Happy slapping : zoom sur un phénomène inquiétant - e-Enfance

 
Happy slapping : zoom sur un
phénomène inquiétant
Reims est devenue récemment le théâtre d’une scène choquante :
une jeune fille de 14 ans humiliée devant son collège, est
victime de “happy slapping”. La collégienne est rouée de
coups. La scène est filmée par des camarades, et la vidéo
circule sur les réseaux sociaux. Zoom sur un phénomène
inquiétant.

Le happy slapping, de quoi s’agit-
il ?
Le happy slapping ou “vidéo-agression” est une humiliation
publique filmée à l’insu des victimes puis diffusée en ligne.
Le phénomène ne date pas d’hier, mais a pris de l’ampleur avec
la démocratisation des smartphones et la popularité croissante
des réseaux sociaux. Le format est généralement très court
(moins d’une minute). Gifles ou lynchage public, ces violences
d’intensité variable sont vécues comme de véritables
traumatismes. Le happy slapping touche dans 90 % des cas des
jeunes entre 11 et 17 ans, aussi bien des filles (45%) que des
garçons (55 %).

Une     infraction                        lourdement
sanctionnée
Le « happy slapping » est sanctionné comme un « acte de
complicité des atteintes volontaires à l’intégrité de la
personne ». Filmer la vidéo est autant répréhensible que de
commettre les violences elles-mêmes. Amendes et peines
d’emprisonnement, les sanctions varient en fonction de la
gravité des faits.
Le fait de diffuser la vidéo d’une agression violente est une
infraction dont l’auteur peut être condamné à 5 ans
d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Sans compter que
les auteurs font souvent l’objet de représailles sur les
réseaux. Tel l’arroseur arrosé, ils deviennent alors la cible
de doxing (divulgation sur Internet d’informations sur
l’identité et la vie privée d’un individu en vue de lui
nuire), d’insultes, voire de menaces de mort.

Ayons-tous un comportement citoyen
!
Partager   une   vidéo   de   happy   slapping    relève   du
cyberharcèlement !

Témoins ou victimes, ayez le bon réflexe ! Ne restez pas
silencieux et contactez le 0 800 200 000, numéro gratuit,
anonyme et confidentiel de la protection des mineurs sur
Internet. Le service est également disponible par chat et
messenger via netecoute.fr. Tiers de confiance, la plateforme
met en place un dispositif d’alerte pour signaler les contenus
et demander leur retrait. C’est le seul dispositif d’alerte,
en lien direct avec les réseaux sociaux, les plateformes «
Pharos » de la Police nationale, et « Brigade numérique » de
la Gendarmerie nationale, ainsi que le 119-Enfance en danger.

[Podcast] Justine Atlan au
micro de RMC dans l’émission
« Votre vie numérique », 12
septembre 2020
Justine Atlan, Directrice générale de l’ Association e-Enfance
au micro de François Sorel et Raphaël Grably dans l’émission «
Votre vie numérique » du 12 septembre sur RMC Info Talk Sport
: « Comment gérer le rapport, parfois fait d’excès, qu’ont les
« ados » avec leur smartphone ? »

[Communiqué de presse] Banque
Casino et l’Association e-
Enfance, ensemble contre le
cyber harcèlement
Au moment du lancement de sa campagne de rentrée,
temps fort de souscription des assurances
scolaires, Banque Casino continue de renforcer son
engagement contre le cyber harcèlement en
soutenant l’association e-Enfance.
Paris, le 28 août 2020 – À l’heure où 76% des 12-17 ans sont
présents sur les réseaux sociaux, l’IFOP annonce qu’un enfant
sur cinq a déjà été victime de cyber harcèlement. Un phénomène
qui a connu une importante recrudescence pendant la période de
confinement. Banque Casino qui avait innové l’an dernier en
incluant une protection contre le cyber harcèlement, poursuit
son engagement en soutenant l’association e-enfance.
Le Cyber-harcèlement, un risque à prendre
en compte dans le choix de l’assurance
scolaire
L’usage grandissant des smartphones et des réseaux sociaux par
une population de plus en jeune expose les enfants à de
nouveaux risques. Selon une enquête d’Opinion Way, les faits
de cyber harcèlement les plus courants auxquels sont exposés
les enfants sont les insultes (29%), les moqueries (27%), les
photos compromettantes (21%), ou encore la diffamation (13%).
Ces incidents ne sont plus stoppés aux limites de la cour de
récréation et peuvent désormais envahir la sphère privée des
enfants.

Internet et les réseaux sociaux sont désormais des espaces à
part entière dans lesquels l’enfant doit être protégé et
couvert en cas de préjudices. Depuis 2019, Banque Casino a
ainsi complété ses garanties traditionnelles (frais médicaux,
responsabilité civile, garantie accident, assistances…) avec
une couverture spécifique en cas de cyber harcèlement.

Concrètement, qu’est-ce que ça change ?
La garantie de lutte contre le cyber harcèlement vise à
protéger tout enfant qui se trouve confronté à un litige ou à
des critiques répétées sur les réseaux sociaux. Banque Casino
propose d’accompagner l’enfant concerné et sa famille avec une
offre de protection sur-mesure. De l’assistance juridique au
soutien psychologique, différentes actions pourront être mises
en place pour venir soutenir l’enfant et sa famille.

En premier lieu, une phase amiable sera engagée par
l’assistance juridique pour demander la suppression des photos
ou posts incriminés. Cette étape porte ses fruits dans plus de
80% des cas et permet une protection de l’enfant dans les plus
brefs délais. Pour les sites plus difficiles d’accès ou
n’apportant pas de réponse positive, l’assurance scolaire
Banque Casino va encore plus loin dans l’accompagnement en
proposant notamment les services de spécialistes de
l’enfouissement de données. Ce processus consiste à créer du
contenu positif afin de repousser le contenu nuisant à
l’enfant hors des premières pages de résultats de recherche de
Google ou de tout autre moteur de recherche.

1€ reversé pour chaque assurance scolaire
souscrite
Déjà impliquée auprès de l’association e-Enfance, Banque
Casino renforce son soutien avec une opération solidaire sur
l’assurance scolaire lancée au profit de l’association. Ainsi,
pour toute nouvelle adhésion signée pour la rentrée 2020-2021,
1€ sera à reversé à e-Enfance afin de l’accompagner dans ses
actions de prévention, de formation et d’accompagnement.

L’association e-Enfance est reconnue d’utilité publique dont
l’objectif est de permettre aux enfants et aux adolescents
d’utiliser les outils numériques (Internet, réseaux sociaux)
en toute sécurité. L’association opère notamment le numéro
vert national Net Écoute 0800 200 000 qui a pour objectif de
prendre en charge les enfants, les adolescents et leurs
parents confrontés à toutes situations problématiques vécues
sur Internet : harcèlement, violence, chantage à la webcam,
revenge porn, escroquerie… Gratuit et 100% anonyme, ce numéro
permet à l’enfant et à sa famille d’être conseillés par un
expert de la plateforme pour les aider à gérer la situation de
la meilleure façon.

Justine Atlan, Directrice générale de l’association e-Enfance
: « L’Association e-Enfance se réjouit du soutien apporté par
Banque Casino. Grâce à nos partenaires, nous pouvons
poursuivre et développer nos actions de terrain pour informer
et protéger les mineurs sur Internet. Avec Net Ecoute 0800 200
000, notre ligne gratuite, anonyme et confidentielle, nous
sommes en première ligne dans la lutte contre le
cyberharcèlement. Des réponses apportées aux mineurs et aux
parents en passant par la suppression des vidéos et comptes
problématiques, notre intervention est très large.
L’engagement de Banque Casino à travers son assurance scolaire
est une belle initiative pour répondre aux défis des violences
en ligne. Notre objectif partagé est de faire de
l’environnement numérique un univers d’opportunités et de
découvertes positives pour les jeunes ».

Pour Marc Lanvin, Directeur général adjoint de Banque Casino «
Chez Banque Casino, les attentes de nos clients sont au cœur
de nos préoccupations, à une époque où le digital se répand de
plus en plus dans la sphère scolaire, nous avons décidé de
mettre davantage encore l’accent sur la question du cyber
harcèlement des mineurs dans notre assurance scolaire. Y
associer e-Enfance, acteur référent en matière de protection
des mineurs sur Internet, nous semblait être une évidence».

À propos d’e-Enfance
Reconnue d’utilité publique, l’Association e-Enfance est la
référence pour la protection des mineurs sur Internet. Elle
est soutenue par le Ministère de l’Education nationale, le
Secrétariat d’Etat à la Protection de l’Enfance, la DILCRAH
(Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Racisme,
l’Antisémitisme et la Haine LGBT) et la Commission Européenne
ainsi que de nombreux partenaires privés. L’Association e-
Enfance propose des interventions en milieu scolaire, des
formations sur les risques et bons usages d’Internet et opère
la ligne Net Ecoute.

Gratuit, anonyme et confidentiel, Net Ecoute 0800 200 000 est
le numéro vert national spécialisé dans la protection des
mineurs sur Internet et toutes les problématiques auxquelles
font face les jeunes dans leurs pratiques numériques. Il aide
les enfants, les adolescents, les parents et les
professionnels par des conseils pratiques et une assistance
psychologique, technique et juridique du lundi au samedi de 9
heures à 20 heures. C’est le seul dispositif d’alerte à être
en lien direct avec les réseaux sociaux, les plateformes «
Pharos » de la police nationale et « Brigade numérique » de la
Gendarmerie Nationale et le 119-Enfance en danger.

https://www.e-enfance.org/

À propos de Banque Casino
Filiale du groupe Casino et du groupe Crédit Mutuel, Banque
Casino est la banque des consommateurs qui simplifie l’accès
aux services de banque et d’assurance. Avec une offre 100%
digitale, Banque Casino est aujourd’hui leader en France des
solutions de paiement sur web et mobile à travers des
facilités de paiement, des crédits instantanés, des cartes
bancaires. Banque Casino est également partenaire des (E)-
commerçants majeurs (Cdiscount, Oscaro, Vide dressing…), des
acteurs clés du voyage (Selectour, Misterfly, Cdiscount
Voyages, Pierre et Vacances…) et des Fintech (Lydia, Bankin)
pour lesquels elle développe des services sur-mesure.

Les produits et services Banque Casino se distinguent par leur
simplicité́ d’utilisation pour les clients, en particulier sur
mobile et d’intégration rapide pour les partenaires. Banque
Casino compte plus de 3 millions de clients et finance chaque
année plus de 2 Milliards d’euros de biens et services.

www.banque-casino.fr

[Communiqué de presse] Cyber-
violences     :    Carrefour
Assurance et l’Association e-
Enfance nouent un partenariat
d’envergure      pour      la
protection des enfants et
adolescents sur internet
Paris, le 04 août 2020 – De nouveaux risques sont apparus avec
l’essor des réseaux sociaux : insultes sur internet, diffusion
de photos ou vidéos sans accord, harcèlement… Aujourd’hui 62%
des enfants âgés de 12 ans ont au moins un compte sur les
réseaux sociaux, alors que les parents et grands-parents n’ont
pas toujours les clés pour comprendre et contrôler les usages
qu’ils en font.

C’est pourquoi les plus jeunes sont de plus en plus confrontés
à des cas de cyber-violences dont il est nécessaire de les
protéger. Carrefour Assurance, partenaire privilégié des
familles au quotidien, a souhaité compléter son offre de
service pour aider parents, grands-parents et enfants à se
prémunir contre ces risques en nouant un partenariat de deux
ans avec l’association e-Enfance, acteur de référence sur ces
sujets. Désormais Carrefour Assurance et l’association e-
Enfance travaillent main dans la main pour accompagner les
familles en délivrant des conseils et un accompagnement au
quotidien.

Un partenariat engagé et de long-terme
Carrefour Assurance est un acteur engagé depuis plusieurs
années auprès des familles pour les protéger contre tous les
risques du quotidien. Avec l’évolution des usages numériques
et la place prépondérante que prennent les réseaux sociaux
dans la vie des plus jeunes à la maison comme à l’école,
Carrefour Assurance prend le parti de nouer un partenariat sur
le long terme avec l’Association e-Enfance, reconnue d’utilité
publique. Agréée par le Ministère de l’Éducation nationale,
l’association lutte depuis 2005 contre les cyber-violences et
intervient dans les établissements scolaires auprès des
élèves, de leurs parents et des professionnels de l’éducation
pour les sensibiliser aux bonnes pratiques du numérique (jeux
vidéo, gestion des écrans, données personnelles, fake news,
pornographie…). L’objectif de ce partenariat est d’accompagner
l’ensemble des clients tout au long de l’année, par la mise en
relation avec un service d’écoute dédié et du contenu
pédagogique régulier. Carrefour Assurance et e-Enfance se
mobilisent pour sensibiliser tous les membres de la famille en
déployant plusieurs dispositifs tout au long de l’année :

     Des conférences auprès des parents, dont la première se
     tiendra à la rentrée de septembre

     La diffusion régulière de guides thématiques          et
     pédagogique adaptés à l’usage de chacun

     La réalisation d’une étude nationale retraçant les
     nouveaux usages et les risques inhérents pour
     sensibiliser les Familles à l’occasion de la Journée de
     la lutte contre le harcèlement entre élèves, le 5
     novembre, et qui devient, pour la première fois cette
     année, une Journée Mondiale sous l’égide de l’UNESCO.

Après un premier partenariat avec la PEEP, association de
parents d’élèves, Carrefour Assurance apporte un soutien de
premier plan à l’Association e-Enfance pour rendre l’assurance
plus utile pour les familles. Au-delà de la protection en cas
de sinistre, Carrefour Assurance souhaite prévenir, protéger
et accompagner ses clients au quotidien et assurer une prise
en charge adaptée à leurs besoins. En effet, au-delà des
assurances traditionnelles automobile et habitation, Carrefour
Assurance propose des assurances du quotidien simples et
complètes pour protéger les familles dans leurs maisons et
durant leurs loisirs, la scolarité des enfants et adolescents
en France et à l’étranger, leurs animaux ainsi que tous les
appareils du foyer (téléphone portable, tablette, console de
jeux et électroménagers…).

Net Ecoute, un accompagnement concret
pour toute la famille
La plateforme Net Ecoute 0800 200 000, numéro vert national
gratuit et confidentiel, opérée par l’Association e-Enfance,
propose une solution concrète et facilement accessible. Les
experts de Net Ecoute sont disponibles pour répondre aux
questions sur la bonne utilisation d’Internet, transmettre les
bonnes méthodes pour détecter les risques éventuels de cyber-
harcèlement, et accompagner aussi bien les parents que les
enfants. En cas d’urgence, Net Ecoute met en place un
dispositif d’alerte pour signaler les contenus les plus
problématiques aux plateformes et demander leur retrait. Ces
actions sont rendues possibles par les collaborations directes
de Net Ecoute avec les réseaux sociaux, les plateformes de la
Police Nationale « Pharos » et la Gendarmerie Nationale «
Brigade numérique », et le 119-Enfance en Danger. Quelle que
soit l’assurance souscrite, tous les clients de Carrefour
Assurance peuvent bénéficier de ce service, du lundi au samedi
de 9 heures à 20 heures.

A propos de Carrefour en France

En France, Carrefour est présent au travers de 4 formats
(hypermarché, supermarché, proximité, cash&carry) et plus de 5
200 magasins. Depuis soixante ans, Carrefour s’affirme comme
le partenaire de la vie quotidienne de millions de clients en
leur proposant un large choix de produits et de services au
meilleur prix. Pour répondre aux nouveaux modes de
consommation et faciliter les courses de ses clients,
Carrefour développe des solutions multicanales (e-commerce,
Drive, Click and Collect, livraison express, applications
mobiles). Carrefour emploie 110 000 collaborateurs et
accueille chaque jour plus de 3 millions de clients en France.
Par ses initiatives au quotidien, Carrefour s’engage à un
commerce plus durable et responsable. La démarche RSE du
groupe s’articule autour de 3 piliers : la lutte contre toute
forme de gaspillage, la protection de la biodiversité et
l’accompagnement des partenaires de l’entreprise.

Pour   plus   d’informations   :   www.carrefour.com   (espace
presse), www.carrefour.fr ou pour nous suivre sur Twitter :
@CarrefourFrance, @GroupeCarrefour.

Carrefour Assurance, enregistrée sous la dénomination sociale
CARMA, est la société d’assurances du groupe Carrefour,
détenue par le groupe Carrefour à 50.01 % et COVEA
COOPERATIONS (groupe d’assurance des marques MMA , MAAF et
GMF) à 49.99 %. CARMA développe depuis plus de 30 ans un
écosystème de solutions et services multi-canal et multi-
format dans le prolongement naturel de l’offre de Carrefour en
France et en Espagne. Carrefour Assurance couvre plus de 2
millions de clients sur les assurances automobile, habitation,
prévoyance/santé, animaux, panne/casse/vol des appareils du
foyer, cartes et crédits PASS.

A propos de l’Association e-Enfance

Reconnue d’utilité publique, l’Association e-Enfance est la
référence pour la protection des mineurs sur Internet depuis
2005. Agréée par le Ministère de l’Education nationale, elle
propose des interventions en milieu scolaire, des formations
sur les risques et bons usages d’Internet et opère le numéro
national Net Ecoute.
Gratuit, anonyme et confidentiel, Net Ecoute 0800 200 000 est
le numéro vert spécialisé dans la protection des mineurs sur
Internet. C’est le seul dispositif d’alerte à être en lien
direct avec les réseaux sociaux, les plateformes « Pharos » de
la Police nationale et « Brigade numérique» de la Gendarmerie
nationale, et le 119-Enfance en danger. Il est également
soutenu par la Commission Européenne dans le cadre de son
programme Safer Internet et par la DILCRAH (Délégation
Interministérielle de lutte contre le racisme, l’antisémitisme
et l’homophobie).

ww.e-enfance.org – www.netecoute.fr

Comment se désintoxiquer des
écrans ?
Par Alexandre Duyck
Mis à jour le 12/06/2020 à 17:07

Apéros connectés, télétravail, école en ligne,
jeux vidéos : pour garder le lien avec nos vies
d’avant, nos écrans d’ordinateurs et de
smartphones sont devenus d’indispensables
compagnons. Pourra-t-on désormais s’en détacher ?
Nos conseils pour une rupture en douceur.
Allez, pas la peine de se cacher derrière son écran. Cette
scène, on l’a tou·tes connue ces dernières semaines. Les deux
parents qui travaillent sur un ordinateur ou au téléphone à la
maison ; un ado enfermé dans sa chambre sur la PlayStation (a-
t-il seulement aéré sa chambre ? fait ses devoirs envoyés via
Pro-note ?) ; un autre enfant sur Snapchat depuis des heures.
Un coup d’œil aux réseaux sociaux. La famille, les collègues
et leurs groupes Whats-App dont on ne sait comment se défaire.
Et les grands-parents qui découvrent les GIF, les mèmes, les
vidéos et, se croyant à la pointe du progrès, bombardent de
notifications.

Pour de vrai, on a entendu une grand-mère qui, découvrant
l’usage d’une tablette, a demandé si « Internet, ça marchait
aussi le dimanche ? »

Les écrans sont partout, même dans
la sexualité
Les chiffres donnent le tournis. Le temps passé sur nos
applications depuis le début de la crise sanitaire ? + 70 %.
+ 1 000 % pour la durée des appels groupés sur Facebook et
Instagram. WhatsApp ? + 40 % d’utilisation ; TikTok ? Plus
d’un milliard d’utilisateurs. Apéros en ligne, réunions de
travail et cours via Zoom : les écrans sont partout. Et
s’immiscent encore plus dans notre sexualité : + 25 % pour la
fréquentation de Pornhub, le plus populaire des sites
pornographiques, avec une hausse des abonnements souscrits par
les femmes. Mais comment allons-nous faire pour débrancher ces
appareils qui nous auront permis de supporter le confinement ?

« En effet, imaginez une telle situation il y a trente ans,
lance Edgardo Paz, psychologue à Paris. Sans Internet, sans la
possibilité de passer au télétravail, sans moyen d’appeler la
famille à l’étranger, avec comme seule solution d’écrire des
lettres qui n’arrivent pas ou après tant de temps ? Les
conséquences psychologiques auraient été bien pires encore. »

Certes, mais comment redonner à l’humain, au contact physique,
toute sa place ? « Est-ce que tout le monde va se précipiter
dans la rue, en terrasse des cafés, les uns chez les autres
quand ce sera possible ? Je n’en suis pas certain, reconnaît
le psychologue. Je ne peux pas croire qu’un tel évènement
planétaire ne laissera pas de trace dans nos comportements. Il
est beaucoup plus facile de se couler dans une nouvelle
habitude que d’en sortir. Le confinement, c’est la revanche
des introvertis, des personnes “évitantes” qui sont très bien
chez elles. Mais même si mes patients me disent tous prendre
beaucoup plus de nouvelles de leurs proches qu’avant le
confinement, ils reconnaissent que ça ne suffit pas. Ça laisse
une insatisfaction, un manque. Le contact physique reste
fondamental. »

Le   droit   en  question   :
cyberharcèlement, la jeunesse
sous pression
« Suicide-toi (…) T’es tellement laide ». La France a-t-elle
les moyens de défendre sa jeunesse face au phénomène du
cyberharcèlement ?

Par Clément Diakonoff, le 18 juin 2020

Le confinement a exacerbé la créativité artistique de certains
et accru la violence d’un phénomène qui a trouvé un écho
particulier pendant l’épidémie.

Comme l’a fait remarquer l’UNESCO, « la crise du covid-19 a
poussé près de 1,3 milliard d’enfants et de jeunes dans le
monde hors des écoles et des universités, les renvoyant à la
maison au titre des mesures prises pour ralentir la pandémie.
Ces élèves et étudiants sont peut-être plus à l’abri du virus
chez eux, mais ils sont davantage exposés à d’autres risques

tels que la violence, notamment le cyberharcèlement (…) »2.
Une proposition de loi « visant à lutter contre les contenus

haineux sur internet », adopté le 13 mai 2020 3 (mais qui
résulte d’une année de travail parlementaire entamée bien
avant l’apparition du covid-19), est l’occasion de se poser la
question suivante : la France est-elle en mesure de faire face
à la monté en puissance du cyberharcèlement ? Elle impose à
titre préalable de chercher à identifier les contours de la
notion en elle-même.

Le cyberharcèlement n’a pas une forme unique et arrêtée pour
les sociologues.

Pour les juristes, à l’inverse, il s’agit d’une notion plus
précise.

Pour les sociologues, « les formes concrètes que peut prendre
le cyberharcèlement sont nombreuses. Elles peuvent être

directes ou indirectes »4. Ainsi, l’envoi répété de messages
violents (« harassement »), la diffusion publique
d’informations intimes (« outing »), la diffusion de rumeurs
sont autant de formes que peut prendre le cyberharcèlement.

Pour   le   juriste,   la   diffusion   de   contenu   sexuellement
explicite sans le consentement d’une personne apparaissant
dans celui-ci (ou « revenge porn ») et le fait de harceler sur
internet une personne par des propos répétés ayant pour
objet/effet une dégradation de ses conditions de vie sont deux

comportements constitutifs d’infractions différentes5.

Si l’infraction de cyberharcèlement            est spécifiquement
réprimée, l’adoption d’une proposition          de loi illustre la
volonté des pouvoirs publics d’offrir           des dispositifs de
protection et de répression additionnels       au regard des enjeux
en la matière.
Le    Sénat    adopte     une
obligation de vérification de
l’âge accrue sur les sites
pornographiques
Publié le 10 juin 2020, Le Monde

Le Sénat a adopté, dans la nuit de mardi à mercredi 10 juin,
un amendement renforçant considérablement les obligations des
sites pornographiques en matière de contrôle de l’âge pour
leurs utilisateurs en France – un texte qui soulève
d’importantes questions sur la manière dont il pourrait être
appliqué.

Cet amendement à la proposition de loi sur les violences
conjugales (adoptée par le Sénat dans sa totalité) a été
déposé par la sénatrice et rapporteuse Marie Mercier (Les
Républicains). Il prévoit que les sites pornographiques
pourront être bloqués ou déréférencés à la demande du Conseil
supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’ils ne mettent pas en place
un contrôle strict de l’âge de leurs visiteurs, qui ne
pourront pas prendre la forme d’une « simple déclaration de
[l’internaute] indiquant qu’il est âgé d’au moins 18 ans. »
[Communiqué de presse] e-
Enfance et Yubo innovent pour
soutenir les jeunes victimes
de harcèlement en ligne dans
un partenariat inédit
Paris, le 09 juin 2020 – La plateforme sociale française Yubo
et l’Association e-Enfance nouent un partenariat inédit afin
d’accompagner les jeunes victimes de harcèlement ou en
détresse psychologique. Pour la première fois sur une
plateforme sociale, les utilisateurs signalant toute forme de
harcèlement ou un comportement suicidaire se verront proposer
une mise en relation directement depuis l’application Yubo
avec un membre du service Net Ecoute (la ligne d’appel
gratuite, confidentielle et anonyme opérée par l’Association
e-Enfance) qui l’accompagnera au mieux, à travers un chat ou
un appel au numéro vert.

Alors que l’activité en ligne a explosé pendant la période de
confinement, entrainant une croissance de 600% du temps passé
en lives sur Yubo, ainsi que le doublement des signalements
sur Net Ecoute, Yubo et e-Enfance innovent pour soutenir les
jeunes victimes de harcèlement en ligne. Après un simple
signalement d’un commentaire, d’un live, ou d’un utilisateur
pour harcèlement, l’utilisateur se verra proposer la mise en
contact avec le dispositif gratuit de l’Association e-Enfance.
C’est ainsi la première fois qu’une association de protection
de l’enfance est en contact direct depuis un compte certifié
avec les utilisateurs d’une plateforme sociale majeure. Grâce
à cette innovation, les jeunes en difficulté n’auront pas à
quitter l’application pour bénéficier de l’accompagnement et
des conseils des équipes de Net Ecoute.

“Savoir que Yubo, plateforme sociale dont les utilisateurs ont
de 13 à 25 ans, intègre Net Ecoute est très rassurant. Un
simple bouton permet de nous joindre directement ce qui
facilite l’écoute de jeunes confrontés à des situations
difficiles. Ils doivent savoir que nous sommes là pour les
aider, ils ne doivent pas se sentir seuls ou abandonnés en
ligne” explique Justine Atlan, directrice générale du service
Net Ecoute et de l’Association e-Enfance.

“Nous sommes particulièrement vigilant sur les questions de
cyberharcèlement et attentifs aux comportements déviants que
pourraient avoir les jeunes sur notre appli. La mise en
relation directe avec un service professionnel tel que celui
proposé par e-Enfance est essentiel pour nous. Offrir le
réseau le plus sûr pour les jeunes en France et partout dans
le monde est notre priorité N°1.” ajoute Marc-Antoine Durand,
Directeur des Opérations de Yubo.

Gratuit, anonyme et confidentiel, NET ECOUTE est le numéro
vert national spe
                ́cialise
                       ́ dans la protection des mineurs sur
Internet et toutes les proble
                            ́matiques auxquelles font face les
jeunes dans leurs pratiques nume
                               ́riques. Ge
                                         ́re
                                           ́ par l’Association
e-Enfance (Protection de l’Enfance sur Internet depuis 2005,
reconnue d’utilite
                 ́ publique), il aide les adolescents, les
parents et les professionnels par des conseils pratiques et
une assistance psychologique, technique et juridique, du lundi
au samedi de 9 heures à20 heures.
Vous pouvez aussi lire