RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE

 
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
ANNEXE 6

Aurore TUAL

                  RAPPORT :
    PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS
         D’ECONOMIE D’ENERGIE
          CONSEIL GENERAL DE L’ESSONNE
          DIRECTION DE L’ENVIRONNEMENT
              SERVICE CADRE DE VIE

                         15 Septembre 2013 – 24 Janvier 2014

                                                           1
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
Table des matières
Remerciements ........................................................................................................................... 4
I Le dispositif des certificats d’économie d’énergie .................................................................. 5
   1. Objectifs en matière de rénovation énergétique .............................................................. 5
   2. Présentation de la plateforme QUALITERIS .................................................................. 5
   3. Dispositif des CEE .......................................................................................................... 7
   4. Etat des lieux du dispositif .............................................................................................. 9
       a. La première période : 2006 à 2009 .............................................................................. 9
       b.        Le deuxième période : janvier 2011 – décembre 2013 ............................................ 9
       c. Période transitoire : .................................................................................................... 11
       d.        3ème période : du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2015 .................................... 12
II La démarche du Conseil Général pour la récupération de CEE ........................................... 14
   1. Le public visé par le CG ................................................................................................ 14
       a. Les travaux des bâtiments du CG (patrimoine bâti et collèges) ................................ 14
       b.        Les particuliers ....................................................................................................... 14
       c. Les copropriétés ......................................................................................................... 14
       d.        Les bailleurs sociaux .............................................................................................. 15
       e. Les communes ........................................................................................................... 15
       f. Les opérations d’information et de sensibilisation du Conseil Général .................... 15
   2. Prestataires contactés ..................................................................................................... 16
       a. Pour les travaux sur les bâtiments du Conseil Général ............................................. 16
       b.        Pour la plateforme Qualiteris ................................................................................ 19
       c. Solutions complémentaires pour la plateforme QUALITERIS : ............................... 20
   3. Critères de choix pour le dispositif de récupération des certificats d’économie d’énergie
   .............................................................................................................................................. 22
       a. Pour les travaux du CG .............................................................................................. 22
       b.        Pour la plateforme Qualiteris : ............................................................................... 22
III Recommandations ............................................................................................................... 28
   1. La récupération des CEE ............................................................................................... 28
   2. Règles de la commande publique concernant le dispositif des CEE............................. 29
   3. Orientation des recettes des CEE .................................................................................. 30
       a. Les CEE du patrimoine bâti du CG et des collèges :................................................. 30
       b.        Les CEE des particuliers : ...................................................................................... 31
       c. Les CEE des bailleurs sociaux et copropriétés .......................................................... 32
       d.        Les CEE des communes ......................................................................................... 32
IV Annexes :............................................................................................................................. 33
   Annexe 1 : Exemple de fiche standardisée CEE pour l’isolation de combles ou de toitures
   .............................................................................................................................................. 33
   Annexe 2 : retour d’expériences du Grand Nancy sur le dispositif CEE ............................. 34
   Annexe 3 : plaquette de présentation des subventions CEE accordées par le Grand Nancy
   aux particuliers ..................................................................................................................... 37
   Annexe 4 : présentation du dispositif COPRO-ACTIF du Grand Nancy à destination des
   copropriétés .......................................................................................................................... 38
   Annexe 5 : Contacts à la Communauté urbaine du Grand Nancy ........................................ 40
   Annexe 6 : Retour d’expérience Conseil Général de Seine et Marne (77) pour la
   récupération de CEE sur son patrimoine bâti avec Certinergy et Best Energies) ................ 41

                                                                                                                                                  2
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
Annexe 7 : Retour d’expériences du Conseil Général du Finistère (CG29) pour la
  récupération de CEE sur son patrimoine bâti avec Certinergy ............................................ 42
  Annexe 8 : Présentation du Service Public de l’Efficacité Energétique de la région Picardie
  .............................................................................................................................................. 43
  Annexe 9 : Retour d’expérience du Conseil Général du Tarn pour la récupération de CEE
  sur son patrimoine bâti avec NR PRO ................................................................................. 45
  Annexe 10 : Opération menée par le Conseil Général du Puy-de-Dôme pour mutualisation
  les travaux d’isolation de combles dans les bâtiments communaux .................................... 47
  Annexe 11 : Plaquette de présentation de l’opération Réflexénergie de la Communauté
  urbaine de Dunkerque .......................................................................................................... 48
  Annexe 12 : Réponse au questionnaire des bailleurs sociaux .............................................. 50
  Annexe 13: Contacts ............................................................................................................ 51
Bibliographie ............................................................................................................................ 52

                                                                                                                                                 3
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
Remerciements
Je tiens à remercier Monsieur VALLANCE, pour m’avoir permis de réaliser mon stage au
Conseil Général de l’Essonne et de découvrir le travail au sein d’une collectivité territoriale ;
Madame LEZY-BRUNO pour ses conseils et la confiance qu’elle m’a accordée ; Monsieur
FARANDEAU pour m’avoir aidé dans mes missions.

Je remercie également :
     • Monsieur BRERAT et Madame RASTELL de la Direction de la Ville, de l’Habitat et
        de la Citoyenneté pour m’avoir accordé du temps et m’avoir permis de participer au
        montage de la plateforme de rénovation énergétique ;
     • Madame GOURLAOUEN et Madame ROBINO de la Direction de la Construction et
        des Bâtiments pour leur aide et leur confiance tout au long de mon stage ;
     • Je remercie également Madame CAILLE et Madame BRAILLET de la Direction du
        Développement Durable et Solidaire pour avoir contribué à la réussite de ma
        mission ;
     • Monsieur TALEB pour avoir répondu à toutes mes questions et m’avoir aidé à
        comprendre les règles de la commande publique.

Je remercie aussi la Communauté Urbaine du Grand Nancy et en particulier Monsieur
ENTEMEYER pour avoir partagé leurs expériences et nous avoir accueillis lors d’une
rencontre très enrichissante à Nancy.

Enfin, un grand merci à toute la Direction de l’Environnement pour son accueil, qui m’a
permis de m’intégrer facilement et de réaliser mon stage dans les meilleures conditions.

                                                                                                    4
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
I Le dispositif des certificats d’économie d’énergie
   1. Objectifs en matière de rénovation énergétique
L’Union Européenne a adopté en 2008 l’objectif des « 3*20 » à atteindre d’ici 2020 dans le
cadre du « Paquet Energie-Climat », correspondant à une réduction de 20% des gaz à effet de
serre, une part de 20% d’énergies renouvelables et la réalisation de 20% d’économies
d’énergie. Le Plan Climat Energie départemental de l’Essonne reprend ces objectifs et
présente les actions pour y parvenir, notamment la rénovation énergétique des bâtiments.

La rénovation énergétique est également un enjeu majeur pour la population, au vu de
l’augmentation des ménages en situation de précarité énergétique (7% des ménages), des
impayés d’énergie et du sentiment d’insécurité en matière d’énergie. Le Conseil Général est
chargé de lutter contre la précarité énergétique, d’aider les particuliers à réduire leurs
dépenses énergétiques et d’apporter du confort aux ménages.

La rénovation énergétique peut aussi contribuer à relancer le bâtiment, secteur en crise. Le
département a pour objectif de favoriser la filière locale et les artisans compétents dans la
réalisation de travaux permettant des économies d’énergies.

Le Conseil Général de l’Essonne a pour mission d’être à la fois un exemple et un levier de la
rénovation énergétique sur le territoire. Il est chargé de trouver les moyens d’atteindre les
objectifs, grâce notamment à des aides financières. Le dispositif des Certificats d’Economie
d’Energie (CEE), mis en place par l’Etat, est l’instrument financier majeur envisagé par le
Conseil Général pour favoriser la rénovation énergétique.

   2. Présentation de la plateforme QUALITERIS
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, accompagné de la ministre de l’Egalité des
Territoires et du Logement, Cécile Duflot et du ministre de l’Ecologie, du Développement
Durable et de l’Energie, Philippe Martin, a lancé le 19 septembre 2013 la phase opérationnelle
du plan de rénovation énergétique du l’habitat : « J’éco-rénove, j’économise » (Figure 1) ([12]
Ministère de l'Egalité des territoires et du Logement ; Ministère de l'Ecologie, du
Développement durable et de l'Energie, 19 septembre 2013).
Ce guichet unique, dont l’ambition est d’inciter les Français à engager des travaux de
rénovation énergétique dans leur logement et de les aider dans leurs démarches, est porté par :
    • un site internet renovation-info-service.gouv.fr permettant aux personnes souhaitant
        effectuer des travaux de rénovation énergétique dans leur logement de s’informer sur
        les différentes aides qu’elles peuvent obtenir,
    • un numéro Azur (0810 140 240) pour répondre aux questions des particuliers et les
        orienter, en fonction de leur situation et de leurs besoins, vers le Point rénovation info
        service (PRIS) le plus proche,
    • 450 points rénovation info service répartis dans toute la France, et qui offrent un
        service gratuit, simple et direct.

                                                                                                5
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
Ce nouveau dispositif de service public de
                                                   la rénovation énergétique s’inscrit dans le
                                                   cadre du plan de rénovation énergétique
                                                   annoncé par le Président en mars 2013.

Figure 1 : Logo de la campagne nationale
« J’éco-rénove, j’économise »

Afin d’organiser localement le plan national de rénovation énergétique du l’habitat, le Conseil
Général s’est engagé à créer une plateforme de la rénovation en Essonne : la plateforme
QUALITERIS (Qualité Essonne Rénovation Info et Services). Cette structure est portée par le
CG et la Maison Départementale de l’Habitat, qui est déjà un Point Rénovation Info Service.
L’initiative est soutenue politiquement (Président J. Guedj et les vice-présidents F. Petitta et
C. Robillard).

Cette plateforme a pour objectif de réunir le maximum de partenaires institutionnels et
locaux :
    • ADEME, ANAH, DDT91, CRIF, ARENE,
    • Partenaires locaux : organismes MDH (CAUE, ADIL, PACT Essonne, ALE ECE),
        Intercommunalités, SoliCités et le réseau Energie 91, CCIE, CMA, FFB, CAPEB, UR
        SCOP, AORIF, opérateurs habilités ANAH, associations copropriétaires/locataires
        départementales, GIP-FSL, fournisseurs/distributeurs d’énergie, gestionnaires de
        CEE…
    • Acteurs du bâtiment : AMO, Moe, entreprises et artisans qualifiés, organismes de
       qualification, organismes de formation

Les principaux objectifs de cette plateforme sont de :
   • Massifier les travaux de rénovation énergétique de l’habitat : 205 000 logements
       anciens potentiellement concernés en Essonne
   • Prévenir et lutter contre la précarité énergétique
   • Maintenir, voire créer de l’emploi de proximité et favoriser l’insertion professionnelle
   • Réduire les coûts des travaux et soutenir l’innovation
   • Qualifier les acteurs pour garantir une qualité de services, de travaux et d’usage
   • Faciliter la mise en relation entre maîtres d’ouvrage/organismes de conseil ; maîtres
       d’ouvrage/entreprises et artisans qualifiés ; organismes de formation, qualification,
       sensibilisation/acteurs

                                                                                              6
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
Les logements ciblés par la rénovation énergétique sont :
    • Le parc social
    • Les copropriétés fragiles ou en prévention
    • Les propriétaires occupants et bailleurs éligibles aux aides ANAH avec un objectif
       de1500 logements rénovés aidés par an
    • Les particuliers non éligibles aux aides ANAH avec au minimum 500 logements aidés
       rénovés par an
Elle comportera trois instances : le comité de pilotage, le comité de suivi et la Plénière.
Le lancement de la plateforme est prévu en septembre-octobre 2014.
([4] Conseil Général de l'Essonne, 15 septembre 2013)

    3. Dispositif des CEE
Le dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE) a été créé par les articles 14 à 17 de
la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 ([7] Legifrance, 2005) de programme fixant les
orientations de la politique énergétique (loi POPE).

Ce dispositif repose sur une obligation triennale de réalisation d’économies d’énergie imposée
par les pouvoirs publics aux vendeurs d’énergie appelés les « obligés » (électricité, gaz,
chaleur, froid, fioul domestique et nouvellement les carburants pour automobiles). Ceux-ci
sont ainsi incités à promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès de leurs clients :
ménages, collectivités territoriales ou professionnels. S’ils ne respectent pas leurs obligations,
les vendeurs d’énergie obligés doivent verser une pénalité libératoire de deux centimes d’euro
par kWh manquant.

Les CEE sont attribués, sous certaines conditions, par les services du ministère chargé de
l’énergie, aux acteurs éligibles (obligés mais aussi d’autres personnes morales non obligées)
réalisant des opérations d’économies d’énergie. Ces actions peuvent être menées dans tous les
secteurs d’activité (résidentiel, tertiaire, industriel, agricole, transport, etc.), sur le patrimoine
des éligibles ou auprès de tiers qu’ils ont incités à réaliser des économies d’énergie. Les
obligés ont également la possibilité d’acheter des CEE à d’autres acteurs ayant mené des
actions d’économies d’énergie, en particulier les éligibles non obligés. (Figure 2).

Figure 2 : Schéma de fonctionnement du dispositif des CEE ([3] Association Technique Energie
Environnement Club C2E, janvier 2012)

                                                                                                     7
RAPPORT : PROSPECTION SUR LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE - CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT SERVICE CADRE DE VIE
Des fiches d’opérations standardisées, définies par arrêtés, ont été élaborées pour faciliter le
montage d’actions d’économies d’énergie. Elles sont classées par secteur (résidentiel,
tertiaire, industriel, agricole, transport, réseaux) et définissent, pour les opérations les plus
fréquentes, les montants forfaitaires d’économies d’énergie en kWh cumac (Annexe 1). Les
économies d’énergie réalisées en dehors des opérations standardisées correspondent à des
opérations spécifiques.

Les certificats délivrés sont exclusivement matérialisés par leur inscription sur un compte
individuel ouvert dans le registre national des certificats d’économies d’énergie, dont la tenue
peut être déléguée à une personne morale. Le registre doit également enregistrer l’ensemble
des transactions (ventes et achats) de certificats et fournir une information publique régulière
sur le prix moyen d’échange des certificats. Ce registre est accessible sur le
site www.emmy.fr .

Le dossier de demande de CEE à envoyer au pôle national doit comporter les pièces
justificatives suivantes pour les opérations standardisées, d’après l’arrêté du 29 décembre
2010 ([8] Legifrance, 2010) :
    • Le volet numérique du registre EMMY ;
    • L’identification du demandeur ;
    • La preuve de la réalisation des travaux (copie de factures ou autre document) ;
    • La preuve du rôle actif et incitatif du demandeur : justification de l’antériorité et
         attestation sur l’honneur signée par le bénéficiaire ;
    • L’attestation de l’exclusivité pour éviter les doublons : attestation sur l’honneur du
         bénéficiaire et du professionnel ayant réalisé les travaux ;
    • Les tableaux récapitulatifs des opérations ;
    • Le respect du contenu technique des fiches : attestations sur l’honneur du bénéficiaire
         et du professionnel.

Les dossiers sont ensuite instruits par le pôle national CEE comme présenté sur la Figure 3.

Figure 3 : Logigramme d’instruction des dossiers ([5] Cour des comptes, octobre 2013)

                                                                                                    8
4. Etat des lieux du dispositif

    a. La première période : 2006 à 2009
La première période du dispositif, du 1er juillet 2006 au 30 juin 2009, fixait un objectif
national d’économies d’énergie de 54 milliards de kilowattheures cumac (54 TWh cumac).

Les obligés étaient les fournisseurs d’électricité, de gaz, de gaz de pétrole liquéfié (GPL) et de
chaleur ou de froid par réseaux (au delà d’un certain seuil de vente annuelle en GWh). Les
vendeurs de fioul domestique étaient soumis à des obligations d’économies d’énergie, dès le
premier litre de fioul vendu.

L’objectif national a été réparti, dans un premier temps, entre les différentes énergies en
fonction de leur poids dans la consommation nationale et de leur prix TTC, puis, dans un
second temps, pour chaque énergie, entre les vendeurs au prorata de leurs ventes respectives,
pour les années 2004 à 2006, aux ménages et aux entreprises du secteur tertiaire. Les
obligations individuelles d’économies d’énergie ont ensuite été notifiées, par arrêté, en début
de première période, par le ministère chargé de l’énergie à chaque obligé.

Pour la période mi 2006-mi 2009, le périmètre des personnes susceptibles de demander des
certificats était très large puisqu’il englobait les obligés, les collectivités publiques ainsi que
l’ensemble des personnes morales, à la condition que leurs opérations d’économies d’énergie
n’entrent pas dans le champ de leur activité principale et ne leur procurent pas de recettes
directes.

Au 30 juin 2009, cinq arrêtés définissant les opérations standardisées d’économies d’énergie
étaient publiés au Journal officiel. Ils définissaient environ 180 opérations d’économies
d’énergie.

    b. Le deuxième période : janvier 2011 – décembre 2013
Le dispositif des CEE a été prorogé pour une seconde période de trois ans par l’article 78 de
la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement.

Afin de répartir plus équitablement les efforts entre les différents fournisseurs d’énergie et de
mieux capter les gisements d’économies d’énergie du domaine des transports, la loi du 12
juillet 2010 étend également les obligations d’économies d’énergie aux metteurs à la
consommation de carburants pour automobiles, si leurs ventes annuelles dépassent un certain
seuil.

Au cours de la première période, les vendeurs de fioul domestique étaient soumis à des
obligations d’économies d’énergie dès le premier litre de fioul vendu. En conséquence, un très
grand nombre de vendeurs de fioul, environ 2 500, étaient tenus d’obtenir des CEE. Ainsi,
afin d’alléger la gestion par l’État du dispositif et de réduire le nombre de professionnels
soumis à des obligations relativement faibles, la loi prévoit que seules les personnes qui
vendent, chaque année, du fioul domestique au-delà d’un seuil fixé réglementairement sont
soumises à des obligations d’économies d’énergie.

En outre, la loi du 12 juillet 2010 restreint le périmètre des éligibles, aux obligés, aux
collectivités publiques, à l’Agence nationale de l’habitat, aux organismes visés à l’article

                                                                                                      9
L 411-2 du code de la construction et de l’habitation et aux sociétés d’économie mixte
exerçant une activité de construction ou de gestion de logements sociaux. Cette mesure vise à
réduire, d’une part, la charge administrative pour l’État liée à l’instruction des demandes de
CEE et, d’autre part, les possibilités d’attribuer plusieurs fois des certificats pour une même
opération d’économies d’énergie (doubles comptes). Les personnes morales qui ne sont plus
éligibles (les industriels, les coopératives agricoles, etc.) peuvent néanmoins continuer à
bénéficier du dispositif. Pour ce faire, elles devront, préalablement à la réalisation de leurs
actions d’économies d’énergie, conclure une convention de partenariat avec un éligible.

L’article 78 de la loi Grenelle II prévoit également un nouveau mode d’attribution des CEE.
Ainsi, la contribution financière à des programmes de réduction de la consommation
énergétique des ménages les plus défavorisés ou à des programmes d’information, de
formation et d’innovation en faveur de la maîtrise de la demande énergétique, notamment en
faveur du développement des véhicules ayant de faibles émissions de dioxyde de carbone,
peut donner lieu à la délivrance de CEE. Dans ce cadre un taux de conversion en euros par
kWh cumac investi doit être déterminé.

Enfin, la loi Grenelle II introduit des sanctions administratives en cas d’irrégularités, alors que
seules des sanctions pénales existaient en première période. L’introduction d’une graduation
des sanctions permettra d’alléger la charge de contrôle par l’État.

Les niveaux d’obligations pour la seconde période sont de 255 TWh cumac, pour l’ensemble
des vendeurs d’électricité, de gaz, de fioul domestique, de GPL et de chaleur ou de froid par
réseaux, et de 90 TWh cumac, pour les metteurs à la consommation de carburants pour
automobiles. Le volume d’économies d’énergie réalisées, par les obligés de la première
période, au delà de 54 TWh cumac, sera déduit de leur niveau d’obligation pour la seconde
période.

Un nouveau mode de calcul des obligations individuelles d’économies d’énergie a été mis en
place pour la seconde période. Pour connaître son obligation annuelle, un obligé doit
appliquer à ses ventes, restreintes aux secteurs résidentiel et tertiaire de l’année de référence,
un coefficient propre à l’énergie considérée. Les années de référence et les coefficients à
appliquer par énergie ont été fixés par le décret n° 2010-1663 du 29 décembre 2010 relatif aux
obligations d’économies d’énergie dans le cadre du dispositif des certificats d’économies
d’énergie. En vertu de ce nouveau mode de calcul, la liste complète des obligés de la
deuxième période ne sera connue qu’en 2014, et non pas en début de période triennale,
comme pour la première période.

Enfin, au 1er janvier 2011, 195 opérations d’économies d’énergie (60 dans le secteur
résidentiel, 90 dans le secteur tertiaire, 21 dans le secteur de l’industrie, 11 dans le secteur des
réseaux, 9 dans le domaine des transports et 4 dans le secteur agricole) étaient référencées par
six arrêtés définissant les opérations standardisées d’économies d’énergie.

Les objectifs de la 2ème période ont été atteints voir dépassés depuis l’été 2013 (Figure 4).

                                                                                                 10
Figure 4 : Certificats d’économie d’énergie délivrés depuis 2006 par le Pôle National CEE ([1] Agence De
l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, 12 décembre 2013)

    c. Période transitoire :

Les modalités de la période transitoire ont été définies par le ministère de l'Écologie, du
Développement durable et de l'Énergie. Elles ont été discutées lors du groupe de travail
AMORCE sur les politiques énergie des Conseils Généraux le 05/12/2013. ([2] AMORCE, 5
décembre 2013)

La période transitoire a lieu du 1er janvier 2014 au début de la 3ème période, normalement le
1er janvier 2015. Les modalités sont les mêmes que pour la 2ème période.
L’obligation est à « effort constant », ce qui signifie que l’objectif est de 115 TWh cumac
pour l’année.
Cependant, les dossiers de CEE en attente de traitement représentent déjà 97% de l’objectif de
la période transitoire ([1] Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, 12
décembre 2013).

Cette période doit notamment permettre :

    • une révision des fiches d’actions standardisées
Le dispositif CEE français doit se mettre en conformité avec les règles de calcul imposées par
la directive efficacité énergétique en termes de comptabilisation des économies d'énergie.
Ainsi, ne peuvent être dorénavant comptabilisées que les économies d'énergie qui vont au-
delà des seuils fixés par la directive écoconception, qui impacte notamment les chaudières et
pompes à chaleur. Ceci implique donc une révision profonde du mode de calcul de ces fiches.

                                                                                                      11
A cet effet, l'ATEE et l'ADEME ont été missionnées pour réviser l'ensemble du catalogue des
fiches CEE (plus de 300 fiches). L'objectif est de publier en juillet 2014 les 100 fiches les plus
utilisées (principalement isolation et systèmes thermiques pour le bâtiment + fiches les plus
utilisées des autres secteurs), puis dans un second temps d'ici fin 2014 les autres fiches.

    • Mise à jour du calculateur CEE
Le 12ème arrêté du 21 novembre 2013 est constitué d’une trentaine de nouvelles fiches et
d’une quarantaine de fiches révisées. Les nouvelles actions éligibles concernent notamment
l’éclairage naturel, les réseaux de froid, le secteur de la pêche (lubrifiant), l’autopartage. Le
calculateur CEE sera actualisé fin janvier 2014 avec notamment l’intégration de ces nouvelles
fiches.

    • une simplification des demandes
La standardisation des documents et la mise en place d’un système déclaratif des demandes de
CEE (attestation sur l'honneur) devraient permettre une simplification pour les demandeurs et
un temps de traitement plus court pour le pôle national. Les contrôles se feront à posteriori par
échantillonnage.

    • une dématérialisation des demandes est envisagée
Des logiciels (ABC ingeniering) permettent de constituer directement les dossiers de demande
CEE à partir des pièces justificatives scannées. Il serait donc intéressant de pouvoir envoyer
directement ces dossiers dématérialisés au pôle national. Les originaux ne seraient alors plus
demandés.

   d. 3ème période : du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2017

Le ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, M. Philippe Martin, a
confirmé le 10 décembre 2013 la poursuite du dispositif des CEE, avec une troisième période
d'obligations 2015-2017, L'objectif d'économies d'énergie sera de 220 TWh cumac par an soit
660 TWh cumac sur la période, ce qui correspond à un quasi - doublement de l'ambition de la
deuxième période en cours (345 TWh cumac).
 Par ailleurs, la DGEC a publié le 13/12/2013 un livre blanc ([10] Ministère de l'Ecologie, du
Développement Durable et de l'Energie, 13 décembre 2013) qui détaille les principales
évolutions liées à la mise en oeuvre de la 3ème période, parmi lesquelles :

   •   la proposition d'un objectif 3ème période en cohérence avec nos ambitions nationales
       et européennes, notamment la mise en conformité des fiches standardisées avec les
       règles de calcul fixées par la directive efficacité énergétique.
   •   les distributeurs de carburant, qui avaient bénéficié d'une obligation progressive en
       2ème période et qui se sont appropriés le dispositif, se voient désormais attribuer 45%
       de l'obligation totale.
   •   la réduction du nombre d'obligés fioul par la remontée de l'obligation soit au niveau
       des metteurs à la consommation, soit au niveau d'un comité professionnel unique
       dédié.
   •   la simplification du dispositif, notamment par la standardisation des documents
       (attestation sur l'honneur) et la mise en oeuvre d'un processus déclaratif des demandes
       de CEE, couplé à un contrôle à posteriori par échantillonnage.
   •   le seuil minimal de dépôt de dossier serait relevé à 100 GWh cumac.

                                                                                               12
•   une transparence accrue du dispositif, en particulier grâce à la mise en oeuvre d'un
       comité de pilotage national (incluant les ONG, associations de consommateurs, ...)
   •   des actions complémentaires nécessaires à la montée en puissance (nombre et qualité)
       des rénovations énergétiques : poursuite du financement de FEEBAT, alignement des
       critères CIDD Eco PTZ et CEE, éco-conditionnalité (RGE) exigée également dans les
       CEE, ...
   •   les programmes d'accompagnement CEE seront développés en 3ème période, pour un
       montant maximum de 15% de l'obligation (100 TWh cumac) notamment un
       programme dédié au financement de passeports de la rénovation énergétique et à
       l'alimentation d'un fonds de garantie (Caisse des dépôts), ainsi que la création de
       programmes dédiés à la mobilité durable. Les contributions financières à des
        programmes seront valorisées à un niveau proche de celui du marché (contre
       15€/MWh cumac actuellement), d'où une meilleure attractivité pour les obligés.

Des possibilités d’évolution du dispositif ont également été annoncées lors du groupe de
travail AMORCE sur les politiques énergie des Conseils Généraux le 05/12/2013 [lien] :
    • Maintien de la fongibilité entre secteurs
    • Maintien du rôle actif et incitateur
    • Révision des fiches d’opérations standardisées
    • Renforcer la standardisation des demandes de CEE
    • Renforcer les effectifs du PNCEE
    • Etendre le champ des programmes d’accompagnement CEE au domaine des transports
    • Certification obligatoire des déposants ou demandeurs

                                                                                         13
II La démarche du Conseil Général pour la récupération
de CEE
           1. Le public visé par le CG
Le Conseil général de l’Essonne souhaite mettre en place un système de récupération des CEE
pour :

    a. Les travaux des bâtiments du CG (patrimoine bâti et collèges)
Le Conseil général se veut d’être exemplaire en matière de rénovation des bâtiments et
envisage dans un premier temps de récupérer les CEE pour les travaux sur ses propres
bâtiments. D’après l’expérience du Conseil Général de Seine-et-Marne (Annexe 6), le Conseil
Général peut récupérer au minimum 50 000€/an. Il s’agit de la première étape dans le
déploiement progressif de récupération des CEE.

    b. Les particuliers
La plupart des particuliers ne récupèrent pas les CEE, notamment à cause du manque
d’information et de la complexité administrative. Les réductions sur le prix des travaux
proposés par les artisans récupérant les CEE manquent parfois de transparence. Le Conseil
Général peut proposer un système de subventions sur les travaux des particuliers en l’échange
de la récupération des CEE pour le CG. Les subventions issues des CEE deviendraient alors
un levier financier incitatif pour les particuliers voulant engager des travaux de rénovation
énergétique.
La récupération des CEE pour les particuliers peut s’intégrer dans le déploiement de la
plateforme de la rénovation énergétique QUALITERIS par le Conseil Général. Cette
plateforme destinée aux particuliers voulant réaliser des travaux peut permettre d’informer sur
les CEE, d’apporter un conseil technique sur les travaux et matériaux éligibles aux CEE, de
réaliser le montage des dossiers de CEE et enfin d’offrir une subvention correspondant aux
CEE. Sur le modèle de Nancy (Annexe 2), le CG signe une convention avec le particulier afin
que le CG puisse récupérer les CEE sur les travaux du particulier, grâce aux documents que
celui-ci s’engage à fournir. Le particulier reçoit en échange une subvention. Les subventions
sont fixes et définies pour chaque type de travaux afin de permettre un affichage clair pour les
particuliers. Cela est possible si les CEE sont rachetés à prix fixe et garanti pour un obligé.

     c. Les copropriétés
Le CG assisterait les copropriétés dans le dépôt des demandes de CEE et leur reverserait
intégralement les CEE obtenus, sur l’exemple de la communauté urbaine du Grand Nancy
(Annexe 4).
Le problème essentiel reste la prise de décision dans les copropriétés. La difficulté est
également de déceler les copropriétés susceptibles de réaliser les travaux d’économie
d’énergie, afin d’intervenir au bon moment dans les cycles de vie des bâtiments.
Il serait intéressant de mettre en place un dispositif d’accompagnement aidant les copropriétés
à la prise de décision et à la réalisation de travaux, comme le dispositif COPRO-ACTIF du
Grand Nancy. Ce dispositif expérimental est destiné aux copropriétés volontaires pour la
rénovation globale de leur immeuble. Le Grand Nancy a un rôle d’accompagnement des
copropriétés, guide et assistant technique, de médiateur-facilitateur dans la prise de décisions
(Annexe 2).

                                                                                             14
d. Les bailleurs sociaux
Un questionnaire à l’attention des bailleurs sociaux a été réalisé par le Conseil Général de
l’Essonne afin de savoir s’ils étaient favorables à la récupération des CEE par le CG (Annexe
12). Sur les 3 réponses obtenues, seul un bailleur est favorable à la récupération des CEE par
le CG pour le compte du bailleur, sous réserve que le prix des CEE obtenus soit supérieur à
leur prix actuel obtenu par le bailleur. Les autres bailleurs sociaux ont déjà recours à des
prestataires ou portent eux-mêmes les dossiers. Les bailleurs sociaux semblent donc
globalement défavorables à la récupération des CEE pour leur compte.
Le système de récupération de CEE par le CG peut potentiellement être intéressant pour les
bailleurs associatifs et les petits bailleurs (à l’échelle des villes ou des intercommunautés).
Le CG récupérerait les CEE pour les bailleurs sociaux afin de mutualiser les CEE pour
atteindre le seuil de dépôt et d’aider les bailleurs avec le dépôt des dossiers. L’intégralité des
CEE récupérés serait reversée aux bailleurs sociaux.

    e. Les communes
Dans le cadre de la contractualisation, ce dispositif pourrait ensuite être étendu aux
communes. Les communes peuvent avoir des difficultés à atteindre les 20 GWh cumac requis
(voire les 100 GWh pour la 3ème période) pour déposer un dossier. Une aide administrative et
technique peut aussi permettre de favoriser la réalisation de travaux éligibles aux CEE,
assurant économies d’énergie, performance énergétique et confort.
La mutualisation par le Conseil Général du Puy-de-Dôme des opérations d’isolation de
combles pour les communes volontaires du département est un exemple. La mutualisation des
travaux permet une diminution du prix d’achat des matériaux et de la réalisation des travaux
ainsi qu’une revente des CEE à un prix plus élevé. (Annexe 10)

    f. Les opérations d’information et de sensibilisation du Conseil Général
Le 9 mars 2012, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie avait
lancé un appel à projets pour accompagner et promouvoir les actions d’information, de
formation et d’innovation qui favorisent les économies d’énergie. 38 projets avaient été
retenus pour être financés partiellement ou totalement par des CEE. Des fiches ont été créées
pour ces programmes d’accompagnement, d’information et de formation. La 3ème période
prévoit un développement de la valorisation par les CEE de programmes d’accompagnement
liés à la maîtrise de l’énergie. Si les conditions de récupération des CEE des programmes le
permettent, le CG de l’Essonne pourrait valoriser les actions d’information favorisant les
économies d’énergie comme la Vitrine des Energies en Essonne, répertoriant les projets
Essonniens exemplaires en terme d’économie d’énergie et de réduction de gaz à effet de serre,
ou la plateforme d’éco-mobilité Mobile Essonne, donnant l’itinéraire par les différents
moyens de transport (à pied, vélo, voiture, transports en commun) avec l’émission de CO2
correspondante, le site de covoiturage en Essonne (http://www.covoiturage.essonne.fr/).

Le Conseil général de l’Essonne ne dispose cependant pas des moyens humains pour porter en
interne les dossiers de récupération des certificats d’économie d’énergie. Il va donc faire
appel à un prestataire pour la récupération des certificats d’économie d’énergie.

                                                                                                15
2. Prestataires contactés

                  a. Pour les travaux sur les bâtiments du Conseil Général
Dans un premier temps, nous avons comparé les prestataires de récupération de CEE pour les
travaux du CG.

   •   Récupération sur les gros travaux

                                                                                        16
CERTINERGY                   SIPPEREC                  BEST ENERGIES
Cibles                 Travaux CG                    X                            X                         X
                       Communes                      X
                       Bailleurs sociaux             X
                       Copropriétés                  X
                       Particuliers                  X
Prestation             description                   récupération et              récupération et           récupération et
                                                     valorisation des CEE         valorisation des          valorisation des
                                                                                  CEE                       CEE

                       Conseil maître                Non                          Oui                       Oui
                       d’ouvrage                                                                            + formation
                                                                                                            + hotline
                       Compte Emmy                   Au nom de Certinergy         Au nom du                 Au nom du CG
                                                                                  SIPPEREC
                       Portage des dossiers          Par le prestataire           Par le prestataire        Par le prestataire
                       Délai obtention CEE           1 à 2 mois                   Délai du pôle             Délai du pôle
                                                                                  national (plusieurs       national (plusieurs
                                                                                  mois)                     mois)
                       Travail en interne            Échange des listes de        Envoi des devis,          Échange des listes
                                                     projets de travaux,          attestation de fin de     de projets de
                                                     envoi des devis              travaux à faire           travaux, envoi des
                                                                                  remplir à                 devis
                                                                                  l’entreprise              = 1 personne
                                                                                                            (CG77)

Coût                   Prix des CEE obtenus          Cours Emmy du mois           Meilleur acheteur         Meilleur acheteur
                                                     précédent le dépôt
                                                     (3,27€/MWh cumac)

                       Rémunération                  20 à 25% des CEE             20% des CEE               2000€/an + 7,5%
                                                     obtenus                                                des CEE ou 8,5%-
                                                                                                            9% des CEE

Juridique              Mise en concurrence           Non ?                         Non (adhésion du         Non ?
                                                                                  CG au SIPPEREC) ?
                       Convention                    Oui                          Oui convention de         Oui
                                                     1 an ou 3 ans                regroupement              1 an ou 3 ans
                                                                                  3 ans minimum
                       Exclusivité                   Oui                          Non                       Non (seulement
                                                                                                            pour le compte
                                                                                                            Emmy)
Retour                 Positif                       CG29 Finistère               région Ile-de France      CG77 (Annexe 6)
d’expériences                                        (Annexe 7)

                       Négatif                       CG77 (Annexe 6)

             Tableau 1 : Tableau comparatif des différents principaux prestataires contactés pour la récupération de
             CEE. Les solutions les plus avantageuses sont présentées sont présentées en jaune.

                                                                                                                    17
Le Conseil général de l’Essonne a également rencontré EDF mais les tarifs de récupération
des CEE sont moins intéressants.

    • La plateforme NR PRO
La plateforme NR PRO est un comparateur d’offres et de primes liés aux CEE. Le fournisseur
récupère les CEE sur les travaux et propose en échange une prime ou un prix réduit sur les
travaux.

Avant le début des travaux, l’intéressé doit remplir une fiche technique correspondant à une
demande de travaux. Les fournisseurs sont alors mis en concurrence par l’intermédiaire de la
fiche travaux. L’intéressé choisit le fournisseur puis est mis en relation directe avec celui-ci.

Avantages                                             Inconvénients

- Plateforme gratuite                                 - Moyens humains
- Fiche technique simple à renseigner                 - Connaissance des travaux et du dossier
- Mise en concurrence systématique et rapide          pour renseigner la fiche technique
                                                      - CEE non intégrés au compte Emmy

Une plateforme spécifique peut être créée pour le Conseil Général. Cela peut permettre
d’adapter l’outil à la collectivité. Cette plateforme est intéressante si elle permet de centraliser
les CEE des différents services. Dans ce cas, le déploiement informatique doit être payé par le
CG.

Le Conseil Général du Tarn utilise la plateforme NR Pro pour valoriser les CEE et a un retour
d’expérience positif. Il va faire développer une plateforme spécifique pour le CG, afin de
permettre une meilleure visibilité du CG et un suivi des CEE. (Annexe 9)

    • MAD’ISOLATION
Isolation de combles à 0€ grâce à la récupération des CEE sur les travaux par
MAD’ISOLATION.

Les travaux éligibles sont :
   - Les bâtiments de santé : maisons de retraite, hôpitaux
   - Les bâtiments d’enseignements avec combustibles (bois, fuel, gaz)
   - Les logements des bâtiments d’enseignements
   - Les salles des fêtes
   - Les vestiaires de gymnases

Pour les bureaux, l’isolation est possible pour 2€/m2 à 3€/m2.

                                                                                                 18
Avantages                                           Inconvénients

- Gratuité ou coût très faible                      - Matériau utilisé peu écologique et ne
- Périmètre bâtimentaire important                  contribuant pas au développement des
- Possibilité de faire une opération test           filières locales (laine de verre Knauf)
                                                    - Peu de prise en considération des
                                                    contraintes techniques
                                                    - Nécessité de mettre en concurrence les
                                                    entreprises d’isolation de combles

                   b. Pour la plateforme Qualiteris

    • CERTINERGY
CERTINERGY propose une ingénierie et une assistance à la récupération de CEE. Le prix
des CEE peut soit être un prix fixe ; soit le prix du cours Emmy duquel est déduit 20% de
rémunération du prestataire. Il semble intéressant que le CG négocie un prix fixe et plancher.
Le CG peut subventionner un nombre défini de travaux de rénovation énergétique
correspondant à des fiches standard. L’obtention d’un prix fixe avec le prestataire permet de
garantir des subventions fixes pour le particulier sur des fiches standard.
Les travaux types doivent être sélectionnés parmi les travaux les plus fréquents, les travaux
avec une bonne éligibilité aux CEE. Cela permet d’obtenir un volume de CEE important et de
faciliter le montage des dossiers en le mécanisant.
CERTINERGY réalise par contre peu de conseil auprès des maîtres d’ouvrage, d’après
l’expérience du Conseil Général du Finistère (Annexe 7). Il est donc essentiel que la période
transitoire permette de former les techniciens au dispositif des CEE ainsi que les personnes en
charge des dossiers CEE.

    • ALMA CG
ALMA CG – SEGAPE propose la récupération de CEE, notamment l’aide au montage des
dossiers, le dépôt des dossiers et le courtage des titres sur le marché. Ce prestataire prend en
charge les CEE de tous les acteurs du département, ce qui sera nécessaire lors du déploiement
de la plateforme. Il propose une assistance et une ingénierie complète en collectant, vérifiant
et déposant les dossiers CEE. Il peut proposer soit un prix variable en fonction du marché
avec une rémunération en pourcentage des CEE obtenus ; soit un prix fixe et plancher de
rachat des CEE. Le Grand Nancy (Annexe 2) avait choisi ce prestataire de récupération des
CEE pour la 2ème période. Ce prestataire les a accompagnés pour mettre en place et déployer
le dispositif à tous les acteurs du territoire. Il avait négocié un prix fixe plancher de
4€HT/MWh pour la rémunération des CEE, garantissant à la collectivité le montant des
recettes et des subventions versées aux acteurs du territoire.

    • EDF
EDF est un des principaux obligés. Le rachat des CEE peut être négocié avec EDF. Il propose
en effet un prix fixe permettant l’attribution de subventions aux particuliers. Le Grand Nancy
a négocié avec EDF pour la période transitoire et a obtenu un prix fixe plancher de
3,2€/MWh. Il s’agit d’un tarif expérimental et particulièrement intéressant pour la période.
EDF assure également une assistance au montage des dossiers et leur dépôt.

                                                                                               19
La mise en place du dispositif et la formation en interne en 2014 peut permettre ensuite de
négocier directement avec un obligé.

                   c. Solutions complémentaires pour la plateforme QUALITERIS :

     • EDF
Il semble intéressant qu’EDF soit intégré à la plateforme de rénovation énergétique de
l’habitat. Il peut soit s’engager dans la charte QUALITERIS en tant que partenaire ; Soit
proposer un package de plusieurs solutions pour répondre à un futur appel à projets pour la
récupération de CEE pour la 3ème période lancé par le CG.

EDF envisage de proposer un package de solutions en fonction des clients :
- personnes éligibles aux aides ANAH
- personnes non éligibles avec petit bouquet de travaux ou 1 seul type de travaux  10 000€ avec diagnostic et bouquet de travaux important

Il propose également la mise en place d’outils comme le Passeport Rénovation : aide
méthodologique au format papier guidant le particulier dans la démarche de travaux. Ce
support peut être complémentaire à la plateforme web de la MDH.

La réalisation de diagnostic peut être réalisée par les équipes techniques d’EDF à 300 € avec :
- diagnostic
- préconisation de travaux
- performance énergétique avant et après travaux
- étude de différents bouquets de travaux
- thermographie des bâtiments (caméra thermique)

   •   CERTINERGY : Pacte Energies Solidarité

Il s’agit d’une opération d’isolation de combles à 1 € pour des surfaces allant jusqu’à 70 m2 de
combles perdus (puis 10 euros par m2 supplémentaire). Ce Pacte est accessible pour les
ménages en situation de précarité (critères ANAH) mais sans seuil d’économie d’énergie
réalisée grâce aux travaux (contrairement aux aides ANAH).
La plateforme peut proposer cette solution aux ménages éligibles aux aides ANAH dans le
cadre d’un partenariat avec CERTINERGY.

Avantages                                          Inconvénients

- Lutte contre la précarité énergétique            - Matériau peu écologique
- Coût nul pour les ménages                        - Partenariat avec Saint Gobain plutôt
- Nombre de ménages concernés                      qu’avec la filière locale
- Eligibilité aux CEE de ces travaux validée
par l’Etat

                                                                                              20
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler