Kosovo Guide des affaires 2019

 
Kosovo Guide des affaires 2019
2019

   Kosovo
   Guide des affaires
   Sous la direction de M Didier Chabert,
   Ambassadeur de France au Kosovo

                                           Ambassade de France au Kosovo
                                      Service Économique Régional de Sofia
Kosovo Guide des affaires 2019
Kosovo Guide des affaires 2019
GUIDE DES AFFAIRES
         KOSOVO
             juin 2019

SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE SOFIA
Kosovo Guide des affaires 2019
© 2019 – Ambassade de France au Kosovo et le Service Économique Régional de Sofia
  Toute reproduction, représentation ou diffusion, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sur
quelque support que ce soit, papier ou électronique, effectuée sans l’autorisation écrite expresse de l’Ambassade
     de France au Kosovo et le Service Économique Régional de Sofia, est interdite et constitue un délit de
        contrefaçon sanctionné par les articles L.335-2 et L.335-3 du code de la propriété intellectuelle.

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique Régional s’efforce de diffuser des informations exactes et
à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun
cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.
Kosovo Guide des affaires 2019
Source : http://www.diplomatie.gouv.fr, 2016
Kosovo Guide des affaires 2019
Madame, Monsieur,

Chers futurs investisseurs au Kosovo,

Le Kosovo est non seulement l’état le plus neuf d’Europe, mais aussi celui qui dispose de la
population la plus jeune d’Europe.

Le pays, indépendant depuis février 2008, a réussi en une dizaine d’années à établir un cadre propice à
l’investissement ! Il possède ainsi le taux de croissance le plus élevé de la région (4,1% en 2017), une
des dettes publiques les plus faibles d’Europe (21 du PIB% en 2017) et un système bancaire stable et
capitalisé.

Il dispose aussi d’une main d’œuvre jeune, dotée d’un fort esprit entrepreneurial, multilingue, bien
éduquée et avec les coûts salariaux les plus faibles de la région.

Le Kosovo offre en outre un système fiscal efficace et simple pour les entreprises parmi les plus
avantageux d’Europe et un dispositif d’accueil des investisseurs étrangers sous l’égide d’une agence
dédiée (la KIESA) et de lois relatives aux investisseurs étrangers et aux investissements stratégiques.

Outre une situation géographique idéale au cœur des Balkans, le Kosovo bénéficie d’un accord de
libre-échange avec les pays des Balkans occidentaux (l'Accord de Libre-Echange d'Europe centrale)
permettant d'accéder à un marché régional de 28 millions de consommateurs. Le Kosovo est
également un lieu propice pour exporter vers l’Union européenne : l’Accord de stabilisation et
d’association (ASA) supprime l’ensemble des droits de douane pour les produits du Kosovo vers
l’Union européenne depuis le 1er avril 2016 et prévoit une reprise progressive des normes
européennes.

Disposant d’une perspective européenne, le Kosovo s’engage dans les réformes nécessaires à
l’établissement de règles de droit solides conformes aux standards européens.

Le gouvernement du Kosovo a également adopté une série de mesures visant à améliorer
l'environnement du climat des affaires, à renforcer le secteur privé et à assurer une croissance
économique durable, comme en témoigne le classement «Doing Business» de la Banque Mondiale,
dans lequel le Kosovo occupe la 40e position en 2017, gagnant 20 places par rapport à 2016.

En tant qu’ambassadeur de France, je suis, avec mon équipe, à votre disposition pour vous soutenir
dans toutes vos démarches !

Dans l’attente prochaine de vous rencontrer au Kosovo,

                                                                                        Didier Chabert

                                                                    Ambassadeur de France au Kosovo
Kosovo Guide des affaires 2019
Sommaire

Introduction - Présentation générale du pays.......................................................................................... 1
         • Géographie ................................................................................................................................. 1
         • Démographie .............................................................................................................................. 1
         • Système politique ....................................................................................................................... 1
         • Arrivée au Kosovo...................................................................................................................... 2
Chapitre 1 - Situation économique et financière ..................................................................................... 3
         • Indicateurs macroéconomiques 2017 ......................................................................................... 3
         • Modèle économique ................................................................................................................... 3
         • Marché du travail........................................................................................................................ 4
         • Finances publiques ..................................................................................................................... 4
         • Secteur financier et bancaire ...................................................................................................... 4
         • L’utilisation de l’euro ................................................................................................................. 5
Chapitre 2 - Cadre juridique – légal – fiscal ............................................................................................ 6
         • Formes juridiques d’entreprises ................................................................................................. 6
         • Impôts – taxes............................................................................................................................. 7
         • Droits de douane......................................................................................................................... 8
         • Conditions d’emploi ................................................................................................................... 9
         • Règles comptables .................................................................................................................... 10
         • Droit de propriété intellectuelle ................................................................................................ 11
Chapitre 3 - Climat des affaires ............................................................................................................. 12
         • Doing Business Indicators, Banque Mondiale ......................................................................... 12
         • Obstacles principaux à l’investissement ................................................................................... 12
         • Investissement Direct à l’Etranger (IDE) au Kosovo ............................................................... 13
         • Loi sur les investissements stratégiques, No. 05/L-079, février 2017 ...........................14
Chapitre 4 - Relations économiques avec la France .............................................................................. 16
         • Les échanges commerciaux avec la France .............................................................................. 16
         • Projets et investissements français ........................................................................................... 17
         • KOCAF – Club d’affaires francophone au Kosovo ................................................................. 18
Chapitre 5 - Grands bailleurs internationaux ......................................................................................... 19
         • L’Union européenne ................................................................................................................. 19
         • Cadre d’investissement pour les Balkans occidentaux (CIBO ou WBIF) ................................ 20
         • Banque Européenne d’Investissement (BEI) ............................................................................ 21
         • Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) ............................ 21
Kosovo Guide des affaires 2019
• Banque du développement social en Europe (CEB)................................................................. 22
         • Les institutions financières internationales (hors UE) .............................................................. 22
Chapitre 6 - Contacts utiles ................................................................................................................... 24
         • Réseau diplomatique et présence française .............................................................................. 24
         • Représentations d’entreprises ................................................................................................... 24
         • Contacts Gouvernementaux ..................................................................................................... 25
         • Institutions financières et bailleurs internationaux ................................................................... 26
         • Cabinets d’Audit....................................................................................................................... 27
         • Cabinets d’avocats.................................................................................................................... 28
         • Architectes ................................................................................................................................ 28
         • Agence de publicité et de marketing ........................................................................................ 29
         • Traducteurs/Interprètes français-albanais ................................................................................. 29
Kosovo Guide des affaires 2019
Guide des affaires – Kosovo

Introduction - Présentation générale du pays

Géographie

La République du Kosovo a déclaré son indépendance le 17 février 2008. Le Kosovo est situé au cœur
des Balkans, en Europe du sud-est. Sa capitale, Pristina, dispose d’un aéroport international. Son
territoire représente 10 887 km². Le pays, enclavé, partage ses frontières avec la Serbie au nord et à
l’est, le Monténégro au nord-ouest, l’Albanie au sud-ouest et l’Ancienne République Yougoslave de
Macédoine (ARYM) au sud.

Le Kosovo se trouve dans le fuseau horaire d’Europe centrale, soit une heure d’avance par rapport au
temps moyen de Greenwich.

Bordé de montagnes, avec au nord les montagnes de Kopaonik, au sud celles du Sharr et à l’est
Djeravica qui culmine à 2 565 m d’altitude, l’essentiel de l’activité économique se concentre sur ses
deux plaines principales situées au centre du pays : le plateau de Dukagjin, à l’est, et la plaine du
Kosovo, à l’ouest. Le climat est continental avec des hivers rudes, les températures descendant à
moins 20°C en hiver, et des étés chauds avec des températures approchant les 30°C en été.

Démographie

La population du Kosovo est estimée à 1,8 million d’habitants, dont près d’un tiers vivant dans la
capitale, Pristina. Début 2017, le ministère de la diaspora a publié les résultats préliminaires du
recensement de la diaspora qui va se poursuivre jusqu’en 2021. Au 31 décembre 2016, environ 350
000 Kosovars ont été recensés dans la diaspora mais cette dernière est estimée à plus d’un demi-
million, vivant essentiellement en Suisse, en Allemagne, aux Etats-Unis. Le Kosovo a la population la
plus jeune d’Europe, l’âge médian étant de 28,7 ans (70% de la population a moins de 35 ans).
Les Albanais forment le groupe majoritaire du pays, avec plus de 90% de la population ; la minorité
serbe est aujourd’hui concentrée pour un tiers dans le nord du pays et dans des enclaves. Le pays
compte d’autres minorités, telles que les Bosniaques, Turcs, Ashkali/Egyptien/Rom ou encore Gorani.
Le Kosovo compte deux langues officielles, l’albanais et le serbe. L’anglais est très usité, y compris
dans les administrations publiques. L’allemand est parlé par une importante portion de la population
en raison de la forte diaspora. Le français est assez peu usité, même si l’adhésion du Kosovo comme
membre associé de l’Organisation internationale de la Francophonie en octobre 2018 lui donne une
nouvelle vigueur.

Le Kosovo est un pays laïc. Les principales religions sont l’islam et le catholicisme (pour les
Albanais) et l’orthodoxie (pour la minorité serbe).

Système politique

Le Kosovo est une république parlementaire démocratique. Le Président de la République, M. Hashim
Thaçi depuis 2016, est élu indirectement par l’Assemblée législative à une majorité de deux tiers, pour
un mandat de cinq ans. Le Premier Ministre, Ramush Haradinaj depuis 2017, est également élu par

                                                  1
Kosovo Guide des affaires 2019
Guide des affaires – Kosovo

l’Assemblée législative. Cette dernière est élue lors d’élections législatives tous les 4 ans. Elle est
composée de 120 sièges, 10 sont réservés aux serbes et 10 aux autres minorités. Une douzaine de
partis occupent la scène politique kosovare.

Les dernières élections législatives se sont tenues le 11 juin 2017. La coalition regroupant les partis
PDK, AAK et Nisma est arrivée en tête avec 33,7% des voix (39 sièges). Vetevendosje a recueilli
27,5% (32 sièges) et la coalition LDK-AKR 25,2 % (29 sièges).

Le Kosovo compte trente-huit municipalités, seul échelon d’administration locale, disposant de
compétences relativement étendues (urbanisme, développement économique et social etc.).

Le système judiciaire est composé de tribunaux de districts, de cours d’appels ainsi que d’une cour
suprême et d’une cour constitutionnelle :

    •   Les tribunaux de district sont les tribunaux de première instance au Kosovo. Ces tribunaux
        sont situés dans les sept plus grandes municipalités du Kosovo: Prishtina/Priština,
        Gjilan/Gnjilane, Prizreni/Prizren, Gjakovë/Đakovica, Pejë/Peć, Ferizaj/Uroševac et
        Mitrovicë/Kosovska Mitrovica.
    •   La Cour d'appel de Pristina constitue le tribunal de deuxième instance territorialement
        compétent pour toute la République du Kosovo ;
    •   La Cour suprême est la plus haute autorité judiciaire du Kosovo et a compétence territoriale
        sur l'ensemble du territoire ;
    •   La Cour constitutionnelle est l'autorité suprême pour l'interprétation de la Constitution du
        Kosovo et son respect dans les lois kosovares.

Arrivée au Kosovo

Les ressortissants français ont besoin d’un passeport biométrique ou d’une carte d’identité valide
(seule est acceptée la nouvelle carte nationale d’identité sécurisée) pour entrer sur le territoire kosovar
mais n’ont pas besoin de visa. Pour résider ou travailler au Kosovo, il est nécessaire de demander un
permis de travail. Au-delà de six mois, il est fortement recommandé de s’inscrire sur le registre des
français à l’étranger auprès du service consulaire de l’Ambassade de France.

Le pays dispose d’un aéroport international, à 20 minutes en taxi du centre de Pristina. Aucun vol
direct ne dessert Pristina depuis Paris CDG et il est nécessaire de prévoir une escale avec Adria
Airways, Austrian Airlines, Lufthansa ou Turkish Airlines. Deux lignes low cost desservent
directement Pristina depuis l’aéroport de Bâle/Mulhouse (l’essentiel de la diaspora kosovare en France
est concentrée dans l’est de la France, en particulier le long de la frontière avec la Suisse) et une ligne
effectue la liaison Paris-Beauvais-Skopje (à moins d’une heure trente de Pristina).

                                                    2
Guide des affaires – Kosovo

Chapitre 1 - Situation économique et financière

Indicateurs macroéconomiques 2017

PIB (Md€)                               6,4                PIB/habitant (€)                     3 370
Taux de croissance                      4,1                Taux de chômage                       30,6
(%)
Taux       d’inflation                  1,5                Monnaie                              euro
annuel (%)
Importations de B&S                    52,5                Exportations de B&S                  25,5
(% du PIB)                                                 (% du PIB)
Solde courant (% du                    -8,7                Flux d’IDE (% du                       5
PIB)                                                       PIB)
Solde public (% du                     -1,2                Dette publique (% du                  21
PIB)                                                       PIB)
Crédit (% du PIB)                       40                 Taux de prêts non                     3,4
                                                           performants (%)
Source : FMI, Commission européenne, Ministère des Finances, Institut des statistiques, Banque Centrale,   Banque
Mondiale.

Modèle économique

Doté d’un PIB de 6,4 Md€, le Kosovo a été relativement épargné par la crise économique de 2008,
affichant une croissance positive moyenne de 3,3% entre 2009 et 2017, atteignant 4,1% en 2017, ce
qui représente le taux le plus fort de la région. Cette croissance est soutenue par les bailleurs de fonds
internationaux, les transferts financiers de la diaspora (représentant environ 14% du PIB) et les
investissements publics (30% du budget est consacré à la modernisation des infrastructures).

La base productive du pays reste limitée : le secteur primaire ne pèse que 28% de la valeur ajoutée
(20% pour l’industrie), le secteur secondaire (agriculture) 14% et le secteur tertiaire (services) 58%.

La forte dépendance aux importations affecte négativement la balance courante du pays : le Kosovo
importe l’essentiel de ses besoins, ce qui génère un fort déficit commercial. Les remises des migrants
pourraient représenter près d’un tiers du PIB, ce qui compense en grande partie le déficit, en
alimentant la demande interne via la consommation des ménages et des investissements. Le déficit
courant du pays s’élève à 8,7% en 2017.

Le rapport de progrès de la Commission européenne de 2018 relève que les exportations kosovares
pourraient croître, en tirant pleinement parti des avantages commerciaux accordés dans le cadre de
l’accord ASA.

Le Kosovo a pris d'importants engagements à l'occasion du sommet des Balkans occidentaux à Trieste
en juillet 2017 pour approfondir et renforcer l'intégration économique dans la région. Cependant la
mise en place d’une taxe de 100% sur les produits en provenance de Serbie et de Bosnie-Herzégovine
le 21 novembre 2018, sans information préalable des acteurs économiques, risque de diminuer
l’attractivité du Kosovo pour les investisseurs étrangers.

Les principaux partenaires commerciaux sont les pays de l’Union européenne (environ 43,1% des
importations et 22,6% des exportations) et ses voisins des pays des Balkans occidentaux, grâce à

                                                       3
Guide des affaires – Kosovo

l’accord de libre-échange centre européen, le CEFTA (environ 27% des importations et 46,6% des
exportations).

Les projets d’infrastructures permettent de soutenir la croissance économique, tels que la construction
d’autoroutes, la rénovation des voies ferrées, la construction de stations d’épuration des eaux usées, de
centres de traitement des déchets solides ou encore le projet d’une nouvelle centrale électrique.

Marché du travail

Le Kosovo offre une main-d'œuvre jeune, qualifiée, multilingue et démontrant un fort esprit
entrepreneurial.

Le taux de chômage est élevé et atteint 31,4% au quatrième semestre de 2018 selon l’Institut de
statistiques national. Ce taux, en baisse depuis 2007, où il s’était établi à 37,3%, reste l’un des plus
élevés de la région. Il est particulièrement élevé chez les jeunes et chez les femmes. Ce taux de
chômage s’explique en partie par l’importance de l’économie informelle, estimée à un tiers du PIB et
par la faiblesse de la base productive.

Le salaire moyen s’établit à 478 euros en 2018 et le salaire minimum est de 130 euros pour les moins
de 35 ans et 170 euros pour les plus de 35 ans. Le coût du travail est donc un des plus compétitifs de la
région.

Finances publiques

La situation budgétaire du Kosovo est sous contrôle et évolue dans un cadre législatif défini sous
l’égide du FMI, dont le Kosovo est membre depuis juin 2009. En effet, sur la base des
recommandations du FMI, le Kosovo a passé une loi sur la dette publique pour limiter celle dernière à
40% du PIB, ainsi qu’une règle budgétaire limitant le déficit budgétaire à 2% du PIB. En juillet 2015,
des engagements ont été pris dans le cadre d’un accord de confirmation avec le FMI notamment pour
améliorer la collecte des recettes et l’efficacité des dépenses permettant aux finances publiques de se
redresser.

Secteur financier et bancaire

Le secteur financier est placé sous la supervision de la Banque Centrale du Kosovo et comprend 10
banques (8 étrangères et 2 locales) : Banka për Biznes ; Banka Ekonomike ; NLB Prishtina ; ProCredit
Bank ; Raiffeisen Bank ; Banka Kombetare Tregtare - Prishtina Branch ; TEB (filiale franco-turque de
la BNP) ; Komercijalna Banka ad Beograd - Mitrovica Branch ; Türkiye İş Bankası (ISBANK) ;
Ziraat Bank.

Seule la Banka Ekonomike possède un capital 100 % local. La Banka për Biznes détient 43% de
capital local. Le rapport du FMI de décembre 2017 relève que les banques sont bien capitalisées,
liquides et rentables.

                                                   4
Guide des affaires – Kosovo

L’utilisation de l’euro

Le Kosovo a adopté l’euro comme moyen officiel de paiement le 1 janvier 2002. Cela permet d’avoir
une monnaie stable et un taux d'inflation bas. L’utilisation de l'euro donne au Kosovo un avantage
important en éliminant le risque lié à l’évolution des taux de change avec les pays de la zone euro. La
décision d’euroisation unilatérale a été prise pour mettre fin à une longue période d’instabilité
monétaire. Elle a permis une désinflation continue et efficace depuis 2002 et une crédibilité retrouvée
du système monétaire. Cependant, le Kosovo ne fait pas partie de l’Union Economique et Monétaire.

                                                  5
Guide des affaires – Kosovo

Chapitre 2 - Cadre juridique – légal – fiscal

Formes juridiques d’entreprises

Le registre du commerce du Kosovo (Kosovo business registration agency, KBRA) est consultable en
ligne à l’adresse http://arbk.rks-gov.net.

La procédure d’enregistrement est simple, gratuite et transparente : il existe d’une part une base de
données électronique accessible à tous et permettant d’obtenir la liste complète des entreprises
immatriculées ainsi que des formulaires d’immatriculation. D’autre part, il y a 28 centres
d’enregistrement sur le territoire, dont le bureau principal de la KBRA à Pristina.

Il existe cinq types d’entités devant s’enregistrer au registre du commerce au Kosovo pour avoir le
droit d’exercer une activité économique :

    -   L’entreprise individuelle ;
    -   Le partenariat d’affaire/commercial général ;
    -   La société en commandite ;
    -   La société à responsabilité limitée ;
    -   La société par actions.

Selon les indicateurs Doing Business de la Banque Mondiale, il faut compter une durée de seulement
10 jours pour établir une entreprise au Kosovo en 2017.

Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de Stabilisation et d’Association (ASA) le 1er avril 2016, il ne
peut exister aucune discrimination entre les entreprises de l’Union européenne et celles du Kosovo
(article 39 de l’ASA).

La loi sur les investissements étrangers de janvier 2014 permet également aux entreprises étrangères
de participer aux mêmes activités économiques que les entreprises nationales sans discrimination.
Ainsi, une entreprise étrangère peut s’immatriculer auprès du ministère du commerce et de l’industrie.
Si l’entreprise en question ne fait qu’exporter ses produits au Kosovo, elle n’a pas besoin de
s’enregistrer.

Lorsqu’une filiale majoritaire s’établit au Kosovo, une nouvelle société doit être enregistrée,
conformément à la législation du pays.

D’autre part, il n’y a pas de restriction concernant la part des actions détenues par une entreprise
étrangère. Ainsi, elle peut implanter une succursale ou franchise au Kosovo sans partenaire local au
même titre qu’une entreprise locale.

Toute personne ne résidant pas au Kosovo et redevable de taxes dans le pays, doit élire un représentant
fiscal. Celui-ci devra s’enregistrer auprès de l’administration fiscale du Kosovo avant d’amorcer une
activité économique au Kosovo.

Toute activité financière est soumise au contrôle de la Banque Centrale du Kosovo, qui a un rôle de
supervision et de régulation des institutions financières, et accorde ou non des licences, selon la loi sur
les banques de juillet 2010. Les institutions financières concernées par cette loi sont les banques, les
assurances, les fonds de pension et les institutions de microfinance. Pour exercer une activité
financière, celles-ci doivent obtenir une licence auprès de la Banque Centrale du Kosovo et doivent
s’enregistrer auprès du registre des crédits.

                                                    6
Guide des affaires – Kosovo

Impôts – taxes

Le Kosovo a pour objectif d’harmoniser ses règles fiscales avec les normes de l’Union européenne et
de lutter contre l’évasion fiscale, conformément aux recommandations de l’OSCE. L’administration
fiscale du Kosovo applique trois régimes d’imposition et de taxation :

    -   La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ;
    -   L’impôt sur les sociétés (IS) ;
    -   L’impôt sur le revenu (IR).

La TVA

Le montant de la taxe sur la valeur ajoutée est le plus faible de la région. Toute personne, physique ou
morale, ou toute autre forme d’organisation reconnue par la loi au Kosovo est assujettie à cette taxe
quel que soit le lieu, le but ou le résultat de cette activité.

La TVA est à un taux standard de 18%. Concernant les produits et services de la vie courante, elle
s’élève à 8%. Pour d’autres services comme les services de santé et d’éducation, elle s’élève à 0%.
Certains produits sont exempts de TVA (lignes de production, machines et matières premières utilisées
dans le processus de production ; certains équipements de technologie de l'information ; journaux et
publications périodiques ; les équipements et matériels utilisés pour les médias électroniques et écrits).

L’impôt sur les sociétés

Le Kosovo applique un taux fixe d’impôt sur les sociétés pour les entreprises ayant un chiffre
d'affaires annuel supérieur à 50 000 euros de 10%.

Le taux d’impôt sur les sociétés est de :

    -   3% du revenu brut pour les activités commerciales, de transport et agricoles ;
    -   9% du revenu brut pour les activités de services, professionnelles et de divertissement ;
    -   10% du revenu imposable des revenus locatifs.

Sont soumis à l’impôt sur les sociétés :

    -   Les entreprises ayant le statut d’entité légale conformément à la législation kosovare ;
    -   Les organisations non gouvernementales ;
    -   Les entreprises publiques ou collectives ;
    -   Les établissements implantés au Kosovo dont les actionnaires sont non-résidents.

Certains revenus sont exemptés de l’IS tels que ceux des ONG, des institutions financières
internationales et de la Banque Centrale et des intérêts sur certains instruments financiers.

Les compagnies d’assurances sont taxées à hauteur de 5% sur les primes brutes encaissées.
Les règles d’amortissement sont propres à chaque entité et suivent les règles comptables. Cependant
l’article 15 de la loi sur l’IS, fixe des taux maxima calculés de manière linéaire, et répartis en trois
catégories :

    -   Catégorie 1 : Bâtiments et constructions ; 5%
    -   Catégorie 2 : Véhicules et équipement de bureau ; 20%
    -   Catégorie 3 : Transports lourds (locomotives, avions…) ; de 10% à 15%.

                                                    7
Guide des affaires – Kosovo

L’impôt sur le revenu

L’impôt sur le revenu concerne les personnes qui perçoivent des revenus de source kosovare mais
aussi les revenus étrangers perçus par des citoyens kosovars. L’impôt sur le revenu est progressif,
allant de 0% à 10% en fonction du revenu. L’IR est l’un des plus faibles de la région.

Il n’existe pas de système de protection sociale consolidé (assurance maladie) pour les salariés au
Kosovo, et les cotisations sont donc très faibles.

Cet impôt est appliqué sur les revenus suivants, selon la loi sur l’IR de 2015 :

    -   Salaires ;
    -   Activités commerciales ;
    -   Loyers ;
    -   Intérêts ;
    -   Retraites ;
    -   Gains en capital.

L’IR est calculé comme suit :

Revenus annuels                                           IR
0€ - 960€                                                 0%
961€ - 3000€                                              4% du montant au-dessus de 961€
3001€ - 5400€                                             81,6€ + 8% du montant au-dessus de 3000€
5401€ et plus                                             273,6€ + 10% du montant au-dessus de 5400€

Droits de douane

Au Kosovo, les taxes sur les importations s’élèvent à 10% (et sont de 0% pour celles en provenance de
l’Union européenne conformément à l’ASA,). Les droits d’accise, sont variables et s’appliquent sur
certains produits : le vin, les cigarettes et autres produits à base de tabac, l’huile et autres boissons, les
voitures et autres véhicules à moteur.

Par ailleurs, il n’y a pas de droit de douane pour certains produits importés : les produits
pharmaceutiques, les importations à usage diplomatique ou humanitaire, ainsi que certains intrants
utilisés pour la production agricole.

L’administration des douanes qui a bénéficié de l’appui des douanes françaises et italiennes (jumelage
institutionnel) est bien structurée et efficace, même si l’économie informelle reste importante et que
des problèmes subsistent (notamment contrefaçon) et que la formation des douaniers doit se
perfectionner.

Pour des informations sur les droits de douane, il convient de s’adresser au Service de douanes du
Kosovo (dogana.rks-gov.net).

Accords de libre échange

Le Kosovo fait partie de l’Accord de libre-échange centre européen (ALECE) depuis 2007. Cet accord
regroupe 7 membres ne faisant pas partie de l’UE : l’Albanie, la Bosnie Herzégovine, le Kosovo, la
Macédoine, la Moldavie, le Monténégro et la Serbie. Les droits de douane sont nuls pour les biens
importés des pays de l’ALECE (CEFTA en anglais). Cependant, le développement du commerce intra

                                                      8
Guide des affaires – Kosovo

régional souffre de l’existence de barrières non-tarifaires aux échanges, notamment l’absence de
reconnaissance des certificats.

L’accord de stabilisation et d’association (ASA) avec l’UE signé en octobre 2015 et mis en œuvre
depuis le 1er avril 2016, vise à mettre en place un régime de libre-échange (les exportations du Kosovo
vers l’UE sont libres de droits de douanes, sauf pour le vin et le « baby beef » soumis à des
contingents). L’ASA constitue la relation contractuelle fondamentale entre l’UE et le Kosovo et
prévoit une reprise de l’acquis européen.

Accords de non double-imposition

Le Kosovo dispose de traités de non-double imposition avec plusieurs pays :
    -   La Macédoine depuis 2014 ;
    -   La Hongrie et la Slovénie depuis 2015 ;
    -   L’Albanie, le Royaume-Uni et la Turquie depuis 2016 ;
    -   La Suisse depuis 2017.

Les traités de non-double imposition existants entre l’ex-Yougoslavie et certains pays, dont la France
sont toujours d’application légalement. Les règles d’application de ces traités ne sont toutefois pas
claires. Il n’existe pas d’accord bilatéral de non double-imposition avec la France.

Conditions d’emploi

Le règlement sur le droit du travail de 2010 traite des contrats d’emploi, des conditions de travail et
des conditions de licenciement au Kosovo.

Un contrat de travail est établi par écrit et entre en vigueur dès lors qu’il est signé par les deux parties.
Une période d’essai de 6 mois peut être conclue entre l’employeur et l’employé, par accord écrit.

Licenciement

Les conditions de licenciement dépendent du contrat. Certains préavis doivent être respectés pour
mettre terme aux contrats à durée indéterminée, en donnant un préavis par écrit selon les délais
suivants :

    -   7 jours ; pendant la période d’essai, soit les 6 premiers mois,
    -   30 jours ; pour un employé ayant travaillé entre 6 mois et 2 ans,
    -   45 jours ; pour un employé ayant travaillé entre 2 ans et 10 ans,
    -   60 jours ; pour un employé ayant travaillé plus de 10 ans.

L’employeur peut terminer un contrat pour des raisons économiques, techniques ou organisationnelles.

Un contrat de travail peut être rompu à tout moment pour des raisons exceptionnelles ou par accord
mutuel.

                                                     9
Guide des affaires – Kosovo

Temps de travail - Salaire

Le temps de travail est défini clairement dans le droit du travail Kosovar :

    -   8h/ jour, soit 40h/semaine ;
    -   30h/ semaine pour les personnes de moins de 18 ans, sous certaines conditions (15 ans étant
        l’âge minimum légal) ;
    -   Les heures travaillées entre 22h et 6h sont payées 30% en plus du taux horaire ;
    -   Les heures supplémentaires sont payées 30% en plus du taux horaire, à hauteur de 8h
        supplémentaires par semaine ;
    -   Les heures supplémentaires effectuées le week-end sont payées 50% en plus du taux horaire.

Le salaire moyen s’établit à 478 euros en 2018 et le salaire minimum est de 130 euros pour les moins
de 35 ans et 170 euros pour les plus de 35 ans.

Charges et cotisations

Les cotisations pour les retraites s’appliquent aux Kosovars, les étrangers ne sont pas tenus de payer
cette cotisation selon la législation kosovare. L’employeur et l’employé doivent payer une cotisation
retraite de 5% au minimum et de 15% au maximum du salaire mensuel brut.

La loi sur l’assurance maladie, approuvée en 2014, prévoit des cotisations s’élevant à 7% du revenu
brut, partagées entre l’employeur et l’employé, à raison de 3,5% chacun n’est pas encore entrée en
vigueur.

Jours non travaillés

Au Kosovo, les employés bénéficient de 4 semaines de congés annuels. Par ailleurs, ils ont le droit à
un jour supplémentaire tous les 5 ans travaillés. Les jours qui ne sont pas posés ne peuvent pas être
compensés financièrement.

Les jours de congés maladie sont indemnisés à 100% et sont plafonnés à 20 jours par an.
Les employés disposent aussi de 5 jours supplémentaires pour des impératifs familiaux (décès,
mariages, naissances…).

Enfin, il existe des jours fériés, qui varient chaque année, parmi lesquels :

1er et 2 Janvier – Nouvel an      9 Avril – Jour de la Constitution 12 Septembre – Journée de Bajram

7 Janvier – Noël orthodoxe        1 Mai – Journée du travail          25 Décembre – Noël

17 Février – Journée de           9 Mai– Journée de l’Europe
l’indépendance

27 Mars – Pâques                  5 Juillet – Journée de Bajram

Règles comptables

En 2011, une Loi sur la comptabilité et le reporting financier a été adoptée détaillant les règles
comptables à suivre pour les grandes entreprises ainsi que pour les sociétés par actions. Celles-ci sont

                                                    10
Guide des affaires – Kosovo

tenues de respecter les règles de normes comptables internationales (International Financial Reporting
Standards), qui sont endossées par le Conseil de reporting financier du Kosovo. En 2014, une
instruction administrative a été adoptée, indiquant que ces mêmes règles comptables doivent être
appliquées par les petites et moyennes entreprises au Kosovo.

Les institutions financières dépendent de la Banque Centrale du Kosovo pour la règlementation
comptable. Elles sont tenues de produire un rapport financier annuel, en accord avec les règles IFRS,
avant le 30 avril chaque année.

Droit de propriété intellectuelle

Formellement les lois kosovares concernant la propriété intellectuelle sont en adéquation avec le droit
de l’Union européenne, notamment :

    -   Les brevets sont protégés par la loi no. 04/L-029 et son amendement no. 05/L-039.
    -   Les marques sont protégées par la loi no. 04/L-026 et son amendement no. 05/L-040.
    -   Les designs industriels sont protégés par la loi no. 05/L-040.
    -   Les droits d’auteur sont protégés par la loi no. 04/L-065 et son amendement no. 05/L-047.
    -   La loi no. 03/L-170 concerne les mesures douanières dans le domaine de la propriété
        intellectuelle.
    -   La loi no.05/L-051 concerne les indications géographiques.

Depuis le 25 janvier 2017, le Kosovo est membre de l’Organisation mondiale des douanes.

                                                  11
Guide des affaires – Kosovo

Chapitre 3 - Climat des affaires

Le climat des affaires au Kosovo s’est amélioré ces dernières années, ce qui constitue une des priorités
du gouvernement. Bien que le pays ait perdu 4 places en 2019 dans le classement « Doing Business »
de la Banque Mondiale, qui mesure le climat des affaires à travers le monde, il reste à la 44e place,
gagnant 16 places par rapport à 2017. Le Kosovo est dans la moyenne des autres pays de la région,,
derrière la Macédoine (10e) mais devant la Serbie (49e) et l’Albanie (63e). Cette progression du
Kosovo témoigne d’une volonté réelle du pays d’offrir un cadre d’investissement réglementé,
transparent et en accord avec les standards européens. Dans ce contexte, le gouvernement a adopté une
loi sur les investissements stratégiques afin d’attirer les investisseurs étrangers. D’autre part, le
Kosovo a adopté en 2016 un agenda de réformes économiques qui liste les mesures prioritaires que le
Kosovo doit adopter pour se rapprocher de de l’Union européenne, fait partie du CEFTA et a signé un
accord commercial avec l’UE (l’ASA). Ceci rend compte de la volonté du gouvernement kosovar de
favoriser l’intégration économique du pays.

Néanmoins, le Kosovo entretient toujours des relations politiques complexes avec la Serbie, qui ne
reconnaît pas l’indépendance du pays, comme par ailleurs 5 Etats membres de l’Union européenne
(Espagne, Chypre, Grèce, Slovaquie, Roumanie.). Ces tensions politiques peuvent affecter le
déroulement des affaires économiques, notamment dans les enclaves serbes au Kosovo.

Doing Business Indicators, Banque Mondiale

La Banque Mondiale estime que le Kosovo est performant au regard de la création d’entreprise et de
l’accès au crédit. En revanche, des retards sont identifiés concernant le règlement de l’insolvabilité,
l’octroi de permis de construire et l’accès à l’électricité. Le rapport 2019 de la Banque Mondiale
précise les délais et les coûts pour les différentes démarches de création d’entreprise, illustrant ainsi la
facilité ou la difficulté en fonction des différents indicateurs.

Par ailleurs, l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) de Transparency International, place le
Kosovo à la 93ème place sur 180 pays en 2018 (contre 95 en 2016). Alors que le pays avait gagné 10
places par rapport entre le classement de 2016 et celui de 2017, il en a perdu 8 entre 2017 et 2018. Le
Kosovo a perdu 2 points entre l’année 2017 et l’année 2018, passant de 39 à 37 sur une échelle de 100
(0 étant le plus corrompu et 100 étant le moins corrompu).

Obstacles principaux à l’investissement

La Chambre de commerce et d’industrie du Kosovo a publié en janvier 2018 un rapport1 dans lequel
sont listés les obstacles principaux à l’investissement perçus par les entreprises au Kosovo. Ces
obstacles concernent l’environnement économique, les règlementations en vigueur et les
infrastructures.

1
 Paving the way for better business in Kosovo – What are the growth Obstacles for Business in Kosovo? Kosova
                                                         ème
Chamber of Commerce, German Cooperation, GIZ, 4 edition, Pristina, 2018.

                                                     12
Guide des affaires – Kosovo

Les obstacles majeurs à l’investissement perçus par les entreprises sont :

    -   La concurrence déloyale de l’économie informelle (61%) ;
    -   Le manque de fiabilité dans la distribution d’énergie (51%) et le coût de l’électricité (50%) ;
    -   Les taux d’intérêt élevés (38%) ;
    -   Les retards de paiement des clients (32%) ;
    -   La corruption (28%) ;
    -   La rentabilité trop faible (26%) ;
    -   La demande insuffisante (25%) ;
    -   L’absence de plan adéquat mis en place par les entreprises (24%).

Malgré les efforts du gouvernement et de l’administration, on constate la persistance d’une économie
informelle (estimée à un tiers du PIB), symptomatique d’une économie en transition. Cet obstacle
devient de plus en plus important du point de vue des entreprises.

L’influence des politiques sur l’économie reste très importante et l’instabilité du système politique
retarde le progrès économique ainsi que l’investissement.

Investissement Direct à l’Etranger (IDE) au Kosovo

La Turquie, l’Allemagne et la Suisse sont les trois premiers investisseurs au Kosovo détenant à eux
seuls près de 30% du stock. La France est le 16e investisseur au Kosovo, avec seulement 0,6% du
stock d’IDE.

                                                   13
Guide des affaires – Kosovo

Stock d’IDE

Selon la Banque Centrale kosovare, le stock d’IDE au Kosovo s’élève, fin 2016, à 3,5Md€, soit 57%
du PIB. Il a considérablement augmenté depuis 2007 où il s’élevait à 924M€ et représentait 27% du
PIB. En 2017, les flux d’IDE s’élèvent à environ 200M€

Fin juin 2016, les principaux investisseurs en termes de stock d’IDE proviennent principalement de
pays disposant d’une forte diaspora kosovare : la Turquie (1e avec 11% de stock d’IDE), l’Allemagne
(2e avec 9 %), la Suisse (3e avec 8 %), la Slovénie (4e avec %) et l’Autriche (5e avec 6%).

Le stock d’IDE se répartit entre les secteurs suivants : l’immobilier avec 34% du stock d’IDE, les
services financiers avec 17%, l’industrie avec 12%, la construction avec 11% et le transport et les
télécommunications avec 9%.

Les principaux investisseurs étrangers au Kosovo en termes de stock d’IDE sont l’opérateur
téléphonique slovène IPKO, le cimentier grec Shaarcem, la banque slovène NLB Prishtina, le
spécialiste de l’agroalimentaire suisse M&Sillosi, le groupe énergétique turc KEDS et le fabricant de
matériaux de construction allemand Xella.

En 2016, les flux d’IDE s’élèvent à 216 M€, soit 3,6 % du PIB. Les principaux investisseurs en termes
de flux d’IDE ont été la Suisse (1ère avec 62 M€ de flux), la Turquie (2ème avec 45 M€) et l’Albanie
(3ème avec 29 M€).

Loi sur les investissements étrangers, No. 04/L-220, janvier 2014

La loi sur les investissements étrangers a pour objectif de protéger, promouvoir et encourager les
investissements étrangers au Kosovo. Elle garantit un traitement égalitaire des investisseurs étrangers
et nationaux.

Loi sur les investissements stratégiques, No. 05/L-079, février 2017

La loi sur les investissements stratégiques, dont les règlements d’application sont entrés en vigueur en
février 2018 et ont été modifiés en janvier 20192. Elle s’inscrit dans la volonté gouvernementale de
réduire les obstacles bureaucratiques et les lourdeurs administratives, dans l’objectif de faciliter
l’implantation des investisseurs étrangers.

La Kosovo Investment and Enterprise Support Agency (KIESA), agence du Ministère du Commerce et
de l’Industrie, est l’interlocuteur unique des investisseurs étrangers souhaitant bénéficier de ce régime
juridique. Les investisseurs doivent adresser une demande auprès de la KIESA, qui transmet les
dossiers complets à un comité interministériel décisionnaire. Une fois l’agrément obtenu, un accord
spécifique est signé entre le gouvernement du Kosovo et l’investisseur concerné.

2
    Site internet KIESA : https://kiesa.rks-gov.net/page.aspx?id=2,153

                                                    14
Guide des affaires – Kosovo

Conditions

Pour être qualifié d’investissement stratégique, le projet doit se situer au-dessus d’un certain seuil
d’investissement selon le secteur :

                       Secteur                                 Investissement minimum (en M€)
           Energie et exploitation minière                                    30
          Transports et télécommunications                                    30
                      Tourisme                                                20
              Technologie industrielle                                        20
          Agriculture et secteur alimentaire                                  10
                         Santé                                                30
         Parcs industriels et technologiques                                  10
    Gestion des eaux usées, collecte destruction et                           10
                recyclage des déchets

D’autres critères sont aussi à prendre en compte pour remplir les conditions d’un investissement
stratégique selon l’article 5 de la loi:

    -   L’investisseur doit prouver être en capacité financière d’assumer l’investissement ;
    -   Le projet d’investissement doit être en adéquation avec les standards environnementaux de
        l’Union européenne ;
    -   Le projet doit être en adéquation avec la Constitution et les engagements internationaux du
        Kosovo.

Processus

La KIESA dispose de 20 jours pour répondre à l’entreprise ayant déposé une demande ; si le dossier
est jugé incomplet, l’entreprise dispose de 10 jours pour le compléter. Le comité interministériel et le
gouvernement doivent ensuite donner leur accord pour que l’entreprise reçoive le statut
d’investissement stratégique. Si l’agrément est refusé, l’entreprise a 30 jours pour faire appel.

La KIESA doit faire suivre sous 5 jours les demandes d’obtention de licences, permis ou autorisations
aux institutions responsables ; les autorités compétentes ont ensuite 15 jours pour donner suite à la
demande, un délai additionnel de 15 jours peut leur être accordé.

Une fois l’investissement qualifié de « stratégique », l’entreprise peut bénéficier des avantages
suivants :

    -   Une assistance dans les procédures administratives nécessaires à l’obtention de licences,
        permis ou autorisations d’institutions publiques ;
    -   Une assistance dans l’exécution des actions préparatoires, dans la collecte des documents
        nécessaires aux procédures administratives ;
    -   Une procédure accélérée d’examen de toute demande préalable au lancement des phases de
        préparation, de mise en œuvre et de réalisation du projet ;
    -   Un soutien à l’accès aux infrastructures de base ;
    -   Une mise à disposition des biens immobiliers publics nécessaires à la réalisation du projet.

                                                      15
Guide des affaires – Kosovo

Chapitre 4 - Relations économiques avec la France

Le solde commercial de la France vis-à-vis du Kosovo est excédentaire de 7M€ en 2017, les
exportations françaises s’élevant à 10,5M€ en 2017. Ce taux place la France à la 18e place de
fournisseur du Kosovo, avec 1,2% des importations totales. A noter cependant que bon nombre des
exportations transitent par la Serbie, l’Albanie et la Macédoine du Nord et ne sont donc pas
considérées comme des produits d’origine française, ce qui relative la part de marché de la France. Le
Kosovo est quant à lui notre 173e client.

Les principaux investisseurs français au Kosovo sont le spécialiste des infrastructures de transports
ADLMS PIA Operations JSC (Aéroports de Lyon), la filiale franco-turque de BNP Paribas TEB, le
distributeur Interex (groupe Intermarché), Renault, Thalès, Schneider Electric, la filiale Dukat
(Lactalis) ou encore Egis Route.

                    Echanges commerciaux de la France avec le Kosovo en M€

               35
               30                                                   28
               25           23

               20
               15     12
                                                               8
                                          9     10                                  9
               10                  8                     8
                                                                            4
                5
                0
                     2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016

                           Solde commercial          Exportations        Importations

                                 Source : Douanes françaises (2017)

Les échanges commerciaux avec la France

L’hexagone est le 18e fournisseur du Kosovo, loin derrière la Turquie, l’Allemagne et la Suisse. Les
exportations françaises vers le Kosovo ont tendance à stagner depuis 2009, tandis que les importations
françaises en provenance du Kosovo progressent. La France exporte majoritairement des biens
d’équipement et matériels de transport au Kosovo (62% du total en 2017), en particulier des véhicules
automobiles (42% du total, en hausse de 75% par rapport à 2016), et des équipements de
communication (11% du total).

Le deuxième poste d’exportations françaises au Kosovo est celui des produits chimiques et
pharmaceutiques (11,5% du total). La France exporte également des produits alimentaires (11% des
exportations), et des textiles, habillements, cuir et chaussures (7% du total).

Plus de la moitié des importations françaises du Kosovo sont constituées de produits textiles (50% du
total, soit 1,8M d’euros). Le deuxième poste d’importations françaises du Kosovo est constitué des
produits en caoutchouc et en plastique et produits minéraux divers, qui représentent 17% des

                                                 16
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler