Fiche de projet de jumelage - BMWi

 
République Tunisienne

 Programme d’Appui à l’Accord d’Association et à la Transition démocratique
                                (P3AT)
                           Tunisie-Union Européenne

           Fiche de projet de jumelage

    Appui institutionnel au Ministère de l’Agriculture, des ressources
hydrauliques et de la pêche pour renforcer ses capacités d’élaboration et de
mise en œuvre de politiques agricoles et rurales inclusives, participatives et
                              de long terme

                                      1
Table des matières

1.     Informations de base sur le projet de jumelage ........................................................................... 6
1.1.       Le programme : ....................................................................................................................... 6
Programme d’Appui à l’Accord d’Association et à la Transition démocratique (P3AT)........................ 6
1.2.       Référence du jumelage : .......................................................................................................... 6
1.3.       Intitulé du projet : .................................................................................................................... 6
1.4.       Secteur : ................................................................................................................................... 6
1.5.       Pays bénéficiaire : ................................................................................................................... 6
2.     Objectifs ...................................................................................................................................... 6
2.1.       Objectif général ....................................................................................................................... 6
2.2.       Objectifs spécifiques ............................................................................................................... 6
2.3. Contribution à la mise en œuvre de l’accord d’association et du plan d’action UE/Tunisie
2013-2017............................................................................................................................................ 6
2.3.1.         Contribution à la mise en œuvre de l’accord d’association ................................................. 6
2.3.2.         Contribution à la mise en œuvre du plan d’action UE/Tunisie 2013-2017 ......................... 7
2.3.3.         Contribution à la mise en œuvre de l’initiative ENPARD .................................................. 8
3.     Description .................................................................................................................................. 9
3.1.       Contexte et justification........................................................................................................... 9
3.2.       Activités connexes ................................................................................................................. 11
3.3.       Résultats attendus .................................................................................................................. 13
3.4.       Activités indicatives .............................................................................................................. 13
3.5.       Moyens et apport de l’administration ou des administrations partenaires ............................ 15
3.5.1.         Profil et tâches du chef de projet (CP) ............................................................................... 15
3.5.2.         Profil et tâche du Conseiller Résident Jumelage (CRJ) ..................................................... 16
3.5.3.         Profil et tâches des experts à court terme .......................................................................... 17
4.     Cadre institutionnel ................................................................................................................... 19
5.     Budget ....................................................................................................................................... 19
6.     Modalités de mise en œuvre ...................................................................................................... 19
6.1. Organisme de mise en œuvre responsable de la passation de marché et de la gestion
financière ........................................................................................................................................... 19
6.2.       Principaux organismes homologues dans le pays bénéficiaire .............................................. 20
6.3.       Contrats ................................................................................................................................. 21
6.3.1.         Langue de travail ............................................................................................................... 21

                                                                         2
6.3.2.         Groupes de travail.............................................................................................................. 21
   6.3.3.         Comité de Pilotage du projet : ........................................................................................... 21
   7.      Calendrier indicatif de mise en œuvre ....................................................................................... 22
   8.      Durabilité du projet ................................................................................................................... 22
   9.      Questions transversales ............................................................................................................. 22
        Égalité des chances ........................................................................................................................ 22
        Environnement: ............................................................................................................................. 22
   10.         Conditionnalité et échelonnement ......................................................................................... 23
Annexe 1 : cadre logique ....................................................................................................................... 24
Annexe 2 : extrait du rapport « Actualisation concertée de la politique agricole : Nouvelles orientations
pour relever les défis de l’étape ............................................................................................................. 31
Annexe 3 : Organisation du Ministère................................................................................................... 34
Annexe 4 : attribution des principales institutions concernées par les politiques agricoles et rurales .. 38

                                                                           3
4
LISTE DES ACRONYMES UTILISEES

AA        Accord d’Association
CMT       Court et Moyen Terme
CE        Commission Européenne
CIHEAM-   CIHEAM - Institut agronomique méditerranéen de Montpellier
IAMM
CRJ       Conseiller Résident du Jumelage
DGEDA     Direction Générale des Etudes et du Développement Agricole
ENPARD    European Neighbourhood Programme for Agriculture and Rural Development
MARHP     Ministère de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche
MDIC      Ministère du développement, de l’Investissement et de la Coopération
GIZ       Agence Allemande de Coopération Internationale

          Programme d’Appui à la mise en œuvre de l’Accord d’Association et du Plan
P3A
          d’Action Voisinage

          Programme d’Appui à la mise en œuvre de l’Accord d’Association et à la
P3AT:
          transition démocratique (P3AT)

PAP       Programme d’Actions Pilotes

PB        Pays bénéficiaire

RNP       Responsable National du Programme
TdR       Termes de Référence
UE        Union Européenne

UGP3A     Unité de Gestion du Programme d’Appui à la mise en œuvre de l’Accord
          d’Association

                                          5
1. Informations de base sur le projet de jumelage
    1.1. Le programme :
    Programme d’Appui à l’Accord d’Association et à la Transition démocratique (P3AT).
    1.2. Référence du jumelage : TN/15/ENI/AG/54
    1.3. Intitulé du projet :
    Appui institutionnel au Ministère de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la
    pêche (MARHP) pour renforcer ses capacités d’élaboration et de mise en œuvre de
    politiques agricoles et rurales inclusives, participatives et de long terme.
    1.4. Secteur :
    Agriculture et développement rural.
    1.5. Pays bénéficiaire :
Tunisie
2. Objectifs
    2.1. Objectif général
    L’objectif général du jumelage est d’accompagner le Ministère de l'agriculture, des
    ressources hydrauliques et de la pêche dans sa démarche d'amélioration de l'efficience
    des politiques agricoles et rurales et de contribution au développement durable de ces
    secteurs.
    2.2. Objectifs spécifiques
    Au sein du MARHP, accompagner la formalisation d'une démarche d'élaboration, de
    mise en œuvre et de suivi-évaluation de la politique agricole et rurale en organisant le
    réseau de compétences des structures, en renforçant les capacités des agents et en
    valorisant les processus de capitalisation/restitution des acquis des projets et programmes
    à forte dimension territoriale (dont le programme d’action pilote ENPARD) et de
    dialogue avec les institutions partenaires compétentes.
    2.3. Contribution à la mise en œuvre de l’accord d’association et du plan
         d’action UE/Tunisie 2013-2017
    2.3.1. Contribution à la mise en œuvre de l’accord d’association
    Les relations politiques et économiques entre l'Union Européenne (UE) et la Tunisie sont
    régies par l'Accord d'Association conclu en 1995 et entré en vigueur le 1er mars 1998,
    qui constitue le cadre juridique de la coopération et du partenariat entre l’UE et la
    Tunisie. Cet accord vise la mise en place d’une zone de libre-échange entre la Tunisie et
    l’UE à l’échéance 2008. Il tient notamment à renforcer l’intégration entre la Tunisie et
    l’UE et à promouvoir la convergence économique, sociale et institutionnelle. La Tunisie
    a entamé la mise en œuvre de cet accord dès sa signature et a engagé un important effort
    de modernisation de son économie pour lui permettre de faire face à l’ouverture et à la

                                             6
concurrence résultant de l’instauration progressive de la zone de libre-échange prévue par
   l’article 6. Ce projet de jumelage concoure à la poursuite de la mise en œuvre des
   dispositions de l’Accord d’Association et en particulier de son article 54, consacré aux
   domaines de l’agriculture et de la pêche.
   Cet article stipule que la coopération entre les deux parties vise à :
 La modernisation et la restructuration des secteurs de l'agriculture et de la pêche, y
  compris à travers la modernisation des infrastructures et des équipements et le
  développement des techniques de conditionnement et de stockage et l'amélioration des
  circuits de distribution et de commercialisation privés ;
 La diversification des productions et des débouchés extérieurs ;
 La coopération en matière sanitaire et phytosanitaire et de techniques de culture.
L’appui institutionnel au MARHP contribuera au renforcement de la coopération entre et
la Tunisie dans ces domaines, au travers d’un soutien à l’élaboration et à la mise en œuvre
de politiques agricoles et rurales. De plus, la contribution d’homologues européens à la
mise en œuvre et au suivi du Programme d’Actions Pilote ENPARD permettra de
renforcer l’efficacité et l’impact des activités prévues en matière de valorisation durable
des potentiels territoriaux (promotion de la diversification des activités agricoles et non
agricoles), l'intégration de ces activités, et le développement de filières territorialisées et
mieux connectées aux marchés.
   2.3.2. Contribution à la mise en œuvre du plan d’action UE/Tunisie 2013-
        2017
Le pilier 7 du plan d’action UE/Tunisie pour la période 2013/2017 est consacré au
renforcement de la coopération sectorielle. Son premier chapitre porte sur la coopération
dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche, et comprend un certain nombre de
dispositions visant à soutenir la modernisation du secteur agricole :
 Appuyer la mise en place de l’initiative ENPARD ;
 Appuyer la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement agricole en
  cohérence avec les principales orientations en matière de renforcement de la sécurité
  alimentaire, de gestion durable des ressources naturelles, de valorisation des
  exportations et d’adaptation aux changements climatiques;
 Poursuivre et renforcer la coopération et l’échange d’informations et d’expertises en
  matière de politique agricole ;
 Appuyer le programme de mise à niveau agricole touchant à la fois les exploitations
  agricoles, les institutions et structures d'appui à l'agriculture ;
 Développer et consolider les organisations professionnelles tunisiennes en matière
  agricole à travers l’amélioration de leur représentativité et leur efficacité dans la
  promotion et l’organisation des filières agricoles et agro-industrielles ;
 Promouvoir des relations de partenariat entre les structures professionnelles
  tunisiennes et leurs homologues européennes afin de renforcer leur rôle d'encadrement
  en matière de formation, de vulgarisation, de conseil et de commercialisation ;

                                             7
 Mettre en œuvre la stratégie nationale pour l'agriculture biologique et soutenir la
        convergence avec la législation et les politiques de l'UE.
      De par l’appui à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation du programme d’actions
      pilote ENPARD, et, plus largement, le partage de l’expérience européenne en matière de
      politiques agricoles et rurales, ce projet de jumelage s’intègre pleinement dans le plan
      d’action UE/Tunisie pour la période 2013/20171.
           2.3.3. Contribution à la mise en œuvre de l’initiative ENPARD
           L’initiative ENPARD a été lancée par l'Union européenne au printemps 2011 comme
           affirmation de l’importance du rôle socio-économique de l'agriculture et des territoires
           ruraux pour assurer un développement inclusif et durable. Elle offre ainsi à ses
           partenaires du voisinage Sud et Est une opportunité de renforcer la coopération avec
           l'UE et ses Etats membres dans ces domaines.
           L'initiative ENPARD n'est pas un programme mais un cadre de dialogue et de
           partenariat à moyen-long terme qui vise à soutenir les pays partenaires à préparer et à
           mettre en œuvre des stratégies agricoles et de développement rural intégrées,
           territorialisées et participatives, qui répondent aux enjeux du secteur sur le long terme.
           L'initiative ENPARD est un processus ouvert à construire à partir des demandes des
           partenaires qui ont fait de l'agriculture et des territoires ruraux une priorité de leur
           coopération avec l’UE, comme c’est le cas de la Tunisie. C'est également un processus
           coopératif qui doit promouvoir les synergies et les collaborations entre les parties
           prenantes nationales mais aussi entre les partenaires techniques et financiers.
           S'appuyant sur l’expérience européenne en matière de développement agricole et rural
           et sur l'existence d'intérêts et d’enjeux communs aux deux rives de la Méditerranée,
           l'initiative ENPARD est un moteur pour densifier les échanges d'expériences, les
           coopérations et les partenariats entre les parties prenantes de l'UE et des pays voisins,
           qu'il s'agisse des institutions, des professionnels et de leurs organisations ou de la
           société civile.
      Les activités mises en œuvre dans le cadre d’ENPARD Méditerranée avec l'appui du
      CIHEAM-IAMM2 portent sur :
      -    le renforcement du dialogue et du partenariat avec l'UE dans 6 pays "pilotes" : le
           Maroc, l'Algérie, la Tunisie, le Liban, la Jordanie et l'Egypte;
      -    l'identification et la mise en œuvre de programmes nationaux d'accompagnement dans
           chacun de ces pays pilotes ;
      -    la formulation de 4 programmes de coopération (Maroc, Algérie, Tunisie et Egypte
           pour un montant total de 63 M€), l'identification de deux nouveaux programmes
           (Liban et Jordanie) et la perspective d'une augmentation des fonds alloués au secteur
           dans la programmation 2014-2020.

1
    http://eeas.europa.eu/delegations/tunisia/eu_tunisia/political_relations/eu_action_plan/index_fr.htm
2
    CIHEAM - Institut agronomique méditerranéen de Montpellier

                                                        8
Pour la Tunisie, le programme de coopération formulé, intitulé Programme d’Actions Pilote -
ENPARD (PAP - ENPARD), a été approuvé par les autorités tunisiennes et européennes en
décembre 20133. Doté de 10 millions d’euros, il interviendra dans 5 Gouvernorats auprès
d’une population cible de 200 000 habitants. Son objectif est double :
    -   contribuer à la conception d'une stratégie nationale agricole et rurale qui améliore de
        manière durable les conditions de vie des populations rurales;
    -   améliorer, par la mise en œuvre d'actions pilotes l'attractivité des territoires ruraux en
        valorisant durablement les ressources locales agricoles et non agricoles, au bénéfice de
        l'insertion économique et sociale des groupes les plus vulnérables.
Ce programme se veut innovant dans ses modalités de gouvernance et de mise en œuvre (voir
fiche d'action du programme). En effet, dans quatre des délégations sélectionnées, des appels
à projets seront lancés pour sélectionner les territoires pilotes qui bénéficieront du
programme. Pour répondre à ces appels à projets, des structures de concertation et de
cogestion entre acteurs publics et acteurs privés (Unités de Gestion Locales) devront
s’organiser, en s’appuyant sur les Comités Locaux de Développement préexistants, et
identifier un partenaire homologue européen pour l’appuyer dans la réalisation des activités.
Ce partenariat entre territoires de projets européens et tunisiens a pour but de favoriser le
partage d’expériences et de bonnes pratiques promu par l’initiative ENPARD. Il sera
particulièrement pertinent entre des territoires confrontés à des enjeux comparables
(préservation des ressources naturelles, exode rural, faible vitalité économique des territoires,
etc.).
Dans les autres territoires ciblés par le programme, l’approche retenue porte sur le
développement de filières territorialisées et intégrées.
Le lancement des activités est attendu pour le deuxième trimestre 2015.
Le projet de jumelage permettra d’optimiser la mise en œuvre et la valorisation de ce
programme, et d’en tirer les enseignements pour alimenter les réflexions sur les politiques
agricoles et rurales nationales.

    3. Description
        3.1. Contexte et justification
        La Tunisie se retrouve depuis 2011 face à un tournant décisif de son histoire. En effet
        le pays est engagé depuis dans un processus de transformations fondamentales de
        natures politique, économique et sociale. L’adoption de la nouvelle constitution, la
        tenue récemment des élections législatives et présidentielles et la nomination d’une
        assemblée législative constituent des nouveaux pas de la transition vers la démocratie.
        Mais, ces pas devraient s’accompagner par des réformes profondes et des mesures
        concrètes pour une croissance généralisée en vue de relever les défis majeurs posés au
        pays. Dans ce cadre, l’appui de l’Union Européenne, sous ses différentes formes, ne
        peut que soutenir le processus de transition démocratique en cours en Tunisie et

3
 http://ec.europa.eu/enlargement/neighbourhood/pdf/key-
documents/tunisia_2013_sm_spring_2013_merged-financing-decision-and-action-fiche.pdf

                                                  9
renforcer les relations entre l’Union européenne et la Tunisie dans le cadre d’un
   partenariat privilégié.
   Le projet de jumelage en question s’inscrit dans ce nouveau contexte vécu par la
   Tunisie ainsi que dans la logique de la politique européenne de voisinage renouvelée.
   Pour appuyer le MARHP dans la mise en œuvre du Programme d’Actions Pilote
   ENPARD, il est apparu qu’un jumelage avec un homologue européen, ou plusieurs,
   pourrait présenter une véritable valeur ajoutée par rapport à la contractualisation avec
   un bureau d’étude. En effet, au-delà de l’appui qui pourra être apporté pour la mise en
   œuvre d’une démarche et de procédure innovantes en Tunisie dans le cadre de ce
   programme, le Ministère de l’Agriculture européen sélectionné (ou le Consortium)
   pourra, de façon plus globale, apporter un accompagnement à l’ensemble du processus
   de planification (planification sectorielle et sous sectorielle, planification du
   développement régional, analyse des politiques, préparation des plans, des
   programmes et des projets,) et à l’évaluation et pilotage des politiques publiques dans
   le domaine de l'agriculture et du développement rural, apportant ainsi au niveau
   national une contribution additionnelle importante à l'atteinte des objectifs de
   l'initiative ENPARD .

   Ainsi, le projet de jumelage comprend à la fois un volet d’accompagnement à la mise
   en œuvre des programmes de développement agricole et rural portés par le Ministère
   de l’Agriculture et notamment du programme d’actions pilotes ENPARD et un volet
   d’appui à la réflexion sur les politiques agricoles et rurales, en partie basé sur la
   capitalisation et les enseignements tirés de ces programmes.

    Description de l’organisation du bénéficiaire
   Attributions du Ministère concerné par le projet de jumelage
Le décret N°2001-419 du 13 janvier 2001, fixant les attributions du ministère de
l’agriculture, dispose que le ministère est notamment chargé :
- d’élaborer les plans et stratégies visant la promotion de l'agriculture qualitativement et
    quantitativement, d’arrêter les différents programmes et projets de développement
    dans le cadre du plan national de développement et de veiller au suivi de leur
    exécution
- de mettre au point les programmes de mise à niveau du secteur et d’aider les
    intervenants à son application,
- de prendre et proposer toutes les mesures propres à assurer la promotion du secteur,
- d’élaborer les programmes des financements dans le secteur agricole et de les mettre
    en application.
Le projet de jumelage est destiné à accompagner le ministère de l’agriculture, des
ressources hydrauliques et de la pêche dans la réalisation et le suivi de ces missions.
Organisation du Ministère
Le décret N°2001-420 du 13 Février 2001, portant organisation du ministère de
l'agriculture, indique qu’outre le Comité Supérieur du Ministère (organe consultatif qui

                                            10
assiste le ministre dans l'étude de toutes questions que celui-ci juge utile de lui soumettre)
   et la Conférence de Direction (instance de réflexion et d'information sur l'action générale
   du département et les questions d'intérêt général), le ministère de l'agriculture comprend :
   - Le Cabinet,
   - Le secrétariat général,
   - L'inspection générale,
   - Les services communs,
   - Les services techniques,
   - les services régionaux.
   La Direction générale des études et du développement agricole (DGEDA) appartenant aux
   services communs, particulièrement ciblée par ce projet de jumelage, a été désignée comme
   point focal d’ENPARD et en charge de la mise en œuvre du Programme d’Actions Pilote
   ENPARD. (Pour plus de détails, voire annexe 3)

   Organisation du Programme d’action pilote (PAP-ENPARD)
   La mise en œuvre du PAP-ENPARD est confiée à une Unité de Gestion désignée par le
   ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche. L’UGP comprend un
   régisseur et un comptable. Elle est responsable de la préparation et mise en œuvre
   opérationnelle du programme conformément aux devis-programme approuvés. Elle est
   également chargée de la mise en œuvre de l’appel à propositions permettant d’octroyer
   des subventions d’actions.
   Un Comité de pilotage et un comité de suivi technique seront mise en place au démarrage
   du PAP pour assurer respectivement l’orientation générale et la coordination technique et
   opérationnelle du programme. Des comités de suivi dans les zones pilotes seront
   également établis en vue d’impliquer l'ensemble des acteurs au niveau régional et local.
   Des Unités Territoriales d'Accompagnement et de Gestion du programme (UTAG)
   constituées d’organisations de développement tunisiennes et européennes seront
   sélectionnées par l’UGP au moyen d’un appel à proposition et financées par l’octroi d’une
   subvention. Les UTAG assureront une double fonction de :
   - gestion financière du programme (gestion de la subvention d’actions et octroi de
subventions en cascade)
   - et de pilotage de l'accompagnement des dynamiques territoriales (coordination avec les
   politiques sectorielles régionales, mobilisation des ressources régionales, nationales et
   internationales, organisation des activités de renforcement de capacités).
       3.2. Activités connexes
       Si les stratégies et politiques et politiques agricoles et rurales mises en œuvre depuis
       l’Indépendance en 1956 ont permis des avancées significatives en matière
       d’accroissement de la production et d’amélioration des disponibilités agricoles et
       alimentaires, elles n'ont pas donné tous les résultats attendus, et les conditions de vie
       dans les territoires ruraux tunisiens demeurent difficiles. En effet la baisse du taux de
       pauvreté global n’a pas bénéficié aux régions de l’intérieur du pays qui ont vu leur
       retard par rapport au reste du pays s’accentuer au cours de la dernière décennie, ce que
       confirme l’enquête ménage 2010.
                                              11
Le Ministère de l’Agriculture a lancé en 2009 un chantier pour l’actualisation de la
politique agricole, basé sur un processus concerté entre les acteurs. Ce processus, qui
s’est tenu entre novembre 2009 et novembre 2010, avec l’appui de l’Agence Française
de Développement (AFD) a permis d’identifier les forces et faiblesses du modèle de
développement agricole encouragé par les politiques agricoles au cours des 30
dernières années. A partir de cette analyse, des orientations stratégiques ont été
définies pour faire face aux problèmes identifiés et aux nouveaux enjeux de
l’agriculture tunisienne. L’une de ces orientations porte sur le cadre institutionnel et la
coordination des acteurs : extrait du rapport « Actualisation concertée de la politique
agricole : Nouvelles orientations pour relever les défis de l’étape, Novembre 2010] (Se
référer à l’annexe 2).
Par ailleurs, le ministère de l’agriculture vient d’établir une ébauche de stratégie de
développement du secteur agricole «l’Agriculture tunisienne à l’horizon 2020 » suite à
une consultation nationale lancée en avril 2014. Dans le même sens, plusieurs
directions techniques du Ministère sont en cours d’élaboration de stratégies
sectorielles (Stratégie de Conservation des Eaux et des Sols, Stratégie pour
l’Agriculture Biologique, Stratégie forêts et parcours, etc.) et la GIZ a lancé début
avril 2014 un programme de promotion de l’agriculture durable qui vise entre autres à
accompagner l’élaboration d’une Stratégie de Développement Agricole Durable. En
outre, la Banque Mondiale souhaite également accompagner le Ministère dans ses
réflexions sur la future politique agricole. Enfin, le CIHEAM-IAMM continuera de
déployer un ensemble d'activités au niveau national et régional sur les pays du
voisinage Sud demandeurs, dont la Tunisie, dans le cadre de son appui à l'UE pour la
mise en œuvre de l'initiative ENPARD. Il sera donc particulièrement important de
veiller à mettre en œuvre les synergies pertinentes entre ces différentes démarches en
promouvant une coordination plus efficace de la coopération entre partenaires
techniques et financier et l’administration.
Cependant et en dépit de ces tentatives pour l’actualisation de la politique agricole, il
n’en demeure pas moins que le système institutionnel existant en matière de
planification, de programmation et de suivi s’inscrit encore dans une logique de
moyens et non pas de résultats. Cette situation s’est aggravée depuis 2011, en
l’absence d’une politique explicite et d’un consensus sur une vision de long terme
pour l’agriculture avec une marginalisation des activités de programmation, suivi et
évaluation. La Tunisie se dotera en 2015 d’un plan quinquennal pour la période 2016-
2020.
Enfin, l’expérience des programmes mis en œuvre au cours des dernières décennies a
montré que l’une des faiblesses de l’approche « projets » a trait à un manque de
durabilité et de pérennité des actions entreprises. En effet, le processus de
capitalisation et de valorisation qui pourrait permettre de tirer les enseignements des
programmes et d’en maximiser l’impact est trop peu souvent développé. L’un des
objectifs de ce jumelage est donc de contribuer à la valorisation durable des projets
locaux par le renforcement des capacités de pilotage, d’évaluation, voire, le cas
échéant, de démultiplication au niveau central.
                                        12
3.3. Résultats attendus
    Au terme de sa mise en œuvre, le jumelage devra avoir permis d’atteindre les deux
    résultats suivants :

     A : Appui à l’élaboration et la mise en œuvre d’un dispositif de capitalisation
      méthodologique portant sur les démarches territoriales.
     B : approche inclusive, participative et de long terme établie dans l'élaboration et mise
      en œuvre des politiques de développement agricole et rural.

       3.4. Activités indicatives
       Activités concourant à l’atteinte des Résultats du projet

       Pour atteindre les deux résultats attendus du projet de jumelage, un ensemble de
       groupe d’activités indicatives est proposé.

Activités concourant à l’atteinte du Résultat A : l’élaboration et la mise en œuvre d’un
dispositif de capitalisation méthodologique portant sur les démarches territoriales.

A1 : Accompagner le ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la
pêche en termes de méthodologie pour une bonne implantation du programme d’actions
pilotes.

     Appui à la préparation d’un guide pour la formulation des plans locaux de
      développement avec les acteurs institutionnels concernés ;
     Appui à l'élaboration d’un manuel pour les porteurs de projets individuels et
      collectifs ;

     Accompagnement de l'évaluation de la procédure et des résultats de l'appel à proposition
      pour les territoires concernés par le PAP ENPARD.
     Contribution à la définition des procédures de sélection des initiatives locales pour
      l’attribution de subventions en cascade.

A2 : Appui à l’élaboration et la mise en place d’un plan de capitalisation et de
valorisation des expériences.

     Appui à l’installation des mécanismes de suivi évaluation du PAP;
     Accompagnement à la conduite et la mise en œuvre des processus de capitalisation des
      expériences de développement territorial initiées dans le cadre du programme;
     Soutien à l'élaboration d’un plan de communication et de diffusion des travaux de
      capitalisation;
     Organisation de sessions de formation sur les thèmes associés au suivi évaluation et à
      la capitalisation ;
     Organisation de deux visites d’échange dans les régions de l’UE.

                                                 13
Activités concourant à l’atteinte du résultat B : approche inclusive, participative et de
long terme établie dans l'élaboration et mise en œuvre des politiques de développement
agricole et rural.

B1 : Diagnostic du dispositif et des mécanismes de suivi évaluation des programmes et
des politiques agricoles
     Etat des lieux du dispositif de suivi-évaluation au Ministère de l’agriculture, des
      ressources hydrauliques et de la pêche (forces et faiblesses du dispositif institutionnel
      et de celui du collecte et de traitement des données, des mécanismes de concertation,
      ressources humaines et de la coordination avec l’Institut National des Statistiques et la
      Banque Centrale ;
     Appui, sur la base de ce diagnostic, à la réorganisation et l’opérationnalisation du
      dispositif de coordination interne et du suivi-évaluation des politiques agricoles ;
     Aide à l’identification des indicateurs pertinents de suivi-évaluation ;
     Soutien à l'élaboration d’un manuel de procédure de suivi-évaluation ;
     Appui à l'adaptation du système d’agrégation et de publication des données (rapport
      périodique, tableau de bord des résultats et des réalisations…) ;
     Animation d’ateliers avec les acteurs concernés du ministère.

B2 : Compétences du MARHP renforcées en matière de conception, de mise en œuvre
des politiques et programmes de développement et d’évaluation de leur impact

     Organisation et animation d’un séminaire portant sur les politiques de développement
      agricoles en Europe et dans les pays du sud de la Méditerranée
     Organisation et animation de sessions de formation notamment en matière de
      planification publique stratégique (de la stratégie à la mise en œuvre);
     Appui aux cadres du ministère pour mener à titre expérimental un exercice de
      planification opérationnelle sectorielle (détermination des priorités et des programmes,
      déclinaison des programmes en projets, programmation et budgétisation, suivi
      évaluation) ;
     Organisation de trois visites d’études pour l’équipe chargée de cette activité.
     Renforcement des capacités techniques et fonctionnelles du ministère indispensables à
      la réalisation de ses missions de réflexion et de pilotage stratégiques.

Activités de lancement et de clôture du projet

a. Séminaire de lancement du projet
Un séminaire de lancement du projet sera organisé dans les semaines qui suivront la prise de
fonction du CRJ. Il réunira des représentants des administrations et institutions partenaires
concernées, afin de manifester l’importance du projet et de mobiliser les énergies en vue de la
réalisation des objectifs.
Le séminaire sera animé par les deux chefs de projet et sera l’occasion de présenter les
grandes lignes du projet.

                                                 14
b. Séminaire de clôture du projet
Il sera organisé quelques jours avant la fin de la période de mise en œuvre du projet et réunira
des représentants des administrations et institutions partenaires.
Il sera animé par les deux chefs de projet et sera l’occasion de présenter les principaux
résultats du jumelage.
       3.5. Moyens et apport de l’administration ou des administrations
           partenaires
       L’administration partenaire sera un Ministère d’un Etat-Membre (ou un consortium de
       ministères) ayant des attributions comparables à, ou proches par nature de, celles du
       Ministère de l’Agriculture tunisien sur les questions agricoles et rurales. Elle aura la
       capacité de rassembler, le cas échéant à travers la création d’un consortium, la totalité
       des compétences nécessaires à la réalisation de l’ensemble des résultats attendus du
       projet de jumelage.
        3.5.1. Profil et tâches du chef de projet (CP)
       Le chef de projet est un fonctionnaire de haut rang ou un agent d’un niveau
       correspondant capable de mener un dialogue opérationnel et d’obtenir le soutien requis
       au niveau politique. Il/elle est issu(e) d'un Ministère d'un Etat Membre européen en
       charge des questions agricoles et rurales. Il/elle travaille en étroite collaboration avec
       son homologue tunisien pour garantir la bonne direction et une coordination efficace
       de l’ensemble du projet.
       Sa mission, conjointement avec le chef de projet tunisien, consiste notamment à :
        -   superviser et coordonner la mise en œuvre des différents volets du présent projet ;
        -   assurer et garantir la mobilisation de l’expertise adéquate au profit du projet de
            jumelage ;
        -   superviser et signer les rapports officiels relatifs au projet réalisés sous la
            responsabilité du Conseiller Résident du Jumelage (CRJ) qui le tiendra
            régulièrement informé de l’avancement du projet. Ces rapports comporteront un
            volet thématique et un volet financier. Il sera responsable de les soumettre à l’UGP
            (avec copie à la Délégation de la Commission Européenne en Tunisie) ;
        -   Organiser, conjointement avec son homologue chef de projet tunisien, les réunions
            de Comité de pilotage qu’ils coprésideront. Le Comité de pilotage, appelé à se
            réunir chaque trimestre, permettra de faire le point sur l’état d’avancement du
            projet par rapport aux résultats à atteindre et de décider des actions à entreprendre
            pendant le trimestre suivant ;
        -   Contribuer au choix et à l’organisation des visites d’étude en UE.
       De plus, le Chef de Projet aura les qualifications et expériences suivantes :
        -   une formation universitaire en économie, sciences politiques, développement
            agricole et rural ou équivalent
        -   au moins 10 ans d’expérience dans les domaines visés par le projet;
        -   une compétence en renforcement de capacités institutionnelles ;

                                                  15
3.5.2. Profil et tâche du Conseiller Résident Jumelage (CRJ)
     Le Conseiller Résident du Jumelage (CRJ) est un fonctionnaire de l’administration
     partenaire, titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur, doit répondre aux
     spécifications ci-après :
    Expérience considérée comme indispensable :
-   un minimum de 7 ans d’expérience professionnelle en politique agricole avec des
    connaissances avérées en matière d’élaboration, de mise en œuvre et de suivi de
    programmes de développement agricole et rural dans un ou plusieurs Etats Membres;
-   il doit occuper des postes à responsabilité dans une structure administrative ou
    parapublique d’un Etat Membre en charge de cette mission ;
-   Capacités professionnelles lui permettant de gérer et coordonner un projet
    d’accompagnement et d’échanges institutionnels ;
-   Aptitudes pour la négociation et l’animation de groupes de travail (équipe d’expert,
    cadres) ;
-   Pleine maîtrise de la langue française parlée et écrite. Le français sera la langue de
    travail et de rédaction des rapports et de tous les documents produits par les experts ;
-   bonne maîtrise des outils informatiques usuels (logiciels de traitement de texte et de
    présentation, tableurs) ;
-   Bonnes capacités relationnelles et de communication,

    Expérience considérée comme un atout supplémentaire :
-   Avoir été en charge et/ou participé, au sein de son administration, à l’élaboration, à la
    mise en œuvre et/ou au suivi/évaluation de politiques agricoles et rurales ;
-   Ayant une expérience dans les programmes d’adhésion ou d’association et/ou dans les
    programmes euro-méditerranéens ;
-   Une expérience en matière de formation de stagiaires et formation de formateurs sera la
    bienvenue. Le conseiller résident aura à suivre le plan de formation en relation étroite
    avec le chef de projet du pays bénéficiaire ;

Le Conseiller Résident de Jumelage « CRJ » est détaché pour transférer l’expertise pratique
du secteur public disponible dans son administration nationale pour le Ministère de
l’Agriculture tunisien dans la gestion et l’exécution du projet. Sa mission consiste
notamment en :
-   La coordination des différentes interventions des experts lors de leurs visites techniques;
-   La mise en place des comités, commissions et groupes de travail nécessaires au bon
    déroulement du projet ;
-   L’organisation des ateliers de travail et de formation et des visites d’étude ;
-   La coordination du pilotage du projet et de l’élaboration des rapports de suivi
    intermédiaires ;
-   Le suivi des activités réalisées par les experts court/moyen termes et la coordination de
    l’élaboration des documents et rapports techniques requis ;

                                             16
-   La préparation et la mise en œuvre des actions d’information et de communication sur le
      projet et ses réalisations.
  Il doit de ce fait travailler au quotidien avec le personnel du MARHP pour mettre en œuvre
  les activités du projet. Il doit assurer la coordination avec les différentes structures
  impliquées du côté tunisien et du côté européen ainsi qu’avec l’UGP3A.
  Le CRJ sera secondé par un(e) assistant(e) à temps plein qui sera recruté(e) localement et
  rétribué(e) sur le budget du contrat de jumelage, conformément aux règles en vigueur. A ce
  stade, son CV ne doit pas faire partie de la proposition de l’Etat Membre. La personne qui
  exercera ces fonctions et qui devra justifier d’une connaissance des institutions et de
  l’appareil administratif tunisien sera chargée du secrétariat du CRJ, mais aussi, dans le cas
  échéant, des travaux de traduction et d’interprétariat requis et de travaux généraux liés au
  projet.

  Durée de la mission du CRJ :
  La mission du CRJ sera effectuée sur une période de 36 mois à plein temps à Tunis. Durant
  cette période, le CRJ assurera la gestion du projet et accomplira les tâches qui lui sont
  confiées.

       3.5.3. Profil et tâches des experts à court terme
      Les experts à court terme se répartiront entre deux catégories :
  -   Des experts clés qui accompagneront le projet durant la majorité de la période de sa
      réalisation pour appuyer le Chef du Projet et le CRJ dans leurs domaines de
      compétences respectifs,
  -   Des experts qui interviendront au cours de missions ponctuelles en Tunisie pour
      conduire des ateliers de travail, animer des séminaires ou mener des actions de
      formation sur des thèmes ciblés.

Le tableau ci-après présente le profil des experts sollicités pour mettre en œuvre les activités
du projet.

Activités Profil des experts clés
          Expert CMT1 : Bac + 5 dans les domaines de l’aménagement du territoire, de
          l’agronomie, de l’économie rurale, de la sociologie.
          Participation au lancement et ou la gestion des appels à proposition relatifs à la
          sélection des territoires LEADER, ou à d’autres appels à propositions équivalent
          Une expérience d’au moins 5 ans dans un Ministère de l’Agriculture
          Expert CMT2 : Bac + 5 dans le domaine du droit public, ou dans un autre domaine
          si expérience conséquente dans l’élaboration et la négociation de contrats avec des
          partenaires des secteurs publics et privés.
A1
          Expérience dans l’établissement de contrats de territoires avec des partenaires
          locaux
          Expert CMT3 :
          Expérience d’au moins 5 ans dans le suivi de programmes LEADER au niveau
          d’une administration centrale (accompagnement des gestionnaires, appui

                                               17
technique)
        Expert CMT 4 :
        Autorité de gestion d’un programme de développement territorial
        Mobilisation de l’expert CMT2 pour l’appui juridique (ou, le cas échéant, d’un
        expert CMT2bis ayant un profil équivalent)
        Expert CMT5 : Minimum Bac + 3 dans les domaines de l’aménagement du
        territoire, de l’agronomie, de l’économie rurale, de la sociologie
        Expérience d’animateur ou de gestionnaire de programme de développement local
        en charge de l’instruction des demandes de subvention des porteurs de projets, de
        l’animation des comités d’attribution des subventions et de l’accompagnement des
        porteurs
A2      Expert CMT6 : Bac + 5 dans les domaines de l’aménagement du territoire, de
        l’agronomie, de l’économie rurale, de la sociologie
        Expérience dans l’évaluation, la valorisation et la capitalisation sur des
        programmes de développement territorial. Dans l’idéal ayant occupé des fonctions
        en lien avec les activités du réseau rural ou d’une association nationale de mise en
        réseau des acteurs de LEADER.
        Expert CMT7 : Minimum bac +3 dans le domaine de la communication
        Expérience dans la valorisation de programme de recherche ou de développement
        dans le domaine agricole et rural
        Experts CMT 8 Bac + 5 dans les domaines de la communication.
        Expérience dans l’élaboration et la mise en œuvre de plan de communication.

        Expert CMT 9 : un Spécialiste en développement des Capacités
        Expérience reconnue dans le renforcement des capacités relatives à l’adoption de
        l’approche programme et à la chaîne PPPBSE (Prospective/ Planification,
        Programmation/ Budgétisation, Suivi/ Evaluation)

        Expert CTM 10: haut cadre dans le domaine des stratégies et des politiques
 B1     agricoles et rurales
Et B2   Expérience éprouvée dans la formulation, la mise en œuvre et l’évaluation des
        politiques agricoles et rurale.
        Expert CTM10 : Economiste ou agroéconomiste dans le domaine de suivi et
        évaluation des projets et programmes de développement
        Bonne maîtrise des outils de planification et de suivi/évaluation de
        projets/programmes agricoles et ruraux et de capitalisation-diffusion des
        expériences
        Expert CTM 11: Statisticien ou statisticien-économiste familier des statistiques
        agricoles

        Disposant d’une expérience confirmée dans la collecte, le traitement et l’analyse
        des données. Une expérience antérieure en matière de renforcement de la
        composante des statistiques agricoles dans les pays de préadhésion à l’UE est
        appréciée

                                           18
4. Cadre institutionnel
  Le présent projet de jumelage sera réalisé dans le cadre du Programme d’Appui à l’Accord
  d’Association et à la Transition (P3AT), convenu entre le Gouvernement tunisien et
  l’Union européenne pour renforcer leur coopération et leur partenariat.
  Le P3AT vise à renforcer la capacité des administrations et institutions publiques ainsi que
  des acteurs de la société civile pour la réussite de la transition démocratique, la mise en
  œuvre de l'Accord d'Association et du Plan d'Action de la Politique Européenne de
  Voisinage (PEV), en consolidant les réformes et les appuis institutionnels nécessaires au
  processus démocratique ainsi que la croissance durable et inclusive.
  Les autorités de tutelle du programme sont la Commission Européenne et le Ministère du
  Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, coordinateur
  national des projets financés dans le cadre de la PEV.
  La gestion du programme est assurée par une Unité de Gestion, l’UGP3A.
  L’institution bénéficiaire du projet de jumelage est le Ministère de l’Agriculture, des
  ressources hydrauliques et de la pêche. La Direction Générale directement concernée est la
  Direction Générale des Etudes et du Développement Agricole (DG EDA). Néanmoins,
  d’autres Directions du Ministère seront impliquées dans le projet, notamment les
  Directions Techniques, en raison de la nature et des spécificités de leurs travaux ou
  attributions étroitement liés au projet. En outre, d’autres départements seront étroitement
  associés et pourront bénéficier de certaines des activités programmées dès lors qu’ils sont
  concernés par les objectifs de ce jumelage, les problématiques agricoles et rurales
  dépassant les prérogatives du MARHP. Enfin, une coordination forte sera recherchée avec
  le programme d'appui à l'initiative ENPARD (synergie, activités conjointes, échanges
  d'information, etc.)
  5. Budget
  Le budget du jumelage s’élève à 1.500.000 euros.

  6. Modalités de mise en œuvre
  Afin de soutenir le projet et d’assurer les conditions permettant l’atteinte des résultats
  attendus, un ensemble de mécanismes institutionnels et organisationnels sont prévus pour
  assurer la coordination, le suivi et le pilotage du projet.

      6.1. Organisme de mise en œuvre responsable de la passation de marché et
          de la gestion financière
Autorité contractante                   Ministère du Développement de l’Investissement et
                                        de la Coopération internationale

Régisseur du Programme :                       M.Salem AKROUT
                                               Directeur Général de l’UGP3A
                                               Boulevard de la Terre

                                             19
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler