Comment se joue le volleyball

 
DIAPOSITIVES SUIVANTES
Comment se joue le volleyball

Introduction
Au cours des dernières années, plusieurs spécialistes du volleyball ont examiné les multiples
problèmes qui entourent le volleyball et l’empêchent de passer au premier rang des sports
les plus pratiqués en Amériques du Nord. On soulève souvent le même problème : le
manque de jeunes athlètes en volleyball. Les jeunes athlètes préfèrent plutôt se tourner vers
d’autres sports, notamment le soccer et le hockey sur glace, deux sports qui ont plusieurs
années d’avance lorsqu’il s’agit d’attirer les jeunes. En effet, les plus jeunes joueuses et
joueurs ont à peine 3 ans lorsqu’ils commencent à jouer au hockey et 6 ans au basketball.
Pour combler cet écart, la structure des compétitions de volleyball a été restructurée afin
d’inclure les jeunes athlètes. Les catégories du circuit provincial ont donc été réorganisées
de la façon suivante : 20 ans et moins (athlètes âgés de 19 et 20 ans), 18 ans et moins
(athlètes âgés de 17 et 18 ans), 16 ans et moins (athlètes âgés de 15 et 16 ans) et 14 ans et
moins (athlètes âgés de 13 et 14 ans).

Le mini-volleyball – où le volleyball est présenté comme un jeu de relais aux très jeunes
athlètes (9 à 12 ans) – restructure la tâche à réaliser et place les joueurs et joueuses en
situation de jeu modifié (2 contre 2, 3 contre 3, 4 contre 4) sur un plus petit terrain. Ces
modifications ont été apportées dans l’espoir que les enfants auraient du plaisir à jouer au
volleyball et auraient envie de continuer à jouer.

Bien que ces modifications aient eu un impact positif, le volleyball demeure un jeu difficile à
comprendre et à maîtriser. En observant les matchs d’équipes du niveau primaire ou
secondaire (premier cycle), on remarque un manque généralisé de maîtrise des habiletés de
base et une compréhension rudimentaire de l’objectif du jeu.

Ces difficultés pourraient découler de la manière avec laquelle les professeurs et les
entraîneurs enseignent le jeu. Quoique le VC Level 1 Coaches Manual suggère que « le
plaisir et les jeux sont des méthodes d’apprentissage essentielles », il demeure important
d’insister sur l’acquisition des savoir-faire moteurs de base parce qu’ils facilitent
l’apprentissage des fondements de la technique de base. L’acquisition de ces fondements
est d’autant plus nécessaire pour pouvoir jouer au volleyball. On y explique aussi que, « une
fois que les habiletés de base ont atteint un certain niveau, l’entraîneur doit enseigner les
concepts et le système de jeu aux joueurs » et que les « habiletés de déplacement devraient
être enseignées aux joueuses et joueurs débutants avant l’introduction des habiletés
spécifiques du volleyball. Il ne faut pas présumer que les joueurs sont capables de se
déplacer avec efficacité s’ils ne l’ont jamais appris » (p. 2.2).

Dans son livre intitulé Science of Coaching Volleyball, le Dr Carl McGowan suggère de créer
des « situations similaires au contexte de jeu » parce que cela incite au développement des
savoir-faire moteurs. Dans le VC Level 2 Coaches Manual, Merv Mosher soutient la même
idée, soit « que les athlètes ont besoin de s’entraîner dans des situations qui simulent le
contexte de jeu » . Toutefois, si les athlètes, les entraîneurs et les entraîneures ne
comprennent pas l’objectif du jeu, il en résulte un développement inefficace des savoir-faire
moteurs appropriés.

La prochaine section vise, entre autres, à reformuler les énoncés qui permettent la
compréhension du volleyball et à revoir comment le jeu doit se jouer pour que les athlètes,
peu importe leur âge, puissent en tirer plus de plaisir et avoir du succès plus rapidement.

Objectifs du jeu
Le volleyball est un sport d’équipe qui se joue entre deux équipes sur un terrain divisé par un
filet. L’objectif du jeu est de faire passer le ballon par-dessus le filet et d’essayer de le faire
tomber sur le camp adverse tout en empêchant le ballon de tomber sur son camp. Chaque
équipe a le droit d’exécuter trois contacts pour retourner le ballon de l’autre côté du filet. Si le
ballon touche au contre, une équipe a quand même le droit à trois autres contacts. Par
conséquent, chaque action devrait être exécutée en respectant les objectifs premiers.

Un échange doit être initié par un service, par le joueur au poste 1 de la ligne arrière. Il doit
tenter d’envoyer le ballon par-dessus le filet et dans le camp adverse. Un joueur n’a pas le
droit de faire deux contacts de suite. Le seul joueur à pouvoir jouer le ballon deux fois de
suite est le contreur étant donné que, s’il touche au ballon au contre, le contact ne compte
pas dans les trois contacts permis. Un échange continu se termine quand le ballon tombe au
sol dans un camp ou l’autre ou qu’une équipe envoie le ballon à l’extérieur des lignes du
camp adverse.

Chaque échange donne un point. Si l’équipe en réception de service gagne l’échange, elle
gagne un point et prend la possession du ballon. Cette équipe effectue d’abord une rotation
dans le sens des aiguilles d’une montre, puis le joueur au poste 1 remet le ballon en jeu par
un service. La rotation des joueurs permet à tous les joueurs de jouer sur la ligne avant et la
ligne arrière, à l’exception du libéro qui joue strictement sur la ligne arrière.

La première équipe qui marque 25 points (21 points en volleyball de plage). Si une égalité
survient à 25, la première à mener par deux points gagne la manche. Pour gagner la partie,
une équipe doit remporter trois manches sur cinq (deux manches sur trois en volleyball de
plage). À la manche décisive, la première équipe qui marque 15, et mène par deux points,
gagne. Il n’y a pas de limite de points.

Révision des objectifs de base du jeu
1. Faire tomber le ballon au sol dans le camp adverse.
2. Empêcher le ballon de tomber au sol dans son camp.

Concepts de base
Le volleyball compte cinq concepts de base importants à distinguer pour comprendre le jeu :
le jeu offensif, le jeu défensif, le service, la réception de service et la transition.

Jeu offensif
En volleyball, le jeu offensif reprend le premier objectif mentionné. Une équipe construit un
jeu offensif dans le but de faire tomber le ballon au sol dans le camp adverse.

En général, on considère que l’équipe dans le camp où se trouve le ballon est en phase
offensive. D’habitude, un jeu offensif commence par le premier contact de contrôle et se
termine par une attaque. Toutefois, si une équipe ne contrôle pas bien le premier contact,
elle devra, en premier lieu, empêcher le ballon de tomber au sol et, en deuxième lieu,
essayer de construire une attaque.

L’équipe qui a le contrôle du ballon est en phase offensive.

Jeu défensif
En volleyball, le jeu défensif reprend le premier objectif mentionné. Une équipe essaye
d’empêcher le ballon de tomber au sol dans son camp.

En général, on considère que l’équipe qui se trouve dans le camp opposé au camp où se
trouve le ballon est en phase défensive. Ce concept n’est pas tout à fait correct. Une équipe
qui reçoit et contrôle le ballon, mais qui n’a pas encore construit son attaque, est aussi en
phase défensive.

L’équipe qui n’a pas le contrôle du ballon est en phase défensive.

Service
Le service peut être décrit comme l’action qui initie le jeu. Cette idée explique pourquoi les
entraîneurs et entraîneures disent souvent aux jeunes joueurs de « faire passer leur
service ». Toutefois, faire passer le ballon par-dessus le filet sans essayer de mettre
l’adversaire en difficulté ne concorde pas avec le premier objectif du jeu. Le service est la
première occasion qu’a une équipe de marquer un point. Un service bien placé peut
minimiser l’efficacité de l’attaque adverse. Il faut aussi souligner que le service est la seule
phase de jeu où le joueur a le contrôle absolu du ballon.

Le service est une action offensive.

Réception de service
La réception de service est considérée comme la phase de jeu la plus importante du
volleyball. Au départ, elle peut être vue comme l’alignement défensif utilisé pour se défendre
contre un service, défini précédemment comme un outil offensif. Si la réception de service
n’est pas contrôlée, une équipe doit alors empêcher le ballon de tomber au sol dans son
camp et l’envoyer par-dessus le filet au troisième contact. Si la réception de service est bien
contrôlée, une équipe peut construire un jeu offensif qui se convertit en attaque.

La réception de service se divise en deux phases :
1) l’action de réception du service (action défensive),
2) l’engagement de l’action offensive.

Transition
La phase de transition peut être décrite comme étant le passage d’une phase de jeu à une
autre, par exemple de la phase offensive à la phase défensive ou vice versa. Cette idée
s’observe dans le concept de la réception de service. La réception de service est d’abord
une phase défensive du fait qu’une équipe se défend contre le service adverse. Si une
équipe reçoit et contrôle bien le service adverse, elle passe à la phase offensive. Après avoir
construit un jeu offensif et envoyé le ballon par-dessus le filet, l’équipe revient en phase
défensive. Ces phases de jeu ou ces transitions de jeu forment le « cycle de base de jeu ».
Le cycle de base est décrit à la page 14 du présent guide.

La transition peut correspondre au passage :
  • du service à la défense,
  • de la réception de service à l’offense,
  • de la défense à l’offense,
  • de l’offense à la défense.

Jeu de base en volleyball
Selon les objectifs du jeu, « faire passer le ballon par-dessus le filet sans essayer de
déstabiliser l’adversaire » n’est pas une directive. En effet, il arrive souvent qu’une équipe ne
réussisse pas à construire un jeu offensif se terminant par une attaque. Dans une telle
situation, elle doit bien sûr garder le ballon en jeu et s’assurer de l’envoyer par-dessus le
filet. Cependant, une équipe devrait envoyer le ballon par-dessus le filet avec une intention
tactique le plus souvent possible.
Malheureusement, plusieurs joueuses et joueurs débutants font de ce concept le but ultime
du jeu, ce qui crée un rythme de jeu « ping pong », c’est-à-dire que, dès qu’un joueur ou une
joueuse touche au ballon, il ou elle le renvoie immédiatement par-dessus le filet. Plus
malheureux encore est le fait que cette tactique de jeu permet aux débutants qui n’ont pas
encore acquis les habiletés de base de jouer le ballon et de connaître un certain succès. Il
se pourrait que cette tactique de jeu ait été empruntée à d’autres sports impliquant un filet,
comme le tennis et le badminton, où l’objectif du jeu est justement d’envoyer l’objet au-
dessus du filet au premier coup.

Cette fausse conception doit être revue et corrigée. D’une part, il faut amener les joueuses et
joueurs débutants à comprendre que le volleyball n’a rien à voir avec les autres sports qui
requièrent un filet et qu’il faut utiliser trois contacts pour arriver aux résultats attendus.
D’autre part, il faut enraciner, chez les débutants, la notion de ce que sont les éléments d’un
cycle de base de jeu en volleyball.

En effet, plusieurs participants croient que le volleyball se joue en faisant « une réception,
une passe et une attaque ». Dans un sens, ils n’ont pas tort. Par contre, en considérant la
nouvelle règle de réception et en dirigeant davantage les actions posées par une équipe
pour accomplir l’objectif, le concept de base du jeu en volleyball est plus juste lorsque défini
comme suit :

  • envoyer le premier contact au filet,
  • envoyer le deuxième contact le long du filet,
  • envoyer le troisième contact par-dessus le filet.

En se basant sur ces principes simples le premier objectif, c’est-à-dire de faire tomber le
ballon au sol dans le camp adverse, le jeu de base en volleyball devient très simple à
expliquer et à enseigner aux débutants et débutantes. Puisque le but du jeu est de faire
tomber le ballon au sol et que la meilleure façon de réussir est de réaliser trois contacts, les
athlètes doivent ensuite comprendre que les deux premiers contacts sont extrêmement
importants pour réussir le troisième contact. La réussite du troisième contact se caractérise
par l’exécution d’une attaque, action qui se réalise à un point au-delà de la hauteur du filet et
le plus haut possible et qui dirige le ballon vers le sol. Une attaque efficace est le type de
renvoi le plus difficile à défendre pour l’adversaire. Par conséquent, le premier et le
deuxième contact doivent être bien exécutés pour réussir à construire une attaque ou un
troisième contact.

Les exercices peuvent être élaborés en situation de 1 contre 1, 2 contre 2, 3 contre 3, ou 4
contre 4 de façon à initier graduellement les jeunes athlètes au volleyball et aux principes qui
définissent l’objectif du jeu. Il existe plusieurs avantages à structurer les exercices de cette
façon. En effet, ces situations de jeu permettent à un plus grand nombre de joueurs ou
joueuses de réaliser le même exercice en même temps, ce qui a, par conséquent, l’avantage
d’augmenter le volume et d’accélérer l’apprentissage d’une habileté. De plus, comme les
dimensions du terrain sont rétrécies (voir l’exemple à la figure J.1), les athlètes couvrent une
zone spécifique qui est plus petite que la zone habituelle en situation de 6 contre 6, ce qui
augmente leur efficacité dans l’exécution d’une habileté. Il est aussi recommandé de faire
jouer les débutants et débutantes avec un ballon plus mou, comme un ballon de volleyball
de plage. Outre le fait que le contact du ballon sur les avant-bras est moins douloureux,
jouer avec un ballon plus mou ralentit le rythme du jeu et permet aux athlètes de se déplacer
en dessous du ballon. Les couleurs vives du ballon de volleyball de plage attirent aussi les
jeunes athlètes.

L’adaptation de l’environnement de jeu, à savoir la dimension du terrain et le type de ballon,
aux besoins du groupe d’âge et au niveau des athlètes permet à ces derniers de réussir plus
rapidement, de se sentir en confiance et de s’amuser. Chez les jeunes athlètes, la réussite
devrait être l’objectif principal des entraîneurs et des dirigeants. (Veuillez vous référer au
Programme de mini-volleyball de VC pour plus amples détails.)

*Figure J.1 – Différentes dimensions de terrain à utiliser lors d’exercices destinés
à de jeunes athlètes débutants ou débutantes.

* Veuillez prendre note que le diagramme ci-dessus illustre la situation de 4
contre 4 sur un terrain de badminton traditionnel. Ce type de terrain permet à
plus de joueurs de jouer en même temps. On les retrouve souvent dans les
écoles.
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler