Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...

 
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
Revue de littérature
sur l’agriculture urbaine

  Pour la Ville de Saint-Lambert

   Remis à Madame Caroline Cormier
  Chef de la division de l’environnement
            Le 21 octobre 2016

                                       Réalisée par la Firme Cita-dîne

                                                    Rébecca Boisvert

                                                        Laura Cabral

                                               Samuel Dupont-Fafard

                                           Agnès Mager Grandmaison
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
Table des matières

Table des illustrations ...................................................................................................................... iii

1.       Introduction ............................................................................................................................ 4

2.       Note méthodologique ............................................................................................................. 5

3.       Présentation de l’agriculture urbaine ..................................................................................... 7

     3.1 Société ................................................................................................................................... 7

     3.2 Environnement ...................................................................................................................... 7

     3.3 Économie ............................................................................................................................... 8

4.       Le contexte lambertois............................................................................................................ 9

     4.1 Profil socioéconomique ......................................................................................................... 9

     4.2 Contexte urbanistique ......................................................................................................... 10

     4.3 Contexte règlementaire ....................................................................................................... 11

     4.4 Initiatives actuelles .............................................................................................................. 12

     4.5 Contraintes et opportunités ................................................................................................ 12

     4.6 Résultats du sondage ........................................................................................................... 15

5.       Fiches informatives ............................................................................................................... 19

     5.1 Jardins communautaires ...................................................................................................... 20

     5.2 Jardins collectifs ................................................................................................................... 22

     5.3 Potagers en façade .............................................................................................................. 24

     5.4 Aménagements comestibles ................................................................................................ 25

     5.5 Jardins en pots ..................................................................................................................... 27

     5.6 Foresterie urbaine ............................................................................................................... 28

     5.7 Toits verts ............................................................................................................................ 30

     5.8 Potagers verticaux ............................................................................................................... 31

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                                                                       i
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
5.9 Élevage de poules ................................................................................................................ 32

     5.10 Apiculture urbaine ............................................................................................................. 34

6.       Modèles de gouvernance ...................................................................................................... 36

     6.1 Exemple : Boston, États-Unis ............................................................................................... 37

     6.2 Exemple : Paris, France ........................................................................................................ 37

     6.3 Exemple : Montréal, Canada ................................................................................................ 38

7.       Conclusion ............................................................................................................................. 40

Références ..................................................................................................................................... 41

Bibliographie .................................................................................................................................. 46

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                                                                    ii
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
Table des illustrations

Figure 1 Pyramide des âges à Saint-Lambert (gauche) et dans la RMR de Longueuil (droite) ......... 9
Figure 2 Carte des institutions d'enseignement et de santé et des églises ................................... 14
Figure 3 Résultats de la question 4 du sondage............................................................................. 16
Figure 4 Résultats de la question 6 du sondage............................................................................. 17
Figure 5 Lieux de résidence des répondantes et répondants du sondage ..................................... 18
Figure 6 Jardin communautaire de Saint-Lambert ......................................................................... 20
Figure 7 Jardin communautaire en bacs ........................................................................................ 20
Figure 8 Récolte dans un jardin collectif ........................................................................................ 22
Figure 9 Un exemple de jardin collectif de 4000 m2 ...................................................................... 23
Figure 10 Le populaire jardin de façade à Drummondville ............................................................ 24
Figure 11 L’Espace Ricardo, une initiative d’aménagement comestible à Saint-Lambert. ............. 25
Figure 12 Aménagement comestible en place depuis quatre ans à l’Assemblée nationale du
Québec .......................................................................................................................................... 26
Figure 13 Aménagement en pots................................................................................................... 27
Figure 14 Forêt nourricière plantée en 2014 à Saint-Ubalde dans la région administrative de la
Capitale-Nationale ......................................................................................................................... 28
Figure 15 Aménagement permaculturel permettant la cueillette gratuite ................................... 29
Figure 16 Serre sur un toit ............................................................................................................. 30
Figure 17 Végétaux plantés directement dans un substrat suspendu ........................................... 31
Figure 18 Clôture couverte de plantes grimpantes………………………………………………………………………31
Figure 19 Poulailler urbain ............................................................................................................. 32
Figure 20 Les enfants ont l’opportunité de comprendre d’où viennent les œufs et de prendre soin
des poules……………………………………………………………………………………………………………………………………32
Figure 21 Ruche à Saint-Lambert avec l'équipe d'Alvéole…...………...………………………...…………………34
Figure 22 Abeilles, apicultrice et apiculteur au travail ................................................................... 35

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                                                                   iii
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
1. Introduction

L’agriculture dans les milieux urbains existe depuis des générations. Plus récemment, en réponse
à l’urbanisation intensifiée, elle prend de plus en plus d’expansion dans les villes occidentales.
Initiatives citoyennes ou municipales, ces pratiques sont souvent grandement encouragées et
félicitées par l’ensemble de la communauté. Ainsi, depuis quelques années, la Ville de Saint-
Lambert a décidé, dans le cadre de son plan de développement durable et à la demande des
citoyennes et citoyens, de développer des projets pilotes en agriculture urbaine. Dotée d’un
jardin communautaire, de ruches et d’autres projets à travers la ville, elle souhaite maintenant
structurer davantage ses orientations.

En cela, en septembre 2016, la Ville a mandaté la firme Cita-dîne afin de répondre à ses besoins
d’orientation en matière d’agriculture urbaine par le biais de trois documents que la firme
fournira à Saint-Lambert sur une période d’environ trois mois. Le présent livrable est une revue
de littérature portant sur les différentes formes d’agriculture urbaine, adaptée au contexte
lambertois. Le but est de fournir une base de connaissances des types d’agriculture et de projets
qui existent au Québec et ailleurs, ainsi que de dresser le portrait de ce qui pourrait fonctionner à
Saint-Lambert, afin que la ville puisse se positionner face à ces différentes initiatives.

Le document remis aujourd’hui constitue donc la première étape du processus d’élaboration d’un
cadre de décision pour la Ville de Saint-Lambert. La revue de littérature comprend d’abord une
mention méthodologique, puis présente sommairement l’agriculture urbaine dans sa globalité. Le
contexte lambertois est par la suite abordé avant de présenter des fiches informatives sur les
grands types d’agriculture urbaine, incluant dans certains cas des ressources externes à
consulter. Enfin, différents exemples d’outils et de stratégies de gouvernance sont proposés.

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                     4
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
2. Note méthodologique

Afin de réaliser une bonne revue de la littérature en matière d’agriculture urbaine qui soit
adaptée au contexte de Saint-Lambert, l’équipe de Cita-dîne a d’abord dressé un portrait
socioéconomique et règlementaire de la ville en plus de noter les initiatives existantes. Les
sources utilisées à cet effet sont les documents internes de la ville (règlements, cartes, sondages,
plan d’urbanisme) et le recensement de 2011 de Statistique Canada, les données de 2016 n’étant
disponibles qu’à partir de 2017. L’équipe a aussi effectué une visite sur le terrain afin de
s’imprégner du contexte. Enfin, un sondage a été mis en ligne afin d’obtenir l’opinion des
Lambertoise et Lambertois par rapport à leur intérêt et aux types d’agriculture urbaine qu’ils
aimeraient voir se développer dans leur ville.

Par la suite, l’équipe a listé différents types d’agriculture urbaine qui se retrouvent généralement
dans les villes occidentales au climat tempéré, partant de la supposition que le climat influence
les types d’agriculture urbaine réalisables. La liste, qui n’est pas exhaustive, a été établie en
fonction de l’expertise accumulée au fil du temps par les membres de Cita-dîne. Celle-ci a été
complétée, au besoin, de méthodes tirées des exemples recensés. À partir de cette liste, des
sources gouvernementales, des exemples de projets concrets et des documents provenant
d’organismes et entreprises qui œuvrent dans le domaine ont été mis à profit afin de créer des
fiches détaillant le fonctionnement, les avantages et les inconvénients de chaque type recensé.
Des exemples concrets de projets ont été ajoutés afin d’illustrer la mise en œuvre de ces types
d’agriculture à différents endroits au Québec et ailleurs. Tous les types d’agriculture urbaine ont
été analysés en regard des contraintes et opportunités particulières à Saint-Lambert qui sont
ciblées à la section 4. Celles-ci sont intégrées aux fiches descriptives afin d’obtenir un coup d’œil
rapide quant à l’applicabilité de la sorte d’agriculture urbaine en question dans le contexte
lambertois. Les fiches pourront également servir de base pour l’élaboration de fiches
informatives pour les citoyennes et citoyens de Saint-Lambert, si la Ville désire se munir d’un tel
outil d’information.

Finalement, au fil des lectures, les membres de Cita-dîne ont également été attentifs aux modèles
de gouvernances mis de l’avant par différentes villes afin de présenter quelques options à cet
effet.

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                     5
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
La qualité des sources utilisées a été jugée à la lumière de l’expérience professionnelle des
membres de Cita-dîne. Les auteurs des documents d’information (organisme reconnu dans le
domaine, gouvernement, etc.) ont été le principal point d’évaluation. Considérant que
l’agriculture urbaine est en évolution rapide, la recherche a été limitée aux publications datant de
2000 à 2016 afin d’en assurer la pertinence.

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                    6
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
3. Présentation de l’agriculture urbaine

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) affirme que
l’agriculture urbaine « consiste à cultiver des plantes et à élever des animaux à l’intérieur des
villes » [1]. Au-delà de produire de la nourriture, il existe de nombreux avantages à laisser place
aux initiatives d’agriculture urbaine au sein d’une ville. Ces bienfaits peuvent se regrouper en
trois grandes thématiques : société, environnement et économie.

3.1 Société

L’agriculture urbaine apporte une amélioration marquée de la qualité de vie des citadines et
citadins grâce à l’embellissement des quartiers et à l’occupation dynamique du territoire. En
rapprochant la nature des habitants de la ville, l’éducation relative à l’environnement et aux
saines habitudes de vie est facilitée par l’implication directe des gens dans la production de leur
nourriture. Plusieurs effets sur la santé en découlent tels que l’amélioration de la qualité nutritive
de l’alimentation, mais aussi l’atténuation des effets négatifs des ilots de chaleur ou encore la
diminution des maladies respiratoires par la purification de l’air. Les jardinières et jardiniers
urbains rapportent également des bienfaits mentaux comme la réduction du stress et le
sentiment de calme que leur procure la pratique du jardinage [2]. De plus, l’agriculture urbaine
augmente de façon marquée le sentiment d’appartenance et de fierté des citadines et citadins,
car ils prennent part à des projets pour et par eux-mêmes. Ainsi, les projets d’agriculture urbaine
peuvent indirectement mener à la reprise de confiance en soi, la création de liens sociaux,
l’émergence de relations axées sur le partage et même la réduction de la criminalité à l’échelle du
voisinage. [3,4 et 5]

3.2 Environnement

Planifier l’agriculture en ville, c’est aussi améliorer l’état de l’environnement. Outre la réduction
des ilots de chaleur et la purification de l’air qu’ils permettent, les potagers urbains sont
généralement libres de pesticide dû à la règlementation sévère. Ces cultures biologiques exercent
donc moins de pression sur les sols et les cours d’eau. Aussi, en plantant des végétaux, les coûts
de traitement d’eau sont amoindris grâce à l’absorption et la filtration des eaux pluviales par les
racines. Les risques de débordements des égouts ou d’inondation sont ainsi réduits. De plus,

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                      7
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
grâce aux espaces verts, une certaine biodiversité est maintenue en ville. Finalement,
l’agriculture urbaine permet aux citoyennes et citoyens de réduire leur empreinte écologique, car
l’approvisionnement direct dans les potagers ne génère pas d’emballage alimentaire et évite que
les aliments parcourent de longues distances entre le producteur et l’assiette. Ils peuvent même
faire bon usage de leurs déchets organiques en créant du compost qui nourrit les parcelles
agricoles. [3 et 5]

3.3 Économie

En rapprochant la production alimentaire des habitantes et habitants des villes, la souveraineté et
la sécurité alimentaire sont favorisées. Des emplois sont créés par l’émergence d’initiatives
privées, mais aussi municipales ou communautaires. Les produits sont appréciés par le marché
local, car ils sont frais, ils requièrent moins d’emballage et le coût de livraison est moindre. En
ville, les entrepreneuses et entrepreneurs ont accès à un large bassin de main-d’œuvre et de
créativité d’où émergent des idées ingénieuses. L’agriculture urbaine peut aussi s’inscrire dans un
cadre d’économie sociale où les valeurs de solidarité, d’autonomie, de décisions démocratiques
et de primauté des personnes dans la répartition des revenus sont significatives. [3, 4, 5 et 6]

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                     8
Revue de littérature sur l'agriculture urbaine - Ville de Saint ...
4. Le contexte lambertois

      Comme toutes les villes, Saint-Lambert est définie par des caractéristiques qui lui sont propres et
      qui conditionnent ses opportunités et contraintes en matière d’agriculture urbaine. Cette section
      présente un court profil socioéconomique des citoyennes et citoyens de la ville, le contexte
      règlementaire et urbanistique, les initiatives actuelles et certaines contraintes et opportunités
      spécifiques. Les résultats du sondage mis en ligne dans le cadre de la recherche sont également
      abordés.

      4.1 Profil socioéconomique

      Selon les données du Recensement de 2011 [7] la population totale de Saint-Lambert est de
      21 555 personnes, dont environ 45 % d’hommes et 55 % de femmes. Les ménages sont petits :
      50 % de la population vit seule ou à deux. L’âge médian est de 48,5 ans et l’observation de la
      pyramide des âges (voir Figure 1) révèle que la population est âgée, avec une absence marquée
      de jeunes adultes de 20 à 35 ans. Ceci est particulièrement frappant lorsque l’on compare celle-ci
      avec la pyramide des âges de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Longueuil, dont
      fait partie Saint-Lambert.

85 ans et plus
  80 à 84 ans
  75 à 79 ans
  70 à 74 ans
  65 à 69 ans
  60 à 64 ans
  55 à 59 ans
  50 à 54 ans
  45 à 49 ans
  40 à 44 ans
  35 à 39 ans
  30 à 34 ans
  25 à 29 ans
  20 à 24 ans
  15 à 19 ans
  10 à 14 ans
     5 à 9 ans
     0 à 4 ans
             1 000     500        0        500      1 000         20 000     10 000        0        10 000   20 000
                     Hommes     Femmes                                            Hommes       Femmes

      Figure 1 Pyramide des âges à Saint-Lambert (gauche) et dans la RMR de Longueuil (droite)

      Le nombre élevé de retraités doit être pris en compte dans l’aménagement d’espaces
      d’agriculture urbaine. Des adaptations (hauteurs, distances, accessibilité) peuvent être

      Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                                  9
nécessaires. Cela dit, selon le sondage effectué au printemps 2016 par la ville auprès des
personnes en attente d’une parcelle dans un jardin communautaire, 46 % des répondants ont
entre 18 et 45 ans. [8] L’intérêt pour le développement de ce type de projets semble donc
également important chez les jeunes adultes. Toutefois, selon le sondage que Cita-dîne a effectué
au début du mois d’octobre 2016, la grande majorité des personnes intéressées par l’agriculture
urbaine ont plutôt entre 36 et 65 ans, ce qui reflète la pyramide des âges de Saint-Lambert. Une
analyse plus détaillée des résultats du sondage est présentée à la section 4.5.

Les citoyennes et citoyens de Saint-Lambert sont généralement très scolarisés ; les deux tiers des
habitantes et habitants de plus de 25 ans détiennent un baccalauréat ou un autre certificat de
niveau universitaire. Parmi les professions exercées, les domaines de la gestion, de la finance, de
l’administration et des affaires ressortent particulièrement. Le revenu médian en 2010 pour les
particuliers était de 41 707 $ et le revenu moyen, de 62 051 $. [9] Cela est de loin supérieur aux
données pour le Québec en entier, soit 28 099 $ et 36 352 $, respectivement. [10] Considérant
ceci, il faudra envisager les projets d’agriculture urbaine non pas comme un moyen de suppléer à
la diète des familles, mais surtout dans une perspective de loisir, de verdissement, de
développement durable et de choix d’une alimentation locale et biologique. Il faut noter que la
pauvreté et la précarité existent tout de même à Saint-Lambert, comme en témoigne la présence
d’organismes qui œuvrent dans le domaine communautaire alimentaire. À titre d’exemple, la
popote roulante a une branche sur la rue Lorne à Saint-Lambert. [11] Ce type d’organisme peut
bénéficier de l’agriculture urbaine, surtout sous forme de réception des surplus de récolte.

Enfin, en ce qui a trait à l’habitation, 41 % des logements sont des maisons unifamiliales et ont
donc une cour privée. Les autres habitations sont des duplex, triplex, immeubles d’appartements,
etc., et près de la moitié de ceux-ci sont des condos. La majorité des habitantes et habitants n’ont
donc pas nécessairement accès à une cour privée.

4.2 Contexte urbanistique

Le schéma d’aménagement et de développement (SAD) pour l’agglomération de Longueuil qui
sera adopté sous peu contient quelques dispositions visant à favoriser l’implantation de
l’agriculture urbaine. De fait, l’Orientation 2 stipule vouloir mettre en valeur l’agriculture en
« encourageant l’agriculture urbaine au sein des milieux de vie » et en « favorisant la mise en

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                   10
place d’un réseau agrotouristique intégré à l’offre touristique de l’agglomération. » [12] Pour
Saint-Lambert, qui ne détient aucun territoire agricole, la seule façon de participer à un tel réseau
agrotouristique sera par le biais de l’agriculture urbaine.

Le plan d’urbanisme actuel de la Ville de Saint-Lambert, adopté en 2008, ne traduit pas pour
l’instant ces orientations. Cependant, le Plan de développement durable ainsi que la Politique de
l’arbre contiennent quelques dispositions qui peuvent être favorables ou connexes à l’agriculture
urbaine. Par exemple, le Plan de développement durable prévoyait un projet pilote de vente de
barils collecteurs d’eau de pluie, la mise en œuvre de projets d’agriculture urbaine et la
promotion et l’augmentation des journées vertes. La politique de l’arbre prévoit une vente
annuelle d’arbres, le développement de la végétation aux pieds des arbres et la suppression des
traitements chimiques. Ces dispositions sont de bon augure pour l’implantation de certains types
d’agriculture urbaine qui seront exposés ultérieurement dans le présent document.

4.3 Contexte règlementaire

D’un point de vue juridique, Saint-Lambert a plusieurs règlements qui peuvent avoir un impact
sur l’agriculture urbaine. Les plus importants sont exposés ici.

Règlement de zonage 2008-43, chapitre 2 (dispositions concernant les usages)

       L’article 2.4 f) interdit l’apiculture et l’élevage de poules.

Règlement 2010-73 concernant les chiens, les chats et autres animaux

       Les articles 15.1 et 15.5 interdisent également l’apiculture et l’élevage de poules ou
        d’autres animaux considérés comme sauvages.

Règlement de zonage 2008-43, chapitre 5 (dispositions concernant les espaces extérieurs)

       Selon les articles 5.6 b) et c) le jardinage sur les terrains résidentiels et publics n’est pas
        autorisé dans la cour avant. En effet, les articles permettent seulement la présence de
        potagers et de serres sur les cours latérales et dans la cour arrière.
       L’article 5.9, qui se rapporte aux zones industrielles, stipule qu’il est permis d’avoir des
        aires gazonnées, plantées de fleurs, d’arbres ou d’arbustes et autres aménagements

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                      11
paysagers. Ces « autres aménagements paysagers » ne sont pas définis et pourraient
         ainsi laisser place à une certaine forme d’agriculture urbaine.
        L’article 5.10, qui détaille les usages permis sur les toits, ne mentionne pas les potagers,
         mais ne les exclut pas explicitement. Il est plutôt question de restrictions quant à la
         superficie et la hauteur des installations sur les toits.

Règlement 2006-19 concernant les nuisances.

        L’article 3 mentionne que le compostage à la maison est autorisé dans un contenant
         prévu à cet effet et ne doit pas être visible de la rue.

4.4 Initiatives actuelles

Quelques projets d’agriculture urbaine ont déjà vu le jour, que ce soit à l’initiative de la ville ou
non. La liste qui suit énumère les projets connus de l’équipe de Cita-dîne, mais la nature même
des projets en agriculture urbaine, qui ne sont pas nécessairement médiatisés ou rendus publics,
oblige une certaine réserve quant à son exhaustivité. Il est tout à fait possible que des initiatives
citoyennes aient échappé à l’équipe.

    1.   Jardin communautaire du parc Lespérance (et un autre prévu dans le secteur Préville)
    2.   Ruche et jardin en pots de l’immeuble municipal du 31-35 rue du Fort
    3.   Ruches et vignes en façade à l’Espace Ricardo
    4.   Jardin en bacs de l’école des Saints-Anges
    5.   Jardin à la REACH School
    6.   Jardin au Champlain Regional College
    7.   Jardin en bacs à l’Unité de Médecine Familiale Charles Le Moyne
    8.   Jardins en bacs et toit végétalisé au CHSLD VALEO

Il faut également noter que d’autres initiatives connexes existent, notamment le compostage
communautaire. En effet, des bacs sont installés sur trois sites de la ville, lesquels permettent aux
citoyennes et citoyens participants de disposer de leurs matières compostables.

4.5 Contraintes et opportunités
Saint-Lambert est enclavée à l’intérieur de l’agglomération de Longueuil et son petit territoire
(7,6 km2 terrestres) est pratiquement entièrement bâti. [12] Certains sites sont contaminés, ce
dont la Ville est consciente. Une carte des sites contaminés connus a d’ailleurs été fournie à Cita-
dîne. De plus, plusieurs parcs sont en fait considérés comme étant peu propices à l’agriculture.

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                    12
Toutefois, des analyses de sols sont nécessaires pour bien identifier les sites à éviter. [13] La
section 6.7 du Plan d’urbanisme détaille plusieurs autres sites de contraintes, dont des sites
d’intérêt archéologique. L’étude de cette carte révèle cependant que tous les sites d’intérêt
archéologique identifiés sont déjà construits ou aménagés. L’ajout d’activités liées à l’agriculture
urbaine ne semble donc pas une contrainte particulière. Enfin, la visite à Saint-Lambert a permis
de constater une très forte présence d’arbres, donc peu d’espace au sol et beaucoup d’ombre, ce
qui représente un défi pour l’implantation de projets d’agriculture.

Malgré les contraintes énoncées, et comme le prouvent les projets déjà amorcés à Saint-Lambert,
il existe plusieurs opportunités pour la mise en place de nouveaux projets en agriculture urbaine.
Les membres de Cita-dîne ont ciblé certaines catégories de lieux potentiels d’implantation en plus
des parcs existants, soit les institutions d’enseignement, les institutions de santé et les églises.
Ces types de lieux ont été ciblés puisqu’ils ont une vocation à caractère social et sont justement
souvent mis à profit pour les projets d’agriculture urbaine.

Les lieux répertoriés ont été rapportés sur la carte présentée à la Figure 2. Certains des lieux ont
beaucoup d’espaces gazonnés, comme la Saint Lambert International High School, l’un des
pavillons du Collège Durocher, l’Église Saint-Thomas d’Aquin, l’Église catholique de Saint-Lambert
et le Saint Barnabas Anglican Church. D’autres ont de grands stationnements ou cours asphaltées
qui pourraient être en partie convertis en zone d’agriculture urbaine, comme l’école des Saints-
Anges, l’école Rabeau et la Saint Francis of Assisi Parish Church. En somme, tous les lieux
énumérés peuvent devenir des partenaires dans l’implantation de projets d’agriculture urbaine.

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                   13
Figure 2 Carte des institutions d'enseignement et de santé et des églises

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                              14
4.6 Résultats du sondage

Un sondage a été préparé par Cita-dîne dans le but de prendre le pouls des Lambertoises et
Lambertois quant à leur intérêt pour l’agriculture urbaine. Au total, 141 personnes ont répondu à
l’appel durant les treize jours où le sondage était ouvert. À des fins de statistiques, ces personnes
ont en forte majorité entre 36 et 65 ans (70 %). De plus, elles vivent surtout dans des maisons
unifamiliales (64 %). Seulement 15 % des répondantes et répondants disent vivre en condo alors
que 27 % des logements de Saint-Lambert sont des condominiums.

Sur les réponses obtenues, 97 % se disent intéressés par l’agriculture urbaine. Ces réponses
favorables peuvent s’expliquer par le fait qu’une personne peu intéressée ne prendrait
probablement pas le temps de répondre au sondage, mais le taux de personnes enthousiastes est
tout de même impressionnant. Parmi les personnes qui disent ne pas être intéressées, certaines
ne savent pas ce qu’est l’agriculture urbaine, d’autres considèrent qu’il n’y a pas assez d’espace
ou ne sont pas à Saint-Lambert durant la saison estivale. Personne n’a formulé d’opposition au
principe même d’agriculture urbaine.

La deuxième question visait à connaitre le degré d’implication actuel des Lambertoises et
Lambertois, mais la formulation semble avoir porté à confusion puisque plusieurs personnes ont
également inclus les formes d’agriculture urbaine qu’elles aimeraient voir émerger.
Conséquemment, aucune conclusion ne peut être tirée de cette question.

La troisième question cherchait à connaitre les limitations à pratiquer l’agriculture urbaine que la
population vit. Parmi les 102 commentaires répertoriés, 26 % concernaient le manque de
connaissances et 38 %, le manque d’espace pour pratiquer l’agriculture urbaine. Les autres
limitations mentionnées concernent le manque de temps, la présence de ravageurs, la condition
physique, la conciliation des horaires de travail et de vacances, ainsi que la règlementation
actuelle.

À la lumière des réponses obtenues à la quatrième question, il appert que les citoyennes et
citoyens sont très ouverts à tous les types d’agriculture proposés par Cita-dîne. Le type favori
demeure les jardins communautaires, avec 75 % de réponses favorables. Le deuxième type le
plus populaire est l’implantation de parcs d’arbres fruitiers et à noix, avec 62 % des répondantes

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                    15
et répondants intéressés. Le développement de jardins privés est ce qui a suscité le moins
d’engouement auprès des personnes qui ont répondu au sondage. La figure 3 présente
graphiquement les réponses à cette question. Finalement, certains ont mentionné des types
d’agriculture que Cita-dîne n’avait pas proposés. Une personne a suggéré l’acériculture et une
autre, l’aquaponie, qui consiste à faire pousser des végétaux et élever des poissons dans un
bassin en faisant circuler l’eau entre les deux (à ce sujet, voir l'explication et le projet d'ÉAU à
Montréal). À des fins d’information, les statistiques d’intérêt pour chaque type d’agriculture sont
présentées dans les fiches d’information correspondantes, dans la section suivante.

Figure 3 Résultats de la question 4 du sondage

Plusieurs personnes ont profité de la cinquième question, qui demandait quelles étaient les
conditions ou modalités importantes pour elles, pour réitérer qu’elles avaient simplement besoin
d’espace et qu’elles étaient en attente d’une parcelle au jardin communautaire. Parmi les
modalités importantes mentionnées par les répondantes et répondants, l’accessibilité et

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                   16
l’emplacement du lieu d’agriculture sont clairement ressortis comme prioritaires. L’esthétisme
est également mentionné fréquemment, mais sans plus de détails quant aux standards
d’esthétique désirés, il est difficile de déterminer ce à quoi s’attendent les répondantes et
répondants à ce sujet. De même, la salubrité fait l’objet de préoccupation. Il ne semble pas y
avoir de consensus en ce qui a trait aux lieux de pratiques publics ou privés. Une pluralité de
types de lieux serait donc souhaitable. Parmi les autres suggestions, on retrouve l’intégration du
compostage aux initiatives ainsi qu’une bonne documentation pour sensibiliser et mobiliser la
population.

Selon les réponses obtenues à la sixième question, les répondantes et répondants semblent être
en faveur d’une pluralité de modes de gestion des projets. Les initiatives uniquement privées sont
les moins souhaitées, mais un mélange de l’implication de la Ville et des citoyennes et citoyens
parait désiré. Plusieurs personnes mentionnent que la Ville devrait fournir les nécessités
matérielles et un encadrement, mais laisser la gestion aux jardinières et jardiniers, une forme de
gestion paritaire. La quatrième figure présente les résultats de cette question.

Figure 4 Résultats de la question 6 du sondage

La carte à la page suivante montre la rue de résidence des répondantes et répondants (taux de
réponse de 72 %). L’intérêt est sans contredit plus marqué dans le nord de la ville. La majorité des

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                   17
personnes (47%) sont prêtes à marcher jusqu’à 650 m de leur résidence, soit moins de 10
minutes à pied. Près de 20 % sont prêts à marcher plus d’un kilomètre.

Figure 5 Lieux de résidence des répondantes et répondants du sondage

Les commentaires formulés à la fin du sondage recoupent beaucoup les autres points abordés,
entre autres en ce qui a trait à l’accessibilité et aux types d’agriculture urbaine souhaités. À
travers le sondage, Cita-dîne a recensé 14 mentions spécifiques dans les différents commentaires
en ce qui a trait au désir de voir des poulaillers privés ou collectifs autorisés sur le territoire de la
ville. En comparaison, une seule mention en défaveur de leur légalisation a été notée. Sept
commentaires ont aussi été faits en faveur de l’implantation de ruches privées ou publiques.

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                        18
5. Fiches informatives

Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                19
5.1 Jardins communautaires

                                                                 Les jardins communautaires représentent un lieu de
                                                                 culture horticole divisé en lots individuels. Ils
                                                                 permettent ainsi à chaque membre du jardin
                                                                 d’exploiter sa propre parcelle et d’y récolter ses
                                                                 fruits et légumes, tout en étant en contact avec les
                                                                 autres jardinières et jardiniers afin d’échanger et de
                                                                 partager des conseils ou techniques, si désiré. Pour
                                                                 les personnes souhaitant cultiver leur propre
                                                                 nourriture, mais n’ayant pas suffisamment d’espace
                                                                 sur leur terrain, les jardins communautaires offrent
                                                                 une alternative idéale.
Figure 6 Jardin communautaire de Saint-Lambert -Tirée de [13]

Les jardins communautaires sont aussi un lieu d’éducation populaire. Ils permettent de sensibiliser la
population à l’importance de consommer localement, de se réapproprier le territoire, ainsi que
d’aménager et d’entretenir leur environnement direct.

Dépendamment de l’état du sol et des volontés des usagers, le jardin peut être en bacs ou directement
dans le sol. Il existe également des jardins communautaires privés, réservés uniquement aux résidents du
quartier ou de l’arrondissement. Selon l’accessibilité, le nombre de lots et les équipements sur place, les
usages des jardins communautaires peuvent varier de simples terrains cultivables à des lieux de
rencontres, de vie collective et d’entraide intergénérationnelle.

                                     Figure 7 Jardin communautaire en bacs – Tirée de [14]

Avantages                                                        Inconvénients
        Développer et partager un savoir-faire                          Problématique de transport si mal desservi
        Contact avec la nature et l’alimentation                        Gestion parfois difficile en raison du grand
        Apprentissages de nouvelles méthodes                             nombre de personnes impliquées
         horticoles                                                      Large empreinte au sol donc besoin d’un
                                                                          grand espace

     Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                             20
Exemple de projet
La coordination des responsabilités et de l’entretien peut parfois être difficile. En cela, la plupart des
jardins communautaires sont dotés d’un cahier de gestion. Ceux-ci ne sont toutefois pas toujours partagés
ou respectés de façon adéquate. À Montréal, l’arrondissement de Ville-Marie possède depuis 2005 un
cahier de gestion ainsi que de nombreux autres outils afin de démocratiser et de rendre efficace
l’organisation des jardins communautaires.

Contraintes et opportunités pour Saint-Lambert
Saint-Lambert possède déjà un jardin communautaire et prévoit en ouvrir un second prochainement. Au
moins 135 personnes sont en attente d’avoir un lot. La volonté citoyenne est donc très présente. Les
sondages effectués par la Ville montrent que les personnes possédant déjà une parcelle désirent un plus
gros espace (10 x 19 pieds pour la majorité) que celles qui sont en attente d’une parcelle (8 x 8 pieds). Ceci
pourrait s’expliquer par l’engouement créé au fil des années de jardinage. Dans les réponses aux sondages
envoyés par la Ville, on retrouve de nombreux commentaires demandant une sécurité accrue et une
meilleure gestion des déchets, ainsi qu’une amélioration de l’entretien et de l’organisation. Parmi les
propositions, il y a l’ajout d’une ruche, de barils de récupération d’eau de pluie, de tables et d’abris. Il est
également suggéré d’organiser des activités communautaires. Tenir compte de ces suggestions est une
opportunité pour Saint-Lambert d’augmenter le bien-être de la population, tout en améliorant le potentiel
en agriculture urbaine de la ville.

Concernant les contraintes, la présence d’arbres peut rendre difficile, voire impossible, l’implantation de
jardins dans certaines zones, en raison du manque d’ensoleillement. Avant les prochaines plantations
d’arbres, il serait pertinent de tenir compte des lieux d’établissement potentiels des jardins
communautaires, afin de ne pas limiter les projets futurs. Les citoyennes et citoyens ont ciblé certains
lieux d’implantation pour les futurs jardins communautaires. On y retrouve le secteur du village, près du
train ; le secteur Préville (école et parc) ; ou encore le parc Pas-de-Calais. Certains proposent également
l’agrandissement du jardin actuel, vers le terrain de soccer ou vers le parc à chiens.

Sondage : 73 % des répondantes et répondants Références : [3, 4, 5, 8, 15, 14, et 16]
seraient intéressés par ce type d’agriculture.           Ressource : Les amiEs de la Terre de l'Estrie -
                                                         Agriculture urbaine

     Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                      21
5.2 Jardins collectifs

                                                                   Un jardin collectif est l’exploitation et
                                                                   l’entretien d’un grand potager par tous
                                                                   les membres. Le jardin n’est pas
                                                                   nécessairement divisé en plusieurs lots
                                                                   et tout le monde a accès de manière
                                                                   égale à l’équipement et aux récoltes.
                                                                   Contrairement aux jardins com-
                                                                   munautaires, administrés généralement
                                                                   par les municipalités, les collectifs sont
                                                                   très souvent gérés par des organismes
                                                                   communautaires.

Figure 8 Récolte dans un jardin collectif -Tirée de [17]

Différentes institutions prêtent des terrains urbains à ces groupes indépendants qui possèdent
généralement leur propre structure et mode de fonctionnement. Les jardins collectifs offrent donc
davantage un aspect social et unificateur que les jardins communautaires. L’un comme l’autre permettent
un partage des connaissances intergénérationnel et entre différentes classes sociales. Il suffit d’avoir la
patience et l’envie de faire pousser, en communauté, sa propre nourriture. De plus, certains jardins sont
associés à des banques alimentaires, des cuisines collectives ou autres services permettant d’offrir des
ateliers d’horticulture ou de cuisine. Lorsqu’associés à un local pouvant servir de cuisine collective, les
jardinières et jardiniers peuvent préparer ensemble les produits issus de leur récolte.

Le soutien de la municipalité varie grandement en fonction des initiatives des organismes responsables.
Elle peut simplement mettre un terrain à disposition et soutenir financièrement le projet, ou organiser
animations et promotion dans la ville.

Avantages                                                  Inconvénients
         Autonomie et sécurité alimentaire                      Caractère privé du territoire limite la
         Insertion et réinsertion socioprofessionnelle           réalisation de projets collectifs
          (organismes communautaires par exemple)                Syndrome du passager clandestin
         Réseau social de proximité                              (personne profitant des bénéfices sans
         Contact avec la nature                                  participer)

      Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                  22
Exemple de projet
En termes d’agriculture urbaine, le secteur le plus dynamique de la ville de Québec est celui des jardins
collectifs, au nombre de 15. Ils sont entretenus par des OBNL, comme des groupes environnementaux ou
universitaires, des cuisines collectives, des organisations venant en aide aux femmes ou nouveaux
immigrants et divers organismes à mission sociale. Tous ces organismes sont reconnus par la Ville de
Québec. Ils sont administrés par un conseil, formé de jardinières et jardiniers bénévoles. Dépendamment
des jardins, les inscriptions sont parfois gérées par les bureaux de chaque arrondissement, parfois par un
organisme ou une personne responsable.

                                                                             2
                            Figure 9 Un exemple de jardin collectif de 4000 m -Tirée de [19]

Contraintes et opportunités pour Saint-Lambert
Au Québec, la majorité des jardins collectifs sont gérés par des organismes indépendants, et non par la
municipalité. La demande d’une telle initiative semble moindre, l’aspect individuel des jardins
communautaires s’avérant peut-être plus attractif. Dans les différents sondages envoyés par la Ville et par
Cita-dîne, les désirs de sécurité accrue de la part des citoyennes et citoyens (barrière plus haute, jardin
barré, clés électroniques, caméras de surveillance) démontrent également ce désir de posséder leur
propre parcelle. Cependant, dans le sondage envoyé en octobre par Cita-dîne, les demandes de jardins
collectifs ont été nombreuses. Sans l’implanter elle-même, la municipalité pourrait encourager et soutenir
financièrement ou matériellement les individus ou organismes désirant introduire un jardin collectif. Les
avantages et contraintes autres qu’au niveau social restent sensiblement les mêmes que pour un jardin
communautaire (voir fiche Jardins communautaires).

Sondage : 46 % des répondantes et répondants sont Références : [3, 4, 8, 15, 17, 18 et 19]
intéressés par ce type d’agriculture.                        Ressource : Les amiEs de la Terre de l'Estrie -
                                                             Agriculture urbaine

     Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                   23
5.3 Potagers en façade

                                                                         Au Canada en général, l’espace devant
                                                                         une maison est considéré comme un
                                                                         endroit public. C’est pourquoi la façade
                                                                         fait souvent l’objet de nombreux
                                                                         règlements qui varient selon les villes,
                                                                         notamment pour respecter une trame
                                                                         esthétique. Le potager de façade consiste
                                                                         à tronquer le couvert gazonné pour
                                                                         transformer cet espace en potager
                                                                         productif. Ce choix peut être préférable
                                                                         pour les demeures ayant de l’ombrage à
                                                                         l’arrière et plus d’ensoleillement à l’avant.
Figure 10 Le populaire jardin de façade à Drummondville -Tirée de [20]

Avantages                                                                   Inconvénients
        Espace en façade très ensoleillé (pour les rues orientées                  Acceptabilité sociale : certains
         nord-sud) : favorable pour les récoltes abondantes                          se plaignent d’un manque
        Accessibilité du potager : il est facile de voir les                        d’homogénéité du paysage
         problèmes horticoles car on y passe souvent                                Lessivage du sol à nu possible
        Renforcement du tissu social du quartier : dons de                          lors du gel ou du dégel
         surplus, discussions entre voisins                                         Exposition du jardin aux
        Initiative pouvant inciter les autres grâce à la visibilité                 poussières de la rue

Exemple de projet
La photo ci-haut présente le célèbre couple de Drummondville, Josée Landry et Michel Beauchamp, qui
avait fait les manchettes lors de l’été 2012 pour l’illégalité de son potager en façade. Situé au cœur du
secteur St-Charles, le couple drummondvillois avait choisi cet emplacement pour favoriser l’exposition au
soleil. Cette situation avait permis d’ouvrir le débat sur la règlementation de la Ville, de façon à l’adapter
aux initiatives d’agriculture urbaine. C’est en 2013 que l’administration municipale accorde aux citadines et
citadins le droit de concevoir un potager en devanture de leur maison. Aujourd’hui, Josée et Michel
défendent que ce potager les aide à maintenir un poids santé et à passer plus de temps à l’extérieur. Ils
aident maintenant leurs voisines et leurs voisins lorsque ceux-ci désirent démarrer un projet semblable.

Contraintes et opportunités pour Saint-Lambert
La politique de l’arbre de Saint-Lambert est certes une belle initiative pour la revégétalisation de la ville.
Cependant, comme les citoyennes et citoyens sont contraints de planter au moins un arbre en façade de
leur maison, moins d’ensoleillement est disponible pour un potager. Il serait toutefois possible de munir le
bas des arbres de plantes comestibles, ou encore de favoriser des arbres fruitiers ou à noix. Les potagers
en façade pourraient, quant à eux, être envisagés pour les commerces.

Sondage : 35 % sont intéressés à posséder un jardin privé, toutefois des Références : [20 et 21]
accords et désaccords ont été formulés pour les jardins en façade.

     Revue de littérature sur l’agriculture urbaine                                                           24
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler