Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

Jeudi 20 décembre 2018 - 1,00 € Édition Forez 42B 837736700 125693400 C’EST NOËL ! Offrez des cartes Comédie 3 places 30 € 5 places 45 € Offre valable du 3 décembre au 7 janvier dans la limite des places disponibles www.lacomedie.fr www.lacomedie.fr | 04 77 25 14 14 PAGE 19 CHAZELLES-SUR-LAVIEU n Photo reporter drone 42 / Grégory BRET PAGE 13 CHALMAZEL-JEANSAGNIÈRE Sortie de route mortelle pour un septuagénaire La commune vue du ciel ■Lesforcess’épuisent,lenombrediminueetdesplacesfortesderonds-pointssontperd ues.Ilrestequelques personnalitésetdesrêvesd’avenirquisedétricotentaufildutemps.PhotoSoniaBARCE T GILETS JAUNES DANS LA LOIRE ●Forcesdel’ordre: leras-le-boldesépouses PAGE 13 PAGE 14 LOIRE Projet A45 : nouveau rebondissement dans le dossier PAGES 5, 10 ET 11

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

FRANCE MONDE 02 www.leprogres.fr JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS https://twitter.com/ le_progres https://www.facebook.com/ leprogres https://www.leprogres.fr/ newsletters Vous avez une info ? LPRFILROUGE@leprogres.fr 0 800 07 68 43 « Sept cents millions de Chinois/Et moi, et moi, et moi », chantait Jacques Dutronc. C’était en 1966. Depuis, la Chine a vu sa population dou- bler, et l’Inde a quasiment multi- plié la sienne par trois. Plus de 7,6 milliards d’êtres humains Une croissance qui donne la me- sure de l’accroissement spectacu- laire de la population mondiale en l’espace de quelques décen- nies.

Nous sommes désormais plus de 7,6 milliards d’êtres hu- mains, selon les estimations de l’Onu. Et tout indique que nous frôlerons les dix milliards à l’hori- zon 2050.

Intenable ? La question a long- temps été envisagée sous un seul angle : celui de l’alimentation. « À terme, l’accroissement de la population se heurte à une insuf- fisance des produits agricoles », écrivait Malthus au début du XIXe siècle. L’économiste britannique n’avait pas prévu la révolution verte du siècle suivant, qui a vu exploser les rendements agricoles. Mais ces derniers plafonnent, et une nouvelle contrainte vient désor- mais sérieusement compliquer l’équation : l’environnement. Car l’agriculture est un des prin- cipaux moteurs du réchauffe- ment climatique. À elle seule, elle génère un quart des émissions de gaz à effet de serre.

Pire : l’exten- sion des terres arables se fait sou- vent au détriment des forêts pri- maires, dont notre planète a justement besoin pour absorber le CO2 produit par les activités humaines.

La FAO (Organisation des Na- tions unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que pour nourrir la planète à l’horizon 2050, la production alimentaire devra augmenter de 70 %. Éten- dre les terres agricoles dans les mêmes proportions serait suici- daire, alors quelles options ? Quelques gains de productivité restent possibles dans les pays en voie de développement, et l’excès de CO2 pourrait donner un coup de fouet temporaire aux cultures. Avec un tiers de la nourriture gâchée chaque année, la chasse au gaspi offre de belles perspecti- ves… Adieu veaux, vaches, cochons ? Mais les experts s’accordent sur- tout sur le fait que le salut ne viendra que d’une modification de nos modes d’alimentation.

Une étude publiée le 10 octobre dernier dans la revue scientifique Nature avait conclu que pour évi- ter une catastrophe environne- mentale, l’humanité devrait ré- d u i r e d r a s t i q u e m e n t s a consommation de produits d’ori- gine animale (viande et lait en tête) et manger davantage de plantes.

Évidemment, cette pilule végéta- rienne risque d’être difficile à ava- ler dans les riches pays occiden- taux : la consommation de bœuf devrait y baisser de 90 %. Car la question n’est finalement pas tant de savoir combien de personnes la planète peut nourrir, que de déterminer avec quel niveau de consommation : si on vise celui d’un Américain ou d’un Euro- péen, nous sommes déjà trop nombreux. Jean-Michel LAHIRE DÉMOGRAPHIE SURPOPULATION Sommes-nous trop nom Le réchauffement climatique a relancé les craintes malthu- siennes d’une humanité surpeu- plée, en proie aux guerres ou aux famines.

Qu’en est-il réellement ? ■ Scène de baignade à Qingdao, dans la provin L’élevage est une gigantesque machine à polluer.

C’est la conclu- sion de toutes les études qui se sont intéressées à l’« impact carbone » de la production de viande. Entre le méthane rejeté sous forme de flatulences et de déjections, les énormes surfaces consa- crées à l’alimentation animale (qui pourraient partiellement être consacrées à l’alimentation humaine) et le transport, la filière génère environ 15 % des gaz à effet de serre. Le Réseau Action Climat a calculé que la production d’un kilo de bœuf se solde par l’émission de 18 kg d’équivalent CO2. Et si cela vous semble énorme, ce n’est que le chiffre valable pour la France, un pays où les normes sanitaires et environnementales sont plutôt strictes.

Au niveau mondial, produire un kilo de bœuf génère plus de 46 kg d’équivalent CO2, selon la FAO. Si les ruminants, bœufs et agneaux, possèdent l’empreinte carbone la plus lourde, la produc- tion de volailles, de porcs ou de produits de la mer pèse beaucoup moins sur l’environnement – du moins en termes de production de gaz à effet de serre.

Trop de carbone dans le steak 250 enfants voient le jour chaque minute sur notre planète. Cela représente environ 130 millions de naissances par an. Depuis les années 1960, la population mondiale grossit à un rythme assez régulier, de l’ordre de 80 à 90 millions de personnes par an – soit l’équi- valent d’un pays comme l’Allema- gne. } Le problème démographique ne se pose pas pour l’Afrique, aujourd’hui ! Sa population, par sa sobriété, ne pèse pas démesurément sur les ressources naturelles.

En revanche, chaque Européen exerce une pression très im- portante. ~ Yves Cochet Ancien ministre vert de l’Environnement, dans une interview à Politis du 11 juin 2009

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

03 ACTU LE FAIT DU JOUR LOI - 1 mbreux sur Terre ? nce chinoise de Shandong. Photo Domaine public REPÈRES n Les États-Unis bientôt déclassés Selon le scénario médian de l’Onu, la population mon- diale devrait atteindre les 9,8 milliards à l’horizon 2050. L’Inde aura depuis longtemps ravi à la Chine le titre de pays le plus peuplé du monde (1,6 contre 1,3 milliard d’habitants). Sur la troisième marche du podium, les États-Unis (397 millions d’habitants) auront cédé la place au Nigeria (411 millions). n Une croissance qui commence à se tasser La barre du milliard d’êtres humains n’a été franchie que vers 1800.

Mais depuis, la croissance est exponen- tielle. Il a fallu environ 120 ans pour voir la population doubler et atteindre les deux milliards (vers 1927), puis 47 ans pour la voir atteindre les quatre milliards (vers 1974). Mais même si la population mondiale continue d’augmenter, un tassement est perceptible : le taux de croissance, qui a connu un pic à 2 % au milieu des années 1960, ne cesse de diminuer depuis. n Pays riches et pays jeunes Taux de fécondité faible, allongement de l’espérance de vie : en l’absence de « sang neuf » apporté par l’im- migration, c’est le cocktail qui explique le vieillisse- ment de beaucoup de pays riches.

L’Insee prévoit ainsi qu’en 2050, la France comptera 74 millions d’habitants, mais seulement la moitié se- ront en âge de travailler. Les personnes âgées représen- teront 20 % de la population. La situation sera toute- fois encore plus critique dans certains pays comme le Japon ou l’Allemagne, qui devraient même voir leur population reculer. La planète est-elle surpeuplée ? « Il n’est pas question de contester que la pression démographique s’est accrue, mais le discours selon lequel il suffit de stopper la croissance de la population mondiale et la solution sera trouvée, je n’y crois pas. Il faut aussi modifier les modes de vie et de production.

Et il faut bien voir que la conséquence d’une décroissance, c’est un formidable vieillissement de la population. On a un exemple avec le Japon, où la population a déjà commencé à décliner. En 2065, 40 % de la population japonaise pourrait avoir plus de 65 ans. Je ne dis pas que c’est ingérable, mais c’est un défi. » Toutes les régions du monde n’évoluent pas de la même manière… « Quand on parle stabilisation de la population, on parle en fait du ralentissement de la croissance démographique en Afrique, au Pakistan ou au Bangladesh. C’est un débat très incarné, mais je ne pense pas qu’il soit légitime d’accuser ces pays.

Il est de toute manière dans leur intérêt d’essayer de réduire leur croissance : dans des univers d’extrême pauvreté, je ne crois pas que la persistance de familles nombreuses soit très positive. C’est à ces pays de prendre la mesure de la question. Dans les années 1970, on ne parlait pratiquement pas de l’Afrique. Ce qui était perçu comme un danger, c’était l’Asie. Et bon an mal an, l’Asie a géré ses problèmes. » Que faire pour réduire cette pression démographique ?

« On n’a aucun exemple de politique de population efficace, excepté celui de la Chine, mais dans un contexte très particulier. Pour que la baisse de la fécondité observée à l’échelle mondiale continue, il faut un minimum de développement. Mais un développement doux, qui mette vraiment l’accent sur les besoins primaires : l’éducation, la nutrition, la santé… Si c’est pour avoir plus de voitures, plus de consommation d’énergies, ça va poser problème. » Propos recueillis par Jean-Michel LAHIRE > (1) Dernier ouvrage : Démographie et écologie (éditions La Découverte) > (2) Institut national d’études démographiques « Modifier les modes de vie et de production » Jacques Véron (1) Directeur de recherche à l’Ined(2) ■ Photo DR Pour sauver la planète, arrêtez de faire des enfants.

C’est la solution radicale promue par certaines personnes qui voient dans le refus de la maternité l’aboutissement logique de leur démar- che environnementale. On les surnom- me les Ginks, pour « green inclination, nokids » :tendanceverte,pasd’enfants. Bien sûr, d’autres motivations peuvent entrerenlignedecompte,notammentla volonté d’épargner à sa progéniture de vivre dans un monde en ruines. Mais c’est bien l’argument écologique qui se trouve mis en avant par les Ginks, à la différence d’autres familles du mouve- ment Childfree(*). Non sans arguments, d’ailleurs : de sa naissance à sa mort, un être humain pollue énormément.

En moyenne, chacun produit l’équiva- lentde7tonnesdeCO2 paran,acalculé le chercheur britannique Mike Berners- Lee.

Passisimple Théorisé par l’éditorialiste américaine LisaHymas,lemouvementGinkfaitde plusenplusd’adeptesdanslespaysocci- dentaux. Certains militent même pour l’extinction volontaire de l’Humanité. Pour autant, s’abstenir de procréer est-il une solution efficace pour sauver la pla- nète ? La question divise même les éco- logistes,etlescontre-argumentsneman- quent pas. Car à supposer que le dénatalismedeviennemassifaupointde neplusassurerlerenouvellementdesgé- nérations, il conduirait à un vieillisse- ment rapide de la population, avec les conséquencesqu’onpeutimaginer :pro- blèmes de financement des retraites, manqued’actifs,explosiondesdépenses médicales et de la dépendance… Le coût, financier mais aussi social et envi- ronnemental,pourraitêtreexorbitant.

Unautreparadoxeestégalementqueles Ginks, en refusant d’avoir des enfants, renoncent également à la chance qui leur est offerte de former une nouvelle générationécoresponsable.Toutl’inver- se des climatosceptiques qui, eux, ne se priveront ni de faire des enfants, ni de leurapprendrequeleréchauffementcli- matiqueestunmythe.

J.-M.L. (*)Sansenfantparchoix :termedésignant lespersonnesqui,pourdifférentesraisons, choisissentdenepasavoird’enfants. Nepasfaired’enfants,lasolution ? ■Faireunenfantousauverlaplanète ? PourlesGinks,laquestionnesepose pas.Domainepublic/Pixabay

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

04 LOI - 1 ACTU MONDE LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr C’est une première. Face au vieillissement de sa population, l’Allemagne va se doter d’une loi pour recruter une main-d’œuvre qualifiée étrangère, un sujet âprement dé- battu dans un contexte de montée du senti- ment antimigrants. L’objectif du projet de loi, qui doit être adopté mercredi en conseil des ministres et au parlement courant 2019, est de répondre au manque de main-d’œuvre criant dans certains secteurs de l’économie phare en Europe.

Un permis de déjour pour décrocher un emploi Il intervient après le succès de tractations de dernière minute entre les partis social- démocrate SPD et conservateur CDU/ CSU de la « grande coalition ». Le SPD insiste pour que ce projet phare du quatrième gouvernement d’Angela Merkel puisse être porté sur les fonts baptismaux avant la fin de l’année, faisant officielle- ment de l’Allemagne un pays d’immigra- tion.

Concrètement, il prévoit que les personnes originaires de pays hors de l’Union euro- péenne disposant de qualifications néces- saires à l’Allemagne obtiennent un permis de séjour de six mois afin de décrocher un emploi.

Mais face à la montée de l’extrême droite depuis l’arrivée de près d’un million de demandeurs d’asile en 2015, les députés conservateurs ont réclamé des ajustements au projet pourtant élaboré par deux minis- tres conservateurs (Intérieur et Économie) et un social-démocrate (Travail). Selon l’agence de presse allemande DPA, ils veulent une distinction nette entre droit d’asile et législation sur la main-d’œuvre étrangère.

ALLEMAGNE EMPLOI Le recrutement de main-d’œuvre qualifiée étrangère facilité EUROPE La guerre contre le plastique Cotons-tiges, pailles, touillettes à café : ces produits en plastique à usage unique, qui envahissent les océans, seront interdits dans l’Union européenne, vraisemblablement dès 2021, selon les termes d’un accord négocié à Bruxelles. ÉTATS-UNIS Trump ordonne le retrait des troupes américaines en Syrie Le président des États-Unis Donald Trump, qui estime avoir atteint son objectif de « vaincre le groupe État islamique » en Syrie, a ordonné un retrait complet des troupes américaines stationnées dans ce pays.

Quelque 2 000 soldats américains sont actuellement déployés dans le nord de la Syrie.

MADAGASCAR Une présidentielle serrée Les Malgaches ont voté mercredi pour arbitrer le duel au couteau qui oppose pour le second tour de l’élection présidentielle les deux poids lourds de la scène politique locale, Marc Rava- lomanana et Andry Rajoelina, déterminés à retrouver le pouvoir. La Belgique replonge dans la crise politique. Mercredi soir, le roi Phi- lippe maintenait encore le suspense, 24 heures après que le Premier minis- tre Charles Michel lui a remis son mandat. La solution la plus probable est tout de même que le souverain, après un round de consultations, ac- cepte cette démission.

Une période « d’affaires courantes », sous la hou- lette du chef de gouvernement démis- sionnaire, devrait s’ensuivre jus- qu’aux élections fédérales, régionales et européennes de mai 2019. Ce ne sera pas la première fois : entre 2010 et 2011, le royaume d’outre-Quié- vrain était resté 541 jours durant sans gouvernement… Flandre à droite, Wallonie à gauche L’issue semblait inévitable depuis que les nationalistes flamands de la N-VA avaient claqué la porte pour protester contre la signature du pacte de Marrakech sur les migrations. Pour revenir dans la coalition au pouvoir, Bart de Wever et ses trou- pes, que les progrès de l’extrême droi- te flamande (Vlaams Belang) aux élections communales d’octobre poussent à la surenchère, récla- maient le retrait du texte onusien et un nouveau pas vers le confédéralis- me.

Une ligne rouge pour les libéraux francophones (MR) du Premier mi- nistre. Sans l’appui du premier parti du pays, Charles Michel a tenté un virage à gauche, à rebours de la politi- que menée depuis quatre ans. Mais les socialistes et les écologistes lui ont opposé une fin de non-recevoir, ju- geant ses propositions trop timorées. L’attelage bâti en octobre 2014 entre la (puissante) droite flamande et la (faible) droite wallonne est donc ve- nu mourir sur la question de l’immi- gration (lire ci-contre). Mais il paye aussi l’évolution politique fortement divergente des deux parties du royau- me, entre un Nord où la droite dure semble confirmer ses positions et un Sud qui glisse toujours plus à gauche.

Les premiers sondages sur le scrutin du printemps donnent une N-VA tou- jours solidement implantée en Flan- dre, une forte progression des écolo- gistes et de la gauche radicale en Wallonie et pas moins de 13 partis représentés au Parlement. Déjà, le quotidien La Libre Belgique prédit « une forte croissance des extrêmes, de droite et de gauche, et un pays hautement ingouvernable ». La crise pourrait s’éterniser… EUROPE POLITIQUE Pourquoi la Belgique replonge à nouveau dans la crise La question migratoire a fait exploser une coalition minée par les évolutions divergentes de la Flandre et de la Wallonie.

À six mois des élections, le blocage politique pourrait bien durer. ■ Le Premier ministre belge Charles Michel a remis sa démission mardi soir. Photo Ludovic MARIN/AFP Pour l’Union européenne, la nouvelle a tout du mauvais présage. À six mois d’élections parlementaires qui s’annoncent explosives, la question migratoire a fait tomber son premier gouvernement à… Bruxelles. Mais le sujet, pain béni pour l’extrême droite à travers tout le continent, bouscule tout le paysage politi- queeuropéen.DeuxansetdemiaprèsleBrexit,ladroitepopulisteestarrivéeau pouvoirenItalieetenAutriche,bloquelaformationd’unecoalitionenSuède,a fait tanguer le gouvernement au Danemark et en Allemagne.

Alors que le Ras- semblementnationalcaracoleentêtedansl’Hexagone,leseulpaysquisemblait immunisé, l’Espagne, a vu début décembre le petit parti Vox entrer dans un parlement régional aux cris de « l’Espagne aux Espagnols ». Trois ans après la grandevaguederéfugiéssyriens,ladéfianceenversl’immigrations’estbeletbien installée.

Ledéfidel’immigrationfaitvacillerl’Europe 400000C’estlenombre detravailleursoriginairesdepayshorsdel’UE dontl’Allemagneauraitbesoinchaqueannée jusqu’en2050.

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

05 LOI - 1 ACTU FRANCE JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr brouillonne, aurait pu faire l’économie et qui a provoqué des remous dans la majorité. Nombre de députés LREM montrant du doigt l’influence trop pe- santedeshautsfonctionnairesdeBercy. nMobilisationenbaisse Les gilets jaunes qui étaient environ 6 000àêtreencorequotidiennementsur les ronds-points mardi soir, sont de plus en plus nombreux à rentrer chez eux à mesurequelesforcesdel’ordreles« invi- tent » à évacuer.

Les lycées sont en va- cances vendredi soir et devraient logi- quement suspendre leur mobilisation. Quantauxpoliciersencolère,legouver- nement négocie avec eux. Le climat gé- néralestdoncmoinstenduquelasemai- ne dernière. Dans ce contexte, quelle formeprendral’acteVIdesgiletsjaunes prévucesamedi ?Desappelsàmanifes- ter circulent sur les réseaux sociaux, mais, à l’instar des semaines précéden- tes,nulnepeutenprédirel’ampleur.

NathalieMAURET nLesespoirsdugouvernement Le gouvernement veut commencer 2019 sur de bonnes bases, avec un pou- voir d’achat augmenté pour une partie des Français, souhaitant ainsi répondre àlacolèreetausentimentd’injusticequi sesontexprimésdepuisplusieurssemai- nes.L’exécutifn’enperdpaspourautant ses ambitions de réformes. « Le gouver- nementcroitprofondémentquelaFran- ce a besoin d’être transformée et que le mouvement des gilets jaunes est une in- vitation puissante à régler ce qui ne l’a pas été dans notre pays », indique un prochedeMatignon.

nUncouacaupassage Les mesures annoncées mi-novembre parÉdouardPhilippe,notammentl’élar- gissementduchèqueénergie,sontfinale- ment maintenues.

Matignon avait an- noncé mardi qu’elles étaient annulées, avant de se contredire quelques heures plus tard. Un couac dont le gouverne- ment, accusé de communication Une course contre la montre. C’est ce qui s’est passé entre l’Élysée, Mati- gnon,Bercyetleparlementpourmettre en œuvre au 1er janvier, les annonces d’Emmanuel Macron en réponse au mouvementdesgiletsjaunes.

nPluspourceuxquisontausmic Lesdéputésontsiégédanslanuitdemar- di à mercredi pour voter les crédits qui vont permettre à certains salariés qui sont rémunérés au smic de voir leurs re- venusaugmenterde100eurosparmois vialaprimed’activité.« Lapromessedu présidentesttenueetmêmeplus »,assu- re Gérald Darmanin, le ministre des Comptespublics.L’oppositiondoute.El- le déplore que les travailleurs qui ga- gnent le smic, mais dont le conjoint est trèsaiséneperçoiventpaslaprimed’ac- tivité.

nPetitprojetdeloi,grandseffets ? Leconseildesministresaadoptéhierun petit projet de loi de quatre articles qui met en œuvre certaines des promesses duprésidentMacron.Ils’agitdelaprime exceptionnelle exonérée jusqu’à 1 000 euros pour les entreprises qui pourront la verser à leurs salariés, de l’exonération des heures supplémentai- res et de la baisse de la CSG pour les retraitésquienavaientsubilahausse.

Concrètement, 70 % des retraités sont désormais concernés par cette exonéra- tion de la hausse, soit 5 millions de per- sonnes. L’application interviendra au 1er juillet avec un remboursement ré- troactif.

POLITIQUE GILETS JAUNES Pouvoir d’achat : course contre la montre pour voter les mesures Le gouvernement met en œuvre les promesses du président faites le 10 décembre. L’objectif est que tout soit voté avant fin décembre pour être opérationnel dès janvier. ■Le quartier général des gilets jaunes près d’Annecy a été gommé du paysage en quelques heures mercredi matin. Photo Le DL/Grégory YETCHMENIZA Quevousinspirelaconcertationnationalelancée parEmmanuelMacron ?

« On peut avoir une certaine méfiance : le président avait proposé une série de grands débats sur l’Europe… qui ont faitflopparcequemalorganisés,sansbutclair,sansmétho- dologie… On ne sait pas aujourd’hui si cette consultation seraunécrandefuméeousiceserasérieux.

» Celavousparaîtuneréponsepolitiquesuffisante ? « Non.SiEmmanuelMacronavaitprisauvoll’énergiecivi- quedéployéeaucoursdesdernièressemaines,ilauraittiréau sort une assemblée de citoyens, rémunérés, qui auraient eu quelques mois pour faire quelques propositions de réforme constitutionnelle. » Passerparlesmaires,c’estlabonnesolution ? « Impliquerlesmairesestunebonnechose :cesontlesélus en qui les citoyens ont le plus confiance, et qui sont les plus prochesd’eux.Maissionselimiteauxélus,fussent-ilsmaires, onpasseàcôtédel’enjeu :l’attentedelamobilisationvabien au-delà. » Lesgiletsjaunesrejettentlapoliti- queinstitutionnelle… « Oui, même si ce qu’ils ont fait est profondément politique, que l’on soitd’accordaveceuxoupas !Réno- verlapolitiqueimpliqued’allerbien au-delàdespartisetdesélusengénéral.

» Lesgiletsjaunes,quisontquelquescentainesdemilliers danslarue,sont-ilsreprésentatifs ? « On peut faire un parallèle : combien y a-t-il de militants politiques, encartés, en France aujourd’hui ? On est sur des chiffrescomparables.Qu’est-cequidonneleurlégitimitéaux partis ?Quedesgensvotentpoureux,lessoutiennent.Dans les grands mouvements sociaux, il ne faut pas seulement compter les personnes dans la rue, mais aussi le soutien de l’opinion. » ProposrecueillisparJoëlCARASSIO « L’attente de la mobilisation va bien au-delà » Yves Sintomer, politologue, spécialiste de démocratie participative ■ Photo Cyril FRESILLON Chantal Jouanno, présidente de la commission du débat public (CNDP), présentera sans doute ce jeudi les modalités du grand débat national voulu par le président de la République.

Il débutera officiellement en jan- vier et devra déboucher fin mars- début avril sur des décisions très concrètes. Il aura lieu au plus près des bassins de vie, après un pré-ca- drage avec les préfets au début de l’annéeetaborderaquatrethèmes : transition écologique, fiscalité, or- ganisation de l’État, démocratie et citoyenneté (dont l’immigration). En revanche, il y aura des limites. Pas question, pour Benjamin Gri- veaux, porte-parole du gouverne- ment, de rejouer la présidentielle. « Ces dix-huit mois ne seront pas détricotés par ces trois mois de dé- bat », a-t-il prévenu. Il songe en particulier au RIC (référendum d’initiative citoyenne) réclamé par les gilets jaunes.

« Un RIC ne peut pas défaire tous les trois mois ce qui a été fait », a-t-il dit. Un grand débat REPÈRES nPlusde150blocages « dégagés »entroisjours Environ170pointsoccupéspardes « giletsjaunes »ontété« dégagés » depuissamedidanstoutelaFrance, dont93lorsdelaseulejournéede mardi,selonlesecrétaired’Étatà l’IntérieurLaurentNuñez.Selon lui,lamobilisationest« endécrois- sance ».

nPlusieurssitesincendiés Aprèsl’incendied’unebarrièrede péageàBandolmardidansleVar,la journéedemercrediaétémarquée parunnouveausinistredansun localdeVinci,dansl’Hérault. nLesud-esttientbon Unequarantainedepointsdu réseauVincirestaientconcernés mercrediparlamobilisationdes giletsjaunes,notammentsurl’A7 dansleVaucluseauniveaude Bollène,OrangeetAvignon. nDesgiletsjaunessurledépart ? Ailleursdanslepays,latendanceau démantèlementdesbarragesse poursuivaitmercredi,engénéral danslecalme–les« giletsjaunes » ayantreçupourconsigne« dene pasrésister »,quitteàseréinstaller danslafoulée.Laplupartsont conscientsquelemouvementfaiblit àl’approchedesfêtes,maisbeau- coupespèrentunretourenforceen janvier.

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

06 LOI - 1 ACTU FRANCE LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Les agriculteurs doivent-ils y voir un signal positif après des années de crise ? La valeur de la production agri- cole française a augmenté de 4,7 % cette année, pour atteindre 75,2 mil- liards d’euros, selon les comptes prévi- sionnelsdel’Insee.Aprèsunehaussede 3,2 % en 2017, elle retrouve ainsi le niveau d’avant la forte baisse de 2016. L’agriculture crée de plus en plus de richesse, mais le revenu des paysans ne suit pas la même courbe. En 2016, qua- tre exploitants agricoles sur dix ga- gnaient moins de 360 euros par mois selon la Mutualité sociale agricole (MSA).

Pour la FNSEA, ces comptes encore provisoires confirment les difficultés persistantes de l’agriculture française. « Ils montrent que la valeur ajoutée de la branche agricole est structurellement en baisse, malgré les efforts des agricul- teurs pour améliorer la qualité des pro- ductions et répondre aux attentes du marché. Le résultat courant reste néga- tif pour 14 % des exploitations agrico- les », rappelle le premier syndicat agri- cole, en pleines négociations commerciales entre l’industrie agroali- mentaire et la grande distribution. Les agriculteurs attendent toujours de voir leseffetsconcretsdelaloiAgricultureet alimentation qui doit limiter la guerre des prix et garantir une meilleure rému- nération aux producteurs.

En 2018, la production végétale tire l’agriculture vers le haut. Elle devrait augmenter de 8,9 % en valeur, grâce notamment aux très bonnes vendan- ges. La production de vin est en hausse de 28,5 %, après deux années catastro- phiques. Les récoltes de céréales, de légumes et de pommes de terre ont souffert de la météo, mais la baisse de production est compensée par la haus- se des cours. Par contre, l’année a été mauvaise pour les producteurs de fruits avec de faibles récoltes et des prix qui souffrent de la concurrence espagnole. Les Chinois mangent moins de porc français Les éleveurs ont eu une année difficile.

Les volumes stagnent et les prix recu- lent.Unechutequiatteintmême12,4% pour les élevages de porcs notamment du fait de la baisse de la demande chi- noise. La crise du fipronil a fragilisé les producteurs d’œufs qui sont confrontés à une baisse de la production de 3,4 % etàunechutedesprixde4,4%.Lalente remontée des cours profite aux produc- teurs laitiers. La semaine dernière, In- termarché a signé un accord tripartite avec le groupe industriel Bel et 800 producteurs qui permet de les rémuné- rer au-dessus du prix du marché. Ce geste fort a été salué par la Fédération nationale des producteurs de lait.

Luc CHAILLOT AGRICULTURE PRODUCTION Les paysans créent de la richesse mais ils n’en profitent pas assez La valeur de la production agrico- le française a augmenté de 4,7 % et atteint 75,2 milliards d’euros en 2018 grâce au rebond de la production de vin et à une haus- se des prix des céréales et des légumes. Les producteurs de porc, eux, sont en plein marasme. ■En2016,quatreexploitantsagricolessurdixgagnaientmoinsde360euros parmoisselonlaMutualitésocialeagricole(MSA).PhotoJulioPELAEZ 108394100

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

07 LOI - 1 ACTU FRANCE JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Si ces violences à l’encon- tre des sapeurs-pompiers restent relativement rares (2 813 pompiers agressés sur 4,7 millions d’interventions), leur hausse constante est nourrie par un nombre crois- sant d’agresseurs en détresse sociale, drogués ou alcooli- sés.

Pour enrayer cette progres- sion, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) attend des mesures « fortes » de l’État, comme le renforcement du réseau pompier, des platefor- mes d’appel commun à tous les services d’urgence et des condamnations en justice exemplaires.

Une tendance qui se confirme pour 2018 Au total, entre 2008 et 2017, le nombre d’agressions de pompiers déclarées a plus que triplé (+213 %), détaille l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) du minis- tère. Et 2018 semble poursuivre cette tendance : à Paris et en petite couronne, 293 pom- piers ont été agressés sur les 11 premiers mois de l’année, contre 198 sur toute l’année 2017, selon la Brigade de sa- peurs-pompiers de Paris (BS- PP).

« Ces agressions sont d’autant plus inacceptables qu’elles peuvent mettre en danger les vies des personnes que les pompiers viennent se- courir », déplore le capitaine Guillaume Fresse de la BSPP.

En 2017, le nombre d’agres- sions en France a atteint 2 813 (soit en moyenne six pompiers agressés pour 10 000 interventions), contre 2 280 en 2016 (cinq pour 10 000), selon l’ONDRP. C’est en Bourgogne-Franche- Comté, dans le Grand Est et dans les Hauts-de-France que le nombre d’agressions a été le plus élevé.

SECOURS SÉCURITÉ Pompiers : toujours plus agressés Lesagressionsdesapeurs- pompierscontinuentd’aug- menteraprèsunehausseen 2017(23%pour17,6%en 2016),aannoncémercredile ministèredel’Intérieur.Une tendance« inquiétante » pourlaFédérationnationale. En 2017 (et évolution sur 1 an) Source : ministère de l’Intérieur (DGSCGC). Photos: CC-davric, Alf van Beem. Les pompiers tués en service Des interventions en hausse de 2,4% Moyenne d’âge des pompiers volontaires 37 ans.

6415 centres de secours 306 600 incendies 12 744 interventions par jour, soit 1 intervention toutes les 6,8 secondes. 3 758 300 victimes prises en charge (+2,5%).

3 621 500 secours à victime Autres: 381 800 289 500 accidents de circulation 4 651 000 (+2,4%) 40500 sapeurs-pompiers professionnels (-0,3%) 38 865 femmes soit 1 sapeur-pompier sur 6 (+5 %) 12 500 militaires (+1,6%) SAPEURS-POMPIERS LES CHIFFRES CLÉS 248 000 sapeurs-pompiers en France (-0,1%) 195000 sapeurs-pompiers volontaires (+0,6%) 2813 agressions de sapeurs-pompiers déclarées (+23%). 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 7 7 3 11 (au 19 déc.) 5 11 11 13 13 12 17 La chambre commerciale du tribunal de grande instancedeStrasbourgavalidémercredilarepri- se de l’usine Ascoval de Saint-Saulve (Nord) par Altifort.Legroupefranco-belgeétaitleseulcandi- dat à la reprise de l’aciérie, en redressement judi- ciairedepuisjanvier.« Ascovaletses281salariés sont sauvés , s’est réjoui le PDG d’Ascoval Cé- dric Orban.

La reprise de l’entreprise « préserve non seulement les emplois d’Ascoval, les 1000 emplois indirects au niveau de la région, mais devraitencréer140nouveauxendeuxanssurle sitedeSaint-Saulve »,asouligné. Unerepriseà152millionsd’euros Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a qualifié cette décision de « bonne nouvelle pour l’industrie française et pour l’emploi ». Le mon- tant de la reprise s’élève à 152 millions d’euros (dont 47 millions d’euros de fonds publics sous formedeprêt).Constituéilyaquatreans,Altifort, groupe métallurgique basé à Ham (Somme) a grandiparrachatssuccessifs.Ilatteintdésormais uneffectifde1 500salariés,dont1 370enFrance pour un chiffre d’affaires prévisionnel annoncé de200millionsd’euroscetteannée.

ÉCONOMIE RESTRUCTURATION La reprise d’Ascoval par Altifort validée ENTREPRISE Ford Blanquefort : vers une nationalisation provisoire ? Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire n’a pas écarté mercredi un rachat provisoire de l’usine de Blanquefort (Gironde) par l’État, se disant ouvert « aux solutions les plus origina- les » pour sauver ce site après le rejet par l’Américain Ford d’une offre de reprise. LeLevothyroxànouveauattaquéenjustice.Une centaine de plaignants ont déposé le 12 décem- bre une assignation en justice auprès du tribunal de grande instance de Paris pour demander l’an- nulationdubrevetdelanouvelleformuledumé- dicamentdeMerck.L’assignationcontestelebre- vetpour« insuffisancedel’exposédel’invention, défaut de nouveauté et défaut d’activité inventi- ve ».

Premièreplaintecontrelebrevet Le Levothyrox, un médicament soignant la thy- roïde, est accusé de graves effets secondaires (crampes, maux de tête, vertiges ou perte de che- veux)pardesmilliersdepatientsetfaitdéjàl’objet deplusieursactionsenjusticeenFrance,centrées sur les conséquences indésirables du produit. Maisils’agitlàdelapremièredémarchevisantle brevet EP 2885005 de la nouvelle formule, arri- véefinmars2017enFrance.

Pour les plaignants, le nouveau brevet est factice etconsisteà« effectuerdeschangementsinsigni- fiants sur l’un des aspects d’un traitement phar- maceutiquepourconserverunmonopoleindu ».

« Le brevet ne comporte pas d’invention, assure l’avocate Anne-Catherine Colin-Chauley, prési- dente de l’association Alerte Thyroïde. Nous de- mandons l’annulation de la partie française du brevet, car Merck cherche à étendre sa nouvelle formuleàtoutel’Europeetlerisqueseraitqueles patientsnepuissentplussefourniràl’étranger,en Italie,enBelgiqueouenAllemagne. » Merckaindiquéqu’il« necomprendpaslafinali- tédel’actionengagéecontresonbrevet »qui« ne vise en aucun cas à préserver une quelconque partdemarché ».

JUSTICE MÉDICAMENT Levothyrox : des malades veulent faire annuler le nouveau brevet PARIS La cour d’appel estime fondé le licenciement de Kerviel Les prud’hommes avaient accordé en 2016 à Jérôme Kerviel sa première et seule victoire face à la Société générale, mais la cour d’appel de Paris a annulé mercredi cette décision, jugeant « fondé » son licenciement en 2008 pour faute grave et déboutant l’ex-trader. « Nous étudions la possibilité d’un pourvoi en cassation », a fait savoir l’avocat de Jérôme Kerviel, licencié par la Société générale après la mise au jour d’une « fraude » de 4,9 milliards d’euros.

ENQUÊTE Fleur Pellerin soupçonnée de « prise illégale d’intérêts » L’ex-ministre de la Culture est soupçonnée de « prise illégale d’intérêts » pour ses liens avec un géant du web sud-coréen. La Haute autorité pour la transparence de la vie publique estime que Mme Pellerin a « méconnu ses réserves en prenant pour client une entreprise privée avec laquelle elle avait conclu un contrat ou formulé un avis sur un contrat » dans le cadre de ses fonctions gouvernementales pendant le mandat de François Hollande. Cela fait 24 ans que Bruno (nom d’emprunt), 45 ans, est pom- pier volontaire dans l’Hérault.

Comme d’autres, il constate de plus en plus de comportements hostiles aux secours sur le ter- rain. « Il y a une hausse des incivilités en général, des insultes. Pasàchaquefois,sinonj’arrêterais.Maislesentimentd’insécu- ritéaugmente,onypenseplusrégulièrement.Quandoninter- vient pour secourir une personne en détresse, parfois elle ou une autre nous prend à partie et nous dit : “Laissez-moi, de toutefaçon,jesaisoùvoushabitez !”J’aiunefamille,etaujour- d’hui,jenesaisjamaisquellesréactionspeuventavoirlesindivi- dus,doncjepréfèretémoigneranonymement. » « Je sais où vous habitez » SANTÉ Rappel d’implants mammaires L’Agence du médicament a demandé à la société Allergan de procéder au rappel de ses implants mammaires texturés actuellement en stock, ceux-ci ayant perdu le marquage CE qui permet de les vendre en France et en Europe

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

08 LOI - 1 ACTU ZAPPING LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr SOCIÉTÉ Des people réunis dans un clip contre l’homophobie « De l’amour à chaque instant chaque jour/celui qu’on peut vivre au grand jour/ne plus avoir peur de qui je suis » : 70 personnalités, dont Christiane Taubira, Muriel Robin, Julie Gayet, et Marc-Olivier Fogiel, se sont réunis pour un clip contre l’homophobie. À l’initiative de l’association Urgence Homopho- bie, avec le partenariat de France Télévisions, la chanson « De l’amour » raconte l’histoire d’Azamat, le premier réfugié ac- cueilli par Urgence Homophobie en France.

Le clip choral entremêle des scènes de violences et des scènes d’amour. TÉLÉVISION Cristina Cordula : une nouvelle émission en janvier M6 continue de miser sur Cristina Cordula. La papesse du « staïle » sur le petit écran, sous contrat avec la chaîne jusqu’en 2020, arrive dès le lundi 7 janvier avec une nouvelle émission diffusée à 17 h 30 et intitulée les « Reines des enchères ». Le concept ? Les candidates achètent ou vendent aux enchères sacs de luxe, vêtements de marques ou pièces de mode vintage. Un commissaire-priseur et quatre experts évaluent la valeur des objets mis en vente et donnent des conseils aux téléspectateurs.

JEUX Loto : 15 millions à gagner pour Noël Le Grand loto de Noël organisé par la Française des Jeux revient pour la deuxième année, ce 25 décembre. À gagner, un jackpot de 15 millions d’euros. Et il sera forcément remporté, puisqu’en cas d’absence de gagnant au rang 1, le montant sera reporté aux rangs de gains inférieurs. Par contre, la grille est plus chère : 5 euros contre les 2,20 euros traditionnels. En 2017, le premier Grand Loto de Noël avait enregistré près de 4,3 millions de prises de jeu, contre 3 à 4 millions pour un tirage classique. EN IMAGE La plus grande fresque du monde peinte sur des silos à grains Ces silos à grains sud-coréens transformés en gigantesque œuvre d’art sont entrés au livre Guinness des records comme la plus grande fresque murale extérieure du monde.

La peinture, qui dépeint le passage d’un jeune garçon vers l’âge adulte, se trouve dans le port d’Incheon, à l’ouest de Séoul, et occupe 23 688 mètres carrés. Photo Ed JONES/AFP 101487900

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

09 LOI - 1 ACTU FORUM JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr « Les rennes sont les rois d’un bonheur » François Monnier. Lyon 3e (69). Par mail. Un juge américain du Missouri a condamné un bracon- nier multirécidiviste qui avait tué des centaines de cervi- dés, à un an de prison. Il devra, en plus, regarder « Bambi de Walt Disney » au moins une fois par mois. Heureuse- ment, notre malfrat n’habitait pas la Laponie, parce que là, il aurait pu priver de rennes notre Père Noël tant at- tendu ! Comme quoi, les rennes sont les rois d’un bon- heur surtout s’ils sont bien guidés par les rênes d’une nuit, nous menant sur le chemin de la nativité et des cadeaux.

Bonnes fêtes à tous. LE DESSIN DE BAUER « Ça cafouille, ça patine, ça tergiverse » Yves Dumont. Le Coteau (42). Par mail. Les gilets jaunes sont dans l’expectative et divisés par les annonces faites par le président de la République. Si cer- tains vont pouvoir bénéficier d’un léger coup de pouce, d’autres vont devoir à nouveau se serrer la ceinture. Au sein de l’exécutif, ça cafouille, ça patine, ça tergiverse. On sent bien qu’il est difficile de desserrer les cordons de la bourse. Le père Noël ne sera pas très généreux cette année ! SUR LEPROGRES.FR « Qui va payer ? » mecduJura Article commenté : « Gilets jaunes : plu- sieurs ronds-points incendiés mardi soir » Des millions de conduc- teurs ont été très déran- gés, des centaines de commerces très impac- tés, il y a eu 8 morts causés indirectement par ces ronds-points occupés.

Qui va payer le nettoya- ge ? Les réparations ? Gilou-42 Qui va nettoyer et re- mettre en état les ronds- points ?

C est bon le contribua- ble payera. Merci les Gilets. LA QUESTION WEB Démographie : craignez-vous les conséquences de la surpopulation sur la planète ? Votez sur leprogres.fr OUI OU NON LA RÉPONSE WEB Comprenez-vous la fatigue et la colère des policiers ? Votants : 12 139 81 % OUI 17 % NON VOTRE AVIS L’actualité vous interpelle ? Donnez-nous votre avis. Écrivez-nous par mail (lprfo- rum@leprogres.fr) ou par courrier (Le Progrès, page Actu-Forum, 4 rue Paul-Montro- chet, 69284 Lyon cedex 02). La nouvelle application du Progrès est disponible de- puis lundi sur les magasins d’applications Android et Apple.

Au delà d’un nou- veau graphisme, deux nou- veautés majeures font leur apparition : la possibilité de choisir la Une en fonction de votre département et un fil d’actualité complètement personnalisable en fonction de vos centres d’intérêt. nLa Une Au premier lancement de l’application, vous devrez choisir votre Une en fonc- tion de votre département. Un choix facilement modi- fiable ensuite dans les régla- ges. En fonction de ce choix, l’actualité de votre départe- ment sera privilégiée dès le lancement de votre applica- tion. Les autres départe- ments sont toujours dispo- nibles dans l’onglet Menu.

nMes actu Un onglet « Mes actus » fait son apparition. Une rubri- que complètement person- nalisable via l’onglet menu. Vous choisissez la zone géo- graphique ou la rubrique thématique qui vous intéres- se. Dès qu’elle s’affiche, vous pouvez l’ajouter à vos favoris par l’étoile en haut à droite.

Désormais, elle figure dans votre onglet « Mes actus ». Vous pouvez ensuite gérer l’ordre d’apparition, ajouter des rubriques, en suppri- mer. nDeux réglages au lancement Une fois le téléchargement ou la mise à jour effectués, vous devrez procéder à deux réglages au premier lancement. Celui de votre département. Ensuite, vous devrez activer (ou pas) les notifications que vous dési- rez recevoir : géographi- ques ou thématiques. Lionel CAILLES SMARTPHONE LA NOUVELLE APPLICATION EST DISPONIBLE DEPUIS CE LUNDI L’application Progrès est désormais personnalisable ■ Vous pouvez désormais personnaliser votre Une en fonction de votre départements et créer un fil d’infos sur mesure en fonction de vos centres d’intérêt.

Photo DR. La nouvelle application permet de privilégier son département dès la Une et de créer son propre fil d’info sur mesure. LES NOUVEAUTÉS n Le fil info Un onglet « Fil info » vous permet de consul- ter les articles au fil de l’actualité. Vous y re- trouverez tous les ur- gents, qu’ils soient France, Monde, spor- tifs ou de votre région. n Les diaporamas Dans l’onglet « En images », vous retrou- verez tous les diapora- mas publiés sur le site. Qu’ils soient réalisés par les photographes et les journalistes du Progrès, comme ceux publiés par les associa- tions sur le site « Sor- tir ».

n Les vidéos Les vidéos s’affichent également dans l’onglet « En images ». Vous pouvez les visionner plein écran sans avoir à sortir de l’applica- tion.

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire