Premiers retours de l'expérimentation de revêtements antibruit sur le périphérique parisien

 
Premiers retours de l'expérimentation de revêtements antibruit sur le périphérique parisien
Octobre 2012

          Premiers retours de l’expérimentation de revêtements antibruit sur le
                                  périphérique parisien

Fin juin 2012, la Ville de Paris a appliqué de nouveaux revêtements sur le boulevard périphérique au
niveau de la Porte de Vincennes. Dans le cadre du projet européen Harmonica (Action 8), supporté par le
programme LIFE+ Environnement de la Commission Européenne, Bruitparif a suivi l’impact acoustique de
cette expérimentation et livre ses premiers résultats après trois mois d’utilisation. Cette expérimentation
sera disponible à la fin de l’année 2013 dans la base d’information sur les actions de réduction du bruit
du portail internet www.noiseineu.com

Avec 35 km et plus de 100 000 habitants le long de son parcours, le boulevard périphérique est, d’après les
cartes de bruit publiées par la Ville de Paris, un des axes les plus bruyants de la Capitale. Victime de son
succès, embouteillé à certaines heures, le "périph" assure un quart des déplacements parisiens, et
constitue un lien important entre Paris et les communes riveraines

La réduction du bruit intense généré par la circulation sur le boulevard périphérique passe nécessairement
par une combinaison de plusieurs mesures. Parmi les mesures envisageables, la pose de revêtement de
chaussée peu bruyant apparaît comme une solution prometteuse pour traiter le problème à la source.

La Ville de Paris et Bruitparif ont ainsi proposé de démarrer une expérimentation sur une portion du
périphérique afin de tester la pertinence de ce type de solution et sa pérennité dans le temps tant sur le
plan acoustique que sur le plan mécanique, dans un contexte de fortes contraintes liées à la charge
importante des véhicules qui empruntent chaque jour le périphérique (plus de 1,2 millions de véhicules
avec à certains endroits jusqu’à 270 000 véhicules par jour).

La portion du périphérique qui a été sélectionnée pour l’expérimentation est un tronçon de 200 mètres
situé sur le site du Grand Projet de Renouvellement Urbain (GPRU) de la Porte de Vincennes, entre le Pont
de Lagny et l’échangeur de la Porte de Vincennes.

Du 25 au 29 juin 2012, les services de la Direction de la voirie et des déplacements de Paris et de la société
Colas ont appliqué sur les deux sens de circulation de ce tronçon ainsi que sur les bretelles d’accès les
produits Rugosoft® et Nanosoft® (Rugosoft® sur le BP intérieur et Nanosoft® sur le BP extérieur).

Bruitparif a installé 5 stations de mesure du bruit afin d’évaluer l’efficacité acoustique de la solution. La
première a été installée au niveau du terre-plein central (à proximité directe du trafic routier), les trois
suivantes en façade d’immeubles riverains au niveau de la section expérimentale et la dernière a été
positionnée hors du périmètre de l’expérimentation afin de servir de station « témoin ». Pour compléter le
dispositif, des enregistrements audionumériques ont été réalisés en façade d'immeubles et dans un
véhicule, à l’aide d’un appareil capable d’enregistrer les niveaux sonores et de les restituer tels qu'ils sont
perçus par l’oreille humaine. Ceci a permis de documenter le gain obtenu en termes de sensation auditive
pour les riverains comme pour les automobilistes.

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.1
Premiers retours de l'expérimentation de revêtements antibruit sur le périphérique parisien
Des baisses significatives de bruit

La diminution du bruit à la source a été en moyenne de -7,5 dB(A) d’après les résultats obtenus sur la
station du terre-plein central. Ces baisses de bruit sont tout à fait significatives et correspondent à ce qui
pourrait être obtenu par une division par 6 du volume de circulation (toutes conditions égales par ailleurs).

En façade des riverains, le bruit a diminué de -2,2 à -4,3 dB(A) en moyenne selon les localisations. Les
améliorations obtenues correspondent à ce qui pourrait être obtenu par une diminution du trafic de l’ordre
de -30 à -70 %. Cette amélioration ne se traduit pourtant pas par une amélioration proportionnelle au
niveau de la sensation auditive. Rappelons ainsi qu’une diminution de -3 dB(A) est perceptible mais qu’il
faut atteindre des diminutions de l’ordre de -5 dB(A) pour percevoir une différence nette de bruit et une
diminution d’environ -10 dB(A) pour avoir l’impression d’un bruit divisé par deux.

Les immeubles qui ont vu leur situation le plus s’améliorer sont ceux exposés de manière prépondérante au
bruit généré par le bd périphérique et situés les plus proches de la section expérimentale, à savoir la Tour
Lagny (-4,1 dB(A) en moyenne) et l’immeuble l’Herminier (-4,3 dB(A) en moyenne).

La station située au niveau de l’immeuble Pte de Vincennes a vu quant à elle les niveaux sonores en façade
diminuer plus faiblement (-2,2 dB(A) en moyenne) compte-tenu de son exposition combinée au bruit
généré par l’avenue de la porte de Vincennes et par le boulevard périphérique.

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.2
Premiers retours de l'expérimentation de revêtements antibruit sur le périphérique parisien
Des niveaux d’exposition qui restent néanmoins pour la plupart au-dessus des valeurs limites

Malgré ces améliorations significatives, la situation en termes d’exposition des riverains les plus proches
reste non satisfaisante. Ainsi, les valeurs limites réglementaires sont encore dépassées de 2 à 6 dB(A) pour
les indicateurs réglementaires nocturnes. En revanche, la situation devient moins critique quant aux
niveaux diurnes puisque deux des trois stations en situation « riverains » présentent désormais des niveaux
LAeq 6-22h inférieurs ou très proches du seuil réglementaire de 70 dB(A).

Un son moins agressif car plus sourd

Lorsqu’on analyse la répartition fréquentielle des gains obtenus, on s’aperçoit que les diminutions sont les
plus importantes (elles peuvent atteindre -7 dB en situation riverains) pour les fréquences comprises entre
1000 et 2000 Hz typiquement. Or, rappelons-le, ces fréquences correspondent tout à la fois à la gamme des
fréquences pour lesquelles l’oreille a la plus grande sensibilité et également au domaine de la zone
conversationnelle. Diminuer les niveaux sonores générés par la circulation dans ces fréquences permet
donc d’améliorer la sensation auditive (le bruit paraît en quelque sorte moins agressif) et d’améliorer
l’intelligibilité des conversations par diminution de l’effet de masque. Pour les conducteurs, le phénomène
est également bien perceptible avec un son atténué et plus sourd dans l’habitacle au passage sur les
nouveaux revêtements.

Des baisses de niveaux sonores enregistrées quelles que soient les conditions de circulation

Autre élément très intéressant : la baisse des niveaux apparaît quel que soit le type de jour (jour ouvrable
ou week-end) et l’heure de la journée. Selon les heures, on assiste ainsi à des diminutions comprises entre -
5,8 et -9,9 dB(A) en situation de proximité à la source (terre-plein central) et entre -2,8 et -5,9 dB(A) en
situation riverains (en façade de l’immeuble l’Herminier et de la Tour Lagny).

Les baisses les plus faibles s’observent aux périodes de congestion importante (autour de 9h les jours
ouvrables ou 19h les jours de week-ends). Néanmoins, l’amélioration reste significative même dans ces
conditions (de l’ordre de –5,6 dB(A) à la source et de -3 dB(A) en situation riverains), ce qui tend à montrer

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.3
Premiers retours de l'expérimentation de revêtements antibruit sur le périphérique parisien
que les revêtements restent efficaces même lorsque les vitesses de circulation sont faibles et qu’ils peuvent
même avoir une efficacité sur les bruits de moteur.

Par ailleurs, les diminutions les plus importantes interviennent aux heures où les niveaux de bruit sont les
plus élevés, ce qui est particulièrement intéressant. Ainsi, on constate qu’entre 6h et 6h30 le matin les
jours ouvrables, à la période où il a été montré par les études que le bruit est le plus fort, les niveaux sont
diminués de -8,5 dB(A) en situation de proximité à la source et de -4,9 dB(A) et -5,4 dB(A) en situation
riverains au niveau respectivement de la Tour Lagny et de l’immeuble l’Herminier.

Ce premier bilan à trois mois fournit donc des résultats très encourageants quant à l’efficacité des
revêtements acoustiques pour réduire l’exposition au bruit des riverains du boulevard périphérique. Il
révèle néanmoins que des actions complémentaires doivent être envisagées pour atteindre un respect des
valeurs réglementaires. Il apparaît en outre nécessaire de poursuivre l'analyse et le suivi pendant plusieurs
mois encore afin de vérifier que les performances acoustiques et surtout les qualités mécaniques des
nouveaux revêtements résistent bien à la charge très importante de trafic du boulevard périphérique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’espace « ressources » de Bruitparif pour télécharger :

    La note de synthèse des éléments de connaissances actuelles sur le bruit généré par le boulevard
     périphérique, septembre 2012
    Le rapport d’étude « Mesure du bruit le long du bd périphérique Pte de Vincennes : Bilan à 3 mois de
     l’effet acoustique de la mise en œuvre de nouveaux revêtements de chaussée », octobre 2012

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.4
Zoom : Comprendre les relations entre bruit de roulement et revêtement

Le revêtement routier joue un rôle essentiel sur le bruit de roulement.

Le bruit de roulement généré par le contact entre les pneus et la couche supérieure de la chaussée est la
résultante de plusieurs phénomènes acoustiques, notamment :

Les vibrations engendrées par l’interaction entre les pneumatiques et les irrégularités de la chaussée, qui
génèrent des sons plutôt graves.

Un phénomène de « pompage d’air » causé par la compression/détente de l’air situé entre les
pneumatiques et les espaces vides non communicants de la chaussée, qui génère des sons plus aigus.

L’effet de corne (ou« effet dièdre ») qui correspond aux réflexions successives de l’onde sonore dans la
corne (ou dièdre) formée par le pneumatique et le revêtement routier, dont la conséquence est une
amplification du bruit à la manière d’un mégaphone.

La porosité d’un revêtement permet d’absorber les bruits de roulement et de réduire de manière
importante l’effet de corne, le son se trouvant piégé dans les pores.

Elle permet en outre de réduire le surcroît de bruit généré par le phénomène de projection de gouttelettes
d’eau, lorsqu’il pleut ou qu’il vient de pleuvoir. Enfin, une bonne absorption acoustique contribue à
absorber également le bruit du moteur (qui est dominant à vitesse peu élevée) ainsi que les autres bruits
environnants.

Le bruit a également tendance à devenir plus sourd et donc moins dérangeant à l’oreille humaine.

Les produits Rugosoft® et Nanosoft® qui ont été appliqués sur le tronçon d’expérimentation du bd
périphérique appartiennent aux enrobés bitumineux dits à couche très mince (BBTM) car ils sont appliqués
en couche de 3 à 3,5 cm d’épaisseur. La composition granulaire de ces bétons bitumineux minces permet
de créer un pourcentage important de petits vides (entre 20 et 30 % de vides contre 10 à 15 % pour les
revêtements classiques) qui vont agir comme des pièges pour le son émis par la circulation.

Pour en savoir plus sur les revêtements acoustiques, rendez-vous sur l’espace « ressources » de Bruitparif
pour télécharger :

    Les fiches techniques «Opter pour des revêtements acoustiques : l’essentiel à connaître » et « Opter
     pour des revêtements acoustiques : aller plus loin », septembre 2012.
    Le dossier technique et pédagogique sur les performances acoustiques des revêtements de chaussée,
     décembre 2011.

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.5
Le projet HARMONICA
   Vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités

Deux observatoires de statut associatif - Bruitparif pour la région Ile-de-France et Acoucité pour le
territoire de l’agglomération du Grand Lyon - spécialisés dans la surveillance du bruit dans l’environnement,
l’accompagnement des autorités et l’information du public ont décidé de joindre leurs forces pour mettre
en œuvre le projet HARMONICA retenu par la commission européenne dans le cadre du programme
européen Life+ environnement.

Le projet HARMONICA part du constat selon lequel la pollution sonore et les moyens pour y remédier sont
insuffisamment connus du grand public et des autorités.

Pour accroître l’appropriation de la problématique et donc l’efficacité des politiques de prévention ou de
réduction des nuisances, le projet propose la création d’un indice de bruit grand public (Common Noise
index, CNI) plus facile à comprendre et plus proche de la perception des habitants que les indicateurs
actuels.

L’accès à l’information sur le bruit dans l’environnement sera facilité avec la création d’une plateforme de
publication des résultats de l’indice (actualisés heure par heure) et d’une interface de consultation des
évaluations des différentes actions de réductions du bruit menées au niveau des territoires. Ces nouveaux
outils seront disponibles à partir du début de l’année 2014 sur le portail internet européen
www.noiseineu.com.

L’expérimentation de cette nouvelle approche et de ces nouveaux outils sera réalisée sur un large territoire
comprenant l’agglomération du Grand Lyon et la région Ile de France (soit plus de 12 500 km2 et plus de 13
millions d’habitants). L’évaluation de l’impact de la démarche sera faite auprès des populations de ces
deux territoires.

Le projet a pour vocation à s’étendre à d’autres agglomérations et observatoires en Europe en favorisant
l’utilisation du nouvel indice et en encourageant à publier les informations sur le site www.noiseineu.com.
Pour faciliter l’implantation de la démarche sur d’autres territoires, un guide méthodologique sera réalisé
et un réseau d’échanges sera mis en place pour aider les agglomérations. Le projet bénéficiera dans cette
phase de dissémination de l’accompagnement du WGN (Working Group Noise) du réseau des grandes villes
européennes Eurocities.

Le projet HARMONICA est cofinancé par le programme européen Life+. Le projet a commencé en octobre
2011 pour une durée de 3 ans. Une conférence finale sera organisée à Bruxelles fin 2014.

            Retrouvez les informations et actualités relatives à l’avancement du projet sur le site :
                                        www.harmonica-project.eu

                    Coordinateur : BRUITPARIF
                    Partenaire : ACOUCITE
                    Budget total : 1.733.608 €
                    Subvention européenne : 866.804 € (50%)
                    Dates de démarrage et de clôture : 1er octobre 2011 - 30 octobre 2014

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.6
Les résultats attendus
    Un indice grand public de bruit facile à comprendre, plus proche du ressenti et accessible au public.
    Une meilleure information du grand public et des autorités permettant de contribuer à l’élaboration
     d'une culture commune et partagée sur l'environnement sonore.
    La possibilité d’évaluer de manière harmonisée les actions de réduction du bruit et de valoriser les
     solutions efficientes, afin d’aider les autorités compétentes à construire leurs plans d’action en
     application de la directive 2002/49/CE.
    Le transfert de cette approche à d’autres agglomérations européennes dans un cadre harmonisé.
    Un portail européen www.noiseineu.com permettant de diffuser de manière harmonisée les résultats
     sur le bruit des différentes agglomérations à l’échelle européenne.

                                              Les chiffres clefs du projet
Pour construire et valider l’indice :
    240 habitants seront interrogés chez eux sur 8 sites d’expérimentation.
    120 individus selon 3 catégories (experts, décideurs et grand public) seront amenés à donner leur avis
     lors de passation de tests en laboratoire.

Pour évaluer l’impact du projet :
    800 habitants sur les deux territoires seront interrogés sur l’état de leur connaissance et leurs attentes
     avant et après la mise en place des nouveaux outils.

Pour présenter les résultats de l’indice sur les deux territoires :
 la plateforme de diffusion publiera les résultats de l’indice heure par heure provenant de l’utilisation
     simultanée des résultats de plus de 100 balises de mesure.

Pour présenter des actions de réduction du bruit efficientes :
   15 actions exemplaires de réduction du bruit déjà réalisées seront mises en lumière.
   10 nouvelles réalisations d’actions innovantes de réduction du bruit seront suivies et évaluées
    (campagne de mesure avant et après) pendant la durée du projet.

Pour disséminer le projet :
   1 site internet : www.harmonica-project.eu.
   4 workshops.
   1 conférence finale à Bruxelles.
   1 forum d’échanges.
   1 portail internet européen www.noiseineu.com.
   12 Newsletters et 6 articles scientifiques
   La diffusion de 300 guides méthodologiques

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.7
L’indice grand public sur le bruit
La construction de l’indice sur le bruit et sa validation sont placées au cœur du projet. Il s’agit d’un travail
particulièrement innovant pour trois raisons :

        Innovant dans sa représentation : une représentation facile à comprendre
Le bruit est souvent représenté en fonction de son niveau de pression en utilisant l’unité physique de la
pression acoustique : le décibel (dB). L’utilisation de cette unité oblige à changer d’indicateurs (Lden, LAeq
LAmax) en fonction de ce que l’on veut observer. Il est difficile de rendre compte de toutes ces subtilités au
grand public sans créer de confusion. Le projet HARMONICA utilisera un indice sur une échelle simple de
valeur allant de 1 à 10 avec un code couleur adapté.

      Innovant dans sa conception technique : prise en compte du bruit permanent et des pics sonores
et combinaison de mesures et de modélisations
Prise en compte du bruit permanent et des pics sonores :
Les indicateurs classiques tiennent compte de l’intensité du bruit (à travers des indicateurs d’énergie
sonore), mais les aspects événementiels du bruit (prise en compte par exemple des émergences liées à
l’apparition soudaine d’événements sonores particuliers qui se surajoutent au bruit de fond du secteur : cas
du survol d’aéronefs, du passage de trains, de véhicules motorisés particulièrement bruyants,
d’avertisseurs sonores…) font l’objet d’autres indicateurs et la diversité des différentes sources de bruit en
présence n’est pas toujours évaluée. Le projet HARMONICA se propose de construire un indice qui tienne
compte de ces différentes composantes du bruit. L’indice sera ainsi plus proche de la perception du bruit
par la population.
Combinaison de mesures et de modélisations :

La modélisation acoustique (cartographie du bruit) permet de représenter les niveaux de bruit sur un grand
territoire, mais elle ne représente que des valeurs moyennes par source de bruit ce qui est éloigné de la
réalité ressentie par les populations. La mesure acoustique rend compte quant à elle de la variation
temporelle du bruit et permet d’identifier la contribution des sources en présence mais elle est limitée dans
sa représentation spatiale. D’où la nécessité de combiner les deux approches.

        Innovant dans son élaboration : participation du public
Jusqu’à maintenant dans le domaine du bruit l’élaboration d’un indicateur se faisait plutôt entre
spécialistes. Le projet HARMONICA intègre la participation du public pour élaborer l’indice. L’évaluation de
la compréhension, de l’acceptation et de la capacité à rendre compte de l’environnement sonore du nouvel
indice repose ainsi sur 2 approches complémentaires basées sur des entretiens :

Une enquête « in situ » se structurant autour d’entretiens individuels auprès de 240 riverains (à
leur domicile) ou d’usagers (sur le domaine public) de 8 sites distincts sélectionnés sur les 2
territoires.
Une enquête « laboratoire » se basant sur des entretiens individuels à l’issue d’écoutes binaurales
réactivées pour présenter les 8 sites. Les entretiens seront réalisés auprès de 60 personnes pour
chacun des territoires (soit au total 120 personnes) suivant 3 groupes : experts, élus et grand
public.

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.8
Les 8 sites retenus pour les enquêtes

    2 sites en zone rurale ou périurbaine avec un bruit de fond faible et une source de bruit des
     transports prédominante ou émergente :
                o Bruit ferré : ville de Rillieux (69), le site est situé en zone pavillonnaire à
                   proximité des voies TGV.

                   o Bruit aérien : ville de Limours (91), le site est situé en zone pavillonnaire et est
                     survolé par des aéronefs en provenance ou à destination de l’aéroport d’Orly.

    3 sites en zones urbaines denses avec un bruit de fond déjà important et une source de bruit
     des transports prédominante ou émergente :
                 o Bruit routier : ville de Villeurbanne (69), le site est situé à l'intersection d’une
                    pénétrante fortement circulée et d’un autre axe dont les commerces drainent
                    une forte fréquentation piétonne.

                   o Bruit ferré : ville de Paris (75), le site donne directement sur la zone d’arrivée et
                     de départ des trains des gares de Lyon et d’Austerlitz.

                   o Bruit aérien : ville de Gonesse (95), le site est en centre-ville avec une forte
                     densité de population principalement dans de l'habitat collectif et est survolé
                     par des aéronefs en provenance ou à destination des aéroports de Paris-CDG et
                     de Paris-Le Bourget.

    1 site en situation de multi-exposition à plusieurs sources de bruit liés aux transports :
                 o Ville de Villeneuve Saint-Georges (94), le long de l’ex-RN6 et de la voie ferrée,
                     secteur survolé par les aéronefs en provenance ou à destination de l’aéroport
                     d’Orly

    1 site en situation de zones calmes en milieu urbain : bruit de fond faible et pas une source de
     bruit liée aux transports prépondérante :
                 o Ville de Lyon (69), parc Bron Parilly

    1 site en milieu urbain avec activité routière et activités de loisirs
                o Ville de Lyon (69), place Bellecour : c'est la place la plus grande de Lyon d'où
                     partent trois artères majeures.

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.9
L’organisation du projet
Le projet HARMONICA est construit suivant les trois phases génériques d’un projet LIFE+ (préparation,
démonstration et diffusion). Pour faciliter la compréhension de l’organisation du projet notamment dans la
phase de démonstration, les actions ont été regroupées dans six lots A, B, C, D, E et F.

Le lot A est relatif aux actions de la phase préparatoire et il dure environ 6 mois. Ce lot comprend les
actions de récolte de données sur les autres réseaux (Action 1) et la détermination des actions déjà menées
qui pourront être évaluées au moyen du nouvel indicateur (Action 2). Le lot comprend également
l’évaluation avant la mise en place des outils, de la connaissance du public et des attentes sur la question
de la pollution sonore (Action 9, 1ère phase).

Les lots B et C sont relatifs à la phase de démonstration du projet et se réalisent sur une période de 24
mois.
Le lot B est consacré au développement de nouveaux outils proposés dans le cadre du projet
HARMONICA :

      La création d’un nouvel indice innovant sur le bruit, compréhensible et validé par le public
au moyen d’enquêtes de perception (Actions 3 et 4). L’indice utilisera les données provenant de la
modélisation et de la mesure.
      Le développement d’une interface de visualisation de l’indice (Action 5) et la réalisation
d’une base de ressources sur les actions de réduction du bruit (Action 6).
Ces outils viennent alimenter un portail internet sur la pollution sonore d’intérêt européen
www.noiseineurope.com (Action 7).

Le lot C est consacré à l’évaluation de l’impact de cette nouvelle approche et à l’utilisation des nouveaux
outils développés dans le projet.

      Une première approche consiste à utiliser le nouvel indice pour évaluer 10 actions pilotes
de réduction du bruit menées sur les territoires des bénéficiaires (Action 8).
       Une deuxième approche consiste à évaluer auprès du public et des autorités l’impact du
projet. L’appropriation de la question du bruit sera évaluée en deux étapes : avant la mise en
place des outils et après au moyen d’entretiens d’enquêtes (Action 9). L’action 10 consistera à
évaluer les outils auprès des usagers du portail.
Les actions de dissémination sont regroupées dans le lot D sur une période de 6 mois. Il s’agit de créer un
réseau d’échanges avec les agglomérations européennes sur le sujet (Action 11), de réaliser un guide pour
implémenter cette approche (Action 13) et d’organiser un événement final à Bruxelles pour valoriser le
projet (Action 14).

Enfin, le lot E concerne la communication et le lot F est relatif à la gestion de projet. Ces deux lots d’actions
sont présents pendant toute la durée du projet. Le lot E regroupe le développement et la gestion du site
internet www.harmonica-project.com (action 15), les outils de communication (action 16), les relations
avec la presse (action 17) et le projet de communication après projet (action 18).Le lot F regroupe la mise

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.10
en réseau avec d’autres projets européens (action 12), la gestion du projet (action 19) et le suivi financier
(action 20).

                                    PREPARATION - Lot A
                                                                                                      Action 15 – le
                      Action 1 – Collecte des                Action 2 – Collecte des                   site internet
                          données sur les                    actions de réduction du                 www.harmonica
                       réseaux de mesure                              bruit                            -project.eu

                                        DEMONSTRATION
                       Lot B Réalisation                             Lot C
                           des outils                              Evaluation
                      Action 3 – construction
                      et validation des indices
                                                             Action 8 – Campagnes
                        Action 4 – Evaluation                      de mesure
                           des indices par
                       plusieurs publics cibles

                        Action 5 – Réalisation              Action 9 – Evaluation de
                           de l’interface de                 l’impact des nouveaux
                       visualisation de l’indice                 outils en terme
                                                                 d’appropriation
                        Action 6 –Réalisation
                       de la base de données
                         sur les actions de                  Action 10 – Evaluation
                         réduction du bruit                   des nouveaux outils
                                                             auprès des utilisateurs
                      Action 7 –Réalisation du
                               portail
                        www.noiseineu.com

                                    DISSEMINATION – Lot D
                           Action 13 – Guide                  Action 14 –Evénement
                            méthodologique                       final à Bruxelles

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.11
Les partenaires du projet :

Le coordinateur du projet, Bruitparif est une association loi 1901 créée en 2004 à l’initiative du Conseil
régional d’Ile-de-France, à la demande des associations de défense de l’environnement pour caractériser de
manière objective l’environnement sonore francilien. L’association fédère les principaux acteurs de la lutte
contre le bruit en Ile-de-France : la Région Ile-de-France, les services et établissements publics de l’Etat, les
collectivités territoriales, les activités économiques, les professionnels de l’acoustique et les associations de
défense de l’environnement et de protection des consommateurs. Dans le cadre de ses missions, Bruitparif
développe le réseau de surveillance du bruit Rumeur, accompagne les acteurs publics dans la prise en
compte du bruit dans les politiques d’aménagement et de transport et sensibilise les Francilien-ne-s à
l’importance de la qualité de l’environnement sonore.
Pour en savoir plus, site internet : www.bruitparif.fr

Le second bénéficiaire, Acoucité est une association loi 1901 créée en 1996 à l’initiative du Grand Lyon et
de membres fondateurs issus du domaine scientifique et technique (IFSTTAR, ENTPE, CERTU, CSTB…) en
vue de développer l'observatoire de l'environnement sonore du Grand Lyon. C’est un pôle de compétence
bruit qui a pour vocation de favoriser les échanges entre les centres de recherche et les besoins
opérationnels des collectivités, notamment en matière de gestion du bruit lié aux transports terrestres.
Aujourd’hui une dizaine d’agglomérations sont membres d’Acoucité. Elle a aussi pour but d’œuvrer au
développement des connaissances et du savoir professionnel en environnement sonore urbain et d'en
assurer la transmission auprès du grand public et des scolaires. Depuis 2002, Acoucité a également mis en
place un réseau permanent de mesure sur le territoire du Grand Lyon et participe à des programmes de
recherche nationaux et internationaux.
Pour en savoir plus, site internet : www.acoucite.org

Le WGN (Working Group Noise) http://workinggroupnoise.weblog.nl/ est partenaire associé du projet. Le
groupe de travail est présidé par la DCMR à Rotterdam. Le groupe de travail compte environ 30 membres
de villes et d'organismes de toute l'Europe membres du réseau Eurocities. www.eurocities.eu

Bruitparif/Acoucité : Projet Life + Harmonica, vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités   p.12
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler