SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) SOMANOR - (Calvados) Rapport d'observations définitives - Exercices 2008 à 2016 Observations délibérées le 27 ...

 
SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) SOMANOR - (Calvados) Rapport d'observations définitives - Exercices 2008 à 2016 Observations délibérées le 27 ...
Rapport d’observations définitives

SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) SOMANOR

                                                            (Calvados)

                                                       Exercices 2008 à 2016

            Observations délibérées le 27 avril 2017
SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) SOMANOR - (Calvados) Rapport d'observations définitives - Exercices 2008 à 2016 Observations délibérées le 27 ...
SOMMAIRE

SYNTHESE............................................................................................................................... 1
        RAPPEL DE LA PROCEDURE ................................................................................... 2
        LA SOMANOR : CADRE D’ACTION ET CONDITIONS DE CREATION .......... 3
    A - Le transport maritime sur la Manche, cadre d’action de la SOMANOR ........................... 3
    B - Le contexte de la création de la SOMANOR : les motivations et les objectifs des
        collectivités locales .................................................................................................................... 5
                  Les premières années d’exploitation des liaisons Transmanche, par le biais de sociétés
                  d’économie mixte ............................................................................................................................. 5
                  La création des sociétés par actions simplifiées, afin de bénéficier d’un dispositif juridique et
                  fiscal plus avantageux....................................................................................................................... 6
                  Le transfert des navires à une société unique ................................................................................... 7
    C - L’appréciation de la régularité des opérations de transfert d’actif et de fusion qui ont
        présidé à la création de la SOMANOR ................................................................................... 7
        LA LEGALITE DE L’INTERVENTION DES COLLECTIVITES LOCALES
        DANS LE TRANSMANCHE ........................................................................................ 8
    A - Les SEM, outils d’intervention des collectivités dans un secteur économique
        concurrentiel ............................................................................................................................. 9
    B - La compétence des collectivités ............................................................................................... 9
    C - La présence d’un intérêt public local.................................................................................... 10
        LES INSTANCES DE LA SOMANOR ...................................................................... 11
    A-     L’actionnariat ......................................................................................................................... 11
    B-     Le conseil d’administration ................................................................................................... 12
    C-     L’assemblée générale.............................................................................................................. 13
    D-     Le président du conseil d’administration, président de la société...................................... 13
    E-     Le directeur général ............................................................................................................... 13
    F-     Le secrétaire général .............................................................................................................. 13
    G-     L’encadrement juridique et comptable ................................................................................ 14
    H-     Les conventions réglementées ................................................................................................ 14
        LES PRINCIPES JURIDIQUES ET ECONOMIQUES DE LA COOPERATION
        ENTRE LA SOMANOR ET BRITTANY FERRIES ............................................... 14
    A-     Un loyer global d’affrètement qui couvre l’intégralité des charges de financement ........ 15
    B-     La prise en compte de l’allongement de l’exploitation des navires .................................... 17
    C-     Le loyer des navires amortis .................................................................................................. 17
    D-     La délégation de la gestion de la société et les avances de trésorerie à Brittany Ferries.. 17
    E-     Les modalités de transmission d’information sur Brittany Ferries à la SOMANOR ...... 19
        LES CONDITIONS D’AFFRETEMENT ET D’EXPLOITATION DES
        NAVIRES ...................................................................................................................... 20
    A - Un mode d’affrètement qui confère de larges responsabilités à Brittany Ferries ............ 20
    B - L’exploitation des navires ...................................................................................................... 22
                  Le Barfleur ..................................................................................................................................... 23
                  Le Cotentin ..................................................................................................................................... 24
        LES TRAVAUX SUR LES NAVIRES ....................................................................... 25
    A - Les travaux de remplacement ............................................................................................... 25
    B - La pose de filtres à fumée (scrubbers) .................................................................................. 27
                  Le coût des travaux ......................................................................................................................... 27
                  Le financement ............................................................................................................................... 28
SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) SOMANOR - (Calvados) Rapport d'observations définitives - Exercices 2008 à 2016 Observations délibérées le 27 ...
LE FINANCEMENT DU COTENTIN ..................................................................... 30
    A - Première phase (2005-2007) : construction et livraison ...................................................... 31
    B - Deuxième phase (2007-2011) : location dans le cadre d’un crédit-bail fiscal .................... 32
    C - Troisième phase (à partir de 2012) : achats des parts et absorption de la SNC
        Cotentin ................................................................................................................................... 34
    D - Le bilan financier de l’opération d’investissement .............................................................. 37
        LA SITUATION FINANCIERE DE LA SOMANOR .............................................. 38
    A - Le compte de résultat ............................................................................................................. 38
                  Des charges constituées essentiellement des amortissements......................................................... 38
                  Les produits .................................................................................................................................... 39
    B - L’analyse du bilan .................................................................................................................. 39
                  Le passif : les sources de financement ............................................................................................ 39
                  L’actif : les emplois du patrimoine ................................................................................................. 40
    C - L’équilibre du financement ................................................................................................... 41
        LA FREQUENTATION DU TRANSMANCHE ET SON IMPACT LOCAL ....... 44
    A - La fréquentation du Transmanche ....................................................................................... 44
    B - L’impact local du Transmanche ........................................................................................... 46
ANNEXES ............................................................................................................................... 49
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

                                                           SYNTHESE

             La SOMANOR est une société par actions simplifiée dont les actionnaires sont
deux sociétés d’économie mixte (SENACAL et SENAMANCHE) et l’armateur Brittany
Ferries. Son objet social est d’acquérir et de financer des navires affrétés à Brittany Ferries,
pour assurer des liaisons entre les ports de Caen-Ouistreham d’une part, Cherbourg d’autre part,
et la Grande-Bretagne. Les collectivités locales (région Normandie, départements du Calvados
et de la Manche). sont membres des SEM, dont l’unique objet est de servir de support juridique
à leur intervention et qui sont elles-mêmes membres de la SOMANOR. La légalité de
l’intervention des départements dans ce montage juridique n’est pas établie, en raison de la
suppression récente de leur clause de compétence générale et de la perte de leur compétence
économique. Le tourisme restant une compétence partagée entre collectivités, et le transport
maritime Transmanche ayant un impact touristique indéniable, cette compétence pourrait servir
partiellement de support juridique à leur intervention, pour autant que les collectivités s’y
inscrivent explicitement.

             L’unique raison d’être de la SOMANOR est de permettre aux collectivités locales
de participer indirectement au financement de navires affrétés à l’armateur. Le principe de la
coopération entre les parties repose sur le versement, par Brittany Ferries, d’un loyer
d’affrètement globalisé qui couvre l’ensemble des charges supportées par la SOMANOR. Sur
toute la période contrôlée, soit depuis 2008, la participation des collectivités au dispositif ne
s’est pas matérialisée par des versements de subventions ou d’aides en numéraire ou en nature
mais par la participation aux emprunts de financement du seul navire acquis sur cette période,
le Cotentin. C’est en étant indirectement co-emprunteuses, et en se portant indirectement
caution, que les collectivités apportent leur soutien à l’achat de navires. La seule exception à
l’intermédiation des SEM réside dans les avances remboursables accordées en 2016 par les
collectivités pour la mise aux normes des navires.

            Le risque d’exploitation et commercial des quatre navires de la flotte est transféré
à Brittany Ferries, qui s’est par ailleurs engagée à payer le loyer d’affrètement indépendamment
des conditions d’exploitation des navires. Dans le contexte économique et commercial récessif
des années 2008 et suivantes, les contraintes de rentabilité de la compagnie ont abouti à ce que
les navires achetés par la SOMANOR pour être affectés au départ de Cherbourg, ne l’ont été
que partiellement, voire ont été affectés à des lignes sans lien avec la Normandie. Le Cotentin
est ainsi sous-affrété, depuis 2013, à un armateur étranger sur une ligne non normande. Ces
décisions ont été validées par la SOMANOR et n’ont pas eu d’effet sur les comptes mais elles
posent la question de la légitimité de l’intervention des collectivités dans le financement de
navires non affectés en Normandie.

            D’un point de vue financier, l’investissement des collectivités dans le Transmanche
est une opération qui présente peu de risques. Elles sont indirectement propriétaires de navires
dont la valeur de marché pourrait être globalement supérieure à la valeur nette comptable. En
cas de liquidation de la société, elles récupéreraient leur capital initialement investi et un
éventuel bénéfice de la revente des navires. Ce constat dépend toutefois des conditions du
marché de la vente de navires d’occasion, fluctuant et dépendant de nombreux aléas extérieurs.
De plus, la viabilité financière du dispositif repose sur la capacité de Brittany Ferries à verser
le loyer, donc sur la bonne santé financière et commerciale de l’armateur. Enfin, les lignes
maritimes génèrent un afflux de passagers britanniques en Normandie, dont l’impact touristique
et économique est estimé à 102 millions d’euros (M€) en 2015.

                                                                                                                                        1
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

            En l’état actuel du marché et des conditions d’exploitation du Transmanche, le
soutien financier des collectivités à celui-ci est donc une opération favorable. Ce constat doit
cependant être tempéré par les possibles conséquences des relations entre le Royaume-Uni et
l’Union européenne sur les liaisons maritimes Transmanche. Ses effets et la capacité de
l’armateur à les absorber sont une source de risques réels et difficilement mesurables pour la
SOMANOR.

                         RAPPEL DE LA PROCEDURE

           La chambre a inscrit à son programme le contrôle de la SAS SOMANOR, pour les
années 2008 à 2016. Par lettres en date des 22 février, 7 mars et 26 août 2016, le président de
la chambre en a informé M. Pierre Mouraret, président de juillet 2008 à mai 2016, la société
Brittany Ferries, directeur général de la SOMANOR, et Mme Sophie Gaugain, présidente
depuis mai 2016. Les entretiens de fin de contrôle ont eu lieu le 23 novembre 2016 entre
M. Mouraret d’une part, Brittany Ferries d’autre part, et le rapporteur, et le 25 novembre
2016 entre Mme Gaugain et le rapporteur.

            Lors de sa séance du 12 décembre 2016, la chambre a arrêté ses observations
provisoires. Celles-ci ont été transmises le 22 décembre 2016 dans leur intégralité à
Mme Gaugain, M. Mouraret et Brittany Ferries. Des extraits ont été envoyés à un tiers mis en
cause.

             Le président de la société a répondu par un courrier daté du 21 février 2017. La
société Brittany Ferries a répondu par deux messages électroniques datés du 20 février. Le tiers
mis en cause a répondu par lettre datée du 26 janvier 2017. L’ancien président, M. Mouraret,
n’a pas répondu. Des précisions ont été demandées à la société Brittany Ferries, qui a répondu
par messages datés des 10, 15 et 24 mars 2017.

             Il est précisé qu’il a été demandé à la chambre de supprimer certaines données
chiffrées du rapport, au motif de leur caractère commercialement sensible. La chambre rappelle
qu’il lui appartient d’apprécier l’opportunité de ne pas divulguer des données, au regard de
l’utilité de leur publication pour le débat public. Les informations confidentielles et d'une
importance certaine, qui pourraient être utiles aux tiers, tels que des concurrents, des clients ou
des fournisseurs et qui n'ont fait l'objet d'aucune mention par l'entreprise dans les documents
publics de référence, peuvent être rendues publiques dès lors que leur publication peut
apparaître nécessaire à la formulation d'un constat public des juridictions financières,
notamment quand cette information contribue à un débat public sur une question d'intérêt
général.

              De plus, il n’existe pas de définition légale de l’information protégée par le secret
des affaires, désignée par la Commission européenne par trois critères : elle n’est pas publique
ou « aisément accessible », elle a une « valeur commerciale » parce qu’elle est secrète et elle
fait l’objet de « dispositions raisonnables destinées à [la] garder secrète. »

           Soucieuse néanmoins de ne pas porter atteinte aux intérêts ainsi mis en cause, la
chambre s’est attachée à ne faire mention des données chiffrées que lorsqu’elles étaient
publiques dans les comptes de la société ou d’autres documents.

             Il est enfin précisé que le contrôle a été guidé par le souci d’appréhender les
motivations et la légalité de l’intervention des collectivités dans le Transmanche, c’est-à-dire
du transport maritime vers la Grande-Bretagne, d’exposer leurs modes d’action et d’évaluer
l’équilibre juridique et économique des relations avec Brittany Ferries, affréteur des navires.
                                                                                                                                        2
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
       SOMANOR

                 La chambre a, en parallèle, contrôlé les actionnaires de la SOMANOR dont sont
       membres les collectivités, c’est-à-dire la SENACAL et la SENAMANCHE.

                   Après avoir entendu le rapporteur, la chambre a arrêté, le 27 avril 2017, le présent
       rapport d'observations définitives.

                   Le président du conseil départemental de la Manche a répondu par courrier
       enregistré au greffe de la chambre le 17 juillet 2017.

                    Ce rapport devra être communiqué par les ordonnateurs des collectivités publiques
       destinataires à leurs assemblées délibérantes lors de leur plus proche réunion suivant sa
       réception. Il fera l’objet d’une inscription à l’ordre du jour, sera joint à la convocation adressée
       à chacun de ses membres en donnera lieu à un débat.

                   Ce rapport sera communicable dans les conditions prévues au livre III du code des
       relations entre le public et l’administration.

                                     LA SOMANOR : CADRE D’ACTION ET CONDITIONS DE
                                     CREATION

                   Cette première partie expose les principales caractéristiques du trafic Transmanche,
       afin de mettre en perspective l’importance des lignes bas-normandes dans cet espace. Elle
       présente, en outre, les conditions de création de la société, du point de vue à la fois des
       motivations des collectivités et de ses modalités juridiques et comptables.

                           A-        Le transport maritime sur la Manche, cadre d’action de la SOMANOR

                   En 2014, plus de 45 millions de passagers ont traversé la Manche en passant par la
       France, tous moyens de transport confondus.

  trafic passagers
                                 2007            2008            2009         2010        2011           2012            2013            2014
    Transm anche
ensem ble
transm anche
                             43 295 269 41 532 141 39 859 292 40 716 183                41 887 935    42 012 786      43 400 959      45 197 561
(aérien, navire et
tunnel)

ensemble Eurotunnel 17 774 272 17 530 603 17 038 246 18 317 455                         18 995 695   19 975 925       20 447 889      20 979 408
ensemble passagers
                              7 450 997      6 988 538       6 488 530      6 020 237   6 648 753     6 785 219       6 979 568       7 506 860
aériens

ensemble ferries             18 070 000 17 013 000 16 332 516 16 378 491                16 243 487   15 251 642       15 973 502      16 711 293

Sources : données de INSEE1 2014, rapports de gestion SOMANOR et données Brittany Ferries

                   Il ressort de ces données que le tunnel sous la Manche est le premier mode de
       traversée, suivi par l’ensemble du trafic maritime, toutes compagnies et tous ports confondus.
       Le port de Calais, grâce à sa proximité géographique avec les côtes britanniques, est le départ
       de la majorité des traversées. En 2014, le port de Calais représentait ainsi plus de 41 % du trafic
       maritime de passagers ferries en France (hors croisières et excursions), Dunkerque 9,8 %,
       Caen-Ouistreham 3,8 %, Cherbourg 2 %, Dieppe et Le Havre respectivement 1,1 % et 1 %.

       1
           Institut national de la statistique et des études économiques.
                                                                                                                                               3
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
  SOMANOR

              En 2015, selon les estimations de Brittany Ferries2, les principaux opérateurs pour
  le trafic de véhicules de passagers et pour le fret sont Eurotunnel (respectivement 45 % et
  35 % de parts de marché), P&O (21 % et 35 %) et DFDS-LD (21 % et 23 %). Sur ces créneaux,
  Brittany Ferries occupe 12 % et 4 % du marché.

               Le nombre de passagers partant des ports bas-normands pour rejoindre la
  Grande-Bretagne est donc marginal par rapport à la totalité du trafic Transmanche (moins de
  3 % en 2014). Si l’enjeu de ces lignes, au regard de la globalité du trafic, est mineur, il ne l’est
  pas pour la compagnie Brittany Ferries, puisqu’elles représentent plus de la moitié du trafic
  total de la compagnie.

              Le transport maritime Transmanche est un marché fortement concurrentiel, sur
  lequel de nombreuses compagnies interviennent. Toutefois, sur les lignes normandes à
  destination de la Grande-Bretagne, une seule compagnie est la plupart du temps présente sur
  chaque port. Parmi elles, Brittany Ferries, dont les navires battent pavillon français, dispose
  d’un monopole de fait pour certaines liaisons, notamment au départ de Caen-Ouistreham, et
  d’une position très dominante pour les traversées Cherbourg-Portsmouth, puisque sur cette
  ligne, seul un faible pourcentage des liaisons lui échappe, assurées par une autre compagnie,
  Condor Ferries, qui effectue une rotation par semaine, entre juin et septembre. La liaison
  Cherbourg-Portsmouth n’est assurée par Brittany Ferries que la moitié de l’année, entre avril et
  septembre, à raison d’une traversée quotidienne.

                         Carte n° 1 : Compagnies maritimes sur les liaisons transmanche

Source : Atlas Transmanche 2014 – cité par le ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer

  2
      Source : procès-verbal du conseil d’administration de la SOMANOR du 1er décembre 2015.
                                                                                                                                          4
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

            S’agissant du fret, la comparaison se limite au champ d’action de Brittany Ferries,
le transport par camions. Ce mode de transport du fret n’est qu’une petite composante du
transport maritime, réparti notamment entre les conteneurs, les produits pétroliers et gaziers, le
vrac (liquide ou solide), les transports réfrigérés et le transport de marchandises
conventionnelles (équipements industriels, bois, etc.)3. En 2015, 1,34 million de camions ont
été transportés par P&O par le port de Calais, et 1,48 million par Eurotunnel4. La même année,
Brittany Ferries a fait transiter 172 536 camions sur l’ensemble de ses lignes, dont 132 691 sur
ses lignes normandes.

            Ces éléments permettent de mettre en perspective les enjeux régionaux du
Transmanche normand, dont la place est mineure parmi l’ensemble des acteurs de ce marché,
mais qui représente une part significative de l’activité de la compagnie Brittany Ferries.

                 B-      Le contexte de la création de la SOMANOR : les motivations et les
                         objectifs des collectivités locales

                         Les premières années d’exploitation des liaisons Transmanche, par le biais de
                         sociétés d’économie mixte

            Au début des années 1980, les autorités publiques ont conçu le projet de création
d’une liaison Transmanche au départ du port de Caen-Ouistreham, comme le moyen de
sauvegarder et de diversifier les activités industrielles et portuaires dans un contexte marqué
par la réduction d'activité induite par la fermeture de l'usine sidérurgique SMN. A l’époque, le
maire de la commune de Ouistreham, en évoquant les conditions de création de la ligne
Caen/Ouistreham-Portsmouth, mettait clairement l’accent sur la motivation économique
locale : « A l’époque, le port de Caen était menacé par l’arrêt prévisible des activités de la
SMN et de son côté, Ouistreham avait besoin d’être redynamisée. Nous étions tous motivés par
le développement économique qu’allait permettre l’ouverture de la ligne Ouistreham-
Caen/Portsmouth par la Brittany Ferries. C’était un coup formidable pour l’hôtellerie et la
restauration. Tous les travaux nécessaires à la réalisation du projet ont été l’œuvre de la ville
de Caen, de Ouistreham, du conseil [départemental] du Calvados et de la CCI de Caen. La
création de cette ligne a notamment conduit à terminer la 2x2 voies entre Caen et Ouistreham,
à aménager la voirie, à équiper le camping, à créer le port, la gare maritime de
Ouistreham… »5

            Outre cette motivation de développement local, l’objet du montage était également
de venir en soutien à la société Brittany Ferries, suivant en cela l’exemple de collectivités
bretonnes, qui avaient engagé la démarche de création d’une société d’économie mixte (SEM)
pour aider au financement des navires. La Commission européenne, dans sa décision du 8 mai
2001 sur l’aide d’Etat de la France à Brittany Ferries, souligne ainsi que : « en 1982, le groupe
BAI a rencontré des difficultés financières, liées au coût substantiel de l'acquisition de navires,
qui l'ont amené à se poser la question d'une éventuelle réduction de ses capacités, en se basant,
notamment, sur la suppression de plusieurs liaisons maritimes au départ de la région bretonne.
Les autorités locales ont réagi par la création successive de trois sociétés d'économie mixte
locales qui ont assuré l'acquisition des navires nécessaires pour le maintien des activités de
BAI. C'est ainsi que, en 1982, 1985 et 1991, les sociétés d'économie mixte Sabemen, Senacal et
Senamanche ont été créées, essentiellement dans le but d'agir comme partenaires de BAI. »

3
  Source : étude 2014 « Transport de marchandises – Caractéristiques de l’offre et capacité des modes de transport » - Centre d'études et
d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA).
4
  Source : ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer.
5
  Source : article du département du Calvados – « Brittany Ferries : 30 ans de la ligne Caen-Ouistreham / Portsmouth » – juin 2016.
                                                                                                                                        5
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

            C’est pour assurer la participation des collectivités locales à ce projet que la
SENACAL a été créée en 1985 par le département du Calvados et la ville de Caen, rejoints en
1990 par l’ancienne région Basse-Normandie. Les partenaires privés étaient, dès l’origine,
Brittany Ferries et la chambre de commerce et d’industrie de Caen.

            C’est dans un contexte similaire, pour des liaisons Transmanche au départ de
Cherbourg vers la Grande-Bretagne, que la SENAMANCHE a été créée en 1991 par le
département de la Manche et l’ancienne région Basse-Normandie. Brittany Ferries était
l’unique partenaire privé.

             L’objet social des SEM était de porter l’acquisition et le financement des navires,
affrétés à Brittany Ferries. Les collectivités locales ont donc participé, par le biais de ces SEM,
au financement des navires, soit directement, soit par l’intermédiaire de montages financiers
spécifiques. Les obligations respectives des SEM, propriétaires des navires, et de Brittany
Ferries étaient encadrées par des conventions.

                         La création des sociétés par actions simplifiées, afin de bénéficier d’un
                         dispositif juridique et fiscal plus avantageux

            Au début des années 2000, le financement du nouveau navire de la flotte normande,
le Mont-Saint-Michel, a entraîné la création d’une société par actions simplifiée (SAS), la
SOMACAL, société d’armement maritime du Calvados, au capital détenu par la SENACAL et
par Brittany Ferries.

             Le choix de faire supporter le financement du navire par une société ad hoc, et non
par la SENACAL, était motivé par la volonté de bénéficier des avantages du régime fiscal de
la taxe au tonnage. En effet, seuls peuvent en bénéficier les armateurs propriétaires des navires
ou les armateurs fréteurs coque nue (c’est-à-dire qui louent les navires en pleine responsabilité
de l’exploitation, comme c’est le cas de Brittany Ferries), mais dans ce dernier cas, seules les
sociétés détenues directement ou indirectement, à plus de 50 % par une société ayant opté pour
la taxe au tonnage, peuvent en bénéficier.

           En l’occurrence, la SEM ne pouvait ni avoir la qualité d’armateur, ni être détenue
directement ou indirectement par une société privée.

           Dès lors, la création de la SOMACAL a permis à Brittany Ferries de remplir les
conditions légales de la taxe au tonnage, puisqu’au plan fiscal, Brittany Ferries détenait
indirectement plus de 50 % des parts de la SOMACAL, par le biais de sa participation au capital
de la SENACAL.

           Ces nouveaux modes de financement se sont en outre mis en place dans un contexte
marqué par les difficultés commerciales auxquelles était confrontée Brittany Ferries, en raison
de « la concurrence de compagnies « low cost », ainsi qu’à une « guerre » tarifaire sans
précédent entre les opérateurs concernés par le trafic transmanche » (extrait de la convention
d’apport partiel d’actif de 2007).

            Pour les mêmes motifs, et selon le même schéma juridique, la SOMACOT, société
d’armement du Cotentin, a été créée en 2005 par la SENAMANCHE et Brittany Ferries pour
financer l’acquisition du navire Cotentin.

                                                                                                                                        6
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

            Entre 2005 et 2008, le schéma juridique des sociétés propriétaires de la flotte
anciennement bas-normande comportait donc deux SEM et deux sociétés par actions
simplifiées, chacune propriétaire d’un navire.

                         Le transfert des navires à une société unique

             Dans un souci de simplification des structures porteuses du financement des
navires, et pour bénéficier de la taxe au tonnage sur l’ensemble de la flotte, les collectivités et
Brittany Ferries ont transféré, en 2008, la propriété des quatre navires (Normandie, Barfleur,
Cotentin et Mont-Saint-Michel) à une société par actions simplifiée unique.

            Cette opération s’est traduite dans un premier temps, en février 2008, par le transfert
par les deux SEM à la SOMACAL et à la SOMACOT des navires, le Normandie et le Barfleur,
dont elles étaient propriétaires ou dont elles portaient le financement et les contrats existants
sur ces navires. En juillet 2008, les deux sociétés ont fusionné et sont devenues la SOMANOR,
afin que les quatre navires de la flotte soient regroupés dans une entité juridique unique. A
l’issue des opérations de restructuration, le capital de la SOMANOR était détenu
majoritairement par les deux SEM, le troisième actionnaire étant Brittany Ferries.

            Comme le précise la convention d’apport partiel d’actif signée en décembre
2007 entre la SENACAL et la SOMACAL, « en adoptant un tel mode de fonctionnement le
groupe Brittany Ferries pourra améliorer la gestion des navires, dès lors que détenus par une
seule société par région, ils pourront être affectés de la manière la plus optimale qui soit selon
les saisons et l’évolution du marché. Ainsi, les sociétés propriétaires des navires, filiales des
SEM, amélioreront leur capacité d’investissement par l’optimisation fiscale et nécessiteront
moins d’accompagnement financier de la part des collectivités en cas de nouvel investissement.
L’amélioration de la fiscalité, en particulier l’exonération totale ou partielle de plus-value à la
revente, permettra d’augmenter la capacité d’autofinancement de ces sociétés. »

            Depuis cette date, la SOMANOR est propriétaire et supporte le financement des
quatre navires de la flotte.

                 C-      L’appréciation de la régularité des opérations de transfert d’actif et de
                         fusion qui ont présidé à la création de la SOMANOR

          Le détail des opérations de transfert d’actif de la SENACAL vers la SOMACAL et
de la SENAMANCHE vers la SOMACOT est présenté dans les rapports relatifs à chacune des
SEM.

       Après le transfert d’actif de la SENACAL vers la SOMACAL et celui de la
SENAMANCHE vers la SOMACOT, l’opération s’est poursuivie par la fusion entre la
SOMACAL et la SOMACOT, la première absorbant la seconde.

            Le tableau suivant compare, à l’issue des opérations de transferts d’actif et de
fusion, les parts de chaque actionnaire dans le capital social de la SOMANOR et dans les
apports, constitués des actifs nets comptables transférés, des apports en numéraire et des valeurs
économiques des navires transférés.

                                                                                                                                        7
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

Tableau n° 1 : Comparaison des apports de chaque actionnaire dans le capital social de
                                  la SOMANOR

                        comparaison
                       part des apports                           SENACAL          SENAMANCHE             BF             total
                   et parts du capital social
     apports                                                      97 878 454        53 998 788       48 743 315 200 620 557
     part du total                                                 48,79 %           26,92 %          24,30 %
     nombre d'actions                                               31 812            17 563           16 148
     capital social SOMACAL                                       60 442 800        33 369 624       30 681 276 124 493 700
     part du total                                                 48,55 %           26,80 %          24,64 %
      Source : rapport du commissaire à la scission

            Les quotes-parts détenues par les actionnaires dans le capital social reflètent bien la
part de chacun dans les apports, ce qui permet de constater le caractère équitable de l’opération.

         En outre, d’un point de vue juridique, l’ensemble de ces opérations a été réalisé
conformément aux prescriptions du code de commerce.

            En particulier, les opérations d’apport d’actif des SEM vers les sociétés par actions
simplifiées ont été validées par des rapports de commissaires aux comptes sur la valeur des
apports.

            Quant à la fusion entre les deux sociétés par actions simplifiées, elle a été précédée,
conformément à la loi, d’un projet de fusion contenant, notamment, les motifs, buts et
conditions de l’opération, de rapports d’un commissaire à la fusion, nommé par le président du
tribunal de commerce, sur la valeur des apports et sur la rémunération des apports, et des
publications légales de l’avis de fusion.

            Les assemblées générales des quatre sociétés concernées ont approuvé les
opérations qui les concernaient, dans les conditions légales.

             La chambre constate la régularité des opérations juridiques et comptables qui ont
présidé à la création de la SOMANOR.

                         LA LEGALITE DE L’INTERVENTION DES COLLECTIVITES
                         LOCALES DANS LE TRANSMANCHE

          Depuis les années 1990, l’ancienne région Basse-Normandie, devenue région
Normandie, et les départements du Calvados et de la Manche sont donc copropriétaires de
navires de transport de passagers et de véhicules, affectés sur des lignes vers la
Grande-Bretagne et affrétés à un armateur privé.

             Cette activité atypique appelle une interrogation sur sa légalité juridique,
notamment au regard des évolutions légales récentes du périmètre de compétences des
collectivités.

                                                                                                                                        8
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

                 A-      Les SEM, outils d’intervention des collectivités dans un secteur
                         économique concurrentiel

            La participation des collectivités au financement des navires est indirecte,
puisqu’elles sont membres des SEM, elles-mêmes actionnaires de la SOMANOR.

            L’article L. 1521-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT) prévoit
que les collectivités et leurs groupements peuvent, « dans le cadre des compétences qui leur
sont reconnues par la loi, créer des sociétés d'économie mixte locales qui les associent à une
ou plusieurs personnes privées et, éventuellement, à d'autres personnes publiques pour réaliser
des opérations d'aménagement, de construction, pour exploiter des services publics à caractère
industriel ou commercial, ou pour toute autre activité d'intérêt général. »

             La SENACAL et la SENAMANCHE sont des intermédiaires financiers qui
interviennent dans le secteur concurrentiel et n’exercent pas d’activité d’aménagement, de
construction ou de gestion de service public. Ce constat avait déjà été posé par la chambre dans
un rapport de 1997 sur la SENACAL. La légitimité juridique de l’existence des SEM est donc
soumise à la double condition de la compétence des collectivités membres et de la satisfaction
de l’intérêt général.

             Plus globalement, quel que que soit le support de l’intervention, SEM ou SAS, il ne
fait pas de doute que l’intervention dans le Transmanche constitue une activité économique, au
sens du droit communautaire, comme du droit national. La légalité de l’activité économique
des personnes publiques est subordonnée au fait qu’elle s’inscrive dans le cadre de leurs
compétences et qu’il existe un intérêt public, résultant notamment de la carence ou de
l’insuffisance de l’initiative privée, ou d’autres circonstances, comme la satisfaction des besoins
de la population.

                 B-      La compétence des collectivités

             S’agissant du premier critère, celui de la compétence, la suppression de la clause de
compétence générale pour les régions et les départements par la loi du 7 août 2015 portant
nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), entrée en vigueur le 1er janvier
2016, en modifie sensiblement les conditions d’appréciation. Désormais, ces deux niveaux de
collectivités ne peuvent plus intervenir que dans les compétences qui leur ont été formellement
attribuées par un texte.

           La question ne se pose pas dans les mêmes termes pour les communes de Caen et
de Ouistreham, actionnaires de la SENACAL, dès lors que celles-ci ont conservé la clause de
compétence générale.

             La région est désormais responsable du développement économique sur son
territoire. En particulier, elle est seule compétente pour définir et octroyer des aides en faveur
de la création ou de l’extension d’activités économiques (article L. 1511-2-1 du CGCT). La
légalité de l’intervention de la région dans le financement du Transmanche, du point de vue de
sa compétence, ne fait donc pas débat.

                                                                                                                                        9
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

             En revanche, le département a perdu toute compétence économique de droit
commun et ne peut plus participer au financement des aides précitées en faveur des activités
économiques, engagées par la région. Depuis l’entrée en vigueur de la loi précitée, les
départements actionnaires de SEM, dont l’objet social s’inscrit dans le cadre d’une compétence
que la loi attribue à un autre niveau de collectivité, peuvent continuer à participer au capital de
ces sociétés mais doivent céder, au plus tard le 31 décembre 2016, plus des deux tiers des actions
détenues dans ces sociétés (VII de l’article 133). Cette cession, dans le silence des textes, est
réputée s’effectuer à titre onéreux.

             En l’occurrence, la cession par les départements du Calvados et de la Manche de
leurs parts dans les SEM n’est pas envisagée.

              Le développement touristique généré par les lignes maritimes pourrait justifier, en
partie, l’intervention des départements, dès lors que ces derniers ont conservé une compétence
dans ce domaine, en vertu de l’article L. 1111-4 du CGCT : « Les compétences en matière de
culture, de sport, de tourisme, de promotion des langues régionales et d'éducation populaire
sont partagées entre les communes, les départements, les régions et les collectivités à statut
particulier. »

            La chambre relève toutefois que ni les départements, ni la région, ne se sont
officiellement fixé un objectif de développement touristique pour justifier leur participation au
Transmanche.

                    C-      La présence d’un intérêt public local

             S’agissant du second critère, celui de l’intérêt public, il peut notamment résulter de
la carence ou l’insuffisance de l’initiative privée, ou d’autres circonstances, comme la
satisfaction des besoins de la population.

            En l’occurrence, l’objet des SEM et de la SOMANOR est de financer et d’acquérir
des navires. Les collectivités, en participant au financement des navires, permettent à l’affréteur
de bénéficier de conditions d’emprunt plus avantageuses que si ce dernier en finançait seul et
directement l’acquisition. La carence de l’initiative privée n’est donc pas le fondement juridique
de l’intervention des collectivités.

             En 1997, la chambre considérait que la SEM « avait été conçue par les collectivités
[…] pour être l’instrument d’une politique de développement économique régional,
d’aménagement du territoire et de défense de l’emploi, dont la responsabilité incombe à l’Etat
(article L. 2251-1 du CGCT), ce champ d’action dépassant largement le cadre défini par la loi
du 7 juillet 1983 relatives aux SEML. »

             Les motivations qui ont présidé à la création des SEM, puis de la SOMANOR,
étaient initialement celles du développement économique local (cf. supra, propos du maire de
Ouistreham). L’impact touristique est également mis en avant par les décideurs locaux. Le
département du Calvados, dans une publication récente, estime ainsi qu’« à travers les séjours
touristiques et l’emploi qu’elle génère, mais aussi à travers son approvisionnement et ses
opérations de maintenance qu’elle effectue sur le territoire, la compagnie Brittany Ferries
contribue directement au développement économique normand. »6

6
    Source : article du département du Calvados – « Brittany Ferries : 30 ans de la ligne Caen-Ouistreham / Portsmouth » – juin 2016.
                                                                                                                                        10
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

             L’impact touristique et économique de la ligne maritime (cf. développements
ultérieurs), même si ce n’est pas l’objectif initial de l’intervention des collectivités locales, est
indéniable.

            Dans ces conditions, l’intervention des collectivités peut paraître justifiée au regard
de l’avantage qu’elle représente pour l’intérêt public local.

            En conclusion, l’intervention des collectivités dans le Transmanche ne soulève pas
de difficultés du point de vue de la légalité de ces dernières à intervenir, excepté pour les
départements, dont la participation est sujette à caution depuis la suppression de leur clause de
compétence générale et de leur compétence économique. La justification juridique de leur
intervention suppose la poursuite d’un objectif de développement touristique, qui n’est pas
aujourd’hui formalisé.

                         LES INSTANCES DE LA SOMANOR

             La SOMANOR est une société par actions simplifiée (SAS) relevant des
dispositions des articles L. 227-1 et suivants du code de commerce. Cette forme de société offre
une grande souplesse en matière d’organisation et de fonctionnement, le code précisant que
« Les statuts fixent les conditions dans lesquelles la société est dirigée. » Ce type de société est,
par ailleurs, caractérisé par le fait que les associés ne supportent les éventuelles pertes qu’à
concurrence de leur apport.

                 L’objet indiqué par les statuts est :
                 - le financement et l’acquisition d’un potentiel de transport maritime, constitué de
                   navires transbordeurs en vue de leur affectation par voie de charte à temps ou
                   d’affrètement coque nue sur des lignes internationales à un armement assurant
                   des services de marchandises et de passagers, dont l’activité est principalement
                   basée sur la desserte des ports de Caen-Ouistreham et de Cherbourg ;
                 - la participation directe ou indirecte dans toutes sociétés pouvant se rattacher à
                   l’objet social ;
                 - et, généralement, toutes opérations financières, commerciales, industrielles,
                   mobilières et immobilières pouvant se rattacher directement ou indirectement à
                   l’objet social.

                 Cet objet statutaire est conforme à l’activité de la société.

          Le siège social de la société est situé à Caen, dans les locaux du conseil régional de
Normandie.

                 A-      L’actionnariat

                                 Tableau n° 2 : Composition de l’actionnariat

          Actionnaire                    Nombre d’actions                 Capital en euros (€)                 Part du capital
           SENACAL                             31 812                           60 442 800                         48,55 %
       SENAMANCHE                              17 560                           33 364 000                         26,80 %
    BRITTANY FERRIES                           16 151                           30 686 900                         24,65 %
            Total                         65 523                               124 493 700                        100,00 %
Source : document de gestion transmis par la SOMANOR

                                                                                                                                      11
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

       Les collectivités locales, si elles ne sont pas directement membres de la
SOMANOR, y participent par le biais des SEM.

             Tableau n° 3 : Participation indirecte des actionnaires à la SOMANOR
                                  actionnaire                           actions          capital         part du capital
                                         BF                              33 089        62 869 222             50,50 %
                               région Normandie                          15 733        29 893 509             24,01 %
                          département du Calvados                        9 696         18 422 965             14,80 %
                         département de la Manche                        6 037         11 470 543             9,21 %
                                  ville de Caen                            375           713 225              0,57 %
                              ville de Ouistreham                          188           356 613              0,29 %
                                       divers                              404           767 624              0,62 %
                                       total                             65 523        124 493 700           100,00 %

               Sources : document de gestion transmis par la SOMANOR et statuts des SEM

             L’actionnaire majoritaire de la SOMANOR est donc Brittany Ferries, condition sine
qua non pour bénéficier du statut d’armateur et, donc, de la taxe au tonnage. Cette position
majoritaire n’empêche pas les collectivités d’être majoritaires dans les organes de décision
(cf. infra).

            La répartition de l’actionnariat est retracée dans le livre des mouvements de titres,
enregistré au greffe du tribunal de commerce et détenu par le conseil juridique de la société.

           Les actions de Brittany Ferries sont gagées auprès de banques, en garantie des prêts
obtenus par la société en 2008, pour financer ses apports en numéraire dans les SAS qui ont
fusionné.

                 B-      Le conseil d’administration

                 Il est composé de douze administrateurs :
                 - quatre désignés par la SENACAL, dont deux conseillers départementaux du
                   Calvados et deux conseillers régionaux issus du département du Calvados ;
                 - quatre désignés par la SENAMANCHE, dont deux conseillers départementaux
                   de la Manche et deux conseillers régionaux issus du département de la Manche ;
                 - quatre représentants de Brittany Ferries.

            Au total, la région Normandie est donc représentée par quatre administrateurs, et
les départements du Calvados et de la Manche par deux administrateurs chacun.

                 Les administrateurs ne sont pas rémunérés.

             Le conseil d’administration détermine les orientations de l’activité de la société et
veille à leur mise en œuvre. Il a une compétence exclusive en matière d’investissement ou de
financement d’investissement, ainsi qu’en matière d’acquisition ou de vente de navire. Au cours
de la période contrôlée. les attributions du conseil d’administration ont bien été respectées.

                 Ses conditions de réunion et de délibération n’appellent pas de commentaire.

                                                                                                                                      12
Rapport d’observations définitives de la chambre régionale des comptes Normandie sur la gestion de la société par actions simplifiée (SAS)
SOMANOR

                 C-      L’assemblée générale

           L’assemblée générale est présidée par le président de la société. Elle se réunit au
moins une fois par an.

            Elle a des compétences exclusives, notamment en matière d’approbation des
comptes, d’affectation des résultats, de modification du capital ou des statuts. Le droit de vote
est proportionnel à la quotité du capital détenue par actionnaire.

           Les modalités de convocation et de réunion de l’assemblée générale n’appellent pas
d’observations, sauf sur le fait que les procès-verbaux ne sont signés que par le président,
contrairement aux statuts (article 25) qui prévoient leur signature par tous les associés présents.

            La chambre recommande à la société de veiller au respect de ses statuts en faisant
signer les procès-verbaux des assemblées par l’ensemble des associés présents.

                 D-      Le président du conseil d’administration, président de la société

            Le président du conseil d’administration est le président de la société. Il est nommé
à la majorité des voix par le conseil d’administration pour trois ans, mandat renouvelable, sans
limite d’âge.

            Mme Sophie Gaugain est présidente du conseil d’administration depuis le 25 mai
2016. Elle a été élue, conformément aux statuts, par les membres du conseil d’administration
et parmi les administrateurs représentants de SENACAL ou SENAMANCHE. Elle a succédé à
M. Pierre Mouraret, président depuis la création de la SOMANOR.

            Les statuts prévoient que le président n’est pas rémunéré au titre de ses fonctions.
Ils disposent que le président représente la société à l’égard des tiers et est investi des pouvoirs
les plus étendus pour agir au nom de la société, dans la limite de l’objet social et des réserves
de la réglementation et des statuts. Il est toutefois encadré dans ses prérogatives par l’obligation
d’obtenir l’accord du conseil d’administration pour effectuer certaines opérations, notamment
en matière de financement et d’investissement.

                 E-      Le directeur général

           Les statuts prévoient que la société est dirigée par la société Brittany Ferries en
qualité de directeur général. Le code de commerce prévoit la possibilité de nommer une
personne morale en tant que président ou directeur général.

                 Le directeur n’est pas rémunéré au titre de cette fonction.

           L’article 22 des statuts lui confère les mêmes pouvoirs et les mêmes limitations que
ceux du président. Il est précisé qu’au « titre de son mandat de direction générale, la société
BAI-BF aura compétence en matière financière (conception, montage et suivi des opérations
de financement) et de tenue des comptes. »

                 F-      Le secrétaire général

         Un secrétaire général a été nommé en juillet 2008 par le conseil d’administration,
conformément aux statuts. Il s’agit de l’expert-comptable des SEM SENACAL et
SENAMANCHE.

                                                                                                                                      13
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler