Des intérimaires Le guide - Vos droits avancent, suivez

 
Des intérimaires Le guide - Vos droits avancent, suivez
Vos droits avancent , suivez…
Le guide
des intérimaires

                   Fédération des Services
Des intérimaires Le guide - Vos droits avancent, suivez
Votre rémunération                                                                                          4       Vos droits syndicaux                                                                                       25
           ◆   Salaire horaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4     Vos droits au chômage                                                                                      27
           ◆   Indemnité compensatrice de congés payés (ICCP) . . . . . . . . . . . . . . . 4
           ◆   Indemnité de fin de mission (IFM) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5                     Votre protection sociale                                                                                   31
           ◆   Heures supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6             ◆   Sécurité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
           ◆   Heures majorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6        ◆   Retraite Complémentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
           ◆   Indemnisation des jours fériés, ponts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6                    ◆   Indemnisation complémentaire maladie et accident du travail . . . . 31
           ◆   Congés pour événements familiaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7                       ◆   Maternité et Adoption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
           ◆   Indemnisation des heures d’intempéries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7                         ◆   Capital-Décès et rente éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
           ◆   Remboursement de frais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8               ◆   Incapacité permanente et invalidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
           ◆   Modalités de la paie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8         ◆   Aide au Logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
           ◆   Participation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9    ◆   Accès au crédit à la consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
           ◆   Les Stock-options . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9        ◆   Mutuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
           ◆   La prise en compte de l’ancienneté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9                      Votre formation professionnelle continue                                                                   37
Sommaire
           Votre mission                                                                                             11       ◆   La validation des acquis professionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
           ◆   Forme et contenu du contrat de mission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11                          ◆   Sur l’initiative de l’ETT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
           ◆   Période d’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12     ◆   Les Contrats de Mission Jeunes Intérimaires (CMJI) . . . . . . . . . . . . . 38
           ◆   Conditions d’exécution du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12                   ◆   A votre initiative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
           ◆   Contestations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
           ◆   Absences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14     Vos droits au logement : le 1 % logement                                                                   41
           ◆   Accident du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
           ◆   Installations collectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15           ◆   Vos prestations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
                                                                                                                              ◆   Baisse soudaine de revenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
           Vos conditions de travail                                                                                 17       ◆   Les aides à l’accession . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
           ◆   Médecine du Travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17           ◆   Prêt relais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
           ◆   Conditions de travail dans l’entreprise utilisatrice. . . . . . . . . . . . . . . 17                           ◆   Les aides aux locataires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
           ◆   Formation à la sécurité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17            ◆   Peinture et papiers peints. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
           ◆   Équipements individuels de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
           Votre réduction du temps de travail                                                                       19        Vos droits de salariés handicapés… !                                                                       45
           ◆   Rémunération et réduction du temps de travail . . . . . . . . . . . . . . . . 19                               ◆   Cadre Légal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
           ◆   Les heures supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19                 Vos droits de détachement à l’étranger . . . . 46
           ◆   La modulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19       ◆   Contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
           ◆   RTT en jours de repos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
                                                                                                                              ◆   Garanties sociales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
           ◆   Le compte épargne temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
                                                                                                                              ◆   Visite Médicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
           Votre mission prend fin                                                                                   21       ◆   Frais de Voyage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
           ◆   Solde de tout compte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21            ◆   Clause de Rapatriement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
           ◆   Certificat de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21       ◆   Formalités avant le départ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
           ◆   Bulletin de paie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
           ◆   Nouvelle mission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22         Adresses utiles                                                                                            48
           ◆   Embauche par l’entreprise utilisatrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22                     Bulletin d’adhésion                                                                                        49
           Vos droits de recours en cas de litige                                                                    23        Index                                                                                                      51
                                               inform’action - Directeur de la publication : Didier Brulé • Rédactrice en Chef : Nicole Lardeux • Journal bimestriel de la Fédération des Services CFDT
                                                 Tour Essor • 14, rue Scandicci - 93508 Pantin CEDEXTél. : 01 48 10 65 90 • e-mail : services@cfdt.fr • abonnement annuel : 200 F/30 € • ISSN 0153-4149
  2                                                                                   Maquette/PAO/Photogravure/Impression : IDG - 4 bis, rue d’Oran - 75018 Paris
Des intérimaires Le guide - Vos droits avancent, suivez
L’emploi intérimaire a occupé 687 300 personnes à la fin du mois d’avril 2001

                                                                                                                       Avant-Propos
(en hausse de 7,3 % sur un an) soit 4,4 % de l’emploi salarié privé.
                              Même si le nombre de missions baisse pour le troisième mois consécutif :
                              - 3,1 % en un mois (données CVS) et
                              - 10,2 % en 3 mois (données CVS), le secteur occupe une place importante dans
                              la vie économique du pays.
                              Ainsi, en 2000 la part de l’intérim dans la croissance de l’emploi (528 300
                              postes) était de 22,5 %. Cette place de premier plan donne des devoirs aux
                              entreprises du secteur. Elle donne des droits aux intérimaires.
                              Ces droits sont, en partie, le fruit d’un long travail des organisations syndicales
                              et plus largement des partenaires sociaux. Des acquis, grâce au travail réalisé
par des salariés syndiqués du secteur pour tous leurs collègues syndiqués ou non.
La CFDT est fière de la tâche accomplie mais ne s’en satisfait pas.
Les droits ne sont utiles que si les salariés les utilisent.
Sur ce terrain, force est de constater que l’immense majorité des intérimaires n’a pas accès
à la connaissance de leurs droits. Notre engagement, mais aussi notre signature, « des choix, des actes »,
face à une telle réalité ne pouvait que nous conduire à passer à l’acte.

Ce guide doit vous permettre de faire le point sur vos droits en matière :
      ● de rémunération,
      ● de couverture sociale,
      ● d’information,
      ● de conseil,
      ● de défense.
Il s’agit d’un programme ambitieux qui, nous l’espérons, vous permettra de mieux vivre votre situation
personnelle d’intérimaire. Il s’agit aussi d’un premier apport des équipes CFDT qui restent à votre
disposition sur le terrain pour vous accompagner.
                                                                                                      Didier BRULÉ
                                                                     Secrétaire Général Fédération des Services CFDT

Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                          3
Votre rémunération
                     Elle est proposée par l’ETT pour la mission qui vous est confiée.
                     Elle se compose des éléments suivants :
                     Salaire horaire
                     Il est déterminé en fonction de la qualification requise pour la mission et convenue au contrat de mission.
                     Il ne peut être inférieur à celui que perçoit, dans l’entreprise utilisatrice et après une période d’essai, un salarié de même
                     qualification, occupant le même poste de travail ; cette référence figure obligatoirement sur votre contrat de travail.
                     L’indemnité de fin de mission ne doit pas être prise en compte pour vérifier cette égalité de rémunération. Plus générale-
                     ment, il existe un principe de non-discrimination sur la rémunération, l’embauche et la rupture du contrat qui a pour
                     conséquence que, quels que soient le sexe, la nationalité, le handicap, les opinions, l’activité syndicale, ces éléments ne doi-
Votre rémunération

                     vent pas être pris en considération pour fonder une décision de l’employeur et créer des différences entre les salariés
                     (article L.122.45 du Code du travail).

                     Nos conseils
                       Gardez une trace de vos contrats, preuve d’activités, double des relevés d’heures, vos déplacements, vos lieux de travail, afin
                       de préserver vos droits en cas de litige.

                     Indemnité Compensatrice de Congés Payés (ICCP)
                     Vous percevez une indemnité compensatrice de congés payés, pour chaque mission, dès la première heure travaillée.
                     Elle est égale au 1/10ème de votre rémunération, c’est-à-dire : le salaire de base, les primes soumises à cotisations sociales
                     y compris les gratifications exceptionnelles, le treizième mois et les primes de vacances, l’indemnité de fin de mission, le
                     salaire théorique correspondant à des périodes non travaillées assimilées à du travail effectif (maternité, accidents du
                     travail, intempéries, congés de formation, congés de naissance, congés pour événements familiaux). Elle est versée à la fin
                     de la mission. Attention, même pour certaines professions tel le BTP qui ont un régime spécial de congés payés, les règles
                     de la profession s’appliquent.

                                                                                                                                 Fédération des Services • CFDT
    4
Nos conseils
   Demandez à votre agence que le montant de l’ICCP figure sur votre bulletin de paye pour chaque mission terminée. C’est le seul
   moyen dont vous disposez pour en contrôler le montant. Sachez que les indemnités de déplacement sont exclues du calcul de
   l’assiette de l’ICCP.

Indemnité de Fin de Mission (IFM)
L’IFM est une indemnité particulière au travail temporaire destinée à compenser la précarité de votre emploi.
Elle vous est versée au terme de la mission à l’exception des cas suivants :
- rupture du contrat à votre initiative,
- faute grave de votre part,
- force majeure,

                                                                                                                                    Votre rémunération
- embauche, en fin de mission, en contrat à durée indéterminée, par l’entreprise utilisatrice dans laquelle vous étiez
en mission.

Le taux de l’IFM est de 10 % de la rémunération perçue pendant la mission et n’est pas due dans le cadre d’un contrat de
mission-formation.

Nos conseils
   Demandez à votre agence que le montant de l’IFM soit séparé de celui de votre salaire et qu’il figure sur votre bulletin de
   paie pour chaque mission terminée. Vous pouvez ainsi en contrôler le montant ainsi que celui de votre rémunération hors
   indemnités.
   Si l’entreprise utilisatrice a rompu votre mission, demandez à votre agence le paiement de l’IFM comme si la mission avait été
   effectuée jusqu’à son terme normal.

Sachez qu’en aucun cas la maladie, l’accident de travail ou la maternité ne peuvent entraîner la suppression du paiement
de l’IFM.
Sachez que les indemnités de déplacement sont exclues du calcul de l’IFM.

Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                          5
Heures supplémentaires
                     Elles sont calculées et majorées selon les dispositions légales ou conventionnelles en vigueur dans l’entreprise utilisatrice.
                     Attention, le calcul des heures supplémentaires peut être diffèrent selon l’aménagement de la durée du travail au sein de
                     l’entreprise, annualisation, cycles.
                     Dans ce domaine, vérifiez si les accords de l’entreprise utilisatrice s’appliquent à vous et dans quelles conditions. (voir
                     le chapitre « Réduction du Temps de Travail »).

                     Nos conseils
                       Demandez à vos délégués CFDT, la démarche à suivre pour bénéficier des mêmes avantages que les salariés de l’entreprise uti-
                       lisatrice, et faites appliquer vos droits en matière de RTT.
Votre rémunération

                     Heures majorées
                     Il s’agit, s’il y a lieu, des heures travaillées le dimanche, la nuit ou un jour férié, et dont la rémunération peut être majorée
                     selon les modalités prévues dans l’entreprise utilisatrice.

                     Nos conseils
                       Renseignez-vous auprès de vos représentants du personnel ou autour de vous pour savoir si l’entreprise utilisatrice applique ou
                       non une majoration et quel en est le taux.

                     Indemnisation des jours fériés, ponts
                     Les jours fériés chômés dans l’entreprise utilisatrice sont rémunérés comme des jours travaillés, sans condition d’ancien-
                     neté ; à condition qu’ils interviennent dans les limites de votre contrat de mission et sous réserve que les salariés perma-
                     nents de l’entreprise utilisatrice en bénéficient. Le paiement des ponts dépend des règles applicables dans l’entreprise uti-
                     lisatrice. Si le pont est payé sans récupération, l’intérimaire doit en bénéficier. Si le pont est payé avec récupération, l’inté-
                     rimaire doit en bénéficier si la récupération intervient pendant l’exécution de la mission.
                                                                                                                                  Fédération des Services • CFDT
    6
Nos conseils
   Renseignez-vous auprès de vos collègues de travail pour savoir si les jours fériés chômés sont ou non payés. N’hésitez pas à
   réclamer auprès de votre ETT le paiement du jour férié ou d’un pont dans les cas suivants : l’ETT met fin à la mission la veille
   du jour férié ou d’un pont et conclut une nouvelle mission, avec les mêmes caractéristiques, le lendemain du jour férié ou du
   pont. Il s’agit d’une rupture artificielle dont l’objet est frauduleux, puisqu’il consiste à éviter le paiement du jour férié ou du
   pont et à contourner le délai de carence obligatoire entre deux missions.

Congés pour événements familiaux
Vous bénéficiez d’une autorisation exceptionnelle d’absence rémunérée pour les événements familiaux suivants,
à raison de :
  - 4 jours pour votre mariage,

                                                                                                                                         Votre rémunération
  - 3 jours pour la naissance de votre enfant,
  - 2 jours pour le décès de votre conjoint ou d’un enfant,
  - 1 jour pour le mariage de votre enfant, le décès de votre père ou de votre mère. L’événement, dûment justifié, doit
      intervenir pendant la durée de la mission. Le congé doit être pris durant celle-ci.

Nos conseils
   Prenez votre congé au moment de l’événement sauf si vous avez un accord écrit de votre ETT pour le reporter à la fin de la
   mission. À défaut, vous perdrez votre droit à congé.

Indemnisation des heures d’intempéries
Les heures chômées pour cause d’intempéries dans les entreprises relevant des professions du bâtiment et des travaux
publics sont indemnisées, sans condition d’ancienneté, du moment que le salarié de l’entreprise utilisatrice occupée sur le
même chantier en bénéficie.

Nos conseils
   Notez vos heures d’intempéries sur les bordereaux d’heures. Adressez-vous à votre agence pour obtenir le paiement des heures
   (et non pas à la caisse des congés payés du bâtiment).

Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                               7
Remboursement des frais de transports
                     Votre contrat prévoit, le cas échéant, les modalités d’indemnisation des frais de nourriture, de transport et de logement,
                     que vous engagez pour l’exécution de votre mission. Ces indemnités sont exonérées de cotisations sociales et d’impôt dans
                     la limite d’un barème établi annuellement pour l’ensemble des ETT. Au-delà de ce barème, les sommes versées sont consi-
                     dérées comme un complément du salaire et donc soumises à cotisations sociales et à imposition. Pour l’Ile-de-France, des
                     dispositions particulières prévoient la prise en charge partielle des titres d’abonnement aux transports en commun. Les ETT
                     sont tenues de prendre en charge 50 % du prix du coupon pour le trajet des intérimaires de leur domicile à leur lieu de tra-
                     vail. Pour en bénéficier, l’intérimaire doit s’engager sur l’honneur à souscrire un titre d’abonnement.

                     Nos conseils
                       Si l’ETT vous paye une indemnité de déplacement inférieure au taux prévu par la convention collective de l’entreprise utilisa-
                       trice, n’hésitez pas à réclamer la différence. Ne succombez pas à l’attrait des indemnités de déplacement dont le montant est
Votre rémunération

                       supérieur aux frais réellement engagés. La plupart du temps, les ETT ne vous les proposent que pour échapper au versement
                       des charges sociales. En effet, un grand nombre de prestations, sécurité sociale, chômage, retraite, prévoyance, seront calcu-
                       lées sur les salaires soumis à charge.

                     Modalités de la paie
                     La périodicité et les modalités de paiement de la rémunération, ainsi que le régime de versement des acomptes éventuels,
                     sont indiqués sur votre contrat et sont affichés dans l’agence. La paie est souvent établie à partir d’un bordereau ou rele-
                     vé d’heures que vous devez remplir, faire viser par l’entreprise utilisatrice et remettre sans délai à votre agence de travail
                     temporaire. Concernant les acomptes, si l’ETT a une périodicité de paie supérieure à la quinzaine, les intérimaires ont droit
                     à un acompte qui ne peut être inférieur :
                     - en cours de mission : à 80 % des sommes dues au titre du salaire de base de la mission et des frais de déplacement
                       éventuels ;
                     - en fin de mission : à 100 % des mêmes sommes si le paiement intégral n’est pas assuré dans les 15 jours qui suivent la
                       fin effective du contrat de mission.
                     Nos conseils
                       Si vous avez des problèmes financiers, n’hésitez pas à demander des acomptes en cours de mission pour chaque quinzaine tra-
                       vaillée. Si la date normale de paye est trop éloignée, sachez que vous pouvez exiger votre dû dans les trois jours qui suivent la
                       fin effective de votre contrat.
                                                                                                                                   Fédération des Services • CFDT
    8
Participation
Les ETT sont soumises aux dispositions de la loi sur la participation des salariés aux fruits de l’expansion de l’entreprise. Une
ancienneté minimale est le plus souvent prévue dans l’accord de participation affiché dans l’agence. En règle générale, l’ou-
verture du droit pour les intérimaires est subordonnée à l’ancienneté qui ne peut être supérieure à 120 jours, consécutifs
ou non, au cours de l’exercice. La fin de mission est un motif de déblocage anticipé des droits.
Nos conseils
   Renseignez-vous auprès de vos délégués CFDT de l’ETT ou à défaut, auprès de votre agence, pour connaître la date de la répartition
   et les conditions d’ancienneté applicables. Si vous êtes présent dans l’ETT au moment de la répartition, demandez à votre ETT la fiche
   d’information qui doit être jointe au bulletin de paye. Si vos droits ne sont pas supérieurs à 38,11 € (250 F), demandez-en le paie-
   ment direct par l’ETT. Si vous quittez l’ETT à un moment où vous ne pouvez pas connaître vos droits, demandez à l’ETT des documents
   d’information vous permettant de les faire valoir ultérieurement. N’oubliez pas de signaler vos changements d’adresse à l’ETT.

                                                                                                                                            Votre rémunération
Les stock-options
C’est la dernière nouveauté en matière de rémunération ! Une partie de votre salaire peut vous être versée sous forme
d’actions de la société qui vous emploie (ETT). Le cas est encore peu fréquent, mais certains exemples ont été repérés dans
les secteurs de l’industrie pharmaceutique ou informatique.
Nos conseils
   Ceci s’adresse à des intérimaires qui ont des missions très longues, et relève de la négociation avec les partenaires sociaux
   des ETT, avant la mise en place éventuelle de ces stock-options.

La prise en compte de l’ancienneté
Si l’on se réfère à l’article L.124-15 du code du travail, l’ancienneté s’apprécie en totalisant les périodes pendant lesquelles
vous êtes lié à l’ETT par contrat défini selon l’article L.124-4 du Code du travail.
Nos conseils
   Prenez contact avec vos élus CFDT ou au Syndicat départemental SERVICES CFDT, afin de connaître les droits découlant de
   l’ancienneté auxquels vous pouvez prétendre.
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                                  9
Votre mission
Vous effectuez votre mission dans une entreprise utilisatrice dans les conditions définies
par votre contrat de travail.
Pendant le temps où vous êtes à la disposition de cette entreprise, vous êtes placé sous l’autorité de ses collaborateurs.
Ce sont eux qui vous donnent les consignes concernant le travail à effectuer et c’est à eux que vous devez rendre compte.
Vous ne devez pas être employé à des tâches autres que celles prévues dans votre contrat.
Forme et contenu du contrat de mission
Un contrat écrit doit vous être adressé par l’ETT au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant votre mise à disposition
auprès de l’utilisateur. Ce contrat doit obligatoirement indiquer :
- le motif précis de la mission,
- le nom et la qualification du salarié remplacé,
- la date à laquelle se termine votre mission ou à défaut, la durée minimale du contrat,
- la possibilité d’avancer ou de reculer le terme de la mission,
- les caractéristiques du poste à pourvoir, y compris les risques éventuels affectés à ce poste,

                                                                                                                                 Votre mission
- la qualification professionnelle exigée, le lieu de la mission, les horaires,
- la nature des équipements de protection individuelle que vous devez utiliser et par qui ils sont fournis,
- votre qualification,
- le montant de la rémunération que perçoit dans l’entreprise utilisatrice, après période d’essai, un salarié de qualification
  équivalente occupant le même poste de travail,
- les modalités de la rémunération, y compris celle de l’indemnité de précarité,
- la durée de la période d’essai,
- la garantie de votre rapatriement à la charge de l’entreprise de travail temporaire si la mission a lieu à l’étranger,
- le nom et l’adresse de la caisse de retraite complémentaire, l’organisme de prévoyance dont relève l’entreprise de travail
  temporaire (IREPS),
- la mention de votre droit d’obtenir sans délai l’attestation pour les Assedic,
- le nom et l’adresse du garant de l’ETT prévu à l’article L.124.8 du Code du travail,
- la mention de votre embauche par l’utilisateur à la fin de la mission n’est pas interdite.
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                     11
Nos conseils
                  Lisez attentivement votre contrat de travail avant de le signer. Ne signez jamais un contrat de mission en blanc, c’est-à-dire un
                  contrat où ne figurent que votre nom et la date de début de mission. Réclamez auprès de votre ETT la remise du contrat écrit
                  si celle-ci ne l’a pas fait dans les deux jours suivant votre mise à disposition. C’est la seule garantie dont vous disposez pour
                  savoir dans quelles conditions vous allez travailler et quelle est votre rémunération. De plus, si vous n’avez pas de contrat écrit,
                  l’ETT peut rompre votre mission à tout moment. Sachez que si l’ETT ne vous a pas donné de contrat, vous pouvez obtenir une
                  indemnité minimale d’un mois de salaire, à condition de saisir le Conseil de Prud’hommes et de demander la requalification de
                  votre contrat. D’autre part, l’examen médical d’embauche des intérimaires doit être effectué par le médecin du travail de l’en-
                  treprise de travail temporaire (article R.243-11 du Code du travail). En revanche, c’est au médecin de l’entreprise utilisatrice
                  d’effectuer les examens complémentaires requis en cas de travaux comportant des risques spéciaux et de se prononcer sur l’ap-
                  titude du salarié à occuper le poste de travail (article R.241-50).

                Période d’essai
                Le contrat de mission peut prévoir une période d’essai. Si elle est prévue, cette période ne peut pas dépasser :
                - 2 jours si la durée du contrat est inférieure ou égale à 1 mois,
                - 3 jours si la durée est comprise entre 1 et 2 mois,
                - 5 jours si la durée est supérieure à 2 mois.
Votre mission

                Nos conseils
                  Lisez attentivement votre contrat de travail pour vérifier si une période d’essai est ou non prévue. Sachez que vous pouvez
                  rompre le contrat pendant la période d’essai et que l’ETT ne peut pas vous demander de dommages-intérêts de ce fait. Lorsque
                  la mission n’a pas de terme précis, la période d’essai se calcule par rapport à la durée minimale prévue. Si les conditions de
                  travail ne vous conviennent pas, prenez aussitôt contact avec votre agence pour signaler la situation. Si vous avez des doutes,
                  contactez la CFDT.

                Conditions d’exécution du travail
                (article L.124-4-6 et article 124-4-7 du Code du travail).
                Toutes les règles en vigueur dans l’entreprise utilisatrice relatives à l’exécution du travail s’appliquent à l’intérimaire en mis-
                sion. Elles concernent les points suivants :
                                                                                                                                Fédération des Services • CFDT
   12
- la durée du travail,
- le travail de nuit,
- le repos hebdomadaire et les jours fériés,
- l’hygiène et la sécurité sur les lieux de travail,
- la surveillance médicale spéciale attachée à un risque professionnel particulier,
- l’emploi des femmes, des jeunes travailleurs et des étrangers.
En outre, pour assurer le bon déroulement de votre mission, vous devez respecter la discipline générale et les règles d’hy-
giène et de sécurité précisées dans le règlement intérieur de l’entreprise utilisatrice, ainsi que les dispositions relatives au
secret professionnel.

Nos conseils
   Si votre contrat de travail ne correspond pas à ce que vous faites dans l’entreprise utilisatrice, n’hésitez pas à en parler :
   - aux délégués CFDT de l’entreprise utilisatrice si cela concerne les conditions de travail ou tout sujet qui concerne
   l’organisation du travail dans son ensemble et la rémunération de référence,
   - aux délégués CFDT de l’ETT.

Pour mémoire :
   - les équipements de protection individuelle contre les risques (casques, bottes) sont fournis par l’entreprise utilisatrice,

                                                                                                                                      Votre mission
   - vous bénéficiez des équipements sociaux de l’entreprise utilisatrice, cantine, transport collectif.
Contestations
Les contestations relatives aux conditions d’exécution du travail doivent être signalées à votre agence et peuvent être sou-
mises, directement ou par l’intermédiaire des délégués du personnel de l’entreprise utilisatrice, à la direction de cette
dernière.

Nos conseils
   Soyez très exigeant vis-à-vis de l’ETT en ce qui concerne les conditions d’exécution du travail, vous avez des droits, contactez
   vos délégués CFDT (dans l’entreprise utilisatrice comme dans l’ETT).
   Vous devez trouver la liste des délégués CFDT sur les panneaux d’affichage réservés à cet effet, et prévus par la loi. Vous pou-
   vez aussi vous adresser aux SYNDICATS DÉPARTEMENTAUX SERVICES CFDT, ou encore à la Fédération des SERVICES CFDT. Sachez
   que les délégués du personnel de l’entreprise utilisatrice peuvent se faire communiquer les contrats de mise à disposition
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                          13
établis entre l’ETT et l’entreprise utilisatrice. Ceci permet de vérifier la concordance des clauses du contrat de mise à
                  disposition avec celles du contrat de mission.

                Absences
                En cas d’absence, quel qu’en soit le motif, vous devez en informer aussitôt votre agence. S’il s’agit d’un arrêt maladie, vous
                devez lui adresser un certificat médical dans les 48 heures. La suspension de votre contrat pour maladie ou autres motifs
                ne repousse pas le terme de votre mission. Celle-ci prend fin à la date prévue (article L.124.4.8 du Code du travail).

                Nos conseils
                  N’oubliez pas de prévenir l’ETT de votre absence et de lui envoyer des justificatifs. Vérifiez sur votre contrat la date prévue de
                  fin de mission et l’existence ou non d’une clause écrite de renouvellement. Ceci vous permettra de savoir pendant combien de
                  temps le contrat subsiste et éventuellement de faire valoir vos droits à indemnisation. Sachez que les absences pour conve-
                  nances personnelles ne sont pas des droits. Il vous faut obtenir l’accord préalable de l’ETT et de votre entreprise utilisatrice. À
                  défaut, l’ETT risque de rompre votre mission.

                Accidents du travail
                En cas d’accident, survenu au cours du trajet ou au cours du travail, vous devez en informer votre agence dans les
Votre mission

                24 heures.
                En cas d’accident du travail, si aucun représentant de l’entreprise utilisatrice ne se trouve sur les lieux, vous devez la pré-
                venir par lettre recommandée avec accusé de réception dans les 24 heures. L’ETT établit les déclarations destinées à la sécu-
                rité sociale et vous délivre le formulaire nécessaire pour la prise en charge financière des soins.

                Nos conseils
                  Si vous avez été victime d’un accident grave, reprenez contact avec les délégués de l’entreprise utilisatrice pour leur demander
                  s’ils ont fait une enquête et quelles en ont été les conclusions. Essayez, si cela est possible, de prendre contact avec les témoins
                  de votre accident. Rapprochez-vous de l’Inspection du travail et de la caisse régionale d’assurance maladie. Sachez que vous
                  pouvez bénéficier d’une majoration de la rente versée par la sécurité sociale si l’accident grave dont vous avez été victime est
                  dû à l’absence de formation renforcée à la sécurité (cas des postes dangereux).
                  Dans ce cas, prenez contact avec la CFDT et la Fédération Nationale des Accidentés du Travail et des Handicapés (FNATH) pour
                  vous aider à entamer une procédure au tribunal des affaires de sécurité sociale pour faute inexcusable.
                                                                                                                                Fédération des Services • CFDT
   14
Installations collectives
Vous avez accès aux installations collectives de l’entreprise utilisatrice dans les mêmes conditions que le personnel de celle-ci.
Il s’agit de la cantine ou du restaurant d’entreprise, tickets restaurants, des moyens de transports collectifs, vestiaires et
douches, salle de repos, et, d’une manière générale, de l’ensemble des équipements auxquels les salariés de l’entreprise peu-
vent accéder dans le cadre de l’exécution de leur travail.

Nos conseils
   Renseignez-vous auprès de vos collègues ou des représentants du personnel pour connaître les conditions d'accès aux instal-
   lations collectives.

                                                                                                                                     Votre mission
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                         15
Vos conditions de travail
Médecine du Travail
Comme tous les salariés, vous devez bénéficier d’une surveillance médicale. Celle-ci est assurée par le service médical de
l’ETT lorsque la mission ne présente pas de risque particulier, et par le service médical de l’entreprise utilisatrice lorsque le
poste de travail nécessite une surveillance médicale spéciale.

                                                                                                                                       Vos conditions de travail
Nos conseils
   Ne refusez pas de passer les visites. Il y va de votre santé et de votre sécurité. N’oubliez pas de conserver la fiche d’aptitude
   qui vous a été délivrée par le médecin du travail. N’hésitez pas à réclamer à votre ETT le paiement du temps et des frais de
   transport.

Conditions de travail dans l’entreprise utilisatrice
Vous bénéficiez des mêmes conditions de travail (durée du travail, travail de nuit, repos, jours fériés, hygiène et sécurité)
que le personnel de l’entreprise utilisatrice. Vous devez respecter le règlement intérieur de l’entreprise utilisatrice pendant
la durée de la mission.

Nos conseils
   N’hésitez pas à rompre votre période d’essai si vous découvrez que les travaux à effectuer sont dangereux et insalubres. Prévenez
   votre agence et l’Inspection du travail. Faites vous accompagner pour ces démarches par le Comité d’Hygiène et de Sécurité et
   des Conditions de Travail (CHSCT) de l’entreprise utilisatrice et contactez celui de votre ETT.

Formation à la sécurité
Les entreprises utilisatrices doivent organiser deux types de formation à la sécurité.
- Une formation de base. Cela concerne la circulation des personnes, l’exécution du travail, la conduite à tenir en cas d’ac-
  cident.
- Une formation renforcée pour les postes de travail présentant des risques particulièrement dangereux pour la santé et la
  sécurité.
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                                17
Vous bénéficiez alors d’un accueil, d’une information et d’une formation appropriées aux risques.

                            Nos conseils
                              Demandez à connaître l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise utilisatrice, le nom de la personne qui supervise votre
                              travail, les consignes de sécurité, les risques du poste de travail auquel vous êtes affecté. Prenez contact avec les membres du
                              CHSCT.
Vos conditions de travail

                            Équipements individuels de sécurité
                            Vous avez droit aux mêmes équipements individuels de sécurité que les salariés de l’entreprise utilisatrice.
                            Dans tous les cas la fourniture doit être gratuite.

                            Nos conseils
                              N’hésitez pas à demander à l’entreprise utilisatrice un matériel en bon état et adapté à votre taille.
                              Examinez attentivement le contenu du document que l’ETT vous présente pour signature lors de la remise des équipements.
                              S’il ne s’agit que d’un reçu, vous pouvez signer sans crainte. Mais si une somme d’argent apparaît, ne signez pas et exigez
                              des explications.
                              Vérifiez si votre bulletin de salaire comporte une déduction pour la fourniture des équipements. Si tel est le cas, n’hésitez pas
                              à exiger un rappel de salaire et signalez tout de suite cette anomalie à vos délégués et à l’Inspection du travail.

                                                                                                                                          Fédération des Services • CFDT
      18
Votre réduction du temps de travail
Votre réduction du temps de travail
Pendant la durée de votre mission, vous êtes soumis à la durée du travail applicable
dans l’entreprise utilisatrice. Toutefois, la convention collective prévoit un certain nombre
de règles afin de vous permettre de bénéficier d’une réelle réduction du temps de travail.
Rémunération et réduction du temps de travail
Dans les entreprises utilisatrices où existe une indemnité de réduction du temps de travail, le plus souvent égale à l’écart
entre le salaire 35 heures et le salaire 39 heures, cette indemnité rentre dans le calcul du salaire de référence qui permet
de vérifier l’égalité de rémunération entre les salariés intérimaires et les salariés de l’entreprise utilisatrice.
Les heures supplémentaires
Les heures supplémentaires que vous effectuez donnent lieu soit à paiement soit à prise de repos compensateur. Ce repos
peut être pris, à votre choix, par journée ou demi-journée dans les 6 mois de l’acquisition et au cours de la mission y ayant
ouvert droit. Sauf accord de gré à gré avec l’ETT et l’entreprise utilisatrice, vous devez faire votre demande à l’ETT et en
informer l’entreprise utilisatrice 12 jours avant la date du congé souhaité. L’ETT doit vous répondre dans les 7 jours de cette
demande et en cas de report ou de refus, le motiver.
À la fin de la mission, si vous n’avez pas acquis suffisamment de repos pour ouvrir droit à congé ou si le repos n’a pu être
pris, vous bénéficiez d’une indemnité équivalente au repos non pris. Votre bulletin de salaire ou une annexe doit faire appa-
raître les repos compensateurs que vous avez acquis.
La modulation
La modulation est un aménagement de la durée du travail qui permet de faire varier les horaires sur tout ou partie de l’an-
née. L’accord applicable dans l’entreprise utilisatrice doit prévoir expressément et de façon précise la situation des intéri-
maires, particulièrement lorsque la mission est d’une durée inférieure à la période de modulation. À défaut, la modulation
ne vous est pas applicable et les heures supplémentaires sont décomptées chaque semaine. Dans tous les cas, la modula-
tion ne s’applique pas aux missions inférieures à 4 semaines.
Attention, si vous êtes en mission dans une entreprise en période basse de modulation et que l’accord vous est applicable,
vous êtes soumis à l’horaire collectif inférieur à 35 heures mais vous n’êtes pas à temps partiel. Aussi votre rémunération
devra être égale à un temps complet.
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                               19
Votre réduction du temps de travail   RTT en jours de repos
                                      Vous devez être informé de cet aménagement lors de la conclusion de votre contrat de mission. Les jours acquis doivent
                                      être pris au cours de la mission selon les modalités prévues au sein de l’entreprise utilisatrice. Les jours acquis que vous
                                      n’avez pas pu prendre à la fin de la mission donnent lieu à une indemnité compensatrice. Celle-ci est prise en compte dans
                                      le calcul de votre indemnité de fin de mission et de congé payé.

                                      Le compte épargne temps
                                      L’ETT peut mettre en place un compte épargne temps dont vous pouvez bénéficier si vous justifiez d’une ancienneté de
                                      910 heures au cours des 12 derniers mois au sein de l’entreprise.
                                      Vous pouvez alimenter ce compte en y affectant des jours de repos et de congés ainsi que certaines primes et indemnités.
                                      Vous pouvez utiliser le compte épargne temps pour financer totalement ou partiellement des formations professionnelles,
                                      pour un projet de création ou de reprise d’entreprise, à l’expiration d’un congé maternité ou d’adoption ; pour un projet
                                      personnel.
                                      De plus, ce compte épargne temps peut être débloqué à tout moment si vous prenez votre retraite, si vous êtes embauché
                                      en CDI ou au chômage depuis plus de trois mois, en cas de graves difficultés financières, d’inaptitude ou de classement en
                                      catégorie C par la Cotorep (Commission Technique d’Orientation et de REclassement). L’employeur peut abonder votre
                                      compte épargne temps.

                                      Nos conseils
                                        Dès la signature de votre contrat de mission, renseignez-vous sur l’existence d’un accord RTT dans l’entreprise utilisatrice et de
                                        l’aménagement du temps de travail qui vous sera applicable. En mission, discutez-en avec vos collègues et prenez contact avec
                                        les délégués CFDT de l’entreprise utilisatrice. Vérifiez votre rémunération et l’existence d’une prime ARTT. Dans votre agence ETT,
                                        demandez l’application de l’accord de branche sur la RTT des intérimaires et contactez vos délégués. Attention, la période d’amé-
                                        nagement prévue à l’article L.124.2.4 du Code du Travail (terme de la mission avancé ou reporté de 1 jour pour 5 jours de
                                        travail) ne peut être utilisée pour la prise des jours de repos ou des repos compensateurs.

                                                                                                                                                     Fédération des Services • CFDT
         20
Votre mission prend fin
La fin de mission met fin à votre contrat de travail et, avec lui, à tous liens contractuels
avec l’ETT.

Solde de tout compte
L’ETT établit votre paie avec un solde de tout compte. Celui-ci comprendra notamment :

                                                                                                                                      Votre mission prend fin
    - le solde de votre salaire pour la dernière période de la mission,
    - l’Indemnité de Fin de Mission (IFM), lorsqu’elle est due,
    - l’Indemnité Compensatrice de Congés Payés (ICCP).
Nos conseils
   N’oubliez pas de demander l’attestation pour l’Assedic. N’oubliez pas de prévenir votre ETT de vos changements d’adresse.

Certificat de travail
Votre agence vous délivre un certificat de travail attestant que vous avez été employé dans une qualification donnée,
pendant la période de la mission et que vous êtes libre de tout engagement.
Nos conseils
   Votre certificat de travail doit vous être donné dans les 7 jours ouvrables suivant la fin effective de votre mission. Exigez de
   l’ETT que le certificat de travail identifie bien chacune des missions même lorsque celles-ci se sont succédé.

Bulletin de paie
L’ETT vous remet un ou des bulletins de paie pour la période durant laquelle vous avez été en mission. Veillez à les conser-
ver, ils vous seront nécessaires pour faire valoir vos droits auprès des différents organismes (ASSEDIC, prévoyance, FASTT,
retraite). Le bulletin de paie des intérimaires doit comporter les mêmes indications que celui des autres salariés. Lorsque le
bulletin de paie recouvre plusieurs missions, les éléments de rémunération correspondant à chacune d’entre elles,
notamment l’indemnité de fin de mission, doivent être identifiables.

Nos conseils
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                              21
Si vos bulletins de paie ne sont pas clairs, demandez des explications à votre ETT. C’est le seul moyen de vérifier que vos droits
                            sont respectés. N’hésitez pas à contacter vos délégués CFDT, le syndicat CFDT de votre lieu de travail.

                          Nouvelle mission
                          Deux cas peuvent se présenter :
                            - vous ne souhaitez pas reprendre une nouvelle mission : vous êtes libre de refuser toute nouvelle proposition,
                            - vous acceptez la nouvelle mission que votre agence vous propose : elle doit alors vous établir un nouveau contrat
                              pour la mission qui vous est confiée.
Votre mission prend fin

                          Nos conseils
                            Soyez très exigeant vis-à-vis de l’ETT en ce qui concerne l’inscription de la date de fin de mission (ou de la durée minimale)
                            sur votre contrat de mission. N’hésitez pas à prendre contact avec la CFDT et avec l’Inspection du travail si la date de fin de
                            mission n’est pas conforme.

                          Embauche par l’entreprise utilisatrice
                          À la fin de votre mission, l’ETT ne peut s’opposer à votre recrutement par l’entreprise utilisatrice.
                          Dès lors que l’emploi est identique, la durée des missions effectuées chez l’utilisateur, au cours des 3 mois précédents, est
                          prise en compte dans le calcul de votre ancienneté et déduite de la période d’essai en vigueur dans l’entreprise utilisatrice.

                          Nos conseils
                            Lors de votre embauche par l’entreprise utilisatrice, vérifiez la reprise de votre ancienneté et, s’il s’agit de postes différents,
                            négociez-la. Attention, l’indemnité de fin de mission n’est pas due en cas d’embauche par l’entreprise utilisatrice.

                                                                                                                                         Fédération des Services • CFDT
      22
Vos dr oits de r ecours en cas de litige
Vos droits de recours en cas de litige
En cas de désaccord ou de litige, vous avez le droit de présenter vos réclamations
individuelles et collectives par l’intermédiaire des délégués
- les délégués du personnel de l’entreprise utilisatrice si le litige porte sur l’égalité de traitement avec le personnel perma-
  nent, c’est-à-dire : le calcul de la rémunération de référence, le paiement des jours fériés ou des ponts, l'accès aux
  installations collectives, les conditions de travail, l’hygiène et la sécurité, le respect des règles concernant les salariés
  handicapés,
- les délégués de l’ETT si le litige concerne exclusivement l’ETT.

Vous pouvez aussi saisir directement la Commission Paritaire Professionnelle Nationale du Travail Temporaire (CPPNTT).
Alertez les services de l’Inspection du travail comme n’importe quel salarié. Portez directement le litige devant le Conseil
de prud’hommes ou bien demandez aux organisations syndicales de se substituer à vous.

Nos conseils
   Avant d’entamer une démarche, renseignez-vous précisément sur vos droits, parlez-en à votre agence. N’hésitez pas à contac-
   ter les délégués CFDT de l’entreprise utilisatrice. Ils ont le droit de consulter les contrats passés entre l’entreprise utilisatrice et
   l’ETT et d’intervenir auprès de l’utilisateur pour obtenir la rectification de certaines anomalies.
   Si votre employeur ne modifie pas sa position, contactez le délégué CFDT de votre ETT ou, à défaut, la Fédération des Services
   CFDT.
   Ne vous engagez pas dans une procédure en justice sans avoir pris conseil au préalable et sans vous faire assister par un
   défenseur syndical. Renseignez-vous auprès de la CFDT.

Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                                               23
Vos droits syndicaux
Comme tous les salariés, vous êtes libre d’adhérer à un syndicat et vous pouvez bénéficier
d’un congé pour vous former dans les domaines économique, social et syndical.
Les partenaires sociaux, à travers le FAFTT, ont mis en place le CIF
(Congé Individuel de Formation) délégué syndical intérimaire, afin de mieux connaître
la profession du Travail Temporaire et en particulier la Convention Collective Nationale.

                                                                                                                                      Vos droits syndicaux
Les intérimaires ayant six mois d'ancienneté (ou 1 014 heures) dans l’ETT peuvent être :
- désignés par une organisation syndicale pour exercer la fonction de délégué syndical, laquelle consiste à : assurer la
  représentation des intérêts matériels et moraux des adhérents, négocier des accords collectifs d’entreprise, animer le
  collectif d’adhérents , informer les salariés , les assister devant l’employeur, le Conseil de prud’hommes, l’Inspection du
  travail etc., lorsqu’ils ont des difficultés ;
- élus par les salariés pour exercer : les fonctions de délégué du personnel, lesquelles consistent essentiellement à veiller à
  l’application par l’ETT de ses obligations légales et conventionnelles ; les fonctions de membre du comité d’entreprise,
  lesquelles consistent essentiellement à avoir un droit de regard sur la situation économique de l’ETT, à exercer un contrôle
  sur le plan de formation de l’entreprise, à gérer les activités sociales et culturelles.

Les délégués disposent d’un crédit d’heures pour exercer chacun des mandats et bénéficient d’un droit de recours si l’ETT
cesse de fournir des missions.

Conformément au code du travail, les dispositions de l’article L 412-8 prévoient en son alinéa 4 : “dans les entreprises de
travail temporaire, les communications syndicales portées sur les panneaux d’affichage doivent être remises aux salariés
temporaires en mission ou adressées par voie postale, aux frais de l’entreprise de travail temporaire, au moins une fois par mois”.

Par ailleurs, la convention collective du travail temporaire et plus particulièrement l’accord du 8 novembre 1984 prévoit en
son article 2-1, dès lors qu’il existe une section syndicale dans l’entreprise, que chaque salarié temporaire reçoit à sa pre-
mière mission et ensuite une fois par an, une note d’information précisant les modalités d’exercice du droit syndical.
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                             25
Vos droits au chômage
Quand vous avez fini votre mission et que vous ne recevez pas de nouvelles propositions
de l’entreprise utilisatrice que vous venez de quitter, ni de votre ETT, vous pouvez alors
vous inscrire à l’ANPE, éventuellement percevoir des allocations chômage.

                                                                                                                               Vos droits au chômage
La nouvelle convention d’assurance chômage permet de mieux indemniser les chômeurs et d’élargir le nombre de bénéfi-
ciaires. Elle généralise à tous les chômeurs un droit nouveau : celui d’être accompagné, conseillé, aidé dans sa recherche
d’emploi. Voici les principales avancées obtenues par la CFDT :
Pour percevoir des indemnités de chômage, il vous suffit d’avoir cotisé quatre mois au cours des 18 derniers mois
et répondre aux conditions suivantes :
    - être physiquement apte à travailler,
    - être effectivement à la recherche d’un emploi,
    - ne pas être chômeur saisonnier,
    - être effectivement au terme de votre mission.

Le montant de votre allocation chômage est ensuite calculé par l’ASSEDIC sur la base de vos anciens salaires de référence.
Pendant cette période de chômage, vous continuez à bénéficier des droits acquis pendant votre période de travail, notam-
ment en ce qui concerne les dépenses de santé et la capitalisation des points de retraite.

Si vous reprenez une nouvelle mission, mais pas assez longue pour revaloriser vos allocations chômage, les indemnités que
vous percevez à la fin de celle-ci seront basées sur le montant de vos anciens droits. En revanche, si la période travaillée
est assez longue pour permettre une revalorisation, l’ASSEDIC calcule et compare ces nouveaux droits avec les anciens.
Elle retient ensuite la version la plus avantageuse.

Depuis la nouvelle convention, ces indemnités ne sont plus dégressives et vous percevez donc, pendant toute la durée de
vos droits à indemnisation, le même montant. Une aide à la mobilité vous est versée si vous acceptez un emploi dans une
région autre que celle où vous travailliez auparavant.
Fédération des Services • CFDT
                                                                                                                                      27
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler