NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux

NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux

NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux

NOTE D’ORIENTATION Formuler des programmes améliorant les moyens d’existence des jeunes ruraux

NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux

1 Préparée par Rosemary Vargas-Lundus et David Suttie, Département de la Stratégie et de la Gestion des Savoirs du FIDA, avec des contributions de la Division des Politiques et du Conseil Technique et des Divisions régionales du Département de Gestion des Programmes. 2 Les bureaux de statistiques nationaux peuvent avoir leur propre définition du terme “jeunes”; Cependant, la fourchette d’âge entre 15 et 24 ans adoptée par le système des Nations Unies est généralement considérée comme la plus appropriée pour des comparaisons au niveau international.

3 http://www.ifad.org/events/employment/summary.pdf. Contexte L’importance de la contribution des jeunes2 à l’avenir des communautés rurales est de mieux en mieux perçue. Le nombre de projets ciblant les jeunes ruraux a augmenté depuis quelques années mais beaucoup reste encore à faire. Cet effort peut être renforcé par des approches plus systématiques intégrant les problématiques des jeunes dans les projets et programmes de développement rural.

Dans les initiatives de développement rural, le ciblage des jeunes peut être renforcé en réunissant les connaissances accumulées de différentes façons: par l’implication des jeunes dans des projets appuyés par le FIDA et ses partenaires, par des évènements centrés sur les jeunes (ex: le Conseil d’administration du FIDA en 2011, le Forum Paysan de 2012), par des consultations de jeunes (ex: les ateliers réunissant des jeunes entrepreneurs ruraux à Carthagène en Colombie et à Cotonou au Bénin), à travers des études sur leurs moyens d’existence (ex: l’étude du FIDA/OIT intitulée “Promouvoir l’emploi décent et productif des jeunes en milieu rural: une revue des stratégies et programmes”, Rapport d’atelier, 20123 ) ou encore à partir d’enseignements tirés de l’expérience d’organisations partenaires (ex: l’évaluation des programmes sur l’emploi des jeunes faite par la Banque Mondiale et l’International Finance Corporation, IFC).

Cette note d’orientation présente les étapes qui pourraient être suivies avant et pendant la conception d’un programme/projet dont bénéficieraient les jeunes femmes et hommes en milieu rural (sections A et B). Des exemples d’activités spécifiques sont également présentés (section C). Les programmes/projets sont regroupés par thème avec mention des sources et s’appuient chacun sur des exemples de bonne pratique. Une sélection de références utiles sur les jeunes en milieu rural est présentée dans la section D alors que la section E donne quelques exemples récents de bonnes pratiques tirés des projets du FIDA.

Les annexes donnent des informations supplémentaires sur ces bonnes pratiques. A. Avant la formulation 1. Evaluer la proportion que représentent les jeunes – femmes et hommes – au sein des catégories vivant dans la pauvreté.

2. Dans le cadre de l’analyse du contexte socio économique:
  • Fournir des informations ventilées par sexe sur la situation des jeunes femmes et hommes et exposer les contraintes correspondantes;
  • Examiner les opportunités offertes aux jeunes femmes et hommes en termes de capacité à: - accéder à la terre, - accéder aux financements, - accéder aux facteurs de production, - pénétrer les marchés, 2 NOTE D’ORIENTATION Formuler des programmes améliorant les moyens d’existence des jeunes ruraux1
NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux
  • - obtenir des informations utiles sur les opportunités de formation et d’activités génératrices de revenus au sein de leur communauté;
  • Prendre en compte les savoirs et les compétences dont les jeunes femmes et hommes doivent disposer pour entreprendre des activités productives et contribuer ainsi au développement socio économique de leur communauté: - Analyser le niveau de formation (de base, technique et professionnelle) des jeunes femmes et hommes en précisant les différences éventuelles entre les sexes; - Identifier les compétences (existantes ou souhaitées) propres aux jeunes et susceptibles d’être utiles dans le cadre du futur programme/projet (ex: ouverture aux nouvelles idées, connaissance des technologies d’information et communication (TIC), adaptation de nouvelles technologies et innovations, capacités entrepreneuriales...); - Analyser l’existence éventuelle de travail des enfants4 et son impact prévisible sur les perspectives de développement de la zone du projet/programme. 3. Engager des jeunes femmes et hommes pendant les consultations précédant la formulation du projet:
  • S’entretenir séparément avec des jeunes femmes et des jeunes hommes;
  • S’entretenir avec des organisations de jeunes;
  • Identifier des jeunes pouvant éventuellement participer aux missions de formulation;
  • Consulter le Ministère de la jeunesse et – dans la mesure du possible – favoriser le dialogue avec les autres Ministères impliqués, comme ceux en charge du travail, de l’éducation et du développement communautaire.
  • 4. Soigner l’analyse des aspects de genre afin de bien comprendre les différences entre les jeunes femmes et les jeunes hommes en termes de contraintes et de perspectives d’accès à des moyens d’existence et d’emploi décents en milieu rural. Accorder une attention particulière à la situation de la jeune femme rurale en analysant les facteurs limitants liés au sexe et à l’âge, comme par exemple:
  • la répartition par sexe et âge des responsabilités au sein du foyer,
  • les limitations de l’accès de la femme aux ressources et aux services,
  • les restrictions à sa mobilité, les normes culturelles et les craintes pour sa sécurité. 5. Dans le cadre de l’analyse du contexte institutionnel:
  • Déterminer si les jeunes femmes et hommes sont organisés en groupements et – si oui – examiner comment le projet pourrait renforcer leur influence sur les processus de prise de décision et de planification au niveau local;
  • Déterminer le degré et la qualité de la participation des jeunes femmes et hommes au sein des organisations locales (en tant que membres et leaders) et analyser comment leur participation pourrait être renforcée;
  • Identifier les prestataires de services (formation, financement, appui-conseil, etc.) éventuellement disponibles localement et analyser dans quelle mesure leurs services répondent aux besoins des jeunes.

B. Pendant la formulation 1. Intégrer spécifiquement la question de la jeunesse dans les stratégies de formulation et de mise en œuvre des projets, en particulier dès la rédaction des termes de référence des missions de formulation. 4 Selon la définition de l’Organisation internationale du travail (OIT), le terme “travail des enfants” fait référence à toute activité susceptible de compromettre le bien-être de l’enfant en bloquant son accès à l’éducation, au développement et à des moyens d’existence décents. La définition comprend tout travail qui, de par sa nature et/ou sa mise en œuvre, peut nuire à l’enfant, le maltraiter, l’exploiter ou bloquer son accès à l’éducation.

NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux

2. Faire explicitement référence aux jeunes femmes et hommes dans la stratégie de ciblage des projets; les considérer comme acteurs à part entière à tous les stades du cycle de projet (formulation, mise en œuvre, suivi-évaluation). 3. Veiller au respect des quatre piliers de l’approche de l’OIT pour la promotion d’emplois décents (création d’emplois, droits sur le lieu de travail, protection sociale et dialogue social) et y affecter des objectifs, budgets et indicateurs spécifiques ainsi que des mesures de suivi particulières.

4. A partir des barrières identifiées par l’analyse de genre, prévoir des mesures favorisant l’autonomisation de la jeune femme pour s’assurer de sa participation effective aux activités et aux bénéfices du programme/projet.

5. Favoriser la participation des jeunes femmes et hommes dans les dispositifs institutionnels du programme/projet. 6. Dans les budgets de projet, affecter des ressources destinées au financement d’activités spécifiques aux jeunes femmes et hommes.

7. Dans le cadre des systèmes de suivi-évaluation, prévoir des indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour les activités ciblant les jeunes femmes et hommes:
  • Dans le cadre logique, prévoir une ventilation des indicateurs de suivi par âge et par sexe;
  • Dans la mesure du possible, privilégier des indicateurs renseignant les “effets” et “impact” plutôt que les “intrants” et “produits”. C. Activités Les mesures visant à améliorer les moyens d’existence des jeunes femmes et hommes doivent, autant que possible, s’inscrire dans une approche intégrée. Elles doivent prendre en compte les facteurs liés à l’offre et à la demande et prévoir des accompagnements intégrant la formation, la recherche d’emploi et l’engagement du secteur privé. L’accès des jeunes à la terre, aux financements, aux facteurs de production, aux services d’appui-conseil et aux informations devra aussi être favorisé. Les activités suivantes, regroupées par thème, pourraient être adaptées pour augmenter l’impact d’un projet/programme sur les jeunes femmes et hommes.
  • Favoriser la transition vers l’emploi à travers des formations techniques et professionnelles
  • Offrir des incitations pour favoriser l’accès des jeunes femmes et hommes à des formations professionnelles les préparant à l’emploi (ex: distribuer aux entreprises des bons leur permettant d’envoyer, à un coût réduit voire gratuitement, leurs jeunes employés/apprentis aux cours organisés localement par des organismes spécialisés en formation);
  • Renforcer la capacité des prestataires de services locaux à offrir des services personnalisés, capables de répondre aux besoins particuliers des jeunes femmes et hommes;
  • Offrir aux jeunes femmes l’opportunité de bénéficier de formations dans des métiers traditionnellement réservés aux hommes et vice versa;
  • Renforcer la participation des jeunes femmes et hommes aux initiatives de formation en fixant des quotas par sexe, en offrant des incitations/subventions pour la formation des jeunes et en impliquant les organisations de jeunes dans l’élaboration des programmes de formation;
  • Utiliser les TIC pour élargir aux zones rurales l’accès à des formations modernes;
  • Développer et améliorer des systèmes d’apprentissage formel et informel (i) en fixant des normes communes, y compris d’évaluation et de certification, et (ii) en améliorant les compétences des maîtres-artisans; 4
NOTE D'ORIENTATION - Formuler des programmes améliorant les moyens d'existence des jeunes ruraux
  • Collaborer avec le secteur privé en milieu rural pour promouvoir la responsabilité sociale des entreprises, empêcher le travail des enfants, améliorer les conditions de travail et promouvoir un équilibre entre travail et vie personnelle; encourager le dialogue social avec les organisations syndicales. Développer un cadre institutionnel favorable aux jeunes
  • Aider les jeunes femmes et hommes, y compris les jeunes auto-employés et les entrepreneurs émergeants, à reconnaitre la valeur et les bénéfices réciproques qu’ils peuvent tirer en adhérant à des associations ou coopératives de travailleurs et d’employeurs;
  • Promouvoir la création de groupements de jeunes et identifier les mesures pouvant favoriser leur participation aux processus de prise de décision;
  • Faciliter l’inclusion de jeunes femmes et hommes en tant que membres de coopératives et groupements de producteurs, d’associations de travailleurs, de groupements d’épargne, de groupements féminins, etc.
  • Promouvoir leur participation et leur représentation au sein des organes de décision et en tant que leaders;
  • Aider les organisations de producteurs agricoles à promouvoir l’autonomisation de leurs jeunes membres;
  • Faciliter les partenariats entre producteurs agricoles et groupements de jeunes. Eliminer les contraintes à l’accès des jeunes à la terre
  • Organiser des formations répondant aux besoins des jeunes propriétaires de terre;
  • Travailler avec des groupements de jeunes, en collaboration avec les autorités locales, pour développer des mécanismes novateurs susceptibles de favoriser l’accès des jeunes à la terre;
  • Promouvoir des formations, des appuis techniques et des approches novatrices ayant pour but de favoriser des activités génératrices de revenus nécessitant peu ou pas de terre arable;
  • Introduire des mesures de protection sociale susceptibles d’encourager les transferts de terre d’une génération à l’autre.

Références et exemples de bonnes pratiques Le développement des systèmes d’apprentissage: OIT, Note d’orientation pour les politiques: L’amélioration des systèmes d’apprentissage informel (http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_emp/--- ifp_skills/documents/publication/wcms_180569.pdf PROSPERER (Programme de soutien aux pôles de micro entreprenariat rural et à l’économie régionale à Madagascar), projet du FIDA http://www.youtube.com/watch?v=X8c-GLdfUS4 L’utilisation des TIC pour la formation de jeunes ruraux: Réseau de jeunes agriculteurs de savane au Ghana (Savannah Young Farmers Network).

Une ONG dirigée par des jeunes qui utilise les TIC pour l’octroi de services d’appui conseil en agriculture et en développement rural. http://savannahyoungfarmers.wordpress.com/2012/06/20/savannah-youngfarmers-network-syfn/ Cibler les jeunes femmes et hommes pour la formation: PROMER (Projet de promotion de l’entreprenariat rural), projet du FIDA au Sénégal, présentation sur FIDAfrique: http://www.fidafrique.net/rubrique527.html Le renforcement de la capacité des instituts de formation locaux et la promotion de la responsabilité sociale des entreprises: OIT-Japan Multilateral Programme: promotion d’un travail décent pour les jeunes travaillant dans les plantations et en milieu rural au Sri Lanka Références et exemples de bonnes pratiques Représentation des jeunes et leur participation aux organes de prise de décision: Recommandations des consultations régionales avec des jeunes ruraux organisées dans le cadre du projet FAO-FIDA-MIJARC “Faciliter l’accès des jeunes ruraux aux activités agricoles”.

Synthèse des résultats présentée à l’occasion du Forum paysan de 2012: http://www.ifad.org/farmer/2012/youth/report_f.pdf

  • 6 Favoriser l’accès des jeunes femmes et hommes aux financements
  • Organiser des cours d’éducation financière pour les jeunes vivant en milieu rural;
  • Autant que possible, coupler la fourniture de micro-crédits avec des programmes de formation;
  • Appuyer la création d’institutions financières mises en place et gérées localement, avec des jeunes à des postes de leaders;
  • Etablir des partenariats avec les institutions financières;
  • Développer des produits financiers adaptés aux besoins des jeunes femmes et hommes en milieu rural.
  • Fournir des appuis multiformes aux jeunes entrepreneurs
  • Favoriser la mise en place de programmes de parrainage reliant les jeunes entrepreneurs à des professionnels expérimentés;
  • Renforcer la capacité des prestataires de services d’appui-conseil à l’entreprise à appuyer les jeunes entrepreneurs;
  • Favoriser les liens entre ces prestataires de services d’appui-conseil à l’entreprise et les groupements de jeunes;
  • Sensibiliser les acteurs ruraux sur les potentialités entrepreneuriales des jeunes femmes et promouvoir un dialogue pour lever les barrières limitant leur capacité à créer une entreprise (ex: limitations de leur mobilité et d’accès aux facteurs de production, à la terre et aux financements; la répartition des responsabilités au sein du foyer);
  • Développer des moyens de communication pour aider les jeunes entrepreneurs à recevoir et transmettre des informations; favoriser les échanges de savoirs et d’expériences entre jeunes;
  • Aider les jeunes à proposer des solutions technologiques modernes pour combler les déficits en informations sur les marchés.

Références et exemples de bonnes pratiques Mécanismes intégrés pour la promotion du transfert intergénérationnel des terres: Banque mondiale, Access to land for young farmers project, Mexico (Projet d’accès à la terre pour les jeunes agriculteurs) - rapport en anglais: http://wwwwds.worldbank.org/external/default/WDSContentServer/WDSP/IB/2011/07/12/0003 33038_ 20110712000134/Rendered/PDF/ICR12120P0887300only0900BOX361509B0.pdf Introduction de mesures de protection sociale pour les travailleurs en milieu rural: National Registry of Rural Workers and Employers, Argentina (Registre national des travailleurs et employeurs ruraux en Argentine), Présentation sommaire officielle en anglais: http://www.ambiente.gov.ar/archivos/web/DCSyLD/file/Peridico%20Digital/Digi tal%20Newsletter% 20n%20%C2%BA%2045%20English%20Version.pdf Références et exemples de bonnes pratiques Formation en éducation financière pour des jeunes ruraux: Freedom from hunger (ONG), Advancing integrated microfinance for youth initiative (with MasterCard Foundation) (Promotion d’une approche intégrée d’octroi de microfinance aux jeunes (avec MasterCard Foundation).

Présentation en anglais: https://www.freedomfromhunger.org/ advancing-integrated-microfinance-youth%E2%80%93aim-youth Développement d’institutions financières sensibles aux besoins des jeunes: Programme de finance rurale et de développement communautaire appuyé par le FIDA en Sierra Leone (IFAD-financed Rural finance and community improvement programme - RFCIP), Sierra Leone

D. Ressources complémentaires IIED/Hivos: Small-scale farming and youth in an era of rapid rural change (L’agriculture à petite échelle et les jeunes à l’époque de changements rapides en milieu rural), V. Lucchesi et F. Proctor (London, 2012). FAO: Rural youth employment in developing countries: a global view (L’emploi des jeunes ruraux dans les pays en développement: Une vue d’ensemble) (Rome, 2010). FIDA: Faciliter l’accès des jeunes ruraux aux activités agricoles: synthèse des résultats du projet mis en œuvre par MIJARC, en collaboration avec la FAO et le FIDA: (Rome, 2012).

FIDA et OIT: Promoting decent and productive reemployment of young people in rural areas: A review of strategies and programmes, workshop report (Promouvoir le retour des jeunes ruraux à des emplois décents et productifs – une revue des stratégies et programmes, Rome, 2012).

FIDA: Rural Poverty Report 2011: New realities, new challenges: new opportunities for tomorrow’s generation (Le rapport sur la pauvreté rurale 2011: nouvelles réalités, nouveaux défis, nouvelles opportunités pour les générations futures) (Rome, 2011). FIDA: Investing in the future: Creating opportunities for young rural people (Investir dans l’avenir: Créer des opportunités pour des jeunes ruraux) (Rome, 2010).

FIDA: Feeding future generations: Young rural people today - prosperous, productive farmers tomorrow (Nourrir les générations futures: Les jeunes d’aujourd’hui - les agriculteurs prospères et productifs de demain) actes des comités de haut niveau et des réunions parallèles du conseil des gouverneurs du FIDA, 2011 (Rome, 2011). FIDA: West and Central Africa Newsletter, Issue 20, February 2011: FIDAction in West and Central Africa - Youth and Agriculture (Les jeunes et l’agriculture) (Rome, 2011). FIDA: Asia and the Pacific Region Newsletter, Issue 35, January-February 2011: Making a difference in Asia and the Pacific: Creating opportunities for rural youth (Créer des opportunités pour les jeunes ruraux) (Rome, 2011).

FIDA: Asia and the Pacific Region Newsletter, Issue 29, November-December 2009: Making a difference in Asia and the Pacific: Working with youth (Travailler avec des jeunes) (Rome, 2009). OIT: Rural Policy Brief: Investing in youth for rural transformation (Note d’orientation sur les politiques rurales: Investir dans la jeunesse pour la transformation rurale) (Genève, 2012). UNCDF: Listening to youth: Findings and recommendations from nine countries in sub-Saharan Africa on market research to design financial and non-financial services for youth (Ecouter les jeunes: Résultats et recommandations provenant de neuf pays en Afrique subsaharienne sur la recherche de marchés pour la conception de services financiers et non financiers à destination des jeunes) (New York, 2011).

UNESCO: EFA Global Monitoring Report 2012: Youth and skills: Putting education to work, chapter 7: Skills for rural youth - an escape route from poverty (Rapport de suivi mondial 2012: Jeunes et compétences: mettre la formation au travail, chapitre 7: Les compétences des jeunes rurauxUne voie de sortie de la pauvreté) (Paris, 2012) Banque mondiale/IFC: Youth employment programs: an evaluation of World Bank and IFC support (Les programmes pour l’emploi des jeunes: Une évaluation des appuis de la Banque mondiale et l’IFC) (Washington DC, 2012).

7 Références et exemples de bonnes pratiques L’utilisation des compétences en TIC des jeunes pour la mise en place de systèmes d’information sur les marchés: ITC solutions for smallholder access to markets in Ghana (Des solutions TIC pour favoriser l’accès des petits exploitants aux marchés au Ghana) Le partage des informations entre jeunes entrepreneurs: Global Youth Innovation Network (GYIN): plateforme internationale de jeunes entrepreneurs.

Présentation en anglais: http://www.gyin.org/ Programmes de parrainage pour l’entreprenariat des jeunes: Youth Business International (YBI): Une approche intégrée de promotion de l’entreprenariat des jeunes; ONG parrainée par le Prince Charles. Présentation en anglais sans version française. http://www.youthbusiness.org/

  • 8 E. Sélection des expériences du FIDA (voir détails en annexe) Colombie: Programme de renforcement de la micro-entreprise rurale: Augmentation des biens, assistance technique et appui aux investissements – OPPORTUNIDADES (2007-2013)
  • Comprend un programme visant à motiver, former et encourager les jeunes ruraux à épargner et à mieux utiliser leurs économies pour financer des investissements et générer des revenus.
  • Dans le cadre de la composante “capital social”, création d’espaces publics pour que les jeunes se réunissent.
  • République dominicaine: Projet de développement des organisations économiques de ruraux pauvres dans la zone frontalière - PRORURAL OESTE (2000-2016)
  • Accorde la priorité au financement des micro-entreprises de jeunes: une partie des subventions avec contribution du fonds de capitalisation est destinée à des jeunes pauvres.
  • Dans la composante “accès aux marchés”, les fils et les filles de producteurs sont ciblés en particulier pour les formations sur l’agriculture commerciale et la gestion d’entreprise.
  • Les échanges entre jeunes sont facilités par la mise en réseau d’étudiants étrangers et de jeunes dominicains.
  • Madagascar: Programme de Soutien aux Pôles des micro - Entreprises Rurales et aux Economies Régionales - PROSPERER (2008-2015): vidéo5
  • Facilite la formation et la mise en apprentissage de jeunes ruraux dans des micro, petites et moyennes entreprises locales (MPME); a créé un réseau d’organisations pour l’octroi de micro-crédits à des porteurs d’idées pour établir leur propre entreprise à petite échelle.
  • Sénégal: Projet de Promotion de l’Entrepreneuriat Rural - PROMER (1997-2004) et PROMER II (2006-2013)
  • Accorde la priorité aux jeunes pour accéder aux formations permettant aux entreprises d’augmenter leur rentabilité et l’emploi, ainsi que de rendre des services aux agriculteurs locaux.
  • A connu beaucoup de succès en matière de génération d’emplois et d’autres bénéfices pour les jeunes, qui représentent 63% des 1100 porteurs de MPME et 3 000 des emplois créés.
  • Sierra Leone: Programme de promotion de la finance rurale et du développement communautaire - RFCIP (2008-2014)
  • Soutien à la mise en place d’associations de services financiers (ASF) sensibles aux besoins des jeunes, en majorité détenues et gérées par des jeunes.
  • Mise en place de 46 ASF. 5 https://www.youtube.com/watch?v=oncRzysQKbA&list=PLD4A5496530799980&index=8 .
  • 9 ©FIDA/Susan Beccio ANNEXE 1. Sélection de projets financés par le FIDA ayant des volets visant les jeunes Région Asie et Pacifique
  • Projet de renforcement des capacités pour trouver un emploi – SEEP (Népal, 2008-2010)
  • Le projet vise à accroître l’emploi des jeunes à travers une formation en gestion d’entreprise selon la méthodologie “GERME, Gérer mieux votre entreprise” du BIT. Projet mis en œuvre par le BIT.

Les formations comprennent l’utilisation d’approches participatives pour la planification et l’analyse des besoins au sein des communautés ainsi qu’un volet entreprenariat. Des outils et équipements sont distribués aux stagiaires qui sont également appuyés pour la mise en œuvre de leurs plans d’activité préparés lors des formations. La communauté dans son ensemble est formée sur des modèles d’entreprise communautaire, puis mise en contact avec des partenaires d’appui locaux, d’autres communautés et le secteur formel.

  • Intégration des innovations pour le développement rural – MORDI (Iles du Pacifique, 2005-2011)
  • Le projet a pour but de promouvoir le développement de moyens d’existence durables au sein des communautés rurales reculées, avec un accent particulier sur les jeunes.
  • Les activités renforcent les institutions communautaires de base, la création d’emplois, l’apprentissage et le partage des expériences et l’ancrage des communautés rurales dans les processus de planification au niveau central.
  • Région Amérique Latine et Caraïbes ▲ Projet pour le développement durable de Cariri et Séridò (Brésil, 2012-2018)
  • Le but du projet est d’appuyer les formations techniques et professionnelles en accordant la priorité aux jeunes gens; son programme de bourses vise un total de 4 000 jeunes femmes et hommes auxquels il enseigne comment développer leurs propres entreprises rurales. ▲ = Financé par un prêt du FIDA
  • = Financé par un don du FIDA
  • L’accent est mis sur l’augmentation de la productivité des petits producteurs agricoles grâce au renforcement de systèmes de vulgarisation participatifs, incluant la gestion des ressources naturelles.
  • Le renforcement des capacités des institutions locales de développement améliore la gouvernance locale. ▲ Programme de renforcement de la micro-entreprise rurale: augmentation des biens, assistance technique et appui aux investissements - OPPORTUNIDADES (Colombie, 2007-2013)
  • Le projet vise à développer le micro-entreprenariat et les marchés en milieu rural à travers une amélioration de l’accès des communautés pauvres aux ressources financières, à l’assistance technique, aux informations et aux institutions. Les jeunes font partie du groupe cible du projet.
  • Un programme spécial encourage l’épargne des jeunes ruraux, les forme et les incite à utiliser leur épargne pour financer des investissements et générer des revenus. Des subventions fournies par la Banque Agraire de Colombie complètent l’épargne des jeunes.
  • Dans le cadre de la composante “capital social”, le projet a créé des espaces publics où les jeunes peuvent se réunir. ▲ Projet de développement des organisations économiques de ruraux pauvres dans la zone frontalière - PRORURAL OESTE (République Dominicaine, 2010-2013)
  • Le projet collabore avec des organisations agricoles et non agricoles pour renforcer leurs capacités en matière de planification, gestion, accès aux marchés et leur faciliter l’accès aux financements.
  • Il aide les porteurs d’entreprise, en particulier les jeunes, à soumettre leurs demandes de financement. Son fonds de capitalisation pour l’octroi de subvention avec contribution gère un guichet dédié aux jeunes pauvres.
  • Dans le cadre de la composante “accès aux marchés”, le projet cible les fils et les filles des producteurs pour des formations sur l’orientation de la production en fonction des marchés et la gestion d’entreprise. L’intégration d’étudiants étrangers dans les réseaux locaux de jeunes favorise les échanges.
  • ▲ Programme pour le développement économique de la région aride - PRODESEC (Nicaragua, 2004-2010)
  • Le programme assure la formation des membres de coopérative sur des nouvelles techniques de production, sur la préparation de plans d’activités et sur les procédures d’accès à des services financiers et non-financiers.
  • Il a contribué à la création de plus de 300 entreprises dont 21% emploient des jeunes ruraux.
  • Région Proche Orient, Afrique du Nord et Europe
  • Programme d’emplois ruraux - YemenInvest (Yémen, en phase de démarrage)
  • L’objectif du projet est de faciliter les relations entre les prestataires de services de formation et les entreprises rurales en offrant des incitations à l’emploi des jeunes, à la formation (bons de formation), au financement d’investissements en milieu rural et à la modernisation des filières. ▲ Projet de gestion des ressources communautaires dans la zone d’Al-Dhala - Al-Dhala community resource management project (Yémen, 2007-2015)
  • Le projet ouvre des perspectives de formation professionnelle (avec certification) pour des jeunes chômeurs (hommes) dans le cadre d’un programme pour le développement communautaire.
  • 11 Afrique de l’Ouest et du Centre ▲ Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (Cameroun, en cours de formulation)
  • Le projet favorisera la création d’opportunités (formation, accès au financement, suiviconseil) pour le développement d’agro-entreprises gérées par des jeunes ruraux.
  • Le processus de consultation, lancé en préparation à la conception du projet, a identifié les conditions à remplir pour que les jeunes ruraux acceptent de s’engager dans un agroentreprenariat mené par eux-mêmes, en collaboration avec le gouvernement et les bailleurs.
  • Projet national de gestion des terres arables et de l’eau - NEMA (Gambie, 2012-2019)
  • Le projet vise à promouvoir l’investissement dans des biens publics et collectifs nécessaires pour accroître la productivité des terres arables toujours moins abondantes et augmenter ainsi les productions rizicoles et horticoles.
  • Il cible la femme rurale et les jeunes ruraux des deux sexes.
  • Il aide les jeunes ruraux pour la production commerciale de légumes dans le cadre d’arrangements contractuels avec des opérateurs de marché.
  • Il offre des opportunités de formation et de parrainage aux jeunes ruraux, en les reliant à des crédits pour le démarrage d’entreprises au sein des filières rizicoles et horticoles. ▲ Programme de gestion communautaire des ressources naturelles dans le Delta du Niger-CBNRMP - ND (Nigéria, 2005-2013)
  • Le projet a mis en place un fonds de développement communautaire pour financer des initiatives locales visant à améliorer durablement les conditions de vie et la gestion des ressources naturelles et à réaliser des petites infrastructures communautaires.
  • Il cherche à réduire les tensions et le risque de conflits en améliorant les perspectives d’emploi pour les jeunes, et en canalisant leurs énergies vers le développement d’activités durables génératrices de revenus et de gestion des ressources naturelles. ▲ Projets de Promotion de l’Entrepreneuriat Rural - PROMER (Sénégal, Phase I, 1997-2004; phase II, 2006-2013)
  • Le projet fournit aux entreprises des appuis pour accroître leur rentabilité et leur capacité d’embauche ainsi que pour renforcer leur offre de services aux exploitants agricoles.
  • Il accorde une priorité aux jeunes comme groupe-cible pour l’accès à des formations utilisant la méthodologie “Lancer et développer son entreprise” du BIT, adaptée au milieu rural sénégalais.
  • Il a créé ou renforcé 1 500 MPME et 4 000 postes de travail, dont 63% sont occupés par des jeunes. ▲
  • Projet d’appui aux filières agricoles - PAFA (Sénégal, 2010-2016)
  • Le projet aide des petits exploitants à développer des initiatives économiques rémunératrices par des contractualisations directes entre leurs organisations et les opérateurs de marché. Un accent particulier est mis sur les populations très vulnérables, surtout les femmes et les jeunes.
  • Dans le cadre du renforcement des organisations à la base, il aide celles qui sont impliquées dans des filières à participer au dialogue aux niveaux régional et national dans le but de faciliter l’accès de leurs membres aux marchés et de favoriser une distribution plus équitable des bénéfices.
  • Les jeunes en situation de sous-emploi constituent un des groupes cibles.
  • Programme de finance rurale et de développement communautaire - RFCIP (Sierra Leone, 2008-2014)
  • Le projet vise à renforcer les stratégies et opérations du secteur de la finance, à promouvoir la décentralisation de la prise de décision et le financement d’investissements susceptibles de réduire la pauvreté rurale.
  • Il a appuyé l’établissement de plusieurs associations de services financiers (ASF) pour créer des institutions financières locales dont la propriété et la gestion sont le fait de jeunes locaux.
  • Il implique les jeunes dans la gestion des ASF: les caissiers et les dirigeants doivent avoir entre 21 et 29 ans. Région Afrique de l’Est et du Sud ▲
  • Programme de Soutien aux Pôles des micro - Entreprises Rurales et aux Economies Régionales - PROSPERER (Madagascar, 2008-2015)
  • Le projet offre aux jeunes ruraux des possibilités de formation et d’apprentissage chez des MPME partenaires. Il développe un réseau d’organisations pour l’octroi de microcrédits aux entrepreneurs à petite échelle dans le but d’aider les jeunes à monter leur propre MPME.
  • ▲ Projet de promotion des PME rurales - PPPMER (Rwanda, Phase II, 2004-2013)
  • Le projet vise à améliorer l’accès aux formations, aux technologies et aux financements de la part des porteurs de projets d’entreprise rurale; il facilite les relations entre les PME et les institutions gouvernementales.
  • Il met un accent particulier sur les jeunes ruraux: plus de 6 000 jeunes femmes et hommes ont été formés et de nombreux stagiaires se sont reconvertis en formateurs/trices.
  • Programme pour le développement des filières - PRODEFI (Burundi, approuvé en 2012)
  • Une composante pilote vise à accroître les opportunités d’emploi pour les jeunes ruraux.
  • Le but sera d’aider 20 000 jeunes femmes et hommes à créer ou renforcer des micro ou petites entreprises en amont et/ou en aval des filières appuyées par le programme.
  • On cherchera aussi à ouvrir aux jeunes des perspectives d’emploi nécessitant peu ou pas de terre cultivable.

12 ©FIDA/Santiago Albert Pons

  • 13 ANNEXE 2. Les initiatives du FIDA en matière d’appui aux jeunes ruraux A l’échelle mondiale
  • Promouvoir l’accès de jeunes ruraux à des activités agricoles (approuvé en 2010)
  • Mise en œuvre avec le MIJARC (Mouvement International de la Jeunesse Agricole et Rurale Catholique) et la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture).
  • Objectifs: i) les organisations d’exploitants agricoles aux niveaux national et régional en Afrique, Asie/Pacifique et Amérique Latine/Caraïbes ont une meilleure connaissance des défis que les jeunes femmes et hommes pauvres doivent surmonter dans le secteur agricole ainsi que des politiques et programmes ayant réussi à surmonter ces défis; et ii) cette meilleure connaissance et compréhension se traduit en propositions et recommandations à destination des gouvernements et des partenaires au développement.
  • Les organisations des jeunes exploitants agricoles ont été cartographiées et interviewées pour identifier les défis et les contraintes des jeunes exploitants agricoles.
  • Trois consultations ont été organisées: en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, pour discuter les résultats, partager les expériences et formuler des recommandations pour chaque région. Synthèse disponible: http://www.ifad.org/farmer/2012/youth/report_f.pdf Recommandations présentées au Forum Paysan de 2012: http://www.ifad.org/farmer/2012/youth/deliberation_f.pdf Région Amérique Latine et Caraïbes
  • Promoting young people’s entrepreneurship in poor rural territories in Latin America and the Caribbean, PROCASUR (Promotion de l’entreprenariat des jeunes dans les zones rurales pauvres en Amérique Latine et dans les Caraïbes) (Brésil, Colombie, Guatemala, Pérou et République Dominicaine, approuvé en 2011)
  • Vise à améliorer les capacités des interventions financées par le FIDA auprès des jeunes en leur offrant des opportunités pertinentes pour le développement rural.
  • Les activités comprennent: la dissémination des informations et des savoirs les plus récents sur la situation des jeunes ruraux, la facilitation de l’engagement des jeunes dans le dialogue politique et le cofinancement des entreprises portées par des jeunes.
  • Nuevas Trenzas – les nouvelles tresses - ICEFI (Institut Centro-Americain d’Études Financières, approuvé en 2010)
  • Etudie les facteurs influençant la vie des jeunes femmes rurales afin d’identifier les opportunités (en termes de politique publique ou d’initiatives privées) de valoriser leur potentiel à contribuer au développement rural.
  • Région Afrique de l’Ouest et du Centre
  • Global Youth Innovation Network-GYIN Réseau International des jeunes pour l’innovation (lancé au Bénin, actuellement à couverture mondiale, approuvé en 2011)
  • Le but du réseau GYIN est de faciliter la communication, le partage d’informations et le partenariat entre les jeunes entrepreneurs ruraux.
  • = Financé par un don du FIDA
  • Le programme comprend des parrainages et la formation de jeunes entrepreneurs (y compris en analyse de marchés et en appui au démarrage des activités), de l’appui-conseil pour la commercialisation, le développement d’une base de données sur les entreprises portées par des jeunes et la mise en place d’un fonds pour les jeunes.
  • Jeunesse rurale et développement de l’entreprenariat agricole - Centre Songhaï Bénin (approuvé en 2011)
  • Vise à améliorer les capacités de jeunes femmes et hommes en leadership et gestion pour qu’ils puissent effectivement créer de petites agro-entreprises rentables.
  • Accréditation du Centre Songhaï pour permettre la remise aux stagiaires de certificats internationalement reconnus.
  • Des jeunes ruraux, femmes et hommes, provenant de différents pays reçoivent les appuis adéquats pour lancer de petites agro-entreprises.
  • Amplifier la voix des jeunes - Inter-press Service (approuvé en 2011)
  • Cherche à mieux faire entendre la voix des petits exploitants, surtout les femmes et les jeunes, dans les débats mondiaux sur la montée des prix des denrées alimentaires, le changement climatique et la sécurité alimentaire.

Appui au lancement d’une campagne de communication par la création d’une équipe de jeunes agro-journalistes recherchant des pratiques agricoles innovatrices et en assurant la diffusion via diverses plateformes de médias sociaux.

FIDA/Sarah Morgan

Couverture: Une jeune agricultrice laotienne dans son exploitation. ©FIDA/GMB Akash Contact: Rosemary Vargas-Lundius Coordinatrice principale de recherche Département de la Stratégie et de la Gestion des Savoirs FIDA Tél: +39 06 5459 2454 Courriel: r.vargaslundius@ifad.org Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part du Fonds international de développement agricole des Nations Unies aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Les appellations de pays “développés” et “en développement” sont employées à des fins de commodité statistique et ne reflètent pas nécessairement un jugement quant au stade atteint par tel ou tel pays ou telle ou telle région dans le processus de développement. La présente publication peut être reproduite en tout ou en partie sans l’autorisation préalable du FIDA, à condition que la source soit indiquée par l’éditeur et qu’une copie du texte publié soit envoyée au FIDA.

Imprimé Mai 2014

Fonds international de développement agricole Via Paolo di Dono, 44 - 00142 Rome, Italie Tél: +39 06 54591 - Fax: +39 06 5043463 Couriel: ifad@ifad.org www.ifad.org www.ruralpovertyportal.org ifad-un.blogspot.com www.facebook.com/ifad instagram.com/ifadnews www.twitter.com/ifadnews www.youtube.com/user/ifadTV

Vous pouvez aussi lire
Aller aux pages suivantes ... Annuler