Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d'action (2016-2020) - Microfinance.sn

 
Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d'action (2016-2020) - Microfinance.sn
République du Sénégal
                      Un Peuple – Un But – Une Foi

   MINISTERE DE LA FEMME, DE LA FAMILLE ET DE
                   L’ENFANCE
                    *******************

CABINET DU MINISTRE DELEGUE CHARGE DE LA MICROFINANCE
             ET DE L’ECONOMIE SOLIDAIRE
               ********************************
              DIRECTION DE LA MICROFINANCE

               ********************************

 Document de Politique Sectorielle de la
Microfinance et Plan d’action (2016-2020)

                     ______________________

                                                     Décembre 2015
Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d'action (2016-2020) - Microfinance.sn
TABLE DES MATIERES

SIGLES ET ABREVIATIONS .............................................................................. 4

LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................... 6

LISTE DES GRAPHIQUES ................................................................................. 6

LISTE DES FIGURES .......................................................................................... 6

I. INTRODUCTION GENERALE ....................................................................... 7

II. CONTEXTE GENERAL ................................................................................. 8

  2.1. AU PLAN MONDIAL ..................................................................................................... 8

  2.2. AU NIVEAU SOUS-REGIONAL ................................................................................. 10

  2.3. AU PLAN NATIONAL ................................................................................................. 11

III. SITUATION DU SECTEUR FINANCIER .................................................. 13

  3.1. LE SECTEUR BANCAIRE ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS ................ 13

  3.2. LE SECTEUR DES ASSURANCES............................................................................. 14

  3.3. LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE .................................................................... 15

IV. DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE ......................... 18

  4.1. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET FISCAL ...................................................... 18

    4.1.1. Une diversité de textes applicables à la microfinance ........................................ 18

    4.1.2. Un régime légal et réglementaire de base unique depuis 2008 .......................... 18

    4.1.3. Un taux d’usure problématique ............................................................................ 19

                                                                                                          P a g e 1 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
4.1.4. Une fiscalité sans discrimination positive ........................................................... 19

  4.2. ANALYSE DU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL ....................................................... 20

     4.2.1. Les acteurs du secteur de la microfinance ........................................................... 20

     4.2.2. Les cadres de concertation des acteurs de la microfinance au Sénégal ............. 22

  4.3. ANALYSE DE LA DEMANDE DE SERVICES FINANCIERS .................................. 23

     4.3.1. Profil des demandeurs ........................................................................................... 23

     4.3.2. Besoins de financement ......................................................................................... 23

     4.3.3. Facteurs limitant la satisfaction des besoins ....................................................... 25

  4.4. ANALYSE DE L’OFFRE ET DES CANAUX DE DISTRIBUTION........................... 27

     4.4.1. L'offre globale ........................................................................................................ 27

     4.4.2. Le financement aux MPME .................................................................................. 29

     4.4.3. Les canaux de distribution .................................................................................... 30

  4.5. ANALYSE DES CAPACITES DE GESTION DES SFD ............................................. 31

     4.5.1. Gestion des risques et Contrôle interne ............................................................... 31

     4.5.2. Audit externe .......................................................................................................... 32

     4.5.3. Système d'Information de Gestion ....................................................................... 32

     4.5.4. Situation financière ................................................................................................ 33

     4.5.5. Gouvernance .......................................................................................................... 33

V. STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA
MICROFINANCE............................................................................................... 34

  5.1. ENJEUX ET DEFIS....................................................................................................... 34

  5.2. MISSIONS DU DEPARTEMENT EN CHARGE DE LA MICROFINANCE ............. 35

  5.3. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE SECTORIELLE ............................................... 35

  5.4. VISION .......................................................................................................................... 35

  5.5. AXES STRATEGIQUES ............................................................................................... 36

     5.5.1. Axe stratégique 1 : Accroissement de la sécurité et de la stabilité du secteur .. 36

                                                                                                                     P a g e 2 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
5.5.2. Axe stratégique 2 : Amélioration de l’offre et des canaux de distribution ........ 37

    5.5.3. Axe stratégique 3 : Renforcement de la structuration de la demande ............... 38

  5.6. Risques et conditions critiques....................................................................................... 39

ANNEXE : PLAN D'ACTION 2016 – 2020 de la LPS/MF .............................. 41

                                                                                                            P a g e 3 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
SIGLES ET ABREVIATIONS

ADEPME      Agence pour le Développement et d’Encadrement des PME
AFI         Alliance pour l’Inclusion Financière
AG          Assemblée Générale
ANSD        Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie
AP/SFD      Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés
APBEF       Association des Professionnelles de Banques et Etablissements Financiers
APDA        Agence pour la Promotion et le Développement de l’Artisanat
BCEAO       Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest
BID         Banque Islamique de Développement
BMN         Bureau de Mise à Niveau
BNDE        Banque Nationale de Développement Economique
BRVM        Bourse Régionale des Valeurs Mobilières
CA          Conseil d’Administration
CAC         Commissaires aux Comptes
CEMAC       Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale
CENTIF      Cellule Nationale de Traitement de l’Information Financière
CGAP        Groupe Consultatif d’Assistance aux Pauvres
CGI         Code Général des Impôts
CIMA        Conférence Interafricaine des Marchés de l’Assurance
CMU         Couverture Maladie Universelle
CNAAS       Compagnie Nationale d’Assurance Agricole du Sénégal
CNC         Comité National de Coordination des activités de microfinance
CRD         Centre de Ressources et de Documentation en microfinance
CTI         Centre de Traitement Informatisé
DASP        Direction de l’Appui au Secteur Privé
DMF         Direction de la Microfinance
DRS-Sfd     Direction de la Réglementation et de la Supervision des SFD
EIFIS       Enquête sur l’Inclusion Financière au Sénégal
FONGIP      Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires
FONSIS      Fonds Souverain des Investissements Stratégiques
FSSA        Fédération Sénégalaise des Sociétés d’Assurances
GIM         Groupe Interbancaire Monétique
GPFI        Partenariat Global pour l’Inclusion Financière
GPS         Gestion des Performances Sociales
IMCEC       Institution Mutualiste ou Coopérative d’Epargne et de Crédit
IMF         Institution de Microfinance
IOB         Intermédiaires en Opérations de Banque
KFW         Coopération Financière Allemande

                                                                                   P a g e 4 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
LPS/MF      Lettre de Politique Sectorielle de la Microfinance
MEFP        Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan
MPME        Micro, Petites et Moyennes Entreprises
NRC         Nouveau Référentiel Comptable
NUGPS       Normes Universelles de Gestion des Performances Sociales
OBA         Output Based Aid
ODD         Objectifs de Développement Durable
OHADA       Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires
OQSF        Observatoire de la Qualité des Services Financiers
PADEF/EJ    Projet d’Appui au Développement de l’Entreprenariat Féminin et de l’Emploi des Jeunes
            Programme d’Alphabétisation et d’Apprentissage de Métiers pour la Lutte contre la
PALAM
            Pauvreté
PCE         Programme Croissance Economique
PPC         Principes de Protection des Clients
PPP         Partenariat Public Privé
PSE         Plan Sénégal Emergent
PTF         Partenaire Technique et Financier
SFD         Système Financier Décentralisé
SICA        Système Interbancaire de Compensation Automatisé
SIG         Système d’Information de Gestion
SMS         Short Message Service
SPTF        Social Performance Task Force
STAR        Système de Traitement Automatisé et de Réglement
UEMOA       Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
UMOA        Union Monétaire Ouest Africaine

                                                                                  P a g e 5 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Indicateurs globaux du secteur de la Microfinance dans la zone UMOA au
31/12/2014 ................................................................................................................................ 11
Tableau 2 : Données socioéconomiques sur le Sénégal ........................................................... 11
Tableau 3 : Évolution des indicateurs globaux du secteur de la microfinance de 2008 à 2014 15
Tableau 4 : Besoins de financement de la population .............................................................. 25
Tableau 5 : Enjeux et défis du secteur de la microfinance ....................................................... 34

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1 : Evolution du PIB de 2001 à 2015 ..................................................................... 12
Graphique 2 : Évolution du nombre de membres/clients et d’emprunteurs actifs ................... 16
Graphique 3 : Évolution de l'encours des dépôts et de l'encoursde crédit............................... 16

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Carte d’inclusion financière du Sénégal .................................................................. 27

                                                                                                                        P a g e 6 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
I. INTRODUCTION GENERALE

Face aux différentes crises économique, financière et énergétique, le Sénégal a entrepris
d’importantes réformes pour maintenir sa stabilité macroéconomique et financière, accélérer
sa croissance et réduire la pauvreté en vue d’améliorer les conditions de vie des populations.

Ces réformes, en cohérence avec les Directives de l’UEMOA de 2009 relatives au cadre
harmonisé de gestion des finances publiques, visent à adopter une gestion du secteur public
basée sur la bonne gouvernance et axée sur les résultats, à travers notamment, la formulation
de stratégies sectorielles, ainsi que la détermination d’un cadre réaliste de ressources
disponibles à moyen terme.

L’élaboration d’une nouvelle stratégie de développement du secteur de la microfinance, axée
sur le renforcement des acquis enregistrés suite à la mise en œuvre de la première Lettre de
Politique Sectorielle de la Microfinance (LPS/MF) 2004-2013 et articulée au Plan Sénégal
Emergent (PSE), se place dans ce contexte.

Pour rappel, l’objectif de la première LPS/MF était de favoriser, à fin 2015, l’accès à des
services financiers viables et durables à une majorité de ménages pauvres ou à faibles revenus
et de micro-entrepreneurs. Avec la mise en œuvre de cette LPS, le secteur a connu une
progression régulière.

Réactualisé en 2008, le Plan d'action de la LPS/MF a permis d’enregistrer des acquis notables
qui font du Sénégal le leader de l’industrie de la microfinance dans la zone UEMOA.

Ainsi, sur la période 2005-2013, le taux de pénétration des institutions de microfinance est
passé de 6% à 14,53%, traduisant une amélioration significative du niveau d’accès des
populations aux services financiers de base. Sur la même période, les encours d’épargne et de
crédit ont augmenté respectivement de 63 à 192 milliards FCFA (+205%) et de 82 à 227
milliards FCFA (+177%).

Les succès enregistrés sont principalement dus à la forte volonté politique de l'Etat, qui a fait
de la microfinance une priorité avec la création en 2003 d'un Ministère dédié, à l’engagement
soutenu des PTF à appuyer le secteur, mais également au dynamisme des autres acteurs.

Toutefois, l’exécution du plan d’action a été limitée par des facteurs liés notamment à
l’insuffisance de la contribution financière de l’Etat et aux lenteurs dans la mobilisation de sa
contrepartie dans le budget de certains projets/programmes. S’y ajoutent la diversité des
approches et, parfois, l’insuffisance de synergies entre PTF.

C’est donc, pour consolider les acquis et surtout traduire la vision du Président de la
République inscrite dans le PSE, que le Ministère en charge de la microfinance a lancé le
processus de formulation de la nouvelle LPS/MF 2016-2020.

                                                                                  P a g e 7 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
Fortement articulée au PSE et en conformité avec les Objectifs de Développement Durable
(ODD) adoptés le 28 septembre 2015, lors de la 70ème Assemblée Générale des Nations-Unies,
la présente LPS/MF ambitionne une plus forte prise en compte des secteurs prioritaires
notamment, l’agriculture, l’éducation, la santé, la protection sociale et l'environnement.

Ainsi, la nouvelle LPS/MF intègre un certain nombre de lignes d’actions phares, entre autres :
une approche centrée sur la demande, l’élargissement de l'offre particulièrement en milieu
rural, l’incitation à l’innovation (mobile banking, finance islamique, etc.), le renforcement du
cadre juridique, fiscal et institutionnel, la promotion de la finance inclusive responsable et la
protection des usagers des services financiers.

Le présent document est élaboré suite à un processus comprenant un diagnostic approfondi à
travers deux (2) études thématiques1, une Enquête nationale sur l’Inclusion Financière au
Sénégal (EIFIS) réalisée avec l’appui de l’Agence Nationale de la Statistique et de la
Démographie (ANSD) et quatre (4) ateliers régionaux tenus entre deux (2) ateliers nationaux
de planification.
En plus de l’introduction, le document est structuré autour de cinq parties comprenant le
contexte général, la situation du secteur financier, le diagnostic, la stratégie de développement
du secteur de la microfinance, le cadre de pilotage et de mise en œuvre.

                                        II. CONTEXTE GENERAL

      2.1. AU PLAN MONDIAL

L’économie mondiale connait, en 2015, une baisse de dynamisme marquée par une expansion
de la production de 3,1%, contrairement à une prévision de 3,5% et après une croissance de
3,4% en 20142.

L’activité économique dans la Zone Euro et au Japon a amorcé une progression, suite à la
chute du prix du pétrole, à la dépréciation de l’euro et du yen, mais également à la faveur des
politiques monétaires mises en œuvre. En revanche, l’Afrique subsaharienne connait un
ralentissement de la croissance (+3,8% contre 5% en 2014), en raison de la baisse des prix des
produits de base et du durcissement des conditions de financement.

En 2016, la croissance mondiale devrait enregistrer une hausse de 3,6%, dans un contexte
d’accélération aux Etats-Unis (+2,8%), dans la Zone Euro (+1,6%), au Japon (+1,0%) et en
Afrique subsaharienne (+4,3%).

1 « Etude n°1 : Analyse de l’environnement légal, réglementaire, fiscal et institutionnel et du dispositif de surveillance du secteur »
et « Etude n°2 : professionnalisation des SFD et développement d'une offre innovante de services financiers et non financiers »
2 Source : DPEE « Situation économique et financière en 2015 et perspectives en 2016 » www.dpee.sn octobre 2015

                                                                                                                  P a g e 8 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
En outre, le volume du commerce mondial ralentirait en 2015, à cause de la décélération de la
demande en biens importés des économies émergentes et en développement (+1,3% contre
3,6% en 2014), en dépit d’une amélioration attendue des échanges internationaux à 4,1%, en
2016.

Par contre, les cours des matières premières devraient baisser globalement de 10% en 2015,
sous les effets de la chute du cours du pétrole de 46,4%.

En 2016, les taux d’inflation attendus sont de 1,2% dans les pays avancés et de 5,1% dans les
pays émergents et en développement.

Enfin, sur le marché financier international, le marché des capitaux bénéficie de la faiblesse
des coûts d’emprunt dans la plupart des pays industrialisés et de la poursuite de la stimulation
monétaire dans nombre de pays avancés et émergents.

Cette situation, post crise financière 2008-2010, n'a toutefois pas eu une grande incidence sur
la progression du niveau d’inclusion financière et sur le dynamisme du secteur de la
microfinance.

Le rapport Global Findex 2014, produit par la Banque Mondiale, montre une augmentation
appréciable de l’inclusion financière au niveau mondial. En effet, le nombre d'adultes
possédant un compte (auprès d'une institution financière ou d'un service d'argent mobile) est
passé de 51% en 2011 à 62% en 2014.

Ce rapport estime aussi que le nombre d’adultes exclus des services financiers formels est
passé de 2,5 milliards à 2 milliards dans la même période. En Afrique subsaharienne, 34 %
des adultes ont accès aux services financiers (y compris mobiles), contre 24% en 2011.

Ainsi, la microfinance reste un puissant instrument d’inclusion financière et de promotion
socioéconomique des pauvres. Elle a fortement contribué ces dernières décennies à l’accès
durable des populations à faibles revenus à des services financiers adaptés.

En effet, les 1 391 institutions de microfinance communiquant leurs données à la plateforme
du MIXMARKET (www.mixmarket.org) ont atteint, en 2013, près de 106 millions de clients à
faibles revenus et totalisaient un portefeuille de crédit de 95,1 milliards USD. Près de 81 %
des emprunteurs actifs, en 2013, sont des femmes et 66 % vivent en milieu rural
(http://www.microfinancegateway.org).

Par ailleurs, à côté des Autorités étatiques et des prestataires de services financiers, plusieurs
organisations, réseaux de partenaires techniques et financiers et autres initiatives œuvrent
aujourd’hui à la construction de marchés financiers inclusifs, responsables et durables. On
peut citer entre autres :

                                                                                   P a g e 9 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
-   La Campagne du Sommet du Microcrédit,
   -   Le Groupe Consultatif d’Assistance aux Pauvres (CGAP),
   -   L’Alliance pour l’Inclusion Financière (AFI),
   -   Le Groupe de Travail sur la Performance Sociale (SPTF),
   -   La Smart Campaign,
   -   Le Partenariat Mondial pour l'Inclusion Financière (GPFI).

    2.2. AU NIVEAU SOUS-REGIONAL

Dans les Etats membres de l’UEMOA, l’activité économique est restée vigoureuse en 2014.
Le PIB de l’Union est ressorti en augmentation de 6,5% en 2014, après une progression de
5,9% en 2013. Cette performance résulte des raffermissements des productions industrielles et
agricoles ainsi que de la bonne tenue de l’activité dans la branche « bâtiments et travaux
publics », en liaison avec la poursuite de l’exécution des projets de renforcement des
infrastructures socio-économiques.

Le taux d’inflation est ressorti en moyenne dans l’union à – 0,1% en 2014 contre 1,5% en
2013 et 2,4% en 2012. La baisse du niveau général des prix sur l’ensemble de l’année 2014
reflète celle des prix des produits alimentaires et des carburants, du fait de l’orientation
baissière des cours internationaux du pétrole. (Source : rapport annuel BCEAO 2014)

Malgré cette situation économique favorable, le secteur de la microfinance dans la zone
UMOA traverse depuis près de cinq ans plusieurs difficultés avec comme conséquences la
mise sous administration provisoire de quelques grands réseaux et la liquidation de beaucoup
de SFD. Cette situation a pour causes, entre autres, la mauvaise gouvernance, l’insuffisance
dans la gestion des risques et le surendettement des clients.

Malgré cette situation, l’accès aux services de microfinance continue de s’accroître de façon
régulière dans la zone. Au 31 décembre 2014, le nombre de SFD agréés dans les huit (08)
Etats s’élevait à 718 totalisant environ 2 800 points de services (agences et guichets). Environ
14,25 millions de membres/clients sont desservis par les SFD, soit un taux de pénétration de
la population totale d’environ 14,2%.

A la même date, le portefeuille de crédit est estimé à près de 836 milliards FCFA, soit 7,1%
des crédits accordés par les établissements de crédit de l’Union. Les dépôts mobilisés par les
SFD se chiffrent à près de 856 milliards FCFA, soit 6,3% des dépôts détenus par les
établissements de crédit de l’Union.

                                                                                  P a g e 10 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
Tableau 1 : Indicateurs globaux du secteur de la Microfinance dans la zone UMOA au 31/12/2014
                    Nombre     Nombre points      Nombre de       Montant des dépôts    Encours des crédits
       PAYS
                    de SFD      de services     membres/clients    (millions FCFA)       (millions FCFA)
Benin                    54         447              2 615 858         84 903                113 970
Burkina Faso             85         401              2 247 812         151 935               110 765
Cote d’Ivoire            72         264              1 354 807         152 372               107 639
Guinée Bissau            18         19                16 210              207                   84
Mali                     126        461              1 819 645         61 183                 77 069
Niger                    53         158               413 902          23 438                 31 065
Sénégal                  218        551              3 165 397         229 484               268 454
Togo                     92         492              2 590 547         152 216               126 750
TOTAL UMOA               718       2 794             14 224 178        855 739               835 796
Source : www.bceao.int

Par ailleurs, la BCEAO a joué un rôle de premier plan dans le développement du secteur au
niveau sous-régional. Sous l’égide du Conseil des Ministres de l’UMOA, elle a entrepris
plusieurs initiatives pour consolider le secteur et promouvoir l’inclusion financière,
notamment :
    - la mise en œuvre d’un Plan d’action pour la préservation et la viabilité du secteur de la
        microfinance ;
    - la mise en place de Bureaux d’Information sur le Crédit (BIC) ;
    - la volonté affirmée de promouvoir le développement du mobile banking ;
    - l'élaboration (en cours), suivant une démarche concertée, d’une stratégie régionale
        d'inclusion financière.

       2.3. AU PLAN NATIONAL

La population du Sénégal est estimée à 13 508 715 habitants selon les résultats du dernier
recensement général de la population de 2013. Selon le critère âge, la population est très
jeune.
Tableau 2 : Données socioéconomiques sur le Sénégal

Indicateurs                                                        Valeur
Population                                                         13 508 715
Superficie                                                         196 722 km2
Densité                                                            65 habitants / km2
Taux de croissance démographique                                   2,5%
Taux de la population active                                       58,2%
PIB/habitant en 2014                                               573 081 F CFA
Population en dessous du seuil de pauvreté
         Incidence de la pauvreté                                 42,5%
         Incidence de la pauvreté en milieu rural                 82,0%

                                                                                         P a g e 11 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
Au lendemain de la relance qui s’est opérée en 2014, l’activité économique nationale semble
se maintenir sur une trajectoire plutôt favorable, au regard des développements conjoncturels.
En effet, l’environnement économique interne tirerait avantage de la nouvelle dynamique
insufflée par le Gouvernement, à travers d’importants chantiers à haute valeur ajoutée, entre
autres, dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures et de l’énergie.

Ce climat particulièrement favorable est renforcé par le regain d’activités dans l’industrie,
conjugué à la consolidation de la croissance dans le domaine des services. Ainsi, globalement,
le taux de croissance du PIB réel est attendu à 5,4% en 2015, contre une estimation de 4,7%
un an auparavant.
Le PIB réel observe une évolution favorable continue, contrairement à l’évolution en dents de
scie qui l’a caractérisé entre 2004 et 2013.

             8

             7                  6,7

                                      5,9
             6                                 5,6                                                         5,4

             5    4,6                                    4,9                                         4,7
                                                                                        4,4
                                                                            4,2
             4
      en %

                                                               3,7
                                                                                               3,6
             3

             2                                    2,5                2,4
                                                                                  1,8
             1
                        0,7
             0

                                Graphique 1 : Evolution du PIB de 2001 à 2015
Source : DPEE « Situation économique et financière en 2015 et perspectives en 2016 » (www.dpee.sn), octobre 2015

Au titre de l’activité économique, la croissance du secteur primaire devrait se renforcer en
passant de 3,6% en 2014 à 6,8% en 2015, reflétant ainsi le dynamisme des sous-secteurs de
l’agriculture et de l’élevage.

Concernant le secteur secondaire, il est projeté en hausse de 7,7% en 2015, après une
amélioration de 2,9% en 2014 dû particulièrement au dynamisme conjugué des sous-secteurs
de la transformation et conservation de viande et poisson, de la fabrication de sucre, des

                                                                                                     P a g e 12 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
matériaux de construction, des BTP et de l’énergie.

S’agissant du secteur tertiaire, l’activité devrait connaitre un ralentissement imputable à la
crise du secteur touristique en dépit des performances enregistrées par le commerce, le
transport, les services financiers ainsi que les activités immobilières (+4,8% contre 5% en
2014).

En effet, l’inflation, mesurée par le déflateur du PIB, est prévue pour être stable avec -0,1% en
2015. En revanche, l’inflation, mesurée par l’indice harmonisé des prix à la consommation
ressort à -0,4% et devrait se maintenir en dessous de 2% en 2015, à la faveur notamment de la
baisse des cours mondiaux.

En termes de compétitivité-prix, l’économie sénégalaise a enregistré, en moyenne sur les sept
(7) premiers mois de 2015, des gains évalués à 5,8% par rapport à la même période en 2014.

Sur un autre plan, l’environnement économique s’inscrit globalement dans une dynamique
favorable et, sous ce registre, le Plan Sénégal Emergent va renforcer la tendance à la hausse
en raison de l’ambition affichée d’atteindre un taux de croissance de 7 à 8 % dans dix ans.

Les réformes structurantes engagées dans le cadre du PSE doivent permettre de renforcer la
contribution des PME au développement socioéconomique du pays, mais aussi d’améliorer
les performances des secteurs clefs, notamment l’agriculture, l’élevage, la pêche, le transport,
le tourisme et le commerce.
La stratégie de développement par secteur, pour atteindre les résultats escomptés, devra être
portée par un secteur financier qui promeut l’investissement productif. C’est fort, de ce
constat que l’approfondissement du secteur financier a été retenu comme un des fondements
de l’émergence qui doit permettre de matérialiser les opportunités de croissance dont le
Sénégal dispose.

                 III. SITUATION DU SECTEUR FINANCIER

Le secteur financier au Sénégal a connu un développement significatif au cours de la décennie
2005-2015, avec notamment l’augmentation et la diversification des prestataires,
l’amélioration et l’extension de l’offre, ainsi que la mise en œuvre de stratégies d’inclusion
des populations à faibles revenus.

    3.1. LE SECTEUR BANCAIRE ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

Au 30 septembre 2015, on comptait 23 banques et 03 établissements financiers à caractère

                                                                                  P a g e 13 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
bancaire.

Le secteur des banques et établissements financiers du Sénégal concentre 20 % des actifs de la
zone UMOA, soit le deuxième derrière la Côte d’Ivoire. L’encours total de crédit en 2014 se
chiffrait à 2 750,1 milliards FCFA contre 2 522,9 milliards FCFA en 2013. Le résultat en fin
2014 s’établissait à 15 979 milliards FCFA, soit 6 % du total de l’UMOA (Source : BCEAO,
Rapport annuel 2014).

Malgré le nombre important et en croissance des banques ainsi que les mesures prises pour un
meilleur accès au crédit, le constat révèle que leur concours au financement de l’économie
reste encore faible, particulièrement dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de
l’élevage et du tourisme.

Il s’y ajoute aussi que cette faiblesse du financement par l’offre bancaire est accentuée par des
contraintes structurelles de l’économie, notamment la dépendance de l’agriculture des aléas
climatiques, les difficultés liées au respect des droits des créanciers et le caractère informel
des activités économiques.

S’agissant des établissements financiers, leur faible nombre, associé d’une part à une offre
dominée par le crédit-bail et, d’autre part, à leur méconnaissance par la clientèle, constituent
autant d’obstacles à leur contribution à l’inclusion financière.

    3.2. LE SECTEUR DES ASSURANCES

Le secteur des assurances est en pleine croissance. Au 31 décembre 2014, le marché comptait
24 compagnies d’assurance, dont 16 sociétés d’assurances-dommages et 8 d’assurance-vie.
Selon la FSSA, le Sénégal est le 4ème plus grand marché d’assurance et de réassurance de
l’Afrique de l’Ouest et du Centre francophone, avec une progression de 7,03% en 2014,
passant de 96,067 milliards FCFA en 2013 à 102,822 milliards F CFA.

L’assurance-dommages et l’assurance-vie représentent respectivement 76,128 milliards FCFA
et 26,684 milliards FCFA de chiffres d’affaires. Par ailleurs, le marché des assurances se
caractérise par une offre diversifiée qui touche entre autres l’agriculture et la santé, au-delà de
l’assurance automobile qui est obligatoire.
Le secteur des assurances recèle de réelles opportunités de financement (placements, prises de
participation), de sécurisation des opérations (assurance agricole, assurance crédit) et de
protection sociale. Toutefois, leur exploitation reste limitée.

                                                                                  P a g e 14 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
3.3. LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE

 Le secteur de la microfinance au Sénégal est né au milieu des années 80 dans un contexte
 marqué par : i) un désengagement de l'Etat et la disparition de structures nationales d'appui et
 d'encadrement du monde rural, rendant plus précaire la situation socioéconomique des
 populations ; ii) la crise du système bancaire national avec la disparition de banques de
 développement, accentuant l’exclusion financière de la majorité de la population.
 Le secteur compte actuellement 383 SFD dont 10 réseaux, 6 Sociétés anonymes et 01
 association (Source : DRS-Sfd).

 Du point de vue de la structuration du secteur, on distingue trois catégories d'institutions de
 microfinance3 :
     les institutions de grande taille (article 44) qui constituent près de 87% de la clientèle.
     Les institutions de taille intermédiaire ;
     Les institutions de petite taille, généralement isolées, et qui constituent l'écrasante
        majorité du tissu de SFD.

 Au cours de la période 2008-2014, le secteur de la microfinance a connu une progression
 régulière. En effet, l'analyse des données recueillies par la Direction de la Microfinance
 auprès des SFD montre une hausse continue des indicateurs de portée, comme l’illustre le
 tableau suivant :

 Tableau 3 : Évolution des indicateurs globaux du secteur de la microfinance de 2008 à 2014

INDICATEURS                  2008           2009           2010            2011          2012          2013          2014
Taux de pénétration
                             9,5%          10,1%            12%            13%          13,3%         15,2%         15,8%
population totale
Nombre de
                          1 093 838      1 207 095       1 447 692      1 624 319     1 757 707     1 962 819     2 189 567
membres & clients
Nombre
d'emprunteurs              256 016        281 679         384 387        375 619       422 600       424 057       453 197
actifs
Encours des dépôts
                             103            119             135            159            169          192,5         217
(milliards FCFA)
Encours de prêt
                             132,5         140,5           170,5          204,5           225           227          257
(milliards FCFA)
Total Actif
                             185            258           252,88           291           317,5          337         370,4
(milliards FCFA)
 Source: Direction de la Microfinance - Rapport sur la situation globale du secteur de la microfinance (2015)

 3   Lux Development – Projet AFR017, Guide sur le Contrôle interne des SFD, octobre 2010

                                                                                                          P a g e 15 | 55

 Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
Les graphes suivants illustrent la progression des principaux indicateurs de portée sur la même période
(Source : Direction de la Microfinance).

  2 400 000
                                                                                                     300

  2 200 000
                                                                                                     250
  2 000 000

  1 800 000                                                                                          200

                                                                                    Milliards FCFA
  1 600 000

  1 400 000                                                                                          150

  1 200 000                                                    Membres/clients
                                                                                                     100
  1 000 000
                                                               Emprunteurs actifs
   800 000
                                                                                                     50
   600 000

   400 000                                                                                             0
   200 000                                                                                                 2008   2009           2010        2011       2012        2013   2014

         0                                                                                                               Encours de dépôts      Encours de crédit
              2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014

                                                                                    Graphique 3 : Évolution de l'encours des dépôts et de
         Graphique 2 : Évolution du nombre de membres/clients et                                    l'encours de crédit
                          d’emprunteurs actifs

L'analyse du tableau et des différents graphiques montre sur la période 2008-2014 :
     une croissance soutenue (+100%) de la clientèle ;
     une forte progression des dépôts (+110%) ;
     une augmentation (+94%) de l'encours de crédit ;
     un doublement de l'actif des SFD.

Des évolutions majeures sont notées dans le secteur au cours de ces dernières années :

     l'entrée en vigueur de la nouvelle Loi régissant les SFD au Sénégal et la mise en
      application du nouveau référentiel comptable qui ont induit des changements
      importants dans les dispositifs organisationnels des SFD, des structures ministérielles
      de suivi et de la BCEAO ;
     la mise en place d’un Fonds de garantie des dépôts par la BCEAO ;
     la publication par la BCEAO de l’instruction n°01/2006 SP du 31/07/2006 relative à
      l’émission de monnaie électronique et aux établissements de monnaie électronique,
      révisée en 2015 ;
     l’adoption d’une loi sur les Bureaux d’Information sur le Crédit ;
     l'adoption d'une loi sur le crédit-bail ;
     l’introduction de la microfinance islamique dans certains SFD et la mise en place de
      mécanismes de financement islamique dans certains projets/programmes pilotes.

Par ailleurs, d’autres acteurs institutionnels comme la Poste, l’IPRES, la CSS, la CDC et la
BRVM participent au dynamisme du secteur financier en lui assurant une certaine liquidité.
La présence d’établissements émetteurs de monnaie électronique renforce aussi l’inclusion

                                                                                                                                        P a g e 16 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
financière à travers l’innovation dans les canaux digitaux utilisés.

En dépit des avancées notées, le secteur souffre de quelques faiblesses majeures qui risquent
d’entraver la stratégie d’inclusion financière. Elles sont constatées dans le diagnostic ci-
dessous.

                                                                                  P a g e 17 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
IV. DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE

    4.1. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET FISCAL

       4.1.1. Une diversité de textes applicables à la microfinance

L’analyse du cadre juridique et fiscal révèle la diversité des textes applicables à la
microfinance au Sénégal. On peut citer entre autres :

    la loi n° 2008-47 du 3 septembre 2008 et son décret d’application du 28 novembre
     2008 ;
    les Actes Uniformes de l’OHADA ;
    la loi Uniforme portant définition et répression de l’usure ainsi que la décision n°
     CM/UMOA/011/06/2013 fixant le taux d’usure dans les Etats de l’UMOA ;
    la loi uniforme n° 2004-09 du 6 février 2004 relative à la lutte contre le blanchiment
     de capitaux et la loi n° 2009-16 du 02 mars 2009 relative à la lutte contre le
     financement du terrorisme ;
    la loi n° 2012-31 du 31 décembre 2012 portant Code Général des Impôts (CGI).

Avec cette diversité de textes applicables, des problématiques d’interprétation ou de conflits
de lois se posent parfois dans la pratique.
En dépit de cette diversité de normes applicables aux SFD, un régime légal et réglementaire
de base unique a été institué en 2008.

       4.1.2. Un régime légal et réglementaire de base unique depuis 2008

La microfinance était jusqu’en 2008 régie par la loi n°95-03 du 05 janvier 1995 et son décret
d’application du 11 novembre 1997. Cette loi s’appliquait uniquement aux institutions
mutualistes ou coopératives d’épargne et de crédit.

La loi n° 2008-47 et son décret d’application du 28 novembre 2008 ont instauré un régime
légal de base unique régissant l’activité de microfinance. La nouvelle réglementation a
introduit les innovations majeures suivantes :
     l’instauration de l’agrément comme régime unique d’autorisation d’exercice ;
     l’attribution de compétences renforcées à la BCEAO et la Commission Bancaire pour
       la supervision des SFD prévus à l'article 44 de la loi de 2008;
     le renforcement du dispositif prudentiel et des sanctions applicables ;
     l’adhésion obligatoire de tout SFD agréé à l’association professionnelle ;
     la certification obligatoire des comptes pour les SFD d’une certaine taille ;
     la possibilité de création de SFD sous forme de société commerciale (SA et SARL).

                                                                                  P a g e 18 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
L’application de cette nouvelle réglementation n’en pose pas moins certaines difficultés liées
notamment à :

     la longueur des délais d’instruction due aux « avis de non-conformité » suspensifs du
       délai légal de six mois ;
    la lourdeur de la procédure de double instruction du dossier par la DRS-Sfd et la
     BCEAO ;
    l’absence de traitement différencié des SFD, particulièrement en matière de reporting
     et de ratios prudentiels ;
    l’obligation faite aux institutions de l’article 44 constituées sous forme de réseaux de
     faire certifier séparément leurs comptes et ceux de leurs institutions de base (ayant
     atteint le seuil) qui renchérit fortement les charges des SFD.

Il s’y ajoute des faiblesses liées à l’absence d’indicateurs de performance sociale dans le
dispositif d’appréciation de la gouvernance des SFD.

       4.1.3. Un taux d’usure problématique

Le taux d'usure pour les SFD est passé de 27 à 24% depuis le 1er janvier 2014. Cette mesure,
prise par le Conseil des Ministres de l’UMOA, vise à soulager les emprunteurs et à favoriser
le financement de l'économie. Elle renforce également la protection légale des clients.

Cependant, elle peut, à terme, être néfaste pour l’accès au crédit et sur le taux de pénétration,
en réduisant l’implantation des SFD en milieu rural. En effet, compte tenu des risques liés à
leurs activités et des niveaux de crédits très faibles, la baisse du taux d’usure aura un impact
négatif pour les caisses rurales isolées qui, d’ailleurs pour la plupart, ne respectaient pas le
taux de 27%.

       4.1.4. Une fiscalité sans discrimination positive

L’environnement fiscal des SFD est surtout marqué par l’abrogation des dispositions fiscales
incitatives en faveur des SFD contenues dans la loi n° 2008-47 et leur transposition partielle
dans le nouveau Code Général des Impôts (CGI) entré en vigueur le 1er janvier 2013.
En effet, les difficultés liées à l’interprétation du champ d’application de la faveur fiscale
prévue par les dispositions de la loi cadre transposée dans le droit positif au Sénégal font
peser sur les SFD, des risques fiscaux réels pouvant compromettre leur viabilité et leur
pérennité.
Cependant, le nouveau CGI a introduit plusieurs innovations allant dans le sens de réduire les
distorsions de concurrence entre les SFD de forme différente.

                                                                                  P a g e 19 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
4.2. ANALYSE DU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL

L’analyse du dispositif institutionnel du secteur de la microfinance porte sur les acteurs, le
dispositif de concertation et les mécanismes de mise en œuvre de la politique sectorielle.

       4.2.1. Les acteurs du secteur de la microfinance

Les principaux acteurs opérationnels impliqués dans la gouvernance du secteur sont ceux qui
interviennent dans le contrôle et la supervision des SFD et ceux qui sont chargés de la
promotion et du développement du secteur.

              4.2.1.1. Les acteurs intervenant dans le contrôle et la supervision des SFD
   a) La BCEAO et la Commission Bancaire

La BCEAO a entre autres pour mission de veiller à la cohérence entre la politique
communautaire d’inclusion financière et les politiques nationales des Etats membres.

Dans ce cadre, elle élabore les normes de supervision du secteur et participe directement au
contrôle des SFD relevant de l’article 44, en relation avec la Commission Bancaire, ainsi
qu’au processus d’instruction des dossiers d’agrément des SFD par la DRS-Sfd. En outre, elle
intervient dans l’autorisation pour l’extension des activités des SFD.

En somme, la BCEAO joue un rôle fondamental dans le renforcement de la solidité
organisationnelle et financière des SFD. Qui plus est, son avis conforme est requis pour
entamer des procédures collectives d’apurement du passif à leur encontre. Ce qui constitue
pour eux une protection juridique contre d’éventuelles décisions hâtives.

Cependant, le renforcement des prérogatives de la BCEAO n'a pas été accompagné par la
mise à sa disposition de moyens humains importants pour assurer une meilleure stabilité du
secteur. Par ailleurs, des lenteurs sont parfois constatées dans les interventions, notamment sur
les délais d'instruction des agréments, la mise en place de la Centrale des risques et
l’opérationnalisation du Fonds de garantie des dépôts.

   b) La Direction de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes Financiers
      Décentralisés (DRS-Sfd)

Conformément à la loi n° 2008-47, la DRS-Sfd intervient dans l’instruction des dossiers
d'agrément, le contrôle des activités et les procédures collectives d’apurement du passif.

Néanmoins, l’insuffisance de ses moyens humains et financiers, voire son manque
d’autonomie, par rapport à l’étendue de ses missions, limite l’amplitude de ses interventions
dans la supervision du secteur.
Cette situation pourrait affecter ses décisions, notamment lors de crises pouvant survenir au

                                                                                  P a g e 20 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
sein des SFD.

Par ailleurs, d’autres faiblesses sont notées comme l’insuffisance de communication avec les
structures faitières lors des missions d’inspection, l'absence d'un corps de contrôle assermenté
et les pouvoirs limités accordés à ses structures déconcentrées.

              4.2.1.2. Les acteurs chargés de la promotion
   a) La Direction de la Microfinance (DMF)

Conformément au décret n°2004-100 du 6 février 2004 portant organisation du Ministère des
Petites et Moyennes Entreprises et de la Microfinance, la Direction de la Microfinance (DMF)
a pour mission principale de promouvoir et développer le secteur de la microfinance au
Sénégal. A ce titre, elle assure la coordination de la Politique générale du Gouvernement en
matière de microfinance, le suivi des activités et des opérations des intervenants ainsi que
l’évaluation des performances des projets/programmes du secteur.

Malgré ses attributions en matière de promotion du secteur, la DMF est absente du processus
de demande d‘agrément et de ce fait ne joue pas pleinement son rôle d’appui dans la création
et le développement de SFD.

L’organisation de la DMF met en évidence les limites de son intervention, notamment
l’absence de plan stratégique. Par rapport au fonctionnement, il convient de noter la modestie
de la dotation de l’Etat, la faiblesse de l’effectif et la forte dépendance aux subventions des
PTF dans un contexte de raréfaction des ressources.

   b) L'Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés du Sénégal
      (APSFD)

L’APSFD-Sénégal a la responsabilité d’œuvrer à la défense des intérêts moraux et matériels
de ses membres. Elle a comme objectif principal de conduire le plaidoyer sur tous les grands
dossiers du secteur, mais aussi de favoriser les échanges et la collaboration entre les SFD et de
contribuer au renforcement des capacités de ses membres.

L’APSFD doit faire face à l’insuffisance du niveau d’appropriation de ses membres et de son
degré d’autonomie financière. Ses difficultés financières sont liées à son système de cotisation
inadapté, à sa forte dépendance aux subventions des PTF et à l’absence de services mutualisés
à forte valeur ajoutée.

Par conséquent, l’APSFD ne peut satisfaire entièrement la demande de services d’appui
technique formulée par ses membres.

                                                                                  P a g e 21 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
4.2.2. Les cadres de concertation des acteurs de la microfinance au Sénégal

Plusieurs cadres de concertation ont été mis en place en fonction des problématiques à gérer :

    Le Comité National de Coordination des activités de microfinance (CNC) ;
    Le Comité de Suivi du Plan d’action pour la préservation et la viabilité du secteur de la
     microfinance ;
    Le Comité de suivi du Plan d’action issu de l’évaluation du Programme Economique
     et Financier ;
    Le Sous-groupe thématique des Bailleurs de fonds actifs dans la microfinance.

Le Comité National de Coordination (CNC) sert de cadre d'échanges entre les différents
acteurs du secteur de la microfinance. Sa mission est d'assurer une concertation permanente
sur toute question cruciale du secteur et de permettre un échange d'informations sur ses défis.

Le CNC a un rôle très important dans la mise en œuvre de la politique sectorielle. Ainsi, il
coordonne les actions et stratégies des différents intervenants du secteur. Il est également
chargé du monitoring ainsi que l'évaluation de la stratégie et du plan d'action de la Politique
Sectorielle. Il veille enfin à la cohérence de la stratégie de la microfinance avec celles des
autres secteurs d'activités.

Son intervention est limitée essentiellement par l’absence de synergies entre les acteurs de la
microfinance et entre ceux-ci et les autres secteurs clés de la vie socio-économique.

Il s’y ajoute que le CNC a traversé une période de léthargie liée au décalage temporel entre la
fin de la première LPS/MF et l’opérationnalisation de la nouvelle stratégie.

Concernant la coordination, malgré l’existence de plusieurs cadres de concertation, des
difficultés ont été constatées dans les interventions, limitant ainsi l’efficacité des actions
menées.

S’agissant de la synergie opérationnelle, il a été remarqué l’absence de mutualisation des
ressources et des moyens, notamment dans la mise en place par les acteurs d’outils
d’optimisation pour la supervision du secteur. Ce qui entraine ainsi une redondance des
actions à la fois coûteuse et contraignante pour les SFD.

Par ailleurs, il a été constaté la faible participation de la DRS-Sfd, actrice majeur du secteur,
dans les activités du CNC.
Dans la mise en œuvre de la Politique sectorielle, il a été mis en place un Bureau du CNC
composé :
     du Président de l’AP SFD qui en assure la présidence ;
     de deux vice-présidents : le représentant du sous-comité des bailleurs de fonds et le
        représentant de la DRS-Sfd ;
     d’un Secrétaire, le Directeur de la Microfinance (DMF) ;

                                                                                  P a g e 22 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
 de deux membres : un représentant de la BCEAO et un représentant de l’APBEF.

Ce Bureau est chargé de veiller à la bonne exécution des décisions prises pour la coordination
effective des actions et stratégies des différents intervenants du secteur, mais aussi pour le
suivi -évaluation de la stratégie et du Plan d’action de la Politique Sectorielle.
En termes d’impact, le leadership du Bureau reste faiblement ressenti ; c’était plutôt la DMF
qui en assumait les charges. Il s’y ajoute que le Bureau, faute de ressources financières
suffisantes, était dépendant des projets/programmes financés par les PTF.

En sus des différents acteurs précités, d’autres tels que l’OQSF, la CENTIF interviennent
respectivement dans l’amélioration de la qualité des services financiers et le suivi des flux
financiers ; ce qui, dans une large mesure, contribue significativement à l’assainissement et au
développement du secteur.

    4.3. ANALYSE DE LA DEMANDE DE SERVICES FINANCIERS

       4.3.1. Profil des demandeurs

Les demandeurs potentiels, selon l’EIFIS 2015, regroupent toutes les catégories
socioéconomiques de la population sénégalaise âgée de 18 ans et plus. Elles comptent 53 %
de femmes et 47 % d’hommes. Seuls 4,2% de cette population sont sans profession. Pourtant,
on note que 52 % sont actifs sur le marché du travail.

L’enquête a révélé le niveau élevé de vulnérabilité de cette population, avec notamment :
    58 % des enquêtées qui n’ont pas dépassé le niveau scolaire du primaire ;
    42% qui n’ont aucun revenu mensuel ;
    50% des personnes interrogées qui manquent souvent d’argent pour payer la
      nourriture ou les dépenses de santé.

D’une manière générale, la population est très peu informée sur l’existence des institutions
financières. Une analyse discriminante montre que le niveau de connaissance est relativement
i) plus faible chez les femmes que chez les hommes, ii) plus faible en milieu rural qu’en
milieu urbain et iii) variable entre les régions avec une connaissance beaucoup plus marquée
dans la région de Dakar.

       4.3.2. Besoins de financement

Globalement, 70 % des personnes interrogées ont déclaré avoir des besoins de financement
non satisfaits. Les besoins liés à l’activité économique les plus manifestes concernent, dans
l’ordre, l’achat de marchandises pour le commerce, de bétail, d’intrants agricoles, le
démarrage d’une entreprise ou d’une AGR, et l’acquisition d’équipement.

                                                                                  P a g e 23 | 55

Document de Politique Sectorielle de la Microfinance et Plan d’action 2016-2020
Vous pouvez aussi lire