50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel

 
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
50au sujet de nos centrales
                                                questions
                                                & réponses
  nucléaires

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES   1
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
En qualité d’exploitant de deux centrales nucléaires belges,
                                         ENGIE Electrabel reçoit régulièrement des questions relatives
                                         à la sûreté. Nous n’y voyons aucun inconvénient, car la sécurité
                                         sûreté est également notre principale priorité ! Contrairement
                                         à ce qu’affirment parfois certaines sources, nos centrales
                                         nucléaires sont sûres et répondent à toutes les normes en
                                         vigueur. Des instances nationales et internationales le contrôlent
                                         et le confirment en permanence. Malheureusement, certains
                                         faits sont tirés de leur contexte et entraînent des perceptions
                                         incorrectes parmi la population. Nous le déplorons... Chaque
                                         jour, ce sont pas moins de 4 000 collaborateurs internes et
                                         externes qui œuvrent à la sûreté des centrales nucléaires de
                                         Doel et de Tihange et à la sécurité de l’approvisionnement,
                                         une mission qu’ils assument avec fierté et dévouement. Voilà
                                         précisément pourquoi nous tenons tant à vous informer aussi
                                         précisément que possible ainsi qu’à éviter d’emblée tout
                                         malentendu éventuel. Vous trouverez ci-dessous une réponse
                                         à cinquante questions fréquemment posées au sujet de nos
                                         centrales nucléaires. Car un homme ou une femme informé(e)
                                         en vaut deux.

                                         Vous désirez
                                         davantage d’informations ?
                                         •   http://corporate.engie-electrabel.be/fr/producteur-local/nucleaire/.

                                         •   www.forumnucleaire.be

                                         •   www.afcn.fgov.be

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                       2
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
Table des matières

À PROPOS DU RAYONNEMENT RADIOACTIF .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 5
   1.     Qu’est-ce que le « rayonnement » ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
   2.     Comment la radioactivité apparaît-elle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
   3.     Le rayonnement radioactif est-il dangereux ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
   4.     Comment mesure-t-on le rayonnement radioactif ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
   5.     Comment protégeons-nous nos collaborateurs ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
   6.     Quelle est la différence entre « contamination » et « irradiation ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

PROPOS DES APPLICATIONS DE LA RADIOACTIVITÉ .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 8
   7.     Comment l’uranium devient-il une source d’énergie ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
   8.     Quelle est la quantité d’uranium disponible sur terre ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
   9.     Quelles sont les applications de la radioactivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE LA CENTRALE NUCLÉAIRE .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 11
   10.    Quel est le type de réacteurs utilisé dans les centrales nucléaires en Belgique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
   11.    Comment l’environnement est-il protégé ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

À PROPOS DES CUVES DE RÉACTEUR DE DOEL 3 ET DE TIHANGE 2 .  .  .  .  .  .  .  .  . 13
   12.    Comment l’histoire a-t-elle commencé ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
   13.    Qu’entend-on par inclusions d’hydrogène ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
   14.    Quelles sont les conclusions ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

PROPOS DE LA COMPÉTENCE DE NOS COLLABORATEURS.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 15
   15.    Comment ENGIE Electrabel évite-t-elle les erreurs humaines ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
   16     Comment les connaissances des collaborateurs restent-elles à niveau ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

À PROPOS DE LA PROTECTION CONTRE LE TERRORISME.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 17
   17.    Qui a accès aux centrales nucléaires ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
   18.    Qui contrôle les accès ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
   19.    Que se passe-t-il en cas d’intrusion ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
   20.    Seules les personnes sont-elles contrôlées ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
   21.    Des visites d’entreprise sont-elles toujours possibles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
   22.    Qu’en est-il des piratages informatiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                                                                                    3
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
À PROPOS DES INSTANCES QUI NOUS CONTRÔLENT.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 20
    23.      Qui contrôle ENGIE Electrabel en qualité d’exploitant ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
    24.      Quel est le rôle du gouvernement fédéral belge ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
    25.      Quel est le rôle de l’AIEA ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
    26.      Qu’est-ce que la WANO ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

À PROPOS DE LA PROLONGATION DE LA DURÉE DE VIE
DE TIHANGE 1 ET DE DOEL 1 ET 2. .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 22
    27.      Tihange 1 et Doel 1 et 2 sont-elles nécessaires pour la sécurité de l’approvisionnement
             dans notre pays ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
    28.      Pourquoi a-t-il fallu amender la loi pour que Doel 1 et 2 puissent rester en activité plus longtemps ? . . . 24
    29.      Tihange 1 et Doel 1 et 2 sont-elles prêtes à continuer à fonctionner jusqu’en 2025 ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
    30.      Qu’en est-il de la demande des pays voisins d’avoir voix au chapitre concernant la prolongation
             de la durée de vie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
    31.      La prolongation de la durée de vie est-elle si exceptionnelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  25

À PROPOS DES DÉCHETS RADIOACTIFS .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 26
    32.      Que sont les déchets radioactifs ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
    33.      Qui conserve les déchets radioactifs ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
    34.      Pourquoi ne peut-on pas limiter la quantité de déchets hautement radioactifs ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
    35.      Comment limitons-nous la quantité de déchets moyennement et faiblement radioactifs ? . . . . . . . . . . . . . 27
    36.      Quelle est la quantité de déchets radioactifs produite ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
    37.      Comment les déchets radioactifs sont-ils conservés ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
    38.      Que se passera-t-il le jour où les centrales nucléaires seront démolies ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

À PROPOS DE LA SÉCURITÉ .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 29
    39.      Pourquoi entend-on autant parler des centrales mises à l’arrêt ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
    40.      Comment la sécurité des centrales nucléaires est-elle assurée ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
    41.      Que sont les notifications INES ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
    42.      Des mesures supplémentaires ont-elles été prises à la suite des événements de Fukushima ?. . . . . . . . . . 31
    43.      Qu’est-ce qu’un plan d’urgence ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
    44.      Des exercices sont-ils réalisés avec le plan d’urgence ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
    45.      Quelles sont les responsabilités de chacun en cas d’incident ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
    46.      Comment les responsabilités sont-elles réglées en cas d’accident ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

À PROPOS DE L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE COMME SOURCE D’ÉNERGIE
CLIMATOLOGIQUEMENT NEUTRE .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 33
    47.      Pourquoi l’énergie nucléaire est-elle climatologiquement neutre ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
    48.      De quoi le parc de production d’ENGIE Electrabel se compose-t-il ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
    49.      Comment ENGIE Electrabel compte-t-elle rester la plus grande productrice d’électricité verte ?. . . . . . . . . 34
    50       L’énergie renouvelable et l’énergie nucléaire sont-elles concurrentes ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                                                                                          4
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
À propos du
             rayonnement radioactif
  1.         Qu’est-ce que le « rayonnement » ?
             La lumière visible et invisible, les ondes radio, la chaleur, les champs
             magnétiques, etc. sont tous des formes de « rayonnement ».
             Le rayonnement est donc présent partout. Par radiation
             ionisante ou radioactive, nous entendons des rayons x,
             des rayons alpha, des rayons bêta, des rayons gamma et
             des neutrons. Ces radiations peuvent avoir des propriétés
             très variées. Certaines sont contrées par un faible souffle
             d’air, d’autres traversent des murs épais. Ces propriétés
             varient en fonction du type et de la longueur d’onde de la
             « particule » envoyée par un atome radioactif instable.

  2.         Comment la radioactivité
             apparaît-elle ?
             Les atomes sont les plus petites parties d’un élément chimique qui ne sont plus divisibles chimiquement.
             Il s’agit la plupart du temps d’atomes stables. La stabilité requiert un équilibre entre les différents types
             de particules (protons et neutrons) dans le cœur. Dans le cas de certains atomes, cet équilibre est perturbé.
             Nous qualifions de tels atomes instables de radioactifs. Ils envoient des radiations (ionisantes) jusqu’à
             ce qu’ils aient éliminé l’énergie excédentaire et soient redevenus stables. Ce processus est qualifié en
             français de décroissance radioactive.

             Des atomes instables sont omniprésents dans la nature : dans l’air et dans le sol, mais aussi dans les
             matériaux de construction ou même dans les produits d’alimentation. La radioactivité naturelle est
             davantage présente dans certaines régions que dans d’autres. Par exemple, l’Ardenne contient beaucoup
             plus de radon radioactif que la Côte. Il y a également un rayonnement naturel ambiant dans les régions
             où sont installées les centrales nucléaires de Doel et de Tihange sur lequel nos activités n’ont aucun effet.

  3.         Le rayonnement radioactif est-il
             dangereux ?
             Un rayonnement radioactif est un rayonnement dégageant une importante énergie qui connaît de

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                           5
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
nombreuses applications utiles. Mais il peut également endommager des matériaux et notre corps. La
             dangerosité du rayonnement radioactif dépend du type et de la quantité de rayonnement émis par la
             source radioactive. La distance par rapport à la source de rayonnement et la durée d’exposition à ce
             dernier déterminent également sa nocivité. Il en va de même pour les rayons du soleil.

  4.         Comment mesure-t-on le rayonnement
             radioactif ?
             Le rayonnement radioactif est imperceptible pour l’homme. Pour le détecter, il convient d’utiliser un
             détecteur de rayonnement appelé compteur Geiger.

             La radioactivité présente dans l’environnement est contrôlée par le biais du réseau Telerad du
             gouvernement fédéral. Des capteurs sont répartis sur l’ensemble du territoire belge à cet effet. Les
             résultats des mesures sont disponibles sur le site www.telerad.fgov.be. En parallèle à ce réseau,
             l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) analyse en permanence la radioactivité présente dans
             l’environnement autour des centrales nucléaires. En outre, ENGIE Electrabel confie chaque année des
             contrôles externes au Centre d’étude de l’Énergie nucléaire (SCK•CEN) de Mol. Ce contrôle confirme
             annuellement que les centrales nucléaires de Doel et de Tihange n’ont pas d’impact mesurable significatif
             sur l’environnement et la population.

  5.         Comment protégeons-nous nos
             collaborateurs ?
             Étant donné que les radiations peuvent entraîner un risque pour la santé, la réglementation légale en
             la matière est extrêmement stricte. L’évolution de la dose de radiation absorbée est suivie de près. Une
             attention particulière est accordée aux sous-traitants qui ont déjà effectué des travaux pour d’autres
             centrales nucléaires auparavant.

             Le Sievert (symbole Sv) est l’unité pour la dose de radiation ionisante à laquelle une personne est
             exposée sur une période déterminée. Un citoyen peut absorber une dose maximale de 1 milliSievert
             (mSv) par an. La norme légale s’élève à 20 mSv par an pour les personnes exposées à la radiation dans
             un cadre professionnel. Pour tous les collaborateurs internes et externes, ENGIE Electrabel applique
             dans ses centrales nucléaires la moitié de cette dose légale comme dose maximale, en d’autres termes,
             10 mSv par an au maximum.

  6.         Quelle est la différence entre
             « contamination » et « irradiation » ?
             Le corps peut être exposé de différentes manières à un rayonnement radioactif. Lorsqu’une source de
             rayonnement se trouve en dehors du corps, nous parlons d’irradiation externe.

             Lorsque des particules radioactives se trouvent sur la peau ou les vêtements, on parle alors de « contamination
             externe ». On peut éviter simplement ce type de contamination en portant une plaque de protection. Les

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                             6
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
particules radioactives s’éliminent relativement facilement en se lavant. À défaut, ces particules continuent
             à émettre un rayonnement local susceptible de provoquer des dégâts. Une contamination interne intervient
             lorsque les particules radioactives sont respirées, avalées ou arrivent dans le sang par le biais d’une plaie. Il
             est possible d’éviter une contamination radioactive interne en portant un masque et en se lavant les mains
             avant de manger.

               Exposition moyenne aux radiations
               en millisieverts (mSv)

                                                                         habiter pendant un an à proximité d’une
                                            0,00001
                                                                                         centrale nucléaire belge

                                                                                 un vol de dix heures de Bruxelles
                                            0,05
                                                                                                    aux États-Unis

                                                                           limite légale annuelle d’exposition aux
                                                1
                                                                           radiations pour la population générale

                                                1                               une radiographie de votre poitrine

                                                                                    exposition moyenne annuelle à
                                                      2,4
                                                                                 l’irradiation naturelle sur la terre

                                                                                   exposition moyenne annuelle à
                                                                    6
                                                                                     l’irradiation naturelle en Inde

                                                                                          un an de travail comme
                                                                            8
                                                                                    moniteur de ski dans les Alpes

                                                                                         une scanographie CT pour
                                                                                    10
                                                                                            un examen abdominal

                                                                                       dose limite annuelle fixée
                                                                                    10 par ENGIE Electrabel pour
                                                                                                   son personnel

                                                                  dose limite annuelle des personnels nucléaires
                                                                                                                   20
                                                                                      d’après la législation Belge

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                               7
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
À propos des
             applications
             de la
             radioactivité

  7.         Comment l’uranium devient-il une source
             d’énergie ?
             Toute matière se compose d’atomes, lesquels sont constitués d’un noyau composé de protons et de
             neutrons autour duquel tournent des électrons chargés négativement. Les noyaux d’atomes lourds
             comme ceux de l’uranium sont bombardés de neutrons dans un réacteur nucléaire ce qui entraîne une
             fission et une libération de la chaleur. Dans un réacteur nucléaire, cette opération s’effectue de manière
             contrôlée si bien qu’après chaque fission, un seul nouveau neutron entraîne une nouvelle fission. Dès
             lors, le surplus de neutrons libérés dans le réacteur doit être éliminé. L’ajout d’acide borique à l’eau
             qui passe dans la cuve du réacteur et l’abaissement de la grappe dans la cuve du réacteur permettent
             l’absorption des neutrons et la régulation de la réaction. Lorsque toutes les barres de contrôle tombent
             simultanément dans le réacteur, la réaction s’arrête dans la 1,3 seconde. La fission complète d’1 kilo
             d’uranium-235 fournit la même quantité d’énergie thermique que la combustion de 3 millions de
             kilogrammes de charbon.

  8.         Quelle est la quantité d’uranium
             disponible sur terre ?
             Les réserves d’uranium dans les océans sont immenses. Mais les méthodes d’extraction actuelles
             des océans ne sont pas encore réalisables d’un point de vue économique. Dès lors, l’uranium n’est
             actuellement extrait que des minerais à haute concentration. Si l’on tient compte des réserves connues
             de minerais à haute concentration dans les mines et de la production d’électricité actuelle dans les
             centrales nucléaires, les réserves devraient être épuisées dans une centaine d’années. C’est aussi l’une

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                        8
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
des raisons pour lesquelles il convient de chercher des alternatives aux centrales nucléaires actuelles
             à plus long terme. À court terme, elles peuvent sans nul doute encore joue un rôle important dans un
             approvisionnement en énergie sûr et fiable pour la Belgique, mais ENGIE Electrabel croit toujours à un
             avenir dans lequel l’énergie renouvelable joue un rôle plus important à long terme !

  9.         Quelles sont les applications de la
             radioactivité ?
             Nous connaissons tous la capacité de l’énergie nucléaire à créer de l’électricité, mais la radioactivité
             intervient à bien d’autres niveaux de notre quotidien. Quelques exemples...

             •      Le silicium est présent librement dans le sol. Il est « dopé » dans un réacteur de recherche
                    nucléaire pour ensuite être utilisé dans des éoliennes, des panneaux solaires ou des véhicules
                    hybrides par exemple.

             •      En Belgique, des dizaines de milliers de tonnes de denrées alimentaires sont traitées chaque
                    année par la radioactivité dans l’industrie alimentaire afin d’éliminer des germes de maladie.

             •      La technologie nucléaire peut contribuer à réduire l’utilisation des pesticides. Afin de lutter contre
                    les insectes nuisibles, les mâles sont stérilisés aux rayons gamma puis relâchés dans la nature. Au
                    fil du temps, la population d’insectes diminue jusqu’à ne plus représenter de danger.

             •      Chaque année, des dizaines de milliers de patients doivent leur diagnostic et leur traitement à la
                    médecine nucléaire. Grâce aux techniques d’imagerie médicale actuelle, il est possible aujourd’hui
                    de détecter des anomalies que d’autres examens n’auraient pas pu mettre en lumière.

             •      La médecine nucléaire est également utilisée à des fins thérapeutiques, notamment dans la lutte
                    contre de nombreux cancers.

             •      La technologie nucléaire permet aussi, notamment, de mieux répertorier les réserves d’eau en
                    sous-sol.

             •      Elle est également appliquée dans la plupart des grandes branches industrielles pour la détection
                    d’incendie ou d’explosifs, comme c’est le cas notamment avec les rayons X dans les aéroports.

             •      Grâce à la technologie nucléaire, les sondes spatiales disposent d’un entraînement puissant
                    lorsqu’elles sont très éloignées d’une étoile qui fournit de la lumière pour les panneaux solaires.

             •      L’approvisionnement en énergie provient des batteries qui fonctionnent sur la base de petites
                    sources radioactives. Celles-ci sont particulièrement compactes et peuvent fonctionner plusieurs
                    années sans entretien.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                           9
50 questions & réponses - au sujet de nos centrales nucléaires - ENGIE Electrabel
26

                                                                              17
              4                     9                                                               24
         3
                   5
     1                                                      16

                                          10         11
         2
                                                               14
                                                                         15
         7                                     12
                                                                                                    22
              6                     8
                                                                    21

                                                          20
                                                13

                                                                                                           23
                                                                                                                       25

                                                                                        19
                                                                                                    18

             		Index
              1.   Réacteur                                               14.      Alternateur
              2.   Barres de combustible                                  15.      Inducteur de l’alternateur
              3.   Barres de commande                                     16.      Transformateur
              4.   Cuve de régulation de pression                         17.      Ligne à haute tension
              5.   Générateur de vapeur                                   18.      Cours d’eau (Escaut)
              6.   Pompe primaire                                         19.      Prise d’eau de refroidissement
              7.   Eau d’alimentation du circuit primaire                 20.      Eau de refroidissement froide
              8.   Eau d’alimentation du circuit secondaire               21.      Eau de refroidissement réchauffée
              9.   Vapeur du circuit secondaire                           22.      Tour de refroidissement
             10.   Turbine haute pression                                 23.      Flux d’air ascendant
             11.   Turbine basse pression                                 24.      Vapeur d’eau
             12.   Condenseur                                             25.      Rejet de l’eau de refroidissement
             13.   Pompe d’alimentation                                   26.      Consommateurs

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                          10
À propos de
             la construction de
             la centrale nucléaire

10. Quel est le type de réacteurs
    utilisé dans les centrales
    nucléaires en Belgique ?
             Les quatre réacteurs de Doel et les trois réacteurs de Tihange sont de type « Pressurized Water Reactor »
             (PWR) ou réacteurs à eau pressurisée qui font partie des modèles les plus sûrs au monde.

             La conception des centrales nucléaires repose principalement sur des règles et des pratiques venant
             des États-Unis, mais adaptées au contexte belge. Pour chaque centrale nucléaire belge, les prescriptions
             relatives à la construction et à l’exploitation sont définies dans un rapport de sécurité, dans le permis
             d’exploitation et dans le permis d’environnement.

             Dans le cas des réacteurs de type PWR, l’eau pressurisée élimine des réacteurs la chaleur née de la
             réaction de fission nucléaire. Ceci se produit dans le circuit primaire. L’eau ainsi réchauffée sous haute
             pression est ensuite amenée vers des générateurs de vapeur, où elle est pompée à travers des milliers
             de petits tubes.

             De l’autre côté de ces tubes, l’eau du circuit secondaire se vaporise. Le circuit primaire est totalement
             distinct du secondaire. Cela évite que des particules radioactives éventuellement présentes puissent
             entrer dans le circuit secondaire. La vapeur du circuit secondaire fait tourner une turbine et l’alternateur
             couplé à celle-ci. L’alternateur assure la production d’électricité. La vapeur quitte la turbine en direction
             du condenseur pour y être refroidie par l’eau du circuit tertiaire. La vapeur se refroidit, se condense
             en eau et retourne vers les générateurs de vapeur. Le condenseur utilise de l’eau de refroidissement
             provenant de l’Escaut à Doel et de la Meuse à Tihange. Le refroidissement de l’eau en provenance
             du circuit secondaire a pour effet que cette eau de la rivière se réchauffe légèrement. C’est la raison
             pour laquelle elle est d’abord refroidie dans la tour de refroidissement avant d’être ramenée vers le
             condenseur ou de retourner dans la rivière à une température qui ne dépasse pas les valeurs maximales
             telles qu’elles sont définies dans la législation relative à l’environnement. Par rapport à une centrale
             électrique classique qui utilise des combustibles fossiles, c’est essentiellement le mode de production
             de chaleur afin de produire de la vapeur qui diffère dans une centrale nucléaire.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                          11
11. Comment l’environnement est-il protégé ?
             Trois barrières successives isolent les produits de fission hautement radioactifs de l’environnement. Ces
             trois barrières successives sont les suivantes :

                1. Une enceinte métallique hermétique entoure et protège les pastilles de combustible qui
                    contiennent l’oxyde d’uranium.

                2. La cuve du réacteur a une paroi en acier de 20 cm d’épaisseur.

                3. Le bâtiment du réacteur est un double bunker doté d’une enceinte en béton armé. L’enceinte
                    intérieure empêche la libération de la radioactivité à l’extérieur du bâtiment du réacteur. Elle est
                    conçue pour résister à une forte pression intérieure. La deuxième protège les installations d’un
                    impact externe.

  Trois barrières successives
  L’uranium et les produits de fission hautement radioactifs sont totalement isolés de l’environnement par trois
  barrières successives, agissant comme autant de boucliers. Ce dispositif assure que la radioactivité ne peut pas
  s’échapper du bâtiment du réacteur.

       Une enveloppe                           La cuve du                    Le bâtiment du réacteur est formé
       métallique hermétique                   réacteur                      d’une double casemate en béton armé.
       (tube en zircaloy)                      possède une                   L’enveloppe intérieure, qui empêche
       enferme et protège les                  paroi en métal                le dégagement de radioactivité à
       pastilles de combustible                d’une épaisseur               l’extérieur du bâtiment du réacteur, est
       (oxyde d’uranium).                      de 20 cm.                     conçue pour résister à de très grandes
                                                                             pressions internes. La deuxième
                                                                             enveloppe protège l’installation des
                                                                             incidents et accidents extérieurs.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                           12
À propos des cuves
             de réacteur de Doel 3
             et de Tihange 2

12. Comment l’histoire a-t-elle commencé ?
             Lors d’un entretien approfondi de Doel 3 en 2012, une inspection périodique de certaines parties de la
             cuve du réacteur a été exécutée. Dans ce cadre, un nouveau type d’appareil de mesures à ultrasons a
             été utilisé. Celui-ci offre de meilleurs résultats d’inspection plus détaillés. Ces inspections ont révélé la
             présence de certaines impuretés dans la cuve du réacteur de Doel 3 puis de Tihange 2. L’enquête plus
             approfondie a révélé qu’il s’agissait d’inclusions d’hydrogène, un phénomène connu dans la métallurgie.
             Ces inclusions ont été indûment appelées « fissures » dans les médias.

13. Qu’entend-on par inclusions d’hydrogène ?
             Les inclusions d’hydrogène apparaissent lorsque certains gaz sont enfermés dans l’acier lors du coulage et
             du forgeage de ce dernier. Lorsque le processus de forgeage est correct, la plupart de ces gaz sont évacués.
             Lors du forgeage de la cuve du réacteur de Doel 3 et de Tihange 2 il y a quarante ans, tout l’hydrogène
             n’a pas été éliminé de l’acier et ce gaz y est donc resté sous la forme d’inclusions microscopiques. Elles
             sont à considérer comme de petites vésicules plates qui se trouvent à l’intérieur de la paroi en acier de
             20 cm d’épaisseur. Elles mesurent en moyenne 12 à 16 mm de long, leur épaisseur est comparable à celle
             d’une feuille de cigarette. Elles n’évoluent pas dans le temps et sont parallèles à la paroi intérieure de la
             cuve. De ce fait, elles sont donc soumises de manière limitée aux tensions mécaniques présentes dans la
             cuve du réacteur. Les inclusions d’hydrogène n’influencent en aucun cas le matériau de ce dernier.

14. Quelles sont les conclusions ?
             La constatation de ces inclusions d’hydrogène a donné lieu à une enquête sans précédent. Après des
             dizaines de milliers d’heures d’enquête, une équipe d’experts d’ENGIE Electrabel, de Laborelec et de

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                          13
Tractebel Engineering ont conclu, en collaboration avec différentes organisations renommées externes
             nationales et internationales, que Doel 3 et Tihange 2 pouvaient être relancées en toute sécurité.
             L’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) a notamment conclu que la méthode d’inspection à
             ultrasons appliquée était particulièrement fiable, que les inclusions étaient apparues lors du forgeage
             de la cuve du réacteur, qu’elles n’évoluaient pas avec le temps et que la solidité de la cuve du réacteur
             restait garantie dans toutes les circonstances, aussi bien lorsque la centrale fonctionne que lors d’un
             incident et ceci avec des marges de sécurité suffisantes.

             Pour de plus amples informations : http://corporate.engie-electrabel.be/fr/producteur-local/nucleaire/projets/

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                           14
À propos de
            la compétence
            de nos collaborateurs

15. Comment ENGIE Electrabel évite-t-elle
    les erreurs humaines ?
             La sûreté est la priorité absolue et est ancrée à tous les niveaux : la conception de la centrale, les
             procédures et les méthodes, ainsi que le comportement humain. Nous travaillons en permanence à
             l’optimisation de ces trois facteurs. Dans notre jargon, nous parlons de stratégie de « defence in depth »
             ou de « protection en profondeur ».

             Nous utilisons des techniques comportementales appelées « human performance tools » afin d’éviter
             des erreurs humaines. Grâce à l’application de ces outils, les pièges que constituent le stress, le manque
             d’expérience, etc. n’ont pas ou peu d’influence lors de l’exécution d’une mission.

16. Comment les connaissances des
    collaborateurs restent-elles à niveau ?
             Nous aspirons en permanence au développement et au renforcement des compétences de tous nos
             collaborateurs. Ainsi, en 2016, le nombre d’heures de formation a atteint environ 7 % du nombre total
             d’heures prestées.

             Les cours et formations techniques relatifs à la sûreté nucléaire, à la sûreté classique et à l’environnement
             représentant plus de 95 % du total des formations suivies.

             Les centrales nucléaires de Doel et Tihange emploient également de très nombreuses entreprises externes.
             Les collaborateurs de ces entreprises sont tenus de suivre une formation pour répondre aux mêmes critères
             de connaissances fondamentales que le personnel d’ENGIE Electrabel.

             Les opérateurs de la salle de contrôle doivent être titulaires d’une licence spéciale renouvelée tous les
             deux ans. Celle-ci n’est délivrée qu’au terme d’un cycle de formation spécifique et intensif, d’une formation
             approfondie sur un simulateur et de la réussite d’un examen en présence d’un organe de contrôle indépendant.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                          15
50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES   16
À propos de la
            protection contre
            le terrorisme

17. Qui a accès aux centrales nucléaires ?
             Ce n’est pas ENGIE Electrabel qui détermine qui a accès au site de l’une des centrales. Tout le monde doit
             suivre une procédure qui commence par une demande. Celle-ci est suivie d’un screening par l’Agence
             Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) et l’Autorité nationale de Sécurité. La nature et le degré de
             spécialisation de cette enquête dépendent de la fonction de la personne concernée et du site où elle doit
             effectuer des travaux. À défaut de screening valable et de résultat favorable, l’accès au site est refusé
             qu’il s’agisse d’un collaborateur interne ou d’un collaborateur externe.

18. Qui contrôle les accès ?
             Les centrales nucléaires se composent de différentes zones dotées chacune de leurs prescriptions de
             sécurité et des conditions d’accès. Pour passer d’une zone à l’autre, vous franchissez plusieurs barrières
             et contrôles. Quelques exemples : détection de métaux, scan biométrique du dos de la main, sas d’accès
             individuel avec code personnel, contrôle par caméra, contrôle des véhicules, etc.

             Le contrôle d’accès est organisé par une société de gardiennage agréée. Seuls les agents de gardiennage
             qui ont suivi les formations obligatoires légales peuvent exécuter les missions de contrôle et de
             gardiennage. Ils font bien entendu l’objet d’un screening par le gouvernement et leur donneur d’ordre.
             Depuis 2016, des équipes d’intervention militaires sont présentes sur tous les sites nucléaires belges 7
             jours sur 7 et 24 heures sur 24.

19. Que se passe-t-il en cas d’intrusion ?
             Si une personne essayait de s’introduire par effraction dans l’une de ces zones, plusieurs moyens seraient
             mis en œuvre pour assurer une détection immédiate et une fermeture hermétique directe de toutes les
             installations critiques. Lorsqu’un intrus est détecté, les services d’urgence publics sont systématiquement
             appelés. En fonction de la situation, ils interviendront eux-mêmes ou demanderont du renfort.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                        17
En parallèle, il existe également plusieurs mesures permettant d’anticiper ce que l’on appelle une « insider
             threat », c’est-à-dire un collaborateur qui effectuerait sciemment, pour des raisons précises, une manipulation
             incorrecte. Ainsi, certaines zones ne sont pas accessibles seuls, des caméras supplémentaires sont installées
             sur des installations spécifiques, les collaborateurs sont formés à la culture de protection, etc. .

20. Seules les personnes sont-elles
    contrôlées ?
             Nous ne contrôlons pas uniquement les personnes. En effet, les bagages, les véhicules, le courrier et
             les livraisons à l’entrepôt sont également passés en revue. Il en va de même pour les personnes et les
             véhicules qui veulent quitter le site. Dans ce cadre, nous recherchons plutôt des explosifs, des armes et
             des sources radioactives ainsi que des GSM ou des appareils photo. Tout comme dans un aéroport, on
             passe d’abord devant un détecteur de métaux et les bagages personnels sont scannés aux rayons X. Le
             courrier et les colis passent aux rayons X et sont également contrôlés par des chiens renifleurs. Nous
             contrôlons aussi les véhicules en détail, même si nous essayons de leur interdire au maximum l’accès
             au site. Selon notre règle générale, aucun véhicule n’est autorisé à accéder au site sauf si cet accès est
             réellement indispensable à l’exécution des travaux et si aucune alternative n’est disponible.

21. Des visites d’entreprise sont-elles
    toujours possibles ?
             À la suite de l’actualité internationale et de la menace terroriste, les procédures permettant aux
             visiteurs d’accéder aux centrales nucléaires belges ne cessent de se renforcer. Ce que tout le monde
             peut comprendre bien entendu. Cette évolution nous a contraints à arrêter les visites d’entreprise.

22. Qu’en est-il des piratages informatiques ?
             ENGIE Electrabel est particulièrement attentive à la protection des données sensibles et des piratages/
             attaques informatiques éventuels. Par ailleurs, en tant qu’exploitants nucléaires, nous devons répondre à
             une série d’exigences légales strictes en la matière. Le test de résistance, réalisé dans toutes les centrales
             européennes à la suite de l’incident de Fukushima, a également contrôlé nos mesures de prévention vis-
             à-vis des piratages informatiques. L’AFCN a aussi conclu à cette époque que nous répondions à tous les
             critères. Pour endiguer les risques potentiels de piratage informatique, nous appliquons une série de
             mesures de sécurité spécifiques. Celles-ci sont régulièrement testées et font l’objet d’une amélioration
             continue. Et, à l’instar de nos autres mesures de sécurité, elles subissent régulièrement des contrôles
             internes et externes. Toutefois, la plus grande protection contre les piratages informatiques reste peut-
             être celle-ci : tous les systèmes de commande de nos centrales nucléaires sont totalement indépendants
             de nos réseaux PC et leur commande est en grande partie analogique.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                            18
50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES   19
À propos
             des instances
             qui nous contrôlent

23. Qui contrôle ENGIE Electrabel en qualité
    d’exploitant ?
             Les performances et la sûreté des centrales nucléaires belges sont suivies de près par un grand nombre
             d’instances indépendantes. Il s’agit du secteur le plus contrôlé au monde. L’Agence fédérale de Contrôle
             nucléaire (AFCN) surveille la sûreté de l’exploitation des centrales nucléaires en continu sur le site. Des
             inspecteurs de l’organisme de contrôle Bel V (une filiale de l’AFCN) disposent d’un accès permanent au
             site ainsi qu’à tous les documents, comptes rendus et rapports. En parallèle, les centrales nucléaires de
             Doel et de Tihange font aussi régulièrement l’objet d’audits externes de compagnies d’assurances, de
             l’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA) et de la World Association of Nuclear Operators
             (WANO). De très nombreux audits internes indépendants veillent également à la sécurité. Ainsi,
             les centrales nucléaires de Doel et de Tihange font l’objet de 50 audits par an, soit en moyenne un
             par semaine. Toutes les informations sont échangées au niveau mondial. Cela nous permet de tirer
             systématiquement les leçons des expériences et bonnes pratiques d’autres centrales nucléaires et
             d’œuvrer à une amélioration continue sur base des idées échangées.

24. Quel est le rôle du gouvernement fédéral
    belge ?
             Le contrôle des installations nucléaires belges relève de la responsabilité de l’Agence fédérale de
             Contrôle nucléaire (AFCN), une institution d’utilité publique sous la tutelle du ministre de l’Intérieur.
             L’AFCN veille à ce que la population et l’environnement soient efficacement protégés contre les dangers
             inhérents aux rayons ionisants. Le statut de l’AFCN lui donne la grande indépendance indispensable
             pour assumer pleinement sa responsabilité par rapport à la société en toute impartialité.

             Pour les contrôles permanents sur les sites nucléaires, l’AFCN fait appel à sa filiale technique Bel V qui
             dispose, tout comme elle, d’un accès libre et permanent aux centrales nucléaires de Doel et de Tihange.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                        20
25. Quel est le rôle de l’AIEA ?
             L’Agence Internationale de L’Énergie Atomique est une organisation intergouvernementale indépendante
             au sein des Nations Unies. L’AIEA élabore des normes de sûreté nucléaire et favorise, sur base de ces
             normes, l’obtention et le maintien d’un haut niveau de sûreté dans les applications de l’énergie nucléaire
             ainsi que de la protection de la santé humaine et de l’environnement contre les rayons ionisants. Au fil
             de l’augmentation du nombre d’installations nucléaires dans le monde, l’AIEA a élargi ses activités en y
             ajoutant des services qui se rapprochent davantage de l’exploitation effective : l’agence a composé des
             équipes internationales qui ne se limitaient plus à l’étude des documents, mais qui se déplaçaient sur le
             site pour vérifier comment la sûreté des installations nucléaires était assurée au quotidien. C’est ainsi
             qu’est née l’OSART (Operational Safety Review Team). Les centrales nucléaires de Doel et de Tihange ont
             déjà reçu la visite de l’équipe OSART à plusieurs reprises dans le passé.

26. Qu’est-ce que la WANO ?
             La WANO (World Association of Nuclear Operators) regroupe tous les opérateurs nucléaires du monde.
             Cette organisation vise à maximiser la sûreté et la fiabilité des centrales nucléaires. Pour ce faire, elle
             encourage l’échange d’informations et la communication en stimulant une concurrence saine entre ses
             membres et en les comparant les uns aux autres.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                        21
À propos de la
             prolongation de
             la durée de vie
             de Tihange 1
             et de Doel 1 et 2

27. Tihange 1 et Doel 1 et 2 sont-elles
    nécessaires pour la sécurité de
    l’approvisionnement dans notre pays ?
             La sécurité de l’approvisionnement doit être envisagée à moyen et long termes. Étant donné que pour
             la sécurité de son approvisionnement, la Belgique dépend de plus en plus de l’importation d’électricité,
             nous devons donc également tenir compte de l’évolution des moyens de production dans les pays
             voisins.

             Que constatons-nous dans ce cadre ? Au cours des prochaines années, nos voisins auront de moins en
             moins de capacité excédentaire à exporter en Belgique. Ainsi, les Pays-Bas pourraient arrêter ou réduire
             leurs exportations vers la Belgique dès 2019. Il y a également toujours une marge d’incertitude en ce
             qui concerne les sources d’énergie renouvelable – l’éolien et le solaire. En effet, il est impossible de
             prévoir avec exactitude la disponibilité d’un parc de production et la météo. Des périodes avec peu de
             vent ou de soleil ainsi que des vagues de froid font toujours partie des possibilités et entraînent dès
             lors une importante réduction de la quantité d’énergie renouvelable produite. Pour toutes ces raisons,
             Tihange 1 et Doel 1 et 2 sont indispensables pour assurer l’approvisionnement aujourd’hui et dans un
             avenir proche. ENGIE Electrabel croit totalement en la transition énergétique vers davantage d’énergie
             renouvelable. Mais jusqu’à ce que la Belgique développe une vision énergétique concrète et claire à
             long terme et instaure un climat d’investissement stable, nous avons dans tous les cas encore besoin
             des centrales nucléaires.

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                     22
Chronique d’une prolongation de
                                        durée de vie annoncée (LTO)
                                        (État d’avancement lors du début du projet LTO en 2015.)
                                                                                        Octobre 2015
             Juillet 2012                                                               • Mise à l’arrêt de Doel 2
             • Décision du gouvernement
               de fermer Doel 1 et 2                                   Février 2015
             • Mise à l’arrêt du projet LTO                            • Mise à l’arrêt de Doel 1 (40 ans)

                                                                STOP                                        STOP      STOP

            2009                2010        2011           2012               2013              2014               2015

         2009 - 2011
                                                                  Décembre 2014
         • Préparation du dossier LTO
                                                                  • Le gouvernement revoit le dossier
                                                                    Doel 1 et 2
               Décembre 2011                                      • Reprise du projet LTO
               • Remise du dossier LTO
                                                                Octobre-décembre 2015
                    Juin 2012                                   • Exécution de 218 mesures prioritaires
                    • Avis positif                              • Redémarrage de Doel 1 le 30 décembre et
                     du conseil scientifique de l’AFCN           de Doel 2 le 24 décembre

       Nombre total de travailleurs à Doel:                                Nombre total de travailleurs
                                                                           concernés par le LTO:

                                                                           250
       Doel 1 + 2   145

          Doel 3    105

          Doel 4    105
                                         960                                          150      +
                                                                            Travailleurs de Doel
                                                                                                            100
                                                                                                       Travailleurs de
                                                                                                       Tractebel Group Engie

                                                                            Total des nouvelles embauches

                       Liés au site
                             605
                                                                           260
      Puissance:                                                       Total:

                                                                       2 905 MW
       Doel 1       433 MW             Doel 3   1 006 MW
       Doel 2       433 MW             Doel 4   1 033 MW

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                                  23
28. Pourquoi a-t-il fallu amender la loi pour
    que Doel 1 et 2 puissent rester en activité
    plus longtemps ?
             Le choix de continuer à exploiter les centrales nucléaires est une décision totalement politique. En
             2003, le parlement fédéral a voté une loi imposant la fermeture des centrales de Doel et de Tihange
             quarante ans après leur mise en service – c’est-à-dire en 2015 pour Doel 1, Doel 2 et Tihange 1. Toutefois,
             cette loi prévoyait également que cette fermeture ne pouvait pas mettre en péril l’approvisionnement
             en énergie.

             Entre 2009 et 2012, ENGIE Electrabel a préparé un dossier technique en vue de prolonger de dix ans
             la durée de vie de ces centrales. En 2012, l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) a validé les
             deux dossiers après une évaluation approfondie. Peu de temps après, le gouvernement de l’époque
             décidait de poursuivre uniquement l’exploitation de Tihange 1. Conséquence : ENGIE Electrabel a lancé
             un projet de démantèlement pour Doel 1 et 2. Jusqu’en 2014... où le gouvernement Michel 1 a inclus
             une éventuelle relance dans l’accord de gouvernement. Finalement, la loi relative à la sortie du nucléaire
             – prévoyant la poursuite de l’exploitation de Doel 1 et 2 jusqu’en 2025 – a été adoptée mi-2015.

29. Tihange 1 et Doel 1 et 2 sont-elles prêtes
    à continuer à fonctionner jusqu’en 2025 ?
             Prolonger la durée de vie de Tihange 1 et de Doel 1 et 2 signifie qu’il faut continuer à investir en
             permanence dans les installations afin de les maintenir dans un état impeccable pendant toute leur
             durée de vie. De très gros travaux et investissements sont réalisés dans le cadre de la prolongation
             de l’exploitation : le remplacement de plusieurs transformateurs, le remplacement des systèmes de
             commande et une rénovation en profondeur des turbines par exemple. Au total, ces travaux représentent
             environ 1,3 milliard d’investissements conjoints pour les centrales de Doel et Tihange. Cependant,
             même à l’issue des projets réalisés dans le cadre de la prolongation de l’exploitation des centrales, leur
             gestion continuera à exiger un suivi permanent et un entretien irréprochable des installations… comme
             nous l’avons toujours fait d’ailleurs.

30. Qu’en est-il de la demande des pays
    voisins d’avoir voix au chapitre concernant
    la prolongation de la durée de vie ?
             Au cours des dernières années, des voix se sont élevées des Pays-Bas notamment afin de participer à la
             décision de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires belges. Dans une Europe aux frontières
             ouvertes, cette position est compréhensible, mais...les modalités d’exploitation des centrales nucléaires
             belges ont été définies légalement conformément à la législation belge Et celle-ci ne prévoit pas de
             droit de parole pour les pays voisins à l’heure actuelle. Mais l’inverse est vrai aussi : aux Pays-Bas, la
             centrale nucléaire de Borssele par exemple, s’est vue octroyer une prolongation d’exploitation de vingt

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                        24
ans. Cette centrale se trouve à proximité de la frontière belge, mais la loi néerlandaise ne prévoit pas
             non plus de droit de parole pour les pays voisins.

31. La prolongation de la durée de vie
    est-elle si exceptionnelle ?
             pas une nécessité technique. Doel 1 et 2 ne sont plus les centrales d’il y a quarante ans. Elles ont
             été actualisées et modernisées en permanence au fil du temps. Elles répondent aux normes strictes
             actuelles.

             Par ailleurs, la prolongation de la durée de vie n’est pas du tout unique. Parmi les 438 réacteurs en
             exploitation dans le monde, 63 ont atteint l’âge de 40 ans ou plus. C’est notamment le cas de la centrale
             de Borssele aux Pays-Bas, de Beznau en Suisse, de Ringhals en Suède et de plus de trente centrales
             nucléaires aux États-Unis. Dans le monde, la durée d’exploitation de centrales nucléaires a été prolongée
             jusqu’à soixante ans.

             Pour de plus amples informations :
             http://corporate.engie-electrabel.be/fr/producteur-local/nucleaire/projets/

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                      25
À propos des déchets
             radioactifs
32. Que sont les déchets radioactifs ?
             On entend par déchet radioactif tout le matériel qui contient des éléments radioactifs pour lesquels il
             n’y a plus d’applications pratiques connues. Ce matériel est issu de la médecine, de l’industrie ou de
             la production d’électricité par exemple. Les déchets radioactifs sont répartis en trois catégories : les
             déchets de catégorie A, B ou C. Cette ventilation s’établit essentiellement en fonction du type et de
             l’intensité des rayonnements ionisants.

             Vous trouverez de plus amples informations au sujet des types de déchets radioactifs sur le site Internet
             de l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF).

             https://www.ondraf.be/sortes-de-déchets-radioactifs

33. Qui conserve les déchets radioactifs ?
             En Belgique, c’est l’ONDRAF (Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies)
             et sa filiale Belgoprocess qui assurent la gestion des déchets radioactifs issus des centrales nucléaires,
             des applications médicales et industrielles et des centres de recherche. Cette gestion vise à isoler les
             déchets de l’environnement jusqu’à ce que leur radioactivité diminue par dégradation naturelle à un
             niveau suffisamment bas. Le financement se déroule selon le principe du « pollueur payeur ». C’est donc
             ENGIE Electrabel qui paie – tout comme les autres producteurs de déchets radioactifs – les frais de la
             gestion de ces déchets, y compris à long terme.

             La quasi-totalité des déchets radioactifs générés en Belgique est donc traitée dans les installations
             de l’ONDRAF à Dessel. Seule exception à cette règle : les combustibles nucléaires issus des centrales
             nucléaires de Doel et de Tihange. En attendant les futures décisions politiques concernant leur traitement
             ou leur entreposage définitif, ceux-ci sont stockés provisoirement dans des bâtiments prévus à cet effet
             sur le site même des centrales.

34. Pourquoi ne peut-on pas limiter la quantité
    de déchets hautement radioactifs ?
             Lors du processus de production, l’uranium 235 présent dans les éléments combustibles fissionne.
             Cette opération dégage une importante quantité de chaleur. Après trois ou quatre ans dans le cœur

50 QUESTIONS ET RÉPONSES AU SUJET DE NOS CENTRALES NUCLÉAIRES                                                        26
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler