Vers une Mesure de l'Équité des Régimes Fiscaux des Pays en Développement - Cephas Makunike

 
Vers une Mesure de l'Équité des Régimes Fiscaux des Pays en Développement - Cephas Makunike
Vers une Mesure de
l'Équité des Régimes Fiscaux
des Pays en Développement

Cephas Makunike
TAX JUSTICE NETWORK-AFRICA
Vers une Mesure de l'Équité des Régimes Fiscaux des Pays en Développement - Cephas Makunike
Produit par
Réseau pour la Justice Fiscale - Afrique (Tax Justice Network – Africa)
www.taxjusticeafrica.net
Et
Oxfam Novib
http://www.oxfamnovib.nl/

AVRIL 2015, NAIROBI, Kenya

                                           i
Remerciements

Le Réseau pour la Justice Fiscale – Afrique (TJN-A) et Oxfam Novib remercient Cephas
Makunike d’avoir dirigé la recherche et d’être l’auteur de ce document de recherche
préliminaire sur les Indicateurs de l’Indice d’une Fiscalité Equitable (IFE). Nous voudrions
également remercier les membres de l’équipe de revue par les pairs du Groupe de travail
sur l’IFE.
Le document a aussi bénéficié des observations faites par le personnel du réseau TJN-A
(Reagan Ojok et Sandra Kidwingira) et par les collègues de Oxfam Novib (Francis Weyzig,
llse Balstra et Marketa Drozdkova).
Nous voudrions, enfin, exprimer notre gratitude aux membres du groupe de travail sur
l’IFE pour avoir contribué par leurs remarques à la production du présent document.

                                              ii
Table des matières

Remerciements .............................................................................................................................. ii
Table des matières ....................................................................................................................... iii
Liste des tableaux .......................................................................................................................... v
Liste des figures ............................................................................................................................ vi
Acronymes ................................................................................................................................... vii
Glossaire ...................................................................................................................................... viii
Résumé d’orientation .................................................................................................................... x
1.     Introduction ........................................................................................................................... 1
2.     Indicateurs de l’Indice d’une fiscalité équitable ................................................................. 4
     2.1.     Progressivité ................................................................................................................... 4
       2.1.1.       Part des impôts directs dans le total des recettes fiscales ................................... 4
       2.1.2.       Part de l’impôt sur le revenu des personnes physiques ....................................... 6
       2.1.3.       Part de l’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales ....................... 8
       2.1.4.       Part de la taxe sur les ventes dans le total des recettes fiscales ........................ 10
       2.1.5.       Part de la taxe sur les biens et services dans le total des recettes fiscales ....... 12
       2.1.6.       Part des impôts indirects dans l’ensemble des recettes fiscales ....................... 14
       2.1.7.       Part de la taxe foncière dans les recettes fiscales totales ................................... 15
       2.1.8.       Part de la taxe d’accise dans le total des recettes fiscales .................................. 17
       2.1.9.       Part de la taxe sur le commerce dans les recettes fiscales totales ..................... 19
     2.2.     Efficacité ........................................................................................................................ 21
       2.2.1.       Part des recettes fiscales dans le PIB ................................................................... 21
       2.2.2.       Part des recettes non fiscales dans le PIB ............................................................ 23
     2.3.     Evasion et fraude fiscales ............................................................................................. 25
       2.3.1.       Taux des flux financiers illicites dans le PIB ........................................................ 25
     2.4.     Couverture du système fiscal....................................................................................... 27
     2.5.     Efficacité de l’administration fiscale ........................................................................... 27
     2.6.     Dépenses publiques ...................................................................................................... 27
       2.6.1.       Part des dépenses d’éducation dans le total des dépenses publiques .............. 28
       2.6.2.       Part des dépenses de santé dans le total des dépenses publiques .................... 29
       2.6.3.       Part des dépenses de protection sociale dans le total des dépenses publiques 31

                                                                        iii
2.6.4.      Comment dépense un gouvernement soucieux des pauvres ............................. 31
     2.7.    Perception du public de l’équité dans le système fiscal ............................................ 32
     2.8.    Question de genre ......................................................................................................... 32
     2.9.    Transparence ................................................................................................................ 32
3.     Sources de données ............................................................................................................. 33
4.     Conclusion ............................................................................................................................ 37
Références .................................................................................................................................... 41
Annexe 1: Comparaison des sources de données par indicateur et par base de données .......a
Annexe 2: La récupération des données ..................................................................................... h

                                                                       iv
Liste des tableaux

Tableau 2.1a: Part des impôts directs dans le total des recettes fiscales (en décimales)......... 5
Tableau 2.1b: Pourcentage de l’IRP dans le total des recettes fiscales (en décimales) ............. 7
Tableau 2.1c: Part de l’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales (en
décimales) ................................................................................................................................................................ 9
Tableau 2.1d: Part de l’impôt sur les ventes dans le total des recettes fiscales
(en décimales) ..................................................................................................................................................... 11
Tableau 2.1e: Part de la taxe sur les biens et services dans le total des recettes fiscales (en
décimales) ............................................................................................................................................................. 12
Tableau 2.1f: Part des impôts indirects dans le total des recettes fiscales (en décimales) 124
Tableau 2.1g: Part de la taxe foncière dans le total des recettes fiscales (en décimales) ...... 16
Tableau 2.1h: Part de la taxe d’accise dans le total des recettes fiscales (en décimales) ...... 18
Tableau 2.1i: Part de la taxe sur le commerce dans l’ensemble des recettes fiscales (en
décimales) ............................................................................................................................................................. 20

Tableau 2.2a: Taux des recettes fiscales totales par rapport au PIB.............................................. 22
Tableau 2.2b: Taux des recettes non fiscales par rapport au PIB ................................................... 24

Tableau 2.3a: Taux des flux financiers illicites par rapport au PIB ................................................ 25

Tableau 2.6a: Part des dépenses d’éducation dans les dépenses totales de l’Etat .................. 28
Tableau 2.6b: Part des dépenses de santé dans les dépenses totales de l’Etat .......................... 30

                                                                                     v
Liste des figures

Figure 2.1a: Part de l’impôt direct dans le total des recettes fiscales…………………………………5
Figure 2.1b: Part de l’impôt sur le revenu des personnes physiques dans les recettes
fiscales totales….…………………………………………………………………………………………………………….7
Figure 2.1c: Part de l’impôt sur les sociétés dans les recettes fiscales totales……………………..9
Figure 2.1d: Part de l’impôt sur les ventes dans les recettes fiscales totales ............................. 11
Figure 2.1e: Part de la taxe sur les biens et services dans les recettes fiscales totales .......... 13
Figure 2.1f: Part des impôts indirects dans les recettes fiscales totales (en décimales) ..... 145
Figure 2.1g: Part de la taxe foncière dans les recettes fiscales totales .......................................... 17
Figure 2.1h: Part de la taxe d’accise dans les recettes fiscales totales .......................................... 18
Figure 2.1i: Part de la taxe sur le commerce dans les recettes fiscales totales .......................... 20

Figure 2.2a: Pourcentage des recettes fiscales totales dans le PIB................................................. 22
Figure 2.2b: Pourcentage des recettes non fiscales dans le PIB ...................................................... 24

Figure 2.3a: Pourcentage des flux financiers illicites dans le PIB ................................................... 26

Figure 2.6a: Part des dépenses d’éducation dans le total des dépenses publique ................... 29
Figure 2.6b: Part des dépenses de santé dans le total des dépenses publiques ........................ 31

                                                           vi
Acronymes

BAD      Banque africaine de Développement
BM       Banque Mondiale
CRAFT    Capacité de Recherche et Plaidoyer pour une Fiscalité Equitable
DFM      Données fiscales mondiales
ML       Monnaie locale
FFI      Flux financiers illicites
FMI      Fonds Monétaire International
GFI      Global Financial Integrity
GRD      Données sur les Recettes publiques
ICTD     Centre international des Etudes fiscales et du Développement
IBM      Indicateurs de Développement de la Banque Mondiale
IFE      Indice d’une fiscalité équitable
IMF -
CR       Rapports nationaux du FMI
IRP      Impôt sur le revenu des personnes physiques
ISS      Impôt sur les sociétés
K&M      Données de Keen et Mansour (2009)
MRN      Mobilisation des Recettes nationales
OCDE     Organisation des Nations Unies pour la Coopération et le Développement économiques

ON       Oxfam Novib
OSC      Organisation de la Société civile
PEA      Données sur les Perspectives économiques africaines
PEM      Données sur les perspectives économiques mondiales
PIB      Produit intérieur brut
SEP      Statistiques des Finances publiques du FMI
SFI      Statistiques financières internationales
TBS      Taxe sur les biens et services
TJN-A    Tax Justice Network – Africa
UNESCO   Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture

                                           vii
Glossaire

Efficacité administrative. Mesure des sommes dépensées par l’administration fiscale par
dollar collecté.

Impôts directs. Impôts sur le revenu tels que l’impôt sur le revenu des personnes
physiques, l’impôt sur les sociétés, et l’impôt sur les plus-values.

Justice et équité. Amener les riches et les personnes ayant davantage de moyens à payer
plus d’impôts (équité verticale), et les contribuables se trouvant dans les mêmes conditions
à payer les mêmes montants d’impôts.

Indice d’une fiscalité équitable. Outil qui mesure le degré d’équité en matière fiscale et
compare les niveaux et les tendances de l’injustice fiscale perpétrée à la longue dans les
systèmes fiscaux nationaux.

Libre-échange. Système mondial d’imposition de taxes nulles sur le commerce
international (import-export).

Flux financiers illicites. Mouvements transfrontaliers de fonds illégalement acquis,
transférés ou utilisés. La source de ces transferts peut être la corruption, le vol par les
fonctionnaires de l’Etat, le trafic des stupéfiants, des armes et des personnes, la
contrebande, l’évasion fiscale des entreprises, la falsification des prix ou l’imposition des
prix de transfert abusifs.

Impôts indirects. Impôts sur la consommation tels que la TVA, les taxes sur les ventes, les
taxes sur les biens et services, les droits de douane, et les droits d’accise.

Progressivité. La taxe progressive est une taxe qui place la plus lourde charge sur les
personnes les plus capables de payer. Très souvent appliquée comme taxe sur les revenus,
la taxe progressive est une taxe dont le taux d’imposition augmente en même temps que les
revenus, de telle sorte que ceux qui ont des revenus élevés voient une plus grande partie de
leurs revenus prélevée comme impôt. .

                                               viii
Dépenses publiques. Dépenses de l’Etat faites sur les infrastructures ou les biens publics,
ainsi que sur les services sociaux comme l’éducation et la santé.

Qualité des dépenses publiques. Mesure du niveau des dépenses publiques dirigées vers
les pauvres (dépenses en faveur des pauvres).

Dégressivité. Contrairement à l’impôt progressif, l’impôt dégressif est une taxe où tout le
monde paie le même montant, indépendamment du revenu ou de la capacité à payer. Ce qui
amène les pauvres à payer relativement plus d’impôts sur leurs revenus que les personnes
capables de payer plus.

Fraude fiscale. Pratique qui consiste à vouloir minimiser les impôts que l’on paie, la fraude
fiscale cherche à réduire le paiement des impôts en s’arrangeant à être en règle avec la
lettre de la loi (sans nécessairement respecter l’esprit de la loi). La fraude fiscale pourrait
ainsi être légale, mais elle n’est pas sans risque pour le contribuable. Elle implique donc
l’acceptation d’un certain niveau de risque lorsqu’on cherche à réduire le montant des
impôts à payer. D’où le terme fraude fiscale « agressive ».

Evasion fiscale. Il s’agit d’un non paiement illégal ou frauduleux, ou d’un paiement
insuffisant des impôts.

Consensus de Washington. Prescriptions données par des institutions telles que la
Banque Mondiale et le Fonds monétaire international sur les mesures à prendre.

                                              ix
Résumé d’orientation

Le présent document offre une analyse préliminaire des données collectées en vue de la
création d’un indice de fiscalité équitable. L’analyse préliminaire des données collectées qui
est faite dans ce document couvre plusieurs indicateurs de l’indice d’une fiscalité équitable
qui ont été regroupés en catégories de mesure des systèmes d’imposition, comme la
progressivité (telle que mesurée par les taux d’impôts directs et d’impôts indirects par
rapport au total des recettes fiscales des pays respectifs) ; l’efficacité (telle que mesurée par
le taux des recettes fiscales totales et des recettes totales non fiscales par rapport au
Produit intérieur brut, ainsi que le coût du recouvrement fiscal par l’administration fiscale
du pays) ; l’évasion et la fraude fiscales (telles que mesurées par le taux de perte des
recettes fiscales due aux flux financiers illicites, dans le produit intérieur brut) ; et les
dépenses publiques (telles que mesurées par le taux des dépenses d’éducation et de santé
dans le total des dépenses publiques). Le document constitue la première partie et est à la
base d’un vaste projet devant mettre en place un outil permettant d’évaluer les systèmes
d’imposition et de voir dans quelle mesure ces systèmes sont transparents et favorables
aux pauvres, et comment ils aident à combattre les inégalités. Cet outil (l’indice de fiscalité
équitable) permettra à la longue de comparer les systèmes fiscaux des différents pays,
d’identifier les principaux problèmes qui se posent dans ces systèmes fiscaux, et de faire
des recommandations pour une action à mener. Divers indicateurs ont été incorporés dans
cette étude, et permettront de faire un tour d’horizon des systèmes fiscaux nationaux.
Notre recherche préliminaire sur les indicateurs constituera l’un des éléments de base du
processus général du développement d’un indice de fiscalité équitable.

Dans ce document, nous avons voulu collecter des données sur un plus grand nombre
d’indicateurs, mais nous nous sommes rendus compte que certaines données ne figuraient
pas dans les principales bases de données internationales. Ces données non disponibles
concernent des catégories d’indicateurs de mesure des systèmes fiscaux comme l’efficacité
(telle que mesurée par le taux des recettes non fiscales par secteur, le coût du
recouvrement fiscal [combien l’administration fiscale dépense-t-elle par dollar collecté, et
combien coûte la mise en conformité]; l’évasion et la fraude fiscales (telles que mesurées

                                               x
par le taux de perte des recettes fiscales due au secteur informel, et par la perte de recettes
fiscales due aux exonérations d’impôts dans le produit intérieur brut); la couverture du
système fiscal (telle que mesurée par le pourcentage des payeurs d’impôt parmi les
personnes physiques enregistrées, dans la population totale active d’un pays donné) ;
l’efficacité de l’administration fiscale (telle que mesurée par le pourcentage du nombre
d’agents de recouvrement parmi les contribuables enregistrés) ; les dépenses publiques
(telles que mesurées par le taux des dépenses d’assistance publique et de protection des
pauvres dans le total des dépenses publiques); la perception par le public de l’équité du
système fiscal (telle que mesurée par l’évaluation des études faites dans chaque pays, et les
informations qu’elles renferment); la transparence en matière fiscale pour les hommes et
les femmes (telle que mesurée par la transparence dans les exonérations). Ces données non
disponibles devront être collectées avec l’assistance des acteurs nationaux (les sociétés
civiles) qui peuvent accéder aux services des statistiques et aux services publics nationaux
qui s’occupent respectivement des renseignements ou qui les donnent. D’autre part, nous
voulions initialement couvrir la période de 2007 à 2012 (pour ce qui est des données sur
les recettes) afin de fournir les données non disponibles pour les recettes publiques de la
période de 2011 à 2012, mais nous avons plutôt dû couvrir la période de 2000 à 2010
(pour les données sur les recettes) afin de fournir les données non disponibles sur les
recettes publiques pour la période de 2011 à 2012 ; nous avons aussi trouvé qu’il est
statistiquement plus important de disposer de données sur une plus longue période,
puisqu’elles fournissent une meilleure image des tendances des recettes et des dépenses
publiques, et des autres tendances en général.

Des données ont été collectées pour onze pays, ceux qui participent au projet Capacité de
recherche et Plaidoyer pour une justice fiscale (CRAFT), à savoir : le Bangladesh, l’Egypte,
le Ghana, le Mali, le Nigeria, le Sénégal, et l’Ouganda, et ceux qui ne participent pas au
projet : le Maroc, le Niger, le Pakistan et la Tunisie. L’étude a été faite uniquement pour cinq
pays-phares participant au projet CRAFT (c’est le DGIS qui a financé le projet). Ces pays
sont : le Bangladesh, le Sénégal, le Mali, le Nigeria et l’Ouganda.

L’étude a rencontré des obstacles liés à la disponibilité, à la fiabilité et à la comparabilité
des données sur les indicateurs d’une fiscalité équitable, surtout les données sur les

                                               xi
dépenses publiques, les pertes de recettes fiscales, la couverture du système fiscal,
l’efficacité de l’administration fiscale, la perception par le public de l’équité du système
fiscal, les données sur les hommes et les femmes, et la transparence en matière
d’exonérations fiscales. Les données sur les recettes de l’Etat étaient disponibles sous une
forme fusionnée, grâce à l’innovation apportée par le Centre International des Etudes
fiscales et du Développement (ICTD) pour la mise en place d’un fichier de données globales
et fiables sur les recettes de l’Etat de 1970 à 2010. Le présent document soulève des
questions sur les sources de données existantes, et explique des points tels que la
procédure de collecte des données et le débat sur les autres insuffisances. Il présente
également des données sur les tendances de l’imposition, des recettes, des flux financiers
illicites et des dépenses publiques au cours de la dernière décennie. Dans sa conclusion, il
évoque les stratégies à adopter ainsi que les barrières qui empêchent une meilleure
collecte de données pour l’avenir, et la partie qui traite des recommandations propose
certaines données (inexistantes dans les bases de données internationales) qu’il faut
collecter à partir de sources de données nationales, et propose des mesures de précaution à
prendre lors de la collecte des données à partir de ces sources nationales.

Mots clés: indice de fiscalité équitable, indicateurs de fiscalité équitable, impôt, recettes,
dépenses, données.

                                               xii
1. Introduction

Il existe dans les pays en développement des niveaux élevés d’injustice fiscale qui sont
surtout le fait des systèmes fiscaux dégressifs, non favorables aux pauvres, socialement
injustes, qui encouragent des politiques et des pratiques fiscales favorables aux riches,
aggravent et entretiennent les inégalités, sans toutefois encourager la mobilisation des
recettes nationales (MRN). Même si de nombreux moyens ont été utilisés par plusieurs
acteurs pour démontrer que l’injustice fiscale existe bel et bien dans la plupart des pays en
développement, il n’y a guère eu de baromètre ou d’outil développé pour vraiment mesurer
et comparer les niveaux et les tendances de l’injustice fiscale qui existe dans les systèmes
fiscaux de la plupart des pays en développement. C’est dans ce contexte que Tax Justice
Network - Africa (TJN-A), Oxfam Novib (ON) et d’autres partenaires présents dans les pays
ont, dans le cadre du projet CRAFT (Capacité de recherche et Plaidoyer pour une justice
fiscale), décidé de mettre sur pied un outil permettant d’évaluer les systèmes fiscaux et de
voir dans quelle mesure ces systèmes sont transparents et favorables aux pauvres, et
comment ils aident à lutter contre les inégalités.

Le projet CRAFT a été élaboré en collaboration entre Oxfam Novib et Tax Justice Network-
Africa (TJN-A) et aussi d’autres partenaires basés dans les pays comme l’Ouganda, le Mali,
le Sénégal, le Nigeria, le Ghana, l’Egypte et le Bangladesh, pour la mise en place de systèmes
fiscaux responsables, équitables et favorables aux pauvres. Le projet cherche à mobiliser
les sociétés civiles dans plusieurs pays d’Afrique, du Moyen Orient et d’Asie (Ouganda, Mali,
Sénégal, Nigeria, Ghana et Egypte, Bangladesh) pour une fiscalité équitable. L’un des
domaines d’action du projet consiste à renforcer les capacités vitales de recherche afin de
mieux appréhender la dynamique de justice équitable. Ce domaine d’action fait par ailleurs
des recherches sur les politiques et pratiques d’imposition existantes, détecte les
tendances essentielles, et présente une vision de ce à quoi doit ressembler dans chaque
pays une fiscalité plus équitable et favorable aux pauvres, surtout à travers un outil
dénommé Indice de fiscalité équitable (IFE). L’IFE utilise des données qui permettront aux
organisations de la société civile (OSC) de s’engager dans un plaidoyer en faveur d’une
politique visant à changer les systèmes fiscaux (leurs politiques et pratiques).

                                                                                            1
Dans le cadre du développement de l’IFE, le présent document constitue un outil pour la
collecte et l’analyse des données, sur la base de certains indicateurs de l’IFE regroupés en
catégories spécifiques pour servir à l’évaluation et à la notation des systèmes fiscaux. Les
données collectées et comparées portent sur onze pays choisis en Afrique et en Asie :
Bangladesh, Egypte, Ghana, Mali, Maroc, Niger, Nigeria, Pakistan, Sénégal, Tunisie et
Ouganda. Sept de ces pays, à savoir: le Bangladesh, l’Egypte, le Ghana, le Maroc, le Nigeria,
le Sénégal et l’Ouganda sont des pays participants au projet CRAFT, contrairement aux
autres. Le travail réalisé dans ce document sur cinq pays-phares (Bangladesh, Mali, Nigeria,
Sénégal et Ouganda) a dépassé la collecte et la comparabilité des données, pour inclure
aussi bien le placement des indicateurs dans le contexte1 que leur analyse. Sur la base des
données collectées, des comparaisons établies, des indicateurs placés dans leur contexte, et
des analyses effectuées, le document a évalué les principales forces et faiblesses de chaque
indicateur. Le document est arrivé:

       o à déterminer la meilleure source de données sur la base de la qualité, de la
            couverture et de la comparabilité (même lorsqu’il existait plusieurs sources de
            données);
       o à expliquer à cinq pays-phares (Bangladesh, Mali, Nigeria, Sénégal et Ouganda) leurs
            performances dans chaque indicateur spécifique par rapport aux autres pays
            participant au projet CRAFT (Egypte, Ghana, Maroc, Niger, Pakistan et Tunisie), ce
            que cela signifie et quelle mesure politique il faut prendre;
       o à collecter des données sur neuf pays africains et deux asiatiques, et ensuite pour les
            cinq pays-phares, à placer les indicateurs dans le contexte et à les analyser;
       o à évaluer les principales forces et faiblesses de chaque indicateur par rapport à ce
            qui précède;
       o à étudier pourquoi certains indicateurs obtiennent des valeurs différentes dans
            différentes bases de données;
       o à comparer les définitions de chaque indicateur dans les bases de données, et
       o à faire des recommandations par rapport aux sources de données qu’il faut utiliser
            lors de l’élaboration de l’IFE (indice de fiscalité équitable) en tenant compte de la

1
    Cela suppose qu’il faille relier les indicateurs de l’IFE à la politique d’imposition et à l’administration fiscale.

                                                               2
disponibilité, de la couverture des pays et de l’analyse faite des bases de données
       (les plus récemment mises à jour).

La recherche préliminaire avait pour objectif d’étudier la disponibilité des données et de
comparer les sources de données disponibles. Cet objectif est considéré comme la clé de la
fiabilité de l’IFE puisqu’il garantit que ce sont des données de qualité qui seront
incorporées dans l’indice. Les indicateurs utilisés se répartissent en catégories qui sont: la
progressivité, l’efficacité, la fraude et l’évasion fiscales, ainsi que les dépenses publiques.
Les renseignements portant sur des catégories telles que la couverture du système fiscal,
l’efficacité de l’administration fiscale, la perception du public de l’équité du système fiscal,
le problème de genre et la transparence dans les exonérations d’impôts, n’étaient pas
faciles à obtenir à partir des bases de données fiscales internationales.

                                               3
2. Indicateurs de l’Indice d’une fiscalité équitable

Les blancs et les valeurs nulles apparaissant dans les tableaux suivants concernent
respectivement les données manquantes et non disponibles. L’étude a aussi choisi de
présenter séparément les données sur la TVA, l’impôt sur les ventes, et la taxe sur les biens
et services, selon la même méthode utilisée par la base de données GRD de l’ICTD à cause
des différentes interprétations de ces données à travers les pays, pour éviter la confusion
qui pourrait naître lorsque les données ou les chiffres sont fusionnés ou résumés. Par
exemple, dans certains pays, la taxe sur les biens et services est un impôt différent de la
taxe sur les ventes ou la TVA, tandis que dans d’autres pays, c’est la même chose. Résumer
ou non les trois taxes dépend donc des différents objectifs que l’on se fixe pour l’utilisation
des données, et l’étude a en général trouvé qu’il était plus sûr et plus simple de présenter
les données séparément afin de les rendre flexibles dans leur utilisation.

2.1. Progressivité
Les impôts directs sont largement considérés comme représentant dans l’avenir la source
principale ou la source clé des recettes fiscales, au moment où les effets de la
mondialisation (libre-échange) et les taxes sur le commerce (forme d’impôts indirects)
continuent de diminuer sensiblement dans le monde entier. Ces impôts sont aussi
généralement considérés comme essentiellement progressifs par rapport aux impôts
indirects (impôts sur la consommation) qui, eux, sont dégressifs. Les impôts directs
constituent donc un outil très puissant qui permet de tester la progressivité et l’équité d’un
système fiscal.

Les indicateurs qui appartiennent à la catégorie de la progressivité sont indiqués ci-après:
     2.1.1.   Part des impôts directs dans le total des recettes fiscales
Le tableau 2.1a ci-dessous indique la contribution des recettes fiscales directes dans le total
des recettes fiscales de onze pays de 2000 à 2010.

                                              4
Tableau 2.1a: Part des impôts directs dans le total des recettes fiscales (décimales)
                                                     ANNEE
      Pays   2000    2001    2002    2003    2004     2005    2006    2007    2008    2009    2010
Bangladesh   0,150   0,164   0,167   0,159   0,162    0,168   0,188   0,227   0,242   0,253   0,259
    Egypte   0,405   0,413   0,393   0,375   0,432    0,429   0,507   0,529   0,504   0,000   0,000
    Ghana    0,005   0,324   0,004   0,304   0,297    0,325   0,312   0,305   0,322   0,383   0,401
      Mali   0,172   0,164   0,007   0,202   0,191    0,267   0.262   0,293   0,288   0,284   0,300
    Maroc    0,000   0,000   0,361   0,002   0,001    0,001   0.001   0,438   0,001   0,001   0,406
     Niger   0,175   0,180   0,160   0,186                    0,000   0,000   0,000   0,000   0,000
   Nigeria   0,318   0,293   0,372   0,400   0,399 0,417      0,484   0,453   0,424   0,444
  Pakistan   0,000   0,282   0,298   0,274   0,268 0,279      0,280   0,346   0,357   0,331   0,353
   Sénégal   0,239   0,226   0,232   0,235                    0,238   0,225   0,251   0,266   0,285
   Tunisie   0,305   0,003   0,349   0,367   0,366 0,401      0,407   0,427   0,436   0,423   0,409
  Ouganda    0,196   0,218   0,246   0,262   0,282 0,306      0,305   0,310   0,285   0,307   0,335
Source: ICTD GRD, 2014
La figure 2.1a ci-dessous est une représentation graphique du pourcentage des impôts
directs dans les tendances des recettes fiscales totales dans les cinq pays-phares pour la
période allant de 2000 à 2010.

Figure 2.1a: Part de l’impôt direct dans le total des recettes fiscales

Source: ICTD GRD, 2014

                                                5
La figure 2.1a ci-dessus indique que le pourcentage des impôts directs du Nigeria dans le
total des recettes fiscales est nettement plus élevé que celui de tous les quatre autres pays
pour la période de 2000 à 2010. La ligne du Sénégal est discontinue pour la période de
2003 à 2005 à cause de l’absence de données pour ladite période. Le Bangladesh a en
général enregistré le pourcentage le plus bas des impôts directs sur les recettes fiscales
totales au cours de la période sous revue, ce qui indique en général que ce pays compte
davantage sur les impôts indirects ou sur les taxes à la consommation. Dans un pays, un
pourcentage d’impôts directs sur le total des recettes fiscales supérieur à celui des impôts
indirects sur le total des recettes fiscales est généralement le signe d’un système fiscal plus
progressif, et vice versa.

Le graphique ci-dessus indique qu’aucun des cinq pays-phares n’enregistre un pourcentage
d’impôts directs sur le total des recettes fiscales supérieur à 50%. Cela signifie que ces pays
comptent plus sur les impôts indirects que sur les impôts directs comme source de leurs
recettes fiscales. Ceci a généralement des conséquences négatives sur la progressivité.

     2.1.2.    Part de l’impôt sur le revenu des personnes physiques
Ce pourcentage mesure la contribution de l’impôt sur le revenu des personnes physiques
(IRP) dans le total des recettes fiscales. En général, l’équité dans la fiscalité signifierait,
dans ce cas, que les riches et ceux qui sont plus capables de payer doivent payer davantage
d’impôts (équité verticale), et ceux qui vivent dans les mêmes conditions doivent payer les
mêmes impôts (équité horizontale). L’équité verticale se définit normalement par la
capacité à payer. Pour avoir une meilleure image de l’équité à partir de l’impôt sur le
revenu des personnes physiques, il convient de regarder aussi les tableaux qui
représentent cet impôt dans des pays spécifiques pour voir si les taux sont progressifs ou
dégressifs. Les taux progressifs indiquent que le système est plus équitable.

Le tableau 2.1b ci-dessous indique, pour onze pays, la contribution de l’impôt sur le revenu
des personnes physiques (IRP) dans le total des recettes fiscales pour la période de 2000 à
2010.

                                              6
Tableau 2.1b: Pourcentage de l’IRP dans le total des recettes fiscales (en décimales)

                                                                                  ANNEE
      Pays                            2000     2001     2002     2003       2004 2005 2006            2007 2008     2009   2010
Bangladesh                                     0.068    0.079    0.091      0.089 0.088 0.094         0.136 0.153
    Egypte                           0.086     0.081    0.126    0.117      0.126 0.123 0.096         0.085 0.084
    Ghana                            0.001     0.121    0.001    0.132      0.123
      Mali                           0.065     0.068    0.001    0.081      0.085 0.087 0.091         0.000 0.000
    Maroc                            0.140     0.000    0.184    0.000      0.000 0.000 0.000         0.181 0.000
     Niger                           0.089     0.063    0.061    0.074
   Nigeria                           0.149     0.147    0.197    0.219      0.215 0.217 0.212 0.172 0.129 0.117
  Pakistan                           0.000     0.040    0.045    0.039      0.038             0.327 0.335 0.333 0.357
   Sénégal                           0.115     0.102    0.119    0.119
   Tunisie                           0.000     0.001    0.189    0.197      0.198 0.193 0.203 0.205 0.190 0.217 0.000
  Ouganda                            0.089     0.101    0.119    0.126      0.129
Source: ICTD GRD, 2014

La figure 2.1b ci-dessous est une représentation graphique du pourcentage des impôts sur
le revenu des personnes physiques (IRP) dans les tendances des recettes fiscales totales
dans les cinq pays-phares pour la période de 2000 à 2010.

Figure 2.1b: Pourcentage de l’IRP dans le total des recettes fiscales

                                     Part de l’IRP dans les recettes fiscales totales (2000 - 2010)
                                25,00%
   Pourcentage des recettes

                                20,00%
       fiscales totales

                                15,00%

                                10,00%

                                 5,00%

                                 0,00%
                                            2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
                              Bangladesh         6,80% 7,90% 9,13% 8,89% 8,84% 9,38% 13,61%15,35%
                              Mali         6,52% 6,78% 0,06% 8,08% 8,55% 8,70% 9,11% 0,00% 0,00%
                              Nigeria      14,93%14,72%19,66%21,89%21,53%21,66%21,16%17,20%12,87%11,74%
                              Senegal      11,53%10,20%11,91%11,94%
                              Uganda       8,94% 10,11%11,85%12,56%12,90%

Source: ICTD GRD, 2014

                                                                                 7
La part moyenne de l’IRP (impôt sur le revenu des personnes physiques) dans le total des
recettes fiscales est d’environ 10 pour cent, ce qui est généralement faible. Ceci concerne
les systèmes fiscaux qui comptent davantage sur les impôts indirects. Il y a une forte
prévalence de l’absence de données sur l’IRP. C’est inquiétant, puisque l’IRP constitue une
forte composante des impôts directs, qui contribue de façon considérable à la progressivité
et à l’équité du système fiscal. Le Sénégal n’a pas de données sur l’IRP pour la période de
2004 à 2010, comme l’indique sa ligne discontinue. Le Nigeria enregistre les pourcentages
les plus élevés de l’IRP dans le total des recettes fiscales sur presque toute la période de 10
ans. L’Ouganda, non plus, n’a pas de données pour la période de 2005 à 2010, ni le Mali
pour la période de 2007 à 2010. Cependant, la comparaison des taux d’IRP par rapport au
total des recettes fiscales à travers les pays pose des problèmes parce que les niveaux
d’IRP dépendent de plusieurs facteurs tels que la taille de l’économie et le niveau des
revenus. Les pourcentages élevés des IRP sur le total des recettes fiscales ne pourraient
donc peut-être pas nécessairement impliquer un système fiscal plus progressif et équitable.

     2.1.3.   Part de l’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales
L’impôt sur les sociétés (ISS) est une forme d’impôt direct appliqué aux sociétés. Les faibles
pourcentages d’ISS dans le total des recettes fiscales impliquent que les sociétés paient
moins d’impôts. C’est ce qui arrive dans la plupart des pays en développement en raison de
l’usage souvent excessif des avantages fiscaux et des exonérations, qui sont surtout
accordés aux grandes sociétés et aux sociétés multinationales (SMN) dans le but d’attirer
les investissements étrangers directs (IED). La plus grande partie de la charge fiscale est
ainsi laissée aux particuliers, aux petites et moyennes entreprises (PME), et au secteur
informel.

Le tableau 2.1c ci-dessous indique la part de l’impôt sur les sociétés dans le total des
recettes fiscales de onze pays pour la période de 2000 à 2010.

                                              8
Tableau 2.1c: Part de l’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales (en
décimales)

                                                                               ANNEE
      Pays                         2000      2001     2002     2003      2004 2005          2006 2007 2008           2009   2010
Bangladesh                                   0.092    0.088    0.066     0.070 0.074        0.095 0.091 0.089
    Egypte                         0.283     0.291    0.252    0.245     0.294 0.293        0.398 0.428 0.406
    Ghana                          0.000     0.147    0.000    0.122     0.131
      Mali                         0.049     0.069    0.000    0.088     0.080 0.110        0.090 0.293 0.288
    Maroc                          0.118     0.000    0.137    0.000     0.000 0.000        0.000 0.199 0.000
     Niger                         0.069     0.083    0.082    0.112
   Nigeria                         0.169     0.146    0.175    0.181     0.183 0.200 0.273 0.281 0.295 0.327
  Pakistan                         0.000     0.227    0.241    0.211     0.215
   Sénégal                         0.091     0.085    0.086    0.083
   Tunisie                                   0.000    0.126    0.131     0.131 0.172 0.164 0.184 0.213 0.172
  Ouganda                          0.044     0.052    0.060    0.063     0.079
Source: ICTD GRD, 2014

La figure 2.1c ci-dessous est une représentation graphique de l’impôt sur les sociétés par
rapport aux tendances des recettes fiscales totales des cinq pays-phares pour la période de
2000 à 2010.

Figure 2.1c: Part de l’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales

                                 Part de l’impôt sur les sociétés dans les recettes fiscales totales (2000 - 2010)
                                35,00%
    Pourcentage des recettes

                                30,00%
                                25,00%
         fiscale totales

                                20,00%
                                15,00%
                                10,00%
                                 5,00%
                                 0,00%
                                            2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
                               Bangladesh 0,00% 9,17% 8,81% 6,56% 6,96% 7,36% 9,46% 9,06% 8,90%
                               Mali        4,93% 6,89% 0,02% 8,80% 7,98% 11,01% 9,02% 29,31%28,82%
                               Nigeria    16,85%14,61%17,52%18,09%18,33%20,05%27,28%28,12%29,49%32,68%
                               Senegal     9,14% 8,48% 8,64% 8,26%
                               Uganda      4,42% 5,25% 5,97% 6,28% 7,87%

Source: ICTD GRD, 2014

                                                                               9
La part de l’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales est une question
importante. C’est à cause du débat sur les flux financiers illicites (FFI), et sur l’abus des
politiques de transfert ou le transfert des bénéfices par les sociétés, qui ont érodé la base
fiscale et amené la plupart des gouvernements des pays en développement à compter
davantage sur les impôts indirects et sur l’impôt sur les revenus des personnes physiques,
ce qui a eu un impact très négatif sur l’équité du système fiscal. La figure 2.1c ci-dessus
indique de manière générale les faibles taux de l’impôt sur les sociétés par rapport aux taux
de moins de 10% que représentent les recettes fiscales totales, sauf pour le Nigeria qui
enregistre un taux moyen supérieur à 15%, et le Mali qui a connu un taux de 30% de 2006
à 2008. Les faibles taux d’impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales
signifieraient des lacunes dans le système fiscal à cause des questions qui se posent par
exemple sur les flux financiers illicites, l’abus des politiques de transfert et le transfert des
bénéfices, ainsi que l’usage excessif des incitations fiscales       et des exonérations. Ces
indicateurs ont un impact négatif sur l’équité du système fiscal.

     2.1.4.   Part de la taxe sur les ventes dans le total des recettes fiscales
L’impôt sur les ventes est une forme d’impôt indirect ou d’impôt à la consommation. Les
impôts indirects sont généralement dégressifs et profitent d’habitude davantage aux riches
qu’aux pauvres. Les impôts sur les ventes ont été modernisés en TVA dans la plupart des
pays du monde. Les partisans de la TVA (surtout le Consensus de Washington) affirment
que c’est un impôt punitif qui permet de faire des recettes élevées, et préfèrent que les
gouvernements traitent des inégalités du point de vue des dépenses et non du point de vue
de la politique fiscale. Cependant, la plupart des pays en développement ne sont pas bons à
la redistribution des revenus à travers les dépenses publiques, en raison de l’existence des
vices comme la corruption et la mauvaise gouvernance. Ils préfèrent, par contre, utiliser
plusieurs taux de TVA ou d’impôt sur les ventes, les exonérations et la taxation au taux
zéro, pour essayer de résoudre le problème de dégressivité de la TVA ou du système
d’impôts sur les ventes.

Le tableau 2.1d ci-dessous indique la part de l’impôt sur les sociétés dans les recettes
fiscales totales de onze pays pour la période de 2000 à 2010.

                                               10
Tableau 2.1d: Part de l’impôt sur les ventes dans le total des recettes fiscales (en
décimales)
                                                                                                      ANNEE
      Pays                                               2000   2001        2002      2003     2004     2005 2006 2007 2008               2009   2010
Bangladesh                                               0.515 0.328        0.335    0.427    0.352    0.343 0.350 0.351
    Egypte                                               0.000 0.000        0.015    0.014    0.012    0.014 0.012 0.016 0.015
    Ghana                                                0.003 0.300        0.002    0.250    0.253
      Mali                                               0.150 0.153        0.005    0.133    0.166      0.435 0.410 0.382 0.371 0.396 0.384
    Maroc                                                0.251 0.001        0.268    0.001    0.001      0.001 0.001 0.322 0.001
     Niger                                               0.125 0.178        0.160    0.175
   Nigeria                                               0.193 0.195        0.213    0.215    0.222 0.228 0.253 0.260 0.286 0.269
  Pakistan                                                     0.348        0.348    0.352    0.362 0.358 0.367 0.324 0.355 0.340 0.345
   Sénégal                                               0.431 0.419        0.423    0.422
   Tunisie                                               0.315                          0.335 0.314 0.313 0.301 0.313 0.319 0.289
  Ouganda                                                0.454 0.428        0.440 0.433 0.426 0.333 0.334 0.328 0.344 0.333 0.327

Source: ICTD GRD, 2014

La figure 2.1d ci-dessous est une représentation graphique du pourcentage de l’impôt sur
les ventes par rapport aux tendances des recettes fiscales totales pour les cinq pays-phares
de 2000 à 2010.

Figure 2.1d: Part de l’impôt sur les ventes dans le total des recettes fiscales
     Pourcentage des recettes fiscales totales

                                                        Part de l'impôt sur les ventes dans les recettes fiscales totales
                                                                                 (2000 - 2010)
                                                   60,00%

                                                   50,00%

                                                   40,00%

                                                   30,00%

                                                   20,00%

                                                   10,00%

                                                    0,00%
                                                             2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008                   2009   2010
                                                 Bangladesh 51,52%32,76%33,49%42,68%35,15%34,25%35,04%35,12%
                                                 Mali        15,05%15,34% 0,51% 13,27%16,55%43,55%41,01%38,16%37,09%39,63%38,40%
                                                 Nigeria     19,26%19,51%21,35%21,49%22,16%22,77%25,28%25,97%28,64%26,93%
                                                 Senegal     43,15%41,94%42,32%42,23%
                                                 Uganda      45,37%42,76%44,03%43,27%42,58%33,26%33,43%32,84%34,36%33,26%32,68%

Source: ICTD GRD, 2014

                                                                                                    11
Cet indicateur est une composante importante de l’IFE. Certaines bases de données
concernent les taxes sur les ventes, comme la TVA. La figure 2.1d ci-dessus indique que
pour les cinq pays-phares, la taxe sur les ventes représente en moyenne un taux d’environ
30% du total des recettes fiscales pour la période de 2000 à 2010. Ce chiffre est
relativement élevé et représente la tendance générale dans le monde entier où la TVA ou
l’impôt sur les ventes constituent une part importante de l’ensemble des recettes fiscales.
La plupart des pays en développement appliquent divers taux de TVA, à l’exemple de
l’évaluation zéro, l’utilisation de divers taux de base, les exonérations pour essayer
d’introduire une certaine progressivité dans la taxe sur les ventes ou la TVA. Toutefois, des
études ont montré que la consommation de produits exonérés d’impôt ou auxquels on a
appliqué le taux de base n’est pas exclusive aux pauvres, et donc, ne plaide pas en faveur de
la TVA.

     2.1.5.    Part de la taxe sur les biens et services dans le total des recettes fiscales
Dans d’autres bases de données, la taxe sur les biens et services entre dans la cadre de la
TVA ou de la taxe sur les ventes. C’est une forme d’impôt indirect qui est généralement
dégressif.

Le tableau 2.1e ci-dessous indique la contribution de la taxe sur les biens et services (TBS)
dans les recettes fiscales totales de onze pays pour la période de 2000 à 2010.

Tableau 2.1e: Part de la taxe sur les biens et services dans le total des recettes
fiscales (en décimales)
                                                      ANNEE
      Pays    2000     2001   2002     2003    2004     2005    2006    2007    2008    2009    2010
Bangladesh    0.532   0.346   0.358   0.449   0.372    0.361   0.369   0.371   0.357   0.524   0.542
    Egypte    0.405   0.405   0.394   0.399   0.394    0.411   0.354   0.346   0.366   0.382   0.455
    Ghana     0.001   0.300   0.001   0.250   0.253    0.471   0.457   0.508   0.493   0.447   0.412
      Mali    0.235   0.233   0.001   0.193   0.221    0.536   0.551   0.457   0.439   0.433   0.421
    Maroc     0.429   0.001   0.467   0.000   0.000    0.000   0.000   0.434   0.000   0.000   0.487
     Niger    0.200   0.242   0.212   0.224
   Nigeria    0.277   0.258   0.213   0.215   0.222 0.228 0.253 0.260 0.286 0.269
  Pakistan    0.000   0.459   0.446   0.431   0.437 0.448 0.435 0.399 0.432 0.427 0.425
   Sénégal    0.604   0.586   0.586   0.595
   Tunisie    0.534   0.000   0.504   0.507   0.509 0.485 0.479 0.460 0.452 0.473 0.417
  Ouganda     0.807   0.743   0.753   0.723   0.714 0.605 0.599 0.587 0.613 0.591 0.579
Source: ICTD GRD, 2014

                                                  12
La figure 2.1e ci-dessous est une représentation graphique du taux de la taxe sur les biens
et services par rapport aux tendances de l’ensemble des recettes fiscales des cinq pays-
phares pour la période de 2000 à 2010.

Figure 2.1e: Part de la taxe sur les biens et services dans le total des recettes fiscales

                                       Part de la taxe sur les biens et services dans les recettes fiscales totales
                                                                      (2000 - 2010)
                               90,00%
                               80,00%
   Pourcentage des recettes

                               70,00%
       fiscales totales

                               60,00%
                               50,00%
                               40,00%
                               30,00%
                               20,00%
                               10,00%
                                0,00%
                                          2000   2001   2002   2003   2004   2005   2006   2007   2008   2009   2010
                              Bangladesh 53,16% 34,56% 35,77% 44,91% 37,22% 36,09% 36,95% 37,07% 35,71% 52,36% 54,24%
                              Mali       23,53% 23,26% 0,13% 19,34% 22,13% 53,56% 55,12% 45,67% 43,87% 43,33% 42,14%
                              Nigeria    27,65% 25,83% 21,35% 21,49% 22,16% 22,77% 25,28% 25,97% 28,64% 26,93%
                              Senegal    60,43% 58,65% 58,60% 59,49%
                              Uganda      80,71% 74,34% 75,26% 72,35% 71,42% 60,50% 59,90% 58,72% 61,31% 59,13% 57,88%

Source: ICTD GRD, 2014

La figure 2.1e ci-dessus indique que la taxe sur les biens et services représente une part
importante des recettes fiscales totales des cinq pays-phares pour la période examinée, et
qu’elle représente en moyenne 40% de l’ensemble des recettes fiscales. Le Bangladesh
enregistre les taux les plus élevés, avec 80,71% en 2000. Certaines données sont
inexistantes pour le Sénégal pour plusieurs années, comme l’indique sa ligne discontinue.
Le Nigeria enregistre une moyenne constante se situant en dessous de 30% pour toute la
période considérée. Ceci vient appuyer le remarque faite plus haut selon laquelle les
recettes fiscales proviennent en général davantage des impôts indirects que des impôts
directs. Ceci souligne combien il est important les pays en développement de renforcer
leurs capacités de redistribution des dépenses pour résoudre le problème des inégalités.

                                                                                 13
2.1.6.    Part des impôts indirects dans l’ensemble des recettes fiscales
Comme il a été dit plus haut, les impôts indirects sont dégressifs. Des taux élevés d’impôts
indirects par rapport à l’ensemble des recettes fiscales indiquent bel et bien que le système
fiscal est dégressif. Cet indicateur est capital pour l’indice d’une fiscalité équitable (IFE).

Le tableau 2.1f ci-dessous indique la contribution de l’impôt indirect à l’ensemble des
recettes fiscales de onze pays pour la période de 2000 à 2010.

Tableau 2.1f: Part des impôts indirects dans le total des recettes fiscales (en
décimales)
                                                       ANNEE
      Pays     2000     2001   2002     2003    2004     2005    2006    2007    2008    2009    2010
Bangladesh     0.849   0.778   0.783   0.798   0.791    0.786   0.769   0.727   0.700   0.739   0.728
    Egypte     0.595   0.587   0.584   0.594   0.584    0.560   0.494   0.477   0.503   0.490   0.626
    Ghana      0.002   0.676   0.001   0.696   0.677    0.675   0.688   0.695   0.678   0.617   0.599
      Mali     0.828   0.836   0.002   0.798   0.810    0.710   0.707   0.585   0.563   0.716   0.700
    Maroc      0.624   0.000   0.628   0.000   0.000    0.000   0.000   0.530   0.000   0.000   0.594
     Niger     0.867   0.835   0.886   0.749
   Nigeria     0.682   0.707   0.628   0.600   0.601 0.583 0.517        0.546   0.576   0.556
  Pakistan     0.000   0.718   0.702   0.726   0.732 0.721 0.720        0.654   0.643   0.669   0.647
   Sénégal     0.761   0.774   0.768   0.765               0.762        0.775   0.749   0.734   0.715
   Tunisie     0.697   0.001   0.627   0.616   0.613 0.578 0.568        0.547   0.538   0.545   0.591
  Ouganda      0.920   0.880   0.854   0.824   0.801 0.694 0.705        0.691   0.715   0.693   0.665

Source: ICTD GRD, 2014

La figure 2.1f ci-dessous est une représentation graphique de la part des impôts indirects
dans les tendances de l’ensemble des recettes des cinq pays-phares pour la période de
2000 à 2010.

                                                   14
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler