DOCUMENT DE PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DES DEPENSES 2016-2018 - REPUBLIQUE DU BENIN - finances.bj

 
REPUBLIQUE DU BENIN
                       --@oOo@--
  MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE ET DE LA PECHE
                     -----@¤¤oOo¤¤@-----

DOCUMENT DE PROGRAMMATION
PLURIANNUELLE DES DEPENSES
         2016-2018

                          Mai 2015
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES ............................................................................................................................. 2
INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 4
I- CONTEXTE D’ELABORATION DU DPPD ......................................................................................... 5
   1.1- Analyse du secteur......................................................................................................................... 5
       1.1.1- Caractéristiques, structures et environnement du secteur ...................................... 5
       1.1.2- Principaux acteurs du secteur ........................................................................................... 6
       1.1.3- Financement du secteur....................................................................................................... 8
       1.1.4- Performances du secteur...................................................................................................... 9
       1.1.5- Analyse SWOT du secteur.................................................................................................. 10
       1.1.6- Priorités pour l’année à venir............................................................................................ 16
   1.2- Analyse des missions, objectifs, politiques et stratégies du ministère ....................... 17
       1.2.1- Objectifs ................................................................................................................................... 17
       1.2.2- Mission ..................................................................................................................................... 17
       1.2.3- Politiques et stratégies du Ministère .............................................................................. 17
   1.3- Exécution du budget de l’année en cours au 30 juin 2015............................................ 19
II- PRESENTATION DES PROGRAMMES .......................................................................................... 19
   2.1- Programme Développement de l’Agriculture........................................................................ 19
       2.1.1- Présentation des principales caractéristiques du programme ............................... 19
       2.1.2- Brève présentation du responsable du programme .................................................. 20
       2.1.3- La cartographie du programme........................................................................................ 20
       2.1.4- Le cadre de performance du programme Développement de l’Agriculture ........ 22
       2.1.5- Tableau de réalisation du programme Développement de l’Agriculture ............. 23
       2.1.6- Tableau des indicateurs...................................................................................................... 24
       2.1.7- Tableau de financement du programme ....................................................................... 25
       2.1.8- Tableau d’évolution des emplois affectés au programme ........................................ 26
   2.2- Programme Développement de l’Elevage............................................................................... 26
       2.2.1- Présentation des principales caractéristiques du programme ............................... 26
       2.2.2- Brève présentation du responsable du programme .................................................. 26
       2.2.3- La cartographie du programme........................................................................................ 26
       2.2.4- Le cadre de performance du programme Développement de l’Elevage ............... 27
       2.2.5- Tableau de réalisation du programme ........................................................................... 28
       2.2.6- Tableau des indicateurs du Programme Développement de l’Elevage................. 28
       2.2.7- Tableau de financement du programme ....................................................................... 29
       2.2.8- Evolution des emplois affectés au programme............................................................ 29
   2.3- Programme Développement de la Pêche et de l’Aquaculture ......................................... 30
2.3.1- Présentation des principales caractéristiques du programme ............................... 30
       2.3.2- Brève présentation du responsable du programme .................................................. 30
       2.3.3- La cartographie du programme........................................................................................ 30
       2.3.4- Le cadre de performance du programme Développement de la Pêche et de
       l’Aquaculture ....................................................................................................................................... 31
       2.3.5- Tableau de réalisation du Programme Développement de la Pêche et de
       l’Aquaculture ....................................................................................................................................... 32
       2.3.6- Tableau des indicateurs...................................................................................................... 32
       2.3.7- Tableau de financement du programme ....................................................................... 33
       2.3.8- Tableau d’évolution des emplois affectés au programme ........................................ 33
   2.4- Programme Administration et Gestion du Secteur............................................................ 33
       2.4.1- Présentation des principales caractéristiques du programme ............................... 33
       2.4.2- Brève présentation du responsable du programme .................................................. 34
       2.4.3- La cartographie du programme........................................................................................ 34
       2.4.4- Le cadre de performance du programme Administration et gestion du Secteur
       ................................................................................................................................................................. 36
       2.4.5- Tableau de réalisation du programme ........................................................................... 37
       2.4.6- Tableau des indicateurs...................................................................................................... 38
       2.4.7- Tableau de financement du programme ....................................................................... 39
       2.4.8- Tableau d’évolution des emplois affectés au programme ........................................ 39
CONCLUSION ............................................................................................................................................. 40
INTRODUCTION
Le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a adopté depuis 2002 le
Budget-Programme comme outil de programmation budgétaire. Ce choix s’inscrit
dans la logique de poursuite des réformes engagées par le Bénin en vue de
l’assainissement des finances publiques et pour une meilleure efficacité des
dépenses budgétaires.
Cette approche qui a longtemps guidé les actions des acteurs du secteur a permis
d’atteindre des résultats importants en matière de planification, suivi et
évaluation des interventions dans le secteur.
Par ailleurs, la loi organique N°2013-14 du 27 septembre 2013 relative à la loi
des finances a adopté l’approche programme dans la budgétisation en vue de
mieux renforcer et de responsabiliser des centres d’activités au sein des
ministères ; logique dans laquelle s’est déjà inscrit le MAEP à travers l’adoption et
la mise en œuvre du PSRSA depuis 2011.
Ainsi, les quatre (04) programmes cadres retenus et suivant lesquels la
planification du MAEP était faite ont été confirmés dans l’approche de la nouvelle
loi relative à la loi des finances. Il s’agit des programmes :
   -   Développement de l’Agriculture ;
   -   Développement de l’Elevage ;
   -   Développement de la Pêche et de l’Aquaculture et ;
   -   Administration et Gestion du Secteur.
Les défis majeurs qui incombent au MAEP et réaffirmés à travers les documents
récents d’orientation sont la modernisation des exploitations agricoles familiales
et le développement de l’entrepreneuriat agricole. Ainsi, pour l’exercice 2016, le
MAEP s’inscrira dans cette ligne directrice et mènera diverses actions devant
conduire à l’atteinte des objectifs.
Le présent document de programmation pluriannuelle des dépenses (DPPD)
s’articulera essentiellement autour de deux points à savoirs:
   1- Contexte d’élaboration du DPPD à travers l’analyse du secteur, la
       présentation de missions, objectifs et politiques du MAEP puis l’exécution
       du budget de l’année en cours ;
   2- Présentation    des   programmes      cadres    à   travers   la   définition   des
       caractéristiques spécifiques à chaque programme cadre.
I- CONTEXTE D’ELABORATION DU DPPD
1.1- Analyse du secteur
1.1.1- Caractéristiques, structures et environnement du secteur
Les récents rapports sur le diagnostic du secteur agricole au Bénin, montrent que
ledit secteur est dominé par de petites exploitations agricoles. En 1992, 408.020
exploitations agricoles ont été recensées dont 370.338 sont dirigées par un
homme et 37.682 par une femme. Le nombre d’exploitations existant aujourd’hui
est estimé à environ 550.000, réparties sur huit zones agro écologiques. Elles
sont constituées en majorité de petites et moyennes exploitations de type familial1
orientées vers la polyculture associée souvent au petit élevage (volailles, petits
ruminants ou porcins). La superficie moyenne des petites exploitations agricoles
est estimée à 1,7 hectare sur laquelle vivent en moyenne 7 personnes. Environ
34% des exploitations couvrent moins d’un hectare. Seulement 5% des
exploitations dans le Sud et 20% dans le Nord du Bénin couvrent plus de 5
hectares. Sur les 11 millions d’hectares de surface brute disponible, un peu
moins de 60% sont aptes à l’agriculture.
Malgré la prédominance de l’agriculture de type familial, des entreprises agricoles
modernes sont de plus en plus présentes dans le secteur. En effet, des initiatives
d’implantation de fermes modernes par des promoteurs privés sont recensées
avec des investissements en capitaux dans le foncier, les plantations pérennes
(palmier à huile, anacardier, agrumes et manguiers) et principalement l’élevage
intensif de volailles. La structure de ces investissements implique l’implantation
de ces fermes en zones périurbaine et rurale. Mais ces initiatives sont encore peu
nombreuses pour de multiples raisons : dégradation des terres, faible niveau
d’aménagement des exploitations qui ne respectent pas souvent les normes
environnementales de conservation, non maîtrise de l’eau, faible capacité
d’adaptation à la variabilité climatique et aux phénomènes climatiques extrêmes,
étroitesse du marché local, absence d’une politique de financement adapté aux
caractéristiques de l’activité agricole, indisponibilité et inaccessibilité des
semences de bonne qualité et adaptées aux nouvelles réalités climatiques, faible
disponibilité d’engrais chimiques pour les cultures autres que le coton, non
maîtrise des technologies de production d’intrants organiques et botaniques,
faible niveau d’encadrement et d’accompagnement des acteurs.
En plus de la production végétale, le Bénin possède une façade maritime
d’environ 125 km et deux complexes fluvio-lagunaires : celui du Sud constitué
par les fleuves Ouémé, Mono et Couffo et le bassin du fleuve Niger avec ses
affluents. La principale activité demeure la pêche artisanale (maritime et
lagunaire) et quelques activités de pisciculture (acadja, trous à poissons, étangs
piscicoles et des techniques modernes de pisciculture au stade de vulgarisation).
Deux systèmes de production animale sont pratiqués: (i) le système pastoral
extensif (gros bétail et petits ruminants) localisé au Nord, un peu au Centre et
dans le Plateau, (ii) l’élevage périurbain (volailles, petits ruminants, lapins) et
l’élevage sédentaire de petits effectifs de 3 à 10 bovins associés à de petits
ruminants. Le système-agro pastoral est plus développé dans le Nord du Bénin
avec l’utilisation de la culture attelée et la récupération du fumier au profit de la
fertilité des terres.
La principale source d’énergie domestique reste le bois de chauffe et le charbon
de bois. Le besoin en bois-énergie ajouté à l’extension non contrôlée des champs,
contribue à la réduction drastique du couvert forestier primaire et secondaire. Le
rythme    annuel        de    dégradation    du   couvert    végétal   national     est   estimé
actuellement à 70.000 ha.

1.1.2- Principaux acteurs du secteur
Les principaux acteurs intervenant dans le secteur agricole sont l’Etat,les
collectivités locales et territoriales, les organisations des producteurs agricoles, la
chambre d’agriculture, le secteur privé (ONG, secteur privé marchand), les
partenaires techniques et financiers, la Société civile.
L’Etat crée les conditions d’un développement du secteur agricole à travers la
définition et la participation à la mise en œuvre de la politique agricole, la
définition des règles de jeu entre les différents acteurs institutionnels (textes
législatifs et réglementaires). Le recentrage du rôle de l’Etat l’a amené à se
désengager des fonctions à caractère commercial et des fonctions de production
et à se concentrer sur ses fonctions régaliennes relatives à la coordination,
régulation, planification, contrôle, facilitation, veille, et à la fourniture des biens
et services publics correspondants.
Les   collectivités          locales   et   territoriales,   avec   l’appui   des    structures
déconcentrées de l’Etat et en collaboration avec les autres acteurs dont la
PNOPPA, le secteur privé et les Organisations de la Société Civile, travaillent à la
base pour l'élaboration et la mise en œuvre des actions locales de développement
du secteur agricole.
Les Organisations des Producteurs Agricoles (OPA) : Les OPA occupent une
place de premier ordre. De par leur organisation, les agriculteurs jouent un rôle
économique majeur en même temps qu’ils constituent une force de proposition.
L’Etat contribue à l'émergence des OPA et à leur consolidation à travers des
textes administratifs et réglementaires adaptés.
Depuis 2006, sous le parrainage du MAEP, les OPA faitières et les réseaux d’OPA
à obédience nationale ont créé la Plateforme              Nationale des Organisations
Paysannes et de Producteurs Agricoles du Bénin (PNOPPA-Bénin). Cette
plateforme qui est un cadre de concertation le plus représentatif des producteurs
agricoles du Bénin est affiliée au Réseau des Organisations Paysannes et de
Producteurs   Agricoles   de   l’Afrique   de   l’Ouest    (ROPPA),   à   la   Plateforme
Panafricaine des Producteurs Agricoles (PAFFO) et à la Fédération Internationale
des Producteurs Agricoles (FIPA).
La Chambre Nationale d’Agriculture : Elle joue un rôle de représentation
consulaire des métiers d’agriculture et d’interface dans les relations partenariales
avec l’Etat. La Chambre d’agriculture est le lieu de rencontre et de concertation
des différents acteurs agricoles. Elle veille à l’organisation des services de qualité
en faveur du monde agricole et rural, que ce soit sur financement propre
(parafiscal) ou par délégation de crédits publics.
Le secteur privé : Le secteur privé est chargé principalement de toutes les
fonctions para agricoles de fourniture de biens et services aux autres acteurs du
secteur agricole. Il peut aussi intervenir directement dans la production agricole.
Par ailleurs, il contribue à la fourniture de services publics en partenariat avec
l’Etat par le biais de la contractualisation. Cette contractualisation se fait sur la
base de la maîtrise d’œuvre, ou de la maîtrise d’ouvrage déléguée lorsque l’Etat, à
des fins d’efficacité et d’efficience, juge opportun de déléguer sa responsabilité
première de maître d’ouvrage.
Les opérateurs privés se sont organisés eux-mêmes par catégorie par le biais de
leurs représentants au niveau des différentes branches d’activités, notamment au
sein des différentes filières de production agricole. Les familles professionnelles
concernées se rassemblent au sein d’interprofessions qui gouvernent le
fonctionnement des filières.
La Société Civile : Elle joue au Bénin un rôle important en apportant ses
capacités et expériences aux OPA et aux communautés rurales à la base. Elle
occupe une place non négligeable au sein de l’espace né des besoins d’appui
rapproché du monde rural. Elle veille à la mise en œuvre cohérente des politiques
et stratégies agricoles. Si les ONG internationales sont le plus souvent à la
hauteur de la tâche, les ONG nationales restent encore faibles par faute de
moyens techniques et financiers.
Les Partenaires Techniques et Financiers : Les PTF ont pour vocation première
d’accompagner les efforts du Gouvernement béninois dans le développement du
secteur agricole conformément à ses orientations en matière de lutte contre la
pauvreté. Dans l’esprit de la       Déclaration de Paris, ils fournissent, en
collaboration avec le Gouvernement, des indications sur leurs futures aides au
secteur sur une base pluriannuelle pour une meilleure prévisibilité.

1.1.3- Financement du secteur
Le financement du secteur agricole est assuré à travers les fonds publics et les
fonds privés. Les fonds publics sont constitués par les ressources du budget
national et les ressources extérieures mises en place avec l’appui des Partenaires
Techniques et Financiers. Les fonds privés concernent les investissements faits
directement à travers les Acteurs Non Etatiques (ANE) que sont : les
Organisations   Professionnelles   Agricoles   (OPA),   les   Organisations   Non
Gouvernementales (ONG) et le Secteur Privé. Mais force est de constater que la
part des ONG nationales dans le financement du secteur demeure relativement
modeste.
Les prévisions budgétaires de l’Etat pour le secteur au titre de l’année 2015 ont
connu une hausse de 10,54% par rapport à celles de 2014. Au cours des six
dernières années, les dépenses publiques réalisées dans le secteur ont évolué de
manière erratique avec leur plus bas niveau enregistré en 2011. Mais avec les
mesures prises par le Gouvernement pour résorber progressivement la récession
économique et financière survenue depuis 2010, le niveau des dépenses de l’Etat
dans le secteur agricole a continué de s’accroître, passant de 29,5 milliards de
francs CFA en 2011, à plus de 67 milliards de francs CFA en 2014.
Le secteur agricole constitue l’un des secteurs où on assiste à une grande
concentration desinterventions des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).
En effet, sur un total de 23 PTF qui interviennent dans les secteurs clés de
l’économie béninoise, 13 sont dans le secteur agricole dont 07 à travers la
coopération multilatérale et 06 à travers la coopération bilatérale.
Les investissements privés réalisés dans le secteur agricolesesont constamment
accrus au cours des six dernières années mais depuis 2011, le rythme de
croissance s’est accéléré avec un record de près de 55% en 2013 qui n’est pas
soutenu en 2014 (13%).

1.1.4- Performances du secteur
L’analyse de la performance du secteur agricole se fera à travers sa contribution à
la croissance économique, à l’atteinte des OMD et au niveau d’atteinte des
principaux résultats des programmes-cadres du PSRSA.
Lacroissance du PIB agricole a été effective au cours des six dernières années. En
effet, après la baisse de croissance enregistrée en 2010, on note une relance de la
croissance du PIB agricole qui est passée de 1,5% en 2010 à 6,3% en 2013 et
à 6,5% en 2014, soit une augmentation de 5 points.
Quant à la contribution du secteur agricole au PIB, elle a évolué de manière
erratique au cours des six dernières années avec une moyenne de 32,7%. Par
rapport à 2013, on note une baisse de 0,5 point due à la hausse de 0,8 point
observée au niveau de la contribution du secteur tertiaire, au détriment des
secteurs primaire et secondaire.
La contribution du secteur agricole à la croissance économique a évolué de
manière globalement croissante au cours des six dernières années. Cette
situation est essentiellement due aux mesures prises par le Gouvernement pour
résorber progressivement les différentes crises alimentaire, économique et
financière et à l’accroissement de la production agricole dans son ensemble et
particulièrement au relèvement progressif de la production cotonnière.

Ces efforts n’ont néanmoins pas suffi à équilibrer la balance commerciale du
Bénin. En effet, la balance commerciale agricole du Bénin est fortement déficitaire
du fait que les importations d’intrants agricoles, de produits agricoles et
agroalimentaires supplantent nettement les exportations de produits agricoles et
agroalimentaires.   Selon   les    données   de   l’INSAE,   seulement   26,7%   des
importations sont couvertes par les exportations sur la période 2009-2014.

Selon les résultats d’une étude menée par la FAO en 2012, le Bénin a pu couvrir
les besoins énergétiques de sa population sans cesse croissante (3,3%), avec un
excédent de 27% contre 24% en 2011, soit un accroissement de 3 points (voir
 tableau ci-dessous). Ce taux de couverture bien que largement au-dessus de la
 moyenne en Afrique au Sud du Sahara (109%) est encore inférieure (de 7 points)
 à la moyenne enregistrée au niveau des pays développés.

 1.1.5- Analyse SWOT du secteur
 Une brève analyse SWOT du secteur se présente dans le tableau ci-après :

               FORCES                                       FAIBLESSES
Au niveau administratif et de la           Au niveau administratif et gestion
gestion                                    - Faible définition et analyse de la politique
- Existence     de     documents     de      agricole par les structures du MAEP ;
  politiques (nationales et régionales)    - Lenteur dans la mise en œuvre du cadre
  et réformes institutionnelles ;            programmatique du secteur ;
- Renforcement      du     système   de    - Faible capacité de la sous-section
  planification, de budgétisation et de      statistique à générer des statistiques
  suivi-évaluation     axée    sur  les      fiables, en dépit de la mise en place de la
  résultats ;                                Direction de la Statistique Agricole
- Début de mise en œuvre des               - Faible développement des relations
  réformes      institutionnelles    du      intersectorielles ;
  secteur (organes de mise en œuvre        - Non généralisation des plans fonciers
  du PSRSA et AOF du MAEP)                   ruraux au niveau de l’ensemble des
- Existence de nombreux centres de           communes et villages du Bénin ;
  recherches agricoles (INRAB, entités     - Faible liaison entre la recherche et la
  universitaires nationales, ONG,            vulgarisation d’une part et les mesures
  IITA,     IPGRI,      AfricaRice    et     d’accompagnement d’autre part ;
  Center/WARDA) ;                          - La recherche agricole reste encore
- Existence     d’un     document    de      largement tributaire des financements
  stratégie nationale du conseil             extérieurs ;
  agricole (SNCA) ;                        - Vieillissement et diminution du nombre
- - Existence de document de mise en         de chercheurs ;
  œuvre de l’APNV ;                        - Insuffisance des subventions de l’Etat
                                             pour la recherche agricole ;
Au niveau du sous-secteur                  - Inexistence de Banque Nationale de
agriculture                                  Développement Agricole (BNDA) ;
- la     disponibilité    des    terres    - Faible financement du secteur privé
  cultivables,                               agricole ;
- l’existence d’une loi portant régime     - Inadaptation         des       mécanismes
  foncier rural                              assurantiels du secteur agricole aux
- l’existence        d’un       réseau       besoins des acteurs agricoles,
  hydrographique assez dense,              - Non-respect des normes d’allocation
- la disponibilité des ressources            (10%) des subventions du budget de l’Etat
  humaines,                                  recommandées par l’Union Africaine (UA)
FORCES                                       FAIBLESSES
- l'émergence de nouvelles structures         pour le financement du secteur agricole ;
  et acteurs du secteur public et privé
  (universités, hôtels etc.).               Au niveau du sous-secteur agriculture
                                            - la dégradation et la baisse de la fertilité
Au niveau du sous-secteur élevage             des terres,
- Investissement         de       certains - le faible niveau d’aménagement des
  opérateurs économiques dans la              exploitations agricoles qui ne respectent
  création    d’unités     de     fabrique    souvent        pas           les    normes
  d’aliments de bétail et autres              environnementales de conservation,
  intrants ;                                - le nombre limité des exploitations de
- Existence      de    structures       de    grande taille,
  production      de      matériels      et - la non maîtrise de l’eau,
  équipement d'élevage ;                    - la faible capacité d’adaptation à la
- Mise en place d’infrastructures             variabilité climatique et aux phénomènes
  d’élevage, de transformation et de          climatiques extrêmes,
  commercialisation par plusieurs - l’étroitesse du marché intérieur pour
  projets d’élevage                           certains produits,
- Existence d’un Système National de - le taux élevé des pertes post récolte,
  Recherche         Agricole          pour - la faible transformation des produits
  l’amélioration de la productivité des       agricoles d'origine végétale,
  animaux                                   - l’indisponibilité et l’inaccessibilité de
- Multiplication d’élevages modernes          semences végétales et plants de bonne
  (semi-intensifs et intensifs) qui se        qualité,
  sont      développés        en      zone - la faible maîtrise des technologies de
  périurbaine ;                               production d’intrants organiques,
- Les     élevages     d’espèces       non - la        faible    disponibilité d’intrants
  conventionnelles              (escargot,    spécifiques,
  aulacodes, etc.) se développent de - la faible disponibilité de la main d’œuvre ;
  plus en plus grâce à des actions - le faible taux d’utilisation d’équipements
  d’appui aux Activités Génératrices          agricoles mécanisés,
  de Revenus (AGR), de formation et - le mauvais état de certaines voies de
  d’information ;                             dessertes rurales,
- Existence     de    races      animales - le faible niveau d’organisation des
  exotiques à potentiel génétique             producteurs et leur intégration aux
  connu ;                                     marchés régionaux et internationaux,
- Organisation de campagnes de - la lenteur dans la mise en œuvre de la loi
  vaccination contre les maladies             portant code foncier domanial,
  majeures      du      bétail      (PPCB, Au niveau du sous-secteur élevage
  Pasteurellose, etc.) ;                    - Persistance des systèmes traditionnels de
- Existence d’un plan d’intervention          production dans les campagnes, élevages
  d’urgence contre l’Influenza aviaire        divagants,                         élevages
  Hautement Pathogène (H5N1) ;                extensifs (transhumance),          absence
- Existence des textes réglementaires         d’habitat d’élevage, etc.) ;
FORCES                                          FAIBLESSES
 de mise en œuvre du            mandat      - Conduite hasardeuse des sélections des
 sanitaire ;                                  races par les éleveurs ;
                                            - Faibles couverture vaccinales du cheptel
Au niveau du sous-secteur Pêche et            du fait de la faible adhésion des éleveurs
Aquaculture                                   aux activités de prophylaxie ;
                                            - Faible capacité des professionnels privé à
- Existence de complexes fluvio-
                                              remplir leur mission ;
  lagunaires (deux grands lacs,
                                            - Persistance de certaines épizooties et
  plusieurs plans d’eau lagunaire),
                                              risques d’émergence de nouvelles
  plus de 200 000 ha de plaines             - Mobilité incontrôlée des animaux
  inondables et 700 km linaires de          - Réseau      d’épidémio-surveillance       peu
  cours d’eau)
                                              fonctionnel ;
- Diversité des ressources biologiques
                                            - Les OP à vocation coopérative ainsi que
  des plans d’eau continentaux
                                              leurs structures faîtières ne fonctionnent
- Disponibilité de la Loi sur le foncier
                                              pas selon la loi OHADA relative à
  rural
                                              l’organisation et au fonctionnement des
- Existence      deux      (02)     bases
                                              coopératives ;
  obligatoires de contrôle (BOC), de
                                            - Inadéquation des plans de formation des
  douze (12) plateformes de transfert
                                              écoles de formation professionnelle avec
  des produits de la pêche (PFT)
                                              les besoins du sous-secteur
  autour du lac Ahémé ;                     - Mauvaise répartition des vétérinaires
- Existence              d’organisations
                                              privés sur le territoire ;
  socioprofessionnelles de pêcheurs
                                            - Insuffisance ou absence d’infrastructures
  et de mareyeuses à divers niveaux
                                              de conservation et de stockage des
  (UNAPECAB, ANM) ;                           produits animaux ;
- Existence de nombreuses espèces           - Difficulté d’accès des producteurs aux
  côtières dites de luxe (daurade,
                                              intrants ;
  carpe rouge, mérou, etc.)
                                            - Matériels       et       équipements       de
- Présence d’une communauté de
                                              transformation et de commercialisation
  pêcheurs     dynamique        disposant
                                              inadéquats ou peu vulgarisé ;
  d’un capital important de savoirs et
                                            - Insuffisance        d’infrastructures      de
  de savoir faire                             transformation et de commercialisation
- Existence d’un projet de Loi-cadre
                                              (marché de bétails ; abattoirs ; aires
  sur les pêches (en cours d’adoption
                                              d’abattage ; mini-laiteries)
  à l’AssembléeNationale)
                                            - Insuffisances        des      infrastructures
- Existence de centres privés de
                                              d’élevage (points d’eau, couloir de
  production de semences aquacoles            transhumance, parcs de vaccination, etc.)
- Existence de pisciculteurs motivés
                                            Au niveau du sous-secteur Pêche et
- Existence       d’associations      des
                                            Aquaculture
  pisciculteurs (FENAPIB)
                                            - Insuffisance        d’infrastructures       et
- Maîtrise     des     techniques      de
                                              équipements de débarquement aux
  reproduction artificielle du Tilapia        normes
  du Nil et Clarias par quelques            - Surexploitation de la plupart des
  pisciculteurs
FORCES                                       FAIBLESSES
-   Existence de pisciculteurs relais           pêcheries continentales Analphabétisme
    capables      d’encadrer     d’autres       ou      faible instruction des acteurs
    pisciculteurs                               professionnels,
-   Disponibilité importante de sites       -   Faible professionnalisme des acteurs
    piscicoles potentiels de qualité ;      -    Faible connaissance de l’impact des
-   Existence d’un Schéma Directeur             différentes techniques de pêche sur les
    pour la promotion de l’aquaculture          biotopes
    continentale (15projets)                -   Utilisation d’engins de pêche non sélectifs
-   Existence d’importantes ressources      -   Non adoption de la loi cadre sur la pêche
    en eau (puits artésiens, retenues       -   Vétusté de la flotte et baisse des
    d’eau et barrages, écosystèmes              rendements physiques des bateaux
    fluvio-lacustres) exploitables pour     -   Surexploitation des pêcheries maritimes
    différentes                    formes   -   Pratiques de pêche illégale, non déclarée,
    d’installations/infrastructures             non réglementée (INN) affectant aussi le
    piscicoles                                  potentiel halieutique
                                            -   Intensification des conflits      opposant
                                                industriels et artisans
                                            -   Méconnaissance des zones de pêche à
                                                forte potentialité (récif de corail) et non
                                                maitrise des techniques d’exploitation
                                            -   Méthodes traditionnelles de fumage, de
                                                séchage et de stockage peu efficaces
                                            -   Faible     spécialisation    des     agents
                                                d’encadrement
                                            -   Insuffisance d’aménagement des points
                                                de débarquement
                                            -   Coût élevé des équipements et matériels
                                                de pêche
                                            -   Pollution par des rejets de déchets liés
                                                aux activités humaines et industrielles
                                            -   Fréquentes incursions dans les zones
                                                réservées à la pêche maritime artisanale
                                                par les bateaux de la pêche maritime
                                                industrielle
                                            -   Exiguïté et insalubrité de la halle de
                                                marées du Port de Pêche de Cotonou
                                            -   Amenuisement et dépeuplement des
                                                ressources halieutiques
                                            -   Faible équipement des centres pour la
                                                production d’alevins
                                            -   Existence d’un nombre limité des espèces
                                                actuellement élevées
                                            -   Insuffisance d’unités de production
FORCES                                       FAIBLESSES
                                             d’alevins et d’aliment poisson
                                         -   Dégénérescence génétique des souches
                                             d’Oreochromisniloticus
                                         -   Insuffisance de recherche et de formation
                                             adaptée en aquaculture ;
                                         -   Faible maîtrise de la conduite des
                                             élevages
                                         -   Pratique de l’aquaculture non encore
                                             répandue
                                         -   Manque de financements adaptés pour
                                             les promoteurs aquacoles
                                         -   Coûts élevés des intrants et des
                                             infrastructures aquacoles
                                         -   Accès difficile aux sites propices à
                                             l’aquaculture
                                         -   Absence de politique de production
                                             semencière

            OPPORTUNITES                                       MENACES
Au niveau administratif et de la             Au niveau administratif et de la
gestion                                      gestion
- Existence d’une volonté affirmée du        - Persistance          des        contraintes
  gouvernement, soutenue par les               socioculturelles ne permettant pas aux
  partenaires techniques et financiers et      femmes et aux jeunes de bénéficier de
  des institutions sous régionales et          toute l’attention requise et de jouer
  internationales pour accompagner le          correctement leur partition dans les
  MAEP à l’amélioration de la qualité          programmes de développement du
  des statistiques agricoles ;                 secteur agricole ;
- l’ABSSA et le LCSSA sont engagés           - faible sécurisation du foncier rural
  dans un processus de démarches               pour les investissements agricoles ;
  qualité respectivement pour la norme       - Le vieillissement et la diminution du
  ISO 17020 et la norme ISO 17025              nombre de chercheurs ;
- Mise    en    œuvre     des    Réformes    - Les subventions de l’Etat ne sont pas
  budgétaires au niveau du Ministère de        toujours disponibles ;
  l’Economie et des Finances allégeant       - Les banques sont réticentes à financer
  les procédures de décaissement des           les autres filières agricoles, car jugées à
  fonds ;                                      risques élevés ;
- La    génération    des     technologies   - Le caractère saisonnier de l’agriculture
  agricoles se fait à travers         des      n’est    pas      réellement     pris    en
  protocoles     qui     abordent     des      compte dans la gestion des finances
  spéculations et domaines variés ;            publiques notamment le SIGFiP ;
                                             - Les subventions octroyées à travers le
OPPORTUNITES                                       MENACES
Au niveau du sous-secteur agriculture            Budget       National    sont     parfois
- la diversité des zones agro-écologiques        inférieures aux normes recommandées
  (climats et sols) qui permet une               par l’Union Africaine (10%) ainsi que sa
  diversification     des     productions        mobilisation ;
  agricoles pour couvrir les besoins           - Inadaptation des procédures actuelles
  alimentaires et nutritionnels de base          de décaissement par rapport aux
  de la population,                              spécificités du secteur agricole et de la
- Possibilités de débouchés au niveau            faible capacité des structures de
  national et dans la sous-région pour           gestion des projets.
  les produits transformés
- Existence d’un réseau de marchés             Au niveau du sous-secteur agriculture
  sous-régional et la proximité d’un
  grand marché extérieur constitué par         - les risques de changement climatiques
  le    Nigériaune     façade    maritime        et de survenue de phénomènes
  d’environ 125 km et deux (2)                   climatiques extrêmes,
  complexes fluvio-lagunaires pour les         - l'acquisition anarchique de grandes
  transactions commerciales.                     exploitations par les firmes et des
                                                 multinationaux étrangers etc.
Au niveau du sous-secteur élevage
- Existence de sous-produits agro              Au niveau du sous-secteur élevage
  industriels et de résidus de récoltes ;      - Circulation     non      contrôlée   des
- Existence         d’un       programme         troupeaux pour le commerce et la
  d’amélioration génétique dans le cadre         transhumance ;
  de la mise en œuvre du PAFILAV ;             - Importation frauduleuse de produits
- Existence de normes internationales            d'élevage ;
  et sous régionales ;                         - L’introduction des races exotiques ;
- Existence de textes réglementaires           - Concurrence      déloyale      due   aux
  nationaux       sur      les     normes        importations de viande de volaille
  d'installation d'élevages ;                    congelée sur le marché local ;
- Existence de professionnels privés           - Ensablement des points d’eau
  pour garantir la distribution de             - Non-respect des couloirs de passage
  médicaments       vétérinaires   et     le     par les agriculteurs et les éleveurs
  contrôle sanitaire des troupeaux ;           Au niveau du sous-secteur Pêche et
- Existence d’un Réseau sous régional          Aquaculture
  de surveillance épidémiologique              - Sédimentation et comblement des
- Existence d’un réseau de Laboratoire           plans d’eau, notamment des complexes
  de diagnostic vétérinaire ;                    lagunaires et de leurs chenaux
- Les opérateurs privés à travers              - Pollution des grands plans d’eau par
  diverses associations professionnelles,        les principales villes riveraines comme
  interviennent de plus en plus dans le          Cotonou et Porto-Novo, du fait des
  secteur agricole, pour l’organisation          rejets de déchets liés aux activités
  des activités en amont et en aval de la        humaines et industrielles
  production (approvisionnement en             - Changements climatiques
OPPORTUNITES                                      MENACES
  intrants,            commercialisation,   -   Configuration physique de la côte
  prestations de services, etc.) ;              (franchissement de la houle)
- Existence de matières premières           -   Erosion côtière
  locales pour la formulation et la         -   Pollution par les déchets de phosphate
  production d'aliments de bétail ;             venant du Togo
Au niveau du sous-secteur Pêche et          -   Piraterie
Aquaculture
- Inscription du Bénin sur la liste des
  pays autorisés à exporter des produits
  halieutiques vers l’Union Européennes
- Existence de marchés potentiels
  d’écoulement importants des produits
  de pêche continentaux dont celui du
  poisson chat vers le Nigéria ;
- Existence d’un débarcadère moderne
  de la pêche maritime artisanale à
  Cotonou
- Existence de systèmes traditionnels
  d’épargne et de prêts
- Existence de sous-produits agro-
  industriels locaux pour la fabrication
  d’aliments pour poissons
- Existence de marchés porteurs pour
  le poisson d’aquaculture (locaux et
  régionaux)

 1.1.6- Priorités pour l’année à venir
 Le MAEP a une longue liste de priorités pour l’année à venir compte tenu des
 défis dans le secteur et les réformes en cours. Ces priorités peuvent être
 résumées comme suit :

    -   Interconnexion entre les structures du MAEP, y compris avec les CARDER
        et mise en place de l'internet ;
    -   Mise en service de l’unité de montage de machines agricoles à Ouidah ;
    -   Renforcement de l’encadrement rapproché des producteurs agricoles, et de
        la coordination des interventions agricoles par les CARDER ;
    -   Relance de la production cotonnière ;
    -   Relance de la filière palmier à huile (pépinières, approvisionnement en
        intrants spécifiques et encadrement des paysans) ;
-   Opérationnalisation des nouvelles structures créées dans le cadre du
       PSRSA et du nouvel AOF du MAEP ;
   -   Mise en œuvre du Plan stratégique de développement des ressources
       humaines et du plan de décrochage des ressources humaines au MAEP ;
   -   Construction et équipement d'un bâtiment au Laboratoire Centrale pour
       l'analyse des intrants agricoles.

1.2- Analyse des missions, objectifs, politiques et stratégies du ministère
1.2.1- Objectifs
Dans le cadre de la contribution du secteur agricole au développement du Bénin,
les objectifs assignés au Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche
sont les suivants :
        assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations rurales
          et urbaines ;
        accroître les revenus agricoles ;
        contribuer à l’amélioration de l’accès du pays aux devises ;
        maintenir ou accroître les emplois ;
        assurer l’exploitation durable des ressources naturelles de production.

1.2.2- Mission
Le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche a pour mission la
conception, la coordination, la mise en œuvre et le suivi-évaluation de la politique
de l’Etat en matière d’amélioration de la production, des revenus des producteurs
des sous-secteurs de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et du niveau de vie
des populations, conformément aux lois et règlements en vigueur au Bénin, d’une
part, et aux vision et politique de développement du Gouvernement, d’autre part.

1.2.3- Politiques et stratégies du Ministère
Le Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole (PSRSA) a mis essentiellement
l’accent sur le développement des filières agricoles et a retenu comme orientations
fondamentales (i) la professionnalisation des exploitations agricoles de type
familial et la promotion de l’entrepreneuriat agricole. Le PRSA a été doté d’un
plan d’actions qui a servi de base à un Programme National d’Investissement
Agricole (PNIA) du Bénin, objet d’une table ronde les 15 et 16 octobre 2009 à
Cotonou. Quatre (04) programmes cadres consacrés par le pacte signé au cours
de la table ronde sur le PNIA du Bénin ont été retenus pour la mise en œuvre du
PSRSA/PNIA-Bénin. Il s’agit de : (i) Programme Développement de l’Agriculture,
(ii) Programme Développement de l’Elevage, (iii) Programme Développement de la
Pêche et de l’Aquaculture, (iv) Programme Administration et Gestion du Secteur
Agricole.
Les Orientations Stratégiques de Développement (OSD), élaborées pour la période
2006-2011,     constituent    la   première    référence   du   PSRSA      et   s’inscrivent
parfaitement dans les initiatives de développement auxquelles le Bénin a adhéré
aux plans régional et mondial. Il s’agit notamment de la Politique Agricole
Commune de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (PAC/UEMOA), de la
Politique Agricole de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de
l’Ouest (ECOWAP) et du Programme Détaillé pour le Développement de
l’Agriculture Africaine du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique
(PDDAA/NEPAP).
Par ailleurs, le Plan Stratégique Opérationnel (PSO), tenant compte de la
structure actuelle et de la dynamique de l’économie et de l’agriculture béninoise,
des orientations économiques prises depuis 1990 et des objectifs assignés au
secteur, énonce les grands traits de la stratégie de développement rural pour les
prochaines années :

La priorité est donnée à la modernisation progressive de l’agriculture familiale
afin de lui permettre d’accéder au marché.

Cette    modernisation    permettra    de     passer   d’une    économie    dominée     par
l’autosubsistance à une économie mieux intégrée au marché tout en étant
créatrice d'emplois.

Pour ce faire, elle s'appuie sur :

    une responsabilisation des Organisations Paysannes, celles-ci étant
        appelées, avec les autres opérateurs privés, à jouer un rôle croissant dans
        le développement rural et à prendre en charge des fonctions jusqu'alors
        assurées par l'Etat et qui leur ont été transférées ;
    une responsabilisation progressive des élus locaux dans la prise en charge
        des problèmes alimentaires et nutritionnels des communautés ;
    une diversification des filières et des produits ayant vocation à être
        commercialisés, notamment sur les marchés extérieurs ;
 une organisation des circuits de commercialisation tenant compte à la fois
      des besoins du consommateur et des offres du producteur/transformateur,
      et sans laquelle les actions d’appui à la production conduisent à des échecs
      par accumulation de stocks invendus.
Le PSRSA s’appuie par ailleurs sur les neuf (09) axes stratégiques que sont :

      renforcement de la disponibilité et de l’accessibilité aux semences de
      qualité ;
      renforcement de l’accessibilité aux intrants ;
      mécanisation des activités agricoles adaptée et accessible ;
      mise en place de financements adaptés et accessibles ;
      amélioration     de   l’accès   aux   connaissances   professionnelles   et   aux
      innovations technologiques ;
      développement et opérationnalisation des aménagements agricoles ;
      sécurisation et gestion de l’accès au foncier ;
      facilitation de l’accès aux marchés ;
      professionnalisation des exploitations de type familial et, promotion des
      grandes exploitations et de l’entrepreneuriat agricole.
1.3- Exécution du budget de l’année en cours au 30 juin 2015
Au 30 juin 2015, la situation financière du budget se présente comme suit :
Les engagements s’élèvent à 28,319 milliards de francs CFA sur une prévision de
72,906 milliards de francs CFA, soit un taux d’engagement de 38,84% contre
60,75% à la même période de l’année 2014 : on note une régression de 21,91
points.
Quant aux ordonnancements, ils s’élèvent à environ 20,345 milliards de francs
CFA, soit un taux d’exécution de 27,91% contre 52,13% à la même période de
l’année 2014 : on note un écart négatif de 24,22 points.

II- PRESENTATION DES PROGRAMMES
2.1- Programme Développement de l’Agriculture
2.1.1- Présentation des principales caractéristiques du programme
Le programme de développement de l’agriculture vise à relever les défis de
sécurité alimentaire et nutritionnelle, de croissance économique et combattre la
faim et la pauvreté.
Il devra permettre aux agriculteurs de mieux s’adapter aux changements
climatiques et prend en compte des volets spécifiques liés à l’amélioration des
infrastructures rurales et de renforcement des capacités commerciales pour
faciliter l'accès au marché. A cela, s'ajoute l’appui-accompagnement pour
l’acquisition des équipements modernes de stockage, de conservation et de
transformation.

Ce programme qui est décliné en projets filières basés sur les chaines de valeurs
ajoutées consiste à promouvoir le développement des filières végétales par la
diversification et l’intensification des productions d’une part, et à renforcer la
sécurité alimentaire et nutritionnelle, à travers un accroissement de la
compétitivité des produits vivriers de grande consommationd’autre part.

Les objectifs spécifiques assignés à ce programme sont :

    Accroître les niveaux de production et de compétitivité des filières végétales
       tout en adaptant les systèmes de production au contexte socio-économique
       et environnemental ;

    Assurer le développement des filières végétales porteuses en vue d’accroître
       l’accès du pays aux devises.

    Promouvoir la transformation des produits agricoles (noix de cajou, ananas,
       noix de palme à huile, coton, manioc, igname, maïs), la conquête des
       marchés, la transparence des transactions et le respect des normes et de la
       traçabilité des produits.

2.1.2- Brève présentation du responsable du programme
Le programme Développement de l’Agriculture (PDA) est placé sous la tutelle de la
Direction de la Production Végétale. A ce titre, il a comme responsable le
Directeur de la Production Végétale en la personne de Monsieur CHABI ISSA
Chabi Abdoulaye.

2.1.3- La cartographie du programme
Les différents services, directions ou projets/programmes qui concourent à la
réalisation de ce programme sont :

Au titre des services

   -   La Direction de la Production Végétale (DPV)
-   La Direction Générale de l’Aménagement et de l’Equipement Rural

Au titre des projets

- Appui aux programmes de recherches pour la génération de technologies
d'Adaptation et de Résilience des Filières Agricoles aux changements climatiques
(ARFACC/INRAB)
- Aménagement Hydro-Agricole de la Vallée du Fleuve Mono (PAHV-MONO)
- Projet d'Appui aux Dynamiques Productives (PADYP)
- Programme d'Appui au Développement des Filières Agricoles (PROFI)
- Projet de Sécurité Alimentaire par l'Aménagement des Bas-fonds et le
 renforcement des capacités de stockage au Benin (PSAAB)
- Projet de Développement Agricole des Communes (PDAC)
- Programme de Promotion de l'Agriculture (Pro-Agri2)
- Projet d'Appui à la Diversification Agricole (PADA)
- Projet Amélioration de la Productivité Agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO-
BENIN)
- Programme National de Promotion des Filières Agricoles (PNPFA)
- Programme d'Appui à la Croissance Economique Rurale (PACER)
- Projet d'appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l'Ouémé (PAIA-VO)
- Projet d'Amélioration de la Productivité Agricole des Petits Exploitants (PAPAPE)
- Projet d’Appui à la Production Vivrière dans les départements de l’Alibori, du
Borgou et des Collines (PAPVI-ABC) (à partir de 2016)
- Projet d’Appui au Développement Agricole des Collines (à partir de 2016)
- Projet d’Appui au Développement du Maraîchage (PADMAR) (à partir de 2016).
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler