PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel

 
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
PLAN ORGANISATIONNEL
            2018-2021
       Présentation de l’offre de services et des responsabilités
                      des différentes directions et des comités

                                                    20 juin 2018

                                                                    0
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
Contenu
Contexte .......................................................................................................................................... 3
Présentation de l’établissement...................................................................................................... 3
   Mission ........................................................................................................................................ 3
   Vision ........................................................................................................................................... 4
   Énoncé de vision .......................................................................................................................... 4
   Valeurs ......................................................................................................................................... 5
   Philosophie de soins .................................................................................................................... 6
Conseil d’administration ................................................................................................................. 9
   Composition ................................................................................................................................ 9
   Obligations du conseil d’administration...................................................................................... 9
   Le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services .................................................. 10
   Le médecin examinateur ........................................................................................................... 10
Les comités obligatoires ................................................................................................................ 11
   Le comité de gouvernance et d’éthique.................................................................................... 11
   Le comité de vérification ........................................................................................................... 11
   Le comité des usagers ............................................................................................................... 11
   Le comité de vigilance et de qualité .......................................................................................... 12
   Le comité de gestion des risques .............................................................................................. 12
   Le comité de révision................................................................................................................. 13
Les comités facultatifs à l’IPPM ..................................................................................................... 14
   Le comité des ressources humaines .......................................................................................... 14
   Le comité d’éthique de la recherche ......................................................................................... 14
   Le comité scientifique ............................................................................................................... 14
   Le comité d’éthique hospitalière............................................................................................... 15
Les conseils professionnels............................................................................................................ 16
   Le conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) .................................................... 16
   Le conseil des infirmières et infirmiers (CII) .............................................................................. 16
   Le conseil multidisciplinaire (CM).............................................................................................. 16
LES DIRECTIONS ............................................................................................................................. 17
Direction générale ......................................................................................................................... 17
Direction générale adjointe ........................................................................................................... 18

                                                                                                                                                     1
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
Direction des soins infirmiers et des services multidisciplinaires ................................................. 19
   Programme Admission/Évaluation ............................................................................................ 20
   Programme d’expertises ........................................................................................................... 20
   Programme de réadaptation ..................................................................................................... 21
   Programme de traitement ........................................................................................................ 21
   Programme de traitement et d’évaluation des femmes délinquantes ..................................... 21
   Programme d’évaluation/traitement interne des adolescents ................................................ 22
   Coordination d’activités ............................................................................................................ 22
   Accueil/activités internes .......................................................................................................... 22
   Services diagnostiques .............................................................................................................. 22
   Service de l’équipe volante ....................................................................................................... 23
   Service de sécurité..................................................................................................................... 23
   Service de soutien à l’intégration sociale .................................................................................. 23
   Services spécialisés au développement de la personne ........................................................... 23
Direction des services professionnels ........................................................................................... 25
   Département de psychiatrie...................................................................................................... 26
      Membres du département..................................................................................................... 27
      Rôle et fonctions du Chef du Département de psychiatrie .................................................... 27
   Programme de psychiatrie carcérale......................................................................................... 28
   Service de pédopsychiatrie ....................................................................................................... 28
   Département de pharmacie ...................................................................................................... 29
   Service de médecine et médecine dentaire .............................................................................. 29
   Service des archives médicales ................................................................................................. 29
   Service de criminologie ............................................................................................................. 30
   Service de psychologie .............................................................................................................. 30
   Services externes ....................................................................................................................... 31
Direction de la recherche et de l’enseignement universitaire ...................................................... 32
Direction des services techniques ................................................................................................. 34
ANNEXE 1- Stratégie d’accès ......................................................................................................... 35

                                                                                                                                             2
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
Contexte
Le plan d’organisation relève de la LSSSS, article 183, qui stipule que « tout établissement doit
préparer un plan d’organisation administratif, professionnel et scientifique ». Ce plan décrit les
structures administratives de l’établissement, ses directions et services, ainsi que les
programmes cliniques. De plus, la Loi stipule qu’un tel plan doit être révisé au moins tous les
trois ans. Le plan organisationnel de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal (IPPM) permet de
documenter la structure de l’établissement afin de l’officialiser, de la diffuser et de s’y référer. Il
s’agit d’un outil dynamique qui évolue avec l’organisation et vise à maximiser l’efficacité de la
prise de décision et l’efficience de l’action entreprise afin de permettre à l’établissement de
remplir adéquatement sa mission.

Présentation de l’établissement

Mission
L’IPPM fait partie intégrante du continuum des services psychiatriques québécois. Son
expertise de pointe en psychiatrie légale est significative et s’inscrit en complémentarité
et en continuité avec les services psychiatriques offerts au sein du réseau de la santé et
des services sociaux. Sa clientèle majoritairement en provenance du milieu carcéral
implique également un partenariat étroit avec les ministères de la Justice et de la
Sécurité publique. Affilié à l’Université de Montréal, l’IPPM a une mission de soins,
d’enseignement, de recherche et d’évaluation des technologies et des modes
d’intervention. Sa mission unique se décline comme suit:

   Soins axés sur les besoins du patient
    Offrir des soins de qualité selon les bonnes pratiques aux patients les plus complexes
    du Québec, atteints de troubles mentaux graves, souvent accompagnés de troubles
    de dépendance, qui présentent des comportements violents mettant en danger la
    sécurité publique ou dont la complexité clinique dépasse la capacité des soins et
    services des autres établissements du réseau de la santé et des services sociaux,
    dans un milieu de soins assurant une sécurité maximale tant pour les patients que
    pour notre personnel.
   Expertise médico-légale
    Offrir au réseau judiciaire et au réseau de la santé des services d’expertise médico-
    légale en matière d’évaluation, de traitement et de gestion de personnes souffrant
    de troubles mentaux accusées d’infractions criminelles et dont la condition clinique
    ou la gravité du délit requièrent une expertise de pointe dans un milieu sécuritaire.

                                                                                                     3
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
   Enseignement
    Assurer un rôle de chef de file en enseignement aux futurs professionnels de la
    santé tant dans les domaines de grande complexité clinique que dans le secteur de
    pointe de la psychiatrie légale. Offrir un milieu d’apprentissage en matière de
    prévention, d’évaluation, de traitement, de réadaptation et de gestion des
    comportements violents associés aux troubles mentaux, adapté aux besoins
    spécifiques du personnel des réseaux de la santé et des services sociaux, de la
    sécurité publique et de la justice.
   Recherche fondamentale, clinique et psychosociale
    Offrir un milieu dynamique de pointe en recherche fondamentale, clinique et
    psychosociale en matière de prévention, d’évaluation, de traitement, de
    rétablissement et de gestion des comportements violents associés aux troubles
    mentaux ainsi qu’en matière de recherche sur les politiques, lois et services de
    santé.
   Expertise-conseil
    o au plan provincial en soutenant les travaux du ministère de la Santé et des
        Services sociaux pour l’élaboration, le déploiement et le maintien d’un réseau
        provincial de psychiatrie légale;
    o au plan régional en soutenant les Centres intégrés de santé et de services
        sociaux dans l’appropriation et l’implantation des orientations ministérielles en
        psychiatrie légale et dans le développement des capacités professionnelles pour
        offrir les services cliniques découlant de ces orientations.

Vision
Assumer pleinement un rôle d’Institut national de psychiatrie légale du Québec avec un
leadership en soins et services de pointe, en enseignement et en recherche afin de
répondre aux besoins des patients, de leurs proches ainsi que de soutenir les réseaux de
la santé et des services sociaux, de la sécurité publique et de la justice.

Énoncé de vision
Des soins de pointe en santé mentale dans le respect et la sécurité́ pour favoriser le
rétablissement des personnes.
Plus précisément, l’Institut se définit comme étant :
 un chef de file national en évaluation et en gestion des comportements violents
    auprès des personnes ayant des troubles mentaux; ouvert sur la communauté et ses
    partenaires du réseau de la santé, de la justice et de la sécurité publique;
 un milieu de soins et services axés sur les meilleures pratiques dans une perspective
    de rétablissement et de respect des personnes atteintes de troubles mentaux;

                                                                                       4
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
   un partenaire actif et engagé auprès des gouvernements provinciaux et du
    gouvernement fédéral avec qui les relations sont fondées sur l’excellence des
    services offerts;
   un milieu où la culture organisationnelle positive est basée sur des valeurs
    communes, c'est-à-dire partagées et intégrées par l’ensemble des personnes y
    travaillant, afin d’offrir des soins et services sécuritaires de qualité et de développer
    un milieu de travail stimulant où l’on œuvre en toute sécurité

Valeurs
Pour accomplir sa mission, l’Institut fait appel à des personnes provenant de plusieurs
disciplines et de différents secteurs d’activités. Cette diversité d’acteurs adhère aux
valeurs de l’Institut.
 L’excellence: l’excellence s’exprime par le rehaussement des compétences (savoir,
    savoir-faire, savoir-être) en matière de pratiques cliniques et d’application et de
    gestion de mesures judiciaires associées à une composante psychiatrique;
 L’initiative : l’initiative est favorisée en tant que moteur du changement et de
    l’amélioration de la qualité des soins et des services, mais aussi comme expression
    d’une autonomie constructive, créative et responsable en cohérence avec les
    orientations de l’Institut;
 Le respect : le respect se vit au quotidien dans la relation avec les patients, les
    collègues et les partenaires et se traduit par la considération de l’autre dans sa
    globalité;
 La collaboration : la collaboration avec nos collègues et nos partenaires afin d’offrir
    des soins et des services de qualité issus de la synergie des savoirs et de la
    communication. La collaboration offre aussi un soutien au développement des
    compétences et à l’initiative;
 L’équité : l’équité s’exprime par une approche basée sur l’honnêteté et la confiance
    mutuelle en vue de reconnaître de façon positive la diversité, les particularités et les
    besoins de chacun.
 L’innovation : l’innovation clinique et scientifique est indispensable pour de
    meilleurs soins et services dans un contexte de performance clinique. Elle est
    essentielle pour être à la fine pointe de pratiques cliniques probantes, être en
    mesure de repousser les limites de la connaissance, faire tomber des barrières et
    ouvrir des voies nouvelles et demeurer chef de file.

                                                                                           5
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
Philosophie de soins
Notre philosophie de soins vise l’amélioration continue des pratiques cliniques et
organisationnelles en vue d’atteindre la meilleure efficience possible des soins et
services dans un contexte sécuritaire. La grande majorité des personnes qui requièrent
nos services ont un statut de détenu ou de prévenu lorsqu’ils nous sont référés. C’est
pour leur permettre d’avoir accès à des soins et des services de santé que nous
exerçons, par mandat de dépôt, un mandat de détention avec les charges, devoirs et
pouvoirs inhérents.

La philosophie de soins est basée sur la primauté de la personne. À cet effet, l’IPPM s’est
engagé avec enthousiasme dans une démarche d’amélioration de l’expérience de soins
et la qualité de vie des personnes utilisatrices de services et des membres de leur
entourage, tout en contribuant au rehaussement de la qualité de l’environnement de
travail dans l’établissement. Cette démarche s’inspire notamment du Plan d’action en
santé mentale 2015-2020.

Nous avons mis en place les conditions permettant l’élaboration, la mise en œuvre et le
suivi d’un plan d’amélioration de la qualité axé sur la primauté de la personne. Les
différentes activités sélectionnées et réalisées découlent des thèmes de la primauté de
la personne, soit :

1) le respect des droits des usagers;
2) la lutte contre la stigmatisation et la discrimination au sujet de la maladie mentale et
   de la judiciarisation;
3) la mise en place et le maintien de soins et de services axés sur le rétablissement;
4) la reconnaissance et le soutien de l’implication des membres de l’entourage et la
   participation active du patient et de membres de son entourage à la planification et
   à l’organisation des services.

La vision que nous adoptons à l’égard des patients et de la pratique clinique
contemporaine repose sur une relation de partenariat qui consiste pour le patient à
jouer un rôle actif, en respectant ses droits, devoirs et capacités. Cette vision s’articule
évidemment dans un contexte de soins sous contrainte légale à l’intérieur d’un
établissement sécuritaire de santé.

                                                                                          6
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
En raison des obligations en lien avec les mandats de détention, certaines mesures de
protection, de contrôle ou de restriction de liberté se justifient par une assurance que le
patient est en sécurité lors de son cheminement thérapeutique. Ces mesures doivent
aussi garantir aux intervenants qui partagent le quotidien des patients un cadre
sécurisant, dans une gestion des risques éprouvée par la compréhension des
dynamiques cliniques. Ce n’est qu’à ces conditions que peut se développer une relation
d’aide réelle entre des personnes ayant besoin de soins, au potentiel de violence élevé
et des cliniciens qui les accompagnent dans une démarche clinique. La restriction des
libertés dans ce contexte, loin d’être la finalité de notre mandat, n’est qu’une condition
préalable, un moyen de la mise en relation.

Notre mission, notre vision et nos valeurs étant bien établies, les principes qui ont guidé
l’élaboration du projet clinique et académique sont les suivants :
 le projet clinique vise à soutenir le patient dans son rétablissement et le plein
     exercice de sa citoyenneté;
 le projet clinique s’inscrit dans un modèle de hiérarchisation des services;
 les orientations cliniques sont basées sur les meilleures pratiques connues en
     matière de psychiatrie-justice;
 le projet clinique favorise une vision intégrée des programmes offerts par
     l’établissement et le travail interdisciplinaire pour offrir les services;
 la réalisation du projet clinique repose sur des ressources humaines qualifiées,
     valorisées et en nombre suffisant;
 l’intégration de l’enseignement et de la recherche dans le milieu des soins, ainsi que
     le développement des connaissances scientifiques en psychiatrie légale font partie
     du projet clinique. La Direction de la recherche et de l’enseignement universitaire
     devra soutenir l’évaluation des pratiques cliniques et leur impact sur la clientèle
     dans un modèle optimal de performance, pertinence, qualité et sécurité de soins
     ainsi que d’efficience et d’efficacité;
 le projet clinique et le modèle d’organisation retenus s’appuient sur un partage clair
     des rôles entre les établissements du réseau de la santé, ceux de la sécurité
     publique et les tribunaux.

Activités liées à la vocation ultraspécialisée de l’établissement
La mission ultraspécialisée et la vocation universitaire de l’établissement lui confèrent
un rôle et des responsabilités qui lui sont propres. L’IPPM voit notamment à :

1) l’évaluation en vue d’une désignation de délinquants dangereux ou à contrôler;

                                                                                         7
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
2) l’évaluation, la garde et le traitement des accusés reconnus non responsables
   criminellement dont ceux déclarés à haut risque;
3) l’évaluation, la garde et le traitement des accusés déclarés inaptes à subir leur
   procès ou non responsables criminellement soumis à une décision de détention
   stricte en raison du risque très élevé qu’ils représentent pour la sécurité publique;
4) l’évaluation, la garde et le traitement des accusés adultes ou adolescents soumis à
   une ordonnance d’évaluation ou de traitement de leur état mental et qui présentent
   un risque très élevé pour la sécurité publique ou un tableau clinique très complexe
   (comorbidités, itinérance, délinquance sexuelle, etc.);
5) l’enseignement et l’offre de milieux de stages en psychiatrie légale (surspécialité en
   psychiatrie);
6) la production de recherches en psychiatrie – justice-sécurité publique;
7) la gestion de la violence;
8) le développement d’activités de transfert de connaissances pour partager le savoir
   et soutenir l’évolution des pratiques.

_____________________________
Figure 1. Organigramme de l’IPPM.

                                                                                       8
PLAN ORGANISATIONNEL 2018-2021 - Institut Philippe-Pinel
Conseil d’administration

Composition
Un conseil d’administration d’un établissement non fusionné tel l’IPPM est composé des
personnes suivantes1:
     un médecin omnipraticien qui exerce sa profession sur le territoire du centre intégré,
       désigné par et parmi les membres du département régional de médecine générale;
     un médecin spécialiste désigné par et parmi les membres du conseil des médecins,
       dentistes et pharmaciens;
     un pharmacien d’établissement désigné par et parmi les membres du comité régional
       sur les services pharmaceutiques;
     une personne désignée par et parmi les membres du conseil des infirmières et infirmiers
       de l’établissement;
     une personne désignée par et parmi les membres du conseil multidisciplinaire de
       l’établissement;
     une personne désignée par et parmi les membres du comité des usagers de
       l’établissement;
     une personne nommée par le ministre et représentative du milieu de l’enseignement;
     neuf personnes indépendantes;
     le président-directeur général de l’établissement, nommé par le gouvernement, sur
       recommandation du ministre.

Obligations du conseil d’administration
Selon la Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services
sociaux notamment par l’abolition des agences régionales (art. 28 et 29), le conseil
d’administration doit :
     administrer les affaires d’un établissement et, le cas échéant, celles d’un établissement
        regroupé et en exerce tous les pouvoirs, à l’exception de ceux attribués aux membres
        d’une personne morale;
     administrer les services de nature culturelle ou linguistique rendus dans les installations
        de l’établissement;
     organiser les services de l’établissement dans le respect des orientations nationales;
     répartir équitablement, dans le respect des enveloppes allouées par programme-
        service, les ressources humaines, matérielles et financières mises à sa disposition, en
        tenant compte des particularités de la population qu’il dessert et s’assure de leur
        utilisation économique et efficiente.

1
 Selon Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux
notamment par l’abolition des agences régionales (Ch. O-7.2; février 2018).

                                                                                                      9
Le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services
Le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services est responsable envers le conseil
d’administration du respect des droits des usagers et des participants à la recherche ainsi que
du traitement diligent de leurs plaintes. Il est de plus responsable des signalements en lien avec
la maltraitance et plaintes relatives aux personnes vulnérables, et ce, en dehors du cadre de son
rôle de commissaire. Il doit rendre compte annuellement des plaintes et signalements reçus.

Le médecin examinateur
Désigné par le conseil d’administration sur recommandation du conseil des médecins, dentistes
et pharmaciens et du comité de la recherche, le médecin examinateur a pour fonction
d’examiner toute plainte, formulée par un usager, un participant à la recherche ou toute autre
personne, qui concerne un médecin, un dentiste ou un pharmacien, de même qu’un résident de
l’Institut, conformément à la Loi, que le professionnel en cause soit ou non membre du CMDP.

                                                                                               10
Les comités obligatoires

Le comité de gouvernance et d’éthique
Le comité de gouvernance et d’éthique a notamment pour fonctions d’élaborer :
    1. des règles de gouvernance et d’éthique pour la conduite des affaires de l’Institut;
    2. un code d’éthique et de déontologie applicable aux membres du conseil
       d’administration;
    3. des profils de compétence et d’expérience pour la nomination ou la cooptation des
       membres indépendants du conseil d’administration;
    4. des critères pour l’évaluation du fonctionnement du conseil d’administration;
    5. un programme d’accueil et de formation continue pour les membres du conseil
       d’administration.

Le comité de vérification
Le comité de vérification a notamment pour fonctions :
    1. de s’assurer qu’un plan visant une utilisation optimale des ressources de l’Institut est
       mis en place et d’en assurer le suivi;
    2. de s’assurer que soit mis en place et appliqué un processus de gestion des risques pour
       la conduite des affaires de l’Institut;
    3. de réviser toute activité susceptible de nuire à la bonne situation financière de l’Institut
       portée à sa connaissance;
    4. d’examiner les états financiers avec le vérificateur nommé par le conseil
       d’administration;
    5. de recommander au conseil d’administration l’approbation des états financiers;
    6. de veiller à ce que des mécanismes de contrôle interne soient mis en place et de
       s’assurer qu’ils soient adéquats et efficaces.

Le comité des usagers
Les fonctions du comité des usagers sont de :
    1. renseigner les usagers sur leurs droits et leurs obligations;
    2. promouvoir l'amélioration de la qualité des conditions de vie des usagers et évaluer le
        degré de satisfaction des usagers à l'égard des services obtenus de l'Institut;
    3. défendre les droits et les intérêts collectifs des usagers ou, à la demande d'un usager,
        ses droits et ses intérêts en tant qu'usager auprès de l'Institut ou de toute autorité
        compétente;
    4. accompagner et assister, sur demande, un usager dans toute démarche qu'il entreprend
        y compris lorsqu'il désire porter une plainte conformément à la Loi sur les services de
        santé et les services sociaux ou en vertu de la Loi sur le Protecteur des usagers en
        matière de santé et de services sociaux.

                                                                                                11
Le comité de vigilance et de qualité
Le comité de vigilance et de la qualité veille à ce que le conseil d’administration s’acquitte de
façon efficace de ses responsabilités en matière de qualité des services, notamment en ce qui
concerne la pertinence, la qualité, la sécurité et l’efficacité des services dispensés et le respect
des droits des usagers et du traitement diligent de leurs plaintes.

À cette fin, le comité de vigilance et de la qualité doit notamment :
    1. recevoir et analyser les rapports et recommandations transmis au conseil
        d’administration et portant sur la pertinence, la qualité, la sécurité ou l’efficacité des
        services rendus, le respect des droits des usagers ou le traitement de leurs plaintes. Le
        comité de vigilance et de la qualité est également responsable de coordonner
        l’ensemble des activités des autres instances mises en place au sein de l’Institut pour
        exercer les responsabilités prévues au présent paragraphe et d’assurer le suivi de leurs
        recommandations;
    2. établir les liens systémiques entre ces rapports et recommandations et en tirer les
        conclusions nécessaires afin de pouvoir formuler les recommandations prévues au
        paragraphe suivant;
    3. faire des recommandations au conseil d’administration sur les suites qui devraient être
        données à ces rapports ou recommandations dans l’objectif d’améliorer la qualité des
        services aux usagers;
    4. assurer le suivi auprès du conseil d’administration de l’application, par ce dernier, des
        recommandations qu’il a faites en application du paragraphe précédent;
    5. favoriser la collaboration et la concertation des intervenants concernés par le premier
        paragraphe de la présente énumération;
    6. veiller à ce que le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services dispose des
        ressources humaines, matérielles et financières nécessaires pour assumer ses
        responsabilités de façon efficace et efficiente;
    7. exercer toute autre fonction que le conseil d’administration juge utile au respect du
        mandat confié.

Le comité de gestion des risques
Le comité de gestion des risques a notamment pour fonctions de rechercher, de développer et
de promouvoir des moyens visant à :
    1. identifier et analyser les risques d’incident ou d’accident en vue d’assurer la sécurité des
       usagers et, plus particulièrement dans le cas des infections nosocomiales, en prévenir
       l’apparition et en contrôler la récurrence;
    2. s’assurer qu’un soutien soit apporté à la victime et à ses proches;
    3. assurer la mise en place d’un système de surveillance incluant la constitution d’un
       registre local des incidents et des accidents aux fins d’analyse des causes des incidents
       et accidents;

                                                                                                 12
4. recommander au conseil d’administration de l’Institut la prise de mesures visant à
       prévenir la récurrence de ces incidents et accidents ainsi que la prise de mesures de
       contrôle, s’il y a lieu.

Le comité de révision
Sauf lorsqu’une plainte est acheminée pour étude à des fins disciplinaires, le comité de révision
a pour fonction, lorsque demande lui en est faite par le plaignant ou par le professionnel visé
par la plainte, de réviser le traitement accordé à l’examen de la plainte d’un usager, d’un
participant à la recherche ou de toute autre personne, par le médecin examinateur, que le
professionnel en cause soit ou non membre du CMDP.

                                                                                              13
Les comités facultatifs à l’IPPM

Le comité des ressources humaines
Ce comité a comme mandat de conseiller l’administration sur les aspects suivants :
1. conditions de travail
2. budgets de formation
       2.1. présenter au C. A. les demandes de formation hors Québec, car exigence de la Loi;
       2.2. discuter des demandes de formation soumises.
3. climat de travail
       3.1. sondage pour Agrément;
       3.2. assurance-salaire;
       3.3. indicateurs pour alimenter les données;
       3.4. stratégie de mobilisation.
4. balises pour les employés contractuels
       4.1. grandes balises pour les contractuels;
       4.2. litiges s’il y a lieu.
5. planification de main-d’œuvre;
       5.1. remplacement de vacances;
       5.2. voir définitions déjà établies;
       5.3. mise en place d’une structure;
       5.4. développement de stratégies;
       5.5. plan de main d’œuvre;
       5.6. 80 % du budget vont pour les RH.

Le comité d’éthique de la recherche
Le comité d’éthique de la recherche a le mandat de s’assurer du respect de la dignité et du bien-
être des participants à la recherche. À ce titre, il :
    1. évalue l’acceptabilité, sur le plan éthique, des activités de recherche;
    2. assure l’examen continu après qu’elles auront été approuvées;
    3. s’implique dans des activités de recherche régies par le mécanisme ministériel
        encadrant la recherche multicentrique;
    4. joue le rôle de consultant auprès des autorités de l’établissement ou des chercheurs.

Le comité scientifique
Le comité scientifique a le mandat :
    1. d’évaluer l’acceptabilité, sur le plan scientifique, des projets de recherche relevant de sa
       compétence
    2. de s’assurer qu’ils sont en lien avec la mission hospitalière de l’établissement.

                                                                                                14
3. toute autre demande formulée par le comité d’éthique de la recherche pour laquelle ce
      comité estimerait nécessaire d’obtenir l’avis du comité scientifique avant de se
      prononcer.

Le comité d’éthique hospitalière
Le comité d’éthique hospitalière :
    1. soutient et guide les intervenants face aux différents problèmes éthiques auxquels ils
       sont confrontés en dégageant et en proposant des pistes de réflexion et de résolution
       des difficultés;
    2. conseille et accompagne l’usager, ses proches, les partenaires et les autorités lorsque
       des situations complexes impliquent des enjeux éthiques;
    3. offre un forum et un soutien appropriés aux interrogations des personnes qui sont
       interpellées par des questions éthiques;
    4. sensibilise et éduque le milieu à l’importance des considérations éthiques dans la prise
       de décision et l’administration des services;
    5. vise l’amélioration de la prise de décision tant sur le plan administratif, médical que
       clinique;
    6. fait des recommandations au conseil d’administration, s’il y a lieu;
    7. transmet annuellement un rapport de ses activités au conseil d’administration.

                                                                                            15
Les conseils professionnels

Le conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP)
Ce conseil est composé de tous les médecins, dentistes et pharmaciens qui exercent leur
profession dans l'Institut et qui jouissent du statut requis par la Loi. Les responsabilités du CMDP
sont celles prévues par la Loi, par les règlements qui régissent ces activités ainsi que par le cadre
réglementaire qui ont été approuvés par le conseil d’administration.

Le conseil des infirmières et infirmiers (CII)
Ce conseil est composé de l’ensemble des infirmières et infirmiers qui exercent leurs fonctions à
l’Institut. Les responsabilités du CII sont celles prévues par la Loi ainsi que par les règlements
qu’il édicte et qui ont été approuvés par le conseil d’administration.

Le conseil multidisciplinaire (CM)
Ce conseil est composé de toutes les personnes qui sont titulaires d’un diplôme de niveau
collégial ou universitaire et qui exercent pour l’Institut des fonctions caractéristiques du secteur
d’activités couvert par ce diplôme et reliées directement aux services de santé, aux services
sociaux, à la recherche ou à l’enseignement. Les responsabilités du CM sont celles prévues par la
Loi ainsi que par les règlements qu’il édicte et qui ont été approuvés par le conseil
d’administration.

                                                                                                  16
LES DIRECTIONS

Direction générale
Le rôle de la Direction générale est de définir les orientations organisationnelles, développer des
stratégies, fixer les objectifs et veiller à leur réalisation. Elle veille à ce que les soins et services
dispensés soient efficients et de la meilleure qualité possible, elle s'assure de l'application de
mécanismes de rétroaction sur la satisfaction de la clientèle.

En vertu de son mandat, elle est responsable de l'exécution des décisions du conseil
d'administration, des affaires corporatives, de promouvoir l'Institut à tous les niveaux, d'établir
et de maintenir les relations requises avec tous les partenaires de l'Institut.

Elle élabore les politiques, les procédures, les directives et les règlements requis pour une
gestion efficace. Elle est chargée de la mise en œuvre des règlements et politiques du conseil
d'administration, de les communiquer et de les rendre disponibles au personnel.

Elle est responsable de l'élaboration, de la mise en œuvre et de l'évaluation d'un programme
d'appréciation de la qualité et de la gestion des risques. Elle s'assure de l'application de la
procédure d'examen des plaintes formulées par les patients et de la procédure d'examen des
plaintes de harcèlement psychologique formulées par le personnel. Elle doit également veiller à
l’application de la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes
publics (ch. D-11.1).

La présidente-directrice générale siège d'office au sein de plusieurs comités et conseils relevant
du conseil d'administration de l'IPPM.

_____________________________
Figure 2. Organigramme de la Direction générale de l’IPPM

                                                                                                      17
Direction générale adjointe
Le rôle de la Direction générale adjointe est de gérer les ressources financières,
informationnelles et humaines, de voir au développement et à la gestion des systèmes
d'information ainsi qu'à la planification et à la gestion de certains services auxiliaires.

Le directeur général adjoint a la responsabilité de planifier et de gérer de façon optimale les
ressources afin de répondre aux besoins de la clientèle et de réaliser la mission de l'Institut. Il
est le garant de l'intégrité financière de l'établissement. Il dirige le processus budgétaire et
assure les liens avec le ministère de la Santé et des Services sociaux, avec les Services
correctionnels du Canada et avec les différents partenaires.

Le directeur général adjoint est également responsable du Service des approvisionnements, du
Service des activités d'alimentation ainsi que du Service des communications.

_____________________________
Figure 3. Organigramme de la Direction générale adjointe de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal

                                                                                                    18
Direction des soins infirmiers et des services multidisciplinaires
Le directeur des soins infirmiers - services multidisciplinaires, sous l’autorité de la présidente-
directrice générale, exerce sa fonction en respect les articles 207 et 208 de la Loi sur les services
de santé et les services sociaux.

Entre autres, il surveille et contrôle la qualité des soins infirmiers à l’interne et à l’externe. Il
veille au bon fonctionnement des comités du conseil des infirmiers et infirmières (CII) et du
conseil multidisciplinaire, voit à la planification des stages et à la participation à des projets de
recherche en soins infirmiers.

Pour l’ensemble de sa direction, il est responsable de la planification, l’organisation, la
coordination, le contrôle et l’évaluation de l’ensemble des soins et services dispensés à
l’intérieur des unités de soins, répartis en programmes.

Il s’assure que la clientèle reçoit des soins et des services de qualité, requis par leur condition,
dans le respect des lois, des normes, des politiques et des directives en vigueur dans
l’institution.

Il assume la gestion des centres d’activités relevant de son autorité :
      coordination des activités de soir, de nuit et de fin de semaine;
      service de l’accueil et activités internes;
      services diagnostiques (radiologie et électrophysiologie médicale);
      le service de l’équipe volante;
      le service de sécurité;
      le service d’intégration sociale;
      les services spécialisés au développement de la personne;
      les programmes :
                     o le programme d’expertise pour hommes;
                     o le programme d’admission-réadmission-expertise mixte;
                     o le programme d’admission-réadmission-expertise pour hommes;
                     o le programme de traitement pour hommes;
                     o le programme de traitement mixte;
                     o le programme de réadaptation pour hommes;
                     o le programme de réadaptation mixte;
                     o le programme de soins psychiatriques pour femmes ayant une sentence
                         fédérale;
                     o le programme d’évaluation et de traitement pour adolescents.

                                                                                                  19
_____________________________
Figure 4. Organigramme de la Direction des soins infirmiers et services multidisciplinaires de l’IPPM

Programme Admission/Évaluation
Ce programme accueille des patients qui présentent une maladie mentale aiguë, souvent avec
comorbidité, nécessitant une hospitalisation en milieu sécuritaire. L’hospitalisation a pour
objectif d’évaluer et de gérer le risque de violence, de produire, au besoin, les expertises
requises par la Cour et de formuler les recommandations nécessaires au retour du patient dans
son hôpital de proximité. C’est dans ce programme que sont réalisées les expertises demandées
pour des femmes.

La mission de ce programme consiste à évaluer et à offrir un traitement de courte durée pour
une clientèle adulte hommes et femmes en phase aiguë et présentant un risque de violence. Les
séjours dans les unités admission-évaluation sont généralement d’un à trois mois.

Programme d’expertises
Ce programme accueille des hommes à la demande des tribunaux ou provenant des centres de
détention. Au sein de ce programme et pour les patients qui le requièrent, des services
d’expertise médicolégale sont dispensés afin de déterminer, selon le cas, l’aptitude à
comparaître, la responsabilité criminelle et le risque de violence. Au terme de l’évaluation, ils
reçoivent généralement leur congé pour se présenter au tribunal.

                                                                                                        20
On y travaille en étroite collaboration avec les tribunaux, les avocats, les agences de probation
et les hôpitaux du Québec. La liaison avec les intervenants des différents milieux de provenance
des patients s’avère une condition primordiale à l’admission de ceux-ci et elle doit se maintenir
du début de leur séjour à l’Institut jusqu’à la préparation de leur retour dans la région ou la
ressource d’origine.

Ces hommes sont admis pour des périodes variant de quelques jours à quelques semaines.
Certains patients ayant besoin de soins en milieu sécuritaire seront transférés aux unités de
traitement.

Programme de réadaptation
Ce programme accueille une clientèle d’hommes et de femmes judiciarisés ou posant un risque
de violence, qui ont des troubles psychiatriques sévères et persistants auxquels peuvent
s’ajouter des diagnostics en comorbidité. L’objectif du programme vise le traitement d’une
clientèle psychiatrique dans une perspective de réadaptation et de réinsertion sociales dans un
milieu adapté aux besoins, intérêts et aux capacités du patient. Le programme est axé sur le
rétablissement, une notion qui fait appel non seulement au concept de réadaptation, mais
également à celui de la compétence du patient. Le développement des compétences du patient
telles qu’autonomie et responsabilité se fait en collaboration avec ce dernier selon un processus
d’apprentissage respectant le rythme de chaque individu. Les patients y séjournent en général
plusieurs mois. L’objectif général est de réhabiliter ces patients de telle sorte qu’ils puissent
fonctionner à l’extérieur de l’Institut.

Programme de traitement
Ce programme de traitement accueille des hommes et des femmes qui présentent un risque de
violence, en raison de leur problème psychiatrique. Les patients sont majoritairement sous
mandat judiciaire, tel qu’une ordonnance de la Commission d’examen des troubles mentaux,
suite à un délit. Certains patients de ces unités proviennent d’autres hôpitaux du Québec, qui
demandent leur transfert à l’Institut en raison d’un risque de violence dépassant la capacité
d’encadrement de l’hôpital d’origine.

Les objectifs de ce programme comprennent l’évaluation du patient, le traitement de la maladie
mentale et la gestion du risque de violence. Le lien avec les services qui se chargeront du patient
et l’élaboration d’un plan de réinsertion sociale sont aussi pris en charge. L’évaluation et la
gestion du risque de violence sont au cœur du processus de soins de ce programme et
s’articulent autour d’interventions multidisciplinaires, pharmacologiques, psychoéducatives,
psychologiques et familiales.

Programme de traitement et d’évaluation des femmes délinquantes
Ce programme accueille, habituellement sur une base volontaire, des détenues provenant des
différents pénitenciers au Canada. Cette unité a trois mandats :
 o l’évaluation des détenues à la demande des établissements;

                                                                                                21
o   le traitement de crise pour les détenues avec des difficultés psychiatriques dépassant
    l’encadrement thérapeutique offert dans les pénitenciers;
o   le traitement de détenues atteintes d’un trouble grave de la personnalité.

Programme d’évaluation/traitement interne des adolescents
Ce programme accueille une clientèle âgée de 14 à 18 ans, ayant des problèmes psychiatriques
sévères associés à des comportements violents, y compris la délinquance sexuelle. Un service
complet d’évaluation pouvant s’échelonner sur une période de 30 à 60 jours est offert, selon les
besoins. Au terme de cette évaluation, l’équipe soignante est en mesure de répondre aux
questions posées par la Chambre de la Jeunesse. Lorsque le traitement à l’Institut est indiqué,
l’adolescent peut bénéficier de soins spécialisés pendant un an et plus.

Coordination d’activités
Les coordonnateurs d’activités planifient, organisent, coordonnent, contrôlent et évaluent les
activités clinico-administratives et les ressources de l’établissement lors des quarts de travail de
soir, de nuit et de fin de semaine, dans le but d’assurer aux patients des soins et des services
adéquats, sécuritaires et de qualité optimale en fonction de leurs besoins spécifiques. Ils
évaluent les besoins de remplacement du personnel selon les besoins et les priorités. De plus, ils
assurent le bon fonctionnement de la structure qui soutient l’ensemble des activités de
l’établissement et assurent la liaison entre les différents services.

Accueil/activités internes
Ce service est le point de chute de l’établissement pour les demandes de consultation en
spécialité en externe. Un infirmier assure la coordination des rendez-vous demandés par les
médecins et autres professionnels de l’Institut et en fait le suivi. Recevant tous les résultats des
examens demandés, il les achemine à l’unité de soins concernée. Il prévient les infirmières de
l’unité de toute anomalie décelée lors des retours des sorties médicales. Il informe celles-ci de
tout risque, moyen préventif ou autres particularités à assurer comme suivi.

Services diagnostiques
Une technicienne en radiologie procède à la réalisation d’images afin de visualiser les
différentes structures du corps d’une personne. L’imagerie par rayons X est rapide, facile et utile
pour diagnostiquer des blessures, maladies des os, fractures, infections, maladies dégénératives,
cancers ou toute autre pathologie. Les examens de radiologie doivent être réalisés sous
ordonnance médicale.

Une technicienne en électrophysiologie médicale effectue des examens médicaux à l’aide
d’appareils électroniques (électroencéphalographe et électrocardiographe) servant à capter et à
enregistrer l’activité cardiaque ou cérébrale, entre autres, en vue de permettre aux médecins de
diagnostiquer certaines maladies, lésions ou anomalies.

                                                                                                 22
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler