L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES

 
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
D o c u m e n t                                     de            t r a v a i l
                                                       n° 03.2018

                         L’emploi des femmes
                        en France depuis 1960
                                               Michel HUSSO N *

* Chercheur associé à l’Ires.

                                                 m a i      l   2 0 1 8

                       I nst itut d e R echerc h es Éco no miqu es et S o c iales
                    1 6 , b d d u M o nt d ’ E s t l No isy- le Grand, France l Tél. 0148151890
                  co nta c t@i re s. f r l w w w. i res.f r l Twit ter @ I resFr l L i nkedin ires- f rance
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
Résumé

Ce document exploite une base de données combinant diverses sources. Il propose
une analyse descriptive et quantitative de l’évolution à long terme du partage des
heures travaillées (le « volume de travail ») entre hommes et femmes. Il montre no-
tamment que la montée de l’emploi des femmes résulte en grande partir des trans-
formations dans la structure sectorielle de la production, et qu’elle a été « payée »
par la croissance du travail à temps partiel.
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
L’emploi des femmes
                                en France depuis 1960

Ce document de travail propose une mise en perspective de l’évolution de l’emploi des
femmes en France sur longue période. A partir de la construction d’une base de données
utilisant diverses sources (Husson, 2018a), il présente une analyse quantitative des méca-
nismes qui ont conduit à la croissance continue de l’emploi des femmes.
Le point de départ de cette analyse est le constat que le nombre d’emplois occupés par des
hommes est aujourd’hui à peine supérieur à ce qu’il était en 1960. La quasi-intégralité de
la progression de l’emploi depuis cette date correspond à celle de l’emploi des femmes.

La structure sectorielle du PIB
Avant d’examiner la répartition de l’emploi entre hommes et femmes, il faut prendre la
mesure des bouleversements enregistrés dans la structure sectorielle de la production.
Entre 1950 et 2016, le PIB total (en volume) a été multiplié par 7,4. Dans le même temps,
sa répartition par grands secteurs s’est profondément modifiée, avec évidemment des
conséquences sur la structure de l’emploi total (tableau 1).

                            Tableau 1. Evolution du PIB en volume
                              et de l’emploi entre 1950 et 2016

                                      Croissance annuelle        Variation de l’emploi
                  Secteur               moyenne du PIB            entre 1950 et 2016

Agriculture                                  1,8 %                       -86 %

Industrie                                    3,2 %                       -37 %

Services marchands                           3,6 %                       171 %

Services non marchands                       2,3 %                       160 %

Ensemble                                     3,0 %                        41 %

Source : Insee.

On constate sans surprise que la part de l’agriculture et de l’industrie dans le PIB mesuré
aux prix courants baissent tendanciellement au profit des services, marchands et non mar-
chands (graphique 1).

DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018                                                            3
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

                                Graphique 1. Structure du PIB
                                 à prix courants 1950-2015

En %. Source : Insee

Mais cette présentation est trompeuse parce qu’elle est établie aux prix courants, alors
que c’est le volume d’activité qui contribue à déterminer l’évolution de l’emploi. Si l’on
observe le structure sectorielle du PIB, calculée cette fois « en volume » (à prix constants),
le tableau est totalement différent, comme le montre le graphique 2 ci-dessous.

                                Graphique 2. Structure du PIB
                                 à prix constants 1950-2015

En %. Source : Insee.

                                              4
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

Les résultats sont d’une certaine manière contre-intuitifs. Par exemple, la part de l’agri-
culture mesurée à prix constants ne représentait en 1950 que 3,5 % du PIB total, contre
17,8 % mesurée aux prix courants. La part de l’industrie augmente jusqu’en 1975, puis
baisse jusqu’en 1995 et tend à se stabiliser ensuite ; mais son niveau en 2016 est équiva-
lent à celui de 1950. Enfin, la part des services non marchands mesurée « en volume »
baisse, passant de 36,3 % à 22,5 %.
Ces écarts s’expliquent par l’évolution des prix relatifs. Celle-ci dépend elle-même de
l’évolution relative de la productivité du travail 1 de chacun des secteurs, selon une règle
assez simple : les prix relatifs évoluent en sens inverse des productivités. Le prix d’un
secteur dont la productivité augmente moins que la moyenne augmentera relativement
à l’indice général des prix. On peut donc parler de « péréquation des taux de marge »
(graphique 3).

                                       Graphique 3. Prix et productivité

Taux de croissance annuel moyen entre 1950 et 2016 en %. Source : Insee.

Du PIB à l’emploi
Le lien entre PIB en volume et emploi est simple à établir : compte tenu de la composition
de la structure du PIB, on constate sans surprise que l’emploi augmente dans les service
et recule dans l’industrie et l’agriculture (graphique 4).

1.	 Dans ce qui suit, la productivité désigne implicitement la productivité du travail.

                                                                  5
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

                               Graphique 4. PIB et emploi 1950-2015

Base 100 en 1950. Source : Insee.

On peut ensuite décomposer les déterminants de l’emploi à partir d’une relation comp-
table (dérivée de la définition de la productivité horaire) :

N = PIB / (PRODH * DAT)

L’emploi N augmente avec le PIB et diminue avec la productivité horaire (PRODH) et
la durée annuelle du travail (DAT). Le tableau 2 ci-dessus utilise cette décomposition sur
longue période, pour chacun des grands secteurs.

            Tableau 2. Décomposition de la croissance de l’emploi 1950-2015

                                    N      PIB    PRODH       PIB-PRODH             DAT

                                     (1)    (2)       (3)   (4) = (2) - (3)   (5) = (4) + (1)

Agriculture                         -3,0   1,8        5,4         -3,6              -0,38
Industrie                           -0,7   3,2        4,3         -1,1               0,38
Services marchands                  1,5    3,6        2,5         +1,1              -0,51
Services non marchands              1,5    2,3        1,2         +1,1              -0,40
Total                               0,5    3,0        3,1         -0,1              -0,57
En % par an. Source : Insee.

Cette décomposition fait apparaître le rôle essentiel des évolutions relatives des produc-
tivités. La productivité horaire du travail progresse plus rapidement que la moyenne dans
l’industrie et dans l’agriculture, mais surtout plus vite que la production : l’écart entre la
croissance du PIB et la productivité horaire (PIB-PRODH) est donc négatif. Ainsi, sur

                                                  6
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

longue période, l’emploi recule dans l’agriculture et dans l’industrie, principalement en
raison des gains de productivité. Ce constat montre en sens inverse que les service béné-
ficient d’un double avantage : non seulement la structure de la demande évolue en leur
faveur, mais les gains de productivité enregistrés sont inférieurs à la moyenne. Le bascu-
lement de l’emploi vers les services résulte donc de ces deux facteurs : plus de demande,
avec moins de productivité.

La progression de l’emploi des femmes
Le mouvement est spectaculaire et renvoie à des déterminations institutionnelles et so-
ciales. Ainsi, il a fallu attendre la loi du 13 juillet 1965 pour que les femmes mariées
puissent occuper un emploi sans l’autorisation de leur époux (et à ouvrir un compte en
banque en leur nom propre). Mais on se borne ici à une approche quantitative, à partir
de ce constat rappelé en introduction : l’emploi n’a augmenté en France que du côté des
femmes. Plus précisément, l’emploi a augmenté de 6,4 millions entre 1960 et 2017, dont
5,9 millions d’emplois occupés par des femmes (tableau 3).

                           Tableau 3. Emploi par sexe en 1960 et 2017

                                      1960            2017                    Variation

Hommes                                    13,0        13,5                        0,5
Femmes                                     6,8        12,7                        5,9
Total                                     19,8        26,2                        6,4
En millions. Source : Insee.

La courbe de l’emploi de hommes est à peu près plate sur longue période, alors que celle
des femmes est en hausse constante (graphique 5).

                         Graphique 5. L’emploi selon le sexe 1960-2015

En millions. Sources : Insee, Eurostat.

                                                 7
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

Cette augmentation de la part des femmes dans l’emploi implique un rattrapage des taux
d’emploi, autrement dit de la proportion de la population en âge de travailler qui exerce
un emploi. Là encore, les évolutions sont très marquées, avec une baisse tendancielle du
taux d’emploi des hommes et une progression continue de celui des femmes (graphique
6). Il faut cependant rappeler que le traitement statistique des agricultrices introduit dans
le recensement de 1954 a engendré une sous-estimation du point initial (voir l’annexe 1).

                    Graphique 6. Taux d’emploi selon le sexe 1960-2015

En %. Sources : Dares, Insee.

La question est de savoir pourquoi le taux d’emploi des hommes recule ainsi de manière
régulière. Pour y répondre, il faut examiner la structure par âge des taux d’emploi. Pour
les jeunes (15-24 ans), la baisse est régulière : il faut y voir un effet de l’allongement
de la durée de scolarisation qui s’épuise à partir du début des années 2000. Du côté des
«seniors» (50-64 ans), on observe un effet retraites, accentué avec l’abaissement de l’âge
de départ à 60 ans au début des années 1980. Mais les réformes ultérieures conduisent à
un redressement du taux d’emploi des seniors (hommes) depuis la fin des années 1990. La
baisse du taux d’emploi des hommes de 25 à 49 ans est moins prononcée, mais non moins
régulière : il passe de 96 % en 1975 à 84 % en 2015 (graphique 7).

                                             8
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

                           Graphique 7. Taux d’emploi des hommes
                                   selon l’âge 1950-2015

En %. Sources : Dares, Marchand & Thélot.

Cette baisse du taux d’emploi des hommes de 25 à 49 ans est étroitement corrélée à l’évo-
lution du taux de chômage des hommes (graphique 8). Cela n’a en soi rien de surprenant,
mais c’est cependant, comme on le verra, un élément de différenciation avec l’emploi des
femmes.

                                 Graphique 8. Taux de chômage
                            et taux d’emploi des femmes 1960-2015

En %. Sources : Insee, Dares, Marchand & Thélot.

                                                   9
L'emploi des femmes en France depuis 1960 - Document de travail Michel HUSSON * - IRES
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

L’évolution par âge du taux d’emploi des femmes obéit au même profil que celui des
hommes en ce qui concerne les jeunes, par allongement de la scolarité. Dans le cas des
seniors, on observe que le taux d’emploi, par ailleurs nettement inférieur à celui des
hommes, n’a que peu baissé entre 1980 et 2000. Il augmente rapidement depuis : entre
2000 et 2015, il a progressé de 13,7 points, contre 6,6 pour les hommes. La principale dif-
férence concerne évidemment le taux d’emploi des femmes de 25 à 49 ans qui augmente
régulièrement, puis se stabilise au cours des années récentes (graphique 9).

                           Graphique 9. Taux d’emploi des femmes
                                   selon l’âge 1950-2015

En %. Sources : Dares, Marchand & Thélot.

De plus, cette progression du taux d’emploi des femmes, est contrairement aux hommes,
peu sensible aux variations du taux de chômage des femmes (graphique 10).

                                            10
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

                                   Graphique 10. Taux d’emploi
                                 et taux de chômage des femmes

En %. Sources : Insee, Dares, Marchand & Thélot.

Ce graphique fait apparaître une corrélation entre la progression de l’emploi des femmes
et celle du taux de chômage. Il semble ainsi donner raison à l’idée que la montée de l’em-
ploi des femmes serait « responsable » de celle du chômage. Mais corrélation n’est pas
causalité et en l’occurrence, une telle causalité ne pourrait être établie qu’à la condition
de postuler une « quantité fixe » d’emploi conduisant à un jeu de chaises musicales entre
hommes et femmes.
C’est entre 1975 et 1985 que le taux de chômage franchit une marche d’escalier, passant
de 3,3 % à 8,7 %. Durant cette décennie, on assiste effectivement à un chassé-croisé entre
l’emploi des hommes (–500 000) et celui des femmes (+900 000), mais l’augmentation
du nombre de chômeurs est « équitablement » répartie entre hommes et femmes avec un
recul de 700 000 pour chacun des sexes.
Le récit est donc plus complexe : la montée du chômage est globale et son impact se
répercute différemment entre hommes et femmes pour des raisons qui renvoient fonda-
mentalement à une dimension sectorielle. Comme le détaille le tableau 4, les hommes
ont particulièrement pâti du recul de l’emploi dans l’industrie qui représentait 46 % des
emplois occupés par des hommes en 1975, tandis que les femmes bénéficiaient plus que
les hommes de la progression de l’emploi dans les services.

                                                   11
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

                               Tableau 4. Evolution de l’emploi par sexe
                                    et secteurs entre 1975 et 1985
                                             1975         1985      Variation   Variation %

Hommes
Agriculture                                  1 476         1 117       -359        -24,3
Industrie Construction                       6 150         5 185       -965        -15,7
Services                                     5 877         6 726       849          14,4
Ensemble                                    13 503        13 028       -475         -3,5
Femmes
Agriculture                                    814          630        -184        -22,6
Industrie Construction                       2 050         1 791       -260        -12,7
Services                                     5 523         6 839      1 316         23,8
Ensemble                                     8 387         9 260       873          10,4
En milliers. Source : Insee.

En outre, cette même période 1975-1985 a vu s’accentuer l’écart entre le taux de chômage
des femmes et celui des hommes, d’environ 2 points. Cet écart va baisser progressive-
ment à partir du début des années 1990. Le passage aux 35 heures contribue à le réduire :
entre 1997 et 2002, le taux de chômage des femmes baisse de 3,2 points, contre 2,4 pour
celui des femmes. Enfin, sous l’effet de la crise, le taux de chômage des hommes dépasse
pour la première fois celui des femmes en 2012 (graphique 11). Là encore, c’est principa-
lement le résultat d’un effet sectoriel puisque l’emploi a plus reculé dans l’industrie où la
part de l’emploi masculin est plus élevé.

                           Graphique 11. Taux de chômage 1960-2015

En %. Sources : Dares, Marchand & Thélot.

                                                     12
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

La montée de l’emploi des femmes s’est accompagnée d’une progression rapide de leur
taux de salarisation. En 1960, 58 % des femmes occupant un emploi étaient salariées, et
cette proportion atteint aujourd’hui 95 %.
Les grandes tendance de l’emploi féminin sont finalement une progression plus rapide
que celle de l’emploi masculin et une salarisation croissante, qui sont « tirées » par l’aug-
mentation de la part des services dans l’emploi (graphique 12).

                                Graphique 12. Trois grandes tendances
                                  de l’emploi des femmes 1960-2000

En %. Sources : Insee, Dares.

Le partage du volume de travail
Dans ce qui suit, on s’intéresse au volume de travail, autrement dit au nombre total
d’heures travaillées. On commence par poser le principe selon lequel ce volume de travail
est déterminé par l’activité économique et la productivité du travail et que ce volume de
travail se répartit « ensuite » entre emploi et durée du travail.
L’histoire de l’emploi en France depuis 1960 peut alors se résumer simplement : le vo-
lume de travail a baissé entre 1950 et 1984, puis augmenté jusqu’en 2016 mais il n’a pas
augmenté sur longue période. Dans ces conditions, c’est essentiellement la réduction de
la durée du travail qui a permis de répartir ce volume de travail en un nombre croissant
d’emplois (graphique 13).

                                                 13
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

              Graphique 13. Emploi, volume et durée du travail 1950-2016

Base 100 en 1950. Source : Insee.

Ce constat suggère de mener une « expérience de pensée » consistant à supposer que la
durée du travail serait restée constante, par exemple à son niveau de 1990. On peut alors
simuler l’évolution de l’emploi, qui aurait alors augmenté au même rythme que le volume
de travail, et en déduire le taux de chômage associé. Ce dernier dépasserait 16 % en 2016
(graphique 14).

                     Graphique 14. Une simulation du taux de chômage

En %. Sources : Insee, calculs propres.

                                           14
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

Cet exercice permet de mesurer en creux l’impact de la réduction de la durée du travail.
Mais il est évidemment contestable, parce qu’il ne prend pas en compte les interactions
entre les différentes variables. Le calcul fait par exemple l’hypothèse d’une population
active constante, alors qu’une telle montée du chômage conduirait à des retraits dans
diverses formes d’« inactivité ».
L’essentiel n’est cependant pas là et c’est une autre interaction qui intervient en amont
pour conduire à une faible variation à long terme du volume de travail. La croissance de
la productivité du travail est très dépendante de celle de la production. Autrement dit, la
croissance de la production est une condition pour la mise en oeuvre des transformations
dans les méthodes de production et de distribution qui permettent de dégager des gains
de productivité. Cet effet baptisé « loi de Kaldor-Verdoorn » est clairement illustré par le
graphique 15 ci-dessous.

                                    Graphique 15. Evolution du PIB
                                    et de la productivité 1950-2016

En %. Sources : Insee, calculs propres.

L’écart entre les taux de croissance du PIB et de la productivité connaît d’importantes
fluctuations liées notamment aux cycles d’activité, mais ces variations tendent à s’annu-
ler. Sur très longue période, la moyenne de ces variations est proche de zéro : 0,045 point
de pourcentage (graphique 16). Ce résultat confirme que sur longue période, les gains de
productivité tendent à compenser l’effet de la croissance sur l’emploi.

                                                  15
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

                 Graphique 16. Différentiel de croissance PIB-productivité
                                       1950-2016

En %. Sources : Insee, calculs propres.

Ce constat est décisif et permet d’énoncer une proposition apparemment iconoclaste : à
long terme, la croissance ne crée pas d’emplois, parce que son effet sur l’emploi, évidem-
ment favorable à court terme, est absorbé à plus long terme par les gains de productivité.

Le partage hommes/femmes du volume de travail
Un emploi masculin n’équivaut pas à un emploi féminin, notamment en raison de la diffé-
rence dans la durée du travail liée au temps partiel. Pour examiner la question du partage
du volume de travail entre hommes et femmes, il faut donc procéder à des évaluations de
manière à disposer de séries longues de durées du travail par sexe (voir annexe 2). Les
données ainsi élaborées permettent d’illustrer l’impact du travail à temps partiel. L’écart
entre la durée du travail moyenne des femmes et la durée d’un emploi à plein temps s’est
creusé, notamment durant la décennie 1990, puis s’est stabilisé en même temps que la
part du travail à temps partiel au début des années 2000 (graphique 17).

                                            16
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

                             Graphique 17. Durée annuelle du travail
                                           1960-2015

En heures. Sources : Insee, calculs propres.

Jusqu’au début des années 2000, la progression de l’emploi des femmes s’est en quelque
sorte « payée » d’une extension du travail à temps partiel (graphique 18).

                           Graphique 18. Part de l’emploi des femmes
                                  et temps partiel 1960-2016

En %. Sources : Insee, Dares.

                                               17
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

On a vu que le volume de travail a légèrement reculé entre 1960 et 2016. Autrement dit,
on produit aujourd’hui, en un peu moins d’heures de travail, un volume de biens et ser-
vices plus de 7 fois supérieur à celui de 1960. Mais la répartition de ce volume global a été
profondément modifiée : le volume de travail occupé par des hommes a reculé de 23 %,
tandis qu’il a progressé de 30 % pour les femmes (graphique 19).

                            Graphique 19. Emploi et volume de travail
                                    selon le sexe 1960-2016

Base 100 en 1960. Sources : Insee, calculs propres.

Dans le même temps, l’emploi total a pu progresser de 32 %, grâce une baisse du temps
de travail de 29 % en moyenne, un peu plus rapide pour les femmes, en raison du recours
croissant au temps partiel. On retrouve alors ce résultat frappant : le nombre d’hommes
exerçant un emploi est aujourd’hui à peine plus élevé qu’en 1960 : 13,5 millions au lieu
de 13 millions, soit une progression de 4 % (tableau 5). A titre de comparaison, la popula-
tion des hommes âgés de 15 à 64 ans est passée de 14,3 millions en 1960 à 19,8 millions
aujourd’hui, soit une progression de 38 %.

                              Tableau 5. Partage du volume de travail
                                            1960-2017
                                                  Hommes        Femmes        Ensemble

Volume de travail                                     -23,4 %    29,8 %         -5,9 %
Durée du travail                                      -26,3 %   -30,4 %        -28,8 %
Emploi                                                 4,0 %     86,4 %         32,3 %
Variation entre 1960 et 2017. Source : Insee.

La part des femmes dans l’emploi total est aujourd’hui proche de la parité : 48,4 % (contre
34,4 % en 1960). Mais il n’en est pas de même si l’on raisonne en équivalent, puisque

                                                          18
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

la proportion ainsi mesurée n’est que de 41,3 %. C’est une autre manière de mesurer
l’impact du travail à temps partiel (graphique 20).

                             Graphique 20. Part de l’emploi des femmes

En %. Sources : Insee, Dares, calculs propres.

Quand la mauvaise réduction du temps de travail chasse la bonne 2
Depuis le début de la crise, les pays européens ont suivi des trajectoires diversifiées en
matière de durée du travail. Cette dernière n’a pas baissé dans un premier groupe de pays :
Suède, République tchèque, Royaume-Uni, Pays-Bas, et Espagne. Les trois premiers de
ces pays ont connu une croissance supérieure à la moyenne de l’Union européenne, ce qui
peut expliquer l’absence de recours à ce dispositif. Dans tous les autres pays, la durée du
travail a baissé plus ou moins nettement : la baisse a été faible en Norvège au Portugal ou
en France, mais plus marquée dans d’autres pays comme l’Autriche, l’Irlande ou l’Italie.
La réduction observée de la durée du travail peut cependant recouvrir des modalités dif-
férentes. Elle peut être uniforme (c’est la « bonne » réduction du temps de travail) ou au
contraire résulter de l’augmentation des emplois à temps réduit, et c’est la « mauvaise »
réduction du temps de travail. Une méthode simple permet de faire le tri : il suffit d’obser-
ver l’évolution du taux de travail à temps partiel et de la croiser avec celle de la durée du
travail moyenne.
On peut alors mettre à part trois pays où la baisse de la durée du travail est associée à un
recul du taux d’emploi à temps partiel : ce sont la Pologne et la Norvège, qui bénéficient
d’une forte progression de l’emploi, auquel il faut ajouter la Roumanie où de très forts
gains de productivité ont au contraire provoqué une forte baisse de l’emploi de 12 %.
Chaque pays a donc ses spécificités mais on peut observer une corrélation frappante dans
les 16 pays restants entre la baisse du temps de travail et l’augmentation du temps partiel.
Ils s’agit donc d’une « mauvaise » réduction du temps de travail, qui passe principalement

2.	 Cette section reprend en partie une chronique publiée sur le site d’Alternatives économiques (Husson, 2018b).

                                                             19
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

par l’augmentation du temps partiel. Et elle est d’autant plus « mauvaise » qu’elle concerne
principalement les femmes (graphique 21).

                                 Graphique 21. Temps partiel
                                et durée du travail 2007-2017

Source : Eurostat.

L’imposture du plein-emploi
Ce bilan confirme que la durée du travail des emplois à temps partiel, intermittents, dis-
continus, etc. liés à la flexibilisation des marchés du travail est un facteur qu’il faut prendre
en compte quand on examine les performances d’emploi. Or, il y a, pour reprendre une
formule empruntée à Olivier Passet (2016), une véritable « imposture du plein emploi des
autres pays » : en effet, un emploi précaire à durée réduite compte autant qu’un emploi
à plein temps et à durée indéterminée dans le dénombrement des emplois, ce qui réduit
d’autant le taux de chômage. Le biais ainsi introduit est systématique : on peut le vérifier
en rapportant le taux de chômage de chaque pays à leur recours à l’emploi à temps partiel.
La corrélation est très nette : les pays qui ont un taux de chômage inférieur sont ceux où
la part du travail à temps partiel est la plus élevée (graphique 22). Les Pays-Bas, où près
de la moitié des emplois sont à temps partiel, ainsi que la Grèce ou l’Espagne aux taux de
chômage très élevés sortent de l’épure mais ne remettent pas en cause cette configuration.

                                               20
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

                                Graphique 22. Taux de chômage
                                    et temps partiel 2015

En %. Source : base de donnée Ameco de la Commission européenne.

Les ajustements de l’emploi à la crise sont une forme d’hommage du vice à la vertu : la
durée du travail a, dans la majorité des pays européens, contribué à amortir l’impact de la
crise sur l’emploi. Mais elle l’a fait selon des modalités inégalitaires.

Progression de l’emploi des femmes : un essai de décomposition
On reprend ici une décomposition déjà ancienne puiqu’elle porte sur l’évolution de l’em-
ploi entre 1980 et 1990 (Husson, 1996). Mais les résultats obtenus sont suffisamment
représentatifs des tendances observées pour être repris ici. La méthode retenue consiste à
construire des modes de partage du volume de travail hypothétiques de manière à séparer
les différents effets. Le point de départ est une simulation obtenue en ventilant le volume
du travail de 1990 en fonction des évolutions de la productivité du travail et de la durée du
travail à recours constant au tems partiel, sous l’hypothèse d’une même répartition glo-
bale des effectifs entre hommes et femmes qu’en 1980. On obtient la variation « brute »
de l’emploi qui est en l’occurrence quasi-nulle. On introduit ensuite, successivement :

 	 L’effet sectoriel en menant le même exercice, mais cette fois au niveau de chacun des
    secteurs de la nomenclature en 35 postes utilisée.
 	 La progression du travail à temps partiel.
Les différentes contributions sont présentées dans le tableau 6 le graphique 23 ci-dessous.

                                                    21
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

                   Tableau 6. Les déterminants de la variation de l’emploi
                                     entre 1980 et 1990

                                             Hommes         Femmes           Ensemble

Effectifs 1980                                12 987          8 493           21 480
Effectifs 1990                                12 633          9 371           22 004

Effet brut de la productivité                     - 704       - 460           - 1 164
Réduction de la durée du travail *             + 822          + 340           + 1 162
Variation brute                                + 118          - 120               -2

Effet sectoriel                                   - 545       + 655            + 110
Hausse du temps partiel                           + 73        + 343            + 416
Variation observée                                - 354       + 878            + 524

* À taux de temps partiel constant.

En milliers. Source : Husson, 1996.

              Graphique 23. Une décomposition de la variation de l’emploi
                                 entre 1980 et 1990

En milliers. Source : Husson, 1996.

                                             22
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

Au niveau global, la réduction de la durée du travail compense les gains de productivité,
de telle sorte que la variation brute de l’emploi est quasi-nulle. Mais il s’agit de la durée
du travail hors temps partiel, et c’est pourquoi on observe un chassé-croisé des emplois
favorable aux hommes.
Le résultat majeur porte sur l’effet sectoriel. Globalement, l’évolution sectorielle est un
peu favorable à l’emploi mais sa ventilation par sexe est très contrastée : 655 000 emplois
de femmes en plus, 545 000 emplois de femmes en moins. A cela s’ajoute l’effet du temps
partiel auquel on peut imputer 343 000 créations d’emplois de femmes mais seulement
73 000 pour les hommes.
Toutes choses égales par ailleurs, l’accroissement de l’emploi féminin est donc en grande
partie le produit d’un effet de répartition sectorielle du volume de travail. Celui-ci s’est
orienté vers des secteurs plus « riches en emplois féminins » et où le taux de temps partiel
est au départ plus élevé. C’est pourquoi près de 9 sur 10 des emplois de femmes créés
entre 1980 et 1990 sont des emplois à temps partiel.
La croissance de l’emploi féminin renvoie aussi aux évolutions catégorielles. Entre 1980
et 1990, la part globale des emplois salariés d’ouvriers et d’employés (hors agriculture)
est relativement stable, puisqu’elle passe de 64 % à 66 %. Mais 55 % des emplois sala-
riés occupés par les femmes en 1990 sont des postes d’employées, tandis que 48 % des
emplois salariés occupés par les hommes sont des postes d’ouvriers. La montée de l’em-
ploi des femmes peut donc aussi s’analyser comme la substitution à grande échelle du
travail d’employées (femmes) à celui des ouvriers (hommes). On peut aussi vérifier que
le volume de travail progresse plutôt plus vite dans les secteurs où la part des employés
dans l’emploi total est plus élevée
La logique de transformation des structures d’emploi oppose deux pôles que l’on peut
présenter schématiquement de la manière suivante (tableau 6).

                         Tableau 6. Deux grandes logiques d’emploi
             Logique « industrielle »                      Logique « de services »

 Travail ouvrier                               Travail employé
 Gains de productivité élevés                  Gains de productivité faibles
 Baisse ou maintien du volume de travail       Hausse du volume de travail
 Baisse ou maintien des effectifs              Hausse des effectifs
 Travail ouvrier                               Travail employé
 Travail masculin                              Travail féminin
 Travail à temps plein                         Travail à temps partiel

Source : Husson, 1996.

La lente réduction des inégalités hommes/femmes
L’approche quantitative adoptée ici est évidemment insuffisante en ce sens qu’elle ne
traite pas, par définition, d’autres aspects des inégalités hommes-femmes en matière de
salaires, de carrières et de distribution des emplois. En matière de salaires comme en
matière d’emploi, le bilan est ambivalent : les écarts se réduisent mais lentement et de
manière inégalitaire. Le graphique 24 ci-dessous est tiré d’une étude du World Inequa-
lity Database, un réseau de chercheurs animé notamment par Thomas Piketty. Il montre

                                             23
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

qu’en 1970 les femmes représentaient seulement 31 % des personnes situées dans la
moitié supérieure (top 50 %) des revenus du travail. Cette proportion a augmenté jusqu’à
atteindre 42 % en 2012, mais on reste loin de la parité. A mesure que l’on monte dans
l’échelle des revenus du travail, la part des femmes est de plus en plus faible : elle n’est
ainsi que de 30 % pour les 10 % des revenus du travail les plus élevés (top 10 %) et seu-
lement de 16 % pour le Top 1 %.

       Graphique 24. Part des femmes dans les tranches de revenu du travail
                                France,1970-2012

En %. Source: Garbinti, Goupille-Lebret, Piketty, 2018

Il est cependant possible d’en tirer trois conclusions :
 	 la dynamique générale de l’emploi dépend en grande partie d’une évolution de la
    durée du travail adaptée aux gains de productivité ;
 	 la montée de l’emploi des femmes est un processus irrépressible car il a été porté par
    l’évolution sectorielle de l’emploi ;
 	 près d’un tiers des femmes sont confinées à des emplois à temps partiel : pour elles,
    la « mauvaise » réduction du temps de travail l’a emporté sur la « bonne » comme si
    c’était le prix à payer pour leur entrée sur le marché du travail.

                                                         24
Annexe 1.
            Les femmes d’agriculteurs et le recensement de 1954

Extraits de Monique Meron, « 70 ans de statistiques sur l’activité des femmes : zones
d’ombre et coups de projecteurs », juin 2016.
Jusqu’en 1946, les membres des familles d’agriculteurs qui, de 14 à 70 ans, ne sont ni à
l’école, ni dans un autre emploi déclaré, sont comptés comme aides familiaux (ou chef
d’établissement) dans l’agriculture. À partir de 1954, seuls comptent celles et ceux qui
déclarent explicitement exercer cette activité comme une profession, ce qui a notable-
ment diminué leur nombre. Les aides familiales et aides familiaux des commerçants ont
toujours dû déclarer travailler pour être comptés comme tels.
Dans les recensements de la première moitié du XXè siècle, tous les adultes (de 14 à 70
ans) vivant avec un agriculteur et n’ayant pas d’autre occupation déclarée étaient consi-
dérés comme étant eux-mêmes des agriculteurs. Ce principe est devenu systématique
en 1906 et l’est resté jusqu’en 1946. En 1954, il a été décidé de ne plus compter dans
l’agriculture que les personnes déclarant explicitement exercer cette profession : « Est
considérée comme active à ce recensement, toute personne ayant déclaré, sur son bulletin
individuel, exercer une profession ainsi que toute personne sans profession au moment du
recensement, mais cherchant un emploi. »
Nombre de femmes sont soudain considérées comme inactives, faute de déclarer qu’elles
exercent une « profession », alors que jusque-là, on les comptait comme agricultrices. En
1954, 1,2 millions de personnes, dont près d’1 million de femmes (970 000 femmes et
230 000 hommes), sont ainsi soustraites de la population active.
Ce changement de point de vue des statisticiens sur la population active agricole a
un impact considérable : la même année, de l’ancienne définition à la nouvelle, la
part des femmes dans la population active chute de trois points : de 37,4 % à 34,3 %
(graphique 25).
Comment se déclarent les femmes d’agriculteurs ? Si on le leur demande, comment se
perçoivent-elles ? À propos d’un test mené en 1979 et d’une analyse du questionnaire
du recensement de 1975, Maryse Huet (1981) constate, à propos d’elles : « Les femmes
qui travaillent sur l’exploitation sont très nombreuses à ne pas déclarer d’activité profes-
sionnelle. La réponse reflète alors une plus ou moins grande pratique des réponses aux
questionnaires administratifs et dans certains cas, correspond à la situation des femmes
doublement actives : actives sur l’exploitation et actives dans leur foyer. Les termes “acti-
vité professionnelle” et “profession principale” font se détourner les femmes d’exploitant
de la suite des questions et font qu’elles omettent de déclarer une activité ».

DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018                                                             25
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

               Graphique 25. Part des femmes dans la population active
                                   de 1946 à 2012

                                         26
Annexe 2.
        Ventilation du volume de travail entre hommes et femmes

Le point de départ est la relation entre la durée apparente moyenne (D), qui mélange em-
plois à temps plein et à temps partiel, et la durée à plein temps (DP). Cette relation s’écrit :

(1) D.N = (1-tp).DP.N + c.tp.DP.N

tp est la part des emplois à temps partiel dans l’emploi total N ; c est le taux de conversion,
c’est-à-dire la durée moyenne d’un emploi à temps partiel exprimée en pourcentage de la
durée moyenne d’un temps plein.
En transformant cette relation, on obtient la formule qui permet de calculer la durée cor-
rigée DP en fonction des données disponibles :

(2) DP = D / [(1-tp) + c.tp]

Compte tenu des informations disponibles sur longue période, il est nécessaire de faire
l’hypothèse d’une durée à plein temps identique pour les hommes et les femmes. Un tel
postulat est a priori acceptable si l’on raisonne sur un secteur d’activité suffisamment
étroit. Il l’est moins à un niveau plus global, où peuvent intervenir des effets de structure,
chaque fois qu’il existe une corrélation entre durée du travail et degré de féminisation.
Malgré son caractère insatisfaisant, il faut accepter les biais ainsi introduits.
On peut alors calculer séparément le nombre d’heures de travail total (volume de travail,
VOL) effectué par des hommes ou par des femmes. On utilise pour cela la formule ci-
dessous :

(3) VOLi = [(1-tpi) + ci.tpi].Ni.DP

L’indice i correspond au sexe, et l’on vérifie ici le rôle que joue l’hypothèse d’uniformité
de DP entre hommes et femmes. Les autres grandeurs étant disponibles selon le sexe,
cette hypothèse permet de calculer le volume de travail par sexe.
Enfin, on peut en sens inverse, isoler le volume de travail occupé par des emplois à plein
temps VOLP, et celui qui correspond à des emplois à temps partiel. Là encore, le calcul
est immédiat :

(4) VOLPi = (1-tpi).Ni.DP

On peut aussi introduire la notion d’équivalent temps plein (NEQ) : pour l’ensemble, puis
séparément pour les hommes et les femmes, on peut calculer le nombre d’emplois à temps
plein qui auraient pu être créés à partir du même volume de travail, en l’absence de temps
partiel. Cette grandeur se calcule aisément :

(6) NEQi = VOLi/DP

DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018                                                                27
DOCUMENT DE TRAVAIL N°03.2018

                                        Tableau des variables
 D                          Durée annuelle apparente du travail

 DP                         Durée annuelle à plein temps

 N                          Effectifs

 EQN                        Equivalent temps plein du volume de travail

 NTP                        Effectifs à temps partiel

 c                          Taux de conversion temps partiel/temps plein

 PROD                       Productivité du travail par tête

 PRODH                      Productivité horaire du travail

 tp                         Part des emplois à temps partiel

 VOLP                       Volume de travail sur emplois à temps plein

 VOL                        Volume de travail = nombre d’heures travaillées

 i                          Indice de sexe

                                                        28
L’EMPLOI DES FEMMES EN FRANCE DEPUIS 1960

Références
Barthez A. (1984), « Femmes dans l’agriculture et travail familial », Sociologie du travail, 26 année, n°3,
       Juillet-septembre 

Bouillaguet-Bernard P., Gauvin-Ayel A., Outin J.-L. (1981), Femmes au travail, prospérité et crise, Econo-
        mica 

Briard K., Calavrezo O. (2016), « Taux d’emploi des femmes : quels liens avec la situation de couple au fil
        des générations ? », Dares Analyses, n° 37, 2016, 

Garbinti B., Goupille-Lebret J., Piketty T. (2018), « Income Inequality in France, 1900-2014: Evidence from
       Distributional National Accounts (DINA) », Banque de France, Working Paper, n° 677, April 

Husson M. (1993), « Le volume de travail et son partage. Etude comparative de sept grands pays », Revue
      de l’Ires, n°11, Hiver 1993 

Husson M. (1996), « L’emploi des femmes en France. Une comptabilité en temps de travail (1980-1990) »,
      dans : Hirata H. & Sénotier D. (eds), Femmes et partage du travail, Syros 

Husson M. (2018a), « Base de données sur l’emploi des femmes en France », 

Husson M. (2018b), « Quand la mauvaise réduction du temps de travail chasse la bonne », Alternatives
      économiques, 27 mars 2018 

Laufer J., Marry C., Maruani M., dir. (2003), Le travail du genre, La Découverte/Mage, 

Le Ru N. (2011), « Séries longues d’emploi par métier et par secteur d’activité », Dares, Document d’études,
       n° 158, mars 

Marchand O., Thélot C. (1991), Deux siècles de travail en France, Insee. Voir les séries détaillés 

Maruani M., Meron M. (2012), Un siècle de travail des femmes en France 1901-2011, La Découverte,
      
Meron M. (2016), « 70 ans de statistiques sur l’activité des femmes : zones d’ombre et coups de projec-
      teurs », Regards croisés sur la production et l’usage des statistiques, Colloque Insee, juin 2016
      
Minni C. (2012), « Les disparités sur le marché du travail entre les femmes et les hommes : une analyse sur
       longue période », Dares Analyses, n° 15, mars 

Minni C. (2015), « Femmes et hommes sur le marché du travail », Dares Analyses, n° 17, mars 

Passet O. (2016), « L’imposture du plein-emploi », vidéo Xerfi Canal, 

Schweitzer S. (2002), Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire de leurs métiers, XIXe et XXe siècle,
      Odile Jacob 

Silvera R. (2001), « Genre et économie : des rendez-vous manqués », Travail, genre et sociétés 2001/2, (N°
        6) http://bit.ly/2HcJ6M4

                                                      29
Documents de travail parus
SERFATI Claude, SAUVIAT Catherine, L’impact des chaînes mondiales d’approvisionnement sur l’emploi et
     les systèmes productifs : une synthèse. Comparaison France - Brésil dans les industries aéronau-
     tiques et automobiles, IRES Document de travail, n° 02.2018, mars.
CHAGNY Odile, LE BAYON Sabine, MATHIEU Catherine, STERDYNIAK Henri, Salaire minimum : du coût
     salarial au niveau de vie, une comparaison France, Allemagne et Royaume-Uni, IRES Document de
     travail, n° 01.2018, mars.
MATH Antoine (2017), Panorama des congés destinés aux parents en Europe, IRES Document de travail,
     n° 03.2017, novembre.
FREYSSINET Jacques (2017), La genèse des ordonnances portant réforme du Code du travail, IRES Docu-
     ment de travail, n° 02.2017, octobre.
CONCIALDI Pierre (2017), What does it mean to be rich? Some conceptual and empirical issues, IRES
     Document de travail, n° 01.2017, juin.
JUGNOT Stephane (2016), Les débats français sur les statistiques « ethniques » : une histoire sans fin ?,
     Document de travail, n° 01.2016, août.
IRES (2015), Syndicats et questions environnementales, synthèse de la journée d’étude Ires du 3 novembre
       2015 au CESE, Document de travail, n° 04.2015, décembre.
JUGNOT Stéphane (2015), Améliorer la publication mensuelle des statistiques du « chômage » pour faciliter
     le débat public. Quelques propositions, Document de travail, n° 03.2015, juillet.
FREYSSINET Jacques (2015), Les négociations d’entreprise sur l’emploi : quelques expériences euro-
     péennes, Document de travail, n° 02.2015, mars.
CHAGNY Odile, HUSSON Michel (2015), Looking for an “optimal wage regime” for the Euro zone, IRES
     Document de travail, n° 01.2015, janvier.
SAUVIAT Catherine, SERFATI Claude (2013), La compétitivité de l’industrie française : évolution des
      débats, initiatives et enjeux, IRES Document de travail, n° 04.2013, mai.
CONCIALDI Pierre, HUSSON Michel (2013), Quelles modalités de revalorisation du Smic ?, IRES Docu-
     ment de travail, n° 03.2013, février.
JUGNOT Stephane (2013), L’évaluation sous tension méthodologique, idéologique et politique : l’exemple
     de l’évaluation des effets sur l’emploi des 35 heures, IRES Document de travail, n° 02.2013, janvier.
CONCIALDI Pierre (2013), Une mesure de l’effort contributif, IRES Document de travail, n° 01.2013, janvier.
HUSSON Michel (2012), Les apories du juste échange, IRES Document de travail, n° 03.2012, novembre.
FRETEL Anne (2012), Typologie des figures de l’intermédiation. Quelle relation à l’entreprise au delà de
     l’impératif adressé aux opérateurs du SPE ?, IRES Document de travail, n° 02.2012, octobre.
IRES (2012), Programme Scientifique à Moyen Terme, Bilan 2010/2011 et Perspectives 2012, IRES Docu-
       ment de travail, n° 01.2012, mars.
SAUVIAT Catherine (2011), « Occupy Wall Street », un mouvement social inédit aux Etats-Unis, IRES Docu-
      ment de travail, n° 01.2011, décembre.
LOCHARD Yves (2010), L’accompagnement bénévole des chômeurs. Le cas de l’association Solidarités
     Nouvelles face au chômage, IRES Document de travail, n° 01/2010, juin.
CONCIALDI Pierre (IRES), LEVY Catherine (CNRS) et LIU Weihong (Doctorant à l’Université Paris I) (2010),
     Glossaire de la protection sociale en Chine, IRES Document de travail, n° 02.2010, juin.
BRIERE Bernard (2009), L’observation sociale, outil de l’amélioration de la performance sociale, IRES Do-
     cument de travail, n° 01.2009, septembre.
COMBES Marie-Christine, QUINTERO Nathalie, BUREAU Marie-Christine, TUCHSZIRER Carole,
    GRIMAULT Solveig, LOCHARD Yves, (2008), Les politiques des entreprises en matière de certifica-
    tion et l’utilisation de la validation des acquis de l’expérience, IRES Document de travail, n° 02.08,
    mars.
LEFRESNE Florence et SAUVIAT Catherine en collaboration avec GRIMAULT Solveig (Rapport remis à la
     Dares) (2008), Modes de gouvernance, pratiques d’anticipation et régimes de restructuration : une
     approche comparative, IRES Document de travail, n° 01.08, février.
FREYSSINET Jacques (2007), Hétérogénéité du travail et organisation des travailleurs - L’ère de la produc-
     tion de masse, IRES Document de travail, n° 07.01, février.
Vous pouvez aussi lire
Diapositive suivante ... Annuler