Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes

 
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
RECOMMANDATIONS

                                                                     recommandations nationales

                                                                     Prévention
                                                                     de la transmission
                                                                     croisée par voie respiratoire :
                                                                     air ou gouttelettes
                                                                     recommandations
                                                                     pour la pratique clinique (rPc)
                                                                     mars 2013
2013 - Volume XXI - n° 1 - ISSN 1249-0075 - 30 €
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
airinspace - pub A4 - 14/02/13

                                                                       Qualité de l’air
                                                                       La solution simple pour
                                                                       les environnements protégés
              d u r i s q ue
    Maîtrise x                                                         . Performances validées,
    infectieu              i s q ue
                                                                         testées sur site et publiées
                                                                       . Plus de 100 références actives à l’hôpital :
              on  d   u  r
     Diminuti aire                                                           . Onco-Hématologie, Réanimation,

     aspergill
                                                                              Soins intensifs, Blocs opératoires,
                                                                              Stérilisation, Endoscopie, ...

                                                  on   Mobile « Plasmair »
                                             luti             T2006
                                        So                                           asmair » Sentinel
                                                                              « Pl

               nt Protecteur « Imm
   Isoleme                              unai                                                   Nouvea
                                                                                                            u
                                               r»

                                                                                                                  n Fixe « Plasmair »
                                                                                                       o l utio           C2010
                                                                                                     S

                                 audit . conseil . solutions             airinspace SE
                                                                         10 avenue Ampère - Bât. B2

        www.airinspace.com                                               Parc Technologique du Pas du Lac
                                                                         78180 Montigny le Bretonneux
                                                                         Tél. : + 33 (0) 1 30 07 01 01
                                                                         Fax : + 33 (0) 1 30 07 01 02
                                                                         contact@airinspace.com
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
SOMMAIRE

         www.hygienes.net

                                                                                                           Volume XXI - N° 1 - Mars 2013
                                                                                                           Recommandations nationales

                  Revue officielle
                                                                                                           Prévention de la transmission
  de la Société Française d’Hygiène Hospitalière
                                                                                                           croisée par voie respiratoire :
        DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
            Bernard Grynfogel                                                                              Air ou Gouttelettes
             REVUE INDEXÉE DANS
             PASCAL/INIST-CNRS                                                                             Recommandations pour la pratique clinique
                   RÉDACTION
       Université Claude-Bernard
      Laboratoire d’épidémiologie
            et santé publique
         8, avenue Rockefeller
        F-69373 Lyon cedex 08
       Tél. & Fax 04 78 77 28 17
     E-mail : hygienes@univ-lyon1.fr
             RÉDACTEUR EN CHEF
            Jacques Fabry (Lyon)
       RESPONSABLE BULLETIN SF2H
     Hélène Boulestreau (Bordeaux)
                  NOSOTHÈME
                                                                    Préface ............................................................................................................................   3
Nathalie Sanlaville, Sandrine Yvars (Lyon)
          SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
           Valérie Surville (Lyon)
                                                                    Introduction.................................................................................................................          5
          CONSEILLER SCIENTIFIQUE                                                Partenaires..........................................................................................................     7
             Anne Savey (Lyon)
             COMITÉ SCIENTIFIQUE                                                 Groupe de travail...............................................................................................          7
        Président : J. Carlet (Paris)
        G. Antoniotti (Aix-les-Bains)
              E. Bouvet (Paris)                                                  Groupe de lecture .............................................................................................           8
             G. Ducel (Genève)
          J.-P. Gachie (Bordeaux)
              D. Goullet (Lyon)
               V. Jarlier (Paris)
                                                                     Sigles et abréviations .............................................................................................                  9
            X. Lecoutour (Caen)
         D. Monnet (Stockholm)
             B. Regnier (Paris)                                     Méthodologie
            M. Sepetjan (Lyon)
            COMITÉ DE RÉDACTION
                                                                                  Méthode : Recommandations pour la pratique clinique
           D. Abiteboul (Paris)
         L.-S. Aho-Glélé (Dijon)                                                        La phase de travail préliminaire ................................................................. 11
             K. Amazian (Fès)
           P. Astagneau (Paris)                                                         La phase d’élaboration des recommandations ........................................ 11
               M. Atif (Blida)
              R. Baron (Brest)                                                          La phase de diffusion .................................................................................. 12
      P. Berthelot (Saint-Étienne)
    J. Beytout (Clermont-Ferrand)
       C. Brun-Buisson (Créteil)                                                 Recherche documentaire
           C. Chemorin (Lyon)
         P. Czernichow (Rouen)                                                          Sources ......................................................................................................... 12
           J.-C. Darbord (Paris)
           L. Dhidah (Sousse)                                                           Stratégie de recherche ................................................................................ 13
              R. Girard (Lyon)
         B. Grandbastien (Lille)
            J. Hajjar (Valence)
            R. Hamza (Bizerte)                                      Synthèse des Recommandations pour la prévention ......................... 15
          S. Harbarth (Genève)
Ph. Hartemann (Vandœuvre-lès-Nancy)                                 de la transmission croisée par voie respiratoire :
       O. Keita-Perse (Monaco)
            C. Léger (Poitiers)                                     Air ou Gouttelettes
            B. Lejeune (Brest)
         D. Lepelletier (Nantes)
            J.-C. Lucet (Paris)                                     CHAPITRE I
       M.-R. Mallaret (Grenoble)
           N. Marty (Toulouse)
             B. NDoye (Dakar)
                                                                    Politique générale
          P. Parneix (Bordeaux)
       A.-M. Rogues (Bordeaux)                                                   Définition des précautions standard d’hygiène ......................................... 17
           C. Sartor (Marseille)
            A. Simon (Louvain)
           D. Talon (Besançon)                                                   Recommandations générales pour toute personne
           S. Terzaki (Le Caire)                                                 qui tousse : Recommandation R0 .................................................................. 18
     O. Traoré (Clermont-Ferrand)
           Ph. Vanhems (Lyon)
           X. Verdeil (Toulouse)                                                 Accueil d’un patient présentant des signes respiratoires ......................... 18
             J.-R. Zahar (Paris)
TRADUCTEUR/RÉVISEUR DES TEXTES ANGLAIS                                           Conduite à tenir pour un soignant
               T. Tebby (Tours)
                                                                                 présentant des signes respiratoires............................................................... 18
           Publicité et rubrique
        « Entreprises et produits »                                              Cas particulier des infections respiratoires
       Aviridis - Bernard Grynfogel
     31, chemin des Balmes - BP 14                                               à bactéries multirésistantes aux antibiotiques ........................................... 19
              F-69141 Rillieux
Tél. 04 78 88 04 87 - Fax 04 78 88 12 18
          E-mail : info@aviridis.fr

      MAQUETTE : Boops (Lyon)
   IMPRIMERIE : Lamazière (Décines)
  COMMISSION PARITAIRE : 0712 T 81403                                                 Les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste, les courtes citations
          ISSN : 1249-0075                                         justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles ont été incorporées sont autorisées.
      DÉPÔT LÉGAL : mars 2013                                                                   Toute autre reproduction est interdite sans autorisation de l’éditeur.
            © Health & Co                                                                           (Loi du 11 mars 1957 - art. 40 et 41 du code pénal art. 425).

                  PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                                                                                           1
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
SOMMAIRE

                                   CHAPITRE II
                                   Précautions complémentaires respiratoires Air et Gouttelettes
                                             Définitions .......................................................................................................... 21

                                             Recommandations Air ..................................................................................... 22
                                                   Protection pour le personnel et le visiteur : Recommandation R1 ......... 22
                                                   Isolement géographique : Recommandation R2 ..................................... 25
                                                   Mesures à prendre par le patient : Recommandation R3......................... 27

                                             Recommandations Gouttelettes ................................................................... 28
                                                   Protection pour le personnel et le visiteur : Recommandation R4 ......... 28
                                                   Isolement géographique : Recommandation R5 ..................................... 30
                                                   Mesures à prendre par le patient : Recommandation R6......................... 31

                                   CHAPITRE III
                                   Mise en place des précautions complémentaires
                                   Air ou Gouttelettes en fonction des microorganismes
                                             Introduction ....................................................................................................... 33
                                             Tableau synthétique des microorganismes
                                             à transmission Air ou Gouttelettes ................................................................ 34
                                             Tuberculose pulmonaire ................................................................................. 36
                                                   Prévention de la transmission devant une suspicion
                                                   de tuberculose pulmonaire : Recommandations RT1-RT2-RT3 ..............                                        36
                                                         Recommandation RT1 ......................................................................               36
                                                         Recommandation RT2 ......................................................................               36
                                                         Recommandation RT3 ......................................................................               37
                                                   Durée des précautions Air : Recommandation RT4.................................. 38
                                                   En cas de tuberculose multirésistante aux antibiotiques
                                                   Recommandation RT5 ................................................................................ 39

                                             Grippe saisonnière ............................................................................................ 41
                                                   Recommandation RG .................................................................................. 41

                                   Références bibliographiques ............................................................................. 45

                                   Annexes
                                             Annexe I          Tableau
                                                               Synthèse des mesures de prévention
                                                               de la transmission croisée .......................................................... 51

                                             Annexe II Les Précautions générales d’hygiène
                                                       ou Précautions standard à respecter
                                                       lors de soins à tout patient ......................................................... 52
                                             Annexe III Affiche INPES
                                                        Des gestes simples pour limiter
                                                        les risques de transmission ........................................................ 53

        Liste des annonceurs : Airinspace (2e de couverture) – Anios (p. 10) – CEFH (3e de couverture)
          Delabie (p. 20) – Gifrer (p. 32) – Gojo (4e de couverture) – Oxypharm (p. 14) – Solvirex (p. 4)

2         PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
Préface

L
       a réactualisation des précautions standard d’hygiène                 De plus en plus, des travaux se sont également inté-
       et des précautions complémentaires contact a été                ressés à mieux caractériser la transmission aéroportée ou
       publiée en 2009. Ce travail de mise à jour des pré-             gouttelettes des microorganismes responsables d’infec-
cautions complémentaires d’hygiène a été poursuivi avec                tion respiratoire et à la protection conférée par les masques
le second volet des recommandations pour la prévention                 chirurgicaux et les appareils de protection respiratoire.
des transmissions par voie respiratoire : Air et Gouttelettes.         D’autres travaux se sont également intéressés au port de
Il s’agissait de réactualiser les recommandations pour les             ces EPI chez les professionnels de santé. Pour la grippe,
pathologies infectieuses habituellement prises en charge               cinq variables influencent l’adhésion des professionnels de
dans nos établissements de santé tout en prenant en                    santé à ce port de masque : la disponibilité des masques,
compte la nécessaire montée en puissance de ces recom-                 leur coût, l’observance (rapport protection/respirabilité), la
mandations.                                                            dynamique de transmission de la pathologie infectieuse et
     En effet, les épidémies de grippe notamment A/H1N1                le statut du professionnel de santé vis-à-vis de la vaccination
2009 et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) d’Asie             (MERMEL, Lancet Infectious Diseases 2009). Dans ce débat,
du sud-est en 2003 ont fait « redécouvrir » l’importance des           sur la protection respiratoire des professionnels de santé
mesures d’hygiène de base dont les mesures barrières et                il serait nécessaire de prendre aussi en compte les mesures
des stratégies de prévention de bon sens. SETO et al., dans            mises en place chez le patient (port de masque chirurgical,
une étude cas témoin sur le SRAS, ont ainsi montré que la              si possible, pour limiter la dissémination de sécrétions res-
protection des professionnels par des équipements de pro-              piratoires…).
tection individuelle (EPI) associés à une hygiène des mains                 Ce guide procure les éléments nécessaires à une stra-
divisait par treize le risque d’être contaminé par le corona-          tégie pragmatique de mise en place de mesures d’hygiène
virus responsable du SRAS (SETO, Lancet 2003). Les Centers             pour minimiser ce risque. Cependant, il ne répond pas à
for Disease Control and Prevention ont ensuite insisté sur             toutes les interrogations car, malgré des travaux de plus
l’importance de la « cough etiquette » (Guideline for Isolation        en plus nombreux, beaucoup reste à faire pour optimiser
Precautions : Preventing Transmission of Infectious Agents in          la prévention de la transmission par voie respiratoire des
Healthcare Settings 2007) incluant la formation des profes-            agents infectieux et la prise en charge des patients infectés.
sionnels de santé, patients et visiteurs – la mise à disposition
d’instructions écrites pour la conduite à tenir – la limitation            Au nom de la SF2H, je tiens à remercier toutes les
de la dissémination des sécrétions respiratoires du patient            personnes ayant contribué à la réalisation de ce travail –
par le port d’un masque chirurgical quand il est possible –            experts rédacteurs, cotateurs, lecteurs – en soulignant
l’hygiène des mains après contact avec les sécrétions respi-           tout particulièrement le travail des pilotes du groupe le
ratoires – et la séparation physique des patients entre eux. Il         Dr Anne Berger-Carbonne et Mme Béatrice Croze.
a également été insisté sur l’importance des mesures admi-
nistratives visant à orienter et à prendre en charge le patient
contagieux dès son admission à l’hôpital comme dans le cas                                                         PR. PHILIPPE BERTHELOT
de la tuberculose pulmonaire.                                                                                      PRÉSIDENT DE LA SF2H

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                            3
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
Introduction

E
       n 1998, sous l’égide du Comité technique des infec-             1- des épisodes successifs d’épidémies virales : SRAS (2003),
       tions nosocomiales (CTIN) en collaboration avec la                  grippe aviaire A/H5N1 et grippe pandémique A/H1N1
       Société française d’hygiène hospitalière (SFHH), le                 en 2009. Les mesures prises pour la maîtrise de ces épi-
ministère de l’Emploi et de la Solidarité a publié le guide Iso-           démies, extrêmement médiatisées, ont reposé sur des
lement septique constitué de recommandations pour éviter                   recommandations nationales et internationales véhicu-
la transmission d’un agent infectieux, connu ou présumé, à                 lées par différents réseaux d’acteurs complémentaires
des individus non infectés et non porteurs mais réceptifs.                 mais parfois divergentes (ministère de la Défense, de la
Ces recommandations associaient deux niveaux de précau-                    Santé, urgentistes, hygiénistes, infectiologues…) ;
tions : les précautions standard à appliquer quels que soient          2- de l’émergence toujours possible de nouveaux patho-
le statut infectieux du patient et les précautions particu-                gènes transmissibles (Coronavirus…) ;
lières définies en fonction de l’agent infectieux (réservoirs,         3- de la recrudescence communautaire de la coqueluche et
modes de transmission, résistance dans l’environnement)                    plus récemment de la rougeole. Ces épisodes ont égale-
et de l’infection (localisation et gravité).                               ment amené les professionnels à des questionnements
     En 2004, le Comité technique des infections nosoco-                   sur les spécificités de la prise en charge de ces infections
miales et des infections liées aux soins (CTINILS) a décidé                dans les établissements de santé et médicosociaux ;
la révision des recommandations pour la prévention de la               4- du fait que la tuberculose reste un problème de santé
transmission croisée en raison de l’évolution :                            publique en France pour lequel il existe un réel dan-
1- de l’épidémiologie des microorganismes responsables                     ger de recrudescence, si on baisse la garde, en particu-
    d’infections nosocomiales ;                                            lier associé à l’augmentation des populations à risque
2- des moyens de prévention, en particulier la généralisa-                 comme les sans-abri, les migrants…, a fait l’objet de
    tion de l’utilisation des produits hydroalcooliques (PHA) ;            nombreuses recommandations nationales ces dernières
3- de l’évolution des modalités de prise en charge des                     années (2003, 2006 et 2010) au sein desquelles certains
    patients (développement des soins ambulatoires, rac-                   points restent encore non consensuels.
    courcissement des durées de séjour, augmentation du                     Comme dans le premier volet, les secteurs intervention-
    nombre de patients à risque…).                                     nels (blocs, plateaux techniques…) ont été exclus.
     En avril 2009, la SFHH a publié un premier volet de ces                En septembre 2010, l’élaboration du document Surveil-
recommandations concernant les précautions standard et                 ler et prévenir les infections associées aux soins a permis la
les précautions complémentaires de type contact.                       réactualisation de la troisième édition des 100 recomman-
     Ce document constitue le second volet de ces recom-               dations.
mandations, dont l’objectif est de réactualiser les recom-                  Dans ce contexte, une analyse approfondie, actualisée
mandations spécifiques pour les modes de transmission par              et argumentée de la littérature récente et des recommanda-
voie respiratoire : Air et Gouttelettes. La stratégie de préven-       tions en vigueur était nécessaire à l’élaboration d’un guide
tion de la transmission des infections par voie respiratoire a         simple et pratique pour les professionnels.
beaucoup évolué ces dernières années en raison :

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                          5
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
Les thématiques d’

nb :             20       nb :                     19            nb :                           18               nb :                             17               nb :                            16               nb :                             15
Prévention des infections Prévention des infections Risque infectieux                                           Surveiller et prévenir les                       Prévention des infections Recommandations
associées aux soins en     associées aux CCI pour fongique et travaux en                                        infections associées aux                         en EHPAD - Consensus      pour l’hygiène des
hospitalisation à domicile accès veineux            établissements de santé                                     soins                                            formalisé d’experts       mains
2012 - 72 p - 25 €       2012 - 88 p - 25 €                    2011 - 52 p - 25 €                               2010 - 198 p - 25 €                              2010 - 88 p - 25 €                                2009 - 98 p - 25 €

nb :             14       nb :                     13            nb :                           12               nb :                             11               nb :                            10               nb :                               9
Prévention de la         Surveillance et investi-              Surveillance et investi-                         Prévention des risques    Logistique hospitalière                                                  Évaluation des
transmission croisée :   gation : nouveaux enjeux              gation : nouveaux enjeux                         infectieux dans les labo- et hygiène                                                               pratiques en hygiène
précautions complé-      tome II                               tome I                                           ratoires d’analyses       2007 - 80 p - 20 €                                                       hospitalière
mentaires contact        2008 - 84 p 25 €                      2008 - 92 p - 25 €                               de biologie médicale                                                                               2006 - 80 p - 20 €
2009 - 80 p - 25 €                                                                                              2007 - 120 p - 20 €

nb :                 8    nb :                       7           nb :                             6              nb :                               5              nb :                               4             nb :                               3
Information des          Infections                            Prévention de l’acquisition Risques infectieux                                                    Maîtrise du risque                                Hygiéniste dans
patients exposés à un    nosocomiales virales                  et de la transmission       postopératoires                                                       infectieux en                                     les établissements
risque viral hémato-     2005 - 80 p - 20 €                    des germes respiratoires    2003 - 48 p - 20 €                                                    endoscopie digestive                              de santé
gène nosocomial                                                dans la mucoviscidose                                                                             2002 - 108 p - 20 €                               2001 - 64 p - 20 €
2006 - 68 p - 20 €                                             2004 - 56 p - 20 €

                                                                 Total de la commande :......................................................... € TTC (TVA : 2,1 %)

                                                                 ❑ M.               ❑ Mme                                      ❑ Mlle
                                                                 Nom ...................................................................................................... Prénom ..........................................................
                                                                 Profession ou fonction.............................................................................................................................................
                                                                 Email ................................................................................................................. Fax ........................................................
                                                                 Établissement, Société ...........................................................................................................................................
                                                                 (Seulement dans le cadre d’une facturation à l’établissement ou à la société)
                                                                 Adresse ............................................................................................................................................................................
nb :                 2    nb :                       1
                                                                 ...............................................................................................................................................................................................
Hygiéniste dans          Le manuel du Clin Un    Code Postal ............................ Ville .................................................................................. Pays................................
les établissements       outil pour une démarche
de santé                 qualité                 Ce bulletin doit impérativement être accompagné d’un chèque ou d’un bon de com-
2001 - 64 p - 20 €       2001 - 92 p - 20 €                      mande à en-tête de l’établissement payeur.
                                                                      À renvoyer à : Health & Co - BP 14 – 69141 Rillieux cedex

       également disponible sur www.hygienes.net
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
Participants

Partenaires
y   Centre national de référence mycobactéries et résistance aux antituberculeux (CNR-MyRMA)
y   Groupe d’études sur le risque d’exposition des soignants (GERES)
y   Haut Conseil de la santé publique (HCSP)
y   Société française de microbiologie (SFM)
y   Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF)
y   Société de pneumologie de langue française (SPLF)
y   Société de réanimation de langue française (SRLF)

L’ensemble du travail a été coordonné par le Dr Anne Berger-Carbonne, praticien hygiéniste, Hôpital européen Georges-
Pompidou, Paris et Mme Béatrice Croze, infirmière hygiéniste, centre hospitalier de Valence.

La recherche bibliographique a été réalisée par Mme Karin Lebascle, documentaliste CCLIN Paris Nord. La bibliographie cor-
respondant à chaque chapitre est référencée à la fin de celui-ci.

La SF2H tient à remercier les membres du groupe de travail et du groupe de lecture dont les noms suivent :

Groupe de travail
                                                           Ingénieur spécialiste
Isabelle Balty                            INRS                                                  Paris
                                                           des risques biologiques
                                                           Ingénieur spécialiste
Marie-Cécile Bayeux-Dunglas               INRS                                                  Paris
                                                           des risques biologiques
Anne Berger-Carbonne                      SF2H             Médecin hygiéniste                   Paris              Pilote
Philippe Berthelot                        SF2H             Médecin hygiéniste                   Saint-Étienne
Hervé Blanchard                           SF2H             Médecin hygiéniste                   Paris              Méthodologie
Béatrice Croze                            SF2H             Infirmière hygiéniste                Valence            Copilote
                                                           Médecin infectiologue
Sandra Fournier                           SPILF                                                 Paris
                                                           et hygiéniste
                                                           Médecin microbiologiste
Vincent Jarlier                       CNR-MyRMA                                                 Paris
                                                           et hygiéniste
Bruno Jarrige                             SF2H             Médecin hygiéniste                   Pointe-à-Pitre
Marie-Jeanne Kosmann                     GERES             Cadre hygiéniste                     Paris
Danièle Landriu                           SF2H             Cadre hygiéniste                     Paris
Karin Lebascle                            SF2H             Documentaliste                       Paris
Christian Rabaud                          SPILF            Médecin infectiologue                Nancy
Loïc Simon                                SF2H             Pharmacien hygiéniste                Nancy

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                  7
Air ou gouttelettes Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire : Hygienes
PARTICIPANTS

    Groupe de lecture
     Dominique Abiteboul                         Médecin du travail                               ETS        Paris
     Ludwig Serge Aho Glélé        SF2H          Médecin hygiéniste                               ARLIN      Dijon
     Serge Alfandari               SPILF         Médecin hygiéniste et infectiologue              ETS        Tourcoing
     Nathalie Armand                             Pharmacien hygiéniste                            EHPAD      Valence
     Anne Bergeron-Lafaurie        SPLF          Médecin pneumologue                              ETS        Saint-Louis
     Claude Bernet                               Médecin hygiéniste                               CCLIN      Lyon
     Karine Blanckaert                           Médecin hygiéniste                               ARLIN      Lille
     Élisabeth Bouvet              GERES         Médecin infectiologue                            ETS        Paris
     Pascale Chaize                              Cadre de santé hygiéniste                        ETS        Montpellier
     Michaël Darmon                SRLF          Médecin réanimateur                              ETS        Saint-Étienne
     Bertrand Dauzenberg                         Médecin pneumologue                              ETS        Paris
     Monique Duviquet                            Médecin gériatre                                 ETS        Paris
     Martine Erb                   SF2H          Cadre de santé hygiéniste                        ETS        Lille
     Marie-Alix Erztscheid                       Infirmière hygiéniste                            CCLIN      Rennes
     Philippe Fraisse                            Médecin pneumologue                              CLAT       Strasbourg
     Kristia Gheno                               Infirmière hygiéniste                            ETS        Tullins
     Bruno Grandbastien            HCSP          Médecin hygiéniste                               ETS        Lille
     Didier Gruson                               Médecin réanimateur                              ETS        Bordeaux
     Joseph Hajjar                               Médecin hygiéniste                               ETS        Valence
     Olivier Jonquet                             Médecin réanimateur                              ETS        Montpellier
     Olivia Keita-Perse            SF2H          Médecin hygiéniste                               ETS        Monaco
     Isabelle Le Guinche                         Cadre supérieur de santé hygiéniste              ETS        Paris
     Didier Lepelletier            SF2H          Médecin hygiéniste                               ETS        Nantes
     Jean-Christophe Lucet         SF2H          Médecin hygiéniste                               ETS        Paris
     Jean-Marc Naccache                          Médecin pneumologue                              ETS        Paris
     Nathalie Maubourguet          FFAMCO        Médecin coordonateur                             EHPAD      Bordeaux
     Béatrice Quinet                             Médecin pédiatre                                 ETS        Paris
     Anne-Marie Rogues                           Médecin hygiéniste                               ETS        Bordeaux
     Anne Savey                    SF2H          Médecin hygiéniste                               CCLIN      Lyon
                                                                                                             Poissy-
     Jean-Christophe Séguier                     Médecin hygiéniste                               ETS
                                                                                                             Saint Germain-en-Laye
     Pierre Tattevin                             Médecin réanimateur et infectiologue             ETS        Rennes
     Sylvie Touche                               Médecin du travail                               ETS        Reims
     Sophie Van de Steene                        Pharmacien hygiéniste                            ARLIN      Toulouse
     Xavier Verdeil                              Médecin hygiéniste                               ETS        Toulouse
     Jean-Ralph Zahar              SF2H          Médecin hygiéniste                               ETS        Paris
     Daniel Zaro-Goni              SF2H          Cadre supérieur de santé hygiéniste              CCLIN      Bordeaux

8                          PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
Sigles et abréviations

              AP-HP           Assistance publique - Hôpitaux de Paris
              APR             Appareil de protection respiratoire
              ARLIN           Antenne régionale de lutte contre les infections nosocomiales
              ASPC            Agence de la santé publique du Canada
              BAAR            Bacille acido-alcoolo-résistant
              BMR             Bactéries multirésistantes aux antibiotiques
              CCLIN           Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales
              CDC             Centers for diseases control and prevention
              CLAT            Centre de lutte antituberculeuse
              CNR             Centre national de référence
              CSHPF           Conseil supérieur d’hygiène publique de France
              CTIN            Comité technique des infections nosocomiales
              CTINILS         Comité technique des infections nosocomiales et infections liées aux soins
              DAOM            Déchets assimilés aux ordures ménagères
              EFB             Efficacité de filtration bactérienne
              EFR             Explorations fonctionnelles respiratoires
              EHPAD           Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes
              EOH             Équipe opérationnelle en hygiène
              FFP             Filtering facepiece particles
              GERES           Groupe d’études sur le risque d’exposition des soignants
              HAS             Haute Autorité de santé
              HCSP            Haut Conseil de la santé publique
              INPES           Institut national de prévention et d’éducation pour la santé
              INRS            Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents
                              du travail et des maladies professionnelles
              InVS            Institut de veille sanitaire
              ITL             Infection tuberculeuse latente
              LBA             Lavage broncho-alvéolaire
              MDR             Multi-drug-resistant
              ONBDT           Œuvre nationale belge de défense contre la tuberculose et les maladies respiratoires
              PCR             Polymerase chain reaction
              PHA             Produit hydroalcoolique
              RPC             Recommandations pour la pratique clinique
              SRAS            Syndrome respiratoire aigu sévère
              TB              Tuberculose
              VIH             Virus de l’immunodéficience humaine
              VNI             Ventilation non invasive
              VRS             Virus respiratoire syncytial
              VZV             Varicelle-zona virus

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                     9
DU NOUVEAU
        pour la douche pré-opératoire du patient.
                                           Découvrez le savon antiseptique
                                           Dermanios Scrub Chlorhexidine 4%.

                                                                                                                                               30 ml
                                                                                                                                       Un conditionnement
                                                                                                                                         adapté pour un
                                                                                                                                          usage unique.

                                                                                                                                                    Egalement disponible :
                                                                                                                                                              Protocole à
                                                                                                                                                    destination du patient.

        Les Laboratoires Anios ont développé un conditionnement
        adapté à usage unique pour la douche pré-opératoire du
        patient.
        30 ml suffisent pour effectuer une douche pré-opératoire
        efficace et réduire la colonisation bactérienne.

        Formulation sur base chlorhexidine (4%). Bactéricide : EN 1040, prEN 13727 -
        lavage hygiénique (BMR) - EN 1499 - EN 12791. Activité levuricide : EN 1275, EN 1650.
        Actif sur BVDV (virus modèle HCV), Herpès virus, PRV (virus modèle HBV)
        et Rotavirus selon EN 14476+A1.
PROTO

                                                                                                                                        Pavé du Moulin - 59260 Lille-Hellemmes - FRANCE
        Dangereux - respectez les précautions d’emploi (Etablies selon la directive 99/45/CE et ses adaptations).                             Tél. +33 3 20 67 67 67 - Fax +33 3 20 67 67 68
        Utilisez les biocides avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l’étiquette et les informations concernant le produit.                                        www.anios.com
Contexte et méthodologie

Méthode Recommandations                                                La phase de travail préliminaire
pour la pratique clinique                                                   Elle a consisté à juger l’opportunité du processus, à choi-
                                                                       sir la méthode, à définir les questions et à désigner les par-
    Ces recommandations ont été élaborées en respectant                ticipants.
la méthode décrite dans le guide des Recommandations                        Le travail d’élaboration de ces recommandations
pour la pratique clinique – Base méthodologique pour la réa-           explore la place des précautions standard et complémen-
lisation en France publié par la Haute Autorité de santé (HAS)         taires de type « respiratoire » applicables dans tout établis-
en 2010.                                                               sement ou lieu de soin y compris le domicile.
    Les recommandations de bonne pratique sont définies                     Les questions suivantes permettent de délimiter le péri-
comme « des propositions développées selon une méthode                 mètre du guide :
explicite pour aider le praticien et le patient à rechercher les       y Quelles mesures doivent être prises pour prévenir la
soins les plus appropriés dans des circonstances cliniques don-        transmission d’un microorganisme par voie respiratoire à
nées ».                                                                un patient, un soignant ou un visiteur en toutes circons-
    La méthode Recommandations pour la pratique cli-                   tances quel que soit son statut infectieux et qu’il soit connu
nique (RPC) est l’une des méthodes utilisées par la Haute              ou non ?
Autorité de santé pour élaborer des recommandations de                 y Quelles mesures spécifiques doivent être prises pour maî-
bonne pratique. Elle repose d’une part, sur l’analyse et la            triser la transmission croisée par voie respiratoire selon le
synthèse critiques de la littérature médicale disponible et            microorganisme ?
d’autre part, sur l’avis d’un groupe multidisciplinaire de pro-        y Quand peut-on lever les mesures « barrières » en fonction
fessionnels concernés par le thème des recommandations.                du microorganisme ?
    La méthode RPC a été choisie car :
y le thème à traiter est vaste et se décline en de nom-                La phase d’élaboration
breuses questions et sous-questions. La rédaction des                  des recommandations
recommandations repose sur un travail prolongé ;                           Elle a compris une analyse de la littérature médicale, la
y le travail consiste à faire une synthèse de données mul-             prise en compte d’avis d’experts et la rédaction des recom-
tiples et dispersées et non pas à résoudre une controverse.            mandations.
Ce travail permet de définir une stratégie médicale optimale               Chaque article sélectionné est analysé, selon les prin-
en fonction de l’état actuel de « l’art », précisant ce qui est        cipes de lecture critique de la littérature à l’aide de grilles
approprié et ce qui ne l’est pas et ce qui doit faire l’objet          de lecture, ce qui permet d’affecter à chacun un niveau de
d’études complémentaires.                                              preuve scientifique. Selon le niveau de preuve des études
    Conformément à la méthode RPC, les trois phases ont                sur lesquelles elles sont fondées, les recommandations ont
été :                                                                  un grade variable, coté de A à C selon l’échelle proposée
                                                                       par la HAS :

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                          11
CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE

     Tableau I - Gradation des recommandations.

            Niveau de preuve scientifique fourni par la littérature                          Grade des recommandations
       Niveau 1
       - Essais comparatifs randomisés de forte puissance                                                   A
       - Méta-analyse d’essais comparatifs randomisés                                           Preuve scientifique établie
       - Analyse de décision basée sur des études bien menées
       Niveau 2
       - Essais comparatifs randomisés de faible puissance                                                B
       - Etudes comparatives non randomisées bien menées                                        Présomption scientifique
       - Etudes de cohorte
       Niveau 3
       - Etudes cas témoins
                                                                                                            C
       Niveau 4
                                                                                                 Faible niveau de preuve
       - Études comparatives comportant des biais importants                                    ou sur un accord d’experts
       - Études rétrospectives
       - Séries de cas

          Gradation des recommandations (Tableau I)                           des réponses du groupe de lecture dans l’intervalle [5 –
          Chaque recommandation est suivie dans le texte par                  9]), le groupe de travail discute de la pertinence des com-
     un rappel des recommandations existantes avec leurs réfé-                mentaires et modifie s’il y a lieu la recommandation. Si
     rences bibliographiques et leurs niveaux de preuve et d’une              les débats en réunion font apparaître des divergences de
     analyse critique de la littérature récente.                              points de vue, un vote en séance du groupe de travail doit
          Les références bibliographiques internationales sont                confirmer l’abandon ou la formulation finale de la recom-
     regroupées dans le chapitre bibliographie.                               mandation modifiée.
          Les recommandations sont ensuite soumises à la cota-                  Le groupe de lecture est également destinataire de l’en-
     tion par un groupe de lecture. Cette cotation est comprise            semble du document. Au-delà de la cotation des recom-
     entre 1 (désaccord total) et 9 (accord total), elle est réalisée      mandations, son rôle est d’effectuer une lecture critique,
     à l’aide d’une grille de lecture.                                     d’apporter des informations complémentaires et un éclai-
          La rédaction de la version finale se fait au cours d’une         rage d’expert sur l’applicabilité des recommandations. Seuls
     dernière réunion du groupe de travail après analyse des               les commentaires, ajouts, suggestions, remarques systéma-
     cotations et commentaires du groupe de relecture, les                 tiquement étayés par des références ont été pris en consi-
     recommandations initiales sont modifiées selon les règles             dération et soumis au groupe des experts.
     suivantes :
     y recommandations fondées sur un niveau de preuve élevé               La phase de diffusion
     (grade A ou B) :                                                          qui comporte l’élaboration d’un plan de diffusion, l’édi-
        - prise en compte des commentaires pertinents pour                 tion des documents de recommandations, la mise en appli-
        améliorer la forme ;                                               cation des recommandations et la mesure de leur impact.
        - modifications sur le fond, s’il y a lieu, en fonction des
        données fournies avec modification du grade de la
        recommandation si nécessaire ;                                     Recherche documentaire
     y recommandations fondées sur un faible niveau de preuve
     (grade C) ou sur un accord d’experts :                                   La recherche a porté sur les sujets et les types d’études
        - lorsque le groupe de lecture confirme le caractère               définis en accord avec le groupe de travail et a été limitée
        approprié de la recommandation (≥ 90 % des réponses                aux publications en langues anglaise et française.
        du groupe de lecture dans l’intervalle [5 – 9]), la recom-
        mandation est conservée et les commentaires pertinents             Sources
        sont pris en compte pour améliorer la forme ;                          Les sources suivantes ont été interrogées :
        - lorsque le groupe de lecture est plus largement indécis          y pour la littérature internationale :
        ou en désaccord avec la recommandation initiale (< 90 %              - Medline (National Library of Medicine, États-Unis)

12                            PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE

  - Embase                                                                Cette recherche a été complétée par la bibliographie
  - National Guideline Clearinghouse (Agency for Healthcare            des experts et les références citées dans les documents
  Research and Quality)                                                analysés.
  - Cochrane Library
y pour la littérature francophone :                                    Stratégie de recherche
  - NosoBase                                                               La stratégie de recherche dans les bases de données
  - BDSP (Banque de données en santé publique)                         bibliographiques est construite en utilisant, pour chaque
  - Pascal                                                             sujet, soit des termes issus de thésaurus (descripteurs), soit
  - les sites Internet des sociétés savantes compétentes               des termes libres (du titre ou du résumé). Ils sont combinés
  dans le domaine étudié                                               avec les termes décrivant les types d’études.

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                        13
LE                                         NETTOYAGE
                   LA           BIO                            DÉSINFECTION
                                                               99,9 % Biodégradable
                                                               Applicable sur toutes les surfaces
                                                               Efficace sur bactéries, fongiques et spores
                                                               Ne créé pas de résistance de germe

 On ne désinfecte bien que ce qui est propre

C’est sur ce constat simple qu’OXY’PHARM, leader
dans la désinfection automatisée des surfaces, a déve-
loppé une gamme de détergents naturels non ionique.

La solution de BIO-Nettoyage d’Oxy’Pharm :                                    Biosweep
                                                                              Solution
                                                                           nettoyante et
                                                                         dégraissante prête
                                                                             à l’emploi
                                                                           Ready-to-use
                                                                           cleaning and
                                                                            degreasing
                                                                              solution
                                                                                              S

Le nettoyage : utiliser les produits détergents biodégra-
                                                                  BIOSWEEP S®                                Biosweep
                                                                                                            Solution

                                                                                                                             Z    BIOMOP®
dables BIOSWEEP S , BIOSWEEP Z (enzymatique) et/ou
                                                                                                         enzymatique

                     ®               ®
                                                                                                         nettoyante et
                                                                                                      dégraissante prête à
                                                                                                            l’emploi
                                                                                                         Ready-to-use
                                                                                                      enzymatic cleaning
                                                                                                        and degreasing
                                                                                                            solution

BIOMOP® (pour les sols) pour nettoyer les surfaces de la                                          BIOSWEEP Z®
pièce concernée. Cette action permet d'éliminer les salis-

sures et une partie des micro-organismes (bio film

présents sur les surfaces).

La désinfection : utiliser le produit de désinfection biodé-

gradable NOCOLYSE+® en associant avec l’appareil de
                                                                    NOCOLYSE® +
                                                                                                      +

diffusion NOCOSPRAY®. Cette action de désinfection des

surfaces par voie automatique permet de détruire les

micro-organismes présents sur toutes les surfaces,

même les plus cachées et surtout sans aucune corrosion.                                                                          NOCOSPRAY®

                                                        917 rue Marcel Paul • 94500 Champigny-sur-Marne
                                                        Tel 01 48 82 58 29 • Email commercial@oxypharm.net

                                                        www.oxypharm.net
Synthèse des recommandations

        Recommandations générales                                             Recommandations Gouttelettes
       pour toute personne qui tousse
                                                                         R4 Le personnel et le visiteur en contact avec un
    R0                                                                 patient suspect ou atteint de pathologie à transmission
y   Couvrir le nez et la bouche avec un mouchoir à usage               respiratoire Gouttelettes portent un masque chirurgical
    unique, lors de toux, éternuement, écoulement nasal,               (dès l’entrée dans la chambre). A
    mouchage
y   Jeter immédiatement les mouchoirs après usage                        R5 Le patient suspect ou atteint de pathologie
y   En l’absence de mouchoir, tousser ou éternuer au                   à transmission respiratoire Gouttelettes doit être en
    niveau du coude (haut de la manche) plutôt que dans                chambre individuelle ou en secteur géographique
    les mains                                                          dédié. C
y   Réaliser une hygiène des mains après contact avec des
    sécrétions respiratoires ou des objets contaminés                    R6 Le patient suspect ou atteint de patholo-
y   Ne pas toucher les muqueuses (yeux, nez, bouche) avec              gie à transmission respiratoire Gouttelettes porte un
    des mains contaminées                                              masque chirurgical (dès l’entrée à l’hôpital, au service
y   En milieu de soins (visites, consultation…), porter un             des urgences, en consultation et lorsqu’il sort de sa
    masque chirurgical                                                 chambre). A

              Recommandations Air                                                     Recommandations
                                                                                    Tuberculose pulmonaire
  R1 Le personnel et le visiteur en contact avec un
patient suspect ou atteint de pathologie à transmission                 RT1 Devant une suspicion de tuberculose pulmonaire,
respiratoire Air portent un appareil de protection respi-              des précautions complémentaires Air doivent être mises
ratoire (avant l’entrée dans la chambre). A                            en place dès l’entrée dans l’établissement. A

  R2 Le patient suspect ou atteint de pathologie à                       RT2 Devant une suspicion de tuberculose pulmonaire,
transmission respiratoire Air doit être en chambre indi-               pour laquelle les examens microscopiques sont négatifs,
viduelle porte fermée. C                                               il est possible de lever les précautions complémentaires
                                                                       Air sauf si :
  R3 Le patient suspect ou atteint de pathologie à                     y la clinique et l’imagerie thoracique sont en faveur d’une
transmission respiratoire Air porte un masque chirurgi-                tuberculose pulmonaire active ;
cal (dès l’entrée à l’hôpital, au service des urgences, en             y le patient est au contact d’un sujet immunodéprimé
consultation et lorsqu’il sort de sa chambre). A                       (essentiellement VIH+ ou sous immuno-modulateurs) ;
                                                                       y il existe un risque de tuberculose multirésistante aux
                                                                       antibiotiques (RT5). C

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                     15
SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS

       RT3 Devant une suspicion de tuberculose pulmonaire,                 RT5 En cas de forte suspicion ou de diagnostic de
     il faut attendre d’avoir les résultats négatifs de trois exa-       tuberculose multirésistante aux antibiotiques, il faut
     mens microscopiques d’expectoration ou de tubage gas-               immédiatement mettre en place les précautions complé-
     trique avant de réaliser une fibroscopie bronchique. C              mentaires Air, et s’assurer de leur maintien pendant toute
                                                                         la durée de l’hospitalisation. C
       RT4 La durée des précautions Air en cas de tubercu-
     lose pulmonaire active contagieuse (examen microsco-                                  Recommandations
     pique positif ou conviction clinique) est d’au moins 15                               Grippe saisonnière
     jours à partir de la mise en route du traitement. C
                                                                           RG Devant une suspicion ou un diagnostic de grippe,
                                                                         les précautions complémentaires Gouttelettes doivent
                                                                         être mises en place, quel que soit le statut vaccinal du
                                                                         patient et du soignant vis-à-vis de la grippe. A

16                          PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
CHAPITRE I

                                       Politique générale

E
        n complément des précautions standard, certaines               Définition des précautions
        infections ou suspicions d’infections nécessitent la           standard d’hygiène
        mise en œuvre de précautions complémentaires
définies en fonction du microorganisme (réservoir, mode                     Les précautions standard représentent la base de la pré-
de transmission, résistance dans le milieu extérieur) et de            vention de la transmission croisée. Ces précautions initiale-
l’infection (localisation, contagiosité, gravité). Le maintien         ment mises en place pour la prévention de la transmission
dans le temps de ces mesures complémentaires dépend                    des hépatites virales et du VIH à partir de sang contaminé
également du microorganisme en cause et de la durée de                 sous la forme des précautions universelles ont été élargies
sa contagiosité.                                                       pour englober la plupart des situations de transmission de
     Il est fortement recommandé d’adjoindre des précau-               microorganismes lors des soins.
tions complémentaires de type respiratoire aux précautions                  Elles visent à éviter la transmission :
standard lors de la prise en charge d’un patient porteur de            y des virus hématogènes
microorganisme à transmission respiratoire (Tableau en                 y des flores des muqueuses, de la peau lésée et des pro-
annexe I).                                                             duits biologiques
     En cohérence avec les recommandations pour la pré-                y de la flore transitoire des mains
vention de la transmission croisée [Ref. SFHH 2009], pour              y de la flore oropharyngée du tousseur
leur part « précautions complémentaires contact », il est                   Elles regroupent plusieurs mesures « barrières » en
alors fortement recommandé d’utiliser la terminologie                  fonction de l’exposition (cf. circulaire DGS/DH n° 98-249 du
« précautions complémentaires de type respiratoire : Air ou            20 avril 1998 en annexe II). Les précautions standard ont été
Gouttelettes ».                                                        actualisées en 2009 dans les recommandations nationales
     La mise en œuvre des précautions complémentaires de               Prévention de la transmission croisée : précautions complé-
type respiratoire et leur interruption sont confirmées par             mentaires contact. Parmi les précautions standard décrites
prescription médicale et doivent faire l’objet d’une signa-            dans ce document, la recommandation suivante concerne
létique (porte de la chambre, dossier médical, dossier de              le risque de transmission respiratoire :
soin, prescription d’examens complémentaires, poste de
soins…).                                                                   R25
     Tout patient nécessitant les précautions complémen-                   « Lorsqu’un patient présente une toux supposée d’origine
taires de type respiratoire doit recevoir une information                  infectieuse, il est fortement recommandé de lui faire porter
précise sur la mise en place des mesures de prévention (jus-               un masque chirurgical :
tification et contenu). Cette information est également déli-              • dès l’admission en établissement ou lorsqu’il circule hors
vrée à la famille ou personne de confiance, si le patient n’est            de sa chambre en milieu de soins,
en mesure de comprendre.                                                   • dans une situation de soins à domicile, lorsqu’il est proche
     Tout visiteur doit recevoir une information avant tout                (moins de 1 mètre) d’autres personnes non protégées par
contact avec le patient relevant de précautions complé-                    un masque adapté. »
mentaires de type respiratoire.

PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
                                                                                                                                            17
I • POLITIQUE GÉNÉRALE

         Le guide Surveiller et prévenir les infections associées aux       R0
     soins du ministère de la Santé/HCSP/SFHH de 2010 reprend                      y Couvrir le nez et la bouche avec un mouchoir à
     la R25 du guide de 2009 dans la R35.                                          usage unique, lors de toux, éternuement, écoule-
                                                                                   ment nasal, mouchage
        R35                                                                        y Jeter immédiatement les mouchoirs après usage
        « Les soignants doivent systématiquement porter un masque                  y En l’absence de mouchoir, tousser ou éternuer
        chirurgical anti projection (norme EN14683) avec lunettes de               au niveau du coude (haut de la manche) plutôt
        sécurité ou masque visière lors de soins avec risque de pro-               que dans les mains
        jections de sang, de liquide biologique. Ces consignes s’ap-               y Réaliser une hygiène des mains après contact
        pliquent également aux visiteurs lorsqu’ils sont impliqués                 avec des sécrétions respiratoires ou des objets
        dans les soins. Le patient doit porter un masque chirurgical               contaminés
        (norme EN14683) dès qu’il sort de sa chambre lorsqu’il pré-                y Ne pas toucher les muqueuses (yeux, nez,
        sente une toux supposée d’origine infectieuse. »                           bouche) avec des mains contaminées
                                                                                   y En milieu de soins (visites, consultation…), por-
          Par ailleurs, dans la R36, il recommande le port d’appa-                 ter un masque chirurgical
     reil de protection respiratoire (APR) systématique lors des
     manœuvres invasives.

        R36
        « Les soignants et les visiteurs doivent porter un APR de
        type FFP (FFP1 ou FFP2) à usage unique répondant aux
        critères de la norme EN 149 en cas de risque d’exposition à
        des microorganismes transmissibles par voie aérosol. Lors
        de manœuvres invasives, en cas de risque d’exposition à
        certains microorganismes transmissibles par voie gout-
        telettes ou air, les soignants portent un APR de type FFP
        (FFP1 ou FFP2) à usage unique répondant aux critères de
        la norme EN 149. »

       Ce document rappelle également le bon usage du                     Accueil d’un patient présentant
     masque :                                                             des signes respiratoires
        R37                                                                   Il est recommandé que ce patient soit installé dans un
        « Le masque doit toujours être porté en couvrant le nez, le       box ou à distance des autres patients s’il doit attendre.
        menton et la bouche et doit être appliqué hermétiquement              Il est recommandé de lui fournir : mouchoirs en papier,
        sur le visage. Il ne doit pas être repositionné ou porté en       masques chirurgicaux et PHA pour la période d’attente,
        collier. »                                                        pour tout transfert.
                                                                              Après la sortie du patient, l’aération et le bionettoyage
                                                                          du local sont recommandés.
     Recommandations générales
     pour toute personne qui tousse
                                                                          Conduite à tenir pour un soignant
     Recommandation R0                                                    présentant des signes respiratoires
         Toute personne (patient, soignant, visiteur) présentant
     des symptômes respiratoires (toux, expectorations, éter-                 Lorsqu’un soignant présente des symptômes respira-
     nuements…) doit respecter les mesures suivantes afin de              toires (toux, expectorations, éternuements…) sur son lieu
     limiter le risque de transmission à l’entourage d’agents bio-        de travail, il doit :
     logiques éventuellement présents dans les sécrétions res-            y Protéger les patients et ses collègues :
     piratoires. Cette recommandation est un rappel (Fiche INPES              - en portant un masque chirurgical dès l’apparition des
     en annexe III).                                                          signes cliniques

18                           PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE PAR VOIE RESPIRATOIRE : AIR OU GOUTTELETTES - HYGIÈNES - VOLUME XXI - N° 1
Vous pouvez aussi lire