Vaccination en situation d'urgence humanitaire aiguë - GUIDE POUR LA MISE EN ŒUVRE - World Health ...

 
WHO/IVB/17.13F

        Vaccination en
   situation d’urgence
    humanitaire aiguë
GUIDE POUR LA MISE EN ŒUVRE
WHO/IVB/17.13F

          Vaccination en
     situation d’urgence
      humanitaire aiguë
G U I D E P O U GR ULIAD EM IPSOEUERNL Œ
                                       A UMVIRS E
                                  EN ŒUVRE
Le présent document a été élaboré et publié par le Département Vaccination, vaccins et produits biologiques (IVB) avec la contribution des
Départements Médicaments essentiels et produits de santé (EMP), Gestion des risques liés aux situations d’urgence et action humanitaire
(ERM) et Pandémies et épidémies (PED) ainsi que des partenaires présents aux deux réunions des dif férentes parties prenantes et des
pairs lors des examens collégiaux.

Code de commande : WHO/IVB/17.13F

Imprimer : janvier 2018

© Organisation mondiale de la Santé 2018

Certains droits réservés. La présente publication est disponible sous la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale
– Partage dans les mêmes conditions 3.0 IGO (CC BYNC-SA 3.0 IGO ; https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/igo).

Aux termes de cette licence, vous pouvez copier, distribuer et adapter l’œuvre à des fins non commerciales, pour autant que l’œuvre soit
citée de manière appropriée, comme il est indiqué cidessous. Dans l’utilisation qui sera faite de l’œuvre, quelle qu’elle soit, il ne devra
pas être suggéré que l’OMS approuve une organisation, des produits ou des services particuliers. L’utilisation de l’emblème de l’OMS est
interdite. Si vous adaptez cette œuvre, vous êtes tenu de dif fuser toute nouvelle œuvre sous la même licence Creative Commons ou sous
une licence équivalente. Si vous traduisez cette œuvre, il vous est demandé d’ajouter la clause de non responsabilité suivante à la citation
suggérée : « La présente traduction n’a pas été établie par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’OMS ne saurait être tenue pour
responsable du contenu ou de l’exactitude de la présente traduction. L’édition originale anglaise est l’édition authentique qui fait foi ».

Toute médiation relative à un dif férend survenu dans le cadre de la licence sera menée conformément au Règlement de médiation de
l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Citation suggérée. Vaccination en situation d’urgence humanitaire aiguë : Guide pour la mise en oeuvre. Genève : Organisation
mondiale de la Santé ; 2018. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.

Catalogage à la source. Disponible à l’adresse http://apps.who.int/iris.

Ventes, droits et licences. Pour acheter les publications de l’OMS, voir http://apps.who.int/bookorders. Pour soumettre une demande en
vue d’un usage commercial ou une demande concernant les droits et licences, voir http://www.who.int/about/licensing.

Matériel attribué à des tiers. Si vous souhaitez réutiliser du matériel figurant dans la présente œuvre qui est attribué à un tiers, tel que
des tableaux, figures ou images, il vous appartient de déterminer si une permission doit être obtenue pour un tel usage et d’obtenir cette
permission du titulaire du droit d’auteur. L’utilisateur s’expose seul au risque de plaintes résultant d’une infraction au droit d’auteur dont
est titulaire un tiers sur un élément de la présente œuvre.

Clause générale de non responsabilité. Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y
figurent n’impliquent de la part de l’OMS aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de
leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Les traits discontinus formés d’une succession de points ou de tirets sur
les cartes représentent des frontières approximatives dont le tracé peut ne pas avoir fait l’objet d’un accord définitif.

La mention de firmes et de produits commerciaux ne signifie pas que ces firmes et ces produits commerciaux sont agréés ou recommandés
par l’OMS, de préférence à d’autres de nature analogue. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu’il s’agit d’un nom déposé.

L’Organisation mondiale de la Santé a pris toutes les précautions raisonnables pour vérifier les informations contenues dans la présente
publication. Toutefois, le matériel publié est dif fusé sans aucune garantie, expresse ou implicite. La responsabilité de l’interprétation
et de l’utilisation dudit matériel incombe au lecteur. En aucun cas, l’OMS ne saurait être tenue responsable des préjudices subis du fait
de son utilisation.

Imprimé en Suisse.
TABLE DES MATIÈRES
Préface�����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������VI
Sigles et abréviations��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� VIII
I. Introduction��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� IX
     1. Contexte�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� IX
         1.1 Définition d’une situation d’urgence humanitaire aiguë����������������������������������������������������������������IX
         1.2 But, objectifs opérationnels et champ d’application de ce guide�����������������������������������������������������1
II. Structure de l’action opérationnelle��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 3
     2. Création du groupe spécial pour la vaccination��������������������������������������������������������������������������������������� 3
         2.1 La structure du groupe spécial pour la vaccination : direction et composition������������������������������� 4
         2.2 Les fonctions du groupe spécial pour la vaccination����������������������������������������������������������������������� 4
         2.3 Interactions et coordination du groupe spécial pour la vaccination����������������������������������������������� 6
III. Planification et mise en place des services de vaccination en situation d’urgence humanitaire��������������� 10
     3. Décision d’utiliser des vaccins en situation d’urgence humanitaire������������������������������������������������������ 10
         3.1 Analyse de situation – Évaluation du programme national de vaccination������������������������������������11
         3.2 Intégration des services de vaccination dans d’autres services������������������������������������������������������ 12
     4. Planification des services de vaccination en situation d’urgence humanitaire������������������������������������� 13
         4.1 Macroplanification�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 13
         4.2 Microplanification��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 14
         4.3 Fourniture de vaccins���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 16
         4.4 Chaîne du froid�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 19
         4.5 Logistique��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 20
         4.6 Interventions dans la communauté visant à susciter une demande���������������������������������������������� 21
     5. Mise en œuvre des services de vaccination en situation d’urgence humanitaire��������������������������������� 22
         5.1 Garantir l’accès�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 22
         5.2 Stratégies pour la prestation des services de vaccination��������������������������������������������������������������25
         5.3 Calendrier de vaccination��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 28
         5.4 Suivi, évaluation et encadrement bienveillant��������������������������������������������������������������������������������29
     6. Stratégie de sortie et relèvement rapide des services de vaccination systématique��������������������������� 32
Annexe 1. Modèle de microplan (version préliminaire à expérimenter sur le terrain�����������������������������������33
Annexe 2.	Cartographie des entités internationales assurant l’approvisionnement en vaccins dans les
              situations d’urgence humanitaire��������������������������������������������������������������������������������������������������44

                                                                                       V
PRÉFACE
Les flambées de maladies à prévention vaccinale (MPV) survenues récemment lors de situations d’urgence
humanitaire ont fait comprendre à quel point il était nécessaire de mettre en place un cadre global fondé sur
des données factuelles pour la prise de décision en matière de vaccination en situation d’urgence humanitaire
aiguë. En 2013, le document intitulé « Vaccination en situation d’urgence humanitaire aiguë : cadre pour la
prise de décision » a été élaboré et diffusé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).1,2 Après une série de
consultations lancées en 2016 auprès des partenaires, des avancées ont été réalisées, à savoir : (i) le document
« Vaccination en situation d’urgence humanitaire aiguë : cadre pour la prise de décision » (ci-après dénommé
« le cadre ») a été révisé et mis à jour et (ii) le document « La vaccination en situation d’urgence humanitaire
aiguë : guide pour la mise en œuvre » (ci-après dénommé « le guide ») a été élaboré. Ces deux documents
d’orientation sont complémentaires et constituent un ensemble. En outre, différents outils interactifs sont en
cours de mise au point pour faciliter l’utilisation de cet ensemble documentaire et s’assurer de l’actualisation
des données qu’il contient.
L’accès impossible aux services de vaccination en situation d’urgence humanitaire ou de conflits, aigus ou
prolongés, est de plus en plus souvent l’une des principales raisons de stagnation de la couverture vaccinale.
La prestation des services de vaccination dans de tels contextes soulève de nombreuses difficultés.
Pour tirer parti de la grande expérience des pays et des partenaires, l’OMS a organisé en 2016 trois réunions :
       • Janvier 2016 au Caire : les représentants de l’OMS dans les bureaux de pays d’Afghanistan, d’Iraq,
         du Liban, du Pakistan, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, du Bureau régional de l’OMS
         pour la Méditerranée orientale (EMRO) et du Siège de l’OMS ont rassemblé les stratégies et meilleures
         pratiques de vaccination dans l’action humanitaire d’urgence.
       • Juin 2016 à Genève : L’OMS et Médecins Sans Frontières (MSF) ont lancé une consultation auprès de leurs
         partenaires en vue d’identifier les difficultés et les solutions possibles et de surmonter les obstacles
         qui empêchent la fourniture rapide de vaccins à un prix abordable dans les crises humanitaires.
       • Octobre 2016 à Genève : des experts des organisations des Nations Unies, d’organisations internationales
         non gouvernementales, d’organisations partenaires, notamment GAVI et l’industrie des vaccins, se sont
         entendus sur un ensemble de documents et de solutions pour orienter la vaccination dans les situations
         d’urgence humanitaire, ensemble qui pourrait comprendre une version actualisée du cadre pour la
         prise de décision, du guide pour la mise en œuvre et d’un plan de communication destiné à garantir
         la disponibilité et l’utilisation de cet ensemble.
Le présent guide de mise en œuvre n’a pas préséance sur les recommandations et principes généraux existants
relatifs aux situations d’urgence humanitaire mais il les complète, étant centré sur la vaccination en situation
de crises humanitaires.

1
    Vaccination in acute humanitarian emergencies: a framework for decision-making. Disponible en anglais à l’adresse : http://apps.who.int/iris/
    bitstream/10665/255575/1/WHO-IVB-17.03-eng.pdf, dernière consultation en juillet 2017
2
    Un groupe consultatif stratégique d’experts (SAGE) de la vaccination, groupe de travail sur la vaccination en situation d’urgence humanitaire a été
    créé en juin 2011 en vue de déterminer les principaux critères scientifiques, éthiques, économiques, de santé publique, opérationnels et politiques
    qui devront être pris en compte dans un cadre de prise de décision. En novembre 2012, le SAGE a adopté la version finale du document intitulé
    « Vaccination en situation d’urgence humanitaire : Cadre pour la prise de décision».

                                                                         VI
Plus de plus amples informations, reportez-vous au Manuel Sphère3 sur les standards minima dans l’action
humanitaire d’urgence. Pour obtenir davantage d’informations sur le rôle de l’OMS dans l’action d’urgence,
veuillez vous reporter au Cadre d’action d’urgence (ERF). 4

    Veuillez transmettre vos observations et/ou vos suggestions d’amélioration, en indiquant en objet
    « Observations sur le guide pour la mise en œuvre », à l’adresse : vaccines@who.int.

3
    Le Projet Sphère. http://www.sphereproject.org/sphere/fr/, dernière consultation en juillet 2017.
4
    Cadre d’action d’urgence. http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/105634/1/9789242504972_fre.pdf?ua=1&ua=1, dernière consultation en
    juillet 2017.

                                                                          VII
SIGLES ET
ABRÉVIATIONS
CERF    Fonds central pour les interventions d’urgence (de l’Organisation des Nations Unies)
CICR    Comité international de la Croix-Rouge
EMRO    Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale
EWARN   Réseau d’alerte et d’intervention rapides
FICR    Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
GAVI    Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination
GTCV    Groupe technique consultatif pour la vaccination
ICG     Groupe international de coordination (pour l’approvisionnement en vaccins)
MAPI    Manifestations post-vaccinales indésirables
MPV     Maladie à prévention vaccinale
MSF     Médecins Sans Frontières
OMS     Organisation mondiale de la Santé
ONG     Organisation non gouvernementale
PEV     Programme élargi de vaccination
SAGE    Groupe stratégique consultatif d’experts de la vaccination
SCO     salle de contrôle opérationnel

                                              VIII
I. INTRODUCTION

1. Contexte
De nombreux pays dans le monde sont confrontés à une grande diversité de situations d’urgence humanitaire
dues à divers aléas dont l’ampleur, la complexité et les conséquences à l’échelle internationale diffèrent.
Ces situations d’urgence ont de grandes incidences politiques, économiques, sociales et sur la santé publique
en raison des perturbations qui en résultent dans le fonctionnement des systèmes de santé et dans les
infrastructures de base.
Les situations d’urgence humanitaire englobent les crises de courte durée, les crises de longue durée et les
conflits générant des situations d’urgence humanitaire prolongées. Le concept de situation d’urgence « aiguë »
n’implique pas que l’urgence soit à proprement parler de courte durée, car même dans une crise prolongée,
des situations d’urgence peuvent émerger et être jugées « aiguës » en particulier lorsque la situation se
détériore, les facteurs de risque s’accentuent ou les situations évoluent en générant une maladie particulière.
Les situations d’urgence peuvent générer des perturbations graves, peut-être continues, dans les services
de vaccination assurés dans le cadre des soins de santé primaires, avec pour conséquence une chute de la
couverture vaccinale. Il peut en résulter pour la population une baisse de son immunité, une hausse de la
morbidité et de la mortalité dues à des maladies à prévention vaccinale avec de possibles risques de flambées
pouvant être de grande ampleur. De plus, des déplacements massifs de population peuvent entraîner une
baisse d’immunité.
Dans les situations d’urgence, les populations et particulièrement les femmes et les enfants, sont exposés au
risque d’épidémies de maladies transmissibles, notamment à des flambées de maladies à prévention vaccinale.
Cette situation est aggravée par la concomitance de la malnutrition, des conditions de vie dans une grande
promiscuité et des réseaux inadaptés d’eaux usées et d’assainissement.
La vaccination doit faire partie des interventions sanitaires absolument prioritaires mises en œuvre afin de
limiter la morbidité et la mortalité évitables dues aux maladies à prévention vaccinale. Le maintien ou le
rétablissement des services de vaccination systématique doit être l’objectif premier de tout programme national
de vaccination. Il est probable que des programmes bien rodés auront une meilleure capacité d’adaptation
dans une situation d’urgence.

       1.1       Définition d’une situation d’urgence humanitaire aiguë
Une situation d’urgence aiguë est définie comme étant la survenue d’une ou de plusieurs des situations
suivantes, quelle qu’en soit la raison (naturelle et/ou d’origine humaine).

    1. Déplacement soudain et imprévu d’une grande partie de la population hors de son lieu de résidence
       habituel vers tout autre lieu d’implantation (par exemple des camps de réfugiés ou de personnes

                                                        IX
déplacées à l’intérieur de leur propre pays, une communauté d’accueil, des zones urbaines ou des
           zones inhabitées dans le même pays ou des zones transfrontalières).
       2. L’exposition directe de populations civiles non combattantes à des épisodes durables de conflit armé,
          qu’ils soient nouveaux ou exacerbés et qui génèrent des facteurs de risque, notamment une interruption
          de l’accès aux soins de santé, la coupure de l’alimentation en eau et des systèmes d’assainissement,
          l’insécurité alimentaire, etc.
       3. La détérioration imminente ou déjà constatée de l’état nutritionnel, attesté par des indicateurs fiables
          de la sécurité alimentaire et/ou de l’état nutritionnel, au-delà des fluctuations saisonnières connues
          ou des situations de mauvais état nutritionnel chronique et/ou d’insécurité alimentaire.
       4. Une catastrophe naturelle ou d’origine industrielle générant une perte temporaire de domicile,
          l’interruption des services publics essentiels (soins de santé, eau et assainissement, livraisons de secours
          alimentaires, etc.), un risque accru de traumatisme et/ou exposition à des conditions météorologiques
          pénibles, famine, sécheresse, dégradation de l’environnement pour une grande partie de la population.
       5. Rupture soudaine des fonctions essentielles d’administration et de gestion dans le secteur public
          et/ou privé, pour quelque raison que ce soit, entraînant une désorganisation à grande échelle des
          services de santé publique et des services connexes (eau et assainissement, logement par exemple).

La définition d’une situation d’urgence aiguë englobe un grand nombre de scénarios possibles mais il peut arriver
que les données et informations disponibles soient imprécises, incomplètes ou suscitent des controverses.
Dans de tels cas, on ne saurait être trop prudents dans l’application de la définition, c’est-à-dire qu’il vaut
mieux supposer que l’on se trouve réellement dans une situation d’urgence.
Le guide de responsabilité sectorielle santé,5 donne des informations supplémentaires sur l’impact sanitaire
des situations d’urgence ainsi que des actions prioritaires à mener et des étapes essentielles des interventions
sanitaires dans différents dispositifs de prestation et en fonction de causes particulières.

           1.2          But, objectifs opérationnels et champ d’application de ce guide
Le présent guide s’applique aux situations d’urgence aiguës prolongées, notamment au début d’une situation
d’urgence, au plus fort d’une situation d’urgence et dans les phases de prévention ou de sortie/stabilisation
d’une situation d’urgence. Ce document ne présente pas de recommandations modulaires ou de modes
opératoires normalisés. Il a pour but de :
       • déterminer les éléments à prendre en compte lors de la mise en œuvre de la vaccination en situation
         d’urgence humanitaire ;
       • soutenir la gestion et la prestation effectives des services de vaccination, notamment l’échange en
         temps voulu des rapports et des informations dans les situations d’urgence ;
       • identifier les stratégies les mieux adaptées de vaccination dans différents types de situations
         d’urgence pour faciliter l’accès aux populations les plus vulnérables et assurer durablement un accès
         équitable aux services de vaccination ;
       • favoriser le relèvement rapide des services de vaccination pour restaurer un accès équitable aux
         vaccinations et enfin

5
    Guide de responsabilité sectorielle Santé. www.who.int/hac/network/global_health_cluster/guide/fr/ dernière consultation en juillet 2017.

                                                                        1
• faciliter le maintien et l’amélioration de la couverture obtenue par les vaccinations systématiques
      en situation d’urgence prolongée et/ou chronique.

À QUI S’ADRESSE CE GUIDE
Ce guide est conçu pour fournir une orientation au Groupe spécial pour la vaccination chargé de planifier et
de gérer la prestation des services de vaccination systématique et/ou supplémentaire en situation d’urgence
humanitaire (Voir le chapitre 2). Ce Groupe spécial pour la vaccination qui réunit en principe différentes
parties prenantes, peut comprendre du personnel des programmes nationaux de vaccination, des ministères
de la santé et même d’autres ministères au niveau du district et à l’échelon local, des organisations non
gouvernementales (ONG) locales, nationales et internationales ainsi que des organisations internationales.

                                                       2
II. STRUCTURE DE
L’ACTION
OPÉRATIONNELLE

2. Création du groupe spécial pour la vaccination
En situations d’urgence humanitaire, il est important d’identifier clairement et de nommer l’équipe qui sera
chargée de diriger et de coordonner les activités de vaccination. Cette équipe, que nous appellerons « le groupe
spécial pour la vaccination » dans le présent document, bien que ce nom puisse varier selon le contexte, doit être
créée au plus haut niveau de l’autorité de santé ou par l’équipe de pays à vocation humanitaire en l’absence
d’un gouvernement en état de fonctionnement. Un groupe spécial pour la vaccination peut être constitué
dans le pays en utilisant les organes existants pour éviter la création de systèmes parallèles, ou bien il peut
être totalement nouveau, selon les besoins.
Un groupe spécial pour la vaccination est composé de pouvoirs publics et/ou d’autorités locales et de partenaires
tels que des organisations non gouvernementales (ONG) nationales ou internationales, des organisations
internationales et des organisations de la société civile, et il peut faire partie du groupe spécial santé global
ou d’un groupe sectoriel santé,6 si une approche de responsabilité sectorielle est adoptée dans le pays.
Le gouvernement du pays hôte et/ou les autorités locales ont pour responsabilité première d’orienter et de
coordonner l’action opérationnelle du groupe spécial pour la vaccination, avec l’appui indéfectible d’autres
parties prenantes chaque fois que possible.
L’un des principaux atouts du groupe spécial pour la vaccination
doit être le dispositif de prise de décision fondé sur des                                      PRENDRE LES BONNES MESURES AU
données factuelles que tous les membres adoptent, défendent                                             BON MOMENT.
et appliquent.
En principe, les différents scénarios dans l’action d’urgence ont été anticipés et préparés, ce qui permet de
réunir rapidement les membres du groupe spécial pour la vaccination dès que survient une crise. En situation
d’urgence, s’il est important de prendre les bonnes mesures, il est encore plus important de les prendre au
bon moment.

6
    Le groupe sectoriel santé est utilisé pour des évaluations coordonnées, des analyses conjointes, l’élaboration et l’adoption de politiques globales,
    d’objectifs et d’une stratégie de riposte à une crise sanitaire. Il assure aussi le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre et de l’impact de cette
    stratégie.

                                                                           3
2.1 La structure du groupe spécial pour la vaccination :
           direction et composition
Le premier principe directeur énoncé dans le Plan d’action
mondial pour les vaccins7 est le suivant : « Il appartient                                    IL EST CRUCIAL QUE TOUS LES
principalement aux pays et il est essentiellement de leur                                      ÉCHELONS ADMINISTRATIFS
responsabilité de mettre en place une bonne gouvernance et                                     SOIENT REPRÉSENTÉS DANS
de fournir à tous des services de vaccination efficaces et de                                LE GROUPE SPÉCIAL POUR LA
qualité ». Conformément à ce principe, le gouvernement ou                                       VACCINATION ET QUE L’ON
l’autorité locale doit présider le groupe spécial pour la vaccination                      OBTIENNE LA PARTICIPATION D’UNE
pour asseoir sa légitimité et son autorité. En l’absence d’un                                ENTITÉ TECHNIQUE NATIONALE
gouvernement en état de fonctionnement et/ou si les systèmes                                     FORTE OU D’UNE AGENCE
et le personnel ne sont pas pleinement opérationnels, l’OMS,                                 TECHNIQUE INTERNATIONALE.
le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), des ONG
ou d’autres organisations peuvent en assurer la présidence.
Le groupe spécial pour la vaccination doit veiller à ce que tous les échelons administratifs touchés par la crise
(niveau central, infranational ou local) soient représentés pour être à même de soutenir directement les activités
de planification et de mise en œuvre aux niveaux concernés, selon les besoins. À des fins de crédibilité, il est
crucial d’obtenir la participation d’une entité technique nationale forte (GTCV par exemple) ou d’une agence
technique internationale (OMS, UNICEF par exemple). Pour garantir une mobilisation rapide et efficace des
ressources, il sera utile de mettre en place des modalités de communication et de prises de décisions avec le
ministère des finances.
Le nombre des membres du groupe spécial pour la vaccination n’est pas fixé à l’avance comme nombre
optimal. Dans certains contextes, le groupe spécial pour la vaccination peut être limité à un petit nombre
de partenaires (par exemple le ministère de la santé, l’OMS, l’UNICEF) dans l’optique d’une procédure rapide
de prise de décision. Dans d’autres circonstances, la disponibilité d’un plus grand nombre de partenaires
opérationnels peut être plus intéressante pour garantir la mise en œuvre des activités prévues.
Il convient d’accorder toute l’attention nécessaire à l’expertise technique requise. Le cas échéant, des ONG
peuvent être membres. L’adhésion d’organisations de la société civile et d’associations de professionnels peut
être un atout.
Un plus petit groupe de personnes assurera le secrétariat du groupe spécial pour la vaccination. Ce secrétariat
sera choisi parmi les organisations membres de ce groupe. Les principaux partenaires pourraient proposer
des volontaires pour participer aux tâches du secrétariat.

           2.2         Les fonctions du groupe spécial pour la vaccination
Tous les partenaires concernés doivent s’entendre sur le mandat confié au groupe spécial pour la vaccination.
En retour, ce mandat doit aider à affiner la structure et la composition des membres de ce groupe. Le Tableau 1
donne un exemple de ce que ce mandat peut inclure.
Il est nécessaire d’assurer une étroite collaboration et une coordination avec le groupe sectoriel santé, le groupe
spécial santé et toute autre entité pouvant être responsable de la surveillance des maladies.
La fréquence des réunions peut varier et doit être déterminée selon les circonstances. Dans les crises aiguës,
les réunions se dérouleront probablement au jour le jour pour gérer l’évolution de la situation. Dans les cas
de crises prolongées, les réunions hebdomadaires ou bihebdomadaires peuvent convenir.
7
    Plan d’action mondial pour les vaccins. http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/79315/1/9789242504989_fre.pdf?ua=1 dernière consultation en
    juillet 2017.

                                                                            4
Tableau 1         Exemple de mandat du groupe spécial pour la vaccination :

    ∙∙ Planifier et surveiller la mise en œuvre et la délivrance d’un ou de plusieurs vaccins nécessaires en
       situation d’urgence humanitaire, selon ce qui sera déterminé en s’appuyant sur le cadre pour la prise
       de décision, en accordant l’attention nécessaire aux obligations d’éthique, à la participation de la
       communauté et à d’autres questions s’y rapportant, comme expliqué dans le cadre.
    ∙∙ Utiliser le cadre pour évaluer et identifier les vaccinations prioritaires et/ou nécessaires (si l’évaluation
       n’a pas été réalisée avant la création du groupe spécial pour la vaccination).
    ∙∙ Dans les crises prolongées, réévaluer les besoins de vaccination en s’appuyant sur le cadre.
    ∙∙ Prendre collectivement des décisions techniques sur les stratégies appropriées pour l’administration
       des vaccins sélectionnés.
    ∙∙ Plaider en faveur des interventions de vaccination et mobiliser des ressources (humaines et financières)
       en utilisant la base du groupe sectoriel santé.
    ∙∙ Diriger et garantir la coordination des activités des partenaires concernés, en assurant une définition
       claire des responsabilités respectives.
    ∙∙ Mettre en place ou s’assurer de la disponibilité d’une salle de contrôle opérationnel au niveau national
       et/ou infranational.
    ∙∙ Se coordonner avec les pays voisins si la situation l’exige.
    ∙∙ Surveiller et/ou aider au maintien ou à la restauration des vaccinations systématiques, notamment
       par des interventions conjointes visant à répondre à l’ensemble des besoins sanitaires.
    ∙∙ Surveiller la situation et le fonctionnement des approvisionnements et de la chaîne du froid.
    ∙∙ Garantir la fourniture de vaccins et la disponibilité du matériel et des dispositifs connexes.
    ∙∙ Transmettre les informations et des recommandations et le cas échéant, renforcer les capacités au
       niveau infranational.
    ∙∙ Suivre et favoriser une demande de vaccination de la part de la communauté.
    ∙∙ Élaborer les principaux indicateurs de suivi, suivre et évaluer la mise en œuvre du plan et le réviser
       si nécessaire.
    ∙∙ Activités de documentation et informations s’y rapportant.

2.2.1 MISE EN PLACE DE LA SALLE DE CONTRÔLE OPÉRATIONNEL
Au début d’une situation d’urgence aiguë, le groupe spécial pour la vaccination doit mettre en place ou s’assurer
de la disponibilité d’une salle pour la commande des opérations au niveau national et/ou infranational. Cette
salle de contrôle opérationnel (SCO) doit être une composante du centre d’opérations d’urgence de santé
publique ou être intégrée à ce centre s’il existe. La SCO doit disposer d’un personnel permanent et être équipée
des moyens de communication requis, adaptés et efficaces. Il est préférable que le responsable de la SCO
soit un membre chevronné du groupe spécial pour la vaccination ou, au moins, un membre chevronné de
l’équipe de la SCO. Il n’est pas possible de définir de façon prescriptive le nombre d’effectifs et les compétences
requises mais on peut faire appel au personnel du programme national, s’il est encore disponible, ou au
personnel de partenaires. Les capacités techniques doivent comprendre principalement un personnel ayant
une solide expérience du Programme élargi de vaccination (PEV), des technologies de l’information ainsi que
des moyens de compilation et d’analyse des données. Il est possible d’obtenir davantage d’informations dans
le Cadre OMS pour un centre d’opérations d’urgence de santé publique.8

8
    Cadre pour un centre d’opérations d’urgence de santé publique. http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/258804/1/9789242565133-fre.pdf, dernière
    consultation en juillet 2017.

                                                                       5
La principale fonction de l’équipe de la SCO est la coordination des activités et le maintien de la communication
avec les interventions en cours visant à répondre aux besoins à la périphérie. Elle peut aussi être utilisée pour
recevoir et traiter les demandes de renseignements du public, si le groupe spécial pour la vaccination attribue
cette tâche à cette équipe et si celle-ci dispose des moyens techniques nécessaires.
Les principales responsabilités de l’équipe de la SCO sont les suivantes :
    • En coordination avec le Système d’alerte rapide en
      cas de maladie et/ou d’autres structures concernées :                 LA SALLE DE CONTRÔLE
      a. Recueillir, compiler et analyser les rapports réguliers       OPÉRATIONNEL      DOIT ASSURER LA
         sur les activités de vaccination, notamment le nombre          COORDINATION DES ACTIVITÉS,
         de doses administrées, la couverture vaccinale,                 LA COMMUNICATION, ET LES
         les manifestations post-vaccinales indésirables,             INTERVENTIONS EN COURS VISANT
         les groupes hors d’atteinte et les refus.                       À RÉPONDRE AUX BESOINS À
                                                                                LA PÉRIPHÉRIE.
      b. Évaluer les besoins en ressources humaines,
         la formation et assurer le suivi de la qualité.
      c. Se maintenir à jour sur les résultats de la surveillance des maladies dans la communauté et dans les
         établissements de santé pour aider à organiser par anticipation les campagnes de communication
         et la participation de la communauté et pour gérer les éventuelles rumeurs.

    • Pour échanger les informations et répondre activement aux besoins, assurer régulièrement une
      communication réciproque avec les sites situés en périphérie et le suivi de :
      a. La fourniture et l’innocuité des vaccins,
      b. La situation relative à la chaîne du froid,
      c. Les fonctions des établissements de santé et des services de vaccination,
      d. Les menaces pour la sécurité et la préservation du profil de sécurité des différentes zones touchées.
    • Émettre un rapport quotidien, partagé avec le groupe spécial pour la vaccination, la périphérie et
      les partenaires.
    • Émettre des rapports de synthèse, transmis au moins chaque semaine.
    • Recevoir des plaintes ou des questions de la part du public et répondre si nécessaire (si cette tâche
      est confiée à l’équipe de la salle de contrôle opérationnel, leurs coordonnées doivent être diffusées).

       2.3       Interactions et coordination du groupe spécial pour la vaccination

2.3.1 INTERACTION ET COORDINATION DU GROUPE SPÉCIAL POUR LA VACCINATION ET DU GROUPE
SECTORIEL SANTÉ
Un grand nombre de diverses organisations peuvent être
présentes dans une situation d’urgence humanitaire et dans            L’INTERACTION ENTRE LE GROUPE
ce cas, la coordination représente un défi fréquent et                  SPÉCIAL POUR LA VACCINATION
permanent. Lorsqu’on adopte l’approche de la responsabilité            ET LE GROUPE SECTORIEL SANTÉ
                                                                       ASSURE UNE COHÉRENCE ENTRE
                                                                      L’ACTION INTERNATIONALE ET LES
                                                                          STRUCTURES NATIONALES.

                                                         6
sectorielle, le groupe sectoriel santé au niveau du pays9 doit constituer un dispositif permettant aux organisations
participantes d’agir en partenariat en vue d’harmoniser les actions et d’optimiser les ressources disponibles,
en évitant les lacunes et/ou des redondances dans les activités.
Le groupe spécial pour la vaccination doit interagir avec
le groupe sectoriel santé au niveau national pour assurer                  LE GROUPE SPÉCIAL POUR LA
une cohérence entre l’action internationale et les structures         VACCINATION,      AU NIVEAU NATIONAL,
nationales et coordonner les liaisons entre autorités nationales,       EST CENTRÉ SUR LES QUESTIONS DE
organisations internationales, société civile nationale et autres        POLITIQUE ET LA PLANIFICATION
parties prenantes. Si un groupe spécial infranational pour la                       STRATÉGIQUE.
vaccination et des groupes sectoriels santé infranationaux ou              LE  GROUPE    SPÉCIAL POUR LA
associés à des zones sont mis en place, le niveau infranational              VACCINATION, AU NIVEAU
sera centré sur la planification locale et les problèmes de mise       INFRANATIONAL,       EST CENTRÉ SUR LA
en œuvre, tandis que l’interaction et la coordination au niveau         PLANIFICATION LOCALE ET LA MISE
national seront centrées sur les questions de politique et sur                        EN ŒUVRE.
la planification stratégique.   5

En identifiant au plus tôt les différents rôles et responsabilités,
l’interaction entre le groupe spécial pour la vaccination et le groupe sectoriel santé peut renforcer les dispositifs
de coordination entre les autorités du pays, les partenaires et des organisations assurant différents services de
santé. Cette coordination peut permettre une rapide identification des risques et des enjeux grâce au partage
des expériences et des informations et elle peut aboutir à des prises de décision collectives. Il en résulte une
meilleure gestion des ressources telles que les ressources humaines, financières, logistiques et/ou matérielles,
l’adoption, la défense et la mise en œuvre des stratégies de prestation de services.
Les tâches suivantes sont importantes pour obtenir une coordination efficace entre le groupe spécial pour la
vaccination et le groupe sectoriel santé.
       • Veiller à ce que le groupe sectoriel santé participe pleinement et soit régulièrement tenu informé des
         activités prévues de vaccination et des résultats de leur mise en œuvre.
       • Transmettre au groupe sectoriel santé les zones cartographiées de prestation de services et l’organisation
         des activités des partenaires.
       • S’assurer que les services de vaccination font partie des activités du groupe sectoriel santé comme
         les évaluations conjointes, le suivi, les plans de préparation et d’action, la mise en place au préalable,
         les convois humanitaires, la prestation de services pendant les pauses dans les conflits, la collecte de
         fonds, etc.
       • Obtenir la participation du groupe sectoriel santé à la mobilisation des ressources, localement et au
         niveau central et comme dispositif essentiel de coordination des prestations de services de vaccination.
       • Faire participer les parties prenantes au sein du groupe sectoriel santé pour éviter les redondances
         et/ou les lacunes dans les services.
       • Obtenir la participation du groupe sectoriel santé pour identifier de nouveaux partenaires éventuels
         susceptibles d’apporter une aide dans la prestation des services de vaccination.

9
    Le groupe sectoriel santé au niveau national doit normalement comprendre des organisations assurant ou soutenant les services de santé dans les
    zones touchées : organisations des Nations Unies (OMS, UNICEF, FNUAP), autres organisations internationales (par exemple OIM, IFRC), Sociétés
    nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ONG internationales et nationales, représentants des principaux prestataires de santé du
    secteur privé, principaux donateurs dans le secteur de la santé et autres parties prenantes de premier plan.

                                                                       7
2.3.2 INTERACTION ET COORDINATION DU GROUPE SPÉCIAL POUR LA VACCINATION ENTRE LE
NIVEAU NATIONAL ET LE NIVEAU INFRANATIONAL
Dans les situations d’urgence, l’interaction entre le niveau national et le niveau infranational peut se trouver
interrompue. C’est pourquoi il est important de s’assurer des compétences techniques et des capacités de gestion
au niveau local et/ou de les renforcer pour éviter l’interruption des prestations des services de vaccination.
Les activités ci-dessous peuvent être mises en place pour aider à autonomiser la gestion aux niveaux
infranationaux :
    • Formuler et activer le groupe spécial pour la vaccination
      au niveau infranational, dans la mesure du possible.                EN SITUATION D’URGENCE,
                                                                        IL EST IMPORTANT D’OBTENIR
    • Se coordonner avec le groupe sectoriel santé au niveau        L’IMPLICATION DE LA COMMUNAUTÉ
      infranational et au niveau des zones s’ils sont mis              DANS TOUTES LES ACTIVITÉS DU
      en place.                                                        PROGRAMME DE VACCINATION.
                                                                         PLUS TÔT LA COMMUNAUTÉ
    • Mettre en place et maintenir des contacts réguliers et        S’IMPLIQUE, PLUS VOLONTIERS ELLE
      fréquents, autant que possible, entre le groupe spécial        ADOPTE LE PROGRAMME ET LE MET
      pour la vaccination au niveau central et celui agissant             DURABLEMENT EN ŒUVRE.
      en périphérie, en vue d’examiner la situation.
    • Décentraliser et déléguer l’autorité aux niveaux périphériques si nécessaire en gardant une flexibilité
      dans la planification et les modalités administratives et financières pour s’adapter à la situation locale.
    • Grâce à l’interaction avec ses responsables, inciter la communauté à accepter l’intervention et à
      pérenniser sa mise en œuvre autant que possible. Une participation précoce de la communauté peut
      permettre d’identifier ceux de ses membres qui pourront éventuellement se charger de la prestation
      de services et assurer la sécurité et la sûreté du personnel, des bénéficiaires et du matériel.
    • Identifier les ONG et les partenaires non traditionnels du PEV qui peuvent jouer un rôle important
      dans la prestation des services si le système gouvernemental n’est plus opérationnel.
    • Aider à la gestion de la situation locale en identifiant et en collaborant avec les autorités locales et/ou
      les groupes armés (voir la section 3.1).
    • Rassembler et échanger les informations et se coordonner avec les districts ou gouvernorats voisins
      et/ou provinces voisines pour garantir une transparence, optimiser les ressources disponibles et éviter
      les activités redondantes.
    • Le niveau infranational doit suivre les recommandations du groupe spécial central sur la vaccination,
      tout en gardant une certaine flexibilité pour s’adapter à la situation locale.

                                                         8
2.3.3 INTERACTION ET COORDINATION DU GROUPE SPÉCIAL POUR LA VACCINATION AVEC LE GROUPE
TECHNIQUE CONSULTATIF POUR LA VACCINATION AGISSANT AU NIVEAU NATIONAL (GTCV)
Les GTCV sont des groupes pluridisciplinaires d’experts chargés
de donner aux autorités sanitaires des conseils indépendants             LE GROUPE SPÉCIAL POUR LA
et fondés sur des données probantes, portant sur des questions           VACCINATION ET LE GROUPE
de politique liées aux vaccins et à la vaccination de tous les        TECHNIQUE CONSULTATIF POUR LA
groupes de population.                                               VACCINATION DOIVENT COLLABORER
                                                                      SUR DES QUESTIONS TECHNIQUES.
Dans les pays où un GTCV fonctionnel existait déjà avant la
survenue de la situation d’urgence humanitaire, le groupe
spécial pour la vaccination doit collaborer étroitement avec ce groupe consultatif sur des questions techniques.
Le groupe spécial pour la vaccination peut bénéficier de l’expertise du GTCV et de ses connaissances de la
situation locale. Une interaction et une coordination avec le GTCV renforcera l’utilisation des structures
nationales et favorisera la visibilité du GTCV.
Dans les pays où le fonctionnement du GTCV est interrompu, le groupe spécial pour la vaccination peut tirer
parti de l’expertise de ses membres encore disponibles. Bien que ce ne soit pas une priorité de l’action d’urgence
initiale, le groupe spécial peut favoriser la restauration du GTCV au cours de la phase de relèvement.

                                                      9
III. PLANIFICATION ET
MISE EN PLACE DES
SERVICES DE
VACCINATION EN
SITUATION D’URGENCE
HUMANITAIRE

3. Décision d’utiliser des vaccins en situation d’urgence
humanitaire
Les hauts fonctionnaires du gouvernement et des organisations partenaires membres du groupe spécial pour
la vaccination, s’il est créé, doivent appliquer une méthode factuelle, transparente et rigoureuse pour décider
du ou des vaccins à utiliser dans une situation donnée. Si cette décision n’est pas prise, le Cadre1 transmettra
cette méthode.
Le résultat de ce processus de décision est la détermination de mettre en œuvre la ou les interventions
de vaccination contre chaque maladie à prévention vaccinale sélectionnée, et constitue une composante
essentielle d’un plan de vaccination d’urgence10 et/ou d’un plan d’action. L’interaction entre le groupe spécial
pour la vaccination et le groupe sectoriel santé, si elle est mise en place, est importante pour obtenir les
meilleures synergies entre parties prenantes nationales et internationales, au bénéfice de ces plans. On peut
y parvenir en organisant des réunions de sensibilisation et en préparant des campagnes de communication

10
     Un plan de vaccination d’urgence implique d’anticiper différents scénarios et doit faire partie du plan national d’urgence global prévu dans
     les situations d’urgence humanitaire, si un tel plan existe. Il doit inclure des services de vaccination systématique ou par campagnes, selon les
     besoins, et répondre aux demandes de services de vaccination en dehors des zones touchées par la crise dans les cas où il est prévu de limiter les
     vaccinations aux zones touchées par la crise. La plupart des plans sont prévus pour un pays particulier mais ils peuvent aussi être prévus pour
     plusieurs pays ou pour des régions dans lesquelles il faut tenir compte de problèmes transfrontaliers.

                                                                               10
qui permettront de présenter une analyse de la situation, de souligner l’ampleur du problème, de fournir une
bonne estimation des risques et d’identifier les domaines de collaboration et de coordination.

            3.1 Analyse de situation – Évaluation du programme national
            de vaccination
Dès que l’imminence d’une situation d’urgence ou d’une crise
ne laisse plus de doute, le groupe spécial pour la vaccination                                    DÈS QUE POSSIBLE, LE GROUPE
doit entreprendre une évaluation du programme national                                            SPÉCIAL POUR LA VACCINATION
de vaccination dans le cadre d’une analyse globale de la                                          DOIT ÉVALUER LE PROGRAMME
situation. Cette évaluation du programme de vaccination                                          NATIONAL DE VACCINATION POUR
a pour principal objectif de décrire la situation présente                                         POUVOIR DÉTERMINER QUELS
structurelle et fonctionnelle du programme dans les zones                                       VACCINS ADMINISTRER D’URGENCE,
touchées. Elle permettra de déterminer si la mise en œuvre des                                   À QUELS GROUPES PARTICULIERS
vaccinations est faisable et quelles ressources sont nécessaires                                 DE POPULATION ET DANS QUELLES
pour élaborer un plan réaliste en tenant compte des obstacles                                        ZONES GÉOGRAPHIQUES.
socio-culturels et des difficultés d’accès qui auront été constatés
dans la situation d’urgence.
Le programme de vaccination peut être évalué dans le cadre d’une évaluation globale de la situation sanitaire
par le groupe sectoriel santé ou il peut s’agir d’une évaluation distincte. Il est préférable de procéder à une
évaluation sur le terrain mais si ce n’est pas possible, un examen des documents et données disponibles11 peut
être entrepris jusqu’à ce que la situation permette une évaluation sur le terrain, si le besoin s’en fait sentir.
Les données disponibles les plus récentes doivent être obtenues
auprès de sources officielles du gouvernement et d’autres                      LORSQU’UNE ÉVALUATION
partenaires fiables. L’évaluation de questions relatives à                   GLOBALE N’EST PAS FAISABLE,
l’inégalité entre les sexes et à l’équité, à l’acceptation des                 ÉVALUER EN PRIORITÉ LES
vaccins, aux problèmes sociaux et à d’autres difficultés                     IMPÉRATIFS OPÉRATIONNELS.
pouvant faire obstacle à la vaccination doit être incluse dans
l’analyse de situation. Dans la mesure du possible, l’analyse
des informations doit être présentée de façon lisible et détaillée. Toutefois, une évaluation approfondie de
tous les aspects du programme de vaccination peut ne pas être faisable dans une situation d’urgence. Dans ce
cas, il convient de réaliser en priorité une évaluation des impératifs opérationnels de vaccination. Dans les
situations d’urgence prolongées, cette évaluation doit être systématiquement répétée tous les deux mois.
Autrement, cette évaluation peut être utilisée comme base de référence et les données particulières recueillies
par l’un ou l’autre partenaire ou secteur dans le groupe sectoriel santé peuvent être utilisées pour la mise à
jour régulière de l’évaluation. L’équipe de la SCO, si celle-ci est déjà en place, est chargée de recueillir, de suivre
et d’analyser les données.
Dans le cadre de l’analyse de situation, il convient d’accorder une grande attention aux impératifs opérationnels
et notamment à la logistique. Ce peut être le point de départ de la mobilisation des ressources. S’ils existent,
des microplans récents peuvent être de précieuses sources d’informations.

11
     Les données pouvant être utilisées pour l’examen sur dossier de la situation du programme national de vaccination sont les données relatives à la
     couverture vaccinale (nationale et infranationale), les documents sur la situation sanitaire du pays, les données sur l’incidence d’une maladie, entre
     autres (résultats d’examens et d’évaluations, plans d’amélioration, etc.)

                                                                          11
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler