Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...

 
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
Document de travail
Identification des plantes aquatiques les plus
répandues dans les bassins versants des rivières Rouge
et de la Petite Nation (Outaouais et Laurentides)
OBV RPNS
2017

                                                         © Thi Lan Choné

                                                                           1
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
Réalisation
Organisme de bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon (OBV RPNS), 2017.

Note au lecteur
Ce document constitue un document de travail pour l’OBV RPNS et ses partenaires. La description des plantes est parfois tirée
intégralement d’ouvrages de référence. Des espèces difficiles à distinguer les unes des autres ont été regroupées pour faciliter le
travail sur le terrain. Pour une identification plus fine des plantes aquatiques, il est fortement recommandé de consulter un ouvrage
de référence.

Sources
      Aquaplant, 2018. Nitella. En ligne le 26 février 2018. https://aquaplant.tamu.edu/plant-identification/visual-index/filamentous-algae/
      Blais S., 2008. Guide d’identification des fleurs d’eau de cyanobactéries. Comment les distinguer des végétaux observés dans nos lacs et
       rivières, 3e édition, Direction du suivi de l’état de l’environnement, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs,
       54p.
      Conseil régional de l’environnement des Laurentides, 2017. Document complémentaire d’identification des espèces ou groupes d’espèces
       de bryophytes, d’éponges, d’algues, de plantes aquatiques et de milieux humides dans les lacs. En ligne le 15 mai 2018.
       https://crelaurentides.org/images/images_site/documents/guides/Document_compl_ID%20PA_2017.pdf
      Faubert, 2000. Les Potamogetonaceae du Québec méridional : identification et répartition. Canadian Field-Naturalist 144(3) 359-380. En
       ligne le 26 février 2018. https://www.floraquebeca.qc.ca/wp-content/uploads/2016/08/Potamogetonace%CC%81es-cle%CC%81-JF.pdf
      Go Botany, 2017. Elatine minima. En ligne le 26 février 2018. https://gobotany.newenglandwild.org/species/elatine/minima/
      Guide Fleurbec, 1987. Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières. Éd. Saint-Augustin (Portneuf), 399p.
      Lapointe, 2014. Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des Maritimes, Éd. Michel Quitin (Waterloo), 456p.
      Marie-Victorin, 2002. La Flore Laurentienne. Édition Gaëtan Morin, 3e édition (Montréal), 1093p.
      MDDELCC, 2015. Espèces menacées ou vulnérables du Québec. En ligne le 26 février 2018. www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes
      MDDELCC,          2018a.      Outils     complémentaires        -  Myriophylle      à    épi.    En      ligne   le     26    février  2018.
       http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/paee/fiches/myriophylle-epi.pdf.
      MDDELCC, 2018b. Espèces exotiques envahissantes – Myriophylle à épi. En ligne le 15 mai 2018.
       http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes-exotiques-envahissantes/myriophylle-epi/index.htm
      Orolla Jean-Pierre et Parlier Emmanuel et Kupfer Michel dans DORIS, 2017. En ligne le 26 février 2018. Éponge d’eau douce.
       http://doris.ffessm.fr/Especes/Spongilla-lacustris-Eponge-d-eau-douce-332

Remerciements
L’OBV RPNS tient à remercier chaleureusement Mme Thi Lan Choné et Mme Stéphanie Leduc, qui sont auteures de la plupart des
photographies dans ce document. Nous remercions également Mylène Richer-Bond de OBio Environnement pour son soutien et ses
conseils au niveau de l’identification de certaines plantes.

                                                                                                                                                      2
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
TABLE DES MATIERES
1.     Plantes aquatiques .............................................................................................................................................................................. 6
     1.1.    Bident de Beck ............................................................................................................................................................................... 7
     1.2.    Brasénie de Schreber .................................................................................................................................................................... 8
     1.3.    Calla des marais ............................................................................................................................................................................ 9
     1.4.    Callitriche des marais..................................................................................................................................................................10
     1.5.    Carex spp. ....................................................................................................................................................................................11
     1.6.    Cornifle nageant .........................................................................................................................................................................12
     1.7.    Duliche roseau .............................................................................................................................................................................13
     1.8.    Élatine spp ....................................................................................................................................................................................14
     1.9.    Éléocharide des marais ..............................................................................................................................................................15
     1.10.      Élodée du Canada, élodée de Nuttall ................................................................................................................................16
     1.11.      Ériocaulon septangulaire ........................................................................................................................................................17
     1.12.      Faux-nymphéa à feuilles cordées .........................................................................................................................................18
     1.13.      Isoète spp. .................................................................................................................................................................................19
     1.14.      Jonc et scirpe spp. ...................................................................................................................................................................20
     1.15.      Lentille d’eau ............................................................................................................................................................................21
     1.16.      Lobélie de Dortmann ..............................................................................................................................................................22
     1.17.      Myriophylle à épi ......................................................................................................................................................................23
     1.18.      Myriophylles indigènes ............................................................................................................................................................25
     1.19.      Naïade souple ..........................................................................................................................................................................26
     1.20.      Nénuphar spp. ..........................................................................................................................................................................27
     1.21.      Nymphéa spp. ..........................................................................................................................................................................28

                                                                                                                                                                                                                  3
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.22.   Pontédérie cordée ..................................................................................................................................................................29
1.23.   Potamots spp. ...........................................................................................................................................................................30
              Groupe 1- Stipule adnée (soudée à la tige) ................................................................................................................31
              Groupe 2 - Stipule axillaire et feuilles submergées dépourvues de limbe ...............................................................32
              Groupe 3 - Stipule axillaire et feuilles submergées non linéaires ...............................................................................33
              Groupe 4 - Stipule axillaire, feuilles submergées linéaires ...........................................................................................34
1.24.   Prêles spp...................................................................................................................................................................................35
1.25.   Quenouilles................................................................................................................................................................................36
1.26.   Renouée amphibie ..................................................................................................................................................................37
1.27.   Rubaniers émergents spp. ......................................................................................................................................................38
1.28.   Rubanier flottant ......................................................................................................................................................................39
1.29.   Sagittaires spp...........................................................................................................................................................................40
1.30.   Scirpe des étangs.....................................................................................................................................................................41
1.31.   Scirpe subterminal ....................................................................................................................................................................42
1.32.   Spirodèle polyrhize ...................................................................................................................................................................43
1.33.   Utriculaires spp. .........................................................................................................................................................................44
              Utriculaire cornue ..............................................................................................................................................................45
              Utriculaire à fleurs inversées .............................................................................................................................................46
              Utriculaire pourpre ............................................................................................................................................................47
              Utriculaire mineure ............................................................................................................................................................48
              Utriculaire intermédiaire ...................................................................................................................................................49
              Utriculaire vulgaire.............................................................................................................................................................50
              Utriculaire à bosse .............................................................................................................................................................51
1.34.   Vallisnérie d’Amérique ............................................................................................................................................................52

                                                                                                                                                                                                          4
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.35.      Zannichellie palustre ................................................................................................................................................................53
     1.36.      Zizanie aquatique ....................................................................................................................................................................54
2.     Autres organismes .............................................................................................................................................................................. 55
     2.1.    Algues Chara ou Nitella sp. .......................................................................................................................................................56
     2.2.    Algue filamenteuse .....................................................................................................................................................................57
     2.3.    Bryophytes ....................................................................................................................................................................................58
     2.4.    Éponge d’eau douce.................................................................................................................................................................59

                                                                                                                                                                                                                 5
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.PLANTES AQUATIQUES

                       6
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.1.   Bident de Beck
(Beck’s beggarticks, water marigold) Bidens beckii

                                                     DESCRIPTION
                                                     Le bident de Beck a une apparence similaire à celle d’un
                                                     myriophylle, puisque cette espèce porte des feuilles
                                                     submergées finement découpées et disposées en
                                                     éventails tels les myriophylles. Cependant, on distingue
                                                     aisément le bident de Beck lorsque ses feuilles émergées
                                                     triangulaires, cireuses et charnues au toucher sont
                                                     présentes. Ses très rares petites fleurs jaunes rappellent la
                                                     marguerite. Cette plante de grande taille (1 m) peut être
                                                     entièrement flottante ou fixée dans le substrat.

                                                     HABITAT
                                                     Eaux peu profondes des étangs et lacs, ainsi que les eaux
                                                     calmes des cours d’eau.

                                                     SOURCE
                                                     Plantes sauvages des lac, rivières et tourbières, 1987.

                                                                                                                     7
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.2.   Brasénie de Schreber
(Watershield) Brasenia schreberi

                                   DESCRIPTION
                                   La brasénie de Schreber est une plante aquatique
                                   flottante qui croît en colonies parfois envahissantes dans
                                   quelques lacs dispersés du Québec. On la distingue
                                   facilement par ses feuilles entières elliptiques attachées en
                                   leur centre par une longue tige (allant jusqu’à deux
                                   mètres). Cette espèce se caractérise aussi par un épais
                                   mucilage gélatineux et gluant qui enveloppe ses parties
                                   submergées. Elle possède quelques petites fleurs beige
                                   rosé.

                                   HABITAT
                                   La brasénie s’enracine dans les sédiments vaseux des
                                   secteurs tranquilles et abrités. Elle pousse dans un ou deux
                                   mètres d’eau, tant dans les lacs oligotrophes
                                   qu’eutrophes.

                                   SOURCE
                                   Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                   Maritimes, 2014.
                                   Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987.

                                                                                                   8
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.3.   Calla des marais
(Water arum, water calla) Calla palustris

                                            DESCRIPTION
                                            La calla des marais se reconnaît facilement avec son allure
                                            de plante ornementale. Sans les fleurs ou les fruits, cette
                                            plante peut être confondue avec la pontédérie cordée.
                                            Pourtant, la différence se voit au niveau des feuilles, car la
                                            calla compte des feuilles basilaires partant d’un large
                                            rhizome rampant, tandis que la pontédérie n’a qu’une feuille
                                            émergée par tige. La fleur de la calla est une spathe blanche
                                            et les fruits sont des baies rouges en épi.

                                            Comme les autres plantes de la famille des Aracées, la calla
                                            contient des cristaux d’oxalate de calcium causant des
                                            brûlures intenses, de l’irritation et de l’enflure dans la bouche.
                                            Certains peuples autochtones la consommaient et
                                            l’utilisaient pour soigner les morsures de serpent.

                                            HABITAT
                                            La calla des marais, ayant une préférence pour les substrats
                                            tourbeux, s’installe dans l’eau peu profonde des étangs et
                                            des lacs, ainsi que dans les marécages et tourbières.

                                            SOURCE
                                            Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                            Maritimes, 2014.
                                            Photo : http://floreduquebec.ca/calla-palustris

                                                                                                                 9
Identification des plantes aquatiques les plus répandues dans les bassins versants des rivières Rouge et de la Petite Nation Outaouais et ...
1.4.   Callitriche des marais
(Water starwort) Callitriche palustris

                                         DESCRIPTION
                                         Plante croissant sous l’eau, sauf pour les pousses
                                         terminales. Les feuilles submergées sont opposées et
                                         munies d’une seule nervure, alors que celles émergentes
                                         sont opposées et munies de trois nervures. Les fleurs sont
                                         axillaires sur la tige a la base des feuilles, sans pétales, ni
                                         sépale.

                                         HABITAT
                                         Eaux peu profondes des étangs et lacs, ainsi que les eaux
                                         calmes des cours d’eau.

                                         SOURCE
                                         Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                         Maritimes, 2014.

                                                                                                           10
1.5.   Carex spp.
(Sedge spp.) Carex sp.

                         DESCRIPTION
                         Les carex sont des plantes herbacées rhizomateuses de la
                         famille de Cypéracées. Les carex ont une tige rugueuse et
                         pleine souvent de forme triangulaire. La tige n’a aucun
                         nœud, contrairement aux graminées avec lesquels les
                         carex sont parfois confondus. Les feuilles alternes et
                         disposées sur 3 rangs ont souvent le bord tranchant et sont
                         issues d’une gaine à la base de la plante. L’identification
                         d’une espèce requière souvent l’examen du fruit au
                         binoculaire, c’est pourquoi les carex ont été regroupés
                         dans le cadre des inventaires de l’OBV RPNS.

                         HABITAT
                         Très répandues, les carex sont présents dans une variété
                         d’habitats. Ces plantes colonisent les rives, et l’eau peu
                         profonde, tout comme les lieux secs.

                         SOURCE
                         Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                         Maritimes, 2014.
                         Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                         11
1.6.   Cornifle nageant
(Common hornwort) Ceratophyllum demersum

                                           DESCRIPTION
                                           Le cornifle nageant forme des masses sous l’eau avec ses
                                           longues tiges flottantes allant jusqu’à 3 mètres. Cette
                                           plante n’a aucune racine, mais flotte librement. Ses feuilles
                                           filiformes sont verticillées et se divise en 2 ou 3. Les folioles
                                           sont dentées, raides et cassants. Les feuilles ont une texture
                                           rigide et conservent leur forme à l’extérieur de l’eau.

                                           HABITAT
                                           Cette plante pousse à plusieurs profondeurs (1 à 8 m) dans
                                           l’eau calme des étangs, lacs et cours d’eau.

                                           SOURCE
                                           Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                           Maritimes, 2014.

                                                                                                               12
1.7.   Duliche roseau
(Three-way sedge) Dulichium arundinaceum

                                           DESCRIPTION
                                           Plante vivace à rhizome, elle est entièrement verte ou
                                           jaunâtre. Sa tige est droite, non ramifiée (le plus souvent)
                                           et possède un trait pâle à chaque nœud, comme le
                                           bambou. Les feuilles son alternes et en forme de triangle
                                           aiguë. Les fleurs sont très petites et forment des épillets en
                                           forme d’éventails. Cette plante peut produire des colonies
                                           assez étendues.

                                           HABITAT
                                           Eaux peu profondes (jusqu’à 50 cm) des étangs et des
                                           lacs, rives des cours d’eau, marais, tourbières
                                           minérotrophes. Commun au Québec.

                                           SOURCE
                                           Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                           Maritimes, 2014.

                                                                                                            13
1.8.   Élatine spp
(Waterwort) Elatine minima

                             DESCRIPTION
                             Petite plante aquatique ou palustre (des marais) à feuilles
                             opposées, formant des tapis couchés. Produit des fleurs
                             vertes, brunes ou blanches.

                             HABITAT
                             Dans l’eau peu profonde et vaseuse des lacs, rivières et
                             étangs.

                             SOURCE
                             Site internet Go Botany
                             Flore Laurentienne, 2002.
                             Photos : © Marilee Lovit, 2014

                                                                                           14
1.9.   Éléocharide des marais
(Common spikerush) Eleocharis palustris

                                          DESCRIPTION
                                          Plante émergente, issue d’un rhizome noir et épais, et
                                          poussant en grande colonie. La tige est cylindrique, grêle,
                                          flexible et spongieuse à l’intérieur, avec des nœuds
                                          espacés le long de la tige. Les feuilles sont très réduites aux
                                          gaines à la base des tiges et les fleurs sont en épillet
                                          solitaire au sommet de la tige.

                                          HABITAT
                                          L’éléocharide colonise les rives et les endroits peu
                                          profonds des cours d’eau et des marais et tourbières
                                          minérotrophes.

                                          SOURCE
                                          Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                          Maritimes, 2014.
                                          Photo       du     bas :      www.fs.fed.us/wildflowers/plant-of-the-
                                          week/eleocharis_palustris.shtml

                                                                                                                  15
1.10. Élodée du Canada, élodée de Nuttall
(Canada waterweed, Nuttall’s waterweed) Elodea canadensis, Elodea nuttallii

                                                                  DESCRIPTION
                                                                  L’élodée du Canada est une plante aquatique
                                                                  submergée commune dans nos régions. Cette plante
                                                                  mesure généralement moins de 50 cm et croît en colonies
                                                                  souvent très denses et étendues. Elle possède de
                                                                  nombreuses petites feuilles sessiles vertes foncées,
                                                                  regroupées par trois en verticille. Des minuscules fleurs
                                                                  blanchâtres flottent à la surface de l’eau au bout d’une
                                                                  longue tige.

                                                                  L’élodée     du    Canada    possède     un    potentiel
                                                                  d’envahissement élevé, étant donné qu’elle peut se
                                                                  multiplier par drageonnement et par bouturage.

                                                                  HABITAT
                                                                  L’élodée colonise l’eau de profondeurs variables des
                                                                  étangs et des lacs, ainsi que l’eau calme des cours d’eau.

                                                                  SOURCE
                                                                  Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                  Maritimes, 2014.

                                                                                                                                  16
1.11. Ériocaulon septangulaire
(Seven-angled pipewort) Eriocaulon septangulare

                                                  DESCRIPTION
                                                  L’ériocaulon est une plante aquatique submergée
                                                  commune au Québec. Cette espèce se caractérise par
                                                  ses feuilles longuement triangulaires disposées en rosette à
                                                  la surface du sol. Ses nombreuses et minuscules fleurs sont
                                                  disposées au bout d’une longue tige qui émerge de l’eau
                                                  et qui rappelle une broche à tricoter.

                                                  HABITAT
                                                  Cette plante, haute de quelques centimètres, colonise
                                                  essentiellement les eaux tranquilles et peu profondes des
                                                  lacs et de rivières. Elle vit typiquement sur un substrat de
                                                  gravier ou de sable dans les lacs oligotrophes.

                                                  SOURCE
                                                  Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987.

                                                                                                                 17
1.12. Faux-nymphéa à feuilles cordées
(Little floatingheart) Nymphoides cordata

                                            DESCRIPTION
                                            Plante à feuilles flottantes cordées, de 3 à 5 cm,
                                            ressemblant à un très petit nénuphar. Le dessous des
                                            feuilles sont violacées. Tiges filiformes souvent très longues,
                                            fleurs blanches nichées parmi les feuilles.

                                            HABITAT
                                            Bord des lacs, généralement en eau assez profonde.

                                            SOURCE
                                            Flore Laurentienne. 2002.
                                            Photo du bas : © Marilee Lovit, 2017.

                                                                                                              18
1.13. Isoète spp.
(Quillwort spp.) Isoete sp.

                              DESCRIPTION
                              Petite plante basse, ressemblant à un plant d’oignon. Les
                              feuilles d’isoètes, toujours vertes, sont en rosettes basilaires
                              et sont caractérisées par une gaine blanche arrondie à la
                              base. Les espèces se distinguent par leurs spores, structures
                              reproductives des isoètes. Cette plante ne produit donc
                              pas de fleurs.

                              HABITAT
                              Les isoètes habitent, de façon typique, les lacs
                              oligotrophes où elles croissent sur des substrats rocheux ou
                              sablonneux à des profondeurs variées.

                              SOURCE
                              Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                              Maritimes, 2014
                              Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                 19
1.14. Jonc et scirpe spp.
(Rush, club-rush, bulrush spp.) Juncus ou scirpus spp.

                                                         DESCRIPTION
                                                         Souvent confondus avec des carex ou des graminées, les
                                                         joncs et les scirpes sont des familles très diversifiées. Ayant
                                                         des tiges pleines cylindriques ou triangulaires, ces plantes
                                                         poussent en touffes à partir de rhizomes.              Lorsque
                                                         présentes, les espèces peuvent être différenciées par leurs
                                                         inflorescences.

                                                         HABITAT
                                                         Eau peu profond. Marais, marécage, prairie humide,
                                                         rivage et fossé.

                                                         SOURCE
                                                         Flore Laurentienne, 2002.
                                                         Photo : Juncus effusus, https://en.wikipedia.org/wiki/Juncales

                                                                                                                           20
1.15. Lentille d’eau
(Small duckweed) Lemna minor

                               DESCRIPTION
                               La lentille d’eau flotte à la surface de l’eau, sans tige,
                               grâce à de petites cavités remplies d’air à l’intérieur des
                               thalles. Sa multiplication par bourgeonnement lui permet
                               de couvrir des étendues considérables en très peu de
                               temps. Elle sert de nourriture aux canards et autres oiseaux
                               aquatiques.

                               HABITAT
                               Eaux stagnantes, étangs et lacs, eaux calmes des cours
                               d’eau. Préférence pour les milieux eutrophes, à pH neutre
                               ou basique.

                               SOURCE
                               Flore Laurentienne, 2002.
                               Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                               Maritimes, 2014.
                               Photo du haut : https://en.wikipedia.org/wiki/Lemna_minor ,
                               Photo du bas : http://espacepourlavie.ca/flore-biodome/lentille-
                               deau-lenticule-mineure

                                                                                                  21
1.16. Lobélie de Dortmann
(Water lobelia) Lobelia dortmanna

                                    DESCRIPTION
                                    La lobélie de Dortmann se reconnait à sa tige solitaire
                                    sortant de l’eau. Les tiges peuvent facilement être
                                    confondues avec celles de l’ériocaulon septangulaire,
                                    cependant celles de la lobélie ont tendance à se
                                    recourber vers le bas à l’extrémité. Les fleurs, étant au-
                                    dessus de l’eau, sont souvent blanches, mais elles peuvent
                                    aussi être bleutées ou lilas. Une tige peut porter jusqu’à 11
                                    fleurs.

                                    HABITAT
                                    Eaux peu profondes et claires des étangs et des lacs,
                                    ayant une préférence pour les milieux oligotrophes et
                                    sablonneux.

                                    SOURCE
                                    Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                    Maritimes, 2014.

                                                                                                    22
1.17. Myriophylle à épi
(Eurasian water-milfoil) Myriophyllum spicatum

                                                 DESCRIPTION
                                                 Le myriophylle à épi est une plante aquatique exotique
                                                 envahissante répandue au Québec. Ses feuilles finement
                                                 découpées en folioles sont généralement disposées en
                                                 groupe de 4 autour de la tige (feuilles verticillées,
                                                 d’apparence de plume avec un apex tronqué). Selon le
                                                 MDDELCC, l’espacement entre les feuilles est de plus de 1
                                                 cm et il y a de 12 à 24 paires de folioles par feuille.

                                                 Son principal mode de reproduction est par
                                                 fragmentation des tiges. En effet, un fragment peut
                                                 s’enraciner dans le fond de l’eau, puis pousser jusqu’à la
                                                 surface où la plante se ramifie abondamment, créant ainsi
                                                 des masses denses et étendues. Le myriophylle peut aussi
                                                 créer des graines viables, mais ce mode de reproduction
                                                 est moins souvent observé.

                                                 HABITAT
                                                 Le myriophylle à épi peut croître dans divers types de
                                                 sédiments (gravier, sable, vase et débris végétaux) et à
                                                 des profondeurs variant de quelques centimètres à
                                                 plusieurs mètres d’eau. Cette plante supporte des niveaux
                                                 élevés d’eutrophisation.

                                                                                                              23
Par sa croissance rapide, dès les premiers jours du
printemps, ce myriophylle crée de l’ombre pour les autres
espèces de plantes indigènes. Il déloge donc les autres
espèces et réduit la diversité de l’écosystème aquatique.

SOURCE
Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
Maritimes, 2014.
MDDELCC, 2018a.
MDDELCC, 2018b.

                                                                24
1.18. Myriophylles indigènes
(Native water-milfoil spp.) Myriophyllum spp.

                                                DESCRIPTION
                                                Il existe plusieurs espèces de myriophylles indigènes qui ne
                                                posent aucun risque pour les écosystèmes. Les espèces
                                                sont souvent difficiles à différencier les unes des autres,
                                                mais de règle générale, les myriophylles indigènes
                                                comptent des feuilles moins espacées sur la tige (mois de
                                                1 cm) qui ont moins de folioles (3 à 14 paires) que le
                                                myriophylle à épi (12 à 24).

                                                Une espèce de myriophylle, le myriophylle grêle, n’a
                                                presque aucune feuille. Cette espèce a plutôt des minces
                                                tiges de 3 à 18 centimètres issues d’un rhizome. Les fleurs
                                                sont alternes et solitaires.

                                                HABITAT
                                                Habitats variés. Quelques espèces très communes au
                                                Québec.

                                                SOURCE
                                                Flore Laurentienne, 2002.
                                                MDDELCC, 2018.

                                                                                                               25
1.19. Naïade souple
(Slender naiad, water-nymph) Najas flexilis

                                              DESCRIPTION
                                              La naïade souple est une plante aquatique submergée de
                                              petite taille, 2 à 10 cm de hauteur, très commune dans les
                                              eaux douces du Québec. On reconnaît cette espèce à
                                              son allure buissonneuse densément garnie de petites
                                              feuilles étroites qui se ramifient toujours par deux. Ses fleurs
                                              et ses fruits sont à peine visibles.

                                              HABITAT
                                              La naïade s’enracine dans les substrats sablonneux,
                                              graveleux ou vaseux à différentes profondeurs.

                                              SOURCE
                                              Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                              Maritimes, 2014.
                                              Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                 26
1.20. Nénuphar spp.
(Small yellow pond-lily, variegated pond-lily, red-disk pond-lily) Nuphar microphylla, N. variegatum et N. rubrodiscum

                                                                      DESCRIPTION
                                                                      Les feuilles flottantes des nénuphars sont en forme de
                                                                      cœur oblong, divisé en deux lobes arrondis. Les nénuphars
                                                                      possèdent aussi des feuilles submergées disposées en
                                                                      rosette à la base du plant. Le grand nénuphar jaune
                                                                      possède des feuilles et des fleurs plus grandes, mais moins
                                                                      abondantes que le petit nénuphar jaune, qui quant à lui,
                                                                      a des feuilles de moins de 10 cm de large. Le nénuphar à
                                                                      disque rouge est considéré comme un hybride de ces
                                                                      deux espèces de nénuphars.

                                                                      HABITAT
                                                                      Eau tranquille et peu profond des lacs, des rivières et des
                                                                      tourbières. Ils apprécient plus particulièrement les fonds
                                                                      vaseux des eaux oligotrophes.

                                                                      SOURCE
                                                                      Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987. Plantes de
                                                                      milieux humides et de bord de mer du Québec et des Maritimes, 2014.

                                                                                                                                            27
1.21. Nymphéa spp.
(Fragrant water-lily, white water-lily) Nymphaea odorata, Nymphaea tuberosa

                                                                  DESCRIPTION
                                                                  Le nymphéa odorant est abondant dans nos régions,
                                                                  tandis que la nymphée tubéreuse y est moins fréquente.
                                                                  On peut distinguer les deux espèces grâce à la coloration
                                                                  du revers des feuilles, rouge vin chez le nymphéa odorant
                                                                  et vert pâle chez le nymphéa tubéreux. Tous deux
                                                                  possèdent de feuilles flottantes circulaires, cireuses et
                                                                  fendues sur près de la moitié de leur longueur, parmi
                                                                  lesquelles flottent leurs fleurs blanches au centre jaune.
                                                                  Contrairement au nénuphars, les feuilles sont rondes avec
                                                                  des lobes pointus.

                                                                  HABITAT
                                                                  Les nymphéas s’enracinent dans la vase peu profonde
                                                                  (moins d’un mètre) des secteurs abrités des lacs, étangs et
                                                                  tourbières où ils créent un magnifique tapis flottant. Leurs
                                                                  colonies, parfois très étendues, sont parfois envahissantes.

                                                                  SOURCE
                                                                  Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987.
                                                                  Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                  Maritimes, 2014.

                                                                                                                                  28
1.22. Pontédérie cordée
(Pickerelweed) Pontederia cordata

                                    DESCRIPTION
                                    Plante émergente pouvant atteindre plus d’un mètre de
                                    hauteur, ayant des feuilles basilaires et une feuille
                                    caulinaire (issue de la tige). Les feuilles caulinaires,
                                    dressées et cordées à la base, sont cireuses et charnues
                                    au toucher. Les fleurs bleues à violettes sont portées sur un
                                    épi dense et cylindrique.

                                    HABITAT
                                    Commune au Québec, la pontédérie cordée croît en
                                    colonies qui peuvent devenir étendues. Cette plante a
                                    une préférence pour les baies tranquilles dans les grands
                                    plans d’eau, les lieux très humides et les rivages vaseux.

                                    SOURCE
                                    Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                    Maritimes, 2014.

                                                                                                    29
1.23. Potamots spp.
(Pondweed spp.) Potamogeton spp.

                                   Les potamots sont des plantes aquatiques très diversifiées.
                                   Leurs tiges et feuilles peuvent être flottantes ou
                                   submergées et de différente formes. Les feuilles flottantes
                                   sont généralement coriaces, tandis que les feuilles
                                   submergées sont réduites et pellucides. Les potamots ont
                                   la capacité de se reproduire de façon sexuée (par les
                                   fleurs) en produisant des inflorescences en épis émergés,
                                   mais également une forte capacité de reproduction
                                   asexuée (par drageonnement).

                                   Puisque les espèces de potamots peuvent être très
                                   difficiles à distinguer les unes des autres, elles ont été
                                   classées en quatre groupes. Cette classification a été
                                   créée par le Conseil régional de l’environnement des
                                   Laurentides (CRE Laurentides, 2017). Les groupes sont
                                   inspirés de la clé d’identification des potamots du Québec
                                   (Faubert, 2000) et ont été adaptés pour faciliter la
                                   classification lors des inventaires de plantes aquatiques sur
                                   le terrain.

                                   HABITAT
                                   Les potamots s’adaptent à une large variété d’habitats.
                                   On les retrouve autant dans les milieux lacustres que dans
                                   les milieux fluviaux.

                                   SOURCE
                                   Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                   30
Groupe 1- Stipule adnée (soudée à la tige)
(Robbins’, snail-seed pondweed) Potamogeton robbinsi, spirillus

                                                                  DESCRIPTION
                                                                  Les potamots du groupe 1 se différencient des autres types
                                                                  de potamots par la présence de stipules soudées à la tige.
                                                                  Ces stipules adnées ne sont pas visibles, sauf sur les feuilles
                                                                  flottantes de l’espèce spirilus. L’espèce la plus facile à
                                                                  reconnaître est le potamot de Robbins, plante ayant des
                                                                  feuilles rigides, sessiles et vertes foncées. La marge des
                                                                  feuilles est pâle et cartilagineuse et la plante a
                                                                  l’apparence d’une plume.

                                                                  HABITAT
                                                                  Eau calme de profondeur variable, dans les lacs, étangs
                                                                  et cours d’eau. Croît en colonies denses.

                                                                  SOURCE
                                                                  Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                  Maritimes, 2014.

                                                                                                                                    31
Groupe 2 - Stipule axillaire et feuilles submergées dépourvues de limbe
(Floating-leaved, Oakes’, Vasey’s pondweed) Potamogeton natans, oakesianus, vasevi

                                                                  DESCRIPTION
                                                                  Ce groupe comprend les potamots ayants des feuilles
                                                                  submergées très réduites. Les feuilles submergées sont
                                                                  sessiles et rigides et les stipules axillaires sont très longues.

                                                                  HABITAT
                                                                  Variété d’habitats, mais se retrouvent surtout dans l’eau
                                                                  tranquille des lacs et étangs.

                                                                  SOURCE
                                                                  Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                  Maritimes, 2014.
                                                                  Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                                      32
Groupe 3 - Stipule axillaire et feuilles submergées non linéaires
(Richardson’s, large-leaved, perfoliate pondweed) Potamogeton richardsonii, amplifolius, perfoliatus

                                                                     DESCRIPTION
                                                                     Ce groupe comprend tous les potamots ayant des feuilles
                                                                     submergées non linéaires, plantes qui sont généralement
                                                                     plus larges et robustes. Un exemple de potamot très
                                                                     commun dans les lacs du Québec est le potamot à larges
                                                                     feuilles (Potamogeton amplifolius), potamot ayant des
                                                                     feuilles elliptiques ondulées de plusieurs centimètres de
                                                                     large et de long. Les autres potamots faciles à reconnaître
                                                                     sont le potamot de Richardson et le potamot perfolié,
                                                                     plantes ayant des feuilles sessiles, ondulées et fortement
                                                                     embrassantes.

                                                                     HABITAT
                                                                     Ces potamots se retrouvent dans l’eau plus profonde des
                                                                     lacs et étangs, tout comme l’eau courante des ruisseaux
                                                                     et rivières.

                                                                     SOURCE
                                                                     Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                     Maritimes, 2014.
                                                                     Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                                     33
Groupe 4 - Stipule axillaire, feuilles submergées linéaires
(Ribbon-leaved, flat-stemmed, grassy pondweed) Potamogeton epihydrus, zosteriformis, gramineus

                                                                 DESCRIPTION
                                                                 Ce dernier groupe comprend les potamots ayants des
                                                                 feuilles submergées de formes linéaires, comme le
                                                                 potamot émergé (photo du haut). Les limbes submergés
                                                                 de cette plante sont sessiles, avec des longs limbes
                                                                 rubanés.

                                                                 HABITAT
                                                                 Le potamot émergé colonise l’eau calme et peu
                                                                 profonde des lacs, étangs et cours d’eau. Cette espèce a
                                                                 une préférence pour les substrats vaseux ou sablonneux.

                                                                 SOURCE
                                                                 Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                 Maritimes, 2014.
                                                                 Flore Laurentienne, 2002.
                                                                 Photo du bas : Potamogeton gramineus © Donald Cameron, 2017 (tiré
                                                                 du site Go Botany).

                                                                                                                                     34
1.24. Prêles spp.
(Marsh, river, variegated horsetail spp.) Equisetum palustris, fluviatile, variegatum

                                                                         DESCRIPTION
                                                                         Les prêles se distinguent par leurs tiges cylindriques,
                                                                         dressées et segmentées. L’identification des espèces se
                                                                         fait en examinant une coupe transversale de la tige, qui
                                                                         est creuse à l’intérieur. Les feuilles, très réduites, ont la
                                                                         forme d’une petite gaine sur les rameaux aériens, ce qui
                                                                         donne une apparence segmentée à la tige. Les gaines
                                                                         sont vertes avec une bande brune, noire, ou blanche au-
                                                                         dessus et des branches sont parfois présentes en verticille
                                                                         sous la gaine. La reproduction des prêles se fait par des
                                                                         spores.

                                                                         HABITAT
                                                                         Les prêles colonisent les rives, fossés et marécages, ainsi
                                                                         que l’eau peu profonde des lacs et étangs.

                                                                         SOURCE
                                                                         Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                                         Maritimes, 2014.
                                                                         Flore Laurentienne, 2002.
                                                                         Photo du haut : © Donald Cameron, 2017 (tiré du site Go Botany).
                                                                         Photo du bas : © Peter Dziuk, 2005 (tiré du site Minnesota Wildflowers).

                                                                                                                                                    35
1.25. Quenouilles
(Cattail spp.) Typha spp.

                            DESCRIPTION
                            Les deux espèces de quenouilles (Typha latifolia et Typha
                            angustifolia) sont très similaires. Il s’agit de plantes
                            aquatiques émergentes ayants des hautes tiges glabres et
                            dressées. La plante présente de longues feuilles linéaires et
                            porte une longue inflorescence brune et rigide au toucher
                            composée de nombreux akènes de texture soyeuse une
                            fois matures. Les quenouilles sont comestibles et les
                            rhizomes peuvent être transformés en farine.

                            HABITAT
                            Les quenouilles forment des colonies pouvant être très
                            denses et étendues. Ces plantes croissent dans l’eau peu
                            profonde des lacs, cours d’eau, étangs et marais. Typha
                            latifolia colonise l’eau douce seulement, tandis que la
                            Typha angustifolia peut également survivre dans l’eau
                            saumâtre.

                            SOURCE
                            Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                            Maritimes, 2014.

                                                                                            36
1.26. Renouée amphibie
(Water smartweed) Persicaria amphibia

                                        DESCRIPTION
                                        La renouée amphibie est facile à reconnaitre grâce à ses
                                        fleurs roses en épis qui sortent de l’eau et à ses feuilles
                                        cireuses et allongées qui flottent à la surface. Cette plante
                                        a un morphotype terrestre dont les feuilles sont rugueuses
                                        et pubescentes. La renouée amphibie croît en colonies et
                                        a la capacité de se reproduire par mode végétatif avec
                                        un rhizome (racine modifiée).

                                        HABITAT
                                        La renouée amphibie colonise les berges et l’eau peu
                                        profonde et calme de lacs, rivières ou fossés. Cette plante
                                        a une préférence pour les substrats vaseux et riches en
                                        matière organique.

                                        SOURCE
                                        Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                        Maritimes, 2014.
                                        Photo : https://fr.wikipedia.org/wiki/Renou%C3%A9e_amphibie

                                                                                                        37
1.27. Rubaniers émergents spp.
(Emergent burreed spp.) Sparganium spp.

                                          DESCRIPTION
                                          Les rubaniers ont des tiges robustes et dressées, issues de
                                          rhizomes. Les feuilles peuvent varier selon l’espèce, mais
                                          sont généralement alternes, rigides, étroites et linéaires et
                                          restent dressées hors de l’eau. Les fruits sont des akènes,
                                          mais sont protégés avant la maturité par une masse
                                          sphérique hérissée de pointes dures. Les fruits sont jaunes
                                          ou blanchâtres et sont également dressés hors de l’eau.
                                          Difficiles à distinguer en l’absence de fruits, le groupe des
                                          rubaniers émergents comprend le rubanier d’Amérique
                                          (Sparganium americanum), le rubanier à gros fruits
                                          (Sparganium eurycarpum) et le rubanier d’eau
                                          (Sparganium erectum).

                                          HABITAT
                                          Les rubaniers s’enracinent généralement dans l’eau peu
                                          profonde et tranquille des berges, marais, lacs, ruisseaux
                                          et des rivières. Certaines espèces peuvent tolérer des
                                          périodes de sécheresse.

                                          SOURCE
                                          Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                          Maritimes, 2014.

                                                                                                          38
1.28. Rubanier flottant
(Floating burreed) Sparganium fluctuans

                                          DESCRIPTION
                                          Contrairement aux rubaniers émergents, les rubaniers
                                          flottants possèdent de longues feuilles rubanées qui ne se
                                          dressent jamais en sortant de l’eau, mais qui flottent sur
                                          l’eau. Ces feuilles sont molles, parfois translucides, se
                                          replient vers la base et peuvent être jusqu’à deux mètres
                                          de long. Les rubaniers flottants ont des fruits similaires aux
                                          espèces émergentes, soit une sphère épineuse qui se
                                          dressent hors de l’eau. Ces plantes peuvent former des
                                          colonies denses et étendues.

                                          HABITAT
                                          Tout comme le rubanier émergent, le rubanier flottant
                                          s’installe surtout dans l’eau calme, mais il peut aussi
                                          supporter le courant d’un ruisseau ou d’une rivière.

                                          SOURCE
                                          Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                          Maritimes, 2014.
                                          Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                           39
1.29. Sagittaires spp.
(Arrowhead spp.) Sagittaria spp.

                                   DESCRIPTION
                                   Il existe plusieurs espèces de sagittaires, dont les formes et
                                   tailles sont variables. Certaines espèces produisent
                                   plusieurs types de feuilles, soit submergées, flottantes ou
                                   émergées. Les feuilles submergées sont étroites et linéaires,
                                   alors que les deux autres ont la forme caractéristique
                                   sagittée. Les fleurs portent toujours trois pétales et trois
                                   sépales, et sont blanches. Certaines espèces ont des
                                   tubercules comestibles.

                                   HABITAT
                                   Eau peu profonde ou rives humides des lacs, étangs, cours
                                   d’eau, marais et fossés. Certaines espèces, comme la
                                   Sagittaria graminea, ont une préférence pour des milieux
                                   oligotrophes.

                                   SOURCE
                                   Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                   Maritimes, 2014.
                                   Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                    40
1.30. Scirpe des étangs
(Great bulrush) Schoenoplectus tabernaemontani

                                                 DESCRIPTION
                                                 Le scirpe des étangs compte des tiges cylindriques
                                                 robustes et dressées, d’une couleur verte à bleue-verte.
                                                 Les tiges peuvent atteindre plusieurs mètres de hauteur et
                                                 la plante peut former des grandes colonies. Les feuilles
                                                 sont très réduites, présentes sous forme de gaine à la base
                                                 des tiges. L’inflorescence latérale est composée d’épis
                                                 lâches.

                                                 HABITAT
                                                 Plante commune dans l’eau douce au Québec, le scirpe
                                                 des étangs croît sur les rives et dans l’eau peu profonde
                                                 des lacs, étangs et cours d’eau.

                                                 SOURCE
                                                 Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                                 Maritimes, 2014.
                                                 Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                 41
1.31. Scirpe subterminal
(Water bulrush) Schoenoplectus subterminalis

                                               DESCRIPTION
                                               Les nombreuses feuilles de cette plante sont
                                               complètement submergées et forment des rubans
                                               basilaires filiformes et très flexibles. Par contre, les tiges sont
                                               plus robustes et se dressent au-dessus de l’eau avec
                                               l’inflorescence au sommet. Cette plante forme des tapis
                                               denses sous ou à la surface de l’eau.

                                               Le scirpe subterminal est une plante très utile pour les
                                               animaux, puisqu’elle sert de source de nourriture pour
                                               certains oiseaux ainsi que les rats musqués, et comme abris
                                               pour les poissons et les insectes aquatiques.

                                               HABITAT
                                               Eau peu profonde des étangs et des lacs, ainsi que les
                                               eaux calmes des cours d’eaux. Croît aussi dans les lac
                                               acides et tourbeux.

                                               SOURCE
                                               Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                               Maritimes, 2014.
                                               Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                     42
1.32. Spirodèle polyrhize
(Greater duckweed) Spirodela polyrhiza

                                         DESCRIPTION
                                         Solitaires ou en petites colonies, les spirodèles polyrhizes
                                         ont des thalles flottant et dérivant à la surface de l’eau, et
                                         7 à 21 racines fasciculées qui ne sont pas enracinées au
                                         fond de l’eau. Les feuilles vertes avec un dessous rouge-
                                         pourpre, sont marquées de points pourpres près de la
                                         base, trait qui permet de les distinguer des lenticules
                                         mineures.

                                         HABITAT
                                         Eaux calmes des lacs et étangs, rives des cours d’eau.

                                         SOURCE
                                         Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                         Maritimes, 2014.
                                         Photo                            du                        haut :
                                         http://idtools.org/id/appw/factsheet.php?name=13092
                                         Photo du bas :
                                         https://www.uwgb.edu/biodiversity/herbarium/wetland_plants/spipo
                                         l01.htm

                                                                                                             43
1.33. Utriculaires spp.
(Bladderwort spp.) Utricularia spp

                                     DESCRIPTION
                                     Dans les lacs, les étangs et les tourbières du Québec,
                                     vivent différentes espèces d’utriculaires, plantes
                                     carnivores qui, grâce à leurs innombrables et minuscules
                                     trappes (utricules) situées sur les branches (feuilles),
                                     capturent et digèrent de petits crustacés et larves de
                                     maringouins se trouvant dans la colonne d’eau. Les
                                     utriculaires ressemblent à des serpentins munis de feuilles
                                     très découpées. Elles possèdent de petites fleurs jaune vif
                                     ou lilas qui émergent de l’eau.

                                     Quelques espèces sont faciles à distinguer des autres :
                                     elles sont décrites dans les pages suivantes. Toutefois, il
                                     n’existe pas de clé d’identification complète des
                                     utriculaires et plusieurs espèces sont classées dans le
                                     groupe utriculaires spp., soit des espèces indéterminées.

                                     HABITAT
                                     La plupart des espèces n’étant pas enracinées, les
                                     utriculaires flottent librement dans l’eau ou s’accrochent
                                     dans la vase avec des tiges horizontales.

                                     SOURCE
                                     Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987.
                                     Flore Laurentienne, 2002.

                                     Photos : Haut : Utricularia cornuta, Bas : Utricularia purpurea

                                                                                                       44
Utriculaire cornue
(Horned bladderwort) Utricularia cornuta

                                           DESCRIPTION
                                           L’utriculaire cornue a un système racinaire finement
                                           développé qui lui permet de se soutenir hors de l’eau. Les
                                           petites tiges, enterrées dans le substrat, portent quelques
                                           minuscules utriculaires. La hampe florale est dressée, de 5
                                           à 30 cm de haut, et les fleurs sont jaune à vertes. Les feuilles
                                           sont très réduites et sont également cachées dans le
                                           substrat.

                                           HABITAT
                                           Cette espèce d’utriculaire est plutôt terrestre et se
                                           retrouve sur les rives humides des lacs ainsi que dans les
                                           tourbières au Québec.

                                           SOURCE
                                           Flore Laurentienne, 2002.
                                           Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                           Maritimes, 2014.

                                                                                                              45
Utriculaire à fleurs inversées
(Northeastern bladderwort) Utricularia resupinata

                                                    DESCRIPTION
                                                    Petite plante à tige horizontale généralement fixée dans
                                                    la vase. Elle produit des très petites feuilles et une fleur
                                                    unique qui est à demi renversée (resupinée). La fleur
                                                    pourpre se trouve au bout d’une hampe pouvant
                                                    atteindre 10 cm.

                                                    HABITAT
                                                    L’utriculaire à fleurs inversées se retrouvent sur la listes des
                                                    Espèces floristiques vasculaire susceptibles d’être
                                                    désignées menacées ou vulnérables au Québec
                                                    (MDDELCC, 2015). Cette utriculaire se trouve surtout sur le
                                                    bord des lacs du nord-ouest du Québec. Des fragments
                                                    de cette plante peut aussi flotter librement dans l’eau
                                                    lorsqu’elle n’est pas en floraison.

                                                    SOURCE
                                                    Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                       46
Utriculaire pourpre
(Greater purple bladderwort) Utricularia purpurea

                                                    DESCRIPTION
                                                    L’utriculaire pourpre a de très longues tiges avec des
                                                    ramifications verticillées, les utricules étant situées à
                                                    l’extrémité des ramifications. Cette plante produit des
                                                    fleurs de couleur rouge pourpre avec une touche de
                                                    jaune à la base.

                                                    HABITAT
                                                    Lacs tourbeux des Laurentides.

                                                    SOURCE
                                                    Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                47
Utriculaire mineure
(Lesser bladderwort) Utricularia minor

                                         DESCRIPTION
                                         L’utriculaire mineure possède une tige rampant sur la vase.
                                         Ses feuilles à segments non ou à peine denticulées portent
                                         toutes des utricules et sa fleur est jaune.

                                         HABITAT
                                         On retrouve l’utriculaire mineure dans les eaux peu
                                         profondes partout au Québec.

                                         SOURCE
                                         Flore Laurentienne, 2002.
                                         Photo du haut : © Carl Farmer 2003, dans http://www.plant-
                                         identification.co.uk/skye/lentibulariaceae/utricularia-minor.htm
                                         Photo du bas : https://www.minnesotawildflowers.info/flower/lesser-
                                         bladderwort

                                                                                                               48
Utriculaire intermédiaire
(Intermediate bladderwort) Utricularia intermedia

                                                    DESCRIPTION
                                                    Utriculaire dont la tige rampe sur la vase. Les feuilles sont à
                                                    segments denticulés-spinuleux et sont dépourvues
                                                    d’utricules. Les utricules se retrouvent sur une ramification
                                                    distincte des feuilles, ce qui la distingue des autres
                                                    utriculaires. Sa fleur est de couleur jaune.

                                                    HABITAT
                                                    Eaux stagnantes, partout au Québec.

                                                    SOURCE
                                                    Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                                      49
Utriculaire vulgaire
(Common bladderwort) Utricularia vulgaris

                                            DESCRIPTION
                                            L’utriculaire vulgaire est une grande plante qui flotte
                                            librement sous l’eau. Il s’agit d’une des deux utriculaires
                                            pouvant atteindre une taille variant entre 0,3 et 0,7 mètres
                                            de longueur (l’autre espèce étant l’utriculaire pourpre). Sa
                                            tige et ses feuilles sont ramifiées et les utricules sont portés
                                            sur chaque segment. Cette plante produit des fleurs
                                            jaunes qui se dressent au-dessus de l’eau. Les bourgeons
                                            d’hiver sont comestibles.

                                            HABITAT
                                            L’utriculaire vulgaire se retrouve dans une variété
                                            d’habitats incluant les étangs, fossés, lac eutrophes,
                                            oligotrophes et tourbeux. Dans les tourbières, elle croit
                                            souvent dans l’eau des mares en bordure du tapis flottant;
                                            on la considère comme une indicatrice de milieu de type
                                            fen.

                                            SOURCE
                                            Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987.
                                            Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                               50
Utriculaire à bosse
(Humped bladderwort) Utricularia gibba

                                         DESCRIPTION
                                         L’utriculaire à bosse est une petite plante ayant une tige
                                         rampante sur la vase. Les feuilles non dentées se divisent
                                         toujours par deux (dichotome) et portent des utricules. Sa
                                         fleur est jaune.

                                         HABITAT
                                         Cette utriculaire est plutôt rare au Québec et se retrouvent
                                         aussi sur la liste Espèces floristiques vasculaire susceptibles
                                         d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec
                                         (MDDELCC, 2015). Elle se retrouve dans l’eau peu
                                         profonde des lacs et étangs.

                                         SOURCE
                                         Flore Laurentienne, 2002.

                                                                                                           51
1.34. Vallisnérie d’Amérique
(American eelgrass) Vallisneria americana

                                            DESCRIPTION
                                            Plante submergée à tige très courte, provenant de
                                            rhizomes stolonifères. Les feuilles basilaires sont de longs
                                            rubans minces pouvant atteindre un mètre de long. On les
                                            distingue par la présence de trois bandes distinctes : une
                                            bande vert-jaune au centre, entourée par deux bandes
                                            latérales d’un vert plus foncée. La fleur femelle de la
                                            plante flotte à la surface au bout d’une longue hampe en
                                            forme de tire-bouchon.

                                            HABITAT
                                            La vallisnérie croît dans l’eau plus profond de 3 à 5 mètres
                                            dans les lacs et rivières d’eau douce ou légèrement
                                            saumâtre.

                                            SOURCE
                                            Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                            Maritimes, 2014.
                                            Photo du bas : tiges des fleurs femelles © Donald Cameron, 2017 (tiré
                                            du site Go Botany).

                                                                                                                    52
1.35. Zannichellie palustre
(Horned pondweed) Zannichellia palustris

                                           DESCRIPTION
                                           Plante submergée, possédant un rhizome rampant. La tige
                                           et les feuilles ont la forme de capillaires. La fleur et le fruit
                                           se développe aux aisselles du plant et le fruit ressemble à
                                           une petite gourde.

                                           SOURCE
                                           Flore Laurentienne, 2002.
                                           Photo du haut : © Donald Cameron, 2017 (tiré du site Go Botany)
                                           Photo du bas :
                                           http://luirig.altervista.org/pics/index5.php?recn=259118&page=1

                                                                                                               53
1.36. Zizanie aquatique
(Southern wildrice) Zizania aquatica

                                       DESCRIPTION
                                       Cette plante aquatique émergente est une vivace de la
                                       même famille du blé. Elle peut atteindre des grandes
                                       tailles (2 mètres) et les touffes peuvent former des grandes
                                       colonies. L’inflorescence se sépare en deux parties: la
                                       partie du bas regroupe les fleurs mâles qui sont rougeâtres
                                       à pourpres, étalées en pendant sur des branches, alors
                                       derniers, sur des branches dressées et très serrées formant
                                       presque un épi. Les fleurs femelles sont jaune-blanchâtre
                                       teinté de pourpre.

                                       HABITAT
                                       Cette plante se retrouve là ou l’eau circule calmement,
                                       dans les endroits peu profonds des cours d’eau, étangs et
                                       lacs.

                                       SOURCE
                                       Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, 1987.
                                       Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                       Maritimes, 2014.
                                       Photo du haut : © G. E. Crow, tiré du site
                                       http://michiganflora.net/species.aspx?id=2249
                                       Photo du bas : © Marilee Lovit, 2007

                                                                                                       54
2.AUTRES ORGANISMES

                      55
2.1.   Algues Chara ou Nitella sp.
(Stoneworts: Chara/Muskgrass or Nitella sp.) Charophyceae: Chara ou Nitella sp.

                                                                    DESCRIPTION
                                                                    Les algues sont souvent confondues avec les plantes
                                                                    aquatiques, mais contrairement aux plantes, les algues
                                                                    n’ont pas de racines, fleurs ou feuilles. Les algues sont des
                                                                    organismes simples, pouvant être unicellulaire, tandis que
                                                                    les plantes sont très complexes et multicellulaires. Les
                                                                    algues Chara (photo du haut) et Nitella (photo du bas)
                                                                    sont similaires, mais la plupart des algues Chara se
                                                                    distinguent par leur odeur d’ail ou de moufette lorsqu’on
                                                                    les sort de l’eau.

                                                                    Les branches de l’algue Chara sont épineuses, rigides,
                                                                    cylindriques et verticillées, et on en retrouve de 6 à 16 par
                                                                    verticille. Elle joue des fonctions d’habitat pour la faune
                                                                    aquatique et de nourriture pour les canards.
                                                                    Contrairement à Chara, l’algue Nitella est douce au
                                                                    touché et ne dégage pas d’odeur désagréable. Ses
                                                                    branches sont touffues et elle peut former des tapis verts
                                                                    foncé à noir sur le fond du lac.

                                                                    HABITAT
                                                                    Les algues s’accrochent aux substrats d’eau calme des
                                                                    lacs et étangs.

                                                                    SOURCE
                                                                    Aquaplant, 2018.

                                                                                                                                    56
2.2.   Algue filamenteuse
 (Filamentous algae spp.) Chlorophyta spp.

                                             DESCRIPTION
                                             Les algues filamenteuses sont unicellulaires, mais les
                                             cellules cordées ensemble donnent l’apparence d’un fil.
                                             Ces fils flottent librement dans les lacs étangs et forment
                                             des masses visqueuses dans la colonne d’eau. Une
                                             abondance de nutriments, une température élevée et de
                                             l’eau stagnante créent des conditions optimales pour la
                                             prolifération d’algues filamenteuses.

                                             SOURCE
                                             Blais S., 2008

                                                                                                           57
2.3.   Bryophytes
(Bryophyte spp.) Bryophyta sp.

                                 DESCRIPTION
                                 Le groupe des bryophytes est composé de mousses et
                                 d’hépatiques. Ces plantes simples sont les plus anciennes
                                 des plantes terrestres. Elles ne comptent pas de système
                                 vasculaire, alors l’eau est absorbée directement par leurs
                                 cellules, tout comme les éponges. La bryophyte la plus
                                 souvent observée dans nos plans d’eau est la fontinale
                                 commune (Fontinalis antipyretica), illustrée sur la photo.

                                 HABITAT
                                 Les bryophytes sont des plantes obligées de milieux
                                 humides.

                                 SOURCE
                                 Plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des
                                 Maritimes, 2014.
                                 Photo : Mylène Richer-Bond, OBio Environnement

                                                                                                 58
2.4.    Éponge d’eau douce
(Freshwater sponge spp.) Spongilla lacustris

                                               DESCRIPTION
                                               L'éponge d'eau douce est un animal très primitif; elle ne
                                               possède aucun organe et son corps couvert de pores, de
                                               canaux et de chambres permet à l'eau chargée de
                                               matières organiques de passer au travers, apportant ainsi
                                               les éléments nutritifs servant à son développement.
                                               L'échange gazeux de la respiration se fait aussi à travers
                                               cet épiderme poreux. L'éponge est capable d'obtenir une
                                               certaine contraction de ses tissus, mais généralement elle
                                               reste fixe et passive à son point d'attache, et attend que
                                               la nourriture vienne à elle en passant à travers son corps.

                                               HABITAT
                                               Les éponges se retrouvent dans tous les types d’eau
                                               douce. Étant donné qu'elle ne requiert pas de soleil,
                                               l'éponge se multipliera aisément sous un surplomb
                                               rocheux, à l'intérieur d'une épave ou d'un tuyau
                                               d'alimentation d'eau. Elle aura alors une couleur jaunâtre,
                                               brun pâle, rougeâtre ou blanche, tandis que celle qui
                                               poussera en présence des rayons du soleil aura une
                                               couleur verte à cause d'une algue (Chlorella) qui vit en
                                               symbiose dans ses tissus.

                                               SOURCE
                                               Corolla, Parlier et Kupfer dans DORIS, 2017.

                                                                                                             59
60
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler