Baromètre du cancer - Résultats 2015

Baromètre du cancer - Résultats 2015

Baromètre du cancer - Résultats 2015

© 2015 Ipsos. All rights reserved. Contains Ipsos' Confidential and Proprietary information and may not be disclosed or reproduced without the prior written consent of Ipsos. Baromètre du cancer Résultats 2015

Baromètre du cancer – Résultats 2015 Fiche technique 2 Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques. Echantillon : 1 000 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population belge âgée de 16 à 70 ans Dates du terrain : Du 9 au 19 janvier 2015 Sondage effectué pour : la Fondation contre le cancer Méthode : Échantillon interrogé on-line via l’Access Panel d’Ipsos Méthode des quotas : sexe, âge, occupation, niveau d’éducation et zone géographique.

Les données ont été pondérées. Marge d’erreur de 3,1 pts %

Profil des personnes interrogées 1

Baromètre du cancer – Résultats 2015 6% 31% 8% 13% 5% 12% 16% 9% Indépendants Employés Ouvriers Demandeurs d'emploi Au foyer Etudiant (Pré)pensionné Autre inactifs 4 16% 18% 20% 21% 16% 9% 16-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-70 Sexe 50% 50% Homme Femme Âge Classe sociale * Région 58% 10% 32% Flandre Bruxelles Wallonie 33% 67% Inférieure Supérieure * Explication du calcul de la classe sociale

Baromètre du cancer – Résultats 2015 5 •Si l’on considère les 3 comportements à risque que sont l’addiction au tabac, la consommation d’alcool et la fréquentation des bancs solaires, on observe que les hommes plus que les femmes adoptent les deux premiers comportements (fumer et boire de l’alcool), alors que la fréquentation des bancs solaires est plutôt féminine.

•La consommation d’alcool est plus fréquente à partir de 45 ans alors que l’activité de banc solaire est plutôt une activité des 25-34 ans. La cigarette touche toutes les classes d’âge avec un pic sur les 35-44 ans. •Les personnes séparées, veuves ou divorcées sont plus enclines que les célibataires ou les personnes en couple à adopter un comportement à risque.

•Certains comportements à risque sont corrélés à d’autres. Les buveurs sont le plus souvent également fumeurs et inversement. Les consommateurs de banc solaire sont également plus souvent fumeurs que non fumeurs. •On n’observe pas de corrélation entre la classe sociale et la consommation d’alcool ou la fréquentation du banc solaire. Par contre, on observe une corrélation entre la classe sociale et la consommation de tabac. Les classes sociales inférieures sont plus consommatrices de tabac que les classes sociales supérieures. Les comportements à risque des Belges RÉSUMÉ EXÉCUTIF

Baromètre du cancer – Résultats 2015 6 • 60% des Belges âgés de 16 à 70 ans ne sont exposés à aucun des 3 facteurs de risque pris en compte.

•32% sont exposés à un seul facteur de risque. •8% sont exposés à deux facteurs de risque. •1% est exposé aux 3 facteurs de risque pris en compte (tabac, alcool et banc solaire). L’exposition aux facteurs de risque RÉSUMÉ EXÉCUTIF

Baromètre du cancer – Résultats 2015 7 •Fumer du tabac ou en respirer la fumée, l’exposition non protégée au soleil et les bancs solaires sont les 3 premiers facteurs de risque identifiés par la population belge. •Dans les autres facteurs de risque pris en compte, l’exposition au stress, qui n’est pas un facteur de risque avéré, a une place importante (6 Belges sur 10). Plus importante que la consommation d’alcool (5 Belges sur 10) qui est un facteur de risque prouvé.

•Si le Nord et le Sud du pays partagent leur perception du tabac et du soleil comme facteurs de risque, les Wallons semblent toutefois plus inquiets que les Flamands et considérer plus facilement toutes sortes de comportements comme des facteurs de risque.

•La quasi-totalité des fumeurs ont conscience que leur addiction est un facteur de risque. Près de 9 Belges sur 10 qui fréquentent les bancs solaires en connaissent les risques. Les consommateurs d’alcool sont seulement un peu plus de la moitié à identifier leur consommation comme un facteur de risque.

La perception des facteurs contribuant au cancer RÉSUMÉ EXÉCUTIF

Baromètre du cancer – Résultats 2015 8 •Les Belges connaissent les facteurs qui diminuent les risques de cancer en lien avec une exposition au soleil : l’application d’une crème solaire, se mettre à l’ombre. •Ils identifient également une alimentation saine et une activité sportive quotidienne comme mesures prophylactiques. •Cependant 1/3 pensent que la consommation régulière de compléments alimentaires est bénéfique. •Enfin, ils reconnaissent l’efficacité de la vaccination comme prévention de certains cancers : hépatite B et HPV.

La perception des facteurs qui diminuent les risques de cancer RÉSUMÉ EXÉCUTIF •Tant en Flandre qu’en Wallonie, le dépistage est considéré comme un moyen augmentant les chances de guérison du cancer, la Wallonie présentant des scores légèrement plus élevés encore que la Flandre.

•Cependant ils ne font pas la différence entre les dépistages et des examens inutiles qui peuvent s’avérer dangereux. Les Flamands sont plus enclins que les Wallons à croire qu’un scanner entier du corps permettrait d’augmenter les chances de guérison du cancer. De même les classes sociales inférieures sont plus enclines que les classes sociales supérieures à croire en ce mythe. La perception des facteurs augmentant les chances de guérison du cancer

Baromètre du cancer – Résultats 2015 9 •9 Belges sur 10 pensent qu’on peut guérir du cancer. Ce sont surtout les 55-70 ans qui sont enclins à le croire.

•Mais près de 4 sur 10 pensent néanmoins qu’on en meurt généralement. •Une partie des Belges sous-estime leur propre mode de vie comme facteur de risque du cancer. Pour eux, le cancer est plus lié à des facteurs extérieurs comme la pollution, une nourriture contenant des pesticides ou encore l’hérédité, qu’à leur mode de vie.

•Les fumeurs sous-estiment le risque qu’ils prennent en fumant des cigarettes par rapport au risque que représente une atmosphère extérieure polluée. •Les hommes, les Flamands et les buveurs attribuent plus de poids en tant que risque aux facteurs extérieurs qu’à leur propre mode vie. •Les femmes, les Flamands et les 16-34 ans sont plus enclins à considérer que le cancer est héréditaire. •La croyance en l’existence d’aliments anti-cancer est plus répandue en Wallonie et dans les classes sociales supérieures. •Les hommes, les 50-70 ans et les classes sociales supérieures sont plus nombreux à penser que les traitements du cancer ont actuellement moins d’effets secondaires.

•Enfin, près de 7 Belges sur 10 sont d’avis qu’une attitude positive diminue le risque d’attraper un cancer, c’est surtout le cas des Wallons, des 35 -70 ans et des personnes séparées ou veuves. Les vérités et les croyances autour du cancer RÉSUMÉ EXÉCUTIF

Le profil des Belges interrogés 2

Baromètre du cancer – Résultats 2015 Même profil qu’en 2013 : la consommation d’alcool, de cigarette et de banc solaire n’a pas évolué au sein de la population belge âgée de 16 à 70 ans. 11 26% 14% 8% 5% 25% 15% 8% 4% Fume Boit en moyenne plus de 2 verres d'alcool par jour Va au banc solaire plus de 5 fois par an Est ou a été soigné pour un cancer 2015 2013 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : V1.

Veuillez indiquer ce qui s’applique à vous. Mode de vie – comportement %

Baromètre du cancer – Résultats 2015 Et donc, l’exposition aux facteurs de risque est semblable également : 4 Belges sur 10 âgés de 16 à 70 ans s’exposent à des risques de cancer en raison de leur consommation de cigarette, d’alcool et de banc solaire. 12 60% 32% 8% 1% 60% 32% 7% 1% Exposition à aucun des 3 facteurs de risque Exposition à 1 facteur de risque Exposition à 2 facteurs de risque Exposition à 3 facteurs de risque 2015 2013 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : V1. Veuillez indiquer ce qui s’applique à vous. Exposition aux facteurs de risque OU OU OU OU ET ET

Baromètre du cancer – Résultats 2015 La consommation de tabac est plutôt masculine et plus importante en Wallonie qu’en Flandre. Les personnes séparées semblent s’adonner également plus à la cigarette que les autres. Les fumeurs sont aussi le plus souvent des « buveurs ». Enfin, la consommation de tabac est plus répandue dans la classe sociale inférieure que dans la classe sociale supérieure. 13 ABCDEFG: 95% significance level % significativement plus élevé Profil « fumeur » 26% 18% 27% 32% 28% 27% 19% 25% 37% 24% 30% 22% 35% 24% 22% 36% 30% 23% 32% TOTAL 16-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-70 Marié, cohabitant Veuf-ve, divorcé Célibataire Hommes Femmes Buveurs Non-buveurs Flandre Bruxelles Wallonie Classes Soc.

Sup. Classes Soc. Inf.

Baromètre du cancer – Résultats 2015 La consommation de plus de 2 verres d’alcool par jour est surtout le fait des hommes, des 35-54 ans et des personnes en couple ou séparées ET des fumeurs. On n’observe pas de corrélation entre la classe sociale et la consommation d’alcool. 14 14% 14% 22% 13% 3% 7% 10% 19% 24% 29% 18% 18% 6% 21% 7% 19% 12% 13% 16% TOTAL Flandre Bruxelles Wallonie 16-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-70 Marié, cohabitant Veuf-ve, divorcé Célibataire Hommes Femmes Fumeurs Non-fumeurs Classes sociales supérieures Classes sociales inférieures ABCDEFG: 95% significance level % significativement plus élevé Profil « buveur »

Baromètre du cancer – Résultats 2015 A l’inverse ce sont plutôt les femmes qui fréquentent les bancs solaires. Les 35-54 ans également, les personnes séparées ET les fumeurs. On n’observe pas de corrélation entre la classe sociale et la fréquentation de banc solaire. 15 ABCDEFG: 95% significance level % significativement plus élevé Profil « va au banc solaire » 8% 8% 14% 8% 11% 4% 1% 7% 16% 8% 5% 12% 13% 7% 8% 9% TOTAL 16-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-70 Marié, cohabitant Veuf-ve, divorcé Célibataire Hommes Femmes Fumeurs Non-fumeurs Classes sociales supérieures Classes sociales inférieures

Baromètre du cancer – Résultats 2015 Les 35-70 ans sont plus nombreux à être ou à avoir été soignés pour un cancer.

On observe un pic auprès de la classe d’âge des 65-70 ans. Les « buveurs » sont également plus nombreux à devoir faire face au cancer. On n’observe pas de corrélation entre la classe sociale et le fait d’être ou avoir été soigné pour un cancer. 16 ABCDEFG: 95% significance level % significativement plus élevé Profil «est ou a été soigné pour un cancer » 5% 0% 2% 6% 4% 6% 14% 5% 4% 6% 4% 10% 4% 4% 6% TOTAL 16-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-70 Hommes Femmes Fumeurs Non-fumeurs Buveurs Non-buveurs Classes sociales supérieures Classes sociales inférieures

La perception des facteurs contribuant au cancer 3

Baromètre du cancer – Résultats 2015 18 96% 95% 94% 94% 93% 72% 68% 66% 64% 63% 96% 94% 94% 90% 69% 64% 63% 55% Fumer du tabac L’exposition non protégée au soleil Les bancs solaires Respirer de l’air enfumé par le tabac Respirer de l’air pollué/ des particules en suspension Fumer du cannabis Un excès de poids Fumer la chicha Manger des aliments contenant des additifs Habiter à côté d’une centrale nucléaire 2015 2013 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q2. Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants contribuent au cancer ? Comme en 2013, les Belges identifient le tabac, le soleil et les bancs solaires comme les trois premiers facteurs contribuant au cancer.

La consommation du tabac et l’inhalation d’air enfumé par le tabac sont considérées comme étant autant dangereuses. Par contre le cannabis et la chicha sont considérés comme moins dangereux.

TOP 10

Baromètre du cancer – Résultats 2015 19 61% 57% 55% 53% 51% 50% 34% 31% 29% 13% 62% 54% 48% 49% 44% 34% 33% 30% 12% L’exposition au stress L’utilisation d’organismes génétiquement modifiés Habiter sous des câbles à haute tension La consommation de plus d’un verre d’alcool par jour L’utilisation d’un GSM Manger beaucoup de viande excepté de la volaille L’exposition à des expériences douloureuses Ne pas pouvoir exprimer ses émotions L’utilisation de déodorant Les armatures d’un soutien-gorge 2015 2013 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q2.

Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants contribuent au cancer ? 6 Belges sur 10 pensent que le stress est un facteur de risque. Alors que 5 Belges sur 10 considèrent que la consommation d’alcool est un facteur de risque.

Baromètre du cancer – Résultats 2015 20 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q2. Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants contribuent au cancer ? D’une manière générale, la Wallonie semble plus inquiète par rapport au risque de cancer que la Flandre, à raison ou parfois à tort : elle considère 14 des 20 facteurs testés comme contribuant significativement plus au cancer que la Flandre.

96% 95% 96% 93% 91% 69% 66% 57% 60% 66% 98% 95% 92% 96% 97% 78% 72% 78% 72% 60% Fumer du tabac L'exposition non protégée au soleil Les bancs solaires Respirer de l’air enfumé par le tabac Respirer de l’air pollué/ des particules en suspension Fumer du cannabis Un excès de poids Fumer la chicha Manger des aliments contenant des additifs Habiter à côté d'une centrale nucléaire Flandre Wallonie % significativement plus élevé DIFFÉRENCES RÉGIONALES : TOP 10

Baromètre du cancer – Résultats 2015 55% 46% 56% 43% 46% 48% 22% 25% 25% 11% 71% 74% 53% 70% 62% 50% 51% 38% 35% 17% L’exposition au stress L’utilisation d’organismes génétiquement modifiés Habiter sous des câbles à haute tension La consommation de plus d’un verre d’alcool par jour L’utilisation d’un GSM Manger beaucoup de viande excepté de la volaille L’exposition à des expériences douloureuses Ne pas pouvoir exprimer ses émotions L’utilisation de déodorant Les armatures d’un soutien-gorge Flandre Wallonie 21 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q2. Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants contribuent au cancer ? Les Wallons semblent plus inquiets que les Flamands par rapport au risque que représentent le stress, les OGM, l’alcool, les GSM, les expériences douloureuses, la non- expression des émotions, l’utilisation d’un déodorant et les armatures des soutien-gorge.

% significativement plus élevé DIFFÉRENCES RÉGIONALES

Baromètre du cancer – Résultats 2015 22 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q2. Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants contribuent au cancer ? Les 55-70 ans éprouvent plus de crainte par rapport au cannabis, à la qualité de la nourriture et aux émotions. Les 16-34 ans se posent des questions par rapport aux centrales nucléaires, à la consommation d’alcool, l’utilisation d’un GSM ou de déodorant. 69% 60% 69% 50% 56% 55% 46% 25% 21% 35% 73% 65% 66% 61% 56% 52% 49% 38% 35% 25% 77% 70% 50% 50% 45% 44% 55% 40% 36% 26% Fumer du cannabis Manger des aliments contenant des additifs Habiter à côté d'une centrale nucléaire Habiter sous des câbles à haute tension La consommation de plus d’un verre d’alcool par jour L’utilisation d’un GSM Manger beaucoup de viande excepté de la volaille L’exposition à des expériences douloureuses Ne pas pouvoir exprimer ses émotions L’utilisation de déodorant 16-34 35-54 55-70 % significativement plus élevé DIFFÉRENCES SELON LA CLASSE D’ÂGE

Baromètre du cancer – Résultats 2015 23 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q2. Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants contribuent au cancer ? % de réponse certainement + probablement La quasi-totalité des fumeurs ont conscience que leur addiction est un facteur de risque. Près de 9 Belges sur 10 qui fréquentent les bancs solaires en connaissent les risques. Les consommateurs d’alcool sont seulement un peu plus de la moitié à identifier leur consommation comme un facteur de risque.

% significativement plus élevé Perception des comportements à risque par les différents profils (% de personnes qui pensent que le comportement est un facteur de risque) 94% 86% 42% 97% 95% 49% Fumer du tabac Les bancs solaires La consommation de plus de 1 verre d'alcool par jour 2013 le font ne le font pas 95% 89% 55% 97% 95% 53% Fumer du tabac Les bancs solaires La consommation de plus de 1 verre d'alcool par jour 2015

La perception des facteurs diminuant les risques de cancer 4

Baromètre du cancer – Résultats 2015 25 93% 92% 90% 85% 67% 57% 36% 87% 80% Appliquer de la crème solaire lorsqu’on s’expose au soleil Aller à l’ombre durant les heures chaudes Manger quotidiennement beaucoup de fruits et de légumes Faire quotidiennement de l’exercice/ du sport Se faire vacciner contre le papillomavirus humain (PVH) pour les adolesecntes ou contre l’Hépatite B pour tous Remplacer la cigarette classique par une cigarette électronique Consommer régulièrement des compléments alimentaires 2015 2013 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q3.

Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants diminuent ou non les risques de cancer ? Puisque les Belges considèrent le soleil comme un facteur de risque, il n’est pas étonnant qu’ils considèrent que s’en protéger diminue le risque. Parmi les autres comportements qui contribuent à diminuer le risque de cancer, les Belges identifient à raison une alimentation équilibrée. Cependant, 1/3 pensent que la consommation régulière de compléments alimentaires est bénéfique.

Baromètre du cancer – Résultats 2015 26 90% 85% 67% 57% 36% Manger quotidiennement beaucoup de fruits et de légumes Faire quotidiennement de l’exercice/ du sport Se faire vacciner contre le papillomavirus humain (PVH) pour les adolesecntes ou contre l’Hépatite B pour tous Remplacer la cigarette classique par une cigarette électronique Consommer régulièrement des compléments alimentaires Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q3. Selon vous, dans quelle mesure les facteurs suivants diminuent ou non les risques de cancer ? Quelques différences de perception : la Wallonie, plus que la Flandre considère que faire de l’exercice quotidiennement et se faire vacciner sont des facteurs diminuant les risques de cancer.

Les plus jeunes sont moins sensibilisés à la consommation quotidienne de fruits et légumes.

16-34 ans 86% 35-54 ans 92% 55-70 ans 92% Flandre 83% Wallonie 89% Flandre 62% Wallonie 74% 16-34 ans 56% 35-54 ans 61% 55-70 ans 52% Fumeurs 67% Fumeurs 42% Non-fumeurs 34% En couple 36% Séparés 48% Célibataires 31% 16-34 ans 30% 35-54 ans 38% 55-70 ans 39%

La perception des facteurs augmentant les chances de guérison du cancer 5

Baromètre du cancer – Résultats 2015 28 97% 97% 96% 96% 95% 78% 94% 94% 93% 94% 76% Le dépistage du cancer du col de l’utérus Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer des intestins Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du mélanome Effectuer chaque année un scanner du corps complet 2015 2013 Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q4.

Selon vous dans quelle mesure les facteurs suivants augmentent ou non les chances de guérison du cancer? Le dépistage est largement plébiscité par les Belges comme mesure augmentant les chances de guérison du cancer. Cependant, ils ne font pas de différence entre les dépistages qui comportent moins d’inconvénients (par ex. intestin) et ceux qui comportent plus d’inconvénients (par ex. prostate).

Baromètre du cancer – Résultats 2015 95% 95% 94% 94% 81% 99% 99% 98% 98% 71% Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer des intestins Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du mélanome Effectuer chaque année un scanner du corps complet Flandre Wallonie 29 Tant en Flandre qu’en Wallonie, le dépistage est considéré comme un moyen augmentant les chances de guérison du cancer, la Wallonie présentant des scores légèrement plus élevés encore que la Flandre. Le scanner complet du corps est par contre plus plébiscité en Flandre qu’en Wallonie et par les classes sociales inférieures, alors qu’il s’agit d’un mythe.

% significativement plus élevé DIFFÉRENCES RÉGIONALES Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q4. Selon vous dans quelle mesure les facteurs suivants augmentent ou non les chances de guérison du cancer? Classes Soc. Inf. 84% Classes Soc. Sup. 75%

Les vérités et les croyances autour du cancer 6

Baromètre du cancer – Résultats 2015 31 90% 68% 68% 65% 58% 10% 32% 32% 35% 43% On peut guérir du cancer Les traitements du cancer ont moins d’effets secondaires actuellement Une attitude positive devant la vie diminue le risque de développer le cancer Le risque de développer un cancer est plus grand lorsqu’on consomme régulièrement des aliments traités avec des pesticides que lorsqu’on est en surpoids Le cancer est héréditaire Vrai Faux Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q5.

Selon vous les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? 9 Belges sur 10 pensent qu’on peut guérir du cancer. TOP 5

Baromètre du cancer – Résultats 2015 32 44% 40% 37% 29% 2% 57% 60% 63% 71% 98% Le risque de cancer est plus lié à des facteurs extérieurs qu’au mode de vie Il est plus dangereux de vivre dans une atmosphère extérieure polluée que de fumer On meurt généralement du cancer Il existe des aliments anti-cancer Le cancer est contagieux Vrai Faux Mais près de 4 sur 10 pensent néanmoins qu’on en meurt généralement. Une partie des Belges sous-estime leur propre mode de vie comme facteur de risque de cancer. Le cancer aurait des causes extérieures comme la pollution, une nourriture contenant des pesticides, l’hérédité.

Baromètre du cancer – Résultats 2015 33 90% 68% 68% 65% On peut guérir du cancer Les traitements du cancer ont moins d’effets secondaires actuellement Une attitude positive devant la vie diminue le risque de développer le cancer Le risque de développer un cancer est plus grand lorsqu’on consomme régulièrement des aliments traités avec des pesticides que lorsqu’on est en surpoids Quelques croyances différentes : les 55-70 ans sont plus enclins à croire qu’on peut guérir du cancer et que les traitements actuels ont moins d’effets secondaires. Ils pensent aussi plus que les autres classes d’âge qu’un attitude positive compte.

On observe une corrélation avec la classe sociale en ce qui concerne les effets secondaires des traitements du cancer : les classes sociales supérieures sont plus enclines à penser que qu’il y en a moins actuellement. 16-34 ans 91% 35-54 ans 87% 55-70 ans 94% Hommes 73% Femmes 63% 16-34 ans 62% 35-54 ans 68% 55-70 ans 77% 16-34 ans 58% 35-54 ans 71% 55-70 ans 77% Flandre 63% Wallonie 75% En couple 68% Séparés 77% Célibataires 63% 16-34 ans 64% 35-54 ans 63% 55-70 ans 71% Flandre 63% Wallonie 70% Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q5. Selon vous les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? Classes Soc.

Sup. 71% Classes Soc. Inf. 63%

Baromètre du cancer – Résultats 2015 34 58% 44% 40% 29% Le cancer est héréditaire Le risque de cancer est plus lié à des facteurs extérieurs qu’au mode de vie Il est plus dangereux de vivre dans une atmosphère extérieure polluée que de fumer Il existe des aliments anti-cancer Classes Soc. Sup. 31% Classes Soc. Inf. 24% Flandre 19% Wallonie 45% Base : n=1.000; échantillon total (Belges de 16 à 70 ans) Question : Q5. Selon vous les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? Flandre 69% Wallonie 41% Hommes 53% Femmes 62% 16-34 ans 65% 35-54 ans 56% 55-70 ans 49% Hommes 48% Femmes 39% Flandre 46% Wallonie 37% Buveurs 56% Non-buveurs 41% 16-34 ans 36% 35-54 ans 40% 55-70 ans 46% Classes Soc.

Sup. 37% Classes Soc. Inf. 46% Fumeurs 54% Non-fumeurs 35% Quelques croyances différentes : les femmes et les plus jeunes sont plus enclins à croire que le cancer est héréditaire. Les hommes, la Flandre et les buveurs sous-estiment le rôle de leur propre mode de vie. Les fumeurs, les classes sociales inférieures et les 55-70 ans sous-estiment le risque de fumer par rapport au risque de la pollution extérieure. La croyance en l’existence d’aliments anti-cancer est plus répandue en Wallonie et dans les classes sociales supérieures.

Corinne Descamps Senior Research Consultant Email: Corinne.Descamps@ipsos.com Ipsos Public Affairs Drève Richelle 161 Building J 1410 Waterloo Belgium Tel.: +32 (0)2 642 47 11 © 2015 Ipsos. All rights reserved. Contains Ipsos' Confidential and Proprietary information and may not be disclosed or reproduced without the prior written consent of Ipsos.

Vous pouvez aussi lire