PAVILLON MARIE-CHARLOTTE PAVILLON ST-PIERRE (077)

PAVILLON MARIE-CHARLOTTE (079) PAVILLON ST-PIERRE (077) PAV. MATERNELLE WILFRID-GERVAIS (076) Plan SIAA Résolution: CÉà venir

  • Planification SIAA, juin 2010 Projet éducatif et plan de réussite École primaire École : École intégrée de St-Pierre Commission scolaire: Des Samares No : 076-077-079 Direction: Monsieur Stéphane Allard (Marie-Christine Hivon, directrice par intérim) PORTRAIT DU MILIEU DIMENSIONS À DOCUMENTER CONSTATS ET EN LIEN AVEC CHAQUE DIMENSION 1. L’école et son milieu
  • Description des écoles concernées y Localisation de l’école y Milieu rural, urbain y Population générale y Provenance des élèves y Nombre d’élèves y Vocation de L’école intégrée de Saint-Pierre, située en milieu urbain, dans la région de Lanaudière, est divisée en trois pavillons : Pavillon Maternelle Wilfrid Gervais 945, rue Notre-Dame, Joliette J6E 3K1 450-758-3720 Pavillon St-Pierre 940, rue de Lanaudière, Joliette J6E 3N6 450-758-3721 Portrait de situation et constats

l’école y Services offerts (ex. : service de garde, cafétéria, y La place du privé , etc. Pavillon Marie-Charlotte 981, rue Notre-Dame, Joliette J6E 3K1 450-758-3723 Ordre d’enseignement : Éducation préscolaire (4 ans et 5 ans) et enseignement primaire. Nombres d’élèves : 568 La majorité de nos élèves sont francophones, bien qu’une faible proportion (5%) soit des élèves immigrants (colombiens, africains, ...) Les services offerts à l’école Intégrée de Saint-Pierre : ƒ Orthopédagogie ƒ Psychologie ƒ Éducation spécialisée ƒ Préposés aux élèves ƒ Infirmière ƒ Hygiéniste dentaire ƒ Service de garde ƒ Anglais intensif ƒ Classes pour élèves handicapés (TEACCH, SÉ) ƒ Classes de retard d’apprentissage

Caractéristiques factuelles de la population scolaire et du personnel de chaque école À propos des élèves :
  • Nombre d’élèves par niveau-cycle
  • Nombre de garçons et de filles
  • Proportion EHDAA
  • Élèves handicapés intégrés
  • Évolution du nombre d’élèves handicapés
  • Taux d’absentéisme, etc.
  • Décroissance de la clientèle
  • % de redoublement À propos du personnel :
  • Nombre d’enseignants, de personnel de soutien et professionnel
  • Nombre de nouveaux enseignants
  • Qualification du personnel et années d’expérience
  • Stabilité, etc. À propos de l’école : Nombres d’élèves en 2009-2010 : Nombre d’élèves Garçons Filles Passe-Partout 17 9 8 Maternelle 60 38 22 1ère année 81 41 40 2e année 75 49 36 3e année 71 35 36 4e année 82 37 45 5e année 67 28 39 6e année 72 32 29 R.A. 33 27 6 S.É 19 17 2 TEACCH 24 18 6 Total 601 331 270 Nombre total d’élèves 646 602 563 511 507 584 (excluant PassePartout) L’âge des élèves à l’entrée dans un cycle 2004- 2005 2005- 2006 2006- 2007 2007- 2008 2008- 2009 2009- 2010 2010- 2011 1er cycle (Nombre de nouveaux élèves) Proportion d’élèves de 6 ans et moins 95 97,9 70 98,6 89 97,8 67 97,0 70 100 2e cycle (Nombre de nouveaux élèves) Proportion d’élèves de 8 ans et moins 96 85,4 91 71,4 94 90,4 56 92,9 81 91,4 3e cycle (Nombre de nouveaux élèves) Proportion d’élèves de 10 ans et moins 100 74,0 84 78,7 93 82,8 71 69,0 80 90,0
  • Tâche des directions et de directions adjointes
  • Mobilité des directions La prolongation des études dans le cycle 2004- 2005 2005- 2006 2006- 2007 2007- 2008 2008- 2009 2009- 2010 2010- 2011 1er cycle (Nombre total d’élèves dans le cycle) Proportion d’élèves en prolongation 233 26,2 191 15,2 188 17,0 190 18,4 171 17,5 2e cycle (Nombre total d’élèves dans le cycle) Proportion d’élèves en prolongation 204 4,4 215 3,3 188 9,6 154 5,8 154 9,1 3e cycle (Nombre total d’élèves dans le cycle) Proportion d’élèves en prolongation 209 2,9 196 3,6 187 ___ 67
    0,0 152 L’âge à la sortie du primaire 2004- 2005 2005- 2006 2006- 2007 2007- 2008 2008- 2009 2009- 2010 2010- 2011 Nombre d’élèves sortant Proportion d’élèves de 12 ans et moins 133 51,5 131 63,4 103 72,8 98 80,61 76 81,58 La fréquentation d’une classe d’accueil 2004- 2005 2005- 2006 2006- 2007 2007- 2008 2008- 2009 2009- 2010 2010- 2011 Nombre total d’élèves Proportion d’élèves fréquentant ou ayant fréquenté une classe d’accueil. 646 1,9 602 2,3 563 3,2 511 2,7 477 2,5
6 L’intégration des élèves EHDAA 2004- 2005 2005- 2006 2006- 2007 2007- 2008 2008- 2009 2009- 2010 2010- 2011 Proportion d’élèves intégrés 10,94 16,67 28,33 16,95 27,27 Proportion d’élèves ayant un PIA 27,95 24,39 24,35 28,45 28,89 Taux d’absentéisme global en 2006 Taux d’absentéisme global en 2007 Taux d’absentéisme global en 2008 Taux d’absentéisme global en 2009 Taux d’absentéisme global en 2010 Taux d’absentéisme global en 2011 1,20 0,76 1,46 1,54 Taux d’absentéisme des garçons en 2005 Taux d’absentéisme des garçons en 2007 Taux d’absentéisme des garçons en 2008 Taux d’absentéisme des garçons en 2009 Taux d’absentéisme des garçons en 2010 Taux d’absentéisme des garçons en 2011 1,12 0,70 1,45 1,58 Taux d’absentéisme des filles en 2005 Taux d’absentéisme des filles en 2007 Taux d’absentéisme des filles en 2008 Taux d’absentéisme des filles en 2009 Taux d’absentéisme des filles en 2010 Taux d’absentéisme des filles en 2011 1,29 0,82 1,47 1,50 * Nous remarquons que le taux d’absentéisme chez les filles est légèrement plus élevé que chez les garçons. Cependant nous remarquons une recrudescence au niveau de l’absentéisme chez les garçons en 2009. À propos du personnel : Nombre d’enseignants en 2009-2010 :47 Nombre de nouveaux enseignants en 2009-2010: 12 Nombre de professionnels en 2009-2010 : 3 (Psychologue, AVSEC, orthophoniste) Nombre de personnel de soutien en 2009-2010 : 50 (TES, secrétaires, concierges, PEH, surveillants, éducatrices au service de garde, surveillants du dîner)
7 Stabilité : ƒ Personnel enseignant 37,2 ƒ Enseignants âgés de 53 ans et plus 2% ƒ Jeunes enseignants (12% moins de 5 ans d’expérience) ƒ Stabilité des enseignants 54% ƒ Qualifié initialement dans le champ principal 81% ƒ Rapport élèves / enseignant 15 À propos de l’école :
  • Tâche des directions et de directions adjointes : 1 direction et 1 direction adjointe
  • Mobilité des directions Même direction depuis 7 ans Même direction adjointe depuis 2 ans.
  • Caractéristiques des familles et de la communauté
  • La condition des 0-5ans (offre de service, soutien, vulnérabilités, etc.)
  • La mouvance (arrivée et départ dans la même année scolaire)
  • Indice de milieu socioéconomique
  • Visages de la pauvreté
  • Organismes communautaires
  • Démographie
  • Âge des mères monoparentales
  • Santé et habitudes de vie Dans notre territoire au nord de Lanaudière, la population de 191 000 résidents est répartie dans 51 municipalités. Le décrochage scolaire fait partie de notre réalité. Il y a 1 200 jeunes qui abandonnent leurs études secondaires avant l’obtention d’un diplôme. De fait, 750 garçons et 450 filles ont doublé au moins une année au primaire et les garçons sont deux fois plus nombreux à quitter l’école secondaire prématurément. Au sein de notre région, il existe d’importants écarts sociaux et économiques. Tout près de 16 500 Lanaudois vivent dans des secteurs plus défavorisés matériellement. On retrouve principalement des gens seuls, séparés, divorcés et des familles monoparentales. Le même rapport démontrait que 58 000 personnes vivent dans la pauvreté dont 16 000 familles avec enfants sont monoparentales. De plus, près 23 000 personnes sont prestataires de l’aide sociale. Il y a 48 000 personnes qui vivent une situation d’insécurité alimentaire, un ménage sur cinq a un revenu insuffisant pour couvrir leur coût d’habitation et il y a environ 1 800 signalements retenus annuellement dans le cadre de la Loi sur la protection de la jeunesse.

Le contexte socio-économique 2006–2007 situe les écoles Intégrées Saint-Pierre et le milieu au rang décile 9. La forte défavorisation matérielle et sociale de notre milieu nous amène à orienter nos actions vers le développement des compétences sociales telles l’estime de soi, les habiletés sociales et la scolarisation afin de permettre l’acquisition de connaissances et d’habiletés chez les jeunes. De fait, pour soutenir le développement des compétences et la scolarisation, la communauté doit commencer ses interventions le plus tôt possible auprès de l’enfant et de sa famille.

  • % criminalité Le bassin de desserte de l’école Intégrée St-Pierre compte 20 aires de diffusion (voir Tableau de bord de l’Agence de santé et des services sociaux de Lanaudière). Nous comptons une population totale de 11 630 personnes (6350 femmes et 5280 hommes). On retrouve 1710 familles avec enfants, 1170 familles avec au moins un enfant de moins de 18 ans et 2975 enfants à la maison. Il y a 2190 personnes qui vivent seules dont 625 sont des personnes âgées de 65 ans et plus. Nous dénombrons 270 personnes qui ne sont pas des citoyens canadiens, 405 immigrants, 65 ayant une identité autochtone et 300 sont des minorités visibles.

Notre bassin compte 2465 personnes de 25 ans et plus sans certificat, diplôme ou grade, 1890 ont un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent, 2435 possèdent des études postsecondaires partielles (inférieures au baccalauréat), 370 ont un certificat ou grade universitaire inférieur au baccalauréat et 995 détiennent un certificat ou grade universitaire. Sur le marché du travail, 52,2% de femmes et d’hommes occupent un emploi et le taux de chômage se situe à 7,4%. En totalité, le taux d’activité se trouve à 56,7%. Notre bassin recense une population active expérimentée de 5390 personnes âgées de 15 ans et plus réparties dans diverses industries.

Il y a 3180 personnes qui vivent dans des logements loués et 2275 habitent dans un logement leur appartenant. Au cours de l’année précédente, 1830 personnes ont déménagé.

Les données sur le revenu seront disponibles en juin 2008. Caractéristiques de la communauté : Population générale du milieu 11 630 Provenance des élèves Milieu à forte défavorisation matérielle et sociale Les écoles Intégrées Saint-Pierre sont situées dans la MRC de Joliette en milieu urbain plus précisément au nord du territoire. La vocation première de ces trois pavillons est d’instruire, socialiser et qualifier. Les objectifs et les moyens d’action mis de l’avant dans le projet éducatif et le plan de réussite visent à favoriser la réussite des élèves.

9 Pour tracer le portrait général, nous avons commencé par définir le terme « défavorisation » en nous appuyant sur le rapport de la direction de santé publique et d’évaluation de Lanaudière.

De fait, ce rapport définie la défavorisation comme étant un état de désavantage relatif face à la communauté locale ou à l’ensemble de la société à laquelle appartient l’individu, la famille ou le groupe. Elle touche deux dimensions : l’une, matérielle, où l’on observe la privation de biens et de commodité de la vie courante se rapprochant ainsi du concept de pauvreté et l’autre, sociale, où l’on note une fragilité du réseau social ainsi que l’isolement des personnes suite à une séparation, un divorce, un veuvage, de la monoparentalité ou le fait de vivre seul.

L’indice de défavorisation est difficilement mesurable et quantifiable. Par ailleurs, certains concepts peuvent la caractériser et l’élaboration d’outils fait par l’agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux a permis de saisir les aspects importants. Cet indice représente une mesure territoriale et non une mesure de nature individuelle. De fait, il démontre un « cliché » du milieu immédiat.

Il a été clairement démontré dans le rapport 2007 de santé publique de Lanaudière qu’il y a une corrélation entre le niveau de scolarité, le taux d’emploi, le taux de chômage et les inégalités sociales et la santé.

En effet, les personnes qui ont un niveau suffisant de scolarité ou de qualification profitent d’un meilleur emploi, d’un meilleur revenu et de meilleures conditions de vie. De plus, un meilleur état de santé et de bien-être chez ces personnes favorise la réussite scolaire et contribue à prévenir le décrochage scolaire.

Résultats tirés de PERSPECTIVES – MOUVANCE Nombre d’écoles fréquentées en 2001-2002 Nombre d’écoles fréquentées en 2007-2008 Nombre d’écoles fréquentées en 2008-2009 Nombre d’écoles fréquentées en 2009-2010 Nombre d’écoles fréquentées en 2010-2011 Nombre d’écoles fréquentées en 2011-2012 1,52 2,19 2,15 2,13 Résultats tirés du TEDP (mai 2009) – MOUVANCE: Tableau 6.1 Au cours des deux dernières années, as-tu été obligé de changer d'école parce que tu as déménagé ou pour une autre raison (sauf pour passer du primaire au secondaire)?

  • 10 Jamais Une fois Deux fois Trois fois Quatre ou plus Total 6e 63% 25% 4% 3% 4% 100% AS 44% 31% 6% 0% 19% 100% 2. Les élèves y Porter une attention particulière aux 3 grands déterminants de la persévérance y scolaire : 1e Les apprentissages scolaires 2e Les apprentissages sociaux 3e l’engagement scolaire (exemples : Cheminement des élèves selon l’âge, réussite dans les matières de base, relations positives avec les enseignants, assiduité, participation en classe, sentiment d’appartenance, etc.) Dans chaque école
  • % élèves ayant atteint les exigences minimales de réussite de fin de cycle
  • % élèves en retard à l’entrée dans chacun des cycles
  • % élèves en retard à l’entrée au secondaire
  • Nombre de PI
  • Indicateurs nationaux au primaire
  • Proportion d’élèves en prolongation dans chaque cycle, au primaire
  • Niveau de développement des compétences de base
  • Résultats différentes épreuves Les élèves Éveil à la lecture et à l’écriture Pour le secteur de l’école Intégrée St-Pierre, il y a 5 enfants actifs de 4 ans avec un diagnostic soit de trouble du langage, soit d’un trouble communicatif/compréhension touchant le réceptif et l’expressif, soit un trouble envahissant du développement/autisme, soit de troubles anxieux et/ou de l’attachement, soit du retard global de développement ou soit de déficience intellectuelle. Ces enfants sont présentement soit dans une famille monoparentale, d’accueil ou défavorisée. En septembre 2008, ils fréquenteront la maternelle Wilfrid-Gervais ou Rose des-Vents.

Le programme « Passe-Partout » est un autre organisme offert dans notre secteur. C’est un service gratuit offert par la commission scolaire des Samares. Il s’adresse aux enfants de 4 ans et leurs parents. Les ateliers Passe-Partout misent sur la participation des enfants et l’implication des parents. Le programme gravite autour de trois axes indissociables : l’enrichissement de la relation parent-enfant, la familiarisation de l’enfant avec l’école et le soutien apporté aux parents. Pour l’année 2007-2008, Passe-Partout a reçu 21 inscriptions, 19 ont assisté à la réunion d’information et 16 ont poursuivi le programme avec leurs enfants.

Passe-Partout a pour but de favoriser la réussite scolaire. Il vise à créer un partenariat avec les parents. Ces derniers doivent donc assister à la réunion d’information au début de l’année et s’impliquer à la réunion mensuelle qui permet de consolider le lien parents-enfants-école. Donc, pour les parents cela demande d’être présents à 8 rencontres de discussions et d’échanges sur différents thèmes comme par exemple : la discipline, l’estime de soi, l’agressivité à l’école, comment l’enfant apprend, les types d’intelligence, la préparation à la maternelle etc. Passe-Partout doit travailler beaucoup auprès du parent afin de démystifier ses conceptions au sujet de l’école.

Le programme offre aux parents la possibilité de réfléchir et d’échanger avec d’autres parents sur les défis de leur rôle, présente des outils leur permettant d’aider leur enfant à apprendre et donne des informations sur les nouvelles réalités scolaires. Nous observons que les parents de Passe-Partout sont très présents et participatifs aux activités que vivent leurs enfants. Par ailleurs, lorsque ces derniers entre à la maternelle et par la suite au primaire, l’accès est plus difficile.

  • Données filles et garçons
  • Nombre d’élèves inscrits dans un parcours autre que la classe régulière Les parents qui participent au programme Passe Partout s’impliquent davantage dans le cheminement scolaire de leur enfant et ils démontrent de la disponibilité face aux rencontres d’école et de parents. Ces parents deviennent de précieux collaborateurs et comprennent mieux le sens des interventions du personnel. Ce sont des parents plus enthousiastes à participer à la vie de l’école et ils font volontairement du bénévolat dans la classe ou dans l’école. Ils sont plus coopératifs auprès du personnel enseignant. Ayant reçu de l’information et pris part à divers échanges sur la motivation scolaire, le développement de l’autonomie, l’estime de soi, la discipline positive et bien d’autres sujets, ces parents arrivent à s’impliquer dans le parcours scolaire de leurs enfants avec une meilleure vision car ils ont eu le temps de guérir leurs propres « blessures » reliées à l’école. Le CLSC Joliette offre plusieurs services en périnatalité et pour la petite enfance auprès des familles vivant en contexte de vulnérabilité. De plus, il réfère les familles, dépendamment des besoins, vers l’infirmière scolaire, la Maison de la famille, les Petits mousses, le Bouclier, la Filandière, la clinique préscolaire (de février à juin) ainsi que la visite à domicile de deux éducatrices. Compétences en lecture Taux de réussite en Français compétence 1 à la fin de la 1re année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 92,13 94,12 84,29 Taux de réussite en Français compétence 1 à la fin de la 2e année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 85,94 93,02 92,54 Taux de réussite en Français compétence 1 à la fin de la 3e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 89,66 94,74 87,21 Taux de réussite en Français compétence 1 à la fin de la 4e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 92,21 87,34 94,34 Taux de réussite en Français compétence 1 à la fin de la 5e année (3e cycle)

12 % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 85,88 79,59 88,00 Taux de réussite en Français compétence 1 à la fin de la 6e année (3e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 84,54 89,39 82,43 Compétences en écriture Taux de réussite en Français compétence 2 à la fin de la 1re année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 91,01 95,59 91,43 Taux de réussite en Français compétence 2 à la fin de la 2e année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 87,50 93,02 94,03 Taux de réussite en Français compétence 2 à la fin de la 3e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 94,25 87,72 88,37 Taux de réussite en Français compétence 2 à la fin de la 4e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 85,71 79,75 92,45 Taux de réussite en Français compétence 2 à la fin de la 5e année (3e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 88,24 88,78 82,35 Taux de réussite en Français compétence 2 à la fin de la 6e année (3e cycle) % de réussite % de réussite % de réussite % de réussite % de réussite % de réussite

13 en 2006 en 2007 en 2008 en 2009 en 2010 en 2011 81,44 83,33 94,52 Compétence en mathématique 1) Résoudre des situations problèmes Taux de réussite en Mathématique compétence 1 à la fin de la 1re année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 89,89 91,18 88,73 Taux de réussite en Mathématique compétence 1 à la fin de la 2e année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 87,50 94,19 94,03 Taux de réussite en Mathématique compétence 1 à la fin de la 3e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 87,36 89,47 80,77 Taux de réussite en Mathématique compétence 1 à la fin de la 4e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 83,12 70,89 90,57 Taux de réussite en Mathématique compétence 1 à la fin de la 5e année (3e cycle) % de réussite % de réussite % de réussite % de réussite % de réussite % de réussite

14 en 2006 en 2007 en 2008 en 2009 en 2010 en 2011 78,82 84,69 80,00 Taux de réussite en Mathématique compétence 1 à la fin de la 6e année (3e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 74,23 78,79 85,14 2) Raisonnement mathématique Taux de réussite en Mathématique compétence 2 à la fin de la 1re année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 94,38 94,12 88,73 Taux de réussite en Mathématique compétence 2 à la fin de la 2e année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 92,19 87,21 92,54 Taux de réussite en Mathématique compétence 2 à la fin de la 3e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 87,36 77,19 86,05 Taux de réussite en Mathématique compétence 2 à la fin de la 4e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 85,71 81,01 94,34 Taux de réussite en Mathématique compétence 2 à la fin de la 5e année (3e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 77,65 79,59 70,91 Taux de réussite en Mathématique compétence 2 à la fin de la 6e année (3e cycle)

15 % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 74,23 80,30 94,59 3) Langage Taux de réussite en Mathématique compétence 3 à la fin de la 1re année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 94,38 92,65 91,55 Taux de réussite en Mathématique compétence 3 à la fin de la 2e année (1er cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 92,19 94,19 95,52 Taux de réussite en Mathématique compétence 3 à la fin de la 3e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 86,21 89,29 91,95 Taux de réussite en Mathématique compétence 3 à la fin de la 4e année (2e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 87,01 86,08 94,12 Taux de réussite en Mathématique compétence 3 à la fin de la 5e année (3e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011

  • 16 87,06 96,84 89,09 Taux de réussite en Mathématique compétence 3 à la fin de la 6e année (3e cycle) % de réussite en 2006 % de réussite en 2007 % de réussite en 2008 % de réussite en 2009 % de réussite en 2010 % de réussite en 2011 79,38 81,82 91,89 Motivation Résultats tirés du TEDP (mai 2009) 3. La classe
  • Pratiques pédagogiques
  • Types d’enseignement Éléments de motivation considérés dans l’organisation et la planification pédagogique des titulaires Graphique 1.1. Distribution des élèves en fonction de leur niveau de risque de décrocher 76% 40% 60% 6% 13% 12% 13% 13% 13% 33% 16% 4% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 6e AS Norme population QC % Aucun risque Risque faible Risque modéré Risque élevé Graphique 2.1. Distribution des élèves à risque selon leur profil de décrocheur potentiel (indice de risque ≥ 35) 25% 22% 26% 19% 44% 19% 25% 33% 16% 31% 0% 39% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 6e A.S. Norme population QC % Type A Type B Type C Type D Graphique 7.1.1 ‐ Résultats standardisés sur les dimensions d'apprentissages et d'engagement scolaires 56 57 55 51 51 50 58 51 53 54 52 53 51 50 47 46 60 51 52 53 24 39 45 62 54 58 36 61 58 51 53 57 52 46 48 57 48 57 52 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 Notes français Notes en math Retard Engagement scolaire Risque décrocher Avantages décrocher Aspiration formation prof.

Poursuite des études Attrait Utilité perçue Sentiment comp. franç. Sentiment comp. math Volonté app. français Volonté app. math Quantité de lecture ‐ école Quantité de lecture ‐ plaisir Utilité lecture Appartenance Absentéisme Indiscipline scol. Score T 6e AS Rendement Décrochage Aspirations Motivation Lecture Conduites Retard Appartenance Graphique 7.1.2 ‐ Résultats standardisés sur les dimensions des relations et conduites sociales 42 53 51 51 55 54 50 51 50 50 51 48 51 49 49 50 51 53 49 55 46 59 49 48 51 47 46 48 47 42 47 48 50 49 55 36 53 41 30 35 40 45 50 55 60 65 Conflits enseignants Chaleur enseignants Aide offerte Invest.scol.

négatif amis Déviance amis Sentiment de sécurité Violence perçue ‐ min. Violence perçue ‐ maj. Soutien scol.parents Com.

Parent‐école Études vu par parents Com. parents‐ado Supervision parentale Accessibilité drogues Fréq. consom. alcool Fréq. consom. cannabis Fréq. consom. autre Agressivité/délinq. Travail Score T 6e AS Relations avec enseignants Relations avec amis Sentiment de sécurité Relations avec parents Consommation de drogues Conduites Travail

  • Pratiques évaluatives
  • Collaboration avec les autres personnels
  • Place à la littérature jeunesse
  • Variétés et types de ressources utilisées
  • Modes d’organisation
  • Place faite à la différenciation
  • Modalités d’aide apportée aux élèves en difficulté
  • Sentiment de compétence au regard de la réussite des élèves
  • Travail à la maison, etc.

i) Préscolaire ƒ Utilisation de thèmes variés ƒ Décoration des classes et de l’école ƒ Utilisation de matériel attrayant. ƒ Utilisation de feuilles de route avec objectifs et récompenses ƒ Jeux spéciaux ƒ Utilisation de collants sur fiches individualisées ƒ Utilisation d’expression non verbale (clinc d’œil, câlin...) ƒ Affichage des productions des élèves dans l’école. ii) Premier cycle ƒ Utilisation de système d’émulation en classe ƒ Mise en place d’une règle du mois avec récompense en fin de mois. ƒ Mise en place d’activités privilèges.

Activités récompenses. ƒ Remise de diplôme.

iii) Deuxième cycle ƒ Activités récompenses. ƒ Utilisation de la musique en classe (guitare). ƒ Mise en place d’activités spéciales reliées aux Fêtes. ƒ Mise en place de projets et de thèmes concrets sous forme de jeux. ƒ Mise en place d’ateliers en classe. ƒ Utilisation de l’informatique. ƒ Promotion des arts. iv) Troisième cycle ƒ Partir des intérêts des élèves afin de donner un sens aux apprentissages. ƒ Implication au niveau de l’auto-évaluation.

Retour sur les travaux des élèves avec leurs forces et leurs difficultés. ƒ Mise en place des règles de vie, implication des élèves dans les décisions de classe, participation au conseil de coopération. ƒ Mise en place de sorties éducatives stimulantes pour les élèves.

18 v) Classes spéciales ƒ Utilisation de renforçateurs alimentaires. ƒ Utilisation d’un tableau des activités récompenses. ƒ Utilisation de l’argent scolaire. ƒ Mise en place d’activités récompenses. Pour les élèves de 9 ans et plus, équipe de hockey cosom et de football. Gestion de classe A) Préscolaire ƒ Utilisation de système d’émulation.

Maintien d’un climat calme. ƒ Faire bouger les enfants après une longue période assise. B) Premier cycle ƒ Utilisation d’un code de vie commun. ƒ Utilisation d’un système d’émulation propre à chaque classe. ƒ Communication constante avec les parents et la direction.

C) Deuxième cycle ƒ Utilisation d’un code de couleur commun. ƒ Remise de « billets » de bon comportement. ƒ Utilisation de l’humour. ƒ Présence auprès des élèves. D) Troisième cycle ƒ Utilisation de système d’émulation. ƒ Mise en place de responsabilités pour impliquer les élèves. ƒ Utilisation d’un menu du jour en classe.

19 ƒ Mise en place d’un plan de travail. ƒ Utilisation du conseil de coopération. ƒ Établir des règles de classe en début d’année avec conséquences positives et négatives. ƒ Utilisation de l’activité physique. ƒ Donner des défis. E) Classes spéciales ƒ Établir des règles de classe en début d’année avec conséquences positives et négatives.

Travail en équipe-cycle Dans certaines classes, utilisation du « smart bord » Pratiques pédagogiques La majorité du personnel enseignant ƒ Assure de développer, chez les élèves, une conception juste de la lecture et de l’écriture. ƒ S’assure que leurs élèves développent l’aisance à décoder. ƒ S’assure que leurs élèves se questionnent sur le sens des mots inconnus dans leur lecture. ƒ Permet aux élèves de faire quotidiennement de la lecture indépendante et met un éventail de livres à leur disposition.

Démontre de l’enthousiasme lors de l’enseignement des mathématiques. ƒ Tient compte de l’affectivité des enfants lors des activités mathématiques. ƒ Est capable d’identifier les forces et les faiblesses du matériel didactique utilisé en classe et s’assure de modéliser l’utilisation du matériel de manipulation et du lexique mathématique. Éveil à la lecture et à l’écriture Au Préscolaire ƒ Les titulaires ont répondu toujours ou souvent à 95% dans la grille lecture. ƒ Les titulaires ont répondu toujours ou souvent à 80% dans la grille écriture. ƒ Les titulaires ont répondu toujours ou souvent à 60% dans la grille mathématique.

Implantation de la conscience phonologique depuis 2005

20 Lecture Au Premier cycle ƒ Aucun titulaire ne planifie des cercles de lecture et utilise le carnet de bord du cercle de lecture. ƒ La reconnaissance des mots est travaillée par tous les titulaires. ƒ 50% des titulaires du 1er et 2e cycle s’assurent que les élèves se construisent une banque de mots. Écriture L’ensemble des titulaires pour la grille en écriture ƒ Un peu moins de 75% des titulaires s’assurent de faire des liens entre la lecture des textes littéraires et informatifs et l’écriture de ces mêmes textes. ƒ 60% des titulaires utilisent les formules de l’écriture modelée, partagée et indépendante.

26% des titulaires utilisent l’écriture guidée.

Plus de 50% des titulaires prévoient des moments pour que les élèves présentent leur texte achevé ou inachevé. ƒ 55% des titulaires travaillent des techniques de planification d’écriture variée ainsi que l’utilisation de diverses techniques pour permettre aux élèves de réviser et corriger leurs textes. ƒ Moins de 50% des titulaires prévoient un enseignement explicite des stratégies d’écriture, les savoirs essentiels etc.

26% des titulaires permettent aux élèves de se questionner sur leur processus d’écriture. ƒ 48% des titulaires consultent des ouvrages didactiques et participent à des formations.

Mathématiques L’ensemble des titulaires pour la grille en mathématique ƒ 60% des titulaires ont une bonne connaissance du Programme de formation. ƒ 50% des titulaires distinguent les composantes de chacune des compétences. ƒ Plus de 75% des titulaires planifient l’enseignement des mathématiques. ƒ 78% des titulaires reconnaissent l’importance des processus personnels de l’élève.

21 ƒ Moins de 75% des titulaires planifient l’évaluation. ƒ À peine 52% des titulaires planifient avec une vision constructivisme. ƒ 40% des titulaires se concertent dans le même cycle ou inter-cycle. ƒ 70% des titulaires permettent aux élèves des périodes d’échange ou de travaux collaboratifs. ƒ 57% des titulaires permettent aux élèves d’échanger sur leurs processus personnels. ƒ 57% des titulaires mettent du matériel de manipulation à la disposition des élèves. ƒ 20% des titulaires modélisent l’utilisation de la calculatrice.

26% des titulaires disposent de ressources matérielles dans leur classe.

13% des titulaires observent l’implication de l’orthopédagogue en mathématique. ƒ 10% des titulaires notent qu’il ou qu’elle est outillé(e) pour dépister, évaluer et intervenir en math Devoirs et leçons (Fonction des devoirs et leçons) Premier cycle ƒ Utilisation des devoirs et leçons afin de consolider les apprentissages. ƒ Assurer un suivi à la maison.

Permettre un rapprochement parents-enfants. ƒ Soutenir leurs enfants dans leurs difficultés ƒ Offrir le soutien de la Maison Parent-Aise aux parents dans le besoin pour les devoirs et leçons. Deuxième cycle ƒ Responsabiliser les élèves à leurs apprentissages. ƒ Apprendre à l’élève à s’organiser. ƒ Offrir le soutien de la Maison Parent-Aise aux parents dans le besoin pour les devoirs et leçons. Troisième cycle ƒ Sensibiliser l’élève à l’utilité des leçons afin de pratiquer la conjugaison et les tables. ƒ Donner un aperçu aux parents de ce qui est fait en classe.

Utilisation de l’agenda.

Demande de signatures obligatoires de la part des parents afin d’assurer une certaine supervision. ƒ Information donnée aux parents lors de la rencontre de parents en début d’année. ƒ Utilisation des preuves d’étude.

22 ƒ Mise en place de devoirs réalisables. Soutien aux élèves à risque Quels modalités (dépistage, suivi, interventions) sont mises en place afin de soutenir les élèves à risque (dont les résultats se situent entre 55% et 65%), (voir avec titulaires) A) Préscolaire ƒ Utilisation de grilles d’observation au besoin. ƒ Dépistage en orthophonie. B) Premier cycle ƒ Service d’orthopédagogie ƒ Mise en place d’un blitz de lecture ƒ Période de récupération avec l’enseignante. ƒ Communication soutenue avec les parents.

Mise en place de plan d’intervention. ƒ Service de francisation pour certains élèves.

Service de l’orthophoniste. C) Deuxième cycle ƒ Service d’orthopédagogie ƒ Période de récupération avec l’enseignante. ƒ Communication soutenue avec les parents. ƒ Mise en place de plan d’intervention. ƒ Service de francisation pour certains élèves. ƒ Interventions fréquentes. ƒ Adaptation des travaux. ƒ Encouragements fréquents. D) Troisième cycle ƒ Service d’orthopédagogie ƒ Période de récupération avec l’enseignante.

23 ƒ Communication soutenue avec les parents. ƒ Mise en place de plan d’intervention. ƒ Interventions fréquentes. ƒ Adaptation des travaux. ƒ Encouragements fréquents. ƒ Utilisation de jumelage entre élèves forts et élèves faibles pour favoriser l’entraide. E) Classes spéciales ƒ Mise en place de plan d’intervention. ƒ Soutien indirect de la psychologue. Climat de classe A) Préscolaire ƒ Encadrement bien structuré. ƒ Utilisation du renforcement positif. ƒ Donner de petites responsabilités. ƒ Lancer des défis.

Utilisation du côté maternel chez les enseignantes (caresses, voix douce, complicité...) B) Premier cycle ƒ Utilisation d’un bon encadrement.

Utilisation de l’humour. ƒ Chanson. ƒ Mise en place d’un lien affectif. ƒ Temps d’arrêt pour causeries. ƒ Implication de l’éducatrice. ƒ Être à l’écoute des besoins individuels. C) Deuxième cycle ƒ Utilisation de l’humour. ƒ Relations chaleureuses.

24 ƒ Mise en place d’une bonne discipline. ƒ Beaucoup de temps est donné à l’écoute des élèves. ƒ Mise en place de la causerie à chaque lundi. D) Troisième cycle ƒ Bonne relation enseignants – élèves. ƒ Utilisation de l’humour. ƒ Relations chaleureuses. ƒ Utilisation d’une main de fer dans un gant de velours. E) Classes spéciales ƒ Priorisation du respect envers les enseignants, les autres élèves et le matériel. ƒ Utilisation de l’écoute active.

  • ƒ Utilisation de l’humour. 4. L’école
  • Pratiques éducatives
  • Niveau de mobilisation du personnel autour des enjeux de réussite
  • Les comités de travail
  • Les croyances au regard du redoublement
  • Programme de littératie aux élèves et aux parents
  • Conscience phonologique
  • Lecture accompagnée Pratiques éducatives Le développement pédagogique est assuré, d’une part par les perfectionnements inscrits dans le plan SIAA et, d’autre part par les concertations par cycle et par les documents mis en place lors des rencontres du comité Normes et Modalités d’Évaluation. À ce titre, des exemples de réalisations et de thématiques abordées en concertation au cours de l’année 2008-2009 : A) En 1re année du 1er cycle : En lecture : ƒ Mise commun des stratégies pour la lecture équilibrée. ƒ Mise à jour des paniers de lecture.

Mise en place de grilles communes au niveau de la lecture équilibrée. ƒ Travail sur la reconnaissance des différents types de lecteurs. En mathématique :

  • Pratiques de gestion
  • Approche équilibrée en lecture lecture quotidienne cercle de lecture activités proposées en lecture etc.
  • Utilisation des services complémentaires : modalités d’aide apportées aux élèves en difficulté modalités d’actualisation des PI
  • Opposition à l’intégration
  • Activités à la bibliothèque
  • Achats de livres jeunesse
  • Culture de redoublement
  • Utilisation des « sorties de classe » ƒ Travail sur les six situations d’application. ƒ Travail sur la situation problème en lien avec la compétence 1. ƒ Travail sur les grilles d’évaluation des situations problèmes. ƒ Mise en place d’une grille annuelle pour la planification des situations problèmes. Autres sujets abordés : ƒ Fabrication de matériel pour les ateliers en classe. ƒ Mise en commun pour éthique et culture religieuse. ƒ Mise en commun des examens de fin d’année (maths – français) B) En 2e année du 1er cycle : En lecture : ƒ Mise commun des stratégies pour la lecture équilibrée. ƒ Mise à jour des paniers de lecture.

Mise en place de grilles communes au niveau de la lecture équilibrée. ƒ Travail sur la reconnaissance des différents types de lecteurs. En mathématiques : ƒ Travail sur les six situations d’application. ƒ Travail sur la situation problème en lien avec la compétence 1. ƒ Travail sur les grilles d’évaluation des situations problèmes. ƒ Mise en place d’une grille annuelle pour la planification des situations problèmes. ƒ Assistance de la conseillère pédagogique à la correction des bilans en mathématique. Autres sujets abordés : ƒ Fabrication de matériel pour les ateliers en classe. ƒ Mise en commun pour éthique et culture religieuse.

Mise en commun des examens de fin d’année (maths – français) ƒ Évaluation travaillée pour les arts plastique. ƒ Mise en commun des évaluations dans toutes les matières.

Vous pouvez aussi lire
Partie suivante ... Annuler