SYSTÈME D'ALERTE CANICULE ET SANTÉ BILAN DE L'ÉTÉ 2017 - INVS

 
DIAPOSITIVES SUIVANTES
Nouvelle-Aquitaine
Bulletin de santé publique. JUIN 2018

Système d’alerte canicule et santé
      Bilan de l’été 2017
S O MMA I R E

Points clés p.1 Contexte et méthode p.2 Résultats p,3, Focus par départements p,5 Actions menées pour la prévention p,6,
Conclusion p,6 Remerciements p,7

 POINTS CLÉS
 | En résumé en Nouvelle-Aquitaine |

 -     Un été plus chaud que la normale marqué dès le mois de juin avec une vague de chaleur étendue et
       précoce entrainant de nouvelles situations d’exposition en milieu scolaire.
 -     Un dépassement des seuils des indicateurs biométéorologiques de Météo-France a été observé sur les
       départements de Charente, Corrèze, Lot-et-Garonne, Deux-Sèvres et de la Vienne lors de la vague de
       chaleur intense de juin.
 -     Un passage en vigilance orange canicule a concerné tous les départements de la région lors de la vague de
       chaleur intense de juin (17 au 23 juin).
 -     Un impact observé sur la morbidité à travers le recours aux soins d’urgence (SOS Médecins et Oscour®) et
       la notification de deux épisodes de malaises en milieu scolaire lors de cette vague de chaleur intense (17 au
       23 juin).
 -     Un excès de mortalité en Nouvelle-Aquitaine avec 6,6 % de décès en excès (114) pendant la période de
       forte chaleur de juin contre 5,0 % en France Métropolitaine soit 766 décès (excès par rapport aux 5 années
       précédentes)

 L’épisode de chaleur de juin s’est distingué par son étendue, et surtout par son intensité et sa précocité
 qui en ont fait un épisode dangereux. La population était encore peu acclimatée à cette période d’où la
 nécessité d’informer l’ensemble des personnes à risque : enfants, professionnels, sportifs et personnes
 âgées.
Santé publique France - Bulletin de santé publique - Juin 2018 – Nouvelle-Aquitaine / p.2

CONTEXTE ET METHODE
D e p u i s 2 0 0 4 , l e P l a n n a t i o n a l c a n i c u l e ( P N C ) v i s e à a n t i c i p e r l ’ a r r i vé e d ’ u n e c a n i c u l e , p r é ve n i r e t
l i m i t e r s e s c o n s é q u e n c e s s a n i t a i r e s e n a d a p t a n t l e s m e s u r e s d e p r é ve n t i o n e t d e g e s t i o n . L e P N C ,
a c t i vé c h a q u e a n n é e d u 1 e r j u i n a u 3 1 a o û t , c o m p o r t e 4 n i ve a u x :
N i ve a u 1 - ve i l l e s a i s o n n i è r e : a c t i vé a u t o m a t i q u e m e n t d u 0 1 / 0 6 a u 3 1 / 0 8 a ve c l a c a r t e d e
vi g i l a n c e m é t é o r o l o g i q u e d e c o u l e u r ve r t e ;
N i ve a u 2 - a ve r t i s s e m e n t c h a l e u r : p a s s a g e d e l a c a r t e d e vi g i l a n c e e n j a u n e c a n i c u l e ;
N i ve a u 3 - a l e r t e c a n i c u l e : p a s s a g e d e l a c a r t e d e vi g i l a n c e e n o r a n g e c a n i c u l e ;
N i ve a u 4 - m o b i l i s a t i o n m a x i m a l e : p a s s a g e d e l a c a r t e d e vi g i l a n c e e n r o u g e c a n i c u l e , n i v e a u
d é c l e n c h é p a r l e 1 e r Mi n i s t r e .
L a p r o c é d u r e d e vi g i l a n c e i n t è g r e l ’ e xp e r t i s e d u S ys t è m e d ’ a l e r t e c a n i c u l e e t s a n t é ( S a c s )
c o o r d o n n é p a r S a n t é P u b l i q u e F r a n c e e n c o l l a b o r a t i o n a ve c Mé t é o F r a n c e . E l l e p e r m e t d ’ i d e n t i f i e r
d e s i n d i c a t e u r s b i o m é t é o r o l o g i q u e s ( I B M) - m o ye n n e s g l i s s a n t e s s u r 3 j o u r s d e s t e m p é r a t u r e s
m i n i m a l e s e t m a xi m a l e s - c o m m e é t a n t p e r t i n e n t s p o u r i d e n t i f i e r l e s é p i s o d e s d e c a n i c u l e . P o u r u n
d é p a r t e m e n t d o n n é , u n e c a n i c u l e c o r r e s p o n d a u x s é r i e s c o n t i n u e s d e j o u r s o ù l e s I B M m a xi m u m e t
m i n i m u m o n t s i m u l t a n ém e n t u n e p r o b a b i l i t é é l e vé e d ’ a t t e i n d r e o u d e d é p a s s e r l e s s e u i l s d ’ a le r t e .
E n r é g i o n , S a n t é P u b l i q u e F r a n c e vi a s a c e l l u l e d ’ i n t e r ve n t i o n ( C i r e ) a p o u r m i s s i o n d e s u i vr e e t
d ’ a n a l ys e r l e s i n d i c a t e u r s s a n i t a i r e s i s s u s d u d i s p o s i t i f S u r S a U D ® ( S u r ve i l l a n c e s a n i t a i r e d e s
urgences et des décès) et d’apporter à l’ARS, en cas d’alerte, les éléments d’aide à la décision.

E n t r e l e 0 1 / 0 6 e t 3 1 / 0 8 / 1 7 , l a s u r ve i l l a n c e s ’ e s t b a s é e s u r 4 t yp e s i n d i c a t e u r s :
D o n n é e s d e t e m p é r a t u r e : l a s u r ve i l l a n c e m é t é o r o l o g i q u e s ’ e s t a p p u y é e s u r l e s u i vi d e s I B M
f o u r n i s p a r Mé t é o F r a n c e . L a vi g i l a n c e m é t é o p a r d é p a r t e m e n t e s t m a t é r i a l i s é e p a r u n e c a r t e
a c t u a l i s é e d e u x f o i s p a r j o u r , a ve c l e s 4 n i ve a u x d e c o u l e u r d ’ i n t e n s i t é d u r i s q u e c a n i c u l e a u q u e l
l a p o p u l a t i o n d e vr a i t ê t r e e xp o s é e d a n s l e s p r o c h a i n e s 2 4 h .
D o n n é e s d e m o r t a l i t é : l e s u i vi d e l a m o r t a l i t é s ’ e s t a p p u yé s u r l e s d é c l a r a t i o n s d e d é c è s de s
2 5 4 c o m m u n e s s e n t i n e ll e s d e l a r é g i o n à l ’ I n s t i t u t n a t i o n a l d e l a s t a t i s t i q u e e t d e s é t u d e s
économiques (70 à 80 % des décès de la région). La mortalité observée a été comparée à celle
des années précédentes.
Données des structures d’urgence : le suivi s’est basé sur les résumés de passages aux
urgences (RPU) de 68 structures d’urgence du réseau Oscour® (près de 98 % des passages). Les
p r i n c i p a u x i n d i c a t e u r s é t a i e n t l e n o m b r e d e p a s s a g e s t o t a u x, c h e z l e s 7 5 a n s e t p l u s , e t p o u r l e s
pathologies            liées       à    la    chaleur       ( d é s h yd r a t a t i o n s ,   h yp o n a t r é m i e s   et   h yp e r t h e r m i e s / c o u p s   de
c h a l e u r ) . L ’ a n a l ys e a é t é r é a l i s é e à é t a b l i s s e m e n t s n o n c o n s t a n t s .
D o n n é e s d e s a s s o c i a t i o n s S O S M é d e c i n s : l a s u r ve i l l a n c e d e s d o n n é e s p r é - h o s p i t a l i è r e s s ’ e s t
b a s é e s u r l e s d o n n é e s d e s c i n q a s s o c i a t i o n s S O S Mé d e c i n s ( B o r d e a u x, P a u , C ô t e B a s q u e ,
L i m o g e s e t L a R o c h e l l e ) . E l l e a r e p o s é s u r l e s u i vi d u n o m b r e d e c o n s u l t a t i o n s r é a l i s é e s e t
s p é c i f i q u e m e n t s u r l e s u i vi d u n o m b r e d ’ a c t e s d i a g n o s t i q u é s e n l i e n a ve c l a c h a l e u r ( c o u p s d e
c h a l e u r e t d é s h yd r a t a t i o n s ) .
Santé publique France - Bulletin de santé publique - Juin 2018 – Nouvelle-Aquitaine / p.3

     RESULTATS

     En France métropolitaine
     L’été 2017 a été plus chaud que la normale et marqué par la succession de deux pics et quatre
     va g u e s d e c h a l e u r , d o n t d e u x r e m a r q u a b l e s :
     -   u n e va g u e d e c h a l e u r t r è s é t e n d u e e t p r é c o c e d u 1 7 a u 2 4 j u i n 2 0 1 7 . 9 0 d é p a r t e m e n t s o n t é t é
     p l a c é s e n vi g i l a n c e c a n i c u l e j a u n e o u o r a n g e e t 9 6 % d e l a p o p u l a t i o n m é t r o p o l i t a i n e a é t é
     c o n c e r n é e . C e t t e c a n i c u l e a p r é s e n t é d e s s i t u a t i o n s d ’ e xp o s i t i o n s n o u ve l l e s e n m i l i e u s c o l a i r e .
     -   u n e va g u e d e c h a l e u r t r è s i n t e n s e , l o c a l i s é e d a n s l e S u d , d u 3 1 j u i l l e t a u 7 a o û t 2 0 1 7 . 2 3 % d e l a
         population métropolitaine a été concernée par cette canicule, qui était marquée par des
         t e m p é r a t u r e s n o c t u r n e s t r è s é l e vé e s .
     A u n i ve a u n a t i o n a l , u n i m p a c t s a n i t a i r e a é t é o b s e r vé s u r l a m o r b i d i t é à t r a ve r s l e r e c o u r s a u x
     s o i n s d ’ u r g e n c e , e t l e b i l a n a c o n f i r m é l ’ e xi s t e n c e d ’ u n e s u r m o r t a l i t é p e n d a n t l e s f o r t e s c h a l e u r s e n
     F r a n c e , p l u s m a r q u é e p e n d a n t l e s d e u x va g u e s d e c h a l e u r j u g é e s a p r i o r i l e s p l u s d a n g e r e u s e s . L e
     bilan national est disponible sur le site de Santé publique France.

     En Nouvelle-Aquitaine
     • Données de températ ure
     L e s I B M m i n i m u m e t m a xi m u m o b s e r vé s o n t a t t e i n t o u d é p a s s é s i m u l t a n é m e n t l e s s e u i l s d ’ a l e r t e e n
     C h a r e n t e , C o r r è ze , L o t - e t - G a r o n n e , D e u x - S è vr e s e t d a n s l a V i e n n e                l o r s d e l a 1 è r e va g u e d e
     c h a l e u r i n t e n s e d u 1 7 a u 2 4 j u i n 2 0 1 7 . T o u t e f o i s , a u vu d e s p r é vi s i o n s l o r s d e c e t t e va g u e d e
     c h a l e u r , l e p a s s a g e e n vi g i l a n c e o r a n g e c a n i c u l e a c o n c e r n é , t o u s l e s d é p a r t e m e n t s d e l a r é g i o n .
     A u s s i , s a n s d é p a s s e m e n t s d e s s e u i l s I B M m a i s a u vu d e s p r é vi s i o n s , u n p a s s a g e e n vi g i l a n c e j a u n e
     c a n i c u l e a c o n c e r n é l a m a j o r i t é d e s d é p a r t e m e n t s l o r s d u p i c d e c h a l eu r l o c a l i s é d u 1 8 / 0 7 / 2 0 1 7 e t
     l o r s d e l a va g u e d e c h a l e u r m o d é r é e d e f i n a o u t .
     • Données de mort alit é
     Entre le 01/06 et le 31/08/17, la mortalité tous âges et chez les 75 ans et plus est restée stable,
     sous le seuil d’alerte (Figure 1 – Encadré rouge).

     F i g u r e 1 : E vo l u t i o n d u n o m b r e h e b d o m a d a i r e d e d é c è s t o u t e s c a u s e s , t o u s â g e s , e n r e g i s t r é d a n s
     l e s 2 5 4 c o m m u n e s s e n t i n e l l e s d e N o u ve l l e - A q u i t a i n e , p é r i o d e 2 0 1 4 - 2 0 1 7

                                                                                                                                                 Période du Sacs
                                                                                                                                                 SACS 2016 (S22
                                                                                                                                                      à S35)

Source : Insee / Santé publique France
Santé publique France - Bulletin de santé publique – Juin 2018 – Nouvelle-Aquitaine / p.4

Toutefois, si l’on estime le nombre de décès en excès par rapport aux années précédentes (cf. Bilan national), lors de la vague de
chaleur de juin 2017, un excès de mortalité modéré a été observé en Nouvelle-Aquitaine, comme en France Métropolitaine avec une
surmortalité estimée à 6,6 % soit 114 décès en excès (+ 5 % en France, soit 766 décès). Cet excès diffère d’un département à l’autre
allant d’aucun excès en Corrèze, Pyrénées Atlantiques, Deux-Sèvres et Haute-Vienne à près de 20,5 % de décès en excès en Vienne
(n=24) et 33,3 % en Dordogne (n=37).

• Données des struct ures d’urgence et des associations SO S M édecins
Les données SurSaUD® sur les pathologies liées à la chaleur ne donnent qu’une vision partielle de l’impact sanitaire consécutif à cette
vague de chaleur. En effet, ces indicateurs spécifiques ne couvrent pas l’ensemble des effets sanitaires potentiellement en lien avec la
chaleur et qui se traduisent au travers d’un grand nombre de diagnostics différents.

Au niveau des structures d’urgence, 2450 passages pour pathologies en lien avec la chaleur ont été enregistrés dont 71 % (1734) ont
fait l’objet d’une hospitalisation. Parmi ces passages, il y avait 18 % de passages pour hyperthermie et coup de chaleur, 52 % de
passages pour déshydratation, et 33 % de passages pour hyponatrémie. Les 75 ans et plus représentaient 54 % des passages pour ces
pathologies. La figure 2 illustre l’évolution des passages aux urgences pour pathologies liées à la chaleur. On retrouve une hausse de
ces pathologies lors de la première vague de chaleur intense (semaine 25-2017) qui a été marquée par un passage en vigilance orange
canicule pour tous les départements (Figure 2). La proportion la plus élevée des passages en lien avec la chaleur a été enregistrée en
semaine 25 (19 au 25/06 avec 1,4 % de l’activité). La majorité des passages pour déshydratation et hyponatrémie concernait les 75 ans
et plus (62 %) alors que les passages pour hyperthermie et coups de chaleur concernaient davantage les jeunes adultes (77 % des
passages pour les personnes de moins de 64 ans).

F i g u r e 2 : N o m b r e h e b d o m a d a i r e d e p a s s a g e s e t p r o p o r t i o n d ’ a c t i vi t é p o u r p a t h o l o g i e s l i é e s à l a c h a l e u r
i s s u s d e s é t a b l i s s e m e n t s O s c o u r ® d e N o u ve l l e - A q u i t a i n e d e l a s e m a i n e 1 0 - 2 0 1 7 à l a s e m a i n e 4 4 - 2 0 1 7

                                                                      Période du SACS 2017 (S22 à
                                                                                  S35)
Santé publique France - Bulletin de santé publique - Juin 2018 – Nouvelle-Aquitaine / p.5

Au niveau de l’activité des associations SOS Médecins, 678 visites ont fait l’objet d’un diagnostic pour pathologies liées à la
chaleur. Une hausse de l’activité est observée en amont de la période du Sacs dès la semaine 21 (du 22 au 28 mai). Une hausse
marquée de l’activité a été observée en semaine 25 lors de la vague de chaleur de juin où l’on enregistre la proportion la plus
élevée des consultations avec 2,5 % de l’activité totale en lien avec la chaleur (Figure 3). Pendant la période de surveillance, les
pathologies liées à la chaleur étaient principalement des coups de chaleur (66 %) et les déshydratations représentaient 35 % des
pathologies. Comme les années précédentes, la majorité des consultations pour coup de chaleur était enregistrée chez les moins
de 15 ans (43 %) et les 15-64 ans (44 %) alors que la majorité des consultations diagnostiquées pour déshydratation concernait
les 75 ans et plus (environ 71 %).

F i g u r e 3 : N o m b r e h e b d o m a d a i r e d e c o n s u l t a t i o n s e t p r o p o r t i o n d ’ a c t i vi t é p o u r p a t h o l o g i e s l i é e s à l a c h a l e u r
i s s u s d e s a s s o c i a t i o n s S O S Mé d e c i n s d e N o u ve l l e - A q u i t a i n e d e l a s e m a i n e 1 0 - 2 0 1 7 à l a s e m a i n e 4 4 - 2 0 1 7

                                                                             Période du SACS 2017
                                                                                   (S22 à S35)

  Focus par départements
  Sur la période du Sacs, d’après les données du réseau Oscour®, les départements ayant eu la plus importante part d’activité
  aux urgences hospitalières pour pathologies liées à la chaleur sont les départements du Lot–et-Garonne (1,7 % soit 260
  passages), la Charente (1,1 % soit 279 passages) et des Landes (1,0 % soit 211 passages) (Figure 4).
  Toutefois ces résultats sont à interpréter avec prudence du fait de la faible proportion de diagnostics codés sur le
  département             du        Lot-et-Garonne              (Panorama             ORU           Nouvelle-Aquitaine               2016          disponible           sous
  https://www.oruna.fr/actualites/panorama-oruna-2016 ). D’après les données SOS Médecins, sur toute la période du Sacs, le
  département le plus impacté a été celui de la Gironde avec 0,7 % de l’activité totale de l’association SOS Médecins Bordeaux
  en lien avec la chaleur avec 487 consultations sur toute la période. Pour les autres départements dotés d’une ou plusieurs
  associations SOS Médecins (Pyrénées-Atlantiques, Landes et Haute-Vienne), environ 0,4 % de l’activité totale sur la période
  est rapportée à des pathologies liées à la chaleur.
  L’analyse par département reste difficile du fait des faibles effectifs de passages codés pour pathologies liés à la chaleur, de
  la qualité des données (proportion parfois faible des diagnostics codés selon le département), de la structure de la population
  et de l’hétérogénéité de l’offre de soin sur le territoire (associations SOS Médecins non présentes dans tous les départements
  de Nouvelle-Aquitaine).
Santé publique France - Bulletin de santé publique - Juin 2018 – Nouvelle-Aquitaine / p.6

F i g u r e 4 : P r o p o r t i o n d ’ a c t i vi t é l i é e à l a c h a l e u r e t n o m b r e d e p a s s a g e s e n l i e n a ve c l a c h a l e u r ,
p é r i o d e d u S a c s , S 2 2 à S 3 5 - 2 0 1 7 , p a r d é p a r t e m e n t , N o u ve l l e - A q u i t a i n e , O s c o u r ®

ACTIONS MENÉES POUR LA PRÉVENTION
Santé publique France a élaboré un plan de diffusion (PDD) couvrant la diffusion de l’ensemble des supports de
communication (flyers, affiches, enregistrements audio et vidéo) à l’ensemble des points de livraison en France. Le PDD est
activé à froid avant le début de saison pour que les destinataires puissent passer les commandes correspondant à leur
besoin pour la saison. Il est aussi activé à chaud, normalement avant l’épisode de canicule ou à son début, sur demande
expresse de la DGS.
Lors de la canicule de juin, des messages spécifiques ont été diffusés à l’adresse des travailleurs (19 juin) et pour la
protection des enfants (20 juin). Des spots radio et TV ont été diffusés les 22 et 23 juin, et localement jusqu’au 25 juin. Le 19
juin, la RATP a déclenché une campagne de prévention dans le métro (7 800 affiches) et dans les bus (650 affiches).

Les conseils de prévention, ainsi que les outils élaborés par le ministère chargé de la santé et Santé publique France
sont en ligne :
- http://www.sante.gouv.fr/canicule
- http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/evenement_climatique/canicule/canicule-outils.asp

CONCLUSION
L’épisode de chaleur de juin s’est distingué par son étendue, et surtout par son intensité et sa précocité qui en ont fait un
épisode dangereux. La population était encore peu acclimatée à cette période d’où la nécessité d’informer l’ensemble des
personnes à risque : enfants, professionnels, sportifs et personnes âgées. Le message de prévention le mieux connu de la
population porte sur la nécessité d’apports hydriques suffisants. L’importance de la limitation des efforts et du
rafraichissement corporel devrait être rappelée pour réduire les risques de coups de chaleur, en particulier chez les plus
jeunes.
Santé publique France - Bulletin de santé publique - Juin 2018 – Nouvelle-Aquitaine / p.7

R E ME R C I E ME N T S

L a C i r e N o u ve l l e - A q u i t a i n e t i e n t à r e m e r c i e r l ’ e n s e m b l e d e s p a r t e n a i r e s d u S a c s :

- A g e n c e r é g i o n a l e d e s a n t é ( A R S ) N o u ve l l e - A q u i t a i n e

- A s s o c i a t i o n s S O S M é d e c i n s d e l a N o u ve l l e - A q u i t a i n e : B o r d e a u x, C ô t e B a s q u e , P a u , L i m o g e s , L a
Rochelle

- Mé t é o F r a n c e

- S t r u c t u r e s d ’ u r g e n c e d u r é s e a u O s c o u r ® a ya n t t r a n s m i s d u 0 1 / 0 6 a u 31 / 0 8 / 2 0 1 6 ( n = 6 8 / 6 9 ) : C H d e
S a i n t P a l a i s , C e n t r e Mé d i c o C h i r u r g i c a l W a l l e r s te i n , C H C ô t e B a s q u e , C H d ’ A g e n , C H d ’ A n g o u l ê m e ,
C H d ’ A r c a c h o n , C H D ’ A u b u s s o n , C H d e B a r b e zi e u x, C H d e B e r g e r a c , C H d e B l a ye , C H d e
B r e s s u i r e , C H d e B r i ve , C H d e C h â t e l l e r a u l t , C H d e C o n f o l e n s , C H d e D a x, C H d e G u é r e t , C H d e
J o n za c , C H d e l a R é o l e , C H d e L a R o c h e l l e , C H d e L a n g o n , C H d e L i b o u r n e , C H d e L o u d u n , C H d e
Ma r m a n d e , C H d e Mo n t d e Ma r s a n , C H d e Mo n t m o r i l l o n , C H d e N i o r t , C H d e P a r t h e n a y, C H d e P a u
( a d u l t e , p é d i a ) , C H d e P é r i g u e u x, C H d e R o c h e f o r t , C H d e R o ya n , C H d e R u f f e c , C H d e S t J u n i e n ,
CH de St Yriex, CH de Saintes, CH de Sarlat, CH de Ste Foy la Grande, CH de St Jean d’Angely,
C H d e Th o u a r s , C H d e T u l l e , C H d e V i l l e n e u ve s u r L o t , C H d ’ O l o r o n , C H d ’ O r t h e z, C H d ’ U s s e l , C H U
B o r d e a u x ( h a u t L e ve q u e , P e l l e g r i n a d u l t e , P e l l e g r i n p é d i a , S t A n d r é ) , C H U L i m o g e s D u p u yt r e n ,
H ô p i t a l Mè r e E n f a n t L i m o g e s , C H U d e P o i t i e r s , C l i n i q u e B e l h a r r a , C l i n i q u e C h e n i e u x , C l i n i q u e
E s q u i r o l S t H i l a i r e , C l i n i q u e Mu t u a l i s t e d e P e s s a c , C l i n i q u e Mu t u a l i s t e d u Mé d o c , G S C U r g e n c e s
P a ys R o ya n n a i s P a s t e u r , G C S U r g e n c e s P a ys R o ya n n a i s S t G e o r g e , H I A R o b e r t P i c q u é , H ô p i t a l d e
C o g n a c , P o l yc l i n i q u e A g u i l e r a , P o l yc l i n i q u e B o r d e a u x N o r d , P o l yc l i n i q u e B o r d e a u x R i ve D r o i t e ,
P o l yc l i n i q u e C ô t e B a s q u e S u d , P o l yc l i n i q u e d e P o i t i e r s ,          P o l yc l i n i q u e I n k e r m a n , P o l yc l i n i q u e
F r a n c h e vi l l e , P o l yc l i n i q u e Ma r ze t .

- O b s e r va t o i r e r é g i o n a l d e s U r g e n c e s N o u ve l l e - A q u i t a i n e

- S e r vi c e s d ’ é t a t s c i vi l s d e s vi l l e s s e n t i n e l l e s d ’ A q u i t a i n e : s e r vi c e s d ’ é t a t - c i vi l d e s m a i r i e s d e s 2 5 4
c o m m u n e s s e n t i n e l l e s i n f o r m a t i s é e s d e l a r é g i o n , r e p r é s e n t a n t e n vi r o n 7 0 % d e s d é c è s d e l a r é g i o n .

- E q u i p e C l i m a t d e l a d i r e c t i o n s a n t é e n vi r o n n e m e n t ( D S E )

REDACT IO N ET CO LLABO RAT IO N :
Laure M eurice , Anne Bernadou , St éphanie Vandentorren
Santé publique Fr anc e - Cir e Nouvelle - Aqu ita i ne
En c ollaboration avec :
- les s ervic es d’ur genc es des établis s em ents de s anté de la région,
- les as s oc iations SO S Médec ins de Bor deaux , Côte Bas que, La Roc helle, Lim oges et Pau
- l’Ins ee et les regis tr es d’Etat - c iv i l des c om m unes « inf orm atis ées » de la région,
- l’Agenc e régionale de s anté ( ARS) Nouvelle - A qu ita in e
- la Direc tion Santé et Envir onnem ent ( DSE) de Santé publique Franc e

  C o n t a c t : S a n t é p u b l i q u e F r a n c e , C i r e N o u ve l l e - A q u i t a i n e , n o u ve l l e a q u i t a i n e @ s a n t e p u b l i q u e f r a n c e . f r
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler