RAPPORT D'ACTIVITÉS UNIVERSITÉ LILLE 3 2012-2013 - Université de Lille

 
UNIVERSITÉ LIllE 3

RAPPORT
D’ACTIVITÉS
2012-2013
 
                                           SOMMAIRE
	
  
I. FONCTIONNEMENT DE L’UNIVERSITE ................................................................. 6
       A. LE PILOTAGE DE L’ETABLISSEMENT ......................................................................................... 6
          1. L’équipe de direction ........................................................................................................... 6
          2. Le développement d’une réglementation interne ................................................................ 6
          3. Les instances d’aide au pilotage ......................................................................................... 7
           a. Services centraux ............................................................................................................ 7
           b. Comité stratégique Relations internationales .................................................................. 7
       B. L’ORGANISATION POLITIQUE.................................................................................................... 8
         1. Les instances politiques ...................................................................................................... 8
         2. La restructuration des UFR ................................................................................................. 8
         3. Les dispositifs de concertation ............................................................................................ 9
       C. L’ORGANISATION ADMINISTRATIVE ........................................................................................ 10
II. POLITIQUE GENERALE ............................................................................................... 10
       A. RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES ET LE MONDE DE L’ENTREPRISE ................................ 10
          1.   Partenariats ....................................................................................................................... 10
          2.   Espace de réflexion éthique régional ................................................................................ 10
          3.   GUS et projet régional de 3ème révolution industrielle ..................................................... 11
          4.   Relations avec les entreprises .......................................................................................... 11
       B.    « PRES 2 ».......................................................................................................................... 11
       C.    ÉCOLE SUPERIEURE DU PROFESSORAT ET DE L'EDUCATION (ESPE) ................................... 12
       D.    UNIVERSITE DE LILLE ............................................................................................................ 13
       E.    ÉCOLE SUPERIEURE DE JOURNALISME DE LILLE (ESJ)......................................................... 14
       F.    LA CONFERENCE DES PRESIDENTS D’UNIVERSITE (CPU) ..................................................... 15
III. LA GESTION FINANCIERE ......................................................................................... 16
IV. LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES ............................................. 16
V. LES ACTIONS PATRIMONIALES ............................................................................. 17
          1.    L’installation des équipements de l’Equipex Irdive ............................................................ 17
          2.    L’opération de réinstallation de l’UFR LEA........................................................................ 17
          3.    Le Learning center ............................................................................................................ 17
          4.    L’amélioration de la vie étudiante ...................................................................................... 18

VI. LA RECHERCHE .............................................................................................................. 18
       A. ACTIONS MENEES EN INTERNE .............................................................................................. 18
          1.Équipe de direction............................................................................................................ 18
          2.Conseil scientifique ........................................................................................................... 19
          3.Service de la recherche ..................................................................................................... 19
          4.Les unités de recherche .................................................................................................... 20
       B. RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES EXTERIEURS ................................................................ 20
         1. En région ........................................................................................................................... 20
         2. Au niveau national ............................................................................................................. 20
         3. Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) ........................ 21
         4. CNRS ................................................................................................................................ 21
C. LES GRANDS CHANTIERS ....................................................................................................... 21
      1.  Les Investissements d’Avenir ............................................................................................ 21
        a. Le dossier SCV-IRDIVE ................................................................................................. 21
        b. Les projets SHS-santé ................................................................................................... 21
      2. Actions européennes......................................................................................................... 21
      3. Contrat quinquennal .......................................................................................................... 22
      4. Doctorat ............................................................................................................................. 22
      5. Valorisation économique et sociale de la recherche ......................................................... 22

VII. LA FORMATION ............................................................................................................ 23
   A.    CADRAGE DE LA NOUVELLE OFFRE DE FORMATION............................................................... 23
   B.    FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE ................................................................................... 25
   C.    FORMATION DES MAITRES ..................................................................................................... 25
   D.    C2I2E.................................................................................................................................... 26
   E.    POLITIQUE DES LANGUES : LE PROJET LANSAD ................................................................. 27
VIII. LA VIE DES CAMPUS............................................................................................... 28
   A. VIE ETUDIANTE ...................................................................................................................... 28
      1.  Rentrée - accueil ............................................................................................................... 28
      2.  La mission « Handicap » ................................................................................................... 28
        a. Commissions plurielles .................................................................................................. 28
        b. Référents handicap........................................................................................................ 29
        c. Sensibilisation Handicap ................................................................................................ 29
     3. La commission Aides Sociales .......................................................................................... 30
     4. Les associations ................................................................................................................ 30
     5. Projet de Maison de l’étudiant ........................................................................................... 30
     6. Projets Aide à la Réussite ................................................................................................. 31
     7. Service universitaire d’accueil, d’information et d’orientation (SUAIO) ............................ 31
     8. Plan Académique de Formation (PAF).............................................................................. 31
     9. Dispositif Demain L’Université ........................................................................................... 31
     10. La mise en œuvre plus formalisée et structurée d’une politique de développement
     durable ..................................................................................................................................... 32
   B. VIE CULTURELLE DU CAMPUS ET MEDIATION SCIENTIFIQUE .................................................. 32
     1. Les actions reconduites ....................................................................................................... 32
     2. Les nouvelles actions ........................................................................................................... 32
     3. Les actions innovantes ........................................................................................................ 33
IX. LES RELATIONS INTERNATIONALES ................................................................. 35
   A. COOPERATION TRANSFRONTALIERE ..................................................................................... 35
   B. STRUCTURATION DES PARTENARIATS ET CODIPLOMATION AVEC LES UNIVERSITES
   EUROPEENNES ............................................................................................................................. 35
   C. RENFORCEMENT DU RESEAU FRANCO-NEERLANDAIS .......................................................... 35
   D. PROGRAMMES EUROPEENS .................................................................................................. 35
   E. COOPERATION INTERNATIONALE (HORS UNION EUROPEENNE) ............................................ 36
X. L’EDITION, LA DOCUMENTATION ET LES ARCHIVES
OUVERTES ................................................................................................................................ 38
   A. LE PROJET LEARNING CENTER .............................................................................................. 38
   B. LA DOCUMENTATION ............................................................................................................. 38
   C. L’EDITION, LES ARCHIVES OUVERTES ET LA VALORISATION DE LA RECHERCHE .................... 38
      1.     HAL-Lille 3 ......................................................................................................................... 38
      2.     Édition ............................................................................................................................... 39
XI. LE SYSTEME D’INFORMATION ............................................................................... 39
   A. INFRASTRUCTURE ................................................................................................................. 39
   B. WIFI ...................................................................................................................................... 39

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                                                                    2
C. AUTRES SERVICES ................................................................................................................ 40
   D. APPLICATIONS METIERS ........................................................................................................ 40
   E. FORMATION ........................................................................................................................... 41
XII. LA COMMUNICATION................................................................................................ 41

ANNEXES
ANNEXE 1 – LISTE DES ABREVIATIONS ............................................................................................ 43
ANNEXE 2 – LES DIFFERENTES INSTANCES POLITIQUES ET OPERATIONNELLES DU PROJET DE
L’UDL .............................................................................................................................................. 45
ANNEXE 3 – CHARTE ERASMUS POUR L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR 2014-2020 ...................... 46

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                                                                    3
MOT DE LA PRESIDENTE
                                                          directions d’UFR et de laboratoires ont été
                                                          instaurées, des groupes de travail ont été mis en
         Comme le rappelle le guide juridique             place sur les grands chantiers qui ont été
« Compétences        et    responsabilités     des        lancés. Même si la communication, interne et
présidents    d’université »,   publié    par    la       externe, reste perfectible tant le passif était
Conférence des présidents d’université (CPU) :            lourd, il n’aura échappé à personne qu’elle s’est
« il incombe au président de présenter chaque             très sensiblement améliorée. Le service
année un rapport annuel d’activité, comprenant            d’information a quant à lui été profondément
un bilan et un projet et soumis à l’approbation du        repensé pour que tous les usagers, personnels
Conseil d’administration » (article L. 712-3. 8° C.       et étudiants, bénéficient pleinement de toutes
éduc.).                                                   les fonctionnalités que permet le numérique
           Au-delà de l’exercice imposé, il est           pour un travail et une communication facilités,
important     de     faire    part   au    Conseil        que l’on soit sur le site ou pas.
d’administration, mais aussi à l’ensemble de la                     La préparation du contrat quinquennal
communauté universitaire, de ce qui a été                 nous a donné l’occasion de repenser d’emblée
entrepris et réalisé par la nouvelle équipe lors de       l’offre de formation, en tenant compte, comme
l’année universitaire écoulée (2012-2013), et             c’est nécessaire, du défi propre à une université
des projets pour l’année à venir.                         comme la nôtre, qui a pour mission de travailler
          Sincérité, concertation et ouverture sont       à la réussite de tous ses étudiants et doit ainsi à
les trois mots qui déterminent l’action de cette          la fois leur donner la possibilité de poursuivre
nouvelle équipe. Dès son arrivée, elle était              leur cursus aussi loin que possible, vers le
animée par la volonté de :                                master et le doctorat, et ne pas laisser au bord
                                                          du chemin les étudiants fragiles, ou peu
         — donner       toute    la    transparence       préparés à l’enseignement supérieur. Nous
nécessaire au fonctionnement de l’université ;            avons       aussi     commencé       à     travailler
         — rétablir le dialogue entre tous nos            concrètement sur la formation tout au long de la
personnels, qui œuvrent ensemble aux                      vie et l’aide à la professionnalisation, et à nouer
différentes missions d’une université ;                   des liens plus étroits avec le monde socio-
         — mettre fin au cloisonnement de Lille 3,        économique.
coupée du monde de l’autre côté de sa                               En ce qui concerne la recherche, cette
passerelle, et l’ouvrir à son environnement : non         année a permis de définir des axes d’action
seulement les villes qui hébergent ses différents         prioritaires assez englobants pour que la
sites, mais aussi aux différents acteurs du               recherche de notre établissement soit prise en
monde         socio-économique :         collectivités,   compte dans la plupart de ses champs
entreprises ;                                             d’investigation. Il était important aussi d’affirmer
         — penser à une action, en matière de             la place des lettres, des langues, des arts, des
culture, qui implique étudiants, enseignants,             sciences humaines et sociales dans des
chercheurs,       personnels     administratifs      et   stratégies      territoriales,    nationales      et
techniques, mette en valeur leurs activités, et           européennes qui ne pensent pas intuitivement à
intensifie le dialogue avec les différentes               les prendre en compte au-delà du supplément
institutions culturelles locales et nationales.           d’âme qu’ils sont censés apporter ou de
Il va de soi que les missions essentielles de             questions d’acceptabilité à résoudre.
l’université, la formation et la recherche, ont été
au cœur des préoccupations de l’équipe, pour                       Le projet de Learning center s’est
une réussite de tous, en licence et au-delà, et           développé en affichant clairement ses trois
pour une recherche plus lisible et valorisée.             dimensions : formation tout au long de la vie,
                                                          recherche, valorisation de la recherche auprès
         Il    était   important    de    rendre          du plus grand nombre. Il nous donne aussi
l’organisation de l’université plus transparente,         l’occasion de penser le rôle du numérique dans
d’améliorer le dialogue entre les différentes             notre établissement et de réfléchir – ce sera un
composantes de la communauté universitaire                des grands chantiers des années à venir – au
ainsi que la communication interne et externe.            développement, côté formation, de nouveaux
Les conseils, y compris le CEVU et le CS, dont            modes de pédagogie et, côté recherche, à une
les avis sont respectés, sont des lieux de                véritable politique d’archives ouvertes.
discussion ; des réunions fréquentes avec les

   Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                          4
Un autre chantier à engager était celui      directeurs d’UFR et de laboratoires qui ont
d’une meilleure coordination entre relations           accepté de se mobiliser, ainsi que les collègues
internationales, formation et recherche : il ne        et les étudiants qui se sont impliqués dans les
s’agit pas seulement en effet de souhaiter une         différents groupes de travail mis en place.
plus grande mobilité de nos étudiants, mais de
la favoriser en centrant nos efforts sur les
coopérations fortes, qui constituent ou peuvent                                        Fabienne Blaise
constituer davantage encore un réseau dense
de collaborations en matière de formation et de
recherche.
          Comme l’atteste l’augmentation très
sensible de ses partenariats avec les
collectivités, le monde économique, les acteurs
culturels, l’université Lille 3 s’est ouverte à son
environnement et commence à développer une
politique culturelle qui prenne davantage en
compte l’activité des UFR et des laboratoires, la
fasse mieux connaître et s’adresse, sur tous ses
sites, à tous : étudiants, personnels, mais aussi
habitants des villes des différents campus de
Lille 3.
         Dans la logique de ces actions, nous
nous sommes engagés dans une politique plus
affirmée de responsabilité sociale de l’université,
vouée à se développer dans les années qui
viennent.
            Il s’est avéré difficile de combiner ces
actions, de développer ces projets et de
répondre en même temps aux injonctions du
nouveau gouvernement. L’Ecole supérieure du
professorat et de l’éducation (ESPE) a été
l’illustration la plus claire d’une réforme
considérable (en termes de politique territoriale
et de réorganisation des formations) que l’on a
demandé aux universités de mener en six mois.
Ne pas s’y atteler aurait eu un effet désastreux :
cette nouvelle école n’aurait pu être le bien
commun de l’ensemble des universités de cette
région. Il importait que la construction de cette
Ecole se déroule de façon concertée entre
l’ensemble des acteurs. L’université Lille 3 peut
être fière d’avoir largement contribué à cette
construction collective de l’ESPE, qui fasse, si
possible, oublier les frustrations qu’avait
suscitées le rattachement de l’IUFM à
l’université d’Artois.
          Ce qui suit présente bilan et
perspectives. Ce rapport me donne l’occasion
de remercier l’équipe de direction, qui a travaillé
sans compter son temps et avec toute son
énergie, les personnels des services centraux et
communs, qui nous ont secondés et sans qui le
travail accompli n’aurait pu se faire, les élus des
différents conseils, dont les avis et délibérations
nous ont été précieux, les directrices et

   Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                  5
I. FONCTIONNEMENT DE L’UNIVERSITE
    A. Le pilotage de l’établissement
        1. L’EQUIPE DE DIRECTION
     — La direction des services d’information a été modifiée ; une charge de mission Coordination du
numérique, transformée à présent en vice-présidence, a été créée pour piloter la stratégie politique de
l’établissement sur ce dossier (amélioration des services proposés aux étudiants et aux personnels,
développement du numérique dans le cadre de la formation, de la recherche et du Learning center).
   — Une charge de mission Vie culturelle du campus et médiation scientifique, devenue à présent
une vice-présidence, a été créée pour renforcer les liens de l’action culturelle de l’université avec les
UFR et les laboratoires, et davantage impliquer étudiants et personnels.
   — Une vice-présidence Santé-SHS vient d’être créée pour coordonner et structurer la recherche
de Lille 3 dans le domaine.
    — Les vice-présidents (VP) ont chacun rédigé une fiche de mission, en concertation avec
l’ensemble du bureau. Le travail est en cours pour les charges de mission.
     — Le bureau, élargi aux VP délégué-e-s, au directeur général des services, à la directrice et au
chef de cabinet, et à l’agent comptable se réunit toutes les semaines, à raison de 4 heures. L’équipe
prend connaissance des informations liées à l’agenda de la présidente et discute de l’élaboration et de
l’organisation des dossiers en cours, ainsi que du mode de concertation exigé par les dossiers
examinés.
    — Les VP engagent des actions communes, en y associant les chargé-e-s de mission, selon les
besoins liés à chaque dossier. Le principe qui régit l’équipe de direction est de favoriser le
décloisonnement et le dialogue entre vice-présidences, dans la mesure où de nombreux chantiers
impliquent une collaboration étroite et de la complémentarité entre les différentes missions
(recherche-formation-relations internationales notamment).
    — Le même principe s’applique aux services administratifs.

        2. LE DEVELOPPEMENT D’UNE REGLEMENTATION INTERNE
    — Un règlement intérieur est en cours d’élaboration.
Un groupe de travail s’est régulièrement réuni, et peut suivre l’évolution du dossier via une plateforme
collaborative dédiée.
    — Ce chantier a été suivi d’un autre, sur le règlement des études et des examens.
Pour ce dossier, nous avons une base de travail avec ce qui avait été commencé par l’équipe
antérieure, mais un certain nombre d’éléments sont à ajouter ou préciser (par exemple, le statut des
auditeurs libres, des salariés, des élus, les modalités de consultation des copies, etc.).

En prévision : Le principe d’élaboration de ce règlement sera le même que pour le règlement
intérieur. Un groupe de travail composé d’élus (y compris pour ce règlement d’élus étudiants) est mis
en place, ainsi qu’une plateforme collaborative dédiée qui permet à ce groupe de suivre l’évolution du
dossier.

    — Le travail sur le référentiel des activités est achevé et celui-ci pourra être opératoire dès la
rentrée prochaine.
Il est à noter que nous souhaitons que l’implication des VP dans des responsabilités collectives qui
sont lourdes soit pleinement reconnue, et cela en toute transparence. Conformément à ce qu’autorise
la loi, et sous réserve d’approbation par le CA, une prime administrative sera attribuée aux VP

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                       6
statutaires en plus de la décharge complète de leur service d’enseignement ; une prime administrative
sera aussi allouée aux autres VP1.
   — Des indicateurs ont été donnés aux directeur-trice-s d’UFR et aux élu-e-s du CA, notamment
pour la préparation de la campagne d’emplois et pour celle du budget.
   — Le service d’aide au pilotage s’est employé à renforcer la fiabilité des outils de pilotage. Une
revue de gestion est établie chaque mois et comprend les principaux indicateurs de pilotage. Cette
revue est, depuis janvier 2013, diffusées auprès des administrateur-trice-s.
                           — Le bilan présent sera mis à la disposition de toutes et de tous.

                                                      3. LES INSTANCES D’AIDE AU PILOTAGE
                                                                                  a. Services centraux
       L’année 2012 a été marquée pour les services centraux par la mise en œuvre des
Responsabilités et Compétences Elargies (RCE). Force est de constater que l’université a su, dans un
contexte budgétaire contraint, maîtriser sa masse salariale.
Ce résultat a pu être obtenu grâce à l’engagement des personnels et à la mise en œuvre de nouvelles
méthodes de travail plus transversales et plus participatives. Un gros travail de mise en synergie entre
la Direction des ressources humaines (DRH), la Direction des affaires financières (DAF), l’Agence
comptable et le Service d’aide au pilotage a été ainsi mené.
        L’année 2012 a également permis de stabiliser les structures de pilotage de l’action
administrative. Trois commissions coordonnent le travail des services :
           — La commission Finances se réunit au moins une fois par mois avec une fréquence plus
importante en période de préparation budgétaire. Depuis le passage aux RCE, la commission
comprend une première partie consacrée à l’analyse mensuelle de la consommation de la masse
salariale.
           — La commission Travaux se réunit 6 à 7 fois par an. Elle priorise et programme les
opérations de maintenance et de rénovation et définit les opérations d’investissement.
           — Le Bureau du système d’information (BSI) fixe trimestriellement les grandes lignes de la
stratégie en matière de système d’information, suit la mise en œuvre du schéma directeur et fixe les
priorités en termes de développement.

                                                                                  b. Comité stratégique Relations internationales
                                                      En novembre 2012, s’est tenu un Comité stratégique Relations internationales dont l’objet était
de :
           — Définir des aires géographiques prioritaires (pays, universités) afin d’éviter le
phénomène d’éparpillement des partenariats. Il ne s’agissait pas ainsi de cibler des zones
géographiques exclusives, mais de fixer des priorités pour mieux accompagner les initiatives des
laboratoires et des équipes de formation.
           — Réfléchir sur la stratégie d’incitation à la mobilité internationale pour accroître les
mobilités des étudiants, qui semblent stagner. La préparation linguistique, les cursus intégrés, la
codiplômation, les modules construits avec d’autres universités européennes peuvent constituer des
incitations pédagogiques fortes à la mobilité.
           — Analyser la façon de renforcer la synergie entre laboratoires, UFR et Service des
relations internationales pour mieux partager les informations sur les actions internationales en cours

	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
1
 Le Comité technique, réuni le 3 juillet 2013, a voté le principe de primes selon la grille proposée par la présidence pour les
VP statutaires, les VP du bureau et les VP délégués. Le Conseil d’administration, réuni le 5 juillet 2013, a voté le même
principe, mais seulement pour les VP statutaires et les VP du bureau. C’est donc la règle votée par le CA qui sera appliquée.	
  

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                                                                                                                                                   7
dans les laboratoires et UFR ainsi que sur les projets internationaux prioritaires dans les composantes
de recherche et de formation.
        Le comité stratégique s’est réuni en avril 2013 pour poursuivre les discussions entamées en
novembre. Il a examiné les réponses apportées par les laboratoires de recherche de Lille 3 à une
enquête du Service des relations internationales concernant leurs collaborations scientifiques avec les
universités étrangères. Cet état des lieux a permis au comité de mieux cerner les aires géographiques
dans lesquelles les enseignants-chercheurs s’investissent ainsi que les partenariats les plus
importants. Le conseil stratégique d’avril 2013 a également étudié les projets proposés par les
équipes de recherche et de formation à l’occasion de l’appel à projets internationaux lancé par le
Service des relations internationales, émis des avis et pris les décisions concernant l’éventuel apport
financier.

    B. L’organisation politique
            1. LES INSTANCES POLITIQUES
    — Un calendrier prévisionnel est mis à la disposition des conseils ; les modifications de ce
calendrier sont régulièrement communiquées.
   — Nous veillons à envoyer les documents dans les temps réglementaires pour assurer un bon
fonctionnement des conseils.
    — Le CS et le CEVU ont été réunis conjointement pour la préparation de la campagne d’emplois.
    — Le CA dispose de la revue mensuelle de gestion ; un bilan de l’action des différents services
internes lui est proposé.
    — Un élu du CA a été intégré comme observateur à la commission des finances.
     — Le Conseil d’établissement a été réuni deux fois en 2012-2013 (9/11/12 et 5/4/13) pour diffuser
l’information sur les grands projets en cours de l’université, au-delà des seules instances élues (en
font partie directeur-trice-s d’UFR, de département, de laboratoires, responsables des services
centraux et communs).
    — Les étudiants ont été invités à une réunion d’information sur le projet d’offre de formation le 30
janvier 2013.
    — Une assemblée générale des personnels a été réunie le 5 mars 2013 pour présenter les
projets de loi ESR et d’ESPE.

            2. LA RESTRUCTURATION DES UFR
        2012 a permis de franchir une étape décisive dans la mise en œuvre d’une nouvelle
organisation des Unités de formation et de recherche (UFR). Suite à un long processus initié en 2010
par l’équipe de direction précédente, trois nouvelles UFR, fruit du regroupement de dix UFR, ont vu le
jour à la rentrée universitaire de septembre 2012. Ce regroupement a nécessité, sur le plan
administratif, un important travail d’accompagnement des personnels, mais aussi une revue des
processus de gestion et une adaptation significative du système d’information. Par ailleurs, de lourds
travaux d’aménagement ont été réalisés pour accueillir les étudiants et les personnels dans des
locaux adaptés. À ce titre, un effort particulier a été poursuivi sur la signalétique.
    — Un comité de suivi a été mis en œuvre fin 2012 pour accompagner et évaluer cette réforme
structurelle. La configuration de ce comité était variable, en ce qu’ont été associés dans un premier
temps les directions des trois UFR recomposées, puis les responsables administratif-ve-s des trois
UFR recomposées, puis l’ensemble des directions d’UFR.

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                      8
3. LES DISPOSITIFS DE CONCERTATION
    — La VP du conseil scientifique organise régulièrement des réunions avec les directeur-trice-s de
laboratoire et les responsables administratif-ve-s.
    — Des réunions régulières avec les directeur-trice-s d’UFR sont organisées par le Premier VP et
la VP CEVU, au-delà du seul dialogue de gestion, organisé à l’automne, dont le format est appelé à
évoluer à partir de 2014.

En prévision : Il est prévu de revenir à un format bimensuel pour ces réunions de concertation avec
les directions d’UFR. Par ailleurs, suite à l’adoption de la loi ESR, les statuts de l’établissement
devront être modifiés de façon à constituer un conseil des directions de composantes.

   — À l’occasion de la campagne d’emplois, un certain nombre d’indicateurs a été communiqué
aux élu-e-s des trois conseils, afin d’objectiver les arbitrages en termes de priorités de recrutements.
    — Des réunions régulières des chefs des services centraux et communs sont organisées par le
Directeur général des services sur les grands chantiers en cours.

En prévision : Le même type de réunions sera organisé avec les responsables administratif-ve-s des
UFR et des laboratoires.

    — Pour éviter la politique de guichet, et répartir de manière transparente les financements
supplémentaires attribués jusqu'à présent « au fil de l’eau » aux UFR et aux services, il a été décidé
de lancer un appel à projets – en deux vagues, destiné aux services, aux UFR et ouverts également
aux laboratoires, et visant à encourager les projets contribuant à l’animation du campus, à la
valorisation de la formation initiale et continue auprès du public, la mise en place de partenariats dans
le cadre de projets communs ou d’initiatives relevant de la médiation scientifique, la mise en œuvre de
projets pédagogiques innovants.
    — Les contacts entre les services Relations internationales, Recherche et Formation sont
réguliers. Une réunion mensuelle entre les VP Relations internationales et Recherche, avec d’autres
collègues de leurs services, permet une meilleure concertation entre eux en vue d’harmoniser leurs
actions, en particulier en ce qui concerne les appels à projets internationaux et les différentes aides
qui peuvent être apportées. Le service des relations internationales participe aux différents groupes
de travail organisés depuis le début de l’année 2013 sur la gouvernance et le pilotage de la recherche
et sur la nouvelle offre de formation.
    — Des séances de travail ont été organisées par le service des relations internationales avec les
directions de toutes les UFR et de l’IUT. Elles avaient pour but d’associer plus étroitement les
UFR/IUT dans la stratégie de développement international afin de favoriser une forte
internationalisation des formations, en s’appuyant sur le dispositif Erasmus ou le futur programme
Erasmus pour Tous. Elles ont permis de discuter notamment des problèmes liés aux mobilités des
étudiants et des enseignants.
    — Des procédures ont été élaborées visant à améliorer :
                  § la qualité de l’accueil des étudiants internationaux, en sollicitant une implication
plus forte de tous les acteurs de la mobilité (service des relations internationales, UFR, laboratoires).
                  § la collecte des notes, en demandant aux UFR de désigner des référents
administratifs appelés à collaborer efficacement avec le service des relations internationales pour une
meilleure fluidité des informations sur les résultats aux examens des étudiants internationaux.
    — C’était également l’occasion de réaffirmer le rôle majeur des coordinateurs pédagogiques
Erasmus dans l’accompagnement des étudiants. Il a été aussi demandé aux UFR de désigner un de
leur enseignant-chercheur comme référent Relations internationales. Le référent RI assumera le rôle
de relais entre son UFR et le service des relations internationales. Il ou elle pourra jouer un rôle
important dans l’internationalisation des formations, dans l’augmentation du nombre de mobilités

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                       9
étudiantes en contribuant à améliorer l’accueil des étudiants internationaux et leur intégration dans la
 vie universitaire à Lille 3, et à inciter les étudiants de Lille 3 à faire une mobilité à l’étranger.
     — De même, il a été rappelé que la mobilité enseignante dans le cadre du programme Erasmus
 est un outil qui permet aux enseignants-chercheurs de rencontrer leurs collègues européens afin de
 structurer les partenariats, d’harmoniser les échanges d’étudiants et d’établir des relations plus
 étroites en vue d’élaborer des programmes plus ambitieux dépassant la simple mobilité.

     C. L’organisation administrative
     — Le Bureau d’aide à l’insertion professionnelle (BAIP) est devenu un service commun.
     — Le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a été mis en place.

 En prévision : Réflexion en cours sur la constitution d’un pôle Formation tout au long de la vie
 (FTLV) et d’un Service des usages numériques.

II. POLITIQUE GENERALE
     A. Relations avec les collectivités et le monde de l’entreprise
             1. PARTENARIATS
     — Le Conseil régional du Nord-Pas de Calais continue à apporter un soutien très important sur
 de nombreux dossiers de formation et de recherche. On notera qu’il va financer la plus grande partie
 du projet de Learning center, pour lequel des réunions techniques régulières ont été mises en place à
 partir de mai 2013.
    — Le Conseil général du Nord nous apporte aussi un soutien fort, en particulier pour ce qui relève
 de nos actions culturelles.
     — Depuis 2013, Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) a décidé d’apporter un soutien
 financier à Lille 3, qui était la seule université lilloise à ne pas bénéficier de cette aide jusqu’à présent.
 LMCU nous apporte un soutien pluriannuel pour le financement de projets de recherche et de
 colloques, de 5 contrats doctoraux et de 2 post-doctorats, d’un-e ingénieur-e de recherche
 Valorisation.

             2. ESPACE DE REFLEXION ETHIQUE REGIONAL
           La présidente de l’université de Lille 3 a été contactée dès juin 2012 par le porteur du projet
 d’Espace de réflexion éthique régional, F.-R. Pruvot, professeur au Centre hospitalier régional
 universitaire de Lille (CHRU), pour une éventuelle manifestation d’intérêt pour le projet, lancé à
 l’initiative de l’Agence régionale de santé du Nord – Pas de Calais. Il allait de soi que l’établissement
 se devait de s’impliquer dans un projet qui concerne tout naturellement plusieurs laboratoires et
 formations de Lille 3.
         Cet Espace de réflexion éthique régional (ERER) a été officiellement constitué le 30 avril 2013.
 L’objectif est d’en faire un observatoire des pratiques éthiques inhérentes aux domaines des sciences
 de la vie et de la santé, un lieu de promotion du débat public et de partage des connaissances dans
 ces domaines. L’ERER se destine également à devenir un coordonnateur d’initiatives en matière
 d’éthique en sciences de la vie et de la santé.
         Il est constitué de représentants des établissements et centres de soins de la région :
     — le Centre hospitalier régional universitaire de Lille ;
     — l’Université Lille 2 Droit et Santé, au titre d’université correspondante,
     — l’Université Lille 3, Sciences humaines et sociales, Lettres et Arts Charles de Gaulle,

 Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                           10
— l’Institut catholique de Lille au titre d’établissement privé d’enseignement supérieur et de
recherche,
    — le Centre Oscar Lambret de Lille
    — les Centres hospitaliers regroupés au sein de la CREAD, Communauté de Réflexion Éthique
de l’Artois Douaisis (Arras, Lens, Douai, Béthune),
    — les Centres hospitaliers de Roubaix, Tourcoing, Seclin, Carvin, Maubeuge.
    — la Fédération régionale de recherche en santé mentale (F.2.R.S.M),
    — l’Association des Directeurs de maisons de retraite du Nord – Pas-de-Calais, pour la
dimension médico-sociale.

            3. GUS ET PROJET REGIONAL DE 3EME REVOLUTION INDUSTRIELLE
        La présidente de l’université a par ailleurs répondu, en octobre 2012, à l’invitation d’inscrire
l’université Lille 3 dans l’action internationale GUS (Global Union for Sustainability), relayée en région
par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Grand Lille, le Centre Ressource du développement
durable (CERDD) et le Conseil régional Nord-Pas de Calais.
        Elle a souhaité également que Lille 3 soit inscrite d’emblée dans le projet de 3e révolution
industrielle lancé par les mêmes acteurs. Il est en effet important qu’une université de sciences
humaines et sociales rappelle aux acteurs du monde économique que tout développement industriel
et économique, d’autant plus lorsqu’il veut s’inscrire dans une perspective de développement durable,
ne peut se concevoir sans intégrer non seulement la recherche universitaire, mais aussi une réflexion
sur la formation. Celle-ci en effet est, par nature, facteur d’innovation et de développement intellectuel,
scientifique, culturel et donc économique. Un tel projet, qui implique de nouveaux métiers et de
nouveaux comportements, ne peut que s’appuyer, dès sa conception, sur les sciences humaines et
sociales.

En prévision : Examen avec les porteurs du projet « 3ème révolution industrielle » de la manière dont
Lille 3 pourrait s’impliquer et obtenir des financements dans un programme de développement durable
(notamment en termes de revalorisation de ses bâtiments).

            4. RELATIONS AVEC LES ENTREPRISES
        Il était nécessaire d’affirmer, plus que cela n’a été fait jusqu’à présent, notre volonté d’établir
des liens forts avec les entreprises qui aident déjà Lille 3 par la taxe d’apprentissage, mais aussi
d’élargir nos partenariats à d’autres acteurs du monde socio-économique. L’enjeu est important : il
s’agit de montrer et d’expliquer au monde de l’entreprise quelles sont les connaissances et les
compétences de tous nos étudiants - elles sont nombreuses et devraient être de plus en plus
recherchées -, et, en ce qui nous concerne, de mieux comprendre les attentes du monde économique
pour dépasser les défiances réciproques, et les malentendus qui en découlent.
        Des rencontres ont été organisées entre la présidence et Norpac, la Caisse des dépôts, le
groupe Orange. Le Bureau d’aide à l’insertion professionnelle a organisé en novembre 2012, à
l’occasion d’un moment fort de l’action culturelle de Lille 3, une rencontre avec les entreprises
partenaires de Lille 3 et d’autres qui pourraient être intéressées par nos actions en matière de
formation et de recherche. Il s’est aussi investi dans une communication plus claire et attractive avec
les entreprises (plaquette d’appel au versement de la taxe, de remerciements à ceux qui l’ont versée).
        Nous avons en outre, pour la première fois, signé, en mars 2013, avec la société
« Ressources SI », la première convention de mécénat entre l’Université Lille 3 et une société privée
désireuse de soutenir le festival interuniversitaire du spectacle vivant.

    B. « PRES 2 »
    — Lille 3 a participé au rétablissement d’une conférence régionale des présidents, qui remet les
universités au cœur du PRES et en fait le moteur de ses actions.

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                        11
Elle participe à la réorganisation d’un PRES (Administrateur provisoire : Philippe Rollet)
anticipant une communauté d’universités et d’établissements organisée autour des 6 universités
publiques et centrée sur 6 missions :
                 § Vision prospective et stratégique de l’enseignement supérieur et de la recherche en
région,
                 § Carte des formations,
                 § ESPE,
                 § Écoles Doctorales,
                 § Valorisation (SATT),
                 § International.
       En attendant de nouveaux statuts (qui ne seront établis qu’après la disparition des PRES et la
création des communautés d’universités, lorsque la loi sur l’enseignement et la recherche sera
promulguée), Lille 3 a encouragé la représentation étudiante au CA du PRES 2 (Lille 3 est
représentée au CA par un enseignant chercheur et une étudiante).
    — Le PRES 2 a coordonné les propositions faites au Conseil régional et à la Délégation régionale
à la recherche et à la technologie (DRRT) par les universités et les écoles dans le cadre de la
Stratégie de recherche et innovation pour une spécialisation intelligente (SRI-SI) et des programmes
opérationnels proposés pour recueillir des fonds européens (FEDER notamment). La VP Recherche a
participé aux nombreuses réunions rassemblant les VP Recherche des 6 universités, des directeurs
d’écoles et responsables d’organismes (CNRS, INSERM, INRIA …).
       Ont été défendues des actions transversales portées à l’échelle du PRES (développement du
doctorat et des sources de financement des thèses, mobilité des chercheurs, ingénierie de projets).
L’enjeu pour Lille 3 était de surcroît de placer les SHS au cœur des différentes stratégies de
recherche et non pas en position de sciences ancillaires. Lille 3 est ainsi parvenue à insérer dans les
propositions qui seront faites des projets portant sur la création, le patrimoine, les formations
innovantes.
    — Les RI se sont associées aux activités internationales du PRES, notamment à travers les
enseignements de Français Langue Etrangère assurés par l’International Academy en juillet-août
2012 et destinés aux étudiants internationaux qui intègrent les formations des établissements de la
région Nord-Pas de Calais.

    C. École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE)
    — La présidence de Lille 3 a défendu vigoureusement l’idée que cette ESPE devait être le bien
commun des 6 universités et donc être intégrée au PRES et non à une seule université (la loi autorise
les 2 types d’organisation). Cette proposition, qui voulait mettre un terme aux frustrations et aux
dysfonctionnements lourds qu’avait engendrés le rattachement de l’IUFM à une seule université
(Artois), l’a emporté dans un contexte où les six universités publiques voient désormais toutes l’intérêt
d’œuvrer de manière concertée.
    — Elle continue aussi à œuvrer pour que les aspects positifs de cette réforme de la formation des
maîtres soient clairement assumés :
                 § collaboration étroite entre les universités, les professionnels de l’ex-IUFM et le
rectorat ;
                 § rôle moteur de l’université dans l’ensemble des formations, y compris dans la
formation des professeurs d’écoles et des Conseillers principaux d’éducation (CPE) ;
                 § rôle important de la recherche dans la formation des maîtres, en collaboration
étroite, dans ce domaine aussi, entre universitaires et professionnels de l’ex-IUFM.

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                      12
— Philippe Vervaecke (Premier VP de Lille 3) a assuré, avec Pasquale Mammone (Premier VP
de l’université d’Artois), la direction du projet ESPE, de janvier à juin 20132.
    — Des groupes de travail faisant participer tous les acteurs sur les différentes missions de l’ESPE
ont été organisés sous la coordination des 2 chefs de projet.

                           D. Université de Lille3
    — La construction de l’université de Lille, en concertation avec les conseils et l’ensemble de la
communauté universitaire et sur la base de projets concrets, faisait partie du programme sur lequel a
été élue la présidente de l’université.
   — Une Vice-présidence « Relations avec l’enseignement supérieur en région » a été créée
(Bertrand Daunay).
    — Le directoire, composé des 3 président-e-s d’université et des directeurs des 6 écoles
publiques (Ecole centrale, Ecole de chimie, Ecole nationale supérieure des arts et industries textiles,
Ecole supérieure de journalisme, Institut d’études politiques, Télécom Lille 1), se réunit deux fois par
mois en moyenne (de juin à novembre 2012, le président de Lille 2 n’était pas présent, il participe au
directoire depuis décembre 2012).
                           — Calendrier :
                  § Juin 2012 : rédaction, par Bertrand Daunay, d’un document de travail, « Pistes de
réflexion sur le processus de rapprochement des universités de Lille » , validé par les bureaux de Lille
1 et de Lille 3 (3 juillet 2012).
                  § Le processus est lancé sur cette base, sans Lille 2, dont le président a adressé une
note critiquant sans réserve le document.
                  § Septembre-décembre 2012 : mise en place des comités opérationnels « Université
de Lille » : 1) recherche et valorisation ; 2) formations ; 3) vie étudiante ; 4) relations internationales et
partenariats ; 5) ressources humaines, qualité de vie au travail, administration, systèmes
d’information.
                  § Composition des comités : pour Lille 1 et Lille 3, au moins un VP et un administratif
(parfois plusieurs) et un étudiant dans le comité « Vie étudiante » ; pour les écoles, au moins un
représentant (souvent plusieurs).
                  § Décembre 2012 : Rédaction du document « Vers une Université de Lille co-
construite en mode projet : Propositions d’actions pour une Université de Lille au service des usagers,
des personnels et des territoires » (15 propositions).
    — Début 2013, les différents conseils d’administration ont pu faire leurs remarques sur ce
document et voter la motion suivante : « Le Conseil d’Administration de XX approuve le processus de
co-construction de l’Université de Lille en mode projet, fondé sur des propositions de plus-values
tangibles, dans le respect des principes fondamentaux de subsidiarité, de progressivité, de collégialité
et de service public. »
L’ensemble des CA ont donc validé début 2013, non pas les quinze propositions, mais la poursuite du
processus de co-construction, processus qui se fait en cohérence et complémentarité avec le PRES.
    — À la suite de ce vote, le directoire, les VP CEVU, CS, CA (ou directeurs des études et de la
recherche, pour les écoles), ainsi que les DGS des 9 établissements se sont réunis pour une journée
de travail le samedi 30 mars. Des axes de travail ont été priorisés sur cinq grands thèmes :
                 § Recherche valorisation et innovation,
                 § Formation tout au long de la vie,
                 § Relations internationales et partenariats,
	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
2
       Patrick Pelayo, VP Formation de Lille 2, en est désormais l’administrateur provisoire.	
  
3
       Voir annexe 2, p. 45.	
  

Rapport d’activités Université Lille 3 2012-2013                                                                                                                                                                                   13
Vous pouvez aussi lire