PROJET SOCIAL 2014/2018 - ESPACE SOCIO CULTUREL DU HAILLAN - Octobre 2013 - Mairie du Haillan

 
PROJET SOCIAL 2014/2018 - ESPACE SOCIO CULTUREL DU HAILLAN - Octobre 2013 - Mairie du Haillan
1

ESPACE SOCIO CULTUREL DU HAILLAN

PROJET SOCIAL 2014/2018

                              Octobre 2013

 E.P.A. Espace Socio Culturel du Haillan, 58 Rue Edmond Rostand – 33185 LE HAILLAN
                                    05.56.34.94.10
                Structure agréée centre social par la CAF de la Gironde
PROJET SOCIAL 2014/2018 - ESPACE SOCIO CULTUREL DU HAILLAN - Octobre 2013 - Mairie du Haillan
2

SOMMAIRE
L’ESPACE SOCIO CULTUREL : une structure en mutation             p.4
LES INSTANCES DE DECISIONS ET PARTICIPATIVES                    p.4
L’EQUIPE DE PROFESSIONNELS                                      p.7
LES USAGERS / ADHERENTS DE L’ESPACE SOCIO CULTUREL              p.7

UNE DEMARCHE DE PROJET PARTICIPATIVE                            p.8
DEMARCHE ET OUTILS DU DIAGNOSTIC                                p.8
DEMARCHE ET OUTILS / ELABORATION ET ECRITURE DU PROJET SOCIAL   p.10
UN PROJET PARTAGE OUI MAIS PAS SANS VALEURS COMMUNES            p.11

DIAGNOSTIC SOCIAL DU TERRITOIRE                                 p.13
LE HAILLAN UNE COMMUNE EN MUTATION OU IL FAIT BON VIVRE         p.13
SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE                                   p.14
DONNEES SOCIO-ECONOMIQUES                                       p.18
L’HABITAT                                                       p.22
Equipements /établissements scolaires/ tissus associatif        p.24

EVALUATION DU PROJET SOCIAL 2009/2013                           p.25

ELEMENTS MARQUANTS DU DIAGNOSTIC                                p.31
ELEMENTS MARQUANT DU DIAGNOSTIC SOCIAL                          p.31
CONSTATS ET ATTENTES DES HABITANTS                              p.32
BESOINS REPERES PAR LES PARTENAIRES                             p.34
BESOINS REPERES PAR L’EQUIPE DE PROFESSIONNELS                  p.34

AXES DE REFLEXION EMANANT DU DIAGNOSTIC                         p.35

AXES PRIORITAIRES DU PROJET SOCIAL 2014/2018                    p.37
AXE 1 – SOLIDARITE                                              p.38
AXE 2 – MIXITE SOCIALE ET INTERGENERATIONNELLE                  p.48
AXE 3 – LA DEMARCHE PARTICIPATIVEIRES                           p.57
AXE 4 – L’OUVERTURE SUR LE TERRITOIRE                           p.61

ANNEXES                                                         P.65
3

CONTEXTE

Initié en 2004 par la Municipalité, le travail de préfiguration entamé dans le cadre d’une démarche
participative et d’une participation active des habitants du territoire a abouti en Avril 2006 à la création
de l’association « Espace Socio Culturel du Haillan ».

Cette dernière a porté, jusqu’en décembre 2012, l’activité du centre social et a mené à bien 2 phases
d’agrément centre social (2006/2009 – 2010/2013). L’année 2008 a été une année charnière dans la vie
de la structure ; en effet elle s’est vue dotée par la commune de locaux permettant d’accueillir les
habitants dans des conditions optimales et de développer l’ensemble des actions envisagées dans le
projet social.

Suite à une période de trouble notamment au niveau de la gouvernance, les adhérents lors de
l’Assemblée Générale de 2012 ont voté le changement de statut. Le centre social passe du statut
associatif au statut d’Etablissement Public Administratif (E.P.A.), rattaché à la commune, en Janvier
2013.
Le changement de statut de la structure a impacté fortement son fonctionnement et la fréquentation
tout au long de l’année 2012 et au cours du premier trimestre 2013.

Aujourd'hui une nouvelle dynamique se met en place. Elle repose sur la mise en place d'une réelle
démarche participative et sur l'implication des bénévoles au niveau des instances de décisions et de la
démarche de projet. Parallèlement un travail de fond à la fois sur le sens et sur la pédagogie est entamé
avec l’équipe de professionnels et une réorganisation est en cours au niveau du fonctionnement.

On constate aujourd'hui que la fréquentation est en hausse et que la structure draine de nouveaux
adhérents. Le choix d’étendre le périmètre d’intervention du centre social à l’ensemble de la commune
a été acté en Conseil d’Administration.
De plus l’implication des bénévoles lors du travail de diagnostic et d’écriture du projet social est à
souligner, ainsi que le partenariat avec quelques associations locales.
4

L’ESPACE SOCIO CULTUREL : une structure en
mutation
L’E.P.A. (Etablissement Public Administratif) « Espace Socio Culturel » a été créé le 1er Janvier 2013 et a
pour mission de gérer et faire fonctionner le centre social (porté par l’association Espace Socio Culturel
du Haillan de 2006 à 2012).

                                               Dates clefs :
                 Avril 2006 création de l’association « Espace Socio Culturel du Haillan »
                               1er agrément Centre Social : 2006/2009
                Ouverture des locaux actuels de l'Espace Socio Culturel en Septembre 2008
                              2ème agrément Centre Social : 2010/2013

Situé dans le quartier Edmond Rostand, au sud de la commune, l’Espace Socio Culturel (E.S.C.) est
implanté à proximité immédiate de la résidence Edmond Rostand. L’objectif aujourd’hui est de mettre
en œuvre un projet permettant de s’ouvrir à l’ensemble du territoire Haillanais.

LES INSTANCES DE DECISIONS ET PARTICIPATIVES

L’E.P.A. « Espace Socio Culturel » fonctionne avec deux instances de décisions :

      Un Conseil d’Administration (C.A.) composé de 21 membres avec voix délibératives:

Lors de la création de l’Etablissement Public Administratif, les membres du Conseil d’Administration ont
été désignés par délibération du Conseil Municipal de la commune du Haillan et ont été répartis comme
suit :

           -   Un collège d’élus : 11 conseillers municipaux ;
           -   Un collège d’habitants : 10 membres :
                           6 membres désignés parmi les usagers du Centre Social
                           1 personne qualifiée
                           3 représentants d’associations de la commune

Les représentants des partenaires institutionnels (CAF de la Gironde, Conseil Général de la Gironde)
siègent au sein du Conseil d’Administration.
Le Maire, ou son représentant, peut assister au Conseil d’Administration, sans voix délibérative.
5

Lors du renouvellement du Conseil d’Administration, il est procédé à la désignation des membres du
Conseil d’Administration par délibération du Conseil Municipal selon les dispositions suivantes :

   -   Collège des élus : 11 conseillers municipaux
   -   Collège des habitants : dix autres membres désignés comme suit:
                                   6 représentants des usagers élus par le Conseil de Participation et
                                      d’Initiatives parmi ses membres / personnes physiques ;
                                   3 associations élues par le Conseil de Participation et d’Initiatives
                                      parmi les associations représentées en son sein ;
                                   1 personnalité qualifiée, personne physique ou morale, choisie en
                                      fonction de son engagement dans l’action socio-éducative, sportive
                                      ou culturelle, de son expérience et de ses connaissances dans ce ou
                                      ces domaines et désignée par le Conseil Municipal sur proposition
                                      du Maire.

Les Conseillers Municipaux membres du Conseil d’Administration sont élus par le Conseil Municipal pour
la durée de leur mandat municipal.
Les fonctions des autres membres prennent également fin lors du renouvellement du Conseil Municipal.
Ils peuvent être relevés de leurs fonctions avant la date d’expiration de leur mandat, par la même
autorité, après avis du Conseil de Participation et d’Initiatives.

      Un Conseil de Participation et d’Initiatives (C.P.I.) composé de 24 membres :

Pour élaborer et mettre en œuvre le projet du Centre Social, le Conseil d’Administration s’appuie sur
une instance de participation des habitants dénommée Conseil de Participation et d’Initiatives.
Le Conseil de Participation et d’Initiatives du Centre Social est présidé par le Président du Conseil
d’Administration, son représentant qu’il désigne ou, par délégation, par le directeur qui assiste à toutes
les séances.
Il comprend 24 membres:
     - 12 représentants des usagers ;
     - 1 représentant des intervenants bénévoles du Centre Social (qui peut également, ou pas, être
        usager du centre social) ;
     - 1 représentant des jardiniers (qui peut également, ou pas, être usager du centre social) ;
     - 1 représentant des usagers de la ludothèque (qui peut également, ou pas, être usager du centre
        social) ;
     - 5 représentants d’associations de la commune ;
     - 3 personnes qualifiées ;
     - 1 agent du Centre Social.

La désignation des membres du Conseil de Participation et d’Initiatives est assurée par délibération du
Conseil Municipal selon les modalités suivantes :
     Lors de la création de l’Etablissement, les membres du Conseil de Participation et d’Initiatives
       sont désignés par délibération du Conseil Municipal et répartis comme indiqué ci-dessus.
6

      Lors du renouvellement du Conseil de Participation et d’Initiatives, il sera procédé à la
       désignation des membres du Conseil de Participation et d’Initiatives par délibération du Conseil
       Municipal selon les dispositions suivantes :
   -   12 représentants des usagers élus par l’assemblée générale des usagers
   -   1 représentant des intervenants bénévoles du Centre Social (qui peut également être usager du
       centre social) élu par l’assemblée générale des usagers
   -   1 représentant des jardiniers (qui peut également être usager du centre social) élu par
       l’assemblée générale des usagers
   -   1 représentant des usagers de la ludothèque (qui peut également être usager du centre social)
       élu par l’assemblée générale des usagers
   -   5 associations désignées par le Conseil Municipal sur proposition du Maire
   -   3 personnes qualifiées désignées par le Conseil Municipal sur proposition du Maire
   -   1 agent du Centre Social élu par les salariés.

La durée des mandats et les attributions du Conseil de Participation et d’Initiatives sont prévues dans le
règlement intérieur.
L’assemblée générale des usagers a lieu une fois par an, au moins, et entend le bilan des activités
passées, le rapport moral du Président et le rapport d’orientation (cf. règlement intérieur).
Les membres du Conseil d’Administration peuvent assister aux séances du Conseil de Participation et
d’Initiatives.
Le Conseil de Participation et d’Initiatives émet obligatoirement un avis destiné au Conseil
d’Administration pour toute question traitée par ce dernier et portant sur la création, l’organisation, la
réalisation ou la suppression d’activités.

      Les commissions

Il est institué des commissions techniques en fonction du projet social. Elles peuvent être permanentes
ou ponctuelles, thématiques ou non.
Elles sont destinées à ouvrir des espaces de réflexion et de dialogue, de co-construction et de partage
des projets et réalisations.
Aujourd’hui la structure compte 8 commissions émanant d’un travail de réflexion au sein du Comité de
Participation et d’Initiatives, elles répondent à des besoins identifiés par les bénévoles et l’équipe de
professionnels.
7

       L’EQUIPE DE PROFESSIONNELS

       L’équipe de professionnels est constituée comme suit :
            Une Directrice à temps complet ;
            Une secrétaire comptable à 85 % soit 30 heures hebdomadaires;
            Une référente parentalité (LAEP, groupe de paroles thématiques et non thématiques, ateliers
              parents enfants) à temps partiel (50%);
            Une Conseillère en Economie Sociale et Familiale à mi-temps ;
            Un animateur directeur de l’ALSH et responsable du projet des jardins familiaux à temps
              complet ;
            Un animateur ALSH, responsable de l’Accompagnement à la Scolarité (CLAS) et du domaine des
              festivités, à temps plein et mis à disposition par la commune ;
            Un animateur ALSH et CLAS et ateliers parents enfants à temps complet ;
            Une accueillante LAEP effectuant 8 heures hebdomadaires.

       LES USAGERS / ADHERENTS DE L’ESPACE SOCIO CULTUREL

                                                                                   ZONE DE
                                                      CENTRE SOCIAL
                                                                                 COMPETENCE

mbre                                                  Usagers/Adhérents             Habitants

        Nombre total                                          273                      248

        Dont 0 à 5 ans révolus.                                      9.52%                      10.48%

        Dont 6 à 17 ans révolus                                     41.40%                      42.33%

        Dont 18 à 25 ans révolus                                     4.03%                      3.63%

        Dont 26 à 59 ans révolus                                    36.26%                      35.08%

        Dont 60 ans et plus                                          8.79%                      8.46%

        Familles monoparentales *                                   17.77%                      18.75%

        Demandeurs d'emploi *                                       21.11%                      23.15%

        Bénéficiaires du R.S.A. *                                   26.66%                       27.5%

        Population étrangère (UE. - hors UE)                          6.66%                       7.5%

        Nombre de ménages allocataires CAF*                         75.55%                      77.50%
8

UNE DEMARCHE DE PROJET PARTICIPATIVE
Un séminaire, animé par un intervenant extérieur, a été mis en place avant d’entreprendre le travail de
diagnostic et l’élaboration du projet. Il a permis :
     Une réflexion collective sur les fondements et valeurs des centres sociaux ;
     Aux membres du C.A. et du C.P.I. d'entamer une réflexion concernant l'éducation populaire et la
       démarche participative ;
     Aux salariés d'aborder les différentes missions des centres sociaux et les valeurs qu'ils portent.
Ce temps d’échange a permis de mobiliser les bénévoles et de convenir qu’il était important que
l’ensemble des acteurs de la structure réfléchisse aux valeurs et missions devant être portées par cette
dernière. En effet, la période de trouble qui a amené un changement de statut de la structure, l’arrivée
de nouveaux adhérents et de nouveaux salariés sont autant d’éléments qui ont été pris en compte et
qui ont fait émerger le besoin de travailler sur des valeurs partagées par tous.
La première étape du travail a été de présenter et de valider en Comité de Pilotage la démarche globale
concernant le diagnostic, l’élaboration et l’écriture du nouveau projet social. Suite à cette rencontre, la
question du périmètre d’intervention du centre social s’est posée. Après une réflexion collégiale, le
Conseil d’Administration a décidé que l’Espace Socio Culturel interviendrait sur la commune du Haillan
dans son entier et non plus uniquement sur le quartier Edmond Rostand.

DEMARCHE ET OUTILS DU DIAGNOSTIC

L’enjeu de ce diagnostic de territoire est bien de permettre une connaissance partagée du territoire, de
ses caractéristiques et des besoins afin de construire une offre de services réfléchie et concertée avec
l’ensemble des acteurs locaux.
Pour ce faire, nous avons mis en place trois groupes de travail constitués de membres du C.A., du C.P.I.
et de salariés :

      Un « groupe méthodologie » a affiné la méthode développée, a élaboré le questionnaire (cf.
       annexe n°1) en direction des habitants, apporté un cadre et une aide méthodologique aux
       bénévoles souhaitant aller à la rencontre des habitants. Ce groupe a pensé et mis en place une
       table ronde regroupant bénévoles, usagers et habitants autour des questions posées dans le
       questionnaire.

L'objectif du questionnaire élaboré par le « groupe méthodologie » était d'identifier :
        La couleur du bien vivre au Haillan ;
        Les lieux fréquentés et activités effectuées ;
        Les besoins en matière d'activité ;
        Les envies, projets (loisir, culture, solidarité, voyage, humanitaire,…) et savoir-faire ;
        L'implication bénévole des Haillanais ;
        La connaissance de l'Espace Socio-Culturel.
9

      Un « groupe évaluation » a effectué parallèlement à l’équipe de professionnels l’évaluation du
       projet en cours.

      Un « groupe rencontre avec les habitants » a organisé, réalisé et mis en place les actions
       permettant de rencontrer les habitants, de proposer le questionnaire et d’en effectuer l’analyse.

L’ensemble des démarches ont été concertées et un accompagnement méthodologique a été effectué
notamment au niveau des actions en direction des habitants. En effet, il a été important de repréciser ce
qu’était un centre social (Cf. annexe n°2), d’échanger au niveau des techniques d’entretien et de la
posture à adopter. De plus, étant en période pré-électorale, il a été important de préciser que l’objectif
du questionnaire était bien de faire émerger les besoins des habitants et qu’il fallait être attentif à ne
pas « tomber dans le piège » du bilan municipal.

Différents temps permettant de rencontrer les habitants ont été mis en place :
     Une table ronde mise en place en lien avec le Service d’Etudes Sociales de la CAF de la Gironde
       regroupant des bénévoles, usagers, administrateurs et salariés permettant de faire un état des
       lieux au niveau du fonctionnement de la structure, de ses instances de décisions, du niveau de
       participation des habitants et de mesurer le partenariat de cette dernière
       .
       Ce travail en lien avec les services de la CAF a constitué le point de départ de l’évaluation du
       projet social en cours et reposait sur deux thématiques : la participation des habitants et le
       partenariat (…) et se décline en plusieurs critères :
             Statuts et rôles : organisation des activités, dynamique de fonctionnement, maturité du
               territoire pour la participation ;
             Niveau de partenariat local : relations au territoire, ancrage territorial pour le
               partenariat ».

      Une table ronde regroupant des habitants ne connaissant pas forcement la structure, des
       usagers et bénévoles autour du questionnaire ; (cf. annexe n° 3)

      Différentes rencontres avec les habitants lors de manifestations communales, à la sortie des
       écoles et organisation par quartier (porte à porte, etc.). afin de leur soumettre le questionnaire :
       120 personnes ont été interrogées dont 10 dans le cadre de la table ronde.
10

Un travail de réflexion a également été mené avec l’équipe de professionnels et a permis de déterminer
les partenaires à associer à la démarche de diagnostic :
     MDSI ;
     PMI ;
     CCAS ;
     CAF ;
     Services municipaux ;
     Education nationale ;
     Associations locales (AQUER'S, CNL, Croix Rouge, etc.).

Ces rencontres ont permis d’une part de faire un état des lieux de l’existant, d’échanger au niveau des
problématiques rencontrées par les habitants et de cerner davantage la place du centre social au niveau
de la commune.

DEMARCHE ET OUTILS / ELABORATION ET ECRITURE DU PROJET
SOCIAL

Suite au Comité de Pilotage ayant validé le diagnostic, l’ensemble des membres du C.A et du C.P.I. ainsi
que l’équipe de salariés ont été invités à participer à l’élaboration et à l’écriture du projet. Pour cela
nous avons mis en place :

        4 Réunions de travail avec les membres du C.A. et du C.P.I.

Une première rencontre permettant de mettre en place et valider la méthode de travail, de faire une
synthèse du diagnostic afin que chacun puisse se saisir des éléments clés qui en ressortaient ;

Une seconde rencontre a permis d’analyser plus en détail le diagnostic et de faire un parallèle avec le
travail engagé autour des valeurs et principes. Le groupe de travail a ensuite défini les axes principaux
du projet social et les éléments (valeurs, principes, …) transversaux à l’ensemble des actions qui seraient
menées, puis les objectifs à atteindre par axes du projet social.

Lors de la troisième rencontre nous avons identifié les actions du projet en cours à maintenir ainsi que le
nouvel axe auquel les rattacher. Ensuite le groupe a travaillé sur les nouvelles actions à développer par
axe.

La quatrième rencontre a permis de poursuivre le travail au niveau des nouvelles actions et de définir les
objectifs de chacune d’entre elles.
11

    3 Réunions de travail avec l’équipe de professionnels

Tout comme avec les bénévoles, nous avons débuté la démarche d’élaboration de projet par l’analyse
du diagnostic. Un échange a également eu lieu au sujet des valeurs et principes que le groupe de travail
de bénévoles a pu choisir comme étant ceux devant être portés par la structure. Cette réflexion a
également concerné les définitions co-construites par les bénévoles. L’équipe a ensuite fait le point sur
les actions à maintenir et a travaillé sur la définition de nouvelles actions et de leurs objectifs.

        1 Temps de travail regroupant bénévoles et professionnels.

Un membre de l’équipe de professionnels ainsi que la Directrice ont assisté à l’ensemble des réunions
permettant ainsi des interactions entre le travail mené par les bénévoles et celui mené par l’équipe.
Présentation à l’ensemble de l’équipe (bénévoles+professionnels) de l’ensemble des éléments
constituant le projet social.
Priorisation des actions en fonction des éléments du diagnostic et en fonction des moyens humains et
financiers de la structure.

UN PROJET PARTAGE OUI MAIS PAS SANS VALEURS COMMUNES

De par la nouvelle configuration du centre social que ce soit au niveau de son statut, de ses instances de
décisions, de son organisation et de sa nouvelle équipe, le besoin de réfléchir à un socle commun s’est
fait ressentir. En effet, il était important que l’ensemble de l’équipe (bénévoles et salariés) réfléchisse à
la fois aux valeurs et principes portés par les centres sociaux ainsi qu’à leurs missions.

Un travail a donc été engagé parallèlement à la démarche de diagnostic et d’écriture du projet. Le point
de départ de ce travail repose sur une lecture commune et l’analyse de la circulaire CNAF de Juin 2012
et plus particulièrement sur l’analyse des valeurs et principes portés par les Centres Sociaux, leurs
missions générales et complémentaires.

Le groupe de travail a ensuite identifié les valeurs et principes que l’ensemble des participants
souhaitaient voir porter par l’Espace Socio Culturel.
Puis il a déterminé les valeurs et principes qu’il souhaitait voir porter par la structure :

                         La Solidarité ;
                         La Mixité sociale et intergénérationnelle ;
                         Démarche Participative ;
                         L’ouverture sur le territoire – Communication et Partenariat.
12

Afin de constituer un véritable socle commun à tous et afin que chacun se saisisse du sens de chaque
mot, nous avons co-construit une définition commune pour chacune des valeurs et chacun des principes
sus cités en y intégrant également une réflexion concernant le lien social.

                                             LE LIEN SOCIAL

       Définition de Pierre-Yves Cusset sociologue et agrégé de sciences économiques et sociales

Le lien social a de multiples définitions, plus simplement on peut dire que ce sont « l’ensemble des
relations que l’on entretient avec sa famille, ses amis, ses voisins (…) jusqu’aux mécanismes collectifs de
solidarités, en passant par les normes, les règles, les valeurs (…) qui nous dotent d’un minimum de sens
d’appartenance collective ».

                                             LA SOLIDARITE

« Sentiment d’interdépendance de personnes ayant un intérêt commun les poussant à s’accorder une
aide mutuelle ».

                             LA MIXITE SOCIALE ET INTERGENERATIONELLE

Mixité sociale : « Echanges et partages qui permettent la découverte, la connaissance et le respect de
l’autre dans sa différence en développant les liens sociaux et intergénérationnels. »

Liens Intergénérationnels : « Mise en place de passerelles et d’échanges entre toutes les générations
permettant la transmission réciproque d’expériences et de connaissances, de savoirs (savoir-être,
savoir-faire et savoir-vivre) ou encore de la mémoire. »

                                     LA DEMARCHE PARTICIPATIVE

« Processus de réflexions et d’initiatives permettant aux habitants de s’impliquer comme acteur et
d’exercer leur citoyenneté dans un engagement de co-construction d’un projet partagé. »
13

DIAGNOSTIC SOCIAL DU TERRITOIRE
Ce diagnostic repose sur les données de l'INSEE (recensement de 2009), de la CAF (décembre 2011) et
sur l'Analyse des Besoins Sociaux (A.B.S.) réalisée en 2013 dans le cadre du CCAS de la commune du
Haillan.

Cette étude propose de se pencher dans un premier temps sur l’analyse des données chiffrées du
territoire (INSEE, CAF, ABS), sur le recensement des équipements et offres de services existants sur la
commune. Puis dans un second temps sur l’analyse des attentes et besoins collectés lors de la rencontre
avec les habitants et partenaires institutionnels, associatifs…

LE HAILLAN UNE COMMUNE EN MUTATION OU IL FAIT BON VIVRE :

Située à une dizaine de kilomètres de Bordeaux, la commune du Haillan garde aujourd'hui une image de
« petite ville de campagne » tranquille et à taille humaine chère aux habitants (son territoire couvre 926
ha ce qui représente moins de 2% du territoire de la CUB) tout en revêtant de plus en plus le statut
d'une commune urbaine faisant partie à part entière de l'agglomération bordelaise et participant
activement au développement de cette dernière.

La commune du Haillan a vu depuis quelques années d'importantes mutations en matière d’habitat, de
densité de population mais aussi au niveau de l'offre de services, de l'animation, de la culture, etc. Ces
mutations sont à prendre en considération d’autant plus qu’elles questionnent un assez grand nombre
d’habitants.

Cependant la majorité des Haillanais exprime un réel sentiment de « bien vivre » et apprécie le fait de
vivre dans un environnement privilégié tout en étant à environ une 1/2 heure du centre de Bordeaux.

Les axes de communication qui traversent la commune permettent son intégration dans l'agglomération
et contribuent à son désenclavement. L’ensemble de la commune est bien desservie par les transports
en commun ce qui permet au plus grand nombre d’être relativement mobile.

De plus, le désenclavement de la commune s'inscrit également dans les perspectives de développement
de la CUB notamment en matière d'augmentation de population. Ceci amène à envisager une croissance
déjà significative de la population dans la plupart des secteurs de la commune et à un passage imminent
du Haillan dans la catégorie des villes de plus de 10 000 habitants.
14

SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE :

Les chiffres du recensement effectué par l’INSEE en 2009 ne nous ont pas permis d’avoir une vision très
précise de la situation démographique de la commune. Nous nous sommes donc appuyés sur les
données et les analyses de l'A.B.S. effectuée dans le cadre du CCAS en Mars 2013.

Une démographie en constante évolution :

La commune du Haillan connait aujourd'hui un véritable essor en matière d'habitat, une hausse assez
significative de sa population ainsi qu’une certaine évolution de cette dernière.

Selon le dernier recensement Le Haillan compte 8442 habitants (source INSEE 2009) ce qui tendrait à
dire que la croissance du nombre d'habitants se stabiliserait. Cependant au regard de l'évolution des
constructions sur les 3 dernières années il semble évident que le nombre d'habitants ait augmenté. En
effet, 848 nouveaux logements ont été enregistrés depuis 2010 et considérant la taille moyenne des
ménages à 2,3 personnes, il est possible d'estimer la population actuelle à 10 450 habitants.
Il est important de souligner que de 1990 à 2009, la population du Haillan est passée de 6977 habitants
à 8442 soit une hausse de 21%.

De plus, la commune envisage d'atteindre 15 000 habitants en 2030 ce qui laisse attendre des
modifications importantes tant physiques, que sociales qu'il faudra anticiper.

                                    EVOLUTION DE LA POPULATION
           9000                                                       8134              8442
           8000
                                                   6974
           7000
           6000
                                 5584
           5000
           4000
           3000
           2000
           1000
              0
              Année              1982               1990              1999               2009

Bien que datant de 2012, les données de recensement accessibles aujourd’hui sont celles du millésime
2009, correspondant au recensement exhaustif de 2007, dont les données ont été extrapolées à l’aide du
fichier de la taxe d’habitation. Au 01/01/13, les données publiées sous le millésimées 2010 résulteront de
l’actualisation des données 2009 en regard du recensement de 2012
15

Pyramide des âges

Il est également difficile d'avoir une vision fiable concernant la répartition des habitants par tranches
d'âges.
Le dernier recensement mettait en avant un vieillissement relatif de la population. Cependant cette
tendance pourrait être minorée avec l'installation récente de nouveaux ménages avec enfants.

                     REPARTITION DE LA POPULATION PAR TRANCHES D’AGE
2500

                                        2119
2000
                             1691
                      1544
             1470
1500

                                                 1122
                                                                              0-14 ans
1000                                                                          15-29ans
                                                                              30-44 ans
                                                        446                   45-59 ans
 500
                                                                              60-74 ans
                                                                              75-89 ans
                                                                 50
   0                                                                          90 ans et +
Source : Insee, RP 2009

Le poids des 30-59 ans est relativement important sur la commune, en effet ils représentent 45% de la
population Haillanaise. Cette surreprésentation est compensée par une population moins importante
chez les moins de 30 ans et chez les 60 ans et plus.

                                    Le Haillan          Canton de St Médard              CUB

       - de 30 ans           3016          36,00%             35,00%                 42,00%

        30-59 ans            3811          45,00%             44,00%                 41,00%

       60 ans et +           1617          21,00%             21,00%                 17,00%

   Part des - de 20 ans      2070          25,00%             26,00%                 23,00%

   Part des 75 ans et +      495            6,00%             6,00%                  8,00%
Source : Insee, RP 2009

L’indice de jeunesse qui était de 227 en 1999 s’élève en 2009 à 358 ceci est le signe d’une commune
jeune.
16

Cependant il est à noter que la pyramide des âges induit un fort vieillissement de la population
communale dans les années à venir.

Une population qui tend à se féminiser

La répartition hommes/femmes est relativement équilibrée sur la commune. En effet les hommes
représentent 46% de la population contre 53% pour les femmes. Cependant l’écart se creuse car en
1999 les hommes représentaient 49% de la population contre 51% pour les femmes.

  Répartition par tranches
                                                 Femmes                                 Hommes
            d'âge

           0 à 14 ans                      728              16,30%                742           18,70%

          15 à 29 ans                      833              18,60%                712           18,00%

          30 à 44 ans                      907              20,20%                784           19,80%

          45 à 59 ans                  1102                 24,60%             1017             25,70%

          60 à 74 ans                      589              13,10%                533           13,50%

          75 à 89 ans                      283               6,30%                163           4,10%

         90 ans et plus                    40                0,90%                10            0,30%
Source : Insee, RP 2009

         1200
                                                             1102
                                                                1017
         1000
                                                907
                               833
                                                      784
          800     728742             712
                                                                            589
          600                                                                     533

          400
                                                                                        283

          200                                                                                 163
                                                                                                    40 10
             0
                                                                                                                 Femmes
                              15 à 29 ans                   45 à 59 ans               75 à 89 ans
                 0 à 14 ans                 30 à 44 ans                   60 à 74 ans           90 ans et plus   Hommes
17

Un solde naturel positif

En 2010, le solde naturel était nettement positif avec 101 naissances pour 50 décès. Soit 12 naissances
pour 1000 habitants (2009).

Types de ménages et structures familiales :

Selon le dernier recensement la taille moyenne des ménages est de 2,37 personnes par ménage ce qui
représente une légère diminution (2,66 en 1999).

La part des ménages isolés est en augmentation comme celle des couples sans enfants. Parmi les
ménages isolés 2/3 ont plus de 40 ans et 1/3 plus de 65 ans. La population « senior » est
particulièrement touchée par l'isolement. En effet, on compte en 2009 près de 300 personnes âgées
vivant seules.

On constate une augmentation du nombre des familles monoparentales. On comptait en 2012, 252
familles allocataires CAF en situation de monoparentalité avec enfant(s) mineur(s) ce qui représente
environ 30% des familles allocataires CAF.

                                                                              Canton de
                                                  Le Haillan                                    CUB
                                                                             Saint Médard)
                                           2009                  1999            2009           2009

Ménages d’une personne               897     26,00%        592     19,00%            21,00%     42,00%

Dont moins de 40 ans                 204     22,00%        152     26,00%            18,00%     43,00%

Dont 40-64 ans                       394     44,00%        244     471,00%           41,00%     30,00%

Dont 65 ans et +                     299     34,00%        196     33,00%            41,00%     17,00%

Ménages avec famille                2544     73,00%     2400       78,00%            77,00%     54,00%

Dont couples sans enfant            1004     29,00%        800     26,00%           323,00%     23,00%

Dont couples avec enfant(s)         1157     33,00%     1348       44,00%            37,00%     22,00%

Dont familles monoparentales         383     10,90%        252      8,30%               8,60%    9,00%

Autres ménages sans
                                     66       1,90%        52       1,70%               1,60%    3,80%
familles
Source : Insee, RP 2009
18

Niveau d'études et de qualification relativement élevé :

Une augmentation du nombre de Haillanais de 15 ans ou plus titulaires du Baccalauréat et d'un diplôme
de l'enseignement supérieur est à noter. Ceci alors que le nombre de personnes de 15 ans ou plus non
bacheliers a diminué.

On observe toutefois une augmentation de la part des non bacheliers diplômés entre 1999 et 2009.

DONNEES SOCIO-ECONOMIQUES :

Taux d’activité et taux de chômage

En 2009 le taux d'actifs était de 72,5% et le taux d'emploi de 67,1%, ces deux taux sont en hausse en
comparaison du recensement de 1999.

                                          1999             2009

Total Population active                   5644             5860

Taux d'activité                           71,90%          72,50%

Taux d'actifs ayant un emploi             64,80%          67,10%
Source : Insee, RP 2009

Les femmes âgées de 25 à 54 ans représentent une part moins importante des actifs avec ou sans
emploi.

Parmi les 27,5% d'inactifs, figurent une part presque égale d'élèves et étudiants (10,8%) et de retraités
(9,6%).

Le taux de demandeurs d'emploi en 2009 s'élevait à 7,5% ce qui est l'un des taux les plus faibles de la
CUB.
                                                   1999            2009

Nombre de chômeurs                                  390             319

Taux de chômage en %                               9,60%           7,50%

Taux de chômage des hommes en %                    7,70%           6,10%

Taux de chômage des femmes en %                    11,60%          8,80%

Part des femmes parmi les chômeurs en %            58,20%          60,00%
19

La population des moins de 25 ans est la plus concernée et le taux de chômage chez les femmes est
plus élevé que celui des hommes.

Au 31/12/2011, 367 demandeurs d'emploi étaient recensés. Il est à noter une augmentation de
demandeur d'emploi dans la population féminine.
Répartition des demandeurs d'emplois en 2011 :
    15-24 ans : 74
    25-49 ans : 234
    50 ans et plus : 59

Revenus fiscaux inégaux

                                                                        Canton de
                                                      Le Haillan                               CUB
                                                                       Saint Médard

Revenu net déclaré moyen par foyer
                                                         27686                    29799              23789
fiscal(€)

Foyers fiscaux imposables (%)                            65,70%                  68,90%            57,50%

Revenu fiscal médian par UC (€)                          22754                    23291              19709

Source : Insee, RP 2009

On note sur la commune du Haillan une inégalité des revenus assez importante entre les foyers. En
effet, le rapport inter décile, mesurant l’écart entre les revenus les plus faibles et les revenus les plus
élevés était évalué à 4.13 en 2009.

Le taux de foyers fiscaux imposables était de 65,7% en 2009 et le revenu moyen déclaré était de 27 686
euros.

Pour plus de 70%, les revenus déclarés étaient d'origine salariale.

En 2009, 10% des ménages fiscaux ont déclaré des revenus inférieurs à 9855€ soit 821€ par mois.
20

Eléments indicateurs de besoins / indications sur les familles allocataires de la
CAF (données CAF décembre 2011)

Le nombre d’allocataires CAF sur la commune du Haillan s’élève à 1383 (données CAF de décembre
2011) ce qui représente un taux de couverture des ménages de 47%. Ce dernier est en augmentation
(38% en 2009) et est identique à celui du département de la Gironde et légèrement inférieur à celui de
la CUB (50%).

Les familles monoparentales représentent 28,7% des allocataires du Haillan alors qu’elles ne
représentaient que 17,70% en 2009. De plus le taux de familles monoparentales est supérieur à celui de
la Gironde qui est de 28% contre 31,7% pour la CUB.

                                                Le Haillan          CUB             Dép. Gironde
Nombre d'allocataires                              1383            163884               274711

Population couverte par la CAF                     3989            355920               677430

Couverture de la population par la CAF (%)       47,00%            50,00%               47,00%

Proportion d'étudiants parmi les allocataires     0,60%            19,60%                12,00%

Couples sans enfant                               5,30%             6,10%                5,40%

Couples avec enfants                              50,30%           29,70%                38,80%

Personnes isolées                                 24,20%           50,50%                40,80%

Familles monoparentales                           20,20%           13,80%                15,10%
Part des familles monoparentales parmi les
                                                  28,70%           31,70%                28,00%
familles
Source : données CAF 2011

La commune compte 218 familles allocataires à bas revenus qui se composent essentiellement de
personnes isolées (41%) et de familles monoparentales (31%).

122 familles monoparentales allocataires de la CAF sont en dessous du seuil des « bas revenus », dont
65 sont des actifs occupés (données ABS).
21

Les ménages à « bas revenus » se situent également pour la plupart dans la tranche d'âge des 25-54 ans.
Fin 2011 :
     295 allocataires étaient bénéficiaires des minima sociaux RSA et/ou Allocation Adultes
       Handicapés ;
     162 ménages étaient bénéficiaires du RSA – 45% étant des familles isolées et 35% des familles
       monoparentales (données ABS) ;
     Depuis 2008 on note une augmentation du nombre de ces allocataires : +30% de bénéficiaires
       des minima sociaux et + 50% de bénéficiaires de l'Allocation Adulte Handicapé.

                                                                                                     Dép.
                                                                              Le Haillan   CUB
                                                                                                    Gironde
Nombre de familles à bas revenus                                                 218       21234     41156

Proportion de familles allocataires à bas revenus                               22,00%     30,00%    28,00%

% des familles allocataires sont les prestations de la CAF pèsent pour plus
                                                                                10,30%     16,70%    14,60%
de 50% dans les ressources du foyer

Allocataires bénéficiaires du RSA                                                162       24853     41992

Familles allocataires bénéficiaires du RSA                                       0,88      107,49    199,13

% des familles allocataires bénéficiaires du RSA                                9,00%      15,10%    13,50%
Source : données CAF 2011

A ce jour il y a au Haillan 388 allocataires CAF dont les revenus se situent au-dessous du « seuil des bas
revenus » c'est dire au-dessous de 982€ par mois.

Rappelons que les allocataires à bas revenus sont ceux dont le niveau de vie est inférieur au seuil de
pauvreté, fixé comme la moitié du niveau de vie médian des français. Le niveau de vie d’un ménage
estimé par le « RUC » (Revenu par Unité de Consommation) tient compte du revenu des ménages mais
aussi de la taille et de la composition de ce dernier. En France, un individu peut être considéré comme
pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 803 ou 964 euros (données 2010) selon la
définition de la pauvreté utilisée (seuil à 50 % ou à 60 % du niveau de vie médian). Le revenu pris en
compte est le revenu dit « disponible » : après impôts et prestations sociales.

Il existe donc au Haillan une partie de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté. Cette
population défavorisée est fragilisée par des conditions de vie difficiles. Cette condition sociale
défavorisée se remarque d’autant plus dans une commune globalement aisée.
22

L’HABITAT

La commune du Haillan s'organise autour de pôles d'équipements, 3 à 4 entités se dessinent du nord au
sud :
     Ste Christine/Sablière : Secteur essentiellement résidentiel ;
     Le centre-ville : Composé d'habitat ancien ;
     Meycat : Secteur relativement récent composé de pavillons et de logements sociaux ;
     Edmond Rostand : quartier identifié à la « cité » d'habitat social du même nom qui est marqué
      par une image de précarité.

Le développement d'un habitat diversifié sur la commune tend à induire un renouvellement de la
population sur ces différents secteurs. La construction éparse de ces logements contribue fortement au
« bien-vivre » cependant cela ne permet pas de leur associer aujourd’hui des caractéristiques
sociologiques spécifiques.

                                 NOMBRE DE LOGEMENTS PAR CATEGORIE
                  4000
                                 3507
                  3500

                  3000

                  2500

                  2000

                  1500

                  1000

                   500
                                                       17                 76
                     0
                            Rés. Principales   Res. Secondaires    Logements vacants
       Source : Insee, RP 2009

       Source : Insee, RP 2009
23

En 2009, le nombre total de logements s’élevait à 3600 dont 3507 résidences principales, 76 logements
vacants et 17 résidences secondaires ou logements occasionnels.

Le parc immobilier est assez récent et est composé d’une majorité de résidences principales spacieuses
ce qui contribue à l’impression d’une commune où « il fait bon vivre ».

On trouve une forte proportion d’habitat individuel (75,1 % des logements en 2009) sur la commune et
par conséquent un habitat collectif beaucoup moins important que sur le reste de la CUB même si le
taux de logements sociaux s’élève à environ 23%.

En Juin 2012, 993 logements sociaux conventionnés étaient recensés et gérés par 7 bailleurs sociaux.

Un tiers du parc est constitué par la cité Edmond Rostand qui représente 342 logements (43% de
l’occupation HLM). Les autres logements sociaux livrés, pour la plupart, au cours des 10 dernières
années sont répartis sur le territoire de la commune. Cependant une mixité relative semble se dessiner
sur l’ensemble du territoire et les difficultés sociales apparaissent de façon assez diffuse.

610 allocataires CAF bénéficiaient en décembre 2011 d’une aide au logement.

On remarque un taux élevé de Haillanais propriétaires de leur logement mais également un taux de
ménages occupant des logements HLM relativement important en 2009 : ce taux est à considérer à la
hausse de par le nombre de logements sociaux construits ces dernières années. De plus, la CAF, dans
une étude de 2011, a pu observer une part importante de familles allocataires avec un taux d’effort
supérieur à 30%, révélatrice d’une tension sur le marché locatif et une pression du poste logement sur
les budgets des ménages.

Il est à noter que les personnes seules et les ménages monoparentaux sont en surreprésentation dans le
parc social.

                                       Le Haillan             Mésolia             Domofrance
Personnes seules                          26,00%                38,00%                39,00%

Familles monoparentales                   11,00%               20 à 27%               21,00%

Couples sans enfants                      29,00%                9,00%                  11,00%

Couples avec enfants(s)                   33,00%                34,00%                 33,00%

Autres                                    20,00%                                       6,00%
Source : données ABS 2013
24

L’installation de nouveaux ménages dans le parc social pose la question de leur inscription dans la vie
locale et la prise en compte de difficultés nouvelles :
     Difficultés économiques, liées à la précarité, révélées notamment par l’augmentation d’impayés ;
     Difficultés à « vivre ensemble » révélées par une cohabitation parfois tendue, des phénomènes
         de repli et une relative pauvreté des relations sociales de proximité constatée par les
         gestionnaires du parc locatif social.

Equipements /établissements scolaires/ tissu associatif :

La commune du Haillan est globalement bien dotée en équipements. L'offre culturelle est variée et
importante ainsi que les temps festifs. Le Haillan compte près de 70 associations coordonnées par le
service de la « Vie Locale ». La richesse de l’offre d’équipements et de service à la population, qui sont
assez largement dimensionnés, peut constituer un facteur d’incitation à l’installation de nouveaux
ménages.

Structures d’accueil Petite Enfance : une crèche familiale, une crèche associative « Les fils d’Ariane »,
une crèche collective « Les copains d’abord », une halte-garderie « La Ribambelle », un Relais
Assistantes Maternelles.
Les services liés à l'accueil des enfants sont en nombre suffisant et garantissent une réponse adéquate à
la demande des familles. Cependant l’augmentation de la population tend à penser que ces
équipements, qui connaissent un taux de remplissage quasi complet, ne suffiront plus dans un avenir
proche.

Structures d’accueil Enfance/Jeunesse : un ALSH 3-6 ans, deux ALSH 6-12 ans, deux ALSH 12-17ans, des
accueils périscolaire et un CLAS.

Ecoles et collège :
La commune du Haillan compte 2 écoles élémentaires et 3 écoles primaires ainsi qu'un collège ;

Un nombre conséquent de structures sportives :
Le complexe sportif « Bel Air » : Gymnase, terrains de basket, hand, volley, tennis couverts…
Le stade municipal «Abel Laporte » qui comprend 3 terrains de football, 7 courts de tennis extérieurs,
des tennis couverts, 1 salle polyvalente…
La sablière : pelote basque, lutte, gymnastique, 1 dojo, 1 terrain de boules….
Le gymnase Georges RICART

Equipements culturels : une salle de spectacle : « l’Entrepôt », un bibliothèque/médiathèque
municipale, une ludothèque, une « maison de la musique », une salle de danse, etc.
25

EVALUATION DU PROJET SOCIAL 2009/2013

BILAN AXE 1 / REFLECHIR ENSEMBLE

                                Titre :
Fiche Bilan N° 1
                                               BILAN AXE 1 : REFLECHIR ENSEMBLE

Objectifs de cet axe de travail :
       Développer et améliorer les moyens de communication de la structure ;
       Accompagner la démarche de bénévolat ;
       Accompagner la fonction administrateur de centre social ;
       Réfléchir ensemble et approfondir les valeurs de la structure.

Actions correspondantes :
« Arbres à palabres », Communication de la structure, Travail sur la mémoire, les évolutions du quartier, Actions
préventions et journées solidarités nationales.

Analyse :
Cet axe du projet n'a été réalisé que de manière succincte. En effet, la structure reste aujourd’hui très mal
identifiée au niveau des habitants du Haillan ainsi qu’au niveau des associations locales. L’Espace Socio Culturel
reste pour la plupart des Haillanais une structure de quartier. Les rencontres avec les partenaires et les habitants
ont démontré qu'il y avait un réel déficit en matière de communication. De plus, le fait que la structure porte le
même nom que l’espace dans lequel elle se situe n’est pas pertinent et ne permet pas un repérage aisé pour les
habitants.

Le réseau partenarial qu’il soit au niveau local, des institutions de proximité ou de la Fédération des Centres
Sociaux est quasi inexistant. L’intervention du centre social au niveau de l’animation globale n’a pas permis un
réel portage de projet par la structure elle-même et n’a pas permis la co-construction ni le co-portage de projet
avec des partenaires locaux. La Commune étant dotée d’un service « culture et vie associative » très actif, il est
important que le centre social trouve sa place.

De par les dysfonctionnements internes, peu de bénévoles ont été mobilisés sur les commissions de travail.
Cependant une réflexion a été menée concernant la co-animation et le rôle et la place de chacun. Ce travail a
permis l’écriture d’une charte de la co-animation qui n’a pas été exploitée par la suite.
26

Points forts:
Le changement de statut de la structure et le travail concernant la demande de renouvellement d’agrément a
permis de remobiliser les bénévoles présents depuis plusieurs années, d’intégrer de nouvelles personnes et de
remettre en action l’ensemble de la démarche participative.

Les membres des deux instances de décisions (C.A et C.P.I) sont moteurs et acteurs et aujourd’hui 8 commissions
de travail sont constituées et travaillent sur différents champs (famille, animation et festivité, accueil, jeunesse,
parentalité, communication, jardins familiaux, co-animation).

La Commission communication œuvre déjà afin de doter la structure d’outils de communication lisibles. Une
réflexion est engagée afin de trouver un nom au centre social. De plus, le passage en E.P.A. permet de travailler
en étroite collaboration avec les services de la Mairie et notamment avec le service communication.

Points faible:
Peu d’actions de cet axe du projet ont été menées à bien.

Le travail en réseau n’est pas développer au niveau de la structure.

Manque de lisibilité au niveau de la population des actions et projets menés par le centre social.

Perspectives:
Faire vivre l’ensemble des instances participatives et permettre à chacun de trouver sa place.

Mise en place de temps de formation en direction des bénévoles et de l’équipe de professionnels notamment
concernant la place et le rôle de chacun, la notion d’accueil en centre social, l’évaluation, …

Développer le partenariat et créer un véritable réseau.

Impulser au niveau de l’équipe de professionnels une véritable approche partenariale permettant de travailler en
réseau et permettant une meilleure identification de la structure.

Mettre en place une véritable stratégie de communication et se doter de compétences internes et d’outils lisibles.
27

BILAN AXE 2 : DECOUVRIR

                                Titre :
 Fiche Bilan N°2                                        BILAN AXE 2 : DECOUVRIR

 Objectifs de cet axe de travail :
        Impulser et favoriser l'envie de découvrir ;
        Accompagner et fédérer les demandes de découvertes.

 Actions correspondantes :
 Découvertes culinaires, Jardins familiaux, Ateliers jeunesse, Ateliers adultes, Accès aux loisirs familiaux,
 Festivités, Lieu d'exposition

 Analyse :
 Les actions de cet axe ont pratiquement toutes été menées à bien.

 Les ateliers collectifs tels que l'atelier cuisine, l'atelier couture fonctionnent. Cependant il est aujourd’hui
 nécessaire d’ouvrir ces espaces à de nouvelles personnes. La participation des bénévoles et usagers ainsi que le
 travail réalisé ont été valorisés grâce à l’édition de deux ouvrages (« Nos voyages en cuisine », « Petite Alchimie
 du quotidien ») qui ont été diffusés au sein de la structure mais également à la bibliothèque municipale. Ces
 ateliers ont également permis de drainer des habitants ne résidant pas sur le quartier E. Rostand.

 Les jardins d’Arnaga, jardins familiaux, sont aujourd’hui bien identifiés et connaissent un véritablement
 engouement au niveau des habitants de la Résidence Edmond Rostand auxquels ils sont réservés. Cependant il
 est aujourd’hui difficile de par le « turn over » de la population sur la Résidence de créer un véritable esprit
 solidaire et un réel partage à la fois des savoir-faire et de « moments conviviaux ». Une réflexion doit être
 menée afin de remobiliser les jardiniers autour d’un projet commun.

 L'ALSH bien qu'ayant connu une baisse des fréquentations en 2012 liée au contexte de la structure, fonctionne
 et répond à un réel besoin des familles. Cependant il est important aujourd'hui de réfléchir à la répartition des
 tranches d'âges et à l’écriture d’un nouveau projet pédagogique et éducatif. De plus, la structure de par son
 fonctionnement ne permet pas de capter les jeunes de plus de 15 ans.

 Des sorties familles ont été réalisées régulièrement et les adhérents souhaitent maintenir la co-construction de
 ces actions.

 Un PIV a été animé, cependant une réflexion doit-être engagée concernant le départ et l'accompagnement au
 départ en vacance des familles.
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler