Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR

 
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
09.05.2018
Star
PROG   n°171              19.06.2018
       PROGRAMME
       DES CINÉMAS STAR
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
ROMY
                           Cinéma Le Star
                      27 rue du Jeu des Enfants
                          67 000 Strasbourg

                      Cinéma Star St-Exupéry

À LA PLAGE
                        18 rue du 22 Novembre
                          67 000 Strasbourg

                    Renseignements téléphoniques
DU FASSBINDER       (du lundi au vendredi de 09h à 18h)

EN SÉRIE
                            03 88 32 67 77

30 ANS,                             www.cinema-star.com

LE BEL ÂGE                               facebook.com
                                  /cinemas.star.strasbourg

GÉNÉRATION
GHIBLI                           Star Direction et Programmation :

SOUS L’EMPIRE DES                            Stéphane Libs
                                      Direction d’exploitation :

SENSES
                                     Flore Tournois assistée de
                                     J. Picard et de C. Tabaraud
                                              Rédaction :
                                    R. Sublon, S. Libs, F. Tournois,
                                   C. Tabaraud, J. Picard, C. Laizet,

STÉVENIN                                 D. Cohen, H.Hervieux
                                        Conception graphique
                                           et mise en page :

LE MAGNIFIQUE                               Caroll Maréchal
                                               Éditorial :

ON SE FAIT
                                             Stéphane Libs
                                               Publicité :
                                             Flore Tournois

LA TOILE?
                                       flore@cinema-star.com
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
ÉDITO   30.04.2018

        Le projet du cinéma MK2 de neuf salles prévu à Schiltigheim a donc été
        approuvé à l’unanimité en CDAC (Commission Départementale d’Aména-
        gement Cinématographique). Il ne s’agit pas dans ces quelques lignes de
        fanfaronner, le projet devra encore passer devant une CNAC (Commission
        Nationale...) où des recours sont encore possibles, mais de remarquer
        combien il est important de juger le projet pour ce qu’il est : un centre
        culturel de proximité qui comprend un cinéma situé dans une zone qui a
        véritablement besoin de se revitaliser. Pour les schilikois, les strasbour-
        geois et bien d’autres, peu importe. Au sortir de la décision, dans le couloir
        de la préfecture, un des sept votants habitué aux nouvelles implantations
        cinématographiques nous a glissé « c’est un beau projet ». Un projet qui
        comme le définit Nathanaël Karmitz, directeur général de Mk2, a pour
        volonté d’investir la « place du village » et ainsi d’aller contre les modèles
        de salles comme locomotives de zones commerciales déjà existantes.
        L’ambition est très simple, faire sortir les gens de chez eux tandis qu’Ama-
        zon ou Netflix envisagent le contraire.
        Dans sa philosophie, ce projet que nous serons amenés à diriger, est
        proche de nos salles de proximité. La place du village qui redonne du
        sens à la place de l’habitant dans sa ville, la place du village qui voit des
        associations d’habitants et commerçants se redéfinir ensemble et propo-
        ser des choses nouvelles. Il paraît, d’après les Vitrines de Strasbourg, que
        « les boutiques de luxe disparaissent au centre ville » (DNA du 22 avril).
        Mais quelle est aujourd’hui la place de l’habitant strasbourgeois dans cet
        espace là ? Comment se reconnait-on aujourd’hui dans une ville qui en
        quelques années, a vu se fermer bien des institutions qui la définissaient,
        pour s’ouvrir sur la globalisation des choses et justement le tourisme haut
        de gamme ? Quels sont encore aujourd’hui, en tant que consommateurs,
        nos points d’attache dans cette ville qui ne sont pas des concepts ou des
        marques mais des lieux indépendants ne ressemblant qu’à eux-mêmes ? Le
        plus exclu des consommateurs dans cette évolution des choses, reste au
        final l’habitant strasbourgeois.
        Il y a donc de forts vents contraires dans ce centre ville sur lequel ne plane
        aucune menace de dépeuplement. La place de l’Homme de Fer va bientôt
        accueillir un Burger King et un KFC ; Strasbourg se banalise tous les jours
        et a contrario, la place de nos salles de cinéma a de plus en plus de sens.
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
6

                                          10.05                                                      FILM DU MOIS
                                                                                                                    COURTS MÉTRAGES                                                                              09.05
                                                                                                                    DE L’IMPORTANCE DES PRÉLIMINAIRES                                                            19.06
                        Plaire, aimer et courir vite
                                  CHRISTOPHE HONORÉ
                                     ( FR ) - 2017 - 2h12
              avec Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps, Denis Podalydes…

             1990. Arthur a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule
      le jour où il rencontre Jacques, un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils.
                Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer.
                       Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite.

                                                                                                                    Semaine du 09.05                                      Semaine du 30.05
                                                                                                                    En première partie du film RESTER VIVANT…             En première partie du film RETOUR À BOLLÈNE

                                                                                                                    BRUME, CAILLOUX                                       MOI J’ATTENDS
    Ne vous y trompez pas, le film est une très belle histoire d’amour mais les envolées                            ET MÉTHAPHYSIQUE                                      CLAIRE SICHEZ - ( FR ) - 2013 - 5'
    lyriques, les couleurs éclatantes, les sentiments (en)chantés propres au cinéma d’Ho-                           LICA MATUSZAK - ( FR ) - 2014 - 5'46                  C’est une histoire simple et aigre-douce, une histoire
    noré, il vous faudra les oublier. Plaire, aimer et courir vite prend son temps. Le temps                        Cinq minutes de contemplation paisible d’une déli-    qui touche à tout âge, que l’on a envie de garder en
    d’une rencontre dans une salle de cinéma, le temps de se dire qu’un trajet Rennes-Paris                         catesse inouïe.                                       soi comme un secret : c’est l’histoire de la vie.
    en vaut le coup, le temps de laisser grandir le sentiment. Pendant une bonne partie du
    film, on suit deux parcours : celui d’Arthur, étudiant de province qui vit avec sa petite amie
    tout en se faisant des mecs ; celui de Jacques, homo parisien et père d’un bien bel enfant.
                                                                                                                    Semaine du 16.05                                      Semaine du 06.06
                                                                                                                    En première partie du film BIG TIME…                  En première partie du film 3 VISAGES
    Le film bat ainsi au rythme des années 1990. Quand la part de temps disponible de cha-
    cun pour vivre ses sentiments n’était pas sous influence de logiciels de recherches, quand
                                                                                                                    LA TABLE                                              UNE LONGUE NUIT
    nos propres pulsions étaient dictées par les livres, les musiques ou les films qui « nous
                                                                                                                    EUGÈNE BOITSOV - ( FR ) - 2016 - VOST - 4'15          KAMIRAN BETASI - ( AE ) - 2016 - 14'
    montraient la voie », ceci de manière très matérielle (avoir un livre en main, s’asseoir dans
                                                                                                                    Un menuisier perfectionniste est obsédé par une       Un récit sensible, un témoignage authentique et
    une salle, mettre un disque…) et collective. Une époque donc ou l’espoir des grands sen-
                                                                                                                    idée de créer un objet idéal.                         universel sur la situation des femmes lors de conflits
    timents cohabitait avec le désespoir d’une société en crise financière et frappée par la
                                                                                                                                                                          militaires.
    propagation du sida. Mais de la beauté, toujours il y a.
    Vous verrez, le film mettra du temps à s’ouvrir en vous. Quelques jours peut-être plus,                         Semaine du 23.05
    pour se rappeler d’une réplique, d’une scène qui vous frappera par son élégance, sa sub-                        En première partie du film LE CIEL ÉTOILÉ…            Semaine du 13.06
    tilité ou sa force. Car c’est là que réside le cœur de ce film magnifique, dans la profonde                                                                           En première partie du film 3 JOURS À QUIBERON
    conscience qu’ont ces quelques uns de la fragilité de la vie et que quelque soit le résultat                    LES PIEDS SOUS LA TABLE
    final, il dépendra toujours d’un choix parfaitement assumé.                                                     F. MOREL & M.-H. DUFRESNE - ( FR ) - 1993 - 8'        ASPIRATIONAL
                                                                                                                    Maurice et Lucien vivent tous les deux dans la même   MATTHEW FROST - ( US ) - 2014 - 3'
                                                                                                                    rue. Quand Lucien a perdu sa femme, Maurice lui a     Attendant un véhicule VTC devant sa villa, Kirsten
                                                                                                                    dit « Vous viendrez manger à la maison, Lucien ».     Dunst est abordée par deux fans supposées...
                                                                                                                    Depuis, Lucien vient chaque jour...
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
8                                                                                                                                                                                                                                                        9

                                                        09.05                                                                                                    09.05                   15.05
                    Los Adioses                                     Rester vivant – méthode                                           Everybody Knows                                                       En Guerre
             NATALIA BERISTAIN EGURROLA                            REINER VAN BRUMMELEN & ERIK LIESHOUT                                     ASGHAR FARHADI                                               STEPHANE BRIZE
               ( MX ) - 2017 - VOST - 1h26                                     ( NL ) – 2017 – 1h10                                ( FR + ES + IT ) - 2017 - VOST - 2h10                                 ( FR ) - 2017 - 1h52
        avec Karina Gidi, Daniel Giménez Cacho...                      avec Iggy Pop, Michel Houellebecq                    avec Penélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darin…                   avec Vincent Lindon, Mélanie Rover…
                                                                             et le reste du monde…
    Rosario Castellanos est encore une étudiante intro-                                                                      À l’occasion du mariage de sa soeur, Laura revient              Malgré de lourds sacrifices financiers de la part
       vertie lorsqu’elle se lance dans l’écriture et ren-        Iggy Pop présente une méthode pour rester en                avec ses enfants dans son village natal au coeur           des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la
      contre Ricardo Guerra. Alors qu’elle est en passe          vie dans un monde impersonnel. L’essai Rester                 d’un vignoble espagnol. Mais des évènements               direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins
       d’être reconnue comme l’une des plus grandes                vivant : méthode de Michel Houellebecq et les            inattendus viennent bouleverser son séjour et font           la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses
    plumes de la littérature mexicaine, l’homme qu’elle            expériences personnelles d’Iggy Pop sont les              ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.             non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur
    aime devient son rival. C’est en restant fidèle à ses         points de départ de cette quête qui s’intéresse                                                                        porte parole Laurent Amédéo, refusent cette décision
    choix de femme, de mère et de poétesse que Rosa-             au rôle du poète, aux artistes en difficulté et aux                                                                       brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.
     rio combattra une société dirigée par les hommes              problèmes de santé mentale. «Un poète mort
            et fera entendre les voix des femmes.                n’écrit plus, d’où l’importance de rester vivant»,
                                                                 et c’est bien là le combat de ce feel good movie
                                                                                  sur la souffrance.

                                                                                                                            Everybody Knows répond à une question toute simple
                                                                                                                            et pas si courante que cela : c’est quoi un bon film
                                                                                                                            populaire ? Entendez un film que l’on peut montrer           L’erreur serait de croire tout connaître du film par avance
                                                                                                                            à des publics très différents les uns des autres et qui      alors qu’il est impossible d’imaginer le monstre d’éner-
    Figure majeure de la littérature mexicaine, Rosario                                                                     offre toujours une garantie de satisfaction. Après avoir     gie collective que celui-ci représente. Nous sommes,
    Castellanos a tout d’une femme émancipée, moderne,                                                                      été longtemps dans les projets d’Asghar Farhadi suite        spectateurs, continuellement en immersion au sein des
    cultivée et...féministe. Mais comme l’amour rend –          Eh oui, un feel good movie sur la souffrance… Bien          à un voyage en Espagne, voici qu’Everybody Knows             groupes de salariés, des syndicats, des représentants
    un temps – aveugle, elle se retrouve piégée dans un         sûr, il faut s’entendre sur la notion de feel good : avec   arrive accompagné de toute l’expérience que le réalisa-      du patronat ou de la furie médiatique qui s’empare peu
    mariage qui reproduit les schémas hétéronormatifs           Iggy Pop et Michel Houellebecq, on rigole quand             teur iranien a cumulé depuis 10 ans maintenant. Avec         à peu de cette affaire. Pour l’intime on reviendra, tant
    qu’elle combat. Le sujet, s’il reste nécessaire - l’éman-   on se brûle. Mais le parti pris de ce… disons… euh…         son casting best-of des acteurs hispano-américains,          celui-ci ne peut exister. Durant cette période de lutte,
    cipation des femmes dans les années 60/70 - a déjà          hum… documentaire, en guise de megamix des                  avec son scénario et ses dialogues qui percutent, Eve-       l’intime est lui aussi absorbé par le collectif. Des ouvriers
    été grandement traité mais Los Adioses, doublé par          genres (moitié docu, moitié fiction, moitié video d’art,    rybody Knows est d’une dramaturgie et d’une efficacité       se mettent à nu, on ne se protège plus, on ne négocie rien
    l’intérêt de faire la biographie d’une grande écrivaine     trois-quarts poésie) se tient tout du long, jusqu’au        redoutable qui lui vaut d’ouvrir le plus grand festival du   si ce n’est la volonté absolue de reprendre le travail. Au
    méconnue en France et que donc nous découvrons,             plan final où l’iguane serpente plus que jamais.            monde. On pourra toujours trouver plus brillants les         fil du temps, il y aura ceux qui craquent, ceux qui font un
    a l’avantage d’aborder cette question sous un angle         Subsistent une bizarrerie et une incongruité.               films iraniens de Farhadi (ce qui est juste) mais après      pas en avant et ceux qui ne lâchent rien et se mettent au
    psychologique nouveau où la question de l’émanci-           La bizarrerie ? Le texte de Houellebecq, lu par             l’expérience du Passé en France, on se rend compte           bord du gouffre. Le pourrissement médiatique, la force
    pation est déjà évacuée, mais où apparaît celle de la       Iggy Pop, est dans sa version anglaise, ce qui              que la méthode Farhadi s’exporte bien et qu’elle trouve      stratégique des plus forts, la capacité de résistance des
    pure déception amoureuse. Que se passe-t-il quand           pose toujours la question de la traduction, mais            sa voie sans faire trop de concessions. Il y a donc moins    plus faibles… tout est d’une très grande précision pour
    une féministe dure et engagée publiquement réalise          qui, là, se double de la particularité de l’écriture        d’attaches aux personnages, moins d’ancrages dans            que chacun puisse suivre ce capharnaüm. Le film lui,
    que son mec est macho ?                                     houellebecqienne. L’incongruité ? Le jeu tout en            une réalité sociale mais les ambiances, la mécanique et      converge jusqu’à cet état de fait : c’est une guerre, en
                                                                intensité ténébreuse d’un Iggy Pop cabotin ++.              l’incarnation de ce thriller familial font merveille.        effet. Le film « emporte » jusqu’à un final qu’ici nous ne
                                                                Oui mais voilà, la singularité de l’objet et ses jail-                                                                   soutenons pas mais qu’importe puisqu’à ce moment là,
                                                                lissements en font une expérience à tenter, à vos                                                                        le récit est déjà terminé.
                                                                risques (mais peu de périls). Et son injonction finale
                                                                «Poètes, à l’attaque !» est parfaitement salutaire
                                                                (de nos jours).
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
11

                                      13.05                  14.05                                                                                09.05                        16.05
AVANT-PREMIÈRE                                               CINÉ-DÉBAT
                                                                                                                              Senses 3 & 4                                                        Senses 5
                                                                                                                               RYUSUKE HAMAGUCHI                                             RYUSUKE HAMAGUCHI
                                                                                                                              ( JP ) - 2017 - VOST - 1h25                                   ( JP ) - 2017 - VOST - 1h15
dim. 13.05 ~ 11h ~ St-Ex                                     lun. 14.05 ~ 20h15 ~ St-Ex                                 avec Rira Kawamura, Sachie Tanaka,                            avec Rira Kawamura, Sachie Tanaka,
                                                                                                                         Hazuki Kikuchi et Maiko Mihara…                               Hazuki Kikuchi et Maiko Mihara…

                                                             DOCTEUR JACK : TOUTE UNE VIE                                               À Kobe, au Japon, quatre femmes partagent une amitié sans faille.
PARVANA                                                      A SOIGNER DANS LA RUE                                               Du moins le croient-elles : quand l’une d’elles disparaît du jour au lendemain,
NORA TWOMEY - ( US + CA + LU + IE + EG ) - 2018 - VF -       B. LANGE & P.-A. HIROZ - ( FR ) - 2016 - 1h30                        l’équilibre du groupe vacille. Chacune ouvre alors les yeux sur sa propre vie
1h34 - dès 9 ans                                                                                                                    et comprend qu’il est temps d’écouter ses émotions et celles des autres…
                                                             Docteur Jack c’est un médecin infatigable qui depuis
En Afghanistan, sous le régime taliban, Parvana, onze        35 ans, arpente les bidonvilles et les rues de Cal-
ans, grandit à Kaboul ravagée par la guerre. Mais un         cutta. Par sa ténacité et son choix de vie radical, il
jour, son père est arrêté et la vie de Parvana bascule.      est à l’origine d’un mouvement devenu mondial, la
Car sans être accompagnée d’un homme, on ne peut             « médecine de rue ». Aujourd’hui, à 85 ans, il nous
même plus acheter de la nourriture. Parvana décide           ouvre pour la première fois le livre intime de sa desti-
alors de se couper les cheveux et de se travestir en         née exceptionnelle.
garçon.                                                      Pour son premier long-métrage, Benoit Lange s’est
La réalisatrice de Brendan et le secret de Kells, met son    intéressé de près à la vie du philanthrope Jack Preger.
dessin poétique, fin et précieux au service d’un film        Après ses études de médecine, cet ancien fermier bri-
d’animation poignant sur la condition des femmes en          tannique décide de tout quitter, son pays et sa famille,
Afghanistan. L’exercice n’était pas évident : quel public    pour s’installer en Inde, soigner les plus démunis et
se sentira concerné par ce film à l’histoire terrible mais   permettre la scolarisation pour tous les enfants. Ce
qui a le format très marqué « enfant » d’un dessin           documentaire met en lumière l’origine de la Street              Le synopsis de ces deux nouvelles parties de Senses est le même que celui du premier opus
animé ? Pourtant personne ne devrait hésiter ! Le film       Medicine, un mouvement mondial reconnu, qui favo-               pour ne pas déflorer des éléments nouveaux pour les spectateurs commençant la série.
réussit la prouesse de s’adresser à tout le monde en         rise les soins gratuits dans la rue.                            Après une première partie douce et lumineuse qui voit l’une des quatre amies disparaître,
prenant soin de son jeune public potentiel sans édul-                                                                        la série se veut de plus en plus sombre et de moins en moins superficielle. Le dérègle-
corer son propos difficile. La magie et le merveilleux                                                                       ment au sein du groupe mais aussi au cœur des couples se fait ressentir. Les apparences
rythment le récit par moment (la petite fille invente                                                                        tombent pour laisser place au face à face et aux révélations dans des scènes d’une préci-
des contes) et nous donnent un peu de souffle, mais                                                                          sion extrême. Ainsi dans l’épisode 4 (de la partie 2), une longue scène qui doit durer plus
c’est surtout le courage de ces femmes qui donnera                                                                           d’une demie-heure, provoque une bascule complète des sentiments. Senses n’en reste
aux adultes la force nécessaire pour ne pas sortir les                                                                       pourtant pas moins stimulant tant le récit cache des émotions plus profondes.
mouchoirs et aux enfants un horizon plus léger à la fin.                                                                     Le tour de force de la série est de mettre à nu des ressentis peu vus au cinéma, ceci avec
                                                                                                                             beaucoup de pudeur. Et même si Hamaguchi est un grand cinéaste en devenir – sa récente
                                                                En partenariat avec l’association Calcutta Espoir
                                                                                                                             sélection en compétition officielle à Cannes pour Netomo Sametemo en atteste – cette
                                                             Strasbourg
                                                                                                                             pudeur fait immédiatement penser à Ozu.
                                                                 Projection suivie d’un débat animé par Michèle
                                                                                                                                                  Intégrale Senses les dimanche 6 et 13 mai :
                                                             Thomas, Présidente de Calcutta Espoir Strasbourg,
                                                                                                                                         15h20 – Senses 1&2 / 18h – Senses 2&3 / 19h40 – Senses 5
                                                             avec Isabelle Hug, Présidente de la Fondation Cal-
                                                             cutta Rescue en Suisse, et de Gérald Bisset, Pré-
                                                             sident de l’association Calcutta Rescue au Canada.

                   AVANT-PREMIÈRE
           dim. 13.05 à 11h au St-Exupéry
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
12

                                                       16.05                                                                      ÉVÉNEMENT                                                                                16.05
                     Big Time –                                 Takara, la nuit où j’ai nagé                                                                                                                               29.05
        Dans la tête de Bjarke Ingels                                  DAMIEN MANIVEL & KOHEI IGARASHI
                 KASPAR ASTRUP SCHÖDER
                  ( DK ) - 2017 - VOST - 1h30
                                                                 ( JP ) - sans dialogues - 2017 - 1h19 - dès 8 ans
                                                                         avec Takara Kogawa, Keiki Kogawa,                 RÉTROSPECTIVE
                                                                                                                           JEAN-FRANÇOIS
                                                                                  Takashi Kogawa…
            Un portrait intime de la star mondiale de
        l’architecture contemporaine, le danois Bjarke                Les montagnes enneigées du Japon.

                                                                                                                           STÉVENIN
         Ingels. Jeune homme, Bjarke Ingels rêvait de          Comme chaque nuit, un poissonnier part travailler
          créer des dessins animés. Aujourd’hui, il est          au marché en ville. Takara, son fils de six ans,
       reconnu comme « l’un des plus grands noms de                n’arrive pas à se rendormir. Dans la maison
     l’architecture » par le Wall Street Journal et comme       silencieuse, le petit garçon dessine un poisson
     « l’une des 100 personnalités les plus influentes au         sur une feuille qu’il glisse dans son cartable.
                                                                                                                           La grande prouesse de Jean-François Stévenin est d’avoir su rendre son cinéma indéfinissable. Le faisant
       monde » par Time Magazine. Big Time suit Bjarke           Le matin, sa silhouette ensommeillée s’écarte
                                                                                                                           échapper aux étiquettes, à moins de toutes les lui coller comme on inonderait de posters la porte d’un
      Ingels pendant sept années au cours desquelles il         du chemin de l’école et zigzague dans la neige,
                                                                                                                           pub londonien, chaque film du Stévenin est un objet à part, une éclaircie… Oui, non, une fulgurance !
     tente de réaliser le plus grand projet de sa carrière.      vers la ville, pour donner le dessin à son père.
                                                                                                                           Ses films frappent comme la foudre ; rarement et jamais au même endroit. Sonnants et trébuchants, ils
                                                                                                                           jaillissent, éblouissent, étourdissent, nous plongent dans une rêverie que même le principe de réalité
                                                                                                                           ne saurait contrarier. Il n’y a pas de remède à son cinéma, tant mieux ! Il y a des états que l’on voudrait
                                                                                                                           ne jamais quitter. Lui, l’acteur de Cavalier, Rivette, Truffaut, Mazuy, Huston, Rochant, Masson et tant
                                                                                                                           d’autres, s’est mué en cinéaste à trois reprises. Trois films en vingt-quatre ans serait-on tenté de résu-
                                                                                                                           mer… À tort ! On parle là de trois films d’une vie qui en compte mille, trois films pour l’éternité +1, trois
                                                                                                                           films pour se souvenir à chaque vision que le cinéma n’est pas que la construction d’une œuvre mais
                                                                                                                           aussi la perte de repères organisée avec éclat et fracas, le dessin d’un cadre qui fera que plus aucune
                                                                                                                           liberté ne serait excessive. Jean-François Stévenin a ce savoir-faire ; ouvrir l’espace au spectateur, le lais-
                                                                                                                           ser s’ébrouer jusqu’à l’épuisement, jusqu’à l’extase de ne plus savoir où cela le mène.
     C’est l’histoire d’un mec avec qui nous ne passerions     Cinéma minimal abordable pour tous (et également
                                                                                                                           En France l’autoroute est payante, on paye son ticket pour le voyage comme on le ferait pour un tour de
     pas une journée car même après une heure trente           à hauteur d’enfants), Takara, la nuit où j’ai nagé est
                                                                                                                           Montagnes Russes. Stévenin a sillonné toutes les routes de France jusqu’au vertige, il a payé son prix
     de film, nous ne savons pas vraiment qui est Bjarke       un conte semi-éveillé qui suit notre héros Takara de
                                                                                                                           pour la liberté sans jamais lui réclamer son dû, il a embarqué tous ceux qui étaient prêts pour le grand
     Ingels, ses zones de mystère, son enfance paisible,       sa maison isolée à la plus petite ville où se situe son
                                                                                                                           blanc. Il a usé le macadam, à deux voies, trois voies, et plus encore.
     ses extravagances, ses maladies imaginaires, ses          école. Ça n’a l’air de rien, mais le périple qui emprunte
                                                                                                                           Il est temps de prendre son ticket pour le grand voyage. Santé !
     visions subites. Par exemple lors d’une scène avec        des moyens de locomotion différents (voiture, train,
     ses parents on s’approche petit à petit de l’enfance      pieds) est une véritable aventure pour ce tout petit.
     de Bjarke jusqu’à ressentir une gêne ; lors d’une autre   Sans jamais verser dans le sentimentalisme ou un
     avec ses collègues admiratifs, on sent un collectif       attachement choubidou à la bouille de notre héros,
     d’architectes dévoués et puis non, pas tant que ça…       Takara s’évertue à inscrire un corps dans un paysage
     Alors il faut se rendre à l’évidence, Bjarke est une      magnifique (la neige immaculée) mais un peu hostile.
     rock star et se cache un peu derrière ce statut média-    C’est beau, on tremble un peu pour notre héros et on
     tique et personnel. Seules restent les œuvres qui         se demande au final si on a vécu un rêve éveillé ou
     elles reflètent plus fidèlement le caractère d’un génie   une réalité rêvée.
     ammené à réaliser un projet titanesque. Mais voilà,
     au final, comme dans bien des parcours, les premiers
     immeubles et les premiers appartements que Bjarke
     Ingels avait imaginés dans sa ville de Copenhague, en
     jeune architecte surdoué, ont peut-être plus d’intérêt
     que les grandes tours new-yorkaises.
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
15

PASSE-MONTAGNE
( FR ) - 1978 - 1h53
avec Jacques Villeret, Jean-François Stévenin,
Texandre Barberat…

Georges quitte Paris pour se rendre à un séminaire à
l’autre bout de la France. Lorsque sa voiture tombe
en panne au bord de l’autoroute, un homme, Serge,
propose de le dépanner. Il installe Georges chez lui,
promettant de s’occuper de la voiture le lendemain.
Mais alors que la réparation s’éternise, les deux
quadragénaires passent de la méfiance réciproque
à une étrange amitié et partent dans la forêt juras-
sienne, à la recherche de la combe idéale pour faire
décoller l’oiseau-nacelle de Serge.

Horaires : 17h30
mer. 16 mai / sam. 19 mai / mar. 22 mai /                    MISCHKA
ven. 25 mai / lun. 28 mai                                    ( FR ) - 2002 - 1h56
                                                             avec Jean-Paul Roussillon, Jean-François Stévenin,
                                                             Rona Hartner…

                                                             Un vieil homme, vêtu d’une robe de chambre et chaussé
                                                             de pantoufles, est abandonné par sa famille sur une aire
                                                             d’autoroute, un jour de départ en vacances. Il atterrit
                                                             dans un hospice où un infirmier, Gégène, le surnomme
                                                             Mischka.
                                                             Le garde-malades lui propose alors de quitter la sinistre
                                                             maison de retraite. C’est l’occasion pour lui de faire la
                                                             rencontre de Jane, l’adolescente fugueuse, et de Joli-
                                                             coeur, la rockeuse, et de redécouvrir la vie au moment
                                                             où il est en passe de la terminer.

DOUBLE MESSIEURS                                             Horaires : 17h30
( FR ) - 1986 - 1h30                                         ven. 18 mai / lun. 21 mai / jeu. 24 mai / dim. 27 mai
avec Yves Alfonso, Carole Bouquet, Jean-François Stévenin…

François, un cadre sans histoire, mène une existence
paisible, entouré de sa femme et de ses enfants. Un
jour, il découvre sur la couverture d’un roman policier
le portrait de son vieux complice Léo, qu’il n’a pas
vu depuis 25 ans et qu’il connut jadis en colonie de
vacances. Ce dernier est devenu cascadeur de cinéma
mais est resté un éternel adolescent. Ensemble, ils
décident de retrouver Kuntchinski, le troisième larron
de la bande, pour recommencer le jeu qu’ils affection-
naient tant durant leur adolescence.

Horaires : 17h30
jeu. 17 mai / dim. 20 mai / mer. 23 mai /
sam. 26 mai / mar. 29 mai
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
16                                                                                                                                                                                                                           17

     FESTIVAL
     DE CANNES
     LES SORTIES
     EN SIMULTANÉ

                     19.05                                                23.05                                                 23.05                                                 06.06

         Clôture du Festival de Cannes                                Un Certain Regard                                      Hors compétition                                  Compétition Officielle

              L’HOMME QUI TUA                                        GUEULE D’ANGE                               SOLO : A STAR WARS STORY                                             3 VISAGES
               DON QUICHOTTE                                    VANESSA FILHO - ( FR ) - 2018 - 1h48                RON HOWARD - ( US ) - 2018 - VOST - 2h15              JAFAR PANAHI - ( IR ) - 2018 - VOST - 1h40
        TERRY GILLIAM - (ES + GB + FR + PO + BE)                avec Marion Cotillard, Alban Lenoir,                  avec Alden Ehrenreich, Emilia Clarke,
                  2018 - VOST - 2h12                                   Ayline Aksoy-Etaix…                                      Donald Glover…                          Une célèbre actrice iranienne reçoit la troublante
          avec Jonathan Pryce, Adam Driver…                                                                                                                              vidéo d’une jeune fille implorant son aide pour
                                                           Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit       Embarquez à bord du Faucon Millenium et partez       échapper à sa famille conservatrice... Elle demande
        Toby, un jeune réalisateur de pub cynique et
                                                           ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de       à l’aventure en compagnie du plus célèbre vaurien         alors à son ami, le réalisateur Jafar Panahi, de
       désabusé, se retrouve pris au piège des folles
                                                          nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant     de la galaxie. Au cours de périlleuses aventures    l’aider à comprendre s’il s’agit d’une manipulation.
          illusions d’un vieux cordonnier espagnol
                                                                         livrée à elle-même.                    dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo         Ensemble, ils prennent la route en direction du
     convaincu d’être Don Quichotte. Embarqué dans
                                                                                                                   va faire la connaissance de son imposant futur          village de la jeune fille, dans les montagnes
       une folle aventure de plus en plus surréaliste,
                                                                                                                copilote Chewbacca et croiser la route du charmant   reculées du Nord-Ouest où les traditions ancestrales
       Toby se retrouve confronté aux conséquences
                                                                                                                  escroc Lando Calrissian… Ce voyage initiatique                 continuent de dicter la vie locale.
       tragiques d’un film qu’il a réalisé au temps de
                                                                                                                  révèlera la personnalité d’un des héros les plus
     sa jeunesse idéaliste : ce film d’étudiant adapté
                                                                                                                           marquants de la saga Star Wars.
      de Cervantès a changé pour toujours les rêves
      et les espoirs de tout un petit village espagnol.
       Toby saura-t-il se racheter et retrouver un peu
        d’humanité ? Don Quichotte survivra-t-il à sa
         folie ? Ou l’amour triomphera-t-il de tout ?
Star PROGRAMME DES CINÉMAS STAR
ÉVÉNEMENT                                                                                     24.05

SÉANCE SPÉCIALE
« FUTURIBLES »
Programmation en résonance avec l’exposition « Futuribles : arts et politiques du futur », du 4 au 31
mai à l’Artothèque de la Ville de Strabourg. Organisée par l’Université de Strasbourg, l’Association
des Étudiants en Art de Strasbourg, l’Artothèque de la Ville de Strasbourg, le Festival Européen du
Film Fantastique de Strasbourg et le cinéma Star.

mer. 23.05 ~ 20h ~ Star
BORN IN FLAMES
LIZZIE BORDEN - ( US ) - 1983 - VOST - 1h20
avec Kathryn Bigelow, Adele Bertei, Florynce Kennedy…

Film-culte de politique-fiction, fable post-punk et fémi-
niste, Born in Flames met en scène un New-York dys-
topique après l’avènement d’un gouvernement qui
discrimine spécifiquement les femmes et les minorités.
Plusieurs groupes de femmes rebelles, lesbiennes,
noires, animées par leur désir de justice, s’unissent pour
mener une révolution.
Abordant les féminismes au pluriel, interrogeant les ques-
tions de genre, de classe, de « race » et de sexualité, ce
film explosif manifeste une énergie jouissive et libératrice.

Précédé de
PUMZI
WANURI KAHIU - ( KE ) - 2009 - VOST - 0h21
avec Chantelle Burger, Kudzani Moswela…
                                                                Tarifs habituels des cinémas Star.
Kenya trente-cinq ans après la Troisième Guerre mon-
diale, la « guerre de l’eau ». Un jour, alors que toute
trace de nature a disparu, une jeune scientifique reçoit
une boîte contenant de la terre…
20

     AVANT-PREMIÈRE                                 18.05
     + RENCONTRE

                                  Kuzola, le chant des racines
                                                   HUGO BACHELET
                                               ( FR ) - 2018 - VOST - 1h12
                                               avec Lúcia de Carvalho…
                                              Sortie nationale le 20 juin 2018

                Pour l’enregistrement de son nouvel album, la chanteuse d’origine angolaise Lúcia
                 de Carvalho entreprend un voyage à travers le monde lusophone (Portugal, Brésil,
                 Angola). Mais ce projet de disque est avant tout l’occasion d’une aventure person-
                nelle pour Lúcia, un pèlerinage sur les traces d’une identité morcelée, à la recherche
                  de ses racines. Sous l’œil du réalisateur Hugo Bachelet, l’artiste strasbourgeoise
                 d’adoption livre un parcours sincère et touchant, exemple rayonnant de métissage
                                                   culturel heureux.

                Avec Kuzola, le chant des racines Hugo Bachelet dépeint le portrait d’une femme plurielle
                bercée par le mélange des cultures angolaise, portugaise, brésilienne et française. Ce
                récit retrace avec affection la démarche entreprise par Lúcia, nous plongeant dans un uni-
                vers chaleureux rythmé par les rencontres et la musique. Accompagner cette recherche
                d’identité relève de l’intime et le réalisateur s’empare du sujet avec finesse, dévoilant
                la personnalité attachante de Lúcia à travers ses voyages transfrontaliers. En suivant la
                démarche artistique et personnelle de cette strasbourgeoise de cœur, nous devenons
                témoins de son aventure. Ce film permet avant tout de découvrir une femme moderne,
                mettant elle seule en lumière ce qu’il peut se passer en chacun de nous.

                                           AVANT-PREMIÈRE + RENCONTRE
                                              ven. 18.05 ~ 20h ~ St-Ex
                                        dans le cadre du festival Europa’ zik,
                           suivi d’un échange avec Lucia de Carvalho et d’un show-case
ÉVÉNEMENT                                                                                             23.05                HORAIRES

                                                                                                             12.06
LA SÉRIE ÉVÉNEMENT                                                                                                                mer. 23.05
                                                                                                                                                  11h

                                                                                                                                                Episode 1
                                                                                                                                                                     15h30

                                                                                                                                                                    Episode 1
                                                                                                                                                                                       17h30

                                                                                                                                                                                      Episode 2
                                                                                                                                                                                                    21h30

DE R.W. FASSBINDER                                                                                                                jeu. 24.05

                                                                                                                                  ven. 25.05
                                                                                                                                                                    Episode 1

                                                                                                                                                                    Episode 2
                                                                                                                                                                                      Episode 2

                                                                                                                                                                                      Episode 3

                                                                                                                                  sam. 26.05    Episode 1           Episode 2         Episode 3

                                                                                                                                  dim. 27.05    Episode 2           Episode 3         Episode 4

                                                                                                                                  lun. 28.05                        Episode 3         Episode 4

                                                                                                                                  mar. 29.05                        Episode 4         Episode 5

                                                                                                                                  mer. 30.05    Episode 3           Episode 4         Episode 5

                                                                                                                                   jeu. 31.05                       Episode 1         Episode 2

                                                                                                                                  ven. 01.06                        Episode 2         Episode 3

                                                                                                                                  sam. 02.06    Episode 2           Episode 4         Episode 5

                                                                                                                                  dim. 03.06    Episode 3           Episode 4         Episode 5

                                                                                                                                  lun. 04.06                        Episode 4         Episode 5

                                                                                                                                  mar. 05.06                        Episode 5         Episode 5

                                                                                                                                  mer. 06.06                                                       Episode 1
HUIT HEURES NE FONT PAS UN JOUR                                  de premier plan du cinéaste –, ce remarquable feuilleton
RAINER WERNER FASSBINDER                                                                                                          jeu. 07.06                                                       Episode 2
                                                                 a été diffusé en cinq épisodes d’une heure trente entre le
( DE ) - 1972 - VOST - série télévisée en 5 épisodes d’une
                                                                 29 octobre 1972 et le 18 mars 1973, en prime time sur la         ven. 08.06                                                       Episode 3
durée totale de 7h55 - Version numérique restaurée -
                                                                 chaîne nationale ARD, rassemblant pour le premier volet
Acteurs inconnus                                                                                                                  sam. 09.06                                                       Episode 4
                                                                 jusqu’à vingt-cinq millions de spectateurs.
C’est soir de fête chez les Krüger-Epp, famille typique de       L’action, qui se déroule au sein d’une famille ouvrière à        dim. 10.06                                                       Episode 5
la classe ouvrière de Cologne. Tous les membres du clan          Cologne, subvertit la tradition de la série familiale alle-
                                                                                                                                   lun. 11.06                                                      Episode 4
sont réunis pour fêter les soixante ans de la grand-mère,        mande, qui se tient d’ordinaire en milieu favorisé. Elle fait,
une veuve un peu fantasque qui vit chez sa fille, son            de surcroît, résonner une tonalité unique dans l’œuvre           mar. 12.06                                                       Episode 5
gendre et son petit-fils Jochen. Alors que ce dernier est        torturée de Fassbinder : celle de la joie.
parti ravitailler la troupe en champagne, il croise sur son      Huit heures ne font pas un jour est, en un mot, une série
chemin la jolie Marion et l’invite à se joindre à eux. Ce sera   délicieuse, printanière, remplie d’espoir et d’énergie
le début d’une grande histoire d’amour entre cet ouvrier         positive. Sans masquer les obstacles qu’un ordre social
                                                                                                                                                            Episode 1 – Jochen et Marion (1h42)
toujours prêt à lutter pour plus de justice sociale dans son     corseté, vicieux, met sur la route des protagonistes, Fass-
usine et cette jeune femme moderne et émancipée qui              binder fait ici, à 27 ans, pour un budget infiniment supé-                             Episode 2 – Grand-mère et Gregor ( 1h40)
travaille dans un journal local.                                 rieur et pour un public infiniment plus nombreux que
                                                                                                                                                             Episode 3 – Franz et Ernst (1h33)
Commande de la chaîne régionale WDR (Westdeutscher               celui de ses premiers films, le pari de la lutte heureuse,
Rundfunk) – où officiait Gunther Rohrbach, ambitieux res-        de la résistance pacifique mais pugnace, de la solidarité                                  Episode 4 – Harald et Moniko (1h30)
ponsable de la fiction, ainsi que le chargé de programme         intelligente, de l’utopie en marche. [Jacques Mandelbaum, Le
                                                                                                                                                             Episode 5 – Irmgard et Rolf (1h30)
Peter Märthesheimer, appelé à devenir un collaborateur           Monde, 18 avril 2018]
24

                                             23.05                    24.05                                                               ÉVÉNEMENT                                                                                     25.05
           Le ciel étoilé au-dessus
                                                                      CINÉ-DÉBAT
                                                                                                                                  HORREUR
                 de nos têtes
                        ILAN KLIPPER
                     ( FR ) - 2018 - 1h17

                                                                                                                                  C’EST VENDREDI !
         avec Laurent Poitrenaux, Camille Chamoux,
                      Maryline Canto...
                                                                      jeu. 24.05 ~ 20h15 ~ Star
     Bruno a publié un fougueux premier roman en 1996.
     La presse titrait : « Il y a un avant et un après Le ciel
      étoilé au-dessus de ma tête ». Vingt ans plus tard,
                                                                      ON RÉCOLTE CE QUE L’ON SÈME                                 JAPANIMATION
                                                                      ALAA ASHKAR - ( PS ) - 2017 - VOST - 1h09
     Bruno a 50 ans. Il est célibataire, il n’a pas d’enfants                                                                     À l’occasion de la ressortie de Perfect Blue en version restaurée, Horreur c’est vendredi vous propose de redécouvrir
     et vit en colocation avec une jeune Femen. Il se lève            Un réalisateur palestinien vivant en France prépare un      ce film d’animation pour adulte de Satoshi Kon. Si ses dernières œuvres que sont Paprika ou Tokyo Godfathers
     à 14h et passe la plupart de ses journées en caleçon             documentaire sur la mémoire palestinienne en Israël.        continuent d’influencer de nombreux réalisateurs tels que Christopher Nolan ou Daren Aronowsky, son œuvre
     à la recherche de l’inspiration. Pour lui tout va bien,          Pendant les repérages en Galilée où vit sa famille,         culte reste bien Perfect Blue, thriller invoquant le cinéma d’Hitchcock ou de Brian de Palma. Adapté d’un roman de
                mais ses proches s’inquiètent...                      cette dernière manifeste son inquiétude à l’idée du         Yoshikazu Takeuchi et réalisé originellement pour une sortie directe en vidéo avec un budget minime, Perfect Blue
                                                                      film. Le réalisateur décide alors de l’inclure dans le      est devenu une œuvre de référence qui porte un regard acerbe sur la société nippone.
                                                                      scénario et finit par nous livrer un récit intime sur
                                                                      l’évolution de son identité, depuis son enfance au sein
                                                                      de sa famille protectrice, jusqu’à l’âge adulte à travers
                                                                      ses voyages.
                                                                      À travers sa quête personnelle et le contexte très par-
                                                                                                                                  ven. 25.05 ~ 20h ~ St-Ex
                                                                      ticulier d’un palestinien d’Israël, Alaa Ashkar touche à
                                                                      des questions universelles : les blessures intimes, les
                                                                      non-dits familiaux, la prise de conscience politique...
                                                                                                                                  PERFECT BLUE
                                                                                                                                  SATOSHI KON - ( JP ) - 1997 - VOST - 1h21
     Concédons au film son évident second degré, mais
                                                                                                                                  avec les voix de JunkoIwao, Rica Matsumoto,
     tout de même, ce titre… Stop ! Il faut que cela cesse, la
                                                                                                                                  ShinpachiTsuji…
     gangrène du cinéma français ce n’est ni Thomas Lang-
     mann, ni les exploitants ni même le gluten, ce sont les                                                                      Mima est une icône pop, membre d’un « girls’
     titres de films : Je vais bien ne t’en fais, J’ai oublié de te                                                               band » à succès. Quand elle décide de quitter le
     dire, J’veux pas que tu t’en ailles, Pars vite reviens tard                                                                  groupe pour devenir vedette d’une série télévisée,
     et tutti quanti. Mais bon, passons l’éponge pour cette                                                                       ses fans se désolent. Aussitôt, sa vie tourne au cau-
     fois encore, d’autant que le film est bien plus subtil                                                                       chemar. Elle reçoit des messages menaçants sur
     que son titre.                                                                                                               Internet et d’inquiétants événements entourent
                                                                         Projection suivie d’un débat en présence du
     Il y a quelques années, c’était en 2010, Ilan Klipper                                                                        Mima et ses proches : des hallucinations, des
                                                                      réalisateur Alaa Ashkar.
     s’était distingué (aux côtés de Virgil Vernier) avec le très                                                                 menaces et pire encore... des meurtres.
     intriguant documentaire Commissariat. Dans une autre                 Séance proposée par le Collectif Judéo-Arabe            Perfect Blue est une plongée sans concessions
     veine, puisqu’il s’agit ici d’une pure fiction dont on ne        et Citoyen pour la Palestine dans le cadre des              dans la vie des idoles et des fans, particulièrement
     se hasardera pas à en traquer les moments inspirés par           « séances de l’entre-deux » du festival du film             vivaces au Japon. Satoshi Kon parvient constam-
     des faits réels, Le ciel étoilé blablabla est déroutant,         palestinien.                                                ment à faire douter le spectateur, à l’image du                   Séance précédée d’une représentation de
     drôle ce qu’il faut et inquiétant comme il faut. Chaque                                                                      personnage principal, qui ne sait plus si la scène             Kpop par le groupe Lightnin
                                                                         Tarifs habituels des cinémas Star.
     scène, chaque dialogue, chaque rebondissement est                                                                            visionnée est réelle ou une hallucination.
                                                                      Cartes d’abonnements des cinémas acceptées.                                                                                    Tarifs habituels des cinémas Star
     une petite surprise, avec ce goût devenu rare pour le
     jeu : le jeu d’acteur comme celui avec le spectateur. Et si                                                                                                                                    Cartes d’abonnement et « cinéma illimité »
     on disait que ?.. Tel est le point de départ du film, autant                                                                                                                                acceptées
     que son point de chute, d’ailleurs.
27

                                       24.05                   26.05

LES NUITS EN OR                                                CINÉ-DÉBAT
2018                                                           MOIS
                                                               DES VISIBILITÉS
jeu. 24.05 ~ 20h15 ~ St-Ex                                     en partenariat avec APGL Alsace, Festigays et La
                                                               Station Centre LGBTI Strasbourg Alsace.
Une séance insolite projetée dans 24 villes de France
mettant à l’honneur les coups de cœur des exploitants
de cinéma participant à l’événement, parmi tous les            sam. 26.05 ~ 19h45 ~ St-Ex
courts métrages récompensés durant l’année écoulée
par les Académies de Cinéma du monde entier.
                                                               ARIA
                                                               EMILIE JOUVET - ( FR ) - 2017 - 1h
PROGRAMME (durée 2h09)
• Apocalypse Now Now                                           Vouloir un enfant est un désir partagé par des mil-
MICHAEL MATTHEWS - ( ZA ) - VOST - 8' - SAFTA 2018 du          lions de personnes, quels que soient leur genre ou
Meilleur Court Métrage                                         leur orientation sexuelle. Oui mais..en France, quand
• Pix                                                          on est lesbienne, gay ou trans, comment fait-on pour
SOPHIE LINNENBAUM - ( DE ) - VOST - 8' - Lola 2017 du          devenir parent alors que les lois nous en empêchent ?
Meilleur Court Métrage d’Animation                             Autour de portraits croisés, de visages penchés sur
• The Eleven O’Clock                                           son ventre de femme enceinte, la réalisatrice des-
DERIN SEALE - ( AU ) - VOST - 13' - AACTA 2017 du Meilleur     sine autant d’histoires et de réflexions sur la mater-
Court Métrage de Fiction                                       nité, la parentalité, le (non) désir d’enfant, la filiation
• Avec Thelma                                                  ou encore l’enfance. Solidaires dans leurs peines
A. SIROT & R. BALBONI - ( FR ) - 14' - Magritte 2018 du        comme dans leurs joies, ému.e.s et en colère, les pro-
Meilleur Court Métrage de Fiction                              tagonistes du film nous transmettent une force et un
• Vaysha, l’aveugle                                            espoir dont on a désespérément besoin aujourd’hui
THEODORE USHEV - ( CA ) - 8' - Iris 2017 du Meilleur Court     pour poursuivre la lutte vers une société plus juste. Le
Métrage d’Animation                                            film, tourné intégralement au smartphone, propose
• Madre                                                        un voyage intime, des paroles sensibles, drôles ou
RODRIGO SOROGOYEN - ( ES ) - VOST - 18' - Goya 2018 du         émouvantes, tel un "album de famille" contemporain.
Meilleur Court Métrage de Fiction
• The Silent Child
CHRIS OVERTON - ( US ) - VOST - 20' - Oscar 2018 du
Meilleur Court Métrage de Fiction
• Les Bigorneaux
ALICE VIAL - ( FR ) - 25' - César 2018 du Meilleur Film de
Court Métrage
                                                                  Tarif unique : 5 euros / cartes d’abonnement
• Pépé le morse
                                                               des cinémas acceptées
Lucrèce Andreae - ( FR ) - 15' - César 2018 du Meilleur Film
d’Animation (Court Métrage)
29

                                     27.05                 29.05                                                                                                    30.05
                                                                                                                                My Pure Land                                               Je vais mieux
LA SÉANCE QUI                                             SÉANCE SPÉCIALE                                                         SARMAD MASUD                                             JEAN-PIERRE AMÉRIS

FAIT DU BIEN
                                                                                                                              ( GB ) - 2017 - VOST - 1h32                                    ( FR ) - 2017 - 1h32
                                                                                                                     avec Suhaee Abro, Eman Malik, Razia Malik...              avec Eric Elmosnino, Alice Pol, Ari Abittan…

Chaque mois, « la séance qui fait du bien », une séance
composée d’un cours de Do-in + un film au choix.
                                                          mar. 29.05 ~ 19h ~ Star                                  Dans une région isolée du Pakistan, les terres sont
                                                                                                                   l’objet de toutes les convoitises et les querelles de
                                                                                                                                                                              Un quinquagénaire est victime d’un mal de dos
                                                                                                                                                                             fulgurant. Tous les médecins, les radiologues et
                                                                                                                    famille se règlent les armes à la main. Quand son        les ostéopathes du monde ne peuvent rien pour
Afin que votre rencontre avec les œuvres projetées aux
                                                                                                                    père est injustement emprisonné, Nazo une jeune         lui : la racine de son mal est psychologique. Mais
cinémas Star se déroule au mieux, « Les mains sages »     L’HÉROÏQUE LANDE,                                        fille de 18 ans, se retrouve seule avec sa sœur et sa    de son travail, de sa femme ou de sa famille, que
vous proposent de venir au cinéma et de préparer au
mieux votre séance. Dans une salle calme et lumineuse,
                                                          LA FRONTIÈRE BRÛLE                                        mère, assiégées par des bandits armés, engagés                     doit-il changer pour aller mieux ?
                                                          N. Klotz & E. Perceval - (  FR  ) - 2018 - 3h15              par leur oncle pour s’approprier leur maison.  
découvrez le Do-in, un cours d’auto-massage en pre-
                                                                                                                       Mais Nazo, comme le lui a enseigné son père,
mière partie de votre séance de cinéma.
                                                          En hiver 2016, la Jungle de Calais est une ville nais-                     ne se soumet pas.
                                                          sante en pleine croissance où vivent près de 12 000
                                                          personnes. Au début du printemps, la zone Sud,
                                                          avec ses commerces, ses rues, ses habitations,
                                                          sera entièrement détruite. Les habitants expulsés
                                                          déplacent alors leurs maisons vers la zone Nord,
                                                          pour s’abriter et continuer à vivre. En automne
                                                          l’État organise le démantèlement définitif de la                                                                  On pouvait déceler de sa charmante comédie Les
                                                          Jungle. Mais la Jungle est un territoire mutant, une                                                              émotifs anonymes une certaine proximité des person-
                                                          ville monde, une ville du futur ; même détruite, elle                                                             nages d’avec leur « papa ». Jean-Pierre Améris se pré-
                                                          renait toujours de ses cendres.                          Au commencement de ce film, Sarmad Masud, réa-           sente souvent comme un « grand timide mais qui se
                                                          Tourné avec des jeunes gens pris dans le tumulte         lisateur anglais d’origine pakistanaise, souhaitait      soigne », avec le cinéma comme médicament notam-
dim. 27.05                                                des guerres, des violences policières, et leurs ten-     faire un film sur la corruption au Pakistan. C’est       ment. Sa nouvelle thérapie consiste à s’attaquer au
                                                          tatives de traverser la frontière vers l’Angleterre,     en cherchant des faits divers qu’il est tombé sur        mal du siècle et donne tout son sens à l’expression «
9h30 ~ Cours collectif au Star
                                                          L’Héroïque Lande pourrait être un épisode ignoré         l’incroyable histoire d’une femme ayant défendu          en avoir plein le dos ». Je vais mieux c’est son mal de
11h ~ Chacun choisit d’assister                           de l’Odyssée d’Homère.                                   ses terres et sa famille contre 200 hommes. C’est        dos comme notre mal de dos ; une comédie de son
au film de son choix                                                                                               alors une évidence, il faut montrer sur grand écran      temps qui s’amuse des troubles psychosomatiques
(parmi les séances à l’affiche à la séance de 11h                                                                  cette histoire assez surréaliste pour le Pakistan.       en abordant la délivrance de la douleur par la parole.
du Star ou du St-Exupéry le 27.05)                                                                                 Sarmad Masud signe donc une fiction, construite          Car ici sans hernie ni lombalgie, c’est l’inflammation
                                                                                                                   avec comme point d’ancrage le huis clos confron-         de l’être qui s’exprime. Mal au couple, mal au travail,
                                                                                                                   tant Nazo et sa famille aux hommes du village vou-       mal à la famille, dis-moi où tu as mal et je te dirai qui
    Tarif unique = 9 euros la séance de cours d’auto-
                                                                                                                   lant voler leur maison, et des flash-back retraçant      tu es. Jean-Pierre Améris prescrit un traitement de
massage + film.
                                                                                                                   le cheminement rempli d’injustice qui les a menés        choc pour son antihéros et déclenche une avalanche
Tarif porteurs cartes cinéma illimité et cartes d’abon-
                                                                                                                   dans cette situation. Ce film raconte le courage et la   de situations cocasses et d’émotions qui se libèrent
nement = 4 euros + 1 passage carte.
                                                                                                                   force d’une jeune fille dans un pays où le droit des     où chacun pourra piocher un souvenir familier. Alors,
    Uniquement sur inscription avant la veille de la
                                                                                                                   femmes est encore un rêve lointain. Un film percu-       hop hop hop, une séance s’impose, car comme vous
séance choisie sur communication@cinema-star.com              Séance suivie d’une rencontre avec les réali-
                                                                                                                   tant, qui vous embraque avec suspense dans une           l’avez peut-être vu dans la campagne abris bus de la
ou en caisse du cinéma.                                   sateurs Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval et le
                                                                                                                   lutte pour la vie et la justice.                         sécurité sociale « Mal de dos, le traitement, c’est le
                                                          philosophe Jean-Luc Nancy
                                                                                                                                                                            mouvement », alors tous au ciné !
                                                               Tarifs habituels
30                                                                                                                                                                                                                                   31

                                         30.05                                                        FILM                                                     30.05
                                                                                             COUP DE CŒUR
                                                                                                                       Une année polaire                                           Retour à Bollène
                                                                                                                                                                                           SAÏD HAMICH
                                                                                                                             SAMUEL COLLARDEY
                                                                                                                                                                                   ( FR + MA ) - 2018 - VF - 1h07
                                           Reprise                                                                        ( FR ) - 2017 - VOST - 1h34
                                                                                                                                                                                avec Anas El Baz, Kate Colebrook,
                                         HERVÉ LE ROUX
                                                                                                                                                                                         Saïd Benchnafa…
                                        ( FR ) - 1997 - 3h12                                                 Pour son premier poste d’instituteur, Anders choi-
                                                                                                              sit l’aventure et les grands espaces: il part ensei-
                                                                                                                                                                        Après plusieurs années d’absence, Nassim, qui vit
         1968, des étudiants en cinéma filment la reprise du travail aux usines Wonder                       gner au Groenland, à Tiniteqilaaq, un hameau inuit
                                                                                                                                                                       désormais à Abu Dhabi, revient pour quelques jours
          de Saint-Ouen. Une jeune ouvrière en larmes crie, dit qu’elle ne rentrera pas.                      de 80 habitants. Dans ce village isolé du reste du
                                                                                                                                                                       dans sa ville natale, Bollène. Il s’est marié avec une
        1997, Hervé Le Roux part à la recherche de cette femme en rencontrant d’anciens                      monde, la vie est rude, plus rude que ce qu’Anders
                                                                                                                                                                        jeune femme américaine et est devenu un homme
                 ouvriers, militants et syndicalistes, en leur donnant la parole.                            imaginait. Pour s’intégrer, loin des repères de son
                                                                                                                                                                       riche et cultivé. Mais en retrouvant sa famille et ses
                                                                                                             Danemark natal, il va devoir apprendre à connaître
                                                                                                                                                                             amis, il constate qu’un fossé les sépare.
                                                                                                                      cette communauté et ses coutumes.

                                                                                                                                                                       Un instant de vie, une prise de conscience, une inter-
                                                                                                             De L’apprenti à Tempête, en passant par Comme
                                                                                                                                                                       rogation sur la place que l’on occupe dans la société
                                                                                                             un lion, Samuel Collardey a construit sa filmogra-
                                                                                                                                                                       actuelle : Retour à Bollène met en scène tout cela,
                                                                                                             phie de manière très personnelle, oscillant toujours
                                                                                                                                                                       sans artifices. À travers un scénario simple, quasi
     Le 10 juin 1968 c’est un peu partout la révolution qui déchante et le travail reprend dans              entre fiction et documentaire. Ici, il perfectionne son
                                                                                                                                                                       documentaire, ce premier film de Saïd Hamich met en
     les usines. Des étudiants vont filmer devant Wonder. Cet exercice, en plan séquence                     style si sincère au Groenland. Il conte le pari un peu
                                                                                                                                                                       lumière des situations malheureusement actuelles au
     et caméra au poing, est un miracle du cinéma direct. On y voit, comme dans un petit                     fou d’Anders, jeune danois, qui décide pour voir du
                                                                                                                                                                       sein de la banlieue d’une petite ville où « La ligue du
     manège qui tourne parfaitement, le théâtre des paroles de Mai 68. Dans le même plan,                    pays et prendre un peu de recul sur la ferme fami-
                                                                                                                                                                       Sud », un mouvement d’extrême droite, a pris le pou-
     les bien-parlants (un syndicaliste et un jeune militant) font face à la vocifération d’une              liale, de partir enseigner dans un minuscule bled
                                                                                                                                                                       voir. Le réalisateur nous amène dans un milieu où la
     ouvrière qui hurle qu’elle ne retournera pas dans cette taule. La reprise du travail aux                au Groenland. Et autant dire que le dépaysement
                                                                                                                                                                       réalité peut être quelquefois étouffante face aux juge-
     usines Wonder saisit les enjeux du partage des paroles et les contradictions de mai 68.                 est total ! Malgré la bonne volonté d’Anders, il se
                                                                                                                                                                       ments des populations aisées, un milieu dont il est
     Intrigué par une photo dans un vieux numéro des Cahiers du Cinéma, Hervé Le Roux                        retrouve rapidement confronté à une communauté
                                                                                                                                                                       presque impossible de sortir.
     commence son enquête amoureuse et cinéphilique. Qu’est devenue la jeune femme ?                         qui n’est pas bien sûre de vouloir l’accepter. Tout
                                                                                                                                                                       Il nous présente le parcours initiatique de Nassim
     Qui est-elle ? Avec une cassette du film de 68 en prétexte, Le Roux arpente Saint-Ouen                  peut devenir un obstacle : les températures gla-
                                                                                                                                                                       dans sa ville natale. En retrouvant une mère immigrée
     à la recherche de personnes présentes le jour du tournage. Une autre question hante                     ciales, l’eau qu’il faut soi-même aller chercher avec
                                                                                                                                                                       mal intégrée, une sœur musulmane pratiquante trop
     le film en second plan, qu’est devenue la parole des ouvrier.ère.s ? Son point de départ                deux jerricans, les familles qui préfèrent apprendre
                                                                                                                                                                       jeune pour se marier, un frère qui est paumé et un
     reste le même, le visionnement du film. Il déclenche la parole, une seconde fois, trente                à chasser aux enfants plutôt que de les confier à
                                                                                                                                                                       ancien prof devenu nationaliste, Nassim ne sait plus
     ans après Mai 68. Le temps passé les ouvrier.ère.s ont de nouveau disparu des repré-                    l’instituteur, et évidement le dialecte groenlandais
                                                                                                                                                                       où est sa place. La réalité de cette banlieue est désor-
     sentations cinématographiques. Hervé Le Roux redonne à son cinéma le politique d’une                    qui isole Anders des autres habitants. Mais au lieu
                                                                                                                                                                       mais bien loin de sa réalité à lui.
     époque et aux ouvrier.ère.s il rend l’image et le langage.                                              de prendre peur comme beaucoup d’autres can-
                                                                                                                                                                       Il fait alors face à un dilemme identitaire : d’un côté, sa
     Reprise a une ampleur impressionnante dont l’intelligence repose sur l’articulation et                  didats avant lui, Anders ne baisse pas les bras, et
                                                                                                                                                                       famille et ses amis, des arabes de Bollène, enfermés
     la circulation de ces voix retrouvées, avec l’épure banale d’un reportage, la rigueur d’un              patiemment tente de s’adapter. Samuel Collardey
                                                                                                                                                                       dans leur train-train quotidien résigné. De l’autre, sa
     film policier et le romanesque d’une histoire d’amour. C’est aussi un film à la croisée de              signe un très joli film entre la sensibilité humaine et
                                                                                                                                                                       liberté, avec une femme qui l’aime mais qui découvre
     plusieurs anniversaires cette année, un an après la mort d’Hervé Le Roux et bien sûr le                 l’immensité de l’environnement.
                                                                                                                                                                       au-fur-et-à-mesure la radicalité de ses idées.
     cinquantenaire du joli mai.
Vous pouvez aussi lire