L'ECOLE MATERNELLE Groupe de travail départemental

 
inspection
académique
   Yvelines
     éducation
     nationale
  enseignement

                                                 L’ECOLE MATERNELLE
     supérieur
     recherche

                                                   Groupe de travail
                                                    départemental

 Responsable du groupe :
 Monique REIGNER CORNELOUP, I.E.N St Germain 2

                                                                       1
SOMMAIRE

I.         EDITORIAL DE MONSIEUR L’INSPECTEUR D’ACADEMIE ..............................................................................................................................................6

II.        INTRODUCTION .......................................................................................................................................................................................................7

III.            LES PRINCIPES GENERAUX DE L’ECOLE MATERNELLE ........................................................................................................................................... 10

IV.             SPECIFICITE DE LA PEDAGOGIE DE L’ECOLE MATERNELLE ..................................................................................................................................... 13

      A.        Le jeu ................................................................................................................................................................................................................................... 14

      B.        L’action, la manipulation, la situation de recherche ........................................................................................................................................................... 14

      C.        La recherche autonome ...................................................................................................................................................................................................... 16

      D.        L’expérience sensible .......................................................................................................................................................................................................... 17

V.         ACCUEIL ET CONTINUITE ........................................................................................................................................................................................ 19

      A.        L’accueil de la famille et de l’élève pour la première année de scolarisation .................................................................................................................... 19

           1.        Visite l’année précédant l’entrée à l’école ...................................................................................................................................................................... 19

                a.      Réunion collective (juin) .............................................................................................................................................................................................. 19

                b.      Accueil en dehors du temps de classe......................................................................................................................................................................... 19

                c.      Accueil pendant un temps de classe ........................................................................................................................................................................... 20

                d.      Découverte de la vie de l’école ................................................................................................................................................................................... 20

                e.      Livrets d’accueil ........................................................................................................................................................................................................... 20

           2.        L’entrée à l’école ............................................................................................................................................................................................................. 21

                                                                                                                                                                                                                                                           2
a.      Les premiers jours de rentrée ..................................................................................................................................................................................... 21

            b.      Objet transitionnel ...................................................................................................................................................................................................... 21

            c.      La réunion de rentrée : après une quinzaine de jours maximum, l’ensemble des parents est invité à venir à l’école. ............................................. 22

       3.        Le temps de repas et de garderie .................................................................................................................................................................................... 22

  B.        La continuité école maternelle – école élémentaire........................................................................................................................................................... 23

       1.        Des moyens pour favoriser la continuité des apprentissages ......................................................................................................................................... 23

            a.      Du côté des élèves ....................................................................................................................................................................................................... 23

            b.      Du côté des enseignants.............................................................................................................................................................................................. 23

       2.        Des moyens pour favoriser la connaissance de la vie à l’école élémentaire : lieux, personnel, règles de vie, habitudes scolaires .............................. 24

            a.      Du côté des élèves ....................................................................................................................................................................................................... 24

            b.      Du côté des enseignants.............................................................................................................................................................................................. 24

            c.      Du côté des familles .................................................................................................................................................................................................... 24

VI.         L’EMPLOI DU TEMPS ET LES ACTIVITES RITUELLES ............................................................................................................................................... 26

  A.        Introduction......................................................................................................................................................................................................................... 26

       1.        Des périodes de transition .............................................................................................................................................................................................. 26

       2.        Des périodes d’apprentissage ......................................................................................................................................................................................... 27

       3.        Des périodes tissant des liens sociaux ............................................................................................................................................................................ 27

  B.        Les emplois du temps .......................................................................................................................................................................................................... 27

       1.        Principes à mettre en place dans la construction d’un emploi du temps pour le maître ............................................................................................... 27

            a.      La journée .................................................................................................................................................................................................................... 28
                                                                                                                                                                                                                                                    3
b.      La semaine ................................................................................................................................................................................................................... 28

            c.      La période .................................................................................................................................................................................................................... 28

       2.        Temps de transition, temps éducatif et temps d’apprentissage .................................................................................................................................... 29

            a.      Le temps de transition ................................................................................................................................................................................................. 29

            b.      Le temps d’apprentissage............................................................................................................................................................................................ 29

       3.        Emploi du temps type à la journée ................................................................................................................................................................................. 30

       4.        Proposition d’emploi du temps à la semaine .................................................................................................................................................................. 32

  C.        Les activités rituelles ........................................................................................................................................................................................................... 34

       1.        Propositions de progressions et programmations de rituels : propositions thématiques ............................................................................................. 34

            a.      L’accueil ....................................................................................................................................................................................................................... 34

            b.      L’appel ......................................................................................................................................................................................................................... 35

            c.      La date ......................................................................................................................................................................................................................... 36

       2.        Progression annuelle dans les différents domaines........................................................................................................................................................ 37

            a.      Compétences relevant du domaine : s’approprier le langage et découvrir l’écrit ..................................................................................................... 37

            b.      Compétences relevant du domaine Découverte du monde : se repérer dans le temps et se repérer dans l’espace ................................................ 38

            c.      Compétences relevant de la découverte du monde : approcher les quantités et les nombres ................................................................................. 39

       3.        Répartition ritualisée d’apprentissages au cours de la semaine..................................................................................................................................... 40

VII.        LES DISPOSITIFS.................................................................................................................................................................................................. 43

  A.        En classe entière .................................................................................................................................................................................................................. 44

  B.        En groupes sur plusieurs domaines d’apprentissage .......................................................................................................................................................... 46
                                                                                                                                                                                                                                                      4
C.        En groupes sur un seul domaine d’apprentissage .............................................................................................................................................................. 48

VIII.        LES DOMAINES D’APPRENTISSAGE ...................................................................................................................................................................... 51

   A.        S’approprier le langage ....................................................................................................................................................................................................... 51

   B.        Découvrir l’écrit ................................................................................................................................................................................................................... 54

   C.        Devenir élève ....................................................................................................................................................................................................................... 60

        1.      Grille 1 : Auto évaluation sur le « vivre ensemble » en GS (exemple possible) .............................................................................................................. 65

        2.      Grille 2 : « coopérer et devenir autonome » (exemple possible) ................................................................................................................................... 66

   D.        Agir et s’exprimer avec son corps ....................................................................................................................................................................................... 67

   E.        Découvrir le monde : les objets, la matière, le vivant ......................................................................................................................................................... 70

   F.        Découvrir le monde : découvrir formes et grandeurs, approcher les quantités et nombres, se repérer dans le temps, se repérer dans l’espace .......... 74

   G.        Percevoir, sentir, imaginer, créer : le dessin et les compositions plastiques...................................................................................................................... 79

   H.        Percevoir, sentir, imaginer, créer : la voix et l’écoute......................................................................................................................................................... 85

IX.          BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................................................................................. 91

                                                                                                                                                                                                                                                   5
I.   EDITORIAL DE MONSIEUR L’INSPECTEUR D’ACADEMIE

                                                     6
II.          INTRODUCTION

 Ce document est destiné à proposer des pistes de travail et de réflexion dans le cadre des textes réglementaires. Il
 s’efforce de couvrir tous les domaines d’apprentissage de l’école maternelle en proposant des outils, des pratiques, des
 documents utilisables pour des animations pédagogiques qui seront à disposition des circonscriptions.

 Le groupe de travail mené pendant quatre ans dans le département des Yvelines, sous la responsabilité de Monsieur
 l’Inspecteur d’Académie, s’est constitué au fil du temps.
 Il a intégré des enseignants experts dans tous les domaines d’apprentissage de l’école maternelle, conseillers pédagogiques
 généralistes et spécialisés, maîtres formateurs et Inspectrices de l’Education nationale. Il a permis de répondre aux besoins
 de formation des enseignants dans le cadre du plan départemental, avec des interventions de qualité, soucieuses de
 transmettre des pratiques et des expériences riches et diversifiées.

 Le document a évolué au rythme de la parution des programmes définissant les contenus pédagogiques de l’école maternelle.
 Amorcé avec les programmes 2002, réactualisés en 2007, il est aujourd’hui en conformité aux programmes 2008 et s’inscrit
 dans le cadre du socle commun des compétences et des connaissances.

 Nous tenons à remercier l’ensemble des participants au groupe de travail Maternelle départemental qui ont élaboré ce
 document durant ces quatre années. Nous adressons également nos remerciements aux enseignants qui ont apporté leur
 contribution en mettant à notre disposition leurs expériences et leurs documentations pédagogiques.

                                                                                             Monique REIGNER CORNELOUP
                                                                                                        Sylviane MOUCHEL

                                                                                                                             7
Sylviane MOUCHEL, I.E.N Conflans Ste Honorine
Mme Besnardeau Conseillère pédagogique EPS circonscription de Poissy
Mme Beyssac Conseillère pédagogique de la circonscription de Poissy
Mme Billau, Conseillère Pédagogique EPS de la Circonscription des Mureaux
Mme Bogé, DEA, école Maternelle Alsace à Saint Germain-en-Laye, Circonscription de Saint Germain 1
Mme Brunet, Conseillère Pédagogique de la Circonscription des Mureaux
Mme Chomet, Conseillère pédagogique de la circonscription de Trappes
Mme Danzel-Mahaut, Conseillère Pédagogique de la Circonscription de Saint Germain 1
Mme Goëtz, Conseillère pédagogique de la Circonscription du Vésinet
Mme Gueury, Conseillère Pédagogique EPS de la Circonscription de Mantes 1
Mme Leclerq Conseillère Pédagogique de la Circonscription de Saint Germain 2
Mme Menand, Conseillère Pédagogique Musique du bassin de Trappes
Mme Patisson, Conseillère pédagogique arts visuels de la circonscription des Mureaux
Mme Ray Directrice école maternelle César Geoffray Marly le Roi
Mme Remes, Conseillère Pédagogique EPS de la Circonscription de Saint Germain 1
Mme Vanel, PEMF, Directrice école Maternelle J. Alain au Pecq, Circonscription de Saint Germain 2

Ont également participé à ce groupe départemental de travail les années précédentes :
Guylène MOUQUET, I.E.N, Chanteloup-les-Vignes
Mme Buselli Conseillère pédagogique EPS de la circonscription de Saint Germain 1
Mme Caignec-Dupont, Conseillère Pédagogique de la Circonscription de Saint Germain 1
Mme Lamy Conseillère Pédagogique de la Circonscription de Chanteloup-Les-Vignes
M. Malbec, Conseiller Pédagogique EPS de la Circonscription de Sartrouville
Mme Rutily, Conseillère Pédagogique Arts Visuels du bassin de Saint Germain 1
Mme Sidersky Conseillère Pédagogique de la Circonscription de Sartrouville
Mme Tissier Conseillère Pédagogique de la Circonscription de Chanteloup-Les-Vignes

                                                                                                     8
LES PRINCIPES
   GENERAUX DE
L’ECOLE MATERNELLE

                     9
III.           LES PRINCIPES GENERAUX DE L’ECOLE MATERNELLE

  En 2008, les programmes du BO n°3 du 19 juin 2008, précisent les principes fondateurs de l'école maternelle en affirmant
  les objectifs à atteindre et les compétences à construire avant le passage à l'école élémentaire.

  L'école maternelle est ainsi définie :

       Une école organisée pour les jeunes enfants
   « Elle s’appuie sur le besoin d’agir, le plaisir du jeu, sur la curiosité et la propension naturelle à prendre modèle sur l’adulte
  et sur les autres, sur la satisfaction d’avoir dépassé des difficultés et de réussir. »

      Un lieu où l'on apprend
  « L’objectif essentiel de l’école maternelle est l’acquisition d’un langage oral riche, organisé et compréhensible par l’autre. »

  « Elle élargit leur univers relationnel et leur permet de vivre des situations de jeux, de recherches, de productions libres ou
  guidées, d’exercices riches et variés, qui contribuent à enrichir la formation de leur personnalité et leur éveil culturel »

       Une école qui vise la réussite de tous
  « L’école maternelle a pour finalité d’aider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome et à
  s’approprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux »

  « Elle laisse à chaque enfant le temps de s’accoutumer, d’observer ….Elle stimule son désir d’apprendre et multiplie les
  occasions de diversifier ses expériences et d’enrichir sa compréhension. »

      Un lieu de prévention
  « L’école maternelle a un rôle essentiel dans le repérage et la prévention des déficiences ou des troubles, rôle qu’elle doit
  assumer pleinement, en particulier pour les troubles spécifiques du langage. »

                                                                                                                                  10
 Un lieu de construction d'une culture commune
« A l’école maternelle, l’enfant établit des relations avec d’autres enfants et avec des adultes….il devient progressivement un
élève.»

En mai 2006 au cours des "entretiens Petite enfance" l'identité de l'école maternelle est rappelée par Viviane BOUYSSE
(cd) selon les caractéristiques suivantes :
   L'école maternelle construit les fondements du scolaire, d'abord à travers des apprentissages symboliques puis par des
expériences et des apports culturels de nature à compenser bien des inégalités.
   C'est une passerelle entre deux mondes, du monde familial au monde social au sein desquels l'éducatif et l'apprentissage
se construisent selon des priorités différentes et spécifiques.
   Les modes d'apprentissage sont de deux ordres :
              - Les premiers apprentissages spontanés, se construisent au sein du groupe au cours des expériences et des
                 interactions avec les pairs.
              - Ils sont progressivement contrôlés, programmés et font systématiquement référence aux apprentissages
                 scolaires.

En juillet 2006, le Socle commun des connaissances et des compétences soutient l'objectif de rendre aux programmes non
seulement une lisibilité mais aussi un cadre général sur l'ensemble de l'éducation de l'école primaire au collège.
En 2007 le rôle de l'école maternelle est réaffirmé dans les circulaires de mise en œuvre du Socle commun.

Les fondements de l'apprentissage mathématiques sont posés dès l'école maternelle BO n°3 du 19 juin 2008.
Dès l'école maternelle devra être mise en place une initiation déjà méthodique du vocabulaire.
La maîtrise de la langue orale et les premiers apprentissages de la lecture impliquent l'apprentissage des règles de la langue
française, des régularités et des exceptions. Il prépare à l'enseignement de la grammaire.

L'école maternelle est pleinement engagée dans l'objectif n°1 de performance, "conduire tous les élèves à la maîtrise des
compétences de base exigibles au terme de la scolarité primaire."

                                                                                                                            11
SPECIFICITE DE LA
  PEDAGOGIE DE
L’ECOLE MATERNELLE

                     12
IV.           SPECIFICITE DE LA PEDAGOGIE DE L’ECOLE MATERNELLE

 On peut lire dans le BO du 19 juin 2008 : « La mise en œuvre du programme doit prendre en compte les étapes et le rythme
 du développement de l’enfant. … il fixe les objectifs à atteindre et les compétences à acquérir avant le passage à l’école
 élémentaire. »

 L’identité de l’école maternelle repose sur l’idée forte qu’elle est un lieu d’éducation et d’enseignement. Le jeune enfant, à
 travers ses apprentissages, deviendra progressivement un écolier découvrant tout au long de sa scolarité des activités
 structurées dans des progressions d’apprentissage cohérentes.
 Les enseignants y ont le souci de proposer un cadre de vie et des activités structurées articulées entre elles favorisant
 l’autonomie de l’enfant, la construction de nouvelles acquisitions, le développement de sa personnalité.

 Les enseignants créent les conditions d’apprentissage, de découvertes organisées de telle sorte que l’enfant à travers ses
 jeux construise des savoirs et des savoir-faire.

 L’enfant à l’école maternelle apprend à travers quatre familles d’activités qui interagissent les unes avec les autres :

                          1.   le jeu
                          2.   l’action
                          3.   la recherche autonome
                          4.   l’expérience sensible

                                                                                                                            13
A.        Le jeu
Les programmes 2008 rappellent que l’école maternelle « …s’appuie sur le besoin d ‘agir, sur le plaisir du jeu … »

             -   Jouer à l’école maternelle, c’est prendre de la distance avec la réalité : l’enfant peut à travers les jeux
                 dits « symboliques » se sentir bien à l’école pour être prêt à entrer dans la réalité de la classe: il parle au
                 téléphone avec sa maman au coin poupée après le moment de séparation, il fait cuire le baigneur de la classe
                 dans le micro onde, du coin cuisine, plutôt que de se plaindre de la naissance de son petit frère.

             -   Jouer à l’école maternelle, c’est apprendre à vivre avec les autres : respect des règles, respect des autres,
                 affirmation de soi. Les jeux dans la cour de récréation témoignent du respect de nombreuses règles
                 implicites ou explicites.

                 Les jeux à règles sont progressivement mis en place : jeux de société, jeux de rythme, jeux mathématiques,
                 jeux collectifs en EPS, jeux phonologiques…

             -   Jouer à l’école maternelle, c’est se constituer un premier capital de connaissances par la découverte
                 active du monde. L’enfant manipule, compare, classe, range, dénombre, expérimente... Le jeu est vécu par
                 l’enfant comme une activité de « travail », une tâche dans laquelle il entrera si l’enjeu, les situations, les
                 supports, les matériaux l’amènent à adopter une conduite de création, d’expérimentation, d’apprentissage, de
                 construction de la culture scolaire. L’enfant dans ce cas n’est pas dupe, il sait qu’il travaille mais se laisse
                 « prendre au jeu ».

   B.        L’action, la manipulation, la situation de recherche
Dans les programmes de 2008 « La situation de recherche élargit l’univers relationnel des enfants et leur permet de vivre
des situations de jeux, de recherches, de productions libres ou guidées, d’exercices, riches et variés…qui contribuent à
enrichir la formation de leur personnalité et leur éveil culturel. »

                                                                                                                              14
Par les manipulations, l’action, les situations de recherche, l’enfant acquiert des attitudes et des compétences qui lui
permettent de construire ses apprentissages et son savoir.
En manipulant l’enfant utilise divers outils, il enchaîne et combine des actions.
En situation de recherche, il expérimente, il raisonne, exprime des choix, confirme ou infirme ces derniers.

   -   « Libres » ou « structurées » les manipulations permettent à l’enfant d’éprouver, d’expérimenter le réel, de se
       construire un répertoire moteur de base (il transvase dans le coin eau. Il frotte, gratte, presse avec différents outils
       et sur différents supports. Il partage, compare, range, dénombre les bouchons ou les perles pour réaliser des
       collections. Il scande, frappe, inverse, joue avec les syllabes. Il teste, découvre, s’interroge sur les différents états
       de l’eau…).

   -   Par l’action, l’enfant découvre le monde et se confronte aux autres. En s’engageant ainsi, il perçoit ses possibilités, ses
       limites et cherche par là même à élargir les unes et dépasser les autres. De fait, il développe son autonomie motrice et
       affective en agissant avec son corps, en construisant et en créant avec ses pairs ( il grimpe, rampe, glisse, se renverse
       sur le parcours moteur. Il construit la tour la plus haute avec son copain, invente et fabrique une voiture pour
       remplacer celle qui a disparu…).

   -   Par la situation de recherche, l’enfant entre dans le partage des connaissances et des compétences, par le
       questionnement, l’émission d’hypothèses, l’expérimentation et la validation. Il se constitue avec et par ses pairs un
       capital de connaissances évolutif et un répertoire d’expériences motrices et sensorielles :
       Que mangent les escargots ?
       Comment faire la valise des poupées pour que les 3 poupées de la classe soient habillées de façon identique ?
       Comment jouer au coin garage alors que toutes les petites voitures ont disparu ?…

L’école organise des temps d’apprentissages avec et sur les objets. Ces moments permettent à chacun de construire une
relation entre le monde extérieur et les images mentales qu’il peut en avoir. La verbalisation permet alors à l’élève d’affiner
sa pensée, de s’interroger et de comprendre pour conceptualiser.

                                                                                                                               15
C.       La recherche autonome
On peut lire dans les programmes 2008 : « L’école maternelle a pour finalité d’aider chaque enfant, selon des démarches
adaptées, à devenir autonome et à s’approprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours
préparatoire les apprentissages fondamentaux. »

C’est par le développement de cette compétence transversale qu’est l’autonomie, que la recherche autonome permet à
l’enfant d’entrer dans une démarche d’autonomie cognitive.

Au cours de sa scolarisation en maternelle l’élève construit de façon spiralaire son autonomie à travers différentes
situations et activités. Elle est le gage de plus de liberté et se vit paradoxalement avec les autres. C’est donc au sein du
groupe que l’enfant développe son autonomie affective, motrice, matérielle et cognitive. Ces différentes formes s’imbriquent
tout au long de la scolarité.

Devenir autonome à l’école maternelle,
            - c’est savoir progressivement prendre de la distance affective avec les parents, les adultes de l’école, les
              pairs (l’accueil, les récréations, la restauration scolaire, les décloisonnements, ….).
            - c’est savoir progressivement avec l’aide des adultes se faire comprendre, communiquer, échanger dans des
              situations langagières variées. (en situation, d’évocation).
            - c’est adapter ses conduites motrices et ses gestes aux exigences de la classe et de l’école (utilisation des
              divers matériels proposés, déplacements hors et dans l’école, …).
            - c’est savoir choisir et utiliser les supports et les outils mis à disposition pour répondre à ses besoins (jeux,
              outils scripteurs et différents matériaux,…).

Ces expériences quotidiennes conduisent l’élève à construire son autonomie cognitive. C’est le rendre capable de donner du
sens à ses apprentissages.
      Quels outils matériels (références, affichages…) ?
      Quelles procédures d’apprentissages mobiliser pour répondre à la demande, à la situation-problème ?

                                                                                                                            16
D.        L’expérience sensible
La sensibilité et l’imagination sont les instruments d’une relation au monde extérieur et intérieur. Elles jouent un rôle majeur
dans le développement de la petite enfance….
« L’école maternelle propose une première sensibilisation artistique. Les activités visuelles et tactiles, auditives et vocales
accroissent les possibilités sensorielles des enfants. Elles sollicitent son imagination, enrichissent ses connaissances et ses
capacités d’expression ; elles contribuent à développer ses facultés d’attention et de concentration. Elles sont l’occasion de
familiariser les enfants par l’écoute et l’observation, avec les formes d’expression artistiques les plus variées ; ils éprouvent
des émotions et acquièrent des premiers repères dans l’univers de la création » (les programmes 2008)
Dans ce contexte, l’école maternelle encourage et développe les langages d’expression qui mobilisent le corps, la voix,
l’écoute, le regard et le geste.

Enrichir son expérience sensible et son pouvoir créateur à l’école maternelle, c’est :
             - se livrer à des expériences, à la fois ludiques et fonctionnelles, où une part importante est laissée à la
                spontanéité et à l’imagination: chercher, imiter, transformer, inventer, exprimer…
             - éprouver le plaisir de la créativité,
             - ressentir des émotions,
             - échanger oralement autour des démarches, des productions et des réalisations, mettre en mots l’expérience,
             - apprendre progressivement à mieux exprimer ce que l’on perçoit et ce que l’on ressent et à établir les
                relations entre les sensations éprouvées et les effets produits.

L’enseignant installe dans l’école les conditions propices à de multiples occasions d’expériences sensorielles et motrices. Il
aménage des espaces et des temps de confrontation à des matériaux, à des images, à des sonorités, à des actions …
Il garantit ainsi à chaque enfant de grandir dans un univers culturel qui aiguise sa curiosité et le conduit à des connaissances
sans cesse renouvelées.

                                                                                                                              17
ACCUEIL ET
CONTINUITE

             18
V.           ACCUEIL ET CONTINUITE
L’accueil des jeunes élèves nécessite une attention particulière pour faciliter leur adaptation à l’école.
Différentes modalités d’accueil sont à programmer.

La continuité entre l’école maternelle et l’école élémentaire est un élément fondamental de la cohérence du parcours de
l’élève.
Les enseignants se doivent de créer les conditions favorables à la liaison entre les deux écoles.

(Se référer au document « Guide à l’usage des parents » p.6)

     A.    L’accueil de la famille et de l’élève pour la première année de
       scolarisation

     1. Visite l’année précédant l’entrée à l’école
Objectif : connaître la classe, les différents lieux, les enseignants.
Il y a toujours dans un premier temps, une admission avec la famille et l’enfant effectuée par le directeur. Le directeur doit
rappeler les droits et les devoirs administratifs.

Plusieurs propositions sont envisageables après l’admission :
             a. Réunion collective (juin)
                   Elle a lieu avec les familles et l’équipe éducative en dehors du temps scolaire
             b. Accueil en dehors du temps de classe
                   Pour un petit groupe de 3 ou 4 familles, durant 15 minutes.
                   Pour les parents, le directeur fait visiter l’ensemble de l’école (dortoir, sanitaire, salle de motricité, cour
                   de récréation, restaurant scolaire, accueil péri – scolaire, …)
                   Pour les enfants, simultanément, un enseignant les accueille dans une classe de petite section sans autres
                   élèves.
                                                                                                                               19
c. Accueil pendant un temps de classe
                   Pour un petit groupe de 3 ou 4 familles : durant un temps d’activités (15 à 20 minutes), une place est
                   réservée dans chaque atelier aux enfants accueillis. Les parents restent dans la classe pendant ce temps.
                   Puis durant la récréation l’enseignante de la classe ou le directeur effectue la visite de l’école (Cf. a)
                   Pour les collectivités type crèche : durant un temps d’activités (15 à 20 minutes), une place est réservée
                   dans chaque atelier aux enfants accueillis. Puis durant la récréation, l’éducatrice peut rester avec les
                   enfants dans la cour de récréation.

            d. Découverte de la vie de l’école
                   Les familles et leurs enfants sont invités aux différentes manifestations de l’école : expositions, fêtes,
                   spectacles,…

            e. Livrets d’accueil
                   A destination des parents : le livret doit permettre aux familles de pendre connaissances des contenus
                   pédagogiques de l’école maternelle et d’avoir des informations pratiques concernant l’école : listes de
                   l’équipe éducative ; coordonnées : l’école, les coordonnées des représentants de parents d’élèves élus au
                   conseil d’école, IEN, IA, service scolaire mairie (modalités d’inscription au restaurant scolaire et au péri –
                   scolaire), PMI, médecin scolaire, RASED, bibliothèque municipale,… ; horaires et règlement de l’école.

                   A destination des enfants : le livret doit permettre à l’enfant de reconnaître à partir de photos des
                   personnes familières de l’école, des lieux, des moments de la journée.

Pour toute nouvelle arrivée des modalités d’accueil de ce type doivent être envisagées.

                                                                                                                              20
2. L’entrée à l’école
Objectif : familiarisation progressive avec le milieu scolaire.

            a. Les premiers jours de rentrée
L’accueil des enfants dont les parents ne peuvent être disponibles les jours de rentrée est prioritaire et obligatoire. Toutes
ces modalités doivent être soumises et acceptées par l’IEN. Cette rentrée ne concerne que les classes de toutes petites et
petites sections.
A titre d’exemples, différentes modalités sont possibles :
             - Accueil d’un groupe différent durant deux à trois matinées puis classe entière.
             - Accueil d’un groupe (6 élèves) toutes les demi – matinée (8h30 à 10h00 puis 10h00 à 11h30). Les enfants déjà
                accueillis peuvent rester dans la classe et reviennent les jours suivants. Le groupe se constitue
                progressivement au bout de 2 ou 3 jours.
             - Accueil de la moitié des élèves le premier jour et du groupe classe le lendemain.

Différentes modalités sont possibles pour l’accueil des parents :
            - Accueil des enfants et de leurs parents pendant une demi – matinée au sein de la classe. L’enseignant sera
              attentif à la demande des parents qui peuvent souhaiter être admis sur un temps plus long en classe. Ce cas
              doit être précisé au règlement intérieur.
            - Le couchage à l’école peut se dérouler en présence des parents. Après l’endormissement, un temps de parole
              peut se dérouler entre enseignant et parents.

            b. Objet transitionnel
L’enseignant doit accueillir avec bienveillance l’objet apporté par l’enfant. En douceur, il l’encourage à s’en séparer
progressivement. Des premières tentatives peuvent être effectuées lorsque l’enfant est totalement actif jusqu’au moment
où il acceptera de le laisser de lui même.

            -   Le « doudou » : l’enseignant doit prévoir un espace où les doudous sont rangés individuellement mais
                accessibles aux enfants.
                                                                                                                           21
-   La « tétine » : le directeur ou l’enseignant incite les parents à ne plus apporter les tétines le matin.
                 L’enseignant doit réserver dans la mesure du possible la tétine pour la sieste. Pour des raisons d’hygiène, il
                 est souhaitable de prévoir un casier à tiroirs avec la photo de l’enfant pour les ranger (type casier à vis ou
                 boîtes).

             -   Une photo familiale ou un livre favori peut être posé dans le casier individuel de l’élève pour une consultation
                 libre.

             c. La réunion de rentrée : après une quinzaine de jours maximum, l’ensemble des parents est invité à venir
                à l’école.

Différentes modalités sont possibles :
             - Le directeur présente l’équipe éducative (enseignants de l’école, RASED, ATSEM, les parents délégués …), le
                fonctionnement de l’école dont l’aide personnalisé, …
             - Les enseignants organisent leur réunion de classe. Il est possible de présenter un film ou des photos sur une
                journée type à l’école.
             - Un temps convivial peut être prévu avec l’équipe éducative et l’ensemble des parents.
« Les parents sont informés par écrit des rencontres prévues (réunions d’informations, rencontres parents-professeurs,
remise s bulletins …) Il leur est ainsi précisé le nombre, la date et l’objet de ces rencontres rythmant l’année scolaire. (B.O
n°31 du 31.8.06)

      3.   Le temps de repas et de garderie
Les élèves fréquentant le restaurant scolaire ou la garderie doivent être pris en charge si possible avant l’arrivée des
parents.
Les horaires de prise en charge des élèves doivent être étudiés en collaboration avec les services municipaux.

                                                                                                                               22
B.       La continuité école maternelle – école élémentaire
   1.   Des moyens pour favoriser la continuité des apprentissages

            a. Du côté des élèves
Des outils référents sur lesquels les élèves pourront s’appuyer au CP lors de différents apprentissages (cahier des mots de la
classe, cahier de chants, carnet de sciences, recueil des techniques plastiques…)

            b. Du côté des enseignants
Des activités rituelles et leurs supports sont à inscrire dans une progression de cycle 2 (mise en place de la date, la gestion
des absents et présents…)

Le conseil de cycle 2 réunit tous les maîtres (GS, CP, CE1) des écoles faisant partie du même groupe scolaire.

Plusieurs points peuvent être abordés :
             - Réflexion sur la continuité de certains éléments du programme organisés en programmation, y compris dans
                 l’approche méthodologique : les trajectoires en écriture, les parcours de lecture, les activités du domaine
                 « découverte du monde », …
             - Suivi des élèves avec transmission des documents permettant de comprendre le parcours scolaire de l’élève :
                 livret d’évaluation, projet d’aide individualisée, …
             - Observation de séances dans les autres niveaux du cycle suivie d’un échange de pratiques sur la continuité
                 des apprentissages.

                                                                                                                            23
2.   Des moyens pour favoriser la connaissance de la vie à l’école élémentaire : lieux,
        personnel, règles de vie, habitudes scolaires

          a. Du côté des élèves
Vivre des projets communs
          -   Evénementiels (carnaval, rencontres sportives, fêtes de l’école, semaine thématique…)
          -   Répartis sur l’année (chorale de cycle 2, ateliers d’expression artistiques, des ateliers scientifiques…)

Vivre un temps à l’école élémentaire (de la demi-journée à la semaine)
          -   Utiliser les locaux spécifiques de chaque école pour certaines activités (Salle de jeux de l’école maternelle et
              cour de l’élémentaire pour activités physiques, BCD, salle informatique…)

          b. Du côté des enseignants
          -   Etablir une progression sur les consignes.
          -   Faire intervenir les membres du réseau en début d’année dans les classes de cours préparatoire pour aider
              les enfants à renforcer les habitudes scolaires.
          -   Prendre en compte la connaissance préalable de l’école élémentaire par l’élève lors de l’admission en CP par le
              directeur.

          c. Du côté des familles
          -   Présenter la spécificité de l’école élémentaire, la méthode de lecture et les dispositifs d’accompagnement
              scolaires lors d’une réunion en fin d’année de grande section. Les directeurs des différentes écoles
              élémentaires rattachées à l’école maternelle sont invités.
          -   Accueillir les élèves et leur famille le matin au sein de la classe de CP.

                                                                                                                            24
L’EMPLOI DU TEMPS
ET LES ACTIVITES
   RITUELLES

                    25
VI.           L’EMPLOI DU TEMPS ET LES ACTIVITES RITUELLES
      A.      Introduction
 D'après le petit Larousse, un rituel est un ensemble de comportements codifiés, fondés sur la croyance en l'efficacité
 constamment accrue de leurs effets, grâce à leur répétition.

 Le mot "rituel" évoque la régularité, la réitération, le rythme, il est destiné à favoriser :

              -   la structuration du temps et de l'espace,
              -   l'organisation de la vie en groupe.

 « Les rituels, organisés le matin ou au fil de la journée et quels que soient les supports retenus, permettent aux élèves
 d’entrer dans les activités. Il n’y a pas d’apprentissages cognitifs sans rituels de la vie collective. Ils ne sont pas simplement
 un habillage nécessaire des conditions matérielles qui facilitent les choses : ils font partie des apprentissages cognitifs et les
 structurent. » (Guide à l’usage des parents. p.12).

 Les rituels sont des supports pour atteindre plusieurs objectifs. Ils s'organisent autour :

    1. Des périodes de transition
 Des périodes de transition sont incluses dans l’emploi du temps, elles posent le cadre de vie collective.
 Les activités ritualisées permettent à l’enfant d’anticiper, de se projeter, de se rendre disponible et attentif, d'adopter un
 comportement adapté pour s’engager dans un nouvel apprentissage (regroupements divers, déplacements, « formulette »,
 signes sonores ou lumineux…)

                                                                                                                                26
2. Des périodes d’apprentissage
Parfois certains apprentissages sont ritualisés. Ils ont leur place dans l’emploi du temps : chant, comptine, langage, bilan
d'activités, lecture, comptages divers (présents absents,…)

      3. Des périodes tissant des liens sociaux
Les rituels sont fonctionnels pour vivre ensemble la vie quotidienne de la classe et de l’école. Ils s’appuient sur des repères
sociaux conventionnels (calendrier, emploi du temps, appel…)

Ils structurent la vie de la classe et articulent la plupart des moments collectifs (piscine, vélo, bibliothèque, récréation,
accueil des enfants après la sieste…)

   B.       Les emplois du temps
   1. Principes à mettre en place dans la construction d’un emploi du temps pour le maître
            -   Tenir compte des temps imposés par le cadre spécifique à l’école maternelle et le développement de l’enfant :
                les horaires scolaires (six heures par jour), temps de repos (en début d’après midi pour les petites sections),
                la récréation (30 minutes habillage et déshabillage compris)
            -   Alterner les temps de travail individuel et les temps de travail collectif.
            -   Aider l’élève à anticiper, à se projeter dans la journée en s’adaptant et en vivant son "emploi du temps" ;
            -   Effectuer le bilan de la journée pour une prise de conscience du temps et pour mesurer le décalage entre le
                « prévu » et « l’effectué ».
            -   Placer des activités de lecture, d'activités graphiques et d'écriture quotidienne (Document
                d’accompagnement « Le langage à l’école maternelle », p.88, p.106)
            -   Envisager un emploi du temps évolutif qui varie selon différentes unités de temps.

                                                                                                                             27
a. La journée
           Les variations de la vigilance au cours de la journée, la nature de la tâche.

          -   L’alternance des situations d’apprentissage et des situations éducatives.
          -   Les conditions matérielles.

          b. La semaine
          -   Les conditions matérielles (ex : l’occupation de la salle de jeux peut-être modulable en fonction des jours de
              la semaine)
          -   L’âge des enfants et leurs besoins.
          -   L’influence des jours de la semaine.

          c. La période
          -   L’année (ex : récréation en section de petits décalée en début d’année)
          -   Les événements socioculturels (fêtes et saisons)
          -   Les projets de classe.

Accompagner par le langage tous les changements d’activités, apprendre et comprendre les étapes de la journée, donner
des repères pour organiser le temps qui passe, repérer les informations pertinentes, organiser les données, ainsi l'enfant
se dote d'une première méthodologie de l'apprentissage.

                                                                                                                         28
2. Temps de transition, temps éducatif et temps d’apprentissage
             a. Le temps de transition
Il comprend :
    - Tous les moments de passage d’un mode de garde à l’autre.
    - L’accueil des enfants en classe, celui des parents.
    - Toute activité qui permet à l’enfant de s’installer au sein de la classe et à l’enseignant de fédérer le groupe.
    - Les rituels.

Les temps éducatifs sont intégrés aux temps de transition. Ils sont souvent des moments de vie collective pour apprendre à
vivre ensemble : préparation matérielle, rangement, habillage, déshabillage.

             b. Le temps d’apprentissage
Le temps d’apprentissage dure de 35 à 50 minutes selon la section. Il comprend plusieurs phases (à relier avec les dispositifs
d’apprentissage).

                                                                                                                            29
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler