CONCEPTION D'UN ITINÉRAIRE CULTUREL SUR LA NOUVELLE-FRANCE - Août 2004

 
CONCEPTION D'UN ITINÉRAIRE CULTUREL SUR LA NOUVELLE-FRANCE - Août 2004
CONCEPTION D’UN ITINÉRAIRE CULTUREL SUR LA
              NOUVELLE-FRANCE

        Centre Interuniversitaire d’Études Québécoises
         Laboratoire de géographie historique
                    Université Laval

                        Elodie Tribot
              Inventaire des lieux de mémoire
                  de la Nouvelle-France

                                                         Août 2004

                                                                 1
CONCEPTION D'UN ITINÉRAIRE CULTUREL SUR LA NOUVELLE-FRANCE - Août 2004
SOMMAIRE

SOMMAIRE.................................................................................................................................................................................... 2
INTRODUCTION.......................................................................................................................................................................... 3
I/ METHODOLOGIE................................................................................................................................................................... 4
    I/LA PHASE DE CONCEPTION.....................................................................................................................................................4
    II/LA PHASE D’EXPLORATION...................................................................................................................................................4
    III/LA PHASE D’EXPÉRIMENTATION ET DE COMMUNICATION ..........................................................................................5
II/ CADRE CONCEPTUEL ........................................................................................................................................................ 6
    I/ QU’ EST-CE QUE LE TOURISME DE MÉMOIRE?...................................................................................................................6
        1/ Le tourisme de mémoire................................................................................................................................................... 6
        2/ Le tourisme généalogique................................................................................................................................................ 7
        3/ Exploration et objectifs .................................................................................................................................................... 8
    II/ L’ITINÉRAIRE CULTUREL : UNE EXPÉRIENCE TOURISTIQUE COMPLÈTE ET ENRICHISSANTE ............................10
        1/ L’itinéraire culturel........................................................................................................................................................10
        2/ L’expérience culturelle comme expérience touristique............................................................................................11
        3/ Le public ...........................................................................................................................................................................13
    III/ CADRE CONCEPTUEL : SYNTHÈSE ..................................................................................................................................14
III/ L’ EXPÉRIMENTATION DU PROJET .......................................................................................................................15
    I/ L’ITINÉRAIRE-PILOTE ..........................................................................................................................................................15
    II/ B ILAN DE LA PHASE D’EXPÉRIMENTATION ET DE COMMUNICATION.......................................................................18
        1/ Les rencontres en face à face ........................................................................................................................................18
        2/ La réunion générale du 17 août 2004..........................................................................................................................19
    II/ PROPOSITION SUR LE WEB.................................................................................................................................................20
        1/ Intérêt d’une telle réalisation........................................................................................................................................20
        2/ Proposition.......................................................................................................................................................................21
IV/ LA RÉALISATION ET LE SUIVI DU PROJET ........................................................................................................24
    I/ LA PHASE DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET........................................................................................................................24
    II/ LE SUIVI DU PROJET ............................................................................................................................................................24
    III/ L’ OUVERTURE DU PROJET : ORIENTATIONS POSSIBLES............................................................................................25
CONCLUSION .............................................................................................................................................................................26
BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................................................................................27
ANNEXES : ...................................................................................................................................................................................29

                                                                                                                                                                                               2
CONCEPTION D'UN ITINÉRAIRE CULTUREL SUR LA NOUVELLE-FRANCE - Août 2004
INTRODUCTION

        Ce présent projet naît de la volonté de valoriser l’Inventaire des lieux de mémoire de la
Nouvelle-France mis en place au Québec et en Poitou-Charentes. Il est fortement lié à une
entente générale entre la France et le Québec concernant le domaine de la culture et plus
particulièrement le patrimoine franco-québécois. L’itinéraire culturel sur la Nouvelle-France a été
conçu dans le cadre de mon stage validant un diplôme français en action culturelle (DESS
Cultures et patrimoines, Développement local et promotion sociale dispensé par l’Université de
Picardie-Jules Verne à Amiens). Ce stage s’est déroulé de début mai à fin août 2004 au CIEQ
(Centre Interuniversitaire d’Études Québécoises/ Laboratoire de géographie historique) de
l’Université Laval. Les commanditaires de ce stage sont le CIEQ et le Ministère de la Culture et
des Communications du Québec (la Direction du Patrimoine et la Direction de la coopération
internationale et du développement des marchés).

L’Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France a permis de répertorier les biens
immobiliers, les sites archéologiques, les repères commémoratifs (plaques, monuments, sites
associés à des évènements ou à des personnages) et les traces liées à l’aménagement de l’espace,
datant de l’époque de la Nouvelle-France. Un tel outil de recherche doit être utilisé par les
chercheurs, par les acteurs culturels ainsi que par un plus large public. Pour cela, il doit se faire
connaître. L’inventaire est disponible en ligne et l’accès aux fiches descriptives peut se faire par
tous et à tout moment, encore faut-il que le site soit connu. Un projet de valorisation des lieux
répertoriés est un moyen de prouver la fonctionnalité de l’Inventaire, il est une application du
travail des chercheurs. Cette application a également répondu à la demande de produits pour un
tourisme de mémoire et/ou généalogique au Québec, en France et aussi aux États-Unis
(Nouvelle-Angleterre).

Précisés en concertation avec le MCCQ, les objectifs de ce stage sont une valorisation de
l’Inventaire en ligne, une mise en réseau des acteurs régionaux du patrimoine et la proposition
d’un nouveau produit pour un tourisme de mémoire au Québec. Un projet d’itinéraire culturel,
élaboré pour les régions de la Capitale nationale et de Chaudière-Appalaches, correspond aux
objectifs visés étant donné le label de qualité qu’il offre, le développement local qu’il suscite, et
la valorisation du patrimoine québécois et français auquel il participe. L’intérêt pour les
itinéraires culturels s’inscrit dans un courant plus large, tant au niveau mondial et européen, avec
l’Unesco et l’Institut européen des itinéraires culturels, que localement au Québec et en France.

Dans un premier temps, la démarche engagée lors du stage est élaborée sous la forme d’une
méthodologie précise de définition de projet. En second lieu, le cadre conceptuel permet de
réfléchir aux enjeux d’une valorisation du patrimoine et de fournir des concepts d’élaboration et
d’interprétation au projet. Ensuite, le modèle-pilote et le bilan des rencontres avec les partenaires
présentent le travail effectué pour l’expérimentation et la communication du projet. De plus, une
ébauche de site web a été développée afin de proposer une application possible du concept. Les
modalités de cette application sont à trouver pour permettre au projet de montrer concrètement
tous les bénéfices qu’il engendre tant au niveau économique que social. Enfin, des
recommandations et des orientations sont présentées pour la suite du projet et son suivi.

                                                                                                   3
I/ METHODOLOGIE

       La conception de l’itinéraire a nécessité de mettre en place une stratégie précise de
recherche et de communication. La définition du projet s’est déroulée en trois temps, avec une
première phase de conception et de réflexion, une seconde phase d’exploration des thématiques et
des ressources, et une dernière phase d’expérimentation et de communication du projet. Ces
étapes ont été menées à terme durant le stage, jusqu’à la phase de mise en œuvre du projet qui est
envisagée dans la quatrième partie de ce rapport.

I/La phase de conception
    La définition de la problématique et du cadre théorique pour le projet a été pensée grâce à des
ouvrages scientifiques et des références actuelles concernant le tourisme, la politique culturelle et
le patrimoine. La bibliographie à la fin de ce rapport présente les titres des ouvrages consultés.
Les concepts-clefs de tourisme de mémoire, de tourisme généalogique, d’itinéraire culturel et
d’expérience touristique ont été explorés et développés. Ils ont permis de créer un cadre
conceptuel au projet, présenté dans ce rapport (chapitre II). Un modèle-type d’itinéraire a été
conçu pour mettre en forme le concept élaboré. Sous la forme d’un tableau, il présente les types
d’expériences et de ressources envisagés pour répondre aux exigences du cadre conceptuel.

Cette étape est primordiale dans la conduite de projet. Elle permet de contextualiser l’idée de
départ et d’actualiser le projet. Sans fondement théorique, sans problématique, un itinéraire
culturel ne peut être pertinent pour le touriste en quête d’une certaine qualité d’expérience.

II/La phase d’exploration
        Trois ébauches d’itinéraires culturels ont été proposées à partir de thématiques précises.
Celles-ci sont la vie domestique, la Guerre de sept ans et la Rencontre des cultures (espace de
rencontre avec les Amérindiens). Chaque thème est associé à une version de l’itinéraire et il
représente un aspect distinct et crucial de la vie en Nouvelle-France. L’annexe 1 présente les
résultats de cette étape d’exploration. Les ressources, liées à chacun des thèmes, ont été
rassemblées en équipe (historiens et géographes de la Nouvelle-France) et sur le web.
L’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France (www.memoirenf.cieq.ulaval.ca) a été
utilisé pour les lieux historiques et de mémoire. Pour les centres d’interprétation et les autres
ressources, le site de la Société des musées québécois ainsi que les sites des régions ont été
consultés. Pour conclure cette étape, une validation scientifique a été demandée à Alain Laberge,
directeur du département d’histoire de l’Université Laval et spécialiste de la Nouvelle-France.

Une réunion au Ministère de la culture et des Communications du Québec a été organisée pour
choisir l’itinéraire à expérimenter. Le premier thème général a été retenu. En effet, la vie
domestique a un lien évident avec le tourisme de mémoire et en particulier le tourisme
généalogique. De plus, il permet de développer plus facilement le réseau de partenaires étant
donné le grand nombre de sites concernés dans les deux régions. En revanche, le thème sur la
Guerre de Conquête permettait moins de diversité géographique et de diversité de publics, malgré

                                                                                                   4
la présence de ressources peu connues ou appréciées par un public large (comme les
reconstitutions de pratiques militaires). Quant au troisième thème « Rencontre des cultures »,
l’échéancier trop serré pour la prise de contact avec les partenaires et l’existence de nombreux
produits, en particulier autochtones, nous ont incité à mettre de côté cette proposition pour
l’expérimentation.

Cette étape a permis de tester le modèle-type, l’étendue des ressources et la pertinence des
thématiques. De plus, elle est nécessaire pour envisager l’avenir du projet, pour vérifier
l’adaptabilité du concept selon les thèmes, les contextes, les régions, à partir desquels le projet est
monté.

III/La phase d’expérimentation et de communication
        Une stratégie de communication du projet a été mise en place. Des rencontres ont été
organisées avec des partenaires pouvant être impliqués dans le suivi et la réalisation du projet.
Nous avons rencontré Yves Soucy et Pierre Lahoud des deux Directions régionales du Ministère
de la Culture et des Communications du Québec. William Moss et Michel Campéanau, tous deux
de la ville de Québec, et Marike Robitaille, de l’Office de tourisme, nous ont accueillis dans leurs
locaux. Nous avons également échangé avec André Charbonneau de Parcs Canada, Nicolas
Giroux de la Commission de la Capitale nationale, Yves Bergeron du Musée de la civilisation et
Christiane Turgeon du Musée des Ursulines. La Fédération des familles-souches québécoises,
représentée par Réjeanne Boulianne et Jérôme Morneau, est venue au CIEQ pour discuter du
projet mais aussi de l’Inventaire. Ces rencontres ont été l’occasion de valider l’approche
envisagée, d’explorer les intérêts des acteurs du patrimoine concernés par le projet, et de prévoir
un partenariat possible. Ce partenariat était à finaliser lors d’une réunion générale organisée le 17
août à la Maison Chevalier à Québec. Un document de présentation du projet a été rédigé et
transmis (annexe 2). Il a été présenté lors de rencontres avec les partenaires ou envoyé par
courrier aux partenaires non rencontrés. Ces derniers ont reçu également une invitation pour la
réunion générale. La liste des partenaires est présentée en annexe 4.

Ces rencontres sont primordiales pour deux raisons :

   §   l’expérimentation du projet sur le terrain, avec des professionnels. Le projet doit être
       validé par les acteurs culturels. D’autres ressources et partenaires peuvent être ajoutés
       grâce à leurs connaissances du territoire.
   §   la création et à l’animation d’un réseau. La réunion générale va dans ce sens, le projet doit
       être prétexte à un échange et à une dynamique qui permettent à terme un développement
       du territoire.

       Ces trois phases représentent la démarche de travail envisagée pendant le stage et pour la
conception du projet d’itinéraire culturel. La phase de conception a été le point de départ de la
démarche. Le cadre conceptuel qui est le résultat de cette réflexion est proposé dans la partie qui
suit.

                                                                                                     5
II/ CADRE CONCEPTUEL

         Dans un projet culturel et en particulier pour une valorisation de patrimoine, les raisons de
la valorisation et la manière de le faire (concept de restauration et concept d’exploitation) vont
influencer l’interprétation du patrimoine (le concept d’interprétation, discours et présentation) 1.
Selon les promoteurs et le projet final de valorisation, l’interprétation proposée sera différente. En
particulier, le discours élaboré justifiera l’action et les intentions. Les concepts de tourisme de
mémoire, d’itinéraire culturel et d’expérience touristique permettent de donner un discours
d’interprétation au projet de valorisation des lieux de mémoire de la Nouvelle-France relevés par
l’inventaire. Le cadre théorique doit permettre d’envisager l’itinéraire comme une action
patrimoniale. Néanmoins, il ne faut pas oublier que l’itinéraire s’inscrit dans une stratégie
touristique, même si ce projet a certes une dimension culturelle. Le tourisme patrimonial est un
sujet d’actualité tant pour l’industrie touristique et le Ministère du tourisme que pour le Ministère
de la culture et des communications 2 . Le projet présenté participe donc d’une réflexion plus
globale sur la place du patrimoine dans nos sociétés contemporaines.

I/ Qu’est-ce que le tourisme de mémoire?

        1/ Le tourisme de mémoire

        Une convention relative au tourisme de mémoire a été signée en février 2004 en France
entre le Secrétaire d’Etat au tourisme et le Secrétaire d’État aux anciens combattants (rattaché au
Ministère de la Défense). Cette convention porte sur l’aménagement touristique et la promotion
des sites de mémoire. Elle souligne l’intérêt des sites de mémoire, en particulier dans les régions
ne disposant pas toujours d’atouts touristiques majeurs. Les sites doivent être aménagés selon une
démarche de qualité (information, multilinguisme, mise en réseau, stationnement..) Le tourisme
de mémoire mis en oeuvre par des « chemins de mémoire3 » concerne surtout la mémoire des
conflits du 20ème siècle. La direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du Ministère
de la Défense est impliquée dans ce projet. Les thématiques envisagées sont la fortification, la
guerre impériale, l’occupation, la résistance, la libération…Ce tourisme est envisagé comme un
secteur privilégié de création d’emplois et d’attractivité des territoires. Un axe est également
prévu autour de la promotion des sites en France et à l’étranger.

1
  D. Boucher, Sauvegarde du patrimoine, commémoration du passé et construction d’une mémoire locale : Rivière
du loup et le manoir de Fraser, Thèse de maîtrise, Université Laval, 2001
2
  www.canadatourisme.com/ctx/app/fr/ca/magazine/article.do?path=templatedata\ctx\magArticle\data\fr\2004\issue0
5\industry\change_and_growth_fr , consulté le 8 juin et les documents PDF ci-après, téléchargés le 8 juin :
Destination_Culture_FRE.pdf et DiscoveringHeritageTourismFRE.pdf, datant de l’année 2004 et proposés par la
Commission canadienne du tourisme
3
   les « Chemins de mémoire » mettent en lien des sites dénommés « points d’appui » sélectionnés au regard des
thèmes déterminés. Les points d’appui sont choisis selon leur intérêt historique mais également selon la gestion et la
sécurité du lieu. Des réseaux d’information permettent de promouvoir les chemins de mémoire, cf site web
www.cheminsdememoire.gouv.fr

                                                                                                                    6
Le tourisme de mémoire en France et au Royaume-Uni a permis d’expérimenter une
interprétation novatrice dans certains lieux de mémoire. Pour l’Historial de Péronne par exemple,
la Grande Guerre est replacée dans un contexte plus large, celle de trois nations. Le Mémorial de
Caen, quant à lui, propose une réflexion sur les enjeux géopolitiques du monde en parlant des
différents conflits contemporains. Ces interprétations transversales présentent une mémoire plus
contemporaine et plus complexe 4 qu’un seul rappel historique, qui fige la mémoire collective.

         Une étude sur «La clientèle des sites de mémoire en Nord-Pas de Calais » a été menée
par le comité régional de tourisme en 2001/2002 5 .Les sites interrogés sont Vimy, site canadien de
la Grande Guerre, et Notre-Dame de Lorette, lieu de mémoire de la Première guerre mondiale
également. Pour les deux sites, 80% de la clientèle est française : parmi les étrangers, 56,1% sont
Anglais, 13,7% sont Canadiens. Les visiteurs ont majoritairement plus de 45 ans (pour les
résidents 55%, pour les non-résidents 62%). Neuf visiteurs sur dix sont des habitués de la culture,
ils visitent d’autres lieux culturels régulièrement. 47% des non-résidents effectuent des courts
séjours. Les retombées économiques ne sont pas très importantes; 40% des étrangers vo nt à
l’hôtel, 50% dans les restaurants locaux. Pour les résidents, les visites sont plutôt vécues comme
des promenades, en famille ou en couple, plus que comme un acte de mémoire ou une visite
culturelle. Il faut réfléchir sur cette étude car elle interroge la clientèle et les effets du tourisme de
mémoire et même du tourisme généalogique. Peu d’études ont été menées jusqu’à présent. Une
volonté de rajeunir le public de ces visites, pour transmettre une mémoire, existe bien. Elle
s’exprime notamment dans la recherche d’une interprétation plus adéquate (discours et
présentation).

        2/ Le tourisme généalogique

         Une définition du tourisme généalogique est proposée par la Fédération des familles-
souches québécoises6 : « l’action de voyager sur les traces des ancêtres et de leurs descendants en
vue de mieux les connaître et de les comprendre dans les lieux où ils ont vécu et ce tant à
l’échelle locale, que nationale ou internationale ». Nous pouvons trouver des sites internet sur les
« pélerinages aux sources. » La famille Leblond est partie faire un circuit en France. Au départ,
les activités sont ciblées sur leur parenté (inauguration d’une plaque commémorative, cimetières,
villages d’origine). Puis, même si les lieux géographiques sont liés à l’époque de la Nouvelle-
France (Charentes, Bretagne) des visites plus classiques de découverte du pays sont intégrés dans
leur voyage (musées, Paris…)7

        En Grande Bretagne, le tourisme généalogique est déjà bien répandu. Nous pouvons
deviner que le marché est nord-américain, néo-zélandais et australien. L’office de tourisme
écossais propose par exemple une recherche généalogique sur les Iles Shetland. L’office donne
des conseils pour une recherche efficace de son ascendance. Il propose de commencer la
recherche autour de soi, avec sa proche famille puis de venir sur les Iles dans des endroits
spécifiques comme la Société historique des familles de Shetland, la bibliothèque et les archives
des Iles. Une carte indique les différents lieux à visiter pour la recherche et la découverte de la vie

4
  J.M.Puydebat, « Plaidoyer pour une mémoire moderne », in Cahier Espaces n80, Paris, Décembre 2003
5
  consultée le 18 mai sur www.crt -nordpasdecalais.fr/photoUpload/Syntheses/memoire.pdf
6
  site web de la Fédération : www.ffsq.qc.ca
7
  Exemple d’un voyage sur www.généalogie.org/famille/leblond/accueil.html, consulté le 18 mai

                                                                                                        7
sur les Iles, passée et présente. Des adresses de musées, d’associations et de bibliothèques sont
également consultables en ligne ainsi qu’un résumé de l’histoire de l’émigration, des extraits de
lettres... 8 Le tourisme généalogique envisagé est aussi un tourisme de mémoire sur les traces
d’une histoire collective et non seulement familiale.

        Selon un sondage Ipsos-Reid fait en 20029 , 33 pour cent des Canadiens sont intéressés
par le «tourisme généalogique», des excursions organisées dans des villes, des archives et des
bibliothèques où les gens peuvent chercher des renseignements sur leurs ancêtres. Un quart des
Canadiens seraient prêts à payer pour des produits et des services de recherche généalogique,
comme des bases de données en ligne, des conférences ou des livres. Ce sondage voulait aussi
mesurer l’intérêt des sondés pour un centre canadien de généalogie virtuel. La moitié des
personnes interrogées se dit intéressée par cet outil de recherche.

        Une enquête sur les activités des participants aux rassemblements organisés par la
Fédération des familles-souches (colloque, congrès, rencontres d’information, ateliers de
formation, expositions…) permet d’avoir des renseignements sur les gens intéressés au Québec
par ce genre de recherche généalogique10. Les rassemblements au Québec se déroulent souvent
sur une journée. Ces journées sont organisées par des bénévoles. Les Québécois sont majoritaires
(84,6%). Les franco-américains représentent 3,7% des gens rassemblés, les Franco-canadiens 7,1
et les personnes d’Outre-Mer 4,6%. La moyenne d’âge est plutôt élevée : 54,5% des participants
ont plus de 60 ans, 15,6% ont entre 18 et 39 ans. Les services offerts, à côté du rassemblement,
concernent surtout l’accueil du groupe : stationnement, signalisation, premiers soins, sécurité. Les
différentes activités sont des visites historiques, des conférences, des visites de musée, des tours
de ville, des visites industrielles, des visites des terres ancestrales. Parfois, des distractions sont
proposées comme des soupers, des expositions, des concerts, des excursions, des messes… Peu
d’associations organisent des activités exceptionnelles telles que le dévoilement d’une plaque
commémorative, le lancement d’un dictionnaire ou d’un livre, la remise de certificats,
dévoilement d’un nouveau produit…. Les responsables des associations aimeraient un meilleur
soutien du milieu, un comité d’organisation plus professionnel, des références pour la procédure
publicitaire, une plus grande participation des membres… Les activités des associations
généalogiques semblent donc être surtout des occasions de se retrouver, les membres ne
s’engageant pas vraiment dans la démarche des sociétés. La demande pour la recherche
généalogique est là, les membres pourraient être intéressés par du tourisme de mémoire. La
question est de savoir si c’est le même public-cible pour les associations de famille-souche et le
tourisme de mémoire.

        3/ Exploration et objectifs

       Le tourisme de mémoire est un tourisme culturel puisqu’il favorise l’intégration des lieux
de mémoire dans l’offre touristique. Les scientifiques et les professionnels ayant réfléchi sur ce
concept s’entendent pour accorder au tourisme culturel des effets sur le développement local et

8
       cf.    les    pages     « Ancestry      Research     in     Shetland »   consultées      le   25     mai  sur
http://www.visitshetland.com/echoes/genealogy.html. Voir aussi la volonté politique de développer un tourisme
généalogique en Ecosse : http://www.scottish.parliament.uk/S1/official_report/session99-00/or041202.htm
9
   http://new.geneanet.org/fr/article.php?sid=2034, consulté le 30 mai
10
   site web de la FFSQ, www.ffsq.qc.ca/ffsq-01.html: enquête réalisée par Karine Martel et téléchargée le 25 mai

                                                                                                                  8
durable des régions. Le tourisme culturel apporte au territoire des retombées économiques, mais
aussi une certaine mise en réseau des équipes et des structures ayant des intérêts communs, et la
valorisation d’une identité locale11 . Il respecte le paysage et les ressources du territoire, principe
d’un développement durable d’une région. Les objectifs du tourisme culturel intègrent la
protection de l’environnement façonné par le temps, par l’Histoire. Le tourisme culturel est
présenté comme un tourisme d’apprentissage répondant bien aux demandes actuelles des
touristes : désir d’apprendre, respect de l’environnement, indépendance, qualité des services,
expérience personnalisée…

        Le couple tourisme et patrimoine, car c‘est bien de patrimoine dont il s’agit dans le
tourisme de mémoire, soulève en plus d’autres interrogations. Nous ne parlerons pas de tous les
enjeux et les sens du patrimoine dans nos sociétés actuelles. Il faut toutefois noter que la
problématique de la mémoire, donc celle de l’oubli, doit être présente dans notre démarche de
valorisation du patrimoine, par le biais du tourisme. Le tourisme de mémoire permet une
réappropriation du passé dans le présent, un travail de deuil.Pour que le tourisme de mémoire ne
soit pas qu’un tourisme de connaissance mais bien un acte de mémoire, il faut que la mise en
valeur effectuée par le projet satisfasse les jeux de la mémoire. L’activité touristique ne doit pas
être une activité simplement commémorative. Pour laisser le jeu de la mémoire et de l’oubli, un
travail de récit mais aussi un travail d’intégratio n des lieux dans le présent et dans l’avenir sont
nécessaires. «Le patrimoine s’inscrit dans la continuité du quotidien…Il reflète les différents
contextes de la vie. Sans continuité, le patrimoine se détache de la conscience et de l’identité
collectives et individuelles. Il nourrit l’histoire, s’imprègne du présent et interroge l’avenir… 12»
Ne pas présenter une mémoire figée, ne pas théâtraliser des scènes et des objets d’autrefois…Il
faut laisser place à l’imaginaire. Il faut faire attention à la mise en exposition et en
communication du patrimoine qui serait trop répétitive et trop passéiste. La mémoire doit être
vivante et contextualisée. Le tourisme de mémoire doit être en relation avec l’actualité
contemporaine et la modernité (techniques audiovisuelles et scénographiques pour la
présentation, mise en relation avec les enjeux d’aujourd’hui pour le discours).13

         Le tourisme généalogique possède en ce sens une dimension cognitive intéressante. Je
voyage sur les traces du passé de ma famille et je mets ce que je vois en regard avec mon histoire,
mon présent et celui de ma communauté. Le touriste est alors plus créatif lorsqu’il est placé dans
la recherche d’une identité. Le patrimoine est identitaire, le patrimoine familial encore plus. Le
voyage amène le touriste à rechercher lui-même ses origines ou l’histoire de sa famille, à
s’impliquer dans la démarche de travail de mémoire. Le travail de mémoire est collectif et il
passe aussi par l’individu. La conscience historique individuelle rejoint la conscience collective.
Alors, si on envisage un voyage sur les traces des ancêtres ou d’une famille, on ne peut pas
penser à un tourisme du souvenir (un acte de commémoration ou un pèlerinage) sans dynamique
de découverte et d’apprentissage. Pour allier tourisme de mémoire et tourisme généalogique, il
faut un tourisme culturel axé sur une histoire collective et ayant une résonance individuelle
(histoire familiale). Il faut aussi un voyage touristique de découverte. Si un groupe étranger se
déplace au Québec, il doit avoir envie de faire ce voyage qui lui apporte à la fois une histoire et
qui lui fait découvrir la société actuelle. L’histoire est inscrite dans le présent.

11
   Tourisme et culture, Les cahiers Espaces numéro 37,Paris, juin 1994
12
   Béatrice Verge, citée dans l’éditorial de la revue Continuité, numéro 94, automne 2002
13
   J.M.Puydebat, op.cit.

                                                                                                     9
II/ L’itinéraire culturel : une expérience touristique complète et enrichissante
       Il faut trouver une expérience globale qui correspond au tourisme de mémoire et
généalogique. Cette expérience globale peut se matérialiser en un itinéraire qui offrirait des
expériences culturelles diverses alliant découverte et recherche.

         1/ L’itinéraire culturel

         L’itinéraire culturel14 , au sens de l’Institut européen et du Comité international des
itinéraires culturels, doit mettre en relief la notion d’échange culturel entre les peuples, les
régions, les communautés. L’itinéraire ne doit relier que des lieux de culture. Il doit promouvoir
une continuité entre le passé et le présent, entre les lieux d’interprétation et des lieux artistiques
par exemple. Le patrimoine est actualisé. Si l’itinéraire est axé sur une période historique, il
permet un travail de valorisation et d’interprétation du patrimoine dans le sens d’un travail de
mémoire. Pourquoi un itinéraire culturel pour un tourisme de mémoire? L’intérêt réside dans le
fait que l’itinéraire peut concilier un déplacement dans le temps et dans l’espace. Une visite de
différents lieux d’un même territoire permet une certaine exhaustivité et une appréhension plus
élargie de la notion de patrimoine et de mémoire. Le voyage dans les deux régions peut susciter
le désir de se connecter à une histoire et à un paysage. Le territoire est mémoire. L’itinéraire
culturel permet de travailler la mémoire sur un territoire et également de participer au
développement local de ce dernier (réseau de partenaires, échanges entre les régions…).
L’itinéraire est, plus qu’un déplacement dans un espace géographique, une mise en relation entre
des lieux, des connaissances, des personnes par un thème et une interprétation. De plus, la mise
en place d’un itinéraire permet de suivre la stratégie proposée par Tourisme Québec qui souligne
l’importance de la « thématisation » de l’offre touristique15 . Le thème est la ligne directrice qui
relie les produits d’appels, les activités, les ressources.

La mise en place d’un itinéraire culturel permet, en comparaison aux circuits classiques :

     •   de prolonger les séjours et d’améliorer l’accueil et l’interprétation,
     •   de promouvoir des lieux moins connus tout en diffusant avant tout des connaissances,
     •   de relier des lieux uniquement associés au thème choisi,
     •   d’actualiser la mémoire et l’identité,
     •   de proposer un tourisme de qualité.

Pour notre projet de valorisation de l’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France, il
faut trouver une thématique générale, les lieux patrimoniaux à voir ou à visiter, les lieux de
recherche personnelle sur le thème ou la généalogie, les musées traitant de la Nouvelle-France.
Des activités culturelles telles que des fêtes, des spectacles sont aussi à rechercher pour mettre en
contexte la période coloniale.

14
   Pour un inventaire des définitions et un bilan de l’expérience au Québec :Histoire Plurielle, Sur les pas de Samuel
de Champlain et autres projets d’itinéraires patrimoniaux…Proposition de plan-cadre pour l’établissement
d’itinéraires culturels au Québec, Québec, 2002
15
   Stratégie de marketing touristique 2000/2005, « Grandes tendances de la demande touristique », Tourisme Québec

                                                                                                                    10
Nous pouvons envisager de développer un aspect du thème, un sous-thème. Cet angle particulier
permettra d’approfondir le thème général et d’ouvrir sur des questions plus contemporaines.
Plusieurs sous-thèmes peuvent être envisagés. Si on prend la vie domestique, le sous-thème peut
être : la médiation de la religion dans la vie domestique. Il faut pour cette partie proposer des
centres d’interprétation traitant de la religion à l’époque de la Nouvelle-france, des références
bibliographiques, des ponts avec le monde contemporain : la place de la religion actuelle…Les
voyageurs pourront par eux-mêmes approfondir le thème, c’est un choix. Cet aspect permet
d’ouvrir l’itinéraire à différents publics. Les touristes généalogiques pourront axer leur voyage
sur la recherche familiale et ceux, intéressés plus par une histoire et un patrimoine collectifs,
pourront axer leurs expériences sur la recherche de connaissances historiques et culturelles.

       L’itinéraire doit refléter les grandes lignes du tourisme de mémoire :          recherche,
connaissances, découverte et rencontres autour d’une actualisation du patrimoine (possible grâce
aux recherches généalogiques et à l’ouverture sur les débats contemporains). On peut penser à un
modèle-pilote d’itinéraire, à décliner selon le thème retenu.

           2/ L’expérience culturelle comme expérience touristique

       Visiter, découvrir, rechercher, rencontrer, échanger…Autant de verbes qui peuvent décrire
une expérience culturelle et pourquoi pas une expérience touristique.

L’offre touristique au Québec se renouvelle : tourisme culturel, voyage de motivation, croisières
internationales, cyclotourisme, tourisme d’affaires… La stratégie touristique au Québec privilégie
avec ces nouveaux produits d’appel la personnalisation des formules de voyage, la prise en
compte des petits marchés (cibles) et l’approche de l’expérience.
Cette stratégie répond aux grandes tendances de la demande touristique 16 . Envisager le tourisme
en termes d’expérience correspond à l’évolution de la figure du touriste depuis une dizaine
d’années. Le « nouveau » touriste est expérimenté, exigeant, informé et à la recherche d’un
épanouissement personnel. Le voyageur est alors à la recherche d’expériences diversifiées qu’il
veut lui-même éprouver, organiser, improviser. Le voyageur du 21ème siècle veut s’ouvrir sur le
monde tout en vivant une expérience qui l’enrichit personnellement.

L’approche de l’expérience consiste à proposer des expériences mémorables, personnalisées
pendant lesquelles le touriste est actif. Il s’implique physiquement, émotionnellement et
intellectuellement. Pour ces expériences touristiques mémorables, il faut 17 :

      •    développer des thématiques fortes,
      •    inciter la participation accrue du touriste dans la réalisation de l’acte touristique,
      •    accentuer l’intensité de la relation à l’environnement selon le type de voyage recherché.

Nous pouvons facilement envisager un voyage touristique autour du patrimoine reflétant cette
approche. L’expérience globale proposée serait avant tout culturelle mais le tourisme de mémoire
permet d’allier des expériences différentes. Les personnes recherchant leur généalogie et/ou une
histoire collective sont impliquées et engagées dans leur voyage, c’est indéniable. De plus, elles

16
     Stratégie de marketing touristique 2000/2005, « Grandes tendances de la demande touristique », Tourisme Québec
17
     op.cit. chapitre 3 « L’approche de l’expérience »

                                                                                                                 11
ont plusieurs attentes. Elles veulent expérimenter une découverte du passé, un apprentissage de
connaissances culturelles et historiques, et une recherche d’identité. Elles peuvent vouloir aussi
des rencontres réelles avec un autre pays, une autre société, peut-être même profiter d’un moment
de détente ou de contemplation. Alors, les lieux d’interprétation doivent ouvrir la visite sur le
Québec contemporain. Des sites historiques en plein air sont à prévoir. Une expérience
touristique, comme une fête historique, est un événement qui peut participer de la découverte et
de la culture de la Nouvelle-France.

       Citons quels sont les types d’expérience qu’un touriste sur les traces de ses ancêtres ou
d’une histoire collective peut éprouver : expérience dans le temps, expérience esthétique,
expérience d’apprentissage, expérience de découverte, expérience humaine, expérience festive …
Retenons quatre expérience-clefs qui pourront être les principaux axes de l’expérience globale
proposée:

TYPE                           ACTIONS                            RESSOURCES
DÉCOUVRIR                                                         LES LIEUX DE MÉMOIRE :
                               Découvrir une ville ou village     Autres circuits autour du
                               Découvrir un territoire            thème
                               Découvrir un mode de vie           Les lieux patrimoniaux
                               passé/présent                      Les parcs et sites plein air
                               Visiter un musée                   LES            LIEUX           DE
                                                                  RÉFLEXION :
                                                                  Les      musées      et     centres
                                                                  d’interprétation
RECHERCHER                     Rechercher ses origines, sa        LES LIEUX D’ACCÈS AU
                               famille                            SAVOIR :
                               Rechercher des informations        Les bibliothèques
                               sur un lieu, un thème              Les centres d’archives
                                                                  Les sociétés généalogiques
                                                                  Les sociétés historiques
APPRENDRE                      Découvrir une ville ou village     LES            LIEUX           DE
                               Visiter une exposition             RÉFLEXION :
                               Assister à une conférence          Les      musées      et     centres
                               Lire des ouvrages                  d’interprétation
                               Découvrir un mode de vie           La littérature
                               passé/présent                      Les universités
                                                                  LES LIEUX DE MÉMOIRE :
                                                                  Les lieux patrimoniaux

ÉCHANGER                       Participer à une assemblée         LES LIEUX DE CRÉATION
                               d’une société généalogique         ET DE RENCONTRE :
                               Participer à un événement          Associations des familles
                               festif                             Exposition, spectacle ou fête
                               Participer      à    une  sortie   Savoirs      et     savoirs-faire
                               culturelle/ un spectacle           d’antan

                                                                                                        12
Les stratégies touristiques doivent signifier de l’identité et une capacité à reconnaître l’autre.
Avec le tourisme de mémoire, les objectifs sont atteints.

        L’itinéraire culturel, en tant qu’expérience globale de tourisme, propose de partir sur les
traces d’une histoire collective et/ou personnelle en participant à des expériences d’échange, en
découvrant des lieux de mémoire, en utilisant des ressources pour approfondir les savoirs. La
réussite du projet repose essentiellement sur l’offre d’une variété d’expériences exploitant le
thème choisi.

       3/ Le public

         L’itinéraire doit attirer des touristes francophones, d’origine francophone ou des
francophiles. Le projet est de créer un concept touristique qui pourrait être adapté à trois pays, le
Canada, les Etats-Unis et la France. Les francophones de ces régions peuvent aller rechercher une
histoire personnelle et collective soit au Québec, soit en France et dans certains états des Etats-
Unis. Chaque région peut également mettre en place des projets allant dans le sens d’un tourisme
de mémoire valorisant cette recherche identitaire (personnelle et/ou collective). Le public visé est
diversifié, géographiquement, socialement mais aussi culturellement. Il est donc important de
conserver un axe de découverte d’une culture passée et présente, un axe de recherche et
d’apprentissage d’une histoire collective (par le biais du patrimoine, de visites des musées ). En
effet, la recherche généalogique peut être le point de départ du voyage culturel mais elle n’aura
pas la même importance selon le pays d’origine de la personne et la connaissance déjà acquise de
la région visitée. Nous pouvons, intuitivement il est vrai, prévoir que les Français seront moins
attachés à approfondir la recherche familiale qu’à découvrir « l’Amérique » même si leur passion
pour la généalogie est certaine. Pour cette raison, il semble que les sous-thèmes à développer
pour l’itinéraire sont importants, de même que les différentes expériences à envisager, pour
laisser le plus de liberté et de choix possibles au visiteur. Les thèmes sont à choisir avec soin. Il
faut considérer l’hypothèse que chaque thème peut atteindre un certain public selon les
dimensions qu’il soulève. A terme, les différents itinéraires culturels conçus à partir de notre
modèle-type seront choisis par les voyageurs/chercheurs selon leur préférence, leur culture, leur
origine. Par exemple, un thème concernant la Guerre de la Conquête intéressera plus les
Canadiens anglophones, un thème concernant la vie domestique les Québécois et les Canadiens
francophones, un thème autour des échanges avec les Amérindiens, les Français. De plus, les
diverses activités doivent rester dans la thématique, au risque de dénaturer les objectifs de
l’itinéraire, des visites plus classiques d’autres villes ou sites touristiques sont à exclure. Le projet
d’itinéraire peut cependant être proposé dans d’autres régions, ce qui permettra aux visiteurs de
poursuivre l’expérience à Montréal par exemple.

Au-delà des différences, le patrimoine est créateur de lien social. Cet intérêt pour la généalogie,
c’est aussi pour être ensemble, se rassembler entre passionnés. L’intégration sociale passe par le
fait de rechercher son ascendance. Au regard des études citées précédemment, le public du
tourisme généalogique semble plutôt de la tranche d’âge des plus de 45 ans. Les voyages vont se
faire en groupe organisé mais aussi en famille. Les expériences à proposer doivent prendre en
compte la présence possible de jeunes, accompagnant les parents dans cette recherche d’histoire
familiale. Le projet va également permettre des rencontres internationales, des recoupements
familiaux entre les branches américaines et françaises, des échanges culturels. La volonté
première du projet d’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France va dans ce sens :

                                                                                                      13
« La réalisation de ce projet, et son extension, devrait permettre d’échanger, de faire connaître
un passé partagé et de construire une mémoire qui serait authentiquement commune tant en
Amérique française qu’en France (…) 18 »

Enfin, le tourisme dans chaque contrée doit rester ouvert également aux habitants de celle-ci. Au
Québec et grâce à l’itinéraire proposé, les résidents peuvent faire une recherche de leurs ancêtres
ou bien profiter de l’offre pour approfondir leurs connaissances historiques sur la Nouvelle-
France. Est-ce que les résid ents feront tout le circuit? L’itinéraire ne doit pas perdre de son intérêt
si une seule partie des visites et des expériences est effectuée. Il est à prévoir des découpages
possibles dans l’itinéraire tout en gardant la cohérence de l’ensemble. Le choix des sites et des
ressources a alors toute son importance.

III/ Cadre conceptuel : synthèse

         La valorisation du patrimoine de la Nouvelle-France dans les régions de Québec et des
Chaudière-Appalaches peut s’inscrire dans une démarche touristique par le biais du tourisme de
mémoire. Le tourisme de mémoire consiste à effectuer pour les collectivités mais aussi pour le
touriste un certain travail de mémoire sur une période historique, un événement passé, un
conflit… La transmission d’une mémoire collective, grâce à un passé actualisé (par
l’interprétation et la présentation proposées) et grâce à la prise en compte de certains enjeux
contemporains (aménagement du territoire, réseau de partenaires et de sites), permet de se
réapproprier l’Histoire. Le cœur de ce projet est de proposer aux touristes d’Amérique du Nord et
de France de venir au Québec sur les traces de leur histoire personnelle, par le biais de la
généalogie, et d’une histoire collective, par le biais du patrimoine. Cette proposition prend la
forme d’un itinéraire culturel regroupant sous une même thématique des lieux de mémoire de la
Nouvelle-France, des lieux d’accès au savoir (bibliothèque, centres d’archives, sociétés
historiques) des lieux de réflexion (musées, centres d’interprétation…) et des lieux de création et
de rencontre. Cette expérience culturelle permet au touriste de s’impliquer réellement dans son
voyage grâce à un choix d’expériences à vivre et de connaissances à approfondir. Le visiteur, à la
recherche d’une identité pour lui-même, participera à un travail collectif de mémoire
indispensable pour le présent et l’avenir de la communauté. Enfin, ce projet permet de penser un
tourisme de mémoire international.

        Ce cadre conceptuel a donné lieu à une phase d’exploration de thématiques et de
ressources (annexe 1). Les trois exemples d’itinéraire proposés à partir du modèle-type ont été
discutés lors d’une réunion au Ministère de la culture et des communications avec Louise Dolbec
et Daniel Lauzon. Il a été décidé que le projet intitulé « Élever famille en Nouvelle-France »
serait présenté aux partenaires. La partie suivante du rapport présente cet itinéraire et le bilan de
son expérimentation auprès du réseau de partenaires. Lors de cette expérimentation, une
application du projet sur le web a également été proposée. Elle permet d’envisager une réalisation
possible du concept d’itinéraire culturel de la Nouvelle-France.

18
   D.Lauzon et A.Roy, « L’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France au Québec », in Territoires
d’inventaire, InSitu, numéro 3, printemps 2003

                                                                                                              14
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler