Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente

 
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
Perspectives économiques et des
marchés pour 2019 de Vanguard :
croissance plus lente

Recherche de Vanguard                                                                                Décembre 2018

■   Alors que l’économie mondiale entame la dixième année de son cycle d’expansion dans la foulée
    de la crise financière mondiale, les craintes d’une récession imminente se multiplient. Bien que
    plusieurs facteurs feront augmenter le risque de récession en 2019, un ralentissement de la
    croissance – dicté par les États-Unis et la Chine – ponctué d’épisodes de crainte à l’égard de la
    croissance demeure l’issue la plus probable. En bref, la croissance économique devrait ralentir,
    sans toutefois s’éclipser.

■   Les perspectives précédentes de Vanguard avaient prévu que les forces à long terme de la
    mondialisation et des avancées technologiques rendraient l’atteinte d’une inflation de 2 % plus
    difficile aux États-Unis, en Europe, au Japon et ailleurs. En 2018, nous avons prévu avec exactitude
    un raffermissement cyclique de l’inflation de base à l’échelle de différentes économies. En 2019,
    nous ne voyons pas de risque important causé par d’autres fortes hausses de l’inflation de base,
    malgré des taux de chômage plus bas et des salaires plus élevés. En effet, il est peu probable que
    les salaires plus élevés se soldent par une augmentation des prix à la consommation, puisque les
    attentes d’inflation demeurent bien ancrées.

■   Alors que l’inflation se rapproche de la cible, que les risques pour la stabilité financière augmentent
    et que les taux de chômage se rapprochent ou tombent en dessous des estimations du plein-emploi,
    les banques centrales maintiendront leur normalisation progressive. Aux États-Unis, nous nous
    attendons à ce que la Réserve fédérale atteigne le taux final de ce cycle à l’été 2019, ce qui établirait
    la fourchette du taux directeur entre 2,75 % et 3 %, avant d’interrompre les hausses
    supplémentaires compte tenu de l’inflation stationnaire et du ralentissement de la croissance des
    chiffres d’affaires. Les autres banques centrales des pays développés commenceront cependant
    seulement à relever les taux d’intérêt par rapport au plancher d’après-crise.

■   Étant donné le ralentissement de la croissance, les taux d’inflation disparates et la normalisation
    continue des politiques monétaires, la volatilité des marchés financiers devrait s’accentuer.
    Nos prévisions de rendement sur dix ans restent prudentes en raison des valorisations élevées et
    des faibles taux sans risque des principaux marchés.
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
Principaux auteurs                                                    Vanguard Investment
                                                                      Strategy Group
                                                                      Équipe Global Economics
                                                                      and Capital Markets Outlook de Vanguard

                                                                      Joseph Davis, Ph. D., économiste en chef mondial

Joseph Davis, Ph. D.         Roger A. Aliaga-Díaz, Ph. D.
Économiste en chef mondial Économiste en chef, Amériques              Amériques
                                                                      Roger A. Aliaga-Díaz, Ph. D., économiste en chef
                                                                      pour les Amériques
                                                                      Harshdeep Ahluwalia, M. Sc.
                                                                      Kevin DiCiurcio, CFA
                                                                      Joshua M. Hirt, CFA
                                                                      Jonathan Lemco, Ph. D.
Peter Westaway, Ph. D.        Qian Wang, Ph. D.
                                                                      Vytautas Maciulis, CFA
Économiste en chef, Europe Économiste en chef, Asie-Pacifique
                                                                      Darrell Pacheco
                                                                      David Pakula, CFA
                                                                      Andrew J. Patterson, CFA
                                                                      Jonathan Petersen, M. Sc.
                                                                      Ashish Rajbhandari, Ph. D.
                                                                      Asawari Sathe, M. Sc.
Andrew J. Patterson, CFA Harshdeep Ahluwalia, M. Sc.
                                                                      Adam J. Schickling, CFA
Économiste principal          Stratège principal en placements
                                                                      Christos Tasopoulos, M. Sc.
                                                                      Haifeng Wang, Ph. D.

                                                                      Europe
                                                                      Peter Westaway, Ph. D., économiste en chef pour l’Europe
                                                                      Jack Buesnel
Alexis Gray, M. Sc.           Jonathan Lemco, Ph. D.
                                                                      Ankul Daga, CFA
Économiste principale         Stratège principal en placements
                                                                      Alexis Gray, M. Sc.
Note du rédacteur                                                     William Palmer
La présente publication est une mise à jour des Perspectives          Shaan Raithatha, CFA
économiques et des marchés de Vanguard pour 2019 couvrant
les principales économies mondiales. À l’aide des simulations         Giulio Renzi-Ricci, M. Sc.
du Vanguard Capital Markets Model et d’autres analyses, nous
prévoyons aussi le rendement futur d’un large éventail de
catégories de titres à revenu fixe et d’actions.                      Asie-Pacifique
                                                                      Qian Wang, Ph. D., économiste en chef
Remerciements                                                         pour l’Asie-Pacifique
Nous remercions Kristen M. Storti, Donald B. Foote III et             Matthew C. Tufano
Andrew S. Clarke, CFA, pour leur importante contribution dans
la rédaction du présent document et reconnaissons le travail          Beatrice Yeo
de l’équipe Global Economics and Capital Markets Outlook.
De plus, nous aimerions remercier le Vanguard Investment
Strategy Group pour son travail et ses efforts soutenus qui ont
permis de donner vie à ce document.

                                                                  2
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
Table des matières
Sommaire des perspectives mondiales........................................................................................4

I. Perspectives économiques mondiales....................................................................................6
      Économie mondiale : croissance plus lente........................................................................................................ 6

      Perspectives de croissance mondiale : ralentissement vers les moyennes historiques................................... 12

      États-Unis : vers un atterrissage en douceur.................................................................................................... 16

      Canada : les problèmes du commerce et de la consommation........................................................................ 20

      Zone euro : une croissance stable pendant la normalisation de la politique monétaire................................... 22

      Royaume-Uni : le Brexit reste l’inconnue.......................................................................................................... 23

      Chine : de nouvelles priorités politiques sur fond de risques croissants.......................................................... 25

      Japon : pas d’issue, mais plus de souplesse.................................................................................................... 28

      Marchés émergents : un ensemble disparate................................................................................................... 31

II. Perspectives des marchés financiers mondiaux........................................................... 33
      Marchés boursiers mondiaux : risques élevés, rendements faibles................................................................. 33

      Marchés mondiaux des titres à revenu fixe : de meilleures perspectives........................................................ 36

      Incidence sur le portefeuille : une trajectoire de faibles rendements .............................................................. 38

III. Annexe........................................................................................................................................................ 43
      À propos du Vanguard Capital Markets Model.................................................................................................. 43
      Simulations à partir d’indices............................................................................................................................. 43

Remarques concernant les distributions de rendement liées aux actifs
Les distributions de rendement liées aux actifs indiquées dans le présent document représentent l’opinion de Vanguard
concernant la fourchette possible des primes de risque au cours des dix prochaines années. Ces prévisions à long terme ne
doivent pas être interprétées comme étant une opinion à court terme. Ces rendements à long terme possibles sont générés par
le Vanguard Capital Markets Model (VCMM) et sont conformes aux opinions collectives de notre Investment Strategy Group. Les
primes de risque prévues – et l’incertitude entourant ces prévisions – comptent parmi les nombreuses données qualitatives et
quantitatives utilisées dans la méthodologie de placement et le processus de constitution de portefeuille de Vanguard.
IMPORTANT : Les projections et les autres données générées par le VCMM en ce qui concerne la vraisemblance des
résultats de placements divers sont de nature purement hypothétique; de plus, elles ne reflètent aucunement des
résultats de placement réels et ne sauraient garantir les résultats futurs. La distribution des rendements calculés par le
VCMM provient de 10 000 simulations effectuées pour chaque catégorie d’actif modélisée. Les simulations sont en date
du 30 septembre 2018. Les résultats du modèle peuvent varier à chaque utilisation et dans le temps. Pour en savoir plus,
voir la partie de l’annexe intitulée « À propos du Vanguard Capital Markets Model ».

                                                                                  3
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
Méthode prévisionnelle propre à Vanguard
Pour prévoir l’avenir avec toutes les précautions voulues, Vanguard a longtemps été d’avis que les prévisions
sur les marchés devaient être envisagées dans un cadre probabiliste. Les principaux objectifs de la présente
publication annuelle sont de décrire les distributions prévues des rendements à long terme pour aider à prendre
des décisions en matière de répartition stratégique de l’actif et de présenter les raisons justifiant les fourchettes
et les probabilités des résultats possibles. La présente analyse présente nos perspectives mondiales du point de
vue d’un investisseur américain détenant un portefeuille libellé en dollars canadiens.

  Sommaire des perspectives mondiales                              Aux États-Unis, nous nous attendons à ce que l’inflation
                                                                   de base reste proche de 2 % ou en deçà jusqu’à la fin
  Économie mondiale : croissance plus lente                        de 2019; une escalade des tarifs douaniers affecterait
  Alors que la croissance économie mondiale entame                 seulement temporairement l’inflation de base américaine.
  sa dixième année, les craintes d’une récession                   Au Canada, la croissance devrait baisser en dessous de
  imminente se multiplient. Bien que plusieurs facteurs            2 %, principalement en raison des défis liés au commerce
  feront augmenter le risque de récession en 2019, un              et à la consommation des ménages. En Europe et au
  ralentissement de la croissance – dicté par les États-Unis       Japon, les pressions sur les prix seront susceptibles
  et la Chine – demeure l’issue la plus probable. En bref,         d’augmenter graduellement avec le resserrement du
  la croissance économique devrait ralentir, sans toutefois        marché de l’emploi, mais l’inflation de base devrait rester
  s’éclipser.                                                      bien en deçà de 2 %. Une hausse des salaires est
                                                                   probable, oui, mais une hausse de l’inflation, non.
  Nous nous attendons à ce que l’économie mondiale
  continue de croître, mais à un rythme plus lent au cours         Politique monétaire : la convergence s’est amorcée,
  des deux prochaines années, provoquant par moments de            la Fed s’est arrêtée juste avant 3 %
  soi-disant épisodes de peur. En 2019, la croissance
  économique aux États-Unis devrait retomber à un taux             Alors que l’inflation se rapproche de la cible, que les
  plus soutenable de 2 %, car les avantages des politiques         risques pour la stabilité financière augmentent et que les
  monétaires et budgétaires expansionnistes                        taux de chômage se rapprochent du plein-emploi, les
  s’estomperont. L’Europe et le Japon sont au début du             banques centrales mondiales maintiendront leur
  cycle économique, mais nous nous attendons à ce que la           normalisation progressive.
  croissance reste modérée.
                                                                   Aux États-Unis, nous nous attendons à ce que la Fed
  Sur les marchés émergents, la croissance de la Chine             atteigne le taux final de ce cycle à l’été 2019, ce qui
  demeurera aux alentours de 6 % grâce aux mesures de              établirait la fourchette du taux directeur entre 2,75 % et
  relance accrues mises en place pour maintenir cette              3 %, avant d’interrompre les hausses supplémentaires
  cadence. Les tensions commerciales non résolues entre            compte tenu de l’inflation stationnaire et du
  les États-Unis et la Chine demeurent à notre avis un des         ralentissement de la croissance. Les autres banques
  plus importants facteurs de risque, outre le resserrement        centrales des pays développés commenceront seulement
  plus vigoureux que prévu de la part de la Réserve fédérale       à relever les taux d’intérêt par rapport au plancher
  si le taux de chômage aux États-Unis se rapproche                d’après-crise. Nous attendons une première hausse de
  des 3 %.                                                         taux de la Banque centrale européenne à la fin de 2019,
                                                                   suivie d’une augmentation progressive très lente.
                                                                   Le Japon est en retard sur les autres, et nous ne
  Inflation mondiale : peu probable qu’elle dépasse 2 %            prévoyons pas de hausse de taux en 2019, bien qu’un
  Les perspectives précédentes de Vanguard avaient prévu           ajustement du cadre de sa politique monétaire devrait
  que les forces à long terme de la mondialisation et des          réduire le risque croissant menaçant la stabilité financière.
  avancées technologiques rendraient l’atteinte d’une              Les pays des marchés émergents ne sont pas maîtres de
  inflation de 2 % plus difficile aux États-Unis, en Europe,       leur destin, et seront forcés de resserrer leurs taux de
  au Japon et ailleurs. En 2018, nous avons prévu avec             concert avec la Fed, tandis qu’en Chine le scénario le plus
  exactitude un raffermissement cyclique de l’inflation de         probable est une nouvelle légère dépréciation de la
  base à l’échelle de différentes économies. En 2019, nous         monnaie atténuée par le resserrement des contrôles
  ne voyons pas de risque important causé par d’autres             des capitaux.
  fortes hausses de l’inflation de base, malgré des taux de
  chômage plus bas et des salaires plus élevés, car
  l’inflation prévisionnelle reste bien ancrée.

                                                               4
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
Perspectives de placement : on n’a rien sans rien                 Les rendements des marchés boursiers mondiaux
Étant donné le ralentissement de la croissance, les taux          devraient s’établir entre 3,5 % et 5,5 % pour les
d’inflation disparates et la normalisation continue des           investisseurs en dollars canadiens, soit légèrement
politiques monétaires, la volatilité des marchés financiers       en dessous des prévisions de l’année dernière.
devrait s’accentuer. Nos prévisions de rendement sur              Cela demeure nettement inférieur aux décennies
dix ans restent prudentes en raison des valorisations             précédentes et aux années après la crise, lorsque les
élevées et des faibles taux sans risque des principaux            actions mondiales grimpaient de 12,7 % par année par
marchés.                                                          rapport au creux du marché. Nous prévoyons toutefois
                                                                  une amélioration des perspectives de rendement des
Le rendement des titres à revenu fixe canadiens a de              pays développés autres que les États-Unis grâce aux
fortes chances de se situer dans une fourchette de 2,5 %          valorisations légèrement plus intéressantes (un facteur clé
à 3,5 %, stimulé par des hausses des taux d’intérêt et            des primes de risque des actions) combinées à des taux
des taux de rendement sur toute la courbe pendant la              sans risque plus élevés que prévu.
normalisation de la politique monétaire. Ceci se traduit
par des perspectives de croissance de 1,5 % à 3,5 %,              Comme cela a été le cas l’année dernière, le risque d’une
légèrement plus élevées que l’année dernière.                     correction pour les actions et les autres actifs à bêta élevé
                                                                  devrait être considérablement plus élevé que pour les
                                                                  portefeuilles de titres à revenu fixe de grande qualité.

   Indices utilisés dans nos calculs historiques
   Les rendements à long terme de nos portefeuilles hypothétiques sont établis à partir de données sur des indices
   de marché appropriés allant jusqu’en septembre 2018. Nous avons choisi ces indices de référence afin de disposer
   des meilleures données historiques possible et avons choisi des répartitions globales qui correspondent aux
   directives de Vanguard concernant la construction de portefeuilles diversifiés.

   Obligations canadiennes : Bloomberg Barclays Canadian Aggregate Bond Index depuis 2002.

   Obligations mondiales hors Canada : Citigroup High Grade Index (CAD Hedged) de 1971 à 1972;
   Lehman Brothers US Long Credit AA Index (CAD Hedged) de 1973 à 1975, Bloomberg Barclays U.S. Aggregate
   Bond Index (CAD Hedged) de 1976 à 1989, Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond Index (CAD Hedged)
   de 1990 à août 2000 et Bloomberg Barclays Global Aggregate ex Canada Bond Index (CAD Hedged) par la suite.

   Obligations mondiales : de 1971 à 2002, obligations mondiales hors Canada comme défini ci-dessus. Après 2002,
   60 % obligations canadiennes et 40 % obligations mondiales hors Canada, avec rééquilibrages mensuels.

   Actions canadiennes : MSCI Canada Index depuis 1970.

   Actions mondiales hors Canada : MSCI World Index de 1971 à 1988 et MSCI All Country World Index par la suite.

   Actions mondiales : de 1970 à 1971, 100 % actions canadiennes comme défini ci-dessus. Après 1971, 30 %
   actions canadiennes et 70 % actions mondiales hors Canada, avec rééquilibrages mensuels.

   Inflation canadienne : indice des prix à la consommation du Canada depuis 1970.

                                                              5
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
I. Perspectives économiques                                                                   Notre analyse des fondamentaux et les facteurs de
                                                                                              récession historiques nous amènent à conclure qu’une
mondiales                                                                                     expansion continue, bien que réduite – plutôt qu’un
                                                                                              effondrement imminent – est le scénario le plus probable
                                                                                              pour l’économie mondiale en 2019. Cependant, les
                                                                                              prévisions ne sont pas optimistes. Le ralentissement prévu
                                                                                              de la croissance mondiale dans les deux prochaines
Économie mondiale : croissance plus lente                                                     années – causé par le retrait des mesures de relance
Alors que la croissance économie mondiale entame sa                                           budgétaire américaines, la politique plus restrictive de la
dixième année, les craintes d’une récession imminente se                                      Réserve fédérale et le ralentissement persistant de la
multiplient. Bien que plusieurs facteurs fassent augmenter                                    croissance chinoise – est menacé par des risques
le risque de récession en 2019, un ralentissement de la                                       économiques et de marché.
croissance – dicté par les États-Unis et la Chine – demeure
l’issue la plus probable.                                                                     Les estimations des risques les plus importants pour 2019
                                                                                              (voir la figure I-5 à la page 10) proviennent de notre équipe
Nos perspectives économiques mondiales sont fondées sur                                       d’économistes de l’Investment Strategy Group.
les éléments suivants :
                                                                                              Cycle économique mondial
• une évaluation de l’étape du cycle commercial dans
  laquelle se trouve chacune des principales économies                                        L’inquiétude relative à une récession mondiale imminente
  mondiales (figure I-1);                                                                     repose souvent sur l’hypothèse que l’expansion
                                                                                              américaine – qui compte parmi les plus longues de
• une évaluation des effets que les mesures de politique                                      l’histoire – est clairement entrée dans les dernières phases
  récentes et prévues (budgétaires, monétaires et                                             du cycle économique. Pendant un cycle économique
  commerciales) auront sur la croissance économique et                                        typique, l’économie traverse différentes phases : le début
  l’inflation, entre autres, en 2019 et par la suite (voir les                                de cycle marqué par une forte reprise qui suit une
  perspectives régionales);                                                                   récession; le milieu de cycle, pendant lequel l’économie
                                                                                              approche puis dépasse la pleine capacité et la croissance
• les probabilités des différents facteurs de risques et
                                                                                              atteint un sommet; et la fin de cycle, pendant laquelle
  hypothèses pouvant modifier notre scénario de base
                                                                                              l’économie ralentit et retombe dans une récession.
  (voir la figure I-5 à la page 10).

FIGURE I-1

À quel moment de leur cycle économique en sont les pays?

                          Début de                         Milieu de                              Phase finale de                           Fin de
supérieure au potentiel

                          l’expansion                      l’expansion                            l’expansion                               l’expansion
Croissance du PIB

                                                                                                      É.-U.
                                                                         Royaume-Uni
                                                                     Zone
                                                                     euro                                             Chine

                                                                                                    Australie            Canada
                                                                          Inde                                                        Mexique
                                                                                      Japon                                                            Russie

                                                 Brésil
   Croissance du PIB
inférieure au potentiel

                             Fourchette des                                                                                                                       Afrique
                             cycles des                                                                                                                           du Sud
                             différents
                             pays

                            La taille du cercle correspond au PIB du pays (2017).

Remarques : L’axe vertical représente le taux de croissance du PIB par rapport au taux de croissance potentiel de chaque pays, représenté par la ligne horizontale. Il n’y a pas de
limite de durée inhérente à chaque phase; différentes économies traversent les phases à différentes vitesses. La fin de l’expansion est marquée par une croissance inférieure à la
moyenne, ce qui peut ne pas correspondre à la définition courante d’une récession caractérisée par deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB réel.
Sources : Vanguard et le Fonds monétaire international (FMI).

                                                                                         6
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
Cependant, la figure I-1 montre que les États-Unis ne font                                                                                       Un des moyens d’évaluer le risque d’une récession
que s’approcher des derniers stades de l’expansion, pendant                                                                                      américaine est d’évaluer la distance qui sépare l’économie
lesquels les déséquilibres s’accentuent, la croissance                                                                                           de son point de bascule dans le cycle. La figure I-2 présente
commence à ralentir et les risques de récession augmentent.                                                                                      une évaluation quantitative du stade actuel du cycle
Les autres principales économies, comme l’Europe et le                                                                                           économique des États-Unis. Les cercles indiquent que
Japon, sont plus loin derrière, car leur retour à la pleine                                                                                      l’économie vient à peine d’entrer en phase de transition vers
capacité a été plus lent.                                                                                                                        les dernières étapes de l’expansion, malgré la longueur
                                                                                                                                                 presque record de la reprise. En d’autres termes, les
Les États-Unis étant la première économie mondiale, ils                                                                                          fondamentaux actuels, comme la demande des
jouent évidemment un rôle essentiel dans l’évolution du                                                                                          consommateurs, les bilans des ménages, l’inflation des prix
cycle économique mondial, si bien que la majorité des                                                                                            et la position actuelle de la politique monétaire, suggèrent
récessions américaines font partie des récessions mondiales.                                                                                     que la reprise américaine pourrait continuer au moins
                                                                                                                                                 jusqu’en 2020.

FIGURE I-2

Encore trop tôt pour parler d’une récession aux États-Unis
Comparaison du niveau actuel des fondamentauxavec ceux des cycles économiques précédents

a. L’indice cyclique se rapproche seulement maintenant des                                                                                       b. Plusieurs indicateurs ne présentent pas d’extrêmes
niveaux des dernières étapes du cycle

                                                                            2,5                                                                                     Situation actuelle       2007        2001
                                                      2001
                                                                            2,0
                                                                                  Fourchettes des niveaux de l’indice à différents moments

                                                                                                                                                 Capacités
                                                                                                                                                 excédentaires
                                                                            1,5
                  Situation actuelle
                                                                                           du cycle économique (résultats à zéro)

                                                                                                                                                 Pressions
                                                                            1,0                                                                  sur les prix

                                                         2007               0,5                                                                  Demande

                                                                            0
                                                                                                                                                 Humeur

                                                                           –0,5
                                                                                                                                                 Endettement
                                                                           –1,0

                                                                                                                                                 Bénéfices
                                                                           –1,5

                                                                                                                                                 Services
                                                                           –2,0                                                                  financiers

                                                                           –2,5
                                                                                                                                                 Prix des actifs
   Début du cycle Milieu du cycle                 Fin du cycle
                                                                                                                                                 Politique
                                                                                                                                                 monétaire

Remarques : La figure I-2a montre les fourchettes historiques d’un indice cyclique à divers moments du cycle économique. L’indice est représenté au niveau zéro et est pondéré en
fonction des principales composantes de 25 indicateurs économiques (ci-dessous). Le cycle économique est déterminé par des observations historiques de l’écart de production.
La figure I-2b affiche les composantes sous-jacentes de l’indice cyclique présenté dans la figure I-2a, lequel compare le niveau actuel aux données historiques observées. Les points
de données de 2007 et 2001 indiquent la position de l’indice et des composantes 12 mois avant le début de la récession. Indicateurs sous-jacents : Capacité excédentaire = écart de
production, écart du taux de chômage entre U3 et U6 par rapport au TCIS. Pressions sur les prix = dépenses personnelles de consommation (DPC), DPC de base, salaires horaires
moyens, coûts unitaires du travail. Demande = mise en chantier de nouvelles maisons, investissements résidentiels, investissements non résidentiels, consommation de biens
durables. Humeur = optimisme des entreprises, humeur des consommateurs, confiance des consommateurs. Endettement = ratio des obligations financières des ménages, dette
non financière des entreprises, Senior Loan Officer Opinion Survey de la Réserve fédérale sur les conditions de prêt aux consommateurs, aux entreprises commerciales et
industrielles. Bénéfices = profits des entreprises. Données financières = indice des conditions financières de Vanguard, courbe des taux (mesurée comme la différence entre les
taux des obligations du Trésor américain à échéance constante à 3 mois et 10 ans). Prix des actifs = juste valeur du ratio CBCC de Vanguard, écart de rémunération des titres de
société et des titres à rendement élevé corrigé des effets de la clause de remboursement anticipé. Politique monétaire = taux des fonds fédéraux par rapport au taux neutre estimé
selon le modèle Laubach-Williams (2003). Période des données : du premier trimestre 1980 à aujourd’hui.
Sources : Vanguard, Data Buffet de Moody’s Analytics, Federal Reserve Bank of St. Louis, Laubach-Williams (2003).

                                                                                                                                             7
Perspectives économiques et des marchés pour 2019 de Vanguard : croissance plus lente
D’autres indicateurs, cependant, montrent clairement un                                         cas, la croissance rapide des prêts à effet de levier, qui
ralentissement de la croissance et un risque plus élevé de                                      représente environ 50 % de la totalité des titres de créance
récession, y compris des marchés du travail tendus et des                                       de sociétés émis en 2018 selon le Fonds monétaire
valorisations élevées (comme les ratios cours/bénéfice et                                       international (FMI), est particulièrement alarmante. À mesure
les faibles écarts de taux).                                                                    que le cycle économique continuera de mûrir et que les
                                                                                                conditions financières deviendront progressivement plus
Selon la figure I-2, les probabilités d’une récession aux                                       strictes en 2019, l’économie mondiale sera moins en
États-Unis qui ferait dérailler la croissance de l’économie                                     mesure de soutenir une telle croissance du crédit (Chen et
mondiale sont d’environ 30 % à l’aube de 2019.                                                  Kang, 2018). La figure I-3 montre que la rapide expansion
La croissance aux États-Unis en 2019 devrait ralentir, sans                                     du crédit finira par s’essouffler entraînant ainsi des
toutefois passer au-dessous de zéro.                                                            ralentissements économiques.

La croissance de l’endettement mondial est un risque                                            Même si de nombreuses économies des marchés
modéré, quoique persistant, qui menacera l’économie                                             émergents sont vulnérables, la Chine est le principal facteur
mondiale en 2019 (et par la suite). En partie en raison de la                                   de risque en raison de la taille de son économie, de
politique monétaire mondiale extrêmement accommodante,                                          l’endettement très élevé des entreprises et de
des niveaux d’endettement qui ont rarement été aussi, voire                                     l’augmentation rapide de la dette des ménages. Le profil de
plus, élevés à l’échelle mondiale et qui pourraient engendrer                                   crédit de la Chine s’est légèrement stabilisé en 2017 et 2018,
la prochaine crise. Le ratio mondial de la dette sur le PIB                                     grâce à une reprise de la croissance nominale et à la
s’élève à 220 % pour 2018, en hausse par rapport à                                              campagne de désendettement financier du gouvernement.
175 % en 2008.                                                                                  De plus, une crise de la dette des marchés émergents
                                                                                                typique qui serait déclenchée par le retrait du financement
Deux segments des marchés mondiaux de la dette sont                                             étranger est peu probable, étant donné que 90 % de la dette
particulièrement inquiétants : la dette des pays émergents                                      chinoise est nationale. Parallèlement, comme la croissance
libellée en monnaie forte et la dette non financière des                                        menace de ralentir, le gouvernement chinois a mis en place
entreprises aux États-Unis et en Europe. Dans le dernier                                        de nouvelles mesures d’assouplissement monétaires

FIGURE I-3

La majorité des booms du crédit finissent par ralentir la croissance, ce qui constitue un défi
pour 2019

                                      2
                                      1
Variation en points de pourcentage

                                      0
       de la croissance du PIB

                                     –1

                                     –2
                                     –3

                                     –4
                                     –5

                                     –6
                                     –7

                                     –8
                                          30                        80               130                      180                                  230                               280
                                                                         Variation en points de pourcentage du ratio crédit/PIB

                                               Marchés développés
                                               Marchés émergents

  Remarques : Un boom du crédit est défini comme une période pendant laquelle le ratio de crédit sur le PIB augmente à un rythme d’au moins 30 % sur une période mobile
  de cinq ans. La variation du ratio de crédit sur le PIB est la différence entre le ratio de crédit sur le PIB au début du boom et celui au pic de croissance du taux, encore une fois
  sur une période mobile de cinq ans. La variation de la croissance du PIB est l’écart de croissance moyenne entre la période de cinq ans postérieure au boom et la période de
  cinq ans antérieure au boom.
  Source : Calculs de Vanguard, fondés sur des données de Bloomberg, du FMI et de la Banque des règlements internationaux.

                                                                                            8
et budgétaires. Ces mesures de relance, ainsi que les                                      Comme l’inflation dans la majorité des marchés développés a
contrôles accrus du capital, permettront très probablement                                 baissé à des niveaux plus souhaitables depuis le début des
d’éviter une crise à court terme en Chine et une propagation                               années 1990, principalement en raison de l’importance
à l’économie mondiale. Même si la Chine retardera                                          accordée par les banques centrales aux cibles explicites ou
probablement d’importantes réformes à long terme, sa                                       implicites d’inflation, les sources (ou les facteurs) des replis
croissance à court terme ne devrait pas chuter.                                            mondiaux ou régionaux ont dépassé les pressions habituelles
                                                                                           liées à l’inflation, tout comme dans les années 1970.
D’où pourrait venir la prochaine récession?
Pour comprendre les facteurs pouvant causer une récession                                  Cependant, l’économie mondiale n’a pas vécu de chocs
mondiale aujourd’hui, il est utile d’examiner les facteurs ayant                           mondiaux importants liés à l’inflation pendant les quarante
accéléré les replis dans le passé (figure I-4). Une analyse                                dernières années. La raison derrière la forte baisse des
plus systématique, incluant un échantillon historique de                                   récessions liées à l’inflation depuis les années 1980 est que
108 récessions ayant eu lieu dans 23 marchés développés au                                 les banques centrales ont appris à agir de manière préventive
cours des 60 dernières années, montre que la longueur de                                   dans le cas de chocs causés par l’inflation, en anticipant les
l’expansion est une condition essentielle, mais pas suffisante,                            flambées inflationnistes des prix et des salaires et en gérant
d’une récession. En conséquence, la durée de la reprise offre                              mieux les attentes du marché.
peu d’information sur les causes, l’ampleur, voire le moment,
de la prochaine récession.                                                                 En 2019, nous n’entrevoyons pas de risque important d’une
                                                                                           forte augmentation de l’inflation de base, malgré des taux de
                                                                                           chômage plus bas et de salaires plus élevés, à condition que
                                                                                           l’inflation prévisionnelle reste bien stable.

FIGURE I-4

Les facteurs d’inflation varient
Facteurs de récessions spécifiques de 108 paysdepuis 1960

                                                            1960 à 1989                         1990 à aujourd’hui
     Inflation
     Pressions externes
                                            21 récessions sur 23 ont                            Les causes des 85 récessions
     Déséquilibre financier
                                             engendré de l’inflation                            sont plus variées
     Chute des prix des produits de base
     Autre

1960                         1970                         1980                          1990                         2000                         2010

Remarques : Les récessions sont définies comme deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB réel. Nous avons examiné 23 économies développées
depuis 1960, ou depuis les premières données trimestrielles disponibles. Les récessions sont classées en fonction de divers indicateurs macroéconomiques et d’une analyse
historique. Les récessions inflationnistes sont celles où l’inflation régionale moyenne est supérieure à 4 % dans les 12 mois précédant le début de la récession. Les pressions
externes correspondent à des récessions causées par la faiblesse de la demande d’exportation. Le déséquilibre financier correspond principalement à une mauvaise répartition
du capital, soit en raison du niveau non viable des titres de capitaux, des prix des maisons ou des titres de créance qui exerce une pression élevée sur le secteur financier.
L’effondrement des prix des produits de base est plus susceptible de toucher les économies fondées sur l’exportation de produits de base. Parmi les exemples de facteurs
idiosyncrasiques (autres), citons les événements météorologiques, les augmentations des taxes et les événements politiques.
Source : Calculs de Vanguard, d’après des données de Thomson Reuters, de Data Buffet de Moody’s Analytics et d’Associated Press.

                                                                                      9
Fiche d’évaluation des risques de Vanguard                               Dans l’ensemble, le risque principal qui menace nos
Même si nous ne prévoyons pas une récession mondiale                     prévisions est celui d’une Réserve fédérale trop brutale qui
dans notre scénario de base, un grand éventail de causes                 continuerait à augmenter les taux au-delà de 3 % en 2019,
pourrait déclencher un repli mondial.                                    peut-être en raison d’une augmentation temporaire de
                                                                         l’inflation de base ou des salaires. Ce risque, s’il se
La figure I-5 décrit certaines des inquiétudes mondiales                 concrétise en 2019, augmenterait de façon importante les
au centre des préoccupations des investisseurs à l’aube                  chances d’une récession aux États-Unis en 2020. Cela aurait
de 2019. Pour chaque risque potentiel, elle indique les                  également une incidence négative sur les pays des marchés
probabilités des scénarios de hausse, de baisse et de base               émergents qui dépendent de financement en dollars et sont
en fonction de notre évaluation des risques.                             à la merci d’une appréciation du dollar. Les autres risques
                                                                         sont accompagnés de plus faibles probabilités, même si
                                                                         certains d’entre eux sont corrélés.

FIGURE I-5

Risques mondiaux menaçant les perspectives

                                                                               Évaluation des risques de Vanguard
2019
Risques mondiaux Description                          Scénario négatif                 Scénario de base                Scénario positif

                                                 27 %                             52 %                           21 %
Normalisation     La nature extrême des          Erreur politique aux             Atterrissage en douceur        Atterrissage en douceur
des politiques    mesures de relance             États-Unis : La Fed              des États-Unis de 2,75 %       des États-Unis à 3 % ou
monétaires        actuelles, le caractère        continue de resserrer sa         à 3 %. La normalisation        plus. Le bond de
mondiales         inédit du resserrement         politique au-delà du             progressive de la Banque       productivité entraîne une
                  quantitatif et l’incertitude   facteur R et la courbe des       centrale européenne et de      accélération de la
                  au sujet du caractère          taux se renverse.                la Banque d’Angleterre a       croissance sans inflation
                  neutre de la politique         La Banque centrale               débuté. La croissance          et fait augmenter le
                  (facteur R).                   européenne ou la                 mondiale ralentit et revient   facteur R. La croissance
                                                 Banque d’Angleterre              aux normales historiques.      tendancielle mondiale
                                                 suspend son programme                                           augmente sans inflation
                                                 de normalisation,                                               mondiale.
                                                 augmentant ainsi la
                                                 divergence des taux
                                                 directeurs à
                                                 l’échelle mondiale.

                                                 18 %                             53 %                           29 %
Guerre            La guerre commerciale          La guerre commerciale            La guerre commerciale          Les États-Unis et la Chine
commerciale et    bilatérale entre les États-    dépasse les droits de            s’intensifie et le niveau      trouvent une entente
protectionnisme   Unis et la Chine continue      douane et évolue en              des droits de douane et        bilatérale. Les droits de
                  de s’envenimer. Les            restrictions quantitatives,      de la couverture des           douane diminuent.
                  droits de douane peuvent       boycottages, etc., avec          importations augmente.
                  être augmentés et              des représailles musclées        Incidence de 30 à
                  remplacés par des              de la Chine. Les risques         50 points de base sur
                  barrières non tarifaires.      géopolitiques augmentent.        l’économie mondiale.
                                                 L’incidence sur la
                                                 croissance du PIB pourrait
                                                 dépasser les 100 points
                                                 de base.

                                                 23 %                             57 %                           20 %
Instabilité de    Les inquiétudes                Les flux de capitaux             De nouvelles mesures           La signature d’une
l’économie        concernant la possibilité      s’intensifient sur fond de       d’assouplissement              entente commerciale
chinoise          d’un atterrissage brutal       nouvelle escalade de la          monétaire et budgétaire        entre les États-Unis et la
                  en Chine redoublent, en        guerre commerciale et de         soutiendront la demande        Chine ou la mise en place
                  raison des répercussions       hausse des taux                  intérieure, alors que les      d’une politique trop
                  négatives du                   directeurs de la Fed.            risques menaçant la            conciliante sont
                  désendettement financier       Les décideurs ne                 stabilité financière           susceptibles d’augmenter
                  et de la détérioration         parviennent pas à créer          resteront sous contrôle.       les probabilités de
                  continue anticipée des         une relance suffisante.          La croissance globale          croissance.
                  relations entre la Chine et    La croissance globale est        devrait baisser à 6 % ou
                  les États-Unis.                inférieure à 6 %.                6,3 % pour 2019.

                                                                    10
L’accroissement des tensions commerciales entre les                                     Nous pensons également qu’en Europe, une escalade du
États-Unis et la Chine et un nouveau ralentissement de la                               conflit entre le gouvernement italien et les législateurs
croissance économique de la Chine sont deux facteurs que                                européens qui pourrait pousser l’Italie à sortir, in extremis,
nous avons pris en compte dans notre scénario de base                                   de la zone euro, pose un risque important de perturbation
pour 2019. Ces deux facteurs (corrélés) freinent déjà                                   de l’activité économique. Les risques liés au Brexit
légèrement la croissance mondiale dans notre scénario de                                continuent de freiner l’économie du Royaume-Uni et, dans
base, mais le risque est qu’ils sont susceptibles de                                    une moindre mesure, celle de l’Europe, mais nous ne
continuer de ralentir la demande mondiale et, au final, la                              considérons pas cela comme un des risques majeurs
croissance mondiale.                                                                    susceptibles d’entraîner un repli mondial.

FIGURE I-5 (suite)

Risques mondiaux menaçant les perspectives

                                                                                            Évaluation des risques de Vanguard
2019
Risques mondiaux Description                                       Scénario négatif                     Scénario de base                      Scénario positif

                                                            16 %                                 68 %                                 16 %
                        Une aggravation des
Risque                                                      Le gouvernement italien              Le gouvernement italien              Le gouvernement italien
                        tensions causées par
d’éclatement de                                             maintient une politique              revoit sa politique                  fait complètement
                        l’Italie. Le risque est que
la zone euro                                                budgétaire accommodante              budgétaire et respecte               machine arrière et établit
                        la Commission
                                                            ce qui entraîne des                  les règles de l’UE et les            un plan d’austérité
                        européenne applique des
                                                            sanctions de l’Union                 tensions commerciales                budgétaire qui entraîne
                        sanctions à l’Italie, ce qui
                                                            européenne, déclenchant              s’estompent, mais le                 une baisse plus rapide
                        accentue le ressentiment
                                                            une crise politique et un            désendettement des                   que prévu de la dette
                        des Italiens vis-à-vis de
                                                            départ éventuel de la zone           secteurs public et privé             publique et les
                        l’Union européenne et
                                                            euro. Cette sortie                   reste minime. Les                    inquiétudes relatives à
                        conduit le pays à sortir de
                                                            provoquera une crise plus            inquiétudes relatives à              l’éclatement de la zone
                        la zone euro.
                                                            généralisée dans la zone             un éclatement de la zone             euro disparaissent.
                                                            euro et le départ                    euro diminuent, mais
                                                            d’autres pays.                       ne disparaissent pas.

                                                            24 %                                 57 %                                 19 %
Crises liées à          Les principaux facteurs             Les guerres                          Les crises liées à                   Le niveau du dollar
l’endettement           des cycles des marchés              commerciales, un                     l’endettement des marchés            américain se normalise,
des marchés             émergents sont la                   ralentissement de                    émergents se limitent à              car les banques centrales
émergents               divergence monétaire                l’économie chinoise ou un            quelques cas particuliers.           des marchés développés
                        mondiale, l’effet du dollar         renforcement du dollar               La convergence monétaire             ont entamé une
                        américain sur la dette              américain en raison de la            mondiale et la stabilisation         normalisation. Le contexte
                        libellée en dollars et la           divergence persistante               de l’économie chinoise               favorable au risque
                        demande mondiale et                 des politiques monétaires            réduisent le risque d’une            permet aux marchés
                        chinoise de produits                pourraient avoir des                 contagion à tous les                 émergents de traverser
                        de base.                            répercussions et entraîner           marchés émergents.                   une période de
                                                            des crises généralisées                                                   « reprise en v ».
                                                            dans les marchés
                                                            émergents.

Remarque : Les probabilités de chaque scénario sont fondées sur les réponses moyennes à un sondage de l’équipe Global Economics and Capital Markets Outlook de Vanguard.
Source : Vanguard.

                                                                                   11
Perspectives de croissance mondiale :                                                                                                         Les indicateurs négatifs (rouges) sont associés à la
 ralentissement vers les moyennes historiques                                                                                                  balance commerciale, le revenu personnel disponible et
                                                                                                                                               les demandes d’hypothèques. Les permis de
 Tableaux de bord des principaux indicateurs                                                                                                   construction et les ventes de nouveaux véhicules sont
 économiques de Vanguard et croissance économique                                                                                              inférieurs aux moyennes historiques, mais montrent des
 implicite pour 2019                                                                                                                           signes de progression (indicateurs jaunes).

 États-Unis : au-dessus de la moyenne, mais en baisse                                                                                          À l’aide d’une analyse de régression, nous avons établi
 Notre tableau de bord exclusif des principaux indicateurs                                                                                     une distribution des scénarios possibles pour la
 américains est un modèle statistique fondé sur plus de                                                                                        croissance de l’économie américaine en 2019 à partir de
 80 principaux indicateurs économiques des grands                                                                                              nos indicateurs exclusifs (figure I-6b). La probabilité que
 secteurs de l’économie des États-Unis. Comme le                                                                                               la croissance atteigne ou dépasse 3 % en 2019 (38 %)
 montre la figure I-6a, en dépit de la grande proportion                                                                                       est nettement plus faible que la probabilité qu’elle
 des indicateurs verts (données supérieures à la                                                                                               ralentisse (62 %). Notre scénario de base est que la
 moyenne) du tableau à l’heure actuelle, un début                                                                                              croissance américaine devrait ralentir pour se rapprocher
 d’augmentation des indicateurs rouges signale le début                                                                                        de sa tendance à long terme de 2 %.
 d’un ralentissement graduel de l’économie américaine.
 Les indicateurs les plus positifs (verts) sont ceux
 associés à une confiance accrue des entreprises et des
 consommateurs, à un resserrement du marché du travail
 et à un renforcement du secteur manufacturier.

Figure I-6

 a. Indicateurs économiques américains                                                                                                         b. Distribution estimative des probabilités de croissance
                                                                                                                                               de l’économie américaine

                                                                                                                                                                                                   Probabilité
                                                                                                                                                           Probabilité d’un          Croissance       d’une
                                                                                                                                                           ralentissement             en 2018      accélération
                                                                                                        Croissance du PIB réel (sur 12 mois)
 Indicateurs supérieurs/inférieurs

                              100 %                                                              10 %
                                                                                                                                                                62 %                   18 %              20 %
                                                                                                  8
                                     75                                                           6                                                                           22 %
           à la tendance

                                                                                                  4                                                                  18 %
                                     50                                                           2                                                         13 %                                  12 %
                                                                                                  0                                                   9%
                                                                                                                                                                                                           8%
                                     25                                                          –2
                                                                                                 –4
                                      0                                                          –6
                                          2000            2006             2012           2018
                                                                                                                                                       Récession : moins de 0 %
                                                 Croissance supérieure à la tendance :                                                                 Ralentissement : de 0 % à 1 %
                                                 confiance des entreprises et des consommateurs,
                                                                                                                                                       Fléchissement : de 1 % à 2 %
                                                 activité manufacturière, production industrielle
                                                                                                                                                       Inférieur à la tendance récente : de 2 % à 3 %
                                                 Indicateurs inférieurs à la tendance, mais
                                                                                                                                                       Croissance en 2018 : de 3 % à 4 %
                                                 momentum positif : permis de construire,
                                                 ventes de nouveaux véhicules                                                                          Accélération : de 4 % à 5 %
                                                                                                                                                       Surchauffe : plus de 5 %
                                                 Indicateurs inférieurs à la tendance et
                                                 momentum négatif : balance commerciale,
                                                 revenu personnel disponible, demandes de
                                                 prêts hypothécaires
                                                 Croissance du PIB réel sur 12 mois (droite)

Remarques : La distribution de la croissance a été obtenue au moyen d’un autoamorçage appliqué aux résidus d’une régression effectuée à partir d’un ensemble
exclusif d’indicateurs économiques avancés et de données historiques; elle a été estimée de 1960 à 2018 et corrigée en fonction du taux de croissance tendancielle
variable dans le temps. La croissance tendancielle correspond à l’évolution de la croissance estimative future.
Source : Calculs de Vanguard, d’après des données de Moody’s Analytics Data Buffet et de Thomson Reuters Datastream.

                                                                                                        12
Canada : Ralentissement inférieur à la tendance                                                                                              et l’absorption des hausses d’intérêt par les
Nous prévoyons que la croissance baisse en dessous de                                                                                        consommateurs. Tout comme dans le passé, l’Ontario et
2 % en 2019, principalement en raison des défis liés au                                                                                      le Québec resteront les principaux moteurs de
commerce et à la consommation des ménages. Notre                                                                                             croissance de l’économie canadienne.
tableau de bord exclusif des principaux indicateurs
canadiens est fondé sur 30 principaux indicateurs                                                                                            La figure I-6d montre les probabilités des scénarios de
économiques des grands secteurs de l’économie des                                                                                            croissance possibles au Canada en 2019. La projection
États-Unis. Comme le montre la figure I-6c, il montre un                                                                                     de croissance du PIB de 2,1 % de la Banque du Canada
ralentissement de la croissance. Les indicateurs les plus                                                                                    tombe dans la fourchette de notre tendance centrale.
positifs (verts) sont ceux associés à une forte confiance                                                                                    La probabilité que la croissance se situe en deçà de la
des entreprises et du secteur manufacturier. Les                                                                                             tendance centrale est supérieure à celle qu’elle
indicateurs négatifs (rouges) sont associés aux salaires                                                                                     augmente au-dessus de 3,5 %. Les principaux risques
hebdomadaires, aux ventes au détail, au logement et aux                                                                                      extrêmes à surveiller comprennent la baisse des
prix des produits de base. Les nouvelles commandes et                                                                                        exportations, la baisse de la consommation des
la confiance des consommateurs demeurent à des                                                                                               ménages et un ralentissement du secteur immobilier.
niveaux modérés (indicateurs jaunes), mais devraient
fléchir en 2019 avec le ralentissement des exportations

Figure I-6 (suite)

c. Indicateurs économiques canadiens                                                                                                         b. Distribution estimative des probabilités de croissance
                                                                                                                                             au Canada

                                                                                                                                                    Probabilité d’un   Croissance       Probabilité
                                                                                                      Croissance du PIB réel (sur 12 mois)

                             100 %                                                               8%                                                 ralentissement      en 2018      d’une accélération
Indicateurs supérieurs/inférieurs

                                                                                                  6                                                      40 %             39 %               21 %
                                    75                                                            4
          à la tendance

                                                                                                  2
                                    50
                                                                                                  0                                                             25 %

                                                                                                 –2                                                  15 %
                                    25                                                                                                                                                12 %
                                                                                                                                                                                                    9%
                                                                                                 –4

                                     0                                                           –6
                                         2000            2006             2012            2018

                                                Croissance supérieure à la tendance :                                                               Récession : moins de 0 %
                                                confiance des entreprises, activité manufacturière                                                  Ralentissement : de 0 % à 1,5 %
                                                Indicateurs inférieurs à la tendance, mais                                                          Croissance en 2018 : de 1,5 % à 3,5 %
                                                momentum positif : nouvelles commandes,                                                             Accélération : de 3,5 % à 4,5 %
                                                stocks, confiance des consommateurs
                                                                                                                                                    Surchauffe : plus de 4,5 %
                                                Indicateurs inférieurs à la tendance et
                                                momentum négatif : salaires hebdomadaires,
                                                emplois, ventes au détail, permis de construire,
                                                mises en chantier de maisons, prix des produits de base
                                                Croissance du PIB réel sur 12 mois (droite)

   Remarques : La distribution de la croissance a été obtenue au moyen d’un autoamorçage appliqué aux résidus d’une régression effectuée à partir d’un ensemble
   exclusif d’indicateurs économiques avancés et de données historiques; elle a été estimée de 1960 à 2018 et corrigée en fonction du taux de croissance tendancielle
   variable dans le temps. La croissance tendancielle correspond à l’évolution de la croissance estimative future.
   Source : Calculs de Vanguard, d’après des données de Data Buffet de Moody’s Analytics et de Thomson Reuters Datastream.

                                                                                                      13
Vous pouvez aussi lire
Diapositive suivante ... Annuler