Plan of ciel Nouveau Énergie - Documents

 
Plan of ciel Nouveau Énergie - Documents
CAHIER DE
                                                             DISCUSSION

                                                   Nouveau
                                                   Plan officiel
                                                   Énergie

Ville d’Ottawa
Direction générale de la planification,
de l’infrastructure et du dévelopment économique

Mars 2019
Document de travail sur l’énergie
Table des matières
1.        Introduction du thème de l’énergie...................................................................................................... 3
     a.          L’Ottawa de demain, après 2036 ...................................................................................................... 3
     b.          Aperçu du contenu du présent document de travail........................................................................ 4
          i.        Atteinte des cibles municipales de réduction des émissions de GES ........................................... 6
          ii.       Passage aux sources d’énergie renouvelables .............................................................................. 6
          iii.      Bâtiments ...................................................................................................................................... 7
          iv.       Transports ..................................................................................................................................... 7
          v. Soutien à la collaboration entre le secteur public, le secteur privé et le secteur philanthropique
          pour atteindre les objectifs fixés .......................................................................................................... 7
2.        Contexte mondial .................................................................................................................................. 8
     a. Facteurs de changement, éléments perturbateurs et enjeux relevés dans L’Ottawa de demain,
     après 2036................................................................................................................................................. 8
     b.          Comment la ville d’Ottawa se positionne-t-elle dans le contexte mondial? .................................... 8
          i.        Atteinte des cibles municipales de réduction des émissions de GES ........................................... 8
          ii.       Passage aux sources d’énergie renouvelables ............................................................................ 11
          iii.      Bâtiments .................................................................................................................................... 12
          iv.       Transports ................................................................................................................................... 12
          v. Soutien à la collaboration entre le secteur public, le secteur privé et le secteur philanthropique
          pour atteindre les objectifs fixés ........................................................................................................ 13
3.        Enjeux et possibilités pour Ottawa ..................................................................................................... 14
     a.          Enjeux .............................................................................................................................................. 14
          i.        Ressources financières limitées .................................................................................................. 14
          ii.       Demande et offre en matière d’énergie ..................................................................................... 14
          iii.      Connaissances ............................................................................................................................. 15
          iv.       Sources d’énergie renouvelable locales et sécurité énergétique ............................................... 16
     b.          Possibilités....................................................................................................................................... 16
          i.        Financement et soutien du gouvernement ................................................................................ 16
          ii.       Collaboration............................................................................................................................... 16
          iii.      Sources d’énergie renouvelable locale et sécurité énergétique ................................................ 17
          iv.       Secteurs du savoir ....................................................................................................................... 18
          v.        Possibilités de développement économique et de création d’emplois ...................................... 19
4.        Regard vers l’avenir............................................................................................................................. 20
     a.          Nécessité de surmonter les enjeux et de saisir les possibilités ...................................................... 21
Document de travail sur l’énergie
   b.          Orientations stratégiques possibles................................................................................................ 21
        i.        Demande de financement gouvernemental ............................................................................... 21
        ii.       Évolution de l’énergie ................................................................................................................. 22
        iii.      Promotion de l’énergie en tant que secteur du savoir d’Ottawa ............................................... 23
        iv.       Renforcement des initiatives de collaboration ........................................................................... 24
        v.        Centre d’innovation à faible empreinte de carbone .................................................................. 25
   c.          Relations avec les autres thèmes.................................................................................................... 27
Annexes ....................................................................................................................................................... 31

                                                                                                                                                 2|Page
Document de travail sur l’énergie
1. Introduction du thème de l’énergie
  a. L’Ottawa de demain, après 2036
     En décembre 2016, le Conseil municipal d’Ottawa a demandé au personnel de la
     Ville d’entreprendre une étude de planification « pour cerner les tendances en
     matière de logement et d’emploi ainsi que pour trouver des façons de créer des
     collectivités complètes qui contribueront, tout comme les politiques du Plan
     officiel en vigueur, à faire d’Ottawa une ville abordable et viable, même après
     2036. » L’étude, intitulée L’Ottawa de demain, après 2036, était approuvée le
     27 février 2019. L’étude de planification L’Ottawa de demain, après 2016 avait
     pour but de repérer les forces qui façonneront Ottawa au cours du prochain
     siècle afin d’aider la Ville à intégrer des mécanismes de résilience et d’adaptation
     dans son prochain Plan officiel. Afin d’atteindre ce but et pour tenir compte du
     haut degré d’incertitude lié aux facteurs de changement qui continueront d’influer
     sur la manière dont les villes se transformeront et évolueront dans l’avenir, les
     auteurs de l’étude de planification par scénarios L’Ottawa de demain, après 2036
     s’étaient fixé les objectifs suivants :
         • cerner les tendances et les éléments perturbateurs qui influenceront la
           Ville au-delà de l’horizon de planification actuel de 20 ans;
         • décrire des scénarios possibles pour l’avenir qui dépassent les cadres
           temporels usuels et qui sont fondés sur les tendances et les éléments
           perturbateurs mentionnés précédemment;
         • cibler les considérations en matière de planification qui permettront à la
           Ville de créer des collectivités complètes et de faire preuve de résilience
           afin de pouvoir s’adapter aux changements futurs.
     Les scénarios et les considérations en matière planification de ce rapport
     serviront à établir les priorités du prochain Plan officiel. L’un des facteurs de
     changement relevés est l’objet du présent document de travail :
     « Pression accrue pour conserver l’énergie, réduire les émissions de gaz à
     effet de serre et concevoir un avenir à faible empreinte de carbone ».
     En 2016, le Conseil municipal a approuvé une cible de réduction des GES pour
     Ottawa de 80 % sous les niveaux de 2012 d’ici 2050.
     Pour atteindre cette cible, la Ville devra entreprendre des changements
     relativement ambitieux afin de soutenir la transition durable des combustibles
     fossiles vers une économie à faible empreinte de carbone. Pour y parvenir,
     l’accent devra être mis sur les économies d’énergie dans les bâtiments et les
     transports. La plupart des bâtiments devront être conçus ou rénovés de façon
     que leurs besoins en énergie thermique (chauffage) se situent entre le cinquième
     et le dixième de la moyenne actuelle des bâtiments de la ville. En ce qui
     concerne les transports, il faudra adopter le transport en commun et le transport
     actif ou écologique, réduire la distance parcourue et passer à l’énergie motrice
     électrique. Parallèlement à ces changements, il faudra amorcer la transition vers
     des sources d’électricité et d’énergie thermique renouvelables. Les nouvelles

                                                                                  3|Page
Document de travail sur l’énergie
         sources d’énergie thermique comprendront le gaz naturel renouvelable, les
         thermopompes et les systèmes de district à faible empreinte de carbone.
         L’électricité proviendra de la production renouvelable locale et, peut-être, de
         certaines importations d’électricité renouvelable 1.
         Selon cette approche, il faudra procéder, d’une part, à des investissements
         importants dans les infrastructures (niveaux de service du transport en commun,
         installations de recharge des véhicules électriques et énergie thermique à faible
         empreinte de carbone) et miser, d’autre part, sur des communautés complètes
         plus denses2.
         Figure 1 : Pourcentage d’émissions de CO2 par secteur consommateur
         d’énergie, Ottawa 2012

          Source : L’Ottawa de demain, après 2036 3

    b. Aperçu du contenu du présent document de travail
         Les systèmes énergétiques sont présents dans presque tous les aspects de
         notre quotidien et en font partie intégrante. Ils incluent le chauffage et la
         climatisation de nos maisons, l’éclairage de nos rues et de nos parcs et
         l’approvisionnement en carburant de nos véhicules et de nos réseaux de
         transport en commun à l’appui de la mobilité. L’accès à des services

1
  VILLE D’OTTAWA. L’Ottawa de demain, après 2036 – Avant-projet final, Scénarios, facteurs de changement et
considérations en matière de planification, 2019. [En ligne].
2
  VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
3
  VILLE D’OTTAWA. L’Ottawa de demain, après 2036 – Avant-projet final, Scénarios, facteurs de changement et
considérations en matière de planification, 2019. [En ligne]. Ville d’Ottawa (2019).

                                                                                                         4|Page
Document de travail sur l’énergie
         énergétiques fiables (sur demande) et abordables est étroitement lié à notre
         qualité de vie actuelle et fait partie intégrante de celle-ci.
         Jusqu’à il y a environ 150 ans, l’activité humaine ne produisait pas beaucoup de
         gaz à effet de serre. Or, les innovations industrielles et l’utilisation généralisée de
         l’électricité et des véhicules à moteur, qui ont transformé notre mode de vie, ont
         changé la donne. Au fil du temps, l’énergie produite à l’aide de combustibles
         fossiles a entraîné des rejets de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de
         serre dans l’atmosphère, ce qui a entraîné un changement du climat aux
         nombreux effets graves et dommageables qui met notre avenir en péril.
         La Ville d’Ottawa, en tant qu’administration municipale, joue un rôle essentiel
         dans la transition de la ville vers l’énergie renouvelable et les économies
         d’énergie. En 2015, le Conseil municipal a décidé, en tant que priorité de son
         mandat, d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie appelée Évolution de
         l’énergie, la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique. Il
         s’agit d’une stratégie d’énergie renouvelable destinée à optimiser la
         consommation d’énergie, à promouvoir l’utilisation de l’énergie renouvelable et à
         soutenir le développement économique local à Ottawa. Évolution de l’énergie
         compte huit objectifs spécifiques :
             1. permettre de respecter rigoureusement ou largement les cibles de
                réduction de la consommation d’énergie établies localement;
             2. développer les perspectives locales de production de l’énergie
                renouvelable;
             3. améliorer la sécurité énergétique;
             4. offrir aux résidents de meilleures occasions d’être propriétaires des
                systèmes et des entreprises d’énergie de la localité ou d’y investir;
             5. réduire les répercussions environnementales;
             6. compléter les plans directeurs à long terme d’utilisation du territoire
                municipal, des transports et des infrastructures;
             7. promouvoir les objectifs du développement économique;
             8. réunir les groupes pour promouvoir l’échange de l’information et la mise
                au point de solutions conjointes 4.
         Le présent document de travail a pour objet de susciter des discussions sur les
         considérations énergétiques liées à la croissance et à la densification. Il porte sur
         les mesures à prendre pour atteindre les cibles municipales de réduction des
         émissions de GES; le passage à des sources d’énergie renouvelables; les
         bâtiments; les transports; la collaboration requise entre les secteurs public, privé
         et philanthropique pour atteindre les objectifs fixés.
         Voici les considérations pertinentes en matière de planification tirées de l’étude
         L’Ottawa de demain, après 2036.

4
 VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        5|Page
Document de travail sur l’énergie
    i.    Atteinte des cibles municipales de réduction des émissions de GES
          Le Canada et le monde en sont maintenant à un stade critique dans leurs efforts
          pour lutter contre le changement climatique. Les zones urbaines sont
          responsables d’environ la moitié des émissions au Canada, ce qui en fait des
          acteurs déterminants dans le respect des engagements climatiques. Certaines
          municipalités canadiennes avant-gardistes ont commencé bien avant leurs
          homologues provinciaux ou fédéraux à s’intéresser aux questions de planification
          en matière d’énergie et d’émissions en tentant, depuis 20 ans dans certains cas,
          de répertorier les sources d’émissions locales et d’établir des cibles de réduction.
          En 2016, le Conseil municipal a approuvé une cible de réduction des GES pour
          Ottawa de 80 % sous les niveaux de 2012 d’ici 2050. Pour atteindre cette cible,
          la Ville devra continuer de travailler avec les principaux intervenants et
          partenaires de la communauté et apporter des changements relativement
          ambitieux pour soutenir le passage durable d’une économie fondée sur les
          combustibles fossiles à une économie à faibles émissions de carbone. Le Plan
          officiel sera l’un des principaux outils utilisés par la Ville pour réaliser bon nombre
          de ces changements, notamment l’augmentation de la densité, l’accroissement
          de l’utilisation des transports actifs et la diminution du nombre de kilomètres-
          véhicules parcourus, les besoins en énergie thermique des bâtiments,
          l’expansion du transport en commun de masse à zéro émission, l’appui aux
          systèmes d’énergies renouvelables de district, la valorisation des déchets
          organiques pour la production de gaz naturel renouvelable et le soutien à la
          production d’électricité renouvelable 5.
          Les questions de la planification énergétique et de la réduction des émissions de
          GES sont interdépendantes. C’est pourquoi on les examine généralement
          ensemble dans le cadre des exercices de planification.
    ii.   Passage aux sources d’énergie renouvelables
          Comme nous l’avons vu plus haut, la production d’énergie provenant de la
          combustion de combustibles fossiles ne peut se poursuivre indéfiniment, mais
          nous devons avoir accès à des services énergétiques fiables et abordables. Il
          convient de délaisser les combustibles fossiles et d’accroître l’offre d’énergie
          renouvelable en soutenant la production locale et régionale et de promouvoir en
          priorité l’approvisionnement en énergie propre et renouvelable auprès des
          propriétaires, des entreprises et de la Ville.
          Le changement des systèmes de production et de distribution d’électricité en
          faveur de la production locale d’énergie renouvelable (solaire, hydraulique,
          éolienne), la production de biogaz à partir de matières organiques, l’installation
          de thermopompes dans les bâtiments, la mise en place de systèmes
          énergétiques de district récupérant l’énergie de sources de chaleur résiduelle et

5
 VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        6|Page
Document de travail sur l’énergie
           l’électrification des transports (flottes et véhicules privés) sont des exemples de
           stratégies à examiner6.
    iii.   Bâtiments
           Les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant des bâtiments
           représentent près de la moitié du total des émissions de GES produites dans la
           ville d’Ottawa. Les bâtiments revêtent donc une importance primordiale pour
           l’atteinte des cibles de réduction des émissions de GES. Il faut envisager la
           possibilité d’établir des exigences thermiques ultra-faibles et d’accroître
           l’efficacité énergétique pour les nouveaux bâtiments et les bâtiments rénovés.
    iv.    Transports
           Les émissions de GES provenant des transports représentent 40 % du total des
           émissions de GES produites à Ottawa. Afin de réduire les émissions produites
           par les transports, il faut trouver des moyens de contrer totalement ou
           partiellement notre dépendance collective aux véhicules utilisant des carburants
           fossiles et d’améliorer les technologies de production de l’énergie utilisée pour
           les divers modes de transport. La Ville doit se doter d’une stratégie qui prévoit
           une réduction importante du nombre de propriétaires et d’utilisateurs
           d’automobiles, la conception d’un système de transport en commun à émissions
           zéro attrayant et pratique ainsi que l’interconnectivité et la sécurité de toutes les
           options et de tous les réseaux de transport actif. L’objectif que s’est donné la
           Ville au cours des dix prochaines années est la mise en service d’un réseau
           électrique de transport en commun qui permettra de remplacer les autobus
           diesel des trajets régionaux et principaux par des trains électriques. Une très
           grande partie de tous les déplacements des usagers sera assurée, en tout ou en
           partie, par des véhicules légers sur rail à propulsion électrique aux étapes 1 et 2
           de la Ligne 1 de l’O-Train, la Ligne de la Confédération. Les décisions
           d’investissement concernant l’amélioration du transport en commun et
           l’électrification de celui-ci détermineront la direction à prendre : soit étendre le
           service de train léger sur rail électrique, soit poursuivre l’aménagement de
           l’infrastructure et les investissements requis pour les autobus électriques. Enfin,
           l’approche stratégique en matière de construction urbaine, laquelle commence
           par la création ou le renforcement de collectivités complètes où les résidents
           peuvent accéder à tout à pied et où la nécessité de parcourir de plus longues
           distances est réduite au minimum, est également une considération primordiale.
    v.     Soutien à la collaboration entre le secteur public, le secteur privé et le secteur
           philanthropique pour atteindre les objectifs fixés
           La Ville joue un rôle prépondérant en réunissant les intervenants de la collectivité
           afin qu’ils puissent collaborer et prendre part aux discussions dans le cadre
           d’exercices de planification et d’élaboration de stratégies visant l’adoption
           d’approches intégrées qui permettront l’atteinte d’objectifs de durabilité

6
 VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        7|Page
Document de travail sur l’énergie
           énergétique à long terme. Grâce à l’information et à la participation citoyenne, la
           Ville a la responsabilité de faire connaître les fondements d’un avenir
           énergétique durable à long terme et les grandes orientations à adopter à cet
           égard 7.
2. Contexte mondial
         a. Facteurs de changement, éléments perturbateurs et enjeux relevés
            dans L’Ottawa de demain, après 2036.
           Les facteurs de changement, les éléments perturbateurs et les enjeux associés à
           la demande énergétique relevés dans L’Ottawa de demain : après 2036 se
           rapportent au changement climatique, aux pressions exercées par la croissance
           démographique et l’expansion urbaine et à la hausse de la demande pour une
           mobilité améliorée et mieux intégrée 8.
           Pour assurer le développement durable ainsi que le mieux-être des résidents et
           la rentabilité des entreprises, il est essentiel de gérer l’offre ininterrompue de
           sources d’énergie à des prix abordables. Or, puisque la population ne cesse de
           s’accroître et que la demande d’énergie est forte, tout l’art consiste à gérer ces
           impératifs tout en offrant aux résidents le même niveau de service sans
           interruption 9.
         b. Comment la ville d’Ottawa se positionne-t-elle dans le contexte
            mondial?
    i.     Atteinte des cibles municipales de réduction des émissions de GES
           Les questions de l’énergie et de la réduction des émissions de GES sont
           interdépendantes. C’est pourquoi on les examine généralement ensemble dans
           le cadre des exercices de planification.
           À l’occasion de la 21e Conférence des Parties (21 COP), les Parties à la
           Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
           (CCNUCC) ont conclu un accord historique pour lutter contre les changements
           climatiques et pour accélérer et intensifier les actions et les investissements dont
           le monde a besoin pour s’assurer d’un avenir durable à faibles émissions de
           carbone. Le résultat fut l’accord de Paris sur le climat.
           L’Accord de Paris est entré en vigueur le 4 novembre 2016 et a été ratifié par
           55 pays. Depuis, d’autres pays l’ont ratifié et continuent de le ratifier. Ainsi, en

7
  VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
8
  VILLE D’OTTAWA. L’Ottawa de demain, après 2036 – Avant-projet final, Scénarios, facteurs de changement et
considérations en matière de planification, 2019, [En ligne].
9
  VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                         8|Page
Document de travail sur l’énergie
       décembre 2018, l’Accord comptait un total de 184 Parties signataires. Le Canada
       est l’une de ces parties 10.
       Le Canada vient au neuvième rang des principaux pays émetteurs de GES dans
       le monde avec 1,6 % des émissions totales en 2013. Dans le monde, les
       émissions de GES ont globalement continué à augmenter, avec une
       augmentation de 18,3 % entre 2005 et 2013. Les émissions de GES du Canada
       ont augmenté de 4,2 % au cours de cette période, mais elles représentaient une
       part moins importante des émissions totales de GES, passant de 1,9 à 1,6 % de
       la part mondiale totale des émissions de GES 11.
       Figure 2 : Émissions de gaz à effet de serre des 10 plus grands
       pays/régions émetteurs – 2005 et 2013

       Source : Gouvernement du Canada 12

       Des chiffres plus récents indiquent que, en 2017, les émissions mondiales de
       gaz à effet de serre liées à l’énergie ont augmenté de 1,4 %, atteignant un
       sommet historique de 32,5 gigatonnes, une reprise de leur croissance après trois
       années d’émissions mondiales stables contrastant avec la réduction importante
       nécessaire pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.
       L’augmentation des émissions de carbone (équivalente aux émissions de
       170 millions de voitures supplémentaires) est le résultat d’une croissance

10
   CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Accord de Paris – État des
ratifications, 2018, [En ligne]. [https://unfccc.int/fr/node/513] (Consulté le 9 décembre 2018).
11
   GOUVERNEMENT DU CANADA. Indicateurs environnementaux, [En ligne], 2018.
[https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs-
environnementaux/emissions-gaz-effet-serre-echelle-mondiale.html] (Consulté le 10 décembre 2018).
12
   GOUVERNEMENT DU CANADA. Indicateurs environnementaux, [En ligne], 2018.
[https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs-
environnementaux/emissions-gaz-effet-serre-echelle-mondiale.html] (Consulté le 10 décembre 2018).

                                                                                          9|Page
Document de travail sur l’énergie
        économique mondiale robuste de 3,7 %, d’une baisse des prix des combustibles
        fossiles et de la réduction des efforts en matière d’efficacité énergétique. Ces
        trois facteurs ont contribué à l’augmentation de la demande énergétique
        mondiale de 2,1 % en 2017.
        La tendance à l’augmentation des émissions n’était toutefois pas universelle.
        Alors que la plupart des grandes économies ont vu leurs émissions de carbone
        augmenter, d’autres ont connu une baisse, notamment celles des États-Unis, du
        Royaume-Uni, du Mexique et du Japon. Les facteurs de réduction des émissions
        de GES étaient les suivants :
            •   amélioration de l’efficacité énergétique;
            •   abandon du charbon au profit du gaz naturel;
            •   baisse de l’utilisation des produits pétroliers;
            •   augmentation de la production d’électricité à partir de sources d’énergie
                renouvelables;
            •   déclin de l’utilisation du gaz dans certaines régions;
            •   baisse de la demande en électricité dans certaines régions.
        La croissance des émissions de dioxyde de carbone liées à l’énergie en 2017
        constitue un avertissement important quant aux efforts mondiaux de lutte contre
        le changement climatique et montre que les efforts actuels sont insuffisants pour
        assurer l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris 13.
        Climate Transparency, une coalition d’organismes internationaux se consacrant
        au climat, a publié son quatrième examen annuel des politiques climatiques des
        membres du G20 en novembre 2018. Ensemble, les membres du G20
        représentent environ 70 % de l’économie et de la population mondiales. En tant
        que groupe, ils sont également responsables de plus de 80 % des émissions
        annuelles de GES dans le monde. Le rapport a souligné qu’aucun des membres
        du G20 n’a mis en place de plan qui permettrait d’atteindre les objectifs de
        l’Accord de Paris.
        Le Canada est le 38e pays au monde sur le plan de la population, possède la
        onzième économie et est le septième plus grand émetteur. Selon l’analyse de
        Climate Transparency, chaque Canadien produit en moyenne 22 tonnes de GES
        par an, chiffre le plus élevé de tous les pays membres du G20 et près de trois
        fois plus élevé que la moyenne du G20, qui est de huit tonnes par personne.
        L’énergie pétrolière et gazière ainsi que les transports sont les deux sources
        d’émissions les plus importantes et celles dont la croissance est la plus rapide au
        pays. Sur une note plus positive, le Canada détient 65 % de l’énergie

13
  AGENCE INTERNATIONALE DE L’ÉNERGIE. “Global Energy and CO2 Status Report”, [En ligne], 2018.
[https://www.iea.org/geco/emissions/] (Consulté le 10 décembre 2018).

                                                                                                 10 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
           renouvelable en ce qui concerne la production d’électricité, par rapport à 24 % en
           moyenne pour le G20 14.
           En 2016, le Conseil municipal d’Ottawa a approuvé une cible de réduction des
           émissions de GES pour l’ensemble de la communauté d’Ottawa de 80 % sous
           les niveaux de 2012 d’ici 2050.
     ii.   Passage aux sources d’énergie renouvelables
           Selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, le secteur
           mondial de l’énergie renouvelable donnait du travail à 9,8 millions de personnes
           en 2016. Le nombre de travailleurs dans le domaine de l’énergie solaire
           seulement est estimé à 3,1 millions, soit plus du double du nombre d’emplois
           attribuable aux grandes sociétés hydroélectriques. Au Canada, on estimait à
           10 500 le nombre d’emplois liés à l’énergie éolienne et à 8 100 ceux qui sont liés
           à l’énergie solaire en 2015 15.
           Hydro Ottawa est le troisième plus important service d’électricité appartenant à
           une municipalité en Ontario et le plus grand producteur d’énergie verte
           appartenant à une municipalité. Énergie Ottawa (EO) est une filiale qui produit de
           l’électricité à partir d’un certain nombre de sources « vertes ». La source la plus
           importante est la chute de la Chaudière. Hydro Ottawa possède également la
           centrale de transformation du gaz en électricité de la décharge contrôlée du
           chemin Trail.
           À Ottawa, les installations de production d’énergie solaire ont pris une expansion
           considérable, mais elles ne couvrent toujours qu’une faible proportion de la
           demande en électricité, soit 400 térajoules en 2015 16. Une production à très
           petite échelle est assurée par une centaine de fournisseurs résidentiels; une
           contribution plus importante provient d’un plus petit nombre d’installations
           commerciales, institutionnelles et agricoles.
           Ottawa se classe parmi les 15 premières municipalités de l’Ontario pour ce qui
           est du potentiel de production d’énergie solaire. Cependant, malgré ce potentiel,
           la quantité réelle d’électricité produite chaque année à partir des installations de
           production d’énergie solaire se trouvant à Ottawa ne comble encore qu’une très
           petite partie de la demande énergétique 17.
           L’Unité du génie du bâtiment et de la gestion de l’énergie de la Ville, dont le
           travail consiste principalement à améliorer l’économie d’énergie ainsi qu’à
           développer et à améliorer l’automatisation des bâtiments, est un exemple du

14
   CLIMATE TRANSPARENCY. “G20 Brown to Green Report 2018”, [En ligne], 2018. [https://www.climate-
transparency.org/g20-climate-performance/g20report2018] (Consulté le 11 décembre 2018).
15
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
16
   LEIDOS CANADA INC. “Pathway Study on Solar Power in Ottawa”, [En ligne], 2017.
[https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_pathways_en.pdf]
17
  FONDATION COMMUNAUTAIRE D’OTTAWA. Perspectives Ottawa, [En ligne], 2018.
[https://www.perspectivesottawa.ca/themes/environnement-et-developpement-durable/fr-energy-climate/]
(Consulté le 11 décembre 2018).

                                                                                                        11 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
            calibre mondial de la Ville dans le secteur de l’énergie. En ce qui concerne
            l’automatisation des bâtiments, la Ville est dotée de l’un des plus importants
            systèmes de régulation des bâtiments établis sur le Web. Cet outil, indispensable
            aux initiatives d’économie d’énergie, a permis au personnel des installations de
            résoudre des problèmes dans des bâtiments sans devoir se rendre sur place, ce
            qui permet d’économiser du temps, de la main-d’œuvre et des déplacements en
            véhicule 18.
     iii.   Bâtiments
            Les émissions de GES provenant des bâtiments représentent près de la moitié
            du total des émissions de GES produites dans la ville d’Ottawa. De nombreuses
            options existent afin de réduire la demande en énergie des bâtiments, en
            particulier dans le cas des nouvelles constructions.
            Ottawa possède un certain nombre de bâtiments commerciaux déjà certifiés du
            point de vue de l’environnement par la BOMA (Building Owners and Managers
            Association). Plus récemment, la première maison canadienne à avoir obtenu la
            très rigoureuse certification Passive House a été construite à Ottawa, où se
            trouve également le premier projet de logements abordables multiples au monde
            ayant obtenu la certification Passive House dans un climat nordique 19.
 iv.        Transports
            Les émissions de GES provenant des transports représentent 40 % du total des
            émissions de GES produites dans la ville d’Ottawa.
            Selon les données du recensement de 2016, 29 % des navetteurs d’Ottawa ont
            utilisé les transports en commun pour aller au travail ou s’y sont rendus à pied ou
            à vélo 20. L’ouverture de la ligne 1 de l’O-Train en 2019 et la construction de la
            ligne 2 permettront à la Ville de renforcer sa position de leader au chapitre du
            transport durable. Selon les projections, l’Étape 1 de l’O-Train réduira les
            émissions de GES à Ottawa d’environ 94 000 tonnes par an d’ici 2031 et, une
            fois l’Étape 2 réalisée, la réduction sera d’au moins 204 000 tonnes par an d’ici
            2048. Pour mettre les choses en contexte, 204 000 tonnes représentent environ
            4 % de toutes les émissions de GES produites par les résidents d’Ottawa en
            2015 en raison de leur consommation d’énergie 21.

18
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
19
   FONDATION COMMUNAUTAIRE D’OTTAWA. Perspectives Ottawa, [En ligne], 2018.
[https://www.perspectivesottawa.ca/themes/environnement-et-developpement-durable/fr-energy-climate/]
(Consulté le 11 décembre 2018).
20
   FONDATION COMMUNAUTAIRE D’OTTAWA. Perspectives Ottawa, [En ligne], 2018.
[https://www.perspectivesottawa.ca/themes/environnement-et-developpement-durable/fr-energy-climate/]
(Consulté le 11 décembre 2018).
21
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        12 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
          Figure 3 : Pourcentage de la population utilisant le transport durable par
          ville, 2016

          Source : Fondation communautaire d’Ottawa 22

     v.   Soutien à la collaboration entre le secteur public, le secteur privé et le secteur
          philanthropique pour atteindre les objectifs fixés
          Les politiques climatiques actuelles ne permettront pas l’atteinte des objectifs de
          l’Accord de Paris visant à maintenir la hausse de la température de la planète
          bien en deçà de deux degrés Celsius et stopper les émissions nettes pendant la
          seconde moitié du siècle. Toutefois, l’Accord de Paris contient des dispositions
          visant à accroître les visées au fil du temps par l’entremise de ce que l’on appelle
          le « mécanisme à cliquet ». Il s’agit de l’un des nombreux processus en cours
          établis dans le cadre de l’Accord des Nations unies sur le climat, qui engage
          chaque pays à soumettre des objectifs sur une base cyclique de cinq ans,
          chacun d’eux devant être progressivement plus ambitieux que le précédent 23.
          Pour atteindre ces cibles, le gouvernement fédéral exige que les municipalités
          jouent un rôle clé dans la réduction des émissions de GES. Par exemple, la
          Fédération canadienne des municipalités, financée par le gouvernement du
          Canada, a créé en 2016 le Programme Municipalités pour l’innovation climatique
          (PMIC), un programme quinquennal de 75 millions de dollars qui aide les
          municipalités à se préparer aux changements du climat, à s’y adapter et à

22
   FONDATION COMMUNAUTAIRE D’OTTAWA. Perspectives Ottawa, [En ligne], 2018.
[https://www.perspectivesottawa.ca/explore/transports/] (Consulté le 4 février 2019).
23
   CARBON BRIEF. “Timeline: the Paris agreements ‘ratchet mechanism’”, [En ligne], 2018.
[https://www.carbonbrief.org/timeline-the-paris-agreements-ratchet-mechanism] (Consulté le
19 décembre 2018).

                                                                                             13 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
             réduire leurs émissions de GES. Ce programme est offert à toutes les
             municipalités et à leurs partenaires24.
             De nombreuses villes canadiennes, dont Ottawa, sont partenaires du Global
             Covenant of Mayors for Climate & Energy, une alliance internationale de villes et
             de gouvernements locaux ayant une vision à long terme commune de la
             promotion et du soutien d’interventions volontaires pour lutter contre le
             changement climatique et passer à une société résiliente et à faibles émissions 25.
             De plus, Ottawa a eu un échange avec Hanovre, en Allemagne, une ville qui
             exige que les bâtiments soient construits selon la norme Passive House 26.
             Ottawa participe aussi maintenant à un échange avec Malmö, en Suède,
             échange dans le cadre duquel l’énergie est un sujet d’intérêt.
3. Enjeux et possibilités pour Ottawa
           La Ville a un rôle prépondérant à jouer en assurant la sécurité énergétique grâce à
           des mesures de planification de l’utilisation du sol et d’élaboration des politiques
           visant à établir des priorités locales, à réduire la demande d’énergie et à assurer
           l’offre de ressources énergétiques. Le recensement des perspectives locales pour
           les ressources énergétiques permet d’assurer la sécurité énergétique locale,
           d’accroître la variété des sources d’énergie, de promouvoir la compétitivité
           économique et d’améliorer la fiabilité des systèmes d’énergie et la résilience aux
           manifestations météorologiques extrêmes27.
           a. Enjeux
     i.      Ressources financières limitées
             À tous les paliers de gouvernement, l’atteinte des cibles fixées pour l’énergie et
             les émissions exigent des ressources et des investissements considérables. Les
             ordres supérieurs de gouvernement s’en remettent aux villes pour pouvoir
             respecter la plupart de leurs engagements relatifs à l’énergie et aux émissions,
             tandis que les municipalités n’ont généralement pas les moyens financiers
             nécessaires pour financer suffisamment les mesures locales de lutte contre le
             changement climatique et comptent donc sur le financement des ordres
             supérieurs de gouvernement 28.
     ii.     Demande et offre en matière d’énergie
             Pour assurer le développement durable et protéger le mieux-être des résidents et
             la rentabilité des entreprises, il est essentiel de gérer l’offre ininterrompue des
24
   FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS. [En ligne], 2018. [https://fcm.ca/fr/programmes/programme-
municipalites-innovation-climatique] (Consulté le 19 décembre 2018).
25
   https://www.globalcovenantofmayors.org/about/
26
   The Smart Citizen. “German Municipalities Lead the Way in Passive Housing: A world Habitat Day Special”, [En
ligne], 2015. [https://thesmartcitizen.org/technology-enablement/german-passive-housing/]
27
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
28
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        14 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
            sources d’énergie à des prix abordables. Or, puisque la population ne cesse de
            s’accroître et que la demande d’énergie est forte, tout l’art consiste à gérer ces
            impératifs tout en offrant aux résidents le même niveau de service sans
            interruption 29.
            Une analyse de base a été réalisée pour la phase 1 de la stratégie Évolution de
            l’énergie. En 2015, les résidents d’Ottawa ont consommé environ
            114 000 térajoules (TJ) d’énergie pour un coût total de 3,0 milliards de dollars,
            soit environ 3 200 dollars par personne. Le gaz naturel était le type d’énergie le
            plus consommé dans la ville (39 %), suivi de l’électricité (28 %) et de l’essence
            (26 %). Ensemble, ces trois types d’énergie représentaient environ 93 % de
            l’énergie totale utilisée à Ottawa 30.
            Le diagramme suivant présente les sources d’énergie et leurs utilisations en
            2015 pour Ottawa.

            Figure 4 : Offre d’énergie en fonction de la destination (2015)

            Source : Évolution de l’énergie – Phase 1 31

     iii.   Connaissances
            Il faut renforcer les capacités, y compris celles du personnel qui possède les
            connaissances et l’expertise dans ce domaine. Les voies traditionnelles de

29
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
30
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
31
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        15 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
             certification et d’éducation en urbanisme ne sont pas encore axées sur la
             planification énergétique, si bien que les municipalités ont souvent besoin de
             faire appel directement à cette expertise.
 iv.         Sources d’énergie renouvelable locales et sécurité énergétique
             Présentement, l’énergie renouvelable locale ne représente que 5 % des types
             d’énergie produits et fournis à l’heure actuelle à Ottawa. Le reste de l’énergie
             consommée par les résidents d’Ottawa, soit 95 %, est importé de l’extérieur de la
             ville, ce qui fait qu’Ottawa est largement tributaire des décisions prises sur les
             marchés nationaux et internationaux de l’énergie et y est vulnérable 32.
           b. Possibilités
     i.      Financement et soutien du gouvernement
             À titre de grande ville canadienne dotée d’une cible établie de réduction des
             émissions de GES d’ici 2050, Ottawa peut demander d’importantes subventions
             aux gouvernements provincial et fédéral. Les instances suivantes ont déjà offert
             ou continuent d’offrir des possibilités de financement sous la forme de
             subventions :
                 •   Fédération canadienne des municipalités;
                 •   Ressources naturelles Canada;
                 •   Environnement et Changement climatique Canada
                 •   Ministère de l’Énergie de l’Ontario 33
             Le gouvernement fédéral s’est engagé à imposer un prix du carbone dans toutes
             les provinces et tous les territoires du Canada à compter de 2018 34.
     ii.     Collaboration
             La Ligue des communautés canadiennes sobre en carbone (L3C) est un réseau
             pancanadien que l’on propose de mettre en place dans les six principaux centres
             climatologiques en milieu urbain du pays (Halifax, Montréal, Ottawa, Toronto,
             Edmonton et Vancouver). Chacun de ces centres urbains sera doté d’un centre
             d’innovation à faible empreinte de carbone. Les centres d’innovation proposés
             s’inspirent du fonctionnement du Fonds atmosphérique de Toronto (FAT) qui fait
             la promotion de solutions sobres en carbone à Toronto depuis 1991. Le TAF
             fonctionne de manière autonome et s’autofinance grâce à des fonds de
             40 millions de dollars de la Ville de Toronto (1991) et de la province de l’Ontario

32
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
33
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]
34
   VILLE D’OTTAWA. Évolution de l’énergie : la Stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique –
Phase 1, [En ligne], 2017. [https://documents.ottawa.ca/sites/default/files/energy_evol_phase1_fr.pdf]

                                                                                                        16 | P a g e
Document de travail sur l’énergie
            (2016). Le travail du TAF a contribué à une diminution de 25 % des émissions de
            GES de Toronto depuis sa fondation 35.
            De nombreuses organisations non gouvernementales de l’environnement
            (ONGE) locales gèrent des programmes et des initiatives complémentaires aux
            objectifs de planification énergétique de la Ville. À titre d’exemples, mentionnons
            Écologie Ottawa, EnviroCentre, Sustainable Eastern Ontario et la Fondation
            communautaire d’Ottawa. Ces organismes apportent une expertise précieuse sur
            toute une gamme de problèmes énergétiques et ont manifesté leur ferme volonté
            de collaborer avec la Ville sur les enjeux énergétiques locaux.
            De plus, de nombreux organismes privés ont inscrit des objectifs en matière
            d’énergie renouvelable dans leur stratégie de développement durable. La Ville
            peut mettre à profit leurs connaissances, partager de l’information avec eux et
            peut-être même leur offrir des incitatifs. Voici des exemples d’organismes pour
            lesquels la durabilité en entreprise est importante.
                •   La Banque TD est la première banque en Amérique du Nord à atteindre
                    le statut carboneutre 36.
                •   Enbridge Gas Distribution a un plan d’écologisation visant à augmenter le
                    pourcentage de gaz naturel renouvelable présent dans le gaz livré aux
                    clients locaux 37.
                •   Le groupe IKEA a une stratégie de développement durable pour 2020 qui
                    consiste notamment à rechercher l’indépendance énergétique en
                    devenant un chef de file en matière d’énergie renouvelable et en
                    améliorant l’efficacité énergétique dans l’ensemble de ses opérations et
                    de sa chaîne d’approvisionnement 38.
                •   L’Université d’Ottawa a un groupe de recherche sur l’énergie solaire de
                    pointe nommé Sunlab qui étudie les technologies et systèmes
                    photovoltaïques 39.
     iii.   Sources d’énergie renouvelable locale et sécurité énergétique
            L’énergie renouvelable locale ne représente que 5 % des types d’énergie
            produits et fournis à l’heure actuelle à Ottawa. Diverses possibilités
            d’augmentation de la production locale d’énergie renouvelable sont offertes par
            l’énergie solaire, les thermopompes, le biogaz, les systèmes énergétiques de
            quartier, l’électrification des transports, l’énergie hydraulique et l’énergie
            éolienne. D’après la phase 1 de la stratégie Évolution de l’énergie, les
            technologies des énergies renouvelables pourraient permettre de remplacer ou

35
   LIGUE DES COMMUNAUTÉS CANADIENNES SOBRE EN CARBONE. [En ligne], 2018. [http://lc3.ca/] (Consulté le
19 décembre 2018).
36
   BANQUE TD. (2018). Responsabilité d’entreprise, [En ligne], 2018.
[https://www.td.com/francais/responsabilites-de-lentreprise/environnement/energy-and-emissions.jsp]
37
   ENBRIDGE. “Sustainability Report”, [En ligne], 2017. [http://www.enbridge.com/sustainability-
reports/sustainability-report/priority-areas/renewable-and-low-carbon-energy/renewable-energy]
38
   IKEA. “People & Planet Positive IKEA Group Sustainability Strategy for 2020”, [En ligne], 2014.
[https://www.ikea.com/ms/en_US/pdf/reports-downloads/sustainability-strategy-people-and-planet-positive.pdf]
39
   SUNLAB. [En ligne], 2018. [http://sunlab.eecs.uottawa.ca/about/overview/] (Consulté le 19 décembre 2018).

                                                                                               17 | P a g e
Vous pouvez aussi lire