MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes

 
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

                                      Dossier Géologique
                                      Carrière du Vescorn
                                        MASSOINS (06)

                               Demandeur : Société BERMONT et Fils

11/04/2019           26/04/2019          2019GN-0408           32              Première diffusion
Date de visite    Date de rédaction      Référence       Nombre de pages   Modifications / Observation

                                                     1
      Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

Table des matières
Principaux documents de référence utilisés ....................................................................................................................4
Documents fournis ............................................................................................................................................................5
1.          Préambule ............................................................................................................................................................6
     1.1.       Généralités.......................................................................................................................................................6
     1.2.       Objets de l’étude .............................................................................................................................................6
2.          Contexte environnemental du site d’étude .......................................................................................................6
     2.1.       Localisation géographique ..............................................................................................................................6
     2.2.       Contexte morphologique ................................................................................................................................7
3.          Contexte géologique ............................................................................................................................................8
     3.1.       Généralités.......................................................................................................................................................8
      3.1.1         Chevauchement basal : ..............................................................................................................................8
      3.1.2         Séries triasiques : ........................................................................................................................................9
      3.1.3         Déformation ductile des séries : ..............................................................................................................11
      3.1.4         Contact de faille entre séries du jurassique (moyen à supérieur) et séries du crétacé : .....................13
     3.2.       Forages destructifs ........................................................................................................................................15
      3.2.1         Forage SD1 : ..............................................................................................................................................16
      3.2.2         Forage SD2 : ..............................................................................................................................................18
     3.3.       Coupes géologiques ......................................................................................................................................20
      3.3.1         Coupe A : ...................................................................................................................................................20
      3.3.2         Coupe B : ...................................................................................................................................................22
      3.3.3         Coupe C : ...................................................................................................................................................24
      3.3.4         Coupe D : ...................................................................................................................................................26
      3.3.5         Coupe E : ...................................................................................................................................................28
      3.3.6         Coupe F : ...................................................................................................................................................30
4.          Implications mécaniques quant à la stabilité d’ensemble et conclusions ......................................................32
     4.1.       Implications mécaniques ..............................................................................................................................32
     4.2.       Conclusions ....................................................................................................................................................32

                                                                                       2
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

Table des Figures
Figure 1. Localisation du site d’étude sur extrait de la carte IGN au 1/25000 (d’après T. BOIS dans C18-GDIAG-034,
ICEA, 34 pages dont annexes). ..........................................................................................................................................7
Figure 2 : Photographie panoramique du site d’étude prise depuis le bas de la carrière (prise de vue vers le nord).
............................................................................................................................................................................................7
Figure 3 : Localisation du site d'étude sur un extrait de la carte géologique du BRGM au 1/50000, feuille PUGET-
THENIERS, (d’après T. BOIS dans C18-GDIAG-034, ICEA, 34 pages dont annexes). .......................................................8
Figure 4 : Photographie des séries triasiques broyées affleurants à l’est de la carrière. ............................................10
Figure 5 : Photographie des séries triasiques affleurants le long de la piste en partie basse de la carrière. .............11
Figure 6 : Photographie des séries jurassiques au-dessus des fosses de réception, avec détails anoté. ...................12
Figure 7 : Photographie des séries jurassiques au niveau des fosses de réception, avec détail anoté. .....................13
Figure 8 : Extrait de la carte géologique du BRGM au 1/50000, feuille PUGET-THENIERS, (source InfoTerre). ........14
Figure 9 : Implantation des deux forages sur photographie aérienne. ........................................................................15
Figure 10 : Photographie de la foreuse à poste au droit de SD1. .................................................................................15
Figure 11 : Nomenclature des deux forages destructifs. ..............................................................................................16

                                                                                            3
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

    Principaux documents de référence utilisés

    -   Carte Géologique du Bureau de Recherche Géologique et Minière, Feuille de PUGET THENIERS
        1/50000 avec sa notice.

    -   Dictionnaire de Géologie, Foucault A., Raoult J-F., 7em version, édition DUNOD.

                                                  4
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

    Documents fournis

    -   Carte topographique au 1/2000 ;

    -   Coupe topographique A au 1/2000 ;

    -   Coupe topographique B au 1/2000 ;

    -   Coupe topographique C au 1/2000 ;

    -   Coupe topographique D au 1/2000 ;

    -   Coupe topographique E au 1/2000 ;

    -   Coupe topographique F au 1/2000.

                                            5
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

1. Préambule

    1.1.        Généralités
GeoNova a été missionnée par la société BERMONT et FILS pour la réalisation d’une étude géologique du
versant du Vescorn, que la société BERMON et FILS exploite comme carrière.

    1.2.        Objets de l’étude
La présente étude a pour objectifs :
    - La réalisation de 6 coupes géologiques du versant du Vescorn (dans sa partie exploitée comme
        carrière). Ces 6 coupes géologiques reprennent les coupes topographiques A à F qui nous avaient
        été remises ;
    - La réalisation de deux forages destructifs, respectivement de 42 et 30 mètres. Les profondeurs
        d’arrêt de ces forages correspondent aux profondeurs où ont été interceptées les séries du trias.

Le présent rapport va consister en une synthèse des éléments géologiques connus et recueillis lors de
nos différentes campagnes de terrain, suivie par une présentation interprétée des résultats des forages
destructifs. Ces informations ont permis la réalisation des coupes géologiques qui seront présentées.

Ces coupes géologiques seront alors discutées et les choix de représentations graphiques utilisées seront
justifiés au regard des informations de terrain conjointement avec des données issues de travaux de
recherche fondamentale.

Enfin, dans une dernière partie il sera fait une mise en situation du versant au sens de sa mécanique de
rupture possible et de sa stabilité générale.

2. Contexte environnemental du site d’étude

    2.1.        Localisation géographique
Nota : il va ici être redonnés une situation géographique ainsi qu’un contexte géomorphologique succins.
Pour de plus amples détails (notamment concernant les contextes géomorphologique et géologique) le
lecteur est ici invité à se conférer au rapport du BET ICEA C18-GDIAG-034. Il est à préciser que, concernant
ce rapport référencé C18-GDIAG-034, nous jouissons d’un droit de sitation et d’usage en qualité d’auteur
du document.

Le site d’étude se localise sur la commune de MASSOINS (06), lieu-dit « le Vescorn » en rive gauche du
Var (Figure 1).

                                                    6
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

                                                                                                      Site d’étude

    Figure 1. Localisation du site d’étude sur extrait de la carte IGN au 1/25000 (d’après T. BOIS dans C18-GDIAG-034, ICEA, 34
    pages dont annexes).

    2.2.          Contexte morphologique
D’un point de vue morphologique, le site d’étude est compris au sein d’un versant globalement orienté
vers le sud et présentant une pente moyennement forte. L’extraction des matériaux a défini un système
de banquettes et de fronts de taille (Figure 2). Cette exploitation se fait principalement au sein d’un
couvert d’éboulis se développant depuis la cote 196 (au niveau du Var) jusqu’à la cote 772 (Pic Charvet).
La pente moyenne du versant (pour sa partie exploitée) est de l’ordre de 30°.

         Figure 2 : Photographie panoramique du site d’étude prise depuis le bas de la carrière (prise de vue vers le nord).

                                                              7
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

3. Contexte géologique

    3.1.          Généralités
Dans une première approche « simplifiée », l’observation de la carte géologique du BRGM (feuille PUGET-
THENIERS au 1/50 000) montre que le site se trouve sur un ensemble de formations dont les âges vont
du Trias au Crétacé (Figure 3).

                                                                                               Site d’étude

    Figure 3 : Localisation du site d'étude sur un extrait de la carte géologique du BRGM au 1/50000, feuille PUGET-THENIERS,
    (d’après T. BOIS dans C18-GDIAG-034, ICEA, 34 pages dont annexes).

Plusieurs informations peuvent ici être tirées :
    - A l’aval du versant, les séries du crétacé sont mises en contact anormal avec les séries du trias et
        du jurassique au moyen d’un chevauchement ;
    - Les séries du trias qui affleurent en partie est montrent un ensemble de cargneules et dolomies
        dans lequel existent des masses de gypses ;
    - En remontant vers le nord, depuis le chevauchement, la série se développe normalement,
        passant des séries du lias et jurassique inférieur aux formations terminales du jurassique
        supérieur, puis à celles du crétacé ;
    - Ces séries présentent une déformation plicative ;
    - Il existe entre les séries du crétacé situées à l’amont et celles du jurassique moyen et supérieur,
        des contacts de faille.

3.1.1 Chevauchement basal :
L’extension géographique de ce chevauchement et les séries qu’il met en contact, le laisse à voir comme
une structure pénétrative du versant jouant de ce fait (vraisemblablement) un rôle dans la stabilité
d’ensemble.

                                                            8
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

L’estimation de son pendage est assez difficile. En appliquant la méthode dite « des trois points » (ou
« méthode des horizontales ») on peut estimer un pendage en surface assez fort (compris entre 55 et
65°. Toutefois, une telle valeur de pendage rend mécaniquement le fonctionnement de cet accident
tectonique en chevauchement difficile. Néanmoins, le contact anormal que fait naitre cet accident (mise
en contact des séries du crétacé avec celles du trias) désigne indubitablement cet accident comme un
chevauchement. Ainsi l’explication la plus plausible est que cette forte valeur de pendage soit celle de
surface (ou sub surface) et que le pendage en profondeur de cet accident diminue pour permettre
mécaniquement le fonctionnement en chevauchement.

Enfin, le dernier élément caractérisant ce chevauchement est son azimut1 assez caractéristique. En effet,
l’observation de l’extrait de la carte géologique donne à voir un azimut de l’ordre de N140°.
Régionalement parlant cette orientation de structure correspond à la direction de raccourcissement
induit par l’orogénèse2 Alpine.

3.1.2 Séries triasiques :
La notice de la carte géologique présente les séries triasiques comme essentiellement constituées de
faciès carbonatés, de cargneules, de dolomies, de calcaires lités sombres. Cet ensemble peut
s’accompagner de masses gypseuses. Nous parlons ici de masses et non de strates. En effet, lors de leur
dépôt, ces séries se sont mises en place en milieu lagunaire donnant ainsi la possibilité de formation
d’évaporites3 (tel que le gypse). De manière simplifiée, la déformation Alpine, reprenant ces séries en
compression, conduit alors à la création de « poches » de gypse au sein des séries triasiques.

L’autre élément important concernant ces séries est la puissance (ou épaisseur des séries). La plasticité
même de ces formations les prédispose à connaitre des variations d’épaisseur assez importantes,
notamment au niveau des zones de chevauchement où l’on va assister à des « bourrages » et
surépaisseurs le long du front de chevauchement.

Ces séries affleurent :
    - à l’est de la carrière, où l’on peut voir qu’elles ont été laminées et broyées par l’action du
        chevauchement (Figure 4). On peut d’ailleurs voir que des résurgences d’eau ont tendance à se
        faire à la faveur de ces formations, les laissant voir comme moins perméables (à peu
        perméables). Le pendage, bien que très difficilement visible, semble être assez fort ;
    - en partie basse de la carrière, le long de la piste (Figure 5). On peut également voir que le
        pendage de la formation diffère de celui visible à l’est.

1
  Angle d’un plan vertical (ou de toute droite non verticale comprise dans ce plan) par rapport à un autre plan vertical
pris comme référence (en général le plan méridien). La pratique en géologie est de mesurer cet angle par rapport au
nord, positivement dans le sens des aiguilles d’une montre.
2
  Tout processus conduisant à la formation de reliefs.
3
  Terme générale désignant des dépôts riches en chlorures et sulfates alcalins. La précipitation de ces sels succède à
des concentrations par évaporation.

                                                          9
Dossier Géologique
MASSOINS (06) Dossier Géologique Carrière du Vescorn - Alpes-Maritimes
2019GN-0408

                 Figure 4 : Photographie des séries triasiques broyées affleurants à l’est de la carrière.

                                                           10
Dossier Géologique
2019GN-0408

   Marteau de géologue (longueur = 30 cm)

         Figure 5 : Photographie des séries triasiques affleurants le long de la piste en partie basse de la carrière.

3.1.3 Déformation ductile des séries :
L’observation de la carte géologique donne à voir qu’une déformation plicative, cohérente avec la
direction de raccourcissement régionale (N0° à N40°) a affecté le versant.

Cette déformation est vraisemblablement synchrone de la formation du chevauchement basal ci-avant
présenté. De fait on peut, dans une première approximation, considérer que ce chevauchement est en
réalité l’expression ultime de la déformation plicative (sorte de pli-faille).

Cette déformation se voit bien dans les séries jurassiques surplombant les fosses de réception. En effet,
au niveau des surplombs rocheux et éperons on peut voir que la série présente un pendage assez faible
dirigé vers le nord nord-ouest (Figure 6) tandis qu’au niveau des fosses ont peut observer de petits plis
(Figure 7).

                                                             11
Dossier Géologique
2019GN-0408

Figure 6 : Photographie des séries jurassiques
au-dessus des fosses de réception, avec détails
annotés.

                                                  12
Dossier Géologique
2019GN-0408

Figure 7 : Photographie des séries jurassiques
au niveau des fosses de réception, avec détail
annoté.

3.1.4 Contact de faille entre séries du jurassique (moyen à supérieur) et séries du crétacé :
Comme dit précédemment, il existe un ensemble de contacts de failles mettant en jeu les séries du
crétacé et celles du jurassique. Ces failles semblent présenter des composantes normales et
décrochantes. Le jeu décrochant se devine sur certains miroirs de faille visibles sur site, où la striation
montre clairement une composante décrochante dextre associé au rejet normal.

Mécaniquement, ces failles ne semblent pas traduire quelconque phénomène compressif et sont plutôt
à rapprocher de mécanisme « extensifs », avec des accommodations locales du mouvement par rejet
décrochant. Ces failles traduisent donc un phénomène tectonique différent de celui à l’origine du
plissement des séries et de la formation du chevauchement basal.

Une possibilité d’explication de ces failles est de les voir comme l’expression en surface d’un mécanisme
de fluage imposé par la déformation lente des séries triasiques sous-jacentes, connues pour leur
plasticité. Ce phénomène de fluage (connu dans la littérature sous la désignation de « latteral rock
spreading » se caractérise notamment par l’enfoncement de séries mécaniquement compétentes
(calcaires du crétacé et du jurassique) à la manière d’un coin, poinçonnant les unités sous-jacentes et
conduisant à un phénomène lent (à très lent) d’extrusion. Ce processus a fait l’objet de travaux de
recherche et a été documenté, entre autres par nous4. Sur la Figure 8 ci-après on peut notamment voir
un « coin » découpé dans les séries crétacé, au nord-ouest de la carrière, et permettant d’étayer cette
vision du processus que nous proposons ici.

4
 T. Bois, S. Zerathe, T. Lebourg, E. Tric, 2018, Analysis of lateral rock spreading process initiation with a numerical
modelling approach, Terra Nova, DOI: 10.1111/ter.12352.

                                                         13
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     « Coin » poinçonnant, traduisant le
                     processus de fluage gravitaire lent

          Figure 8 : Extrait de la carte géologique du BRGM au 1/50000, feuille PUGET-THENIERS, (source InfoTerre).

Des travaux modélisation numérique sur ce sujet ont permis de montrer que le processus :
    -   est lent à très lent ;
    -   que mécaniquement parlant, l’expression des déformations profondes ne peut pas conduire à
        une rupture catastrophique de l’ensemble du massif, mais au déclanchement de petits épisodes
        locaux de rupture.

                                                           14
Dossier Géologique
2019GN-0408

    3.2.        Forages destructifs
Afin d’améliorer la connaissance des structures en profondeur, et permettre la pose de deux
inclinomètres, il a été procédé (par la société ABTS) à la réalisation de deux forages destructifs (Figure
9).

                                                                                   SD1 = sondage destructif 1
                                                                                   SD2 = sondage destructif 2

                      SD1
                                                                            SD2

                        Figure 9 : Implantation des deux forages sur photographie aérienne.

Les forages ont été exécutés au moyen d’une foreuse Baretta T44, à l’air (Figure 10).

                            Figure 10 : Photographie de la foreuse à poste au droit de SD1.

                                                         15
Dossier Géologique
2019GN-0408

   La Figure 11 ci-après donne les informations de nomenclature de ces deux forages :

Nom du forage                Outil de forage          Diamètre de forage (mm)             Profondeur atteinte (m)
SD1 (sondage destructif n°1) Taillant à boutons       115                                 41.59
SD2 (sondage destructif n°2) Taillant à boutons       115                                 30.28
                                 Figure 11 : Nomenclature des deux forages destructifs.

   Ci-après sont donnés des pv d’enregistrement des paramètres de forage. Sur chacun d’eux :
       - Les deux premières colonnes donnent la vitesse d’avancement de l’outils en m/h. Ainsi une forte
           vitesse d’avancement peut correspondre à un matériau « mou » tandis qu’une faible vitesse
           d’avancement aura plutôt tendance à traduire un matériau « dur ».
       - La troisième colonne donne la pression appliquée sur l’outil ;
       - La dernière colonne donne quant à elle le couple de rotation de l’outil.

   Nota : les notions de « mou » et de « dur » sont des notions relatives ici utilisées par commodité de
   langage. Dans l’absolu il conviendrait de remplacer « mou » par peu compétent et « dur » par compétent.

   3.2.1 Forage SD1 :
   Le forage a été exécuté depuis la surface du terrain naturel jusqu’à 41.59 m de profondeur, de manière
   verticale. Compte tenu de l’éboulement des matériaux dans le trou de foration, il a été nécessaire de
   tuber le forage jusqu’à 21 m de profondeur.

   Au vu des courbes de forages et attendu les cuttings mis à jour on peut dire :
       - Que de 0 à environ 8 m de profondeur il a été rencontré des remblais et des colluvions naturelles.
       - A partir de 8 m de profondeur et ce jusqu’à 35.60 m de profondeur, les cuttings sont de nature
           carbonatée (calcaire en grande majorité).
       - A 35.60 m de profondeur jusqu’à la profondeur d’arrêt (41.59 m) les cuttings sont argilo
           marneux. De plus un niveau d’eau a été intercepté à 35.60 m.

   Interprétation : la présence de l’eau à 35.60 m de profondeur conjointement au changement de lithologie
   donnent à penser qu’un contact entre deux formations géologiques a été rencontré. La première
   formation, perméable, se caractérise par des roches carbonatées tandis que la seconde, beaucoup moins
   perméable, se caractérise par des roches ayant donné des cuttings argilo marneux gris/beige. Attendu le
   contexte géologique général exposé plus avant il est vraisemblable de dire que les séries carbonatées
   perméables sont celles du jurassique inférieur, tandis que celles beaucoup moins perméables ayant
   produit les cuttings argilo marneux sont celles du trias. Le contact entre jurassique et trias a donc été
   vraisemblablement atteint vers 35 m de profondeur.

                                                         16
   Dossier Géologique
2019GN-0408

                     17
Dossier Géologique
2019GN-0408

3.2.2 Forage SD2 :
Le forage a été exécuté depuis la surface du terrain naturel jusqu’à 30.28 m de profondeur, de manière
verticale.

Au vu des courbes de forages et attendu les cuttings mis à jour on peut dire :
    - Que de 0 à environ 5 m de profondeur il a été rencontré des remblais et des colluvions naturels.
    - A partir de 5 m de profondeur et ce jusqu’à 18 m de profondeur, les cuttings sont de nature
        carbonatée (calcaire en grande majorité).
    - A partir de 18 m de profondeur jusqu’à la profondeur d’arrêt (30.28 m) les cuttings sont
        marneux, noirs. De plus un niveau d’eau a été intercepté à 18 m.

Interprétation : là encore, la présence de l’eau à 18 m de profondeur, conjointement au changement de
lithologie donne à penser qu’un contact entre deux formations géologiques a été rencontré. La première
formation, perméable, se caractérise par des roches carbonatées tandis que la seconde, beaucoup moins
perméable, se caractérise par des roches ayant donné des cuttings marneux noirs. Attendu le contexte
géologique générale exposé plus avant il est vraisemblable de dire que les séries carbonatées perméables
sont celles du jurassique inférieur, tandis que celles beaucoup moins perméables ayant produit les
cuttings marneux noirs sont celles du trias. Le contact entre jurassique et trias a donc été
vraisemblablement atteint vers 18 m de profondeur.

                                                  18
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     19
Dossier Géologique
2019GN-0408

    3.3.         Coupes géologiques
En intégrant ces différentes informations il est possible de proposer un modèle géologiquement
cohérent, soit six coupes géologiques.

En l’espèce ces coupes géologiques ont été construites via :
     - les informations fournies par la carte géologique du BRGM au 1/50000 ;
     - les observations faites lors de nos différentes campagnes de prospection de terrain et qui
        complètes et affinent les informations de la carte géologique du BRGM ;
     - les informations obtenues via les sondages destructifs.

Ci-après, chacune de ces coupes va être commentée. Ces commentaires seront faits depuis la gauche
de la coupe vers sa droite.

Nota : de part les limitations imposées par le logiciel de dessin numérique utilisé, il n’a pas été possible de
représenter les figurés géologiques parallèlement au toit et au mur des couches. Ainsi, lorsque la chose a
été possible, l’orientation des figurés a été respectée mais quand cela n’a pas été possible (notamment
au niveau des zones plissées ou plissotées) il a été choisi de représenter les figurés horizontalement.

3.3.1 Coupe A :
Sur cette coupe on peut noter :
    - L’existence d’un contact de faille au sein des séries du crétacé amont. Il est très difficile de se
        prononcer quant à la pénétrativité ce cette faille de même que sur son pendage. Pour cette
        raison, cette faille n’a pas été poursuivie dans les séries jurassiques sous-jacentes (puisqu’aucun
        argument ne nous permet de l’avancer à ce jour). Néanmoins, le plus vraisemblable est de
        rattacher cette faille à un mécanisme de fluage gravitaire (tel que présenter plus avant). Cet
        accident serait alors une faille normale résultant de l’activation d’un processus de
        poinçonnement lent. Toutefois ceci n’est qu’une hypothèse (bien que la plus vraisemblable) et,
        de fait, le choix a été fait de ne pas figurer le rejet de cette faille et de noter « ? » à la place.
    - La partie centrale de la coupe donne à voir un pli anticlinal armé par les séries du jurassique
        moyen et inférieur.
    - Enfin, le contact entre les unités du jurassique inférieur et celles du crétacé (situées à l’aval de la
        carrière proche du Var) se fait au moyen du chevauchement basal évoqué plus avant dans ce
        rapport. La géométrie des séries du trias a été construite en reportant la profondeur à laquelle
        ces formations ont été interceptés par le forage SD1. Il a donc été choisi de figurer les séries du
        trias comme ayant un pendage nord nord-ouest (c’est-à-dire un pendage « amont »). Les séries
        du jurassique inférieur, concordantes, ont ce même pendage jusqu’à environ la cote 320. Ces
        séries sont mécaniquement butées par celle du crétacé.

                                                     20
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     21
Dossier Géologique
2019GN-0408

3.3.2 Coupe B :
Sur cette coupe on peut noter :
    - L’existence d’un contact de faille très marqué mettant en jeu les séries du crétacé avec celles du
        jurassique moyen. Relativement à cette faille (à priori distinct de celle présentée en Coupe A) le
        rejet est normal et la pénétrativité peut être estimée comme affectant au moins les séries
        jusqu’au jurassique moyen. Là encore le mécanisme de cette faille est cohérent avec un
        processus de fluage gravitaire.
    - La partie centrale de la coupe donne à voir un pli anticlinal armé par les séries du jurassique
        moyen et inférieur. Cet anticlinal est plissoté (pli synclinal de plus faible amplitude).
    - Enfin, au niveau du chevauchement basal, le contact entre les unités du trias et celles du crétacé
        (situées à l’aval de la carrière proche du Var) a été représenté par un sur-épaississement des
        séries triasiques afin de représenter le « bourrage » de ces séries. A nouveau, la géométrie des
        séries du trias a été construite en reportant la profondeur à laquelle ces formations ont été
        interceptés par le forage SD1, ainsi qu’en tenant compte des observations de terrain les donnant
        à voir à l’affleurement le long de la piste. Comme précédemment, il a été choisi de figurer les
        séries du trias comme ayant un pendage « amont ». Les séries du jurassique inférieur,
        concordantes, ont ce même pendage jusqu’à environ la cote 320. Ces séries sont
        mécaniquement butées par celle du crétacé.

                                                   22
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     23
Dossier Géologique
2019GN-0408

3.3.3 Coupe C :
Sur cette coupe on peut noter :
    - L’existence d’un contact de faille au sein des séries du crétacé amont. Le même raisonnement
        que celui tenu relativement à la Coupe A, a ici être fait, conduisant à la même représentation
        graphique.
    - La partie centrale de la coupe donne à voir un pli anticlinal armé par les séries du jurassique
        inférieur, conduisant au redressement local aux pendages (ce qui d’ailleurs s’observe sur site au
        niveau des éperons rocheux surplombant les fosses de réception).
    - Enfin, au niveau du chevauchement basal, le contact entre les unités du trias et celles du crétacé
        (situées à l’aval de la carrière proche du Var) a de nouveau été représenté par un sur-
        épaississement des séries triasiques afin de figurer le « bourrage » de ces séries. A nouveau, la
        géométrie des séries du trias a été construite en reportant la profondeur à laquelle ces
        formations ont été interceptées par le forage SD1, ainsi qu’en tenant compte des observations
        de terrain les donnant à voir à l’affleurement le long de la piste. Comme précédemment, il a été
        choisi de figurer les séries du trias comme ayant un pendage « amont ». Les séries du jurassique
        inférieur, concordantes, ont ce même pendage jusqu’à environ la cote 320. Ces séries sont
        mécaniquement butées par celle du crétacé.

                                                  24
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     25
Dossier Géologique
2019GN-0408

3.3.4 Coupe D :
Sur cette coupe on peut noter :
    - L’existence d’un contact de faille au sein des séries du crétacé amont. Le même raisonnement
        que celui tenu relativement à la Coupe A, a ici été fait, conduisant à la même représentation
        graphique.
    - La partie centrale de la coupe donne à voir un pli anticlinal armé par les séries du jurassique
        inférieur.
    - Enfin, le contact entre les unités du jurassique inférieur et celles du crétacé (situées à l’aval de la
        carrière proche du Var) se fait au moyen du chevauchement basal évoqué plus avant dans ce
        rapport. La géométrie des séries du trias a été construite en reportant la profondeur à laquelle
        ces formations ont été interceptées par le forage SD1 (car il était géométriquement plus
        vraisemblable que le trias se trouve à 40 m de profondeur qu’à 20 tel que le conduit à penser le
        forage SD2). Toujours pour les mêmes raisons, les séries ont été représentées avec un pendage
        « amont ». Ces séries sont mécaniquement butées par celle du crétacé. Il est à noter que sur
        cette coupe il a été choisi de représenter une masse gypseuse. Ce choix se justifie par la
        « proximité » d’affleurements des gypses du trias. Toutefois il convient de garder à l’esprit que
        cette représentation reste avant tout graphique et vise non pas à attester de manière indubitable
        qu’à l’endroit représenté se trouve une poche de gypse, mais bien qu’il soit possible de pouvoir
        trouver des masses gypseuses (compte tenu du tracé de la coupe).

                                                    26
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     27
Dossier Géologique
2019GN-0408

3.3.5 Coupe E :
Les commentaires formulés pour la coupe D peuvent ici être étendus à la coupe E. Notons toutefois que
dans le cas de la coupe E la profondeur d’interception des séries du trias a été déterminée au moyen des
informations fournies par le forage SD2 (plus proche que SD1, et donc vraisemblablement plus
représentatif). Là encore une masse gypseuse « figurative » a été ajoutée attendu que les gypses du trias
affleurent à une relative proximité.

                                                  28
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     29
Dossier Géologique
2019GN-0408

3.3.6 Coupe F :
A nouveau, les commentaires formulés pour la coupe D peuvent ici être étendus à la coupe F. Notons
toutefois que dans le cas de la coupe F la profondeur d’interception des séries du trias a été déterminée
au moyen des informations fournies par le forage SD2 (plus proche que SD1, et donc vraisemblablement
plus représentatif). Là encore une masse gypseuse « figurative » a été ajoutée attendu que les gypses du
trias affleurent à une relative proximité.

                                                  30
Dossier Géologique
2019GN-0408

                     31
Dossier Géologique
2019GN-0408

4. Implications mécaniques quant à la stabilité d’ensemble et conclusions

    4.1.         Implications mécaniques
L’ensemble des coupes montrent que les séries du crétacé situées à l’aval (proche du Var), mises au
contact de séries triasiques et jurassiques au moyen du chevauchement basal, butent littéralement le
versant et jouent à cet égard un rôle majeur dans la stabilité d’ensemble.

De ce fait, à moins de retirer cette butée, le glissement de l’ensemble du versant via les séries triasiques
est impossible. A plus forte raison, ces séries triasiques (et les séries jurassiques empilées sur elles)
présentent un pendage « amont » au voisinage du chevauchement.

Les masses gypseuses pouvant être comprises dans les séries triasiques ne sont pas non plus de nature
à pouvoir occasionner des mouvements généralisés.

Ainsi, le seul processus de déformation qui demeure à l’échelle du massif est un processus de
déformation lente (à très lente) de fluage gravitaire. L’une des expressions de ce phénomène peut être
l’activation de mouvements ponctuels (chutes de blocs, petits glissements rocheux), pour lesquels la
surveillance et l’auscultation du versant (tel qu’actuellement en place) constituent une mesure adaptée

    4.2.         Conclusions
En conclusion l’allègement du massif à l’amont de l’actuelle zone d’exploitation, ainsi que la diminution
des pentes au niveau des éperons rocheux surplombant les fosses de réception sont deux mesures allant
géologiquement et mécaniquement dans le sens de l’amélioration de la stabilité d’ensemble.

Tant qu’aucun terrassement de la buté crétacé n’est entrepris, cette stabilité d’ensemble n’est pas
engagée.

Le risque quant à l’extraction se limite donc à de la chute de pierre et à de l’écroulement rocheux
(glissement rocheux). Ce risque est maitrisable à l’échelle de l’exploitation.

Fait à NICE, le 26 avril 2019

Docteur Thomas BOIS - Gérant

                                                    32
Dossier Géologique
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler