FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris

 
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
FESTIVAL
  D’AUTOMNE
     À PARIS
  10 sept – 31 déc 2018

REVUE DE PRESSE
Hideto Iwaï
Wareware no moromoro (nos histoires...)
  Service presse :
  Christine Delterme – c.delterme@festival-automne.com
  Lucie Beraha – l.beraha@festival-automne.com
  Assistées de Violette Kamal – assistant.presse@festival-automne.com
  01 53 45 17 13
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
RADIO

Samedi 27 octobre 2018 :
France Culture / Une vie d’artiste / Aurélie Charon – de 23h à minuit
Invité : Hideto Iwaï.
à https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-dartiste/hideto-iwai-ancien-
hikikomori-arrive-a-gennevilliers

Lundi 26 novembre 2018 :
France Culture / La Dispute / Arnaud Laporte – de 19h à 20h
Sujet : Wareware no moromoro (nos histoires...) de Hideto Iwaï. Avec Philippe Chevilley,
Marie-José Sirach et Anna Siagalévitch.
à https://www.franceculture.fr/emissions/la-dispute/spectacle-vivant-soeurs-hideto-
iwai-wareware-no-moromoro-nos-histoires-crash-park-la-vie-dune-ile-et

Mardi 27 novembre 2018 :
France Inter / Le Nouveau Rendez-Vous / Laurent Goumarre – de 22h 23h
Invité : Hideto Iwaï.
à https://www.franceinter.fr/emissions/le-nouveau-rendez-vous/le-nouveau-rendez-
vous-27-novembre-2018
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
PRESSE
            Anousparis.fr – 22 août 2018

            Webthéâtre.fr – 29 août 2018

 Les Inrockuptibles Supplément – 5 septembre 2018

     Le Monde Supplément – 8 septembre 2018

          L’Humanité – 29 septembre 2018

             GenMag – Novembre 2018

           HDS mag – 1er novembre 2018

           La Terrasse – Novembre 2018

     Mouvement – Novembre / Décembre 2018

       A Nous Paris – 5 au 11 novembre 2018

    Télérama Sortir – du 7 au 11 novembre 2018

           Libération – 16 novembre 2018

        Lesinrocks.com – 22 novembre 2018

Richardmagalditrichet.tumblr.com – 24 novembre 2018

      Toutelaculture.com – 24 novembre 2018

 Unfauteuilpourlorchestre.com – 24 novembre 2018

         Anousparis.fr – 26 novembre 2018

          L’Humanité – 26 novembre 2018

          Le Parisien – 26 novembre 2018

          Mediapart.fr – 27 novembre 2018
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Nytimes.com – 29 novembre 2018

     Theatredublog.unblog.fr – 1er décembre 2018

Attractions-visuelles.wordpress.com – 2 décembre 2018

         Alorsalors.com – 12 décembre 2018

          Maculture.fr – 26 novembre 2018

          Théâtre(s) Magazine – Hiver 2018
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Accueil (https://www.anousparis.fr/) » A.Ecouter (https://www.anousparis.fr/a-ecouter/) » Le Festival d’Automne,
 un festival pluridisciplinaire Anousparis.fr – mercredi 22 août 2018

 Le Festival d’Automne, un
 festival pluridisciplinaire
 Depuis 1972, le Festival d’Automne (https://www.festival-automne.com/) rayonne sur Paris et
 en fait un événement incontournable. De septembre à décembre, ce sont 50 manifestations
 pluridisciplinaires (théâtre, musique, danse, arts plastiques et cinéma) d’artistes
 internationaux, dans 45 lieux partenaires : Centre Pompidou, Odéon, Théâtre de Gennevilliers,
 La Villette… A Nous Paris vous présente l’essentiel et se hâte de parcourir la capitale aux
 couleurs de l’automne.

Festival d’Automne – Théâtre
Festival d’Automne – Théâtre
Festival d’Automne – Arts Plastiques &
Performance

Toshiki Okada, « Five Days in March » © Misako Shimizu

Toshiki Okada, « Five Days in March » © Misako Shimizu

Avec une vingtaine d’artistes et une trentaine de spectacles, le Festival d’Automne fait la part
belle au théâtre.
AvecTomás
      une         Fidèle,
          vingtaine
          Saraceno,
                           le ©festival
                      d’artistes
                    Singapour     et une
                                Studio
                                         invite à nouveauJulien
                                           trentaine
                                       Tomás  Saraceno,de
                                                                  Gosselin
                                                          spectacles,
                                                        2015
                                                                             (https://www.festival-
                                                                      le Festival d’Automne fait la part
automne.com/edition-2018/julien-gosselin-le-pere)et
belle au théâtre. Fidèle, le festival invite à nouveauJulienSylvain
                                                                 GosselinCreuzevault
                                                                           (https://www.festival-
(https://www.festival-automne.com/edition-2018/sylvain-creuzevault-les-demons)
automne.com/edition-2018/julien-gosselin-le-pere)et Sylvain Creuzevault                      avec deux
    Le Festival d’Automne consacre une partie de sa programmation aux arts plastiques et à la
projets chacun présentés à la MC93 (https://www.anousparis.fr/lieu/mc93-maison-de-la-
(https://www.festival-automne.com/edition-2018/sylvain-creuzevault-les-demons)            avec deux
    performance dans trois lieux partenaires : les Beaux-Arts de Paris
culture-de-seine-saint-denis/)et
projets chacun présentés à la MC93 àl’Odéon     Théâtre de l’Europe
                                      (https://www.anousparis.fr/lieu/mc93-maison-de-la-
    (https://www.beauxartsparis.fr/fr/), le Palais de Tokyo (https://www.anousparis.fr/lieu/palais-
culture-de-seine-saint-denis/)et   àl’Odéon Théâtre de l’Europe Le festival participe
(https://www.anousparis.fr/lieu/lodeon-theatre-de-leurope/).
    de-tokyo/)et le CentQuatre (https://www.anousparis.fr/lieu/centquatre-paris/). Exposéeégalement
                                                                                           à la
(https://www.anousparis.fr/lieu/lodeon-theatre-de-leurope/).
au première  fois avecAlexander
    dernière Biennale                                           Le festival participe également
                                   Zeldin (https://www.festival-automne.com/edition-
                      de Lyon (http://www.biennaledelyon.com/mondes-flottants/les-
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Toshiki Okada, « Five Days in March » © Misako Shimizu

Toshiki Okada, « Five Days in March » © Misako Shimizu

Avec une vingtaine d’artistes et une trentaine de spectacles, le Festival d’Automne fait la part
belle au théâtre.
Avec une          Fidèle,
          vingtaine        le festival
                     d’artistes  et uneinvite à nouveauJulien
                                         trentaine            Gosselin
                                                   de spectacles,        (https://www.festival-
                                                                  le Festival d’Automne fait la part
automne.com/edition-2018/julien-gosselin-le-pere)et
belle au théâtre. Fidèle, le festival invite à nouveauJulienSylvain
                                                             GosselinCreuzevault
                                                                       (https://www.festival-
(https://www.festival-automne.com/edition-2018/sylvain-creuzevault-les-demons)
automne.com/edition-2018/julien-gosselin-le-pere)et Sylvain Creuzevault          avec deux
projets chacun présentés à la MC93 (https://www.anousparis.fr/lieu/mc93-maison-de-la-
(https://www.festival-automne.com/edition-2018/sylvain-creuzevault-les-demons) avec deux
culture-de-seine-saint-denis/)et àl’Odéon
projets chacun présentés à la MC93          Théâtre de l’Europe
                                    (https://www.anousparis.fr/lieu/mc93-maison-de-la-
culture-de-seine-saint-denis/)et àl’Odéon Théâtre de l’Europe Le festival participe également
(https://www.anousparis.fr/lieu/lodeon-theatre-de-leurope/).
(https://www.anousparis.fr/lieu/lodeon-theatre-de-leurope/).
au                                                            Le festival participe également
   première fois avecAlexander Zeldin (https://www.festival-automne.com/edition-
au première fois avecAlexander Zeldin
2018/alexander-zeldin-love)qui        (https://www.festival-automne.com/edition-
                                pour son  entrée offre son spectacle Love salué par la critique
2018/alexander-zeldin-love)qui
anglaise.                          pour
          Il raconte la cohabitation     son entrée
                                       forcée        offre son spectacle
                                               de 8 personnages   dans unLove salué
                                                                           centre   par la critique
                                                                                  d’hébergement
anglaise. Iljours
quelques      raconte la cohabitation
                  avant               forcée
                         Noël.Hideto Iwaï     de 8 personnages dans un centre d’hébergement
                                           (https://www.festival-automne.com/edition-
quelques jours avant Noël.Hideto Iwaï (https://www.festival-automne.com/edition-
2018/hideto-iwai-wareware-no-moromoro-nos-histoires),     nouveau venu également, en profite
2018/hideto-iwai-wareware-no-moromoro-nos-histoires),
pour réaliser son premier spectacle en français, Warewarenouveau venu également,
                                                           no moromoro           en profite
                                                                       (nos histoires…) ,
pour réaliser
inspiré       sondes
        de la vie  premier spectacle
                      participants,   en français,
                                     amateurs      Wareware no moromoro
                                              et professionnels,          (nos
                                                                 rencontrés   enhistoires…)
                                                                                  France et ,à
inspiré de la vie
Gennevilliers.  Dedes participants,
                   nombreux         amateurs
                              artistes       et professionnels,
                                       japonais sont à nouveaurencontrés
                                                                au festival,en
                                                                             telFrance et à Okada
                                                                                 que Toshiki
 Gennevilliers. De nombreux artistes japonais sont à nouveau au festival, tel que Toshiki Okada
(https://www.festival-automne.com/edition-2018/toshiki-okada-pratthana-a-portrait-of-
possession) auCentre Pompidou (https://www.anousparis.fr/lieu/centre-pompidou/), preuve
de sa relation privilégiée avec le Japon depuis de nombreuses années.

Programme Théâtre (https://www.festival-automne.com/edition-2018?filter-discipline=5&filter-
month=&filter-portrait=)

Festival d’Automne – Danse
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Webtheatre.fr – Mercredi 29 août 2018
Le festival d’automne 47ème édition                                                                           30/08/2018 10:10

          WebThéâtre : Actualité des spectacles, théâtre, opéra,                https://webtheatre.fr/Le-festival-d-
          musique, danse - Paris                                                                  automne-47eme

                                 Le festival d’automne 47ème édition
                                 Le festin de la rentrée
                                 mercredi, 29 août 2018

          Fidèle à lui-même, c’est-à-dire pluridisciplinaire, international, attentif à ce qui nait et fait remous,
          le Festival d’automne occupe une place de choix dans le panorama théâtral de la rentrée et
          désormais s’éclate au-delà de l’octroi. C’est ainsi que pour cette nouvelle édition ( 12 septembre -
          31 décembre) et par le jeu de ses partenariats, il s’affiche notamment à Bobigny (MC93),
          Aubervilliers (Théâtre de la Commune), Gennevilliers (T2G) et aussi au Théâtre Nanterre
          Amandiers où l’on pourra revoir ou découvrir Rêve et folie de Georg Trakl, l’ultime spectacle de ce
          quasi pensionnaire du Festival d’Automne qu’est Claude Régy , maître d’expériences radicales aux
          confins du langage et qui pour définir ce qui l’obsède cite Nathalie Sarraute qui, dans son ouvrage
          L’Ere du soupçon écrit « Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste
          que les mots ».
          De quelques fidélités
          Au chapitre des fidélités, on retrouve cette saison Julien Gosselin qui se plait à organiser de
          longues traversées multimédia autour des œuvres littéraires. Ce sera celle de huit heures créée au
          Festival d’Avignon qui propose une lecture croisée de l’œuvre de l’écrivain américain Don De Lillo (
          Joueurs, Mao II, Les Noms à L’Odéon) et une forme brève à la MC93, « Père » d’après « L’Homme
          incertain » de Stéphanie Chaillou.
          C’est également avec deux créations que revient Sylvain Creuzevault. : Les Démons d’après
          Dostoïevski, vertigineuse fresque politique et philosophique tisonnée dans « l’intention de dresser
          entre révolution et spiritualité une dialectique du rire et de l’effroi » et pour laquelle le metteur en
          scène a demandé à Valérie Dréville et Nicolas Bauchaud de rejoindre sa troupe d’acteurs (Théâtre
          de l’Odéon). Puis ce sera Les Tourments , spectacle composé de courtes pièces de Jack London et
          Stéphane Mallarmé que Sylvain Creuzevault qualifie de « peintures animées », de « natures
          vives » et envisagées, « pour redonner au théâtre sa force de consolation collective » (MC 93).

          Le retour de ce maître de la scène européenne qu’est Krystian Lupa est toujours un événement et
          c’est comme tel qu’est attendue sa dernière création Le Procès d’après Kafka, qui nous dit des
          choses non seulement sur l’état actuel de la Pologne, mais sur l’Europe (Théâtre de l’Odéon).
          Parmi les habitués, on retrouve avec plaisir le collectif flamand TGStan qui transgresse avec
          humour les conventions théâtrales, brouille les frontières entre l’art et la vie en mettant l’acteur au
          centre de son travail et de ses analyses. Ce sera avec Atelier et, en puisant dans l’œuvre de
          Bergman, avec Infidèles et La Répétition . Comme à son habitude la troupe prendra ses quartiers
          d’automne au Théâtre de La Bastille où l’on pourra, également dans le cadre du Festival, voir ou

https://webtheatre.fr/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=6258                                              Page 1 sur 3
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Le festival d’automne 47ème édition                                                                        30/08/2018 10:10

          revoir le magnifique spectacle du portugais Tiago Rodrigues, Sopro , une réflexion poétique sur la
          mémoire et le théâtre autour de ce personnage de l’ombre mais nécessaire qu’est le souffleur (voir
          l’article de Corinne Denailles https://webtheatre.fr/Sopro-de-Tiago-Rodrigues). C’est aussi autour
          de la mémoire, du théâtre et de la transmission que s’articule By heart spectacle présenté, lui, à
          l’Espace 1789 de Saint-Ouen.
          Tandis que le suisse Milo Rau , avec Reprise, Histoire(s) du théâtre , reconstitue l’enquête d’un fait
          divers – un meurtre homophobe – de manière à la fois documentaire et allégorique pour nous
          ramener à la naissance de la tragédie (Théâtre Nanterre Amandiers), Maxime Kurvers, metteur en
          scène et scénographe s’empare de la première tragédie connue du monde occidental, Les Perses
          d’Eschyle et emprunte à Nietzche pour nous livrer une méditation pointue sur la représentation
          théâtrale et l’acteur ( Naissance de la tragédie Théâtre de la Commune).
          Parmi les spectacles singuliers et hors normes, on ne peut ignorer Complete works : table top
          Shakespeare , conçu par le collectif anglais Forced Entertainment, qui propose, joué par un seul
          acteur sur un coin de table, avec salière, poivrier et autres accessoires comme personnages, une
          intégrale Shakespeare, soit 36 comédies et tragédies résumées en moins d’une heure . Il est à
          prévoir qu’il n’y a pas que les petits vernis qui, au siècle dernier, ont vu un Presqu’Hamlet du
          même tonneau joué par Gilles Privat sous la houlette de Dan Jemmett, qui seront alléchés par
          cette manière joyeusement inattendue de redécouvrir Shakespeare.

          « Je suis troublée par le désordre dans lequel on vit qui semble nous mener à la destruction,
          j’essaie de comprendre pourquoi ça se passe ainsi et comment ça pourrait être autrement. Alors
          j’ai voulu traiter ce questionnement par la poésie en parlant à un cheval avec des poèmes et des
          chansons » explique Laetitia Dosch qui, pour sa troisième création, Hate partage la scène avec un
          cheval. Avec ce spectacle, et ceux d’Emilie Rousset : Rencontre avec Pierre Pica , de Marion
          Sifert : Le Grand sommeil et de Géraldine Martineau La Petite sirène d’après Andersen , c’est la
          jeune création au féminin que nous fait découvrir le Festival d’Automne qui par ailleurs a choisi
          pour cette nouvelle édition de brosser, en quelque douze pièces chorégraphiques, le portrait
          d’Anne Teresa De Keersmaeker. Un second portrait est dédié au compositeur canadien Claude
          Vivier ( 1948-1983) qui fut un des disciples de Karlheinz Stockhausen. Parmi les cinq programmes
          qui constituent ce portrait, Kopernikus, un rituel des morts pour lequel il a lui-même écrit le livret
          et que l’on verra au Théâtre de la Ville-Espace Cardin en décembre.
          Japon : Le proche et le lointain
          C’est en ouvrant la focale de la tradition à la modernité que le Festival braque ses projecteurs sur
          le Japon. Ce sera d’abord avec deux spectacles Kabuki, forme théâtrale épique extrêmement
          raffinée et codée dont les origines remontent au XVIIème siècle. Dans le Kabuki - Ka, le chant ;
          Bu : la danse ; Ki : les arts de la scène, les rôles de femmes sont tenus par des hommes, des
          onnagatas dont l’art n’est pas de jouer une femme mais d’en suggérer l’essence. Au programme
          deux pièces classiques et populaires du répertoire interprétées par deux légendes vivantes du
          Kabuki contemporain : Na Kamura Shidô II et Kamamura Shinozuke II (Théâtre national de
          Chaillot).
          « La logique de la tradition est de se réécrire sans cesse au présent » explique Hiroshi Sugimoto,

https://webtheatre.fr/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=6258                                          Page 2 sur 3
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Le festival d’automne 47ème édition                                                                      30/08/2018 10:10

          artiste plasticien scénographe qui aime à explorer la tradition scénique de son pays. C’est le
          Kyôgen, pendant populaire et comique du Nô qu’il revisite avec Sambaso, danse divine interprété
          par trois générations de maîtres du kyôgen. A l’affiche également, côté danse Saburo Teshigawara
          et côté théâtre de jeunes artistes qui aiment à brouiller les pistes et les codes et sont
          représentatifs de la scène contemporaine japonaise. Parmi ceux-ci, Toshiki Okada, mais aussi,
          moins connus et à découvrir au Théâtre de Gennevilliers : Kurô Tanino( The Dark Master), Shû
          Matsui (Un fils formidable). Pour sa part, Hideto Iwaï qui s’attache à retracer avec humour les
          parcours singuliers des gens qu’il rencontre, présentera sa première création en français, inspirée
          de la vie des participants, professionnels et amateurs, rencontrés à Gennevilliers (Wareware no
          moromoro, Nos histoires).
          Il y aura à voir bien d’autres spectacles, inattendus, fascinants, bouleversants aptes à nous sortir
          de nos torpeurs puisque c’est au total une soixantaine de manifestations de théâtre, danse,
          musique, performances, installations plastiques, que nous propose cette 47ème édition dédiée à la
          mémoire de Pierre Bergé, « dont l’engagement auprès des artistes et de la création continue de
          nous guider » nous dit Emmanuel Demarcy-Mota, directeur du Festival d’Automne.

          Festival d’Automne à Paris du 12 septembre au 31 décembre
          Renseignements et réservations tel 01 53 45 17 17
          www.festival-automne.com

          Photos : « Dark master » (Kurô Tanino ©Takashi Horikawa, « Le Procès » Kafka/ Lupa © Magda
          Hueckel, « Hate » (Laetitia Dosh) © Dorothée Thebert Fillige

https://webtheatre.fr/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=6258                                        Page 3 sur 3
FESTIVAL D'AUTOMNE À PARIS - 10 sept - 31 déc 2018 - Festival d'Automne à Paris
Les Inrockuptibles Supplément – 5 septembre 2018

                                                     Focus Japon

   L’ÉTRANGER
DE GENNEVILLIERS
            Le metteur en scène HIDETO IWAÏ a vécu son adolescence
             en reclus avant de s’ouvrir à la vie des autres pour en faire
      son théâtre. A Gennevilliers, il a construit une pièce avec les habitants,
                  prolongeant l’expérience de l’écriture en partage.
POUR ÉVOQUER LA VIE DU                             Après une tentative de suicide               où il rend compte de son expérience
METTEUR EN SCÈNE HIDETO IWAÏ,                   avortée, sa crainte de mourir lui fait          d’hikikomori et partage sa passion pour
on se doit de remonter à l’époque               dire qu’il pourrait certainement vivre          les catcheurs masqués mexicains.
où il se vivait comme un étranger au            d’autres expériences que le cauchemar              Témoignant d’un bel humour au
monde. S’il n’a jamais été victime de           de cette solitude qu’il s’imposait dans la      regard de son parcours, ce premier
harcèlement de la part de ses petits            vie. Convaincu d’avoir à tuer une part          succès, qui vise aussi au poétique
camarades à l’école, c’est qu’il                de lui-même pour se libérer, il fait un         et à l’onirisme, décide de son avenir
se rangeait du côté des méchants,               premier pas vers les autres en réglant          et l’installe d’emblée dans la profession
ceux qui cherchent l’affrontement et            sans violence le problème de sa double          en tant qu’auteur, metteur en scène et
n’hésitent pas à frapper les autres au          personnalité. “Plutôt que m’évertuer à          acteur capable d’émouvoir autant que
moindre prétexte. Tentant de contrôler          vouloir en finir avec cette partie de moi       de faire rire. A suivre La Main, une
ses pulsions agressives, Hideto Iwaï            qui m’empêchait d’exister, je pense que la      pièce construite à partir d’interviews
développe par la suite un complexe de           décision qui m’a sauvé fut de m’en séparer      des membres de sa famille où il donne
culpabilité qui le fait passer du statut        en la laissant vivre sa vie. Aujourd’hui, je    au point de vue de sa mère autant
de gamin violent à celui d’enfant               demeure convaincu que cette part de moi         de place qu’au sien. Les réactions
angoissé vivant en permanence dans              est toujours enfermée dans ma chambre           positives du public l’incitent à
l’inquiétude d’être un danger pour              depuis que j’en suis sorti.”                    privilégier le réel comme un ancrage
autrui. Entre 16 et 20 ans, pour                   Suivre un cursus d’acteur lui permet         à son théâtre. “Au début, je me suis
protéger les autres de sa propre                de renouer avec le monde. Inscrit au            servi de mon histoire personnelle comme
cruauté, il devient incapable de sortir         Toho Gakuen College of Drama and                d’un matériau pour mes spectacles.
de sa chambre.                                  Music, une institution japonaise dédiée         Me délestant de ce poids d’année en année,
    Le cas de ce jeune homme dont               à une formation des comédiens suivant           je me suis ouvert à d’autres sujets
le père est chirurgien et la mère               les principes de l’Actors Studio et de          avec le même souci de m’inspirer du vécu
psychologue n’est pas isolé au Japon,           la méthode Stanislavski, il continue à          pour témoigner de l’existence des gens.”
où l’on classe dans la catégorie des            faire figure de rebelle quand il s’agit         Multipliant ses interventions dans
“hikikomori” les personnes souffrant            d’apprendre des autres. Sa découverte           des groupes de paroles ou organisant
de ce syndrome les menant à                     en 2002 du “théâtre calme”, cher à              des ateliers d’écriture, il dirige selon     son
un enfermement volontaire au cœur               l’auteur et metteur en scène tokyoïte           les mêmes principes plus d’une               (nos
du milieu familial. “Ma mère m’avait            Oriza Hirata, est une révélation. “Plus         vingtaine de spectacles aux quatre           pro
abonné à une chaîne du câble, je suis           qu’un accord intellectuel avec la théâtralité   coins du Japon. C’est après la               pou
devenu un passionné de catch et de sports       que je découvrais chez Oriza Hirata, la         découverte de l’un d’eux que Daniel          de t
violents. Je jouais à des jeux vidéo et         représentation de sa pièce Tokyo Notes          Jeanneteau, le directeur du Théâtre de       par
regardais aussi tous les films que je pouvais   m’a bouleversé à un point tel que j’ai          Gennevilliers, l’invite à une résidence      est
car j’avais l’ambition de devenir un jour       fondu en larmes au bout de trois minutes.”      en France pour concevoir un spectacle        secr
réalisateur de cinéma. Je voudrais préciser     Trouvant enfin un territoire où pouvoir         avec des citoyens de sa ville.               par
que la période pendant laquelle je suis resté   fendre l’armure, Hideto Iwaï crée sa               Ayant fait plusieurs séjours à            je tr
enfermé était surtout très douloureuse car      compagnie en 2003 et se lance dans              Gennevilliers depuis 2017, Hideto Iwaï       j’éta
j’avais toujours le désir de sortir de chez     l’écriture et l’interprétation de sa            commence par rencontrer les                  qu’o
moi, mais je n’y arrivais pas.”                 première pièce, Hikky Cancun Tornade,           habitants. Fruit de plusieurs ateliers,      un m

Les Inrockuptibles Festival d’Automne à Paris                       XXII
Focus Japon Théâtre

S

r

n

e,
                                                                                                                       Toru Hiraiwa

     son spectacle Wareware no moromoro          dans une telle entreprise. Mais plus             Wareware no moromoro (nos histoires…)
     (nos histoires…) réunit des acteurs         le temps passe et plus je me rends compte       Conception et mise en scène Hideto Iwaï,
                                                                                                 du 22 novembre au 3 décembre
     professionnels et des amateurs              que la différence de culture et la difficulté   au T2G-Théâtre de Gennevilliers,
     pour la mise en scène d’une série           de communiquer sont devenues des atouts         tél. 01 41 32 26 26,
     de textes-confessions écrits par les        au regard de la sincérité de nos échanges       www.theatre2gennevilliers.com
     participants. Tout l’art d’Hideto Iwaï      et du travail accompli. Mettre en scène         Spectacle présenté dans le cadre
                                                                                                 de Japonismes 2018
     est de transformer l’intime de ces          l’humanité de ces éclats de vie pour
     secrets qu’on lui confie en une fiction     en faire un spectacle est un projet             Festival d’Automne à Paris
     partagée. “C’est la première fois que       passionnant.” Cette volonté de réunir           Tél. 01 53 45 17 17,
                                                                                                 www.festival-automne.com
     je travaille hors du Japon. Au début,       l’art et la vie demeure toujours la
aï   j’étais intrigué et même étonné             raison première qui pousse Hideto Iwaï
     qu’on puisse avoir l’idée de demander à     à faire du théâtre. Patrick Sourd
     un metteur en scène japonais de se lancer   Propos traduits par Aurélien Estager

                                                                     XXIII                       Festival d’Automne à Paris Les Inrockuptibles
des talents éclectiques. Portraits de cinq jeunes artistes à ne pas manquer

              Marion Siéfert metSupplément
                         Le Monde l’enfance– 8àseptembre
                                                nu       2018

  E
             lle n’a pas l’air, comme ça,                    j’ai vu tout ce que l’on pouvait voir à                    en France pendant la saison 2018-2019,
             Marion Siéfert, longue liane                    l’époque, une autre vision du théâtre,                     et où, vêtue comme une sorte de
             brune et gracieuse, tête bien                   beaucoup plus performative, avec des                       Fantômette des années 2.0, elle joue, via

6 | festival d’automne
             faite et tête bien pleine, mais
   elle est gonflée. Ne pas trop se fier à sa
   douceur, son calme apparent. Quand
                                                             femmes fortes, qui prenaient la parole,
                                                             comme celles du collectif She She Pop,
                                                             l’actrice Sophie Rois ou la metteuse en
                                                                                                                        Facebook, avec la vie privée de ses spec-
                                                                                                                        tateurs. Pour Le Grand Sommeil, elle a
                                                                                                                        travaillé, au fil de longues improvisa-
                                                                                                                                                                                                                                   0123
                                                                                                                                                                                                                           SAMEDI 8 SEPTEMBRE 2018

   elle était petite, dans son enfance tra-                  scène Monika Gintersdorfer. »                              tions, avec sa cousine Jeanne, qui avait
   versée par le théâtre, elle s’est passion-                                                                           alors 11 ans, avec le désir de « libérer une
   née pour les sorcières. Vingt ans plus             Fantômette des années 2.0                                         énergie explosive et drôle ». Sur scène,
   tard, à 31 ans, elle signe son deuxième              Marion Siéfert va se former à l’Institut                        Jeanne est incarnée par l’étonnante dan-
   spectacle, Le Grand Sommeil, qui                   théâtral de Giessen, une école qui a peu                          seuse-performeuse Helena de Laurens.
   plonge dans la face cachée de l’enfance,
   avec ses fantasmes, ses peurs, son anar-
   chie, sa cruauté, son rapport au corps et
   même, oui, son obscénité.
                                                     Des scènes aux couleurs
                                                      à voir avec les conservatoires français.
                                                      « Le travail y est très libre, très axé sur la
                                                      création contemporaine, à la fois théori-
                                                      que et pratique. Là-bas, je n’ai plus été
                                                                                                                        Et ce n’est pas triste. p
                                                                                                                              fabienne darge

     « J’ai toujours voulu écrire, jouer,
   raconter des histoires, mais très vite, j’ai
   été heurtée par les rôles féminins dans le
   théâtre classique. » La jeune femme fait
                                                        du temps présent
                                                      stigmatisée comme “intello”, et je n’ai
                                                      plus eu besoin de cacher que j’avais fait
                                                      de la philosophie, de la musicologie et de
                                                      la littérature allemande. »
                                                                                                                      à voir
                                                                                                              le grand sommeil
                                                                                                                                                  ¶

   des études littéraires brillantes, décou-            C’est à Giessen que Marion Siéfert crée       du 7 au 17 novembre à La Commune,
   vre la littérature et la poésie allemandes,   Transdisciplinaire
                                                      son premier spectacle,et résolument
                                                                                  un objet scéni- contemporain,
                                                                                                          centre dramatique le Festival
                                                                                                                                national d’automne présente
   qui l’ont « beaucoup marquée », et part à          que déjà très culotté, qui s’appelle Deux      d’Aubervilliers ; du 20 au 22 novembre
   Berlin, au tournant de l’année 2010. « Là,       des
                                                      outalents
                                                          trois choseséclectiques.
                                                                       que je sais de vous,Portraits
                                                                                            tourne    de cinq      jeunesdeartistes
                                                                                                             à la Ménagerie      verre   à ne pas manquer
                                                                                                                                                                                    La performeuse Helena de Laurens dans « Le Grand Sommeil ». MARIO

          HidetoSiéfert
          Marion Iwaï ou  lal’enfance
                        met  ruée vers  l’autre
                                      à nu
                   tokyo (japon) - correspondance               à la violence paternelle dans sa jeu- expressions hai-hai, qui qualifie un bébé

EC
          lle n’a pas l’air, comme ça, j’ai vu nesse,            tout ceilqueest l’on  pouvaitagressif.
                                                                                  lui-même                      en France pendant
                                                                                                    voir à L’intérêt                   la saison
                                                                                                                              qui rampe,       et de2018-2019,
                                                                                                                                                       bye-bye, « au revoir »,
          Marion      Siéfert, longue
               omprendre          l’autreliane         l’époque,
                                                 et soi-        pour unelaautre
                                                                            scènevision
                                                                                     naît du
                                                                                           pendantthéâtre,cetteetréclu-
                                                                                                                    où, vêtue     comme
                                                                                                                              comme       uneune     sorte de du cycle de la
                                                                                                                                                métaphore
          brune et gracieuse, tête bien beaucoup plus performative, avec des Fantômette des années 2.0, elle joue, via
               même. Telle est la démarche sion. Les heures passées à regarder la naissance à la mort.
          faite et tête bien pleine, mais femmes fortes, qui prenaient la parole, Facebook, avec la vie privée de ses spec-
               d’Hideto
elle est gonflée.     Ne pasIwaï,
                              tropacteur,
                                     se fier àauteur
                                                 sa commeet télévision,           notamment
                                                                  celles du collectif     She She des Pop, program-
                                                                                                                tateurs. Pour SaLe première
                                                                                                                                    Grand Sommeil,pièce,elle
                                                                                                                                                           Hikky
                                                                                                                                                              a Cancun Tor-
douceur, son   metteur
                   calme en    scène de
                            apparent.         Wareware
                                           Quand       l’actricemes
                                                                  Sophiede Rois
                                                                             catch,ou d’arts
                                                                                       la metteusemartiaux       et des aunado,
                                                                                                         en travaillé,         fil deparle
                                                                                                                                        longuesd’un   jeune reclus qui aspire
                                                                                                                                                   improvisa-
   noétait
elle     moromoro
             petite, dans(nosson
                               histoires…),
                                  enfance tra-    sa pre-       matchs
                                                       scène Monika         de football» italiens, fonttions,
                                                                         Gintersdorfer.                           surgir      à cousine
                                                                                                                        avec sa    devenir Jeanne,lutteur
                                                                                                                                                      qui avaitprofessionnel.
   mière
versée      pièce
          par        en français,
              le théâtre,   elle s’estnée    de travaux une envie de faire des films.
                                         passion-                                                                             S’enchaînent
                                                                                                                alors 11 ans, avec  le désir deensuite
                                                                                                                                                 « libérer les
                                                                                                                                                            unecréations et les
néeréalisés
       pour leslors   d’ateliers
                  sorcières.   Vingt    ans plus Fantômette
                                   à Gennevilliers.                      des années
                                                                   Il reprend       ses 2.0
                                                                                         études pour intégrer                 collaborations.
                                                                                                                énergie explosive                   Il s’inspire
                                                                                                                                      et drôle ». Sur    scène, entre autres
tard,   à 31 ans,
   « J’aime        elle signe
              vraiment          son deuxième
                           interroger      les gens et je Marion    Siéfert va se et
                                                                l’université        former
                                                                                        suità l’Institut
                                                                                                 en parallèle   Jeanne
                                                                                                                     desest incarnée
                                                                                                                              d’Orizapar    l’étonnante
                                                                                                                                         Hirata            dan- du « shizuka
                                                                                                                                                  – l’initiateur
spectacle,      Le Grand
   veux continuer              Sommeil,
                         à le faire.    Je veux        théâtralcours
                                               quiparta-          de Giessen,     une école qui dans
                                                                         d’art dramatique            a peu unseuse-performeuse
                                                                                                                 centre na gekijo       Helena    de Laurens.
                                                                                                                                           » (théâtre    du silence) − dont il
plonge    danspeurs
   ger leurs     la faceetcachée
                            leursde    l’enfance,
                                    intérêts,          à voir avec
                                                  et ainsi             les conservatoires
                                                                culturel      local, où l’afrançais.
                                                                                                   inscrit saEtmère,
                                                                                                                   ce n’est pas triste. pen 2007 la compagnie, Seinen-
                                                                                                                              intègre
avec ses fantasmes, ses peurs, son anar- « Le travail y est très libre, très axé sur la                                                     fabienne darge
   écrire sur une variété de sujets », expli- conseillère psychologique l’ayant aidé à dan, pour travailler la mise en
chie, sa cruauté, son rapport au corps et création contemporaine, à la fois théori-
   que   le natif  de  Tokyo
même, oui, son obscénité.       aujourd’hui        âgé  de      trouver      ce    qui   pouvait
                                                       que et pratique. Là-bas, je n’ai plus été        le  « relier  au      scène.    Wareware        no moromoro est sa
  «44
    J’aians,  dont les
           toujours        créations
                        voulu    écrire, restent
                                            jouer, très         monde
                                                       stigmatisée         extérieur
                                                                        comme           ». « J’ai
                                                                                   “intello”,   et jeparticipé
                                                                                                        n’ai      à une seconde pièce présentée en France,
   inspirées
raconter         de son vécu
            des histoires,          d’« hikikomori
                             mais très    vite, j’ai plus » eucomédie
                                                                  besoin de musicale
                                                                               cacher queavec j’avaisun faitgroupe de           ¶
                                                                                                                              après Le Hikikomori sort de chez lui,
été[expérience
     heurtée par d’enfermement
                    les rôles fémininsvolontaire
                                           dans le de    etla philosophie,
                                                                femmes dans          la quarantaine
                                                                               de la musicologie      et de et la cin-        jouée   en mars 2018. p
                                                                                                                                   à voir
théâtre   classique. »pour
   de désintérêt         La jeune              fait la littérature
                                    femmeextérieur]
                              le monde                                  allemande.
                                                                quantaine.      » Le »déclic. « Quand j’ai com- le grand sommeil                             philippe mesmer
des   études   littéraires
   entre 16 et 20 ans.      brillantes,    décou-         C’est à Giessen    que   Marion   Siéfert    crée
                                                                mencé à faire du théâtre, j’ai découvert          du  7 au 17 novembre     à La Commune,
vre la littérature et la poésie allemandes, son premier                  spectacle,   un   objet    scéni-
                                                                que, pour la première fois, grâce à la fic-             centre dramatique      national
qui l’ont « beaucoup marquée », et part à que déjà très culotté, qui s’appelle Deux                              d’Aubervilliers ; du 20 au 22 novembre
   « Xénophobie »                                               tion, je pouvais sortir et apprendre                   ce
Berlin, au tournant de l’année 2010. « Là, ou trois choses que je sais de vous, tourne                                    à la Ménagerie de verre
   « La raison pour laquelle je suis resté à la              que les gens pensaient. »                                                           ¶
  maison n’était pas un cas habituel de                       Il crée en 2003 sa propre compagnie,                                            à voir
                                                                                                                                                   La performeuse Helena de Laurens dans « Le Grand Sommeil ». MARION SIÉFERT
  maltraitance, mais un cas extrême de                       dont il est longtemps l’unique membre,                           wareware no mor omor o
  xénophobie, une peur des gens », expli-                    se contentant de réunir ponctuelle-                                 (no s histoires…)

          Hideto Iwaï ou la ruée vers l’autre
  quait-il, en 2011, dans un entretien ac-
  cordé à la Fondation du Japon. Confronté
                                                             ment des équipes, toujours réduites.
                                                             Son nom : Hi-bye, une déclinaison des
                                                                                                                             du 22 novembre au 3 décembre
                                                                                                                             au T2G-Théâtre de Gennevilliers                                  Hideto Iwaï à Tokyo, en 2016, TORU HIRAIWA

             tokyo (japon) - correspondance               à la violence paternelle dans sa jeu- expressions hai-hai, qui qualifie un bébé
                                                          nesse, il est lui-même agressif. L’intérêt qui rampe, et de bye-bye, « au revoir »,

C Ola Maciejewska, l’art et la matière
            omprendre l’autre et soi- pour la scène naît pendant cette réclu- comme une métaphore du cycle de la
            même. Telle est la démarche sion. Les heures passées à regarder la naissance à la mort.
            d’Hideto Iwaï, acteur, auteur et télévision, notamment des program-                                   Sa première pièce, Hikky Cancun Tor-
            metteur en scène de Wareware mes de catch, d’arts martiaux et des nado, parle d’un jeune reclus qui aspire
no moromoro (nos histoires…), sa pre- matchs de football italiens, font surgir à devenir lutteur professionnel.

  P
mière pièceour    en français,
                      la premièrenée fois
                                       de travaux
                                            à l’afficheune du envieDance
                                                                       de faireConcert
                                                                                 des films.  est la quatrième   S’enchaînent
                                                                                                                    pièce Loïe ensuite    les:créations
                                                                                                                                     Fuller    Researchet(2011).
                                                                                                                                                             les « Toutes mes
réalisés lorsFestival
                   d’ateliersd’automne,
                                à Gennevilliers. la jeune   Il reprend
                                                                   d’Ola ses    études pour
                                                                           Maciejewska             intégrer
                                                                                               depuis           collaborations.
                                                                                                        2011. Celle qui a pièces  Il s’inspire
                                                                                                                                         ont un  entre autres
                                                                                                                                                   point     commun : j’y tra-
« J’aime vraiment interroger les gens et je l’université et suit en parallèle des d’Oriza Hirata – l’initiateur du « shizuka
                 chorégraphe Ola Maciejewska, commencé ses apprentissages en Pologne vaille toujours à partir ou avec un objet,
veux continuer à le faire. Je veux parta- cours d’art dramatique dans un centre na gekijo » (théâtre du silence) − dont il
                 34 ans, s’élance sur les traces du par la danse classique, la gymnastique et poursuit Ola Maciejewska. C’est pour
ger leurs peurs et leurs intérêts, et ainsi culturel local, où l’a inscrit sa mère, intègre en 2007 la compagnie, Seinen-
    musicien
écrire   sur une JohnvariétéCage    (1912-1992)
                              de sujets   », expli- et conseillère
                                                           du le folklore        à l’âge de
                                                                        psychologique           7 ans,aidé
                                                                                             l’ayant   avantà dedan,    pour cela
                                                                                                                  choisir            que j’ai la
                                                                                                                                travailler     eu envie
                                                                                                                                                   mise de   enfaire une recher-
que chorégraphe
      le natif de TokyoMerce      Cunningham
                            aujourd’hui     âgé de (1919- trouverplus     tardpouvait
                                                                     ce qui     la voie du  le contemporain
                                                                                                « relier au scène.à l’uni-    che sur
                                                                                                                         Wareware    no Loïe     Fuller est
                                                                                                                                           moromoro      et ses
                                                                                                                                                              sa robes. Elle est
442009)
    ans, dont danslessacréations
                         pièce Dance       Concert,
                                     restent    très pour monde versité
                                                                   extérieur d’Utrecht,     aime seàfrotter
                                                                               ». « J’ai participé       une àseconde         l’une
                                                                                                                 tous les pièce        des rares
                                                                                                                                   présentée      en chorégraphes
                                                                                                                                                      France,            à avoir
    trois danseuses.
inspirées      de son vécu  Elled’«utilise
                                   hikikomoriun appareil
                                                    » comédiestyles.         Elle se
                                                                      musicale     avecdéclare     aussi très
                                                                                           un groupe       de marquée         travaillé sort
                                                                                                                après Le Hikikomori         avecdedes   matières.
                                                                                                                                                     chez   lui,      Je compte
[expérience
    étrange, d’enfermement
                 équipé de deux     volontaire
                                       antennes,   et le thé-
                                                          femmespar  danslesla quarantaine
                                                                                arts visuels,et la       cin- jouée en
                                                                                                     l’architecture,    le mars  2018. p bien remettre ce rapport aux
                                                                                                                              d’ailleurs
de rémine,
     désintérêt l’unpour
                      desle   monde extérieur]
                          premiers       instrumentsquantaine.
                                                            de sport…   » Le déclic.
                                                                              « Mon «background
                                                                                         Quand j’ai com-  est changeant objets auphilippe   cœur demesmer
                                                                                                                                                      la danse. »
entre   16 et 20électronique,
    musique         ans.              créé à la fin mencé des àetfaire      du théâtre,
                                                                       ouvert,              j’ai découvert
                                                                                 souligne-t-elle.       J’ai toujours eu         Autour du thérémine, Ola Maciejewska
                                                          que, pour la première fois, grâce à la fic-
    années 1910, que Cage utilisa. Sa particu- envie de tout découvrir et je m’ennuyais invite une ronde de fantômes : John Cage
« Xénophobie »                                            tion, je pouvais sortir et apprendre ce
  «larité   : réagir
     La raison   pourmagnétiquement
                       laquelle je suis resté aux
                                                à la mou- que les gens    vite : c’est»pour cela sans doute que et Merce
                                                                   très pensaient.                                                     ¶      Cunningham, mais encore
    vements
maison            de pas
            n’était   ceuxunqui casbougent
                                     habituelautour
                                                  de        de
                                                            Il créel’histoire
                                                                     en 2003 de sa la           a nourri mon vocabu- l’Allemande
                                                                                       dansecompagnie,
                                                                                    propre                                        à voir Mary Wigman (1886-1973), le
    lui en produisant
maltraitance,        mais un des  sons
                                cas       entre de
                                      extrême     le violon        laire.
                                                          dont il est      Elle est un
                                                                       longtemps          de mes
                                                                                      l’unique      outils pour encore
                                                                                                  membre,             warewareJaponais
                                                                                                                                     no mor Kazuo
                                                                                                                                                omor Ohno
                                                                                                                                                       o       (1906-2010). Un
    et la scie une
xénophobie,        musicale.
                        peur des « Ce
                                   gens qui
                                          », m’intéresse,
                                             expli- se contentant  élargir ma de curiosité.     Sans compter que ma ( nobouquet
                                                                                   réunir ponctuelle-                                      d’univers contrastés réincarnés
                                                                                                                                s h istoires…)
quait-il,
    c’est laen façon
                 2011, dans
                         dontuncet entretien     ac- ment
                                        instrument        qui des       équipes,
                                                                   nostalgie    pourtoujours
                                                                                        le passéréduites.             du 22 novembre
                                                                                                   a aussi motivé cette       dans unau     3 décembre
                                                                                                                                           même    élan. p
cordé
    créeà laune
              Fondation   duchamp
                   sorte de    Japon. Confronté
                                          électrostatique Son nom     : Hi-bye, une
                                                                   fascination           déclinaison
                                                                                   permanente.       » des           au T2G-Théâtre de Gennevilliers rosita boisseau          Hideto Iwaï à Tokyo, en 2016, TORU HIRAIWA
   devient une métaphore de l’espace, du
   champ sensible et empathique qui en- Tissu virevoltant
   toure chacun, explique la chorégraphe,          En 2015, Bombyx Mori, trio présenté à la

        Ola Maciejewska, l’art et la matière
   qui a collaboré pour l’occasion avec Dorit Ménagerie de verre, à Paris, la révélait
   Chrysler, fondatrice de la Theremin dans une épatante relecture du travail de
   Society de New York. Danser autour, c’est tissu virevoltant de Loïe Fuller (1869-
                                                                                                                         ¶
                                                                                                                      à voir
                                                                                                               dance concert
   comme pénétrer dans une zone réglée par 1928), déjà présente dans sa pièce consa-                           du 3 au 6 octobre

P
         our la première
   un système   d’alarme.fois
                           » à l’affiche du Dancecrée
                                                  Concert  est la quatrième
                                                      à la figure                   Loïe Fuller : Research (2011).
                                                                             pièce intitulée
                                                                  de l’Art nouveau                                 « Toutes
                                                                                                             au Centre      mes
                                                                                                                          Pompidou                                                              « Dance Concert » (répétition), à Rotterdam. MARTIN ARGYROGLO
           Festival d’automne, la jeune             d’Ola Maciejewska depuis 2011. Celle qui a           pièces ont un point commun : j’y tra-
           chorégraphe Ola Maciejewska,             commencé ses apprentissages en Pologne               vaille toujours à partir ou avec un objet,
           34 ans, s’élance sur les traces du       par la danse classique, la gymnastique et            poursuit Ola Maciejewska. C’est pour
musicien John Cage (1912-1992) et du                le folklore à l’âge de 7 ans, avant de choisir       cela que j’ai eu envie de faire une recher-
chorégraphe Merce Cunningham (1919-                 plus tard la voie du contemporain à l’uni-           che sur Loïe Fuller et ses robes. Elle est
2009) dans sa pièce Dance Concert, pour             versité d’Utrecht, aime se frotter à tous les        l’une des rares chorégraphes à avoir
trois danseuses. Elle utilise un appareil           styles. Elle se déclare aussi très marquée           travaillé avec des matières. Je compte
étrange, équipé de deux antennes, le thé-           par les arts visuels, l’architecture, le             d’ailleurs bien remettre ce rapport aux
rémine, l’un des premiers instruments de            sport… « Mon background est changeant                objets au cœur de la danse. »
musique électronique, créé à la fin des             et ouvert, souligne-t-elle. J’ai toujours eu            Autour du thérémine, Ola Maciejewska
années 1910, que Cage utilisa. Sa particu-          envie de tout découvrir et je m’ennuyais             invite une ronde de fantômes : John Cage
larité : réagir magnétiquement aux mou-             très vite : c’est pour cela sans doute que           et Merce Cunningham, mais encore
vements de ceux qui bougent autour de               l’histoire de la danse a nourri mon vocabu-          l’Allemande Mary Wigman (1886-1973), le
lui en produisant des sons entre le violon          laire. Elle est un de mes outils pour encore         Japonais Kazuo Ohno (1906-2010). Un
et la scie musicale. « Ce qui m’intéresse,          élargir ma curiosité. Sans compter que ma            bouquet d’univers contrastés réincarnés
c’est la façon dont cet instrument qui              nostalgie pour le passé a aussi motivé cette         dans un même élan. p
crée une sorte de champ électrostatique             fascination permanente. »                                                         rosita boisseau
devient une métaphore de l’espace, du
Lesinrocks.com – 13 septembre 2018
Date : du 28 au 30
                                                                                                                                          septembre 2018
                                                                                                                                          Page de l'article : p.2
Pays : France
                                                                                                                                          Journaliste : EDMOND
Périodicité : Quotidien                 L’Humanité – du 28 au 30 septembre 2018
OJD : 35835
                                                                                                                           Date : du 28 au 30
                                                                                                                           septembre 2018
                                                                                                                           Page de l'article : p.25
     Pays : France
                                                                                                                           Journaliste : EDMOND GILLES
     Périodicité : Quotidien
     OJD : 35835

                                                                                                                                              Page 1/1

                                                                          Culture Savoirs
                                                                  Culture Savoirs
                                                                   PLURIDISCIPLINAIRE

                                                            PLURIDISCIPLINAIRE
                                                     Paris à l'heure
                                                    Parisjaponaise
                                                          à l'heure
                                                      japonaise
                                                  Danse, Théâtre, expositions... L'occasion de
                                             Danse, Théâtre, expositions... L'occasion de
                                             découvrir   des artistes du pays du Soleil-Levant
                                           découvrir des artistes du pays du Soleil-Levant

                                           CC
                                                  e n'est pas l'année
                                                       e n'est            du Japondu
                                                                   pas l'année         mais   presque.
                                                                                           Japon     maisOfficiel-
                                                                                                             presque. Officiel-
                                                  lement,    il  s'agit de   célébrer    les
                                                       lement, il s'agit de célébrer les 160 160   ans  de  l'amitié
                                                                                                                   ans de l'amitié
                                                  franco-japonaise. Peu importe. On parle de japo-
                                           nisme pourfranco-japonaise.                 Peu importe.
                                                         évoquer les liens, la curiosité                      On parle de japo-
                                                                                                 et la fascination
                                              nisme pour
                                           réciproques    entreévoquer
                                                                   les artisteslesdesliens,
                                                                                       deux la    curiosité
                                                                                              pays.   Metteursetenla fascination
                                              réciproques
                                           scène,  chorégraphes,   entre    les artistes
                                                                       musiciens,             des se
                                                                                      plasticiens   deux     pays. Metteurs en
                                                                                                       bousculent
                                           à Paris, que  ce  soit  à Chaillot,   au   Théâtre  de  Gennevilliers,
                                              scène, chorégraphes, musiciens, plasticiens se bousculent
                                           au théâtre de la Colline, au Théâtre de la Ville, au Palais
                                           de àTokyo,
                                                 Paris, àque      ce soit
                                                            la Halle    deàlaChaillot,       au Théâtre
                                                                                Villette (tout      savoir sur deles
                                                                                                                   Gennevilliers,
                                              au théâtre
                                           mangas              de la Colline,
                                                    avec « Manga-Tokyo            », à au   Théâtre
                                                                                       partir            de la Ville, au Palais
                                                                                              du 29 novembre),
                                           au de   Tokyo,
                                               musée   Guimet,    à qui
                                                                     la Halle
                                                                         célèbre de avecla« Villette       150e an-savoir sur les
                                                                                             Meiji » le (tout
                                           niversaire   de la   restauration     de
                                              mangas avec « Manga-Tokyo », à partir duMeiji,  une   époque     révo-
                                                                                                                  29 novembre),
                                           lutionnaire qui bouleversa les codes traditionnels japonais
                                              au  musée       Guimet,         qui   célèbre     avec
                                           (à partir du 17 octobre), aux Arts décoratifs, à la Maison
                                                                                                         «  Meiji     » le 150e an-
                                           de niversaire
                                               la culture dudeJapon,la restauration
                                                                             ou encore audePetit  Meiji,
                                                                                                       Palais,unequiépoque révo-
                                              lutionnaire
                                           consacre              qui bouleversa
                                                      une exposition        à Ite Jakuchu les codes
                                                                                               (1716 traditionnels
                                                                                                        1800) très         japonais
                                           brève  (un mois,
                                              (à partir    dujusqu'au       14 octobre)
                                                                 17 octobre),          aux enArtsraison  de la fra à la Maison
                                                                                                     décoratifs,
                                           gilité
                                              de des
                                                   la supports
                                                       culture sur    du lequel
                                                                          Japon,   peignait   l'artiste. au Petit Palais, qui
                                                                                        ou encore
                                            Le Festival d'automne consacre une grande partie de sa
                                              consacre une
                                           programmation        auxexposition
                                                                      metteurs en scène à Itejaponais.
                                                                                                JakuchuLe(1716   plus 1800) très
                                              brève
                                           connu       (un eux,
                                                   d'entre    mois,     jusqu'au
                                                                      Satoshi   Miyagi, 14 qui
                                                                                             octobre)
                                                                                                 présente, enenraison
                                                                                                                   ce     de la fra
                                              gilité àdes
                                           moment            supports
                                                        la Colline,           sur lequel
                                                                         Révélation,           peignaitLeonora
                                                                                           de l'autrice       l'artiste.
                                           MianoLe et,  à la Villette,
                                                    Festival              « son » Mahabharata,
                                                                   d'automne          consacre unemagique, grande partie de sa
                                           drôle et envoûtant, qui s'était donné au Festival d'Avignon
                                              programmation             aux     metteurs       en
                                           en 2014. Au T2G, Théâtre de Gennevilliers, Kuro Tanino,
                                                                                                    scène     japonais. Le plus
                                           Shuconnu
                                                Matsuid'entre
                                                         ou encoreeux, HidetoSatoshi
                                                                                Iwaï, trois  Miyagi,
                                                                                              figures dequi      présente, en ce
                                                                                                            la scène
                                              moment à la
                                           contemporaine             Colline,présentent
                                                                 japonaise,         Révélation, leurs de      l'autrice Leonora
                                                                                                        créations.
                                           Laissez-vous
                                              Miano et,porter  à la par    la curiosité...
                                                                      Villette,       « son• » Mahabharata, magique,
                                                                                 EDMOND GILLES
                                             drôle et envoûtant, qui s'était donné  au Festival d'Avignon
                                             en 2014.  Au T2G,  Théâtre  de  Gennevilliers,
                                           wwwfesnval-auTomnecom er www parismfocom          Kuro Tanino,
                                             Shu Matsui ou encore Hideto Iwaï, trois figures de la scène
                                             contemporaine japonaise, présentent leurs créations.
                                             Laissez-vous porter par la curiosité... •
                                                                                                             EDMOND GILLES

                                              wwwfesnval-auTomnecom er www parismfocom

     Tous droits réservés à l'éditeur                                                                                       AUTOMNE 0996215500506
GEN MAG                                                 Gen Mag – Novembre 2018
GENPays
    MAG : FR                                                                                                                                     Date : Novembre 2018
                                                                                                                                                 Page
                                                                                                                                              Date     de l'article2018
                                                                                                                                                   : Novembre        : p.29
Pays :Périodicité
       FR         : Mensuel
                                                                                                                                                 Journaliste
Périodicité : Mensuel                                                                                                                         Page  de l'article: : p.29
                                                                                                                                                                    JEAN-MICHEL
                                                                                                                                                 MASQUÉ: JEAN-MICHEL
                                                                                                                                              Journaliste
                                                                                                                                              MASQUÉ

                                                                                                                                                                      Page 1/1
                                                                                                                                                                    Page 1/1

                   WAREWARE NO MOROMORO

                    •/
                 quotidien
                 universel
                  Des Gennevillois sont embarqués avec des acteurs                                               spectateur.» Comme le passé de l'auteur
                  professionnels dans la création originale                                                      s'en mêle aussi, le spectacle abordera
                                                                                                                 les relations humaines, notamment la
                  du dramaturge japonais Hideto Iwaï, fondée                                                     violence intrafamiliale ou sociale,
                                                                                                                 l'amour ou l'exclusion, les différences.
                  sur le partage d'expériences et d'anecdotes.                                                   Sur ces questions de violence ou d'exclu

                                                                                                                 sion, «mon idée, a confié Hideto Iwaï, est
                  L                                                                                              plutôt de les partager avec les autres, d'en
                         e Festival d'automne* à Paris est        Daniel Jeanneteau de monter un projet à        tendre parler d'autres personnes qui ont
                         fortement teinté de japonisme            Gennevilliers. Ce sera «Wareware No            vécu cela, et d'essayer de laver ce passé
                  .7777. cette année. On connaît par              Moromoro iNos Histoires...!». Au cours de      avec eux, avec beaucoup d'énergie. »
                   ailleurs les affinités et les connexions qui   séjours que le dramaturge a effectués
                                                                                                                 Création originale, ce spectacle tisse des
                  lient Daniel Jeanneteau, le directeur du        à Gennevilliers depuis l'an dernier, ce        anecdotes et des événements réels dans
                                                                  travail s'est construit à partir d'histoires
                  T26, à la création théâtrale contempo                                                          un texte inédit et puissant. Cet «objet
                  raine japonaise. Le centre dramatique           du quotidien, de tranches de vie évo           théâtral non identifié» pourrait ressem
                  national de Gennevilliers est devenu            quées par une petite dizaine d'acteurs ou      bler à un drame social lucide et non
                  ainsi, en ce début de saison, en partena        de non-acteurs français, ces derniers          dénué d'humour, servi par une troupe
                  riat avec le Festival d'automne, le             gennevillois.                                  d'acteurs professionnels et néophytes.
                  champ d'expression de cette scène
                                                                                                                 Une aventure unique quoi qu'il en soit.
                  nippone foisonnante et excentrique.                                                            Comme le dit l'artiste japonais : «Je suis
                  Né en 1974 et reclus chez lui (phé              TRANCHER DANS LE VIF
                                                                                                                 excité à l'idée de voir la réaction du public. »
                  nomène nommé«hikikomori» au Japon]              «Le thème sera plutôt [expérience person       • JEAN-MICHEL MASQUÉ

                  de seize à vingt ans, Hideto Iwaï en est        nelle de chacun, explique Hideto Iwaï dans
                                                                                                                 * www.festival-automne.com
                  sorti par le théâtre, libérant les forces       le programme du Festival d'automne.
                  accumulées en lui de l'imaginaire et du         J'aimerais d'abord que chaque participant
                                                                  voie différemment son passé à travers          Q Au T2G, du 22 novembre au 3 décembre
                  langage. Désormais acteur, scénariste et                                                          lundi, jeudi et vendredi à 20h.
                  metteur en scène reconnu dans son               ce spectacle, et ensuite comment ces              samedi à 18h et dimanche à 16h.
                                                                  expériences peuvent résonner chez chaque
                  pays, Hideto Iwaï a été convaincu par                                                             www.theatre2gennevilliers.com

      Tous droits réservés à l'éditeur                                                                                                                   T2G 2969835500506

Tous droits réservés à l'éditeur                                                                                                                      T2G 2969835500506
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler