AUDIT DE LA PHASE PILOTE DU PROJET ECOAGRIS - ICOMG - CILSS

 
AUDIT DE LA PHASE PILOTE DU PROJET ECOAGRIS - ICOMG - CILSS
ICOMG

                            CENTRE AGRHYMET
                                   ------
                                ECOAGRIS

    AUDIT DE LA PHASE PILOTE DU
         PROJET ECOAGRIS

          ICOMG                               Aout 2015
         Cité 1200 logements
Tél 9    Av. Babanguida, rue 14.24
PortPP   Porte 660, Ouagadougou
AUDIT DE LA PHASE PILOTE DU PROJET ECOAGRIS - ICOMG - CILSS
ICOMG

               Tel : +226 25369936
               icomg@icomg.com

Table des matières
I- Introduction ......................................................................................................................................... 5
    I.1. Contexte et justification ...................................................................................................... 5
    I.2 Termes De Référence ........................................................................................................... 6
    I.3 Approche méthodologique ................................................................................................... 6
II. Evaluation de l’existant ....................................................................................................................... 8
    II.1 La situation au Bénin ........................................................................................................... 8
       II.1.1 Déroulement de la mission..................................................................................................................... 8
      II.1.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................... 8
      II.1.3 Constats sur les réseaux informatiques ............................................................................................... 11
      II.1.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 11
      II.1.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 12
      II.1.6 Suggestions et besoins exprimés.......................................................................................................... 13
   II.2 La situation au Burkina Faso .............................................................................................. 15
      II.2.1 Déroulement de la mission................................................................................................................... 15
      II.2.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................. 15
      II.2.3 Constats sur les réseaux informatiques ............................................................................................... 17
      II.2.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 18
      II.2.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 19
      II.2.6 Suggestions et besoins exprimés.......................................................................................................... 19
   II.3 La situation en Côte d’Ivoire .............................................................................................. 22
      II.3.1 Déroulement de la mission................................................................................................................... 22
      II.3.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................. 22
      II.3.3 Constats sur les réseaux informatiques .............................................................................................. 23
      II.3.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 24
      II.3.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 25
      II.3.6 Suggestions et besoins exprimés.......................................................................................................... 25
   II.4 La situation au Ghana........................................................................................................ 27
      II.4.1 Déroulement de la mission................................................................................................................... 27
      II.4.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................. 27
      II.4.3 Réseaux informatiques ........................................................................................................................ 29
      II.4.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 29
      II.4.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 30
      II.4.6 Suggestions ........................................................................................................................................... 31
   II.5 La situation au Mali........................................................................................................... 33
AUDIT DE LA PHASE PILOTE DU PROJET ECOAGRIS - ICOMG - CILSS
ICOMG

       II.5.1 Déroulement de la mission................................................................................................................... 33
       II.5.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................. 33
       II.5.3 Réseaux informatiques ......................................................................................................................... 36
       II.5.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 36
       II.5.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 37
       II.5.6 Suggestions et besoins exprimés.......................................................................................................... 38
   II.6 La situation au Niger ......................................................................................................... 40
      II.6.1 Déroulement de la mission................................................................................................................... 40
       II.6.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................. 40
       II.6.3 Réseaux informatiques ......................................................................................................................... 42
       II.6.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 42
       II.6.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 43
       II.6.6 Suggestions ........................................................................................................................................... 44
   II.7 La situation au Sénégal ...................................................................................................... 45
      II.7.1 Déroulement de la mission................................................................................................................... 45
       II.7.2 Constats sur le matériel informatique.................................................................................................. 45
       II.7.3 Constats sur les réseaux informatiques ............................................................................................... 47
       II.7.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme ........................................................................................... 47
       II.7.5 Constats sur le cadre institutionnel...................................................................................................... 48
       II.7.6 Suggestions et besoins exprimés.......................................................................................................... 48
III- Synthèse, Analyse, Propositions ...................................................................................................... 51
    III.1 Synthèse de l’état des lieux .............................................................................................. 51
        III.1.1 Le matériel informatique ..................................................................................................................... 51
       III.1.2 Les réseaux informatiques .................................................................................................................. 53
       III.1.2 Les indicateurs ..................................................................................................................................... 55
       III.1.3 La plateforme ...................................................................................................................................... 56
       III.1.4 Le cadre institutionnel ........................................................................................................................ 57
   III.2 Analyse diagnostique ....................................................................................................... 59
       III.2.1 Les forces ............................................................................................................................................. 59
       III.2.2 Les faiblesses ....................................................................................................................................... 59
       III.2.3 Les opportunités .................................................................................................................................. 59
       III.2.4 Les menaces ........................................................................................................................................ 60
   III.3 Recommandations et propositions ................................................................................... 60
       III.3.1 Feuille de route.................................................................................................................................... 60
       III.3.2 Architecture de déploiement .............................................................................................................. 60
       A.1 Au Bénin .................................................................................................................................................. 62
ICOMG

A.2 Au Burkina Faso ....................................................................................................................................... 64
A.3 En Côte d’Ivoire ....................................................................................................................................... 65
A.4 Au Ghana ................................................................................................................................................. 66
A.5 Au Mali .................................................................................................................................................... 67
A.6 Au Niger................................................................................................................................................... 68
A.7 Au Sénégal ............................................................................................................................................... 69
ICOMG

I- Introduction

I.1. Contexte et justification
Les enjeux en matière de pilotage de la politique agricole pour le développement économique et
social de la sous-région ouest africaine exigent une meilleure connaissance des ressources et des
problèmes du secteur agricole. Face à ce besoin d’information, la Communauté Economique des
Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a initié un projet de développement d’un Système Régional
Intégré d’Information Agricole appelé « ECOAGRIS » (Ecowas Agriculture Regional Information
System ). Trois facteurs déterminants ont amené la CEDEAO, en collaboration avec les institutions
partenaires, à mettre en place un tel système d’information intégré sur le secteur agricole :

       la définition de la Politique Agricole Commune des Etats de l’Afrique de l’Ouest (ECOWAP) ;
       la mise en place du Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture Africaine
        (PDDAA) ;
       les insuffisances des dispositifs d’information existants.

Le développement du système « ECOAGRIS » a pour but d’une part d’instaurer une vision stratégique
fédérant les initiatives en cours dans la sous-région et d’autre part de servir de réceptacle pour les
interventions futures. Spécifiquement, les objectifs de ECOAGRIS est de permettre aux décideurs et
aux autorités compétentes d’avoir une vision globale des ressources agricoles en mettant à leur
disposition des informations et des analyses fiables pour :

   i.   mieux formuler et suivre les politiques et les stratégies de développement agricoles ;
  ii.   mieux gérer les questions liées à la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et avoir des
        alertes précoces sur les problèmes de sécurité alimentaire;
 iii.   promouvoir les échanges intercommunautaires, et à l’intérieur des pays, des produits agro-
        alimentaires.

Dans la phase pilote (octobre 2010 – aout 2013), le projet ECOAGRIS a été mis en œuvre dans sept
(07) pays de la CEDEAO dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger et
le Sénégal. Dans cette phase, un certain nombre de thématiques a été également pris en compte
(agriculture, élevage, météorologie, suivi des marchés, statistiques agricoles, etc.).

Pour la deuxième phase, un nouveau programme d’appui à la mise en place de systèmes de réserves
alimentaires d’urgence dans la sous-région a été signé entre la CEDEAO et l’Union Européenne (UE),
et financé par l’UE. L’objectif principal de ce nouveau programme est de contribuer à répondre
efficacement aux crises alimentaires et renforcer la résilience des ménages pour une sécurité et une
souveraineté alimentaires durables pour la CEDEAO. Les systèmes d’information constituent un volet
important de ce programme et une centrale d’information doit être mise en place en s’appuyant sur
les acquis de la première phase du projet ECOAGRIS. Dans cette phase, le déploiement du projet
ECOAGRIS devra être étendu à tous les pays membres de la CEDEAO et du CILSS et couvrir un champ
plus large de thématiques. La phase pilote a été exécutée par l’United Nations Office for Project
Services (UNOPS). Pour la phase d’extension du projet, la CEDEAO a décidé de confier l’exécution du
ICOMG

projet au Centre régional AGRHYMET. Pour avoir une idée précise de ce qui a été fait dans la phase
pilote et évaluer le niveau d’appropriation du projet par les acteurs afin de réussir la phase
d’extension, AGRHYMET a décidé de faire un audit de l’exécution de la phase pilote dont le résumé
des termes de références est donné ci-dessous.

I.2 Termes De Référence
Dans la phase pilote du projet ECOAGRIS, du matériel informatique a été mis à la disposition des
services techniques et composé d’ordinateurs de bureau, de serveurs, d’onduleurs, d’imprimantes et
de scanners. Des services ont bénéficié d’un câblage réseau local permettant de connecter les
ordinateurs de bureau au serveur reçu. Ces réseaux locaux devaient être interconnectés entre eux
dans chaque pays et au serveur régional ECOAGRIS. Une plateforme ECOAGRIS a également été
développée et des formations sur cette plateforme ont été dispensées aux acteurs intervenant dans
le projet au niveau de chaque pays. De même, un dispositif de pilotage a été mis en place pour gérer
le projet. L’objectif principal de l’audit est de faire une évaluation détaillée de la situation matérielle,
technique et institutionnelle et de formuler des critiques assorties de recommandations nécessaires
pour la poursuite de la mise en œuvre du Système Régional Intégré d’Information Agricole. De
manière plus détaillée, les objectifs spécifiques sont:

     de prendre contact avec le SP/CONACILSS, le point focal national et les responsables des
        services techniques dans la perspective de l’élaboration d’un cadre institutionnel ECOAGRIS ;
     d’évaluer le degré de fonctionnalité du dispositif mis en place : fréquence des saisies et
        remontées des données, contrôle qualité des données, type de données collectées suivant
        chaque module thématique, organisation du travail ;
       d’inventorier le matériel en état de fonctionnement : recensement des serveurs, des
        ordinateurs de bureau, des logiciels fonctionnels (interface ECOAGRIS) ;
       de revoir l’architecture technique mise en place : propositions d’amélioration de la chaine de
        transmission, contrôle et archivage des données ;
       de poursuivre la mise en place des comités techniques : diagnostic du choix des services
        publics et privés associés à ECOAGRIS dans le pays et proposition d’amélioration ;
       de discuter du schéma de la poursuite de la mise en œuvre du système ECOAGRIS :
        proposition d’une feuille de route pour relancer le système au niveau national.

    Les résultats attendus sont :

     la cartographie détaillée de la situation matérielle, technique et institutionnelle de la phase
      pilote est réalisée ;
     le schéma de mise en place des comités techniques ECOAGRIS dans les pays est clarifié ;
     un calendrier de poursuite de la mise en œuvre de la centrale d’information du projet est
      élaboré pour les pays pilotes de la première phase.

I.3 Approche méthodologique
Cette étude a été menée en deux étapes.
ICOMG

La première étape a consisté, dans chacun des sept(7) pays participant à la phase pilote du projet
ECOAGRIS, à effectuer des visites des services techniques concernés et à conduire des entretiens
directs avec les différents acteurs impliqués dans l’utilisation et la gestion du système d’information
ECOAGRIS (point focal national, responsables et points focaux des services techniques), à envoyer
des fiches d’évaluation à remplir et à récupérer des documents nécessaires à l’étude. Dans cette
première étape, des vérifications ont été menées sur le matériel informatique et le réseau installé au
niveau de chaque service technique, et si possible se connecter sur la plateforme en utilisant le login
du point focal attribué lors des formations.

Dans la deuxième phase nous avons effectué l’analyse de la mise en œuvre du système d’information
ECOAGRIS, dégagé les forces et les faiblesses et proposer une feuille de route pour mener à bien la
phase d’extension du projet.
ICOMG

II. Evaluation de l’existant

La phase d’évaluation de l’existant couvre le matériel et les réseaux informatiques installés pour la
phase pilote du projet, l’utilisation qui a été faite du matériel et de la plateforme informatique, et le
cadre institutionnel mis en place pour la conduite du projet au niveau de chaque pays. Cette phase
de l’étude a permis d’analyser l’existant et de dégager une cartographie détaillée du système
d’information ECOAGRIS, ses forces et ses faiblesses.

II.1 La situation au Bénin
II.1.1 Déroulement de la mission
Dès le début, la mission a eu une rencontre de cadrage avec le SP/CONACILSS qui a bien voulu
désigner deux (02) de ses collaborateurs pour accompagner l’équipe de la mission pendant les quatre
(04) jours. La mission a eu des interviews et a audité tous les services techniques concernés par le
projet ECOAGRIS dont la liste est la suivante :

       Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire (ONASA) ;
       Direction des Statistiques Agricoles (DSA) ;
       Direction de la Programmation et de la Prospective (DPP) ;
       Direction de la Production Animale (DPA) ;
       Direction de la Production Halieutique (DPH) ;
       Direction Nationale de la Météorologie (DNM) ;
       Institut National de Statistique et d’Analyse Economiques (INSAE) ;
       Institut National de la Recherche Agricole du Bénin (INRAB).

Pendant ces rencontres, l’équipe a pu échanger avec les services techniques sur la situation du
matériel et du câblage réseau, l’utilisation de la plateforme ECOAGRIS et le cadre institutionnel mis
en place dans la phase pilote du projet suivant un guide d’entretien élaboré à cet effet.

A la fin, un compte rendu sur la situation du projet ECOAGRIS a été fait au SP/CONACILSS.

II.1.2 Constats sur le matériel informatique
Le matériel informatique mis à la disposition des services techniques est composé de serveurs,
d’ordinateurs de bureau, d’onduleurs, d'imprimantes et de scanners. A l’état actuel, la plupart du
matériel est utilisé à d’autres fins que pour exploiter la plateforme ECOAGRIS. Une partie du matériel
est non utilisé (toujours emballé dans des cartons) : 2 ordinateurs à la DPP, le serveur de la pêche, 5
ordinateurs de l’ONASA et leur serveur, 4 ordinateurs de l’INRAB et le serveur de l’INSAE. Quelques-
uns sont défectueux et non fonctionnels. A la DNM, la salle ou étaient le serveur, l’onduleur, le
coffret contenant le switch du réseau et un ordinateur de bureau a pris feu. Le tableau ci-dessous
donne la situation par service technique.
ICOMG
ICOMG

STRUCTURES                Serveurs           Postes de travail       Onduleurs 10KVA        Imprimantes            Scanners           Disques externes 1000 GO

                      B    D    TOTAL    B        D      TOTAL   B      D      TOTAL   B        D     TOTAL    B    D         TOTAL     B       D       TOTAL

ONASA                 1    0         1   5        0        5     1       0       1     2        0         2    1    0          1        1       0         1

(SIM et SAP)

DPP                   0    2         2   5        5        10    0       1       1     2        0         2    2    0          2        2       0         2

DPA (Elevage)         1    0         1   5        0        5     0       1       1     2        0         2    1    0          1        2       0         2

DPH (Pêche)           1    0         1   6        0        6     1       0       1     2        0         2    1    0          1        2       0         2

DNM                   0    1         1   4        1        5     0       1       1     2        0         2    1    0          1        2       0         2

INRAB                 0    1         1   5        0        5     0       1       1     2        0         2    1    0          1        1       0         1

INSAE                 1    0         1   0        1        1     1       0       1     1        1         2    1    0          1        3       0         3

TOTAL                 4    4     8       30       7        37    3       4       7     13       1         14   9    0          9       13       0        13

      B : bon D : défectueux
ICOMG

II.1.3 Constats sur les réseaux informatiques

Tous les services techniques ont bénéficié, sauf l’ INSAE, d’un câblage réseau interne permettant de
connecter les ordinateurs de bureau au serveur reçu. Ces réseaux locaux sont interconnectés au
point focal national par Boucle local radio (BLR). Des antennes pour la BLR ont été installées sur les
bâtiments abritant ces services. Les tests ont montrés un réseau fonctionnel au moment des
installations. Mais actuellement certaines antennes sont défectueuses (celle de l’ONASA a pris feu et
est tombée, l’INRAB a déménagé dans de nouveaux locaux, la DSA devenu point focal est une
nouvelle structure). Actuellement tous les réseaux locaux ainsi que les interconnexions ne sont pas
utilisés.

                                        Câblage réseau
        Structures                                                         Interconnexions (BLR) fonctionnelle
                            Fonctionnel      Utilisé Endommagé

DPP                         Oui              Oui      Non              ?

Elevage                     Oui              Non      Non              oui

Pêches                      Oui              Non      Non              oui

ONASA (SIM et SAP)          Non              Non      Non              non (pilonne a pris feu puis tombé)

DNM                         Non              Non      Oui              non (coffret a brulé)

INSAE                       Oui              Oui      Non              Non

                                                                       non (ont déménagé dans un nouveau
INRAB                       Non              Non      Non              bâtiment)

DSA                         Non              Non      Non              Non (nouvelle direction)

II.1.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme

    a) Fonctionnalité et qualité de la plateforme informatique

Une première option a été d’utiliser un serveur au niveau de chaque service sectoriel et un serveur
national avant de transférer les données sur le serveur régional. Cette architecture n’a pas
fonctionné car trop lourde pour faire fonctionner. Une deuxième option a été de se connecter
directement au serveur régional à travers Internet.
ICOMG

 Il y a eu une présentation de la plateforme après l’installation sur les différents serveurs. Une
deuxième formation a été organisée sur une nouvelle version, mais il y avait des problèmes qu’il
fallait corriger. Cependant rien n’a été fait par la suite et certains comptes créés lors de la formation
n’étaient plus fonctionnels.

    b) Qualité des données saisies et des indicateurs

La définition des indicateurs n’a pas tenu compte des spécificités du Bénin. Des réserves ont été
faites à ce sujet mais il n’y a pas eu de suite. Il faut donc revoir les indicateurs d’ECOAGRIS.

    c) Utilisation de la plateforme par les acteurs

Deux (2) formations sur la plateforme ont été dispensées à Ouagadougou en 2012 pour les points
focaux nationaux et au MAEP à Cotonou en juillet pour les points focaux des services sectoriels. Lors
de la formation à Cotonou, un compte d’accès à la plateforme a été créé pour chaque service
technique pour la mise à jour des données directement sur le serveur régional à travers internet,
parce que les serveurs installés dans les services techniques et au niveau du point focal national
n’étaient pas fonctionnels. Actuellement aucune donnée n’a été saisie. Cela est dû principalement :

       au manque de suivi du projet au niveau national qui n’a pas permis de lancer les activités
        d’exploitation de la plateforme après la formation à Cotonou ;
       au manque de moyens financiers pour animer le projet au plan national ;
       à l’absence ou à la faiblesse de la connexion Internet dans les services techniques ;
       au manque de motivation des points focaux au niveau des services techniques qui trouvent
        que la saisie des données dans la plateforme est un travail supplémentaire ;
       à la non maîtrise de l’utilisation de la plateforme (la formation reçue n’étant pas assez
        poussée pour permettre la prise en main de la plateforme ECOAGRIS) ;
       à l’insuffisance d’accompagnement du projet ECOAGRIS pour l’exploitation de la plateforme.

II.1.5 Constats sur le cadre institutionnel
    a) Adéquation du dispositif de pilotage

Tous les acteurs rencontrés ont reconnu que le dispositif de pilotage constitué d’un point focal et de
points focaux sectoriels est bon. Il faut simplement le faire fonctionner.

    b) Adéquation de la tutelle du point focal national

Au Bénin, le point focal national était initialement logé dans le service chargé des statistiques au
niveau de la Direction du Plan et de la Prospective (DPP) du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et
ICOMG

de la Pêche (MAEP). En 2013, le MAEP a été réformé amenant la création de la Direction des
Statistiques Agricoles (DSA). S’en est alors suivie une dispute entre la DPP et la DSA pour abriter le
point focal national et donc le flottement de la tutelle du point focal national. Finalement, le Ministre
chargé de l’Agriculture a tranché en faveur de la DSA.

Tout le monde a été unanime cependant pour dire que le Ministère chargé de l’agriculture est la
structure la mieux habilitée pour abriter en le point focal.

    c) Fonctionnalité du cadre institutionnel

Le dispositif de pilotage a été jugé bon. Malheureusement, il n’a jamais fonctionné à cause :

       du manque de coordination et d’animation au niveau national ;
       du manque de suivi de la part des autorités ;
       de l’instabilité du personnel désigné pour ECOAGRIS ;
       de la réforme du MAEP entrainant le flottement de la tutelle du point focal national;
       du manque de moyens pour animer les activités de ECOAGRIS au plan national;
       de la non désignation formelle des points focaux par la prise d’actes administratifs ;
       du manque de motivation des points focaux qui estiment que c’est une charge
        supplémentaire qui leur est demandée ;

II.1.6 Suggestions et besoins exprimés
    a) Sur le matériel informatique et le réseau

       Rendre opérationnels les réseaux et les interconnexions avec un bon débit Internet.
       Renouveller tous le matétiel informatique qui est devenu vieillissant.

    b) Sur les fonctionnalités de la plateforme

       Respecter l’organisation administrative du Bénin.
       Eliminer les saisies supplémentaires lorsqu’on peut obtenir les données agrégées des
        données de plus bas niveaux.

    c) Sur la qualité des données et des indicateurs

     Former les points focaux sur les outils de traitement de données (SPSS, Excel, CSPRO, …).
     Former les points focaux sur les méthodes de collecte et de traitement des données.
     Doter les services de moyens techniques et financiers leur permettant de faires des enquêtes
      et collecter les données dont ils ont besoins.

    d) Sur l’utilisation de la plateforme

     Recycler les points focaux à l’utilisation de la plateforme par des formations plus poussées.
     Organiser des rencontres périodiques des points focaux pour échanger sur l’exécution des
      activités et valider les données produites et devant être saisies sur la plateforme.
     Mettre en place un système de motivation des points focaux.
ICOMG

 Suivre et évaluer régulièrement les activités de ECOAGRIS dans les pays par le niveau
  régional et rendre compte.

e) Sur le cadre institutionnel

 Formaliser la mise en place du groupe ECOAGRIS et nommer les points focaux par des actes
  administratifs (décision, arrêté, note de service, etc.).
 Suivre régulièrement l’implication des services techniques et des points focaux sectoriels (par
  le point focal national).
 Sensibiliser les autorités sur l’importance de ECOAGRIS.
 Organiser une rencontre d’information et de sensibilisation entre le projet ECOAGRIS et les
  responsables des structures impliquées.
 Doter le point focal de moyens financiers lui permettant d’organiser les rencontres et les
  ateliers sur ECOAGRIS.
ICOMG

II.2 La situation au Burkina Faso
II.2.1 Déroulement de la mission
Le 27/07/2015 à 15h30, une rencontre des points focaux sectoriels a été organisée par le point focal
national. Au cours de cette rencontre, la mission a échangé avec les points focaux pour recueillir
leurs avis sur l’utilisation de la plateforme, la qualité des données à saisir et des indicateurs, et le
cadre institutionnel mis en place pour piloter la première phase du projet ECOAGRIS. Des rencontres
bilatérales ont été programmées pour permettre à la mission de rencontrer chaque point focal
sectoriel pour avoir l’état précis du matériel et du réseau et pour approfondir les questions et les
besoins le concernant spécifiquement. La mission a eu donc des rencontres avec les services
suivants :

       Direction des Statistiques Sectorielles (DSS) du Ministère de l’Agriculture, des Ressources
        Hydrauliques, de l’Assainissement et de la Sécurité Alimentaire (MARHASA) ;
       Direction Générale des Etudes et des Statistiques Sectorielles (DGESS) du Ministère des
        Ressources Animales (MRA) ;
       Institut National des Statistiques et de la Démographie (INSD) ;
       Système d’Information des Marchés (SIM) de la Société Nationale de Gestion des Stocks de
        Sécurité Alimentaire (SONAGESS) ;
       Direction Générale de la Météorologie (DGM) ;
       Institut National de la Recherche Agricole (INERA) ;

La mission n’a pas pu rencontrer l’Office National du Commerce (ONAC) qui a reçu des équipements
mais n’était pas sur la liste des services techniques à auditer. Selon le point focal national, l’ONAC n’a
jamais participé aux activités du projet ECOAGRIS.

A la fin, un compte rendu sur la situation du projet ECOAGRIS a été fait au point focal national.

II.2.2 Constats sur le matériel informatique
Le matériel informatique mis à la disposition des services techniques est composé de serveurs,
d’ordinateurs de bureau et d’onduleurs. A l’état actuel, tout le matériel est utilisé, mais à d’autres
fins que pour exploiter la plateforme ECOAGRIS. Les onduleurs de la DSS du MARHASA et du MRA
ont été depuis récupérés par le prestataire pour réparation. Les serveurs sont de marque DELL
Power Edge T110 II + Moniteur + accessoires. PC de marque Dell Optiplex. Les scanners de marque
HP Scanjet Pro 300.

Le tableau ci-dessous donne la situation par service technique.
ICOMG

STRUCTURES              Serveurs           Postes de travail       Onduleurs 10KVA        Imprimantes            Scanners           Disques externes 1000 GO

                    B    D    TOTAL    B        D      TOTAL   B      D      TOTAL   B        D     TOTAL    B    D         TOTAL     B       D       TOTAL

DSS/MARHASA         2    0         2   10       0        10    0       1       1     1        1         2    2    0          2        2       0         2

DGESS/Elevage       1    0         1   8        0        8     0       1       1     2        0         2    2    0          2        2       0         2

INSD                1    0         1   0        0        0     0       1       1     2        0         2    1    0          1        3       0         3

SONAGESS            1    0         1   5        0        5     0       1       1     2        0         2    1    0          1        2       0         2

(SIM)

DGM                 1    0         1   5        0        5     0       1       1     2        0         2    1    0          1        2       0         2

INERA               1    0         1   5        0        5     0       1       1     2        0         2    1    0          1        2       0         2

TOTAL               7    0     7       33       0        33    0       6       6     11       1         12   8    0          8       13       0        13

    B : bon D : défectueux
ICOMG

II.2.3 Constats sur les réseaux informatiques

Tous les services techniques ont bénéficié d’un câblage réseau local, sauf l’INSD, permettant de
connecter les ordinateurs de bureau au serveur ECOAGRIS sectoriel reçu. Ces réseaux locaux sont
interconnectés au point focal national par Boucle Local Radio (BLR). Des antennes pour la BLR ont été
installées sur les bâtiments abritant ces services. Tous les réseaux locaux étaient fonctionnels au
moment de l’installation. La plupart des interconnexions BLR étaient également fonctionnelles même
si le réseau était souvent indisponible. Cependant, le prestataire n’a pas impliqué les informaticiens
des structures concernées dans la mise en œuvre et le test des interconnexions, ce qui fait qu’il n’y a
pas eu de suivi du fonctionnement ou de maintenance du réseau. Actuellement presque toutes les
antennes BLR ont été débranchées parce que non utilisées.

L’architecture technique de remontée des données par un serveur sectoriel, un serveur national puis
le serveur régional n’était pas adaptée. Les services techniques n’ayant pas les moyens pour
maintenir le matériel réseau et les serveurs installés. L’avantage de cette architecture est qu’elle
permet de saisir les données sur les serveurs locaux même si les connexions ne fonctionnent pas,
puis de les transférer sur le serveur régional lorsque les connexions deviennent disponibles.

Une deuxième option était de se connecter directement au serveur régional en utilisant internet.
Mais dans la plupart des cas, la connexion internet était soit très lent (météo), soit indisponible
(agriculture , élevage).

Les services techniques de l’élevage et de l’agriculture ont déménagé dans d’autres bâtiments et ont
ainsi perdu leurs câblages réseau.

                                     Câblage réseau
                                                                            Interconnexions (BLR)
  Structures
                                                                                 fonctionnelle
                Fonctionnel              Utilisé          Endommagé

DSS/MARHA       Non (marchait parfois    Non (ont         Non (mais ont Non (n’a jamais marché ;
SA              mais ont déménagé)       déménagé)        déménagé)     ont déménagé)

                Non (marchait mais                        Non (mais ont Non (n’a jamais marché ;
Elevage         ont déménagé)            Non              déménagé)     ont déménagé)

                                                                          Oui (mais débranché
INSD            Oui                      Non              Non             depuis)

SONAGESS
(SIM)           Oui                      Non              Non             Non

                                                                          Oui (mais débranché
DGM             Oui                      Non              Non             depuis)

                                                                          Oui (mais non utilisé
INERA           Oui                      Non              Oui             depuis)
ICOMG

ONAC              Non                       Non                Non              Non

II.2.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme
        a) Fonctionnalité et qualité de la plateforme informatique

Une première option pour l’utilisation de la plateforme était de saisir les données au niveau des
services techniques sur leurs serveurs puis les transférer vers un serveur national. Malheureusement,
les interconnexions n’étaient pas satisfaisantes et la CEDEAO a pris l’option de faire saisir
directement les données sur le serveur régional en utilisant Internet.

La plateforme elle-même n’était pas adaptée et ne pouvait pas être utilisée de manière conviviale.
Les fonctionnalités de la plateforme n’ont pas été bien présentées et ce qu’elle devait permettre de
faire n’a pas été bien compris. Il y a eu une présentation de la plateforme sur une version non
définitive après l’installation sur les différents serveurs. Une deuxième formation a été organisée sur
une version dite définitive, mais elle contenait toujours des bugs et était à parfaire. Le point focal
national ne peut pas se connecter car il y a un message d’erreur. De plus certains canevas pour la
saisie des données devaient être adaptés parce qu’ils étaient difficiles à renseigner. Au cours de cette
formation des comptes dits de test ont été créés et les comptes définitifs devaient être créés par la
suite par le prestataire après la correction des bugs. Mais le prestataire n’est plus jamais revenu et
les points focaux ne comprennent pas pourquoi c’est resté sans suite. Ils pensent que c’était peut-
être la fin de la première phase et qu’on attendait la deuxième phase du projet pour continuer. De
nouveaux utilisateurs sont venus, ont trouvé le matériel mais ne savaient pas quoi en faire.

        b) Qualité des données saisies et des indicateurs

Le choix des indicateurs n’était pas définitif car il y avait des spécificités par pays qu’il fallait prendre
en compte. Des indicateurs n’étaient pas réalistes car ne pouvaient pas être obtenus à partir des
données disponibles.

Il faut revoir les indicateurs par pays.

        c) III.3 Utilisation de la plateforme par les acteurs

La plateforme n’a jamais été utilisée. Certains se sont connectés quelques fois sur la plateforme pour
voir s’il y a quelque chose ou par simple curiosité (Elevage). La non utilisation de la plateforme est
du surtout:

       Au non lancement de l’exploitation effective de la plateforme ;
       La non disponibilité de la connexion internet ;
       Le manque d’animation du projet au niveau régional ; ce qui fait qu’il n’y a jamais eu par
        exemple de rencontres pour valider les données avant leur publication sur la plateforme ;
       Le manque d’animation du projet au niveau national ; le point focal national ne pouvait pas
        prendre des initiatives sans moyens financiers.
ICOMG

        d) Projets similaires

       ContryStat : CountryStat a un dispositif de pilotage similaire à ECOAGRIS. Le projet a fourni
        du matériel et a fait installer des connexions internet. CountryStat a commencé sous forme
        de projet avec un budget par pays et un protocole d’accord pendant au moins 3 ans. Des
        séminaires et des rencontres étaient organisés pour valider les données à publier sur le
        portail d’information. A la fin de cette phase, les pays ont pris le relai.
        SIMA : SIMA est un projet national financé par le PAPSA, lui-même financé par la Banque
        Mondiale. Les données étaient collectées par Smartphones et transférées directement sur le
        serveur central. Il y avait donc beaucoup d’erreurs parce qu’il n’y avait pas de validation
        préalable des données avant leur publication.

II.2.5 Constats sur le cadre institutionnel
    a) Adéquation du dispositif de pilotage

Le cadre est bien pensé mais manque de moyens de fonctionnement. Le point focal national est logé
à la Direction des Statistiques Sectorielles (DSS) de la Direction de la Programmation et des
Statistiques Agricoles (DPSA) du Ministère en charge de l’agriculture.

Les points focaux sectoriels ont été nommés de manière informelle sur demande du point focal
national. Ce qui donne l’impression que c’est un groupe de travail privé et les responsables ne sont
pas sentis concernés. Les points focaux devaient être nommés de manière formelle.

Dans la plupart des services techniques, il y a deux points focaux de fait : un point focal du métier et
un informaticien comme à la météo, à l’agriculture, à l’élevage, etc.

    b) Adéquation de la tutelle du point focal national

Au démarrage du projet, il était bon de loger le point focal au niveau de la direction qui s’occupe des
statistiques agricoles. Donc la DPSA du ministère en charge de l’agriculture a été retenue par
consensus. Cependant, le point focal national est actuellement dans une sous-direction de la DPSA.
Ce qui ne lui donne pas le poids pour convoquer les points focaux au niveau des autres ministères et
diriger les rencontres. Il faut soit le loger dans un organe interministériel, soit doter conséquemment
le projet de moyens lui permettant de jouer son rôle de projet interministériel.

II.2.6 Suggestions et besoins exprimés

        a) Sur le matériel informatique et le réseau
ICOMG

   Saisir directement les données sur le serveur régional à l’image du projet Country Stat ; ou
    alors doter les services techniques de moyens techniques leur permettant de maintenir les
    serveurs et le réseau mis à leur disposition.
   Améliorer l’accès à internet.
   Renouveler les ordinateurs de bureaux car ceux reçus sont maintenant dépassés.

    b) Sur les fonctionnalités de la plateforme

   Parfaire la plateforme en corrigeant les bugs et en adaptant les canevas de saisie des
    données au contexte du pays.

    c) Sur la qualité des données et des indicateurs

   Former les acteurs sur les techniques innovantes de collecte, de traitement et de diffusion
    des données.
   Appuis pour la formation à l’utilisation des outils de statistique (SPSS, CSPRO, R, Bases de
    données) ;
   Contribuer à la réalisation de certaines enquêtes ;
   Appuyer la collecte des données par Smartphones et/ou tablettes ;
   Appuyer en carburant pour aller sur le terrain ;
   Former les acteurs sur la sécurité alimentaire.

    d) Sur l’utilisation de la plateforme

   Organiser un atelier pour expliquer les objectifs du projet et les attentes, en impliquant les
    techniciens (informaticiens) et les exploitants métiers.
   Former les points focaux à l’utilisation de la plateforme.
   Organiser des rencontres pour la saisie des données. Au cours de ces rencontres les données
    à saisir sur la plateforme sont validées et de petits recyclages sur l’utilisation de la
    plateforme sont effectués.
   Donner le dispositif national de moyens pour animer les rencontres et pour collecter les
    données non disponibles sur place.

    e) Sur le cadre institutionnelle

   Nommer formellement les points focaux par arrêté : un arrêté portant création du groupe
    technique ECOAGRIS et un arrêté portant nomination des membres du groupe. L’arrêté
    précise les attributions et le fonctionnement du groupe.
   Signer un protocole d’accord avec le projet ECOAGRIS de la CEDEAO pour préciser le rôle et
    les attributions de chacun.
   Créer un comité de pilotage composé des premiers responsables (les directeurs
    généraux) permettant de leur rendre compte de l’avancement du projet par les points
    focaux.
ICOMG

   Loger le projet soit au SP/CPSA (Secrétariat Permanent pour la Coordination des Programmes
    de Statistiques Agricoles) qui relève du ministère chargé de l’agriculture mais coordonne
    toutes les activités liées au monde rural dans le pays ; soit au Conseil National de la
    Statistique qui gère la stratégie et les politiques liées aux statistiques de manière générale et
    qui a un volet agricole.
   Organiser des voyages d’étude et de partage d’expérience dans la sous-région en faveur des
    points focaux.
   Sensibiliser les responsables des ministères concernés sur le projet ECOAGRIS.
ICOMG

II.3 La situation en Côte d’Ivoire
II.3.1 Déroulement de la mission
La mission a commencé le mardi 28/07/2015 à 14h30 par une rencontre organisée par le SP CONACILSS
Hubert BIE avec tous les points focaux à la salle de conférences du Ministère de l’Intégration Africaine et des
Ivoiriens de l’Etranger (MIAIE). Deux présentations ont été faites à l’occasion :

        présentation de la phase pilote du projet par le point focal national Mme Chantal DONGO. Mme
         DONGO a indiqué que le canevas de rapport a été rempli, compilé en synthèse et transmis au
         CRA. Différentes difficultés n’ont pas permis de démarrer réellement le projet dans sa phase
         pilote.
        Présentation de la phase 2 du projet par le Coordonnateur du projet ECOAGRIS, Dr Moussa MAMA.

Au cours de cette réunion ou les différentes structures sectorielles étaient représentée, chacun a pu donner
son appréciation de la phase pilote ainsi que les souhaits pour la bonne marche de la seconde phase.

Les structures concernées sont les suivantes :

        SODEXAM
        INS
        CNRA
        MINAGRI-DPVSA
        MINAGRI-DSDI
        MIRAH
        OCPV
        ANADER

Un programme de passage de la mission dans les structures partenaires a été mis en place séance tenante, afin
de pouvoir vérifier l’effectivité de l’état de fonctionnement du matériel reçu par chacun et du réseau mis en
place.

Le Mercredi 29 juillet, en compagnie du point focal national, Mme DONGO, nous avons rencontré le Directeur
de la DSDI à qui le coordonnateur a présente Les enjeux de la deuxième phase du projet ECOAGRIS.

Le Directeur a encouragé la mise en place de la structure de pilotage national.

Il nous a aussi parlé d’un projet e-agriculture en cours.

II.3.2 Constats sur le matériel informatique
Le matériel a été livré par la société SOFTNET. Huit (8) structures ont reçu du matériel avec certains
défectueux.

Un serveur défectueux se trouvant initialement à l’INS serait chez le prestataire (pour réparation) :
non confirmé. Beaucoup de problèmes de fonctionnement des onduleurs dus à des Problèmes
d’électricité et de compatibilité des prises.

Le tableau suivant présente la situation du matériel.
ICOMG

                       B : bon D : défectueux T : total

                       II.3.3 Constats sur les réseaux informatiques
                       Un câblage réseau local a été réalisé pour six(6) structures sur Huit(8).
                       L’interconnexion a été réalisée pour les 8 structures en filaire avec des routeurs CISCO ADSL/WAN
                       1941 et des FIREWALL ASA 5505 et 5520.

    Poste de travail               Onduleur 10KVA          Imprimante              Scanner              Disque externe 1000 GO

          D            T           B      D     T      B        D       T      B     D         T         B      D          T

                       5                        0      1                1      1               1        1                 1

          1            6                  1     1      1        1       2      1               1        1                 1

          2            8           0      0     0      1        0       1      1     0         1        1       0         1

          0            7           1      0     1      2        0       2      1     0         1        2       0         2

0         0        10              1      0     1      2        0       2      2     0         2        2       0         2

          0            6           0      1     1      2        0       2      1     0         1        2       0         2

          0            6           1            1      1                1      1               1        1                 1

                       5           1            1      1                       1               1        1                 1

0         3        53              4      2     6     11        1       12     9     0         9        11      0        11

                                                              Câblage réseau
                                                                                                   Interconnexions (BLR)
                                 Structures
                                                Fonctionnel      Utilisé     Endommagé             fonctionnelle (oui/non)
                                                (oui/non)        (oui/non)   (oui/non)

                           SODEXAM              non                                          Oui

                           INS                                                               Non (suspension de la ligne
                                                oui                                          téléphonique)

                           CNRA                 non                                          Non (serveur défectueux)

                           MINAGRI-DPVSA                                                     Non (dysfonctionnement du
                                                oui                                          DPN, routeur non alimenté)

                           MINAGRI-DSDI         oui                                          oui
ICOMG

MIRAH                                                                    Non (onduleur défectueux,
                        oui                                             routeur non alimenté)

OCPV                    oui                                             oui

ANADER                  Non
                        (changement                                     Non (pas de redéploiement sur
                        de site)                                        le nouveau site)

II.3.4 Constats sur l’utilisation de la plateforme
Une formation sur la plateforme , assurée par 2si, a eu lieu du 25 au 29 Novembre 2013 au Ministère
de l’Agriculture.

    a) Fonctionnalité et qualité de la plateforme informatique
Blocages lies à des champs obligatoires à remplir sans que les acteurs aient ces infos

    b) Qualité des données saisies et des indicateurs
Les structures concernées par la collecte des données étaient la DPVSA, la DSDI, l’OCPV, le MIRAH,
l’ANADER et l’INS. Cependant, seules la DSDI et la DPVSA ont pu collecter des données. Ces données
étaient destinées au test des applications de collecte des données sur le réseau national.

Certaines données ne peuvent être obtenues qu’avec l’autorisation des autorités (par exemple le
salaire des chercheurs)

Des structures comme la SODEXAM ne peuvent pas donner gratuitement leurs données, car elles
sont vendues.

    c) Utilisation de la plateforme par les acteurs
Le dispositif mis en place était celui-ci : un serveur central (national) relié à des serveurs annexes. Le
serveur national a été seulement mis en route pour la vérification de l’interconnexion entre les sites.
Après cette étape, le serveur a été arrêté parce que les applications qui devaient permettre la
collecte des données n’ont jamais été livrées et mises en place.

    d) Projets similaires et synergies avec ECOAGRIS

       Contrystat : Un budget est alloue au point focal national qui rassemble les donnes des points
        focaux pour renseigner une base de données qui permet de prendre des décisions sur le
        domaine socio-économiques (CLOE) – primature

       FARAR (basé à accra) plateforme RAIS sur l’information agricole
        Même système de fonctionnement des points focaux. Ils ont amélioré la connexion internet.
        www.erails.net - le financement est arrivé à terme
ICOMG

II.3.5 Constats sur le cadre institutionnel
        a) Adéquation du dispositif de pilotage
            Difficulté de maintien des points focaux qui quittent l’administration.
            Bien adapté par rapport au principe de fonctionnement normal la Côte d’Ivoire

        b)   Adéquation de la tutelle du point focal national
            Pas adaptée.
            A revoir pour la seconde phase notamment pour la gestion administrative.
            Peut rester pour le pilotage technique uniquement.

II.3.6 Suggestions et besoins exprimés
   a) Sur le matériel informatique et le réseau

       Adapter les équipements au besoin des pays.
       Etablir un contrat de maintenance des équipements.

   b) Sur les fonctionnalités de la plateforme

Difficile à dire étant donné qu’il n’y a pas eu d’utilisation effective.

       Reprendre la formation des utilisateurs ECOAGRIS compte tenu de la mobilité des agents des
        différents services.
       Organiser des formations régionales pour tous les acteurs du projet en vue d’une
        harmonisation des outils, des procédures et des connaissances.
       Doter le pays d’une fourniture internet de façon permanente (sur la période du projet).

   c) V.3 Sur la qualité des données et des indicateurs

Les données et les indicateurs du régional sont trop nombreux :

       faire en sorte que les acteurs soient en mesure de renseigner ces indicateurs ;
       renforcer les capacités techniques, opérationnelles et financière du dispositif de collecte de
        données au niveau national.

   d) Sur l’utilisation de la plateforme

       Budgétiser les charges de fonctionnement et les indemnités de l’équipe de travail.
       Doter le pays d’une fourniture internet de façon permanente (sur la période du projet).
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler