GUIDE RELATIF A LA GESTION DES PERILS ANIMALIERS - Aviation Civile ...

 
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES PERILS ANIMALIERS - Aviation Civile ...
GUIDE RELATIF A LA
GESTION DES PERILS
   ANIMALIERS

       Edition 03
       Mars 2017
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES PERILS ANIMALIERS - Aviation Civile ...
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                     Edition : 03
                                                      PERILS ANIMALIERS                            Amendement : 00
                                                                                                   Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar                        REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                    Page 1 / 22

                                          PAGES D’AMENDEMENTS
                                                  FICHE DE CONTROLE
                                                            --------------

          Amendement                                                             Insertion

    N°    Date d’application1                  Date d’insertion                 Nom et signature     Observations

    1

    2

    3

    4

    5

    6

    7

    8

    9

    10

1
 A remplir par le détenteur à chaque amendement
Chaque détenteur est responsable de sa mise à jour dès la réception de l’avis de mise à jour.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES PERILS ANIMALIERS - Aviation Civile ...
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES          Edition : 03
                                        PERILS ANIMALIERS                 Amendement : 00
                                                                          Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar        REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12           Page 2 / 22

                                LISTE DES AMENDEMENTS
                                            ------------

                          Raison de la                     Sections modifiées
 N°          Date         modification
Amdt                                        Paragraphes     Pages       Description des
                                                                        Amendements
  00    14/03/2017       Nouvelle édition
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES        Edition : 03
                                      PERILS ANIMALIERS               Amendement : 00
                                                                      Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar     REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12          Page 3 / 22

                          LISTE DES PAGES EFFECTIVES
                                        ------------

                                                           N° de          Date de
  Pages        N° d’édition     Date d’édition
                                                       l’amendement    l’amendement
    00              03           14/03/2017                 00
    01              03           14/03/2017                 00
    02              03           14/03/2017                 00
    03              03           14/03/2017                 00
    04              03           14/03/2017                 00
    05              03           14/03/2017                 00
    06              03           14/03/2017                 00
    07              03           14/03/2017                 00
    08              03           14/03/2017                 00
    09              03           14/03/2017                 00
    10              03           14/03/2017                 00
    11              03           14/03/2017                 00
    12              03           14/03/2017                 00
    13              03           14/03/2017                 00
    14              03           14/03/2017                 00
    15              03           14/03/2017                 00
    16              03           14/03/2017                 00
    17              03           14/03/2017                 00
    18              03           14/03/2017                 00
    19              03           14/03/2017                 00
    20              03           14/03/2017                 00
    21              03           14/03/2017                 00
    22              03           14/03/2017                 00
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES           Edition : 03
                                       PERILS ANIMALIERS                  Amendement : 00
                                                                          Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar      REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12             Page 4 / 22

                                LISTE DES DETENTEURS
                                        ------------

 N°               TITRE               SIGLE                 SUPPORT                   NOMBRE

 1                                   DRG/SGD           Papier et électronique

 2                                     DSE                 Electronique
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES              Edition : 03
                                         PERILS ANIMALIERS                     Amendement : 00
                                                                               Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar         REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12               Page 5 / 22

                                  Feuille D’observations
                                            ------------

Malgré les vérifications faites, certaines inexactitudes ou erreurs peuvent subsister dans les
informations fournies.
Toute personne ayant relevé de telles erreurs ou inexactitudes dans ce document est priée de bien
vouloir en faire mention sur cette feuille en précisant la référence de la page en question.

Cette page doit ensuite être envoyée à la direction rédactrice qui prendra en compte vos
remarques et vous fera parvenir un accusé de réception ainsi qu’une nouvelle feuille d’observation.

Date :                    Nom du rédacteur :

                          Direction / Département:

Pages:                    OBSERVATIONS :
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                                    Edition : 03
                                                         PERILS ANIMALIERS                                           Amendement : 00
                                                                                                                     Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar                            REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                                  Page 6 / 22

                                                     Table des matières
FICHE DE CONTROLE .................................................................................................................. 1
Table des matières ......................................................................................................................... 6
INTRODUCTION ............................................................................................................................ 7
REFERENTIELS ............................................................................................................................. 7
DOCUMENTS ABROGES ET MODIFIES ....................................................................................... 7
CHAMPS D’APPLICATION ............................................................................................................. 7
DEFINITIONS ET ABREVIATIONS................................................................................................. 7
1. GESTION DE L’HABITAT SUR L’AERODROME ........................................................................ 9
1.1. Historique................................................................................................................................. 9
1.2. Identification des attractions ..................................................................................................... 9
1.3. Gestion de l’habitat ................................................................................................................ 10
2. CONTROLE ACTIF DES OISEAUX/ANIMAUX SAUVAGES SUR L'AERODROME ................. 10
2.1. Historique............................................................................................................................... 10
3. ORGANISATION ...................................................................................................................... 11
3.1. Historique............................................................................................................................... 11
3.2. Collaboration et coordination entre les organismes sur l'aérodrome....................................... 11
3.3. Création d’un Comité aéroportuaire de lutte contre le péril aviaire et animalier ...................... 11
4. EQUIPEMENT .......................................................................................................................... 12
4.1. Historique............................................................................................................................... 12
4.2. Equipement portatif ................................................................................................................ 12
4.3. Equipements statiques ........................................................................................................... 12
4.4. Prédateurs formés (chiens et faucons) ................................................................................... 13
5. ENREGISTREMENT DES ACTIVITES DE GESTION DES OISEAUX/ANIMAUX SAUVAGES 13
5.1. Historique............................................................................................................................... 13
6. RAPPORT D’IMPACT D’OISEAUX ........................................................................................... 13
6.1. Historique............................................................................................................................... 13
6.2. Définition d’impact d'oiseau/faune .......................................................................................... 14
7. ANALYSE DES DONNEES D’IMPACTS D’OISEAUX ............................................................... 15
8. IDENTIFICATION DES RESTES D’OISEAUX/FAUNES ........................................................... 15
9. BASES DE DONNEES REQUISES POUR LES RAPPORTS D’IMPACT D’OISEAUX ............. 15
10. CONFORMITE A L’OACI ........................................................................................................ 15
11. EVALUATION DE RISQUE ..................................................................................................... 16
12. GESTION D’IMPACT D’OISEAU EN DEHORS DE L’AERODROME ...................................... 16
12.1. Généralités........................................................................................................................... 16
12.2. Identification des attractions ................................................................................................. 16
12.3. Gestion ................................................................................................................................ 17
RESUME DES NORMES POUR LE CONTROLE DES OISEAUX ET ANIMAUX SAUVAGES
D'AERODROME ........................................................................................................................... 18
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                  Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 7 / 22

INTRODUCTION
- Le présent document repose sur le postulat qu’oiseaux et faune constituent un grave danger pour
les aéronefs et il tente de décrire les actions que l’on peut et devrait mener pour surmonter ce
danger. Il n’entend nullement examiner le degré relatif de gravité de divers dangers mais vise au
contraire à souligner l’importance d’une organisation et d’une planification bien pensées pour la
création    d’un    programme       efficace     de    prévention   du     risque    aviaire/faunique.
-Le but principal du présent guide est de donner au personnel des aéroports les informations
nécessaires pour élaborer et mettre en œuvre une prévention efficace du risque aviaire/faunique
pour leur aérodrome. Comme le risque d’impacts d’oiseaux/animaux diffère d’un site à l’autre, sa
gestion sera, elle aussi, différente. La gravité du risque aviaire/faunique varie selon la situation
géographique, l’attrait du site pour les oiseaux/animaux et la densité du trafic aérien.
-Le présent guide décrit les structures organisationnelles qui traiteront avec efficacité le problème
de la prévention du risque aviaire/faunique et aborde les raisons de la présence d’oiseaux/animaux
sur un aérodrome, l’organisation et la composition d’un comité national de prévention du risque
aviaire/faunique pour l’exploitation des aéronefs et les modifications à apporter à un aérodrome
pour éliminer des caractéristiques qui attirent les oiseaux/animaux.
REFERENTIELS
- Décret 2013-027 du 15 janvier 2013 portant Règlementation des aérodromes modifié par les
décrets n°2015-1648 du 15 décembre 2015 et n°2016-1092 du 02 août 2016
- Chapitre 9 §9.4 du RAM 8.01 Volume 1 – Edition 05 – Amendement 00- Mai 2016 - relatif à la
Lutte contre le risque d’impacts d’animaux
- Doc 9137-AN/898 3ème partie – Prévention et atténuation du risque faunique - 4ème éd -2012
- Instruction N°01/DG/DANA du 23 Février 2007 portant définition des rôles et responsabilités de
tous les organismes chargés de la prévention du péril aviaire sur les aérodromes
DOCUMENTS ABROGES ET MODIFIES
Instruction Technique N°12-DSE/AGA/INST du 14 Janvier 2014 relative à la Gestion des périls
animaliers
CHAMPS D’APPLICATION
Le présent document a été établi pour aider les exploitants d’aérodrome à assurer la gestion des
périls animaliers, en application des dispositions du Décret 2013-027du 15 janvier 2013 fixant la
Réglementation des aérodromes.
DEFINITIONS ET ABREVIATIONS
Risque aviaire : risque de collision entre des oiseaux et les aéronefs. Ces chocs, presque toujours
fatals pour les oiseaux, peuvent également être fatals pour les aéronefs, et provoquer
des catastrophes aériennes. Il est à noter que les termes « péril aviaire » et même « péril
animalier » sont également utilisés pour décrire ce problème qui touche tous les domaines de
l'aéronautique.
Accident aérien : événement lié à l'utilisation d'un aéronef et qui entraîne le décès ou des
blessures graves à une ou plusieurs personnes ou des dommages irréparables à la structure de
l'appareil. Un événement qui met en cause la sécurité des vols sans conséquences sérieuses est
considéré comme incident aérien.
Accident : événement, lié à l'utilisation d'un aéronef, qui se produit entre le moment où une
personne monte à bord avec l'intention d'effectuer un vol et le moment où toutes les personnes,
qui sont montées dans cette intention, sont descendues, et au cours duquel :
         une personne est mortellement ou grièvement blessée
         ou l'aéronef subit des dommages ou une rupture structurelle
         l'aéronef a disparu ou est totalement inaccessible.
Incident : événement autre qu'un accident, lié à l'utilisation d'un aéronef qui compromet ou
pourrait compromettre la sécurité de l'exploitation.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES   Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS          Amendement : 00
                                                                     Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar          REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12    Page 8 / 22

ATC : Contrôleur du Trafic Aérien
OACI : Organisation de l’Aviation Civile Internationale
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                 Edition : 03
                                           PERILS ANIMALIERS                        Amendement : 00
                                                                                    Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar            REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                 Page 9 / 22

                      1. GESTION DE L’HABITAT SUR L’AERODROME

                                           1.1. Historique
En Contrôlant l'attrait des oiseaux et autres animaux sauvages sur un aérodrome est
fondamentale au bon contrôle aviaire. En effet, ceci est probablement plus important que la
dispersion des oiseaux en termes de contrôle du risque global. Si un aérodrome fournit des
ressources facilement accessibles pour les oiseaux et les animaux sauvages, en termes de
nourriture, eau, abri ou sites de reproduction, alors, ils vont continuer d'essayer et de revenir,
malgré les tactiques de dispersion qui ont été utilisés à les dissuader. Le programme de contrôle
est donc voué à l'échec, à moins que l'aérodrome soit construit aussi non-attractif que possible
pour les oiseaux et les animaux sauvages que possible.

Photo : Fossé envahis comme ceci fournisse imbrication et bonne couverture de protection pour
       les oiseaux dangereuses

La gestion de l'habitat pour dissuader les oiseaux et les animaux sauvages implique deux
processus : (i) identifier les caractéristiques attrayantes et apporter des changements pour éliminer
l'attraction ou (ii) refuser l'accès à celle-ci.
La gestion de l'habitat telle que l'amélioration du drainage, l'installation de clôtures, la modification
de la couverture végétale etc. est souvent coûteuse. Il est souvent difficile d'obtenir des ressources
pour les programmes qui, en cas de modification de la végétation, peuvent prendre un certain
nombre d'années d'appliquer pleinement et dont les avantages ne sont pas toujours
immédiatement apparents aux gestionnaires de l'aérodrome. L’engagement envers le processus
des cadres supérieurs est indispensable et une nomination d’un membre de la direction des
cadres supérieurs de l'aérodrome devrait assumer la responsabilité de veiller à ce que cela et
autres parties du programme de gestion de risque d’oiseaux/animaux sauvages sont correctement
effectuées.
                                1.2. Identification des attractions
Les raisons pour lesquelles les oiseaux fréquentent un aérodrome ne sont pas toujours évidentes.
Ils peuvent être attirés par les aliments tels que des invertébrés, des petits mammifères, des
graines ou des plantes dans la prairie, de l'eau des étangs, des fossés, ou des flaques d'eau sur le
tarmac, les sites de nidification dans les arbres, les arbustes ou les bâtiments, ou simplement la
sécurité offerte par les grands espaces ouverts où ils peuvent voir facilement s'approcher des
prédateurs. Dans certains cas, il peut être évident sur quelles ressources ils sont attirés, mais dans
d'autres, il n’en peut pas. S'il n'y a aucune incertitude, obtenir l'assistance d'un professionnel
spécialiste en prévention d’oiseaux/animaux sauvages est recommandée afin d'identifier qu’est-ce
qui attire les oiseaux/animaux sauvages sur l'aérodrome. De toute évidence, l'attraction varie d'une
espèce à l'autre.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                  Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 10 / 22

                                    1.3. Gestion de l’habitat
Une fois que l'attraction a été identifiée, un plan de gestion faudrait être développé pour la
supprimer entièrement, la réduire en quantité, ou de refuser l'accès à celle-ci. Parce que les
terrains d'aviation du monde sont tous différents et parce que les espèces d'oiseaux/animaux
sauvages qui les fréquentent varient d'une région à l'autre, il n'est pas possible de définir
précisément quels types de gestion de l'habitat seront efficaces pour un site particulier. Les
exemples typiques incluent la manipulation de l'espèce et/ou la hauteur de la couverture végétale
sur l'aérodrome, la coupe d'arbres et de buissons, le filet de plans d'eau, à l'exclusion des oiseaux
de bâtiments par filet ou d'autres moyens, sélection convenable de plantation non attractive au
voisinage des terminaux etc... Malgré toutes les techniques utilisés, tous les aéroports doivent être
en mesure de démontrer qu'ils ont évalué les attractions d'oiseaux sur leur propriété et développé
et mis en œuvre un plan de gestion d'habitat afin de réduire ces attractions aussi praticable que
possible.
Les bassins de rétention d'eau peuvent posséder une protection contre les oiseaux avec de filet,
ou, comme dans ce cas avec de « boules de l'oiseau flottante »

Photo : Canaux de drainage défrichées et filets n'offrent aucune attraction aux oiseaux tout en
maximisant leurs fonctions de drainage.

   2. CONTROLE ACTIF DES OISEAUX/ANIMAUX SAUVAGES SUR L'AERODROME

                                          2.1. Historique
De contrôle efficace des oiseaux/animaux sauvages exige que même les petits nombre d'oiseaux
et les animaux sauvages dangereux soient dispersés dès que possible de l'aérodrome. Cela les
évite de devenir une attirance pour les autres oiseaux/animaux sauvages, car leur présence
indique qu'il y a d’aliments disponibles sur l’aérodrome et/ou que c'est un endroit sécuritaire pour
se reposer. Pour y parvenir, les oiseaux et les animaux sauvages doivent être détectées
rapidement une fois qu'ils arrivent et puis dispersée rapidement. Une détection efficace ne peut
résulter de la tour ATC ou le centre des opérations de l'aérodrome. En s'appuyant sur les
contrôleurs aériens pour rappeler les employés à disperser les oiseaux et les animaux sauvages
se traduira en petit nombre étant raté. Elle se traduira également par une réponse retardée lorsque
les oiseaux et les animaux sauvages sont détectés, car il faudra du temps pour le contrôleur
d’atteindre l'emplacement particulier. Une détection efficace nécessite l'utilisation d'une patrouille
motorisée, assurée par un personnel formé et équipé qui sont aptes à disperser les oiseaux et les
animaux sauvages dès qu'ils sont détectés. Si ces employés sont attribués à d'autres fonctions,
comme aiguilleurs d'aéronefs, le contrôle sera efficacement réduit. Le contrôle des
oiseaux/animaux sauvages pendant la nuit est plus problématique car il est souvent difficile de
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                  Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 11 / 22

détecter où sont allés les oiseaux dispersés de l'aérodrome. Le contrôle des mammifères
nocturnes est seulement possible quand ils sont actifs la nuit.

                                        3. ORGANISATION

                                          3.1. Historique
Différents aérodromes adoptent une variété de structures organisationnelles pour leurs
programmes de contrôle des oiseaux et la faune. Ceux-ci varient en ayant le contrôle de l'oiseau
comme une tâche secondaire du contrôle du trafic aérien ou des Sections de pompiers, par le biais
de dotation en personnel de contrôle d'oiseau de la Section opérations de l'aérodrome pour
recruter des gestionnaires spécialistes de la faune ou d'unités de contrôle des oiseaux. Le
personnel de contrôle d'oiseau doté de plus grandes unités a l'avantage qu'il y ait plus de
personnel pour répondre et une plus grande flexibilité pour faire face à des augmentations
soudaines de nombres d'oiseaux. Cependant, le personnel employé principalement dans d'autres
rôles peuvent considérer le contrôle d'oiseau comme un devoir de statut secondaire ou faible qui,
si seulement ils le font en dehors de rares occasions, ceci n’est pas vraiment leur responsabilité
personnelle. À l'inverse, de petites unités spécialisées sont normalement dotées en personnel par
des agents qui ont un réel intérêt pour les oiseaux et le contrôle de l'oiseau, et qui reconnaît
clairement qu’ils ont un lien avec la responsabilité pour les oiseaux sur l'aérodrome. Cette «
appropriation » du problème d’oiseau peut être une puissante motivation pour améliorer les
normes de contrôle de l'oiseau. De telles unités peuvent, toutefois, se trouve difficile de faire face
avec la maladie du personnel ou à l’augmentation soudaine du nombre d'oiseaux qu’exige le
personnel supplémentaire pour être déployé.
N'importe quel système organisationnel est en place, il doit livrer les normes décrites dans le
présent document.

       3.2. Collaboration et coordination entre les organismes sur l'aérodrome
Communication entre les différents groupes intéressés et organismes sur un aéroport est
essentielle si de bonnes normes de contrôle d’oiseaux/animaux sauvages ont été établies.
Exploitations d’aérodrome, Maintenance au sol, Contrôle de la navigation aérienne, Pompiers
d’aérodrome, Planificateurs, Exploitants d’aéronefs, etc … : tous ont un rôle à jouer pour identifier
et corriger les problèmes qui peuvent survenir. L’exploitant d’aérodrome devrait s'assurer qu'un
mécanisme est disponible (par exemple un Comité aéroportuaire de prévention du péril aviaire) qui
permet à ces organismes de participer dans le processus de gestion des risques
d’oiseaux/animaux sauvages. Ceci aidera à s’assurer des organisations de ces organismes.

 3.3. Création d’un Comité aéroportuaire de lutte contre le péril aviaire et animalier
Le RAM 8.01 Volume I, exige que les risques d’impacts d’animaux aux aérodromes ou à proximité
soient évalués à l’aide, entre autres, d’une procédure nationale et d’une évaluation continue du
risque faunique effectuée par du personnel compétent. La création d’un comité national convient
parfaitement à la réalisation de cette tâche.

Un comité aéroportuaire de lutte contre le péril aviaire devrait inclure des représentants de
ministères, notamment du transport, de la défense, de l’agriculture et de l’environnement, ainsi que
des représentants des grands exploitants d’aéronefs et d’aéroports, des responsables de la
sécurité des vols, des associations de pilotes et des constructeurs de cellules et de moteurs
d’aéronefs. Les prestataires de formations spécialisées sur le risque aviaire/faunique devraient
aussi être invités à participer à ce comité.

Les rôles et responsabilités de tous les organismes présents dans ce comité sont définis dans
l’Instruction N°01-DG/DANA du 23/02/2007 de l’ACM.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                 Edition : 03
                                           PERILS ANIMALIERS                        Amendement : 00
                                                                                    Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar            REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                 Page 12 / 22

                                       4. EQUIPEMENT

                                           4.1. Historique
Le type et le niveau de sophistication de l'équipement nécessaire pour dissuader les oiseaux et les
animaux sauvages des terrains dépendent de l'espèce en cause et la quantité de main d’œuvre
qui peut être déployée. Si un unique membre du personnel est nécessaire pour disperser les
oiseaux et les animaux sauvages sur un grand aéroport alors un équipement comme le pistolet de
lancer pyrotechniques ou de dispositifs de station radio détresse sera essentiels. Si plusieurs
personnel peuvent être déployés ou si l'aéroport est petit, alors d’équipement plus basique peut
suffire.

Des dispositifs de dissuasion d’oiseaux/animaux sauvages peuvent largement être divisés en
visuel, acoustique et létale, et subdivisés en systèmes mobiles et statiques. Les niveaux de
sophistication et de coût limite, disponible sont très variable et inclus le simple épouvantail, (un
dispositif visuel statique), complexe radio générateurs de sons commandés (statique acoustique),
pistolets pyrotechniques et véhicule monté d’appareil d'appel de détresse (mobile acoustique),
lasers portatifs (mobile visuel), pièges (létal statique) et un fusil de chasse (létale mobile). Le choix
de tels systèmes, ou combinaison de systèmes, de déployer dépendra des contraintes de coûts,
juridiques et logistiques et, peut-être plus important encore, sur les espèces qui ont besoin d'être
dispersés. Par exemple, essayez d'utiliser un système d'appel de détresse sur une espèce
d’oiseau qui ne produise pas de tels appels est vouée à l'échec.

Relativement, peu d'entre les dispositifs de contrôle d’oiseaux/animaux sauvages disponibles aux
aéroports ont été soumis à une évaluation scientifique appropriée de leur efficacité. Il n'est donc
pas possible de recommander des dispositifs particuliers comme étant approprié pour le contrôle
des oiseaux à chaque aéroport.

                                     4.2. Equipement portatif
Les équipements portatifs, qui exigent un membre du personnel sur le terrain d'aviation pour le
faire fonctionner, sont généralement considérés comme offrant le meilleur contrôle, en fournissant
que le personnel impliqué est correctement formé et motivé. Les dispositifs tels que des pistolets
pyrotechniques ou véhicule monté de générateurs d’appel de détresse produisent une impression
de menace directe qui peut varier continuellement dans le temps et le lieu de l'opérateur d'une
manière non disponible pour les systèmes statiques. Dans tous les cas, le personnel devrait avoir
accès à un fusil de chasse pour enlever les oiseaux et animaux sauvages qui ne peuvent pas être
dispersés par des moyens non létaux, à condition que la législation de protection des oiseaux et
d'armes à feu dans le pays concerné le permette. Il est vital que les personnels soient
correctement formés dans l'utilisation sécuritaire des armes à feu et possèdent les permis
nécessaires d’avoir ou d'utiliser l'arme. Il y a quelque débat quant à la nécessité de l'utilisation du
contrôle létal dans la gestion des oiseaux/animaux sauvages de l’aérodrome, mais la grande
majorité des experts estime que soutenir la menace non létale de dispositifs pyrotechniques et
d'autres avec un élément de contrôle létal est important car il permet de s'assurer que les oiseaux
et les animaux sauvages ne s'habituent pas sur le programme de contrôle et permet l'élimination
sélective des oiseaux/animaux sauvages qui ne répondent pas aux techniques de dispersion
déployés.
L'utilisation limitée du contrôle létal est une partie importante d'un programme de gestion efficace
des oiseaux
Une patrouille mobile équipé d'effarouchement des périphériques tels que les pyrotechniques et
les appels de détresse est le moyen le plus efficace pour détecter et disperser les oiseaux.
                                   4.3. Equipements statiques
En général, les dispositifs d’effarouchement statiques d’oiseaux, tels que des canons à gaz ou
autres générateurs de sons, perdent progressivement leur efficacité au fil du temps. Bien que
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                         PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                 Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar          REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 13 / 22

quelques dispositifs plus sophistiqués, qui produisent une variété de sons dans un ordre aléatoire
ou préprogrammé, peuvent retarder cette accoutumance, ils sont généralement plus adaptés pour
la fourniture de dissuasion d’oiseaux à court terme dans des zones limitées (p. ex. terrain être
réintégré après des travaux de construction).
Note : Les canons à gaz, même si déplacé régulièrement, perdront éventuellement leur efficacité
       au fil du temps.
                         4.4. Prédateurs formés (chiens et faucons)
Les faucons et chiens formés, qui sont tous les deux des prédateurs potentiels pour de
nombreuses espèces d'oiseaux dangereuses lesquels se trouvent sur les aéroports, sont
indomptablement efficaces à la dispersion des oiseaux. Cependant, pour fonctionner
correctement, des investissements considérables dans la formation des animaux et de leurs
gestionnaires doivent être faite. Cette formation est essentielle tant pour s'assurer que les animaux
eux-mêmes ne deviennent pas un risque de collision et également pour s'assurer que la valeur
dissuasive de déployer le faucon ou le chien est maximisée. Les aéroports ne devraient pas sous-
estimer le temps et les coûts des personnels impliqués en incorporant des faucons ou des chiens
dans leurs programmes de contrôle des oiseaux. Il est également important de se rappeler que les
faucons et les chiens ne sont pas efficaces à la dispersion de tous les dangers d’oiseaux dans
toutes les conditions. Ils doivent être considérés comme un outil parmi d'autres que le contrôleur
de l'oiseau peut utiliser. L'utilisation de prédateurs formés seuls n'est pas un adéquat substitut
pour les autres techniques de gestion oiseau décrit ci-dessus.
Les faucons représentent une véritable menace pour les oiseaux et ne seront pas ignorés. Leur
utilisation à proximité des avions exige beaucoup de soin, de compétence et de dépense
considérable.

    5. ENREGISTREMENT DES ACTIVITES DE GESTION DES OISEAUX/ANIMAUX
                              SAUVAGES

                                         5.1. Historique
Il existe une tendance croissante vers les compagnies aériennes et/ou de leurs assureurs de se
lancer dans une action légale pour recouvrer les coûts des dommages causés par les impacts
d’oiseaux/animaux sauvages aux aéroports au cours de laquelle ils se produisent. Il est important
que les aéroports enregistrent les mesures de contrôle d’oiseaux qu'ils prennent pour être en
mesure de démontrer qu'ils avaient des programmes de contrôle d’oiseaux/animaux sauvages
adéquat en place au moment de l'incident et que le programme fonctionnait correctement. Les
données recueillies dans le cadre d'un programme de contrôle des oiseaux et de la faune sont
également importants pour évaluer l'efficacité des mesures prises. Il existe un certain nombre de
différentes méthodes pour l'enregistrement de ces données, de documents sur simple papier à des
appareils sophistiqués basés sur la technologie de PC de poche. Ce dernier économise du temps
et de l’effort, surtout si les données doivent être par la suite enregistrées sur un ordinateur pour
une analyse ultérieure. Quel que soit le moyen d'enregistrement utilisé, le point important est que
la compréhension des activités de contrôle d’oiseaux est servie afin de démontrer que l'aéroport
suit ses propres politiques et procédures.

                             6. RAPPORT D’IMPACT D’OISEAUX

                                         6.1. Historique
Tous les programmes de gestion des oiseaux/animaux sauvages doivent être surveillés afin de
voir s’ils fonctionnent efficacement et qu'ils aient besoin d'être modifié, prolongé ou améliorés. Le
seul moyen efficace de le faire est par le regroupement des données sur les impacts à l'aéroport
concerné. Autres mesures, les comptages des oiseaux/faune sur l'aérodrome, par exemple,
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                  Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 14 / 22

fournissent des informations supplémentaires utiles, mais ne sont pas de mesures directes du
risque d’impact à l'aéroport. Tous les impacts doivent être indiqués, s'ils causent des dommages à
l'avion et quelles que soient les espèces d’oiseaux/animaux sauvages impliquées. À moins que
l'aéroport soit persuadé qu'il sait quelles espèces sont heurtées sur sa propriété, qu'il ne peut pas
espérer cibler ses efforts de gestion dans de bon sens. Il est important que les gestionnaires
d’aérodrome ne pénalisent pas les agents qui font des rapports d’impacts d’oiseaux. Même si les
impacts sur les avions de ligne de petites espèces comme de taille des hirondelles ou des oiseaux
Moineau sont peu susceptibles de causer des dommages à un aéronef, le personnel devrait être
exigé de les signaler. De même, le nombre total d’impacts dans un aéroport ne devrait jamais être
servi comme mesure du risque d’impact ou de la performance des contrôleurs d'oiseau/faune. Le
risque principal provient des impacts avec les grandes espèces, particulièrement les oiseaux qui
forment des troupeaux. Une évaluation des risques qui combine la fréquence des impacts avec le
besoin escompté de gravité susceptible d'être employé pour évaluer correctement le risque (voir
ci-dessous). Cependant, un tel processus ne peut pas fonctionner efficacement à moins que tous
les impacts soient rapportés.
                           6.2. Définition d’impact d'oiseau/faune
Il y a une grande variété de définitions à quoi constitue précisément un impact d'oiseau/faune. En
ce qui concerne la collecte d'informations pour mieux comprendre les risques, il est préférable de
prévoir, autant que possible, plusieurs événements dans une large définition. Cependant, en
incluant tous les rapports d’impacts dans les jeux de bases des données d'un aéroport soulèvent
un certain nombre de problèmes. Par exemple, si un pilote signale une collision sur l'approche à
l'aéroport et une vérification de l'aire pour une carcasse et que l'inspection de l'appareil n'affiche
aucun signe qu’il y a eu lieu d’un impact, il n’y a aucune confirmation qu'une collision s'est
effectivement produite. Autre que l'emplacement de l’impact, un tel rapport fournit une petite utilité
d'information (p. ex. nombre d'espèces d'oiseaux endommage les niveaux etc.) qui peut aider
l'aéroport en ciblant son effort de contrôle des oiseaux. Ces impacts non confirmés doivent être
enregistrés, mais n'ont pas besoin d'être soumis à l'analyse décrite au point 7 ci-dessous.

Un certain nombre de pays enregistre aussi des incidents évités de justesse dans leurs bases de
données d’impacts d’oiseaux/animaux sauvages. La définition d'une quasi-collision est plus
problématique car il s'agit de l'interprétation du pilote de l’éloignement de l'oiseaux/faune par
rapport à l'avion et de savoir si cela constituait une menace pour la sécurité. En outre, dans les
aéroports situés dans des zones de populations d'oiseaux élevés, il pourrait être difficile pour un
pilote attentif d'atterrir ou de décoller sans voir un oiseau à quelques distances de l'avion et
chaque mouvement peuvent être considéré comme une quasi-collision. En accumulant les
informations quasi-collision peut s'avérer précieuse, mais, comme les impacts non confirmées, ils
ne devraient pas figurer dans les statistiques d’impacts de l'aéroport utilisés pour l'analyse. Les
bases des données etc... doivent être mises à jour pour permettre aux impacts non confirmés et
évités de justesse d'être séparés des autres impacts d’oiseaux/animaux sauvages lors de
l'évaluation de l'ensemble de données.
Il y a, cependant, certains incidents où un impact ne se produit pas, comme les pilotes étant
obligés de prendre d’ambiguës mesures pour éviter les oiseaux ou animaux sauvages, qui doivent
être enregistrés séparément car ces actions elles-mêmes sont potentiellement dangereuses et ont
été causées par la présence d'oiseaux.
Ces définitions assurent que la quantité maximale d'informations est recueillie, mais que des
preuves fiables sont seulement utilisées pour évaluer l'efficacité du programme de gestion
d’oiseaux/faunes.
Dépendant de la structure organisationnelle dans un pays donné ou dans un aéroport privé, la
responsabilité d’avoir signalé des collisions d'oiseaux/animaux sauvages peut se lier avec un
certain nombre de différents individus ou départements, tels que les opérations de l'aéroport,
contrôle de la navigation aérienne ou pilotes. Il est important que l'aéroport dispose d'un
mécanisme pour veiller à ce qu'il est au courant, autant que possible, de toutes les collisions qui
se produisent sur ou près de sa propriété.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                         PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                 Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar          REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 15 / 22

                   7. ANALYSE DES DONNEES D’IMPACTS D’OISEAUX

Une analyse efficace des données d'impact d'oiseau est particulièrement importante. Par exemple,
séparer les impacts qui se produisent sur l'aéroport (moins de 200 pieds de l'approche et à 500
pieds de décollage en utilisant la définition de l'OACI) de celles qui se produisent en dehors des
aides d'approches pour définir ceux impacts qui sont susceptibles d'être influencés par le
programme de gestion des oiseaux de l’aéroport. De même, séparant les impacts avec les
espèces qui sont de poids au-delà de 100 g (c.-à-d. les plus susceptibles de causer des
dommages) et qui accorde une importance plus grande de heurter avec de troupeaux aide tous à
identifier les tendances dans le risque réel d'impact d'oiseau à l'aéroport. Ainsi, par exemple, un
aéroport avec une augmentation du taux d’impacts d'oiseaux/animaux sauvages ne devient pas
nécessairement un endroit plus risqué de voler. Si l'augmentation des impacts est due à une
augmentation des incidents avec les petites espèces, tandis que le taux d’impacts avec les
grandes espèces et des troupeaux est en baisse, alors c'est indicatif d’un meilleur contrôle
d'oiseaux/animaux sauvages et de bon rapport d’impacts. Encore une fois, il est important de
souligner que le simple nombre total d’impacts dans un aéroport n'est pas un bon indicateur du
risque, et que l'examen des données par espèce frappé est essentiel. Ce processus peut être
effectué dans le cadre d'un processus d'évaluation officielle des risques tel que décrit dans la
Section 11.

                  8. IDENTIFICATION DES RESTES D’OISEAUX/FAUNES

Les statistiques d’impacts d’oiseaux/animaux sauvages ne peuvent être interprétées correctement,
à moins que l'espèce qui a frappé soit connue. L'évaluation des risques repose sur une
connaissance de la taille de l'oiseau et de la faune heurté pour évaluer la gravité probable des
impacts, et le programme de gestion des oiseaux de l'aéroport peut être ciblé les mauvaises
espèces d'oiseaux si aucune trace des restes des oiseaux sont heurtés n'est pas maintenue. Des
restes d'oiseaux/animaux sauvages récupérés suivants les impacts sont souvent fragmentaires,
mais même les plus petits fragments de plumes peuvent être identifiés et les frottis de sang
peuvent être séparés par espèces par l'utilisation de l'analyse de l'ADN. Les aéroports doivent
veiller à ce que tous les restes d'oiseaux soient identifiés aussi complètement que possible des
installations à leur disposition. Même les plumes aussi très petites fragments ou des taches de
sang peuvent être identifiés microscopiquement ou par l'analyse de l'ADN.

 9. BASES DE DONNEES REQUISES POUR LES RAPPORTS D’IMPACT D’OISEAUX

Le plus d’information enregistrée relative à l’incident d’impact aviaire est le meilleur. Au minimum,
les données requises sur le formulaire de rapport d'impact d'oiseau OACI doivent être recueillies
aussi complètement que possible. Si certains éléments de données ne sont pas disponibles (par
exemple, altitude de l’impact) alors le plus d'informations que possible doivent être collectées et
tiennent compte des données manquantes durant les analyses subséquentes.

                                  10. CONFORMITE A L’OACI

Bien que ceci ne soit pas directement une question pour chaque aéroport, les pays devraient être
encouragés à rassembler les données d'impact d'oiseau à l'échelle nationale et de les présenter à
l'OACI. Cela aide à apprécier les niveaux réels de risque d'impact d'oiseau et les coûts d'impacts
d'oiseau pour l'industrie aéronautique dans le monde entier.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                 Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                        Amendement : 00
                                                                                   Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                 Page 16 / 22

                                  11. EVALUATION DE RISQUE

L’évaluation formelle des risques est maintenant couramment utilisée dans presque tous les
aspects de la santé et de la sécurité de travail. La prévention d’impact oiseaux/animaux sauvages
a eu une tendance à la traîne dans ce domaine, parce que l'implication des oiseaux et autres
animaux sauvages (créatures dont le comportement peut varier à chaque heure, chaque jour et
selon les saisons, et dont les populations peuvent fluctuer sur de longues périodes) comme un
élément clé du système évalué le rend difficile pour prévoir une précision des niveaux de risque.
Des techniques sont maintenant disponibles que rendent l'utilisation de la fréquence à laquelle
chaque espèce est frappée, combiné avec la probabilité de dommages à l'aéronef pour cette
espèce, pour calculer le risque de niveaux pour un aéroport particulier. Ceux-ci permettent aux
matrices d'évaluation de risque d'être construites et mises à jour annuelles afin d'évaluer
l'évolution du niveau de risque en réponse à des mesures de gestion d’oiseau en place.

           12. GESTION D’IMPACT D’OISEAU EN DEHORS DE L’AERODROME

                                         12.1. Généralités
En fournissant que les meilleures pratiques en matière de gestion de l'habitat et de contrôle actif
sont mis en place sur un aérodrome, l’impact du risque découlant de l'aérodrome lui-même peut
être contrôlé en grande partie dans tous les circonstances les plus extrêmes. Gérant le risque
d’impact qui prend sa source en dehors de l’aérodrome est un défi de plus en plus complexe et de
plus en plus difficile. Tout d'abord, les problématiques sites doivent être identifiés au moyen d'une
évaluation des dangers. Cela peut poser des problèmes car, pour certaines espèces, comme les
goélands, les sites d’où proviennent les oiseaux qui provoquent un risque à l'aéroport peuvent être
à plusieurs km de l'aéroport lui-même. Après avoir identifié les sites qui prennent en charge les
oiseaux/faunes dangereux, il est alors nécessaire d'estimer le risque qu'elles posent à l'aéroport.
Les oiseaux et animaux sauvages sur l'aéroport eux-mêmes peuvent raisonnablement considérer
poser certain degré de risque que leur proximité avec l'avion signifie qu'ils vont éventuellement
traverser une voie de circulation ou une piste et peuvent donc être heurtés. Les oiseaux et
animaux sauvages sur un site distant de l'aéroport ne peuvent en aucun cas poser de risque s’ils
ne traversent jamais l'aérodrome ou à ses abords. Les mêmes principes fondamentaux
s'appliquent lors de l'élaboration d'un plan de gestion qu’il soit sur ou hors de l’aérodrome. Une
évaluation des risques nécessite donc une mesure ou une estimation de la façon dont la plupart
des oiseaux/faunes dans un terrain hors du site de l’aérodrome transitera l’actif espace aérien.
Une fois identifiés, les sites qui présentent un risque important, les principes de gestion qui sont
nécessaires pour contrôler le risque sont semblables à celles sur l'aérodrome. Ils sont d'identifier
les attractions, puis à gérer l'habitat afin de réduire l'attraction, ou en refuser l'accès des oiseaux.
Les Tactiques de dispersion peuvent ensuite être déployées pour supprimer tous les restes
d’oiseaux. Cela exigera une approche de collaboration et des relations de travail positives avec les
propriétaires fonciers locaux.
                               12.2. Identification des attractions
La nouvelle partie des normes de l'OACI concernant le contrôle d’oiseau de l'aéroport stipule que :
L'autorité compétente doit prendre des mesures afin d'éliminer ou d'éviter la mise en place de
dépotoirs de d’ordures ou de telle toute autre source attirant l’activité des oiseaux sur ou à
proximité d’un aérodrome, sauf si une étude aéronautique appropriée indique qu'ils ne sont
susceptibles de créer les conditions propices à un problème de danger des oiseaux.
Les décharges à proximité des aéroports peuvent être compensées pour exclure les oiseaux
dangereux

Alors que la référence aux dépôts d'ordures est claire, « une telle autre source d’attraction
d'activité de l'oiseau » nécessite un important degré d'interprétation. Comme avec les attractions
d'oiseaux/animaux sauvages sur l'aérodrome, les gestionnaires d'aéroports peuvent avoir besoin
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES               Edition : 03
                                         PERILS ANIMALIERS                      Amendement : 00
                                                                                Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar          REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12               Page 17 / 22

de chercher une forme d’assistance de spécialistes lors de l’identification des principales
attractions d’oiseaux/animaux sauvages près de l'aéroport. Ils seront certainement besoin d'une
assistance en évaluant les oiseaux/animaux sauvages fréquentant un tel site pose un risque
important pour la sécurité des vols, car cela nécessite une compréhension de l'écologie et le
comportement qui est susceptible d'être non disponible de la part du personnel de l'aéroport.

                                          12.3. Gestion
Une fois que les sites abritant les oiseaux/animaux sauvages sont identifiés et qui sont, ou
pourraient causer un problème de sécurité de vol, des options de gestion peuvent être
développées. Il peut s'agir de modification mineure de l'habitat, changement de culture ou autres
pratiques agricoles, des opérations majeures de drainage ou enlèvement à grande échelle des
populations d'oiseaux/animaux sauvages. Encore une fois, le choix de la technique dépendra de la
situation particulière rencontrée et des conseils d'experts devraient être recherchés si nécessaire.
Une échelle plus grande de gestion d’oiseau/animaux sauvage hors de l’aéroport peut aussi
entraîner la liaison avec les intérêts de conservation locale, surtout si les sites qui doivent être
gérés sont des réserves naturelles. Dans certains cas, il peut être impossible de résoudre les
intérêts contradictoires de la sécurité des vols et de la conservation, mais en essayant de
beaucoup faire, l'aéroport sera en meilleure position pour montrer une diligence due en cas
d'accident ou de la réclamation légale dans l'avenir.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                  Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 18 / 22

      RESUME DES NORMES POUR LE CONTROLE DES OISEAUX ET ANIMAUX
                       SAUVAGES D'AERODROME

Ces normes de bonnes pratiques devraient s'appliquer sur n'importe quel aérodrome recevant du
trafic aérien commercial régulier, quel que soit le type d'aéronefs ou la fréquence de mouvements.

Norme 1

Les membres nommés de l'équipe de gestion sur l'aéroport devraient être responsables de la mise
en œuvre du programme de contrôle des oiseaux, y compris la gestion des habitats et contrôle
actif d'oiseaux.

Norme 2

Un aéroport devrait entreprendre un examen des caractéristiques sur sa propriété qui attirent les
oiseaux et les animaux sauvages dangereux.
La nature précise de la ressource qu'ils les ont attirés devrait être identifiée et un plan de gestion
mis au point pour éliminer ou réduire la quantité de cette ressource, ou de refuser l'accès à ce que
les oiseaux soit praticable.
Où il est nécessaire, l'assistance d'un spécialiste professionnel sur la prévention de collision
d’oiseaux/animaux sauvages devrait être recherchée.
Les pièces justificatives de ce processus, sa mise en œuvre et les résultats doivent être
conservés.

Norme 3

Un contrôleur d’oiseaux/animaux sauvages correctement formé et équipé devrait être présent sur
l’aire de manœuvre pendant au moins 15 minutes avant n'importe quel départ ou d'arrivée d'avion.
Ainsi, si les aéronefs atterrissent décollent à des intervalles de moins de 15 minutes il faut une
présence continue sur l’aérodrome tout au long de la journée. Le contrôleur ne doit pas
entreprendre tout autre droit que de contrôle de l'oiseau pendant cette période. Notez que pour les
aérodromes avec de rares mouvements d'avions, 15 minutes peut ne pas être assez long pour
disperser tous les oiseaux dangereux/faunes des environs de la piste. Dans ce cas les contrôleurs
doivent être suffisamment déployés avant le mouvement de l'avion pour permettre d’atteindre une
dispersion complète.
Dans la nuit, les voies de circulation et pistes actives doivent être vérifiées pour la présence
d'oiseaux et de la faune à des intervalles réguliers et l'action de dispersion considérée comme
nécessaire.

Norme 4

Le personnel de contrôle des oiseaux devrait être équipé de dispositifs de dissuasion d’oiseaux
appropriés pour les espèces d'oiseaux rencontrés, le nombre d'oiseaux présents et à la zone dont
ils ont besoin de contrôler. Le personnel devrait avoir accès à des dispositifs appropriés pour
l'élimination des oiseaux et faunes, tels que les armes à feu ou des pièges ou des moyens qui font
appel à un soutien spécialisé pour fournir rapidement ces techniques.
Tout le personnel devrait recevoir une formation adéquate dans l'utilisation des dispositifs de
contrôle des oiseaux.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                         PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                 Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar             REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12             Page 19 / 22

Norme 5

Les contrôleurs d’oiseaux/faunes d'aéroport devraient enregistrer ce qui suit au moins chaque 30
minutes (si le trafic aérien est suffisamment rare que les patrouilles d’oiseaux sont de plus de 30
minutes sinon, une entrée pour chaque patrouille effectuée devrait être faite).
      • zones contrôlées de l’aéroport,
      • nombre et emplacement d’espèces d'oiseaux/faunes constatés
      • mesures prises pour disperser les oiseaux/faunes,
      • résultats des actions
Des informations plus générales telles que le nom du contrôleur de l'oiseau en service, temps sur
et hors service, intempéries, etc. doivent être enregistrées au début d'une période de service.

Norme 6

Les incidents d'oiseaux/faunes devraient donc être définis dans 3 catégories :
Effective collision:
      • toutes collisions signalées entre un oiseau ou autres faunes et un aéronef pour laquelle
        une preuve sous la forme d'une carcasse, demeure ou endommagent l'avion est
        constatée.
      • Tout oiseau/animal sauvage trouvé mort sur un aérodrome où il n'y a aucune autre cause
        évidente de la mort (frappé par une voiture, a percuté une fenêtre etc..).
Collision non confirmée:
      • Les collisions signalées entre un oiseau ou autres animaux sauvages et un aéronef pour
        lesquelles aucune preuve matérielle n'est trouvée.
Incidents sérieux:
      • Incidents où la présence des oiseaux / faunes sur ou autour de l'aérodrome a un effet sur
        un vol qu’il ait trouvé ou non des preuves d'une collision.

Norme 7

Les aéroports devraient établir un mécanisme pour s'assurer qu'ils sont informés de toutes les
collisions d’oiseaux/animaux sauvages signalées sur ou près de leur propriété.
Le nombre total d'impacts d'oiseau ne devrait jamais servir comme mesure du risque ou de la
performance des mesures de contrôle des oiseaux dans un aéroport.
Les aéroports doivent veiller à ce que l'identification de l'espèce en cause à une collision aviaire
est aussi complète que possible.
Les aéroports devraient enregistrer tous les impacts d'oiseaux et inclure, comme ils le peuvent, les
données requises pour le formulaire de déclaration standard de l'OACI.
Les régulateurs nationaux devraient recueillir les données d’impacts d’oiseaux et les soumettre
annuellement à l'OACI.

Norme 8

Les aéroports devraient procéder à une évaluation officielle des risques, de leur situation d’impacts
d'oiseau et utiliser les résultats pour aider à cibler leurs mesures de gestion de d’oiseaux et
surveiller leur efficacité.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES                Edition : 03
                                          PERILS ANIMALIERS                       Amendement : 00
                                                                                  Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar           REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12                Page 20 / 22

L’évaluation des risques devraient être actualisées à des intervalles réguliers, de préférence
annuellement.

Norme 9

Les aéroports devraient dresser un inventaire des sites d’attractions d’oiseaux dans le cercle
d’oiseaux de 13 Km définis par l’OACI, accordant une attention particulière aux sites environnants
de l'aérodrome et les couloirs d'approche et de départ. Une évaluation fondamentale de risques
doit être effectuée pour déterminer si les mouvements migratoires des oiseaux et les animaux
sauvages attirés par ces moyens des sites qu'ils causent ou peuvent causer un risque pour le
trafic aérien. Si c'est le cas, les options pour la gestion des oiseaux dans le(s) site(s) concerné(s)
devraient être élaborées et une évaluation plus détaillée des risques effectuée pour déterminer la
possibilité et la rentabilité de mettre en œuvre des processus de gestion sur le(s) site(s)
concerné(s). Ce processus doit être répété annuellement afin d'identifier de nouveaux sites ou des
changements dans les niveaux de risque créés par les sites existants.
Lorsque les législations nationales les permettent, aéroports, ou les autorités aéroportuaires,
devraient chercher à une élaboration des décisions de planification et les pratiques d’utilisation des
terrains dans le cercle d’oiseaux de 13 Km pour tout développement qui pourrait attirer un nombre
important d'oiseaux et les animaux sauvages dangereux. Ces développements devraient être
soumis à une semblable évaluation des risques tel que décrit ci-dessus et a demandé des
changements ou la proposition opposée, si une augmentation significative du risque de grève
oiseau est susceptible d'entraîner. De tel développements devraient être soumis à une semblable
évaluation des risques tel que décrit ci-dessus et aux changements trouvés ou la proposition
opposée, si une augmentation significative du risque d’impact aviaire est susceptible d'entraîner.
GUIDE RELATIF A LA GESTION DES   Edition : 03
                                      PERILS ANIMALIERS          Amendement : 00
                                                                 Date : 14/03/2017
Aviation Civile de Madagascar     REF : GUI-ACM/DSE/AGA - 12     Page 21 / 22

                                  APPROBATIONS
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler