Dossier spécial football - SPORT Stratégies

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

DOSSIER SPÉCIAL FOOTBALL Plus qu’un club, un lieu de vie #615 sportstrategies.com HEBDO I 16-22DÉCEMBRE2019 Sponsoring maillot : mode d’emploi PAROLE D’EXPERT

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

OFFRE DÉCOUVERTE - ABONNEZ-VOUS -30% SOIT 267€ D'ÉCONOMIE 40 MAGAZINES PAR AN 80 E-NEWSLETTERS L’ABONNEMENT COMPREND 1000 FICHES CONTACTS PAR AN ACCÈS ILLIMITÉ AU SITE INTERNET INVITATIONS ET PRIVILÈGES Nom . . Prénom . . Né(e) le . . Email . . Société . . Fonction . . Adresse . . Code postal . Ville . . Téléphone . . . . Abonnement réservé aux professionnels. Merci de retourner ce bulletin signé et accompagné de votre règlement par chèque 623€ au lieu de 890€ TTC à l'ordre de Sport Stratégies.

Je reçois en cadeau 300 coordonnées en fiches contacts pdf.

SPORT STRATÉGIES 60643 CHANTILLY CEDEX abo.sportstrategies@ediis.fr - 01 45 19 59 08 Conditions: Offre valable pour tout nouvel abonnement en France et en Europe. Nous préciser l’adresse de facturation si différente de celle de la livraison. Offre personnelle réservée pour un utilisateur unique. Après acceptation des conditions d’utilisation du site: www.sportstrategies.com Renouvellement d’un an par tacite reconduction (tarifs majorés de 20% sans reconduction tacite). Pour renoncer à la tacite reconduction, merci de nous adresser un courrier AR à l’adresse mentionnée ci-contre au plus tard un mois avant la date anniversaire.

Toute reproduction du magazine et du site Internet est strictement interdite. L’abonné s’engage à régler le montant d’un abonnement annuel pour toute reproduction qu’il aura transmis ou dont il sera l’auteur. Fait à . Le . .

Signature (obligatoire) - Accédez à toutes les informations sur le marketing sportif et le sponsoring - Inspirez-vous d’activations innovantes - Détectez de nouveaux partenaires - Comparez les montants et retours sur investissements - Networkez ! LA REFERENCE EDITORIALE DU MARKETING ET DU SPONSORING SPORTIF 40 MAGAZINES PAR AN 1 200 FICHES DE CONTACTS UNE OFFRE D’ABONNEMENT À 623 € (SOIT -30%) LA PREMIÈRE ANNÉE UNIQUEMENT PUIS 890 € LA RÉFÉRENCE ÉDITORIALE DU MARKETING ET DU SPONSORING SPORTIF Nous contacter directement pour la communication : icarrieu@sportstrategies.fr - 01 45 19 59 08 - 06 48 75 23 80 L’ACTUALITÉ DU SPORT BUSINESS ET LES DERNIÈRES PRATIQUES ! ABONNEMENT

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

SOMMAIRE 12 08 16-22DÉCEMBRE2019 #615 3 ACTU 04. INTERVIEW 1,3 milliard de livres sterling dépensés par les supporters en Premier League 06. RAPPORT La réforme des CTS est en marche 08. FOOD « La bavette des chefs », l’opération gastronomique d’Uber Eat 09. PARTENARIAT BKT, créateur de lien émotionnel grâce à la Coupe de la Ligue BKT 10. ÉVÉNEMENT « Nous entamons ce chapitre 3 du Dakar...» Laurent Lachaux 11. PAROLE D’EXPERT Sponsoring maillot : mode d’emploi DOSSIER 12. PLUS QU’UN CLUB, un lieu de vie 13. LE PSG s’offre un nouveau partenaire : le Rwanda 14. L’OM crée sa verticale événementielle 15.

BORDEAUX s’engage un peu plus dans la protection de l’environnement 16. LYON mise sur l’OTT et... l’ASVEL 16. BREST, le sportif avant tout 17. SCO D’ANGERS s’ouvre à l’EAJF 18. L’OGC NICE s’offre son identité sonore 19. LE FC NANTES valorise l’expérience supporter 19. L’AS SAINT-ÉTIENNE une institution sociale ?

20. LE STADE DE REIMS roi de l’intégration partenariale 21. STRASBOURG au cœur du digital, et main dans la main avec Europa Park 22. AMIENS SC, champion du RSE 22. TOULOUSE fonce sur le digital pour remplir son stade 23. LE LOSC, les deux pieds dans l'eSport 24. Le réalisateur Antoine Biard offre un doc au STADE RENNAIS 24. L’AS MONACO champion de France du digital 25. DFCO DIJON mise sur les minots 26. FC METZ s’offre un centre d’entraînement flambant neuf digne de la L1 26. LE MHSC lance le « Club des loulous » 27. NÎMES OLYMPIQUE : le nouveau stade intégré dans un grand projet immobilier 28.

LA LIGUE 2 en 3 exemples significatifs CLUB 30. CARTES DE VISITE Toute copie, reproduction ou représentation intégrale ou partielle sans l’autorisation écrite de la société Sport Stratégies S.A.S est illicite et constitue une contrefaçon punie de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende (art. L. 335-2 du code de la propriété intellectuelle).

Sport Stratégies SAS au capital de 39420 e RCS NANTERRE 478052228 N° TVA intra. : FR 56478052228 CPPAP : 0619 I 86054 ISSN : 1772-7693 Adresse / Siège social 8, rue Barthélémy d’Anjou 92100 Boulogne-Billancourt Tél. : 01 45 19 59 08 Directeur de la publication GUILLAUME SAMPIC Directeur de l'édition GUILLAUME SAMPIC Rédacteur en chef ALAIN JOUVE Rédacteur en chef-adjoint ALEXIS VENIFLEIS Chef de projet IVAN CARRIEU Secrétaire de rédaction ISABELLE GAUDON Ont collaboré à ce numéro : LORENZO LECCI LÓPEZ / HUGO MARQUIS Crédits photos PanoramiC - iStockphoto Maquette COMQUEST Service client / Publicité / Abonnement marketing@sportstrategies.com Impression TANGHE PRINTING Boulevard industriel, 20 B-7780 Comines - Belgique Tél : +32 56 55 88 22 TOUTE L'ÉQUIPE DE SPORT STRATÉGIES VOUS SOUHAITE DE PASSER D'EXCELLENTES FÊTES DE FIN D'ANNÉE.

NOUS NOUS RETROUVONS LE 13 JANVIER 2020. INDEX DES MARQUES AccèsBureautique(p29),Actual(p18),ActualLeaderGroup(p17),adidas (p16), Aesio (p20), Afflelou (p20), ALB Event (p25), ALL (Accor Live Limitless)(p13),Alticap(p29),AmericanExpress(p13),APREVA(groupe Aesio) (p23), Aquafina (p10), AREMA (p14), ASO (p10), Atrium (p20), Aushopping Noyelles (p28), Bacon Esteban Couverture (p29), Banque Populaire (p23), Betclic (p15), BigBen Interactive (p26), Biostime (p29), Bistrot Régent (p15), BKT (p9), Boulanger (p21), Bouygues (p21), Bpifrance (p24), Bureau d’Étude Gastronomique (p8), Bymycar (p20), Caisse d’Épargne (p23), Car Avenue (p26), Cheminées Philippe (p28), Chez Soi traiteur (p21), Clairefontaine (p18), Coca-Cola (p13), Comarch (p23), Construction (p29), Crédit Agricole (p20), Crédit Mutuel (p25), DAF Groupe Lefebvre (p29), Dallmayrr (p23), De Boussac (p23), Deliveroo(p11),DemathieuBard(p21),Desjoyaux(p20),DMAX(p23), E.Leclerc (p26), EDF (eSport) (p23), Eiffage (p21), Étoile 35 (p24), eToro (p4), Europa Park (p21), EVA AIR (p20), FDJ (p20), Fedcom (p25), Fernet-Branca (p10), Flamino (p19), France Boisson (p14), G.Academy (p19), Gaussin (p13), Gezim (p21), Goodrich (p10), groupe Accor (p13), Groupe Casino (p20), groupe Dugardin (p23), Gueudet (p22), Hankook (p25), Hectare (p27), Hellfest (p19), Hello Lille (p23), Hexaôm (p11), Hubside (p13), Hugo Boss (p13), Hyper U (p20), Hyundai (p11), Igol (p22), INEOS (p18), Inter-Conseil (p26), Intersport (p22), Isigny Sainte Mère (p29), Jean Lefebvre (p21), Joma (p23), Kaporal (p14), Kappa (p25), Kidibul (p28), Konami (p25), KPMG Football Benchmark (p4), Künkel (p29), L’acoustics (p14), La DépêcheduMidi(p23),LaFourmi(p8),LagardèrePlus(p11),Lagardère Sports (p11), LCR (p21), Le Coq Sportif (p20), Le Gaulois (p18), Leclerc (p22), Les Senioriales (p20), Lingenheld (p21), Lovebet (p13), Loxam (p21), LP Promotion (p23), Mac Donalds (p23), Macron (p18), Maison Caen (p29), Maisons France Confort (groupe Hexaôm) (p20), Maisons Pierre (p19), Manitou (p19), Markal (p20), Mc Donalds (p21), MEL (p23), Mercedes-Benz Truck (p10), Millet (p19), Miraval (p14), Motul (p10), MSC Cruises (p13), Mumm (p13), Mutuelles du Soleil (p25), Netflix(p29),NewBalance(p23),Newrest(p23),Nike(p26),Numerize (p21), OL Group (p16), Orezza (p25), P2i (p18), Parc and Sports (p14), Parions Sport en Ligne (p25), Partouche (p27), Pasino Bet (p27), Phillip Plein (p25), Pierre Schmidt (p21), Produc'son (p21), Puma (p22), Purexpert (p18), Rebellion (p10), Renault (p13), Replay (p13),Reproland(p21),SaintBaume(p14),SecuTix(p22),SFR(p21), Signify (p14), Sinfin (p29), Sixième Son (p18), SNEF (p14), socios.

com (p13), Spa Auto (p29), Steel (p20), Stradim (p21), Teddy Smith (p16), Thalazur (p29), Toma Interim (p20), Toyota (p14), Transports Caillot (p20), Triangle (p23), Triangle Intérim (p20), Uber (p8), Uber Eats (p8), Umbro (p29), Unibet (p13), Valode et Pistre (p27), Waigeo (p28), Walter store (p21), WF (p20), Winamax (p22), Zebet (p20)

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

4 #615 16-22DÉCEMBRE2019 ACTU INTERVIEW L 'étude analyse les dépenses des supporters anglais au cours des cinq dernières saisons de Premier League, en prenant en compte le coût des déplacements en voiture et en train, des produits dérivés, des billets, des abonnements à la télévision et des consommations vendues dans les stades. Bien que le coût des billets des matchs représente une part importante du coût total, le prix global des billets pour un supporter engagé n'a augmenté que de 1 % depuis 2014-2015. Cette faible augmentation de prix démontre l'impact positif du plafonnement sur le prix des billets pour les matchs à l'extérieur.

Il reflète également les efforts fournis par les clubs pour soutenir leurs supporters, y compris le gel des prix des abonnements de saison.

Les plus fortes hausses de prix par spectateur sont les abonnements à la télévision (40 %), les produits dérivés (21 %), les billets des matchs (14 %) et denrées (hausse de 11 %). Le prix d'une tarte a augmenté de 17 % depuis 2014-2015. À Chelsea, une tarte coûtera maintenant £ 4,60, contrairement à £ 3 à Burnley. Au cours de la saison 2019-20, les supporters engagés devraient dépenser plus de £ 23,8 millions pour des répliques de maillots, soit une hausse de 32% depuis la saison 2014-15.

Chaque supporter engagé dépense en moyenne 2 238 livres par saison pour Arsenal, le plaçant en première position parmi les clubs les plus chers de Premier League.

Cependant, cette dépense n'a augmenté que de 2,4 %, contrairement aux autres dépenses nettement supérieures pour les clubs actuels de Premier League depuis 2014-2015. Newcastle United est le seul club en dehors du traditionnel « big 6 » à figurer dans les 6 clubs les plus chers à supporter, en raison de l'augmentation des prix des abonnements et produits alimentaires, ce qui devrait entraîner une augmentation des dépenses de 4,1 % en glissement annuel et une hausse de 16,7 % depuis 2014. Les coûts de déplacement occupent également une place importante dans les dépenses. En effet, les supporters de Newcastle United parcourront 68 % plus de kilomètres en train et 65 % plus de kilomètres en voiture pour se rendre aux matchs à l'extérieur, que la moyenne des supporters de Premier League.

Chaque club possède une manière propre de récompenser leurs supporters. L’étude menée par eToro a examiné si certains fans obtiennent un meilleur rapport qualité-prix que d'autres, en s’intéressant aux dépenses totales des fans dévoués la saison dernière par rapport au nombre de buts marqués et de points gagnés. Cette approche révèle que, si les supporters de Liverpool peuvent dépenser plus que les autres en Premier League, ils en ont eu pour leur argent, en raison du faible coût par but marqué et des points gagnés la saison dernière. De tous les clubs, les fans de Manchester City ont obtenu le plus de divertissement pour leur argent en payant £ 16,90 par but et £ 16,30 par point.

Cette situation a été facilitée par des dépenses globales inférieures de 12 % à la moyenne de la Premier League et par le fait qu'ils ont terminé en tête du classement. Les supporters de Huddersfield Town ont fait une mauvaise affaire, dépensant £ 70 par but et £ 96 par point, une situation qui n'a pas été facilitée par leur classement et la relégation qui a suivi.

Les supporters anglais vont débourser 1,3 milliard de livres cette saison pour soutenir leurs équipes favorites en Premier League, alors que les prix des billets des matchs, produits dérivés et abonnements TV sont en forte hausse. L'étude, conduite par eToro en partenariat avec KPMG Football Benchmark, offre un bilan complet sur les dépenses des supporters anglais en Premier League. Élie Edery, directeur du Département Francophone d'eToro, a répondu à nos questions. 1,3 MILLIARD DE LIVRES STERLING DÉPENSÉS PAR LES SUPPORTERS EN PREMIER LEAGUE « L'UN DES PRINCIPAUX ÉCARTS ENTRE LA FRANCE ET LE ROYAUMEUNI CONCERNE LES REVENUS GÉNÉRÉS PAR LES DROITS DE DIFFUSION DES CHAMPIONNATS » ÉLIE EDERY Présentez-nous eToro ! eToro a été fondé en 2007 dans le but d’ouvrir les marchés internationaux à tous ceux qui souhaitent investir simplement et en toute transpaÉlie Edery, directeur du Département Francophone d'eToro © Tous droits réservés

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

L 16-22DÉCEMBRE2019 #615 rence. eToro offre aux particuliers la possibilité d’investir en leur donnant accès à une multitude d’actifs financiers, allant des actions aux matières premières en passant par les crypto-actifs. La communauté d’eToro compte plus de 12 millions de membres enregistrés qui partagent leurs stratégies d’investissement et sont libres de suivre les meilleurs d’entre eux.

La plateforme eToro permet aux investisseurs d’acheter, de conserver et de vendre des actifs, de suivre la performance de leur portefeuille en temps réel et d’effectuer des transactions très simplement et quand ils le souhaitent.

eToro agit comme une passerelle entre l'investissement traditionnel et l'investissement ''nouveau'' » Élie Edery En chiffres, eToro, cela donne quoi ? eToro est une communauté mondiale de plus de douze millions d'utilisateurs. Les membres français représentent environ 10% de cette communauté.

Quel bilan tirez-vous de l'étude sur les dépenses des supporters anglais en Premier League réalisée par KPMG pour vous ? Les supporters anglais dépenseront environ 1,3 milliard de livres sterling en Premier League, un chiffre qui a augmenté de 31 % depuis la saison 2014-2015. L'inflation, telle qu'indiquée par l’indice des prix à la consommation, a progressé de 8,4 % au cours de cette période. Afin de mieux comprendre les dépenses engendrées par les supporters anglais, eToro a identifié dans son analyse les supporters les plus engagés financièrement. L’échantillon représentatif pour cette étude est le supporter adulte qui assiste à 19 matchs à domicile et qui se rend à au moins 5 matchs à l'extérieur Les supporters engagés dépenseront en moyenne £ 1888 cette saison, ce qui équivaut à 8 % du salaire net moyen au Royaume-Uni, selon le Bureau des statistiques nationales du Royaume-Uni.

L'étude montre que tous les coûts n'ont pas augmenté de la même façon, et que les augmentations les plus importantes sont dues à des facteurs externes indépendants de la volonté des clubs, tels que les déplacements, les abonnements à la télévision et les marchandises. Des initiatives, telles que le plafonnement du prix des billets de match à l'extérieur, montrent que le coût global des billets n'a augmenté que de 1% depuis la saison 2014-15, ce qui est nettement inférieur à l'inflation.

Quelles sont ses principales dépenses ? Les plus fortes hausses de prix par spectateur concernent les abonnements à la télévision (40 %), les produits dérivés (21 %), les billets des matchs (14 %) et denrées (hausse de 11 %). Au cours de la saison 2019-20, les supporters engagés devraient dépenser plus de £ 23,8 millions pour des répliques de maillots, soit une hausse de 32% depuis la saison 2014-15. Qu'est-ce qui caractérise le supporter anglais ? Est-il plus dépensier que les autres supporters ?

Malheureusement, l'étude n'inclut pas de comparatif avec d'autres supporters internationaux.

En tant que sponsor de six équipes de Premier League (Aston Villa, Crystal Palace, Everton, Leicester City, Southampton et Tottenham Hotspur), eToro s'assure qu'il redonne autant que possible aux fans. Nous voulions faire quelque chose au nom des supporters, pour examiner les coûts élevés qu'implique le fait de soutenir fidèlement son club.

Comment expliquez que 4 clubs du « big 6 » sont dans le top 6 des clubs les plus chers à supporter ? Il y a des éléments que les clubs peuvent contrôler, comme le prix des billets pour les matchs à domicile, et d'autres où ils n'ont pas de pouvoir dessus, comme le coût des déplacements et des licences de télévision. Si vous regardez attentivement la situation géographique de ces clubs (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham Hotspur), les supporters de ces équipes devront voyager davantage pour assister aux matchs à l'extérieur, ce qui fera augmenter le coût d'investissement.

Que manque-t-il, selon vous, au système français ? Selon nous, l'un des principaux écarts entre la France et le Royaume-Uni concerne les revenus générés par les droits de diffusion des Championnats. Grâce à eux, les clubs anglais génèrent beaucoup d'argent, bien plus que les clubs français. La Ligue 1 pourrait être plus attrayante et ses clubs plus puissants financièrement, si l'écart entre ces revenus était moins grand.

Comment voyez-vous évoluer le marché des supporters en Angleterre et dans le monde, plus généralement ? Nous comprenons que les supporters ont un profond investissement émotionnel dans leur club, et qu'ils vont déplacer des montagnes pour aller le soutenir, à domicile comme à l'extérieur.

Nous souhaitions produire quelque chose en leur nom, pour examiner les coûts élevés qu'implique le fait d'être un fan loyal, et comment cet investissement financier change au fil du temps.

  • Avec cette étude, nous espérons entamer une conversation sur l'avenir du football, et sur la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour combler le fossé entre l'investissement et la valeur pour les supporters. Le football est plus qu'un jeu. Alain Jouve
  • Les supporters dépenseront environ 1,3 milliard de livres cette saison
  • Les dépenses ont augmenté de 31 % depuis la saison 2014-2015 et de 6,5 % depuis la dernière saison
  • Le coût des billets pour un « supporter engagé » n'a augmenté que de 1 % depuis la saison 2014-15
  • Les plus grosses dépenses sont allouées aux abonnements à la télévision (hausse de 40 %), aux produits dérivés (hausse de 21 %), aux billets des matchs (hausse de 14 %) et aux consommations (hausse de 11 %)
  • Les supporters engagés dépenseront une somme de 1 888 livres sterling sur la saison, soit 8 % du salaire net moyen annuel au Royaume-Uni
  • 4 clubs du « big 6 » sont dans le top 6 des clubs les plus chers à supporter
  • Les fans de Manchester City ont obtenu le meilleur rapport qualité-prix la saison dernière, avec £ 16,90 par but marqué. Les chiffres clés de l’étude
Dossier spécial football - SPORT Stratégies

6 #615 16-22DÉCEMBRE2019 ACTU RAPPORT Présenté le 4 décembre, le rapport des tiers de confiance chargés par la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, de trouver une issue à la crise des CTS plaide pour une diminution du nombre d’agents publics mis à la disposition des Fédérations. Le rapport avait été confié à Alain Resplandy-Bernard, haut fonctionnaire, et à Yann Cucherat, CTS, en mai dernier. S i tous les acteurs s’accordent aujourd’hui sur le besoin de réformer le système de gestion des CTS... l’ampleur et la direction souhaitées pour cette réforme sont moins évidentes. Après six mois de travail pour tenter de trouver une issue à la crise des conseillers techniques sportifs (CTS) – ces agents de l’État mis à la disposition des Fédérations sportives –, l’ancien gymnaste Yann Cucherat et le haut fonctionnaire Alain Resplandy-Bernard, les deux tiers de confiance choisis par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, ont remis leurs recommandations.

Pour ce faire, les deux tiers de confiance ont auditionné 88 personnes. Parmi elles, des représentant(e)s des Fédérations, des CTS, des syndicats, des athlètes...

  • En préambule de leurs préconisations, 5 recommandations ont été présentées...
  • Créer une direction des Ressources Humaines moderne et mutualisée pour les cadres d'État et fédéraux, de préférence rattachée à l'Agence nationale du sport.
  • Confier le pouvoir hiérarchique des cadres aux directeurs techniques nationaux (DTN).
  • Attirer les meilleurs entraîneurs nationaux.
  • Créer une école des cadres d'État et fédéraux ouverte aux dirigeants des Fédérations.

Nommer un garant de l'éthique indépendant et incontournable qui a les moyens d'assurer sa mission.

Les cinq recommandations précédentes sont indépendantes des décisions qui pourront être prises quant à l’évolution du statut des CTS. PRÉCONISATIONS : 3 SCENARII... Scénario N°1 : Un aménagement marginal avec ou sans changement de pilote Dans ce scénario, l’ensemble des CTS reste des fonctionnaires affectés à la Direction des sports ou en service déconcentré (DRJSCS aujourd’hui ou DRAJES5 demain) et travaille auprès des Fédérations. L’avantage de ce scénario est qu’il a l’acceptation sociale la plus large. Son inconvénient est de ne pas s’attaquer réellement aux problèmes rencontrés. Il maintient des rattachements multiples et des circuits administratifs complexes, source d’inefficacité et de dérives.

Variante n°1b : le changement de pilote « Dans ce scénario, le concours des professeurs de sport reste la voie de recrutement des CTS. En revanche, l’allocation des postes aux Fédérations et la GRH des CTS devient la responsabilité de l’Agence nationale du sport. Les CTS sont juridiquement affectés à l’agence et travaillent auprès des Fédérations », expliquent les rapporteurs. L’avantage de ce scénario est d’unifier le mode d’attribution des moyens étatiques aux Fédérations sportives : l’agence dispose à la fois du levier financier de la subvention et du levier humain (affectation de CTS).

Un seul document stratégique, la convention d’objectifs vient concrétiser le partenariat entre la Fédération et l’État contre deux actuellement (convention d’objectifs et convention-cadre relative aux CTS). L’ANS opérant aussi la GRH individuelle des CTS peut mieux s’assurer de l’adéquation entre le profil des intéressés et les besoins de la Fédération ainsi que l’adéquation entre le poste proposé et les aspirations du CTS. L’inconvénient est de maintenir une gestion statutaire dont les rigidités s’adaptent mal aux besoins de souplesse dans le recrutement et la gestion de carrière de cadres soumis à une concurrence internationale.

Par ailleurs, en maintenant le fonctionnariat, il fait perdurer la dichotomie au sein des équipes fédérales entre cadres de droit privé et fonctionnaires au détriment de la dynamique collective fédérale. Ce scénario ne coïncide donc pas exactement avec la volonté d’autonomisation progressive du sport français souhaitée par l’État. Enfin, en n’allant pas au bout de la réforme, il sera sans doute plus difficile de convaincre le ministère du Budget d’accompagner cette réforme d’un engagement durable sur les moyens consacrés au sport. Il y a donc un risque de voir revenir d’année en année des arbitrages compliqués sur le renouvellement des postes des cadres partant à la retraite.

Ce scénario risque de se heurter à deux reproches majeurs : la crainte que ce transfert soit synonyme de disparition du ministère des Sports et la réticence de certains DTN à être soumis à l’autorité hiérarchique de la direction de l’Agence.

Scénario 2 : un resserrement du corps de fonctionnaires lissé dans le temps Dans ce scénario, l’État considère que, dans la nouvelle organisation de la gouvernance partagée du sport français, la logique de cohérence de l’équipe fédérale doit primer. Les postes de cadre technique, que leur salaire soit financé par la Fédération ou par la subvention étatique, auraient dès lors vocation à être occupés par des salariés de la Fédération. « Pour éviter un déséquilibre brutal du système, ce principe général s’appliquerait aux nouveaux recrutements, les CTS actuels garderaient leur statut, sauf pour ceux d’entre eux qui seraient volontaires pour un détachement au sein de leur Fédération », précisent les rapporteurs.

LA RÉFORME DES CTS EST EN MARCHE Roxana Maracineanu, Ministre des Sports © Tous droits réservés

Dossier spécial football - SPORT Stratégies
L 16-22DÉCEMBRE2019 #615 Cependant, le fait que la politique sportive française reste partenariale entre le mouvement sportif et l’État, partenariat incarné par l’agrément étatique et la convention d’objectifs des Fédérations, justifie des exceptions au principe de recrutement de droit privé des CTS. Les rapporteurs en voient au minimum trois :
  • les DTN et certains DTN adjoints qui jouent un rôle crucial dans la mise en œuvre, dans la Fé­ dération, de la politique ministérielle devraient continuer à être plutôt des fonctionnaires,
  • certains entraîneurs nationaux ou entraîneurs de haut niveau, là où les spécificités de la discipline rendent pertinent le recours au cadre de la fonction publique,
  • un vivier de conseillers techniques sportifs fonctionnaires polyvalents, capables de passer rapidement d’une Fédération à l’autre, devrait être maintenu afin de pouvoir diffuser plus rapidement une politique publique dans l’ensemble des Fédérations et d’assurer efficacement le partage des meilleures pratiques.

Le calibrage pertinent du nombre de CTS sous statut fonction publique à maintenir dans un tel schéma-cible doit nécessairement faire l’objet de travaux plus approfondis.La transition vers ce corps resserré peut se faire en profitant des départs annuels sans chercher à provoquer des départs supplémentaires. Selon la DRH et le CGO-CTS, les départs prévisibles peuvent être estimés à 420 sur la période 2020-2024 (270 départs en retraite et 150 départs naturels, comme constaté dans les années récentes).

Cette trajectoire, qui suppose l’arrêt du concours de recrutement pendant six ans, ne paraît pas compatible avec l’hypothèse du scénario qui est le maintien d’un corps de CTS, même recentré.

L’absence totale de recrutement conduirait à une sclérose du corps et il serait très difficile de reprendre des recrutements après 2025. Il nous semble dès lors utile que l’État prévoie des recrutements annuels, en ré-ouvrant le concours de professeur de sport et en ciblant notamment les sportifs de haut niveau (à titre de comparaison, entre 2013 et 2017, quatre sportifs de haut niveau ont été recrutés par an en moyenne), l’État participant ainsi à l’effort de reconversion de ces sportifs. » « L’avantage de ce scénario est de donner une impulsion décisive à l’autonomisation du sport français » Avec ces recrutements maintenus mais à un niveau défini, il est toutefois envisageable que le nombre de CTS puisse atteindre la cible retenue par le Gouvernement en cinq ou six ans.

Ce resserrement du corps de fonctionnaires n’est pas antinomique avec le scénario 1b de passage de leur pilotage à l’Agence nationale du sport. Les deux permettent au contraire de se combiner.

L’avantage de ce scénario est de donner une impulsion décisive à l’autonomisation du sport français, les Fédérations retrouvant toute la maîtrise des moyens mis au service de leur projet sportif. Il permet de moderniser rapidement la gestion des cadres techniques sportifs sans remettre en cause les statuts des fonctionnaires en place. Il offre l’opportunité d’un accord ambitieux avec une pérennisation des moyens du sport français en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024. » « Un autre avantage de ce scénario progressif de resserrement du corps des CTS fonctionnaires est qu’il permet une mise en œuvre différenciée selon les Fédérations en tenant compte de la spécificité de chacune, de son contexte économique et du partenariat que l’État souhaite nouer avec elles.

L’inconvénient de ce scénario est d’être, encore aujourd’hui, mal perçu par le corps des professeurs de sport qui considère qu’en n’étant pas l’employeur des cadres techniques, l’État se prive de sa capacité d’action, point déjà discuté au scénario 1. » Scénario 3 : La mise en extinction progressive du corps des fonctionnaires Dans ce scénario, l’État considère qu’il n’y a pas de justification aux exceptions mises à la dé-fonctionnarisation (DTN, entraîneurs, CTS polyvalents). Il y aurait donc une mise en extinction progressive du corps des CTS. Il n’y aurait plus de concours de recrutement de professeur de sport vers des postes de CTS.

Cette transformation d’emplois publics vers des emplois privés pourrait être accélérée par un plan de départs volontaires qui offrirait des conditions de départ attractives aux CTS proches de la retraite afin de provoquer un renouvellement générationnel que certaines Fédérations appellent de leurs vœux. Les autres éléments du scénario 2 seraient repris : maintien du statut actuel pour les CTS en place, remplacement des départs par une subvention pour le recrutement de contractuels de droit privé, négociation entre l’État et le mouvement sportif du niveau de cette compensation financière et de la durée de l’engagement étatique.

Ce scénario a l’avantage de la lisibilité d’une solution tranchée. Il fixe un cadre très clair et permet ainsi aux acteurs de se projeter immédiatement dans le nouveau mode d’organisation de la relation entre l’État et les Fédérations sportives. Ce scénario plus proche du plan initial du gouvernement et de ses objectifs de maîtrise à long terme des dépenses de personnel de l’État, offrirait sans doute la possibilité d’une compensation financière plus avantageuse pour le mouvement sportif. Ce scénario aura une très faible acceptation sociale « Surtout, il nous semble qu’il ne prend pas en compte la spécificité de la position du DTN et de ses adjoints, porteurs du projet sportif fédéral mais aussi relais de la politique ministérielle au sein de la Fédération.

Par ailleurs, il fait perdre au mouvement sportif un cadre sécurisé de recrutement de certains entraîneurs nationaux, et à l’État un levier efficace de fertilisation croisée et de généralisation des bonnes pratiques entre Fédérations sportives. » LA SUITE ?

  • Les travaux des deux tiers de confiance ont donc été présentés à un comité de pilotage réunissant les têtes de réseaux qu’ils ont auditionnées. La Ministre entamera ensuite l’étape de concertation des agents du ministère des Sports, région par région. Les directeurs et directrices régionaux de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale auront 15 jours pour recueillir leurs observations sur le rapport. Dans ce laps de temps, une cellule d’expertise, pilotée par la direction des Sports, analysera les préconisations des tiers de confiance. L’ensemble de ces retours fera l’objet d’une synthèse par le directeur des Sports. Celle-ci sera présentée au prochain comité de pilotage le 19 décembre en présence de la Ministre. Alain Jouve
  • 1 549 CTS placés auprès de 78 Fédérations.
  • 38 Fédérations Olympiques
  • 27 autres Fédérations unisports
  • 14 Fédérations multisports et affinitaires
  • La rémunération des CTS représente un coût pour l’État de 121 M€
  • Leur effectif a été amputé de 150 postes sur les six derniers budgets.
  • 990 CTS, soit 63 % du total, ont bénéficié en 2018 d’un complément de rémunération versée par la Fédération sportive : 320 CTS travaillant auprès des sept Fédérations les plus généreuses ont perçu en moyenne 18 800 € net sur l’année, alors que les 670 autres ont perçu en moyenne seulement 4 400 € net.

Les CTS en chiffres

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

8 #615 16-22DÉCEMBRE2019 ACTU FOOD Valérie Pons, Uber Eats en chiffres, ça donne quoi en France ? L’application Uber Eats est disponible dans plus de 150 agglomérations françaises et permet de se faire livrer les plats de plus 17 000 restaurants partenaires, en moins de 30 minutes, 7 jours sur 7 sans minimum de commande. La technologie et le savoir-faire d’Uber sont mis au service des restaurants pour simplifier la livraison de repas et faire bénéficier de la meilleure expérience aux utilisateurs. Un mot sur l’opération Food X Foot que vous avez lancée la semaine dernière ?

Uber Eats, Partenaire Officiel de la Ligue 1 Conforama, a lancé à l’occasion de la 18e journée de Championnat l'opération « La Buvette des Chefs ». à travers 8 villes en France, 10 chefs amateurs de football ont revisité les grands classiques que l’on peut retrouver dans les buvettes des stades lors des matchs de football. Ainsi, du 9 au 15 décembre, dans 8 villes françaises, les fans de football et utilisateurs Uber Eats ont été invités à redécouvrir -en livraison et en exclusivité sur l'application Uber Eats-, les plats inédits calqués sur les menus typiques des buvettes de France dans le confort de leur salon et pour un prix unique de 10 €.

L’idée, à travers cette opération exclusive, est de continuer à démocratiser la gastronomie française en proposant les plats typiques de buvettes revisités par 10 grands chefs et ainsi permettre aux utilisateurs Uber Eats et à tous les fans de football de pouvoir vivre l’expérience conviviale de la buvette à domicile en toute simplicité. Comment ont été choisis les chefs ? Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Sébastien Ripari, fondateur du Bureau d’Étude Gastronomique pour sélectionner les chefs dans différentes villes de France afin de pouvoir proposer l’opération au plus grand nombre d’utilisateurs Uber Eats.

Pour cette opération, nous avons ainsi sélectionné des chefs qui ont deux passions : la gastronomie et le football.

Comment vous est venue l'idée ? Dans le cadre de notre partenariat avec la Ligue 1 Conforama, nous avions envie de pouvoir proposer une opération inédite qui allie deux passions chères aux Français, le football et la gastronomie. Depuis notre arrivée en France en mars 2016, nous faisons régulièrement des opérations avec de grands chefs à travers la France, les invitant à revisiter des plats à leur manière selon une thématique définie comme, par exemple, leur enfance, leur interprétation de la cuisine italienne, leur vision du burger fait par un grand chef, etc. à des prix très abordables (10 ou 15 €, NDLR.).

Nous étions également partenaire de la 10e saison de Top Chef en ce début d’année 2019 et nous avons ainsi permis aux téléspectateurs et utilisateurs de l’application Uber Eats - à 3 reprises pendant la saison et ce, pendant 3 jours de suite - de pouvoir commander le plat fait par un chef de l’émission en même temps que celui-ci était réalisé à la TV. Avez-vous eu recours à une agence ?

Si oui, laquelle ? Nous avons collaboré avec Sébastien Ripari, fondateur du Bureau d’Étude Gastronomique pour la sélection des 10 chefs et avec l’agence La Fourmi sur l’ensemble du projet. Quelles sont les attentes de la Marque, en l'espèce ? Nous souhaitons mettre à l’honneur les 10 chefs qui ont accepté de revisiter les plats typiques que l’on peut commander dans les traditionnelles buvettes de stade. Ils ont partagé leur créativité et leur double passion (gastronomie et football) avec tous les utilisateurs de l’application et ainsi permettent à tous de pouvoir vivre l’expérience à domicile.

Nous voulions également célébrer les différentes buvettes de stade à travers 8 villes en France. Notre ambition est d’être l’application de livraison préférée des Français, de continuer à leur proposer des expériences inédites et en adéquation avec leurs centres d’intérêt, comme la gastronomie et le sport. Comment communiquez-vous chez Uber Eats autour d’une opération comme celle-ci ?

Nous communiquons via nos canaux propres (application, réseaux sociaux, newsletter). L’opération est également relayée par nos partenaires et nous avons partagé un communiqué de presse. Alain Jouve Pendant une semaine, du 9 au 15 décembre, Uber Eats, Partenaire Officiel de la Ligue 1 Conforama, a lancé « La Buvette des Chefs ». L’application revisitait la fameuse « buvette de stade », en étroite collaboration avec 11 grands chefs présents dans 10 villes françaises, pour vivre l’expérience des matchs de foot chez soi. Les explications de Valérie Pons, Brand Partnership Manager, Uber Eats France.

LA BAVETTE DES CHEFS », L’OPÉRATION GASTRONOMIQUE D’UBER EATS Valérie Pons, Brand Partnership Manager chez Uber Eats France © Tous droits réservés © Guillaume Blot

Dossier spécial football - SPORT Stratégies

9 16-22DÉCEMBRE2019 #615 ACTU PARTENARIAT Le Groupe semble faire du football son territoire de communication préférentiel, pourquoi ? Il se trouve que notre affinité avec le football est naturelle. C’est une discipline très appréciée par nos utilisateurs, et qui incarne par ailleurs un canal d’expression idéal pour satisfaire nos objectifs. En tant que sport le plus populaire du monde, il s’agit d’un moyen efficace pour augmenter notre notoriété en touchant la cible la plus large possible. Ainsi, en plus de la Coupe de la Ligue BKT en France, nous sommes partenaire-titre de la Serie B italienne et, depuis peu, Partenaire Officiel de La Liga.

Pourquoi avoir choisi l'angle « supporter » pour vous exprimer au travers de la Coupe de la Ligue ? Tout d'abord, ce choix s’explique car nous voulions renforcer la notoriété de la marque BKT en France en touchant chaque foyer français. Nous étions à la recherche d’une opportunité dans le sport qui pouvait nous permettre de toucher les agriculteurs et des grandes communautés agricoles, qui sont in fine nos prospects cibles. Partant de ce principe, nous voulions être proches de nos utilisateurs, non seulement quand ils travaillent, mais aussi quand ils s'amusent. Ce rapprochement autour d’une même passion nous paraît crucial, car il permet de tisser un lien émotionnel, ce qui n’a pas de prix.

Ainsi, l’angle « supporter » est apparu naturellement, d’autant que l’humain est au cœur de notre stratégie d’entreprise. Pour matérialiser cette approche, nous avons choisi d'améliorer l'expérience des fans en les encourageant à faire équipe et se rapprocher, ce qui nous permet en plus d’imager notre devise « Growing Together ». Vous avez d’ailleurs prévu un dispositif d'activation très riche pour cette dernière édition...

Tout à fait, différentes activations dédiées à tous les fans de football, sont mises en place. Cette saison, nous offrons aux fans 10 chances de vivre les coulisses d’un match, mais aussi la possibilité d'entrer sur le terrain à la mi-temps et de participer au BKT Fans Match. Concrètement, lors d’une affiche à chaque tour, deux fans vainqueurs de l’activation digitale BKT Dream Game ont l’opportunité de s’essayer, dans un esprit d’équipe, à un jeu de tir au but. Chacun d'entre eux aura trois tentatives pour atteindre l'une des cibles, en étant encouragé par les spectateurs dans le stade ! Si les deux réussissent à atteindre au moins une cible, ils gagneront chacun 2 billets pour un match LFP.

Le but est de les mettre dans une opposition constructive, et qu’ils s’encouragent mutuellement à relever le défi ensemble. De plus, nous serons très actifs sur le digital. En l’occurrence, sur Twitter, nous allons initier le Together Game BKT, dans le cadre duquel les fans seront invités à encourager leur équipe pour tenter de gagner des places. Toujours sur Twitter, à partir des demi-finales, nous lancerons le BKT Best Tweets, opération à partir de laquelle nous mettrons en avant sur la panneautique, en live dans le stade, les meilleurs tweets d'encouragement publiés par les fans sur Twitter.

Enfin, en dehors des concours, afin de conserver une interaction de tous les instants, les fans pourront voter sur Facebook, Instagram et Twitter pour la plus belle action collective.

Avez-vous pu mesurer les retombées de votre collaboration avec la Coupe de la Ligue ? Avez-vous des données chiffrées ? Il est très difficile de quantifier l'impact direct du partenariat sur les ventes. Cependant, il est certain que la notoriété nous permet de développer nos ventes en France. Le partenariat a permis à BKT de se rapprocher de ses utilisateurs et d'accroître significativement son image e marque en France de 30% en un an seulement. C’est une belle prouesse qui s'explique par les termes de l'accord de sponsoring, mais aussi par toutes les activations que nous avons organisées dans les stades et sur le digital, selon les résultats des recherches locales suite à la finale de Lille.

Et puis, il me semble que nous bénéficions fortement d’être le seul fabricant de pneu hors route à être présent sur le football. En tant que partenaire namer, comment avez-vous vécu la suspension de la Coupe de la Ligue ? Quelle est la suite ?

Il s'agit d'une décision de la LFP, basée sur un vote, que nous respectons. Beaucoup de discussions sur le format ont déjà eu lieu à la fin de la saison dernière. La LFP examinait différents nouveaux formats qui n'ont finalement pas plu au conseil d'administration. Bien sûr, nous parlons de l'avenir avec la LFP, en tant que partenaire du football français, et nous communiquerons en temps voulu sur ce sujet. Mais notre soutien et notre engagement envers les fans cette année resteront aussi forts que la saison dernière.

Propos recueillis par Alexis Venifleis La Coupe de la Ligue sera suspendue à l’issue de cette édition.

Un sort qui ne semble pas avoir coupé l’élan du partenaire namer BKT. Au contraire, le groupe spécialisé dans le pneumatique hors route a prévu un programme d’activation riche et expérimental pour renforcer sa proximité sur le territoire français. Interrogée quelques jours avant les 8e de finale de la Coupe de la Ligue, Lucia Salmaso, directrice générale de BKT Europe, répond à nos questions BKT,CRÉATEUR DE LIEN ÉMOTIONNEL GRÂCE À LA COUPE DE LA LIGUE BKT Lucia Salmaso, directrice générale de BKT Europe © Tous droits réservés

Dossier spécial football - SPORT Stratégies
Aller aux pages suivantes ... Annuler