins personnels . 58 Technologies de l'information et de la communication (TECHNOCompétences .

60 Tourisme (CQRHT . 62 Transformation alimentaire . 64 Transport routier (Camo-route . 66 Les comités consultatifs . . 68 Clientèle judiciarisée adulte . 70 Femmes . 72 Jeunes . 74 Premières Nations et Inuit . 76 Travailleuses et travailleurs de 45 ans et plus . 78 Personnes handicapées ... 79 Personnes immigrantes ... ... 81

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 4 INTRODUCTION La Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) est une instance nationale de concertation qui regroupe des représentantes et des représentants des employeurs, de la maind’œuvre, du milieu de l’enseignement, des organismes communautaires et des organismes gouvernementaux, tous soucieux d’améliorer le fonctionnement du marché du travail. Pour l’aider à atteindre les grands objectifs qu’elle s’est fixés, la Commission compte sur un vaste réseau de partenaires, dont les comités sectoriels de main-d’œuvre (CSMO) et les comités consultatifs (CC).

Les 29 comités sectoriels, peuvent rejoindre et influencer ou aider plus de 130 000 entreprises et leurs 1,9 million d’employés. Pour leur part, les CC peuvent avoir un apport déterminant dans la réflexion et la prise de décision visant une meilleure intégration en emploi de clientèles particulières. Comme vous le constaterez dans ce document, les actions que les CSMO et CC ont réalisées en 2016- 2017 sont toutes impressionnantes. Impressionnantes par leur diversité, leur envergure et les efforts de concertation qu’elles nécessitent. Impressionnantes, aussi, parce qu’elles permettent à des entreprises, à leurs gestionnaires et à leurs employées et employés de mieux faire face à l’évolution de plus en plus rapide des changements qui les entourent.

Impressionnantes enfin, parce qu’elles se réalisent en contact direct avec le milieu et nécessitent une capacité d’adaptation et de renouvellement continue.

Les perspectives d’action mises de l’avant par les CSMO et les CC sont toutes aussi saisissantes. Elles reflètent assurément les enjeux auxquels doivent faire face les entreprises : rétention, attractivité, intégration, croissance et productivité. Cette publication a été rendue possible grâce à la collaboration de l’ensemble des comités et de l’équipe des conseillères et conseillers en intervention sectorielle de la Direction du développement des compétences et de l’intervention sectorielle (DDCIS).

Pour une revue plus détaillée des réalisations de chacun des comités, nous vous invitons à consulter leur site Web respectif.

Bonne lecture! Le directeur du développement des compétences et de l’intervention sectorielle, Éric Thivierge

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 5 LES COMITÉS SECTORIELS DE MAIN-D’ŒUVRE

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 6 LES COMITÉS SECTORIELS DE MAIN-D’ŒUVRE Les comités sectoriels de main-d’œuvre (CSMO) sont des organismes à but non lucratif (OBNL) dûment incorporés en vertu de la partie III de la Loi sur les compagnies. Ils sont formés en conseils d’administration assurant la représentativité nécessaire à l’existence d’un comité sectoriel de main-d’œuvre, tel que défini par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), c’est-à-dire des représentantes et des représentants d’entreprises, des représentantes et des représentants syndicaux ainsi que d’employées et d’employés.

En plus d’une personne-ressource de la CPMT qui assiste et conseille les comités, des représentantes et des représentants d’autres ministères, notamment le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) et le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec (MESI) peuvent y siéger, selon la volonté des comités. Les conseils d’administration des comités tiennent chaque année une assemblée générale regroupant l’ensemble de leurs membres, ainsi que des rencontres régulières, qui s’élèvent à quatre en moyenne, auxquelles s’ajoutent de nombreuses rencontres des comités de travail.

Les comités sectoriels facilitent l’arrimage entre la main-d’œuvre et les entreprises. Ils sont des interlocuteurs privilégiés en matière de développement de la main-d’œuvre et possèdent une solide expertise liée à leur secteur d’activité et une expérience de partenariat sectoriel unique. Ces regroupements de partenaires fonctionnent par consensus et ont leurs propres règlements généraux. Une entente-cadre permet d’attribuer un financement annuel aux comités sur présentation d’un plan d’action et d’un bilan de leurs réalisations. Les comités doivent également produire un diagnostic sectoriel à tous les trois à cinq ans, ainsi qu’une planification stratégique triennale.

L’évaluation globale du rendement des comités repose sur l’atteinte des objectifs formulés dans leur plan d’action, relié à leurs mandats, selon un processus de reddition de comptes adopté par la Commission. Pour plus d’information sur les plans d’action et les bilans des comités, vous pouvez consulter leurs sites Web respectifs.

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 7 Enjeux du secteur  L’industrie aérospatiale au Québec, telle qu’elle est représentée par le Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale (CAMAQ), est composée de trois sous-secteurs qui doivent continuer d’accroître l’adéquation, tant en nombre qu’en qualité, entre l’offre de formation initiale et continue en aérospatiale et les besoins de main-d’œuvre.

Plus particulièrement pour chacun des soussecteurs, les besoins de main-d’œuvre pour les professions suivantes sont à surveiller : o Sous-secteur manufacturier : les professions liées aux domaines de la finition d’aéronefs, de l’usinage, de l’intégration de systèmes, des matériaux avancés, de l’aérodynamique ainsi que celles associées aux chaînes de production automatisées; o Sous-secteur de l’aviation (comprenant le transport aérien et l’entretien d’aéronefs) : les pilotes d’aéronefs, les pilotes de drones, les agents et agentes de bord, les mécaniciens et mécaniciennes d’entretien d’aéronefs, le personnel des services connexes de piste ainsi que certains postes administratifs (principalement les employés et employées de vente, de marketing et de service à la clientèle); o Sous-secteur aéroportuaire : les besoins de main-d’œuvre sont stables.

Les entreprises manufacturières doivent réaliser des gains de productivité et concevoir de nouveaux produits et services, afin de conserver leur avantage concurrentiel mondial, qui passe souvent par la spécialisation.

L’industrie aérospatiale au Québec représente 70 % de la recherche et du développement canadien, ce qui lui permet de demeurer à la fine pointe de la technologie et d’assurer sa croissance. La croissance annuelle moyenne des ventes a été de 5,2 % depuis 25 ans et se chiffrait pour le Québec à 14,4 milliards de dollars en 2016.  En 2015, l’industrie aérospatiale occupait le premier rang en matière d’exportations québécoises, avec 14,3 % de la valeur totale des exportations manufacturières du Québec.  Le maintien de la croissance des entreprises nécessite depuis quelques années un afflux de nouvelle main-d’œuvre qualifiée et compétente répondant à de hauts standards de qualité et de personnes diplômées capables d’intégrer efficacement le marché du travail.

Réalisations de 2016-2017  Mise en œuvre du programme Ton 1er emploi en aérospatiale, visant à favoriser l’intégration au marché du travail de jeunes diplômés et diplômées par l’octroi d’une subvention salariale aux entreprises.  Début d’une étude intersectorielle des besoins de formation en matériaux composites (PlastiCompétences et CAMAQ).  Mise à jour et diffusion de l’inventaire des formations québécoises en aérospatiale, d’outils en gestion des ressources humaines (dont le manuel d’employé interactif) ainsi que de l’inventaire des subventions.

Maintien de la concertation entre l’industrie et le milieu de l’enseignement dans un souci d’adéquation formation-emploi, notamment par la tenue de deux commissions industrielles à l’École des métiers de l’aérospatiale de Montréal (EMAM) sur les programmes de tôlerie et de montage de structure.

Dépôt de deux mémoires sur les enjeux liés à la création du conseil des collèges et du conseil des universités.

Réalisation de deux recensements des emplois et des prévisions des besoins de main-d’œuvre (manufacturier et aviation).  Diffusion de formations : une sur les ressources humaines et le développement durable, et une sur les enjeux légaux de la norme ITAR.  Participation aux discussions du diagnostic de la profession de soudeur et soudeuse ayant mené au dépôt d’un avis par Perform à l’automne 2016.  Participation à la révision du programme de formation professionnelle en usinage.

Maintien du laboratoire informatique du CAMAQ pourvu de licences CATIA V6, situé à l’École polytechnique de Montréal et servant au cours Projet de développement de produits et intégration des systèmes (DPIS) du

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 8 programme conjoint de maîtrise en génie aérospatial.  Maintien d’un événement de reconnaissance de la relève visant à récompenser les étudiants et les étudiantes méritants. Perspectives de 2017-2018  Lancement officiel de la cartographie interactive de la formation en aérospatiale en collaboration avec plusieurs entreprises et partenaires du secteur au Québec ainsi qu’une révision annuelle.

Mise en œuvre des recommandations émanant du comité d’experts et d’expertes en ressources humaines en manufacturier piloté par le CAMAQ (Aéro Experts).

Élaboration et prestation des formations pour le secteur aéroportuaire : Gestionnaire d’aéroport, Défibrillateur, Évaluez vos formations de façon efficace, Gestion de la faune et Coordonnateur sur place.  Élaboration et prestation des formations pour le secteur de l’aviation : Employés et employées de la rampe et Gestion de la fatigue des employés et des employées.  Poursuite du projet Ton 1er emploi en aérospatiale.

Tenue de deux commissions industrielles à l’EMAM sur les programmes de montage de câbles et de circuits, et d’amélioration continue.  Tenue d’une commission industrielle à l’École nationale d’aérotechnique sur le programme en avionique.  Organisation du 3e Grand Rendez-vous RH, en collaboration avec 11 comités sectoriels de main-d’œuvre, qui se déroulera en novembre 2017.  Réalisation et diffusion de 3 recensements des emplois et des prévisions des besoins de main-d’œuvre des sous-secteurs manufacturier, aviation et aéroportuaire.  Réalisation de la planification stratégique triennale (2018-2021).

Élaboration et mise en œuvre d’un plan de communication, incluant la migration vers de nouveaux outils informatiques, de gestion et de diffusion de l’information.  Maintien de la Table de concertation en ressources humaines de Laval-LaurentidesLanaudière (TCRHALLL). Gestionnaire du comité : Nathalie Paré, 514 596-3311 Site Web: www.camaq.org Répondante sectorielle à la CPMT : Annie St-Germain, 514 873-0800, poste 43928

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 9 Enjeux du secteur  Les conditions de travail sont le plus important enjeu des entreprises du secteur.

La prévisibilité des travaux est insuffisante dans le secteur. Cela influence la capacité de ce dernier à attirer et à retenir de la maind’œuvre et des entrepreneurs.  Le vieillissement de la main-d’œuvre  Le secteur est caractérisé par une proportion plus faible de jeunes travailleurs et travailleuses : 9 % de 15 à 24 ans c. 15 % pour l’ensemble des industries.

La saisonnalité des emplois  La période d’activité associée à l’aménagement forestier est fortement tributaire des saisons.  Pour conserver leur main-d’œuvre ou en recruter, les entreprises doivent user de stratégies de façon à lui assurer assez d’heures travaillées pour qu’elle puisse bénéficier de l’assurance-emploi et accumuler assez de semaines de prestations pour subvenir à ses besoins jusqu’au début de la saison de travail suivante.

Les entreprises doivent aussi composer avec une période d’emploi restreinte où il est difficile d’insérer d’autres activités, telles que de la formation.

Le développement des compétences  Le secteur fait face à un déficit d’opérateurs et opératrices de machines en récolte du bois compétents, car la structure du marché du travail ne favorise pas l’intégration de personnes ne possédant pas un minimum d’expérience pratique. Les entreprises hésitent à embaucher des personnes détenant un diplôme d’études professionnelles (DEP), sans aucune expérience, qui n’ont pas assez de formation pratique pour être intégrées aux équipes régulières.

Il existe un problème d’adéquation formationemploi en mesurage de bois. L’industrie peine à trouver des mesureurs, notamment parce que les aspirants et aspirantes mesureurs échouent à l’examen du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).  Les pépinières forestières et les entreprises en cueillette de produits forestiers non ligneux (PFNL) ont un grand besoin de formations structurantes.  Les stratégies de livraison du Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) ne sont pas bien adaptées (ex. : impossibilité de mettre en place un PAMT dans la région des travaux plutôt que dans la région du siège social de l’entreprise).

Réalisations de 2016-2017  Tenue du 1er Colloque annuel du Comité sectoriel de main-d’œuvre en aménagement forestier (CSMOAF), réservé à ses membres, sous le thème Pour une gestion durable des ressources humaines, colloque faisant office d’assemblée générale non officielle.  Promotion des quatre normes professionnelles du secteur (travaux sylvicoles-débroussaillage, abattage manuel, récolte mécanisée du bois et voirie forestière), du PAMT, de la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre (RCMO) et de la formation continue.

Révision de la formule de la formation de compagnons et compagnes pour les métiers manuels.

Formation de trois nouveaux évaluateurs et évaluatrices en RCMO en récolte du bois dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.  Planification et réalisation de 15 évaluations en RCMO en récolte du bois.  Révision des outils du PAMT en voirie forestière.  Recensement et analyse des besoins en formation des entreprises et développement de projets de formation adaptés : o Analyse et validation des besoins de formation, puis rédaction d’une demande de financement pour l’élaboration de contenus en saines pratiques de cueillette de PFNL.

o Analyse et validation des besoins de formation, et du moyen à privilégier, pour les ouvriers et ouvrières de pépinières forestières.  Formation pratique de trois opérateurs et opératrices d’abatteuse et de trois opérateurs et opératrices de porteur forestier, et documentation de la problématique d’intégration des détenteurs et détentrices du DEP sur le marché du travail.

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et des perspectives de 2017

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 10  Mise en place d’un comité de réflexion sur l’intégration aux équipes régulières dans les entreprises des finissants et finissantes du DEP Abattage et façonnage de bois.

Perfectionnement en affûtage de 10 abatteurs et abatteuses manuels et 11 débroussailleurs et débroussailleuses.  Formation en gestion des ressources humaines (GRH) pour contremaîtres forestiers et forestières, 10 participants et participantes (dernier jour / 5).

Introduction dans le secteur de trois formateurs et formatrices en GRH afin de mettre à jour le contenu de la Formation en GRH pour contremaîtres forestiers.  Organisation de trois groupes (un au Saguenay–Lac-St-Jean et deux en Mauricie) de Formation en GRH pour contremaîtres forestiers (diffusion mai 2017).  Participation à la planification et au suivi d’un projet de gestion prévisionnelle de la maind’œuvre pour les métiers manuels, techniques et de supervision du secteur dans la région du Bas-Saint-Laurent.

Recensement des initiatives et analyse de la pertinence de développer des partenariats pour augmenter la formation en entreprise (alternance travail-études) dans les programmes de formation initiale rattachés au secteur.

Analyse d’une problématique d’adéquation formation-emploi pour les mesureurs de bois.  Finalisation du diagnostic sectoriel de la maind’œuvre de l’industrie québécoise de l’aménagement forestier 2015-2016.

Analyse des besoins de formation soulevés par les entreprises dans le cadre du diagnostic sectoriel 2015-2016.  Suivi de l’évolution d’indicateurs du secteur (nombre d’ententes PAMT et de certificats de qualification professionnelle émis, inscriptions en formation initiale, nombre de travailleurs et travailleuses et répartition régionale, âge, sexe, niveau de scolarité, revenus, heures travaillées, chômage, nombre d’entreprises et répartition régionale, parts de marché, PIB, masse salariale, etc.).

Concertation et soutien en information technique et en analyse lors des représentations stratégiques des partenaires en regard de la saisonnalité des emplois.

Organisation de la 12e édition des Journées de promotion des métiers forestiers, Viens vivre la forêt, dans cinq régions. Perspectives de 2017-2018  Tenue du colloque annuel réservé aux membres du CSMOAF sous le thème Une planification stratégique reflétant les besoins du secteur, colloque faisant office d’assemblée générale non officielle.  Planification stratégique du CSMOAF.  Élaboration d’une stratégie triennale de communications du CSMOAF.

Promotion des quatre normes professionnelles du secteur (travaux sylvicoles-débroussaillage, abattage manuel, récolte mécanisée du bois et voirie forestière), du PAMT, de la RCMO et de la formation continue, notamment à travers une tournée dans les régions.  Production d’une vidéo du service de RCMO.  Révision des outils du PAMT en récolte du bois.  Révision des outils pédagogiques de la formation de compagnons et compagnes pour les métiers mécanisés.  Formation de huit compagnons ou compagnes pour les métiers mécanisés.  Réalisation de trois évaluations en RCMO en voirie forestière et de 10 en récolte du bois.

Analyse de profession pour le métier d’ouvrier ou ouvrière sylvicole en production de plants forestiers.

Élaboration de contenu sur les bonnes pratiques de cueillette de PFNL.  Recensement et analyse des besoins en formation des entreprises et développement de projets de formation adaptés.  Recherche de solutions en regard de l’intégration aux équipes régulières dans les entreprises des finissants et finissantes du DEP Abattage et façonnage de bois.  Recherche de solutions en regard de la problématique d’adéquation formation-emploi en mesurage de bois.

Perfectionnement en affûtage de 30 travailleurs ou travailleuses.  Formation en GRH pour contremaîtres forestiers ou forestières - 40 participants ou participantes.

Réalisation d’une enquête sur les coûts du travail assumés par les travailleurs forestiers et travailleuses forestières.  Suivi de l’évolution d’indicateurs du secteur.  Concertation et soutien en information technique et en analyse lors des

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 11 représentations stratégiques des partenaires en regard de la saisonnalité des emplois.  Organisation de la 13e édition des Journées de promotion des métiers forestiers, Viens vivre la forêt – dans cinq régions. Gestionnaire du comité : Annie Beaupré, 418 864-7126 Site Web: www.csmoaf.com Répondante sectorielle à la CPMT : Maïmouna Kébé, 514 873-0800, poste 38726

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 12 6H15H Enjeux du secteur  Mobilisation et concertation des partenaires.

Amélioration des compétences et de la qualification des travailleurs et travailleuses.  Valorisation du secteur, des métiers et des formations.  Innovation. Réalisations de 2016-2017  Lancement de la mise à jour du diagnostic sectoriel pour préciser les besoins de formation des entreprises dans l’ensemble des régions (excluant Montréal et Laval).  Lancement de la mise à jour de la planification stratégique 2017-2020.

Poursuite des rencontres lancées et coordonnées par Formabois du Comité de travail sur l’adaptation des formations professionnelles et techniques.  Poursuite des rencontres avec des directions régionales d’Emploi-Québec concernant la diffusion de formations spécifiques sur leur territoire : Perfectionnement pour superviseurs ou superviseuses, Mécanique industrielle, Opérateurs ou opératrices d’équipements de production.

Rencontres avec les partenaires du secteur pour discuter des projets de collaboration : associations forestières régionales, établissements de formation, ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), entreprises, associations sectorielles, communautés autochtones.

Rencontres avec les partenaires sectoriels spécialisés (Université Laval, Cégep de StFélicien, Cégep de Rimouski, Cégep de Victoriaville, SEREX, INOVEM, FPInnovation, Cécobois, Q-WEB, CRIQ) pour discuter de l’élaboration de projets spécifiques de formation pour lesquels il n’existe aucune équivalence scolaire, tels que : o Affûtage des outils de coupe (valeur ajoutée et 2e transformation du bois) o Classification des placages et contreplaqués o Collage (produits d’apparence et produits structuraux) o Contreventement o Contrôle qualité en continu (implantation moulures architecturales) o Emballage des produits du bois o Formation d’appoint pour mécanicien de machines fixes o Finition des bois 1 o Introduction à la transformation du bois o Introduction à la vision numérique o Montage et présentation d’un projet d’investissement o Opérateur ou opératrice d’équipement de levage o Opérateur ou opératrice d’équipements roulants de levage o Opérateur ou opératrice de machines à commandes numériques o Opérateur ou opératrice en entretien de moulurières o Optimisation de l’écorçage o Optimisation du sciage résineux o Sciage o Supervision et contrôle o Vision numérique et débitage des bois  Développement et diffusion de formations découlant notamment du diagnostic sectoriel et des rencontres sectorielles : o Affûtage o Classement initial des bois o Classification des bois feuillus o Classification du bois d’œuvre o Classification des placages et contreplaqués o Commercialisation des produits du bois o Contrôle de la qualité des bois torréfiés o Gestion de la cour o Mécanique industrielle o Opérateurs ou opératrices d’équipements de levage o Perfectionnement pour superviseurs ou superviseures et contrôleurs ou contrôleuses o Séchage des bois o Superviseurs ou superviseures et contrôleurs ou contrôleuses en transformation du bois

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 13  Collaboration au développement d’une norme professionnelle pour le métier de mécanicien industriel ou mécanicienne industrielle.  Poursuite des initiatives et de la diffusion des activités de sensibilisation de Formabois pour des jeunes du secondaire et du collégial : o Atelier Le bois sous toutes ses facettes o Viens vivre la forêt auprès des jeunes de 3e, 4e et 5e secondaire o Info-bois o Deuxième édition du dépliant Les applications surprenantes du bois  Participation à l’organisation et la réalisation du Camp forêt des profs.

Collaboration à l’organisation du Grand Rendez-vous RH du secteur manufacturier.  Distribution du petit guide de gestion des ressources humaines, du guide de gestion de la formation en entreprise et du guide d’implantation d’un comité de formation en entreprise.  Début de la mise à jour de profils de compétences.  Collaboration avec le Jardin botanique de Montréal pour la diffusion de l’atelier Le bois sous toutes ses facettes aux visiteurs de la Maison de l’arbre Frédéric-Back.  Participations et collaborations à différentes activités publiques, présentations et rencontres d’entreprises dans le cadre des activités suivantes : o Rencontre de la délégation du Forum franco-québécois filière forêt-bois.

o Salon de l’emploi de Port-Cartier.

o Séminaire sur la logistique d’exportation des produits forestiers du Q-WEB. o Congrès Interscie à Montréal. o Rencontre sur le conflit du bois d’œuvre. o Assemblée annuelle de l’Association canadienne du contreplaqué et des placages de bois dur. o Montreal Wood Convention. o Congrès de l’Association des manufacturiers de menuiserie architecturale du Canada. o Congrès annuel du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ).

o Colloque de l’Association forestière de l’Abitibi-Témiscamingue. o Colloque annuel sur la transformation du bois du CIFQ. o Congrès de l’Association des enseignants en science et technologie du Québec.

o Rencontre de la Table forêt de la Côte-Nord. o Colloque annuel sur le séchage du bois du CIFQ. o Activités d’orientation et de priorisation de Cécobois. o Rencontres du comité Bois d’apparence. o Travaux des groupes industriels (groupes résineux, planchers, feuillus durs, maisons préusinées, granules) au sein du Q-WEB.

Élaboration et mise en œuvre d’un plan de communication, mise à jour du répertoire des entreprises, réalisation d’enquêtes sectorielles, début de la mise à jour de la planification stratégique, mise à jour du site Web, mise à jour des informations sur les médias sociaux de Formabois (se poursuivent en 2017-2018). Perspectives de 2017-2018  Lancer et soutenir des activités de concertation et de partenariat au sein du secteur.

Favoriser la participation des partenaires aux différentes activités de Formabois.  Développer et diffuser des formations adaptées aux besoins des entreprises et des travailleurs et travailleuses (concept adéquation formation-emploi).

Participer à des initiatives en matière de gestion des ressources humaines.  Réviser l’offre de la formation en entreprise et de la formation scolaire.  Lancer des activités pour assurer le soutien de l’innovation au sein des entreprises et y collaborer.

Lancer des activités de sensibilisation et de promotion pour améliorer la connaissance du secteur et y collaborer. Gestionnaire du comité : Réjean St-Arnaud, 418 694-2227 Site Web: www.formabois.ca Répondant sectoriel à la CPMT : Michel Belleau, 514 873-0800, poste 31545

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 14 Enjeux du secteur  Attraction, embauche et rétention de personnes qualifiées.  Amélioration des compétences de la maind’œuvre technique et scientifique.  Augmentation de la productivité grâce à l’optimisation des procédés et à la modernisation des équipements.

Réalisations de 2016-2017  Évaluation de 16 travailleurs et travailleuses grâce au processus de reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre (RCMO).  Diffusion de la formation de compagnons et de compagnes.

Diffusion et promotion de la formation en ligne, assistée par un formateur ou une formatrice en ligne, sur la transformation du caoutchouc.  Diffusion de la formation technique sur la transformation du caoutchouc.  Tenue de deux activités de nature technique et scientifique pour le personnel de haut niveau du secteur, dont l’une dans le cadre du Symposium annuel de l’industrie du caoutchouc.  Organisation de trois visites d’entreprises aux pratiques d’affaires exemplaires.  Production de capsules vidéo visant à résoudre certains problèmes que rencontre le personnel affecté à la recherche et au développement du secteur.

Diffusion d’un programme de formation sur la sécurité des machines à l’intention du personnel affecté à l’analyse de risque.  Diffusion d’un programme de formation à l’intention du personnel affecté à la maintenance industrielle.  Développement des compétences au moyen de stages rémunérés offerts dans le cadre du diplôme d’études professionnelles (DEP) en conduite et réglage de machines à mouler. Formation visant à qualifier, pour le secteur, des personnes sans emploi des régions de l’Estrie et de la Montérégie. (Projet réalisé en collaboration avec la Commission scolaire des Sommets, l’Université de Sherbrooke et plusieurs entreprises du secteur.) Deuxième et troisième cohorte en cours de formation.

Rédaction de bulletins de nouvelles (quatre) destinés à l’industrie.  Organisation du Grand Rendez-vous RH du secteur manufacturier en collaboration avec neuf comités sectoriels. Perspectives de 2017-2018  Mise en œuvre du Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) [objectif : 50 opérateurs et opératrices], de la RCMO (objectif : 25 opérateurs et opératrices) et de la formation hors production (objectif : 25 participants et participantes) dans les entreprises du secteur. Formation de compagnons et de compagnes (objectif : 36 participants et participantes).  Diffusion de la formation générale en ligne (assistée par un formateur ou une formatrice en ligne) sur la transformation du caoutchouc.

Formation visant l’acquisition de connaissances élémentaires sur la transformation du caoutchouc et ses différents procédés.

Diffusion des sept modules composant la formation technique sur la transformation du caoutchouc (objectif : de 5 à 7 participants et participantes par module). Formation avancée pour les ingénieurs et ingénieures, les chimistes et les employés et employées désirant acquérir des habiletés dans la résolution de problématiques complexes liées à la transformation du caoutchouc.  Inscription de la formation technique comme contenu universitaire en collaboration avec l’Université de Sherbrooke : permettre l’obtention de crédits universitaires pour les participants et les participantes suivant le cours et permettre à des étudiants et à des étudiantes d’accéder à du contenu élaboré dans le cadre de cette formation.

Déploiement de l’outil informatisé conçu dans le cadre de la formation technique : permettre aux entreprises l’accès à cet outil. Vise à fournir aux employés et aux employées du secteur un outil de soutien pour la résolution de problématiques complexes dans la transformation du caoutchouc.  Tenue de deux activités de nature technique et scientifique pour le personnel de haut niveau du secteur, dont l’une dans le cadre du Symposium annuel de l’industrie du caoutchouc.

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 15  Organisation du Grand Rendez-vous RH en collaboration avec d’autres CSMO.

Organisation de deux visites d’entreprises aux pratiques d’affaires exemplaires.  Poursuite de la diffusion d’un programme de formation sur la sécurité des machines à l’intention du personnel affecté à l’analyse de risque.  Diffusion de la formation en maintenance industrielle visant une amélioration des compétences des employés et des employées occupant un emploi lié à la maintenance.  Suivi des deuxième et troisième cohortes du DEP en conduite et réglage de machines à mouler. Formation visant à qualifier, pour le secteur, des personnes sans emploi des régions de l’Estrie et de la Montérégie.

(Projet réalisé en collaboration avec la Commission scolaire des Sommets, l’Université de Sherbrooke, Emplois Compétences et plusieurs entreprises du secteur.)  Création d’une quatrième cohorte pour le DEP en conduite et réglage de machines à mouler.  Création d’un DEP en conduite et réglage de machines à mouler pour des travailleurs et des travailleuses déjà en emploi.  Diffusion du programme de formation Augmentez vos ventes et assumez votre succès.

Gestionnaire du comité : Lucie Bourgault, 450 465-6063, poste 222 Site Web: www.caoutchouc.qc.ca Répondante sectorielle à la CPMT : Chantal Bédard, 514 873-0800, poste 48246

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 16 Enjeux du secteur Politique et économie  Plusieurs projets industriels ont été mis en veilleuse, ce qui diminue les prévisions d’embauche.  On commence à effectuer la livraison du gaz naturel liquéfié dans le nord du Québec. Tant chez le fournisseur que chez l’utilisateur ou l’utilisatrice, l’utilisation du gaz naturel liquéfié demande une adaptation des connaissances et des compétences des travailleuses et des travailleurs.

La nouvelle politique énergétique du gouvernement du Québec vise à créer un transfert de l’énergie fossile vers la biomasse et d’autres sources. Cette transition devrait entraîner un transfert des emplois entre les industries. Réglementation  Le Système général harmonisé (SIMDUT 2015) est en cours d’implantation dans les entreprises du secteur, ce qui suscite un effort important en matière de formation pour l’industrie.

Main-d’œuvre  Le personnel de vente disposant des connaissances techniques et scientifiques nécessaires ne suffit pas à la tâche.  Le vieillissement de la main-d’œuvre demeure une préoccupation pour l’industrie.

La modification des examens menant à la certification en mécanique de machinerie fixe (MMF) a rendu plus difficile l’obtention de la certification. De plus, on constate une difficulté à trouver des MMF de chaque classe.  La fusion de trois programmes techniques en chimie par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) pourrait créer des problèmes d’adéquation formationemploi pour les techniciens et les techniciennes de procédés chimiques issus du nouveau programme proposé.

Emplois  Le nombre d’emplois de l’industrie reste stable, mais on observe plusieurs fluctuations dans les sous-secteurs.  L’industrie peine toujours à attirer les femmes.  On constate un taux de chômage élevé après l’obtention du diplôme d’études collégiales en procédés industriels. Pourtant, les entreprises disent avoir de la difficulté à recruter des opérateurs et des opératrices. Ces difficultés sont corroborées par différentes statistiques gouvernementales.

Réalisations de 2016-2017  Participer à la révision des programmes 210.C0 (technique de génie chimique), 210.B0 (techniques de procédés chimiques) et 232.A0 (technologies des pâtes et papiers).

Analyser les besoins de formation dans les petites et moyennes entreprises (PME).  Évaluer la pertinence d’instaurer une norme professionnelle pour le poste d’opérateur ou opératrice aux mélanges.  Concevoir un outil de planification de la formation pour les entreprises.  Mettre en place un comité de réflexion sur la place des femmes dans l’industrie.

Assurer la concertation sur l’enjeu de la qualification des MMF.  Réaliser une enquête sur le taux de placement des diplômés et diplômées en techniques de procédés chimiques.  Diffuser deux webinaires sur des thèmes spécialisés en chimie.  Élaborer un programme de formation continue pour les chimistes.  Faire la promotion de l’alternance travailétudes en techniques de procédés chimiques. Perspectives de 2017-2018  Mettre en place des commissions industrielles pour renforcer l’adéquation formation-emploi.  Effectuer le diagnostic sectoriel 2017-2020.  Mettre en œuvre les recommandations du comité sur la place des femmes dans l’industrie.

Maintenir l’affluence dans nos programmes de formation actuels.  Mener une étude sur la filière du bioraffinage au Québec.

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 17  Mettre à jour et diffuser le programme de formation continue en assurance qualité.  Réviser 16 des 32 modules de la formation en ligne pour les MMF.  Créer un comité de réflexion sur la transition énergétique.  Créer un comité de réflexion sur la transformation des métiers. Gestionnaire du comité : Guillaume Legendre, 514 251-6302 Site Web: www.coeffiscience.ca Répondant sectoriel à la CPMT : Marc-André Moreau, 514 873-0800, poste 41275

Sommaire des réalisations de 2016-2017 et perspectives de 2017-2018 Page 18 Enjeux du secteur  Le secteur du commerce de détail est un pilier de l’économie québécoise avec des ventes dépassant les 118 milliards de dollars en 2016. Les 19 sous-secteurs représentés par Détail Québec comptent plus de 27 000 établissements, qui emploient plus de 322 000 personnes.  Le commerce de détail est composé d’une forte majorité de petites entreprises : 66 % d’entre elles comptent moins de 10 employés et employées.

Les 15 à 24 ans représentent 32 % de la maind’œuvre du secteur.  Les trois principaux enjeux du secteur consistent : 1) à assurer une stabilité du personnel; 2) à recruter une main-d’œuvre qui répond aux besoins des détaillants; et 3) à développer les compétences du personnel.

D’autres enjeux liés aux nouvelles technologies de l’information prennent de plus en plus d’importance, notamment la croissance du commerce électronique et l’utilisation répandue des réseaux sociaux. Réalisations de 2016-2017 Détail Québec a entamé le Diagnostic sectoriel de la main-d’œuvre du commerce de détail 2016-2019.

L’étude couvre quatre points : le recrutement, la formation en entreprise, la mobilisation du personnel et l’utilisation du numérique (commerce électronique et réseaux sociaux). Détail Québec a mené une enquête sur la rémunération globale dans le secteur du commerce de détail.  L’enquête a été menée avec la participation de 95 entreprises, représentant 2 000 établissements et 55 000 travailleurs et travailleuses. Détail Québec a contribué au développement des compétences de 1 026 travailleurs et travailleuses du commerce de détail.  Tenue de 23 ateliers de formation sur des sujets variés offerts à 317 travailleurs et travailleuses de 113 entreprises (2 377 heures de formation en salle).

Diffusion des quatre formations en ligne : 709 travailleurs et travailleuses formés (975 heures de formation en ligne) dans 68 entreprises. Détail Québec a poursuivi l’implantation de la démarche d’évaluation et de reconnaissance des compétences Mes compétences, mon avenir.  Inscription de 194 travailleurs et travailleuses à la démarche d’évaluation et de reconnaissance des compétences : 140 conseillers-vendeurs et conseillèresvendeuses et 54 superviseurs et superviseuses de premier niveau.  Début des travaux liés à l’optimisation du processus d’évaluation.

Détail Québec a consulté les employeurs de son secteur.

Planification stratégique triennale 2017-2020 de Détail Québec avec les partenaires du conseil d’administration.  Organisation d’une assemblée publique présentant les orientations stratégiques 2017- 2020 de Détail Québec et réunissant 41 détaillants (Grand Montréal).  Organisation de trois activités de consultation auxquelles 130 détaillants ont participé, afin d’exprimer leurs besoins et de définir leurs défis en gestion des ressources humaines (régions visées : Montréal, Montérégie et Capitale-Nationale).

Mise sur pied de quatre comités de travail avec des détaillants : refonte du site Web, enquête sur la rémunération et actualisation de la formation sur la prévention des pertes et sur la fidélisation du personnel. Détail Québec a établi des partenariats d’importance.  Collaboration aux projets de stages rémunérés du Regroupement québécois des organismes pour le développement de l’employabilité (RQuODE) et du Réseau des services spécialisés de main-d’œuvre

Vous pouvez aussi lire