État de la situation et analyse prospective de l'immigration en Chaudière-Appalaches

État de la situation et analyse prospective de l'immigration en Chaudière-Appalaches

État de la situation et analyse prospective de l’immigration en Chaudière-Appalaches Rapport synthèse final Présenté à la : Conférence régionale des élus de la Chaudière-Appalaches Par : Septembre 2006

État de la situation et analyse prospective de l’immigration en Chaudière-Appalaches Rapport synthèse Septembre 2006 Présenté à la : Conférence régionale des élus de la Chaudière-Appalaches Par : 555, boul. René-Lévesque Ouest 1145, boul. Lebourgneuf 9e étage Bureau 220 Montréal (Québec) Québec (Québec) H2Z 1B1 CANADA G2K 2K8 CANADA T (514) 861-0809 T (418) 626-2360 F (514) 861-0881 F (418) 626-1423

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 i 5610-1rsf TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. L’introduction . . 1 1.1 Le rappel du contexte . . 1 1.2 Les objectifs du mandat . . 2 1.3 La méthodologie suivie . . 3 2. L’apport de l’immigration en Chaudière-Appalaches : Les constats généraux . . 4 2.1 Le profil démographique de la Chaudière-Appalaches . . 4 2.1.1 La présentation de la région . . 4 2.1.2 L’évolution démographique et perspectives 2026 pour la Chaudière- Appalaches . . 6 2.1.3 L’évolution démographique et perspectives 2026 par MRC . . 7 2.1.4 L’évolution démographique et les perspectives 2026 par groupe d’âge . . 7 2.2 Le marché du travail en Chaudière-Appalaches . . 9 2.2.1 L’évolution du marché du travail en Chaudière-Appalaches . . 9 2.2.2 Le marché du travail par MRC . . 10 2.2.3 Les prévisions d’embauche en Chaudière-Appalaches . . 11 2.3 L’immigration en Chaudière-Appalaches . . 17 2.3.1 L’évolution de l’immigration en Chaudière-Appalaches et dans l’ensemble du Québec . . 17 2.3.2 Les caractéristiques des personnes immigrantes en Chaudière- Appalaches . . 18 2.3.3 Les projets d’immigration et l’attrait de la région . . 20 2.4 L’ouverture du milieu de la Chaudière-Appalaches . . 22 2.4.1 L’ouverture de la population . . 22 2.4.2 L’ouverture des entreprises de la région . . 24 2.4.3 L’intérêt des intervenants régionaux . . 24 3. L’apport de l’immigration en Chaudière-Appalaches : Les défis . . 25 3.1 L’immigration comme solution aux défis démographiques de la Chaudière- Appalaches . . 25 3.2 Les défis de l’immigration sur le marché du travail de la Chaudière-Appalaches . . 25 3.2.1 Le profil des personnes immigrantes . . 25 3.2.2 L’implication des entreprises et les services offerts dans la région . . 26

TABLE DES MATIÈRES… PAGE Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 ii 5610-1rsf 3.3 Les défis du recrutement et de l’intégration des personnes immigrantes . . 26 3.3.1 L’accueil et la rétention de nouveaux arrivants . . 27 3.3.2 L’intégration sur le plan sociocommunautaire . . 27 3.4 L’ouverture du milieu et le défi de sensibilisation . . 28 4. L’apport de l’immigration en Chaudière-Appalaches : diagnostic, orientations stratégiques et pistes d’action . . 29 4.1 Le diagnostic . . 29 4.1.1 Les facteurs clés de succès pour une stratégie réussie de recrutement, d’accueil et d’intégration durable des personnes immigrantes . . 29 4.1.2 Les forces et faiblesses de la région de la Chaudière-Appalaches . . 29 4.1.3 Les opportunités, menaces et contraintes . . 31 4.1.4 Les enjeux régionaux en matière d’immigration . . 32 4.2 Les orientations stratégiques . . 33 4.2.1 L’orientation stratégique 1 : Reconnaître l’immigration comme facteur de développement économique, social et culturel essentiel à la région de la Chaudière-Appalaches . . 34 4.2.2 L’orientation stratégique 2 : Faire connaître aux personnes immigrantes et futures personnes immigrantes la région de la Chaudière-Appalaches . . 36 4.2.3 L’orientation stratégique 3 : Faciliter l’arrimage entre les besoins réels du marché du travail de la région de la Chaudière-Appalaches et les compétences des personnes immigrantes, en favorisant l’utilisation de l’information du marché du travail disponible . . 37 4.2.4 L’orientation stratégique 4 : Doter la région de la Chaudière-Appalaches d’infrastructures d’accueil pour faciliter la démarche d’intégration des personnes immigrantes sur les plans économiques, social et linguistique . . 38 5. La conclusion . . 40

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 i 5610-1rsf TABLE DES FIGURES PAGE Figure 1.1 : Cheminement méthodologique . . 3 Figure 2.1 : Présentation de la région de la Chaudière-Appalaches . . 4 Figure 2.2 : Population et composantes démographiques quinquennales projetées Chaudière-Appalaches 2001 - 2026 . . 7 Figure 2.3 : Évolution de la pyramide des âges Région de la Chaudière-Appalaches 2001-2026 . . 8 Figure 2.4 : Perspectives démographiques 2001-2026 en Chaudière-Appalaches par MRC . . 8 Figure 2.5 : Taux de chômage par MRC, Lévis, région de la Chaudière-Appalaches et ensemble du Québec, et répartition de l’emploi sur le territoire de la Chaudière-Appalaches 2001 . . 11 Figure 2.6 : Indicateurs du marché du travail, perspectives 2005–2009, Chaudière-Appalaches . . 12 Figure 2.7 : Part relative de l’emploi en pourcentage selon le niveau de compétence région de la Chaudière-Appalaches et ensemble du Québec, 2004 . . 14 Figure 2.8 : Part relative de l’emploi en pourcentage selon le genre de compétence Région de la Chaudière-appalaches et ensemble du Québec, 2004 . . 16 Figure 2.9 : Perception des répondants du potentiel de l’immigration pour les entreprises de la région . . 22 Figure 2.10 : Ouverture des répondants à accueillir et côtoyer des personnes immigrantes ....23

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 i 5610-1rsf TABLE DES TABLEAUX PAGE Tableau 2.1 : Population de la province de Québec par région, 2001 . . 6 Tableau 2.2 : Emplois par secteur d’activité 2004 Chaudière-Appalaches et ensemble du Québec, en milliers (‘000 . . 10 Tableau 2.3 : Population immigrante admise de 1994 à 2003 et présente au Québec en 2005 selon la région d’établissement . . 18 Tableau 2.4 : Personnes immigrantes et résidents non permanents, par MRC et Lévis Chaudière-Appalaches, Québec, 2001 . . 19 Tableau 2.5 : Projets d’immigration en Chaudière-Appalaches . . 21

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 1 5610-1rsf 1. L’INTRODUCTION Ce document constitue le rapport synthèse du mandat «État de la situation et analyse prospective de l’immigration en Chaudière-Appalaches» confié à Zins Beauchesne et associés par la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches, en partenariat avec le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), Emploi-Québec et le ministère des Affaires municipales et des Régions (MAMR). Le présent rapport synthétise les informations et analyses contenues dans les trois rapports d’étapes réalisés par Zins Beauchesne et associés et déposés en cours de mandat, soit un premier rapport portant sur le profil de main-d’œuvre et le portrait sommaire de l’immigration en Chaudière-Appalaches, un second portant sur le potentiel de l’immigration en Chaudière-Appalaches et un troisième présentant le diagnostic de la région en matière d’immigration, ainsi que les orientations stratégiques et pistes d’action recommandées.

Ce rapport synthèse présente successivement : • un rappel du contexte, des objectifs poursuivis et de la méthodologie suivie (présente section); • une présentation des constats généraux de l’apport de l’immigration en Chaudière- Appalaches (section 2); • les grands défis de l’immigration en Chaudière-Appalaches (section 3); • le diagnostic immigration de la région, les axes d’orientations stratégiques et pistes d’action recommandées pour établir une stratégie tenant compte des réalités de la région de la Chaudière-Appalaches (section 4).

Afin de couvrir tous les thèmes traités lors du mandat et de faire les liens entre les différentes activités réalisées, les sections portant sur les constats généraux et les défis de l’immigration en Chaudière-Appalaches, seront présentées selon quatre thématiques principales : la démographie, le marché du travail, l’immigration et l’ouverture du milieu. 1.1 LE RAPPEL DU CONTEXTE Selon les données fournies par Statistique Canada, la croissance démographique de la région de la Chaudière-Appalaches a ralenti au cours des dernières années, passant de 2,6% entre 1991 et 1996 à 1,4% entre 1996 et 2001. De plus, selon les prévisions de l’Institut de la statistique du Québec, une légère amorce de décroissance est prévue à compter de 2016. Toujours selon l’Institut de la statistique du Québec, l’évolution et les projections démographiques de la classe des 15-64 ans, soit la majorité des personnes en âge de travailler, indiquent une baisse de 15,0% de celle-ci de 2001 à 2026, ce qui est encore plus préoccupant.

1. L’INTRODUCTION … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 2 5610-1rsf Par ailleurs, entre les années 2005 et 2009, selon le scénario d’Emploi-Québec 1 , la demande totale de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches se situera à quelque 33 600 postes. La croissance économique sera la source de 30% de ces nouveaux débouchés (10 100 nouveaux emplois), alors que la demande créée en raison de la demande de remplacement de main- d’œuvre partant à la retraite atteindra 70% (23 500 postes à combler). La région se dirige donc en toute logique vers un déficit de main-d’œuvre, qui peut poser de sérieux problèmes aux entreprises créatrices d’emplois et aux diverses institutions publiques qui, elles aussi, ont besoin de ressources humaines.

De plus, dans le contexte actuel, il est impossible de compter sur le phénomène de la migration pour combler une partie de la demande à venir, puisque le solde migratoire net total (qui inclut les migrations interrégionales, mais aussi interprovinciales et internationales) est estimé à -903 pour la période 1996-1997 à 2004-2005. Une des pistes de solution vise à combler une partie de ce déficit par l’attraction et la rétention de personnes immigrantes. On sait cependant que la grande majorité des personnes immigrantes s’installent dans les principales métropoles du Canada. S’il y a certes dans l’immigration une opportunité, il y a également un très grand défi dans l’attraction et la rétention de personnes immigrantes. Diverses expériences ont cependant prouvé que cela est possible lorsque la bonne stratégie et des mesures adéquates sont mises en place.

1.2 LES OBJECTIFS DU MANDAT Les objectifs de la présente étude sont les suivants : OBJECTIFS GÉNÉRAUX ‰ Déterminer l’apport de l’immigration à la région de la Chaudière-Appalaches, dans un contexte de baisse démographique et de rareté de main-d’œuvre. ‰ Permettre aux organismes socioéconomiques, aux entreprises et aux municipalités d’identifier des opportunités et des leviers d’intervention en matière d’accueil, d’intégration et de rétention de personnes immigrantes dans la région. 1 Emploi-Québec, Le marché du travail dans la région de la Chaudière-Appalaches, Perspectives professionnelles 2005-2009, juillet 2005.

1. L’INTRODUCTION … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 3 5610-1rsf ‰ Permettre de guider le soutien aux initiatives locales et régionales dans une perspective de concertation des divers intervenants de la région. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES ‰ Documenter la situation de l’emploi et particulièrement les besoins régionaux en main- d’œuvre dans une perspective de développement de l’immigration. ‰ Établir le portrait de l’apport de l’immigration à la région de la Chaudière-Appalaches. ‰ Identifier les secteurs d’activité à considérer de manière prioritaire dans une stratégie de développement de l’immigration dans la région.

‰ Déterminer les conditions d’une intégration professionnelle et sociale des personnes immigrantes, à la lumière des expériences de la région et d’autres régions. ‰ Identifier les ressources disponibles de même que celles à mettre en place et les actions à prendre pour faciliter l’intégration professionnelle et sociale des personnes immigrantes. 1.3 LA MÉTHODOLOGIE SUIVIE Afin d’atteindre les objectifs du mandat, une méthodologie comportant quatre grandes phases et dix-neuf activités fut suivie par Zins Beauchesne et associés. La figure suivante présente le cheminement méthodologique suivi. FIGURE 1.1 : CHEMINEMENT MÉTHODOLOGIQUE Activité 2 : Entrevues avec observateurs privilégiés Activité 1 : Analyse des statistiques officielles Activité 3 : Perspectives sectorielles Activité 4 : Rapport et réunion Activité 2 : Expérience d’utilisation d’immigrants Activité 1 : Besoins spécifiques et exigences particulières des emplois Activité 3 : Intérêt et conditions pour un recours à l’immigration : ateliers Activité 4 : Observateurs privilégiés Activité 5 : Enquête auprès d’employeurs par secteur Activité 6 : Rapport et réunion Phase 1 - Besoin de main-d’œuvre et portrait sommaire de l’immigration Phase 2 - Potentiel de l’immigration pour la région de la Chaudière-Appalaches Phase 4 – Stratégies de recrutement de personnes immigrantes et pistes d’action Activité 4 : Rapport final Activité 3 : Élaboration de la stratégie Activité 2 : Bonification du diagnostic et des orientations stratégiques Activité 1 : Présentation des résultats et session de travail avec le CA de la CRÉ Phase 3 - Facteurs clés de succès et conditions: diagnostic Activité 4 : Diagnostic régional • Diagnostic régional • Orientations stratégiques • Outils et moyens Activité 5 : Rapport et réunion Activité 2 : Entrevues auprès d’intervenants ciblés Activité 1 : Analyse des plans d’action et des ententes spécifiques des régions qui se sont dotées d’une stratégie d’immigration Activité 3 : Atelier de travail avec des immigrants ÉTAT DE LA SITUATION ET ANALYSE PROSPECTIVE DE L’IMMIGRATION Activité 2 : Entrevues avec observateurs privilégiés Activité 1 : Analyse des statistiques officielles Activité 3 : Perspectives sectorielles Activité 4 : Rapport et réunion Activité 2 : Expérience d’utilisation d’immigrants Activité 1 : Besoins spécifiques et exigences particulières des emplois Activité 3 : Intérêt et conditions pour un recours à l’immigration : ateliers Activité 4 : Observateurs privilégiés Activité 5 : Enquête auprès d’employeurs par secteur Activité 6 : Rapport et réunion Phase 1 - Besoin de main-d’œuvre et portrait sommaire de l’immigration Phase 2 - Potentiel de l’immigration pour la région de la Chaudière-Appalaches Phase 4 – Stratégies de recrutement de personnes immigrantes et pistes d’action Activité 4 : Rapport final Activité 3 : Élaboration de la stratégie Activité 2 : Bonification du diagnostic et des orientations stratégiques Activité 1 : Présentation des résultats et session de travail avec le CA de la CRÉ Phase 3 - Facteurs clés de succès et conditions: diagnostic Activité 4 : Diagnostic régional • Diagnostic régional • Orientations stratégiques • Outils et moyens Activité 5 : Rapport et réunion Activité 2 : Entrevues auprès d’intervenants ciblés Activité 1 : Analyse des plans d’action et des ententes spécifiques des régions qui se sont dotées d’une stratégie d’immigration Activité 3 : Atelier de travail avec des immigrants ÉTAT DE LA SITUATION ET ANALYSE PROSPECTIVE DE L’IMMIGRATION ÉTAT DE LA SITUATION ET ANALYSE PROSPECTIVE DE L’IMMIGRATION

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 4 5610-1rsf 2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX Les constats généraux sur l’apport de l’immigration en Chaudière-Appalaches sont ici résumés selon quatre thématiques principales : le profil démographique de la région, le marché du travail, le portrait actuel de l’immigration et l’ouverture du milieu. 2.1 LE PROFIL DÉMOGRAPHIQUE DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES 2.1.1 La présentation de la région La région administrative de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour le dynamisme de son économie, le caractère industrieux de ses entrepreneurs, la diversité de ses paysages et la qualité de vie de ses communautés.

FIGURE 2.1 : PRÉSENTATION DE LA RÉGION DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 5 5610-1rsf D’une superficie d’environ 15 100 km², elle est bornée au nord-est par la région du Bas-Saint- Laurent, au nord-ouest par le fleuve Saint-Laurent et la région de la Capitale-Nationale, au sud- ouest par les régions du Centre-du-Québec et de l’Estrie et au sud-est par la frontière internationale avec les États-Unis d’Amérique.

Sa population régionale est répartie en quelque 136 municipalités regroupées en 9 municipalités régionales de comté (MRC) et un pôle urbain régional, Lévis, rassemblant toutes les fonctions supérieures d’une grande ville. Principalement rurale, la Chaudière-Appalaches possède une économie solidement basée sur le prélèvement et la transformation de ressources naturelles : une agriculture régionale forte, une importante activité forestière dans un contexte de forêts principalement privées. Surtout, cette économie régionale est marquée par une remarquable empreinte manufacturière. Royaume de la PME et de l’attitude entrepreneuriale, la Chaudière-Appalaches est fermement représentée dans les industries du bois et du meuble, de l’alimentation, du textile et des vêtements, des produits métalliques, de la plasturgie, de la machinerie, et du matériel de transport.

La Chaudière-Appalaches est une région active par excellence, elle procure environ 200 000 emplois à sa population et affiche un taux de chômage historiquement parmi les plus faibles au Québec.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 6 5610-1rsf 2.1.2 L’évolution démographique et perspectives 2026 pour la Chaudière- Appalaches Selon les données du recensement 2001 publiées par Statistique Canada et présentées dans le tableau 2.1, la population de la région de la Chaudière-Appalaches atteignait 383 376 habitants en 2001 et se classait au 6e rang au Québec avec 5,3% de la population de la province. TABLEAU 2.1 : POPULATION DE LA PROVINCE DE QUÉBEC PAR RÉGION, 2001 RÉGION ADMINISTRATIVE POPULATION % Montréal 1 812 723 25,0 Montérégie 1 276 397 18,0 Capitale-Nationale 638 917 8,8 Laurentides 461 366 6,3 Lanaudière 388 495 5,4 Chaudière-Appalaches 383 376 5,3 Laval 343 005 4,7 Outaouais 315 546 4,4 Estrie 285 613 4,0 Saguenay–Lac-Saint-Jean 278 279 3,9 Mauricie 255 268 3,5 Centre-du-Québec 218 502 3,0 Bas-Saint-Laurent 200 630 2,8 Abitibi-Témiscamingue 146 097 2,0 Côte-Nord 97 766 1,4 Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 96 924 1,3 Nord-du-Québec 38 575 0,5 Ensemble du Québec 7 237 479 100,0 Source : Recensement du Canada, 2001. Statistique Canada. Selon les perspectives de l’Institut de la statistique du Québec présentées dans la figure 2.2, la population de la région de la Chaudière-Appalaches, après une progression très lente, commencera à décroître à partir de 2016 et atteindra 392 861 habitants en 2026, soit seulement 0,5% de plus que la population estimée en 2001 par l’Institut de la statistique du Québec.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 7 5610-1rsf FIGURE 2.2 : POPULATION ET COMPOSANTES DÉMOGRAPHIQUES QUINQUENNALES PROJETÉES CHAUDIÈRE-APPALACHES 2001 - 2026 391 052 395 098 397 458 398 218 396 959 392 861 300 000 325 000 350 000 375 000 400 000 425 000 450 000 475 000 500 000 2001 2006 2011 2016 2021 2026 391 052 395 098 397 458 398 218 396 959 392 861 300 000 325 000 350 000 375 000 400 000 425 000 450 000 475 000 500 000 2001 2006 2011 2016 2021 2026 Source : Population et composantes démographiques quinquennales projetées, Chaudière-Appalaches et ensemble du Québec, Institut de la statistique du Québec. 2.1.3 L’évolution démographique et perspectives 2026 par MRC L’analyse de la population par groupe d’âge démontre que la structure de la population de la Chaudière-Appalaches est à peu de choses près identique à celle de la province de Québec, à l’exception d’une légère surreprésentation dans la classe d’âge 45-64 ans et d’une légère sous- représentation dans la classe d’âge 25-44 ans. Cependant, une analyse plus fine par MRC démontre certaines différences significatives : • Les MRC de L’Amiante, de Montmagny, de Bellechasse, des Etchemins et de L’Islet présentent un profil plus âgé que la moyenne. Ces cinq MRC présentent par ailleurs aussi les plus forts taux de décroissance démographique prévus pour l’horizon 2001– 2026.

• Les MRC de Beauce-Sartigan, Nouvelle-Beauce et Robert-Cliche présentent d’autre part un profil moins âgé que la moyenne de la MRC. 2.1.4 L’évolution démographique et les perspectives 2026 par groupe d’âge Comme présenté à la figure 2.3, le phénomène du vieillissement de la population provoquera une diminution de près de 40 000 individus dans la tranche de la population d’âge actif, soit une diminution de 15%. Ce phénomène touchera plus particulièrement certaines MRC, notamment celles de L’Amiante, de L’Islet, des Etchemins et de Montmagny.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 8 5610-1rsf FIGURE 2.3 : ÉVOLUTION DE LA PYRAMIDE DES ÂGES RÉGION DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES 2001-2026 0-14 ans 15-24 ans 25-44 ans 45-64 ans 65 ans et plus 0-14 ans 15-24 ans 25-44 ans 45-64 ans 65 ans et plus 17,9% 14,2% 28,9% 26,1% 12,9% 13,8% 9,6% 22,7% 26,0% 27,3% 2001 (Population : 391 052) 2026 (Population : 392 861) 270 607 personnes 231 395 personnes 0-14 ans 15-24 ans 25-44 ans 45-64 ans 65 ans et plus 0-14 ans 15-24 ans 25-44 ans 45-64 ans 65 ans et plus 17,9% 14,2% 28,9% 26,1% 12,9% 13,8% 9,6% 22,7% 26,0% 27,3% 2001 (Population : 391 052) 2026 (Population : 392 861) 270 607 personnes 231 395 personnes Source : Perspectives de la population selon le groupe d’âge et le sexe, 2003. Institut de la statistique du Québec. En plus de subir le vieillissement de leur population, plusieurs MRC seront également éprouvées par une diminution du nombre de leurs habitants, comme on observe dans la figure 2.4.

FIGURE 2.4 : PERSPECTIVES DÉMOGRAPHIQUES 2001-2026 EN CHAUDIÈRE-APPALACHES PAR MRC 10,3 6,8 3,3 0,4 -2,4 -2,4 -10,4 -10,7 -12,6 -14,7 L é v i s N o u v e l l e - B e a u c e B e a u c e - S a r t i g a n R o b e r t - C l i c h e L o t b i n i è r e B e l l e c h a s s e L e s E t c h e m i n s M o n t m a g n y L ' I s l e t L ' A m i a n t e 10,3 6,8 3,3 0,4 -2,4 -2,4 -10,4 -10,7 -12,6 -14,7 L é v i s N o u v e l l e - B e a u c e B e a u c e - S a r t i g a n R o b e r t - C l i c h e L o t b i n i è r e B e l l e c h a s s e L e s E t c h e m i n s M o n t m a g n y L ' I s l e t L ' A m i a n t e Source : Profils comparatifs des MRC, 2005. Institut de la statistique du Québec.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 9 5610-1rsf 2.2 LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN CHAUDIÈRE-APPALACHES 2.2.1 L’évolution du marché du travail en Chaudière-Appalaches Au chapitre de l’emploi, la Chaudière-Appalaches a connu entre 1994 et 2004 une croissance annuelle moyenne de 1,8%, soit un rythme semblable à celui du Québec (1,8%). La Chaudière-Appalaches affiche un des taux d’emploi les plus élevés au Québec. En 2004, ce taux est de 64,3% alors qu’il est de 60,3% pour l’ensemble du Québec. D’ailleurs, la région de la Chaudière-Appalaches a toujours présenté un taux d’emploi supérieur à celui de l’ensemble du Québec, et ce, même si ce dernier n’a jamais cessé de s’améliorer depuis 1997. La région de la Chaudière-Appalaches comptait 206 100 emplois en 2004, une hausse de 2 400 emplois par rapport à 2003.

Sans parler encore de pénurie de travailleurs, des difficultés de recrutement existent et un phénomène de rareté de la main-d’œuvre commence à s’installer. Ainsi, dans la région, la population en âge de travailler devrait commencer à décliner dès 2008. D’ailleurs, une enquête réalisée par Zins Beauchesne et associés auprès de 101 employeurs de la Chaudière- Appalaches dans le cadre du présent mandat révèle que 68% d’entre eux considèrent qu’il sera plutôt (53%) ou très difficile (15%) de combler leurs emplois disponibles à court, moyen et long terme. Pour minimiser les conséquences négatives d’un tel phénomène, il faudra miser sur le retour en emploi des personnes en situation de chômage et augmenter la participation au marché du travail de certains groupes qui y sont moins présents. Comparé à la province de Québec, on observe dans le tableau 2.2 que le marché de l’emploi en Chaudière-Appalaches est caractérisé par une plus forte proportion d’emplois dans les secteurs de l’agriculture (vu la vaste étendue de son territoire agricole) et de la fabrication (prépondérance de la PME manufacturière). Par contre, on note une sous-représentation dans les secteurs du commerce, des services professionnels, scientifiques et techniques, et des services d’enseignement.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 10 5610-1rsf TABLEAU 2.2 : EMPLOIS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ 2004 CHAUDIÈRE-APPALACHES ET ENSEMBLE DU QUÉBEC, EN MILLIERS (‘000) CHAUDIÈRE- APPALACHES ENSEMBLE DU QUÉBEC INDUSTRIE N % N % Agriculture et pêche 10,3 5,0 49,8 1,4 Foresterie, pêche, mines et extraction de pétrole et gaz 2,6 1,2 35,6 0,9 Services publics n.d. – 32,0 0,9 Construction 10,8 5,2 166,5 4,5 Fabrication 50,2 24,4 629,3 17,1 Commerce 29,5 14,3 615,9 16,7 Transports et entreposage 9,2 4,5 178,8 4,9 Finances, assurances, immobilier et location 11,1 5,4 199,3 5,4 Services professionnels, scientifiques et techniques 8,2 4,0 221,1 6,0 Services aux entreprises, services bâti et autres 6,4 3,1 115,0 3,1 Services d’enseignement 9,3 4,5 240,0 6,0 Soins de santé et assistance sociale 22,9 11,1 442,6 12,0 Information, culture et loisirs 4,3 2,1 163,9 4,4 Hébergement et restauration 11,3 5,5 205,8 5,6 Autres services 9,1 4,4 171,6 4,7 Administrations publiques 10,1 4,9 218,7 5,9 EMPLOI TOTAL : 206,1 100,0 3 685,9 100,0 Source : Emploi 2004 : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2004. En raison du nombre d’emploi inférieur à 1 500, l’information pour certains secteurs d’activité n’est pas disponible. 2.2.2 Le marché du travail par MRC Cette performance remarquable de la région de la Chaudière-Appalaches varie légèrement selon les MRC tel que présenté dans la figure 2.5. La ville de Lévis et les MRC de Bellechasse, de la Nouvelle-Beauce, de Robert-Cliche, de Beauce-Sartigan et de Lotbinière présentent des indicateurs de performance légèrement meilleurs à la moyenne régionale alors que les MRC de L’Islet, de Montmagny, des Etchemins et de L’Amiante présentent des indicateurs légèrement inférieurs à la moyenne régionale.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 11 5610-1rsf FIGURE 2.5 : TAUX DE CHÔMAGE PAR MRC, LÉVIS, RÉGION DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES ET ENSEMBLE DU QUÉBEC, ET RÉPARTITION DE L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES 2001 5,6 5,3 8,3 5,1 4,9 5,4 7,6 4,8 8,8 8,2 6,1 8,2 L é v i s B - S a r t i g a n L ' A m i a n t e B e l l e c h a s s e N - B e a u c e L o t b i n i è r e M o n t m a g n y R - C l i c h e L ' I s l e t E t c h e m i n s C - A P r . Q u é b e c Nb. d’emplois MRC/Villes 190 070 Chaudière-Appalaches 7 610 Les Etchemins 8 545 L’Islet 9 355 Robert-Cliche 10 470 Montmagny 13 040 Lotbinière 15 900 Nouvelle-Beauce 16 075 Bellechasse 19 660 L’Amiante 24 565 Beauce-Sartigan 64 845 Ville de Lévis Répartition de l’emploi sur le territoire Nb. d’emplois MRC/Villes 190 070 Chaudière-Appalaches 7 610 Les Etchemins 8 545 L’Islet 9 355 Robert-Cliche 10 470 Montmagny 13 040 Lotbinière 15 900 Nouvelle-Beauce 16 075 Bellechasse 19 660 L’Amiante 24 565 Beauce-Sartigan 64 845 Ville de Lévis Répartition de l’emploi sur le territoire Source : Recensement, 2001. Statistique Canada. 2.2.3 Les prévisions d’embauche en Chaudière-Appalaches Les perspectives d’emploi 2005-2009 établies par Emploi-Québec pour la région, ainsi que le sondage réalisé par Zins Beauchesne et associés auprès de 101 employeurs de la Chaudière-Appalaches, permettent de caractériser les prévisions d’embauche pour la région. La demande prévue liée à l’expansion Entre les années 2005 et 2009, les prévisions d’Emploi-Québec tablent sur une croissance de 10 100 nouveaux emplois pour la région de la Chaudière-Appalaches, l’emploi y passant de 206 100 en 2004 à 216 200 en 2009. La prévision est plus modérée qu’au cours des cinq dernières années, car la baisse démographique commence à influencer le scénario. En effet, selon le dernier scénario de prévisions de l’Institut de la statistique du Québec, édition 2003, la population âgée de 15 à 64 ans devrait plafonner, dès 2008, dans la Chaudière-Appalaches. La population active devrait croître à un rythme légèrement inférieur à celui de l’emploi, en raison du vieillissement de la population. Cette progression plus modeste de la population active se traduira par un repli du chômage. Comme on observe dans la figure 2.6, le taux de chômage, qui s’élevait à 6,4% en 2004, reculerait à 5,8% en 2009.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 12 5610-1rsf FIGURE 2.6 : INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL, PERSPECTIVES 2005–2009, CHAUDIÈRE-APPALACHES 68,7 68,9 69,1 69,2 69,4 69,7 64,3 64,7 64,9 65,1 65,3 65,6 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Taux d'activité Taux d'emploi 6,5 6,2 6 5,9 5,9 5,8 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Taux de chômage Taux Taux Source : Prévisions 2005 à 2009 : Modèle de prévisions d’Emploi-Québec. Par ailleurs, dans l’enquête auprès des employeurs de la région, environ 80% des entreprises contactées prévoient l’embauche de personnel sur l’horizon 2006-2009. Parmi celles-ci, 61% prévoient embaucher du personnel pour la création de nouveaux emplois. Les secteurs d’activité économique Toujours selon le scénario des perspectives d’Emploi-Québec 2005-2009, l’emploi manufacturier devrait croître de façon modeste, soit de 0,7%, d’ici à 2009 en raison de l’augmentation de la productivité et de la nouvelle concurrence. Les principaux secteurs d’activité visés par une croissance significative de l’emploi seront la fabrication d’aliments, de produits métalliques, de machines, de matériel de transport, de produits en plastique et de matériaux composites.

L’emploi dans le secteur de la construction est également en forte croissance depuis 2001 culminant à 11 000 emplois en 2004 dans la Chaudière-Appalaches. Le secteur des services, pour sa part, rassemblait en 2004 quelque 131 000 emplois, soit 63,5% de l’emploi total de la Chaudière-Appalaches. D’ici à 2009, l’emploi dans ce secteur connaîtra une progression au-delà de la croissance moyenne de l’ensemble des secteurs (1,0%), soit une croissance annuelle moyenne de l’emploi de 1,4%. Des activités, telles que les services professionnels, scientifiques et techniques, l’information, la culture et les loisirs, le commerce ainsi que le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale, alimentent cette croissance.

Des diminutions d’emploi sont par contre attendues dans le secteur primaire. L’information détaillée sur les perspectives d’emploi par secteurs d’activités économiques est présentée à l’annexe 1.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 13 5610-1rsf La demande de remplacement prévue La demande de main-d’œuvre attribuable à la croissance économique n’est qu’une des composantes des emplois à pourvoir sur le marché du travail de la Chaudière-Appalaches. Il faut lui ajouter la demande liée au remplacement des personnes qui, d’une part, se retirent du marché du travail et d’autre part, quittent leur emploi pour occuper un poste disponible dans un autre emploi (mobilité professionnelle).

La tendance au vieillissement de la main-d’œuvre est une réalité qui se répercutera sur des prises de retraite accrues au cours des prochaines décennies. Selon le scénario d’Emploi-Québec, la demande de remplacement de main-d’œuvre pour Chaudière- Appalaches est estimée à quelque 23 500 postes sur l’horizon 2005-2009. L’enquête réalisée par Zins Beauchesne et associés fait quant à elle ressortir que parmi les 80% des entreprises contactées qui prévoient embaucher du personnel sur l’horizon 2006- 2009, 77% de ces entreprises prévoient embaucher du personnel pour du remplacement de personnes.

Au bas mot, quelque 33 600 postes seront à pourvoir entre 2005 et 2009 dans la Chaudière- Appalaches, et c’est sans compter la demande accentuée par la mobilité interprofessionnelle. Les types d’emplois offerts et compétences recherchées par les employeurs Les niveaux et genres de compétences recherchés par les employeurs de la région de la Chaudière-Appalaches sont présentés selon le système de classification nationale des professions (CNP). Au Québec, on utilise le système CNP pour établir les perspectives professionnelles. La CNP 2001 constitue un cadre normalisé qui permet de structurer le monde du travail en un système pratique, logique et compréhensible. Ainsi, la figure 2.7 présente la part relative de l’emploi en pourcentage selon le niveau de compétence pour la région de la Chaudière-Appalaches et l’ensemble du Québec en 2004. Il est à noter que la région se caractérise par des proportions plus importantes dans les catégories «Technique», «Intermédiaire» et «Élémentaire» par rapport à l’ensemble du Québec alors que les catégories «Gestion» et «Professionnel» sont sous représentées.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 14 5610-1rsf FIGURE 2.7 : PART RELATIVE DE L’EMPLOI EN POURCENTAGE SELON LE NIVEAU DE COMPÉTENCE RÉGION DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES ET ENSEMBLE DU QUÉBEC, 2004 12,0 32,0 30,5 16,3 9,1 13,5 34,9 32,6 12,1 7,0 Élémentaire Intermédiaire Technique Professionnel Gestion Québec Région 12,0 32,0 30,5 16,3 9,1 13,5 34,9 32,6 12,1 7,0 Élémentaire Intermédiaire Technique Professionnel Gestion Québec Région Source : Emploi-Québec, Le marché du travail dans la région de la Chaudière- Appalaches, Perspectives professionnelles 2005-2009, juillet 2005.

L’enquête auprès des employeurs de la région a pour sa part aussi fait ressortir l’importance des besoins de niveau technique, ce niveau de compétence étant celui qui sera recherché par une plus forte proportion d’employeurs (55% des entreprises contactées rechercheront des travailleurs de niveau technique). De plus, bien qu’elles ne puissent être interprétées comme étant statistiquement significatives, certaines différences sont observées quant au niveau de compétence recherché dans les sous-régions existantes du territoire de la Chaudière-Appalaches : • une proportion plus importante d’entreprises de Lévis recherche des travailleurs de niveau de compétence universitaire; • une proportion moins importante d’entreprises de Lotbinière / L’Amiante recherche des travailleurs de niveau de compétence universitaire; • une proportion plus importante d’entreprises de Beauce / Etchemins recherchent des travailleurs de niveau de compétence élémentaire.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 15 5610-1rsf Malgré une prédominance des besoins pour les niveaux technique et intermédiaire, l’analyse des perspectives professionnelles 2005-2009 démontre des possibilités d’emplois intéressantes pour tous les niveaux de compétence : ‰ Gestion : • demande de main-d’œuvre intéressante; • taux de chômage relativement faible. ‰ Professionnel : • demande de main-d’œuvre supérieure à celle de l’ensemble des professions; • demande particulièrement soutenue pour les secteurs : ¾ de la santé; ¾ de l’enseignement; ¾ de l’informatique; ¾ du génie et des sciences. ‰ Technique : • professions qui s’inscrivent à l’intérieur d’une tendance d’emplois plus scolarisés liée à l’adaptation aux conditions économiques et sociales changeantes; • besoins importants chez les employeurs de la région notamment au niveau des secteurs : ¾ de la santé; ¾ des sciences naturelles et appliquées; ¾ des métiers spécialisés (électromécaniciens par exemple). ‰ Intermédiaire : • niveau qui représente le plus grand nombre d’emplois de la région; • secteurs santé et manufacturier présentent les meilleures perspectives. ‰ Élémentaire : • nombre élevé de chercheurs d’emplois; • forte mobilité interprofessionnelle. La figure 2.8 présente la part relative de l’emploi en pourcentage selon le genre de compétence, pour la région de la Chaudière-Appalaches et l’ensemble du Québec en 2004. Il est à remarquer que la région est caractérisée par une proportion plus importante des emplois dans les genres «transformation, fabrication et services d’utilités publiques», «secteur primaire», et «métiers, transport et machinerie».

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 16 5610-1rsf Il apparaît également que la catégorie de la vente et des services rassemble le plus grand nombre de personnes occupées en Chaudière-Appalaches. Selon les estimations d’Emploi-Québec, trois catégories se distinguent sur le plan de la demande d’emploi, soit les sciences naturelles et appliquées, le secteur de la santé ainsi que la vente et les services. FIGURE 2.8 : PART RELATIVE DE L’EMPLOI EN POURCENTAGE SELON LE GENRE DE COMPÉTENCE RÉGION DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES ET ENSEMBLE DU QUÉBEC, 2004 8,0 2,1 13,9 23,5 3,1 8,7 6,4 6,7 18,4 9,1 13,6 5,7 16,3 22,2 1,7 6,4 6,0 5,5 15,7 7,0 Transformation, fabrication et services d'utilité publique Secteur primaire Métiers, transport et machinerie Vente et services Arts, culture, sports et loisirs Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion Secteur de la santé Sciences naturelles et appliquées Affaires, finance et administration Gestion Québec Région * nombre total d’emploi en Chaudière-Appalaches: 206 100 emplois Genre de compétences 8,0 2,1 13,9 23,5 3,1 8,7 6,4 6,7 18,4 9,1 13,6 5,7 16,3 22,2 1,7 6,4 6,0 5,5 15,7 7,0 Transformation, fabrication et services d'utilité publique Secteur primaire Métiers, transport et machinerie Vente et services Arts, culture, sports et loisirs Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion Secteur de la santé Sciences naturelles et appliquées Affaires, finance et administration Gestion Québec Région * nombre total d’emploi en Chaudière-Appalaches: 206 100 emplois Genre de compétences Source : Emploi-Québec, Le marché du travail dans la région de la Chaudière- Appalaches, Perspectives professionnelles 2005-2009, juillet 2005.

Les professions présentant des perspectives favorables Considérant les perspectives professionnelles 2005-2009 d’Emploi-Québec, ainsi que les résultats de l’enquête auprès des employeurs de la région, de même que l’ensemble des informations recueillies lors des entrevues en profondeur et des ateliers réalisés par Zins Beauchesne et associés dans le cadre du présent mandat, les principaux secteurs d’activité présentant des perspectives professionnelles favorables en Chaudière-Appalaches sont les suivants : • agriculture et fabrication d’aliments; • produits en plastique et matériaux composites; • fabrication d’équipements, de moules et de produits métalliques; • fabrication de produits en bois; • finance et assurance; • santé et services sociaux; • enseignement.

L’information détaillée sur les professions présentant des perspectives favorables dans ces secteurs est disponible à l’annexe 2.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 17 5610-1rsf Par ailleurs, bien que ces secteurs et emplois soient favorables en termes de perspectives professionnelles et qu’ils présentent des besoins de main-d’oeuvre, certains de ces milieux font face à des défis majeurs en matière d’intégration professionnelle de travailleurs immigrants.

2.3 L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES 2.3.1 L’évolution de l’immigration en Chaudière-Appalaches et dans l’ensemble du Québec Entre les années 1994 et 2003, le Québec a accueilli 249 421 personnes immigrantes qui y étaient toujours présentes en 2005. Jusqu'à maintenant, la région de la Chaudière-Appalaches a peu bénéficié de l’immigration. Effectivement, comme le présente le tableau 2.3, environ 1% de sa population était constituée de personnes immigrantes en 2001 1 et la région se classait au 13e rang des régions du Québec en termes de nombre de personnes immigrantes présentes sur son territoire en 2005 et admises entre les années 1994 et 2003 (à égalité avec le Saguenay–Lac-Saint-Jean). 1 Conférence régionale des élus de la Chaudière-Appalaches, Profil économique de la Chaudière-Appalaches, Langue, Citoyenneté, et Immigration, mars 2005.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 18 5610-1rsf TABLEAU 2.3 : POPULATION IMMIGRANTE ADMISE DE 1994 À 2003 ET PRÉSENTE AU QUÉBEC EN 2005 SELON LA RÉGION D’ÉTABLISSEMENT 1994–1998 1999–2003 TOTAL, 1994–2003 RÉGION D’ÉTABLISSEMENT N % N % N % Montréal 68 719 64,7 101 326 70,8 170 045 68,2 Longueuil 6 522 6,1 8 021 5,6 14 543 5,8 Laval 6 114 5,8 6 590 4,6 12 704 5,1 Capitale-Nationale 4 010 3,8 5 842 4,1 9 852 3,9 Outaouais 2 676 2,5 3 559 2,5 6 235 2,5 Estrie 2 033 1,9 3 193 2,2 5 226 2,1 Laurentides 2 108 2,0 2 589 1,8 4 697 1,9 Montérégie, partie est 1 910 1,8 2 799 2,0 4 709 1,9 Montérégie, partie ouest 1 311 1,2 1 531 1,1 2 842 1,1 Lanaudière 939 0,9 1 217 0,9 2 156 0,9 Centre-du-Québec 497 0,5 903 0,6 1 400 0,6 Mauricie 493 0,5 832 0,6 1 325 0,5 Chaudière-Appalaches 510 0,5 573 0,4 1 083 0,4 Saguenay–Lac-Saint-Jean 350 0,3 609 0,4 959 0,4 Bas-Saint-Laurent 365 0,3 477 0,3 842 0,3 Abitibi-Témiscamingue 159 0,1 227 0,2 386 0,2 Côte-Nord 93 0,1 143 0,1 236 0,1 Nord-du-Québec 30 0,0 28 0,0 58 0,0 Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 56 0,1 48 0,0 104 0,0 Non déterminée 7 366 6,9 2 653 1,9 10 019 4,0 TOTAL : 106 261 100,0 143 160 100,0 249 421 100,0 Source : Présence au Québec en 2005 des immigrants admis de 1994 à 2003, MICC, juillet 2005. 2.3.2 Les caractéristiques des personnes immigrantes en Chaudière- Appalaches Selon les données du recensement de 2001, les personnes immigrantes présentes en Chaudière-Appalaches sont principalement installées à Lévis (38,0%) et dans la MRC de L’Amiante (16,2%), comme on observe dans le tableau suivant.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 19 5610-1rsf TABLEAU 2.4 : PERSONNES IMMIGRANTES ET RÉSIDENTS NON PERMANENTS, PAR MRC ET LÉVIS CHAUDIÈRE-APPALACHES, QUÉBEC, 2001 PERSONNES IMMIGRANTES PERSONNES IMMIGRANTES MRC / RÉGION PERSONNES IMMIGRANTES / POPULATION N % % Lévis 1465 38,0% 1,21% L’Amiante 625 16,2% 1,48% Beauce-Sartigan 375 9,7% 0,80% Bellechasse 260 6,7% 0,79% Lotbinière 260 6,7% 0,99% Les Etchemins 245 6,4% 1,42% La Nouvelle-Beauce 210 5,4% 0,70% Robert-Cliche 175 4,5% 0,96% Montmagny 165 4,3% 0,72% L’Islet 75 1,9% 0,40% Chaudière-Appalaches 3 855 100,0% 1,02% Ensemble du Québec 747 155 -- 10,49% Source : Recensement de la population, 2001. Statistique Canada. La moitié des personnes immigrantes ayant été admises au Québec entre les années 1994 et 2003 et résidant en Chaudière-Appalaches en 2005 fait partie de la catégorie regroupement familial (49,0%). Les autres sont issues de l’immigration économique (42,1%) et de la catégorie réfugiés (8,9%).

2 Il importe de souligner que pour sélectionner les personnes immigrantes de la catégorie économique, la grille actuellement utilisée par le gouvernement accorde un pointage supérieur aux candidats hautement diplômés et expérimentés alors que les emplois a priori disponibles dans la région de la Chaudière-Appalaches sont plutôt de nature non et semi- spécialisés – cette grille de sélection est cependant en révision et devrait privilégier plutôt des candidats ayant un profil plus technique.

Parmi les personnes immigrantes admises au Québec entre 1994 et 2003, résidant en 2005 sur le territoire de la région de la Chaudière-Appalaches, 45,1% avaient projeté se joindre au marché du travail. Parmi ceux qui étaient âgés de 15 ans ou plus, cette proportion atteignait 2 Portraits régionaux 1994-2003, Caractéristiques des immigrants établis au Québec et dans les régions en 2005, MICC, Juillet 2005.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 20 5610-1rsf 80,8%. Dans l’ensemble du Québec, ces pourcentages étaient respectivement de 56,2% et de 72,7%. Le fait qu’il y ait une plus forte proportion de personnes immigrantes de la catégorie « regroupement familial » en Chaudière-Appalaches par rapport à l’ensemble du Québec (49,0% c. 30,5%), de même que l’importance de l’adoption internationale dans la région (320 cas sur les 1083 personnes immigrantes admises entre 1994 et 2003), peuvent expliquer les différences observées par rapport à l’ensemble du Québec sur leurs intentions de joindre le marché du travail.

2.3.3 Les projets d’immigration et l’attrait de la région Divers projets d’intégration de personnes immigrantes sur le territoire de la région de la Chaudière-Appalaches ont été mis en œuvre par différents intervenants Au cours de la réalisation du présent mandat, il a effectivement été constaté que plusieurs organismes menaient ou avaient l’intention de développer des projets d’immigration ou d’intégration des personnes immigrantes sur le territoire de la Chaudière-Appalaches. Ainsi, en plus de la CRÉ, du MICC et d’Emploi-Québec, des intervenants parmi les types d’organisations suivantes ont fait part d’une ouverture envers une démarche d’accueil et d’intégration de personnes immigrantes dans la région, à laquelle plusieurs seraient intéressées à s’impliquer : • des CLD; • des chambres de commerce ; • des commissions scolaires et institutions d’enseignements (Cégeps, universités, etc.); • des villes et municipalités; • des CLSC et agences de santé; • des fédérations de l’UPA et centres d’emploi agricole; • des organismes communautaires; • des organismes jeunesse (Carrefours Jeunesse-Emploi, forum jeunesse régional, etc.); • des entreprises privées (employeurs); • des corporations de développement communautaire; • des SADC; • des directions régionales de ministères; • des organismes de développement économique municipaux; • des MRC; • des maisons de la famille; • etc.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 21 5610-1rsf Le tableau suivant présente quelques exemples de projets d’immigration. Les principaux projets ont été analysés par Zins Beauchesne et associés. TABLEAU 2.5 : PROJET D’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES ORGANISMES TERRITOIRE PROJETS Fédération de l’UPA de la Beauce Beauce Formation en production porcine Intégration communautaire des immigrants MRC de L’Amiante Projet de régionalisation de l’immigration dans l’Amiante (p. ex. : Sainte-Clothilde- de-Beauce) Carrefour Jeunesse Emploi Lotbinière MRC de Lotbinière Des Romains chez les Gaulois Chambre de commerce de Lévis Ville de Lévis Projet de régionalisation de l’immigration à Lévis (fin en 2002) Commission scolaire Beauce-Etchemin Beauce-Etchemin Accueil d’étudiants étrangers (Île-de-la-Réunion) Cégep Beauce-Appalaches Beauce-Sartigan Accueil d’étudiants étrangers (Île-de-la-Réunion) Un atelier animé par Zins Beauchesne et associés auprès de personnes immigrantes résidant en Chaudière-Appalaches a aussi fait ressortir les principaux éléments que les participants considèrent dans le choix d’une région de destination : • les possibilités d’emploi; • la langue francophone (pour les personnes immigrantes provenant de pays francophones); • l’accueil de la communauté; • la disponibilité de cours de francisation; • la proximité d’une institution d’enseignement pour l’éducation des enfants; • la sécurité.

La première raison ayant incité les participants à s’implanter dans la région de la Chaudière- Appalaches est, pour la plupart d’entre eux, de trouver un emploi. Par contre, plusieurs ne connaissaient pas la région avant d’arriver au Canada. Les principaux atouts que présente la région de la Chaudière-Appalaches pour une personne immigrante sont la qualité de vie, les gens, l’aspect sécuritaire de la région et des villages, ainsi que les liens et la proximité avec la région de Québec.

D’un autre côté, diverses faiblesses sont perçues : notamment l’absence de transport collectif et la faible présence d’organismes d’aide aux personnes immigrantes pour les supporter dans la recherche d’emploi, l’intégration en emploi, l’intégration en affaires, la gestion des conflits de travail, etc.

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 22 5610-1rsf 2.4 L’OUVERTURE DU MILIEU DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES De façon générale, on observe que le milieu est ouvert à l’immigration en Chaudière- Appalaches. 2.4.1 L’ouverture de la population Un sondage représentatif réalisé auprès de 203 résidants de la Chaudière-Appalaches par Zins Beauchesne et associés montre qu’une majorité de la population est consciente que la région connaît des problèmes de recrutement de main-d’œuvre et est préoccupée par ceux-ci (65,9%).

Comme présenté à la figure 2.9, une majeure partie de la population considère aussi que les employeurs (66,0%) et les travailleurs (62,8%) de la région sont de plus en plus disposés à accueillir des travailleurs immigrants et que l'immigration est un bon moyen pour assurer le développement des entreprises de la région (62,4%) (figure 2.9). FIGURE 2.9 : PERCEPTION DES RÉPONDANTS DU POTENTIEL DE L’IMMIGRATION POUR LES ENTREPRISES DE LA RÉGION 12,1% 15,5% 19,2% 13,2% 19,6% 14,8% 17,1% 16,2% 45,7% 47,1% 41,8% 38,3% 17,1% 18,9% 20,6% 27,7% Les travailleurs de la région de la Chaudière-Appalaches sont de plus en plus disposés à côtoyer des travailleurs immigrants comme collègues de travail Les employeurs de la région de la Chaudière-Appalaches sont de plus en plus disposés à accueillir des travailleurs immigrants Le recours à l'immigration est un bon moyen pour assurer le développement des entreprises de la région de la Chaudière- Appalaches Les entreprises localisées dans ma municipalité souffrent de pénurie de main-d'œuvre NSP/NRP Totalement en désaccord Partiellement en désaccord Partiellement en accord Totalement en accord 12,1% 15,5% 19,2% 13,2% 19,6% 14,8% 17,1% 16,2% 45,7% 47,1% 41,8% 38,3% 17,1% 18,9% 20,6% 27,7% Les travailleurs de la région de la Chaudière-Appalaches sont de plus en plus disposés à côtoyer des travailleurs immigrants comme collègues de travail Les employeurs de la région de la Chaudière-Appalaches sont de plus en plus disposés à accueillir des travailleurs immigrants Le recours à l'immigration est un bon moyen pour assurer le développement des entreprises de la région de la Chaudière- Appalaches Les entreprises localisées dans ma municipalité souffrent de pénurie de main-d'œuvre NSP/NRP Totalement en désaccord Partiellement en désaccord Partiellement en accord Totalement en accord On constate aussi dans la figure suivante que plus des trois quarts de la population sont favorables à l’idée de côtoyer des personnes immigrantes dans leur milieu de vie (85,5%), à leur travail (81,3%) et à ce que leur quartier accueille des personnes immigrantes (77,8%).

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 23 5610-1rsf FIGURE 2.10 : OUVERTURE DES RÉPONDANTS À ACCUEILLIR ET CÔTOYER DES PERSONNES IMMIGRANTES 29,2% 8,1% 7,0% 10,0% 20,8% 14,3% 8,0% 11,8% 14,0% 34,2% 35,7% 34,0% 36,5% 39,0% 20,3% 49,8% 47,3% 41,3% 25,2% 4,9% Je suis favorable à ce que ma communauté offre un soutien financier à l'accueil et à l'intégration des immigrants Je suis favorable à l'idée d'accueillir et de côtoyer des immigrants dans mon milieu de vie (activités sociales, loisirs, etc.) Je suis favorable à l'idée d'accueillir et de côtoyer des immigrants au travail Je suis favorable à ce que mon quartier / ma municipalité accueille des immigrants Le recours à l'immigration est un bon moyen pour assurer la survie des écoles de certains villages de la région de la Chaudière-Appalaches NSP/NRP Totalement en désaccord Partiellement en désaccord Partiellement en accord Totalement en accord 29,2% 8,1% 7,0% 10,0% 20,8% 14,3% 8,0% 11,8% 14,0% 34,2% 35,7% 34,0% 36,5% 39,0% 20,3% 49,8% 47,3% 41,3% 25,2% 4,9% Je suis favorable à ce que ma communauté offre un soutien financier à l'accueil et à l'intégration des immigrants Je suis favorable à l'idée d'accueillir et de côtoyer des immigrants dans mon milieu de vie (activités sociales, loisirs, etc.) Je suis favorable à l'idée d'accueillir et de côtoyer des immigrants au travail Je suis favorable à ce que mon quartier / ma municipalité accueille des immigrants Le recours à l'immigration est un bon moyen pour assurer la survie des écoles de certains villages de la région de la Chaudière-Appalaches NSP/NRP Totalement en désaccord Partiellement en désaccord Partiellement en accord Totalement en accord De façon générale, les répondants occupant un emploi dans la catégorie Professionnels / Gérance, administration et commerce / Cols blancs sont plus conscients et plus préoccupés par les défis démographiques auxquels la région est confrontée et sont aussi plus ouverts à l'immigration, au même titre que ceux détenant un niveau de scolarité universitaire ou dont le revenu du ménage est supérieur à 60 000 $. Les travailleurs appartenant à la catégorie Semi-professionnels et techniciens / Ouvriers spécialisés / Ouvriers non-spécialisés ou journaliers sont quant à eux généralement moins en accord avec le potentiel que représente l'immigration dans les entreprises de la région et semblent moins favorables à l'idée de côtoyer des personnes immigrantes.

Quelques variations régionales sont cependant observées, notamment : • une proportion supérieure des résidents de Lévis est totalement en accord avec l’idée que leur communauté offre un soutien financier à l’accueil et à l’intégration des personnes immigrantes comparativement à ce qui est observé pour l’ensemble des répondants (31,9% c. 20,3%); • une proportion plus importante des répondants sur le territoire de Bellechasse / Montmagny / L’Islet considère qu’il est très difficile pour un immigrant de s’intégrer à la communauté sur le plan professionnel (25,3% c. 12,8%); • une proportion supérieure des répondants de Lévis est très certainement d’avis que la mise sur pied d’un organisme communautaire visant à favoriser le recrutement, l’accueil et l’intégration des personnes immigrantes pourrait aider une communauté comme la leur à recourir à l’immigration pour contribuer à son développement, par rapport à l’ensemble des répondants (42,6% c. 30,3%);

2. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES CONSTATS GÉNÉRAUX … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 24 5610-1rsf • d’un autre côté, une proportion supérieure des répondants du territoire Beauce- Etchemins, n’est pas du tout en accord avec ce dernier énoncé (27,4% c. 18,0%). 2.4.2 L’ouverture des entreprises de la région Une enquête réalisée par Zins Beauchesne et associés auprès de 101 employeurs de la Chaudière-Appalaches fait ressortir que ceux-ci font également preuve d’ouverture face à l’embauche de travailleurs immigrants.

En effet, bien qu’une faible proportion des employeurs rejoints (23%) ont, au cours des cinq dernières années, embauché au moins un travailleur immigrant qui était arrivé au Québec depuis moins de cinq ans, une proportion de 43% des entreprises se dit très certainement disposée à recourir à des personnes immigrantes pour combler leurs besoins de main- d’œuvre et 46% le serait probablement ou peut-être. Par ailleurs, plus de la moitié des entreprises rejointes (53%) considèrent que leurs travailleurs seraient très certainement ouverts à ce que leur organisation ait recours à l’immigration pour assurer son développement, et 43% croient que leurs employés le seraient probablement ou peut-être.

2.4.3 L’intérêt des intervenants régionaux La réalisation de plusieurs entrevues et la tenue de deux ateliers auprès d’intervenants économiques et sociaux régionaux, démontrent aussi que ceux-ci sont pour la plupart ouverts à privilégier l’immigration pour contrer les défis démographiques auxquels fait face la région de la Chaudière-Appalaches. En général, les intervenants régionaux consultés considèrent que l’immigration est une avenue effectivement intéressante, mais qu’elle ne constitue pas l’unique solution au déclin démographique. Les intervenants du secteur est (ville de Lévis et les MRC de Montmagny, de L’Islet, de Bellechasse et des Etchemins) semblent moins interpellés et au courant de la question de l’immigration en Chaudière-Appalaches que ceux du secteur ouest (MRC de la Nouvelle-Beauce, de Robert-Cliche, de Beauce-Sartigan, de l’Amiante et de Lotbinière). Ces derniers ont été témoins d’initiatives et de projets d’intégration de personnes immigrantes dans les MRC de leur secteur.

Par ailleurs, les intervenants consultés soulignent en majorité que la communauté est peu consciente des défis démographiques et que des efforts de sensibilisation seront nécessaires pour favoriser l’ouverture de la population à l’immigration.

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 25 5610-1rsf 3. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES DÉFIS Si l’immigration peut s’avérer une solution intéressante pour contrer les défis démographiques et économiques de la Chaudière-Appalaches, elle suppose aussi de nombreux défis pour réunir les facteurs clés de succès et conditions requises à une mise en œuvre réussie. 3.1 L’IMMIGRATION COMME SOLUTION AUX DÉFIS DÉMOGRAPHIQUES DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES Les différentes activités de recherche et de consultation effectuées par Zins Beauchesne et associés au cours du présent mandat démontrent que l’immigration constitue un outil pour répondre aux défis démographiques de la Chaudière-Appalaches. Une stratégie d’immigration peut aussi efficacement contribuer : • à contrer la rareté de main-d’œuvre dans certains secteurs d’activité; • à maintenir les services dans certains villages (écoles, garderies, services de loisirs, bureaux de poste et autres services publics); • à freiner la décroissance de la population sur l’ensemble du territoire et plus spécifiquement dans certaines municipalités et MRC; • à diminuer le phénomène de vieillissement de la population. Les différents défis qu’implique la mise en œuvre d’une stratégie d’immigration en Chaudière- Appalaches se situent sur le plan du marché du travail, sur le plan de l’immigration proprement dite, et enfin sur le plan de l’ouverture du milieu.

3.2 LES DÉFIS DE L’IMMIGRATION SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES Bien qu’elle puisse répondre à une problématique de rareté de main-d’œuvre sur le territoire de la Chaudière-Appalaches, l’immigration comporte aussi des difficultés et défis relatifs à l’intégration des travailleurs immigrants sur le marché du travail. 3.2.1 Le profil des personnes immigrantes Les difficultés et défis suivants sont rencontrés par les personnes immigrantes lors de leur processus de recherche et d’intégration en emploi.

3. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES DÉFIS... Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 26 5610-1rsf ‰ Les défis relatifs à l’intégration professionnelle des personnes immigrantes : • la problématique de reconnaissance des diplômes acquis à l’étranger; • la surqualification des personnes immigrantes par rapport aux emplois disponibles dans la région; • les difficultés d’accès aux ordres professionnels, compliquant l’accès aux personnes immigrantes qualifiées à des professions en demande en Chaudière-Appalaches, notamment dans le secteur de la santé; • la non-reconnaissance de l’expérience de travail acquise par les personnes immigrantes avant leur arrivée au Québec; • la difficulté d’offrir un emploi aux personnes immigrantes qui corresponde à leurs attentes / compétences / spécialisations; ‰ Les autres difficultés liées au profil des personnes immigrantes : • les difficultés de communication en milieu de travail, liées aux différences culturelles; • la provenance des personnes immigrantes et leur lieu d’implantation (rural / urbain). 3.2.2 L’implication des entreprises et les services offerts dans la région D’autres défis en lien avec le recrutement et l’intégration en entreprise se dessinent : • la difficulté de garantir des emplois réels aux personnes immigrantes; • le manque d’accueil et d’encadrement en entreprise adapté aux travailleurs immigrants, souvent dû au peu de temps que les gestionnaires de PME ont à consacrer à des activités visant l’intégration de leurs travailleurs; • la perception négative de l’ampleur des efforts nécessaires pour intégrer les personnes immigrantes en milieu de travail; • la complexité de l’approche d’intégration des travailleurs immigrants, nécessitant une approche personnalisée; • les préjugés de certains employeurs face aux travailleurs immigrants. De plus, les services spécifiques de gestion des ressources humaines dans un contexte de diversité ethnoculturelle ne sont pas connus de la plupart des employeurs. 3.3 LES DÉFIS DU RECRUTEMENT ET DE L’INTÉGRATION DES PERSONNES IMMIGRANTES Outre l’intégration professionnelle, d’autres défis liés à l’immigration en Chaudière-Appalaches sont rencontrés et importants à considérer : comment convaincre des personnes immigrantes de s’installer dans la région et comment favoriser leur rétention en les intégrant adéquatement sur le plan sociocommunautaire.

3. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES DÉFIS... Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 27 5610-1rsf 3.3.1 L’accueil et la rétention de nouveaux arrivants Le recrutement à l’étranger ou dans un grand centre urbain disposant d’un important bassin de personnes immigrantes comme Montréal implique les défis suivants : • la difficulté à recruter des personnes immigrantes à Montréal et à les convaincre de s’installer en milieu rural; • les difficultés d’arrimage avec les partenaires de Montréal, référant souvent peu de personnes immigrantes; • la non-connaissance par les personnes immigrantes de la région de la Chaudière- Appalaches et des bénéfices de s’y implanter; • la méconnaissance par les personnes immigrantes des possibilités de se lancer en affaires dans les différentes régions du Québec; • la difficulté à s’intégrer dans la région pour certaines personnes immigrantes, diminuant ainsi le taux de rétention de personnes immigrantes en Chaudière-Appalaches.

3.3.2 L’intégration sur le plan sociocommunautaire D’autres défis sont aussi observés sur le plan de l’intégration sociocommunautaire des personnes immigrantes en Chaudière-Appalaches : • les organismes communautaires non formés adéquatement pour prendre en charge l’accueil et l’intégration des personnes immigrantes sur l’ensemble du territoire; • l’absence de transport collectif sur la majeure partie du territoire de la Chaudière-Appalaches; • la difficulté à pouvoir fournir des services de francisation à temps plein près des lieux de résidence et de travail et sur l’ensemble du territoire; • la difficulté à trouver des logements adéquats pour les personnes immigrantes; • le temps et l’énergie requis pour travailler à l’intégration des personnes immigrantes dans le milieu de travail et la communauté.

Mais, un défi majeur et global découle de l’absence d’un plan d’ensemble pour planifier l’immigration dans la région de la Chaudière-Appalaches et d’un manque de ressources et de comités pour sensibiliser le milieu et favoriser l’immigration.

3. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : LES DÉFIS... Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 28 5610-1rsf 3.4 L’OUVERTURE DU MILIEU ET LE DÉFI DE SENSIBILISATION Bien que de façon générale, le milieu semble ouvert à l’immigration en Chaudière-Appalaches, la sensibilisation de la population aux défis démographiques et aux bénéfices de l’immigration dans la région apparaît primordiale pour surmonter les défis suivants : • le manque de ressources et de comités en place actuellement pour sensibiliser leur milieu et favoriser l’immigration; • la difficulté à faire comprendre les bénéfices découlant de l’immigration à la population en général; • les préjugés négatifs envers les personnes immigrantes; • la résistance possible du milieu, tant rural qu’urbain, compte tenu que l’accueil de personnes immigrantes est un phénomène nouveau pour la région; • la difficulté pour des nouveaux venus à s’intégrer dans certaines parties du territoire, et ce, qu’ils soient des personnes immigrantes ou simplement issus d’une autre région du Québec.

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 29 5610-1rsf 4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES ET PISTES D’ACTION L’analyse des constats généraux et des défis de l’immigration pour la région de la Chaudière- Appalaches permet de dégager un diagnostic régional de l’immigration, d’identifier des axes d’orientations stratégiques et de recommander des pistes d’action à suivre. 4.1 LE DIAGNOSTIC 4.1.1 Les facteurs clés de succès pour une stratégie réussie de recrutement, d’accueil et d’intégration durable des personnes immigrantes Les décideurs locaux doivent garder à l’esprit les facteurs clés de succès suivants pour une stratégie réussie de recrutement, d’accueil et d’intégration des personnes immigrantes tels que : • la concertation du milieu et le regroupement des forces vives au sein de comités «immigration»; • la disponibilité d’emplois réels et l’engagement formel des employeurs, ainsi qu’un soutien favorisant une gestion adéquate des ressources humaines; • des logements de qualité fournis sur les lieux ou à proximité du travail; • des programmes de francisation; • le support d’un organisme d’accueil et d’intégration des personnes immigrantes; • l’accompagnement personnalisé des personnes immigrantes au cours des cinq premières années de résidence permanente; • des programmes de formation sur mesure pour les personnes immigrantes candidates à l’emploi; • des possibilités de stages en entreprise; • le partage des valeurs entre les employeurs, les employés et les personnes immigrantes; • la compréhension des aspects culturels selon la provenance des personnes immigrantes.

4.1.2 Les forces et faiblesses de la région de la Chaudière-Appalaches Tout en considérant ces facteurs clés de succès, les décideurs régionaux doivent aussi prendre en compte les forces et les faiblesses de la région qui pourraient avoir un impact sur le recrutement, l’accueil et l’intégration durable des personnes immigrantes en Chaudière- Appalaches.

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 30 5610-1rsf Les forces de la région de la Chaudière-Appalaches Les principales forces qui peuvent contribuer au développement de l’immigration en Chaudière- Appalaches et sur lesquelles il faudra capitaliser pour attirer un plus grand nombre de personnes immigrantes sont les suivantes : • une structure économique forte et diversifiée : ¾ taux d’activité et taux d’emploi parmi les plus élevés au Québec; ¾ taux de chômage parmi les plus bas au Québec; • des perspectives d’emplois favorables sur l’horizon 2005-2009 : ¾ demande pour la création d’emplois : 10 100 nouveaux emplois; ¾ demande de remplacement : 23 500 postes; ¾ demande totale de main-d’œuvre : 33 600 postes; • la qualité de vie, la nature, les grands espaces; • le coût de la vie beaucoup moins élevé que dans les grandes agglomérations urbaines; • le sentiment de sécurité par comparaison aux grandes villes.

Les faiblesses de la région de la Chaudière-Appalaches Les faiblesses de la région qui pourraient freiner le recrutement et l’intégration durable de nouvelles personnes immigrantes et qu’il faudra corriger ou prendre en considération dans l’élaboration de la stratégie d’immigration de la Chaudière-Appalaches sont les suivantes : • la faible masse critique de personnes immigrantes déjà en Chaudière-Appalaches, qui généralement favorise l’attachement et la rétention de personnes immigrantes; ¾ l’apport de l’immigration a été très faible dans la région de la Chaudière-Appalaches au cours des dernières années, la région se classant au 13e rang des régions du Québec en termes de personnes immigrantes reçues au cours de la période 1994- 2003; • une région inconnue de la plupart des personnes immigrantes à l’étranger au moment de leur processus d’immigration vers le Québec et même des personnes immigrantes déjà établies au Québec dans les grandes agglomérations; • l’absence de transport collectif organisé dans plusieurs municipalités, MRC et sous- régions; • une région n’offrant pas actuellement l’ensemble des services de base requis pour assurer le recrutement, l’accueil et l’intégration durable des personnes immigrantes; • peu ou pas de logements de qualité dans certaines municipalités qui visent à attirer des personnes immigrantes; • la faible présence d’organismes pouvant aider les personnes immigrantes et les communautés concernées dans la recherche de logements à court terme (dépannage) et à moyen terme (solution durable : installation permanente des personnes immigrantes).

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 31 5610-1rsf 4.1.3 Les opportunités, menaces et contraintes Les décideurs régionaux doivent également considérer les opportunités, les menaces et les contraintes présentes dans l’environnement et qu’il faut prendre en compte dans l’élaboration de la stratégie immigration de la Chaudière-Appalaches.

Les opportunités La région de la Chaudière-Appalaches bénéficie d’un certain nombre d’opportunités autour desquelles elle pourrait articuler sa stratégie d’immigration : • l’existence de bassins importants de personnes immigrantes surtout dans la grande région de Montréal mais également dans la région de la Capitale-Nationale qui sont sans emploi; • des possibilités d’emplois intéressantes pour tous les niveaux et genres de compétence dans plusieurs secteurs d’activité selon l’analyse des perspectives professionnelles 2005-2009 d’Emploi-Québec pour la région de la Chaudière-Appalaches (33 600 postes à pourvoir) : ¾ fabrication des produits en plastique et matériaux composites; ¾ fabrication d’équipements; ¾ fabrication de moules; ¾ fabrication de produits métalliques; ¾ fabrication de produits en bois; ¾ fabrication d’aliments; ¾ finances et assurances; ¾ commerce; ¾ santé; • la confirmation de ces perspectives d’emploi par l’enquête menée dans la présente étude et les ateliers de travail auprès d’employeurs de la région de la Chaudière-Appalaches; • la possibilité de retenir les étudiants étrangers recrutés par les établissements d’enseignement situés sur le territoire de la région de la Chaudière-Appalaches dans les domaines de formation où des besoins et des pénuries d’emploi sont prévus par les employeurs de la région.

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 32 5610-1rsf Les menaces et contraintes La région de la Chaudière-Appalaches se voit simultanément confrontée à un certain nombre de menaces et de contraintes qu’il faudra aplanir afin de maximiser les chances de succès de sa stratégie d’immigration : • les conséquences de la rareté de main-d’œuvre à moyen terme pouvant compromettre la performance économique de la région et le développement des entreprises : ¾ faible accroissement de la population de la région de la Chaudière-Appalaches sur l’horizon 2001-2026 (0,5% versus 9,5% pour l’ensemble du Québec) et baisse marquée de la population sur le même horizon pour plusieurs MRC; ¾ phénomène de vieillissement de la population qui causera une diminution de 15% de la population de la strate des 15-64 ans entre 2001 et 2026; • les conséquences de la réorganisation de services publics dues à la baisse démographique et au vieillissement de la population (écoles, bureaux de poste, services de santé, etc.); • l’inadéquation entre le profil des personnes immigrantes sélectionnées par le gouvernement du Québec et les besoins de main-d’œuvre de la région de la Chaudière- Appalaches; • les difficultés d’intégration des personnes immigrantes allophones ne maîtrisant pas adéquatement la langue française à leur arrivée; • la non-reconnaissance des diplômes et des expériences de travail à l’étranger des personnes immigrantes et les difficultés d’accès aux professions et métiers réglementés (difficultés à joindre les rangs des corporations professionnelles); • le manque de sensibilisation d’une partie des employeurs, des travailleurs et de la communauté en général sur les défis démographiques et économiques de la région, et sur l’apport de l’immigration comme outil pour palier ces difficultés; • l’inadéquation entre la provenance et le profil des personnes immigrantes (régions urbaines versus régions rurales) et le caractère rural / semi-urbain de plusieurs régions recherchant des personnes immigrantes.

4.1.4 Les enjeux régionaux en matière d’immigration À la lumière de ce diagnostic, les principaux enjeux de la région de la Chaudière-Appalaches en matière d’immigration ont été identifiés : • le recrutement d’un plus grand nombre de personnes immigrantes pour palier, en partie, les défis démographiques et aux besoins du marché de l’emploi de la région de la Chaudière-Appalaches; • la sensibilisation de la communauté – employeurs, travailleurs, population en général – pour assurer une intégration durable des personnes immigrantes en Chaudière- Appalaches; • l’accueil et l’aide à l’établissement des personnes immigrantes sur le territoire de la Chaudière-Appalaches; • l’intégration professionnelle des personnes immigrantes; • l’intégration sociale des personnes immigrantes; • l’apprentissage du français par les personnes immigrantes allophones.

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 33 5610-1rsf 4.2 LES ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Tout d’abord, il faut convenir que certaines MRC et villes offrent de meilleures conditions de succès en matière d’attraction et de rétention des personnes immigrantes en raison : • de leur historique en matière d’immigration et des succès des projets réalisés; • de leurs besoins plus urgents en matière de main-d’œuvre; • de la volonté politique manifestée par le milieu; • d’une plus forte ouverture de la population à ce que des mesures soient prises pour favoriser l’accueil et l’intégration de personnes immigrantes. De plus, certaines MRC et villes ayant accueilli des personnes immigrantes au cours des dernières années expriment des besoins pressants en termes d’intégration de personnes immigrantes et nécessitent des actions en ce sens.

Ainsi, les efforts de développement de l’immigration et des services requis pour assurer l’attraction et l’intégration des personnes immigrantes devraient être réalisés prioritairement dans les villes et MRC suivantes : • Lévis; • MRC de l’Amiante; • MRC de la Nouvelle-Beauce; • MRC Robert-Cliche; • MRC de Beauce-Sartigan. En ce qui a trait aux autres MRC et villes, des activités d’information et de sensibilisation devraient être menées afin de soulever leur intérêt pour l’immigration et la présentation de projets (emplois, logements, services d’intégration). De plus, les décideurs régionaux et locaux devront demeurer à l’écoute des projets issus de ces milieux et baser leurs décisions de supporter de tels projets en tenant compte des facteurs clés de succès, notamment au niveau de l’emploi, du logement et des services.

De plus, les orientations stratégiques proposées devraient impliquer l’ensemble des forces vives du milieu qui ont déjà manifesté des projets, de l’intérêt ou une ouverture envers des activités de recrutement, d’accueil ou d’intégration de personnes immigrantes : • des CLD; • des chambres de commerce ; • des commissions scolaires et institutions d’enseignements (Cégeps, universités, etc.); • des villes et municipalités; • des CLSC et agences de santé; • des fédérations de l’UPA et centres d’emploi agricole; • des organismes communautaires;

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 34 5610-1rsf • des organismes jeunesse (Carrefours Jeunesse-Emploi, forum jeunesse régional, etc.); • des entreprises privées (employeurs); • des corporations de développement communautaire; • des SADC; • des directions régionales de ministères; • des organismes de développement économique municipaux; • des MRC; • des maisons de la famille; • etc.

Considérant ces prémisses, les grandes orientations stratégiques et pistes d’action qui devraient guider la région dans l’élaboration de sa stratégie immigration sont les suivantes : • Orientation stratégique 1 : Reconnaître l’immigration comme facteur de développement économique, social et culturel essentiel à la région de la Chaudière-Appalaches. • Orientation stratégique 2 : Faire connaître aux personnes immigrantes et futures personnes immigrantes la région de la Chaudière-Appalaches. • Orientation stratégique 3 : Faciliter l’arrimage entre les besoins réels du marché du travail de la région de la Chaudière-Appalaches et les compétences des personnes immigrantes, en favorisant l’utilisation de l’information du marché du travail disponible. • Orientation stratégique 4 : Doter la région de la Chaudière-Appalaches d’infrastructures d’accueil pour faciliter la démarche d’intégration des personnes immigrantes sur le plan économique, social et linguistique.

4.2.1 L’orientation stratégique 1 : Reconnaître l’immigration comme facteur de développement économique, social et culturel essentiel à la région de la Chaudière-Appalaches Comme la région de la Chaudière-Appalaches est confrontée à de nombreux défis démographiques, économiques et de l’emploi, il devient impératif de reconnaître l’immigration comme facteur de développement économique, social et culturel de la région. Pistes d’actions à court terme Les pistes d’actions suivantes peuvent être entreprises à court terme par les différents partenaires concernés.

• Signature d’une entente spécifique régionale en immigration. • Mise en place d’une table régionale de concertation sur l’immigration en Chaudière- Appalaches (TRCI). • Élaboration d’un plan d’action régional visant notamment la promotion, le recrutement, l’accueil et l’intégration socioprofessionnelle, la sensibilisation et la gestion de la diversité ethnoculturelle en privilégiant les secteurs d’activité suivants : ¾ agroalimentaire;

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 35 5610-1rsf ¾ produits en plastique; ¾ matériaux composites; ¾ produits métalliques; ¾ fabrication de machines; ¾ matériel de transport; ¾ santé et services sociaux. • Participation à des tables sectorielles portant notamment sur le transport collectif et le logement.

• Mise en place de tables locales de concertation dans les MRC et les municipalités les plus concernées : ¾ Lévis; ¾ MRC de l’Amiante; ¾ MRC de la Nouvelle-Beauce; ¾ MRC de Beauce-Sartigan; ¾ MRC Robert-Cliche. • Organisation de colloques d’information et de sensibilisation sur l’accueil et l’intégration des personnes immigrantes dans les MRC : ¾ MRC de Lotbinière; ¾ MRC des Etchemins; ¾ MRC de Bellechasse; ¾ MRC de Montmagny; ¾ MRC de l’Islet. • Intégration de la préoccupation immigration dans le plan stratégique de la CRÉ de la Chaudière-Appalaches.

• Intégration de la préoccupation immigration dans le plan d’action régional (PAR) d’Emploi-Québec pour la Chaudière-Appalaches. Pistes d’actions à moyen ou long terme Les pistes d’actions suivantes pourront être entreprises à moyen ou long terme, selon le degré d’avancement de la régionalisation de l’immigration en Chaudière-Appalaches : • Intégration dans le plan d’action des villes concernées d’activités de promotion et d’information visant à mettre en valeur la ville et ses institutions auprès de personnes immigrantes sélectionnées à l’étranger.

• Élaboration d’une politique municipale d’immigration pour les villes concernées par l’immigration. • Accompagnement des employeurs dans leurs démarches de recrutement et d’embauche de personnes immigrantes.

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 36 5610-1rsf 4.2.2 L’orientation stratégique 2 : Faire connaître aux personnes immigrantes et futures personnes immigrantes la région de la Chaudière-Appalaches La Chaudière-Appalaches est pratiquement inconnue des candidats à l’immigration dans leur pays d’origine tout comme des personnes immigrantes déjà installées au Québec dans les grands centres. De plus, les autres régions du Québec mènent des activités de prospection et de recrutement auprès des clientèles cibles à l’immigration. Ainsi, le deuxième axe d’orientation stratégique porte sur l’augmentation de la visibilité et de la notoriété de la région ainsi que sur la promotion de la région de la Chaudière-Appalaches comme région de destination auprès des personnes immigrantes déjà installées au Québec et auprès des candidats à l’immigration dans leur pays d’origine.

Pistes d’actions à court terme • Élaboration d’une stratégie de promotion et de recrutement de personnes immigrantes pour la région de la Chaudière-Appalaches : ¾ à l’étranger (futures personnes immigrantes ayant reçu leur CSQ); ¾ dans les grands centres (Montréal) auprès de personnes immigrantes indépendantes. • Élaboration d’outils promotionnels spécifiques à l’immigration en Chaudière-Appalaches : ¾ onglet immigration sur le site Internet de la CRÉ (description de la région, qualité de vie, emplois disponibles, logement, transport, etc.); ¾ brochures immigration; ¾ CD-ROM, etc.

• Ajout d’un volet immigration aux missions économiques à l’étranger réalisées par les instances régionales et locales de la Chaudière-Appalaches. • Organisation de visites de prospection dans les MRC ciblées dans le cadre des salons de l’Emploi à l’intention des personnes immigrantes récemment arrivées dans la région métropolitaine. Pistes d’actions à moyen ou long terme • Mise en place d’un portail régional ou d’un guichet électronique faisant la promotion de la région de la Chaudière-Appalaches comme milieu de vie pour de futures personnes immigrantes.

• Mise en place d’un service d’information destiné aux futures personnes immigrantes encore à l’étranger et traitant du milieu de vie de la région de la Chaudière-Appalaches : présentation de la région, milieu de vie, logement, travail, institutions d’enseignement, etc. • Organisation de missions visant l’attraction des personnes immigrantes sélectionnées résidant encore à l’étranger en tenant compte des secteurs d’activité les plus porteurs d’emploi dans la région.

• Élaboration d’une stratégie de promotion «Entrepreneurship immigrant» afin d’attirer de nouveaux entrepreneurs immigrants.

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 37 5610-1rsf 4.2.3 L’orientation stratégique 3 : Faciliter l’arrimage entre les besoins réels du marché du travail de la région de la Chaudière-Appalaches et les compétences des personnes immigrantes, en favorisant l’utilisation de l’information du marché du travail disponible En raison des importants défis concernant le profil des personnes immigrantes et la reconnaissance de leurs acquis et en fonction des besoins spécifiques du marché du travail de la Chaudière-Appalaches, les pistes d’actions suivantes visent à faciliter l’arrimage entre les besoins réels de la région et le profil professionnel des personnes immigrantes. Pistes d’actions à court terme • Utilisation de l’information sur le marché du travail afin d’arrimer avec les partenaires des actions concertées visant à combler les besoins de main-d’œuvre des secteurs d’activités économiques les plus touchés par la rareté de la main-d’œuvre. • Favoriser l’intégration au marché du travail des personnes immigrantes afin de répondre aux besoins de main-d’œuvre de la région.

• Production d’un plan de développement de l’immigration en fonction des besoins en main-d’œuvre. • Accessibilité à des programmes visant l’entrepreneuriat et le démarrage d’entreprises pour les personnes immigrantes désireuses de se lancer en affaires. • Information et soutien des employeurs de la Chaudière-Appalaches sur la gestion des ressources humaines dans un environnement de diversité culturelle. • Organisation de séances d’information portant sur les perspectives d’emploi qu’offre la Chaudière-Appalaches dans le cadre des sessions d’information sur les réalités socioéconomiques du Québec offertes par le MICC ou ses partenaires. • Sensibilisation des employeurs et des acteurs socioéconomiques de la Chaudière- Appalaches aux projets de régionalisation de l’immigration, par des rencontres avec des employeurs et des regroupements d’employeurs afin d’évaluer leurs besoins futurs en main-d’œuvre en lien avec les compétences des personnes immigrantes établies ou en démarche d’établissement.

• Réseautage avec les organismes de la région de Montréal oeuvrant en régionalisation de l’immigration. • Aide à l’intégration au marché du travail des diplômés internationaux ayant étudié dans les établissements d’enseignement de la région de la Chaudière-Appalaches et ayant acquis ou étant en voie d’acquérir la résidence permanente. Pistes d’actions à moyen ou long terme • Accès à des programmes de formation et de mise à niveau afin de permettre aux personnes immigrantes une intégration au marché du travail de la Chaudière- Appalaches.

• Soutien à des organismes montréalais oeuvrant auprès de personnes immigrantes dans l’organisation de voyages de prospection dans le cadre de salons régionaux de l’emploi.

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 38 5610-1rsf 4.2.4 L’orientation stratégique 4 : Doter la région de la Chaudière- Appalaches d’infrastructures d’accueil pour faciliter la démarche d’intégration des personnes immigrantes sur les plans économiques, social et linguistique Cette dernière orientation stratégique vise à offrir un accueil adéquat aux personnes immigrantes afin de favoriser leur établissement et leur rétention dans la région. Elle concerne notamment l’intégration sociale des personnes immigrantes ainsi que leur intégration linguistique par des cours de francisation de base et sur mesure en fonction du milieu de travail. Pistes d’actions à court terme • Promotion de l’immigration comme facteur de développement économique et social de la région et soutien à l’ouverture à la diversité culturelle et aux activités de sensibilisation : ¾ auprès des intervenants de première ligne des institutions publiques et parapubliques; ¾ auprès de la population en général.

• Incitation à la collaboration des médias régionaux et locaux dans la diffusion de campagnes de sensibilisation, de promotion et d’information. • Mise en place de structures d’accueil à Lévis et dans les MRC recommandées (MRC de l’Amiante, Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche et Beauce-Sartigan). • Soutien aux personnes qui choisissent de s’établir dans la région de la Chaudière- Appalaches par les structures d’accueil : ¾ recherche de logement; ¾ organisation du transport; ¾ possibilités d’emplois dans la région; ¾ accompagnement dans les entreprises à la recherche de main-d’œuvre; ¾ accompagnement dans leur démarche d’établissement; ¾ accompagnement des personnes immigrantes dans leur connaissance des programmes facilitant leur intégration au marché du travail par exemple : stages, PRIIME, etc.

• Échanges entre les travailleurs immigrants et les travailleurs québécois occupant les mêmes professions ou les mêmes métiers. • Sensibilisation des propriétaires de logements et des associations de propriétaires de logements aux particularités des nouveaux arrivants et des membres des communautés culturelles. • Organisation de rencontres interculturelles entre la communauté d’accueil en Chaudière- Appalaches et les personnes issues des communautés culturelles.

• Organisation de sessions de formation et d’information à l’intention du personnel oeuvrant dans les services municipaux (préposés à l’accueil, Service des Loisirs, de la culture et de la vie communautaire, commissions scolaires, etc.), les intervenants socioéconomiques et les intervenants de première ligne (CLE, CLSC, organismes communautaires, etc.). • Élaboration d’outils de formation relatifs à la gestion de relations interculturelles en divers contexte (travail, CPE, CLSC, services de première ligne, etc.).

4. L’APPORT DE L’IMMIGRATION EN CHAUDIÈRE-APPALACHES : DIAGNOSTIC, ORIENTATIONS STRATÉGIQUES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 39 5610-1rsf • Présentation des services offerts par les municipalités et les organismes sur : ¾ le fonctionnement de la justice; ¾ la sécurité publique; ¾ les services offerts par les CLSC; ¾ les rapports hommes-femmes et les particularités de la vie au Québec; ¾ la gestion du crédit et les finances personnelles. • Organisation d’ateliers à l’intention des personnes immigrantes sur les droits et responsabilités en tant que citoyens québécois.

• Visite guidée de la municipalité d’accueil et la visite des différents services municipaux. • Intégration des enfants aux activités offertes par les municipalités. • Développement et maintien de services d’apprentissage du français langue seconde dans les établissements scolaires de la région de la Chaudière-Appalaches pour les personnes immigrantes allophones. • Offre de service d’apprentissage du français langue seconde adaptée aux travailleurs ayant besoin d’un complément de français pour répondre aux attentes du marché du travail, en établissement et en entreprise.

• Mise en place de services de jumelage pour que les personnes immigrantes allophones installées en Chaudière-Appalaches aient l’occasion de s’exercer à la pratique du français. • Organisation de services favorisant l’apprentissage du français tels que l’aide aux devoirs, les groupes de conversation en français, l’apprentissage du français pour les enfants en garderie, des outils d’autoapprentissage, etc. Pistes d’actions à moyen ou long terme • Promotion des prix québécois de la citoyenneté afin de susciter des candidatures de réalisations exceptionnelles.

• Accueil des personnes immigrantes dans le cadre d’une activité annuelle organisée à leur intention. • Élaboration de politiques municipales d’accueil et d’intégration des personnes immigrantes et arrimage avec la politique familiale. • Mise en place d’un comité multiculturel interne dans les CLSC dans la région de la Chaudière-Appalaches pour voir à l’adaptation continue des services aux besoins de la clientèle immigrante.

• Établissement de banques d’interprètes. • Élaboration d’un répertoire des organismes oeuvrant auprès des communautés culturelles et le rendre disponible via le portail gouvernemental régional.

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 40 5610-1rsf 5. LA CONCLUSION L’analyse des perspectives démographiques et économiques de la Chaudière-Appalaches démontre que l’immigration peut constituer un axe d’intervention efficace dans le contexte actuel de la région où certains secteurs d’activité connaissent déjà des difficultés de recrutement et qu’un phénomène de raréfaction de la main-d’œuvre commence à s’installer. En plus de la CRÉ, du MICC et d’Emploi-Québec, plusieurs instances locales et régionales ont déjà des projets ou ont exprimé une ouverture ou un intérêt envers une démarche d’accueil et d’intégration de personnes immigrantes en Chaudière-Appalaches. Diverses orientations stratégiques et pistes d’actions ont ainsi été identifiées afin de guider la région dans l’élaboration de sa stratégie immigration.

Afin d’aller de l’avant avec une telle démarche, les prochaines étapes devraient porter sur la signature d’une entente spécifique entre les organismes qui s’y impliqueront et l’élaboration d’un plan de travail détaillé, spécifiant notamment les mesures à entreprendre ainsi que les rôles et responsabilités de chaque partenaire. La concertation du milieu étant un élément fondamental d’une stratégie réussie de recrutement, d’accueil et d’intégration de personnes immigrantes, la réalisation des prochaines étapes devra impliquer l’ensemble des forces vives du milieu à savoir notamment les élus régionaux et municipaux et les milieux économiques, le monde des affaires, le réseau de l’éducation, le réseau de la santé et des services sociaux et le secteur culturel et communautaire.

ANNEXE 1 EMPLOIS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 2 5610-1rsf ANNEXE 1 : EMPLOIS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ EMPLOIS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ 2004 ET PRÉVISIONS DE CROISSANCE D’EMPLOIS 2005–2009 CHAUDIÈRE-APPALACHES SECTEUR D’ACTIVITÉ CODE SCIAN EMPLOI 2004 (EN MILLIERS) CROISSANCE ANNUELLE MOYENNE D’EMPLOI 2005–2009 Agriculture et pêche 11 10,3 -0,8 % Foresterie et exploitation forestière 11 1,7 -0,7 % Extraction minière 21 n.d.

Services publics 22 n.d. Construction 23 10,8 -0,4 % Fabrication 31-33 50,2 0,7 % ¾ Biens non durables 19,3 0,6 % − Aliments, boissons et tabac 6,1 3,4 % − Textiles et produits textiles 1,8 -2,2 % − Vêtements et produits en cuir 3,2 -7,2 % − Produits en caoutchouc et plastique 3,9 2,2 % − Papier n.d. − Impression et activités connexes 2,8 0,1 % − Pétrole, charbon et prod. chimiques n.d. ¾ Biens durables 30,9 0,7 % − Produits en bois 11,2 0,2 % − Produits minéraux non métalliques n.d. − Première transformation des métaux n.d. − Produits métalliques 3,1 3,3 % − Machines 2,1 2,8% − Produits informatiques et électroniques n.d. − Matériel de transport 4,4 2,0 % − Meubles 6,9 -1,0 % − Activités diverses de fabrication n.d. Commerce 41-45 29,5 1,9 % ¾ Commerce de gros 5,7 2,2 % ¾ Commerce de détail 23,8 1,8 % Transports et entreposage 48-49 9,2 1,3 % Finances, assurances, immob. et location 52-53 11,1 1,0 % Serv. professionnels, scientifiques et tech. 54 8,2 2,8 % Services aux entreprises, serv. bâti et autres 55-56 6,4 1,8 % Services d’enseignement 61 9,3 -0,2 % Soins de santé et assistance sociale 62 22,9 1,9 % Information, culture et loisirs 71 4,3 1,5 % Hébergement et restauration 72 11,3 1,4 % Autres services 81 9,1 0,3 % Administrations publiques 91 10,1 0,0 % EMPLOI TOTAL 206,1 1,0 % Source : IMT en ligne via emploiquebec.net.; Emploi 2004 : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2004. Taux de croissance annuel moyen d’emploi : Prévisions Emploi-Québec. En raison du nombre d’emploi inférieur à 1 500, l’information pour certains secteurs d’activité n’est pas disponible.

ANNEXE 2 PROFESSIONS PRÉSENTANT DES PERSPECTIVES FAVORABLES

Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 1 5610-1rsf ANNEXE 2 : PROFESSIONS PRÉSENTANT DES PERSPECTIVES FAVORABLES Cette énumération fait état des principaux secteurs et emplois favorables et ne constitue pas une liste exhaustive des opportunités présentes dans la région. Pour plus de détails sur ces emplois ou pour avoir accès à une liste exhaustive, le lecteur est invité à consulter le document «Perspectives professionnelles 2005-2009, région de la Chaudière-Appalaches» publié par Emploi-Québec.

EXEMPLES DE PROFESSIONS PRÉSENTANT DES PERSPECTIVES FAVORABLES EXEMPLES DES PROFESSIONS NIVEAU DE COMPÉTENCE Agriculture et fabrication d’aliments Agronomes Professionnel Surveillants d’exploitations agricoles Techniciens agricoles Ouvriers spécialisés élevage du bétail (fermes porcines, fermes laitières) Technique Opérateurs de machine et de procédés industriels dans la transformation des aliments et des boissons Ouvriers agricoles Bouchers industriels, dépeceurs-découpeurs de viande et volaille Intermédiaire Manœuvres dans la transformation des aliments Élémentaire Produits en plastique et matériaux composites Électromécaniciens Machinistes et vérificateurs d’usinage et d’outillage Outilleurs-ajusteurs Technologues et techniciens en génie mécanique Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication Surveillants-contremaîtres Technique Opérateurs de machines de traitement des matières plastiques Opérateurs de machines de transformation du caoutchouc Assembleurs / finisseurs / contrôleurs de produits en plastique Intermédiaire Manœuvres dans la transformation des produits en caoutchouc et en plastique Élémentaire

ANNEXE 2 : PROFESSIONS PRÉSENTANT DES PERSPECTIVES FAVORABLES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 2 5610-1rsf EXEMPLES DES PROFESSIONS NIVEAU DE COMPÉTENCE Fabrication d’équipements, de moules et de produits métalliques Électromécaniciens Outilleurs-ajusteurs Machinistes et vérificateurs d’usinage et d’outillage Technologues et techniciens en génie mécanique Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication Surveillants-contremaîtres dans la fabrication de produits métalliques et de pièces mécaniques Mécaniciens industriels Soudeurs et opérateurs de machines à souder Technique Opérateurs de machines d’usinage Opérateurs de machine de produits métalliques Opérateurs de machines de traitement des métaux Opérateurs de machines à travailler les métaux légers et lourds Intermédiaire Fabrication de produits en bois Électromécaniciens Machinistes et vérificateurs d’usinage et d’outillage Outilleurs-ajusteurs Technologues et techniciens en génie mécanique Technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication Surveillants-contremaîtres dans la transformation des produits forestiers Technique Opérateurs de machines dans le sciage et la transformation du bois Opérateurs de machines à travailler le bois Intermédiaire Manœuvres Élémentaire Finance et assurance Gestionnaires, par exemple directeurs financiers, directeurs de banque, directeurs du crédit, directeurs des assurances, gestionnaires des systèmes informatiques, actuaires, etc. Gestionnaire Vérificateurs comptables Analystes financiers Agents en valeurs et en placements Professionnel

ANNEXE 2 : PROFESSIONS PRÉSENTANT DES PERSPECTIVES FAVORABLES … Zins Beauchesne et associés / Septembre 2006 3 5610-1rsf EXEMPLES DES PROFESSIONS NIVEAU DE COMPÉTENCE Agents et courtiers d’assurance / assureurs Superviseurs de commis de finance et d’assurance Experts en sinistres et rédacteurs sinistres Estimateurs et évaluateurs Technique Santé et services sociaux Directeurs des soins de santé Directeurs des services sociaux, communautaires et correctionnels Gestionnaire Infirmiers autorisés Médecins spécialisés Omnipraticiens Physiothérapeutes Ergothérapeutes Orthophonistes Pharmaciens Professionnel Infirmiers auxiliaires Technologues médicaux Secrétaires médicaux Techniciens de laboratoire Éducateurs de la petite enfance Éducateurs spécialisés Technique Aides infirmiers / aides soignants / préposés aux bénéficiaires Aides familiaux et aides de maintien à domicile Intermédiaire Enseignement Administrateurs, enseignement postsecondaire et formation professionnelle Directeurs d’écoles Administrateurs de programmes d’enseignement Gestionnaire Enseignants aux niveaux primaire, secondaire, collégial, universitaire et formation professionnelle Psychologues Travailleurs sociaux Professionnel Source : Perspectives professionnelles 2005-2009, région de la Chaudière-Appalaches, Emploi-Québec.

Vous pouvez aussi lire