REFERENTIEL THEMATIQUE : DEFENSE, JUSTICE, SECURITE ET TRANQUILLITE PUBLIQUES, PREVENTION DE LA DELINQUANCE

 
REFERENTIEL THEMATIQUE : DEFENSE, JUSTICE, SECURITE ET TRANQUILLITE PUBLIQUES, PREVENTION DE LA DELINQUANCE
REFERENTIEL THEMATIQUE :

DEFENSE, JUSTICE, SECURITE ET TRANQUILLITE PUBLIQUES, PREVENTION
                        DE LA DELINQUANCE
DISPOSITIFS DE DROIT COMMUN DANS LE DOMAINE DE LA DEFENSE......................................................................................................................................................................................4

   1)      LES ENGAGEMENTS ....................................................................................................................................................................................................................................................................... 4
   2)      LE POINT DE CONTACT ................................................................................................................................................................................................................................................................... 4
   3)      LES DISPOSITIFS ............................................................................................................................................................................................................................................................................ 5

DISPOSITIFS DE DROIT COMMUN DANS LE DOMAINE DE LA JUSTICE .......................................................................................................................................................................................6

   1)   LES ACTEURS DE L’INSTITUTION JUDICIAIRE ......................................................................................................................................................................................................................................... 6
   2)   L’ORGANISATION TERRITORIALE DES SERVICES DE LA JUSTICE ................................................................................................................................................................................................................. 7
     L’organisation territoriale des services judiciaires ....................................................................................................................................................................................................................... 7
     L’organisation territoriale de l’administration pénitentiaire (AP) ................................................................................................................................................................................................ 8
     L’organisation territoriale de la Protection judiciaire de la Jeunesse (PJJ) ................................................................................................................................................................................. 10
   3) LES ENGAGEMENTS DU GOUVERNEMENT ......................................................................................................................................................................................................................................... 12
     Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre de la convention bilatérale Justice Ville..................................................................................................................................... 12
     Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre du Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2013-2017) ................................................ 13
     Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale de prévention de la délinquance ......................................................................................... 14
   4) LA GOUVERNANCE ...................................................................................................................................................................................................................................................................... 15
     Le conseil local ou intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD/CISPD) .......................................................................................................................................... 15
     Les groupes locaux de traitement de la délinquance (GLTD) ..................................................................................................................................................................................................... 16
     Les cellules de coordination opérationnelle des forces de sécurité intérieure (CCOFSI) et du partenariat (CCOP) des zones de sécurité prioritaires ............................................................... 16
     Conseils départementaux de l’accès au droit (CDAD) ................................................................................................................................................................................................................ 17
   5) LES DISPOSITIFS .......................................................................................................................................................................................................................................................................... 17
     Maison de justice et du droit (MJD) ........................................................................................................................................................................................................................................... 17
     Points d’Accès au Droit............................................................................................................................................................................................................................................................... 18
     Bureaux d'aide aux victimes (BAV) ............................................................................................................................................................................................................................................. 18
     Mesures alternatives aux poursuites ......................................................................................................................................................................................................................................... 18
     Le travail d’intérêt général ......................................................................................................................................................................................................................................................... 19
     Politiques d’insertion mises en œuvre par l’administration pénitentiaire ................................................................................................................................................................................. 20
     Politiques d’insertion mises en œuvre par la PJJ ........................................................................................................................................................................................................................ 21

DISPOSITIFS DE DROIT COMMUN DANS LE DOMAINE DE LA SÉCURITÉ ET DE LA TRANQUILLITÉ PUBLIQUES ..........................................................................................................................26

   1)   QUI ? ....................................................................................................................................................................................................................................................................................... 26
     La police et la gendarmerie nationales ..................................................................................................................................................................................................................................... 26
     Le procureur de la République.................................................................................................................................................................................................................................................... 27
     Le maire...................................................................................................................................................................................................................................................................................... 27
     Le président de conseil général .................................................................................................................................................................................................................................................. 27
   2) INTERCOMMUNALITE ET ORGANISATION TERRITORIALE DES SERVICES DE L’ETAT ....................................................................................................................................................................................... 28

                                                                                                                                                                                                                                                                                      2
3)  SECURITE ET TRANQUILLITE PUBLIQUES DANS LE CONTRAT DE VILLE ...................................................................................................................................................................................................... 28
     Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre des conventions bilatérales Intérieur Ville et Justice Ville ......................................................................................................... 28
     Engagements des autres partenaires mobilisés dans le champ de la sécurité et de la tranquillité publiques : ......................................................................................................................... 31
   4) GOUVERNANCE ET MODALITES DE PILOTAGE .................................................................................................................................................................................................................................... 32

DISPOSITIFS DE DROIT COMMUN DANS LE DOMAINE DE LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE ...........................................................................................................................................35

   1)      PREVENTION DE LA DELINQUANCE ET CONTRAT DE VILLE ..................................................................................................................................................................................................................... 35
   2)      FINANCEMENT DES ACTIONS DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE DES CONTRATS DE VILLE ........................................................................................................................................................................ 36
   3)      GOUVERNANCE DE LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE..................................................................................................................................................................................................................... 36
        Le pilotage de la politique de la prévention de la délinquance .................................................................................................................................................................................................. 37
        Les effets du transfert de la compétence « politique de la ville » vers les EPCI sur la gouvernance locale de la prévention de la délinquance ........................................................................ 38
        Le cas des métropoles ................................................................................................................................................................................................................................................................ 38
        La gouvernance des zones de sécurité prioritaires (ZSP)............................................................................................................................................................................................................ 39
        Les bonnes pratiques en matière de prévention de la délinquance ........................................................................................................................................................................................... 40

                                                                                                                                                                                                                                                                               3
DISPOSITIFS DE DROIT COMMUN DANS LE DOMAINE DE LA DEFENSE

Le ministère de la Défense, par son « rôle social », souscrit aux enjeux de la politique de la ville. À l’intérieur des secteurs
particulièrement touchés par l’exclusion sociale, les principes fondateurs des armées doivent contribuer à renforcer la cohésion avec
le reste du territoire : lien armées-nation, participation au parcours de citoyenneté prévu par la loi (Journée Défense et citoyenneté),
recrutement (les armées sont le premier recruteur public de jeunes…).

1) Les engagements

La convention d’objectifs signée avec le ministère de la défense et des anciens combattants fixe un certain nombre d’engagements
qui concourent à la réalisation de ces objectifs. Il s’agit notamment d’impliquer les réservistes locaux à la jeunesse et la citoyenneté
(RLJC) dans les futurs contrats de ville.
En effet, la présence de terrain des RLJC est de nature à mieux faire connaitre auprès des jeunes des quartiers de la politique de la
Ville la Défense et les opportunités qu’elle offre notamment en matière de formation, de recrutement et d’emplois, tant militaires que
civils.

Les opportunités offertes par le plan égalité des chances (PEC) du ministère de la Défense seront également promues ainsi que les
actions mémorielles qui devront être adaptées au contexte des quartiers de la politique de la ville.

2) Le point de contact

Le délégué militaire départemental (DMD) est le représentant départemental de l’officier général de zone de défense et de sécurité
(OGZDS), responsable d’une des sept régions militaires qui maillent le territoire national. Le DMD conseille également le préfet sur le
plan militaire (notamment pour la mise en œuvre du plan Vigipirates). Enfin, il est chargé du suivi du partenariat institutionnel et
associatif.

Le DMD est le premier point de contact du ministère de la Défense qu’il conviendra d’associer à l’élaboration du contrat de ville. Il
pourra le cas échéant fixer les orientations de la Défense et mobiliser le droit commun dans le cadre du comité de pilotage et de suivi
du contrat de ville. Il pourra également impliquer les RLJC (dont il est le supérieur hiérarchique) à la mise en œuvre opérationnelle
des engagements.

                                                                                                                                      4
3) Les dispositifs

      En complément de la convention d’objectifs, les liens électroniques du tableau ci-joint présentent plus précisément les dispositifs
      spécifiques du plan égalité des chances (PEC) piloté au niveau national par le Délégué Ministériel à la Jeunesse et à l’Egalité des
      Chances (DMJEC).
      Dispositif                          Liens                                                        Description
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   Le DMJEC anime, coordonne et fait connaître les actions en faveur de la jeunesse,
Le Délégué ministériel   -des-chances/le-dmjec/les-missions          notamment dans le cadre du plan égalité des chances (PEC) du ministère de la
    à la jeunesse et à                                               Défense.
 l’égalité des chances   http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite
         (DMJEC)         -des-chances/le-pec/les-missions-du-pec
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   Exerçant dans les quartiers de la politique de la ville, les RLJC ont pour rôle d’assurer
Les réservistes locaux   -des-chances/les-rljc/reservistes-locaux-   l’interface entre les jeunes et la Défense, d’organiser des actions favorisant une
 à la jeunesse et à la   a-la-jeunesse-a-la-citoyennete              meilleure citoyenneté, et ainsi d’aider à l’intégration sociale en repérant des jeunes
 citoyenneté (RLJC)                                                  méritants dans les quartiers difficiles et en les informant des modalités et démarches
                                                                     pour bénéficier des opportunités offertes par le ministère de la Défense.
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   Cette action permet à des collégiens des quartiers prioritaires de la politique de la ville
Les classes défense      -des-chances/les-cdsg                       de découvrir le milieu de la Défense dans le cadre d'un partenariat pluriannuel entre
 et sécurité globale                                                 l’établissement scolaire et une unité militaire. En 2014, plus de 80 CDSG sont en place.
      (CDSG)
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   L'action " Cadets de la défense " vise les jeunes de 14 à 16 ans et doit faciliter
                         -des-chances/les-cadets/les-cadets          localement la mixité sociale par des contacts entre jeunes de milieux différents.
  Les cadets de la                                                   Le dispositif consiste à accueillir au sein de formations militaires, hors temps scolaire,
      Défense                                                        des collégiens de 3e afin de leur faire découvrir le monde militaire et de les initier, via
                                                                     des activités éducatives, culturelles, ludiques et sportives, au savoir-être, à l’éthique
                                                                     civique et aux valeurs collectives qu’incarnent les armées.
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   L’action « lycées » consiste, tout en maintenant leur niveau d’excellence, à ouvrir
                         -des-chances/les-lycees-de-la-              ceux-ci à des jeunes méritants de milieu défavorisé, dans le Second cycle (15% des
Lycées de la Défense     defense/les-lycees-de-la-defense            places y sont réservées à des boursiers) comme dans le Supérieur (CPES, classes
                                                                     préparatoires à l’enseignement supérieur).
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   Cette action consiste à faire accompagner par des élèves officiers, ingénieurs ou
                         -des-chances/le-tutorat/tutorat             médecins militaires des lycéens de bon niveau, mais dont la situation familiale et
      Le tutorat                                                     sociale peut brider l’ambition. Elle est conduite par les 8 Grandes écoles de la
                                                                     Défense (dont les 3 Grandes écoles militaires).
                         http://www.defense.gouv.fr/jeunes/egalite   Afin de permettre au plus grand nombre de pouvoir prétendre aux possibilités offertes
                         -des-chances/les-formations-                par la Défense et de se doter d’une première expérience dans le monde du travail, le
   Les formations
                         qualifiantes/les-formations-qualifiantes    ministère cherche à développer ses capacités d’accueil en termes de stages et de
    qualifiantes
                                                                     formations en alternance (apprentissage et PACTE, parcours d’accès aux fonctions
                                                                     publiques territoriale, hospitalière et de l’État).

                                                                                                                                                           5
DISPOSITIFS DE DROIT COMMUN DANS LE DOMAINE DE LA JUSTICE
Dans les quartiers de la politique de la ville, les attentes des habitants à l’égard du droit et de la justice sont fortes. L’inscription de
l’institution judiciaire dans cette politique interministérielle a donné lieu ces dernières années au développement de plusieurs
dispositifs de proximité ainsi qu’à la participation de nombreux magistrats et personnels de la protection judiciaire de la jeunesse et de
l’administration pénitentiaire à des instances partenariales et au développement de mesures alternatives aux poursuites et à
l’incarcération.
Parallèlement, les questions de sécurité demeurent l’une des principales préoccupations des habitants.

Lors de la concertation sur la réforme de la politique de la Ville, les acteurs locaux et les habitants se sont largement exprimés sur ces
sujets et ont manifesté le souhait que la justice et les forces de l’ordre agissent davantage au plus près du terrain, pour garantir
l’accès au droit et la sécurité des habitants des quartiers tout en renforçant leur lien avec la population.

L’instauration d’une justice proche des citoyens, l’accès au droit, le règlement des conflits par la médiation, les alternatives aux
poursuites et l’action en faveur de l’insertion permettent d’associer d’autres acteurs institutionnels et surtout la société civile à la
fonction régulatrice et réparatrice de la Justice.

1) Les acteurs de l’institution judiciaire

La dépêche du ministre de la justice du 11 juin 2014, rappelle les objectifs fixés dans la convention triennale signée en juillet 2013 et
souligne l’importance de l’implication des procureurs de la République dans l’élaboration des contrats de ville dont ils seront
signataires.

   Les présidents de tribunaux de grande instance (TGI) et les procureurs de la République

Voir ci-dessous l’organisation territoriale des services judiciaires.
Voir plus loin les dispositifs où interviennent les présidents des TGI : CDAD, MJD, PAD, BAV
Voir plus loin les dispositifs où interviennent les procureurs : mesures alternatives aux poursuites,TIG, GLTD, CCOSI, CCOP

   Les services de l’administration pénitentiaire (AP)

Voir ci-dessous l’organisation territoriale des services de l’AP.
Voir plus loin les dispositifs où interviennent ces services : mesures alternatives aux poursuites, TIG, politiques d’insertion au profit
des personnes placées sous main de justice.

                                                                                                                                          6
   Les services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)

Voir ci-dessous l’organisation territoriale des services de la PJJ.
Voir plus loin les dispositifs où interviennent ces services : mesures alternatives aux poursuites, TIG, « PJJ promotrice de santé »,
Ateliers, classes et internats « relais », Activités de jour.

2) L’organisation territoriale des services de la Justice

L’organisation territoriale des services judiciaires

La Justice est organisée en deux ordres :

-   un ordre administratif pour les litiges entre un particulier et une personne publique (administration, collectivité territoriale, personne
    privée chargée d'une mission de service public) ou entre administrations ; les juridictions de l’ordre administratif comprennent le
    Conseil d’État, 8 Cours administratives d’appel et 42 Tribunaux administratifs.

-   un ordre judiciaire pour résoudre les conflits entre les personnes (individus, associations, entreprises, etc.) et pour sanctionner les
    auteurs d’infractions pénales.

En cas de conflit de compétence entre les deux ordres, le Tribunal des conflits désigne l'ordre compétent.

Les juridictions de l’ordre judiciaire comprennent notamment :
    la Cour de cassation
    36 cours d’appel et, outremer, 1 tribunal supérieur d’appel
    161 tribunaux de grande instance et, outremer, 4 tribunaux de première instance.

Voir la carte de France des services judiciaires :
http://www.justice.gouv.fr/art_pix/C_19_TI.pdf

Chaque département contient un ou plusieurs tribunaux de grande instance ou de première instance. En principe, ce tribunal (TGI)
est situé au chef-lieu du département ou de l’arrondissement.
Dans les départements les plus peuplés, il peut y avoir plusieurs TGI ; il y a, par exemple, 6 TGI dans le département du Nord :
Avesnes-sur-Helpe, Cambrai, Douai, Dunkerque, Lille, Valenciennes.

                                                                                                                                            7
Le TGI géographiquement compétent est en principe celui du lieu où demeure le défendeur ou celui du lieu de l'infraction ou du
domicile du mis en cause. Toutefois, des exceptions existent pour certains litiges.

Chaque TGI regroupe des magistrats professionnels, divisés en deux entités :

-   le « siège » composé de juges : président, vice-présidents et juges ordinaires,

-   et le « parquet » composé du procureur et de ses substituts, chargé de recevoir les plaintes, diriger les enquêtes, mettre en
    mouvement l’action publique et requérir l’application de la loi et le prononcé de peines, et plus généralement de veiller à la
    défense des intérêts généraux de la société devant les juridictions pénales.

Chaque TGI a une direction bicéphale composée du président du tribunal et du procureur de la République près ledit tribunal.
Le tribunal correctionnel et le tribunal pour enfants sont des composantes du TGI.

L’article 39-2 du code de procédure pénale dispose que le procureur de la République anime et coordonne dans le ressort du tribunal
de grande instance la politique de prévention de la délinquance dans sa composante judiciaire, conformément aux orientations
nationales de cette politique déterminée par l’Etat.

Les parquets de taille importante ont nommé des magistrats référents par territoire.
Ainsi le parquet de Paris a, par exemple, nommé un référent par arrondissement pour 3 de ses sections : section en charge de la
permanence (traitement en temps réel), section en charge des mineurs auteurs et victimes et section en charge de l’action publique
territoriale.

L’organisation territoriale de l’administration pénitentiaire (AP)

http://www.justice.gouv.fr/prison-et-reinsertion-10036/ladministration-penitentiaire-10037/reseau-partenarial-de-lap-12014.html

La direction de l’administration pénitentiaire est chargée d'une double mission :

    -   mission de garde et de sécurité, en assurant le maintien en détention des personnes qui lui sont confiées par l'autorité
        judiciaire. Les mesures prononcées interviennent avant ou après jugement et sont exécutées soit en milieu fermé, soit en
        milieu ouvert ;

                                                                                                                                  8
-   mission de prévention de la récidive, qui consiste à préparer la réinsertion des personnes placées sous main de justice et à
       assurer le suivi des mesures et peines exécutées en milieu ouvert, en collaboration avec des partenaires publics et associatifs.

Cette double mission a été réaffirmée à l’article 1 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009, qui précise que « Le régime
d'exécution de la peine de privation de liberté concilie la protection de la société, la sanction du condamné et les intérêts de la victime
avec la nécessité de préparer l'insertion ou la réinsertion de la personne détenue afin de lui permettre de mener une vie responsable
et de prévenir la commission de nouvelles infractions ».

Si ces missions relèvent du service public pénitentiaire, le législateur a précisé qu’elles requièrent le concours des autres services de
l'Etat, des collectivités territoriales, des associations et d'autres personnes publiques ou privées (article 3 de la loi pénitentiaire du 24
novembre 2009).

L’organisation territoriale de l’administration pénitentiaire se décline de la façon suivante :

   -   au niveau interrégional : les directions interrégionales des services pénitentiaires (DISP) , au nombre de 9, et la mission des
       services pénitentiaires d’outre mer (MOM), coordonnent l’activité des 190 établissements pénitentiaires et des 103 services
       pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP).

   -   au niveau départemental : les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) interviennent auprès des personnes
       incarcérées (prévenues ou condamnées) et sur saisine des autorités judiciaires pour les mesures alternatives aux poursuites,
       les mesures présentencielles et les mesures postsentencielles avec pour finalité essentielle la réinsertion des personnes
       placées sous main de justice.

Voir la Carte des structures de l'administration pénitentiaire

                      FOCUS : Les missions des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP)

Service à compétence départementale, les SPIP exercent différentes missions, à la fois en milieu ouvert et en milieu fermé :
  - aide à la décision judiciaire : le SPIP analyse l'ensemble des informations concernant la situation des personnes placées sous
     main de justice (PPSMJ). Ces éléments permettent à l'autorité judiciaire de mieux individualiser la peine et de prononcer des
     aménagements de peine les plus adaptés ;
  - évaluation et suivi de la situation des PPSMJ : contrôle des obligations auxquelles elles doivent se soumettre, information des
     autorités judiciaires sur le déroulement des mesures ;
  - préparation à la sortie pour les personnes incarcérées ;

                                                                                                                                           9
- développement et coordination d'un réseau de partenaires institutionnels, associatifs et privés afin de faciliter l'accès des
               personnes placées sous main de justice aux dispositifs de droit commun : accès aux droits sociaux, à l'emploi, à la formation,
               au logement.

         Les SPIP oeuvrent plus particulièrement au travail sur le sens de la peine, afin de concourir au maintien ou à la restauration de
         l'autonomie et à la responsabilisation des personnes suivies.

         Depuis leur création il y a 12 ans, les SPIP ont vu leurs missions se recentrer sur la priorité donnée à la prévention de la récidive.
         Dans cette perspective, ils concourent à la mise en place et à la réalisation de différents programmes tels que les programmes de
         prévention de la récidive (PPR), les stages de citoyenneté ou encore les programmes courtes peines.

        L’organisation territoriale de la Protection judiciaire de la Jeunesse (PJJ)

        La direction de la Protection judiciaire de la Jeunesse (DPJJ) est chargée, en vertu du décret n ° 2008-689 du 9 juillet 2008 relatif
        à l’organisation du ministère de la Justice, de « l’ensemble des questions intéressant la justice des mineurs et de la concertation
        entre les institutions intervenant à ce titre ». A ce titre, elle :
        - conçoit, en liaison avec les directions compétentes, les normes et les cadres d’organisation de la justice des mineurs ;
        - garantit, directement ou par son secteur associatif habilité, une aide aux décisions de l’autorité judiciaire, dans le cadre des
            mesures d'investigation préalables aux décisions de fond du magistrat ;
        - assure, directement ou par son secteur associatif habilité, la prise en charge de mineurs sous protection judiciaire,
            essentiellement au pénal. Dans ce cadre pénal, il s’agit de permettre à un mineur ou à un jeune majeur de prendre conscience de
            l’acte qu’il a commis, tout en veillant à son insertion sociale, scolaire ou professionnelle. Le traitement éducatif de la délinquance
            des mineurs s’inscrit dans le champ de la protection de l’enfance, qui doit être considérée comme une approche d’ensemble et
            coordonnée1.
        - fournit, une intervention éducative continue auprès des mineurs détenus ;
        - garantit à l’autorité judiciaire, par le contrôle, l’audit et l’évaluation, la qualité de l’aide aux décisions et celle de la prise en
            charge quel que soit le statut des services et établissements sollicités.

        Pour ce faire, la DPJJ dispose de deux réseaux :
           le secteur public constitué de 220 établissements et services relevant directement du ministère de la justice ;
           le secteur associatif constitué de 1 320 établissements et services habilités et contrôlés par le ministère de la justice et
              relevant d’environ 500 associations.

1
    Circulaire d’orientation du 6 mai 2010 relative au rôle de l’institution j udiciaire dans la mise en œuvre de la réforme de la protection de l’enfance.

                                                                                                                                                              10
L'organisation territoriale de la Protection judiciaire de la Jeunesse est bâtie sur trois niveaux de responsabilités : les directions inter-
régionales, les directions territoriales, les services et établissements chargés de mettre en œuvre les mesures confiées par les
magistrats.

 9 directions inter-régionales (DIR) : le directeur interrégional assure la déclinaison en objectifs stratégiques des orientations
nationales en matière de protection judiciaire de la jeunesse.
Il est compétent en matière d’animation et de contrôle du secteur public et d’habilitation et de contrôle des structures et services du
secteur privé associatif prenant en charge des mineurs confiés par la Justice. Il est chargé de la gestion des ressources humaines,
immobilières et financières sur son ressort.
Il veille à organiser la complémentarité des actions des différents opérateurs, l’inscription de la PJJ dans les politiques publiques
conduites au niveau de la région, l’organisation des relations avec les autorités judiciaires et administratives ainsi qu’avec les
collectivités territoriales et la concertation entre les institutions intervenant au titre de la justice des mineurs.
Il est l’interlocuteur stratégique des chefs de cour, directeurs interrégionaux des services pénitentiaires, préfets de région et
présidents de Conseil régional.
Il a autorité hiérarchique sur les directeurs territoriaux.

 54 directions territoriales (DT) : elles assurent le pilotage de l’action éducative des structures de protection de l’enfance et de la
justice des mineurs. Elle met en œuvre la politique de prise en charge de la jeunesse délinquante ou en danger, suit et contrôle
l’activité des établissements et services des secteurs public et associatif habilité de son ressort pour garantir l’exécution des décisions
judiciaires.
Elle contribue aux politiques de protection de l’enfance et de prévention de la délinquance et constitue un échelon essentiel
d’articulation avec :
– les acteurs judiciaires, pour organiser une cohérence de l’action de l’institution judiciaire
(le magistrat coordonnateur au sein des tribunaux pour enfants en est un point d’appui),
– le préfet, pour participer notamment à la politique de prévention de la délinquance et instruire pour son compte les procédures
relatives aux établissements et services pénitentiaires,
– les services de l’Etat et des collectivités territoriales, pour inscrire le public pris en charge dans les actions conduites par ces
services.
– le Conseil général pour inscrire l’action judiciaire et éducative au pénal dans la politique de protection de l’enfance et faire le lien
avec la prévention de la délinquance.
Le projet territorial précise les niveaux de représentation de l’institution (DT ou services).
Une direction territoriale peut regrouper plusieurs circonscriptions départementales.

 220 services et établissements de la protection judiciaire de la jeunesse, pouvant être composés de plusieurs unités éducatives :

                                                                                                                                          11
les directeurs de services ou établissements assurent l’interface avec les juridictions (exemple des trinômes judiciaires pour
coordonner l’action de la justice des mineurs), la représentation de la PJJ au sein d’instances comme le CLSPD et la construction de
partenariats locaux, afin notamment de contribuer à la qualité de la prise en charge des mineurs et jeunes majeurs (santé, scolarité,
insertion, …).
Ils favorisent par ailleurs la construction de projets partenariaux auprès d’acteurs associatifs ou des collectivités, dans le cadre
d’actions financées par le FIPD (actions de prévention de la récidive, alternatives aux poursuites ou à l’incarcération, soutien à la
parentalité, ….etc.)

A noter : Sur décision judiciaire, un mineur peut faire l'objet d'un placement dans un établissement de placement éducatif (EPE) ou un
centre éducatif fermé (CEF) et/ou faire l'objet d'un suivi en milieu ouvert (90% des situations suivies environ) . S'il est condamné à
une peine d'emprisonnement, il est incarcéré soit en établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM), soit en quartier des mineurs en
maison d'arrêt.

Carte de l’organisation territoriale de la Protection judiciaire de la Jeunesse : http://www.justice.gouv.fr/justice-des-mineurs-10042/la-
dir-de-la-protection-judiciaire-de-la-jeunesse-10269/lorganisation-territoriale-de-la-dpjj-18680.html

3) Les engagements du gouvernement

Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre de la convention bilatérale Justice Ville
http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/convention_d_objectifs_ville_justice.pdf

Le ministère de la Justice s’est engagé à :

   Associer l’ensemble de l’institution judiciaire aux nouveaux contrats de ville (les procureurs de la République en seront
    signataires) ;

   Conforter la justice de proximité, plus particulièrement l’accès au droit ainsi que l’aide aux victimes, en implantant les nouvelles
    Maisons de Justice et du Droit (voir plus loin) prioritairement dans les quartiers de la politique de la ville et les zones de sécurité
    prioritaires et en maintenant les postes de greffiers dédiés à l’accueil et à l’orientation des publics.

   Mobiliser l’action pénale contre les phénomènes de délinquance propres aux QPV en ciblant plus particulièrement la répression
    de certaines infractions (stupéfiants, économie souterraine, violences contre les forces de l’ordre, infractions en matière d’habitat
    indigne ou insalubre)

                                                                                                                                        12
   Généraliser les conventions entre la justice et les bailleurs sociaux (actions visant la réparation rapide du préjudice subi)

   faire exécuter et respecter les interdictions de séjour dans les quartiers de la politique de la ville afin de lutter contre le sentiment
    d’impunité d’une part et d’incompréhension d’autre part.

    La dépêche du ministre de la justice du 11 juin 2014 précise que :
        la mesure d’interdiction de séjour dans les quartiers devra être requise chaque fois que les circonstances de faits
          l’exigeront.
        Il est demandé au procureur de la République de s’assurer du respect de l’interdiction ordonnée judiciairement et de mettre
          en place en lien avec les services de police et de gendarmerie nationale, des modalités opérationnelles facilitant la mise en
          œuvre. Ainsi les interdictions de séjour seront communiquées dans les meilleurs délais aux forces de l’ordre afin que le
          respect de cette interdiction puisse être contrôlé.
        le non-respect de l’interdiction devra faire l’objet d’une réponse rapide et ferme.

   Accompagner les jeunes suivis par la justice vers les dispositifs d’insertion sociale et professionnelle.

   Développer les actions en matière de lutte contre les discriminations dans les quartiers prioritaires, notamment en systématisant
    sur les territoires concernés les partenariat entre l’institution judiciaire et le Défenseur des droits.

Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre du Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les
conduites addictives (2013-2017)
http://www.drogues.gouv.fr/site-professionnel/la-mildt/plan-gouvernemental/plan-gouvernemental-2013-2017/index.html

A l’occasion du comité interministériel à la ville (CIV) du 19 février 2013, le ministère de la Justice, avec l’appui du ministère de
l’Intérieur, a placé la lutte contre le trafic de stupéfiants parmi les actions prioritaires de la politique pénale à conduire dans les
quartiers de la géographie prioritaire.

Corollairement, le nouveau plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2013-2017) prévoit de :

= Traiter spécifiquement le trafic local, en particulier dans les quartiers de la politique de la ville et à l’intérieur des « zones de sécurité
prioritaires » (ZSP)
     En apportant une réponse adaptée à la physionomie du trafic qui se caractérise par un fort enracinement urbain, en particulier
        dans les grands ensembles. Cette réponse doit être conçue en lien avec l’ensemble des administrations, des partenariats
        locaux (notamment associatifs), des collectivités territoriales et des habitants concernés.
     En développant la recherche et l’exploitation du renseignement opérationnel.

                                                                                                                                             13
 En optimisant l’exploitation des renseignements recueillis en amont de l’approvisionnement des quartiers sensibles
    En renforçant les opérations coordonnées entre les différents services de l’État contre le trafic de drogue et l’économie
     souterraine.
    En resserrant les liens de confiance entre les citoyens confrontés aux conséquences du trafic de stupéfiants et les acteurs de
     l’Etat dans lesterritoires en lien étroit avec les élus

= Renforcer les chefs de projets de la MILDECA (mission interministérielle de lutte contre la drogue et les conduites addictives) dans
l’exercice de leurs missions en leur demandant d’insérer les orientations de la politique publique de lutte contre la drogue et les
conduites addictives dans les plans territoriaux de lutte contre le trafic de drogue ainsi que dans les contrats de ville, permettant ainsi
de décliner le plan national sur l’ensemble des volets. Ces plans seront dotés d’objectifs et d’indicateurs. Ils intégreront en amont la
nécessaire évaluation des actions.

Engagements saillants pris au niveau national dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale de prévention de la
délinquance
http://www.prevention-delinquance.interieur.gouv.fr/orientations/la-strategie-nationale-de-prevention-de-la-delinquance-2013-2017

La convention interministérielle signée entre le Ministre de l’Intérieur et le ministre délégué chargé de la Ville prévoit que les contrats
de ville seront constitués à partir de la déclinaison de la stratégie nationale de prévention de la délinquance (SNPD) pour la période
2013-2017.

La SNPD distingue, dans une logique de prévention secondaire en direction de publics ciblés et tertiaire dans le cadre de la
prévention de la récidive, 3 priorités qu’elle décrit dans 3 programmes distincts :

      Un programme d’actions à l’intention des jeunes exposés à la délinquance :

Une approche en direction des jeunes exposés à la délinquance : adolescents et jeunes adultes de 12 à 25 ans inscrits dans une
trajectoire délinquante ou susceptibles d’y basculer
Des actions ciblées sont préconisées : repérage, désignation de référents de parcours, remobilisation pour prévenir le basculement
dans la délinquance (ex : parcours citoyen, chantiers éducatifs, etc.), prévention de la récidive (ex : TIG, actions d’insertion
professionnelle).

      Un programme d’actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l’aide
       aux victimes :

                                                                                                                                        14
Ce programme incite à des actions généralistes comme à des actions de proximité en faveur des victimes, des actions en direction
des femmes victimes de violences au sein du couple et des femmes victimes de violence dans l’espace public, ou encore à des
actions en direction des auteurs.

      Le 3e programme a pour objectif d’améliorer la tranquillité publique :

Des schémas locaux de tranquillité publique doivent être élaborés et inclure non seulement de la prévention situationnelle
(vidéoprotection en particulier) mais aussi le renforcement de la présence humaine dans l’espace public par :
 La médiation sociale visant à la tranquillité publique
 La mobilisation et la coordination avec services municipaux (police municipale notamment), bailleurs sociaux, opérateurs de
    transport en commun, centres commerciaux et services publics de proximité
 La participation des habitants.

La déclinaison de la SNPD au niveau intercommunal constituera le volet « prévention de la délinquance » du contrat de ville.

4) La gouvernance

Le conseil local ou intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD/CISPD)

Les CLSPD et CISPD, présidés par le maire ou le président de l’EPCI, constituent le cadre de concertation sur les priorités de la lutte
contre l’insécurité et de la prévention de la délinquance dans la commune ou l’intercommunalité.

Le CLSPD/CISPD comprend notamment le préfet et le procureur de la République qui en sont les membres de droit, le président du
conseil général, les représentants des services de l’Etat désignés par le préfet, les représentants d’associations, établissements ou
organismes œuvrant notamment dans le domaine de la prévention, de la sécurité, de l’aide aux victimes, du logement, des transports
collectifs, de l’action sociale et des activités économiques.

Le CLSPD/CISPD permet de dresser un panorama des problèmes rencontrés par la commune ou l’intercommunalité et d’envisager
des actions concrètes adaptées en conséquence.

Cette instance est également consultée sur la définition, la mise en œuvre et l’évaluation des actions de prévention de la délinquance
que prévoient les clauses contractuelles fixées entre l’Etat et les collectivités territoriales en matière de politique de la ville et peut
définir les objectifs communs pour la préservation de la sécurité et de la tranquillité publiques.

                                                                                                                                        15
Les groupes locaux de traitement de la délinquance (GLTD)

Les groupes locaux de traitement de la délinquance, définis par les circulaires des 26 juin 1996, 9 mai 2001 et 1 er février 2011, ont
pour objet de cibler pour une durée limitée un site d’action publique prioritaire en associant les différents acteurs concernés (forces de
l’ordre, collectivité locale, bailleurs sociaux,…) et doivent aboutir notamment à une coordination renforcée de l’action des services de
police et de justice. Ils doivent ainsi permettre d’élaborer à l’encontre des multiréitérants identifiés, des réponses rapides et fermes à
tout nouvel acte de délinquance.

Animés par le procureur de la République, les GLTD peuvent associer, outre des représentants des services de police ou de
gendarmerie, des élus locaux et les représentants des administrations concernées (préfecture, douanes, service pénitentiaire
d’insertion et de probation, protection judiciaire de la jeunesse, éducation nationale), les bailleurs sociaux, et les entreprises de
transports publics.

Les travaux du GLTD peuvent utilement nourrir le diagnostic et le plan d’action du contrat de ville.

Les cellules de coordination opérationnelle des forces de sécurité intérieure (CCOFSI) et du partenariat (CCOP) des zones
de sécurité prioritaires

La création des zones de sécurité prioritaires (ZSP) a impliqué la mise en œuvre de dispositifs de gouvernance spécifiques en
l’espèce, les cellules de coordination opérationnelles des forces de sécurité intérieure (CCOFSI) et du partenariat (CCOP).

La cellule de coordination opérationnelle des forces de sécurité intérieure (CCOFSI), co-présidée par le préfet et le procureur de la
République, a pour objectif de favoriser les échanges d’informations, de cibler les objectifs à atteindre, de définir puis déployer les
moyens nécessaires de façon coordonnée, et d’évaluer les résultats.

La cellule de coordination opérationnelle du partenariat (CCOP) a, quant à elle, pour objectif de piloter des actions de prévention dont
les thèmes sont définis de manière concertée en privilégiant une approche de traitement spécifique des situations individuelles.

A deux exceptions près, tout ou partie des nouveaux quartiers de la politique de la ville sont intégrés dans le périmètre d’une ZSP.

Afin d’éviter une démultiplication des instances de pilotage, la CCOP pourra devenir l’organe de suivi des dispositifs locaux de
prévention de la délinquance du contrat de ville intégrant la ZSP dans son périmètre d’intervention.

De même, les travaux de la CCOFSI pourront utilement nourrir le diagnostic et le plan d’action du contrat de ville.

                                                                                                                                       16
Conseils départementaux de l’accès au droit (CDAD)

Dans chaque département, la politique de l’accès au droit est mise en œuvre par le conseil départemental de l’accès au droit.
Ces groupements d’intérêt public partenariaux jouissent d’une autonomie juridique et financière.
Ils sont créés à l’initiative du Président du Tribunal de Grande Instance du chef-lieu du département,.
Leurs missions essentielles sont :
- recenser les besoins,
- définir une politique locale d’accès au droit,
- piloter et coordonner les actions en matière d’aide à l’accès au droit de dresser
- diffuser l’inventaire des actions menées dans le domaine de l’accès au droit dans le département.

Le Président du CDAD pourra utillement être associé au comité de pilotage du contrat de ville

A ce jour, 100 CDAD ont été créés :
http://intranet.justice.gouv.fr/site/acces-justice/art_pix/1_pla_2013cdad_20131209.pdf

5) Les dispositifs

Maison de justice et du droit (MJD)

La maison de justice et du droit est un établissement judiciaire placée sous l’autorité des chefs du tribunal de grande instance dans le
ressort duquel elle est située et dont les règles de fonctionnement sont régies par le code de l’organisation judiciaire.

Les MJD ont été majoritairement créées dans des quartiers en lien avec la politique de la ville. C’est un lieu de justice de proximité
pour tous les habitants où des acteurs de la justice poursuivent les objectifs suivants :
• en matière pénale : favoriser les actions de prévention de la délinquance, et mettre en œuvre une réponse adaptée à la petite
délinquance par le recours à des mesures alternatives aux poursuites (médiation pénale, rappel à la loi, etc.) ;
• en matière civile : régler les litiges du quotidien (consommation, voisinage, logement) en mettant en place des solutions amiables
(médiation, conciliation, etc.) ;
• permettre au public, et notamment aux victimes, un plus large accès au droit dans le cadre de permanences gratuites et
confidentielles organisées par les professions juridiques, des ou des associations.

 Il y a actuellement 137 Maisons de justice et du droit :
http://intranet.justice.gouv.fr/site/acces-justice/art_pix/1_pla_2013mjd_20131209.pdf

                                                                                                                                     17
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler