Le secteur des maisons de repos sous la loupe : tendances, défis et indicateurs - ING Belgium

 
Le secteur des maisons de
repos sous la loupe :
tendances, défis et
indicateurs
Table des matières
Liste ................................................................................................................................................................3
Liste avec tableaux .....................................................................................................................................5
Liste ................................................................................................................................................................6
1       Synthèse ...............................................................................................................................................7
2       Entretiens : Perspective - Flandre................................................................................................. 12
    2.1         Participants ............................................................................................................................... 12
    2.2   Quels développements en matière de soins aux personnes âgées ont eu selon vous
    une grande influence au cours de l’année écoulée ? .................................................................. 13
    2.3    Quelle tendance en matière de soins pour personnes âgées constitue une étape
    positive pour l'avenir ? ........................................................................................................................ 14
    2.4   Qu'est-ce qui vous rend inquiet ou constitue selon vous une menace pour le
    secteur ? ................................................................................................................................................. 16
    2.5   Comment la technologie sera-t-elle appliquée en matière de soins aux personnes
    âgées ? .................................................................................................................................................... 17
    2.6         Comment souhaitez-vous voir évoluer le secteur ?......................................................... 18
3       Entretiens : Perspective – Wallonie - Bruxelles ......................................................................... 20
    3.1         Participants ............................................................................................................................... 20
    3.2   Quels développements en matière de soins aux personnes âgées ont eu selon vous
    une grande influence au cours de l’année écoulée ? .................................................................. 21
    3.3    Quelle tendance en matière de soins pour personnes âgées constitue une étape
    positive pour l'avenir ? ........................................................................................................................ 22
    3.4         Diverses solutions se dessinent............................................................................................ 23
    3.5         Menaces ou enjeux pour l’avenir ........................................................................................ 24
    3.6   Comment la technologie sera-t-elle appliquée en matière de soins aux personnes
    âgées ? .................................................................................................................................................... 25
    3.7         Quels sont les souhaits pour que le secteur « tourne au mieux » ?............................. 26
4       Perspective - Comparaison entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles ................................ 28
    4.1         Similitudes et différences ...................................................................................................... 28
    4.2   Quels développements en matière de soins aux personnes âgées ont eu selon vous
    une grande influence au cours de l’année écoulée ? .................................................................. 28
    4.3    Quelle tendance en matière de soins pour personnes âgées constitue une étape
    positive pour l'avenir ? ........................................................................................................................ 29
    4.4   Qu'est-ce qui vous rend inquiet ou constitue selon vous une menace pour le
    secteur ? ................................................................................................................................................. 29

                                                                                                                                                                     1
4.5   Comment la technologie sera-t-elle appliquée en matière de soins aux personnes
    âgées ? .................................................................................................................................................... 30
    4.6        Comment souhaitez-vous voir évoluer les soins aux personnes âgées ?................... 30
5      Indicateurs généraux ...................................................................................................................... 32
    5.1        Introduction .............................................................................................................................. 32
    5.2        Evolution démographique ..................................................................................................... 32
       5.2.1           Coûts budgétaires du vieillissement ........................................................................... 35
    5.3        Vieillissement de la population ............................................................................................ 38
       5.3.1           Vieillissement de la population (plus de 67 ans) ..................................................... 38
       5.3.2           Vieillissement de la population (plus de 80 ans) ..................................................... 39
    5.4        Résidents dans les structures de soins ............................................................................... 40
    5.5        Prix journalier............................................................................................................................ 42
       5.5.1           Prix journalier par région ............................................................................................... 43
       5.5.2           Prix journalier par province ........................................................................................... 44
       5.5.3           Prix journalier par pouvoir organisateur et par région ........................................... 44
       5.5.4           Prix journalier par pouvoir organisateur et par province ....................................... 45
6      Benchmark des maisons de repos et des maisons de repos et de soins............................ 47
    6.1        Introduction .............................................................................................................................. 47
    6.2        Description de l’échantillon ................................................................................................... 47
    6.3        Capacité exploitée ................................................................................................................... 50
    6.4        Taux d’occupation ................................................................................................................... 55
    6.5        Profil des résidents .................................................................................................................. 60
    6.6        Utilisation du personnel ......................................................................................................... 69
    6.7        Ancienneté barémique .......................................................................................................... 75
    6.8        Contrôle normatif .................................................................................................................... 80
    6.9        Indicateurs financiers ............................................................................................................. 85

                                                                                                                                                                 2
Liste avec graphiques

Graphique 1 : évolution du nombre d’hommes de plus de 85 ans............................................... 34
Graphique 2 : évolution du nombre de femmes de plus de 85 ans ............................................. 35
Graphique 3 : évolution du vieillissement de la population en % (plus de 67 ans)/(18-66)
(www.statbel.fgov.be) ............................................................................................................................. 38
Graphique 4 : évolution du vieillissement de la population en % (plus de 80 ans)/(plus de
67 ans) (www.statbel.fgov.be) .............................................................................................................. 39
Graphique 5 : Projection de la prévalence et du nombre de personnes âgées en soins
résidentiels, Belgique 2010 - 2025, scénario de base (KCE) ........................................................... 40
Graphique 6 : répartition en pourcentage des lits par région et par pouvoir organisateur
gestion en 2015 (INAMI) ......................................................................................................................... 41
Graphique 7 : répartition en pourcentage du nombre de lits par pouvoir organisateur et par
région en 2015 (INAMI) ........................................................................................................................... 42
Graphique 8 : échantillon - répartition géographique ..................................................................... 48
Graphique 9 : échantillon - statut des structures de soins ............................................................. 48
Graphique 10 : économie d’échelle des structures de soins - Belgique ...................................... 49
Graphique 11 : agréments MRS par rapport au nombre total d’agréments en % - Belgique 50
Graphique 12 : agréments MRS par rapport au nombre total d’agréments en % - par type de
pouvoir organisateur ............................................................................................................................... 51
Graphique 13 : agréments courts séjours par rapport au nombre total d’agréments en % -
par région................................................................................................................................................... 52
Graphique 14 : agréments courts séjours par rapport au nombre total d’agréments en % -
par pouvoir organisateur........................................................................................................................ 53
Graphique 15 : Taux de couverture MRS en % - Belgique ............................................................... 54
Graphique 16 : Taux de couverture MRS en % - par région ............................................................ 54
Graphique 17 : Taux de couverture MRS en % - par pouvoir organisateur ................................. 55
Graphique 18 : Taux d’occupation INAMI dans les maisons de repos et les maisons de repos
et de soins (MRPA-MRS) en % - Belgique ............................................................................................ 56
Graphique 19 : Taux d’occupation INAMI dans les maisons de repos et les maisons de repos
et de soins (MRPA-MRS) en % - par région ......................................................................................... 57
Graphique 20 : Taux d’occupation INAMI dans les courts séjours en % - Belgique................... 58
Graphique 21 : Taux d’occupation INAMI dans les courts séjours en % - par région ............... 59
Graphique 22 : Taux d’occupation INAMI dans les courts séjours en % - par pouvoir
organisateur .............................................................................................................................................. 60
Graphique 23 : degré de soins dans les maisons de repos et les maisons de repos et de soins
en % - Belgique ......................................................................................................................................... 61
Graphique 24 : degré de soins dans les maisons de repos et les maisosns de repos et de
soins en % - par région ........................................................................................................................... 62
Graphique 25 : degré de soins dans les maisons de repos et les maisons de repos et de soins
en % - par pouvoir organisateur ........................................................................................................... 63
Graphique 26 : degré de démence dans les maisons de repos et les maisons de repos et de
soins en % - par région ........................................................................................................................... 64

                                                                                                                                                              3
Graphique 27 : degré de démence dans les maisons de repos et les maisons de repos et de
soins en % - par pouvoir organisateur ................................................................................................ 65
Graphique 28 : degré de soins dans les courts séjours en % - Belgique ..................................... 66
Graphique 29 : degré de soins dans les courts séjours en % - par région .................................. 67
Graphique 30 : degré de soins dans les courts séjours en % - par pouvoir organisateur ....... 68
Graphique 31 : profils de démence dans les courts séjours en % - Belgique ............................. 69
Graphique 32 : nombre d’ETP parmi le personnel de soins pour 30 résidents - Belgique ....... 70
Graphique 33 : nombre d’ETP parmi le personnel de soins pour 30 résidents - par région .... 71
Graphique 34 : nombre d’ETP parmi le personnel de soins pour 30 résidents - par pouvoir
organisateur .............................................................................................................................................. 72
Graphique 35 : proportion d’infirmiers parmi le personnel de soins en % - Belgique .............. 73
Graphique 36 : nombre d’ETP parmi le personnel de kinésithérapie, d’ergothérapie et de
logopédie pour 30 résidents - par région ........................................................................................... 74
Graphique 37 : nombre d’ETP parmi les autres barèmes pour 30 résidents - par pouvoir
organisateur .............................................................................................................................................. 75
Graphique 38 : ancienneté du personnel infirmier - par région .................................................... 76
Graphique 39 : ancienneté du personnel infirmier - par pouvoir organisateur ......................... 77
Graphique 40 : ancienneté du personnel de soins - par région .................................................... 78
Graphique 41 : ancienneté du personnel paramédical - par région ............................................ 78
Graphique 42 : ancienneté du personnel de soins - par pouvoir organisateur ......................... 79
Graphique 43 : ancienneté du personnel paramédical - par pouvoir organisateur ................. 79
Graphique 44 : personnel au-delà de la norme parmi les infirmiers et le personnel de soins
en % - par région...................................................................................................................................... 81
Graphique 45 : personnel au-delà de la norme parmi les infirmiers et le personnel de soins
en % - par pouvoir organisateur ........................................................................................................... 82
Graphique 46 : personnel au-delà de la norme parmi le personnel de kinésithérapie,
d’ergothérapie, de logopédie et de réactivation en % - par région ............................................. 83
Graphique 47 : personnel au-delà de la norme en % - Belgique .................................................. 84
Graphique 48 : personnel au-delà de la norme en % - par région ............................................... 84
Graphique 49 : personnel au-delà de la norme en % - par pouvoir organisateur .................... 85
Graphique 50 : chiffre d’affaires INAMI par lit - Belgique ................................................................ 86
Graphique 51 : chiffre d’affaires INAMI par lit - par région ............................................................. 87
Graphique 52 : chiffre d’affaires INAMI par lit - par pouvoir organisateur .................................. 88
Graphique 53 : chiffre d’affaires « Hébergement » et chiffre d’affaires « INAMI » par lit - par
pouvoir organisateur ............................................................................................................................... 89
Graphique 54 : coûts liés au personnel par lit - Belgique ................................................................ 90
Graphique 55 : coûts totaux liés au personnel par lit - par pouvoir organisateur .................... 91
Graphique 56 : coût salarial résiduel par résident et par an - Belgique ...................................... 92
Graphique 57 : coût salarial résiduel par résident et par an - par région ................................... 92
Graphique 58 : coût salarial résiduel parmi le personnel de soins par lit - par pouvoir
organisateur .............................................................................................................................................. 93

                                                                                                                                                            4
Liste avec tableaux

Tableau 1: nombre de personnes de plus de 85 ans - par région (www.statbel.fgov.be) .32
Tableau 2: évolution en pourcentage de la population de plus de 85 ans - par région
(www.statbel.fgov.be) .....................................................................................................33
Tableau 3: personnes de plus de 85 ans à la date du 01/01/2016 (www.statbel.fgov.be) .35
Tableau 4: coûts budgétaires du vieillissement à long terme, conformément au scénario
CEV de juillet 2016, et différence par rapport au scénario de juillet 2015 (en % du PIB)
(Conseil supérieur des Finances, juillet 2016) .................................................................36
Tableau 5: nombre de lits à la date du 18 décembre 2015 (INAMI) ..................................41
Tableau 6: prix journalier des maisons de repos et des maisons de repos et de soins en
Belgique au 1er mai 2016 - par région .............................................................................43
Tableau 7: prix journalier des maisons de repos et maisons de repos et de soins en
Flandre et à Bruxelles au 1er mai 2016 - par province .....................................................44
Tableau 8: prix journalier des maisons de repos et des maisons de repos et de soins en
Flandre et à Bruxelles au 1er mai 2016 - par pouvoir organisateur et par région .............45
Tableau 9: prix journalier des maisons de repos et maisons de repos et de soins en
Flandre et à Bruxelles au 1er mai 2016 - par pouvoir organisateur et par province...........45

                                                                                                                           5
Liste avec abréviations
APA : Aide aux Personnes Agées
AViQ: Agence pour une Vie de Qualité
Bel-RAI : Version belge du "Resident Assessment Instrument"
CEV : Comité d’étude sur le vieillissement
COCOF : Commission Communautaire Française
COCOM : Commission Communautaire Commune
CS : Court Séjour
ETP : Équivalent temps plein
GESCO : Contrats subventionnés ("GESubsidieerde CONtractuelen")
INAMI : Institut national d’assurance maladie-invalidité
KCE - Federaal Kenniscentrum - Centre fédéral d'expertise
MRPA : Maison de repos pour personnes âgées
MRS : Maison de repos et de soins
PMI = préparation médicale individuelle
VIPA : Fonds flamand d'infrastructure affectée aux matières personnalisables ("Vlaams
Infrastructuurfonds Persoonsgebonden Aangelegenheden")

                                                                                   6
1 Synthèse
Dans cette étude, nous présentons les différentes facettes du secteur des maisons de repos
et des maisons de repos et de soins (MRPA – MRS).

Dans une première partie, nous évoquons les entretiens réalisées auprès de différents acteurs
importants du secteur dans les trois régions du pays, à savoir la Flandre, la Wallonie et
Bruxelles. Les réponses à 5 questions cruciales, posées à des acteurs importants du secteur
des soins aux personnes âgées, constituent un regard intéressant sur la vision et les
évolutions de ce secteur. Plusieurs tendances importantes ont été identifiées.
Les questions suivantes ont été abordées :
   -   Quels développements en matière de soins aux personnes âgées ont eu selon vous
       une grande influence au cours de l’année écoulée ?
   -   Quelle tendance en matière de soins pour personnes âgées constitue une étape
       positive pour l'avenir ?
   -   Qu'est-ce qui vous rend inquiet ou constitue selon vous une menace pour le secteur ?
   -   Comment la technologie sera-t-elle appliquée en matière de soins aux personnes
       âgées ?
   -   Comment souhaitez-vous voir évoluer les soins aux personnes âgées ?

La réforme de l’État et le transfert de compétences (vers les différentes régions et
Communautés) qui y est associé sont considérés dans les trois parties du pays comme étant
l’évolution la plus importante. Tant en Flandre qu’en Wallonie et à Bruxelles, les acteurs se
préoccupent de la possible limitation des moyens, de l'accessibilité et du caractère
financièrement abordable des soins aux personnes âgées. En Flandre, on part du principe que
le financement lié à la personne est acquis, tandis que des incertitudes subsistent encore en
Wallonie et à Bruxelles quant au modèle de financement pour l'avenir. Le score obtenu par
les besoins en termes de soins au moyen de l’échelle BelRAI constitue à ce propos une donnée
centrale.

Les personnes interrogées craignent l'émergence d’une politique de soins aux personnes
âgées à deux vitesses, influencée par la commercialisation du secteur. On constate

                                                                                           7
également une préoccupation commune en matière de politique de financement, compte
tenu de l'évolution vers le développement des soins à domicile.

L'importance des formes de soins résidentiels alternatifs et de la mise en réseau est
fortement mise en évidence dans les trois parties du pays. La technologie est perçue comme
exerçant un effet de levier et offrant de nombreuses possibilités d'améliorer le confort, la
sécurité et l'autonomie des personnes âgées pour autant que cette technologie soit utilisée
à bon escient afin d’augmenter l'efficience tout en garantissant en même temps les relations
humaines.

En termes de ressources humaines, les deux parties du pays se demandent si le secteur
continuera à attirer suffisamment de personnel qualifié pour faire face au vieillissement de la
population.

Dans la deuxième partie de ce document, le secteur est représenté par un certain nombre de
données de référence basées sur un échantillon équilibré de structures de soins issues des
trois sous-secteurs (public, privé sans but lucratif et privé à vocation commerciale) et des trois
régions du pays (Flandre, Bruxelles et Wallonie).

Le vieillissement de la population est un fait indéniable : une part croissante de notre
population sera à l’avenir composée de personnes âgées. En raison de la génération du baby-
boom, ce vieillissement va s’accélérer dans les prochaines années pour atteindre un pic au
cours de la période 2020-2040. En plus du vieillissement, on constate également qu’un
nombre croissant de personnes âgées peuvent être considérées comme étant "très âgées".
Le nombre de personnes de plus de 85 ans augmente d’environ 79 % au cours de la période
2016-2040.

En Flandre, le vieillissement a été plus marqué au cours de la dernière décennie que dans les
autres régions et cela reste le cas dans un proche avenir. Dans la période 2016-2040, le
nombre de personnes de plus de 85 ans augmente de 89 %. En Wallonie, ce chiffre est de
75,6 %. À Bruxelles, ce chiffre n’est que de 23,3 % tandis que la tendance plus importante au
vieillissement ne commence que juste après.

                                                                                                8
Le vieillissement général et le vieillissement des personnes âgées ont par ailleurs un impact
budgétaire important. Et ce, à la fois pour la question des pensions que pour les soins
chroniques. L’augmentation sur la période 2016-2040 va de 11,5 % à 28,2 % du produit
intérieur brut consacré à ces 2 aspects. Par conséquent, le besoin en capacité d'accueil
résidentiel ne va faire que s’accroître. Le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (2011)
a calculé que la part des seniors qui allaient rester dans cette forme de soins allait augmenter
d’environ 30 % (2010-2025), ce qui représente environ 40.000 résidents.

Dans la dernière partie de cette étude, nous nous intéressons à la gestion des maisons de
repos et maisons de repos et de soins. Le prix journalier à charge du résident (2016) est à
Bruxelles de 47,8 €, en Flandre de 54,6 € et en Wallonie de 44,1 €. Le forfait INAMI moyen
(2017) atteint à Bruxelles 46,8 €, en Flandre 58,1 € et en Wallonie 47,1 €.
Nous analysons également un certain nombre d’indicateurs clés sur la base d’un échantillon
stratifié de 196 maisons de repos et maisons de repos et de soins.

La médiane1 des agréments MRS atteint 56 % dans notre échantillon. Si nous comparons ce
financement au besoin en termes de soins des résidents, il apparaît que le degré de
couverture2 est de 82,5 % (valeur médiane). Ce sont principalement les structures de soins
situées en Wallonie et plus particulièrement les structures privées à vocation commerciale
qui réalisent un score plus faible pour cet indicateur. En termes d'agréments, il est à noter
que le type d’agrément "court séjour" qui assure un rôle de passerelle n’est présent que de
manière limitée. Sur le plan régional, la Flandre réalise un score nettement plus élevé que
Bruxelles et la Wallonie. Si nous effectuons une distinction selon le sous-secteur, il est évident
que cette forme de soins est moins développée dans les structures commerciales.

Les taux d'occupation en MRPA-MRS et en court séjour sont très élevés avec une valeur
médiane respectivement égale à 97,4 % et 82,9 %.

1
  En théorie des probabilités et en statistiques, une médiane d'un ensemble de valeurs (échantillon, population,
distribution de probabilités) est une valeur m qui permet de couper l'ensemble des valeurs en deux parties
égales : mettant d'un côté une moitié des valeurs, qui sont toutes inférieures ou égales à m et de l'autre une
moitié des valeurs qui sont toutes supérieures ou égales
2
  Taux de couverture = indicateur du niveau de soins

                                                                                                              9
Environ ¾ des résidents des maisons de repos et des maisons de repos et de soins (valeur
médiane) présentent un besoin d’assistance élevé. Avec des taux de dépendance moyens de
64.3% (à Bruxelles) et de 68.5% (en Wallonie), nous pouvons constater que les besoins des
résidents en termes de soins sont nettement plus faibles qu’en Flandre (81,9 %). Sur base de
la répartition par type de PO, il apparaît que les organismes privés sans but lucratif (80,1 %)
obtiennent un score plus élevé que les institutions privées à vocation commerciale (73,9 %)
et les organismes publics (71,7 %). Outre des besoins d’assistance physique, nos chiffres
montrent également qu’un tiers des résidents souffrent de problèmes cognitifs (CD & D).

Sur le plan de l’utilisation du personnel infirmier et du personnel de soins, notre benchmark
indique clairement que la valeur médiane est globalement de 10,6 ETP pour 30 résidents. Un
quart des structures de soins utilisent moins de 9,3 ETP (premier quartile3). Un quart des
structures de soins utilisent plus de 12,8 ETP (troisième quartile). Ce dernier groupe utilise par
conséquent un peu plus d’un tiers de personnel supplémentaire par rapport au premier
groupe. Une répartition régionale montre que l’utilisation en Flandre (12,3 ETP) est plus élevée
qu'à Bruxelles (10,1 ETP) et en Wallonie (9,2 ETP). Une comparaison en fonction du type de
structure de soins (PO) nous apprend que le secteur privé commercial réalise un score plus
faible (9,7 ETP) que le secteur public et le secteur privé sans but lucratif (tous les deux avec
11,4 ETP). Plusieurs raisons peuvent expliquer de telles différences.
    -    Le besoin d’assistance du profil de résidents dans les divers organismes constitue un
         premier facteur explicatif important. Les chiffres, ci-dessus, montrent déjà
         d’importantes différences en matière de degré de soins. Certaines structures de soins
         se caractérisent par la présence d’un groupe important de seniors relativement
         autonomes et ne nécessitant que peu d’assistance. À l’inverse, un grand nombre de
         structures de soins sont caractérisées par un profil de résidents ayant besoin d’une
         assistance élevée.
    -    La proportion plus élevée d’agréments MRS (avec un financement issu d’un
         encadrement plus large) constitue un deuxième facteur d’explication des différences,
         tant sur le plan géographique qu’en matière de PO.
    -    Un troisième facteur explicatif important concerne l’organisation des soins ainsi que
         l’utilisation du personnel. On observe en effet un certain nombre de différences en

3
 Quartile : En statistique descriptive, un quartile est chacune des trois valeurs qui divisent les données triées
en quatre parts égales, de sorte que chaque partie représente 1/4 de l'échantillon de population.

                                                                                                                    10
matière d’efficience. La disponibilité et la flexibilité du personnel constituent par
       exemple des éléments particulièrement importants.
   -   Un quatrième facteur essentiel concerne la qualité des soins fournis. Bien que les
       facteurs ci-dessus (par exemple l’efficience) puissent expliquer une partie des
       différences, la vision en matière de services de qualité est également très importante.
       Le secteur se caractérise par un entrepreneuriat social (à divers degrés). Au sein de
       ces organismes de soins, le processus de prise de décision est fortement gouverné par
       des aspects non financiers. Le fait de disposer de personnel supplémentaire pour les
       résidents constitue une augmentation de la qualité (exprimée comme telle mais non
       forcément perçue) des services.

Cette augmentation de qualité s’exprime également par le biais de calculs financiers. Notre
benchmark montre que de très nombreuses structures de soins ont consenti des
investissements supplémentaires en personnel d’encadrement de soins par rapport aux
financements. À peine 25 % des structures de soins ont choisi de ne pas le faire. Pour les 75 %
restants, c’est bien le cas. La médiane atteint 805 € de coût salarial supplémentaire par
résident et par an. Un quart des structures de soins atteignent même plus de 2 949 € par
résident et par an.

                                                                                            11
2 Entretiens : Perspective - Flandre

2.1 Participants

      Wim Beelen, directeur général des établissements Kindsheid Jesu
      Bart Bots, PDG du Senior Living Group
      Bernard Bruggeman, Directeur général de Woonzorggroep GVO
      Christophe Coussaert, Conseiller en gestion VIPA auprès du gouvernement flamand
      Johan Demuynck, PDG de Zorgbedrijf Antwerpen
      Erwin Devriendt, Administrateur Délégué de Solidariteit voor het Gezin
      Geert Houben, PDG de Cubigo
      Mie Moerenhout, Directeur du Vlaamse Ouderenraad
      Prof. dr. Jozef Pacolet, Professeur à la KU Leuven
      Herwig Teugels, Directeur du Kenniscentrum Woonzorg Brussel
      Prof. dr. Jeroen Trybou, économiste de la santé à l’UGent
      Jo Vandeurzen, Ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille
      Michel Van Stallen, CEO de Dorian Group
      Pieter Van Herck, Conseiller senior du Voka
      Paul Van Tendeloo, Directeur Général de Ouderenzorg Emmaüs
      Patrick Vrydaghs, Business Unit Manager de Elderly Care Corilus

                                                                                         12
2.2 Quels développements en matière de soins aux personnes âgées ont eu selon
    vous une grande influence au cours de l’année écoulée ?

Les conséquences de la sixième réforme de l’État ainsi que le transfert de compétences
depuis le niveau fédéral vers la Flandre a un impact économique et financier sur le secteur.
La limitation des moyens et de la programmation est la tendance par excellence qui ressort
de l'année écoulée. La grande majorité des personnes interrogées considèrent qu’il s’agit là
d’un développement primordial. Plus concrètement, les évolutions suivantes sont
importantes :
          gel du calendrier des agréments, limitant ainsi fortement toute extension de
           capacité ;
          diminution des allocations INAMI (par le biais d’un financement moindre des
           MRPA-MRS) ;
          concurrence équitable entre le secteur sans but lucratif et le secteur commercial,
           par le biais de l’attribution de subventions VIPA et de subventions d’animation au
           secteur commercial ;
          révision des subventions VIPA pour les infrastructures nouvelles ou rénovées, à
           raison de 60 % des coûts de construction plafonnés, et ce, jusqu’à une subvention
           de 5 € par résident et par jour
          extension du budget d'animation au secteur commercial, d’où des suppléments
           moindres pour le secteur public et le secteur privé sans but lucratif ;
          suppression de la subvention GESCO "classique".

Le contexte budgétaire avec des ressources publiques limitées a eu un impact important sur
les choix politiques des gestionnaires. D’après les personnes interrogées, cela a une influence
négative sur le futur développement de la politique en faveur des personnes âgées. La
limitation du financement entraîne l’augmentation du prix journalier pour les résidents. Les
entrepreneurs du secteur des soins se sentent peu confiants en matière de possibilité
d’extension et se posent des questions telles que : Dans quelle mesure le gouvernement
restera-t-il un partenaire à l’avenir ? Les soins aux personnes âgées resteront-ils
financièrement abordables à terme ?

                                                                                            13
L'accent est d’autre part mis de manière positive sur le fait que la politique actuelle accorde
une grande attention à la coparticipation du secteur lui-même. On travaille également à un
modèle d'organisation et de gouvernance dans lequel le cadre réglementaire est relié à la
pratique. La mise en place de groupes de travail responsables de la mise en œuvre concrète
des divers aspects de gestion est considérée comme étant un développement important et
positif.
Les pistes de réflexion relatives aux personnes âgées dans une perspective plus large
constituent un développement intéressant, car elles offrent des opportunités pour les
spécialistes du secteur des soins face aux besoins futurs en personnel. Pour cela, une
approche intersectorielle et une transition sans heurt sont nécessaires entre les secteurs, tout
en mettant l'accent sur des soins intégrés. La demande d’un cadre moins réglementé et de
simplification est d’actualité.

On constate également une nette évolution depuis des soins résidentiels vers des soins à
domicile. Le lien avec l'assurance-maladie est considéré comme étant un objectif clé dans
l'avènement d’un financement lié à la personne et non plus à la structure de prise en charge.
La question est de savoir comment cela va évoluer dans la pratique.

L'introduction de nouvelles technologies est considérée comme étant un élément favorable,
car elle facilite les soins à domicile grâce à l'échange de données entre les différents
fournisseurs de soins et permet aux résidents d’obtenir des produits et services à la demande.

2.3 Quelle tendance en matière de soins pour personnes âgées constitue une
    étape positive pour l'avenir ?

Toutes les personnes interrogées sont d’avis que l'autodétermination des personnes âgées et
handicapées ayant besoin de soins peut être accrue grâce à l'introduction d’un financement
de type "sac à dos". Les maisons de repos et les maisons de repos et de soins seront ainsi
obligées de s’adapter à la demande du client/résident, ce qui constitue un développement
positif. Un modèle de type "sac à dos" offre des possibilités de services personnalisés et
favorise la flexibilité.

                                                                                             14
Ce mode de financement aura un impact majeur à la fois sur le client et sur l'organisation
devant faire face à une "nouvelle" population de personnes âgées. On observe en effet
l’apparition d’une génération de personnes ayant des attentes plus élevées en termes de
contrôle de la gestion et de l’organisation des soins. Nous plaidons ainsi en faveur d’un
système offrant suffisamment d’alternatives et dont les différents éléments s'adaptent
parfaitement les uns avec les autres. Il est par conséquent question de soins en réseau, avec
une coordination adéquate entre les soins à domicile, les soins aux personnes âgées (en
institution), les soins aux personnes handicapées et à terme les soins hospitaliers. On parle ici
de la gestion de cas avec accompagnement de parcours pour les besoins en termes de soins
par un « gestionnaire de cas » en vue de guider le demandeur des soins vers une solution.

Quelques-uns des cadres interrogés témoignent dans la pratique d’un certain
assouplissement des règles. L’objectif recherché, à savoir « la fourniture de soins adéquats
adaptés aux besoins du senior », est ainsi placé au-dessus des procédures et des règles. Cela
est considéré comme étant une conséquence du transfert de compétences au niveau
flamand en matière de soins aux personnes âgées. Nous sommes d’avis qu’il faut partir de
l'utilisateur, si l’on veut évoluer vers une organisation axée sur les résidents. Les trajets de
soins à travers les divers échelons revêtent dès lors toute leur importance. Le lien avec le
financement de type "sac à dos" nécessite des décisions intersectorielles.

Le vieillissement offre des perspectives pour le secteur des soins, mais on peut toutefois se
poser des questions quant à la disponibilité des fournisseurs de soins sur le marché du travail.
Pourra-t-on en effet continuer à trouver suffisamment de personnes correctement formées
si la demande augmente de façon exponentielle ? La diversification et la complexité des soins
ont déjà augmenté pour les personnes âgées, ce qui signifie que la demande en profils de
formation spécifiques va également s’accroître. Les spécialistes du secteur des soins sont
d’avis que les autorités doivent laisser l’initiative à la structure de soins en matière
d’encadrement.     Dans    ce   domaine    également,     nous    sommes     persuadés     qu’un
assouplissement des règles s’avère nécessaire.

Nous pensons par ailleurs que le secteur aujourd’hui ancré dans un modèle immobilier va
évoluer vers une nouvelle situation dans laquelle les outils et la technologie seront utilisés de
manière flexible. Cela permettra de placer les seniors dans une plus large mesure au centre

                                                                                              15
du processus de soins. Ces soins pourront ainsi être abordés d'une manière différente. On
s’attend à ce propos à un changement de mentalité basé sur le confort, la vitalité et la
prévention, plutôt que sur les soins et la médicalisation. On n’a déjà que trop réfléchi en se
basant sur une orientation « prestataires de soins », ce qui fait que les soins sont souvent
organisés sans consultation des résidents et des patients. L'utilisation rationnelle de ces outils
et objets connectés dans les soins de santé constitue un élément important. L’augmentation
de l'efficacité sur les plans humain et financier constitue également un élément important.

Les possibilités relatives à des formes alternatives en matière de logement ont été très
souvent discutées. Cela nous permet de répondre avec flexibilité aux besoins des seniors.
Cette problématique est également incluse dans la politique du gouvernement flamand, les
nouvelles formes de soins pour bénéficiaires étant reprises dans la politique de planification
urbaine.

2.4 Qu'est-ce qui vous rend inquiet ou constitue selon vous une menace pour le
    secteur ?

Le caractère abordable des soins est mis en question par de nombreuses personnes
interrogées. La commercialisation conduirait ainsi, à l’apparition de soins à deux vitesses.
Concrètement, cela signifie qu’il existe un groupe de personnes capables de financer ces
services (en partie) avec leurs propres ressources et un autre groupe de personnes incapables
de se payer un établissement de soins résidentiels. D’où une forme de dualisation, avec d’une
part une consommation de soins de luxe et d’autre part de soins de base.

Certaines personnes interrogées se demandent s'il est opportun de responsabiliser les
résidents en ce qui concerne les coûts de leurs soins ? En effet, cela implique une dégradation
de la protection sociale. Il est par conséquent nécessaire de développer une législation
permettant de garantir que les institutions restent financièrement abordables.

Le développement d’importants groupes de maisons de repos et de maisons de repos et de
soins, que ce soit de type commercial ou non, est une réalité qui change le paysage des soins
de santé. D'une part, cela crée des économies d'échelle en termes de coût, D'autre part, cela

                                                                                               16
peut également accentuer les regroupements. Dans ce cadre, le maintien d'un marché
concurrentiel - qui évite le monopole – est une source de préoccupation. Le caractère
abordable de ces services par rapport à leur rentabilité met la pression sur la qualité, créant
ainsi une certaine tension. Les économies d'échelle destinées à améliorer le rapport coût-
efficacité constituent également un argument central. Bien que ces aspects d’économie
d'échelle agissent sur le coût des biens et des services, les personnes interrogées notent
également que la majorité des services offerts et du temps passé concerne des soins
prodigués aux personnes (avec des effets d’échelle limités).

L’évolution vers des soins à domicile suscite également des questions chez de nombreuses
personnes en ce qui concerne la politique de financement, à savoir par exemple : quel niveau
de pouvoir (dans l’avenir) va financer quelle partie ?

Les gens se demandent également si le volume d’étudiants dans les formations en matière
de soins suffira à satisfaire la demande liée au vieillissement de la population. Les spécialistes
du domaine craignent en effet une pénurie du personnel de soins. La recherche de
collaborateurs disposant des compétences appropriées est à l’heure actuelle souvent
problématique. Un assouplissement des règles sera nécessaire en vue de pouvoir engager du
personnel interdisciplinaire.

Diverses réactions évoquent la solitude et la dépression causée par le contexte d’allongement
de l'espérance de vie, ce qui fait que nous plaidons pour des projets locaux axés sur le "bien
vieillir chez soi" dans des résidences-services situées dans le centre des villages, afin de
promouvoir la cohésion sociale et le "bien-être" des personnes âgées. Le secteur des
personnes âgées devra répondre aux besoins des générations suivantes, qui resteront plus
longtemps en bonne santé et actifs, et qui souhaiteront disposer de services à la demande et
personnalisés.

2.5 Comment la technologie sera-t-elle appliquée en matière de soins aux
    personnes âgées ?

On constate que la technologie des soins est aujourd’hui sur le point de percer et d’offrir les
outils nécessaires à une meilleure adéquation des différents maillons de la chaîne des soins.

                                                                                               17
On distingue (a) la technologie professionnelle liée à des applications de type PGI4 et adaptée
aux processus et à l'administration des soins, (b) les applications domotiques intelligentes qui
gagneront en importance et grâce auxquelles on pourra rester plus longtemps à la maison,
et (c) la technologie basée sur l'utilisateur et qui concerne entre autres la prévention des
chutes, les technologies vocales, les systèmes d’appel, etc.

La technologie permettra de s’éloigner du résidentiel et d’évoluer vers une socialisation des
soins, facilitant ainsi la coopération avec les services de soins à domicile. Les soins à distance
constituent un groupe cible car les professionnels des soins sont rares sur le marché, et la
technologie permet de diminuer la charge de travail. On y voit surtout des applications dans
les soins à domicile et dans de plus longs séjours à la maison avec l'accent mis sur le confort.

Toutes les personnes interrogées sont d’avis que les applications technologiques ne
remplacent en aucun cas la communication directe et le contact physique avec les résidents.
Un équilibre doit en permanence être recherché entre les coûts financiers et l’apport pour
l’être humain. L'esprit des soins prodigués est un élément essentiel à une prise en charge
directe.

On remarque également que les autorités, les entrepreneurs et les organismes de soins
doivent donner l’impulsion et passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne la mise en
œuvre, ce qui est rendu compliqué par le cadre financier qui se situe en partie au niveau du
gouvernement fédéral et en partie au niveau du gouvernement flamand.

2.6 Comment souhaitez-vous voir évoluer le secteur ?

              Les personnes interrogées souhaitent que le secteur s’accompagne de
               développements technologiques et de numérisation, et qu’il bénéficie d’encore
               plus de libertés, d'espace, d’un assouplissement des règles, d'indépendance, de
               coopération et de coordination entre les marchés et les secteurs, tout en mettant
               l'accent sur le bien-être total des personnes âgées, grâce à des services « sur
               mesure ».

4
    Progiciel de Gestion Intégré en abrégé PGI

                                                                                               18
   Elles souhaitent également que le secteur bascule vers une organisation des soins
    orientée vers les résidents, attentive aux besoins de ceux-ci, afin qu’ils puissent
    profiter d’un environnement socialisé, à la fois accessible et financièrement
    abordable, au cours de la dernière période de leur vie.

   Elles pensent que les acteurs du secteur doivent avoir la volonté de coopérer et
    d’évoluer vers une approche de proximité, tout en mettant l'accent sur des
    logements à petite échelle avec un modèle de soins intégrés.

   Elles souhaitent aussi que des promoteurs motivés, ayant « le cœur sur la main »,
    investissent dans la gestion des soins comme ils le feraient dans l’immobilier.

                                                                                      19
3 Entretiens : Perspective – Wallonie -
  Bruxelles

3.1 Participants

      Alliance nationale des mutualités chrétiennes
      Anita Gancwajch, Directrice du Service d'accueil et d'hébergement des aînés au CPAS
       de Charleroi et Présidente de l’ADMR, l’Association des Directeurs de Maisons de Repos
       des secteurs public et associatif
      Antonios Antoniadis, Ministre de la Santé de la Communauté germanophone
      Philippe Defeyt, économiste, enseignant, homme politique et chercheur
      Christian Dejaer, Directeur de la GIBBIS (GezondheidsInstellingen Brussel Bruxelles
       Institutions de santé)
      Vincent Frédéricq, Secrétaire Général de FEMARBEL (Fédération des maisons de repos
       privés de Belgique)
      Didier Gosuin, Ministre de la Santé de la Région de Bruxelles-Capitale
      Brice Many, Directeur Général de la Fédération de l’Aide et des Soins à Domicile (FASD)
      Jean-François Moreau, Médecin généraliste, MCC, Président de l’Aframeco,
       (Association francophone des médecins coordinateurs)
      José Pincé, Maître de conférences à l’Ecole de Santé publique de l’ULB, Gérant Probis+
      Maxime Prévot, Vice-Président du gouvernement Wallon, Ministre de la Santé
      Jean-Marc Rombeaux, Expert à la Fédération des CPAS de l’Union des Villes et
       Communes de Wallonie et à la Fédération des CPAS Bruxellois
      Marie-Claire Sepulchre, Secrétaire Général de la FEDOM (Fédération wallonne de
       services d'aide à domicile)
      Solidaris
      Marc Verbruggen, Administrateur Délégué Orpea Belgium

                                                                                           20
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler