SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021

 
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
SAFER POITOU CHARENTES
           PPAS 2015 – 2021

               ORIENTATIONS POLITIQUES ET
                     STRATEGIQUES

NOVEMBRE   PROGRAMME PLURIANNUEL D’ACTIVITE DE LA SAFER
  2014
           POITOU CHARENTES POUR LA PERIODE 2015 – 2021

           En application des articles R 141-7, R 141-8 et R 144-4-5° du Code Rural et de la Pêche
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
SOMMAIRE

Contenu

PREAMBULE ............................................................................................................................................................................. 4
INTRODUCTION ..................................................................................................................................................................... 7
Cadrage réglementaire ....................................................................................................................................................... 7
Cadrage méthodologique ................................................................................................................................................... 8
1-      DIAGNOSTIC.............................................................................................................................................................. 10
Etat des lieux du territoire ................................................................................................................................................ 10
        Un territoire rural attractif sous influence urbaine ............................................................................................ 10
        Une agriculture diversifiée et performante ......................................................................................................... 11
        Démographie et structure des exploitations agricoles....................................................................................... 12
        La progression des grandes cultures ..................................................................................................................... 14
        Le développement des formes sociétaires ........................................................................................................... 15
        L’entrée dans le métier ............................................................................................................................................. 16
        L’agriculture biologique ........................................................................................................................................... 18
        Les filières de qualité ............................................................................................................................................... 19
        Agriculture et environnement................................................................................................................................... 19
        L’artificialisation des sols.......................................................................................................................................... 22
        GES, qualité de l’air et réchauffement climatique ............................................................................................. 23
        La sylviculture ............................................................................................................................................................. 25
Les orientations stratégiques nationales et régionales : ............................................................................................. 26
Le marché foncier ............................................................................................................................................................... 35
Synthèse des enjeux et besoins du territoire, la perception des acteurs enquêtés ............................................... 38
2 - FORCES ET FAIBLESSES ............................................................................................................................................... 40
3 -BILAN ET ENSEIGNEMENT DU PPAS 2007-2013 ................................................................................................. 42
Les interventions dans le domaine du développement d’une agriculture dynamique et durable...................... 42
Les interventions dans le domaine du développement local et la réalisation de grands ouvrages .................. 42
Les interventions dans le domaine de la protection de l'environnement et la préservation des paysages .... 42
Le fonctionnement et la gouvernance de la SAFER POC ............................................................................................ 43
4 - ORIENTATIONS ET OBJECTIFS DU PPAS 2015-2021 ......................................................................................... 47
Les principes généraux ...................................................................................................................................................... 47
Une gouvernance appropriée.......................................................................................................................................... 48
Des partenariats indispensables au service de la stratégie ...................................................................................... 49
Les besoins retenus dans le PPAS 2015-2021 ............................................................................................................. 50
Axe A : Inscrire durablement l'agriculture et la forêt dans les territoires, .............................................................. 50
        Le contexte et les actions retenues ......................................................................................................................... 50
        Les outils à mobiliser ................................................................................................................................................. 53
        Les indicateurs ............................................................................................................................................................ 53
Axe B : Participer au développement local des territoires ruraux........................................................................... 56
             2        | PPAS 2015-2021
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
Le contexte et les actions retenues ......................................................................................................................... 56
        Les outils à mobiliser ................................................................................................................................................. 57
        Les indicateurs ............................................................................................................................................................ 57
Axe C : Assurer et améliorer la diffusion des connaissances ..................................................................................... 58
        Le contexte et les actions retenues ......................................................................................................................... 58
        Les outils à mobiliser ................................................................................................................................................. 59
        Les indicateurs ............................................................................................................................................................ 59
Axe D : Adapter l'entreprise aux enjeux de la nouvelle programmation du PPAS ............................................. 60
        Le contexte et les actions retenues ......................................................................................................................... 60
        Les outils à mobiliser ................................................................................................................................................. 61
        Les indicateurs ............................................................................................................................................................ 61
5 - SUIVI EVALUATION ET MISE A JOUR DU PPAS 2015-2021.............................................................................. 62
GLOSSAIRE .......................................................................................................................................................................... 63
ANNEXES .............................................................................................................................................................................. 66
ANNEXE 1 Liste des partenaires, acteurs et services enquêtés ............................................................................... 66
ANNEXE 2 Enquête et grille d’entretien......................................................................................................................... 68

                                                                                                                                                     PPAS 2015-2021 |                       3
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
PREAMBULE

L   a période d’élaboration d’un plan ou d’un programme d’action constitue un moment privilégié dans la vie d’une
    entreprise, elle permet de « se poser », de prendre du recul. C’est un temps particulier pour regarder derrière soi
    le chemin parcouru et choisir celui que l’on veut prendre pour les années à venir.
Ce travail doit permettre à chacun, actionnaires, administrateurs, représentants de comités techniques, acteurs du
territoire et salariés de l’entreprise, de donner un sens à son action.
La SAFER Poitou-Charentes a produit l’an dernier le bilan de son PPAS 2007-2013. Cette étape importante a permis
d’ores et déjà de décliner ses atouts, ses faiblesses et les pistes d’amélioration qu’il conviendra d’investir.
La période est également toute particulière, puisque les bases réglementaires et législatives de l’intervention des SAFER
sont amenées à évoluer notamment dans le cadre de la loi d’avenir pour l’agriculture, l'alimentation et la forêt avec ses
2 priorités :

    -   la préservation des espaces agricoles et naturels,
    -   l’agro-écologie.
Cette loi, définitivement adoptée par l'assemblée nationale le 11 Septembre 2014, conforte les SAFER dans leur rôle
d’aménageur polyvalent de l’espace :
    -   Gouvernance élargie,
    -   Transparence du marché foncier,
    -   Droit de préemption renforcé,
    -
    -   …
Par ailleurs, la loi ALUR précise l’articulation des interventions des SAFER et des EPF et renforce le travail partenarial.

        4    | PPAS 2015-2021
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
Enfin, la Cour des comptes a procédé au contrôle de 4 SAFER et de la tête de réseau au cours des 2 dernières années.
La SAFER Poitou-Charentes a fait partie des SAFER auditées. Son contrôle a débuté en décembre 2012 pour se
terminer en juin 2014. La période auditée s’étendait de 2008 à 2012.

Ce rapport fait état :

       de la particularité géographique de la SAFER POITOU-CHARENTES dont la zone d’intervention s’étend sur
        deux régions administratives, pouvant de fait poser des difficultés face aux politiques publiques s’appliquant
        de plus en plus au niveau régional. On note que cet aspect est traité depuis ce contrôle dans la loi d’avenir
        pour l’agriculture, l'alimentation et la forêt qui prévoit l’adéquation des SAFER aux futures régions,
       du développement important de l’activité, notamment des interventions auprès des collectivités locales, mais
        également celles réalisées dans le cadre des missions statutaires initiales : installations d’agriculteurs... Cette
        activité s’est pourtant inscrite dans un contexte de forte contraction du marché foncier rural,
       de résultats financiers contrastés avec 2 années de résultats positifs sur 6 années,
       de la nécessité d’identifier et de poursuivre les interventions en faveur de la protection de l’environnement,
       de la nécessité de ce doter d’une comptabilité analytique, et de mettre en place une rémunération annuelle
        des conventions de portage financier.

Ces points seront pris en compte dans le prochain plan, à l’échelle de la SAFER Poitou-Charentes et sous l’impulsion du
réseau des SAFER (ces recommandations étant communes aux SAFER). Seul le premier point fera l’objet d’une
adaptation pour tenir compte du calendrier de la réforme territoriale en cours (il doit être un préalable à la
réorganisation de la SAFER POC) et de la pertinence du découpage actuel en particulier pour les enjeux du marais
poitevin.

                                                                            PPAS 2015-2021 | PREAMBULE           5
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
INTRODUCTION

               CADRAGE REGLEMENTAIRE ET
                   METHODOLOGIQUE

6   PREAMBULE | PPAS 2015-2021
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
Il fixe, en particulier, le cadre dans lequel la SAFER
                                                            intervient au regard de ses quatre missions d'intérêt
INTRODUCTION                                                général :

Cadrage réglementaire                                          agricole et forestière : installation, consolidation
                                                                des exploitations agricoles et forestières pour
L’obligation de réaliser pour les SAFER un programme            l'atteinte d'une dimension économiquement viable,
pluriannuel d’activité est codifiée à l’article R141-7 du       amélioration de la répartition parcellaire,
Code Rural et de la Pêche Maritime.                             diversité des productions et agro-écologie ;
                                                               environnementale : diversité des paysages,
                                                                protection des ressources naturelles et biodiversité;
                      Article R141-7                           développement durable des territoires ruraux ;
 Modifié par décret n°2000-671 du 10 juillet 2000 -            transparence du marché foncier (veille et
             art. 6 JORF 19 juillet 2000                        observation).

Les sociétés d'aménagement foncier et d'établissement
rural soumettent à l'approbation des ministres chargés de
l'agriculture et des finances leur programme pluriannuel
d'activité et leur communiquent un compte rendu annuel
d'activité.

La circulaire ministérielle DGPAAT/SDEA/C2013-3028
du 6 mars 2013 prévoit que les projets de PPAS seront
élaborés par les SAFER au cours de l'année 2014 dans
le cadre d'une large concertation impliquant les
partenaires régionaux et départementaux.
La note de service DGPAAT/SDEA/2014-105 définit
le contenu, les modalités d'élaboration et de mise en
oeuvre des programmes pluriannuels d'activité que les
Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement
rural (SAFER) doivent élaborer pour la période 2015-
2021. On précise qu’à défaut de mise en œuvre du
PPAS, la SAFER peut voir son agrément suspendu.
Ainsi, cette note fixe :

La nature et les objectifs du PPAS :
Le PPAS est un document de référence destiné à
définir :
- la stratégie, les priorités d’action et les objectifs
quantifiés de la SAFER,
- les modalités d’intervention et les conditions de sa
réussite,
- les ajustements de ses ressources et de ses moyens en
conséquence.

                                                                  PPAS 2015-2021 | INTRODUCTION            7
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
Cadrage méthodologique                                     Les résultats de ces enquêtes viennent alimenter le
                                                           PPAS à la fois sur les éléments de contexte (diagnostic
                                                           / Analyse AFOM ), que                sur les orientations
Le contenu du PPAS est défini par la note de service. Il   stratégiques. Il s’agissait, pour chacun des
comprend les points suivants :                             interlocuteurs, d’apprécier la pertinence tant des enjeux
                                                           identifiés que des actions des SAFER à poursuivre ou à
       Un diagnostic avec le contexte et les enjeux       initier, voire des partenariats à susciter.
        locaux,
       Une analyse AFOM (Atouts, Faiblesses,
        Opportunités, Menaces),
       Un bilan et les enseignements sur le PPAS
        précédent,                                         Le PPAS est élaboré par un comité de pilotage
       La stratégie du PPAS pour la période à venir,      présidé par le DRAAF Poitou Charentes (Commissaire
       Les axes prioritaires d'intervention,              au gouvernement Agriculture) et constitué de la DREAL,
       Les dispositions de mise en œuvre, de suivi et     de la DDFIP des Deux-Sèvres (Commissaire au
        d'évaluation du PPAS,                              gouvernement Finance), des 5 DDT(M), du Conseil
                                                           Régional Poitou-Charentes, des 5 conseils généraux, de
       Les moyens et financements.                        la Chambre Régionale d’Agriculture, de la Chambre
Il est précisé que le PPAS doit faire l’objet d’une        départementale d’Agriculture de la Vendée, de l’ASP
concertation préalable. Dans ce sens, la SAFER Poitou-     (Direction Poitou-Charentes), du BNIC, du Président de
Charentes a procédé à une large consultation des           la SAFER, des Présidents de CTCD et des cadres de la
partenaires et acteurs oeuvrant dans son champ             société (Direction Générale, Direction Générale
d’intervention. Les services internes de la SAFER ont      Adjointe, chefs de services)
également été mobilisés pour participer à cette            Le calendrier s’est déroulé de la manière suivante :
réflexion.
                                                           Comité de pilotage de lancement : 26 Mai 2014
Ainsi 60 enquêtes ont été menées auprès notamment
des syndicats agricoles, de la chambre régionale           Enquête « acteurs » : juin /septembre 2014
d’agriculture et des chambres départementales, des
organismes représentant les filières, la forêt, les        Analyse et rédaction : Août / Septembre 2014
collectivités (région, conseils généraux association des
maires), EPCI, EPF, organismes intervenant dans le         2e réunion du comité de pilotage : 26 septembre 2014
domaine de l’environnement (CREN, Poitou-Charentes
Nature, Parc Naturel Régional, EPMP, Conservatoire du      Validation du PPAS par le comité de pilotage :
Littoral) et de l’eau (agence de l’eau). La liste          14 novembre 2014
complète, la note de présentation ainsi que le
questionnaire figurent en annexe n° 1 et 2

        8   INTRODUCTION | PPAS 2015-2021
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
DIAGNOSTIC

CONTEXTE ET ENJEUX DU TERRITOIRE

                    PPAS 2015-2021 | INTRODUCTION   9
SAFER POITOU CHARENTES PPAS 2015 2021
Mais , ce sont dans ces aires urbaines et les zones rétro
                                                            littorales que se concentre la croissance de la
    1- DIAGNOSTIC                                           population (entre 1982 et 2011, la région Poitou-
                                                            Charentes a gagné 210 000 habitants, dont 200 000
Etat des lieux du territoire                                dans les neuf grandes aires urbaines), une baisse de la
                                                            population semblant s’amorcer dans les villes centres.

Un territoire rural attractif         sous influence
urbaine

La densité moyenne sur les 5 départements est de 69,6
hab/km² ( INSEE 2011), contre 102,6 pour la moyenne
française. Ces chiffres relèvent néanmoins des situations
contrastées avec la Charente Maritime et la Vendée
avec des densités de population respectivement de
91,2 et 95,5 hab/km², ces deux départements
représentant plus de la moitié de la population de la
zone et les 3 autres départements présentant des
densités voisines de 60 hab/km².

                                          Charente
                       15%
       26%
                                          Deux Sèvres
                                                             Population en 2011 et variation de la population entre
                                15%       Vienne                    2006 et 2011 ( Source Géoclip INSEE)

                                          Vendée            Au contraire, les territoires sans attractivité résidentielle
                                                            ou économique voient leur population diminuer
        26%               18%
                                          Charente          principalement à l’est et au nord-est de la zone
                                          Maritime          d’intervention.

Répartition de la population par département ( Source :
              SAFER d’après INSEE 2011)
                                                            Si les migrations façonnent la démographie de la
Les deux départements les plus peuplés sont ceux qui        région, le vieillissement de la population , phénomène
gagnent le plus de population sur la dernière période.      généralisé à l’échelle des pays de l’Europe de l’Ouest
5300 habitants de plus par an entre 2006 et 2011            lié à la structure de la pyramide des âges, sera
pour la Charente Maritime, 8900 pour la Vendée,             amplifié par l’arrivée de population nouvelle. Ainsi, en
contre 1100 pour la Charente. Ces évolutions de la
                                                            Vendée, le nombre de personnes âgées de 60 ans ou
structure démographique traduisent cependant un
vieillissement de la population, le moteur                  plus devrait doubler de 2007 à 2040 pour atteindre
démographique étant lié aux flux entrants de migrants.      310 000 habitants (soit 36 % de la population).

Si le Poitou-Charentes est une des deux régions les plus
rurales de France avec le Limousin : seulement 55 %
des habitants de ces deux régions résident dans une
unité urbaine, ce taux est de 61 % en Vendée , 69 %
en Pays de Loire et 73 % en moyenne en Province.
( INSEE RP 2007).

La zone d’intervention ne compte que 3 unités urbaines
de plus de 100 000 habitants ( Poitiers, La Rochelle et
Angoulême).

      10     DIAGNOSTIC | PPAS 2015-2021
Une agriculture diversifiée et performante                 Les pays de bocage où les sols développés sur des
                                                           granites, schistes, gneiss sont plutôt battants et acides,
                                                           la vocation est plutôt celle des productions d’élevage,
Le caractère rural de la zone d’intervention de la
SAFER est le corollaire d'une agriculture très présente
et diversifiée.                                            Les pays de plaines et plateaux calcaires portent des
                                                           sols très variables : terres de groies, de landes, doucins
La Surface Agricole Utile couvre ainsi 67 % de             sols alluviaux. On y rencontre principalement les
l’espace rural de Poitou-Charentes et Vendée (RGA          cultures de céréales, mais aussi la vigne et les
2010), (France : 51 %), la surface en forêt est faible,    boisements, la profondeur et la réserve en eau sont les
et représente environ 13 % (Corine Land Cover 2000 ;       principaux déterminants des rendements
pour 34 % en France).
                                                           Les pays de marais (marais poitevin, rochefortais, de
Le territoire se caractérise par une grande variété        Gironde, marais breton) présentent des sols d alluvions,
géographique. Sa géologie à l’interface des deux           sensibles à l’excès d’eau, leur vocation est celle de la
bassins sédimentaires : Aquitain et Parisien et de deux    prairie.
socles primaires : massif armoricain et central, le
contact avec l’océan, les marais associés et son
influence climatique contribuent à une variété de
paysages et de productions agricoles et maritimes.         L’agriculture représente un poids particulièrement
                                                           important dans l’économie du territoire. Ce secteur
Schématiquement, on peut y distinguer 3 ensembles          employait 65 257 actifs en 1999 (53 734 en
cohérents dans lesquels se sont développés différents      2010), soit près de 8 % des emplois (France : 4 %).
types de production :

                                  OTEX en 2010 Source : SAFER d’après RGA 2010

                                                                    PPAS 2015-2021 | DIAGNOSTIC            11
Le Poitou-Charentes est la 3ème région en part               En Poitou-Charentes, entre 2000 et 2010,
d’emploi agricole, et représente 5,4 % de la valeur de
la production nationale agricole. La région Pays de la       -   10 000 exploitations ont disparu du fait des
Loire est la deuxième région agricole après la                   cessations et fusions, mise en commun de capital,
Bretagne, avec 10 % du chiffre d'affaires national           -   Le nombre de chefs d’exploitation a diminué de
(compte de l’agriculture 2011).                                  25 %,
                                                             -   Le nombre d’actifs familiaux a diminué de moitié,
Le Poitou-Charentes est :                                    -   Parallèlement , la main-d'oeuvre salariée est
                                                                 restée stable,
        la 1ère région caprine,                             -   La main-d'oeuvre saisonnière et les CUMA se
        la 3ème région en élevage cunicole,                     développent (près de 30 % des UTA en Poitou-
        la 4ème région en élevage ovin viande                   Charentes).
        La 2ème région oléagineuse, avec 290 000 ha         Sur la période plus récente, entre 2010 et 2013,
         consacrés soit 12,8 % de la surface française,      l’emploi des actifs salariés   (hors main-d'oeuvre
        La 2ème région pour les vignes en volume de         familiale) progresse même en Poitou Charentes. Le
         récolte, 4ème en surface avec plus de 10 % du       nombre de salariés permanents passant de 7408 en
         vignoble français,                                  2010 à 8340 en 2013 (Source : bilan annuel de
        La 3ème région en surface céréalière,               l’emploi agricole 2012).
La région Pays de la Loire est :

        La 1ère région cunicole,                            Sur les 5 départements, d’après le RGA 2010, on peut
        La 2ème pour la filière cheval,                     penser que le rythme des départs à la retraite des
        La 1ère région horticole,                           chefs d’exploitation va s’accentuer, parmi ceux-ci, les
        La 2ème région pour l’arboriculture.                plus de 50 ans représentaient une part de 46 %, en
                                                             2000, ce chiffre était de 56,5 % en 2010.
Démographie et structure des exploitations
                                                             Plus des deux tiers de ces chefs d’exploitation sont sans
agricoles
                                                             successeur.
La disparition d’exploitations agricoles est un
                                                                                Exploitations
phénomène général, liée à la modernisation de                                       sans
l’agriculture et l’exode rural. Il touche tous les pays                                       Ensemble des     Pro-
                                                                                 successeur
développés ( perte d’¼ des exploitations entre 2000                                           exploitations   portion
                                                                                en 2010 + 50
et 2009 au sein de l’UE). On note cependant un                                       ans
ralentissement de la baisse du volume de travail sur les     16 - Charente             2 710         6 476     41.8%
dernières années.                                            17 - Charente-
                                                             Maritime                  3 081          7 367    41.8%
Ce phénomène va se poursuivre lié au vieillissement de       79 - Deux-Sèvres          2 596          3 806    68.2%
la population agricole                                       85 - Vendée               2 404          5 202    46.2%
                                                             86 - Vienne               2 107          4 893    43.1%

                                                             On constate que le phénomène sera le plus marqué en
                                                             Deux-Sèvres où plus des deux tiers des chefs
                                                             d’exploitation ont plus de 50 ans et sont sans successeur
                                                             connu.

                                                             L’étude des exploitations dont le chef d’exploitation est
                                                             âgé de 50 ans à 60 ans montre également que ce sont
                                                             celles qui se sont le plus agrandies sur la période
                                                             2000-2010, + 24,3 ha contre 20,2 ha pour
 Taux de retrait par secteur d’activité ( Source INSEE )     l’ensemble.
L’agriculture est un des secteurs d’activité où le taux de
retrait (part des actifs en emploi, en 2005, qui seront
définitivement retirés du marché du travail, en 2020)
est le plus élevé.

        12   DIAGNOSTIC | PPAS 2015-2021
Une estimation des surfaces potentiellement libérables
en faire-valoir direct est possible à partir du taux de
fermage et de la part de SAU exploitée par les chefs
d’exploitation âgés de plus de 50 ans en 2010 sans
successeur.
On constate que celles-ci sont relativement plus élevées
en Charente et Charente-Maritime. 52 % de la surface
se situent dans ces deux départements.

            Estimation de la part de la SAU par canton libérable en FVD (Source : SAFER d’après RGA 2010)

La majorité des cessations d’activité agricole intervient     L’origine de ces départs précoces tient pour la moitié à
au moment du départ à la retraite, et d’ailleurs              des raisons économiques.
l’agriculture fait partie des métiers à fin de carrière       La concentration du foncier, a entraîné une
tardive. Cependant on observe une augmentation de la          augmentation de la surface moyenne par exploitation.
proportion de départs anticipés (en 2000 ils                  Sur le territoire, la hausse est de 18 ha en 10 ans, et
représentaient ainsi 40 % du total des départs en             est supérieure à la moyenne nationale : 69 ha, contre
France - F . Lefèbvre 2009 – CNASEA) et concernaient          50 ha au niveau national (RGA 2010), avec cependant
outre les agriculteurs de plus de 50 ans également            des différences importantes selon les départements :
ceux de moins de 35 ans.                                      56,5 ha en Charente contre 91,9 ha en Vienne.

                                                                       PPAS 2015-2021 | DIAGNOSTIC          13
L’accroissement de la surface s’est fait essentiellement        Ainsi, près d’ une exploitation de polyculture élevage
par faire-valoir indirect. Les déterminants de cette            sur 3 a disparu entre 2000 et 2010, la surface en
tendance sont :                                                 terres labourables a augmenté de 150 000 ha, celle
                                                                toujours en herbe a diminué de 240 000 ha entre
           démographiques : allongement de la durée            1998 et 2010 (Source : estimations RGA 1998, 2000,
            d'inactivité des anciens agriculteurs consécutif    2010). Ce phénomène semblant néanmoins se ralentir.
            aux mesures favorisant leur départ à la
            retraite, dont l’effet s’est réduit depuis les
            années 1990 et surtout allongement de
            l’espérance de vie,
           sociologiques : faible activité des anciens         Cette baisse régulière de l’élevage au profit des
            agriculteurs sur le marché foncier,                 grandes cultures, moins contraignante en temps de
           et structurels : développement des formes           travail,  et dégageant une meilleure rentabilité,
            sociétaires (Frédéric Courleux – MAAPRAT -          apparaît comme une tendance lourde.
            Service de la statistique et de la prospective
            2011)

Ainsi, en Poitou-Charentes et pour une exploitation
moyenne si la SAU a augmenté d’environ 18 ha, la
surface en faire-valoir direct a diminué de 7,6 ha, la
surface en fermage a augmenté de 25,5 ha.

                                                                   Évolution de la surface en terres labourables (aplats de
                                                                     couleur) entre 2000 et 2010 et nombre d’UGB par
    Répartition de la surface moyenne d’une exploitation en                               commune
     Poitou Charentes entre 2000 /2010. Le fermage des                          ( Source Agreste RGA 2010)
     associés est intégré dans le faire-valoir direct (Source
               SAFER d’après RGA 2000,2010)
De la même manière, les exploitations se sont fortement
professionnalisées, la part des moyennes et grandes
exploitations (plus de 25 000 € de PBS1) représente en
2010 72 % du total (jusqu’à 85 % en Vendée,
département où ce chiffre était de 63 % en 2000).

La progression des grandes cultures
Si traditionnellement, la région était vouée à la
polyculture élevage, les exploitations se sont
spécialisées vers des systèmes grandes cultures de plus
en plus performants économiquement, en améliorant
productivité du travail et production.

1   PBS : Produit Brut Standart
           14   DIAGNOSTIC | PPAS 2015-2021
Sur les 17 communes dont l’orientation technique               Si l’on considère les principaux élevages de la région,
dominante était « ovins caprins » en 2000, toutes en           on constate une baisse de 70 % du nombre de ces
Charente, Deux-Sèvres et Vienne, seules 11 ont                 exploitations. Cette baisse s’est fortement ralentie
maintenu cette orientation en 2010, avec parallèlement         entre les deux derniers recensements, elle s’est
une diminution du cheptel de 2500 UGB soit 8 %.
                                                               accompagnée en parallèle d’une diminution du
                                                               cheptel, relativement moins importante.

                      Total : 82 075

                                                                                              Total : 26 378

      Évolution du nombre d’exploitations d’élevage ( partiel ) en Poitou Charentes Vendée ( Source SAFER d’après RGA
                                                     1988,2000,2010

Face aux difficultés des éleveurs, outre le plan national      On peut penser que cette tendance se poursuivra à
de relance exceptionnel pour l’élevage lancé au                l’avenir. Des projections démographiques agricoles
printemps 2013, des initiatives départementales ont            indiquent ainsi que les statuts sociétés seront
été prises. La « Charte en faveur d’un plan de relance         majoritaires, en 2020, en France (Piet, 2011). Elles sont
de l’élevage vendéen » en est un exemple qui fédère            souvent créées à la cessation de l’exploitation qui se
les organismes agricoles départementaux autour de              poursuit par entreprise.
différents chantiers : installation/ transmission,
formation,      modernisation        des      bâtiments,       D’autre part, on constate l’émergence de montages
développement des unités de méthanisation...                   sociétaire de plus en plus complexes, y compris sous
                                                               forme de holding, cela entraîne l’impossibilité
Le développement des formes sociétaires                        d’effectuer un contrôle des structures efficace. Il n’est
En 1988, en moyenne sur 10 exploitations de Poitou             ainsi pas rare de trouver dans nos départements des
Charentes Vendée, 9 étaient des exploitations                  exploitations d’une surface de l’ordre de 800 ha
individuelles. En 2000, il n’en restait plus que 7,7 et 6,2    (Source RPG 2012).
en 2010. Les formes sociétaires qui visent à distinguer
les patrimoines personnels et professionnels, tout en
mettant en commun le travail et des équipements, se
sont développées depuis le début des années 1980.
Elles ont ainsi augmenté de 3,9 % par an en France en
moyenne entre 1988 et 2007 (SSP, enquête Structure
2007).

En 2010 en Poitou Charentes Vendée, 48 % des
exploitations sont sous forme de GAEC ou d’EARL (24
% en 2000). Dans le détail, on constate que le nombre
de GAEC diminue de 700 unités , alors que l’on compte
1800 EARL de plus (36 000 exploitations au total).

                                                                        PPAS 2015-2021 | DIAGNOSTIC            15
La SAFER évalue qu’en Charente, la surface en vignes          Enfin, il convient de noter que près des 2/3 des
vendue en démembrement ou par transfert de parts              installations se font sans aides, dont la moitié (hors
sociales représente la moitié du marché foncier viticole      transfert entre époux) le sont par des agriculteurs âgés
libre, acquis à 80 % par des acquéreurs (maisons de           de moins de 40 ans (CNASEA 2006). En Poitou-
négoce ou des distillateurs de profession) dont               Charentes , en 2012, 42 % des installations se sont
l’importance des surfaces exploitées n’en font                réalisées sans aides. En Vienne, en 2013, ce chiffre
potentiellement pas des candidats prioritaires au             était même de 71 %.
regard des orientations des schémas des structures.
Pour la seule année 2012, la SAFER a recensé dans ce          Certains pourraient néanmoins y prétendre, mais
département 18 opérations portant sur 185 ha pour un          considèrent que la DJA présente peu d’intérêt, est peu
montant de 4,8 M€.                                            rentable ou inadaptée. ( Lefebvre , CNASEA 2009 )

Ce phénomène qui s’amplifie, associé à celui des              Dans le détail, une étude des points infos Poitou
transmissions sociétaires, est un frein important à           Charentes fait ressortir les choix pour lesquels les
l’exercice des missions d’installation d’agriculteurs et de   candidats à l’installation de moins de 40 ans n’ont pas
répartition équilibrée de l’espace agricole confiées à        recours aux aides. (enquête auprès de 392 porteurs de
la SAFER. Elle est démunie de moyens juridiques pour          projets):
en assurer le contrôle et peser sur ces mouvements
fonciers.                                                     Concrétisation d’un projet de vie                 15 %
                                                              • Opportunité
                                                              • Les non assez qualifiés
L’entrée dans le métier                                       Les installations transitoires              5%
Le profil des exploitants agricoles installés s’est           • Les installations « relais » en attendant
profondément modifié sur les dernières années. Les            l’installation d’un membre de la famille
installations d’agriculteurs âgés de plus de 40 ans ,         • Les futurs aidés
hors transfert entre époux représentent aujourd’hui au
niveau national, plus du ¼ (4000 installations par an         Les installations fiscales ou patrimoniales       32 %
en France). En Poitou-Charentes Vendée, ce chiffre est
                                                              • Désir de conserver un bien hérité
même de 28 % entre 2010 et 2013. Une autre
tendance est celle de la progression des                      • Installations destinées à l’acquisition d’un
installations « hors    cadre   familial », dont    le        statut (cotisation pour la retraite) ou de droits
pourcentage a doublé depuis le début des années
                                                              Les petites structures                            30 %
1990 et représente actuellement de 25 à 30 % du
total au niveau national et 40 % en Poitou-Charentes          • Les très petits appareils de production
(2011-2012 – Chambre régionale) .                             • Les installations sur de petites surfaces
Parmi ces installations une partie des candidats ne           Classe 5 : non concernées                         18 %
viennent pas du milieu agricole et entrent dans le            • Par principe
métier par choix personnel. Considérés longtemps              • Niveau de revenus élevés
comme des « idéalistes » ils ont des projets solides et se
donnent les moyens d’y parvenir (Chambre
d’Agriculture de Bretagne, 2011). Pour une grande             Le nombre d’installations aidées est passé de plus de
partie des HCF, la recherche d’un autre cadre de vie et       400 installations par an pour les 5 départements de la
d’une nouvelle trajectoire professionnelle représente         zone d’intervention de la SAFER, en 2007/2008 à 277
leurs principales motivations. Ces agriculteurs s’orientent   installations en 2013, soit une baisse de près de 33 %.
généralement vers des productions à forte valeur
ajoutée notamment l’agriculture biologique et des             En 2012, les installations non aidées représentent 21 %
systèmes combinant cultures végétales et élevages,            des installations en Deux Sèvres, respectivement 46 %
intégrant souvent dans leurs projets :transformation,         et 47 % des installations en Charente et Charente-
activités de service…(Chambre régionale d’agriculture         Maritime, et 59 % des installations en Vendée et
de Bretagne, 2011). Leur surface agricole utile               Vienne.
moyenne d’installation est deux fois inférieure à celle
des installations dans le cadre familial (CNASEA,
2004).

       16   DIAGNOSTIC | PPAS 2015-2021
Sur les 4 dernières années on constate une certaine
reprise des installations en 2013.

 1080

  880

  680

  480

  280

   80
             2010        2011      2012        2013

           Total installés MSA     Installations aidées

   Nombre d’installations aidées et nombre d’installés
      (Source SAFER d’après MSA et DRAAF)
                 Indice 100 en 2010
                                                             Source:Terres d’Europe-Scafr d’après Safer, Eurostat et
                                                                               données nationales.

                                                             Il fallait 4 années de revenu, en 1990, pour acheter un
                                                             ha , il en fallait 5 en 2012.

                                                             Le nombre d’installations aidées est passé de plus de
                                                             400 installations par an pour les 5 départements de la
                                                             zone d’intervention de la SAFER, en 2007/2008 à 245
                                                             installations en 2012, soit une baisse de près de 40 %.
                                                             En 2012, les installations non aidées représentent 21 %
                                                             des installations en Deux Sèvres, respectivement 46 %
                                                             et 47 % des installations en Charente et Charente-
                                                             Maritime, et 59 % des installations en Vendée et
                                                             Vienne.

        Nombre d’installations aidées (Source :DRAAF)         500
                  2010 installations totales
                                                              400

On constate une capitalisation continue des                   300
exploitations agricoles, liée à l’accroissement des
surfaces, mais aussi aux actifs immobilisés dans le           200
matériel et       les bâtiments. L’écart      entre actifs    100
nécessaires à l’activité et revenu lié à celle-ci et en
décalage croissant, et rend de plus en plus difficile le        0
transfert et la transmission des exploitations.                      2007   2008   2009    2010   2011    2012

                                                                    Evolution du nombre d’installations aidées

                                                             En ce qui concerne la question foncière liée à
                                                             l’installation, il apparaît au niveau national que
                                                             schématiquement sur 1 million d’ha libérés par les
                                                             agriculteurs, la moitié sert l’installation, 40 % à
                                                             l’agrandissement , 10 % sont utilisés hors agriculture
                                                             (Source : F Lefebvre 2009).

                                                                      PPAS 2015-2021 | DIAGNOSTIC          17
Les études de prévision des surfaces agricoles libérées                  Ces estimations sont établies sur la base d’une
au niveau national montrent que si les années 2000-                      augmentation de la surface moyenne d’installation de
2010 étaient marquées par l’effet papy-boom, le                          0,7 ha par an, correspondant au rythme actuel. Sur la
rythme de libération foncière tendra à diminuer dans                     base d’une augmentation de 1,5 ha/an , le nombre
les années à venir, pour atteindre de l’ordre de                         d’installations annuelles tomberait à 8500.
930 000 ha, en 2020, et autour de 11 000
installations. (16 500 en 2006).

                              L’évolution des postes constituant le coût d’installation ( Source ASP 2009 )

L’installation en agriculture nécessite des capitaux de
plus en plus importants, les bâtiments et le foncier étant
les postes les plus lourds (cf graphique ci-dessus). Le coût
du foncier est d’ailleurs souvent considéré comme un
frein à l’installation. Dans le détail , depuis 2002 le
rapport entre le prix des terres et la valeur ajoutée à
l’ha est néanmoins relativement stable, entre 5 et 6
années. Il était cependant de 3 années en 1995. Ce
rapport reste néanmoins un des plus faibles d’Europe.

L’agriculture biologique
La progression de l'agriculture biologique observée au
travers des RGA 2000 et 2010 , (+ de 60 %) , s’est                                      Surface en agriculture biologique
poursuivie sur la période récente.                                                        ( Source Agence Bio 2013)
Les chiffres de l’Agence Bio montrent que, dans les 5
départements la part des surfaces en agriculture                          Après une très forte progression des surfaces entre
biologique est de 2,4 % (Source : Agence Bio 2013                         2011 et 2012 (+ 25 %) , la tendance s’est fortement
moyenne France : 3,93 %). Ce chiffre est de 2,7 % si                      ralentie entre 2012 et 2013 (+ 7,5 %).
l'on inclut les surfaces en conversion. La répartition selon              Près de 3400 exploitations sont en culture biologique,
les départements est relativement inégale avec 2                          1420 en productions animales, dont près des ¾ en
départements qui représentent 54 % de l’ensemble des                      Deux Sèvres et Vendée, principalement dans le
surfaces.                                                                 bocage. La Vendée est le 1er département français en
                                                                          effectif de poulets élevés en mode de production
                                                                          biologique. Les exploitations ne sont souvent que
                                                                          partiellement en agriculture biologique . En Pays de
                                                                          Loire, 13 % des exploitations sont à la fois en bio et en
                                                                          conventionnel.
                                                                          Enfin les exploitations en agriculture biologique
                                                                          emploient 1/3 de main-d’œuvre supplémentaire
                                                                          comparées à l’ensemble des exploitations régionales
                                                                          (Observatoire Régionale Bio Pays de Loire).
       18   DIAGNOSTIC | PPAS 2015-2021
Ces résultats sont cependant très loin des objectifs du       Agriculture et environnement
Grenelle de l’Environnement qui étaient de 6 % pour
2012 et 20 % de la surface agricole utile en France,          Soumise à des influences climatiques aussi riches
en 2020.                                                      que variées, la zone d’intervention de la SAFER
                                                              Poitou-Charentes comporte une grande richesse
Les filières de qualité                                       biologique avec en particulier des zones humides
                                                              majeures , mais aussi des plaines cultivées à fort
Les produits sous signes officiels de qualité sont
nombreux en Poitou-Charentes, on retrouve :                   enjeu pour l’avifaune et des paysages de bocage
                                                              particulièrement    riches    en    infrastructures
    Dans les produits végétaux : pommes de terre de          écologiques.
     l'Ile de Ré (AOP), Melon du Haut-Poitou (IGP)
    Dans les produits animaux : agneau fermier               Les relations réciproques entre agriculture et
     Diamondin (AOP), agneau du Poitou-Charentes              environnement sont complexes, et l’agriculture constitue,
                                                              comme on l’a vu, l’activité dominante qui utilise l’espace
     (IGP), boeuf saveur de Poitou-Charentes (CCP),
                                                              dans la zone d’intervention de la SAFER.
     porc de la Frairie (CCP), veau du Limousin (IGP),
     Parthenaise (label rouge), viande bovine du Maine-       La biodiversité (races, variétés végétales), le sol , l’eau
     Anjou (AOP), Limousin Blason prestige (label             sont les supports de l'activité agricole qui pourtant
     rouge),                                                  peuvent être mis à mal, par l’essor des systèmes visant à
                                                              les simplifier dans une logique de « maîtrise du milieu »
    Pour les produits transformés : eau de vie de
                                                              croissant.
     Cognac (AOP) et pineau des Charentes (AOP), IGP
     Charentais vin du Haut-Poitou, Anjou en Thouarsais
     (AOP), fromages de chèvre Chabichou du Poitou
     (AOP) et Sainte-Maure-de-Touraine (AOP), beurre
     AOP Charentes-Poitou, ainsi que les huîtres
     Marennes Oléron (IGP).

95 % du cognac est exporté et représente 21 % des
exportations de vins et de spiritueux qui constituent le 2e
secteur excédentaire de la balance commerciale après
l’aéronautique.

En Poitou-Charentes, 44 % des exploitations, ont au
moins une production sous signe de qualité. 10 % des
exploitations pratiquent la vente directe.

La région Pays de la Loire quant à elle est la principale     L’apport massif d’énergie et d’intrants (nitrates, produits
région européenne pour les produits de qualité avec           phytosanitaires …) dépasse bien souvent les capacités
près de 9000 agriculteurs et 500 entreprises                  d’assimilation du milieu naturel, comme en témoigne leur
agroalimentaires concernées par :                             présence résiduelle dans le milieu aquatique. (Source :
                                                              Agences de l’Eau).
       138 labels rouges représentant 1/3 du chiffre
        d’affaires national de ce label,                      La simplification des assolements et des rotations, le
       39 AOC (Appellation d’origine contrôlée) et 2         retournement des prairies naturelles, l’augmentation de
        AOP (Appellation d’origine protégée),                 la taille des parcelles, le raccourcissement des rotations
                                                              ont entraîné une uniformisation des paysages et une
       12 IGP (Indication géographique protégée)
                                                              réduction de la diversité des habitats. En Poitou-
        dont 6 en volailles, ce qui la classe dans le trio
                                                              Charentes, 35 000 km de haies ont disparu entre les
        de tête des régions européennes détenant ce
                                                              années1960 et les années 2000.
        signe de qualité
                                                              Eaux et milieu aquatique
                                                              En ce qui concerne la pollution par les nitrates , la zone
                                                              d’intervention de la SAFER est presque totalement en
                                                              zone vulnérable, et la qualité des eaux superficielles est
                                                              fortement dégradée pour ce paramètre.

                                                                      PPAS 2015-2021 | DIAGNOSTIC            19
La diminution des surfaces irriguées (12 % en 10 ans) en
                                                             Poitou Charentes conduit globalement à une réduction
                                                             des volumes prélevés, bien que certaines nappes soient
                                                             plus sollicitées. En Vendée, les prélèvements pour
                                                             l’irrigation ont progressé entre 1998 et 2009 sur les
                                                             bassins de la Sèvre Nantaise, l’Auzance, La Bertonne et
                                                             le socle Marais Poitevin.
                                                             Les prélèvements pour l’irrigation, à leur niveau actuel
                                                             entraînent des débits d’étiage incompatibles avec un
                                                             bon état quantitatif et écologique des cours d’eau. Les
                                                             volumes « prélevables » qui correspondent à ce que
                                                             peut accepter le milieu, définis dans le cadre des
                                                             réglementations européennes et nationales sont sur de
                                                             nombreux bassins inférieurs aux volumes prélevés. Pour
                                                             atteindre l’équilibre, en Poitou Charentes, la profession
                                                             agricole a accepté une diminution de 20 %, sans
                                                             contrepartie financière. Au-delà de cette réduction, les
                                                             pouvoirs publics financent des travaux de construction
                                                             de retenues de substitution et des MAE (MAE de
                                                             désirrigation)

                                                             Sur les deux bassins des Agences de l’Eau, en matière
                                                             de qualité d’eau, les constats sont les suivants :
                                                             Loire Bretagne

                                                                En 2011, 31 % des eaux de surface (rivières, plans
                                                                 d’eau, eaux côtières) sont en bon état écologique, à
                                                                 comparer avec l’objectif de 61 % que le bassin s’est
                                                                 donné en 2009. La majorité des cours d’eau en
                                                                 Poitou-Charentes ont un état écologique médiocre ou
                                                                 mauvais.
                                                                Sur les cinq dernières années, cet état est resté
   Qualité des eaux superficielles en Poitou Charentes           globalement stable.
      (Source Observatoire de l’environnement)                  10 % des nappes d’eau souterraine (15 masses
                                                                 d’eau sur 144) sont passées en bon état du fait de la
Dans le cadre de la révision de la Directive Nitrates, les       réduction de leur teneur en nitrates et pesticides ou
calendriers d’épandage sont raccourcis, et des zones             de l’amélioration de leur état quantitatif.
d’action renforcées voient le jour sur une partie               Sur les cours d’eau, des améliorations sont constatées
importante de la région Poitou Charentes.                        sur les paramètres phosphore et matières
                                                                 organiques.
La zone Poitou-Charentes Vendée compte 38 captages
d’eau potable dont la qualité est dégradée (500
captages Grenelle en France)

L’irrigation est présente à hauteur de 10 % de la SAU
en Poitou Charentes et 12 % en Vendée. Elle représente
plus de 50 % des prélèvements avec des impacts forts
pendant la période d’étiage, et provient pour 68 % en
Poitou Charentes des nappes souterraines, contre 50 %
en Vendée.

      20    DIAGNOSTIC | PPAS 2015-2021
Adour Garonne Zone : Commission Territoriale Charente       La région Poitou-Charentes est largement concernée par
                                                            les milieux humides avec d’une part les marais littoraux
86 % des masses d’eau « rivière » sont en bon état          et d’autre part, les marais d’accompagnement des cours
chimique.                                                   d’eau. Les marais littoraux représentent environ 110
                                                            000 ha. Les espaces les plus remarquables sont, du
Sur 13 masses d’eau souterraines libres, 7 sont dans un     Nord au Sud :
mauvais état quantitatif, les 6 autres en bon état. Les 4
masses d’eau souterraines captives sont dans un bon                marais breton partie Vendée 45 000 ha,
état quantitatif.                                                  marais poitevin : 100 000 ha,
Seule 1 masse d’eau souterraine libre est en bon état :            marais périurbains de la Rochelle : 2 070 ha
FRFG001 (Socle BV Haute Charente).                                 marais salés de l’Île de Ré : 1 500 ha et 4 000
                                                                    ha de vasières (Fier d’Ars)
Les autres sont en mauvais état chimique, principalement           marais de Rochefort : 15 000 ha
en raison de la présence de nitrates, mais aussi de                marais de la Charente et de Boutonne : 7 500
produits phytosanitaires.                                           ha
Tous les cours d’eau suivis en région Poitou-Charentes             marais de Brouage : 11 500 ha
présentent une contamination en pesticides à des degrés            marais d’Oléron : 3 000 ha
divers (91 % des points de mesure des cours d’eau en               marais de la Seudre : 9 100 ha
France montrent la présence de pesticides).                        marais de Gironde : 7 000 ha
Dans les eaux souterraines, la contamination est            Situé sur une des principales voies de migrations
principalement liée à la présence de dérivés de             européennes, le Poitou-Charentes représente une zone
l’atrazine (herbicide interdit en 2003), avec en premier    importante pour les oiseaux, notamment les oiseaux
lieu l’atrazine déséthyl dont les teneurs dépassent très    d’eau et de zone humide qui se regroupent dans les
fréquemment le seuil de potabilité (0,1µg/l).               espaces protégés du littoral.

Biodiversité et paysages
Qu’il s'agisse des enjeux de protection des
espèces remarquables ou de la biodiversité
ordinaire, l’agriculture joue un rôle essentiel.
Sous influence à dominante atlantique, la
région subit néanmoins des influences
méridionales en Charente et Charente-
Maritime avec un riche cortège d’espèces
méditerranéennes, tandis que des influences
plus nordiques, orientales et montagnardes
sont ressenties en Deux-Sèvres et en Vienne .

Les plaines céréalières abritent des espèces rares et aujourd’hui menacées (Bruant ortolan, Alouette calandrelle
, Outarde canepetière, Oedicnème criard...).

                                                                    PPAS 2015-2021 | DIAGNOSTIC         21
Vous pouvez aussi lire