Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances

 
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Coup de projecteur sur les tendances

Les tendances de 2018:
lorsque les données
développent tout leur
potentiel commercial

Joa chi m Ha ckmann
P ri ncipa l Co nsultant, P AC

Ja nvi er 2018

P our le co mp te d e
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
TABLE DES MATIERES

Tendance nº 1: La blockchain, la promesse de modèles métiers de rupture
dans des écosystèmes décentralisés. ......................................................................... 5
Tendance nº 2: L’IoT ou quand la diversité des données encourage
l’innovation. ................................................................................................................ 7
Tendance nº 3: L’expérience immersive – Nouvelles possibilités dans la
communication homme-machine. ............................................................................. 9
Tendance nº 4: L’intelligence artificielle – Quand les systèmes apprennent à
résoudre des problèmes de façon autonome. ......................................................... 11
Tendance nº 5: La cybersécurité – La protection totale n’existe plus.
L’identification précoce et la réponse rapide aux incidents n’ont, elles, pas
encore disparu. ......................................................................................................... 13
Tendance nº 6: Le cloud computing – Le moteur de la transformation
numérique. ................................................................................................................ 15
Bilan et recommandations de PAC pour 2018 .......................................................... 17
Swisscom, un partenaire chevronné pour la digitalisation ....................................... 18
À propos de PAC – a CXP Group Company ............................................................. 19

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al            2
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Sur la voie du business
axé sur les données
E n 2018, les Sma rt Da ta vo nt-elles mener à d es pro cessus méti ers p lus effi -
ca ces, d es servi ces à la cli entèle innova nts, v oire d es mod èles méti ers
a ya nt un i mpa ct d e rup ture? L’a nnée 2018 o uvri ra -t-elle la voi e a u b usi ness
a xé sur les do nnées?

«Il y a d e bo nnes cha nces, car to ute une séri e d e p ro jets i nnov ants axés sur
                                                                                                                          «Les données constituent
les d o nnées a v u le jo ur. Beaucoup so nt en p ha se d e concep tio n, d ’a utres
                                                                                                                          le noyau de tous les
so nt d éjà en co urs d e co ncrétisa ti on et certa ins so nt même d éjà mis en                                          nouveaux modèles mé-
œ uv re», se réjo ui t Urs Lehner, Respo nsab le d e l’a ctivi té Swi ssco m E nterpri se                                 tiers et services numé-
Custo mers.                                                                                                               riques. Elles doivent
                                                                                                                          être correctement analy-
Selo n Urs Lehner, les co ndi tio ns techniq ues nécessai res à cette évo lutio n                                         sées et anonymisées. Et
so nt réuni es: la sécuri té et la protectio n d es d onnées, ai nsi que le cloud                                         surtout, il faut tirer les
co mp uti ng et la co nnectivi té (a sso ci ée à un résea u fixe o u mobi le) co nsti-                                    bonnes conclusions des
tuent la pi erre angulaire po ur po uvo ir adap ter d es so lutio ns i nnova ntes,
                                                                                                                          analyses.»
co mme la b lo ck cha in, l’i ntelli gence a rtifi ci elle (IA), l’ Internet d es obj ets                                     Urs Lehner, Resp onsa ble d e
(Io T) et la réa lité vi rtuelle, à d e no uv elles app li ca tio ns méti ers.                                            l’ a cti vi té S wisscom E nterpri se
                                                                                                                                                   Cu stom ers
Un co up d’œ i l sur un p anel d’ app li catio ns mo ntre q u’i l ne s’a gi t p as d ’une
vi sio n utopi que, ma is b i en d’ une p ra tiq ue méti er. Le sp écia li ste d e la tech-
niq ue d u bâ ti ment, M ei er Tob ler, a d év elo pp é d es servi ces enti èrement
no uv ea ux sur la b ase d e l’ Io T. Les CFF exp loi tent la réa lité augmentée a sso -
ci ée à d es lunettes co nnectées po ur a ccro ître l’ effica cité d es p ro cessus
d ’ entreti en da ns le tunnel d e ba se d u Sai nt-Go ttha rd . La p la te-forme d e
fa cturatio n électroniq ue Co nextra d e étab li t d e no uv ea ux servi ces à va leur
a jo utée ba sés sur la b lo ck chai n. Swissco m elle-même a fra nchi une no u-
v elle éta p e en ma ti ère d e trai tement d e réclamatio ns cli ent écrites et v er-
b a les grâ ce à l’i ntelli gence arti fi ci elle.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                             3
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
«Les do nnées co nsti tuent le noya u d e to us les nouv eaux mod èles méti ers et
servi ces numériq ues. D e no s jo urs, les app arei ls mob i les, les i nsta lla ti ons d e
p rod ucti on, les entrepô ts, les lo caux d e v ente et les p rod ui ts i ntelli gents
fo urnissent d e no mbreuses i nfo rmatio ns sur les cli ents, leurs so uhai ts o u en-
co re sur les pro cessus d e prod uctio n et la q ua li té d es p rod ui ts», so uli gne Urs
Lehner. «E lles doiv ent être co llectées, a na lysées et a no nymi sées. E t surtout,
i l fa ut tirer les b onnes co nclusi ons d es ana ly ses.»

Si cette stra tégi e étai t suiv i e d e mani ère co hérente, les d écisi ons méti ers
p ourrai ent être pri ses sur la base d e d o nnées exp loi tab les, et no n sur celle
d e l’i ntui tio n, exp liq ue Urs Lehner. No us a cq uéro ns des co nna issances sur
les schéma s d’ uti lisa ti on d e p rod ui ts ai nsi q ue sur les so uhai ts et cri tiq ues
d es cli ents. E nsui te, no us so mmes en mesure d e d év elo pp er d es p ro cessus
p lus effi ca ces ou d e no uv eaux mod èles méti ers axés sur les do nnées.

Ce rap port d e tenda nce d écri t six i nnova ti o ns impo rta ntes, do nt cha que
entrepri se d evrai t teni r co mp te po ur mettre en p la ce un b usiness a xé sur les
d onnées. Toutes les i nnov atio ns ne sont p as ad ap tées a ux exi gences indivi -
d uelles d’ une entrep ri se. Les av is d’ exp erts ai nsi q ue les exemp les d e mise
en œ uvre présentés mo ntrent q ue cela va ut la p ei ne d’av oir une v ue
d ’ ensemb le, a fi n d’id enti fi er les id ées possib les po ur la tra nsfo rmatio n nu-
mériq ue.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al   4
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Tendance nº 1: La blockchain, la promesse de modèles mé-
tiers de rupture dans des écosystèmes décentralisés.

L’ hab ituel ra lly e d e fin d’a nnée susci te d éjà b eauco up d’ émoi et d e tu-
multe sur les marchés b o ursi ers et fi nanci ers d u mo nd e enti er. Co mme si
cela ne suffisai t pa s, ces d erni ers se sont la ncés da ns une co urse p arti culi è-
rement effrénée à la fi n d e l’ année 2017: le bi tcoi n. La cryp tomonnai e, a
la rgement fra nchi la ba rre d es 18 000 francs sui sses p ar uni té – soi t une
ha usse d e 1 800% d ep uis le d ébut d e l’ année 2017. E n raiso n d e cette no to -
ri été élev ée da ns les média s, la techno lo gi e so us-jacente, la b lo ck chai n,
a – elle aussi – a tti ré l’a ttentio n d u p ub li c, p ui sq u’ elle p ose les bases néces-
saires po ur la tra nsparence, la sécuri té et la v éri fi ca tion d es tra nsa cti o ns.                                 «La blockchain déve-
                                                                                                                          loppe son potentiel
La b lo ck chai n n’ est pa s un syno ny me d u bi tcoi n. «Da ns d es a pp li ca ti o ns                                 de rupture en per-
co ncrètes, la b lo ck cha in est la techno lo gi e q ui p ermet la d i gi ta li sa tio n et                              mettant aux acteurs,
l’ automatisa ti on comp lète d e pro cessus et d e tra nsa ctio ns. Les assura nces,                                     nouveaux comme
les sp écia listes d e la lo gi stiq ue, le secteur d e la sa nté et les ba nques exp lo i-                               existants, d’exploiter
                                                                                                                          des modèles métiers
tent a ctuellement cette techno lo gi e», exp li que M i chael Lewri ck , COO chez
                                                                                                                          innovants et
Swi sscom Blo ck chai n AG, en s’app uy a nt sur so n exp éri ence da ns div ers                                          d’occuper un autre
p rojets.                                                                                                                 rôle sur le marché.»
Les ba nq ues la ncent d es proj ets co rrespo nd ants d ans le secteur d e la fi -                                              Mi chael Lewrick,
na nce d e ma rché, o u fina ncement d u commerce interna ti o na l. D ans le                                                  COO chez S wi sscom
                                                                                                                                    Bl ockchai n AG
secteur d es a ssura nces, d e no uv ea ux mod èles méti ers a uto ur d es mi croa s-
sura nces (pa r exemp le, av a nt une d escente en ski d angereuse) p euv ent
être ado ptés d e fa ço n ad ho c et auto ma ti sés à l’aid e d e co ntrats i ntelli -
gents («Sma rt Co ntra cts»). Selo n l’ app li catio n, i l est p ossib le d’ uti li ser d es
b lo ck chai ns pub liq ues ou p riv ées.

BONNE P RATIQUE

La so ci été Swiss com Blockchain AG propo se surtout des servi ces d e consei l po ur les gra nds co mp tes.
D e même, elle a cco mpa gne div ers ’Proo f o f concept’ (P O C) da ns le ca dre d e proj ets i nternes d e
Swi sscom. Actuellement, la p la te-forme d e fa cturation électro niq ue Co nextra d e est, pa r exemp le,
d otée d e foncti o ns d e la b lo ck chai n. À l’av eni r, la nouv elle so lutio n est censée co ncréti ser d e no u-
v ea ux mod èles méti ers en reprod uisant d es fa ctures enti èrement numérisées d a ns la b lo ck chai n. À
p arti r d e là , i l est possib le d e mettre à la disposi ti o n de l’ écosystème exista nt d e nouv ea ux servi ces à
va leur ajo utée q ui i ntègrent pa r exemp le d es p restations d e so ci étés d’a ffa ctura ge et d’a udi t.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                       5
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Bea uco up d e b anques et d’a ssurances exp loi tent d es b lo ck chai ns priv ées
               (co mme H yp erled ger Fab ri c), q ui reno ncent a ux méca ni smes d e co nsensus
               o néreux d es b lo ck chai ns p ub li ques (co mme l’E thereum) et d o nnent la p os-
               sibi li té d e pa rta ger d es do nnées sensib les d e leur sy stème av ec un cercle                                                   «En 2018, beaucoup
               restrei nt d e parti cipa nts.                                                                                                         de nouvelles applica-
                                                                                                                                                      tions de la block-
               «E n 2018, b ea uco up d e nouv elles ap p li ca ti ons d e la blo ck chai n v ont voir le                                             chain vont voir le
               jour et être mises en p rod ucti on. Au cours d e l’ année à v enir, les D SI d e-                                                     jour et être mises en
               vrai ent cla ri fi er le po tenti el d es p la tes-fo rmes d e b lock cha in priv ées po ur                                            production. Au cours
               leur entrep rise, si une pa rti e d u mo d èle méti er repose sur d es transa ctio ns
                                                                                                                                                      de l’année à venir,
                                                                                                                                                      les DSI devraient cla-
               d e gra nd e va leur», exp li que Joa chi m Ha ck ma nn, P ri ncipa l Co nsultant –
                                                                                                                                                      rifier le potentiel des
               Di gita l & Io T chez P AC.                                                                                                            plates-formes de
                                                                                                                                                      blockchain privées
               Les exemp les mo ntrent cla irement les a touts d e la b lock cha in. Les tra nsa c-
                                                                                                                                                      pour leur entreprise,
               tio ns so nt do cumentées d e fa ço n d écentra li sée et i mmuab le; elles sont
                                                                                                                                                      si une partie du mo-
               transpa rentes po ur to us les pa rti cipa nts, et i l est possib le d e reno ncer à                                                   dèle métier repose
               fai re app el a ux serv i ces co ûteux d’ intermédi aires. L’ auto ma ti sa tio n au                                                   sur des transactions
               moy en d e co ntra ts intelli gents fai t le reste: les coûts d es tra nsa ctio ns chu-                                                de grande valeur.»
               tent dra stiq uement, ce q ui rend les nouv ea ux mod èles méti ers d écri ts p lus
                                                                                                                                                               Joa chi m Ha ckmann,
               ha ut éco no miq uement réa lisa b les.                                                                                                      Pri ncipa l Consultant –
                                                                                                                                                            Dig ita l & IoT chez PAC
               «Mai s la p ri ncipa le cara ctéri stiq ue est to ut a utre: la b lo ck chai n p ose les
               b ases techno lo gi ques d es éco systèmes méti ers numériq ues», i ndiq ue M i-
               cha el Lewri ck po ur exp liq uer l’i mp orta nce d e la b lo ck cha in (v oir les enca -
               d rés ci -d essous).

               D e tels écosy stèmes tro uv ero nt, pa r exemp le, leur uti li té d a ns d es ap p li ca -
               tio ns d e suivi po ur la lo gi stiq ue, d es p la tes-fo rmes d e mobi lité i nterop é-
               rab les o u encore d a ns la v ente d e mi cro-li cences po ur div erses vid éos.

               «La b lo ck chai n est en mesure d’a méli orer l’ effi ca ci té d es tra nsa cti ons d e
               no mb reuses branches. Elle d év elopp e to utefo is so n véri tab le po tenti el d e
               rupture en p ermetta nt a ux a cteurs, no uv ea ux co mme exista nts, d ’ exp loi ter
               d es mod èles méti ers i nnova nts et d’o ccup er un a utre rô le sur le marché»,
               exp liq ue Mi cha el Lewrik .

Écosystèmes métiers décentralisés
Les écosystèmes métiers décentralisés n’ont bien souvent
pas de centre; de nombreux acteurs traitent d’égal à égal                                                                                                               Stade de
                                                                                                                                                                        mat u rité
dans le réseau. Les entreprises qui conçoivent d’ores et
déjà avec succès des écosystèmes métiers se concentrent                                                                                               Stade de
en général sur les utilisateurs ou les clients. La collaboration                                                                                      mat u rité
entre les acteurs de ce réseau au maillage élargi est mar-
quée par la co-création. L’objectif est de créer de nou-                                                                             Stade de
                                                                                                                                     mat u rité
velles offres intersectorielles dans le cadre d’un système de                                                                                                          Écosystème
valeurs concerté et accepté de tous. En tant que techno-                                                                                                               décentralisé
logie générique, la blockchain permet de trouver un con-
                                                                                                                                                        Réseau
sensus rapide, de définir des contrats intelligents et                                                                                             d'affaires centré
d’exécuter automatiquement les événements. «Le client
occupe un rôle central. Il profite de la simplicité de l’offre                                                                   Réseau de
coordonnée de services et de l’expérience positive asso-                                                                      partenaires ciblés

ciée», indique Michael Lewrick pour expliquer l’importance
de la blockchain.
         L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el   c om m erc i al                                                    6
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Tendance nº 2: L’IoT ou quand la diversité des données en-
courage l’innovation.

La q ua si -tota li té d es techno lo gi es numériq ues a ctuelles tro uv ent leur uti li té
d ans l’ Internet d es objets (Io T). La cyb ersécurité, le clo ud computi ng et la
co nnectivi té so nt d es techno lo gi es d e ba se i mpo rta ntes po ur tra nsfo rmer le
réseau d e p ro dui ts et ca pteurs intelli gents en Internet d es o bjets (IoT). Les
Bi g Da ta , l’a na ly ti que et l’a uto ma ti sa tio n p ermettent so n i ntégra ti on à d e
no uv ea ux servi ces et mod èles méti ers. «No us exp liq uons le mécanisme so us-
ja cent à l’aid e d e la métho d e d es 3A», co mmente Ra lf Günthner, Respo n-
sab le d e l’a ctivi té Ind ustria l Internet o f Thi ngs & Ind ustry 4.0 chez Swi sscom.
«"Acq uire" d ési gne la générati o n d e do nnées, leur tra nsfert et leur gestio n
d ans le clo ud . "Ana lyse" co nsti tue la d euxi ème étap e. Il s’a gi t notamment
d e visua liser les do nnées, d e d éfi nir d es v a leurs seui l, d e mettre en p la ce                                  «Le sujet de l’IoT conti-
d es a cti ons et d ’app liq uer les a lgo rithmes d’ app rentissa ge a uto ma tiq ue                                     nuera de nous occuper
(ma chi ne learni ng). La v éritab le va leur aj o utée, o u argument clé d e v ente,                                     au cours des
se d essi ne à l’ éta p e "Act" d u p ro cessus, o ù l’o n a cquiert d e mei lleures co n-
                                                                                                                          20 prochaines années. Il
                                                                                                                          est essentiel que les
nai ssa nces p o ur la p la ni fi ca ti o n à pa rti r d e do nnées en temp s réel o u en-
                                                                                                                          entreprises suisses con-
co re o ù l’o n d év elop p e d e nouv eaux mod èles méti ers à l’ aid e du suivi d es                                    servent leur avance
p rod ui ts.»                                                                                                             dans ce domaine.»
Ce q ui p eut semb ler si mp le et co hérent en théo ri e po se q uelq ues d éfi s da ns                                    Ralf Günthner, Resp onsa ble
la p ra tiq ue. L’univ ers i nfo rma tiq ue, q ui se co ncentrai t jusqu’à présent sur le                                  d e l’a cti vité Indu strial Inter-
                                                                                                                            net of Things & Indu stry 4.0
so uti en d es pro cessus d e ba ck -o ffi ce, doi t s’ asso ci er à l’univ ers d e la pro-                                                  chez S wi sscom
d uctio n. «Et c’ est là q u’a ppa raissent les poi nts d e fri cti on, ca r le flux d e
d onnées tra nsi te du système d e prod uctio n v ers le système ERP centra lisé,
et vi ce-v ersa », met en ga rd e Ra lf Günthner. Le clo ud s’ est av éré être un
p oi nt d ’i ntégra ti on a ppropri é.

Les do nnées d es d eux univ ers (comme les do nnées d e co mma nd e i ssues d e
la pro ductio n et les d o nnées d e sto ck d a ns le système E RP ) sont regrou-
p ées, enri chi es av ec d’a utres informa ti ons a u b esoi n et a na lysées a fin
d ’a cq uérir d e no uv elles co nnai ssances o u d e créer d e no uv ea ux servi ces.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                            7
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Suisse – IoT: Montant total des dépenses informatiques
                                         9.000                                                                                          25%
   Volume du marché en millions de CHF

                                         8.000                                              20,1%         20,3%
                                                                                                                          19,6%

                                                                                                                                              Taux de croissance annuel en %
                                                                                 18,9%                                                  20%
                                         7.000                         17,2%
                                         6.000              15,6%
                                                                                                                                        15%
                                         5.000

                                         4.000
                                                                                                                                        10%
                                         3.000

                                         2.000                                                                                          5%
                                         1.000
                                                 2.905      3.357      3.935     4.678      5.617         6.757            8.085
                                            0                                                                                           0%
                                                 2015        2016      2017       2018      2019           2020            2021
                                                 Volume du marché en millions de CHF       Taux de croissance annuel en %
                                                                                                    © PAC – a CXP Group Company, 2018

Le marché suisse de l’IoT devrait se développer très rapidement dans les années à venir.

Les premi ers p ro j ets mo ntrent d’o res et d éjà les po ssi bi li tés d e l’ Io T, à l’i nstar d e
celui d e la so ci été M ei er Tob ler AG d e Schwerzenb ach, qui a d év elopp é un
mod èle méti er repo sa nt sur l’ Io T po ur ses p o mp es à cha leur (v oir l’ encad ré ci-
d essous). Toutefois, b ea uco up d’ entrep ri ses suisses o nt enco re d es di ffi cultés à
i d enti fi er le p otenti el d e l’ Io T ou crai gnent une d étério ra tio n d e leur cœ ur
d ’a ctivi té étab li .

«Une cara ctéri stiq ue essenti elle d e l’ IoT est sa forte présence a u sei n d e div ers
secteurs, o u p lutô t la p la ce q ui lui est d édi ée a u sei n d’ap p li ca ti ons d étermi -
nées: d es suj ets tels q ue l’i nd ustri e 4.0, la vo iture co nnectée, l’ énergi e i ntelli -
gente ou l’ e-santé ne p euv ent p lus être ci rco nscri ts à d es b ra nches d’a ctiv ité
i nd ivid uelles. L’ Io T b oulev erse p ro fo nd ément les éco sy stèmes et la co ncur-
rence d ans la q uasi-to ta lité d es b ra nches», a ffi rme Arno ld Vo gt, Principa l Con-
sulta nt/Ana lyste Io T chez P AC. Da ns l’ ensemb le, l’ IoT n’ en est qu’à ses p ré-
misses. Jusq u’à p résent, o n ne p eut que suppo ser l’ éla n q ue p ourrai t do nner
l’ IoT asso ci é à d es techno lo gi es telles q ue la b lo ck chai n o u l’i ntelli gence arti fi-
ci elle. «Le sujet co nti nuera d e no us o ccup er a u cours d es 20 pro chai nes a n-
nées», a ffirme Ra lf Günthner av ec co nvi ctio n. C’ est p ourq uoi i l est essenti el
q ue les entrep rises suisses co nserv ent leur ava nce da ns ce d o mai ne.

BONNE P RATIQUE

Sur ci nq co nstructio ns neuv es en Sui sse, quatre so nt aujo urd’ hui équip ées d e po mp es à cha leur p lu-
tô t q ue d e sy stèmes d e chauffa ge à l’ énergi e fossi le. En règle généra le, les po mp es à cha leur néces-
sitent moi ns d’ entreti en q ue les sy stèmes d e cha uffa ge tra di tio nnels et mettent a insi en p éri l l’a ctivi té
d e servi ce classiq ue d e la so ci été Meier Tobler AG. Cep enda nt, les p o mp es à cha leur so nt d es sys-
tèmes électro méca niq ues co mp lexes, q ui p euv ent être réaj ustés selo n les no uv elles co nd itio ns d e
lo gement et la d urée d e fo nctio nnement.

D ans ce co ntexte, la so ci été M ei er Tob ler AG a relié les po mp es à cha leur d e ses cli ents à ses
p rop res systèmes i nforma ti ques via une p la te-fo rme Io T. Ai nsi , i l est p ossib le d e lire les d onnées d e
p erfo rma nce et d e mo di fi er les p aramètres, a fi n d e p ermettre d e nouv ea ux servi ces à la cli entèle,
a lla nt d’ une si mp le app li ca tio n q ui a ffi che la co nsomma tio n d ’ électri ci té a u pa ck Séréni té «Sma rt
Guard » q ui gara nti t un fo nctio nnement sa ns a ccro c et une i nterv entio n rapid e en cas d e b esoi n, le
to ut en a rri ère-p la n.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                                        8
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
Tendance nº 3: L’expérience immersive – Nouvelles possibili-
tés dans la communication homme-machine.

«L’ exp éri ence immersiv e a sso ci e la réa li té a ugmentée et la réa lité vi rtuelle.
E lle     co nsti tue         ai nsi      une       so rte       de       co ncept           génériq ue            po ur   les
d eux techno lo gi es. M ais cela va a u-d elà d e la si mp le asso ci atio n, p ui sq ue
l’ exp éri ence i mmersiv e fait app el à d’a utres sens», exp liq ue Mi lo s Radov i c,
Seni or Busi ness D ev elop er chez Swissco m. D e nos jo urs, la techno lo gi e d e
réa li té virtuelle (RV o u VR en anglais) est suffisa mment ma ture po ur p er-
mettre d e d ép la cer d es obj ets da ns le mo nd e vi rtuel p ar un mouv ement d e
la mai n. Si d e no uv ea ux ma téria ux o u appa rei ls simulai ent un reto ur
d ’i nforma ti ons en créa nt d es stimuli (pa r exemp le, pour le to ucher), le pa s                                            «La réalité augmentée et
                                                                                                                                 la réalité virtuelle consti-
v ers l’ exp éri ence i mmersiv e serai t fai t.
                                                                                                                                 tuent des utilisations tota-
«Grâ ce à la réa li té a ugmentée et vi rtuelle, i l est po ssib le d e créer une p as-                                          lement nouvelles et de
serelle entre les mo nd es p hysi que et v irtuel. À l’av eni r, les techni ques sero nt                                         rupture des machines.
to ujo urs p lus sop histiq uées et évo luero nt v ers une "exp éri ence i mmersiv e",                                           L’expérience immersive
                                                                                                                                 va encore amplifier
d e sorte q ue le li en entre les mo nd es p hysiq ue et virtuel semb lera enco re
                                                                                                                                 l’intensité, puisqu’elle
p lus étroi t», p réd it K la us Ho lzha user, H ea d o f Di gi ta l CX & IoT chez P AC.
                                                                                                                                 permet des interactions
Seule la réa li té a ugmentée (RA o u AR en a nglais) jo ue a ctuellement un rô le                                               au niveau de tous les
d ans l’a pp li catio n pratiq ue. D es i nfo rma tio ns numériques so nt fo nd ues da ns                                        points de contact phy-
                                                                                                                                 siques et numériques.»
les i ma ges issues d u mo nd e réel au mo y en d e lunettes co nnectées, d ’une
tab lette ou d’ un smartp hone. Les techni ci ens Swi sscom, qui so nt chargés d e                                               Mil os Rad ovi c, S eni or Bu si ness
la mai ntena nce d e l’i nfrastructure résea u, exp loi tent d ’ores et d éjà les lu-                                                  Developer chez S wisscom

nettes co nnectées po ur réa li ser l’ entreti en d e ma chi nes et d ’obj ets. Ils p eu-
v ent pa r exemp le atta cher un menu d e sélecti on numéri que à un ob jet
réel. D ès q u’i ls visent un élément do nné d e l’ap parei lla ge d e mai ntena nce
à trav ers leurs lunettes connectées (co mme le châ ssis), le menu d e sélec-
tio n a tta ché s’ a ffi che da ns leur champ d e visi on.

Un suppo rt assisté par RA s’av ère uti le p our trai ter d es p ro cessus co mp lexes,
q ui s’ap pui ent en gra nd e parti e sur d es i mp ressio ns vi suelles, comme la

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                     9
Les tendances de 2018: lorsque les données développent tout leur potentiel commercial - Coup de projecteur sur les tendances
mai ntena nce d e ma chi nes sop hi stiq uées. Av ec les techno logi es RA et RV,
les techni ci ens p ourrai ent zoo mer à l’i ntéri eur d’ une ma chi ne, à l’ instar
d ’un schéma d’ exp lora ti o n, sa ns d evoi r d émo nter la ma chi ne physi que.
D ans l’i mp ressio n 3D , la RV p eut a id er
                                                                          «Grâce à la réalité augmentée et virtuelle, il est pos-
à représenter visuellement les mo d èles
                                                                          sible de créer une passerelle entre les mondes phy-
av ant la fa bri catio n, à les a na lyser et à                           sique et virtuel. À l’avenir, les techniques seront tou-
simuler leur uti li sa tio n.                                             jours plus sophistiquées et évolueront vers une "expé-
«La réa li té a ugmentée et la réa lité
                                                                          rience immersive", de sorte que le lien entre les
                                                                          mondes physique et virtuel semblera encore plus
vi rtuelle       co nsti tuent          d es      uti li sa tio ns
                                                                          étroit.»
to ta lement no uv elles et d e rupture d es                                                                                                K lau s Holzhau ser,
ma chi nes. L’ exp éri ence i mmersiv e v a                                                                               Head of Digi tal CX & IoT chez PAC

p ermettre d es i ntera ctio ns a u niv ea u
d e to us les po ints d e co nta ct p hysiq ues et numéri ques. Ava nt l’arriv ée d u
sma rtp ho ne sur le marché, un télép ho ne sa ns clavi er étai t une utopi e.
L’ exp éri ence i mmersiv e v a conna ître une év o lutio n si mi laire», prédi t M i los
Rad ovi c.

BONNE P RATIQUE

Afi n d’ entreteni r le no uv ea u tunnel d e base d u Sai nt-Go tthard , les CFF s’ app ui ent sur la réa li té a ug-
mentée (RA). Po ur ce fai re, une ap p li ca ti on s’ exécuta nt sur Mi crosoft H o lo Lens et sur d es sma rt-
p ho nes a été d év elopp ée. Av ec le ca sq ue Ho lo Lens, il est possib le d’i ntégrer d es i nfo rmatio ns sur le
flux d e trava i l, pa r exemp le, da ns le cha mp d e visi o n, a fi n q ue les techni ci ens puissent réa liser leurs
tâ ches li brement. Av ec l’ap p li ca ti o n po ur smartp ho ne, les techni ci ens p euv ent ob teni r un so uti en
vid éo d’ exp erts et i ntera gi r av ec ces d erni ers en fi gea nt un a ngle d e caméra , en d essi nant d irecte-
ment sur l’ écra n et en o ffra nt d es i nstructio ns en temps réel.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                   10
Tendance nº 4: L’intelligence artificielle – Quand les sys-
tèmes apprennent à résoudre des problèmes de façon
autonome.

Av ec leurs no mb reux b lo ckb usters d e sci ence-fi ctio n, les studio s ho lly woo -
d i ens o nt fai t en so rte q ue p resq ue toutes les p ersonnes co nfro ntées a u
co ncept d ’«i ntelli gence arti fi ci elle» se rep résentent un andro ïd e (robo t d e
fo rme humai ne) o u encore une ma chi ne d écha înée.

Le thème d e l’i ntelli gence arti fi ci elle (IA) est certes au pro gra mme d es en-
trepri ses suisses d epuis un certai n temps, mai s les p roj ets co mmerci aux
n’o nt q ue p eu d e choses à voi r av ec l’i ma ge fo rgée pa r l’i nd ustri e ci néma -
to grap hiq ue.

«No us trai to ns a ctuellement d eux thèmes clés en li en av ec l’ IA. D’ une pa rt,
l’ ana ly se d e textes, même les p lus vo lumi neux. D’ autre part, la reco nnais-
sa nce vo ca le», exp liq ue Felix v o n Reischa ch, Respo nsa b le d u d ép artement
Arti fi cia l Intelli gence & M a chi ne Lea rni ng d e Swissco m Enterp rise Custo-
mers.

   «L’IA est principalement un nouveau paradigme expliquant
   comment les logiciels sont développés. Par le passé, les
   logiciels étaient programmés de sorte à pouvoir reproduire
   au plus juste les connaissances du domaine que possédaient
   les collaborateurs. Avec l’IA, les ordinateurs apprennent la
   logique nécessaire en s’appuyant sur des expériences pas-
   sées et sur l’analyse de larges volumes de données. Au fil
   du temps, ils sont ainsi en mesure de résoudre des pro-
   blèmes.»

     Feli x von Rei scha ch, Resp onsa bl e du département Artif i cia l Intel lig ence
                        & Ma chi ne Lea rni ng d e S wisscom E nterpri se Cu stomers

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al   11
La v a leur méti er d es d eux a ppro ches est li ée à l’a uto ma ti sa tio n. Da ns le
ca s d e la reco nnaissa nce d e texte, la techno lo gi e tro uv e no ta mment une
a pp li ca ti o n da ns le tria ge d es e-mai ls. D a ns leur boîte d e réceptio n, les
so ci étés reçoiv ent d e no mb reux messa ges d erri ère lesq uels se ca chent bi en
so uv ent d es q uesti ons va gues, d es d ema nd es d e suppo rt et d e servi ce, d es
                                                                                                                          «L’importance de l’IA
                                                                                                                          pour les entreprises,
d o cuments p ertinents sur le p la n co mmercia l o u d es co ntenus si mi la ires. D e
                                                                                                                          dans toutes les
no s jo urs, les messa ges so nt pri nci pa lement tri és, éva lués et tra nsférés ma -
                                                                                                                          branches, s’explique le
nuellement. Un servi ce d e tria ge d es e-mai ls, tel q u’i l est a ujo urd’ hui mis en                                  plus vraisemblablement
p la ce d ans q uelq ues ba nq ues suisses, auto ma ti se ce p ro cessus au moyen                                         par les nombreuses pos-
d e l’ IA. «Au fi l d u temps, le lo gi ci el d ’ IA i d enti fi e les co ntenus à tra nsmettre                           sibilités d’automatisation
à une p erso nne o u un servi ce do nné, ai nsi q ue leur prio ri té», exp liq ue Feli x                                  des processus internes
vo n Reischa ch.                                                                                                          et externes. Afin que l’IA
                                                                                                                          puisse exercer son ac-
D e la même mani ère, l’i ntelli gence arti fi ci elle s’ av ère uti le po ur la recon-                                   tion, les processus sous-
nai ssa nce vo ca le da ns les centres d’a pp els, a fi n d’ id enti fi er a u préa lab le                                jacents doivent cepen-
les cli ents, d e classer correctement leur pro b lème et, da ns l’i d éa l, d e pro-                                     dant être axés sur
p oser d es so lutio ns sa ns interv entio n humai ne. Les systèmes app rennent                                           l’automatisation.»
a uto ma tiq uement, mais d oiv ent être pro gra mmés a u p réa lab le. Actuelle-
                                                                                                                                          Fra nk Ni ema nn,
ment, Swissco m teste pa r exemp le une no uv elle so lutio n d e reco nna issa nce
                                                                                                                                           Vi ce Presi dent
vo ca le po ur le sui sse a llema nd da ns laq uelle d es textes so nt lus à voi x                                            E nterpri se Appl icati ons &
ha ute.                                                                                                                      Rel ated S ervi ces chez PAC

«L’ IA est av ant to ut un no uv ea u p ara di gme exp liq uant co mment les lo gi -
ci els so nt d év elopp és. P ar le pa ssé, les logi ci els étai ent p ro grammés d e
sorte à p ouv oir rep rod ui re d e fa çon statiq ue les co nnai ssances d e d o mai ne
q ue p osséda i ent les exp erts. Av ec l’ IA, les ordi na teurs ap prennent la lo-
giq ue nécessa ire en s’ app uya nt sur d es exp éri ences pa ssées et sur l’a na ly se
d e la rges vo lumes d e do nnées. Au fi l d u temps, i ls sont ai nsi en mesure d e
réso udre d es pro b lèmes», exp liq ue Felix vo n Reischa ch po ur d écri re les di f-
férences.

Fra nk Ni ema nn, Vi ce P resi d ent – Enterp rise App li ca ti ons & Rela ted Servi ces
chez P AC, ajo ute: «L’i mp orta nce d e l’ IA po ur les entrep rises, da ns toutes les
b ra nches, s’ exp liq ue le p lus vraisemb lab lement p ar les no mb reuses p ossibi li -
tés d’ automatisa ti on d es p ro cessus i nternes et externes. Afi n q ue l’ IA p ui sse
exercer son a cti o n, les pro cessus so us-j a cents do iv ent cep enda nt être axés
sur l’a uto ma tisatio n.»

          Votre entreprise utilise-t-elle déjà des technologies d'intelligence artificielle?

                                                                       Déjà en service
                                                                             9%

                                                                                                  D'autres
    Non utilisé et aucun                                                                      investissements
      investissement                                                                           sont prévus au
           prévu                                                                               cours des deux
             55%                                                                             prochaines années
                                                                                                    36%

                                                                                  © PAC – a CXP Group Company, 2018

Près de la moitié des décideurs suisses interrogés exploitent déjà l’IA ou ont des projets con-
crets.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                           12
Tendance nº 5: La cybersécurité – La protection totale
n’existe plus. L’identification précoce et la réponse rapide
aux incidents n’ont, elles, pas encore disparu.

L’i mp orta nce d es do nnées p our l’ entrep ri se ne fai t aucun do ute. Les d on-
nées rep résentent une va leur fi na nci ère q u’i l fa ut pro téger. Cette conclu-
sio n n’ est p as vra iment no uv elle, puisq ue les entreprises uti li sent d es sy s-
tèmes i nforma ti ques d ep uis d e no mb reuses a nnées. Le v o lume d e do nnées,
leur va leur i nfo rmativ e to ujo urs p lus élev ée, l’i nfluence sur le mod èle méti er
ai nsi q ue les div erses po ssib i li tés d e co nserva ti on d es d onnées co nstituent
cep enda nt une no uv eauté. Le d erni er poi nt po se, à lui seul, le p lus d e d éfis:
si, pa r le pa ssé, les i nfo rmatio ns étai ent p ri ncip a lement sto ck ées d ans d es
d ata centers centra lisés, elles se réparti ssent a ujo urd’hui da ns d es environ-
nements clo ud , sur d es smartp hones, d es ta b lettes et d es prod ui ts i ntelli -
gents, et – fa cteur a ggrav ant – to us les app arei ls so nt co nnectés.

«La sécuri té abso lue est un my the, en parti culi er da ns les i nfrastructures
p ub liq ues, p ui sq ue les pi ra tes i nforma ti ques d év elop pent et p ro fessi onna li-
sent en p erma nence leurs co mp étences et cap a ci tés. Cela si gni fi e q ue les
d éfis ma jeurs ne sont pas po sés par d es ha ck ers i ndép enda nts, mai s bi en
p ar d es o rga nisa ti o ns d e p lus grand e tai lle qui a gissent a u no m d e div ers
gro up es d ’i ntérêt. C’ est po urq uo i no us no us attendo ns à v oir un i ntérêt
a ccru p our les i nsta lla tio ns priv ées, co mme les clo uds priv és et les réseaux
fermés, po ur certai ns ca s d’ usa ge. Le thème d e la cyb ersécuri té ne p réo c-
cup era les D SI pa s seulement en 2018, mais a ussi la rgement da ns les a nnées                                         «Aujourd’hui, il faut
à v eni r», p rédi t Wo lfga ng Schwab , Pri nci pa l Co nsulta nt chez P AC.                                             partir du principe que
                                                                                                                          des attaques efficaces
Les exi gences p osées a ux techni ci ens en cy b ersécurité so nt ai nsi toujo urs                                       sont possibles. Il est
p lus v ari ées. Si, p ar le pa ssé, i l suffi sai t d e mettre en pla ce un p éri mètre d e                              essentiel de réduire le
p ro tectio n à l’ entrée d u da ta center, i l existe a ujourd ’hui un nombre i nfi ni                                   délai qui s’écoule entre
                                                                                                                          la survenue de
d e p oi nts d’ entrée po ur a ccéd er à d es d onnées sensib les. Les p ossibi lités
                                                                                                                          l’incident et sa détec-
d ’a ttaq ue se so nt ai nsi multip li ées, et les méca nismes d e sécuri té cla ssi ques                                 tion. C’est la seule fa-
ne suffisent p lus.                                                                                                       çon de mettre en place
                                                                                                                          des contre-mesures.»

                                                                                                                                  Dui lio Hochstra sser,
                                                                                                                             S ecurity S ales Consul ta nt
                                                                                                                                          chez S wi sscom

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                           13
«La sécurité absolue est un mythe, en particu-
                                                                                     lier dans les infrastructures publiques,
                                                                                     puisque les pirates informatiques dévelop-
                                                                                     pent et professionnalisent en permanence
Les so luti o ns d e sécuri té mod ernes
                                                                                     leurs compétences et capacités. C’est pour-
a sso ci ent                                    d es   méca ni smes        de        quoi nous nous attendons à voir un intérêt
p rév entio n tra ditio nnels (pa re-feu,                                            accru pour les installations privées, comme
p ro tectio n                                    a ntivi rus)   av ec      de        les clouds privés et les réseaux fermés, pour
no uv elles méthod es d e d étectio n                                                certains cas d’usage.»
(d étecti on d’i ntrusio n, rensei gne-
                                                                                          Wolfga ng S chwa b, Princi pal Consul tant chez PAC
ments sur les mena ces, ana ly ses
d e sécuri té). En effet, la d étecti on d es a ttaq ues est to ut a ussi importante
q ue la p ro tecti on co ntre celles-ci. Selo n D ui lio Ho chstrasser, Senior Security
P rod uct Ma nager chez Swi sscom, i l n’ est pa s rare que les p roj ets cli ent vi -
sent à d étermi ner si d es d o nnées o nt été d érob ées et, si o ui , lesq uelles.
«Aujo urd’ hui, i l fa ut pa rtir du pri nci p e q ue d es a ttaq ues effi ca ces so nt pos-
sib les. Il est essenti el d e réduire le d élai q ui s’ éco ule entre la surv enue d e
l’ incid ent et sa d étectio n. C’ est la seule fa ço n d e mettre en p la ce d es
co ntre-mesures», exp liq ue Dui lio Ho chstra sser p our décrire le d éfi a uq uel
no us fai so ns fa ce.

                                                       Suisse - Marché des services informatiques de sécurité
                                         900                                    11,3%    11,0%                                       12%
                                                                   10,5%
                                         800             9,8%                                          10,1%
   Volume du marché en millions de CHF

                                                                                                                         9,1%        10%

                                                                                                                                           Taux de croissance annuel en %
                                         700

                                         600                                                                                         8%

                                         500
                                                                                                                                     6%
                                         400

                                         300                                                                                         4%

                                         200
                                                                                                                                     2%
                                         100
                                               436        479        530         590       655           720              786
                                           0                                                                                         0%
                                               2015      2016       2017        2018      2019          2020             2021

                                               Volume du marché en millions de CHF       Taux de croissance annuel en %
                                                                                                 © PAC – a CXP Group Company, 2018

La forte croissance sur le marché suisse de la sécurité est principalement portée par la de-
mande élevée en services visant à garantir la sécurité des données et applications.

L’a rsena l d’o uti ls d e sécuri té s’ est consid éra b lement renfo rcé a u co urs d es
d erni ères années. Tout commence p ar l’a na lyse co mp ortementa le, a u
co urs d e laq uelle les mod es d e co mmuni ca tio n d es hommes et d es ma -
chi nes so nt ana ly sés et les év entuels éca rts, co ntrô lés. So uv ent, les a ttaq ues
p assées so nt disséq uées et d es schémas so nt recherchés po ur p ouv oir co n-
trer d es atta ques si mi laires a u p lus tô t. Grâ ce à so n sav oir-fai re en ma ti ère
d e résea u, Swissco m id enti fi e en o utre i mmédi atement les a noma li es et les
p otenti elles a ttaq ues. Les co nnaissa nces a cquises au co urs d es a ttaq ues
so nt automatiq uement i ntégrées aux servi ces d e sécurité. Lo rsqu’i ls font
a pp el à ces servi ces, les cli ents «M ana ged Securi ty» p ro fi tent d’ une i ntelli-
gence co llectiv e uniq ue d ans toute la Sui sse. «Il est essenti el d e réa gi r a ux
i nci d ents d e fa çon rap id e et app ro pri ée», souli gne D ui lio Ho chstra sser. «Les
o ptio ns v o nt d e l’i so la ti on d’ une ma chi ne a ffectée à la co mmuni ca tio n
av ec l’ exécuti f, les a uto ri tés et le p ub li c en ca s d’intrusio ns av érées, en
p assant p ar la recherche d es d o nnées d éro b ées sur les résea ux p ub li cs et le
‘ darknet’.»

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                                     14
Tendance nº 6: Le cloud computing – Le moteur de la trans-
formation numérique.

Le     clo ud       co mp uting          n’ est      pas      un      suj et     no uv eau,         ma is      il   d emeure
d ’a ctua li té. Et, v u la fa ço n do nt la tra nsfo rma tio n numériq ue s’a ccélère
jusqu’à d ev eni r un b usiness a xé sur les do nnées, le cloud co mp uting ga gne
en i mp orta nce p uisqu’«i l ai d e les entreprises à d eux niv ea ux: i l p ermet
d ’op ti miser l’a ctivi té exi stante et co nsti tue un mo teur p our générer d e no u-
v elles id ées et les mettre en œ uv re», exp liq ue Ro la nd Bi eri, Respo nsab le d e
l’ a ctivi té Pro d uct H ouse Netwo rk et Clo ud chez Swissco m. «D e no uv ea ux
servi ces, q ui nécessi tai ent jusq u’à p résent p lusi eurs semai nes d e mise en
œ uv re, so nt a uj ourd’ hui di spo nib les en quelq ues mi nutes. D emai n, i ls sero nt
même a ccessi b les d a ns d es mod èles d e p ai ement à l’ uti lisa ti on (P ay-as-
y ou-go , P AY G) ou en li bre-servi ce en l’ espa ce d e quelq ues seco nd es.»
                                                                                                                               «Le cloud computing
                                                                                                                               aide les entreprises à
La sécuri té et la pro tecti on d es do nnées so nt une p rio ri té ab so lue p our                                            deux niveaux: il per-
to utes       les     app li ca tio ns         clo ud .       Cep enda nt,             la    fo rme        co ncrète      de   met d’optimiser
l’ env iro nnement clo ud uti li sé p eut être très v ari ée. D es entrepri ses telles q ue                                    l’activité existante et
                                                                                                                               constitue un moteur
Swi ss Re et le Gro up e do rmakab a o nt op té p our une i nsta lla ti o n d e clo ud
                                                                                                                               pour générer de
p riv é; da ns d’ autres ca s, les so lutio ns d e cloud pub lic av ec une co nserv a-                                         nouvelles idées et les
tio n lo ca le d es do nnées sont d ema nd ées. «P arfois, le ca ra ctère régio na l, la                                       mettre en œuvre.»
p ro xi mité av ec le cli ent et la co nfid entia lité d es do nnées o ccup ent un rô le
                                                                                                                               Rol and Bieri, Resp onsa ble
seco nda ire. Da ns ce ca s, nous p ouv o ns aussi propo ser d es mod èles hy-
                                                                                                                                     d e l’a cti vité Produ ct
b rid es, q ui i ntègrent les capa ci tés et fo ncti ons d’ hypersca lers tels q u’ AWS                                          Hou se Network et Cl ou d
                                                                                                                                             chez S wi sscom
et M i cro so ft», a ffi rme Ro la nd Bi eri po ur exp liq uer les d ifférentes exi gences
d es cli ents.

D ans l’ ensemb le, une tenda nce a ux o ffres clo ud d e va leur sup éri eure se
d essine. D ans ce co ntexte, les o ffres Pa a S (P la tfo rm-as-a -Servi ce) jo uent un
rô le d éci si f, pui sq u’ elles p ermettent d e progra mmer sur mesure d e no m-
b reux mo d èles méti ers numériq ues et q u’ elles o ffrent la ma rge d e ma -
nœ uvre nécessai re po ur tester d e no uv elles i d ées d e fa çon ra pid e et si mp le
av ant d e les co mmerci a li ser. Les o ffres Sa a S (So ftwa re-as-a -Serv i ce) so nt
ca pab les d e rep rod ui re les pro cessus d e suppo rt nécessai res à la tra nsfo r-
ma tio n di gi ta le d ans d e no mb reux secteurs, comme les p ro cessus d e recru-
tement et d e RH , les so lutio ns d e bo utiq ue en li gne et les p la tes-fo rmes Io T.
M ême le secteur ba ncaire, généra lement réti cent lo rsqu’i l est q uesti on
d ’i nnova tio n et d e clo ud co mp uti ng, s’ ouv re a u sujet d es Saa S, a fi n d e
mod erni ser les p ro cessus clés et d e s’ adap ter aux exi gences a ccrues en
ma ti ère d e flexibi lité, d’ a gi li té et d e rapidi té.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                15
Suisse – Poids total du marché du Cloud
                                         8.000                                                                                                  30%

                                                            25,5%        26,0%       25,8%
                                         7.000                                                  24,9%
   Volume du marché en millions de CHF

                                                                                                              23,7%                             25%
                                                                                                                                22,4%

                                                                                                                                                       Taux de croissance annuel en %
                                         6.000
                                                                                                                                                20%
                                         5.000

                                         4.000                                                                                                  15%

                                         3.000
                                                                                                                                                10%
                                         2.000
                                                                                                                                                5%
                                         1.000
                                                 2.022      2.538        3.198       4.023      5.026            6.217           7.611
                                            0                                                                                                   0%
                                                 2015       2016       2017          2018        2019        2020        2021
                                                   Volume du marché en millions de CHF         Taux de croissance annuel en %
                                                                                                                         © PAC – a CXP Group Company, 2018

Le cloud constitue l’une des technologies génériques principales pour la transformation
numérique. C’est notamment pour cela que les taux de croissance demeurent élevés.

Néa nmo ins, l’ a ccep ta tio n cro issa nte d u clo ud p ose d e no uv ea ux d éfis,
p ui sq ue «le p héno mène d es environnements multi clo ud s se multi p li e, d e
no mb reuses entrepri ses uti lisa nt p lusi eurs p lates-formes clo ud », ob serv e
Ka rsten Leclerque, Principa l Co nsulta nt – O utso urci ng & Clo ud chez P AC.
«Les stra tégi es multi-fournisseurs so nt en p arti e suiv i es en to ute co nsci ence
p our s’ émancip er d e fo urni sseurs uniq ues. So uv ent, les i nv esti ssements da ns
d es p la tes-fo rmes clo ud ne so nt pa s co ordo nnés sui te à l’ab sence d ’une
stra tégi e clo ud .» La gesti on, la co nfo rmi té et la tra nsparence, mais aussi
l’ intégra tio n d es do nnées et l’i nterop érabi li té s’ en tro uv ent ai nsi co mp li -
q uées, ce qui rend p lus di ffi ci le le d év elopp ement et l’ exp loi ta tio n d e mo -
d èles méti ers basés sur les d o nnées. «Les entreprises d oiv ent i mp éra tiv e-
ment                                        s’a tta cher   à   faire     d’ emb lée     barra ge        à   la     p ro li féra tio n           rapi d e
d ’ environnements multi clo uds o u à l’ encad rer et à i ntégrer les servi ces
clo ud aux i nsta lla tio ns cloud exi sta ntes», reco mma nd e Ka rsten Leclerq ue.

BONNES P RATIQUES

La so ci été Swiss Re a a cq ui s so n i nfra structure, sa p late-fo rme d e d év elo pp ement a insi q ue so n envi-
ro nnement d’ exécutio n, ses b ases d e do nnées et ses servi ces ITSM a up rès d’ un fo urnisseur clo ud ultra
sécuri sé, q ui ga ra ntit q ue les d o nnées sont exclusiv ement co nserv ées en Suisse. La so ci été d e réassu-
ra nce a po ur ob jecti f d’o ptimi ser les pro cessus méti ers et d e les rendre p lus flexib les. L’ esp a ce d e
ca lcul et d e sto cka ge d oi t po uvoi r être ra ccord é en un temps reco rd et d e fa ço n éco no miq ue; en
ca s d ’a ffai b lissement d e la d ema nd e, i l d oi t po uv oir être d éco nnecté to ut a ussi si mp lement. C’ est
no ta mment le ca s lo rsq ue d es ca tastrop hes na turelles se prod uisent et q ue d es mi lli ers d e co llab ora-
teurs réparti s da ns le mo nd e enti er so uhai tent a ccéder en un cli c à d es do nnées fi ab les. O u bi en
p our les systèmes d e test chez les édi teurs d e lo gi ciels, q ui ne p euv ent être uti lisés q ue d ura nt la
journée et co ntre pa i ement.

Le Gr oupe dor makaba a mi s en œ uvre d e no uv elles id ées à l’a id e d’ app li ca tio ns b asées da ns le
clo ud. Le d erni er exemp le en da te? Un système d’a ccès en li gne po ur les p eti tes et moy ennes entre-
p rises. Au centre du no uv ea u servi ce se tro uv e une p la te-fo rme clo ud sur laq uelle les cli ents (o u un
p artenai re ma nda té) p euv ent co nfi gurer et gérer leurs sy stèmes d’ a ccès. d orma kaba met à d isp osi -
tio n les fo nctio nna li tés so uhai tées so us fo rme d e lo gici el Sa a S et comp lète ainsi so n pro pre po rte-
feui lle d e serrures méca niq ues par une nouv elle o ffre d e servi ces.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                                                 16
Bilan et recommandations de PAC pour 2018

Le busi ness a xé sur les do nnées est une réa li té, comme le mo ntrent les
exemp les et exp éri ences d ’ exp erts p résentés d ans ce ra ppo rt. Mai s i l ne
fa ut p as o ub li er une chose : to us les sp écia li stes et entreprises ci tés d ans ce
rapp ort so nt à la poi nte d e la tra nsforma tio n di gi ta le. La majo ri té d es en-
trepri ses suisses n’ en so nt enco re qu’a ux p rémi ces de cette évo lutio n, et
b on nombre d’ entre elles co nsi d éreront p ro bab lement les d éfis q u’ elle p ose
co mme comp lexes et co nfus, pa rce q u’ elles fo nt fa ce à d es p ro cessus, d es
techno lo gi es et d es mod èles méti ers enti èrement no uv ea ux. M ême si la
d igita lisa tio n va cha nger b eaucoup d e choses, une cho se est sûre : i l est
p ossib le d e ma îtri ser les no uv elles techno lo gi es. Les d éfis majeurs rési dent
d ans la tra nsforma ti on d e l’ organisa ti on, d es p ro cessus et da ns un cha n-
gement d’ éta t d’ esp rit a u sei n d e la di rectio n et d es éq uip es.

Ce rap port, ai nsi q ue les reco mma nda tio ns ci-a près, p euv ent po usser à
la ncer une i ni tia tiv e q ui a p our but d e mettre en p la ce un b usi ness axé sur
les do nnées.

      •      Éliminer les s ilos : les mod èles méti ers axés sur les do nnées ne p eu-
             v ent être d év elopp és et mis en œ uv re pa r d es ‘b usiness uni ts’ i so -
             lées. Il est nécessai re d’ adop ter une app ro che q ui i ntègre toutes les
             p arti es prena ntes.

      •      Commencer                modes tement: la tra nsforma ti on numériq ue est un
             va ste suj et, da ns leq uel i l co nvi ent d e co mmencer mod estement.
             La ncez-v ous av ec un P OC à tai lle humai ne et d es projets po nctuels
             p our a ccumuler d es conna issa nces en conti nu et éva luer l’ uti li té
             év entuelle.

      •      Ne       pas      per dr e       patience:           po ur      to us     vo s     pro jets      numériq ues,
             n’a ttend ez pas un RO I rapi d e. La tra nsfo rma tio n en un busi ness a xé
             sur les d onnées est un ma ra tho n, et pa s un spri nt.

      •      Compr endr e les données : d ans le cad re d e vo tre i ni ti ativ e, d e
             la rges v o lumes d e d onnées sero nt générés. Vous dev ez être ca-
             p ab le d e les li re p our p ouv oir lib érer tout leur p o tenti el. D év elopp ez
             vo tre savo ir-fai re en ma ti ère d e d o nnées.

      •      Évaluer les technologies : les tend ances vo nt et vi ennent. Il en va
             d e même po ur les techno lo gi es. Exa mi nez mi nuti eusement les tech-
             no lo gi es po ur i d enti fi er celles qui vo us a ppo rtero nt le p lus d e va leur
             a jo utée.

      •      Gar antir la s écur ité et la protection des données : les d onnées so nt
             un atout po ur l’ entrep ri se. À l’i nstar d es i nsta llatio ns de p rod uctio n,
             elles do iv ent être protégées et sécurisées.

      •      For muler une s tratégie: au d éb ut, les p rojets numériq ues p euv ent
             être a musa nts et i nnov ants. Au fi l d u temps, i ls doiv ent s’i ntégrer à
             un co ntexte p lus la rge et remp li r d es obj ecti fs méti ers.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al      17
Swisscom, un partenaire chevronné pour la digitalisation

Un renouveau progressif de l’expérience client – comment
adopter un modèle métier numérique de façon rapide et ré-
fléchie ?

Les entreprises so uhai tent réd ui re les co ûts d e fo nctionnement et app orter
p lus d e v a leur a jo utée – po ur les cli ents, les co llabora teurs et les fo urnis-                                          Vo u s tro uv er ez d e plu s a mp le s
                                                                                                                                  i nfor ma ti on s su r le th è me d e la
seurs. La propre visio n numériq ue fai t fi gure d e p oi nt d e d épart. Swissco m                                              d igi tal i sat io n en suiv an t le li en
                                                                                                                                  c i-d e ssou s:
a ccompa gne ses cli ents da ns l’a na lyse d u po tenti el et l’ élabo ra tio n d e leur
stra tégi e numériq ue, no ta mment à trav ers la Co-Crea ti on et le Fa st P ro to -                                             h ttp :/ /w w w. swi ssc o m. co m/ dig i
                                                                                                                                  t ali sati on
typ ing. Nos exp erts di spo sent d ’une i ntuiti o n p ro no ncée po ur la culture d e
l’ innova tio n et les tenda nces, ma is i ls co mp rennent aussi les pro cessus sp é-                                            Vo u s av e z u ne qu e sti on o u
                                                                                                                                  v ou s so uha ite z v ou s en tr ete nir
ci fi ques a ux bra nches. Les fa cteurs d e réussite d e la d igita lisa tio n rep osent                                         av ec l ’un d e n o s ex per t s?
                                                                                                                                  Pre ne z san s pl us a tt end re c on-
sur d es techno lo gi es à moi nd re co ût et d es ava ncées sp ecta culai res da ns                                              t ac t av ec no s e xp ert s du n u-
l’ éva lua tio n d es do nnées. No us savo ns co mment l’ éco sy stème numéri que                                                 mé riq ue .

co mp osé d e so luti ons Smart P rod ucts, Co nnectivi ty , Clo ud , Bi g Da ta et d e
no uv elles a pp li ca ti o ns p eut être reli é d e fa ço n i ntelligente. Swi ssco m fourni t
no n seulement une i nfrastructure résea u i nnova nte, co mme le Lo w Po wer
Netwo rk          ou       l’i nfra structure           clo ud .       Nos       co mp étences               en       ma ti ère
d ’a na lyti que et d e p réd i ctio n, d e cyb ersécuri té o u d e d év elo pp ement
d ’app li ca tio ns mo bi les a ssurent d ’ores et d éjà la réussi te d es p rojets d e
d igita lisa tio n d e nos cli ents.

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                             18
À propos de PAC – a CXP Group Company

Fo nd é en 1976, Pi erre Audo in Co nsultants (P AC) fai t pa rti e d u CXP Gro up , le
p remi er cabi net europ éen i nd ép enda nt d’a na lyse et d e co nsei l da ns le                                        PAC – CX P Gr ou p
                                                                                                                          8 , Av en ue de s Ter ne s 2 6
d omai ne d es lo gi ci els, d es servi ces i nforma ti ques et d e la transfo rmatio n                                   7 5 0 17 Par is, F ran ce
                                                                                                                          Té l. : +3 3 (0 )1 53 0 5 0 5 5 3
d igita le.                                                                                                               i nfo- fra nc e@pac -o nli ne .co m
                                                                                                                          www.p ac- onl ine .c o m
Il o ffre à ses cli ents un servi ce co mp let d ’assista nce p our l’ éva lua tio n, la
sélectio n et l’op ti misatio n d e so lutio ns lo gi ci elles, l’ éva lua ti o n et la sélec-
tio n d es E SN et les a cco mpa gne d ans l’op ti mi sa tio n d e leur stra tégi e d e
so urci ng et d ans leurs p rojets d’i nv estissements. Ainsi , le CXP Gro up a cco m-
p agne D SI et di recti ons fo nctio nnelles da ns leur tra nsfo rma tio n di gi ta le.

E nfi n, le CXP Group ai d e les édi teurs et les E SN à op timiser leur stra tégie et
leur go -to -mark et à trav ers d es ana ly ses q ua nti ta tiv es et qua li ta tiv es a insi
q ue d es p resta ti o ns d e co nsei l op éra tio nnel et stra tégiq ue. Les organisa -
tio ns et les i nstitutio ns p ub li ques se réfèrent éga lement à nos étud es p our
d év elop p er leurs po litiq ues i nfo rma tiq ues.

Capi ta lisa nt sur 40 a ns d’ exp éri ence, i mp la nté d a ns 8 pa ys (et 17 b urea ux
d ans le mo nd e), fo rt d e 150 co llab ora teurs, le CXP Gro up app orte cha que
a nnée so n exp erti se à p lus d e 1 500 D SI et di rectio ns fo nctio nnelles d e
gra nds co mp tes et entrep ri ses d u mi d-ma rk et et à leurs fo urnisseurs. Le CXP
Gro up est co mpo sé d e tro is fi li a les: le CXP, BARC (Busi ness App li ca tio n
Research Center) et P i erre Audoi n Co nsulta nts (P AC).

P our p lus d’ informa ti ons: www.pa c-o nli ne.co m

P AC News: www.pa c-o nli ne.co m/b lo g

Suiv ez-nous sur Twi tter: @ CXPGro up_ FR

L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al                                  19
L es t e nd a nc es d e 20 18: l ors q ue l es d o n né es d é ve l op p ent t out l e ur pot e nt i el c om m erc i al   20
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler