L'itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants

 
L'itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants
L’itinérance des enfants et des familles :
un facteur décisif à la santé mentale des enfants
L'itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants
L’itinérance des enfants et des familles :
un facteur décisif à la santé mentale des enfants
Chez Toit fournit une direction nationale aux solutions à long terme à l’itinérance à travers des partenariats
et collaborations avec divers intervenants, des investissements dans les communautés locales et l’éducation
du public.
Ce rapport est le résultat des trois années de l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles. L’objectif de
ce projet est de soutenir les communautés et le gouvernement en révisant les programmes existants, en créant
un cadre de travail et en développant des outils pratiques et recommandations pour s’attaquer à l’itinérance des
enfants et des familles au Canada.

Aussi disponible :
     ••   L ’itinérance des enfants et des familles: construire un cadre général pour lutter contre l’itinérance
           des enfants et des familles au Canada: Phase 1, examen de l’environnement
     ••    Au-delà de priorité au logement : une réponse globale à l’itinérance des familles au Canada

Remerciements
Nous tenons à remercier les individus suivant pour leur incroyable travail et dévouement à l’Initiative de
l’itinérance des enfants et des familles et ce rapport final.
Auteur : Tanya Gulliver-Garcia
Chercheurs principaux : Amanda Noble et Tyler Pettes
Chercheurs assistants : Llyvell Gomes, Fairuz Haque, et Jane Wang
Editrice : Caitlin Boros
Graphiste : Brenda Martin – Hermit Creative
Traductrice : Fernande Onanga – Made in Gabao Translation
Le rapport a été développé sous la direction de Carolann Barr, directrice exécutive et membre du
conseil consultatif de Chez Toit.

Nos partenaires communautaires
Nous tenons à remercier les agences partenaires suivantes pour leur immense contribution à ce rapport, sans eux
ce travail n’aurait pas été possible.
Campagne 2000: mettre un terme à la pauvreté des enfants et des familles au Canada
Ending Violence Association de Colombie-Britannique
Family Enrichment and Counselling Service, Fredericton Inc.
Homeward Trust Edmonton
Oolagen Community Services
Port Cares
Wabano Centre for Aboriginal Health
YMCA Yellowknife

Nos partenaires financiers
Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude pour la générosité de nos partenaires financiers, qui ont
soutenu le travail de l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles et le développement de ce rapport.
Table des matières
Les symboles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
    Aperçu sur l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
    Aperçu sur l’itinérance des famille au Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Recommandation – Une réponse nationale cordonnée et les actions pour la santé mentale des enfants . . . . . .  11
    Le cadre de travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  12
    Notre rapport et le cadre de travail Evergreen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  13
Aperçu sur la santé mentale et la maladie mentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  15
    Le Suicide et la santé mentale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  16
Aperçu sur la santé mentale chez les enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
    Les signes et symptômes de la santé mentale des enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
    Les liens entre la santé mentale et l’itinérance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  18
		 L’itinérance et la dépression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  19
		 L’itinérance et le traumatisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  19
Le cadre de travail de l’itinérance des enfants et des familles et les huit piliers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  22
    La prévention primaire : une approche en amont. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  22
		 Recommandations relatives à la prévention. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  24
    Les systèmes de réponse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  25
		 Pourquoi les systèmes de réponse sont-ils important ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  25
		 Recommandations relatives aux systèmes de réponse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  27
    L’intervention précoce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  28
		 Recommandations relatives à l’intervention précoce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  29
  Le logement abordable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  30
		 Recommandations relatives aux logements abordables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  31
  Pauvreté/Revenu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  32
		 Recommandations relatives à la pauvreté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  34
   L’(in)sécurité alimentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  35
		 Recommandations relatives à l’(in)sécurité alimentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  37
   Les garderies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  38
		 Recommandations relatives aux garderies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  39
   Discrimination. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  40
		 Recommandations relatives à la discrimination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  42
   La stigmatisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  43
		 Recommandations relatives à la stigmatisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  44
   La violence conjugale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  45
		 Recommandations relatives à la violence conjugale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  48
Les pratiques prometteuses et les programmes novateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  49
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  54
Références. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  55
Les symboles
Nous utilisons différents symboles tout au long du rapport et de ce supplément pour nous aider à
montrer la complexité interactive de ces problèmes.

Les trois composantes du cadre de travail utilisent les symboles suivants :

             La prévention primaire

             Les systèmes de réponse

             Les stratégies d’intervention
             précoce

Les huit piliers que nous avons retenus au cours de nos entretiens sont identifiés par les symboles
suivants :

             Pauvreté/revenu                                                         La violence conjugale

                                                                                     La santé mentale des enfants
             Les logements abordables
                                                                                     et le bien-être des familles

             L’(in)sécurité alimentaire                                              La stigmatisation

             Les services de garde                                                   La discrimination

De plus, les recommandations sont indiquées par ce symbole :

Et les programmes (dans le document principal uniquement) utilisent :

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   4
Introduction
La santé mentale des enfants est une composante très importante du rapport de l’Initiative de
l’itinérance des enfants et des familles pour plusieurs raisons. S’attaquer à la santé mentale des enfants
du point de vue de la prévention ou l’intervention précoce améliore les résultats à long terme pour les
enfants vivant dans la pauvreté ou l’itinérance en réduisant l’intervalle de temps et par conséquent
potentiellement l’impact émotionnel passé dans un de ces états. De plus, une réponse effective requiert
un système de réponse, le troisième domaine mentionné dans notre cadre de travail.
Tous les piliers identifiés dans le rapport et dans notre cadre de travail: logement abordable, pauvreté et
revenu, (in)sécurité alimentaire, service de garde, discrimination, stigmatisation, violence conjugale, santé
mentale des enfants et bien-être des familles sont intrinsèquement interconnectés. Les sept premiers
piliers ont un impact sur le dernier et contribuent à une mauvaise santé mentale pour les enfants sans-
abri et un mal-être des familles.
En se concentrant à lutter contre la mauvaise santé mentale des enfants nous seront non seulement
capables d’améliorer les vies de ces enfants à court terme mais aussi pour les années à venir. Ceci peut
contribuer à terme à faire baisser le nombre de potentiel sans-abri, améliorer les résultats scolaires et
réduire les coûts financiers des contribuables pour les services d’urgence et de soutien.
Ce n’est pas uniquement une question d’argent mais plutôt de faire la bonne chose. Les enfants
ne sont pas sans-abri par choix. Ils le sont, premièrement à cause de facteurs structurels et d’échecs
systémiques et occasionnellement à cause de problèmes de comportement ou relationnels de leur
parent(s) ou tuteur(s). Les premières causes de l’itinérance des familles et par conséquent de l’itinérance
des enfants sont la pauvreté et la violence conjugale.
L’itinérance peut être une force destructrice incroyable sur n’importe quel individu mais ceci est
plutôt vrai pour les parents et les enfants. Une recherche récente montre qu’alors que de nombreuses
personnes deviennent sans-abri à cause de traumatismes, l’itinérance est souvent considérée comme
une source de traumatisme.
La dépression ou trouble de stress post-traumatique (TSPT) chez les femmes (le plus grand groupe de
parent sans-abri sont les femmes célibataires) conduit à des conséquences négatives sur leurs enfants.
Ces conséquences incluent :
     •• Une santé précaire
     •• Des troubles émotionnels et du comportement
     •• Les vulnérabilités cognitives
     •• Des difficultés à développer un attachement sécurisant
     •• Un manque de maturité scolaire
     •• De mauvais résultats scolaires
(source : Olivet, 2015)
Les problèmes de santé mentale causés par l’itinérance sont une des raisons pour lesquelles nous et nos
partenaires de la Fondation RBC avons choisi de porter une attention particulière à la santé mentale des
enfants dans notre rapport intégral tout comme dans ce supplément.
L’itinérance, plus particulièrement l’itinérance des familles, a un impact sur nous tous. L’impact à long
terme sur les individus créé un lourd fardeau pour la société. Nous payons tous le prix lorsque des
enfants ont de la difficulté à l’école ou développent un état de santé médiocre. En nous concentrant sur la
prévention de l’itinérance nous sommes plus à même de non seulement réduire les dépenses mais aussi
de construire un meilleur avenir aux enfants et leurs familles.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   5
Aperçu sur l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles
Il y avait trois activités principales pour l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles de Chez
Toit. La phase 1 de notre plan impliquait conduire une analyse du milieu en enquêtant sur les agences
qui répondent à l’itinérance des enfants et des familles à l’échelle nationale et internationale. Suivant
l’identification de 147 agences canadiennes et 52 agences internationales, nous nous sommes ensuite
entretenus avec plus de 40 fournisseurs de services, défenseurs de la communauté et chercheurs. Ces
agences fournissent un grand nombre d’expériences qui se concentrent sur l’éradication de l’itinérance
à travers l’implémentation de services de premières lignes, la recherche, ou des programmes de
prévention.

               Phase 1                                        Phase 2                                     Phase 3
                Analyse                                   Entretiens et                            Sommet, rapport
               du milieu                                  analyses des                              & éducation du
                                                            données                                     public
                 Analyse des
         programmes canadiens                         Entretiens du personnel                       Sommets national et
            et internationaux sur                    et familles dans 8 agences                     provincial pour mieux
         l’itinérance des familles                       partenaires du pays                        étayer les conclusions
                                                                                                  Publication du rapport et
        Développement précoce                           Analyses des données                      ressources sur la journée
         du cadre de travail et                         guidées par un cadre                            familiale 2016
              des piliers                               de travail préliminaire,
                                                         des piliers et thèmes                   Campagne d’éducation du
        Sélection et confirmation                             émergents                          public pour coïncider avec
        des agences partenaires                                                                  la publication du rapport

                       Figure 1 – Les phases de l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles

La deuxième phase du projet était de développer un cadre conceptuel approfondi qui se concentre
sur les solutions pour mettre fin à l’itinérance des enfants et des familles à trois niveaux: la prévention
primaire, les systèmes de réponses et les stratégies d’intervention précoce. Le cadre de travail inclut les
principes de base ou les valeurs fondamentales qui devraient être considérées lorsque l’on développe
n’importe quel service pour s’attaquer à l’itinérance des familles et a fourni une infrastructure essentielle
à ce rapport final. Ces principes prônent des services effectifs qui répondent aux besoins des enfants et
familles de manière respectueuse et donnent aux individus les outils dont ils ont besoin.

           Chez Toit     |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   6
Figure 2 – Cadre de travail de l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles

            Après avoir développé notre cadre de travail sur l’itinérance des familles, nous avons
            
            travaillé en partenariat avec 8 agences communautaires au Canada qui se concentrent
            sur des éléments spécifiques de la prévention des systèmes reposant sur l’intégration et
            l’intervention précoce. Ces agences fournissent un échantillon représentatif des agences du
            pays (incluant les Territoires-du-nord) qui utilisaient une variété de différentes stratégies et
            services pour aider les familles à risque dans leurs communautés. Chacun de ces partenaires
            figurent dans le rapport intégral.

Ces agences partenaires sont :
    ••   Port Cares
    ••   Campagne 2000
    ••   L’association Ending Violence de Colombie-Britannique
    ••   Young Parents No Fixed Address
    ••   YWCA Yellowknife
    ••   Wabano Centre for Aboriginal Health
    ••   Homeward Trust Edmonton
    ••   Family Enrichment and Counselling Services Fredericton Inc.
À travers ces partenariats nous avons pu interroger 103 agences et 36 familles qui avaient accès aux
services des agences. Les entretiens ont donné l’opportunité d’identifier les forces et faiblesses du
système de réponse actuel et d’étayer notre compréhension en nous donnant des opportunités
d’apprentissage et de perfectionnement.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   7
Une fois que les 139 enregistrements ont été transcrits, tous les entretiens ont été téléchargés dans
NVIVO, un programme d’analyse de données qualitatives. Les composantes des analyses des données
de ce projet impliquent aussi bien des analyses généralisées que granulaires. En utilisant le cadre de
travail et les premières recherches de mot commun, chaque entretien a été analysé pour générer des
thèmes qui s’alignent avec les aspects spécifiques de la prévention primaire, le système de réponse
et l’intervention précoce. Les citations ont été regroupées en différents nœuds thématiques et ont été
combinées avec des recherches supplémentaires, des données, des chiffres et des graphiques pour
fournir à la source initiale du matériel pour produire le rapport final.
En septembre 2015, nous avons organisé deux jours de Sommet avec 30 représentants nationaux et
20 provinciaux. En plus du panel et des conférenciers, nous avons présenté quelques trouvailles de
nos recherches. Les participants ont aussi été invités à participer à des groupes de discussion pour
aider à étayer notre recherche initiale. Leur examen critique a été pris en considération à mesure que
nous développions un ensemble de meilleures pratiques et recommandations pour les programmes
répondant à l’itinérance des enfants et des familles.
Finalement, à travers ce travail nous espérons développer des outils pratiques et des ressources qui
peuvent être utilisées par les organisations communautaires et les gouvernements pour encourager les
bonnes pratiques. A cette fin nous avons aussi formulé des recommandations, à court et long terme,
aux communautés, fournisseurs de services et tous les niveaux de gouvernement. On retrouve ces
recommandations à la fin du rapport et sont aussi mentionnées dans ce supplément en utilisant le
symbole suivant :

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   8
Aperçu sur l’itinérance des familles au Canada

          « L’itinérance des familles est largement entretenue par des facteurs
             structurels, incluant un revenu inadéquat, le manque de logement
             abordable et la violence conjugale. Suivant le retrait des programmes
             de logement du gouvernement et le déclin des soutiens, de plus
             en plus de familles se tournent vers des refuges d’urgence »
             (Gaetz, et al., 2013, p. 27).

Bien que le visage de l’itinérance le plus souvent relayé dans les médias est un vieil homme blanc
célibataire assis au coin d’une rue, la vérité est que l’itinérance est extrêmement complexe et implique
plusieurs facettes et sous-populations.
Chaque soir au Canada près de 35 000 personnes sont sans-abri, soit 235 000 individus par an. Pour
chaque personne totalement sans-abri, il y en a au moins 3 en plus qui tombent dans la catégorie de
l’itinérance cachée (Gaetz, Gulliver & Richter, 2014). L’itinérance est un fléau dans ce pays, un qui a été
reconnu par les Nations Unies. Si nous agissons trop tard, ce problème va s’aggraver.
L’itinérance des familles (par conséquent l’itinérance des enfants et adolescents) est une partie
importante, mais caché, de la crise. Certains chercheurs ont identifié l’itinérance visible comme la
partie émergée de l’iceberg de ce qui est plus grand et critique, le logement abordable au Canada. De
nombreuses études ont montré que de nombreuses familles sont forcées à vivre dans des logements
surpeuplés et insalubres et font souvent le choix entre payer le loyer et nourrir les enfants.
La plupart des rapports et recensements qui tentent de comptabiliser les sans-abri sous-dénombre
sévèrement les familles qui font face à l’itinérance. La nature de la méthodologie qui implique le
décompte ne permet pas de considérer les personnes vivant en situation d’itinérance cachée et souvent
même les refuges pour femmes victimes de violence sont exclus du décompte. Ceci nous empêche
d’avoir une lecture objective de l’itinérance des familles, en particulier si l’une des causes l’une des causes
est la violence conjugale est la violence conjugale.
Ce que nous savons est que la crise prend rapidement de l’ampleur. L’utilisation des refuges d’urgence
par les familles (souvent des mères chefs de famille, les familles monoparentales) a considérablement
augmenté ces dernières années. Entre 2005 et 2009, les refuges utilisés par des enfants ont augmenté de
50 %, soit de 6205 à 9459 (Segaert, 2012).
Les familles restent aussi dans les refuges 3 fois plus longtemps que les autres groupes, avec une durée
moyenne de séjour de 50,2 jours, une augmentation de 50 % pour une période de 5 ans (Segaert, 2012).
Le rapport sur État de l’itinérance au Canada : 2013 a indiqué que « les familles représentaient juste
4 % de tous les séjours dans un refuge, sans inclure les refuges pour violence contre les femmes, mais
utilisent 14 % des lits pour sans-abri » (Gaetz et al., 2013, p. 27). Cette croissance rapide dans plusieurs
communautés a causé beaucoup de problèmes en terme de capacité d’accueil dans les refuges pour
familles.
Deux études de prévalence nordique qui ont examiné l’itinérance à travers des entretiens avec les
banques alimentaires, les refuges, les haltes accueil et programmes alimentaires et les autres agences
servant les sans-abri à Timmins et North Bay, décrivent une situation très différente comparée à ce qui
est normalement trouvé dans les recensements pour sans-abri.

           Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   9
L’étude de Timmins, menée en janvier 2011, a identifié 257 enfants (36,5 % du total de l’échantillon) âgés
de 14 ans et moins qui étaient totalement sans-abri ou à haut risque de le devenir. Plus de la moitié (51 %)
de ceux dans la catégorie de l’itinérance totale étaient des enfants ou adolescents âgés de moins de
19 ans (Kauppi et al., 2012).
Similairement, l’étude sur la prévalence de North Bay, menée en juillet 2011, a vu un nombre plus grand
de femmes et d’enfants dans les recensements. 1 participant sur 5 (101 personnes) était âgé de moins de
10 ans. 39 % de ceux qui étaient totalement sans- abri avaient moins de 18 ans (Pallard & Kauppi, 2014).
Les études de prévalence fournissent des renseignements plus approfondis sur l’itinérance qu’un
recensement, mais ils ne donnent toujours pas un tableau complet de la situation de risque. Selon le
Wellesley Institute le rapport 2010 sur ‘précarité du logement,’ 1,3 millions de foyer canadiens vivent dans
des logements insalubres et 1,5 millions de foyer vivent dans des logements inadéquats. Au moment
du rapport il y avait plus de 3,1 millions de foyer qui vivaient dans des logements inabordables où ils
payaient plus de 30 % du revenu de leur foyer dans les coûts du logement (ex: loyer, hypothèque...). Ce
qui représente 1 foyer canadien sur 5 qui vivait dans un logement inabordable, la situation ne s’est pas
améliorée depuis plusieurs années ».
Ce que ces faits doivent souligner, c’est que notre concentration doit se tourner sur ce que signifie
prévenir l’itinérance contrairement à réagir. Les services d’itinérance se concentrent trop souvent à
fournir du soutien aux individus et familles après qu’ils soient devenus sans-abri, plutôt que se concentrer
en amont sur les facteurs qui pourraient mener à l’itinérance. Les logements précaires, le bas taux
d’inoccupation, les logements insalubres et les faibles revenus revenu font tous partis des facteurs
structurels qui mènent à l’itinérance. Chaque conversation pour résoudre l’itinérance a besoin d’inclure
un débat sur la prévention.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   10
Recommandation – Une réponse nationale cordonnée
et les actions pour la santé mentale des enfants
Dans le rapport principal, les recommandations se retrouvent à la fin de chaque section, mais dans ce
supplément nous avons trouvé important de les mettre le plus près possible pour fournir un contexte au
lecteur lorsqu’il prendra connaissance du document. Cette recommandation est la première découlant
du rapport à cause de son importance. Nous ne disons pas que toutes les autres recommandations ne
sont pas importantes mais en partenariat avec un de nos donateurs et la Fondation RBC, nous nous
sommes engagés à examiner la question de la santé mentale des enfants dans cette initiative.

            Recommandation 1.0 – Nous recommandons que le gouvernement fédéral, en
            conjonction avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et autochtones soutiennent
            et financent une réponse nationale coordonnée et l’action pour la santé mentale des
            enfants.

Selon la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), près de 1,2 millions d’enfants et
adolescents canadiens (1 sur 5) souffrent de problèmes de santé mentale, mais encore moins de 20 %
recevront un traitement approprié. Pour les enfants qui ont fait face à l’itinérance les nombres de ceux
qui ont été touchés est significativement plus élevé, alors que ceux qui reçoivent un traitement est
parallèlement plus bas.
Les individus et organisations engagés au Canada ont déjà mené un travail significatif dans ce domaine
et il existe un grand nombre de documents qui fournissent un cadre de travail pour l’action comme :
    ••    vergreen : Document-cadre en matière de santé mentale des enfants et des adolescents au
         E
         Canada
    ••   La santé mentale en milieu scolaire au Canada : Rapport final
    ••   CHANGER LES ORIENTATIONS, CHANGER DES VIES : Stratégie en matière de santé mentale
          pour le Canada
    ••    La Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada : Une perspective axée sur les jeunes

Cependant, nous avons aussi le sentiment que les études existantes n’ont pas suffisamment abordées
le problème des enfants et leurs familles qui font face à l’itinérance. Ce rapport, et particulièrement les
suppléments, sont nos tentatives pour contribuer à combler cet écart et les manques du cadre de travail
Evergreen. Étant donné le grand nombre d’enfant vivant dans la pauvreté ou présentement sans-abri, une
réponse pour la santé mentale doit se concentrer sur cette population. De même, les enfants qui ont été
témoin de violence conjugale ou qui ont vécu des abus directement doivent être une priorité dans toutes
les réponses pour la santé mentale des enfants. Finalement, une réponse nationale pour la santé mentale
des enfants doit reconnaitre les expériences uniques des divers groupes culturels du Canada incluant les
immigrants, les réfugiés et les peuples autochtones.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   11
Nous reconnaissons qu’il faut qu’il y ai une contribution des différents fournisseurs et utilisateurs
de services et tous les niveaux de gouvernement dans le but de s’attaquer à toutes les barrières et
d’implémenter des solutions dans ce domaine. Ainsi, nous recommandons que le gouvernement fédéral
en conjonction avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et autochtones soutiennent et financent
le développement et l’implémentation d’une action et une réponse coordonnée pour la santé mentale
des enfants impliquant les joueurs clés dans cette action incluant la Commission de la santé mentale
du Canada (CSMC) considérant leur connaissance dans ce domaine. L’objectif serait de se fonder sur les
cadres existants (comme celui d’Evergreen) et développer une réponse coordonnée dans les domaines
prioritaires (incluant l’itinérance des enfants, adolescents et familles).
L’implémentation des projets et initiatives reliées à cette recommandation nécessitera une augmentation
du financement aux organisations communautaires pour le personnel et la formation des bénévoles mais
aussi pour le développement de programmes, l’implémentation et l’évaluation.

Le cadre de travail
Lorsque nous préparions cette recommandation, nous avons lu de nombreux travaux de recherches et
rapports reliés aux besoins des enfants sans-abri et leurs familles au Canada. Evergreen: un cadre de
travail sur la santé mentale des enfants et des adolescents au Canada, développé par la Commission de
la santé mentale du Canada, est critique pour comprendre la santé mentale et particulièrement la santé
mentale des enfants.

         « Depuis trop longtemps, la santé mentale des adolescents n’a pas été une
            priorité au Canada. Depuis trop longtemps, la santé mentale des enfants
            et des adolescents a été isolée dans le système de santé mentale qui
            lui-même est isolé du système canadien de soins de santé. Le moment
            d’agir, de créer un changement positif est arrivé. Evergreen peut participer
            à ce changement » (Kutcher & McLuckie, 2010, p. 2).

Le cadre de travail Evergreen a créé une meilleure compréhension des valeurs et des directives
stratégiques communes qui s’attaquent au problème de santé mentale des enfants et des adolescents
au Canada.

         « Evergreen peut aider à fournir aux décideurs politiques, planificateurs,
            fournisseurs de services, familles, défenseurs et au grand public des
            valeurs explicites nationalement et des directions stratégiques qui
            pourront être utilisées pour participer à l’élaboration et conduire ce
            changement » (Kutcher & McLuckie, 2010, p. 2).

         Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   12
Plus que prescriptive, le cadre de travail Evergreen crée un espace pour une variété de fournisseurs
de services, les donateurs, les gouvernements et autres pour créer des programmes qui peuvent
mieux répondre aux besoins de leurs communautés. Il reconnait que les solutions ne peuvent être une
approche unique et que chaque communauté à des besoins différents qui doivent être pris en compte.
Il encourage, cependant, une harmonisation avec les valeurs et les directions stratégiques qui sont
soulignées ci-dessous :

Valeurs :                                                                           Directions stratégiques :
1.   Droits de l’Homme                                                              1.    Promotion
2.   Dignité, respect et diversité                                                  2.    Prévention
3.   Meilleures preuves disponibles                                                 3.    Intervention et soins continue
4.   Choix, opportunité et responsabilité                                           4.    Recherche et évaluation
5.   Collaboration, continuité et collaboration communautaire
6.   Accès à l’information, programmes et services

Un commentaire qui a souvent été répété par les participants au Sommet sur l’Initiative de l’itinérance
des enfants et des familles était que souvent il y a des programmes qui marchent très bien dans une
communauté mais ensuite un nouveau programme ou domaine survient et les donateurs/gouvernement
prennent une direction différente. Le cadre de travail rapporte: « Evergreen reconnait aussi que de
nombreux programmes, services et activités présentement en utilisation au Canada fonctionnent bien et
n’ont pas besoin d’être remplacé mais peuvent être améliorés. Les programmes existants, augmentés ou
améliorés, les services et les activités doivent aussi être en accord avec les valeurs d’Evergreen » (Kutcher
& McLuckie, 2010, p. 8).

            « Nous ne devons pas perdre de vue le succès des services communautaires
               de santé mentale, d’éducation, de justice pour les jeunes et de santé. Il
               y a de nombreux exemples d’enfants, adolescents et familles dont les
               besoins ont été comblés par les services et soutiens existants. Nous avons
               besoin de solidifier les forces, améliorer ce qui existe et s’abstenir de la
               réinvention. » Un officiel du gouvernement participant à une consultation
               d’Evergreen (Kutcher & McLuckie, 2010, p. 8).

Notre rapport et le cadre de travail Evergreen
Lorsque le cadre de travail Evergreen a été développé, il a été perçu comme un document évolutif, d’où
le nom Evergreen. Développé en collaboration avec un grand nombre de consultation, ceux impliqués
avec Evergreen disaient: «Les contenus d’Evergreen ne sont pas figés. Au fur et à mesure que de nouvelles
informations et une meilleure compréhension se développent, Evergreen peut être modifié pour refléter
ces changements. Alors que les valeurs sur lesquelles Evergreen sont basées vont persister, des directions
stratégiques présentement suggérées résisteront à l’épreuve du temps, alors que d’autres non. Il va peut
être falloir les modifier avec le temps. Les autres pourront être ajoutés. Comme son nom le suggère,
Evergreen devrait être mis à jour tous les 5 ou 7 ans et nous encourageons fortement les corps nationaux
appropriés à relever ce défis » (Kutcher & McLuckie, 2010, pp. 8-9).

            Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   13
Nous voyons ce rapport comme une pièce du processus du cadre de travail Evergreen. Ce n’est pas une
mise à jour mais d’une certaine façon, cela peut être vu comme un complément. La nature consultative
de l’Initiative de l’itinérance des enfants et des familles écho les objectifs d’Evergreen de rassembler un
grand nombre de personne autour de la discussion sur la santé mentale des enfants. Notre concentration
cependant est plus étroite et nous nous concentrons dans un domaine qui manque grandement dans le
cadre de travail Evergreen : les enfants et les adolescents qui font face à l’itinérance. Ainsi, nous avons le
sentiment que lorsque lu ensemble, le cadre de travail Evergreen et ce rapport se complètent et créent
un dialogue sur ce qui a besoin d’être fait pour s’attaquer au problème des jeunes faisant face aux défis
de santé mentale.
En développant nos recommandations et à travers notre processus consultatif il était clair qu’il y avait
un désir d’action pour la santé mentale des enfants sans-abri, et en effet, des enfants et adolescents
qui font face aux problèmes de santé mentale plus généralement. Cependant ce qui était clair, était que
cette action ne devait pas prendre la forme d’un autre rapport ou étude du gouvernement qui prendrait
plusieurs années et résulter en un rapport accumulant la poussière sur une étagère dans le bureau d’un
fonctionnaire. Au contraire, il y avait un désir d’actions concrètes qui pourraient être implémentées
presque qu’immédiatement pour qu’un vrai changement puisse arriver.
Les organisations communautaires, les refuges d’urgence, les fournisseurs de logement, les centres de
la petite enfance, les écoles, la protection de l’enfance et les autres travaillant avec les enfants sans-abri
reconnaissent l’urgence de la situation et se rendent soudain compte qu’ils n’ont pas les fonds pour
résoudre le problème tout seul. Pour ce faire, nos recommandations demandent des financements
pour aider à implémenter des actions concrètes afin de s’attaquer aux problèmes de santé mentale des
enfants au Canada.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   14
Aperçu sur la santé mentale et la maladie mentale
Tout le monde a une santé mentale, cependant le terme est souvent confondu avec la maladie
mentale et est seulement utilisé pour parler de problèmes ou épisodes négatifs. La santé mentale
est simplement le niveau de bien-être avec lequel un individu est capable de fonctionner en société,
combattre le stress de la vie et s’adapter aux nouvelles circonstances. Selon l’Organisation Mondiale
de la Santé (OMS) : « La santé et le bien-être mentaux sont indispensables pour que l’être humain
puisse, au niveau individuel et collectif, penser, ressentir, échanger avec les autres, gagner sa vie et
profiter de l’existence » (Fiche d’information OMS).
La maladie mentale d’un autre côté est « une maladie qui peut être diagnostiquée et reconnue d’un
point de vue médical et qui résulte d’une incapacité importante de l’individu des habiletés cognitives,
affectives ou relationnelles. Les troubles psychiques sont les résultats de facteurs biologiques, de
développement et psychosocial et peuvent être gérés en utilisant des approches comparables à
celles appliquées aux maladies physiques (ex : prévention, diagnostique, traitement et réhabilitation) »
(CMHA, 2015, n.p).
La maladie mentale affecte directement près de 1 canadien sur 5 au cours de sa vie, mais indirectement
nous affecte presque tous à un moment ou à un autre en raison des membres de famille, amis et
collègues qui y font face.
Quelques faits saillants de l’Association canadienne pour la santé mentale :
    ••         L a santé mentale affecte les personnes de tous âges, niveaux d’éducation et revenus et de
                toutes cultures.
                >> Près de 8 % des adultes vont faire face à une dépression majeure à un moment de leur vie
                >> Il est estimé que 10 à 20 % des jeunes canadiens sont affectés par une maladie mentale
                     ou trouble psychique, le groupe le plus invalidant Il s’agit des troubles les plus incapacitants
                     au monde.
                >> Aujourd’hui près de 5 % des adolescents de sexe masculin et 12 % des adolescents de sexe
                     féminin entre 12 et 19 ans ont fait face à un grand épisode de dépression.
           >> Le nombre total de 12-19 ans au Canada à risque de développer une dépression s’élève au
                     chiffre effarant de 3,2 millions.
           >> La schizophrénie est le plus grand handicap car il touche le plus souvent les 16 à 30 ans,
                     affectant près d’1 personne sur 100.
           >> Uniquement dépassé par les blessures, les troubles psychiques chez les adolescents sont
                     classés comme la deuxième plus grosse dépense de santé au Canada.
    ••     Au Canada, seulement 1 enfant sur 5 ayant besoin de services en santé mentale les reçoit.
    ••   Près de 1 % des canadiens va faire face à des troubles bipolaires (ou maniaco-dépressifs).
    ••    La schizophrénie affecte 1 % de la population canadienne.
    ••      Les troubles anxieux affectent 5 % des ménages, causant un handicap léger à grave.
    ••       Presque la moitié des personnes souffrant de l’anxiété ou de dépression n’ont pas consulté
              un médecin.
    ••        La maladie mentale coûte aux contribuables des milliards de dollars chaque année incluant les
               soins, l’indemnité d’invalidé, la mort précoce et les programmes non-assurés de santé mentale.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   15
Le Suicide et la santé mentale
Alors qu’un mauvais état de santé et une perte de capacité fonctionnelle sont les résultats qui découlent
d’une piètre santé mentale et maladie mentale, le suicide est probablement le plus significatif. CMHA
rapporte que « le suicide est une des premières causes de mort chez les hommes et les femmes de
l’adolescence à l’âge mûr » (CMHA, n.d.).
Un tiers des mères sans-abri ont fait au moins une tentative de suicide et plus de la moitié ont en fait
deux ou plus (Bassuk et al., 1998). Dépendamment de leur âge, il est vraisemblable que les enfants qui
sont élevés dans cet environnement étaient informés de la tentative de suicide ou au moins que quelque
chose n’allait pas bien. Cependant, dès fois la tentative de suicide arrive parce que les enfants ont été
retirés de la maison et/ou de leur mère. Cette séparation peut créer de l’anxiété et un traumatisme chez
les enfants et les parents.
Les autres statistiques reliées au suicide incluent:
    ••   L e suicide est parmi la première cause de mort chez les 15-24 ans au Canada, après les
          accidents. 4000 personnes meurent prématurément chaque année par suicide.
    ••    Les suicides comptent pour 24 % des morts chez les 15-24 ans et 16 % chez les 25- 44 ans.
    ••     Le taux de suicide chez les jeunes canadiens est le 3e plus élevé des pays industrialisés.
    ••      Le taux de mortalité dû au suicide chez les hommes est 4 fois le taux chez les femmes.

            Pour les enfants et les adolescents qui font face à la discrimination, comme ceux qui font
            parties des communautés autochtones, raciales ou GLBTT, le problème est même plus
            grave. Le suicide chez les jeunes personnes est la deuxième cause de mort, représentant
            près du quart des morts chez les 15-24 ans. Pour les mâles autochtones le taux suicide est
            de 126 pour 100 000 et pour les femmes autochtones 35 pour 100 000. Ce contraste avec les
            taux des jeunes non-autochtones est de 24 sur 100 000 pour les hommes et 5 sur 100 000
            pour les femmes (Site Internet Santé Canada).

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   16
Aperçu sur la santé mentale chez les enfants

         « Ensemble, jeunes, parents et professionnels partagent un sens de
            l’urgence pour transformer le système de santé mentale des enfants et
            des adolescents. Être entendu est le point de départ, mais ce n’est pas
            assez. Les jeunes, les parents et les familles veulent voir des pratiques,
            des politiques, des programmes et des services qui reflètent leurs valeurs,
            valeurs qui sont résumées dans le cadre de travail Evergreen. Par exemple,
            la santé mentale est un droit, pas un privilège. Si ces valeurs sont à la base
            des transformations du système de santé mentale des enfants et des
            adolescents, nous pensons que les jeunes et les familles vont s’engager
            à assister la création du changement, tout comme ils se sont engagés à
            aider à créer le cadre de travail Evergreen »
            (Kutcher & McLuckie, 2010, p. 2).

Comme mentionné précédemment, la santé mentale et la maladie mentale sont des concepts reliés.
Selon la Commission de la santé mentale du Canada, près 1,2 millions d’enfants canadiens et de jeunes
(1 sur 5) sont touchés par des problèmes de santé mentale, pourtant moins de 20 % recevront un
traitement approprié (MHCC, 2016).
Ces nombres sont plus élevés chez les enfants et les jeunes qui font face à l’itinérance. Les études sur
l’itinérance des jeunes ont montré que 40-70 % d’entre eux sont confrontés à des problèmes de santé
mentale comparés à 10-20 % des jeunes qui ont un toit (Gaetz, 2013). Les enfants qui sont sans-abri
et leurs parents/tuteurs font face à un grand nombre d’impacts émotionnels qui ne sont pas toujours
remarqués et/ou non traité à cause de la nature itinérante de leurs vies et leurs instabilités de logement.
En outre, « beaucoup de femme à faible revenu et femme de couleur ont de la difficulté à reconnaître la
dépression parce qu’elles voient les symptômes comme des évènements d’origine naturelle »
(Knitzer et al., 2008, p.6).

Les signes et symptômes de la santé mentale des enfants
Les symptômes précoces et les signes des enfants ayant des problèmes de santé mentale peuvent se
manifester par un enfant n’écoutant pas ses parents, ne respectant pas les instructions en classe ou
devenant très perturbateur dans un contexte social incluant des suspensions scolaires et renvois. Cela
peut aussi provoquer des problèmes de sommeil, mouiller son lit, des problèmes d’alimentation et
d’irritabilité…
Dans de nombreux cas les enfants sont étiquetés et cela peut avoir un effet profond sur leur
développement émotionnel au fur et à mesure qu’ils grandissent pour devenir de jeunes adultes.

         « C’est vrai. Je n’aime pas dire: Tu as eu ci et ça. Je n’étiquette pas. Trop de
            personnes sont étiquetés et vous vous retrouvez coincé avec ça. Qui veut
            se retrouver coincé avec une étiquette sur son front disant voici ce que
            vous êtes? Ce n’est pas ce que vous êtes! Les gens se rétablissent »
            Linda de Wabano.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   17
Une prophétie auto-réalisatrice pourrait aussi arriver lorsque des enfants sont constamment
         étiquetés comme « déviant » ou « différent » de leurs pairs. Ceci peut mener les enfants
         à développer un manque de confiance en soi et potentiellement une isolation sociale.
         « Particulièrement si vous avez été traumatisé. Vous savez, en tant que jeune vous avez été
         critiqué, vous êtes inutile, vous ne valez rien, vous êtes nul, ceci ou cela ou vous avez été
         diagnostiqué avec le TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité) ou quelque
         chose comme ça et vous avez vu un docteur et vous commencez à parler de vous ». Puis vous
         commencez à vous dire : « Il y a quelque chose qui ne va pas chez moi. J’ai besoin de me
         soigner, je suis taré ». Et ensuite vous parlez de vous et très vite vous êtes étiqueté ». Un membre
         de l’Agence Family Enrichment.

La façon dont le stress et le traumatisme se manifestent chez les enfants varie selon leurs âges (tout
comme les expériences qu’ils ont vécu). Visiblement, chaque enfant est unique et leurs expériences et
réponses différentes. Cependant certaines réponses types incluent:

Les enfants d’âge préscolaire
    ••   Peur d’être séparé de leur parent/tuteur
    ••   Pleurent ou crient beaucoup
    ••   Mangent peu ou perte de poids
    ••   Ont des cauchemares

Elèves du primaire
    ••   Deviennent anxieux ou craintif
    ••   Se sentent coupable ou honteux
    ••   Ont de la difficulté à se concentrer
    ••   Ont de la difficulté à dormir

Les enfants de l’école secondaire premier et deuxième cycle
      •• Se sentent déprimés ou seuls
      •• Souffrent de troubles alimentaires ou ont des comportements autodestructeurs
      •• Commencent à consommer excessivement de l’alcool ou des drogues
      •• Adoptent des comportements sexuels à risque
(De : SAMSHA, NCTSI Infographic)

Les liens entre la santé mentale et l’itinérance
La plupart des recherches qui se concentrent sur la santé mentale et l’itinérance ont abordé les
thématiques des adultes ou des jeunes sans-abri indépendants (ces sans-abri sans un parent adulte/
tuteur). Cette recherche a montré que l’itinérance peut contribuer à une mauvaise santé mentale ou
résulter en une mauvaise santé mentale. Il n’y a pas beaucoup de recherche sur les impacts sur les
enfants et la majorité d’entre elles sont américaines, mais il est peu probable que les résultats soient
statistiquement différents des études canadiennes.

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   18
Les enfants sans-abri font face à une variété d’adversité fréquente et prolongée incluant :
     •• Expulsions
     •• Multiples déménagements
     •• Exposition à la violence
     •• Maladie et blessures
(Olivet, 2015)

Les recherches ont montré que 10-26 % des sans-abri au préscolaire ont des problèmes de santé mentale
ce qui augmente de 24-40 % pour les enfants en âge d’aller à l’école. Ce qui est deux à quatre fois plus
élevé que les enfants pauvres logés (Bassuk at al., 2015; Olivet, 2015). Les autres recherches ont montré
que près de la moitié des enfants (47 %) qui étaient sans-abri ont été diagnostiqués avec des problèmes
d’anxiété, dépression ou abandon scolaire comparé à 18 % seulement des enfants qui vivaient dans un
logement stable (Hart-Shegos, 1999; National Centre on Family Homelessness, 2011; Zima et al. 1997).
Il a été démontré que les mères sans-abri souffrent disproportionnellement de l’utilisation de substances
liées aux troubles, dépression majeure et troubles liés au stress post traumatique (TSPT), (Hayes
et al., 2013; Bassuk et al., 1998; LaVesser at al., 1997). Il est important de se souvenir que les enfants
reproduisent souvent les attitudes et croyances parentales. Lorsque les parents souffrent de mauvaise
santé mentale ceci peut se reproduire sur les enfants, même lorsqu’ils sont trop jeune pour pouvoir
expliquer leurs émotions.
L’augmentation constante du stress et cortisol peut aussi mener à des changements de développement
au niveau du cerveau et peu affecter la stabilité émotionnelle de l’enfant, son habilité à former des
relations interpersonnelles et sa confiance en lui.
Les autres études ont montré que grandir dans des conditions précaires affectera le bon développement
des enfants ((McCoy-Roth et al., 2012; Foss, 2015). Ces situations peuvent affecter le bien-être physique,
émotionnel et psychologique de l’enfant (McCoy-Roth et al., 2012; Foss, 2015). Il y a aussi un besoin
de soutien pour la santé mentale parce qu’il a été suggéré qu’il y a une plus grosse incidence sur les
diagnostiques de santé mentale parmi les enfants sans-abri (Foss, 2015). Ceci peut aussi être attribué
au stress associé à la sécurisation du logement, les conditions instables de vie et un réseau fragile de
soutien social dû aux multiples déménagements au cours de l’enfance.

L’itinérance et la dépression
Le taux de dépression parmi les mères sans-abri est de 45-85 %, ce qui est quatre fois plus élevé que dans
la population générale féminine logé (Weinreb, 2006; Gowen, 2008; Bassuk & Beardslee, 2014).
Knitzer et al. rapportent : « La leçon de la recherche est clair : la dépression chez les adultes n’est pas
seulement mauvaise pour les adultes, mais mauvaise pour les enfants spécialement les jeunes enfants »
(2008, p.11). Un traitement pour les parents donnera aussi de meilleurs résultats pour les enfants.

L’itinérance et le traumatisme
Dans de nombreux cas la nature précaire de l’itinérance, être témoin de violence conjugale et
autres facteurs inter-reliés associés aux familles à risques peut avoir un impact à long terme sur le
développement mental de l’enfant. « Bien, vous savez, ils ont vécu un traumatisme qu’ils aient été
directement sujet ou témoin. Alors ils ont besoin de beaucoup de soutien et d’être rassuré. Mais aussi, ils
ont vécu dans la crise de l’expulsion d’un logement.» Ann de Campagne 2000.
« Alors que nous pensons souvent que le traumatisme et spécifiquement les troubles liés au stress post
traumatique (TSPT) sont causés par des évènements traumatiques significatifs comme la guerre, des
recherches émergeantes montrent que l’itinérance en elle-même peut être traumatisante. Le taux de

          Chez Toit   |   L’itinérance des enfants et des familles : un facteur décisif à la santé mentale des enfants |   19
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler