Série sur les sous-secteurs émergents - Conseil des technologies de l'information et des communications

 
Série sur les sous-secteurs émergents - Conseil des technologies de l'information et des communications
Étude sur le sous-secteur de
         l'informatique en nuage :
              une analyse situationnelle

Conseil des technologies de l'information et des communications

     Série sur les sous-secteurs émergents

         Information and Communications Technology Council   Conseil des technologies de l’information et des communications
        116 Lisgar Street, Suite 300, Ottawa, ON K2P 0C2     116, rue Lisgar, pièce 300, Ottawa, ON K2P 0C2
        (tel) 613-237-8551 (fax) 613-230-3490                (tél) 613-237-8551 (téléc) 613-230-3490
Page |1

Sommaire

L’informatique en nuage suscite depuis quelque temps de nombreuses discussions parmi les participants
et les observateurs de l’économie numérique. Ses plus chauds partisans la considèrent comme une forte
valeur ajoutée, en raison de ses avantages technologiques et économiques inhérents. Au cours des
dernières années, le Canada est témoin d'un virage vers l’informatique en nuage, souvent désignée
comme étant la prochaine étape de l’évolution d’Internet.

Les répercussions croissantes de l'informatique en nuage influenceront assurément les marchés du
travail des TIC et autres dans les années à venir. En raison de son impact généralisé, les professionnels
non spécialistes des TIC devront également avoir une compréhension de base de l'informatique en
nuage et de ses répercussions sur leur secteur. L'incidence croissante de l'informatique en nuage a
influencé et continuera d'influencer le marché du travail au cours des prochaines années. Selon IDC,
l'informatique en nuage générera près de 14 millions d'emplois cumulatifs à l'échelle mondiale d'ici 2015.
Au cours d'une consultation du CTIC, les spécialistes du secteur de l'informatique en nuage ont convenu
à l'unanimité que la croissance des services d'informatique en nuage aura une incidence sur la demande
d'entreprises de compétences en TI à court terme. Les emplois qui exigent des compétences en
informatique en nuage ne relèvent pas tous du domaine de l'informatique en nuage; cependant, une
compréhension de l'environnement virtuel permettra de distinguer le modèle actuel de celui de demain.

La demande de professions en informatique en nuage sera plus élevée parmi les fournisseurs de
services d'informatique en nuage, voire plus encore chez les industries utilisatrices et les petites
entreprises se spécialisant dans les applications SaaS, PaaS et en informatique en nuage. Cela
s'explique par le fait que les fournisseurs d'infrastructure en nuage doivent devenir des spécialistes de la
planification, de l'approvisionnement, de la mise au point et de la maintenance de ressources fiables en
informatique en nuage qui s'adaptent à la demande. À court terme, les entreprises qui ont déjà des
applications en informatique en nuage à offrir devront avoir du personnel de vente et de
commercialisation pour établir l'offre en informatique en nuage en tant qu'option viable pour leur marché.

Les entreprises qui ont besoin de compétences se rapportant spécifiquement à l'informatique en nuage
font remarquer qu'elles ont de la difficulté à trouver des travailleurs qui ont des connaissances non
seulement sur les composantes traditionnelles, mais également sur les nouvelles technologies. Les
connaissances du domaine des TI traditionnelles et virtuelles demeurent les connaissances les plus
recherchées par les entreprises en quête de professionnels de l'informatique en nuage. Plus
précisément, les professionnels des TIC qui se spécialisent en informatique en nuage doivent posséder
ce qu'un répondant a appelé l'ensemble triangulaire de compétences, qui comprend les réseaux
informatiques, la conception logicielle et l'administration de systèmes (particulièrement dans le domaine
IaaS). Cet ensemble triangulaire de compétences est difficile à recruter en raison de la difficulté à trouver
la combinaison programmation-administration. Les candidats en TIC typiques ont les compétences
requises dans l'un ou l'autre des domaines, preuve qu'il y a corrélation entre les technologies existantes
et émergentes et les modèles actuels en TI.

Selon les données de l'analyse sur le taux de postes vacants du CTIC et l'Enquête sur la population
active, les professionnels techniques de l'informatique en nuage composent environ 6 % des travailleurs
occupant les professions suivantes : gestionnaires de systèmes informatiques, analystes d'affaires en
systèmes d'information, développeurs de médias interactifs, ingénieurs logiciels et techniciens de
réseaux informatiques. Ainsi, on compte environ 20 000 professionnels techniques des TIC à l'emploi
dans différentes capacités d'informatique en nuage d'un océan à l'autre du pays. Il est raisonnable de
présumer que ces professions ont une grande incidence sur la croissance de l'emploi dans les domaines
non liés aux TIC, ainsi qu'un effet multiplicateur dans l'ensemble de l'économie numérique.
Page |2

L'informatique en nuage a un impact indéniable sur les secteurs canadiens et crée de nouvelles
possibilités pour les petites entreprises qui désirent entrer dans le marché. Bien que l'adoption continue
de croître chez les entreprises et les petites firmes de TI, nous nous devons de mieux renseigner les
gens pour que le Canada puisse avancer vers la prochaine phase de l'adoption de l'informatique en
nuage. Les indicateurs généraux pointent le Canada comme accusant un retard considérable par rapport
à d'autres nations industrialisées quant à l'adoption de l'informatique en nuage.

La migration du Canada vers l'informatique en nuage sera plus viable une fois que les politiques
appropriées seront en place. Industrie relativement jeune, les services d'informatique en nuage doivent
obtenir l'appui du gouvernement et l'industrie doit mettre en place des pratiques exemplaires afin de
rehausser la productivité du Canada dans cette industrie en forte croissance. Le marché de l'informatique
en nuage est encore au stade du développement.
Page |3

1.0 L'informatique en nuage : la prochaine étape dans l'évolution d'Internet
L'informatique en nuage suscite depuis quelque temps de nombreuses discussions parmi les participants
et les observateurs de l'économie numérique. Ses plus chauds partisans la considèrent comme une forte
valeur ajoutée en raison de ses avantages technologies et économiques inhérents. Au cours des
dernières années, le Canada est témoin d'un virage vers l'informatique en nuage, souvent désignée
comme étant la prochaine étape de l'évolution d'Internet. L'informatique en nuage forme et redessine le
paradigme mondial des TIC. Cette évolution s'accompagne de grandes promesses d'extensibilité,
d'efficacité et d'élimination de barrières pour les entreprises en démarrage et les petites et moyennes
entreprises (PME). Selon la recherche sur l'industrie, l'informatique en nuage supplantera bientôt les
                                                                                        1
centres intégrés de données et connaîtra une croissance multiplée par douze d'ici 2015.

Bien que le concept de l'informatique en nuage ne soit guère nouveau, on ne peut négliger son succès
commercial, son universalité et la croissance anticipée. Au cours des dix prochaines années,
l'informatique en nuage dominera le modèle économique des TIC au sein des organismes dans
l'ensemble de l'économie et retiendra de plus en plus l'attention des investisseurs, des entreprises de
démarrage et des multinationales. L'attrait durable de l'informatique en nuage chez les intervenants de
l'industrie comporte de multiples facettes : d'un côté, l'informatique en nuage permet aux grandes
entreprises d'impartir leurs fonctions liées aux TIC, de réduire les coûts de gestion et de maintenir une
infrastructure limitée en TIC; d'un autre côté, les coûts limités d'entrée et les exigences en matière
d'infrastructure permettent d'offrir aux petites entreprises et aux entreprises de démarrage de multiples
                                                     2
opportunités en matière de pénétration du marché.

Par ailleurs, l'incidence croissante des systèmes de nuages aura sans aucun doute des répercussions
sur les marchés du travail des TIC et autres. Ils automatiseront en grande partie les aspects installation,
configuration et administration exécutés actuellement par les centres de données et créeront de
nouvelles demandes pour des compétences qui recoupent la collecte de données et la cybersécurité. En
raison de son incidence omniprésente, les professionnels non spécialistes des TIC dans tous les
secteurs de l'économie devront également avoir une compréhension de base de l'informatique en nuage
et de ses répercussions sur le secteur.
                                        e
Le Canada occupe actuellement le 12 rang sur 24 pays, selon l'étude BSA Global Cloud Computing
Scorecard, essentiellement en raison de l'absence de normes en cybersécurité au Canada, ainsi que de
lois désuètes sur le droit d'auteur qui n'offrent pas de la protection appropriée pour le matériel en ligne.
Les lois existantes en matière de sécurité et de protection des renseignements personnels visant les
entreprises privées sont peu applicables au secteur des services d'informatique en nuage. Malgré ces
lacunes réglementaires, le Conseil des technologies de l'information et des communications (CTIC)
estime que l'informatique en nuage représente une forte valeur ajoutée pour le Canada.

Le CTIC a réalisé l'étude suivante sur le secteur de l'informatique en nuage du Canada en vue de
comprendre : (1) la contribution de la technologie de l'informatique en nuage à l'économie canadienne;
(2) l'incidence de l'informatique en nuage sur le marché du travail canadien; et (3) les implications
réglementaires et politiques de l'adoption de l'informatique en nuage tant au Canada qu'à l'échelle
internationale.
Page |4

2.0 Méthodologie
L'étude table sur la recherche primaire et secondaire recueillie auprès de multiples sources. Une
recherche informatique préliminaire liée à l'informatique en nuage a été menée de prime abord dans le
but d'étudier l'industrie du nuage et ses besoins en main-d'oeuvre. Un examen exhaustif de la
documentation universitaire, de l'industrie et du gouvernement a été mené en vue de comprendre les
possibilités et les limites des fournisseurs canadiens d'informatique en nuage. Une fois que ces
références ont été établies, les emplois pertinents en informatique en nuage ont été cernés et mis en
concordance avec le système de Classification nationale des professions (CNP). Ainsi, une analyse du
marché du travail du secteur de l'informatique en nuage canadien est proposée pour les professionnels
techniques des technologies de l'information et des communications (TIC).

L'examen de la documentation a également permis au CTIC de cerner les principaux organismes dans
l'ensemble du Canada participant à l'économie de l'informatique en nuage. Une fois que les entreprises et
les associations ont été déterminées, elles ont été intégrées à une base de données à des fins
ultérieures. Cette base de données constitue la base de la phase de consultation des spécialistes de
l'étude.

Puisant au sein de grandes et de moyennes entreprises et d'entreprises en démarrage, le CTIC a mené
des entrevues auprès auprès de spécialistes nationaux et régionaux du domaine de l'informatique en
nuage. Dix entrevues clés ont été menées. Puisqu'au Canada, le secteur de l'informatique en nuage est
hautement concentré dans l'est du pays, la plupart des entrevues ont été menées en Ontario et au
Québec. Parmi les autres provinces, on note l'Alberta et la Colombie-Britannique.

Toutes les entreprises participant au processus d'entrevues d'intervenants clés possèdent au moins l'une
des caractéristiques suivantes :

     elles fournissent l'infrastructure en tant que service (IaaS) dans le cadre de leur modèle de
      gestion;
     elles fournissent des logiciels en tant que service (SaaS) dans le cadre de leur modèle de
      gestion;
     elles offrent des services d'applications en nuage, de migration ou d'hébergement;
     elles tirent des revenus des services d'informatique en nuage.

Les entrevues des intervenants clés ont permis au CTIC de fournir les renseignements suivants :

     l'impact de l'informatique en nuage sur les industries existantes du Canada;
     les professions existantes et émergentes liées à l'informatique en nuage;
     les perspectives de l'offre et de la demande pour les professionnels de l'informatique en nuage
         àl'échelle nationale et régionale, ainsi que les compétences requises;
     le type (p. ex., petites, moyennes et grandes) d'entreprises qui participent à l'économie de
         l'informatique en nuage au Canada;
     les inhibiteurs potentiels à l'adoption de l'informatique en nuage.

Ces renseignements ont guidé le reste de l'étude et l'élaboration du premier rapport provisoire. Une fois
la première ébauche terminée, elle a été diffusée aux intervenants clés aux fins d'examen. Une fois leurs
commentaires intégrés, le CTIC a validé ses constatations au cours de trois groupes de discussion
régionaux à Toronto, à Montréal et à Vancouver. Les groupes de discussion ont eu lieu en personne ou
par le biais d'un webinaire. Les participants comprenaient des spécialistes de l'économie numérique du
Canada se spécialisant dans l'informatique en nuage, le mobile, les plates-formes numériques ou une
combinaison de ceux-ci.

Tous les commentaires ont été intégrés dans le rapport définitif présenté ci-dessous.
Page |5

3.0 L'informatique en nuage : ce que c'est et ses débuts

2011 et 2012 ont toutes deux été décrites comme « l'année de l'informatique en nuage ». L'informatique
en nuage fait fureur au sein du secteur des TIC. L'exubérance entourant cette technologie a mené à
diverses définitions de ce qu'est l'informatique en nuage. Sous sa forme la plus simple, l'informatique en
nuage est la méthode virtuelle permettant de fournir et de consommer des ressources informatiques sur
           3                                                     4
demande, par Internet et à l'extérieur de l'environnement local. L'informatique en nuage offre une vaste
gamme d'applications des TIC sur Internet, de capacités de traitement et de stockage. Que ce soit des
systèmes de traitement virtuel, le développement d'applications, l'hébergement de pointe ou des solutions
logicielles liées au WEB, tout peut être offert par l'informatique en nuage, remplaçant ainsi les
                                                                                           5
applications habituellement installées sur les ordinateurs personnels des utilisateurs. Autrement dit,
l'informatique en nuage est infiniment évolutive, offre de multiples sources d'infrastructure et peut servir
pour tout usage informatique, que ce soit de la reprise après une catastrophe à la continuité des
             6
opérations.

Les avantages économiques inhérents des services d'informatique en nuage sont nombreux; ils peuvent
offrir des ressources sur demande qui peuvent être configurées, propagées et divulguées sur Internet
facilement, et ce, par quiconque. Cependant, les implications en matière de sécurité et de l'informatique
en nuage sont plus ambiguës. Bien que l'informatique en nuage offre un moyen raisonnable d'améliorer
la sécurité des petites entreprises qui autrement ne pourraient se payer une infrastructure de sécurité de
        7
pointe, d'autres estiment que les préoccupations en matière de sécurité pourraient restreindre l'attrait
commercial futur des services d'informatique en nuage. Selon une récente étude sur l'informatique en
nuage menée par LinkedIn, plus de la moitié des répondants ont mentionné la sécurité comme étant leur
                                                                          8
principale préoccupation concernant les services d'informatique en nuage.

Ces préoccupations concernant la sécurité s'accentueront à mesure que le marché de l'informatique en
nuage continue de croître. L'étude sur les tendances technologiques mondiales annuelles d'IBM estime
que l'informatique en nuage sera l'une des compétences des TIC la plus recherchée au cours des cinq
prochaines années et dominera les systèmes informatiques locaux en tant que principal modèle de
                      9
prestation d'ici 2015. Il est également estimé que le trafic de l'informatique en nuage mondial accroîtra à
un taux de croissance composé annuel (TCCA) de 66 % d'ici 2015 et représentera 57 % des charges de
                                 10
travail des centres de données.

3.1 Modèles de déploiement

Il existe différents modèles de déploiement pour les services d'informatique en nuage. Les entreprises
peuvent choisir en fonction d'une variété de modèles, selon leurs besoins et leurs capacités. Le choix
entre, disons, un nuage public et un nuage privé dépendra essentiellement de la taille de l'organisme et
de sa capacité à investir dans sa propre infrastructure de nuage privé.

3.1.1 Nuage privé

Les nuages privés sont habituellement utilisés
par de très grandes entreprises ayant la                                        Hybride
capacité d'offrir des services d'informatique en
nuage à l'interne grâce à leurs propres
fournisseurs de matériels, logiciels et services.
Les nuages publics sont prisés par les                                         Modèles
industries ayant des normes de sécurité                                          de
                                                                  Privé                         Public
élevées comme le gouvernement et les                                           déploie
services financiers. Ils permettent à ces                                       ment
industries de contrôler tous les aspects de leurs
services de nuage et protéger toutes les
données et les applications découlant de
                                                                               Commu-
                                                                               nautaire
Page |6

l'organisation. Les nuages privés peuvent héberger divers services offerts par le nuage (p. ex.,
applications, capacités de traitement, stockage), mais sont couramment utilisés pour élaborer et mettre à
l'essai de nouvelles applications, une approche bénéfique pour les entreprises comptant un grand
                     11
nombre d'employés.

3.1.2 Nuage public

Les nuages publics s'appliquent davantage aux grandes sociétés comme les PME. Fournissant des
ressources informatiques en tant que services sur demande, le nuage public est le modèle de gestion qui
prévaut habituellement dans la plupart des entreprises et est couramment accompagné du nuage privé
dans les grandes entreprises. Les entreprises qui offrent des services de nuage privé le font de trois
façons :

 Logiciel en tant que service (SaaS) : souvent décrit comme étant un logiciel sur demande, le
  modèle SaaS offre des applications logicielles par le biais d'un nuage central. Les utilisateurs ont
  accès à l'application des fournisseurs de services par le biais du nuage, à l'aide habituellement d'un
  navigateur web. Ce modèle d'exécution est devenu le plus courant pour de nombreuses applications
  organisationnelles - de la comptabilité à la planification des ressources des entreprises jusqu'aux
  ressources humaines et la gestion du contenu. Citons comme exemples de SaaS Google Apps et
  Microsoft Office 365.

 Infrastructure en tant que service (IaaS): fournit la capacité et l'infrastructure informatique de base,
  comme un serveur ou le stockage, en tant que service offert par Internet. Les services IaaS
  fournissent aux utilisateurs la capacité d'utiliser un espace de stockage supplémentaire dans les
  centres de services et de données. Les entreprises qui offrent SaaS fondent habituellement leurs
                                                                                              12
  services sur IaaS qu'elles achètent d'autres fournisseurs d'informatique en nuage. Certaines
  entreprises notables qui offrent IaaS comprennent Amazon et Google.

 Plate-forme en tant que service (PaaS): parfois définie comme intermédiaire entre SaaS et IaaS, le
  modèle PaaS offre la capacité informatique d'IaaS et la plate-forme requise par les développeurs
  d'applications. Avec PaaS, les développeurs de logiciels ont tous les outils voulus pour obtenir des
  services de logiciels, comme l'exploitation d'un système, le langage de programmation, les bases de
  données et le serveur Web, sans avoir à acheter et à gérer le matériel et les logiciels sous-jacents.
  Google et Microsoft constituent deux exemples d'entreprises qui offrent PaaS.

Des entrevues d'intervenants clés menées par le CTIC reflètent la diversité de l'industrie de l'informatique
en nuage au Canada, avec une représentation égale des fournisseurs IaaS et SaaS.

Répartition organisationnelle des entrevues d'intervenants clés

                                                              Les entreprises d'informatique en nuage
       Essentiel-                Essentiel-                   se spécialisent habituellement dans une
        lement                    lement                      forme de service, mais plusieurs offrent
                                                              des services intégrés, ainsi que de
         IaaS                      SaaS                       nombreux       autres     produits   des
                                                              catégories IaaS et SaaS.
       (40 %)                     (40 %)
                                                              Source : CTIC (2012).
Page |7

3.1.3 Nuage communautaire

Un nuage communautaire est une infrastructure partagée entre plusieurs organismes qui ont un point en
commun, comme la sécurité ou la conformité. Le nuage communautaire peut être géré et hébergé à
l'interne ou par un fournisseur d'informatique en nuage.

3.1.4 Nuage hybride

Les nuages hybrides font référence à deux modèles de déploiement de nuages ou plus (privé, public ou
communautaire) qui sont à la fois uniques et liés ensemble. Ils offrent les avantages des modèles de
déploiement multiples et requièrent un mélange d'infrastructure sur les lieux et une infrastructure en
                13
nuage hébergée.
Page |8

4.0 Écosystèmes en nuage mondiaux
Les avantages potentiels de l'informatique en nuage sont multiples. Les consommateurs, les
gouvernements et les industries, que ce soit des multinationales ou des PME, ont tous leur place au sein
de l'informatique en nuage. En tant que source de données ouvertes, les services en informatique en
nuage fournissent un potentiel illimité pour l'innovation et la collaboration dans l'ensemble des régions,
des juridictions et des nations. La nature délocalisée du nuage permet une collaboration harmonieuse
entre les industries, les commerces et les nations. Cependant, cet avenir prometteur s'assortit aussi d'une
préoccupation sous-jacente concernant la propriété intellectuelle, la protection des renseignements
                           14
personnels et la sécurité, sans mentionner le choc culturel au sein des entreprises, la réglementation et
                        15
l'absence de normes. Ces préoccupations reflètent le modèle de nuage actuel à l'échelle mondiale, où
les entreprises et les nations doivent faire un pas en arrière pour mieux avancer vers l'adoption de
l'informatique en nuage.

L'Union européenne (UE) estime pouvoir mettre en place un écosystème en nuage mondial, en raison
du fort intérêt et de la forte participation de la part de l'industrie et des universités. Dans un effort de
recherche commun, l'Europe vise à déterminer les exigences requises pour mettre en place un
écosystème en nuage intégré. La longue expérience de l'UE dans les réseaux et l'architecture orientée
services (SOA) lui permet de tirer profit de l'économie de l'informatique en nuage. Pour surmonter les
obstacles actuels auxquels sont confrontées les petites entreprises à l'entrée, la plupart des programmes
de R-D de gestion sont nécessaires pour encourager les jeunes entreprises à entrer dans le marché de
                         16
l'informatique en nuage.

Comme d'autres régions, l'un des plus grands inhibiteurs à l'adoption de l'informatique en nuage au sein
de l'UE porte sur la sécurité et la protection des renseignements personnels. L'ambiguïté concernant la
façon dont les données sont traitées dans le nuage reflète l'une des questions qui préoccupent les
                      17
décideurs européens.

Tout comme l'UE, le Japon mobilise également son industrie en nuage, qui a connu une forte croissance
au cours des trois dernières années. Depuis 2010, les services en nuage japonais se sont accrus de
presque 42 % et ont atteint 540 millions de dollars US. On prévoit que l'industrie de l'informatique en
                                                            18
nuage au Japon sera de 18 milliards de dollars US en 2014. Cette rapide accélération a fait du Japon le
chef de fil mondial de l'informatique en nuage. Le Japon occupe le premier rang du BSA Global Cloud
Computing Scorecard, en raison principalement de son « … ensemble complet de lois soutenant et
                                                              19
favorisant l'économie numérique et l'informatique en nuage. »

Tout comme l'UE, la croissance du nuage soulève des questions au sujet des données personnelles, de
la protection des renseignements personnels et la propriété intellectuelle. Pour surmonter ces obstacles,
le Japon est à élaborer des lois qui, entre autres, protègent les droits de propriété intellectuelle liés au
        20
nuage.

Ailleurs dans la région, l'informatique en nuage représente l'une des industries connaissant la croissance
la plus rapide. On prévoit notamment que l'investissement de la Chine dans l'informatique en nuage
devrait atteindre 1 milliard de dollars US d'ici 2016, une augmentation de 250 % par rapport à 2011. Cela
représente dix pour cent des investissements totaux dans l'informatique en nuage à l'échelle mondiale
            21
pour 2011.

Le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information de la Chine a déjà établi un plan en vue
de développer l'industrie de l'informatique en nuage du pays, en commençant par un programme pilote
axé sur cinq grandes villes : Beijing, Shanghai, Shenzhen, Hangzhou et Wuxi. Huit autres provinces et
villes ont également annoncé des stratégies d'adoption de l'informatique en nuage, qui, une fois mises en
oeuvre, donneront à la Chine plus de dix millions de serveurs en nuage, représentant un investissement
                                   22
total de 270 milliards de dollars.
Page |9

En vue de renforcer son cheminement vers l'adoption de l'informatique en nuage, le gouvernement
chinois doit améliorer sa capacité d'application des lois en matière de propriété intellectuelle et ouvrir ses
portes aux entreprises des TIC mondiales. Malgré ces préoccupations, la Chine est de plus en plus active
sur la scène internationale, ayant signé des ententes de réglementation avec l'ONU et l'OMC et renforcé
ses règlements en matière de cybersécurité. À domicile, elle continue de faciliter l'adoption rapide de
l'informatique en nuage, ayant enregistré d'importants progrès pour l'expansion de sa couverture large
        23
bande.

Bien que n'ayant pas atteint sa pleine maturité, le marché des services de l'informatique en nuage des
États-Unis (É.-U.) offre de grandes possibilités. Avec plus de 100 millions de ménages projetant d'avoir
                                                                            24
accès à des vitesses de téléchargement d'au moins 100 Mbps d'ici 2020, les É.-U. joueront un rôle
essentiel dans l'industrie mondiale de l'informatique en nuage. Les É.-U. accueillent de grandes
multinationales offrant déjà des services en nuage à l'échelle mondiale, comme Apple, Dell et Oracle,
ainsi que des fournisseurs émergents comme Rackspace Hosting.

En 2011, le National Institute of Standards and Technology (NIST) a publié une feuille de route
technologique de l'informatique en nuage, qui présente dix exigences pour l'adoption réussie de
l'informatique en nuage, en commençant par le besoin d'établir un consensus international sur « … des
                                                                                      25
normes d'interopérabilité, de portabilité et de sécurité » de l'informatique en nuage. Les É.-U. ont établi
un ensemble exhaustif de lois régissant le commerce électronique et la cybercriminalité, mais n'ont pas
encore suffisamment mis en place de lois de protection des renseignements personnels, à l'exception de
quelques secteurs, dont celui de la santé. Cela veut dire que la grande majorité des entreprises
américaines ne sont pas protégées par des lois en matière de vie privée qui assurent, par exemple, la
                                            26
protection de la propriété intellectuelle. Tout comme ses pairs sur la scène internationale, ces
problèmes doivent être réglés en vue de veiller à ce que la croissance de l'industrie se fasse sans
entraves.

4.1 Ce que cela signifie pour le Canada
                                                                                                             e
Le Canada demeure un chef de file au sein de l'économie numérique mondiale, mais se classe au 12
rang sur 24 dans le secteur mondial de l'informatique en nuage, accusant un net retard derrière les chefs
de file tels que le Japon, l'Australie et l'Allemagne. La contre-performance du Canada est en grande
partie attribuable à l'absence de normes nationales en matière de cybersécurité, ainsi qu'en raison de lois
du droit d'auteur surannées qui n'offrent pas de protection appropriée du contenu en ligne.

Le Canada n'a actuellement pas de lois ou de réglementation officielles régissant la sécurité de
l'informatique en nuage, malgré d'imposantes lignes directives sur la sécurité régissant la plupart des
organismes gouvernementaux. Malgré cette lacune, le Canada peut réussir dans le secteur de
l'informatique en nuage en tirant profit de son secteur des TIC dynamique. La pénétration de la large
bande au Canada est importante et d'ici 2016, tous les Canadiens auront accès à des vitesses Internet
d'au moins cinq Mbps par seconde. La solidité de l'infrastructure numérique du Canada représente un
important levier pour compenser les retards de son secteur d'informatique en nuage.
P a g e | 10

5.0 L’adoption de l’informatique en nuage sur le marché canadien
En vue de mieux comprendre le marché des services de l'informatique en nuage, le CTIC a entrepris une
étude de marché primaire pour explorer les tendances de l'adoption de l'informatique en nuage par les
petites et moyennes entreprises (PME) du Canada. Ainsi, le CTIC a pu cerner les possibilités qu'offrent
les solutions d'informatique en nuage sur le marché canadien des entreprises. On a communiqué avec
360 entreprises pour explorer les tendances en matière d'utilisation et d'adoption de l'informatique en
nuage au sein de l'économie canadienne. Cet échantillon comprenait 160 entreprises des TIC et
200 entreprises d'autres secteurs.

Le marché canadien de l'informatique en nuage a franchi la phase d'adoption précoce, puisque ce sont
maintenant les entreprises au sein de diverses industries et de différents niveaux de développement
technologique qui adoptent les services d'informatique en nuage. En 2013, l'adoption de l'informatique en
nuage au Canada peut être décrite comme étant modérée, puisqu'un quart de toutes les entreprises ont
indiqué qu'elles utilisaient ou prévoyaient utiliser les services d'informatique en nuage. Plus de la moitié
des entreprises des TIC ont utilisé ou prévoient utiliser les services d'informatique en nuage, par rapport
à 24 % des autres entreprises. Parmi les entreprises qui utilisent actuellement les services d'informatique
en nuage, plusieurs d'entre elles se sont tournées vers l'adoption de solutions SaaS. Environ la moitié de
tous les utilisateurs de l'informatique en nuage déploient des solutions SaaS, par rapport à seulement un
tiers qui utilisent les solutions IaaS.

L'attrait du marché pour des services d'informatique en nuage ne cesse de croître. Un cinquième de
l'ensemble des entreprises a indiqué qu'elles se tournaient vers les solutions SaaS, et jusqu'à un quart
profitent des capacités des solutions IaaS. Selon l'étude, les entreprises qui auront adopté l'informatique
en nuage l'utiliseront à diverses fins. Près de 60 % de tous les utilisateurs déploient au moins quatre
services d'informatique en nuage, que ce soit pour le stockage, les applications logicielles et même les
capacités de traitement.

Selon la recherche, de nombreuses caractéristiques intéressantes attribuées à l'informatique en nuage
émergent sur le marché. Les plus grands facteurs de motivation pour l'adoption de l'informatique en
nuage parmi les PME sont les suivants : 1) améliorer la productivité et l'efficacité; 2) réduire les coûts; et
3) choisir une solution évolutive et souple. Parmi d'autres facteurs notables, on compte de faibles
exigences en matière d'infrastructure et de plus grandes occasions de collaboration et de créativité.

La réduction des coûts est inhérente à l'informatique en nuage. En éliminant le besoin d'investir dans de
grandes structures des TI, les entreprises peuvent avoir accès à la puissance et à la créativité que
l'informatique a à offrir sans avoir à mettre en place des bases de données, terminaux et autre
équipement coûteux. Par ailleurs, de nombreux services d'informatique en nuage sont offerts sans frais
sur Internet. Près de la moitié des personnes adoptant l'informatique en nuage ont recours à une
quelconque forme de services gratuits. Celles qui paient pour des services en nuage sont plus
susceptibles de s'abonner à un service plutôt que d'effectuer un paiement unique.

Les répercussions sous-jacentes de l'informatique en nuage sur le marché des entreprises canadiennes
semblent s'intensifier, puisque les entreprises des TIC et autres continuent de migrer vers des solutions
d'informatique en nuage. Bien que l'impact économique de ce passage n'ait pas encore été déterminé, la
moitié des PME estime que l'adoption de l'informatique en nuage a permis de réduire les coûts
d'infrastructure liés aux TIC.
P a g e | 11

6.0 Perspectives de la demande et des compétences liées à l'économie de
l'informatique en nuage

L'incidence sans cesse croissante de l'informatique en nuage continue et continuera d'influer le marché
du travail au cours des prochaines années. Selon l'IDC, l'informatique en nuage générera près de
14 millions d'emplois dans le monde d'ici 2015, donnant lieu à un TCAC de 29 %. Les médias et les
communications, les services financiers et les industries de la fabrication seront à la tête de la croissance
                                                                                                        27
d'emplois générés par l'informatique en nuage, suivis du détail et de l'administration publique. Les
professionnels techniques des TIC auront de nouvelles occasions d'appliquer leurs compétences dans un
environnement virtuel axé sur le service, tandis que les professionnels autres que ceux des TIC
profiteront de la croissance générale de l'industrie, ce qui signifie plus d'emplois au sein de diverses
entreprises.

La consultation du CTIC auprès des experts de l'industrie de nuage a confirmé les possibilités de
croissance associées aux services d'informatique en nuage. Les entrevues d'intervenants clés ont permis
de convenir que la croissance des services de nuage aura une incidence sur les entreprises des
compétences en TI à court terme. Bien que ce ne soit pas tous les emplois exigeant des compétences en
informatique en nuage qui portent directement sur ce domaine, à savoir les emplois se spécialisant
uniquement dans la prestation et le maintien des opérations liées à l'informatique en nuage, une
compréhension de l'environnement virtuel sera ce qui distinguera le modèle actuel de celui de l'avenir.

6.1 La demande se concentrera dans les industries de l'informatique en nuage

La demande d'emploi dans le domaine de l'informatique en nuage sera plus élevée du côté des
fournisseurs d'informatique en nuage, encore plus que pour les industries utilisatrices et les petites
entreprises se spécialisant dans le SaaS, PaaS et les applications d'informatique en nuage. Cela est
attribuable au fait que les fournisseurs d'infrastructure en informatique en nuage doivent devenir des
spécialistes de la planification, de l'approvisionnement, de la construction et de la maintenance de
ressources fiables en informatique en nuage qui suivent la demande. Ils doivent également passer
maîtres dans l'art d'aider leurs clients à concevoir et à tirer parti des ressources liées à l'informatique en
nuage qu'ils offrent. Les utilisateurs des services d'informatique en nuage, que ce soit pour les affaires ou
l'utilisation personnelle, n'ont pas besoin d'un soutien complet à l'interne en matière de développement et
de maintenance d'infrastructure pour la prestation ou l'utilisation des services. Voilà qui, en un sens, est
l'un des avantages sous-jacents de l'informatique en nuage.

Pour les industries utilisatrices, les rôles les plus importants sont la planification et l'architecture des
ressources en informatique en nuage en fonction des besoins d'une entreprise en particulier. Par ailleurs,
il faut surveiller les systèmes virtuels pour s'assurer qu'ils sont facilement disponibles et fonctionnels
selon les besoins de l'entreprise. La capacité pour interconnecter et gérer le réseau existant de
l'entreprise avec les nouvelles ressources en matière d'informatique en nuage est également essentielle.
Cependant, nous constatons pour ces fonctions un mélange ou relèvement des rôles existants par
opposition à des professions de spécialistes de l'informatique en nuage.
P a g e | 12

6.2 La demande de compétences : l'ensemble
triangulaire de compétences

À court terme, les entreprises qui ont des applications
d'informatique en nuage de grande série à offrir auront                                  Réseau
besoin de personnel de vente et de marketing pour établir                              informa-
l'offre d'informatique en nuage en tant qu'option viable pour                              tique
leur marché. En ce sens, la transition vers l'informatique en
nuage ne change pas le processus de dotation interne
existant des entreprises oeuvrant dans ce marché.                                          Ensemble
                                                                                      trianglulaire des
Cependant, les entreprises qui ont besoin de                                              compétences

professionnels en informatique en nuage sur le plan
technique peuvent éprouver des difficultés à recruter du                  Conception                    Admin. de
personnel pour ces types de postes. Certaines entreprises                  logicielle                   systèmes
participant au processus d'entrevues des intervenants clés
ont mentionné qu'elles devaient diminuer leurs exigences pour des professionnels des TIC spécialistes
de l'informatique en nuage. Par exemple, l'annonce d'un poste de développeur en informatique en nuage
n'a obtenu aucune réponse. Donc, les entreprises vont plutôt rechercher un développeur logiciel qui
pourrait être appelé à jouer plus tard un rôle axé sur l'informatique en nuage.

Les entreprises qui ont besoin de compétences se rapportant spécifiquement à l'informatique en nuage
font remarquer qu'elles ont de la difficulté à trouver des travailleurs qui ont des connaissances non
seulement sur les composantes traditionnelles, mais également sur les nouvelles technologies. Les
connaissances du domaine des TI traditionnelles et virtuelles demeurent les connaissances les plus
recherchées par les entreprises en quête de professionnels de l'informatique en nuage. Plus
précisément, les professionnels des TIC qui se spécialisent en informatique en nuage doivent posséder
ce qu'un répondant a appelé l'ensemble triangulaire des compétences, qui comprend : les réseaux
informatiques, la conception logicielle et l'administration des systèmes (particulièrement dans le domaine
IaaS). Cet ensemble triangulaire de compétences est difficile à recruter en raison de la difficulté à trouver
la combinaison programmation et administration. Les candidats en TIC typiques ont les compétences
requises dans l'un ou l'autre des domaines, preuve qu'il y a corrélation entre les technologies existantes
et émergentes et les modèles actuels en TI.

En fin de compte, les professionnels des TIC travaillant en informatique en nuage doivent posséder des
compétences en utilisation d'un serveur, c'est-à-dire assurer la transition des systèmes d'exploitation vers
des centres de données. L'informatique et le génie informatique en plus de connaissances de Linux sont
requis. Au lieu de mettre de côté le matériel, les deux couches supérieures seront transférées aux
centres de données.

6.3 L'impact de l'aversion pour le risque

Les intervenants clés interviewés par le CTIC ont indiqué que la demande pour l'informatique en nuage
est inférieure à ce qu'elle devrait être au Canada. Le Canada avance lentement dans ce domaine
puisque les entreprises sont peu disposées à prendre des risques. L'informatique en nuage est encore un
tout nouveau domaine et la société, les entreprises et la nation en général essaient encore de
comprendre ce que cela représente. Les personnes sont habituellement habitées d'un sentiment
d'insécurité si les données ne sont pas dans un établissement physique ou un bureau. À cet égard, le
marketing joue un rôle prépondérant dans la promotion de l'informatique en nuage. Bien qu'il y ait une
préoccupation généralisée au sujet de la sécurité et de l'intégrité des données, les exigences en matière
de sécurité sont les mêmes pour l'informatique en nuage que pour les centres de données traditionnels.
Cependant, les atteintes à la sécurité en informatique en nuage sont peut-être plus dommageables pour
de multiples raisons, telles que :
P a g e | 13

     les données de nombreuses entreprises peuvent être stockées par un fournisseur en
      informatique en nuage;

     souvent, on a accès au nuage par l'Internet public, ce qui signifie que tout le monde pourrait avoir
      accès aux données dans un nuage public;

     les données ne sont plus sous le contrôle direct de l'entreprise qui génère ou qui enregistre les
      données.

    Communiquer par le biais de nuages publics, au lieu de tout conserver au sein d'un réseau privé,
    est évidemment risqué. Comme c'est le cas de plusieurs fournisseurs d'informatique en nuage,
    l'infrastructure est partagée entre de nombreux clients, souvent dispersée sur plusieurs machines et
    centres de données. Pour ce qui est de la protection de la vie privée, les renseignements
    personnels sont beaucoup plus vulnérables s'ils sont stockés dans un nuage au lieu qu'à l'interne.
    Tous ces facteurs ont mené certaines entreprises à envisager avec précaution l'informatique en
    nuage ou à maintenir les applications d'origine jusqu'à ce qu'elles aient suffisamment confiance
    dans la nouvelle vague informatique. Cependant, les investissements continus dans l'informatique
    en nuage catalysent l'aspect commercial et les domaines des TIC des entreprises dans l'ensemble
    de l'économie. La capacité des services d'informatique en nuage de diminuer les coûts et de
    permettre aux entreprises d'en faire plus avec ce qu'ils ont signifie que ceux qui sont peu disposés
    à prendre des risques devront un jour ou l'autre envisager d'investir dans le nuage. Compte tenu de
    la croissance rapide de l'informatique en nuage en tant que phénomène mondial, il faudra tenir
    compte de ces considérations dans un avenir rapproché.

6.4 La population active de l'informatique en nuage

Selon le bulletin trimestriel sur l'économie numérique T3 2012 du CTIC, on compte
708 000 professionnels des TIC au Canada. De ce nombre, on compte 45 000 gestionnaires de
systèmes d'information, 137 200 analystes de systèmes d'affaires et professionnels connexes, 49 000
ingénieurs en logiciels, 29 000 développeurs en médias interactifs et 57 000 techniciens en réseau
informatique. Bien que ce ne soit pas tous ces 317 200 professionnels des TIC qui sont à l'emploi dans le
domaine de l'informatique en nuage, nombreux sont ceux qui le sont. Il est à prévoir que les descriptions
de travail et les titres de poste de ces professionnels seront différents d'un secteur à l'autre ou d'une
entreprise à l'autre. Parmi les exemples de titres d'emploi, on note les suivants :

     Gestionnaires des systèmes informatiques : directeurs en génie logiciel, gestionnaires concepteurs
        de logiciel, gestionnaires de l'élaboration de systèmes, gestionnaires de centres de données,
        gestionnaires des TI
     Analystes en système d'information de gestion : analystes de l'assurance qualité en logiciels,
        analystes en SIG, analystes en sécurité informatique, vérificateurs du TÉD, analystes de
        l'intégration des systèmes
     Développeurs médias interactifs : concepteurs d'interface utilisateur graphique (GUI); développeurs
        d'interface utilisateur graphique (GUI); développeurs médias interactifs
     Ingénieurs logiciels : architectes techniques–logiciels; ingénieurs logiciels de télécommunications;
        spécialistes logiciels de télécommunications; ingénieurs d'applications; architectes d'entreprises
     Techniciens des réseaux informatiques : techniciens de sites Web, gestionnaires/administrateurs
        de réseau local, gestionnaires/administrateurs de réseau étendu, contrôleurs de réseau,
        administrateurs de réseau

Selon les données de Guichet emplois du Canada et Travailler au Canada, le CTIC a déterminé qu'au
cours d'une période de trois mois, les titres et les fonctions portant sur l'informatique en nuage
concernaient environ 6 % des professions ci-dessus, ce qui nous donne une estimation conservatrice de
moins de 20 000 travailleurs techniques des TIC oeuvrant au sein de l'informatique en nuage.
P a g e | 14

Il est raisonnable de présumer que ces professions ont une importante incidence sur la croissance de
l'emploi dans les domaines non liés aux TIC, ainsi qu'un effet multiplicateur dans l'ensemble de
l'économie numérique. En raison des limites de l'étude, de telles analyses économiques ont été omises.
Le CTIC recommande fortement que l'on étudie les répercussions à l'avenir en vue de mieux comprendre
le marché du travail de l'informatique en nuage.

7.0 L'avenir de l'informatique en nuage au Canada

Les répercussions directes de l'informatique en nuage sur les industries canadiennes créent de nouvelles
possibilités pour les petites entreprises qui veulent entrer sur le marché. Bien que l'adoption continue de
croître au sein des entreprises et des petites entreprises de TI, il faut renseigner davantage tout un
chacun à ce sujet pour que le Canada puisse réellement progresser vers la prochaine étape de l'adoption
de l'informatique en nuage. Selon les indicateurs mondiaux, le Canada affiche un retard considérable
derrière les nations industrialisées à l'égard de l'adoption de l'informatique en nuage. Selon les principaux
répondants du CTIC, puisque la technologie avance beaucoup plus vite que le cycle de l'adoption, on
accuse un retard pour ce qui est de l'adoption de l'informatique en nuage. Ce retard est souvent
déclenché par la peur de l'adoption. Les personnes ne sont pas certaines de ce qu'est l'informatique en
nuage. Ce qu'elles savent, par contre, c'est que cela représente un énorme changement par rapport au
modèle de serveur de données traditionnel. Mais les personnes qui n'ont pas hésité à adopter
l'informatique en nuage s'en servent sans compter. L'informatique en nuage permet de faire des choses
qui auparavant exigeaient une infrastructure complexe, de l'équipement informatique dispendieux et des
coûts de maintenance prohibitifs. L'informatique en nuage élimine tous ces points.

Le gouvernement canadien et les associations industrielles peuvent prendre des mesures pour
encourager une plus forte adoption de l'informatique en nuage au Canada en soulignant les capacités
dans ce domaine de certaines provinces telles que le Québec, qui compte des conditions favorables pour
héberger des centres de données en nuage (p. ex., hydroélectricité, climat et énergie renouvelable).
L'hydroélectricité peut grandement réduire les coûts d'exploitation des fournisseurs d'infrastructure de
l'informatique en nuage, tout comme le climat froid, qui aide à réduire les coûts de refroidissement
associés à la maintenance de grands serveurs. Le défi consiste, par contre, à installer des lignes à fibres
optiques dans des endroits plus éloignés; c'est pourquoi les centres de données sont situés dans les
centres urbains, où les lignes en fibres optiques sont plus facilement accessibles.

Les lois telles que la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques
(LPRPDE) font du Canada un lieu sûr pour les centres de données, offrant aux fournisseurs
d'infrastructure un environnement sûr et sécuritaire dans lequel stocker des renseignements de nature
sensible. L'avantage concurrentiel du Canada à cet égard doit être défendu plus fermement pour que
l'industrie de l'informatique en nuage prenne de l'essor et devienne une option viable pour les entreprises
canadiennes. Aujourd'hui, les fournisseurs d'informatique en nuage sont principalement concentrés dans
la partie est du pays. Demain, il sera essentiel que l'information en nuage soit accessible d'un océan à
l'autre si le Canada veut tirer profit de ce que l'industrie préconise comme étant un secteur de 241
milliards de dollars d'ici 2020.
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler