Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

Jeudi 20 décembre 2018 - 1,00 € Édition Forez 42B 837736700 125693400 C’EST NOËL ! Offrez des cartes Comédie 3 places 30 € 5 places 45 € Offre valable du 3 décembre au 7 janvier dans la limite des places disponibles www.lacomedie.fr www.lacomedie.fr | 04 77 25 14 14 PAGE 19 CHAZELLES-SUR-LAVIEU n Photo reporter drone 42 / Grégory BRET PAGE 13 CHALMAZEL-JEANSAGNIÈRE Sortie de route mortelle pour un septuagénaire La commune vue du ciel ■Lesforcess’épuisent,lenombrediminueetdesplacesfortesderonds-pointssontperd ues.Ilrestequelques personnalitésetdesrêvesd’avenirquisedétricotentaufildutemps.PhotoSoniaBARCE T GILETS JAUNES DANS LA LOIRE ●Forcesdel’ordre: leras-le-boldesépouses PAGE 13 PAGE 14 LOIRE Projet A45 : nouveau rebondissement dans le dossier PAGES 5, 10 ET 11

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

FRANCE MONDE 02 www.leprogres.fr JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS https://twitter.com/ le_progres https://www.facebook.com/ leprogres https://www.leprogres.fr/ newsletters Vous avez une info ? LPRFILROUGE@leprogres.fr 0 800 07 68 43 « Sept cents millions de Chinois/Et moi, et moi, et moi », chantait Jacques Dutronc. C’était en 1966. Depuis, la Chine a vu sa population dou- bler, et l’Inde a quasiment multi- plié la sienne par trois. Plus de 7,6 milliards d’êtres humains Une croissance qui donne la me- sure de l’accroissement spectacu- laire de la population mondiale en l’espace de quelques décen- nies.

Nous sommes désormais plus de 7,6 milliards d’êtres hu- mains, selon les estimations de l’Onu. Et tout indique que nous frôlerons les dix milliards à l’hori- zon 2050.

Intenable ? La question a long- temps été envisagée sous un seul angle : celui de l’alimentation. « À terme, l’accroissement de la population se heurte à une insuf- fisance des produits agricoles », écrivait Malthus au début du XIXe siècle. L’économiste britannique n’avait pas prévu la révolution verte du siècle suivant, qui a vu exploser les rendements agricoles. Mais ces derniers plafonnent, et une nouvelle contrainte vient désor- mais sérieusement compliquer l’équation : l’environnement. Car l’agriculture est un des prin- cipaux moteurs du réchauffe- ment climatique. À elle seule, elle génère un quart des émissions de gaz à effet de serre.

Pire : l’exten- sion des terres arables se fait sou- vent au détriment des forêts pri- maires, dont notre planète a justement besoin pour absorber le CO2 produit par les activités humaines.

La FAO (Organisation des Na- tions unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que pour nourrir la planète à l’horizon 2050, la production alimentaire devra augmenter de 70 %. Éten- dre les terres agricoles dans les mêmes proportions serait suici- daire, alors quelles options ? Quelques gains de productivité restent possibles dans les pays en voie de développement, et l’excès de CO2 pourrait donner un coup de fouet temporaire aux cultures. Avec un tiers de la nourriture gâchée chaque année, la chasse au gaspi offre de belles perspecti- ves… Adieu veaux, vaches, cochons ? Mais les experts s’accordent sur- tout sur le fait que le salut ne viendra que d’une modification de nos modes d’alimentation.

Une étude publiée le 10 octobre dernier dans la revue scientifique Nature avait conclu que pour évi- ter une catastrophe environne- mentale, l’humanité devrait ré- d u i r e d r a s t i q u e m e n t s a consommation de produits d’ori- gine animale (viande et lait en tête) et manger davantage de plantes.

Évidemment, cette pilule végéta- rienne risque d’être difficile à ava- ler dans les riches pays occiden- taux : la consommation de bœuf devrait y baisser de 90 %. Car la question n’est finalement pas tant de savoir combien de personnes la planète peut nourrir, que de déterminer avec quel niveau de consommation : si on vise celui d’un Américain ou d’un Euro- péen, nous sommes déjà trop nombreux. Jean-Michel LAHIRE DÉMOGRAPHIE SURPOPULATION Sommes-nous trop nom Le réchauffement climatique a relancé les craintes malthu- siennes d’une humanité surpeu- plée, en proie aux guerres ou aux famines.

Qu’en est-il réellement ? ■ Scène de baignade à Qingdao, dans la provin L’élevage est une gigantesque machine à polluer.

C’est la conclu- sion de toutes les études qui se sont intéressées à l’« impact carbone » de la production de viande. Entre le méthane rejeté sous forme de flatulences et de déjections, les énormes surfaces consa- crées à l’alimentation animale (qui pourraient partiellement être consacrées à l’alimentation humaine) et le transport, la filière génère environ 15 % des gaz à effet de serre. Le Réseau Action Climat a calculé que la production d’un kilo de bœuf se solde par l’émission de 18 kg d’équivalent CO2. Et si cela vous semble énorme, ce n’est que le chiffre valable pour la France, un pays où les normes sanitaires et environnementales sont plutôt strictes.

Au niveau mondial, produire un kilo de bœuf génère plus de 46 kg d’équivalent CO2, selon la FAO. Si les ruminants, bœufs et agneaux, possèdent l’empreinte carbone la plus lourde, la produc- tion de volailles, de porcs ou de produits de la mer pèse beaucoup moins sur l’environnement – du moins en termes de production de gaz à effet de serre.

Trop de carbone dans le steak 250 enfants voient le jour chaque minute sur notre planète. Cela représente environ 130 millions de naissances par an. Depuis les années 1960, la population mondiale grossit à un rythme assez régulier, de l’ordre de 80 à 90 millions de personnes par an – soit l’équi- valent d’un pays comme l’Allema- gne. } Le problème démographique ne se pose pas pour l’Afrique, aujourd’hui ! Sa population, par sa sobriété, ne pèse pas démesurément sur les ressources naturelles.

En revanche, chaque Européen exerce une pression très im- portante. ~ Yves Cochet Ancien ministre vert de l’Environnement, dans une interview à Politis du 11 juin 2009

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

03 ACTU LE FAIT DU JOUR LOI - 1 mbreux sur Terre ? nce chinoise de Shandong. Photo Domaine public REPÈRES n Les États-Unis bientôt déclassés Selon le scénario médian de l’Onu, la population mon- diale devrait atteindre les 9,8 milliards à l’horizon 2050. L’Inde aura depuis longtemps ravi à la Chine le titre de pays le plus peuplé du monde (1,6 contre 1,3 milliard d’habitants). Sur la troisième marche du podium, les États-Unis (397 millions d’habitants) auront cédé la place au Nigeria (411 millions). n Une croissance qui commence à se tasser La barre du milliard d’êtres humains n’a été franchie que vers 1800.

Mais depuis, la croissance est exponen- tielle. Il a fallu environ 120 ans pour voir la population doubler et atteindre les deux milliards (vers 1927), puis 47 ans pour la voir atteindre les quatre milliards (vers 1974). Mais même si la population mondiale continue d’augmenter, un tassement est perceptible : le taux de croissance, qui a connu un pic à 2 % au milieu des années 1960, ne cesse de diminuer depuis. n Pays riches et pays jeunes Taux de fécondité faible, allongement de l’espérance de vie : en l’absence de « sang neuf » apporté par l’im- migration, c’est le cocktail qui explique le vieillisse- ment de beaucoup de pays riches.

L’Insee prévoit ainsi qu’en 2050, la France comptera 74 millions d’habitants, mais seulement la moitié se- ront en âge de travailler. Les personnes âgées représen- teront 20 % de la population. La situation sera toute- fois encore plus critique dans certains pays comme le Japon ou l’Allemagne, qui devraient même voir leur population reculer. La planète est-elle surpeuplée ? « Il n’est pas question de contester que la pression démographique s’est accrue, mais le discours selon lequel il suffit de stopper la croissance de la population mondiale et la solution sera trouvée, je n’y crois pas. Il faut aussi modifier les modes de vie et de production.

Et il faut bien voir que la conséquence d’une décroissance, c’est un formidable vieillissement de la population. On a un exemple avec le Japon, où la population a déjà commencé à décliner. En 2065, 40 % de la population japonaise pourrait avoir plus de 65 ans. Je ne dis pas que c’est ingérable, mais c’est un défi. » Toutes les régions du monde n’évoluent pas de la même manière… « Quand on parle stabilisation de la population, on parle en fait du ralentissement de la croissance démographique en Afrique, au Pakistan ou au Bangladesh. C’est un débat très incarné, mais je ne pense pas qu’il soit légitime d’accuser ces pays.

Il est de toute manière dans leur intérêt d’essayer de réduire leur croissance : dans des univers d’extrême pauvreté, je ne crois pas que la persistance de familles nombreuses soit très positive. C’est à ces pays de prendre la mesure de la question. Dans les années 1970, on ne parlait pratiquement pas de l’Afrique. Ce qui était perçu comme un danger, c’était l’Asie. Et bon an mal an, l’Asie a géré ses problèmes. » Que faire pour réduire cette pression démographique ?

« On n’a aucun exemple de politique de population efficace, excepté celui de la Chine, mais dans un contexte très particulier. Pour que la baisse de la fécondité observée à l’échelle mondiale continue, il faut un minimum de développement. Mais un développement doux, qui mette vraiment l’accent sur les besoins primaires : l’éducation, la nutrition, la santé… Si c’est pour avoir plus de voitures, plus de consommation d’énergies, ça va poser problème. » Propos recueillis par Jean-Michel LAHIRE > (1) Dernier ouvrage : Démographie et écologie (éditions La Découverte) > (2) Institut national d’études démographiques « Modifier les modes de vie et de production » Jacques Véron (1) Directeur de recherche à l’Ined(2) ■ Photo DR Pour sauver la planète, arrêtez de faire des enfants.

C’est la solution radicale promue par certaines personnes qui voient dans le refus de la maternité l’aboutissement logique de leur démar- che environnementale. On les surnom- me les Ginks, pour « green inclination, nokids » :tendanceverte,pasd’enfants. Bien sûr, d’autres motivations peuvent entrerenlignedecompte,notammentla volonté d’épargner à sa progéniture de vivre dans un monde en ruines. Mais c’est bien l’argument écologique qui se trouve mis en avant par les Ginks, à la différence d’autres familles du mouve- ment Childfree(*). Non sans arguments, d’ailleurs : de sa naissance à sa mort, un être humain pollue énormément.

En moyenne, chacun produit l’équiva- lentde7tonnesdeCO2 paran,acalculé le chercheur britannique Mike Berners- Lee.

Passisimple Théorisé par l’éditorialiste américaine LisaHymas,lemouvementGinkfaitde plusenplusd’adeptesdanslespaysocci- dentaux. Certains militent même pour l’extinction volontaire de l’Humanité. Pour autant, s’abstenir de procréer est-il une solution efficace pour sauver la pla- nète ? La question divise même les éco- logistes,etlescontre-argumentsneman- quent pas. Car à supposer que le dénatalismedeviennemassifaupointde neplusassurerlerenouvellementdesgé- nérations, il conduirait à un vieillisse- ment rapide de la population, avec les conséquencesqu’onpeutimaginer :pro- blèmes de financement des retraites, manqued’actifs,explosiondesdépenses médicales et de la dépendance… Le coût, financier mais aussi social et envi- ronnemental,pourraitêtreexorbitant.

Unautreparadoxeestégalementqueles Ginks, en refusant d’avoir des enfants, renoncent également à la chance qui leur est offerte de former une nouvelle générationécoresponsable.Toutl’inver- se des climatosceptiques qui, eux, ne se priveront ni de faire des enfants, ni de leurapprendrequeleréchauffementcli- matiqueestunmythe.

J.-M.L. (*)Sansenfantparchoix :termedésignant lespersonnesqui,pourdifférentesraisons, choisissentdenepasavoird’enfants. Nepasfaired’enfants,lasolution ? ■Faireunenfantousauverlaplanète ? PourlesGinks,laquestionnesepose pas.Domainepublic/Pixabay

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

04 LOI - 1 ACTU MONDE LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr C’est une première. Face au vieillissement de sa population, l’Allemagne va se doter d’une loi pour recruter une main-d’œuvre qualifiée étrangère, un sujet âprement dé- battu dans un contexte de montée du senti- ment antimigrants. L’objectif du projet de loi, qui doit être adopté mercredi en conseil des ministres et au parlement courant 2019, est de répondre au manque de main-d’œuvre criant dans certains secteurs de l’économie phare en Europe.

Un permis de déjour pour décrocher un emploi Il intervient après le succès de tractations de dernière minute entre les partis social- démocrate SPD et conservateur CDU/ CSU de la « grande coalition ». Le SPD insiste pour que ce projet phare du quatrième gouvernement d’Angela Merkel puisse être porté sur les fonts baptismaux avant la fin de l’année, faisant officielle- ment de l’Allemagne un pays d’immigra- tion.

Concrètement, il prévoit que les personnes originaires de pays hors de l’Union euro- péenne disposant de qualifications néces- saires à l’Allemagne obtiennent un permis de séjour de six mois afin de décrocher un emploi.

Mais face à la montée de l’extrême droite depuis l’arrivée de près d’un million de demandeurs d’asile en 2015, les députés conservateurs ont réclamé des ajustements au projet pourtant élaboré par deux minis- tres conservateurs (Intérieur et Économie) et un social-démocrate (Travail). Selon l’agence de presse allemande DPA, ils veulent une distinction nette entre droit d’asile et législation sur la main-d’œuvre étrangère.

ALLEMAGNE EMPLOI Le recrutement de main-d’œuvre qualifiée étrangère facilité EUROPE La guerre contre le plastique Cotons-tiges, pailles, touillettes à café : ces produits en plastique à usage unique, qui envahissent les océans, seront interdits dans l’Union européenne, vraisemblablement dès 2021, selon les termes d’un accord négocié à Bruxelles. ÉTATS-UNIS Trump ordonne le retrait des troupes américaines en Syrie Le président des États-Unis Donald Trump, qui estime avoir atteint son objectif de « vaincre le groupe État islamique » en Syrie, a ordonné un retrait complet des troupes américaines stationnées dans ce pays.

Quelque 2 000 soldats américains sont actuellement déployés dans le nord de la Syrie.

MADAGASCAR Une présidentielle serrée Les Malgaches ont voté mercredi pour arbitrer le duel au couteau qui oppose pour le second tour de l’élection présidentielle les deux poids lourds de la scène politique locale, Marc Rava- lomanana et Andry Rajoelina, déterminés à retrouver le pouvoir. La Belgique replonge dans la crise politique. Mercredi soir, le roi Phi- lippe maintenait encore le suspense, 24 heures après que le Premier minis- tre Charles Michel lui a remis son mandat. La solution la plus probable est tout de même que le souverain, après un round de consultations, ac- cepte cette démission.

Une période « d’affaires courantes », sous la hou- lette du chef de gouvernement démis- sionnaire, devrait s’ensuivre jus- qu’aux élections fédérales, régionales et européennes de mai 2019. Ce ne sera pas la première fois : entre 2010 et 2011, le royaume d’outre-Quié- vrain était resté 541 jours durant sans gouvernement… Flandre à droite, Wallonie à gauche L’issue semblait inévitable depuis que les nationalistes flamands de la N-VA avaient claqué la porte pour protester contre la signature du pacte de Marrakech sur les migrations. Pour revenir dans la coalition au pouvoir, Bart de Wever et ses trou- pes, que les progrès de l’extrême droi- te flamande (Vlaams Belang) aux élections communales d’octobre poussent à la surenchère, récla- maient le retrait du texte onusien et un nouveau pas vers le confédéralis- me.

Une ligne rouge pour les libéraux francophones (MR) du Premier mi- nistre. Sans l’appui du premier parti du pays, Charles Michel a tenté un virage à gauche, à rebours de la politi- que menée depuis quatre ans. Mais les socialistes et les écologistes lui ont opposé une fin de non-recevoir, ju- geant ses propositions trop timorées. L’attelage bâti en octobre 2014 entre la (puissante) droite flamande et la (faible) droite wallonne est donc ve- nu mourir sur la question de l’immi- gration (lire ci-contre). Mais il paye aussi l’évolution politique fortement divergente des deux parties du royau- me, entre un Nord où la droite dure semble confirmer ses positions et un Sud qui glisse toujours plus à gauche.

Les premiers sondages sur le scrutin du printemps donnent une N-VA tou- jours solidement implantée en Flan- dre, une forte progression des écolo- gistes et de la gauche radicale en Wallonie et pas moins de 13 partis représentés au Parlement. Déjà, le quotidien La Libre Belgique prédit « une forte croissance des extrêmes, de droite et de gauche, et un pays hautement ingouvernable ». La crise pourrait s’éterniser… EUROPE POLITIQUE Pourquoi la Belgique replonge à nouveau dans la crise La question migratoire a fait exploser une coalition minée par les évolutions divergentes de la Flandre et de la Wallonie.

À six mois des élections, le blocage politique pourrait bien durer. ■ Le Premier ministre belge Charles Michel a remis sa démission mardi soir. Photo Ludovic MARIN/AFP Pour l’Union européenne, la nouvelle a tout du mauvais présage. À six mois d’élections parlementaires qui s’annoncent explosives, la question migratoire a fait tomber son premier gouvernement à… Bruxelles. Mais le sujet, pain béni pour l’extrême droite à travers tout le continent, bouscule tout le paysage politi- queeuropéen.DeuxansetdemiaprèsleBrexit,ladroitepopulisteestarrivéeau pouvoirenItalieetenAutriche,bloquelaformationd’unecoalitionenSuède,a fait tanguer le gouvernement au Danemark et en Allemagne.

Alors que le Ras- semblementnationalcaracoleentêtedansl’Hexagone,leseulpaysquisemblait immunisé, l’Espagne, a vu début décembre le petit parti Vox entrer dans un parlement régional aux cris de « l’Espagne aux Espagnols ». Trois ans après la grandevaguederéfugiéssyriens,ladéfianceenversl’immigrations’estbeletbien installée.

Ledéfidel’immigrationfaitvacillerl’Europe 400000C’estlenombre detravailleursoriginairesdepayshorsdel’UE dontl’Allemagneauraitbesoinchaqueannée jusqu’en2050.

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

05 LOI - 1 ACTU FRANCE JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr brouillonne, aurait pu faire l’économie et qui a provoqué des remous dans la majorité. Nombre de députés LREM montrant du doigt l’influence trop pe- santedeshautsfonctionnairesdeBercy. nMobilisationenbaisse Les gilets jaunes qui étaient environ 6 000àêtreencorequotidiennementsur les ronds-points mardi soir, sont de plus en plus nombreux à rentrer chez eux à mesurequelesforcesdel’ordreles« invi- tent » à évacuer.

Les lycées sont en va- cances vendredi soir et devraient logi- quement suspendre leur mobilisation. Quantauxpoliciersencolère,legouver- nement négocie avec eux. Le climat gé- néralestdoncmoinstenduquelasemai- ne dernière. Dans ce contexte, quelle formeprendral’acteVIdesgiletsjaunes prévucesamedi ?Desappelsàmanifes- ter circulent sur les réseaux sociaux, mais, à l’instar des semaines précéden- tes,nulnepeutenprédirel’ampleur.

NathalieMAURET nLesespoirsdugouvernement Le gouvernement veut commencer 2019 sur de bonnes bases, avec un pou- voir d’achat augmenté pour une partie des Français, souhaitant ainsi répondre àlacolèreetausentimentd’injusticequi sesontexprimésdepuisplusieurssemai- nes.L’exécutifn’enperdpaspourautant ses ambitions de réformes. « Le gouver- nementcroitprofondémentquelaFran- ce a besoin d’être transformée et que le mouvement des gilets jaunes est une in- vitation puissante à régler ce qui ne l’a pas été dans notre pays », indique un prochedeMatignon.

nUncouacaupassage Les mesures annoncées mi-novembre parÉdouardPhilippe,notammentl’élar- gissementduchèqueénergie,sontfinale- ment maintenues.

Matignon avait an- noncé mardi qu’elles étaient annulées, avant de se contredire quelques heures plus tard. Un couac dont le gouverne- ment, accusé de communication Une course contre la montre. C’est ce qui s’est passé entre l’Élysée, Mati- gnon,Bercyetleparlementpourmettre en œuvre au 1er janvier, les annonces d’Emmanuel Macron en réponse au mouvementdesgiletsjaunes.

nPluspourceuxquisontausmic Lesdéputésontsiégédanslanuitdemar- di à mercredi pour voter les crédits qui vont permettre à certains salariés qui sont rémunérés au smic de voir leurs re- venusaugmenterde100eurosparmois vialaprimed’activité.« Lapromessedu présidentesttenueetmêmeplus »,assu- re Gérald Darmanin, le ministre des Comptespublics.L’oppositiondoute.El- le déplore que les travailleurs qui ga- gnent le smic, mais dont le conjoint est trèsaiséneperçoiventpaslaprimed’ac- tivité.

nPetitprojetdeloi,grandseffets ? Leconseildesministresaadoptéhierun petit projet de loi de quatre articles qui met en œuvre certaines des promesses duprésidentMacron.Ils’agitdelaprime exceptionnelle exonérée jusqu’à 1 000 euros pour les entreprises qui pourront la verser à leurs salariés, de l’exonération des heures supplémentai- res et de la baisse de la CSG pour les retraitésquienavaientsubilahausse.

Concrètement, 70 % des retraités sont désormais concernés par cette exonéra- tion de la hausse, soit 5 millions de per- sonnes. L’application interviendra au 1er juillet avec un remboursement ré- troactif.

POLITIQUE GILETS JAUNES Pouvoir d’achat : course contre la montre pour voter les mesures Le gouvernement met en œuvre les promesses du président faites le 10 décembre. L’objectif est que tout soit voté avant fin décembre pour être opérationnel dès janvier. ■Le quartier général des gilets jaunes près d’Annecy a été gommé du paysage en quelques heures mercredi matin. Photo Le DL/Grégory YETCHMENIZA Quevousinspirelaconcertationnationalelancée parEmmanuelMacron ?

« On peut avoir une certaine méfiance : le président avait proposé une série de grands débats sur l’Europe… qui ont faitflopparcequemalorganisés,sansbutclair,sansmétho- dologie… On ne sait pas aujourd’hui si cette consultation seraunécrandefuméeousiceserasérieux.

» Celavousparaîtuneréponsepolitiquesuffisante ? « Non.SiEmmanuelMacronavaitprisauvoll’énergiecivi- quedéployéeaucoursdesdernièressemaines,ilauraittiréau sort une assemblée de citoyens, rémunérés, qui auraient eu quelques mois pour faire quelques propositions de réforme constitutionnelle. » Passerparlesmaires,c’estlabonnesolution ? « Impliquerlesmairesestunebonnechose :cesontlesélus en qui les citoyens ont le plus confiance, et qui sont les plus prochesd’eux.Maissionselimiteauxélus,fussent-ilsmaires, onpasseàcôtédel’enjeu :l’attentedelamobilisationvabien au-delà. » Lesgiletsjaunesrejettentlapoliti- queinstitutionnelle… « Oui, même si ce qu’ils ont fait est profondément politique, que l’on soitd’accordaveceuxoupas !Réno- verlapolitiqueimpliqued’allerbien au-delàdespartisetdesélusengénéral.

» Lesgiletsjaunes,quisontquelquescentainesdemilliers danslarue,sont-ilsreprésentatifs ? « On peut faire un parallèle : combien y a-t-il de militants politiques, encartés, en France aujourd’hui ? On est sur des chiffrescomparables.Qu’est-cequidonneleurlégitimitéaux partis ?Quedesgensvotentpoureux,lessoutiennent.Dans les grands mouvements sociaux, il ne faut pas seulement compter les personnes dans la rue, mais aussi le soutien de l’opinion. » ProposrecueillisparJoëlCARASSIO « L’attente de la mobilisation va bien au-delà » Yves Sintomer, politologue, spécialiste de démocratie participative ■ Photo Cyril FRESILLON Chantal Jouanno, présidente de la commission du débat public (CNDP), présentera sans doute ce jeudi les modalités du grand débat national voulu par le président de la République.

Il débutera officiellement en jan- vier et devra déboucher fin mars- début avril sur des décisions très concrètes. Il aura lieu au plus près des bassins de vie, après un pré-ca- drage avec les préfets au début de l’annéeetaborderaquatrethèmes : transition écologique, fiscalité, or- ganisation de l’État, démocratie et citoyenneté (dont l’immigration). En revanche, il y aura des limites. Pas question, pour Benjamin Gri- veaux, porte-parole du gouverne- ment, de rejouer la présidentielle. « Ces dix-huit mois ne seront pas détricotés par ces trois mois de dé- bat », a-t-il prévenu. Il songe en particulier au RIC (référendum d’initiative citoyenne) réclamé par les gilets jaunes.

« Un RIC ne peut pas défaire tous les trois mois ce qui a été fait », a-t-il dit. Un grand débat REPÈRES nPlusde150blocages « dégagés »entroisjours Environ170pointsoccupéspardes « giletsjaunes »ontété« dégagés » depuissamedidanstoutelaFrance, dont93lorsdelaseulejournéede mardi,selonlesecrétaired’Étatà l’IntérieurLaurentNuñez.Selon lui,lamobilisationest« endécrois- sance ».

nPlusieurssitesincendiés Aprèsl’incendied’unebarrièrede péageàBandolmardidansleVar,la journéedemercrediaétémarquée parunnouveausinistredansun localdeVinci,dansl’Hérault. nLesud-esttientbon Unequarantainedepointsdu réseauVincirestaientconcernés mercrediparlamobilisationdes giletsjaunes,notammentsurl’A7 dansleVaucluseauniveaude Bollène,OrangeetAvignon. nDesgiletsjaunessurledépart ? Ailleursdanslepays,latendanceau démantèlementdesbarragesse poursuivaitmercredi,engénéral danslecalme–les« giletsjaunes » ayantreçupourconsigne« dene pasrésister »,quitteàseréinstaller danslafoulée.Laplupartsont conscientsquelemouvementfaiblit àl’approchedesfêtes,maisbeau- coupespèrentunretourenforceen janvier.

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

06 LOI - 1 ACTU FRANCE LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Les agriculteurs doivent-ils y voir un signal positif après des années de crise ? La valeur de la production agri- cole française a augmenté de 4,7 % cette année, pour atteindre 75,2 mil- liards d’euros, selon les comptes prévi- sionnelsdel’Insee.Aprèsunehaussede 3,2 % en 2017, elle retrouve ainsi le niveau d’avant la forte baisse de 2016. L’agriculture crée de plus en plus de richesse, mais le revenu des paysans ne suit pas la même courbe. En 2016, qua- tre exploitants agricoles sur dix ga- gnaient moins de 360 euros par mois selon la Mutualité sociale agricole (MSA).

Pour la FNSEA, ces comptes encore provisoires confirment les difficultés persistantes de l’agriculture française. « Ils montrent que la valeur ajoutée de la branche agricole est structurellement en baisse, malgré les efforts des agricul- teurs pour améliorer la qualité des pro- ductions et répondre aux attentes du marché. Le résultat courant reste néga- tif pour 14 % des exploitations agrico- les », rappelle le premier syndicat agri- cole, en pleines négociations commerciales entre l’industrie agroali- mentaire et la grande distribution. Les agriculteurs attendent toujours de voir leseffetsconcretsdelaloiAgricultureet alimentation qui doit limiter la guerre des prix et garantir une meilleure rému- nération aux producteurs.

En 2018, la production végétale tire l’agriculture vers le haut. Elle devrait augmenter de 8,9 % en valeur, grâce notamment aux très bonnes vendan- ges. La production de vin est en hausse de 28,5 %, après deux années catastro- phiques. Les récoltes de céréales, de légumes et de pommes de terre ont souffert de la météo, mais la baisse de production est compensée par la haus- se des cours. Par contre, l’année a été mauvaise pour les producteurs de fruits avec de faibles récoltes et des prix qui souffrent de la concurrence espagnole. Les Chinois mangent moins de porc français Les éleveurs ont eu une année difficile.

Les volumes stagnent et les prix recu- lent.Unechutequiatteintmême12,4% pour les élevages de porcs notamment du fait de la baisse de la demande chi- noise. La crise du fipronil a fragilisé les producteurs d’œufs qui sont confrontés à une baisse de la production de 3,4 % etàunechutedesprixde4,4%.Lalente remontée des cours profite aux produc- teurs laitiers. La semaine dernière, In- termarché a signé un accord tripartite avec le groupe industriel Bel et 800 producteurs qui permet de les rémuné- rer au-dessus du prix du marché. Ce geste fort a été salué par la Fédération nationale des producteurs de lait.

Luc CHAILLOT AGRICULTURE PRODUCTION Les paysans créent de la richesse mais ils n’en profitent pas assez La valeur de la production agrico- le française a augmenté de 4,7 % et atteint 75,2 milliards d’euros en 2018 grâce au rebond de la production de vin et à une haus- se des prix des céréales et des légumes. Les producteurs de porc, eux, sont en plein marasme. ■En2016,quatreexploitantsagricolessurdixgagnaientmoinsde360euros parmoisselonlaMutualitésocialeagricole(MSA).PhotoJulioPELAEZ 108394100

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

07 LOI - 1 ACTU FRANCE JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Si ces violences à l’encon- tre des sapeurs-pompiers restent relativement rares (2 813 pompiers agressés sur 4,7 millions d’interventions), leur hausse constante est nourrie par un nombre crois- sant d’agresseurs en détresse sociale, drogués ou alcooli- sés.

Pour enrayer cette progres- sion, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) attend des mesures « fortes » de l’État, comme le renforcement du réseau pompier, des platefor- mes d’appel commun à tous les services d’urgence et des condamnations en justice exemplaires.

Une tendance qui se confirme pour 2018 Au total, entre 2008 et 2017, le nombre d’agressions de pompiers déclarées a plus que triplé (+213 %), détaille l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) du minis- tère. Et 2018 semble poursuivre cette tendance : à Paris et en petite couronne, 293 pom- piers ont été agressés sur les 11 premiers mois de l’année, contre 198 sur toute l’année 2017, selon la Brigade de sa- peurs-pompiers de Paris (BS- PP).

« Ces agressions sont d’autant plus inacceptables qu’elles peuvent mettre en danger les vies des personnes que les pompiers viennent se- courir », déplore le capitaine Guillaume Fresse de la BSPP.

En 2017, le nombre d’agres- sions en France a atteint 2 813 (soit en moyenne six pompiers agressés pour 10 000 interventions), contre 2 280 en 2016 (cinq pour 10 000), selon l’ONDRP. C’est en Bourgogne-Franche- Comté, dans le Grand Est et dans les Hauts-de-France que le nombre d’agressions a été le plus élevé.

SECOURS SÉCURITÉ Pompiers : toujours plus agressés Lesagressionsdesapeurs- pompierscontinuentd’aug- menteraprèsunehausseen 2017(23%pour17,6%en 2016),aannoncémercredile ministèredel’Intérieur.Une tendance« inquiétante » pourlaFédérationnationale. En 2017 (et évolution sur 1 an) Source : ministère de l’Intérieur (DGSCGC). Photos: CC-davric, Alf van Beem. Les pompiers tués en service Des interventions en hausse de 2,4% Moyenne d’âge des pompiers volontaires 37 ans.

6415 centres de secours 306 600 incendies 12 744 interventions par jour, soit 1 intervention toutes les 6,8 secondes. 3 758 300 victimes prises en charge (+2,5%).

3 621 500 secours à victime Autres: 381 800 289 500 accidents de circulation 4 651 000 (+2,4%) 40500 sapeurs-pompiers professionnels (-0,3%) 38 865 femmes soit 1 sapeur-pompier sur 6 (+5 %) 12 500 militaires (+1,6%) SAPEURS-POMPIERS LES CHIFFRES CLÉS 248 000 sapeurs-pompiers en France (-0,1%) 195000 sapeurs-pompiers volontaires (+0,6%) 2813 agressions de sapeurs-pompiers déclarées (+23%). 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 7 7 3 11 (au 19 déc.) 5 11 11 13 13 12 17 La chambre commerciale du tribunal de grande instancedeStrasbourgavalidémercredilarepri- se de l’usine Ascoval de Saint-Saulve (Nord) par Altifort.Legroupefranco-belgeétaitleseulcandi- dat à la reprise de l’aciérie, en redressement judi- ciairedepuisjanvier.« Ascovaletses281salariés sont sauvés , s’est réjoui le PDG d’Ascoval Cé- dric Orban.

La reprise de l’entreprise « préserve non seulement les emplois d’Ascoval, les 1000 emplois indirects au niveau de la région, mais devraitencréer140nouveauxendeuxanssurle sitedeSaint-Saulve »,asouligné. Unerepriseà152millionsd’euros Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a qualifié cette décision de « bonne nouvelle pour l’industrie française et pour l’emploi ». Le mon- tant de la reprise s’élève à 152 millions d’euros (dont 47 millions d’euros de fonds publics sous formedeprêt).Constituéilyaquatreans,Altifort, groupe métallurgique basé à Ham (Somme) a grandiparrachatssuccessifs.Ilatteintdésormais uneffectifde1 500salariés,dont1 370enFrance pour un chiffre d’affaires prévisionnel annoncé de200millionsd’euroscetteannée.

ÉCONOMIE RESTRUCTURATION La reprise d’Ascoval par Altifort validée ENTREPRISE Ford Blanquefort : vers une nationalisation provisoire ? Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire n’a pas écarté mercredi un rachat provisoire de l’usine de Blanquefort (Gironde) par l’État, se disant ouvert « aux solutions les plus origina- les » pour sauver ce site après le rejet par l’Américain Ford d’une offre de reprise. LeLevothyroxànouveauattaquéenjustice.Une centaine de plaignants ont déposé le 12 décem- bre une assignation en justice auprès du tribunal de grande instance de Paris pour demander l’an- nulationdubrevetdelanouvelleformuledumé- dicamentdeMerck.L’assignationcontestelebre- vetpour« insuffisancedel’exposédel’invention, défaut de nouveauté et défaut d’activité inventi- ve ».

Premièreplaintecontrelebrevet Le Levothyrox, un médicament soignant la thy- roïde, est accusé de graves effets secondaires (crampes, maux de tête, vertiges ou perte de che- veux)pardesmilliersdepatientsetfaitdéjàl’objet deplusieursactionsenjusticeenFrance,centrées sur les conséquences indésirables du produit. Maisils’agitlàdelapremièredémarchevisantle brevet EP 2885005 de la nouvelle formule, arri- véefinmars2017enFrance.

Pour les plaignants, le nouveau brevet est factice etconsisteà« effectuerdeschangementsinsigni- fiants sur l’un des aspects d’un traitement phar- maceutiquepourconserverunmonopoleindu ».

« Le brevet ne comporte pas d’invention, assure l’avocate Anne-Catherine Colin-Chauley, prési- dente de l’association Alerte Thyroïde. Nous de- mandons l’annulation de la partie française du brevet, car Merck cherche à étendre sa nouvelle formuleàtoutel’Europeetlerisqueseraitqueles patientsnepuissentplussefourniràl’étranger,en Italie,enBelgiqueouenAllemagne. » Merckaindiquéqu’il« necomprendpaslafinali- tédel’actionengagéecontresonbrevet »qui« ne vise en aucun cas à préserver une quelconque partdemarché ».

JUSTICE MÉDICAMENT Levothyrox : des malades veulent faire annuler le nouveau brevet PARIS La cour d’appel estime fondé le licenciement de Kerviel Les prud’hommes avaient accordé en 2016 à Jérôme Kerviel sa première et seule victoire face à la Société générale, mais la cour d’appel de Paris a annulé mercredi cette décision, jugeant « fondé » son licenciement en 2008 pour faute grave et déboutant l’ex-trader. « Nous étudions la possibilité d’un pourvoi en cassation », a fait savoir l’avocat de Jérôme Kerviel, licencié par la Société générale après la mise au jour d’une « fraude » de 4,9 milliards d’euros.

ENQUÊTE Fleur Pellerin soupçonnée de « prise illégale d’intérêts » L’ex-ministre de la Culture est soupçonnée de « prise illégale d’intérêts » pour ses liens avec un géant du web sud-coréen. La Haute autorité pour la transparence de la vie publique estime que Mme Pellerin a « méconnu ses réserves en prenant pour client une entreprise privée avec laquelle elle avait conclu un contrat ou formulé un avis sur un contrat » dans le cadre de ses fonctions gouvernementales pendant le mandat de François Hollande. Cela fait 24 ans que Bruno (nom d’emprunt), 45 ans, est pom- pier volontaire dans l’Hérault.

Comme d’autres, il constate de plus en plus de comportements hostiles aux secours sur le ter- rain. « Il y a une hausse des incivilités en général, des insultes. Pasàchaquefois,sinonj’arrêterais.Maislesentimentd’insécu- ritéaugmente,onypenseplusrégulièrement.Quandoninter- vient pour secourir une personne en détresse, parfois elle ou une autre nous prend à partie et nous dit : “Laissez-moi, de toutefaçon,jesaisoùvoushabitez !”J’aiunefamille,etaujour- d’hui,jenesaisjamaisquellesréactionspeuventavoirlesindivi- dus,doncjepréfèretémoigneranonymement. » « Je sais où vous habitez » SANTÉ Rappel d’implants mammaires L’Agence du médicament a demandé à la société Allergan de procéder au rappel de ses implants mammaires texturés actuellement en stock, ceux-ci ayant perdu le marquage CE qui permet de les vendre en France et en Europe

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

08 LOI - 1 ACTU ZAPPING LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr SOCIÉTÉ Des people réunis dans un clip contre l’homophobie « De l’amour à chaque instant chaque jour/celui qu’on peut vivre au grand jour/ne plus avoir peur de qui je suis » : 70 personnalités, dont Christiane Taubira, Muriel Robin, Julie Gayet, et Marc-Olivier Fogiel, se sont réunis pour un clip contre l’homophobie. À l’initiative de l’association Urgence Homopho- bie, avec le partenariat de France Télévisions, la chanson « De l’amour » raconte l’histoire d’Azamat, le premier réfugié ac- cueilli par Urgence Homophobie en France.

Le clip choral entremêle des scènes de violences et des scènes d’amour. TÉLÉVISION Cristina Cordula : une nouvelle émission en janvier M6 continue de miser sur Cristina Cordula. La papesse du « staïle » sur le petit écran, sous contrat avec la chaîne jusqu’en 2020, arrive dès le lundi 7 janvier avec une nouvelle émission diffusée à 17 h 30 et intitulée les « Reines des enchères ». Le concept ? Les candidates achètent ou vendent aux enchères sacs de luxe, vêtements de marques ou pièces de mode vintage. Un commissaire-priseur et quatre experts évaluent la valeur des objets mis en vente et donnent des conseils aux téléspectateurs.

JEUX Loto : 15 millions à gagner pour Noël Le Grand loto de Noël organisé par la Française des Jeux revient pour la deuxième année, ce 25 décembre. À gagner, un jackpot de 15 millions d’euros. Et il sera forcément remporté, puisqu’en cas d’absence de gagnant au rang 1, le montant sera reporté aux rangs de gains inférieurs. Par contre, la grille est plus chère : 5 euros contre les 2,20 euros traditionnels. En 2017, le premier Grand Loto de Noël avait enregistré près de 4,3 millions de prises de jeu, contre 3 à 4 millions pour un tirage classique. EN IMAGE La plus grande fresque du monde peinte sur des silos à grains Ces silos à grains sud-coréens transformés en gigantesque œuvre d’art sont entrés au livre Guinness des records comme la plus grande fresque murale extérieure du monde.

La peinture, qui dépeint le passage d’un jeune garçon vers l’âge adulte, se trouve dans le port d’Incheon, à l’ouest de Séoul, et occupe 23 688 mètres carrés. Photo Ed JONES/AFP 101487900

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

09 LOI - 1 ACTU FORUM JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr « Les rennes sont les rois d’un bonheur » François Monnier. Lyon 3e (69). Par mail. Un juge américain du Missouri a condamné un bracon- nier multirécidiviste qui avait tué des centaines de cervi- dés, à un an de prison. Il devra, en plus, regarder « Bambi de Walt Disney » au moins une fois par mois. Heureuse- ment, notre malfrat n’habitait pas la Laponie, parce que là, il aurait pu priver de rennes notre Père Noël tant at- tendu ! Comme quoi, les rennes sont les rois d’un bon- heur surtout s’ils sont bien guidés par les rênes d’une nuit, nous menant sur le chemin de la nativité et des cadeaux.

Bonnes fêtes à tous. LE DESSIN DE BAUER « Ça cafouille, ça patine, ça tergiverse » Yves Dumont. Le Coteau (42). Par mail. Les gilets jaunes sont dans l’expectative et divisés par les annonces faites par le président de la République. Si cer- tains vont pouvoir bénéficier d’un léger coup de pouce, d’autres vont devoir à nouveau se serrer la ceinture. Au sein de l’exécutif, ça cafouille, ça patine, ça tergiverse. On sent bien qu’il est difficile de desserrer les cordons de la bourse. Le père Noël ne sera pas très généreux cette année ! SUR LEPROGRES.FR « Qui va payer ? » mecduJura Article commenté : « Gilets jaunes : plu- sieurs ronds-points incendiés mardi soir » Des millions de conduc- teurs ont été très déran- gés, des centaines de commerces très impac- tés, il y a eu 8 morts causés indirectement par ces ronds-points occupés.

Qui va payer le nettoya- ge ? Les réparations ? Gilou-42 Qui va nettoyer et re- mettre en état les ronds- points ?

C est bon le contribua- ble payera. Merci les Gilets. LA QUESTION WEB Démographie : craignez-vous les conséquences de la surpopulation sur la planète ? Votez sur leprogres.fr OUI OU NON LA RÉPONSE WEB Comprenez-vous la fatigue et la colère des policiers ? Votants : 12 139 81 % OUI 17 % NON VOTRE AVIS L’actualité vous interpelle ? Donnez-nous votre avis. Écrivez-nous par mail (lprfo- rum@leprogres.fr) ou par courrier (Le Progrès, page Actu-Forum, 4 rue Paul-Montro- chet, 69284 Lyon cedex 02). La nouvelle application du Progrès est disponible de- puis lundi sur les magasins d’applications Android et Apple.

Au delà d’un nou- veau graphisme, deux nou- veautés majeures font leur apparition : la possibilité de choisir la Une en fonction de votre département et un fil d’actualité complètement personnalisable en fonction de vos centres d’intérêt. nLa Une Au premier lancement de l’application, vous devrez choisir votre Une en fonc- tion de votre département. Un choix facilement modi- fiable ensuite dans les régla- ges. En fonction de ce choix, l’actualité de votre départe- ment sera privilégiée dès le lancement de votre applica- tion. Les autres départe- ments sont toujours dispo- nibles dans l’onglet Menu.

nMes actu Un onglet « Mes actus » fait son apparition. Une rubri- que complètement person- nalisable via l’onglet menu. Vous choisissez la zone géo- graphique ou la rubrique thématique qui vous intéres- se. Dès qu’elle s’affiche, vous pouvez l’ajouter à vos favoris par l’étoile en haut à droite.

Désormais, elle figure dans votre onglet « Mes actus ». Vous pouvez ensuite gérer l’ordre d’apparition, ajouter des rubriques, en suppri- mer. nDeux réglages au lancement Une fois le téléchargement ou la mise à jour effectués, vous devrez procéder à deux réglages au premier lancement. Celui de votre département. Ensuite, vous devrez activer (ou pas) les notifications que vous dési- rez recevoir : géographi- ques ou thématiques. Lionel CAILLES SMARTPHONE LA NOUVELLE APPLICATION EST DISPONIBLE DEPUIS CE LUNDI L’application Progrès est désormais personnalisable ■ Vous pouvez désormais personnaliser votre Une en fonction de votre départements et créer un fil d’infos sur mesure en fonction de vos centres d’intérêt.

Photo DR. La nouvelle application permet de privilégier son département dès la Une et de créer son propre fil d’info sur mesure. LES NOUVEAUTÉS n Le fil info Un onglet « Fil info » vous permet de consul- ter les articles au fil de l’actualité. Vous y re- trouverez tous les ur- gents, qu’ils soient France, Monde, spor- tifs ou de votre région. n Les diaporamas Dans l’onglet « En images », vous retrou- verez tous les diapora- mas publiés sur le site. Qu’ils soient réalisés par les photographes et les journalistes du Progrès, comme ceux publiés par les associa- tions sur le site « Sor- tir ».

n Les vidéos Les vidéos s’affichent également dans l’onglet « En images ». Vous pouvez les visionner plein écran sans avoir à sortir de l’applica- tion.

Sortie de route mortelle pour un septuagénaire

RÉGION 10 www.leprogres.fr JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS RÉGION 10 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Agence de Lyon RédactiondelaLoire 6 Esplanade de France, CS16438,42964 Saint-Etienne Cedex 9 04.77.91.47.47 redaction42@leprogres.fr Téléphone Publicité www.bjp-publicite.com Web www.leprogres.fr/loire Facebook www.facebook.com/leprogres. saintetienne Vous avez une info ? LPRFILROUGE@leprogres.fr 0 800 07 68 43 Mercredi, en milieu de matinée.

Des hommes et des femmes entrent deux par deux en préfecture puis, une fois à l’intérieur, enfilent leur gilet jaune pour demander à être reçu par le préfet. Il n’est pas là. Ils décident d’aller voir son adversaire du moment : Gaël Per- driau, le maire de Saint-Étienne. Là, ils s’entretiennent quelques minutes avec le directeur de cabinet.

Ils voulaient aller au centre des impôts mais font demi-tour, direction le conseil départemental. Trouvant porte close, ils souhaitent rejoindre un autre groupe installé devant le commissariat central. La journée de mercredi s’est déroulée ainsi, dans une suite d’improvisations. Les pieds dans la boue mais le cœur au chaud Sur les deux ronds-points de l’agglomé- ration encore debout, les résolutions ne sont pas beaucoup plus claires. À Nec- ker, Stéphane Mottin, surnommé « Pi- rate » à cause de son chapeau, est seul pour l’instant sous la construction pré- caire mais efficace. Ils peuvent dormir à vingt autour du poêle à bois et même regarder la télévision grâce au groupe électrogène.

Laveille,unvotes’estdérouléautourde cettequestion :« Onbrûleoupas ? »Le nonl’aemportédepeu.Cequifaitdireà « Pirate « On va fêter le réveillon ici, ce n’est que le début du mouvement. » Qui décide ? « Il n’y a pas de chef ici, c’est le système Wikipédia. » Maxime arrive avec un petit groupe. Pourquoi reste-t-il ? « On n’est pas des casseurs mais on s’est fait gazer pour rien same- di. » Conclusion ? « On reste, on se re- laiepourallerauboulotquandmême. » ÀMonthieu,mêmebouecollanteausol et même installation pour se préserver du froid. On entend quelques rares coups de klaxon au passage des voitu- res.

« J’ai travaillé quarante-quatre ans et je touche 980 euros de retraite, lâche un sexagénaire. Le gouvernement doit comprendrequ’onn’estpasprêtàaban- donner. » Le préfet, lui, a fait connaître sa volon- té : il ne veut plus voir de centre com- mercial bloqué.

Yvette GRANGER LOIRE CONFLIT SOCIAL Le baroud d’honneur d Les forces s’épuisent, le nombre diminue et des places fortes de ronds-points sont perdues. Il reste quelques personnalités et des rêves d’avenir qui se détri- cotent au fil du temps. ■ Au rond-point de Monthieu ouvert aux quatre vents, les Gilets jaunes ont recréé la À FIRMINY n Rond-point à la sortie de la RN88 : « On s’installera en centre-ville » « S’ils nous virent, on ira en centre-ville », tonne un grand gaillard sur le rond-point à la sortie de la RN88 à Firminy. Depuis un mois, les Gilets jaunes se sont emparés de ce giratoire à l’entrée de la cité appelouse.

Leur campement a été incendié une première fois début décembre. Depuis, ils ont tout reconstruit. Une cahute de 40 m² trône au centre du rond-point. Et les Gilets jaunes se disent plus déterminés que jamais. « Nous n’avons jamais fait aucun blocage, souligne une jeune femme, gilet au bras. Ils n’ont aucune raison de nous déloger. » Si les forces de l’ordre viennent débarrasser le campement, ils ne s’interposeront pas. En revanche, ils ne s’arrêteront pas. Et menacent de s’installer en centre-ville. n Zone commerciale E.Leclerc : « Même s’ils cassent tout, nous resterons ici » Ambiance opposée devant la zone commerciale Leclerc de Firminy.

Le campement des Gilets jaunes a quasiment été vidé. « On a enlevé tout ce qui avait de la valeur au cas où les policiers viendraient », glisse une femme, bonnet vissé sur la tête. Ici, même si le camp est détruit, les Gilets jaunes ne veulent pas bouger. « Même s’ils cassent tout, nous resterons ici. » BILLET Par Yvette GRANGER L’observation d’un groupe de Gi- lets jaunes dans son habitat de fortune fait penser à une famille qui se serait choisie.

Sûrement que plusieurs ont trou- vé ici solidarité et réconfort. Et sans doute que cette cabane sans chauffage central est tout de mê- me plus chaleureuse qu’un ap- partement de béton anonyme. Le feu de camp dont la flamme ne s’éteint jamais, c’est la colonie de vacances, l’enfance retrouvée et la possibilité de rêver un autre monde. Plusieurs ronds-points se sont sa- bordés avant que les forces de police ne délogent les occupants. Mais, comme il n’y a pas de règle commune, d’autres se sont érigés en places fortes.

Cette volonté de rester unis jus- qu’au bout dans l’adversité puise ses forces dans les valeurs parta- gées et les souvenirs forgés au cours des heures égrenées de cet avant Noël.

Comme une famille choisie

11 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION 11 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Ilsonttoujoursétéunpeuàpartdansle mouvementetilscontinuentdes’illus- trer par leur différence. Les Gilets jau- nesdel’aireduPaysduGierontlevéle pied sur les actions chocs ces derniers jours. Moins de blocages de routes et de magasins. Et plus de travail souter- rain.Unprojetdeplaintecontrelesvio- lences policières notamment, mais aussi une réponse au communiqué de troisdéputésLREM,publiémardisoir. Les trois élus en marche, dont Valeria Faure-Muntian, la députée du Gier, y critiquaient sans les nommer Hervé ReynaudetGaëlPerdriau,vice-présidentetprésidentdeSaint-ÉtienneMétropo- le et maires Les Républicains des deux plus grandes villes du département, cou- pablesd’avoirfourniun« soutienmatérieletlogistiqueaubénéficed’unmouve- mentnondéclaré ».Celaestpourlessignataires« inacceptableetsusceptiblede semer le trouble à l’ordre public ».

Pour les Gilets jaunes, la députée est mal placéepourparler« d’incohérencedansl’attitudedecertainsélus ».« Euxsont venusàlarencontredesFrançaispourécouteretnoterlesdoléances,commele demande le Président, alors que vous vous cachez et fuyez vos responsabilités depuisledébutdecettemanifestation ! »SelonlesGiletsjaunes,lamiseàdisposi- tion d’un terrain par Saint-Étienne Métropole sur l’aire du Pays du Gier est simplementune« miseensécuritédesmanifestantspourévitertoutaccident ». Mercredisoir,lesGiletsjaunessontrestéssurleterrainpolitiqueenallantdeman- der une rencontre avec le maire de Rive-de-Gier, Jean-Claude Charvin, juste avantleconseilmunicipal.Ilaainsiaccueilliunetrentainedemanifestantsdans une salle pour écouter leurs revendications.

Les échanges ont duré environ trois quarts d’heure et se sont soldés par du concret : un engagement du maire d’organiser,sansdoutejeudi27décembre,unerencontreaveclesautresmaires du Gier visant notamment à engager une « démarche de demande de démis- sion »deladéputée.

Une accalmie relative dans le Gier ■ Jean-Claude Charvin a reçu une délégation en marge du conseil municipal de Rive-de-Gier. Photo Fabien HISBACQ DANS LE FOREZ des Gilets jaunes ? chaleur d’une famille. Photo Sonia BARCET. Mercredi matin, une pelle mécanique broie la cabane construite au bord du rond-point de Mably, sous le regard de ceux qui l’occupaient mais aussi des gendarmes mobiles qui assurent la sé- curisation de cette démolition. C’est une des images marquantes de cette journée, où de nombreux bara- quements ont été démontés, le plus souvent par les Gilets jaunes eux-mê- mes à la suite des demandes formulées par les autorités.

Cela a par exemple été le cas à Charlieu, Villemontais et Balbigny. Pour autant, certains bara- quements restent debout, comme à Perreux, car les propriétaires des ter- rains occupés n’ont pas demandé aux forces de l’ordre l’expulsion des Gilets. De nouvelles constructions annoncées Sur le rond-point de Gamm vert, ceux- ci occupent un terrain privé apparte- nant à la société de lavage. Et sur le rond-point du Renouveau, « l’hôtel Macron », comme il a été baptisé, est sur un terrain appartenant au Dépar- tement. Ces subtilités juridiques ont permis d’offrir un répit aux Gilets. Et c’est ce qui explique le départ de l’escadron de gendarmerie mobile en milieu d’après-midi, avec lequel les manifestants ont joué au chat et à la souris une partie de la journée.

En filtrant ou bloquant les accès au rond- point de Mably, avec le concours de quelques chauffeurs routiers qui se sont arrêtés sur la RN7. À Perreux, les Gilets ont également alterné filtration et blocage quand ils croyaient voir arriver les gendarmes mobiles. Est-ce que ces démolitions sonnent la fin du mouvement ? Non affirment les Gilets. Des parades ont été trouvées. À Villemontais, Balbigny et Renaison, de nouveaux baraquements devraient être reconstruits sur des terrains pri- vés voisins. À Vougy, la tonnelle a été déplacée sur le parking privé de l’en- treprise Gibastyl’s et une cabane agrandie est annoncée pour début jan- vier, avec l’ambition de remobiliser les troupes après les fêtes.

« Ça nous a vraiment échauffés qu’ils détruisent notre point de ralliement », indique Jean-Marc. « Ils vont regretter de nous avoir délogés, car sur les ronds-points, on canalise les gens. S’il n’y a plus ça, on aura du mal à les contrôler », ajoute Raphaël Pessoa, un des référents roannais. K. T.

Roannais : plusieurs cabanes démantelées ■ Les gendarmes mobiles ont encadré le démantèlement du camp des Gilets jaunes de Mably. Photo Jerome DELABY Les différents groupes de Gilets jaunes du Forez restent détermi- nés à faire entendre leurs voix. À Andrézieux-Bouthéon, ils étaient encore nombreux sur le rond-point du centre E.Leclerc, mercredi soir. « On reste motivés et on ira jusqu’au bout », expli- quent-ils. Du côté de Feurs, ils comptent bien rester sur le rond- point à la sortie du péage de l’A72. Ils réaffirment leur volonté de « ne rien lâcher » jusqu’à ce que leurs doléances soient entendues.

En cas d’intervention des gendar- mes pour les déloger, les Gilets jaunes pourront se replier sur un bout de terrain prêté par une entreprise située juste à côté du rond-point. Les équipes de Gilets jaunes présentes aux péages de Veauchette et Boisset-lès-Mon- trond restent aussi mobilisées et affirment vouloir continuer leurs actions. Enfin, à Boën-sur-Lignon, les manifestants sont toujours résolus à se faire entendre et vont continuer à être présents au carre- four du pont Terray.

N.D. et A.B. Les Gilets jaunes ne baissent pas la garde

12 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr RÉVEILLON DU NOUVEL AN Plus d’informations au 04 77 52 75 00 ou sur www.lacharpiniere.com 99€ PA R P E R S O N N E S O I R É E D A N S A N T E !#32 :#&&8%:82 '8 28!"6, 438'4386 "&368-;#3:,8 85 3%8 :#3!8 98 - % 8 ~ « %"-8 98 6"+%5-*":4386 » !"2&8%5+.28 " 523778 & 7#%938 98 !#+28"3 ~ « 7+'85 98 18"3 8% :2#(58 » 6"3:8 !'832#58 85 /:281+668, :2/&830 98 !"5"58 9#3:8 85 '/-3&86 :#%7+56 ~ 52#3 %#2&"%9 ~ 72#&"-8 93 :,87 ~ !2/-9866825 ~ 7+%-82 :"2"&8', 1"%+''8 85 5#%)" )#-0 5#(00#%0 / 0".1 4 * % 2 / ( 1 "44.2(' 32 20) $ 21) 02-,(42 $ 21) «C’était le chaos, je voulais ren- trer chez moi.

» Grégory, un grand gaillard de 42 ans, les mains dans les poches, nie l’évidence dans le box du tribunal correctionnel de Saint- Étienne. Samedi, à 17h20, alors que la manifestation stéphanoise des Gilets jaunes dégénère, ce chauffeur routier au chômage se fait pincer vers une concessionautomobilecaillassée,allée des Olympiades. Un gendarme mobile est formel : il a vu ce Stéphanois jeter un caillou sur les policiers et leur véhi- cule.Aucundoute :l’hommeestrecon- naissable avec ses longs cheveux tirés en catogan et sa veste de ski blanche. « Ne pas le sanctionner pour les autres » Les forces de l’ordre le coursent.

Très véhément, il finit par être interpellé. Son sac à dos noir est rempli d’une dizaine de pierres. En garde à vue, il hurle être « un révolutionnaire ». Face aux juges, c’est un tout autre dis- cours : « Dans l’effervescence, j’ai vou- lu faire comme tout le monde. J’ai mis des pierres dans mon sac à dos. Mais j’avais oublié que je les avais mises pendant la manif. » Une assesseure s’en mêle : « Avec le poids ! » Antoine Gros, le président de l’audience de comparution immédiate, s’agace : « Vous nous prenez pour des imbéci- les. » Le procureur, Marco Scuccimarra, se dresse : « Les forces de l’ordre ont la peur au ventre à cause des exactions répétées tous les samedis.

Sur les 41 personnesplacéesengardeàvueen trois heures, Monsieur comparait aujourd’hui parce qu’il a un casier avec trois mentions et un trouble particulier à l’ordre public. » Le représentant du ministère public veut une réponse «as- sez ferme», «punitive» et «dissuasi- ve». Il réclame six mois de prison avec un mandat de dépôt.

« Il ne faut pas le sanctionner pour les autres », s’énerve Me Charlotte Dupuy. « Sur les 1 500 manifestants, est-ce que l’on est sûr que c’est lui qui a jeté des cailloux ? Il a fait comme tous. Il a mis les pierres dans son sac mais ne les a pas jetées. » L’avocate plaide la relaxe pour ce routier licencié, car sans per- misaprèsuncontrôlesousl’emprisede stupéfiants. Le tribunal est clément. Il condamne Monsieur à 140 heures de travaild’intérêtgénéral.S’ilneleseffec- tue pas dans un délai de dix mois, il écopera de six mois de prison avec sursis.

Véronique MIOT SAINT-ÉTIENNE TRIBUNAL CORRECTIONNEL « Des pierres dans mon sac comme tout le monde » ■Samedi, de nouveaux affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre lors de la manifestation des Gilets jaunes à Saint-Étienne.

Photo Philippe VACHER AlorsquelamanifestationdesGilets jaunesdégénérait,samedidernier, unroutierauchômagede42ans s’estfaitpincer,sonsacàdosrempli depierres.Untravaild’intérêtgénéral. SAINT-VICTOR-SUR-LOIRE Un vol avec effraction a été commis dans un bureau de tabac PMU situé au lieu-dit Le Berland, entre Roche-la-Molière et Saint-Victor-sur-Loire. Les faits se sont produits dans la nuit de mardi à mercredi. Une enquête a été ouverte et confiée au groupe anti-cambriolage de la Sûreté départementale. Les enquêteurs n’ont pas dévoilé le mode opératoire, ni le montant du butin. En revanche, il semble que ces effractions se multiplient sur ce genre de commerces.

C’est pourquoi la police appelle à la vigilance les gérants et les voisins.

INFO Pour cette affaire, un appel à témoins est lancé. Tél. 04.77.43.28.28 ou 17. Vol avec effraction dans un bureau de tabac

13 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Elles ont toutes un souvenir extrême- ment douloureux. L’une à l’école. « Je ne disais pas que mon papa était policier. Et pourtant, j’en étais très fiè- re. » L’autre dans sa vie de femme. « Mon mari s’est mis un pistolet sur la tempe, c’est mon fils de 14 ans qui l’a arrêté… »Ellessontépouse,mamanou fille de policier. Et relaient au plan local le groupe Femmes des forces de l’ordre en colère (FFOC), créé en France en février 2017 et présidé par Aurélie La- roussie.

« On s’adresse à la population qui veut tuer du flic » Leur association, apolitique et asyndi- cale, s’est donnée pour mission de « soutenir toutes les forces de l’ordre : policiers, militaires, gendarmes, pom- piers. Nous ne sommes pas dans la re- vendication des besoins mais dans la réponse au manque de soutien de leur hiérarchie. Sachant qu’ils ont un devoir de réserve, mais pas nous ! ». Ces femmes, ces filles, ces mères en colères’adressentd’abord« àlapopula- tion qui veut tuer du flic. Derrière l’uni- forme, il y a un mari, un papa, un fils. Il faut savoir que nous avons des mena- ces de mort sur nos familles, que nos enfants sont tabassés à l’école, qu’on perd des amis.

Nous voulons expliquer, faire connaître au grand public les souf- frances réelles des forces de l’ordre ». L’associationintervientaussiensoutien direct.Lorsdefunéraillesaprèsunsuici- de ou un accident, du procès en correc- tionnelle des agresseurs d’un policier footballeur à Saint-Étienne ou encore face aux menaces de mort lancées con- tre un policier de Firminy Vert et sa famille. Voire, tout simplement, « pour leur apporter une bouteille d’eau ou un sandwichquandilsontfaitvingtheures de garde non-stop ». Le malaise n’est pas récent. « Cette dé- gradation date de plusieurs années. Ils sont poussés à bout, ne sont que des matricules.

C’est une corporation où il faut se taire. » La situation s’est néan- moins franchement dégradée depuis novembre, avec les Gilets jaunes et les lycéens, particulièrement virulents à Saint-Étienne. « En un mois, une fille du groupe n’a vu son mari que trois jours.Lesgensnes’enprennentpasaux bonnes personnes. On a dit que des femmes, des enfants avaient été gazés à Saint-Étienne. Mais les CRS leur avaient demandé de se retirer car des casseurs arrivaient. » Les pompiers non plus ne sont pas à la fête : plus 23 % d’agressions en- tre 2016 et 2017. L’une des membres des FFOC est également sergent volon- tairechezleshommesdufeu.« Onn’est plus respectés.

Ceux-là même qu’on vient sauver nous agressent parce qu’ils sont alcoolisés ou qu’on a mis trop de temps ». Aujourd’hui, la colère monte dans les commissariats. « C’est sûr, les Gilets jaunes ont rajouté de la haine. » Et pourtant. Deux des adhérentes de l’association ne cachent pas appartenir au mouvement des Gilets jaunes. « Les vrais, pas les casseurs. Nous aussi, nous revendiquons des choses, surtout pour nos enfants. Nous n’en voulons pas aux Gilets mais à la hiérarchie policière. » Marie PERRIN CONTACTwww.ffoc-france.com LOIRE SOCIÉTÉ Policiers, gendarmes, pompiers : les épouses aussi sont excédées « Derrière l’uniforme, il y a un mari, un papa, un fils.

» L’asso- ciation des Femmes des forces de l’ordre en colère monte au créneau. La crise des Gilets jau- nes n’a rien arrangé mais le ma- laise existe depuis longtemps… ■Les femmes de policiers dénoncent. « Ils sont poussés à bout, ne sont que des matricules. » Photo Frédéric CHAMBERT C’est un dramatique acci- dent de la circulation qui s’est produit mercredi, aux environs de 8 h 30. Un automobiliste de 77 ans, ha- bitant la commune de Chal- mazel-Jeansagnière, a perdu le contrôle de son véhicule alors qu’il circulait sur le RD101, en direction de Sau- vain, au niveau du lieu-dit Chevelière.

Pas de trace de freinage Malgré l’intervention rapide des sapeurs-pompiers, venus des centres de secours de Chalmazel-Jeansagnière et Boën-sur-Lignon, contraints de désincarcérer le septuagé- naire en détresse respiratoire, ce dernier n’a pas pu être ra- mené à la vie par les méde- cins du Smur de Montbrison. D’après l’enquête confiée aux militaires de la Communauté de brigade de Boën-sur-Li- gnon, l’homme pourrait avoir été victime d’un malai- se cardiaque avant l’accident. Une hypothèse confirmée par l’absence de trace de frei- nage sur la chaussée. Les gen- darmes ont réalisé les consta- tations d’usage et devront déterminer avec précision les circonstances de l’accident.

N.D.

CHALMAZEL-JEANSAGNIÈRE FAITS DIVERS Un septuagénaire perd la vie dans une sortie de route ■L’accident s’est produit sur le RD 101, au lieu-dit Chevelière. Photo fournie par la gendarmerie nationale L’homme pourrait avoir été victime d’un malaise car- diaque avant de perdre le contrôle de son véhicule. Une enquête a été ouverte par les gendarmes. VILLARS Mardi, il est près de 19 heures lorsqu’un homme se présente à la pharmacie du Bois Monzil, à Villars. Il a le visage masqué par un foulard et un long couteau de cuisine à la main. En entrant, il menace un client. Mais les pharmaciens ne se laissent pas impressionner et mettent en fuite le voyou qui part sans demander son reste.

En revanche, le client a dû être pris en charge car l’événement l’a fortement choqué. Une enquête de police a été ouverte : elle est menée par le groupe des atteintes aux personnes de la Sûreté départementale. Tentative de vol avec arme dans une pharmacie À quelques jours de Noël, le préjudice est très important pour un éleveur de volailles fines à Pont-de-Vaux (Ain). Dans la nuit de mardi à mercredi, des individus se sont introduits dans sa propriété et ont forcé ses deux chambres froides où se trouvaient «130 à 140 pièces », prêtes à être livrés aux clients. Si l’éleveur n’a pas encore effectué d‘état des lieux précis du vol, il estime que le préjudice se situe « entre 7 000 et 8 000 euros « C’est la première fois que ça m’arrive.

Dans une ferme, il n’est pas facile de tout sécuriser et je n’ai rien entendu », déplore l’intéressé. Heureusement pour lui, « les trois-quarts de son stock étaient déjà partis chez les clients ». AIN Ils dérobent plus d’une centaine de volailles fines

14 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Mercredi, devant l’inspection acadé- mique, une cinquantaine d’AESH (Accompagnants d’élèves en situation de handicap) se sont rassemblés pour obtenir une rémunération digne de leur mission. « Un salaire indécent » Après huit ans de CDD, Sophie a été embauchée à temps partiel et vit avec 608 euros par mois. Taline perçoit, quant à elle, 682 euros mensuels pour 25 heures par semaine. Autant dire impossible de « joindre les deux bouts » avec une telle rémunération. Impossible non plus, avec les horaires scolaires, de compléter avec un autre travail.

« À ce salaire indécent, souli- gne Mathieu Rouchouse, représentant de la FSU (Fédération syndicale unitai- re), s’ajoute une inégalité de traitement par rapport au Rhône, par exemple, où les AESH perçoivent le même salaire mais pour 20 heures hebdomadaires. » Au-delà de la rémunération, ce sont aussi des conditions de travail très diffi- ciles, car lors des sorties scolaires ou activités périscolaires, les AESH doi- vent accompagner bénévolement les enfants en situation de handicap, ou ils en sont privés.

« Des heures supplémentaires ou des récupérations doivent absolument être mises en place », revendique le SNUipp-FSU. Il souhaite aussi qu’une formation soit dispensée sur le temps detravailpourpermettreauxAESHde s’adapter aux besoins d’élèves qui né- cessitentunepriseenchargeindividua- lisée. Après le rassemblement devant l’ins- pection académique, les représentants syndicaux ont été reçus par Jean-Luc Poumaredes et Éric Fuentes. À l’issue de deux heures de discussion, les sor- tiesscolairesserontdésormaisconsidé- rées comme du temps de travail et fe- ront l’objet de récupération. Les autres revendications, elles, sont à l’étude.

L. PERBEY LOIRE ÉDUCATION Handicap : les accompagnants demandent un meilleur traitement ■ Une cinquante de personnes ont pris part au rassemblement devant l’inspection académique. Photo Sonia BARCET Les accompagnants d’élèves en situation de handicap se sont réunis devant l’inspection acadé- mique pour une amélioration de leurs conditions de travail. LA RICAMARIE Après deux années de cir- culation chaotique, les usagers de la RN88 vont à nouveau rouler sur les quatre voies entièrement rénovées du viaduc de La Ricamarie. Travaux et bouchons ne seront plus qu’un mauvais souvenir pour les 62 000 usagers de la RN88 qui emprun- tent quotidiennement le viaduc de La Ricamarie.

Les travaux de rénovation des deux tabliers seront enfin terminés vendredi matin. Le chantier aura duré deux ans, plus préci- sément deux fois dix mois puisqu‘il a été suspendu pendant la période hiver- nale, de fin décem- bre 2017 à mars 2018. La rénovation du viaduc de La Ricamarie a coûté 10,5millions d’euros, en- tièrement financés par l’État.

■ Photo Frédéric CHAMBERT RN88: le viaduc rouvre vendredi Les partisans de l’A45 avaient préve- nu.Ilsneresteraientpaslesbrascroi- sésaprèsl’abandonduprojetparlegou- vernement. C’est la ministre des Transports, Élisabeth Borne, qui l’avait annoncé le 17 octobre, lors d’une réu- nion en petit comité avec des parlemen- taires de La République en Marche. « La remise en cause du principe de continuité républicaine » Les présidents de la Région, Laurent Wauquiez ; de Saint-Étienne Métropo- le, Gaël Perdriau ; et du Département, Georges Ziegler, avaient promis de ne pas en rester là. Tous trois ont donc fait savoirqu’ilsallaientsaisir« d’unrecours enannulation »leconseild’État,afinde contester la position du gouvernement.

Rappelons que le conseil d’État avait d’ailleurs émis un avis favorable sur le décret de concession qui devait revenir à Vinci. Mais ce décret n’a jamais été signé par la ministre des Transports. En mettant ce dossier entre les mains des juges de la cour suprême de la juri- diction administrative, les trois respon- sables des exécutifs territoriaux poin- tent « la remise en cause du principe de continuité républicaine des décisions engagées sur ce dossier ».

L’État avait signé, en 2012, avec les col- lectivités locales, un protocole sur le fi- nancementdecetteautoroute.Ainsi,en 2016, la Région, le Département et Saint-Étienne Métropole s’engageaient à apporter 131 millions d’euros chacun.

De son côté, l’État promettait de dé- bourser 400 millions d’euros. Tout cela semble remis en cause avec la décisiond’ÉlisabethBorne.Surtoutque l’État, par l’intermédiaire du préfet de Région, est en train d’étudier des alter- natives à l’A45 avec les 400 millions d’euros que l’État prévoyait d’investir dans le projet. Mais de ces alternatives, Laurent Wauquiez, Gaël Perdriau et Georges Ziegler ne veulent pas en en- tendre parler.

Ilappartientdésormaisàlajusticeadmi- nistrative de trancher. Mais la réponse des juges ne sera pas pour demain. En attendant,lesélusespèrenttoujoursune visite d’Élisabeth Borne à Saint-Étienne pour avoir un début d’explication sur sa décision. Dominique GOUBATIAN LOIRE TRANSPORTS Projet A45: Wauquiez, Perdriau et Ziegler saisissent le conseil d’État Après l’abandon du projet de l’A45, décidé par la ministre des Trans- ports, le dossier rebondit avec la nouvelle initiative des présidents de la Région, de Saint-Étienne Métropole et du Département. ■ L’A45 devait relier Saint-Étienne et Lyon pour désengorger l’A47.

Photo archives Fabien HISBACQ

15 LOI - 1 ACTU LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr DUGHFKHGURPHORLUHPVDIU 35e9(17,21 6$17e &216(,/ (1 6e&85,7e $8 75$9$,/      872980900 ASSEMBLÉE NATIONALE Les Gilets jaunes réclament un RIC (Référendum d’initiative citoyenne) mais il n’est pas inscrit dans la constitution. En attendant, les groupes socialistes de l’Assemblée nationale et du Sénat ont engagé la procédure du référendum d’initiative partagée. En souhaitant la mise en place de ce référendum, les deux groupes politiques veulent le rétablis- sement de l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune).

Un impôt en partie supprimé quelques semaines après l’arri- vée d’Emmanuel Macron à l’Élysée. Les deux parlementai- res socialistes et apparentés de la Loire, le député Régis Juanico et le sénateur Jean-Claude Tissot, soutiennent cette initiative. Ils veulent même s’impliquer pleinement dans la démarche, en essayant de convaincre des parle- mentaires d’autres groupes politiques et les quelque 4,7 millions de citoyens nécessaires au déclenchement de ce référendum. Le mécanisme du référendum d’initiative partagé peut être déclenché à la demande d’un cinquième des membres du Parlement, soit 185 députés et/ou séna- teurs.

Or, aujourd’hui, l’ensemble des groupes de gauche compte 155 parlementaires. Il faut donc en convaincre 30autres. Il faut aussi qu’un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales soutiennent l’initiative parlemen- taire.

Juanico et Tissot s’impliquent pour la tenue d’un référendum d’initiative partagée Les conseillers régionaux Auvergne-Rhône-Alpes, réunis en assemblée pléniè- re, mercredi, ont pris des mesures destinées à donner des coups de pouce plus ou moins relatifs au pouvoir d’achat. Cela commence par une baisse « symboli- que », selon le mot même du président de l’assemblée locale, Laurent Wauquiez, qui concerne tous les utili- sateurs de véhicules : l’abaissement de 20 % de la taxe régionale sur les carbu- rants. Celle-ci se traduisant par environ 1 centime par litre, la baisse ne représen- tera qu’autour de 2 euros d’économie par an pour un conducteur moyen parcou- rant 15 000 km.

La gratuité des manuels scolaires pour les secondes et premières Il en coûtera 17 millions d’euros àla Région. Si le RN (Rassemblement national) Charles Perrot remercie le président du conseil régio- nal « d’avoir décidé une ré- duction que nous deman- dons depuis longtemps et que vous refusiez encore le 11 octobre », le socialiste Jean-François Debat est beaucoup plus sévère : « On pourrait faire comme vous et faire que cette mesu- re participe du pouvoir d’achat ] Mais notre Ré- gion peut faire beaucoup mieux comme une tarifica- tion sociale des cantines […] qui représenterait plu- sieurs centaines d’euros pour les familles les plus défavorisées.

» La communiste Cécile Cu- kierman, pour sa part, esti- me qu’en matière de pou- voir d’achat, « il n’y a jamais de petites mesures ». Plus conséquente, en revan- che, la gratuité totale des manuels scolaires pour les classes de seconde et pre- mière des filières générales et techniques dès la rentrée. Cet allégement financier pour les familles qui pour- rait atteindre 150euros par lycéen coûterait la premiè- re année 44 millions d’euros à la Région, dont 30 millions d’euros pour l’achat des ouvrages. Ce rapport devait être débattu dans la soirée mais en rai- son des retards, les discus- sions ont été reportées à ce jeudi matin.

Les échanges devraient être intéressants car au-delà de l’accord as- sez général sur le principe, ses modalités de mise en œuvre font débat. Michel RIVET-PATUREL AUVERGNE-RHÔNE-ALPES CONSEIL RÉGIONAL La Région tente de donner des coups de pouce au pouvoir d’achat La Région, réunie mercredi soir, prend des mesures symboliques sur le pou- voir d’achat, avec notam- ment un abaissement de 20 % de la taxe régionale sur les carburants.

■La baisse devrait représenter 2 euros d’économie par an pour un conducteur effectuant 15 000 kilomètres. Photo illustration Julio PELAEZ REPÈRE 338 Le budget 2019 de la Région Auvergne-Rhô- ne-Alpes consacré aux lycées s’élève à 338 mil- lions d’euros. Et de deux ! Selon nos informations, le rapporteur public devrait déposer, ce jeudi, des conclusions préconi- sant l’annulation pure et simple du budget 2017 voté par le conseil régio- nal. Si le tribunal suit son rapporteur, ce serait la deuxième annulation consécutive d’un budget Auvergne-Rhône-Alpes. Le recours avait été déposé par les groupes d’opposition de gauche.

MONTBRISONNAIS 16 42B - 1 ACTU MONTBRISONNAIS LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Agence de Lyon Agence de Montbrison 1 rue des Arches, 42600 Montbrison 04.77.58.02.01 lprmontbrison@leprogres.fr Mail Agence d’Andrézieux-Bouthéon Rue Claude Limousin, 42160 Andrézieux-Bouthéon 04.77.36.43.05 lprandrezieux@leprogres.fr Agence de Lyon Agence de Feurs Zone commerciale Faubourg St-Antoine Rue de la Guillotière 42110 Feurs 04.77.27.05.23 lprfeurs@leprogres.fr Téléphone Mail Web www.leprogres.fr/loire/feurs Facebook www.facebook.com/leprogres. forez _ _ _ _ _ _ Publicité www.bjp-publicite.com Lorsdudernierconseilmunicipal,lesélusontvotélamiseenplaced’uneconven- tion entre la ville de Montbrison, Action Logement Services et Loire Forez agglomération, dans le cadre du programme national Action cœur de Ville.

Le projet comporte en effet un volet « Habitat » portant sur plusieurs immeubles stratégiquesducentre-villeàrestructureretàréhabiliterpouraccueilliruneoffre rénovéedelogementsetdecommerces.Cesimmeublesserontidentifiésàl’issue del’étudededéfinitionetdeprogrammationd’unestratégiederevitalisationdu centre-ville de Montbrison qui débutera en 2019. Dans ce cadre, la Ville de Montbrison, en lien avec Loire Forez Agglomération va définir la liste des im- meubles susceptibles de faire l’objet du programme de financement d’Action Logement Services. Pour sa part, Action Logement Services instruira, pour les dossiers retenus, les demandes de financement conduites par les opérateurs sociaux ou privés qui se porteront investisseurs de ces projets en accord avec la VilleetLoireForezAgglomération.

Une convention avec Action Logement Services et Loire Forez Agglomération Le 26 septembre, le maire de Montbrison, le président de Loi- re Forez Agglo et le préfet de la Loire signaient la convention cadre de l’État, Action cœur de ville, après que la commune ait été rete- nue aux côtés de 221 villes moyen- nes. Ce programme vise à revitali- s e r l e s c e n t r e s - v i l l e s d e s agglomérations de taille moyenne. Depuis, la Ville avance vite : le 17 novembre, elle a, en concer- tation avec Loire Forez Aggloméra- tion et deux représentants de l’État, choisi son directeur de projet en la personne de Kevin Brun, âgé de 29 ans et titulaire d’un master 2 conseil en développement territorial.

« L’enjeu est important. Nous avons reçu une dizaine de candida- tures nationales, avec de vrais pro- jets. Kevin Brun a été retenu à l’unanimité pour cette mission de quatre ans. Nous avons la convic- tion qu’il portera un projet et sera un homme de relations, le faire-va- loir des attentes auprès du maire », explique Alain Gauthier, premier adjoint. Et Christophe Bazi- le, maire, de préciser : « Son rôle sera de mener à bien ce projet qui touche tout ce que peut appré- hender l’habitat : l’habi- tat bien sûr, mais aussi les commerces, la mobilité, l’espace public, le patrimoi- ne… Il sera le chef d’orchestre pour mener à b i e n t o u t e s c e s c o m - p é t e n - ces ».

Le nouveau directeur est conscient de l’enjeu : « Mon rôle est de suivre le fil rouge entamé par la Ville. Il s’agit de travailler tous ensemble, partenaires et financeurs, autour d’une opération (1) ». Des propos que ne pouvait qu’ap- puyer le premier magistrat : « Des opérations sont en cours, comme le passage du centre-ville à 30 km/h ; l’acquisition du site GéGé, le nou- veau Foyer des jeunes tra- vailleurs… Il faudra veiller à leur réalisation et à la cohérence de l’ensemble. Dans le même temps, notre directeur de projet se devra d’identifier d’autres actions et apporter des so- lutions concrètes.

Actuel- lement nous sommes dans une phase de dia- gnostic qui durera 4 mois. À partir de mai, nous pourrons travailler sur des fiches “actions”. Le directeur de pro- jet sera le maî- tre du calen- drier avec des jalons à respec- ter. On est en m o d e p r o - jet, et c’est ce d e r n i e r q u i m e t autour de la table les compétences. Et ces dernières sont nombreuses » À ce jour, tous les partenaires sont mobilisés. Et le directeur de projet se dit d’ores et déjà « dans l’ac- tion ».

Cécile VERRIER cecile.verrier@leprogres.fr 1) Les partenaires financeurs : Loire Forez Agglo, l’État, le groupe Caisse des dépôts et consignations, Action logement et l’Agence nationale de l’Habitat. Les partenaires locaux : la Chambre de commerce et d’industrie et la Chambre des métiers et de l’artisanat de la Loire. MONTBRISON ACTION CŒUR DE VILLE Kevin Brun, le « chef d’orchestre du projet » Depuis le 17 novembre, le direc- teur de projet Action cœur de ville, Kevin Brun, est à pied d’œuvre. Une mission de quatre ans que le jeune homme devra mener en concertation avec tous les partenaires.

} Son rôle sera de mener à bien ce projet qui touche tout ce que peut appréhender l’habitat ~ Christophe Bazile, maire de Montbrison POINT PAR POINT n Une concertation des habitants « Avec l’aide d’un bureau d’étude, nous allons organi- ser une concertation des habitants, avec les parte- naires.

Nous souhaitons savoir comment les habi- tants, les commerçants perçoivent ce dispositif. Kevin Brun synthétisera l’ensemble de ces données dans le but d’une améliora- tion programmée de l’habi- tat » précise le premier magistrat de la commune, Christophe Bazile.

17 42B - 1 ACTU MONTBRISONNAIS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr À l’issue de l’assemblée générale, Alain Drutel,présidentdelachoraled’Écotay- l’Olme, présente la prochaine saison. Quoi de neuf à la chorale ? « À la suite du forum des associations, trois nouveaux adhérents nous ont ap- porté un second souffle. Ils se sont plei- nementinvestisetl’uned’euxarejointle bureau. Cela nous a redynamisés ! » Parlez-nous de l’association… « Nous sommes 22 adhérents et Xavier Carrot nous dirige encore. On répète le jeudi, de 18 h 30 à 20 heures. Il est tou- jourspossibledes’inscrire.Lerépertoire est varié : de Thiéfaine, Téléphone ou Cabrel jusqu’à des standards comme La Butte rouge.

» Quels sont vos projets ? « Nous chanterons à Saint-Martin-Les- tra vendredi et organiserons une inter- chorales, le 23 mars. Nous avons aussi chanté à l’école de Savigneux et renou- velleronspeut-êtredansd’autresétablis- sements. » CONTACTAlain Drutel : Tél. 06.84.94.78.79. ÉCOTAY-L’OLME LOISIRS « Trois nouveaux adhérents nous ont apporté un second souffle » ■ Alain Drutel (en pull rouge) et les choristes. Photo Christophe THIBAL Cette association fédère les commer- ces de la commune en organisant, tout au long de l’année, des événements afindemettreenvaleurlecentre-ville.

La première action consistait à récolter dejouetsafindegarnirlepiedd’unsapin de Noël, installé dans la Maison du tou- rismedeMontbrison.Elleaétéeffectuée enpartenariataveclaMFR,(Maisonfa- miliale rurale) d’Allard. Les élèves d’une classede1re ontsollicitéleurscamarades et leurs familles au moyen d’affichettes. Le lycée agricole de Précieux, les Sous des écoles de Pralong, de Chalain-le- Comtal et l’école primaire de Saint- Georges-Hauteville ont également aidé àgarnircettefontaineàjouets. Les joujoux ont été remis au Secours populaire qui les redistribuera aux e fants de familles dans le besoin, ven- dredi,danslelocalsituéau5,rueHenri- Levet.

L’autre action s’est déroulée le 8 décem- bre.Uneventedeballonsetlelâcherqui a suivi ont permis de dégager un bénéfi- cede230euros.Cettesommeaétéremi- seàAlphonseAvril,responsabledel’an- tennemontbrisonnaiseduTéléthon. CONTACTMairie :Tél.04.77.96.18.18. MONTBRISON COMMERCE Lafontaineàjouetsaété remiseauSecourspopulaire ■Josiane Guillaumond, secrétaire générale du Secours populaire (en pull blanc à gauche), a réceptionné la fontaine à jouets, issue d’une collecte orrganisée par Montbrison mes boutik’ avec la MFR. Photo Christiane CHAMBON Deux actions solidaires menées par l’association Montbrison Mes boutik’ ont connu un heu- reux épilogue, mardi.

Lundi, une cinquantaine de personnes ont répondu à l’invitation du CCAS (Centre communal d’action socia- le) pour le goûter de Noël. L’après-midi a permis à chacun de discuter tout en dégustant la bûche accom- pagnée de friandises. Un colis a été offert à tous ceux âgés de 70 ans et plus. Pour certains, c’était la première fois. Les per- sonnes en maison de re- traite ne seront pas oubliées et recevront éga- lement leur colis.

■Pierre-Jo Gouttenoire (à droite) a reçu son colis pour la première fois.Photo Estelle MARGNAC CHALAIN-LE-COMTAL Plus de 50 participants au goûter de Noël des anciens organisé par le CCAS 1 160 Le club de fitness, Form’z, basé au complexe C.-Briant, a développé ses activités écologiques et solidaires, cette année. Pour le Téléthon, son directeur, Cédric Duplomb, et son équipe de coaches sportifs, ont organisé le premier RPM 24 H. Il s’agissait de « pédaler pour la bonne cause » sur des vélos d’appartement. Le succès a été au rendez- vous : 11850 km parcourus, 6 séances consécutives complètes avec 45 personnes engagées aux heures de pointe, plus de 550 participants dont un tiers d’invités non-adhérents et 8 coaches mobilisés.

Résultat : plus de 1 160 euros collectés qui ont été remis à l’association Objectif T.

MONTBRISON ■Remise officielle du chèque de Form’z par Cédric Duplomb (au centre), directeur du club de fitness, à Charles Castiglia et Odette Besson d’Objectif T. Photo Michel GRANGER CHAMPDIEU Le club de l’Amitié a fêté Noël, mardi. À cette occasion, Thérèse Labbe, la présidente, a revêtu l’habit de la Mère Noël pour servir le repas aux 30 adhérents. Une belle table les attendait pour déguster des plats foréziens, sans oublier l’interlude champdiolat. Le doyen, M. Ferry, âgé de 98 ans, n’était pas de la fête pour raisons de santé. CONTACT Mairie : Tél. 04.77.97.17.29.

■ Thérèse Labbe, la présidente, a revêtu l’habit de la Mère Noël pour servir le repas.

Photo Christiane CHAMBON Repas de fête au club de l’Amitié

18 42B - 1 ACTU MONTBRISONNAIS LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Mardi, les élèves du Val-Chandieu ont profité de la pause méridienne pour déguster le repas de Noël, et savourer les desserts et friandises de circons- tance. Les employées municipales avaient revêtu leur bonnet rouge. À compter du 1er janvier, la mairie mettra en place un portail citoyen, doté d’un espace famille et factura- tion. Il permettra de dématérialiser les inscriptions au restaurant scolaire, à partir d’un poste connecté. Les fa- milles pourront inscrire ou désinscri- re, suivant une procédure stricte, leurs enfants à la cantine, régler leurs factures… Ce nouveau fonctionne- ment doit permettre une gestion plus rigoureuse et au plus juste des repas.

Des repas achetés auprès de l’Ehpad voisin (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Aussi, la municipalité espère pouvoir compter sur l’engagement citoyen des familles pour tendre vers l’optimisa- tion des services et la réduction des gaspillages alimentaires.

PRATIQUE Plus de renseignements au 04.77.50.61.25. USSON-EN-FOREZ VIE SCOLAIRE LacantinescolaireduVal-Chandieu évolue et ravit les papilles ■ Mardi, c’était repas de Noël pour les enfants, en compagnie de Josyane (ici, au service). Photo Maud TOURRON À l’approche des fêtes de fin d’année, le CCAS (Centre commu- nal d’action sociale) offre à tous les Verriérois âgés de plus de 70 ans un colis de Noël gourmand. Lors d’un porte-à-porte, ce sont 93 colis qui vont être distribués d’ici la fin de semaine par les membres de la commission. Et les quatre personnes en maison de retraite recevront le leur sur leur lieu de résidence.

PRATIQUE Renseignements à la mairie au 04.77.76.25.08. ■ Gisèle Brunel et Kevin Klein ont remis son colis à Jeanne Roux. Photo Nathalie TOULY VERRIÈRES-EN-FOREZ Le centre communal offre les colis de Noël Depuis le 2 août, Emmanuel Cognasse a racheté le fonds de l’Épicerie-Central’bar. Les méandres de l’administration ont plus que compliqué l’ouverture du commerce (même la subtilité de l’adresse 1, rue de Couard au lieu de 1, rue du Couard a bloqué le dossier durant deux semaines). Dans quelques jours, c’est dans des locaux relookés que chacun va reprendre ses habitudes : le petit café du matin pour les anciens, la retransmission des épreuves sportives, le choix de bons produits du terroir, etc.

Samedi, avec la distribution des colis de Noël du CCAS (Centre communal d’action sociale) dans le commerce, c’est un premier rendez-vous intergénérationnel qui rassemblera les aînés et les élus du CMJ (Conseil municipal des jeunes) autour de brioches et boissons chaudes.

■Une livraison de mobilier et l’entraide s’organise autour d’Emmanuel (sur la remorque à gauche). Photo Nathalie TOULY LÉZIGNEUX L’Épicerie-Central’bar va bientôt ouvrir SAVIGNEUX Le conseil municipal a décidé d’augmenter la part commu- nale incluse dans le prix de l’eau potable. Cette hausse de tarif ne concernera pas les familles mais plutôt les entrepri- ses ayant de gros besoins en eau. Jusqu’à 6 000 m3 de consommation annuelle, le tarif reste inchangé à 0,40€/m3. Les nouveaux prix sont les suivants : 0,40€/m3 pour une consommation annuelle de 6000 à 12000m3, 0,37€/m3 au-delà (soit +0,04€/m3).

La mairie se justifie par l’existence d’un déficit structurel impactant son budget de l’eau. Durant plusieurs années, l’épargne de fonctionnement a permis de couvrir l’annuité de la dette. Aujourd’hui, dans un contexte de baisse de la consommation, la commune n’a plus le choix. L’augmenta- tion de la part communale est un moyen de montrer sa bonne volonté dans la recherche de solutions pour combler le déficit. La gestion du service public de l’eau potable est confiée à la société Aqualter. Mais c’est à la municipalité qu’incombe l’entretien du réseau de distribution. Sans la surtaxe, elle ne pourrait pas accomplir sa mission.

Prix de l’eau : les plus gros consommateurs payeront plus cher Lundiaprès-midi,lesenfantsdesclasses deCE1auCM2duRPI(Regroupement pédagogique intercommunal) La Clé des montagnes ont reçu la visite de M.Barbier, venu de l’Ain, administra- teur de la Fédération nationale André- Maginot (Fnam). Il a remis un chèque poursubventionnerunepartiedutrans- port de leur voyage scolaire à Verdun, quiaeulieuennovembre. Devant une classe attentive, M.Barbier, retraité de l’armée de l’air, leur a fait dé- couvrir qui était André Maginot et quel combat il a mené pour les anciens com- battants. Ils ont aussi découvert quel est le rôle de la Fnam, notamment avec le ravivage quotidien de la flamme du Sol- datinconnuetledevoirdemémoire.

La remise de cette subvention est aussi l’occasion pour les enfants de participer à un concours organisé par la Fnam. Les classeslauréatesseverrontoffrirun séjour à Paris pour assister à la cérémo- nie du ravivage de la flamme du Soldat inconnusousl’ArcdeTriompheavecles ancienscombattants.

CHALMAZEL-JEANSAGNIÈRE TRADITION Les élèves du RPI sensibilisés au devoir de mémoire ■ M. Barbier de la Fédération André-Maginot entouré des écoliers. Photo Jean-Pierre OLIVIER

19 42B - 1 ACTU MONTBRISONNAIS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Située à proximité de la D102 en direction de Saint-Anthème, Cha- zelles-sur-Lavieu est une des portes d’accès au Parc naturel régional Li- vradois-Forez, en direction de la val- lée de l’Ance ou encore des cols et jasseries du Haut-Forez. Chazelles-sur-Lavieu possède sept hameaux, qui ont autant d’habi- tants que le village lui-même.

À ce jour, selon le dernier recensement, la commune se compose de 293 habi- tants appelés Chazellards, contre 176 en 1980.

Le village offre un magnifique pano- rama, de jour comme de nuit, sur la plaine du Forez et jusqu’aux monts duLyonnaisetpar-delàverslesAlpes (le mont Blanc se laisse deviner cer- tains jours de pur ciel bleu). Chazelles a toujours été un village agricole avec ses petites fermes né- cessitant d’avoir souvent une activité artisanale parallèle (menuiserie, ma- çonnerie…) pour dégager des reve- nus suffisants. À une époque, le village comptait deux écoles (une publique, une libre) puis deux classes publiques. Mais en 1991, ce fut la fermeture définitive. Depuis, les enfants profitent du re- groupement pédagogique avec Gu- mières, qui fonctionne avec trans- port scolaire, cantine et garderie.

Vers 1930, Jacques Devin créait la scierie. Elle porte toujours le même nom et le travail du bois perdure. Des changements au fil des ans Autrefois, au sein du bourg, on trou- vait la boulangerie-épicerie-café Blanc, qui assurait un passage dans les hameaux, ainsi qu’un autre café. Aujourd’hui, les commerces ont dis- paru. Entre 1995 et 2008, la munici- palité a fait construire la salle des animations. Pour que le village se repeuple un peu, le lotissement des Aubépines à l’entrée du bourg voit le jour, le presbytère est rénové, des logements sont créés au bourg. Aujourd’hui, avec la nouvelle muni- cipalité de Christiane Brun-Jarry, le village a été rénové avec ses change- ments de réseaux souterrains (eaux pluviales, eaux usées) et les fils élec- triques ont été enfouis… Le bourg s’est transformé et a été sécurisé avec la création de trottoirs.

Uneagréablemairieavulejoursurla place du village en lieu et place d’une salle vétuste. Un parking a été créé à l’entrée du bourg. Les bâtiments de l’ancienne école sont entretenus. CHAZELLES-SUR-LAVIEU VUE DU CIEL Un petit village perché sur les monts du Forez Village rural à 920 mètres d’al- titude, Chazelles-sur-Lavieu se trouve dans le canton de Mont- brison. La commune a une superficie de 985 hectares. Elle fait partie de Loire Forez Agglo. ■ Photo Drone reporter 42 / Grégory BRET 293 habitants à Chazelles-sur-Lavieu, appelés les Chazellards. Ils étaient 176 en 1980. WEB + Retrouvez la commune vue du ciel en images et en vidéo sur notre site leprogres.fr St-Etienne Roanne LOIRE Chazelles-sur-Lavieu «Chazelles-sur-Lavieu est une pe- tite commune qui possède plu- sieurs points de découverte.

Outre ses paysages et chemins propices aux promenades, la commune est riche du couvent- cabinet de curiosités de Daniel Pouget, qui propose de splendi- des collections venues d’ailleurs. Elle possède également un arbo- retum primé comptant plus de 400 espèces d’arbres et un patri- moine vernaculaire qui mérite le détour. Côté sport, le parc accro- branche® est un lieu idéal en plei- ne nature.» « Une commune à découvrir » Christiane Brun-Jarry, maire ■ Photo Jeannine VILVERT

20 42B - 1 ACTU FOREZ LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr FEURS Cinquante-deux lycéens des classes de terminales L (littéraire) et ES (économie et social) se sont rendus à Paris, du 10 au 14 décembre. Ils avaient préparé ce voyage en classe de 1re : choix du programme et actions pour le financer. Mme Simon, professeure les accompagnant, a déclaré : « Ce programme a été un mélange réussi de mémoire, de culture et de tourisme. La visite à l’Assemblée nationale a été un moment mémorable. Malgré le froid, les lycéens ont été positifs, même s’ils ont constaté la multitude de contrôle aux portiques de sécurité.

Ce voyage a notamment enrichi leur esprit de cohésion. » ■ Au pied de la tour Eiffel. Photo Catherine CARTIER Voyage à Paris pour les lycéens du Forez 1 440 Lors de la journée du Téléthon, les sapeurs- pompiers et le Club des jeunes ont permis de collecter 1 440 euros avec de nombreu- ses animations : parcours avec un seau rempli d’eau pour les plus petits, tombola, repas, buvette, lâcher de lanternes... SAINT-MARTIN-LESTRA Les deux raisons principales avancées pourcesdécorationsetilluminations sont : en premier lieu, le plaisir des yeux pour émerveiller petits et grands et, en secondlieu,latradition.Peudemaisons sont décorées mais lorsqu’elles le sont, elles attirent l’attention des promeneurs qui s’arrêtent parfois pour les admirer.

L’installation a commencé les 7 et 8 dé- cembre, car elle demande du temps pour dérouler et parer les maisons de plusieursmètresdeguirlandes.Cettean- née, le prix des projecteurs étant plus accessible, les façades se sont habillées de rideaux de lumière ou de flocons, d’étoiles, de rennes ou d’inscriptions en lien avec Noël (comme à l’angle du fau- bourg Saint-Antoine).

Les façades se parent de couleurs Pour les couleurs des façades, le choix est large : rose, rouge, vert, blanc et bleu… Elles donnent aux jardins et à la villeuneambiancedifférente.RueFran- cis-Garnier,unemaisons’esthabilléede blanc et de bleu. Sur beaucoup de mai- sons,desPèresNoëlsemblentescalader les façades pour trouver le chemin de la cheminée. Des sapins décorés et illumi- nésornentdesjardins.Desnounoursen peluche s’invitent sur un balcon quand d’autres, accompagnés de branches de sapin, décorent la devanture d’une mai- son de ville vers la mairie. Différentes figurines sont de sortie, notamment Olaf, un bonhomme de neige vu dans un dessin animé Disney.

Dans les jar- dins,onaperçoitdesours,desécureuils, des biches et même quelques figurines animées.

La plupart des personnes illuminant leur habitation choisissent des décora- tions à leds, car elles consomment peu d’énergieetrestentcependantvigilantes surletempsd’éclairage.Lesdécorations étant décrochées courant janvier, on peut les admirer jusque-là. FEURS CADRE DE VIE Des habitations illuminées pour le plaisir des yeux Des habitants installent minu- tieusement leurs décorations de fêtes, illuminant maisons et balcons d’appartements. ■Plusieurs façades sont éclairées au moyen d’un projecteur. Photo Jacky TOINON ZOOM « Nousdécoronsnotremaison pourlesfêtesdepuisdixans.C’est unplaisiretpourlesenfants.Nous installonsnosdécorationspourle 8-Décembre,expliqueM.Soulas.

Unprojecteuréclairelafaçadeet desfiguriness’animentetcréentun jardinpoétiqued’hiver.Celarepré- senteunaprès-mididetravail,voire plus,pouraccrocher,toutbrancher etréglerl’animationdesfigurines. Commelesdécorationsàledsne consommentpasbeaucoup,lecoût decetéclairagen’estpasexcessifet unminuteurprogrammeuntemps d’éclairagetouslessoirs.Enjanvier, nousenlevonslesdécorationsetau momentdessoldes,nousrachetons unnouveaumotif.D’annéeen année,notredécorations’enrichit. » ■ M. Soulas et ses fils, Raphaël et Lucas. Photo Catherine CARTIER « Nous décorons notre maison depuis dix ans » En raison des ponts de fêtes de fin d’année, la mairie sera fermée les lundis 24 et 31dé- cembre.

FEURS La mairie sera fermée les 24 et 31 décembre Le château du Rozier organise une soirée Hit Machine sur le thème Dance des années 90, vendredi à 20 h 30. Code vestimentaire con- seillé : fluo, collier ras le cou, etc. FEURS Le château du Rozier au rythme du Hit Machine, vendredi ■ Des biches animées. Photo Catherine CARTIER

21 42B - 1 ACTU FOREZ JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr NERVIEUX Le Nervirot Cyril Nabonnand prépare un BTSA (Brevet de technicien supérieur agricole),au lycée Chervé, en aména- gement paysager et est actuellement détaché à Concept jardin, à Feurs.

Il revient de Caen (Calvados), où il a participé aux Olympiades des métiers. S'il a raté de très peu la qualification pour la Russie, il a réalisé une bonne perfor- mance. Avec son camarade Maxime Dimier, il représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le concours, d'une durée de vingt heures, consistait à réaliser un aménagement comple- xe en bois et végétal, directement devant le public, où l'exigence était de l'ordre de 3 millimètres. D'un niveau particulièrement relevé, Cyril a pu se mesurer aux Meilleurs Apprentis de France et est revenu ravi de cette expérience. ■ Avec Maxime Dimier, Cyril Nabonnand (à droite) a participé aux Olympiades des métiers.

Photo fournie par Cyril NABONNAND Cyril Nabonnand a brillamment participé aux Olympiades des métiers Un parfum de conte de Noël flottait dans l’air, lundi matin, à la salle de la Foule, où environ 30 assistants maternels et 60 enfants ont assisté à un spectacle interprété par jacques Brossy avec l’histoire d’un lutin qui avait perdu son doudou et ensuite l’arrivée du Père Noël.

CONTACT Centre social L’Équipage, 16, rue de Saint- Galmier. Tél. 04.77.54.95.03. ■JacquesBrossyavec sonlutin.PhotoFrédéricRODET CHAZELLES-SUR-LYON Le Noël du Relais d’assistants maternels Une aire de jeux destinée aux jeunes enfants vient de voir le jour derrière l’égli- se, sur la place de l’Espla- nade. Les travaux sont ter- minés et ces jeux sont déjà très appréciés par les tout- petits. Le revêtement de sol souple coulé en place, sans joint, à base de granu- lats de caoutchouc liés par de la résine polyuréthane monocomposante, est des- tiné à amortir la chute d’en- fants tombant de jeux ou d’agrès.

Ils leur permettent de grimper sur le toboggan avant de se laisser glisser, un tourniquet agrémente également cet espace. Le montant de l’aire de jeux est de 26 792 euros avec une subvention de 15 960 euros. Le reste à charge pour la commune est 10 832 euros.

■Pierre Giroud présente le nouvel espace.Photo Monique PEILLER ÉPERCIEUX-SAINT-PAUL Une aire de jeux pour les tout-petits Mardi soir, six jeunes conseillers municipaux, Loann, Maxence, Jules, Clara et Emma accompa- gnés de trois conseillers adultes, Fabienne Etaix, Véronique Teys- sot et Fabien Martinon, ont ar- penté la commune afin de noter les maisons illuminées pour la 3e édition de leur concours. Pour rappel, il n’y avait pas be- soin de faire d’inscription au préalable.

L’esprit et la magie de Noël ont ravi les yeux de ces jeunes jurés devant certaines maisons. Les noms des gagnants restent pour l’instant secrets et seront dévoi- lés lors de la cérémonie des vœux du maire vendredi 4 jan- vier, à 19 heures.

CIVENS CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES Concours de maisons illuminées : le jury est passé ■ Jules (tout à gauche) et ses camarades du jury ont arpenté la commune pour désigner le gagnant de la 3e édition du concours. Photo Véronique TEYSSOT Serge Thavel, coprésident, des stages Dribbleo, a tout d’abord annoncé l’arrivée d’un nouvel asso- cié : Sylvain Armand. Un joueur professionnel comptabilisant 506 matches et une carrière dans trois grands clubs : Nantes, Paris et Rennes. Sylvain Armand sera pré- sent sur tous les futurs stages de foot, un véritable atout supplémen- taire pour Dribbleo.

Quelques places encore disponibles pour le stage de janvier Enfin, en plus des deux stages d’été, qui se dérouleront à Panissières, un nouveau stage aura lieu à La Baule en Loire-Atlantique. Un lieu proche de la plage qui permettra de propo- ser d’autres activités, en plus du foot, aux enfants. Serge Thavel a également rappelé que les stages sont ouverts à tous et que les ins- criptions sont d’ores et déjà ouver- tes.

Pour rappel, le prochain stage futsal Dribbleo qui se déroulera du 2 au 4 janvier, n’est pas encore complet. PRATIQUE Inscriptions pour le stage du 2 au 4 janvier, au 06.50.18.99.15 ou contact@dribbleo.fr PANISSIÈRES FOOTBALL Sylvain Armand, le nouvel atout des stages Dribbleo ■Gilles Villeneuve (à gauche) et Serge Thavel (à droite), les coprésidents des stages Dribbleo avec Sylvain Armand (au centre), nouvel associé qui viendra en renfort sur les stages.

Photo Marjorie CHEVRIER Dribbleo a présenté la nouvelle organisation des stages de foot à ses partenaires, bénévoles, élus et collectivités, ce week-end.

22 42B - 1 ACTU FOREZ NORD LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Une réunion publique a été organi- sée afin de présenter à la popula- tion l’avancée du projet, les solutions proposées et les échéances à venir. À l’heure actuelle, la principale diffi- culté de cet îlot délimité par les rues de la Gare et des Monichons et le bas de la rue de la République, reste l’achat d’une habitation. Le proprié- taire demande une somme jugée trop importante par la mairie. Il va donc falloir passer par des procédures ad- ministratives afin de fixer un prix plus raisonnable.

Le projet en lui-même comporte qua- tre grandes étapes.

À commencer par le désamiantage des bâtiments : un poste obligatoire et coûteux car les premiers diagnostics laissent appa- raître une présence d’amiante dans de nombreux matériaux, par exem- ple dans la colle du carrelage, le mas- tic… Suivront la démolition des bâti- ment, l’aménagement d’une plateforme, qui permettra de com- bler le fort dénivelé de près de 3 mè- tres et, enfin, la construction.

C’est sur la quatrième que les Nétra- blais ont été invités à discuter lors de la réunion publique. Les habitants se sont, dans l’ensem- ble, félicités de ce projet qui permet- tra d’aérer et de sécuriser le carre- four, d’élargir les trottoirs mais aussi de créer un lieu de vie. L’objectif est en effet de créer une halle couverte utilisable, bien sûr le samedi matin par les forains, mais également pour des événements festifs tout au long de l’année ou même au quotidien avec, par exemple, la présence de bancs. La surface de la plateforme sera de 280 m² environ et la partie couverte de 250 m², sauf pour le premier pro- jet où elle ne serait que de 180 m².

Un projet, pour l’heure, inchiffrable Les architectes en charge du projet, Damien Couzin et Justine Thévenon, ont présenté quatre scénarios au pu- blic : du plus classique au plus mo- derne. C’est le second, avec trois toi- tures à double pan qui a reçu le meilleur accueil lors d’un vote à main levée. Ce projet, qui devait être déve- loppé avant la fin de l’année afin de permettre le dépôt des demandes de subventions, ne peut pas, pour l’ins- tant, être véritablement chiffré en rai- son notamment de grosses différen- ces de coût liées au désamiantage. De notre correspondant Benjamin FAYE PRATIQUE Les personnes désirant voir les esquisses des différentes constructions proposées peuvent consulter les plans affichés dans la hall de la mairie.

NOIRÉTABLE URBANISME Centre-bourg : quatre scénarios sont possibles ■ Les Nétrablais attentifs à la présentation des différents projets. Photo Benjamin FAYE En cette fin d’année, l’aménage- ment du centre-bourg est un des sujets qui monopolise le plus l’attention du conseil municipal, mais aussi des Nétrablais. Il ne restait que très peu de places, dans la salle polyvalente, mercredi après-midi, à l’occasion d’une manifestation festi- ve qui allait marquer le Noël des résidents. Un spectacle tout en chan- sons qu’animait un sym- pathique clown féminin du nom de Rebeccad’arse- nic. Pour le plus grand plaisir de tous, elle chan- tait les airs d’antan que certains et certaines fre- donnaient avec un large sourire.

Gérard, résident de l’Ehpad (établissement d’hébergement pour per- sonnes âgées dépendan- tes) avait revêtu son cos- tume de Père Noël et n’a rien manqué du spectacle musical.

L’équipe de Judith, l’ani- matrice, et les bénévoles de l’association Pour un sourire ont une nouvelle fois œuvré pour le plaisir des résidents. BOËN-SUR-LIGNON LOISIRS Noël en chansons pour les résidents de l’Ehpad ■ Rebeccadarsenic a assuré le spectacle au milieu des résidents. Photo Elie GRILLET Mardi soir, la troupe de théâtre enfant de l’Association familles ru- rales (AFR), dirigée par Valérie De- lauche, a présenté son spectacle de Noël. Dans la salle des fêtes, ils étaient nombreux à les encourager et les applaudir. Ces jeunes artis- tes, qui ne manquent pas de talent, ont enchaîné en groupe ou en solo des sketchs ou des récits sur le thème d’actualité, le Père Noël.

CONTACT E-mail : afrmarcilly@famillesrurales42.org ■ Le talent, c’est dès le plus jeune âge avec la troupe de théâtre de l’AFR. Photo Maryline TODESCO MARCILLY-LE-CHÂTEL Les jeunes acteurs de l’AFR ont présenté leur spectacle MONTVERDUN Pour les footballeurs de l’AS Astrée, la trêve hivernale est arrivée. Profitant de ce temps de relâche, les responsables de l’association ont organisé une soirée récréative pour les enfants faite d’atelier coloriage, de maquillage et de forma- tage de ballons. Mais, dans sa traditionnelle tenue rouge et blanche le Père Noël restait la vedette du rendez-vous : les 40 enfants présents se pressaient autour de lui, soit pour obtenir une friandise soit pour une photo souvenir.

Pendant ce temps, les adultes savouraient les gâteaux confection- nés par les parents arrosés d’un verre de vin chaud. Le club compte 182 licenciés et 22 dirigeants.

■ Le Père Noël, entouré par les enfants de l’AS Astrée. Photo Roland COURT Le Père Noël est allé à la rencontre des jeunes footballeurs

23 42B - 1 ACTU FOREZ SUD JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr nCouleurs et saveurs, les maîtres mots Aux Deux Ancres Anne et Angélique, les proprié- taires du restaurant Aux Deux Ancres ont décidé de fermer leur établissement le jour de Noël. Néanmoins, le menu de fête qu’elles proposent sur pla- ce pour le 1e r j anvier (à 39 euros, fromage, dessert, café et quart de vin compris) peut également s’inviter à la table de votre domicile.

« Régaler les papilles et les yeux » Le duo a priorisé des prépara- tions qui subliment les saveurs tout en mettant en exergue les couleurs. « Nous utilisons des fleursetdesépicespourrégaler pas seulement les papilles mais aussilesyeux »,déclarent-elles. Alors, pour débuter le repas, le pétillantàlavioletteetsesamu- se-bouches devraient ouvrir les appétitsetmenerlesconvivesà faire un choix entre saumon fumé maison et foie gras mai- son au côte-de-monbazillac. Le pavé de bœuf aux morilles sautées avec une pointe de whisky et son gratin dauphi- nois, généreusement person- nalisé avec thym, ail et crème, accompagné de haricots verts devrait convaincre les ama- teurs de viande.

Pour ceux qui préfèrent le poisson, la Saint-Jacques et sa surprise sous la croûte avec sa gamba flambée au cognac, accompagné de riz safrané et de fondant de vitelotte violette, seraleurchoix.L’établissement assouvit aussi la faim des vé- gans. nGare & Gamel reste dans la tradition Coté Saint-Just, Philippe Mer- cier, du restaurant Gare & Ga- mel, a élaboré une carte de plats à emporter pour les fêtes de fin d’année.

« J’ai choisi de rester dans les coutumes typiques de la sai- son, avec des menus qui peu- vent faire l’unanimité », dit le chef. En entrée, afin de rester danslatradition,il peutprépa- rer un foie gras de canard mai- son accompagnée d’un chu- tney de Noël fait de fruits secs confits avec abricot, dattes, prunes, figues, raisins, pomme, orange, citron (98 euros le kg).

L’autre choix, il l’a porté sur du saumon d’Écosse (fumé mai- sonà48euroslekgouàl’aneth et baies roses, à 52 euros le kg). Le plat de résistance est à trier entre le médaillon de lotte et langoustine à la sauce armori- caine (13 euros la portion), le gratin de fruits de mer à la nor- mande avec coquille Saint-Jac- ques, crevettes roses, moules, coques et quenelle de brochet (11 euros la portion) ou enfin, le chapon fermier aux morilles et vin jaune cépage savagnin (12 euros la portion).

Pour les garnitures, Philippe Mercier a pensé à un riz pilaf au safran des Grillons et hari- cots verts fins (5 euros la por- tion) et au gratin forézien et cardon lyonnais à la moelle (7 euros la portion). De notre correspondante Carmen GIRAUDON CONTACTAux Deux Ancres : Tél.09.54.38.07.50. Gare & Gamel : Tél. 04.77.06.51.05. SAINT-JUST-SAINT-RAMBERT COMMERCE Les meilleurs mets de restaurateurs s’invitent à la maison pour les fêtes Beaucoup,parmanquede tempsoupardésaffection pourl’artculinaire,secreu- sentlesméningespoursa- voirquelsplatsposersurleur bellenappepourlesfêtes. Lasolutionpeutvenirdes restaurateurs.

■ Anne et Angélique des Deux Ancres, en cuisine. Photo Carmen GIRAUDON } J’ai choisi de rester dans les coutumes typiques de la saison ~ Philippe Mercier Mardi, en présence de Ser- ge Triouleyre, président du Téléthon local, et de nom- breux représentants du monde associatif, a été dressé le bilan de la derniè- re édition, qui s’est tenue les 30 novembre et 1er dé- cembre. 8 312 euros ont été reversés à l’AFM (Asso- ciation française contre les myopathies). Un résultat en hausse de 300 euros par rappor t à 2017 (8 011 euros). Serge Triou- leyre était visiblement sa- tisfait de cette 25e édition : « Je souhaite remercier les associations sportives et culturelles ainsi que les commerçants et les entreprises ayant participé à cette manifestation, sans oublier la municipalité.

Un grand merci également à tous les bénévoles qui ont donné de leur temps et sans qui cette manifestation n’aurait pu avoir lieu. » Rendez-vous est donné les 6 et 7 décembre 2019 pour la 26e édition. ■Le président du Téléthon local, Serge Triouleyre, est satisfait de la mobilisation des associations. Photo Daniel DE SIMONE SAINT-MARCELLIN-EN-FOREZ 8 312 euros ont été collectés pour le Téléthon PÉRIGNEUX Dans le cadre de la revitalisation du bourg, le conseil municipal, en la personne de Paul Leydier, adjoint chargé du dossier, a déployé beau- coup d’énergie pour la restructura- tion du bar-restaurant.

Le maire, Mi- chel Robin, avait promis une ouverture avant la fin de l’année. Le pari est tenu. Le lieu est accueillant et les installations – salle, cuisine, plonge, stockage, etc. – fonctionnel- les. Franck Belon, le gérant, accueille depuis quelques jours les clients. Évidemment, il reste quelques ajus- tements à faire. Il attend encore son branchement de téléphone et l’enseigne doit être posée. Mais l’activité démarre sous les meilleurs auspices. Pour le moment, le restaurateur propose le menu du jour, à midi – entrée, plat, fromage, dessert et un quart de vin au prix de 14 euros – et les vendredi, samedi et dimanche en soirée, un menu râpées ou cuisses de grenouilles (sur réservation).

Le lundi, en raison de la fermeture du marché du bourg, l’auberge fait dépôt de pain et distribue votre quotidien.

CONTACT Tél. 04.77.30.72.55. ■ Franck Belon au service. Photo Yvette CHARRET Le bar et l’auberge sont ouverts

24 42B - 1 ACTU FOREZ SUD LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Le syndicat des eaux Unias- Craintilleux-Veauchette vient de remplacer 600 mètres linéaires de canalisations d’eau potable, che- min du Vieux-Bourg. Des comp- teurs isothermes (qui ne craignent plus le gel) ont été posés à la limite des propriétés privées. Ces comp- teurs nouvelle génération pourront être relevés sans déranger les habi- tants.

Des travaux nécessaires pour limiter l’indice de perte « À ce jour, il reste à effectuer les reprises d’enrobés, explique Louis Dibartoloméo, premier adjoint mais aussi président du syndicat Unias-Craintilleux-Veauchette.

Sauf contrainte météorologique, celles-ci devraient être réalisées dans les prochains jours. » Chaque année, le syndicat change 600 à 700 mètres de canalisation dans les trois communes, cela afin de limiter l’indice de perte. En 2017, un excellent taux de 86 %, différence entre eau achetée et eau vendue, était annoncé. Des enrobés à reprendre Rue du Vieux-Bourg, le chantier, financé par le Syndicat des eaux, s’élève à 109 000 euros HT. Che- min de la Villa, de l’Auberge des Lys jusqu’à l’intersection avec la RD1054 et l’entrée du domaine des Vernes, la canalisation d’assainisse- ment a été changée.

Un chantier à la charge de Loire-Forez agglomé- ration. « Les anciennes caisses si- phoïdes au niveau de chaque habi- t a t i o n , o b s o l è t e s , o n t é t é remplacées par du matériel plus performant », éclaire Louis Dibar- toloméo. Là aussi, l’enrobé devrait être réalisé rapidement. Il restera, impasse Marquette, le remplace- ment du réseau d’eaux usées et la création d’un réseau d’eaux pluvia- les. À l’issue de ce chantier, la muni- cipalité se chargera de la réfection de la voirie (enrobé), impasse Mar- quette.

VEAUCHETTE URBANISME Lestravauxdescanalisations touchentàleurfin ■Les ouvriers ont procédé à la pose d’un regard de branchement, au carrefour de la rue des Vernes et du lotissement des Grillons. Photo fournie par la mairie Le remplacement des canalisa- tions d’eau potable, rue du Vieux- Bourg et les opérations d’assai- nissement, chemin de la Villa, sont terminés. SAINT-ROMAIN-LE-PUY C’est une tradition : les résidents des Amandiers déjeunent ensemble à l’approche de Noël. Mardi, le repas a été offert par Georges. Par ce geste, l’homme a voulu exprimer sa gratitude envers l’association gérante de la structure.

Le dessert avait été préparé par M. Veyrard, membre de l’association. À la même table, on trouvait les bénévoles de l’association et la présidente, Maryze Rodriguez, ainsi que les maîtresses de maison d’Éléa. À 17 heures, la chorale Mélodie du Prieuré a offert un concert de chants de Noël. ■ Les seize résidents en compagnie des maîtresses de maison d’Éléa. Photo Josette FALLONE Les résidents des Amandiers réunis le temps d’un déjeuner Quarante-cinq adhérents du club Amitiés Loisirs se sont réunis pour le traditionnel re- pas de Noël, mardi, dans une ambiance festive. Le prési- dent, Marc Grange, a donné rendez-vous aux sociétaires et aux nouveaux adhérents mardi 8 janvier, pour l’assem- blée générale de l’association et pour la dégustation de la galette des Rois.

■ Les sociétaires réunis pour un repas gourmand. Photo Marie-Pierre CHANUT BOISSET-LÈS-MONTROND Le club Amitiés Loisirs partage son repas de Noël SURY-LE-COMTAL Devenez correspondant de presse Notre journal recherche un correspondant local. Il s’agit d’une activité de complément, non salariée, mais rémunérée. Elle nécessite de la disponibilité, beaucoup de curiosité et une grande ouverture d’esprit sur tous les aspects de la vie locale. Elle peut convenir, par exemple, à des parents au foyer, des étudiants, des salariés, des enseignants ou des retraités.

Vous avez le sens de l’écriture et de l’image ? Vous habitez sur place, possédez un moyen de locomotion, un appareil photo numérique et un ordinateur connecté à internet ? Adressez un courrier de motivation par mail à : lprandrezieux@leprogres.fr Mercredi midi, quarante-cinq adhérents de l’UNRPA (Union nationale des retraités et des personnes âgées) se sont retrouvés à l’Auberge de la Sauzée, à Saint-Cyr-les-Vignes, pour fêter Noël avant l’heure.

Au menu : un kir et ses mises en bouche, une assiette de foie gras mi-cuit du Périgord, un rôti de veau avec ses accompagnements et un dessert glacé artisanal. S’en est suivi un après-midi musical avec danse, chants et blagues qui a ravi les convives.

NOTE Assemblée générale de l’UNRPA prévue le 16 janvier, à 14heures, à la salle des Chartonnes. ■Quarante-cinq adhérents ont participé au repas de Noël. Photo Fabien PERAT SURY-LE-COMTAL Repas de fête pour l’UNRPA

25 42B - 1 ACTU FOREZ SUD JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Après le collège Jacques-Pré- vert où, depuis la rentrée, à l’heure dite, tout s’arrête et cha- cun ouvre un livre, le lycée vient de faire un essai. Dix minutes par jour de lecture loisir L’idée a germé au CDI (centre de documentation et d’infor- mation). Rapidement, de nom- breux professeurs ont rejoint Nora Ibbari, Marie-Laure Rage etChristineTerrier :«À14heu- res, on lit.

Dix minutes par jour de lecture loisir, dans le calme, avec une règle : un support pa- pier privilégiant l’imaginaire, la fiction. » Donc, des romans, des BD mais ni revue ni jour- nal. Et pas de support numéri- que. «Les choses sont beau- coup plus complexes dans un lycée, où enseignants et élèves, sous la pression des examens, ne veulent parfois pas gaspiller quelques minutes», constatent les initiatrices. Ce jour-là, à 14heures, la sonnerie de repri- se des cours s’accompagne d’un message spécifique. Dans un grand nombre de classes, c’estavecplaisirqueleslycéens ouvrent un livre. En classe de 2nde3, la majorité d’entre eux lisent Bel Ami, de Maupassant, une œuvre de leur programme.

Certains ont emprunté un livre au CDI, où les prêts ont explo- sé : Coline et Emma le finiront chez elles, Hugo et Mathéo le réservent à ce moment privilé- gié en classe.

Un essai concluant Cet essai d’une semaine, qui concerne toutes les classes d’enseignement général, tech- nologique et professionnel, semble concluant pour le mo- ment, au moins dans les clas- ses.«Nousenvisageonsdecon- sacrer une autre semaine, plus tard dans l’année, à ces dix mi- nutesquotidiennesdelecture», concluent les organisatrices. ANDRÉZIEUX-BOUTHÉON ÉDUCATION Cité scolaire Mauriac-Desgranges : « À 14heures, on lit » L’opération Silence on lit fait florès dans de très nombreux établissements scolaires français. ■La classe de 2nde 3 apprécie particulièrement ce moment de calme. Photo Christiane LORENZI Du 24 décembre au 4 jan- vier, le Pôle enfance jeunesse (PEJ) accueille les 4-17ans sous la houlette d’Amandine Faure, directrice de la struc- ture, pour les vacances.

Une sortie à la Comédie de Saint-Étienne La première semaine, seuls 35participants sont atten- dus. Contrairement aux ha- bitudes, un seul groupe est donc prévu. Son thème de- vrait séduire enfants et ados: le Pôle express. Le train fera halte dans de nombreuses gares à l’intérieur du PEJ. Aussi, une grande fresque or- nera les murs du centre. Bien sûr, les jeux sportifs au gym- nase, les défis au dojo, les ateliers cuisine et création ou encore la confection de savons de Noël, seront égale- ment au programme. Sans oublier une sortie à la Comé- die de Saint-Étienne pour apprécier Le fabuleux Noël de Madame Zarbie.

Trois groupes la deuxième semaine Pendant la deuxième semai- ne, le Pôle express continue- ra son périple. Les partici- pants, attendus en plus grand nombre, seront répar- tis en trois groupes. ➤ Les galopins (maternel- les) flâneront dans le village de Noël. L’occasion pour eux de partir à la chasse aux ca- deaux, de fabriquer un Père Noël articulé, de créer des cartes de Bonne année et de cuisiner des roses de Noël. ➤ Les moussaillons (CP- CE1-CE2) se baladeront dans le parc des rennes, à la rencontre des animaux. Au programme également, con- fection de cookies, jeux spor- tifs et deux sorties avec les galopins : séance cinéma à Saint-Just et spectacle de ma- gie à Saint-Étienne.

➤ Les juniors (CM-collè- ge) iront se frotter au yéti-dé- fi avec de nombreux jeux col- lectifs, des matchs de hockey en salle, des jeux de musique et de danse. Un défi spécial les attendra avec l’atelier manuel « Gare à tes chaus- settes ». Enfin, jeudi 3 jan- vier, un evening-café permet- tra aux enfants et aux parents de partager un goû- ter convivial et de jouer en- semble.

PRATIQUE Quelques places encore disponibles. Les ados (collège) peuvent venir en accueil gratuit, sans inscription préalable. Infos au 04.77.06.07.11. VEAUCHE LOISIRS Le train Pôle express rythme les vacances ■ Les galopins du PEJ en compagnie de l’animatrice Carole Dhaler et de Sam le pompier. Photo Michèle DUBUY VEAUCHE Les Amis du Téléthon étaient réunis, mardi soir, à l’Escale. Tous attendaient avec impa- tience le chiffre définitif de l’édition 2018. Marie-France Pupier et Josiane Cote, les chefs de file des bénévoles, n’ont pas fait durer le suspense trop longtemps. La som- me de 26450,12€ a été récoltée au profit de l’AFM Téléthon.

Dans un contexte social difficile, les Veau- chois ont, encore une fois, répondu pré- sent. Et la recherche avance : des enfants sont traités actuellement par thérapie géni- que. « Jamais, dans l’histoire du Téléthon, nous n’avons eu autant de résultats con- crets à partager avec vous », a communi- qué par écrit Laurence Thienot-Herment, présidente de l’Association française con- tre les myopathies.

Dans la commune, le résultat se décorti- que en 6753,76€ de dons et 19696,36€ de participation, lors de diverses manifes- tations. Parmi celles-ci : marche, repas- concert, soupe aux choux, vente des pro- grammes Sainte-Cécile, tournoi de tennis de table, Scrabble, etc.

■ Les bénévoles des Amis du Téléthon. Photo Éliane BAYON 26450 euros récoltés pour le Téléthon

26 42B - 1 ACTU FOREZ SUD LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Cesujetaunerésonancepar- ticulière cette année. À ce propos, le maire, Claude Gi- raud, a apporté quelques préci- sions : « Le montant de l’enve- loppe indemnitaire est aléatoire selon les communes. À Montrond, notre objectif est de féliciter les agents munici- paux pour leur travail et leur implication. C’est pourquoi j’apporte un soin particulier à rencontrer chacun d’eux per- sonnellement chaque année. » Ainsi, le conseil municipal a voté à l’unanimité une enve- loppe de 80 000 euros (contre 72 000l’anpassé)àrépartiren- tre les 53 agents.

Cette prime sera définie individuellement à l’issue des entretiens annuels, qui se déroulent actuellement et permettent de définir les qualités de chaque agent selon unegrillespécifique(grilledéfi- nie sur le plan national en vi- gueur depuis l’an dernier). « Hasard » ne sera pas euthanasié Par ailleurs, le conseil a égale- ment validé l’octroi d’une som- me de 600 euros afin de cou- vrir en partie les frais vétérinaires qui devront être engagés pour « Hasard », le jeune âne retrouvé sur la voie publique en novembre. Cette somme correspond au mon- tantquiauraitdûêtreengagési la commune euthanasiait l’ani- mal malade.

Enfin, le conseil a statué (sans unanimité mais à la majorité) sur l’ouverture des commerces du secteur automobile le di- manche par dérogation (cinq dates).Unemêmedélibération a été prise concernant Carre- four Market. INFOLes vœux du maire auront lieu le 11 janvier. MONTROND-LES-BAINS CONSEIL MUNICIPAL 80 000 euros pour la prime de fin d’année des employés municipaux Lesélussesontréunis,mar- di,autourd’unordredujour allégéportantenparticulier surlaprimedefind’année. ■ Retrouvé errant sur la voie publique en novembre, l’âne « Hasard » ne sera pas euthanasié. La municipalité versera 600 euros pour payer en partie les frais vétérinaires engagés.

Photo Nouchine CADILLAT 122587000 DISTRIBUTEURS DE JOURNAUX ( statut travailleur indépendant VCP ) Contactez-nous au: 06 95 13 52 80 sur la commune de SAINT-BONNET-LES OULES COMPLÉTEZ VOS REVENUS SOCIÉTÉ DE DISTRIBUTION Recherche H/F ! Travail d’appoint matinal ! Véhicule indispensable ➤ Samedi,lesalond’honneurdelamai- rie accueillera le spectacle Voyage à Vendhiver, à 16 h 30 (tarif 2 euros). 75 places sont disponibles. La billette- rie se trouve au Bureau d’information touristique(Tél.04.77.54.06.08.). ➤ Dimanche, à l’aérodrome, aura lieu le saut du Père Noël en parachute, à 14 h 30. Ensuite, accompagné des Vieilles Soupapes baldomériennes, le Père Noël arrivera place de la Devise, à 16 h 30.

➤ Des contes seront proposés pour les enfants au salon d’honneur les 26, 27 et 28 décembre, à 16 h 30 (50 minutes en- viron ; gratuit ; inscriptions au 04.77.54.05.06.). ➤ Lapatinoireécologiqueseraouverte, place de la Devise, de samedi jusqu’au 6 janvier (sauf 25 décembre et 1er jan- vier), de14 h 30 à 18 h 30 (2 euros les 30 minutes). Des expos et marchés de Noëlserontaussiproposés,notamment à l’espace Badoit : La Provence en mi- niature et sa crèche, de samedi jusqu’au 6 janvier (sauf 25 décembre et 1er jan- vier)de14 h 30à17h30.Entréelibre. Ateliers ➤ Au Caveau des arts avec les Décora- tions de Noël de Marie-Pierre Ducros (création d’un Z’Ours pour les 4ans et plus ou d’une suspension d’étoile de Noëlpourles7ansetplus).Lesséances sont sur réservation au 04.77.54.05.06, samedi et dimanche à 9 heures, 10 heu- reset11heurespour4,50€.

➤ Les ateliers Leody se dérouleront euxsamediaveclalettredeNoël,de14à 16 heures (28 euros) et lundi lors d’un atelierenfants,de9 h 30à11heures,qui consisteenlaréalisationdedécorations de Noël à partir de 8 ans (18 euros). Inscriptions oblig atoires au 06.87.54.22.98. ➤ Les ateliers Campagn’art, mercredi, au Pavillon des créateurs, de 15 h 30 à 17 heures – guirlande en bois flotté et suspensions en bois peints – et le 2 jan- vier : carte de vœux (inscriptions au 06.79.69.46.83.).

➤ L’atelier Céramiques & Cie propose le 5 janvier : céramique pour adultes, ados et adulte + enfant (inscriptions au 06.83.04.25.71.).

CONTACTServiceanimationetcommunication au04.77.54.05.06.Site :www.saint-galmier.fr SAINT-GALMIER LOISIRS Que faire pendant les vacances ? ■La patinoire écologique devrait rester l’épicentre des activités baldomériennes.Photo Sébastien CABOTTE CUZIEU L’Amicale des donneurs de sang de Cuzieu attend la population, dimanche, pour un grand moment de festivités. À partir de 9 h 30, le Père Noël proposera une promenade en calèche, autour de la commune. Elle sera gratuite pour tous les enfants. Vin chaud, andouillettes et crêpes seront également au menu de cette journée. La Band’à Maurice animera cette manifestation.

Les donneurs cuzieutaires sont de plus en plus nombreux, le record de dons a été battu lors des dernières collectes.

PRATIQUE La prochaine collecte de don du sang aura lieu le 1er mars. Contact : Frédéric Muselle au 06.18.06.53.54. Dimanche, le village sera en fête grâce au don du sang Vous êtes témoin d’un événement, vous avez une info ? contactez le ou par mail àLPRFILROUGE@leprogres.fr

SPORTS 27 LOI - 1 SPORTS LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Agence de Lyon RédactionSportsdelaLoire 6 Esplanade de France, CS16438, 42964 Saint-Etienne Cedex 9 04.77.91.47.47 sports42@leprogres.fr Mail Publicité Web Web www.le www.leprogres.fr/ sports/sports-loire-haute-loire Facebook Facebook www.facebook.com/leprogres.

saintetienne www.bjp-publicite.com Le Club América vient d’ajouter un nouveau titre à son palmarès. À une semaine près, Timothée Kolod- ziejczak aurait presque pu assister à la finale retour du tournoi d’ouvertu- re qui s’est déroulée dimanche der- nier au stade Azteca de Mexico. Le défenseur des Verts va, en effet, pas- ser les fêtes de Noël au Mexique. Il n’a pas prévu de faire bronzette sur les plages de Cancun ni de visiter les haciendas du Yucatan ou la cité maya de Chichén Itzá. Loin des lieux tou- ristiques, il mettra le cap au nord-est vers une région plus méconnue. Di- rection Monterrey, une ville prospère de 1,1 million d’habitants, située à 200 km de la frontière américaine et entourée par les montagnes.

La capi- tale de l’état du Nuevo Léon possède deux clubs de football de haut ni- veau : le CF Monterrey et les Tigres UANL.

Kolodziejczak joua pour ces derniers, de septembre 2017 à juillet 2018, avant d’être prêté chez les Verts. Mê- me s’il n’a disputé que six matchs de Liga MX, il garde un souvenir indélé- bile de son passage à Monterrey. « Oui, ça m’a marqué. C’est pour ça que j’avais envie d’y retourner. Je vais voir mes amis. Je suis tombé amou- reux du Mexique. J’adore ce pays ». Il n’est pas le seul. Son ancien coéqui- pier aux Tigres, André-Pierre Gignac, a même demandé la nationalité mexi- caine. C’est dire.

Prêté par les Tigres de Monterrey, il « aimerait bien rester en Europe » Mais qu’est-ce qui peut bien attirer autant les footballeurs de l’Hexago- ne ? « Comme l’Espagne, c’est un pays de foot » explique Timothée qui a joué trois saisons au FC Séville.

« C’est pareil dans tous les pays lati- nos. Le football est en eux et cela commence tout petit » Le contraste est saisissant avec le France. « Il faut dire ce qu’il en est, nous sommes moins un pays de foot. La ferveur est beaucoup plus importante au Mexi- que ». Elle n’a rien à envier à l’Argen- tine. « River Plate et Boca Junior sont deux clubs particuliers mais en ter- mes d’intensité, d’amour pour son club, c’est la même chose au Mexi- que ». Pour illustrer son propos, il évoque le grand derby de Monterrey face aux Rayados : « On les avait bat- tus, leurs supporters pleuraient. Ça leur tenait tellement à cœur.

» “Kolo” appartient toujours aux Ti- gres, il est donc prévu qu’il retourne jouer au Mexique le 30 juin prochain si l’ASSE ne lève pas l’option d’achat d’ici là. Celle-ci avoisinerait les 5 mil- lions d’euros, la somme déboursée par les Mexicains pour le recruter au Borussia Mönchengladbach. Vu la qualité des prestations du Nordiste, son expérience et sa polyvalence, c’est une belle opportunité à saisir. « Je ne sais pas ce qui se passera pour moi. Tout peut arriver, glisse le joueur formé à Lens. Pour l’instant, je n’y pense pas. Je ne pense qu’à jouer avec Sainté, me faire plaisir, réaliser une grosse saison, atteindre nos objectifs.

En fin de saison, on se mettra autour d’une table. De toute façon, ce n’est pas moi qui vais décider si je reste ou si je pars. » Il a tout de même une petite préférence pour sa future desti- nation. « J’aimerais bien rester en Eu- rope. » Thomas DUTANG ■ Timothée Kolodziejczak va passer les fêtes de Noël au Mexique. Il reviendra à Saint-Etienne pour la reprise de l’entraînement fixée le 30 décembre. Photo Yves SALVAT Timothée Kolodziejczak, le “Mexicain” FOOTBALL LIGUE 1 Le défenseur des Verts est « tombé amoureux » du Mexique lors de son passage chez les Tigres de Monterrey la saison dernière.

« J’adore ce pays ». « Le coach sait que je peux jouer à gauche ou dans l’axe de la défense. C’est lui qui fait ses choix. Moi je joue où il me dit de jouer, explique Kolodziejczak. Si j’ai une petite préférence ? Oui un peu l’axe mais j’aime aussi jouer à gauche, le poste où j’ai été formé. Je ne bouderai pas si je joue à gauche. Au contraire.

C’est différent au niveau du placement, de la concen- tration, des responsabilités. Dans l’axe, tu commandes la défense, tu parles plus, notamment aux milieux qui sont devant toi. À gauche, quand j’étais jeune, j’aimais bien me porter devant. J’avais le coffre pour faire ça et je l’ai enco- re. » T.D. Défense et polyvalence FEU VERT nKhazrietCabellafontdurab Aveclereportdumatchcontrel’OMetleursuspensionà Nice,KhazrietCabellaauronteu17jourssanscompétition. AlorspourentretenirleurformeavantlaréceptiondeDijon samedi(21h),ilsontmultipliélescoursesenlignedroite, mercredimidi,unefoislaséanced’entraînementterminée.

Uneséanceàlaquellen’ontpasparticipéPerrinetDiony, ménagés.Saliburnes’estpasentraînéluinonplusmais,de toutefaçon,ilseraabsentsamedi.Lacommissiondedisci- plinedelaLiguel’asuspenduunmatchsuiteàsonexpul- sionàl’AllianzRiviera.

Polomataregagnélevestiaireavantsescoéquipiersaprès avoirressentiunepetitegênemusculaire.Mieuxvautnepas prendrederisque.L’infirmerieestdéjàbienremplieavec Debuchy,Hamouma,SilvaetSubotic.

28 LOI - 1 SPORTS FRANCE MONDE LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Lyon s’est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue mercredi en s’imposant 3-2 sur la pelouse d’Amiens, qui a joué plus d’une heure en infériorité numérique et a fait trembler les Lyonnais en fin de rencontre. Avec une équipe largement rema- niée, l’OL a rapidement pris les de- vants grâce à un penalty inscrit part Moussa Dembélé (20e ), avant de tuer le suspense juste avant la mi-temps grâce à Bertrand Traoré (45e +2).

En seconde période, les Rhodaniens ont enfoncé le clou par Martin Terrier (60e ), avant toutefois de se faire un peu peur. Les Picards, dont la tâche a été singulièrement compliquée par l’exclusion de Khaled Adenon dès la 26e minute, ont en effet réduit le score grâce à un but contre son camp de Jason Denayer (70e ) et un autre de Cheikh Timite dans le temps addi- tionnel (90e +1).

nStrasbourg enfonce Marseille L’Olympique de Marseille a creusé plus profond encore en s’inclinant à domicile contre Strasbourg (1-1, 4 t.a.b. à 2). L’OM est en chute libre, à l’image de son capitaine, Dimitri Payet, qui a raté deux penalties, un dans le match (70e), un dans la séan- ce de tirs au but, expédié sur le po- teau… Un autre cadre, Adil Rami, a envoyé dans les travées d’un Vélodro- me vide le dernier tir de la séance. La crise s’installe, et Rudi Garcia semble à court de solutions.

nRennes enchaîne Julien Stephan a toujours un bilan immaculé de 4 victoires en 4 matches après la victoire de Rennes, mené au score mais qui a fini par l’emporter (2-1).

C’est une tête croisée de Da- mien Da Silva, trouvé par Benjamin Bourigeaud au deuxième poteau, qui a délivré le Roazhon Park à la 89e minute (2-1), après un match pas très bien engagé. nBasic envoie Bordeaux en quarts Un but du jeune croate Toma Basic a envoyé Bordeaux en quarts de finale de la coupe de la Ligue après la victoire des Girondins, mercredi à Dijon (1-0) en 8e de finale.

FOOTBALL COUPE DE LA LIGUE (8ES DE FINALE) Ça passe pour l’OL pas pour l’OM L’OL s’est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue en battant Amiens (3-2). De son côté, l’OM s’enfonce dans la crise et s’incline aux tirs aux buts face à Strasbourg dans un Vélodrome bien vide. ■ Bertrand Traoré a été le grand agitateur de la première période. Photo Stéphane GUIOCHON COUPE DU MONDE DES CLUBS Bale envoie le Real en finale Le Real Madrid, qui a décro- ché son ticket pour sa 3e finale d’affilée grâce à un tri- plé de Gareth Bale mercredi (3-1 devant Kashima Antlers), devrait remporter -sauf énor- me surprise- son 4e Mondial des clubs, samedi en finale aux dépens d’Al-Ain, club émi- rati représentant le pays hôte de la compétition.

Bale, après avoir manqué le dernier match de Liga en rai- son de douleurs à la cheville droite, est revenu très fort en se faisant remarquer d’entrée avec une volée du droit qui a manqué de peu le cadre (28e). Si Karim Benzema a aussi pressé la défense japo- naise tout au long du match, c’est surtout le duo Bale-Mar- celo qui a fait la différence. LIGUE 1 Bordeaux-Amiens, prévu samedi, décalé à dimanche Le match Bordeaux-Amiens, comptant pour la 19e journée de Ligue 1 et initialement pro- grammé samedi à 21h00, « est décalé au dimanche 23 décembre à 17h00 » « à la demande de la préfecture de Gironde », a annoncé la Ligue de football profession- nel (LFP) mercredi.

ANGLETERRE Tottenham-Chelsea en demi-finale Chelsea et Tottenham se sont qualifiés mercredi pour les de- mi-finales de la Coupe de la Ligue, les «Blues» s’imposant de justesse contre Bourne- mouth (1-0), et les «Spurs» prenant leur revanche sur les «Gunners» d’Arsenal (2-0), qui avaient remporté le derby en Premier League le 2 dé- cembre. FOOT EXPRESS ■ Gareth Bale. Photo AFP/Giuseppe CACACE LIGUE 1 À l’aube de son 20e anniversaire, qu’il fêtera ce jeudi, Ky- lian Mbappé s’est imposé comme la nouvelle coquelu- che du foot mondial. Il ne manquait que le Ballon d’Or pour conjuguer l’année 2018 au plus-que- parfait.

Du triplé na- tional (championnat de France, Coupe de France, Coupe de la Ligue) avec le PSG, au sacre mondial avec l’équipe de France l’été dernier en Russie, Mbappé a quasiment remporté tous les trophées possibles.

■ Kylian Mbappe, le précoce surdoué. Photo AFP/Franck FIFE Kylian Mbappé, 20 ans et déjà le monde du foot à ses pieds Manchester United a annoncé mercredi avoir nommé le Norvégien Ole Gunnar Solskjaer au poste d’entraîneur jusqu’à la fin de la saison 2018/2019, au lendemain du renvoi du technicien portugais José Mourinho. Ole Gunnar Solskjaer, ancien attaquant aujourd’hui âgé de 45 ans, a joué 366 matchs et marqué 126 buts sous le maillot mancunien entre 1996 et 2007. Il avait pris la direction de l’équipe réserve de Manchester United en 2008, avant d’entraî- ner le FC Molde (Norvège), à partir de 2010.

Solskjaer sera secondé par l’ancien adjoint de Sir Alex Ferguson, Mike Phelan, et l’ancien joueur et assistant de Mourinho, Michael Carrick.

FOOTBALL ANGLETERRE Solskjaer nouvel entraîneur de United ■Ole Gunnar Solskjaer a joué 366 matchs sous le maillot mancunien. Photo AFP/Andrew YATES LES RÉSULTATS Orléans(L2)-PSG . . 1-2 Amiens-Lyon . . 2-3 Dijon-Bordeaux . . 0-1 LeHavre(L2)-Nîmes . . 2-1 Rennes-Nantes . 2-1 Monaco-Lorient(L2 . . 1-0 Nice-Guingamp . . 0-0(Tab:1-3) Marseille-Strasbourg..1-1(Tab:2-4) nLesquartsdefinale (8et9janvier): Lyon- Strasbourg Monaco-Rennes Bordeaux-LeHavre(L2) PSG-Guingamp

29 LOI - 1 SPORTS LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr FOOTBALL > ÉCHOS N2 n Bergerac respire À la traîne en cham- pionnat, les Périgour- dins ont décroché un succès important en vue du maintien à Montauban (0-2).

Trois points qui leur permet- tent de se rapprocher de la ligne de flottai- son, alors que les Mon- tois restent à quai, avant-derniers. En haut de tableau, ce sont paradoxalement les Ponots qui font la bonne affaire du week- end. Qualifiés en Cou- pe de France aux dé- pens de Crest-Aouste, les Altiligériens ont vu Colomiers s’effondrer à Andrézieux, leur procurant une belle opportunité en cas de victoire face à la réser- ve bordelaise pour leur match en retard, prévu fin janvier.

n Prochaine journée : Bergerac-Périgord – Trélissac ; Sète FC – Nîmes Olympique (2) ; Le Puy – Romorantin ; ASSE (2) – Moulins/ Yzeure ; Colomiers US – Stade Bordelais ; Girondins de Bor- deaux (2) – Blois Foot ; Saint-Pryvé/ Saint-Hilaire ; Les Herbiers – ASF André- zieux. n Buteurs : Patrao (Le Puy), 9 buts ; Popineau (Blois) et Denkey (Nîmes Olympique 2), 7 buts ; Brethous (Stade Mon- tois), 6 buts ; Vagner (ASSE 2), Baana Jaba (Blois), Seidou (Saint- Pryvé/Saint-Hilaire) et Testud (Sète FC), 5 buts ; Barge et Dja- bour (ASF André- zieux), Cardinali et Keita (Colomiers US), Pouye et Petrilli (Les Herbiers), Dutard (Tré- lissac), Chambost et Gueye (ASSE 2), 4 buts.

J.B. Un exercice compliqué où les pongistes roannais avaient déjà échoué par trois fois en 7 journées. Mais les minots Zheng et Givone (16 et 19 ans) n’ont pas tremblé cette fois, s’adju- geant la partie et la victoire en cinq sets. À Argentan, un homme aura une nouvelle fois porté son club vers ce succès, c’est Meng Shan, il tourne à 82 % de réussite depuis son arrivée sur le territoire fran- çais. Il a ajouté deux victoires à sa collection (13) face à Douin puis devant Gadiev, le leader russe adverse, balayé en trois pe- tits sets. Auparavant Zheng et Givone s’étaient logiquement in- clinés face aux russes Gadiev et Gusev.

Loire-Nord est 3 ème au classe- ment et recevra Tours, vendredi, pour clore les matches allers. Patrick LAURENT LOIRE-NORD bat Argentan-Bayard 3/2 Les résultats : Shan bat Douin 3/0 (11-4, 11-9, 11-3), Gadiev bat Zheng 3/1 (12-10, 11-13, 11-6 12-10), Gusev bat Givone 3/0 (11-6, 15-13, 11-9), Shan bat Gadiev (11-9, 11-8, 12-10), Zheng-Givone battent Gadiev- Gusev 3/2 (2-11, 11-9, 11-8, 4-11, 11-6). TENNIS DE TABLE PRO B Loire-Nord n’a pas tremblé en Normandie ■LepongisteroannaisMengShan,undesmeilleursperformeursdeProB.. PhotoPatrickLAURENT Soir de première pour Loire- Nord qui s’est imposé en Nor- mandie au terme du double, le juge de paix après l’égalité en simple.

La Talaudière accueillait ce week-end les meilleurs jeunes gymnastes de la région. Du- rant ce stage du comité départemental de la FFG, les gyms des catégories régionale et nationale ont amélioré leurs techniques aux différents agrès mais également en acrobatie grâce au trampoline. Ce regroupement avait aussi pour but de créer une dynamique inter- clubs et une meilleure connaissance entre ces gymnastes. ■Lesmeilleursjeunesgymnastesdelarégionétaientrassemblés.PhotoGuyCROZIER GYMNASTIQUE STAGE Les meilleurs espoirs masculins à La Talaudière Vendredi soir, pour son traditionnel tournoi de Noël, le SAMHB a réuni au Gymnasium Pierre Maisonnial une soixantaine de personnes (enfants, parents) qui ont pu côtoyer, le temps d’une soirée, leurs joueurs de l’équipe 1.

En particulier le capitaine, Ilyas Kournif et Quentin Mouret qui participaient à l’organisation de ce tournoi : « C’est un moment attendu par nos jeunes joueurs, car c’est un tournoi familial, convivial, et tout le monde a plaisir à être ensemble. Ces jeunes sont heureux de jouer avec les joueurs qu’ils encouragent, dont ils sont fans ». Ce que précisait encore Ilyas Kournif : « On voulait faire un cadeau à ces jeunes en répartissant les joueurs de l’équipe 1 sur l’ensemble des équipes. On voulait être dans l’esprit de partage propre à Noël. Je suis Stéphanois et j’aime cette ville et ce club où j’ai été formé.

Ces moments comme ceux que nous vivons ce soir sont très importants ».

Et si l’ASSE a Loïc Perrin, Stéphanois, qui a fait toute sa carrière au club, le handball a Ilyas Kournif, Stéphanois aussi, qui a fait toute sa carrière au SAMHB. Quentin Mouret, originaire d’Anno- nay, confirmait : « Cela fait deux ans que je suis dans ce club. On est vite adopté ici et les gens font tout pour que l’on se sente bien ». F.Q. ■ La grande famille du handball du SAMHB réunie le temps d’une soirée. Photo Antoine QUINSON HANDBALL TOURNOI L’esprit de Noël souffle sur le SAMHB RECTIFICATION Dansnotrearticleparule 14/12surleTop12 Rouen/Indépendante Stéphanoise,ilconvenait delirePatriciaRodriguez, jugeofficielledel’Indépen- dantestéphanoise.

30 LOI - 1 SPORTS LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr APRÈS DENAIN 87 - ROANNE 81 Ce n’est pas un drame. Un coup d’arrêt ? On le saura vendredi. Denain a parfaitement joué le coup et il s’est transformé en panne pour la Chorale. À elle de prouver qu’il ne s’agit que d’un accident. Une défaite qui illustre que le champion- nat ne permet aucun écart sur l’état d’esprit à avoir.

« Contre Orléans, ce sera un gros combat » Thomas, comment avez-vous vécu ce match à Denain ? « C’est simple, on n’a jamais été dans le coup. On a réussi à revenir mais on s’est repris un éclat à cha- que fois.

C’était vraiment compli- qué. On savait que Denain était en difficulté, qu’ils n’allaient pas nous laisser gagner… Mais ces matchs, il faut les prendre. Il faut que ce soit un accident. On n’a manqué d’agressivité, nos 12 lancers obte- nus le montrent… Ce n’est pas nous, ça… ».

Personnellement votre match a été tronqué par les fautes… « Totalement. J’ai fauté deux fois rapidement… Laurent (Pluvy, le coach) me protège ensuite, nor- mal… Et quand je reviens en jeu, je prends la troisième directement… C’est frustrant, je n’ai jamais pu ren- trer dans le match. Ça arrive mal- heureusement ». Est-ce que cela change quelque chose contre Orléans vendredi ? « Ils ont gagné, tant mieux pour eux, pas nous. Après, ce sera autre chose vendredi. C’est un gros, gros match. Un tournant ? Non car il y a aura encore de nombres journées derriè- re ce qui n’empêche pas qu’il faut le prendre.

Mais Pour Orléans et nous, le championnat sera encore long ». Vous allez devoir contenir Jeffer- son, un sacré meneur… « Lors de nos deux rencontres, il nous est rentré dedans et a fait ses matchs. Il ne faut pas que ce soit le cas cette fois. J’aurais à cœur de l’éteindre, ce sera l’objectif ». Propos recueillis par E.P.

BRYAN PAMBA devrait être qualifié aujourd’hui. Il a fait connaissance et s’est entraîné hier soir avec le groupe. BASKET PRO B Ville : « Jamais dans le coup » La Chorale a pris ce match à Denain à l’envers. Elle a été pu- nie. Thomas Ville s’explique et assure que le choc face à Orléans sera d’un autre ton. ■ Thomas Ville et la Chorale de Roanne. Photo Frédéric CHAMBERT APRÈS CAEN 77 – SAINT-CHAMOND 85 Dans la cité de Guillaume le Conqué- rant, les Saint-Chamonais se sont imposés sans briller. Bien installés dans le match, aux commandes dès les pre- miers instants, ils ont vu l’équipe d’An- toine Michon revenir jusqu’à les dépas- ser à la 36e (73-72).

Une frayeur de courte durée mais une frayeur quand même. Et ce n’est pas la première fois qu’ils jouent à se faire peur. Dominés dans la peinture Bloisavaitesquisséunretourlasemaine dernière mais partait de tellement loin ; Denain avait recollé à une unité (72-73, 39e ). Sans parler de l’impardonnable renversement de Nantes et du fiasco à Vichy.« Jenecomprendspascettefébri- lité,s’interrogeaitAlainThinet.Onpou- vait jouer plus sereins contrairement à Caen. On redémarre bien la seconde mi-temps.Ettoutd’uncoup,plusrien ». LesNormandsontalorsfaitvacillerune équipe de Saint-Chamond, fragile dans le secteur intérieur.

44 points encaissés dans la raquette et un déficit inhabituel aux rebonds (44 à 32). « On a pris trop de paniers dans la peinture. Beaucoup trop. Ils nous ont marché dessus, regret- te le coach. On s’est fait enfoncer sur le jeu rapide, la relance. On n’a jamais vraiment contrôlé le match ». Cette fai- blesse, elle s’explique en partie par le zéropointédeMakramBenRomdhane (6pts, 3rbds, 0 d’éval). Un match sans, vite excusé par l’entraîneur : « Il nous tient la barque depuis le début de la saison.Ilaledroitderaterunmatch.Ily a d’autres joueurs ». On en oublierait presque que Saint- Chamond a gagné.

Un troisième succès de rang et un sans-faute en décembre jusque-là : « C’est une victoire de plus. La manière est à revoir. Je suis un peu déçu par rapport à la prestation de Blois. Je pensais qu’on allait confirmer et garder notre solidité défensive. Mais c’est une victoire et il faut la positiver. J’aurais signé des deux mains de gagner à Caen ». Les Couramiauds sont deuxièmes, ex aequo avec Vichy- Clermont et Nancy. À une victoire des leaders Roanne et Orléans. Et c’est bien là le plus important.

Valérie FASCIA BASKET PRO B St-Chamond:uneréponsedeNormand Oui les Couramiauds ont gagné et engrangent un troisième succès de rang. Mais non, la manière n’y était pas vraiment. On ne retien- dra que la victoire. ■ Avec 14 points, dont trois paniers primés, Jonathan Hoyaux a retrouvé le chemin du cercle. Photo d’archives Fabrice ROURE 7/3 Comme la saison dernière après dix journées, Saint-Chamond compte sept victoires pour trois défaites, deux à l’extérieur (Orléans, Vichy- Clermont) et une à domicile (Nantes). 12 Le nombre de lancers tentés qui illustre le déficit d’agressivité de la Chorale (11 réussis) pourtant première de l’exercice.

Denain avec 23 obtenus, a été bien supé- rieur à Roanne qui a subi le match.

31 LOI - 1 SPORTS LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr MONTBRISON-BASKET-LANDES 64-69 «Basket-Landes, c’est du spectacle assuré », avait annoncé Corinne Benin- tendi en prenant connaissance de l’adversaire que le tirage au sortluiavaitréservé. Duspectacle,effectivement,ily enaeuhiersoir.Maisiln’estpas tout de suite venu de l’équipe qu’onattendaitleplus. D’entrée de jeu, c’est le BCMF qui enflamme Cherblanc. Olga Maznichenko surtout, qui ali- gne les trois points et les shoots victorieux (13 dans le premier quart). Bien vite imitée par Ali- zée Girardet et Evita Hermin- jard, l’Ukrainienne réalise son meilleur début de match et fait décoller son équipe au tableau d’affichage (21-10 puis 25-15 à la10e).

Oncraintdèslorsuneviveréac- tiondeCélineDumercetdeses coéquipières, très maladroites jusque-là. Mais c’est encore Montbrisonquifaitlacourseen tête, malgré les rotations et une plus grande discrétion de Maz- nichenko. En face, deux joueu- ses commencent à sortir les couteaux hors de la raquette. Mamignan Touré et Romana Hejdova. Elles permettent à leur équipe d’effectuer un rap- prochement sensible mais sans jamais parvenir à recoller. Les deux équipes se quittent toute- foissurunscoredequasi-parité au repos. Toujours à l’avantage des Foréziennes qui n’ont ja- maisperduleleadership.

MirandaAyim, l’armefatale Cela arrivera très vite au retour des deux équipes, les protégées de Cathy Melain prenant en ef- fetl’avantaged’entrée.Maiscel- lesdeCorinneBenintendin’ont pas encore décidé de déposer lesarmes.SurtoutpasOlgaimi- tée par toutes ses coéquipières.

Le choc est rude, sans conces- sion. Les défenses sont plus ri- goureuses. Et pour finir, les Fo- réziennes s’en laissent si peu compter qu’elles reprennent à nouveau le large en fin de troi- sième, grâce encore à l’extraor- dinaire adresse de leur Ukrai- nienne.

La fin de match sera à l’image durestedelarencontre,specta- culaire et pleine de suspense. C’est Miranda Ayim qui ramè- nera à elle seule les locales à la raison pendant le money-time (10points). MichelGRANGER BASKET 8E DE FINALE DE COUPE DE FRANCE Le BCMF à deux minutes de l’exploit Le plus beau match de ce début de saison, même s’il s’est soldé par un court échec. ■ Aurélia Bouillon(à gauche) à la lutte avec Mailis Pokk a tout donné, à l’image de son équipe. Photo Frédéric CHAMBERT MONTBRISON 64 - BASKET-LANDES 69 (MI-TEMPS : 42-40).

Quarts-temps : 25-15, 17-25, 57-52, 64-69. À Montbrison, salle Cherblanc ➤ BCMF : 22 tirs sur 52 dont 12 sur 29 à 3 points.

Lancers : 8 sur 12 ; 34 rebonds, 23 passes décisives, 8 interceptions, 19 balles perdues, 18 fautes. Joueuses : Venditti 1, Agblemagnon 0, Bienvenu 7, Herminjard 9, Girardet 6, Millavet 6, Bouillon 2, Teilane 7, Duvivier (cap) 0, Maznichenko 26. Coache : Corinne Benintendi : ➤ Basket-Landes : 25 tirs sur 55 dont 9 sur 18 à 3 points. Lancers : 10 sur 16 ; 31 rebonds, 23 passes décisives, 10 interceptions, 23 balles perdues, 10 fautes.

Joueuses : Toure 14, Hejdova 10, Konate 3, Dumerc 3, Aubert 8, Pokk 10, Gatling 5, Ayim 16. Coache : Cathy Melain. Les résultats ■ Reims (LF2) - Roche-Vendée (LFB) : 57 - 68. ■ Calais (LF2) - Chartres (LF2) : 70 - 74. ■ Lyon (LFB) - Montpellier (LFB) : 60 - 55. ■ Montbrison (LF2) - Basket-Landes (LFB) : 64 - 69. ■ Nantes (LFB) - Tarbes (LFB) : 63 - 74. LA FICHE 6 Le nombre de trois points réussis par l’Ukrainienne du BCMF, Olga Maznichen- ko. Elle termine la rencon- tre à 6/13 derrière l’arc et 26 points au compteur.

Un match plein. RÉACTIONS «Il faut que cette rencontre nous serve de référence» Corinne Benintendi, coach de Montbrison « La gagne s’est jouée sur des détails.

Le but n’était pas de gagner ce match mais de faire un vrai match de basket et on l’a fait. Je suis très fière. Il faut que cette rencontre nous serve de référence pour la suite. Il faut qu’on arrive à enchaîner après Noël. On a perturbé cette équi- pe, nous les avons lais- sées à 69 points. Je re- tiens le match des jeunes, Evita et Margot. Elles ont montré un très beau visage. Je suis très satisfaite de mes joueu- ses. » « Le seul match de l’année où on ressort énervé malgré la victoire » Cathy Melain, coach de Basket Landes « On avait alerté sur les qualités de Montbrison. On n’a pas été dans le coup défensivement notamment en première mi-temps.

On n’a pas fait les efforts et on leur a laissé des tirs ouverts qu’elles ont mis. Bon an mal an, on est revenu au score et on a réussi à passer devant. Ce n’est pas une qualité de match qui est suffisante. C’est décevant et agaçant car c’est bien le seul match de l’année où on ressort énervé malgré la victoi- re. On s’est mis en diffi- culté tout de suite, on a été trop naïves notam- ment sur les tirs d’Olga Maznichenko qu’on laisse seule à trois points. Pourtant, les filles étaient prévenues. Ce soir, je suis frustrée et un peu agacée. » Pauline MORETON ■ Corinne Benintendi (coach du BCMF) donne les consignes à ses joueuses.

Photo Frédéric CHAMBERT

32 LOI - 1 SPORTS LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr NATATION n 1ère journée départementale Avenirs Les plus jeunes nageurs du département se retrouvaient à Feurs pour leur 1ère compéti- tion. Les nageuses de 10 ans et les nageurs de 11 ans et moins ont réalisé des performan- ces montrant la qualité de la formation dans les clubs ligériens. Chez les filles, Brisset- Bouscarle Charline (ASR) s’est imposée en 50 Papillon (1.59.57), et en100 Dos 1.54.43. Olivier Lucie (SEN) a remporté le 100 Brasse (1.53.56), le100 4N (1.49.70) et le 100 NL (1.37.38) Chez les garçons, Sta- chowicz Aurel (AC- SEM) s’est imposé sur le 100 Dos (1.40.32) et sur le 100 4N(1.34.16).

n 2ème journée départementale Jeunes La piscine de Génilac recevait la deuxième journée départementa- le de la catégorie jeu- nes. Si les victoires se sont assez bien répar- ties entre les clubs ligé- riens, on notera les trois victoires de Margaux Perret de Sorbiers chez les da- mes (50 NL en 30.62) et les deux victoires d’Alban Maupetit du Coteau (100 NL en 1.08.02 ; 100 Papillon en 1.21.05) et de Ah- med Hessini du SEN (100 Brasse en 1.21.80 ; 400 4N en 5.52.16).

Les performances ont été dans l’ensemble d’un bon niveau pour les jeunes nageurs de la Loire. Deux nageuses du SEN participaient pour la première fois aux championnats de France élite de natation artistique qui se disputaient à Angers. En catégorie Juniors, Marion Béal réussit une belle prestation qui lui donne la 12ème place. Dans la catégorie Jeunes, Lalie Richard obtient une qualifica- tion pour la phase finale en 13ème position. Lors de cette phase finale, suite à une prestation de qualité, elle progresse dans la hiérarchie nationale et obtient une belle 12ème place. Les 2 entraineurs du SEN, Maeva Djennadi et Carole-Anne Berger, ne cachaient pas leur satisfaction après cette première compétition nationale.

« C'est de bonne augure pour la suite de la saison, car la préparation a été courte », nous confiaient-el- les à l'issue de a compétition.

J.-P. BEILLOT ■LalieRichardetMarionBéalontréussiunebelleperformance auxchampionnatsdeFranceélite.PhotoJean-PierreBEILLOT NATATION ARTISTIQUE Belle performance de Lalie Richard et Marion Béal nOrléans très sérieux L’OLB s’est rassuré après ses deux revers à domicile (C’Char- tres, Lille). Poitiers a sombré sur le parquet d’une équipe orléanai- se supérieure dans tous les sec- teurs et très adroite à trois points (17/29 soit 58,6 %). L’OLB avec 65 points marqués à la pause a explosé tous les compteurs dont celui de l’évaluation collective (140) et des passes décisives (25).

nLa meute des poursuivants Trois clubs se partagent la troi- sième marche, un match derrière les leaders.

Le SLUC a imposé son rythme avec le duo John Cox-Mérédis Houmounou (20 points chacun) sur le parquet de Chartres. Vichy-Clermont a pris le meilleur sur Aix-Maurienne avec Mohamed Koné dominant la peinture en mode double-dou- ble (20 points, 18 rebonds en 29 minutes). Saint-Chamond s’est octroyé un troisième succès con- sécutif dont 2 à l’extérieur avec son meneur Omar Abada (20pts, 7pds).

nAlex Acker a joué La FIBA ayant donné son ac- cord, Alex Acker a débuté petite- ment et par une défaite à Rouen avec son nouveau club l’ALM Évreux. L’ailier à court de ryth- me n’a pas pesé sur la rencontre (7 pts, 7 bps en 29 mn et -3 d’éval). nGries-Oberhoffen prend goût au succès Et de quatre victoires consécuti- ves pour Gries qui se glisse dans la cour des grands (7ème) avec son ailier US, Evan Yates, encore en évidence (18 points, 6 re- bonds et 3 passes décisives). nBlois respire Les Blésois viennent d’équilibrer leur bilan (5v-5d) avec un succès probant devant Lille. Une victoi- re collective avec 10 joueurs au scoring dont 43 points pour le trio McKnight, Gudul et Burton.

P.L.

BASKET LE POINT PRO B Lechocdesleaders aurabienlieu ■ Roanne-Orléans, à la halle André Vacheresse le 20 novembre dernier. Photo Frédéric CHAMBERT Roanne et Orléans sont de nouveau réunis, rendant en- core plus alléchant le choc des deux leaders vendredi pour le compte de la onzième journée. BASKET > ÉCHOS N2-N3 n Montbrison retrouve le sourire C’est une victoire qui va faire du bien au moral des troupes ligé- riennes. Le Basket Club de Montbrison s’est imposé le week-end dernier à Sapela 98- 85. Après un match spectaculai- re et tourné sur l’offensif, le BCM retrouve le Top 5 avant la fin de l’année 2018.

L’homme du début de saison de Montbrison, Rosaire Malonga, s’est de nou- veau illustré en inscrivant 26 points.

n Chez les filles, une victoire et c’est tout Pour terminer la première phase, les quatre clubs ligériens de NF3 n’ont pas eu les meilleurs résul- tats. Seul Veauche a réussi à tirer son épingle du jeu en s’imposant contre l’ASPTT Limoges (56-49) et conclut l’année sur le podium de la poule C. De leurs côtés, Le Coteau, Saint-Chamond et Unieux ont terminé eux sur une défaite. Les vacances vont faire le plus grand bien.

n La Pontoise remporte le derby C’était le week-end des derbys dans la poule E de NM3. Le premier, entre la Pontoise et la Ricamarie a été logiquement remporté par la bande à Jérémy Vial.

Victoire de la Pontoise 114-69 qui reste en tête de la poule. Pour la Ricamarie, der- nier, la trêve arrive à point nom- mé. n Roche-la-Molière aussi Pour le deuxième derby, les joueurs de Roche-la-Molière sont difficilement venus à bout de La Gresle 68-63. Les Greslis n’ont pas démérité et ont montré de belles choses, de bon augure dans l’objectif maintien. Les joueurs de l’Ondaine terminent 2018 sur le podium, plus que jamais en course pour la montée.

33 LOI - 1 SPORTS LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr Le pensionnaire de l’Ecsel ne sera pas ce samedi à Méons pourlecyclo-crossorganisépar son club. Et pour cause, le len- demain, il sera au départ de la manchedeCoupedumondede Namur. Puis, le 26, sur celle de Zolder. Avant de se retrouver à Flamanville le 30 décembre pour la 3e et dernière manche deCoupedeFranceoù,outrela victoire, il cherchera à préser- ver sa 3e place au classement final de cette Coupe de France espoirs.

nDesbordsdeLoire dehautniveau Mission réussie pour le CR4C avec l’organisation des cham- pionnats régionaux.

Côté sports,lesspectateursn’ontpas été déçus avec de belles luttes, notammentpourletitreseniors aveclesdeuxespoirstricolores, FinéetDujardin.Etencorecela aurait pu être encore mieux, si Fabien Canal, l’un des favoris, malade, n’avait dû déclarer for- fait. nMaximeJarnetàlaneige L’équipe de France espoirs sera réunie en stage du 6 au 11 jan- vier à Bessans en Maurienne. Parmi les 10 coureurs retenus, on retrouve le coureur de l’Ec- sel, qui aura le plaisir de décou- vrir de nombreuses activités liées à la neige. Des fêtes de fin d’année chargées pour Sandy Dujardin nPrésentationdeParis-Nice La présentation de la 77e édi- tiondelacourseauSoleilquise disputeradu10au17marsaura lieu le mercredi 9 janvier à 11h00 à Versailles.

On devrait unefoisencoreparlerdelaLoi- reetplusprécisémentdePélus- sin.

nLarégionàAndrézieux- Bouthéon Les sélectionnés régionaux ca- dets, juniors et espoirs pour les championnatsdeFrancedecy- clo-cross qui se disputeront à Besançon les 12-13 janvier, se- rontenstagelapremièresemai- ne de janvier, avec trois jours d’entraînement à Andrézieux- Bouthéon. nLaRouedesGrandsBois retrouvelaFFC Parmiles10nouveauxclubsré- gionaux affiliés à la FFC pour 2019, on retrouve le club de la Roue des Grands Bois. Un re- tour pour le club basé à Saint- Genest-Malifaux.

nL’AGducomitérégionalà SaintLaurentduPont Celle-ci se déroulera le samedi 5 janvier en pleine Chartreuse.

Les clubs seront accueillis dès 9h30etpourrontassisteràdiffé- rentes présentations entre 10h et 11h30. L’Assemblée Généra- le statutaire débutera à 14h00. Michel Callot, président de la FFC et Christophe Manin, DTN,serontprésents. nLecomitédelaLoireen chiffres 36, comme le nombre de clubs affiliés à la FFC. 3, comme les trois clubs de DN1, le CR4C Roanneetl’ECSELpourlarou- teetSaint-EtienneBMXpourle bicross,casuniquedansl’Hexa- gone.Lecomitédépartemental estleseulàofficialiserdanstou- teslesdisciplinesdelaFFC.

Jean-PierreTHOUILLEUX CYCLISME (LA ROUE TOURNE) Fin d’année chargée pour Sandy Dujardin ■ Sandy Dujardin. Photo Jean-Pierre THOUILLEUX 2492 Comme le nombre de licenciés du comité de la Loire de cy- clisme, soit une augmenta- tion de 2,2 % en un an. Bernard Giudicelli, le pré- sident de la FFT sera à Yssingeaux le 5 janvier prochain pour inaugurer la fin des travaux de réno- vation et d’isolation des courts intérieurs du TC Yssingeaux. Il sera pré- sent toute la journée dans la cité des cinq coqs. Le montant de ces tra- vaux de rénovation et d’étanchéité de la toiture s’élève à 250 000 euros pour les courts couverts de Desroys.

nL’apport de Mickaël Llodra et de Tatiana Golovin Le parrain de l’édition 2018 à l’Open Engie d’An- drézieux-Bouthéon fut in- contestable. Son image, sa disponibilité et ses cli- nics avec les jeunes furent très appréciés. Cette année, Tatiana Go- lovin qui prendra le relais devrait apporter une autre belle image au tour- noi. nDubaï et non Abu Dhabi Une erreur s’est glissée dans l’écho concernant le coaching de Marion Bar- toli avec Lucie Wargnier. Les deux joueuses s’en- traînent à Dubaï depuis fin novembre et non pas à Abu Dhabi.

L.L.Q. TENNIS SET SUR SET Bernard Giudicelli à Yssingeaux ■LeprésidentdelaFFT,BernardGiudicelli(àgauche)assisteraà laréceptiondestravauxdescourtscouvertsdutennisclub d’Yssingeaux.PhotoLionelLOPES-QUINTAS Deux clubs ont pris les rênes de cette édition 2018-2019 des Hivernales : Saint-Étienne et Le Forez.

Les deux équipes trustent les pre- mières places aussi bien chez les messieurs que chez les dames. Sur le terrain de Champlong, Le Forez partait avec un court avantage, glané lors de la première manche à domicile. Dans le tableau féminin, Saint-Étienne était venu en nombre et cela a porté ses fruits. Les Stéphanoises ont dominé la compétition et prennent le large au classement avec 14points d’avance sur le deuxième : Le Forez. Chez les hommes, les joueurs de Craintilleux ont gardé leur avance. Et ils l’ont même aug- mentée, laissant Saint-Étienne à 20 longueurs et Champlong à38.

La première étape aura lieu le 19 janvier à Saint-Étienne. nL’assemblée générale fixée La date de l’assemblée générale du comité de la Loire de golf est connue. Ce sera le 14 février 2019 à 18 heures au Superflu. GOLF SUR LES GREENS Hivernales : Le Forez et Saint- Étienne font la course en tête Avant les fêtes de fin d’année, les Ligériens ont frappé fort. Attendus à Villebon-sur-Yvette en Île de France, les minimes ont tenu la dragée haute à leurs adversaires lors de la Coupe de France. Dans le Grand Dôme, racheté il y a peu par la Fédération française de judo, les com- battants du département n’ont pas fait de la figuration en montant sur trois podiums.

Kelvin Ray, de l’association judo Loire, décro- che chez les légers (-42 kg) la médaille d’argent. Fares Mekhouk (JCL) fait de même chez les lourds (+73 kg). Du côté des fémini- nes, c’est Léonie Alexandre qui a su tirer son épingle du jeu en se hissant à la troisième place.

JUDO COUPE DE FRANCE Trois podiums pour finir l’année CYCLISME Le Critérium du Dauphine Libéré, devrait passer par Roanne pour un contre-la-mon- tre individuel le 12 juin 2019. La nouvelle a été dévoilée, mardi 18 décembre au con- seil communautaire de Roannais Agglomé- ration, annonçant un budget, en provision, de 60 000 euros pour la compétition cy- cliste, qui aura lieu du 9 au 16 juin 2019. C’est la salle de spectacle du Scarabée de Riorges qui aurait été choisie comme lieu de départ et d’arrivée de l’étape Roannaise. Les cyclistes devraient passer par les monts de la Madeleine, notamment, la « route magique » des Noés.

C’est la so- ciété Amaury Sport Organisation (ASO), organisatrice de l’événement, depuis 2010, qui aurait défini le parcours de l’étape. Le tracé de cette édition n’est pas complètement arrêté. D’autres communes du département, continuent d’être son- dées. Lancé en 1947, le Critérium du Dauphiné a déjà été organisé à Roanne plus de dix fois entre 1964 et 2015, avec une étape qui s’est déroulée entre Roanne et Montagny. Pour Roannais aggloméra- tion, cette étape permettrait de faire à nouveau ses preuves autour d’un événe- ment sportif de grand niveau. L’enjeu affir- mé est un jour qu’ASO fasse à nouveau de Roanne une ville étape du Tour de France, après 2008.

Roannedevraitaccueillirle CritériumduDauphinéLibéré

34 LOI - 1 SPORTS FRANCE MONDE LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr SKI ALPIN Val Gardena : et de deux pour Ilka Stuhec La Slovène Ilka Stuhec, déjà victorieuse mardi de la des- cente, a réussi le doublé à Val Gardena en remportant mer- credi le Super G de Coupe du Monde organisé dans la sta- tion italienne en remplace- ment de l’épreuve annulée à Val d’Isère. Stuhec a devancé de six centièmes deux skieu- ses ayant réussi le même temps : l’Autrichienne Nicole Schmidhofer et la représen- tante du Liechtenstein Tina Weirather.

La meilleure Fran- çaise, Romane Miradoli est 30e.

LUTTE Procédure de sauvegarde judiciaire pour la Fédération La Fédération française de lut- te (FFL) a été placée en procé- dure de sauvegarde judiciaire, comme elle le demandait, un an après les Mondiaux-2017 organisés à Paris qui ont lais- sé une ardoise de plus d’un million d’euros, a indiqué mer- credi à l’AFP son président Alain Bertholom. La fédération est « sous ob- servation » pour une période de six mois renouvelable.

RUGBY LNR : 139 millions d’euros de revenus Les revenus de la Ligue natio- nale de rugby (LNR) pour la saison 2017/2018 s’élèvent à 139 millions d’euros, a annon- cé l’instance à l’occasion de son assemblée générale fi- nancière annuelle à Bordeaux mercredi.

« Le montant total des versements aux clubs s’élève à 103 M€», a indiqué la Ligue. Pro D2 : la réaction pour Biarritz ?

Après deux défaites de suite, Biarritz doit réagir, jeudi (20h45) en ouverture de la 16e journée de Pro D2 à domi- cile contre Mont-de-Marsan, pour entretenir ses espoirs de qualification avant la trêve hi- vernale, que son voisin bayonnais voudra passer dans le costume de leader. EXPRESS L’entraîneur de Nantes Thierry Anti recon- naît que son équipe est «un cran en-des- sous» du Paris SG «mais pas si important que ça» avant le choc au sommet du Cham- pionnat de France de handball, ce jeudi (20h45) au Hall XXL.

Dix mille personnes sont attendues pour cette rencontre, la dernière des matchs al- ler, entre les deux clubs séparés seulement par un point au classement: 11 victoires, 1 nul pour le PSG et 11 victoires, 1 défaite pour le «H».

Paris reste sur deux victoires sur son grand rival en Ligue des champions en octobre et en Coupe de la Ligue la semaine dernière, les deux fois à Coubertin. HANDBALL STARLIGUE Nantes est « un cran en-dessous» pour Anti ■ Le coach nantais Thierry Anti. Photo Jerôme FOUQUET/PQR/OUEST FRANCE RUGBY Echarpes roses, tenues sombres. Environ 400 personnes, dont des personnalités du rugby, ont assisté mercredi à Paris aux obsèques du jeune espoir du Stade Français Nicolas Chauvin, décédé après un plaquage en match contre les Espoirs de Bordeaux-Bègles une semaine plus tôt.

■ Photo Lionel BONAVENTURE/AFP Emotion pour l’adieu à Nicolas Chauvin Le peloton de la Vuelta s’élancera le 24 août de Torrevieja sur la côte médi- terranéenne pour rejoindre Madrid trois semaines plus tard, le 15 septembre, après 3.272 kilomètres de course et 21 étapes, dont huit avec arrivée au sommet. La Vuelta, qui a fait de la montagne sa marque de fa- brique, ravira encore les grimpeurs en 2019 avec cinq ascensions finales iné- dites sur les huit étapes avec arrivée au sommet. Avant de rallier Madrid, les coureurs auront à gravir 59 cols au total, soit 13 de plus que sur le Tour d’Espagne 2018.

Autre nouveauté par rap- port à l’édition 2018 rem- portée par le Britannique Simon Yates, la Vuelta 2019 débutera par un con- tre-la-montre par équipes de 18 kilomètres, autour de Torrevieja dans la province d’Alicante. Rien ne sera définitif jus- qu’à l’avant-dernière et 20e étape qui promet d’être ex- plosive avec ses cinq cols, dont deux de première caté- gorie. La montée finale inédite vers le plateau de la Sierra de Gredos, à plus de 1.700 mètres d’altitude, devrait couronner le vainqueur du Tour d’Espagne 2019 avant une dernière étape sans en- jeux le lendemain à Ma- drid.

CYCLISME TOUR D’ESPAGNE Une Vuelta au visage encore très montagneux en 2019 ■ Simon Yates s’est imposé en 2018.

Photo EPA/MAXPPP LeTourd’Espagne2019aura unenouvellefoisunvisage trèsmontagneuxpoursa74e éditiondontleparcoursinten- se,quiménageralesuspense jusqu’aubout,aétéprésenté cemercrediàAlicante. L’exigeant géant de Saalbach (Autriche) a été ri- cheensurprisesmercrediaveclapremièrevictoi- re en Coupe du monde du Slovène Zan Kranjec et l’inhabituelle contre-performance du roi de la discipline Marcel Hirscher (6e), le Français Ma- thieu Faivre tirant parfaitement son épingle du jeuavecunebelle3eplace.

Après18podiumsconsécutifsengéant,Hirscher, 5edela1remancheetauteurde3fautesàson2e passage, a dû rendre les armes sur un parcours très piégeux qui a été globalement fatal aux favo- ris. Kranjec, 4e de la 1re manche, en a profité pour inscrirepourlapremièrefoissonnomaupalma- rèsenCoupedumondeà26ans,devançantde19 centièmesleSuisseLoïcMeillardetde50centiè- mes Mathieu Faivre. Thomas Fanara (37 ans) a prisuneprobante5eplace SKI ALPIN COUPE DU MONDE La surprise Kranjec, le bonheur de Faivre ■ La joie de Mathieu Faivre. Photo GEORG HOCHMUTH/AFP

LOI - 1 www.leprogres.fr 125012600

LOISIRS 36 www.leprogres.fr JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS LOISIRS 36 LOI - 1 LOISIRS LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Agence de Lyon RédactionLoisirsdelaLoire 6 Esplanade de France, CS16438, 42964 Saint-Etienne Cedex 9 04.77.91.47.47 loisirs42@leprogres.fr Mail Publicité www.bjp-publicite.com Web www.leprogres.fr/ sortir/loire Facebook www.facebook.com/leprogres. saintetienne Il est 9h30. Ce jour-là, Saint-Étienne est toujours enveloppée dans sa lon- gue écharpe de brouillard qui l’enrou- le depuis l’aurore. Rachida Brakni, jean, pull bordeaux, un béret vissé sur ses cheveux courts, est déjà là, son texte de répétition sous le bras.

Dix minutes plus tard, emmitouflé dans une grosse veste d’hiver, un bon- net sur la tête, Philippe Torreton arri- ve dans le hall de la Comédie, un petit café à la main.

Logé dans le centre-ville stéphanois, le comédien est venu à pied de son hôtel. Attendus à 10 heures pour les répétitions, pas le temps de laisser défiler les minutes. Entretien croisé d’une demi-heure avec les deux comé- diens. Vous êtes actuellement en pleine répétition de J’ai pris mon père sur les épaules, de Fabrice Melquiot. Qu’est-ce qui vous a séduit chez lui? Rachida Brakni (RB « Je ne le con- naissais pas, je l’ai découvert sur cette pièce. Ce qui m’a plu, c’est de mettre en contact une réalité, quelque chose qui s’inscrit dans le social et de frotter ça à une écriture poétique. » Philippe Torreton (PT « J’avais em- mené mes enfants à la Comédie Fran- çaise voir les aventures de Bouli Miro.

J’ai adoré. J’aime cette écriture qui ne laisse pas sur le bas-côté de la route. Melquiot s’adresse vraiment à tout le monde. Un jeune public peut aussi trouver ses billes dans cette histoire. Melquiot a un talent fou pour que tout le monde trouve son compte, qu’on ait lu ou pas l’Énéide de Virgile. Et puis, être capable de rire et de pleurer dans la même scène, c’est rarement vu. Sha- kespeare le fait dans Hamlet. Fabrice Melquiot s’inscrit là-dedans. On est saisi de ce qui arrive à cette tribu humaine et on peut être mort de rire. » RB : « C’est ce qui fait l’intérêt de cette pièce. Melquiot arrive à capter une espèce de colère sourde, de mal-être.

Il transforme ça dans son écriture. On vit dans une époque où on essaie de compartimenter, lui essaie de trouver du liant. C’est assez beau dans son écriture de ne pas jouer avec le dis- cours de la peur mais de trouver les éléments qui vont pouvoir faire corps tous ensemble. » « Le problème de l’humanité est de n’agir que lorsqu’elle est noyée » Le poème, l’Énéide de Virgile dont est inspirée la pièce, donne la parole aux oubliés et aux vaincus. Il sem- ble résonner étrangement avec la colère des classes populaires ? PT : « Dans la pièce, les personnages sont au-delà de la colère. Ce qui leur reste, c’est le ciment de l’amitié.

Per- sonne ne revendique quelque chose de social, il n’y a pas de tentation de Gilets jaunes dans la pièce. Ils sont en dessous des minima sociaux, hors ca- tégorie sociale. » RB : « Le point commun, c’est que ce sont des sans voix. » Quels sentiments vous inspirent ce mouvement des Gilets jaunes ? RB :« CommejenevisplusenFrance depuis quelques années, je regarde ça un peu comme une étrangère. Je ne suis pas sûre d’avoir une lecture perti- nente. C’est un mouvement protéifor- me, c’est difficile de le résumer à une idée. » PT : « À quelques années d’un compte à rebours dramatique pour l’humanité au niveau écologique, même si je com- prends la colère des Gilets jaunes, on est schizophréniques.

D’ici vingt ans, la vie sur terre sera très compliquée. On pourrait assister à l’extinction de l’espèce humaine. Je ne remets pas en cause cette colère mais participer à ce débat, c’est procrastiner. Je n’ai plus envie de m’intéresser à la politique tant qu’elle ne s’intéressera pas à l’éco- logie. » Dans la pièce, c’est la solidarité qui les aide à survivre. Croyez-vous que ce soit une valeur encore présente dans nos sociétés ? PT : « C’est à force d’attentats, d’inon- dations, de catastrophes que les gens ouvrent leur porte. Ce phénomène n’est pas nouveau. Le problème de l’humanité est de n’agir que lorsqu’elle est noyée.

» Propos recueillis par Muriel CATALANO AGENDAReprésentations du 29 janvier au 1er février, à 20 heures, et du 9 au 11 avril, à 20 heures, à la Comédie de Saint-Étienne. Plein Tarif : 23euros. Tél : 04.77.25.14.14.

SAINT-ÉTIENNE THÉÂTRE Depuis deux semaines, Rachida Brakni et Philippe Torreton répè- tent la nouvelle création mise en scène par Arnaud Meunier, J’ai pris mon père sur les épaules. Un spec- tacle commandé à Fabrice Mel- quiot qu’ils dévoileront, fin janvier, à la Comédie de Saint-Étienne. ■ Philippe Torreton et Rachida Brakni ont encore quatre semaines de répétition à Sai } Le point commun avec les Gilets jaunes, c’est que ce sont des sans voix ~ Rachida Brakni Rachida Brakni et Philippe T

37 LOI - 1 LOISIRS LOIRE ET RÉGION 37 LOI - 1 LOISIRS LOIRE ET RÉGION JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 LE PROGRÈS www.leprogres.fr ZOOM int-Étienne.

Photo Sonia BARCET Rachida, ce n’est pas votre première collaboration avec Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Étienne. En quels termes avez-vous parlé de lui à Philippe Torreton ? PT : « Je me souviens que tu m’as dit que c’était un mec en or. » RB : « Je ne t’ai pas menti ? J’ai aussi parlé à Arnaud de Philippe, on était voisins à Paris. » PT : « On ne s’est jamais croisé à la Comédie Française. » RB : « Non, c’est vrai. Il y a des années que je voulais travailler avec lui, qu’on partage un plateau. Tu as dit à Arnaud Meunier : “Vas-y, il ne prend pas cher, c’est un type dis- cret.”» RB : « Je lui ai dit : “Je ne sais pas comment il est dans le travail mais je peux te parler de l’homme et j’aime à croire que l’homme et l’ar- tiste ne sont jamais bien éloignés.

Je suis sûr que c’est un vrai camarade dans le travail.” Et je ne me suis pas trompée. » PT : « C’est vrai que ça se passe super bien. C’est rare. Il n’y a pas de compétition d’ego. Il suffit d’un élé- ment pour tendre l’ambiance, atté- nuer le plaisir. Il faut qu’on soit en confiance, animé des mêmes atten- tions. Ce que j’aime bien chez Ar- naud, c’est qu’il n’est pas là à distri- buer quelques miettes de son savoir pour être en position dominante. » RB : « C’est aussi dû à Arnaud qui a passé commande à Fabrice. Par rap- port à ce que la pièce raconte, je n’imagine pas qu’il puisse en être autrement.

» Dans la pièce, le fils accompagne son père, souffrant d’un cancer, vers le Portugal. Rachida, vous avez quitté la France pour le Portugal. Est-ce le Far West européen ?

RB : « Il accueille plein d’Euro- péens, beaucoup d’Italiens mais aussi des Brésiliens avec la dictatu- re et par facilité de la langue. C’est un pays de poètes, de navigateurs. L’un des quartiers de Lisbonne, l’Al- fama, me donne l’impression d’être dans une casbah à Alger. On sent dans ce pays qu’il y a eu plein de mélanges, de gens qui sont passés par là. Il y a aussi le climat. Mais je n’aime pas l’idée du Far West, ça draine une image un peu iconique.

Ce n’était pas vraiment sympa le Far West. » PT : « Je comprends l’idée d’un bout de quelque chose, c’est pour ça que j’aime bien le Finistère.

» RB : « Il y a plein de ponts à Lisbon- ne. Il y a quelque chose qui est de l’ordre de l’échappée qui me plaît. » Arnaud Meunier est « un mec en or » ■Arnaud Meunier. Photo Philippe VACHER Très librement inspiré de plu- sieurs chants de L’Énéide de Virgile, J’ai pris mon père sur mes épaules conte à la manière d’une épopée la trajectoire d’un hom- me qui vient d’apprendre qu’il est atteint d’un cancer. Nous som- mes en 2015 à l’aube des atten- tats du Bataclan, dans une cité de la banlieue stéphanoise. Aux prises avec son fils qu’il chérit (Énée), la femme qu’il aime (Anissa), son pote de tou- jours (Grinch) et toute une gale- rie de personnages hauts en couleur, Roch aimerait mourir dans une contrée lointaine en terre inconnue.

La fable, à la fois comique et désespérée, retrace de manière poignante, poétique, ce périple vers un ailleurs imagi- naire. Plus que de la mort elle- même, il est surtout question d’amitié et d’humanité ou encore, selon les mots de l’auteur, « d’un acquiescement à la vie, chargé de cette énergie propre au déses- poir».

L’histoire de J’ai pris mon père sur les épaules Torreton haut-parleurs des sans voix Vous connaissez tous les deux Saint-Étienne pour y avoir joué. Quelle envie vous donne cette ville : de partir ou de la découvrir ? RB : « Je suis Stéphanoise de cœur. Il faut que la mairie me donne une médaille. J’y ai passé pas mal de temps (elle était en résidence l’an passé à Saint- Étienne pour Je crois en un seul Dieu, NDLR).

D’ailleurs, la pièce se passe à Saint-Étienne. L’accueil des Stéphanois n’est pas une légende. Dans la scène d’ouverture de la pièce, je parle d’un joueur, Rachid Mekhloufi.

On est en 1962, la Guerre d’Algérie s’achève et il est appelé par les Verts. Certains s’in- quiétaient de la réaction du public. Et les supporters stéphanois l’ont accueilli avec des banderoles de bienvenue. Je ne suis pas sûr qu’ailleurs, il ait reçu cet accueil. » PT : « Je ne sais pas trop quoi dire » RB : « Tu t’en rendras compte quand on jouera. » PT : « Je viens d’une petite commune de Normandie, c’était aussi ouvrier. Il n’y avait pas le côté “anciennes grosses usines industrielles et manufactures”, mais c’était une ville populaire. Dans n’importe quel quar- tier, je me sens bien, je m’y retrouve.

Mon ADN d’enfant s’inscrit dans ça. » Vous ne profitez pas d’un peu de temps pour découvrir la ville ? PT : « On fait un peu du non-stop. On verra plus tard. On serait dans un théâtre pourri…. Mais là, tout se passe bien, ce théâtre est un outil génial. Je vous envie. C’est grand, feutré, bien pensé, il y a un resto super. Et on dirait que le casting n’a réuni que des gens sympas et compétents. » M. C.

Rachida Brakni : « Je suis Stéphanoise de cœur »

38 LOI - 1 LOISIRS LOIRE ET RÉGION LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Pour jouer, il vous suffit de compléter ce bulletin et de le déposer dans l’urne située sur notre stand. Un tirage au sort désignera les 2 gagnants, qui seront prévenus par téléphone. Nom . Prénom . . Age . . Adresse . . C.P . Ville . . Tél . Adresse Mail . . MARCHÉ DE NOËL des producteurs de nos terroirs 21"22"23 DÉCEMBRE 2018 DE 9h À 19H (nocturne le vendredi soir jusqu’à 21h) PRODUITS FERMIERS et LOCAUX 70 producteurs et artisans restauration ! idées cadeaux ! animations parking et entrée gratuits CHANGEMENT DE LIEU PARC DES EXPOSITIONS DE SAINT-ETIENNE Rejoignez nous sur le stand A GAGNER Une machine à café Dolce Gusto ou un coffret gourmand Les 21, 22, 23 décembre au Parc des Expositions de Saint-Etienne Retrouvez notre reportage CHAZELLES-SUR-LAVIEU « Vu du ciel » Re sur Onglet Loire MONTBRISON Magie et illusion : voilà les maîtres mots de la vie, au quotidien, de Thibault Del Corral.

Ce jeune homme, originai- re de Saint-Romain-le- Puy, est passionné de- puis son plus jeune âge par la magie, et a fini par en faire son métier. Dans son spectacle, Sous Hypnose, il invite le spectateur à éveiller son subconscient à tra- vers des expériences aussi étonnantes que divertissantes. Un ren- dez-vous interactif dans l’univers du mys- tère, de l’émerveille- ment et du rire !

PRATIQUE Vendredi, à 20 h 30, salle Guy-Poirieux, à Montbrison. Tarifs : de 10 à 14 euros (réservations obligatoires). Renseignements au 06.89.37.29.70. ■Un nouveau spectacle pour le magicien ligérien. Photo fournie par Thibaut DEL CORRAL Soirée hypnose avec Thibaut Del Corral «Avec Sylvain Michelland, nous sommes des amis de trente ans. Nous avons fait nos études dans la même école de cinéma. On a aussi développé des projets de courts-métra- ges ensemble, même si nous avons aus- si nos activités par ailleurs», explique Olivier Chané.

La web-série Le Burtz était au départ une série d’essai qui a pris une ampleur inattendue pendant quatre ans.

« Le comédien nous a demandé d’en déve- lopper l’écriture et de pousser les per- sonnages, si bien que le concept est allé plus loin que prévu. » Dans une ambiance rustique et décalée Quadragénaires, les deux amis n’ont pas voulu essayer de s’insérer dans la mouvance de web-séries existantes, menées par des plus jeunes et qui ne leur correspondaient pas. « Nous avons imaginé la série dans une am- biance rustique et décalée, sur fond de magnifiques paysages ensoleillés de la campagne forézienne. Le Burtz, notre personnage, est un paysan qui vit de nosjoursmaisquiatrenteansderetard dans sa tête.

Il imagine des tas d’inven- tions, faites de bric et de broc, qui exis- tent déjà ou qui ne marchent pas com- me il l’attend. » Un personnage drôle qui ressemblerait à Gaston Lagaffe se- lon les fans de la série, alors que les créateursn’yavaientpaspensé.Lestyle est humoristique, avec beaucoup d’ef- fets spéciaux, d’absurde et de burles- que, teinté de second degré. « Moi, je suisMicroman,l’undestroispersonna- ges,expliqueOlivier.Jejoueetjeprends le son en réel. Sylvain joue et cadre en réel en même temps. Le comédien qui joue Le Burtz, lui, souhaite garder l’anonymat. » Autoproduits et tournés grâce à leur matériel professionnel, les épisodes des trois saisons ont été réali- sés en plus de leur travail déjà dense, avec un rythme inégal selon les années.

« Nous avons eu beaucoup de retours positifs de nos fans, entre 500 et 600 personnes qui nous suivent depuis longtemps. » Les épisodes de trois à quatre minutes qu’ils réalisent avec beaucoupdesoinserévèlentparticuliè- rement chronophages et énergivores. « Nous ne pouvons pas tout faire à la fois » Un peu trop même. Si bien que Sylvain et Olivier doivent faire des pauses. Cet- te fois, elle pourrait être définitive. « Aujourd’hui, après quatre ans de bons et loyaux services, trois saisons autoproduites, dix-neuf épisodes, huit teasers et deux soirées (Le Burtz Live organisées aux Château du Rozier à Feurs), nous avons décidé d’arrêter la production.

Au moins momentané- ment. Nous nous sommes bien amusés et nous sommes contents de ce que nous avons réalisé. Mais nous ne pou- vonspastoutfaireàlafois.Pourautant, nous pensons rester en contact avec notrepublicetluioffrirponctuellement la fraîcheur d’un nouvel épisode ou d’autres surprises ».

De notre correspondante Julie DEBIESSE AGENDALe Burtz, dernier épisode disponible lundi sur leburtz.com SAINT-MARCEL-DE-FÉLINES WEB-SÉRIE Ils ont créé Le Burtz dans le Forez Sylvain Michelland et Olivier Cha- né ont créé la web-série ligérien- ne Le Burtz. Rencontre à l’heure du dernier épisode. ■Olivier Chané est Microman : il joue et prend le son en réel en même temps. Photo DR

LOI - 1 www.leprogres.fr 897056800

40 42B - 1 ACTU MÉTÉO LE PROGRÈS JEUDI 20 DÉCEMBRE 2018 www.leprogres.fr Cet après-midi Ce matin Prévisionniste en direct au 0899 700 513 Service2,50€ parappel +prixd’unappel Qualité de l'air Confiance 9/10 Demain Confiance 8/10 Confiance 7/10 minimaxi En France Températures maxi.

Aujourd'hui Moyen 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Bon Très bon Mauvais Très mauvais Depuis sept jours Météo News PRO Votre nouvelle app météo gratuite. Scannez le code et installez-là ! St-Etienne 0° 5° 10° 15° mar 18 lun 17 dim 16 sam 15 ven 14 jeu 13 mer 12 10 9 9 13 14 13 10 13 8 14 10 13 7 11 9 13 14 14 14 14 13 15 10 15 7 7 7 9 8 8 6 9 4 7 6 9 5 6 7 9 8 8 8 7 7 7 6 7 Samedi Dimanche 10 7 9 8 11 11 11 12 13 9 15 15 9 8 08h17 16h57 15h30 05h15 Théophile Au vingt de Noël, les jours rallongent d'un pas d'hirondelle lune croissante Valence St-Etienne Le Puy Lyon Grenoble Bourg-en-Bresse Privas Mâcon Paris Marseille Bordeaux Lille Brest Nice Clermont Ferrand Strasbourg Grenoble Toulouse Dijon Nantes Ajaccio Caen Lyon Valence St-Etienne Le Puy Lyon Grenoble Bourg-en-Bresse Privas Mâcon Valence St-Etienne Le Puy Lyon Grenoble Bourg-en-Bresse Privas Mâcon Saint www.meteonews.fr Lever : Coucher : Lever : Coucher : Médiocre et humide Les nuages nous accompagneront toute la journée.

Ils domineront largement et les éclaircies devraient rester très minoritaires, limitées à la matinée. Dans l’après-midi, des pluies éparses ou averses un peu plus fréquentes sont attendues, le tout sous des températures en hausse et plutôt douces.

www.leprogres.fr 3 3 St-Bonnet-le-Château La Pacaudière St-Just-en-Chevalet Feurs St-Chamond Montbrison Bourg-Argental Rive-de-Gier Noirétable Perreux Belmont-de-la-Loire St-Galmier Pélussin St-Symphorien-de-Lay Firminy Roanne SAINT-ETIENNE St-Bonnet-le-Château La Pacaudière St-Just-en-Chevalet Feurs St-Chamond Montbrison Pierre- sur-Haute Pierre- sur-Haute Bourg-Argental Rive-de-Gier Noirétable Perreux Belmont-de-la-Loire St-Galmier Pélussin St-Symphorien-de-Lay Firminy Roanne SAINT-ETIENNE 2 9 9 1 8 1 1 9 9 0 2 4 1 8 1 8 2 9 2 9 2 9 3 2 2 10 10 9 2 -3 -1 9 2 9 1 10 Avec l’application GRATUITE CONCERTS / SPECTACLES / THÉÂTRES / RANDONNÉES / EXPOSITIONS / CONFÉ- RENCES / VIDE-GRENIERS / STAGES / SPORTS / JEUX & CONCOURS / BALS L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Ducs de Gascogne avec en cadeau un foie gras du Sud-Ouest et des spécialités de production française d’une valeur de : 40€ v ration. Ducs de Gascogne avec en cadeau un foie gras du Sud-Ouest et des spécialités de production française d’une valeur de : ec modéra e Gourmand ABONNEZ-VOUS ET RECEVEZ UN COFFRET Coupon réponse à retourner avec votre règlement, sous pli affranchi : LE PROGRES ABONNEMENTS – 69284 LYON CEDEX 02 40 40€ Spécial Noël g p g p 4 4 4 4 Spéc N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N N p N p oë Mes Coordonnées : o Mme o Mlle o M. o OUI, je m’abonne au Progrès par portage matinal(2) et je recevrai un Coffret Gourmand(1) (pour 12 mois de souscription) + un Accès offert à leprogres.fr(1) Du lundi au samedi ❏ 12 mois (312 n°)+ coffret gourmand _ 312€ ❏ 6 mois (156 n _ 156€ Par chèque / carte bancaire 7 jours sur 7 ❏ 12 mois (364 n°)+ coffret gourmand _ 390€ ❏ 6 mois (182 n _ 195€ Par chèque / carte bancaire NO1 Tarifs Haute-Loire nous consulter.

(incluant TV Magazine + Version Femina + éditions numériques(1)) Date et signature : • (*)Offre soumise à conditions réservée aux particuliers - Valable en France métropolitaine jusqu’au 30/01/2019 Accès web offert pour un abonnement 7/7, réservé aux particuliers. Livraison du cadeau sous 6 à 8 semaines après le démarrage de l’abonnement, sous réserve d’un numéro de téléphone valide pour l’envoi, visuel non contractuel.

• L’utilisation et le traitement de vos données personnelles sont conformes aux normes RGPD en vigueur. Vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des informations vous concernant, en vous adressant au Progrès. Vos données personnelles (nom, prénom, adresse et téléphone) sont conservées à des fins de communication par le Progrès pendant 3 ans maximum après la cessation de votre abonnement, elles seront uniquement transmises à notre prestataire pour l’envoi du cadeau, dans ce cadre elles seront conservées 12 mois pour la gestion des réclamations. • Ne peut pas être utilisé pour un réabonnement ou une prolongation d’abonnement en cours (même nom et adresse) (1) Réservé aux particuliers (2) Livraison par portage matinal (sous réserve d’accessibilité sinon la livraison sera postale) Mon Règlement : ❏ Chèque bancaire à l’ordre de «Groupe Progrès SA» ❏ N° Expire à fin N° crypto (3 derniers chiffres au dos de votre carte) Nom _ Prénom _ _ Adresse _ _ Code Postal _ Commune _ _ Téléphone _ e-mail _ _ o J’accepte de recevoir des communications du Progrès par e-mail.

relationabonnes@leprogres.fr 121977700